Développement de la lecture optique des gels dosimétriques par diffusion à 90. Les 31 éme journées des LARD octobre 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement de la lecture optique des gels dosimétriques par diffusion à 90. Les 31 éme journées des LARD 13 14 octobre 2014"

Transcription

1 Développement de la lecture optique des gels dosimétriques par diffusion à 90 Les 31 éme journées des LARD octobre 2014

2 Sommaire - Les gels dosimétriques - Production du gel - Principes de lecture par diffusion à 90 - Premiers résultats 2

3 Contexte nouveaux cancers en France / an - Actions thérapeutiques - Radiothérapie - Utilisation de rayonnements ionisants - Cellules saines et cancéreuses Protéger les organes sains - Techniques de traitements innovantes Radiothérapie par Modulation d Intensité (RCMI) Arc thérapie Volumétrique par Modulation d Intensité (AVMI) - Nécessité de Contrôle Qualité 3

4 Les gels dosimétriques - Historique - Fricke en 1927 (changement Fe 2+ => Fe 3+ ) - Day and Stein en 1950 ( additif bleu => mesure par transmission) - Andrews en 1957 (ajout de Cl => variation du ph => conductivité) - Howker and Watkins en 1958 ( gels à base de polymérisation) - En 1984, utilisation de la lecture RMN - En 1987, lecture optique et RMN - En 1993, création gels type acrylique par Maryanski et all. - A partir de 1993, développement lecture (spectro, Xrays CT, RMN et optique) K. VERGOTE; «Development of polymer gel dosimetry for application in imrt» ; Thèse université de Gent P. Sellakumar; «Water equivalence of water gel dosimeters»; Rad Phy and Chem 76 (2007) 4

5 Bibliographie - gels VIPAR TENOMAG RAYDOSE RADGEL PVA PRESAGE PAGAT PAG PABIC npag nmag NIPAM MAGIC MAGAT MAGAS Leucodye less toxic HEAG Genpin Gels scintalteurs Fricke non classé Chimie Bang ABAGIC Gels Nombre biblio / types de gels - Soit 370 publications sur les gels

6 Bibliographie - Lecture gels Nombres de biblio / type de lecture US Optique - Soit 180 publications sur la lecture des gels - 2 sur la diffusion à 90 IRM RX CT

7 Approche théorique - Constitution Eau (85 à 90 %) Gélatine (5 à 10 %) Réactifs (<5%) Représentation spatiale des gels de polymères C. Baldock ; «Polymer Gel Dosimetry»; Phys. Med. Bio. 55 (2010) 7

8 Approche théorique Gels de Polymères 1ére étape : radiolyse de l eau + Polymérisation Étape finale : Co polymérisation Représentation spatiale des gels de polymères C. Baldock ; «Polymer Gel Dosimetry»; Phys. Med. Bio. 55 (2010) 8

9 Particularité des gels P. Sellakumar; «Water equivalence of water gel dosimeters»; Rad Phy and Chem 76 (2007) 9

10 Mahbod et al, Phys. Med. Biol. 57 (2012)

11 Mahbod et al, Phys. Med. Biol. 57 (2012)

12 Mahbod et al, Phys. Med. Biol. 57 (2012)

13 Mahbod et al, Phys. Med. Biol. 57 (2012)

14 Production du gel - Préparation réactifs - Préparation contenants - Dégazage eau pure 40 C (20 mn) - Ajout gélatine (1 er tps) - Ajout réactifs (2 ème tps) - Température 42 C 14

15 Production du gel - 5 mn de repos - Prélèvement - Chasse air - Remplissage cuve Suivant type de gels Possibilité remplissage air ambiante 15

16 Irradiation Témoin avec dégazage Témoin sans dégazage Gélatine à 25 Gy Témoin Cuve placée à 10,5 cm - Iso cuve dans condition de ref - Variation en dose (0,25 Gy jusque 2 Gy) (puis 3, 5 et 7 Gy) 2 Gy Comparaison avec gels types MAGAT - => Saturation à 5 Gy du point visuel - Gélatine ne répond pas aux rayons - Plus de contraste pour les faibles doses avec dégazage N2 16

17 Principe théorique : Théorie de Mie Taille des microdomaines entre 200 et 800 nm 17

18 Méthode de lecture par diffusion Taux de polarisation 18

19 Méthode de lecture par diffusion CCD 19

20 Installation du banc Perpendicularité Hauteur lentille Centrage laser-cuve Acquisition manuelle dans noir complet 20

21 Analyse des images 3 séries : - Laser rouge - Nappe rouge - Nappe verte Gel MAGAT - Irradiation avec un pas de 0,25 Gy - Irradiation gélatine à 20 Gy 21

22 Analyse des images laser rouge Témoin 1 Gy 3 Gy 5 Gy 22

23 Analyse des images nappe verte Témoin 0,5 Gy 1 Gy 1,5 Gy 2 Gy 3 Gy 5 Gy Gélatine Ressemblance linéaire : augmentation intensité avec dose pour I perp Discordance pour I // à 5 Gy 23

24 Calcul du taux de polarisation Exemple de taux de polarisation Taux de polarisation = Taille des micro domaines = Relation à la dose 24

25 Travaux futurs 1ére étape 2émé étape final 25

26 Enjeux : Mesure de la dose réelle «Fausse mesure 3D» «Vraie mesure 3D» 26

27 Merci de votre attention Les 31 éme journées des LARD octobre 2014

EPIQA. Dosimétrie Portale

EPIQA. Dosimétrie Portale EPIQA Dosimétrie Portale Ateliers Septembre 2009 V. Bodez, R. Garcia, K. Khamphan, E. Jaegle, S. Warren, M.E. Alayrach Pôle de Radiothérapie 1 EPIQA L algorithme GLAaS fonctionne sur la séparation du rayonnement

Plus en détail

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM*

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM* Développement de références dosimétriques pour les petits champs dans des faisceaux de photons de haute énergie Présentation du projet et premiers résultats M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU

Plus en détail

R. Tekaia Centre Frederic Joliot

R. Tekaia Centre Frederic Joliot LA RADIOTHERAPIE CONFORMATIONNELLE R. Tekaia Centre Frederic Joliot Introduction PLAN RTC : Définition D et Objectifs Besoins de la RTC Traitement par RTC : Prostate Acquisitions des données anatomiques

Plus en détail

Applications des codes Monte Carlo «MCNP» et «PENELOPE» en radiothérapie du cancer.

Applications des codes Monte Carlo «MCNP» et «PENELOPE» en radiothérapie du cancer. Applications des codes Monte Carlo «MCNP» et «PENELOPE» en radiothérapie du cancer. E.Franchisseur, B.Serrano, S.Hachem, R.J.Bensadoun, A.Monnier, P.Iacconi, J.Barthe Laboratoire de Physique Electronique

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences Département de Physique Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie Un choix progressif et personnalisé

Plus en détail

Croissance dirigée d'îlots moléculaires fonctionnels auto-assemblés sur Au(111) Étude du contraste STM apparent

Croissance dirigée d'îlots moléculaires fonctionnels auto-assemblés sur Au(111) Étude du contraste STM apparent Croissance dirigée d'îlots moléculaires fonctionnels auto-assemblés sur Au(111) Étude du contraste TM apparent N. Battaglini, Z. Qin, P. Lang.. M. Marsault, V. Repain,. Rousset projet "AMNET" Réseau de

Plus en détail

Problématique de l irradiation α suite à une contamination. interne: calculs des doses à l échelle cellulaire

Problématique de l irradiation α suite à une contamination. interne: calculs des doses à l échelle cellulaire Problématique de l irradiation α suite à une contamination interne: calculs des doses à l échelle cellulaire M. Elbast 1, F. Petitot 2, A. Saudo 1, V. Holler 3, A. Desbrée 1 1 DRPH/ SDI/ LEDI BP 17-92262

Plus en détail

A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD

A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD 1 Plan Introduction & contexte Cancer du sein «basal-like»triple négatif Interactions des photons avec l ADN et dose absorbée

Plus en détail

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009 Chimie Physique III Spectroscopie électroniques et vibrationnelles du benzène Daniel Abegg Nicolas Calo Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 6 Groupe 3 3 juin 29 Question Spectre

Plus en détail

CONCOURS D AIDE TECHNIQUE DE LABORATOIRE 1999 SPECIALITE B : SCIENCES PHYSIQUES ET INDUSTRIELLES

CONCOURS D AIDE TECHNIQUE DE LABORATOIRE 1999 SPECIALITE B : SCIENCES PHYSIQUES ET INDUSTRIELLES CONCOURS D AIDE TECHNIQUE DE LABORATOIRE 1999 SPECIALITE B : SCIENCES PHYSIQUES ET INDUSTRIELLES L épreuve est constituée d exercices de chimie (sur 10 points) et de physique (sur 10 points). Elle comporte

Plus en détail

SOLUTIONS INNOVANTES DE LASERS DE POSITIONNEMENT EN RADIOTHÉRAPIE. www.cyrpa.com

SOLUTIONS INNOVANTES DE LASERS DE POSITIONNEMENT EN RADIOTHÉRAPIE. www.cyrpa.com SOLUTIONS INNOVANTES DE LASERS DE POSITIONNEMENT EN RADIOTHÉRAPIE www.cyrpa.com SALLE DE TRAITEMENT Adapté à chaque salle de traitement par radiothérapie, le système HITM se distingue par des lasers de

Plus en détail

Du diagnostic au traitement des cancers :

Du diagnostic au traitement des cancers : Quand le nucléaire soigne Du diagnostic au traitement des cancers : la radiothérapie Jean DATCHARY IUT Cherbourg-Manche Lundi 19 mars 2012 1 Deux grandes découvertes qui ne passent pas inaperçues 28/12/1895

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN Comparaison des deux méthodes Sophie KINZELIN - Centre Alexis VAUTRIN - Service de Radiodiagnostic du Dr STINES SOMMAIRE Historique Principe de fonctionnement

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires

Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires Andreas Joosten Groupe de Dosimétrie Clinique IRA Intérêt? Pourquoi s intéresser

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

Algorithmes d optimisation RCMI / RapidArc / VMAT

Algorithmes d optimisation RCMI / RapidArc / VMAT Algorithmes d optimisation RCMI / RapidArc / VMAT Vincent Marchesi Unité de Radiophysique Médicale Centre Alexis Vautrin Vandœuvre-les-Nancy v.marchesi@nancy.fnclcc.fr EPU Techniques dédiées en radiothérapie,

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

Dynamique moléculaire. & Imagerie par auto-diffraction électronique

Dynamique moléculaire. & Imagerie par auto-diffraction électronique 1 / 27 Dynamique moléculaire ultra-rapiderapide & Imagerie par auto-diffraction électronique 2 / 27 Principaux axes de recherche: - Contrôle laser par résonances inhabituelles et applications Contrôle

Plus en détail

SÉCURITÉ ÉPANDAGE DE GNL SUR DE L EAU

SÉCURITÉ ÉPANDAGE DE GNL SUR DE L EAU SÉCURITÉ ÉPANDAGE DE GNL SUR DE L EAU Décembre 2006 DÉBIT DE FUITE Débit de fuite, fonction de : Diamètre de la fuite Hauteur de GNL dans la cuve Au fur et à mesure que la cuve se vide, le débit de fuite

Plus en détail

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN «Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN SFRP Tours 22 juin 2011 1 Introduction Etat de la radioprotection

Plus en détail

KALOS. Un nouveau concept de salle numérique à capteurs plans fixes et mobiles

KALOS. Un nouveau concept de salle numérique à capteurs plans fixes et mobiles Un nouveau concept de salle numérique à capteurs plans fixes et mobiles Conçu afin d assurer un confort optimal pour l utilisateur et le patient La table à hauteur variable descendant jusqu à 50 cm du

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession La physique médicale Débuts d une nouvelle profession Andrée Dutreix Journée Internationale de Physique Médicale 7 Novembre 2013 La physique médicale Situation en France avant la fin des années 60! En

Plus en détail

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF DEFINITION: La tomodensitométrie se définit comme une chaîne radiologique tomographique effectuant la mesure de l atténuation d un faisceau de

Plus en détail

25/03/2010. IGRT RadioThérapie Guidée par l Image. Aspects Techniques et Physiques et Dosimétriques. C. Ginestet F. Lafay PLAN - INTRODUCTION

25/03/2010. IGRT RadioThérapie Guidée par l Image. Aspects Techniques et Physiques et Dosimétriques. C. Ginestet F. Lafay PLAN - INTRODUCTION IGRT RadioThérapie Guidée par l Image Aspects Techniques et Physiques et Dosimétriques i C. Ginestet F. Lafay 23 Mars 2010 Historique Equipements Définition CQ IGRT PLAN - INTRODUCTION Qualité images Précision

Plus en détail

TRAVAILLER SUR ALISE :

TRAVAILLER SUR ALISE : ALISE : UN LASER DE PUISSANCE Alisé (Activité Laser ImpulSionnel pour les Etudes) est un laser de puissance d énergie 100 à 200 Joules. Véritable outil de laboratoire évolutif, Alisé conserve ses caractéristiques

Plus en détail

La radiothérapie. Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques

La radiothérapie. Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques La radiothérapie La radiothérapie Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques Radiothérapie externe Curiethérapie Radiothérapie métabolique = médecine nucléaire Traitement

Plus en détail

Formalisation du système qualité de la pharmacie à usage intérieur d un établissement gériatrique

Formalisation du système qualité de la pharmacie à usage intérieur d un établissement gériatrique Formalisation du système qualité de la pharmacie à usage intérieur d un établissement gériatrique Application aux secteurs préparation magistrale des médicaments non stériles et reconditionnement en doses

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

Evolution des financements en radiothérapie et leurs impacts

Evolution des financements en radiothérapie et leurs impacts 17 nov 2014 Evolution des financements en radiothérapie et leurs impacts B. Chauvet Coût de la radiothérapie en France Environ 800 M en 2012 > 400 M en secteur sous TAA pour 52% des traitements < 400 M

Plus en détail

Journée technique. Outil COLUROUTE. Mesure des propriétés de réflexion des matériaux. Valérie Muzet. Cerema - DTerEst - LR Strasbourg

Journée technique. Outil COLUROUTE. Mesure des propriétés de réflexion des matériaux. Valérie Muzet. Cerema - DTerEst - LR Strasbourg Journée technique Outil COLUROUTE Mesure des propriétés de réflexion des matériaux Valérie Muzet Cerema - DTerEst - LR Strasbourg COLUROUTE COefficient de LUminance des ROUTEs Sommaire Introduction et

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

De nouvelles technologies en radio-oncologie à l HFR

De nouvelles technologies en radio-oncologie à l HFR De nouvelles technologies en radio-oncologie à l HFR Conférence de presse du 30 mai 2012 Conférence de presse "Inauguration TomoHD & Truebeam" 30/05/2012 1 Importance de la technologie dans les processus

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

13/03/15. Les recommandations de l INCA Les cancers du sein NE doivent PAS être traités par Tomothérapie! Quelques cas le seront quand même.

13/03/15. Les recommandations de l INCA Les cancers du sein NE doivent PAS être traités par Tomothérapie! Quelques cas le seront quand même. Tomothérapie dans le cadre des traitements des cancers du sein CORP 03/2015 Les recommandations de l INCA 2007 Les cancers du sein NE doivent PAS être traités par Tomothérapie! Quelques cas le seront quand

Plus en détail

Thème : Les ondes. Lentille convergente Biprisme Solution colorée Ecran. (Cette expérience peut-être réalisée sur rétroprojecteur).

Thème : Les ondes. Lentille convergente Biprisme Solution colorée Ecran. (Cette expérience peut-être réalisée sur rétroprojecteur). TS-Physique-chimie Compétences. Partie : bserver Thème : Les ondes TP n 6 Analyse spectrale UV-Visible-IR Caractériser une espèce colorée ; Exploiter un spectre UV-visible ; Exploiter un spectre IR pour

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R)

Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R) Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R) Réunion du GIS-SPADON Le 30 Novembre 2012 LAM, Paris 1 Steeve COLLIN Contexte CD-R = support d archivage de nombreux organismes publics

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate CIRCULAIRE CIR-8/2010 Document consultable dans Médi@m Date : 06/04/2010 Domaine(s) : gestion des prestations en nature à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables CPAM CRAM URCAM UGECAM CGSS

Plus en détail

FERMACELL Firepanel A1. La nouvelle dimension en matière de protection incendie

FERMACELL Firepanel A1. La nouvelle dimension en matière de protection incendie La nouvelle dimension en matière de protection incendie La nouvelle plaque Protection incendie de La plaque représente la nouvelle dimension en matière de protection incendie pour la construction sèche.

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy.

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy. Amélioration de l Efficacité énergétique des centrales thermiques intégrant le captage de CO2 assisté par contacteurs AméliE_CO2 Denis Roizard Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349

Plus en détail

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste Contexte technique Générateurs dentaires IHM Etude de poste Matériel Techniques intra. Techniques extra. Classement des personnels Délimitation des zones Conclusion 2 Associé Collaborateur Salarié ADQ

Plus en détail

pour la Réalité Augmentée

pour la Réalité Augmentée Analyse d Image 3D pour la Réalité Augmentée Jean-Marc Vezien vezien@limsi.fr Master Recherche RV&A Janvier 2011 La 3D comment? Les capteurs et les techniques pour l acquisition de la 3D Capteurs actifs

Plus en détail

INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS PROGRAMME ANR BIOREACTEUR PRECODD 2006. WORKSHOP de RESTITUTION FINALE Jeudi 17 septembre 2009 INSA de LYON

INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS PROGRAMME ANR BIOREACTEUR PRECODD 2006. WORKSHOP de RESTITUTION FINALE Jeudi 17 septembre 2009 INSA de LYON INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS BIOACTIVE DE NOUVELLE GÉNÉRATION PROGRAMME ANR BIOREACTEUR PRECODD 2006 WORKSHOP de RESTITUTION FINALE Jeudi 17 septembre 2009 INSA de LYON 17/09/2009 Conception des

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome in situ Sénologie Dr Mazy Pathologie Dr Müller Chirurgie conservatrice Dr Bollue Mastectmie

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Procédés Laser Innovants: Du Marquage Décoratif à la Tracabilité Anti-Contrefaçon

Procédés Laser Innovants: Du Marquage Décoratif à la Tracabilité Anti-Contrefaçon QiOVA: Solutions de Marquage Laser pour la Traçabilité. Présentation ALUTECH: Journée Technique: Innovations en Traitements de Surface et Procédés d Identification Procédés Laser Innovants: Du Marquage

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

Faire une carte Représenter des données géographiques

Faire une carte Représenter des données géographiques Faire une carte Représenter des données géographiques Représenter des données géographiques Des entités géographiques Des informations Carte? Une problématique. Comment? Quoi? Qui? Quelles questions se

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Céline Croutxé-Barghorn Département de Photochimie Générale, CNRS-UMR

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Généralités sur la lumière. Chapitre 2 Lois et principes de l optique géométrique. Chapitre 3 Formation des images

Sommaire. Chapitre 1 Généralités sur la lumière. Chapitre 2 Lois et principes de l optique géométrique. Chapitre 3 Formation des images Sommaire Chapitre 1 Généralités sur la lumière A. Qu est ce que l optique aujourd hui?..................................... 8 B. Généralités sur la lumière.............................................

Plus en détail

Galland-Girodet S.*, Huchet A, Darrouzet V., Maire J. P. DIU de Neuro-oncologie 7 novembre 2013, Bordeaux

Galland-Girodet S.*, Huchet A, Darrouzet V., Maire J. P. DIU de Neuro-oncologie 7 novembre 2013, Bordeaux La radiothérapie des tumeurs bénignes de la base du crâne : analyse d une série de 30 patients porteurs de paragangliomes cervico-céphaliques traités entre 1987 et 2010. Galland-Girodet S.*, Huchet A,

Plus en détail

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Retours d expériences sur plusieurs usines d eau potable Cédric HELMER, CIRSEE Pôle Eau Potable 00/00/00 Presentation title 1 Situation actuelle Risque

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Amélioration du contrôle de noncontamination. zone contrôlée. Nicolas.VALENDRU@edf.fr javaraly.fazileabasse@edf.fr

Amélioration du contrôle de noncontamination. zone contrôlée. Nicolas.VALENDRU@edf.fr javaraly.fazileabasse@edf.fr Amélioration du contrôle de noncontamination corporelle en sortie de zone contrôlée Nicolas.VALENDRU@edf.fr javaraly.fazileabasse@edf.fr SFRP, 20 Novembre 2013 Plan Organisation du contrôle radiologique

Plus en détail

Système MatriXX Evolution. La solution d AQ pour le traitement rotationnel

Système MatriXX Evolution. La solution d AQ pour le traitement rotationnel Système MatriXX Evolution La solution d AQ pour le traitement rotationnel Traitement rotationnel Les techniques de traitement rotationnel ont révolutionné le traitement en termes d efficacité et de précision.

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION EXPERTISE AU SERVICE DE L HOMME ET DE L ENVIRONNEMENT PROGRAMME DE FORMATION Thèmes : Public : Durée : Langue : Lieu de la formation : Intervenant du Groupe ECOCERT : La Responsabilité Sociétale des Entreprises

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF»

COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF» COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF» LE MONITORING AU SERVICE DE LA MAINTENANCE Michel BOURLOUX 06/03/2013) LE MONITORING AU SERVICE DE LA MAINTENANCE Sommaire 1. Préambule 1.1 Les Besoins

Plus en détail

Les lentilles minces TP 3

Les lentilles minces TP 3 TP 3 Les lentilles minces Mots-clefs : lentille convergente, lentille divergente, distance focale, équation de conjugaison, réel, virtuel, méthode de Silbermann, autocollimation. Vous disposez de : un

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains. Rapport de mesure

AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains. Rapport de mesure AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains Rapport de mesure Référence : 2014-07001 FJ Référence 2014-07001 Client xxx Date 14/02/2014 Type d'optique Triplet ED Opérateur FJ Fabricant

Plus en détail

Plateforme d Imagerie, de Mesures en Microscopie et d Analyses par Diffraction des Rayons X

Plateforme d Imagerie, de Mesures en Microscopie et d Analyses par Diffraction des Rayons X Plateforme d Imagerie, de Mesures en Microscopie et d Analyses par Diffraction des Rayons X Utilisation de la microscopie pour la caractérisation structurale et morphologique de mélanges de polymères immiscibles

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

SYSTÈME INTRABEAM UN ÉQUIPEMENT DE POINTE POUR LUTTER CONTRE LE CANCER DU SEIN

SYSTÈME INTRABEAM UN ÉQUIPEMENT DE POINTE POUR LUTTER CONTRE LE CANCER DU SEIN INAUGURATION DU SYSTÈME INTRABEAM UN ÉQUIPEMENT DE POINTE POUR LUTTER CONTRE LE CANCER DU SEIN Vendredi 5 Juillet 2013 à 11h Bloc Gynécologique - Pavillon Méditerranée Hôpital Nord DOSSIER DE PRESSE CONTACTS

Plus en détail

Sommaire. Spectrographe eshel Mesures d exoplanètes eshel Régulation eshel en température (cave à vin) VHIRES et 51 Peg Prototype eshel+

Sommaire. Spectrographe eshel Mesures d exoplanètes eshel Régulation eshel en température (cave à vin) VHIRES et 51 Peg Prototype eshel+ Sommaire Spectrographe eshel Mesures d exoplanètes eshel Régulation eshel en température (cave à vin) VHIRES et 51 Peg Prototype eshel+ Spectrographe eshel Mis sur le marché en 2009 Des installations un

Plus en détail

Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale

Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale Christine Graffigne Université René Descartes Traitement d'images Sciences pour l'ingénieur, informatique et mathématiques

Plus en détail

STERILISATION CENTRALE DU CHU DE ROUEN

STERILISATION CENTRALE DU CHU DE ROUEN CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 SOMMAIRE 1. PRESENTATION A. Le cadre de santé B. Le CHU de Rouen C. La stérilisation Centrale du CHU 2. HISTORIQUE A. Pourquoi l acquisition du AMSCO V PRO 1 Plus B. Qu

Plus en détail

TOMOGRAPHIE PAR CONTRASTE DE PHASE. JP BRUANDET, PhD Directeur Technique

TOMOGRAPHIE PAR CONTRASTE DE PHASE. JP BRUANDET, PhD Directeur Technique TOMOGRAPHIE PAR CONTRASTE DE PHASE JP BRUANDET, PhD Directeur Technique Contexte Théorie de propagation des ondes Méthodes PB-PCIPCI Méthodes AB-PCI Méthodes GB-PCI Hardware Contexte Théorie de propagation

Plus en détail

POLARISATION DE LA LUMIÈRE

POLARISATION DE LA LUMIÈRE TRAVAUX PRATIQUES POLARISATION DE LA LUMIÈRE Cette séance de travaux pratiques propose quelques expériences sur l étude et la manipulation de la polarisation d un faisceau. Ces expériences se concentrent

Plus en détail

Sommaire MILIEU INTERIEUR

Sommaire MILIEU INTERIEUR Sommaire Préfaces, par François GREMY XI MILIEU INTERIEUR Chapitre 1. Compartiments liquidiens de l organisme 3 Liquides et solutions 3 L eau et les solutés dans l organisme 9 Mesure des stocks d eau et

Plus en détail

Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy.

Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy. Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy. André BRIDIER - Frédéric JOUSSARD - Guillaume FRANCOIS - Dimitri LEFKOPOULOS Service

Plus en détail

LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI

LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI INTRODUCTION La réglementation r actuelle : CIPR 60 Recommandations internationales Directive 90/641/EURATOM Directive 96/29/EURATOM Directive 97/43/EURATOM Nouvelles contraintes

Plus en détail

Le chaud/froid et la réplication des microstructures Projet Impress Innov Day du 4 octobre 2012, PEP Stéphane DESSORS Chef de Projet - PEP

Le chaud/froid et la réplication des microstructures Projet Impress Innov Day du 4 octobre 2012, PEP Stéphane DESSORS Chef de Projet - PEP Le chaud/froid et la réplication des microstructures Projet Impress Innov Day du 4 octobre 2012, PEP Stéphane DESSORS Chef de Projet - PEP Le projet IMPRESS La plateforme IMPRESS Chauffage par induction:

Plus en détail

Dosimétrie du cristallin, approche du LNHB. JM Bordy, J Daures, J Gouriou

Dosimétrie du cristallin, approche du LNHB. JM Bordy, J Daures, J Gouriou Dosimétrie du cristallin, approche du LNHB JM Bordy, J Daures, J Gouriou CEA, LIST, Laboratoire National Henri Becquerel, F 91191 Gif sur Yvette, France La grandeur opérationnelle, H p (3), équivalent

Plus en détail

Apport des nouvelles techniques cytogénétiques dans l estimation des irradiations anciennes en dosimétrie biologique.

Apport des nouvelles techniques cytogénétiques dans l estimation des irradiations anciennes en dosimétrie biologique. Apport des nouvelles techniques cytogénétiques dans l estimation des irradiations anciennes en dosimétrie biologique. Journées des thèses IRSN, 25-27 septembre 2006 3 ème année de thèse IRSN/DRPH/SRBE/LDB

Plus en détail

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo rappels susceptibilité individuelle que dit l épidémiologie? gestion des risques cancérogenèse : un processus darwinien complexe 1 - autonomie

Plus en détail

Semaine n 36 du 01/09/2014 [36] au 07/09/2014 [36] JOURS 8h 9h 10h 11h 12h 13h 14h 15h 16h 17h PROJETS EN LABORATOIRE PRO { } { }

Semaine n 36 du 01/09/2014 [36] au 07/09/2014 [36] JOURS 8h 9h 10h 11h 12h 13h 14h 15h 16h 17h PROJETS EN LABORATOIRE PRO { } { } Semaine n 36 du 01/09/2014 [36] au 07/09/2014 [36] RENTREE ADMIN {, MAITRE Agnes} CM- PRINCIPES DES LASERS PROJETS EN LABORATOIRE PRO Semaine n 37 du 08/09/2014 [37] au 14/09/2014 [37] ANALYSE SIMULATION

Plus en détail

Contrôle d accès en zone réservée des aéroports. Identification et Authentification des personnels

Contrôle d accès en zone réservée des aéroports. Identification et Authentification des personnels Le Contrôle d accès en zone réservée s aéroports Intification et Authentification s personnels Intification et surveillance Organisation la DGAC Directions et services outre-mer DAST DRE DPAC ACTIVITÉS

Plus en détail

RADIOTHERAPIE DES TUMEURS CEREBRALES MODALITES TECHNIQUES

RADIOTHERAPIE DES TUMEURS CEREBRALES MODALITES TECHNIQUES RADIOTHERAPIE DES TUMEURS CEREBRALES MODALITES TECHNIQUES Rennes, 06 février 2009 S. Vinceller, M. Ben Hassel MODALITES TECHNIQUES EN RADIOTHERAPIE Rôle de l image Radiothérapie externe conformationnelle

Plus en détail

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON L INTERFEROMETRE DE MICHELSON Chappuis Emilie (chappue0@etu.unige.ch) Fournier Coralie (fournic0@etu.unige.ch) . Introduction.. But de la manipulation. INTERFEROMETRE DE MICHELSON Lors de ce laboratoire,

Plus en détail

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, en régime continu ou impulsionnel. Applications opto-microondes. NGOC DIEPLAI Laboratoire d Electronique Quantique

Plus en détail

URGENT NOTIFICATION DE SÉCURITÉ

URGENT NOTIFICATION DE SÉCURITÉ Objet : d arcthérapie en mode dynamique sur un système incorrectement configuré Appellation commerciale du produit concerné : Clinac 2100 Identifiant FSCA : CP-02334 Date de notification : 2010-07-20 Type

Plus en détail

ASSURANCE MÉDICAMENTS CONSTATS ET ENJEUX D UN RÉGIME PRIVÉ. Marc Desgagné, Pharmacien, Ph. D. 3 avril 2014

ASSURANCE MÉDICAMENTS CONSTATS ET ENJEUX D UN RÉGIME PRIVÉ. Marc Desgagné, Pharmacien, Ph. D. 3 avril 2014 ASSURANCE MÉDICAMENTS CONSTATS ET ENJEUX D UN RÉGIME PRIVÉ Marc Desgagné, Pharmacien, Ph. D. Président Comité de gestion assurances collectives Régime des professeures et professeurs de l Université Laval

Plus en détail

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES T.T. Nguyen, L. Barandiaran, C. Petuya, J.L. Bruneel, D. Talaga, A. Desmedt* Groupe de Spectroscopie Moléculaire,

Plus en détail

Tableaux de bord : Enquête sur les pratiques radiothérapie Etapes du processus

Tableaux de bord : Enquête sur les pratiques radiothérapie Etapes du processus Etapes du processus Identification du patient utilisateur 48.33% 50% moyenne nationale 78.02% 76.63% Réalisation d'une RCP avant de valider l'indication de radiothérapie utilisateur 93.33% 100% moyenne

Plus en détail

Journées des L.A.R.D. Nice 3 et 4 Juin Validation des films EBT3 pour les contrôles en RCMI

Journées des L.A.R.D. Nice 3 et 4 Juin Validation des films EBT3 pour les contrôles en RCMI Journées des L.A.R.D. Nice 3 et 4 Juin 2013 Validation des films EBT3 pour les contrôles en RCMI Introduction La RCMI nécessite de nombreux CQ réalisés en partie par des films. Objectifs de cette étude

Plus en détail