Transplanta)on hépa)que : Qui? Dans quel délai? Sébas&en DHARANCY CHRU Lille

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transplanta)on hépa)que : Qui? Dans quel délai? Sébas&en DHARANCY CHRU Lille"

Transcription

1 Transplanta)on hépa)que : Qui? Dans quel délai? Sébas&en DHARANCY CHRU Lille

2 Syllabus 1. Pe)t état des lieux de la TH en France 2. Indica)ons en progression 3. Indica)ons stables 4. Indica)ons en dégression

3 Etat des lieux de la TH en France Ac)vité 2015 de TH +8,5%

4 Etat des lieux de la TH en France Stabilisa)on de l incidence d inscrip)on depuis 3 ans

5 2,3 candidats / greffon

6 Etat des lieux de la TH en France Evolu)on de l âge à l inscrip)on

7 Etat des lieux de la TH en France Evolu)on dans le temps de l indica)on principale de greffe

8 Indications en progression CHC Gou8é N et al. J Hepatol 2017

9 Indications en progression CHC Indication N % pmh N % pmh Tumeur hépatique CHC ,5 4, ,3 0 Autre tumeur maligne Autre tumeur bénigne ,3 15 1, , ,1 0

10 Indications en progression CHC : Quel délai?

11 Indications en progression CHC : Quel délai? CHC : Durée avente moyenne de 12,2 mois

12 Indications en progression CHC : Quels candidats? 1) Ne plus transplanter les pts à haut risque de récidive 2) Ne plus transplanter les pts avec alterna)ve thérapeu)que cura)ve 3) Hiérarchiser l accès à la greffe des pa)ents TNM2 score AFP 2 en fonc)on de l histoire naturelle du CHC, des possibilités de traitement d avente et de son résultat

13 Indications en progression CHC : Quels candidats?

14 Indications en progression CHC : Quels candidats? Diamètre (cm) >6 Nombre de nodules AFP (µg/l) >1000 Pts N = Risque de récidive post-th 2 : faible > 2 : élevé Duvoux C et al. Gastroenterology 2012

15 Down staging

16 Down staging

17

18

19 Indications en progression Cirrhose alcoolique Cirrhose alcoolique Cirrhose posthépatite C N % pmh N % pmh Cirrhose alcoolique , ,8 0 Cirrhose post-hépatite (B, C ou D) ,3 1,7 74 5,5 0 Cirrhose VHB ou B+D 28 2,6 0,4 17 1,3 0

20 Indications en progression Cirrhose, Quel délai?

21 Indications en progression Cirrhose alcoolique Evolu)on du score MELD dans le temps

22 Indications en progression Cirrhose alcoolique : Quel délai?

23 Indications en progression Cirrhose alcoolique: Quel délai?

24 Indications en progression Cirrhose alcoolique : Quel délai? Qq heures Qq jours Qq semaines Qq mois Jamais (sans composante)

25 Indications en progression Cirrhose alcoolique: Qui? Consensus conference Washington 1980 MAF = contre-indication

26 Indications en progression Cirrhose alcoolique: Qui? Consensus conference Washington Consensus conference Paris «Règle des 6 mois»

27 Indications en progression Cirrhose alcoolique: Qui? Consensus conference Washington Consensus conference Paris Consensus conference Lyon Fin de la règle des 6 mois Début du programme pilote HA

28 Indications en progression Cirrhose alcoolique: Qui? Consensus conference Washington Consensus conference Paris Consensus conference Lyon Programme HA

29 Indications en progression Cirrhose alcoolique: Qui? Consensus conference Washington Consensus conference Paris Consensus conference Lyon Recommandation AFEF/ACHBT >50%?

30 Indications en progression Cirrhose alcoolique: Qui? Risk Ratio ,48 Bénéfice individuel de survie = MELD>17 2,21 1,59 Waitlist advantage 0,77 0,46 0,30 0,21 0,11 0,07 0, ? Transplantation avantage MELD category

31 Indications en progression Cirrhose alcoolique: Qui? Lucey MR et al. Hepatology 2009

32 Indications en progression Cirrhose alcoolique: Qui? Jepsen P et al. Hepatology 2010.

33 Indications en progression Cirrhose alcoolique: Qui? Sevrage > 6 mois Indication validée / MELD > 17 + exception au score MELD Sevrage 3-6 mois Addictologue +++ MELD > 25 Abstinence < 3 mois CHC Bilan pré-th Hépatite alcoolique Recommandation AFEF/ACHBT 2017? Indication au cas par cas (Hypersélection) / protocoles

34 EASL Clinical Prac)cal Guidelines on Alcoholic Liver Disease Journal of Hepatology 2012

35 Indications stables Hépatites fulminantes

36 Indications stables Hépatites fulminantes: Qui? 100 pts Hépatite aiguë Guérison 10 Transfert centre de transplantation IHA sévère (TP < 50%) Guérison < 1 Insuffisance hépatique fulminante Encéphalopathie Hépatique Transfert précoce vers un centre de greffe avant si possible présence des critères de transplantation Pronostic des HF dépend entre autre, de la précocité de la prise en charge (et en particulier neurologique)

37 Indications stables Hépatites fulminantes: Qui? E)ologies des insuffisance hépa)ques aiguës en France inscrites en super urgence

38 Indications stables Hépatites fulminantes: Qui? E)ologies des insuffisance hépa)ques aiguës aux USA ALFSG adult registry

39 Indications stables Hépatites fulminantes: Qui? Décision pluri-paramétrique Facteurs liés au patient Type de complications Score pronostic Projet thérapeutique Réversible? Irréversible? Age ATCD Comorbidités Critères Clichy Critères KCC Score réa MARS TH

40 Indications stables Hépatites fulminantes: Qui? POURSUIVRE Présence et persistance des critères validés de mauvais pronos&que spontané Absence de comorbidités indépendante de l IHA pouvant impacter défavorablement la survie Absence de complica&ons de l IHA associé à une diminu&on de survie Absence de profil psychosocial suggérant une faible adapta&on et coopéra&on en post-transplanta&on

41 Indications stables Hépatites fulminantes: Qui? ATTENDRE Pa&ents présentant une améliora&on des critères pronos&ques sans détériora&on du tableau clinique IHA au paracétamol sans encéphalopathie hépa&que de stade 3 ou 4 quel que soit le degré de la coagulopathie. IHA au paracétamol avec acidose métabolique sévère ou hyperlactatémie répondant rapidement au remplissage vasculaire

42 Indications stables Hépatites fulminantes, Qui? ARRETER Présence d arguments factuels en faveur de fonc&ons cérébrales irréversiblement compomises (dilata&on pupillaire bilatérale fixée) Infec&on fongique invasive Escalade rapide dans les besoins en ionotropes IV Pancréa&te aiguë sévère

43 Indications stables Hépatites fulminantes, Quel délai?

44 Indications stables Hépatites fulminantes, Quel délai? Bilan des demandes des greffes en «super-urgence» AMM: sor&e de liste pour améliora&on AGM: sor&e de liste pour aggrava&on

45 Indications stables Hépatites fulminantes: Synthèse - Qui transférer? Tous les patients avec IHA en absence de CI évidente - Quand transférer? Stade IHA sévère et/ou évolutive Entre 50% et 30% de TP/FV avant signes neurologiques D emblée si acidose métabolique, hyperlactactémie - Ou transférer? Centre de TH Soins intensifs si mono-défaillant Réanimation Médicale si pluri-défaillant - Quand transplanter? Dans la fenêtre d irréversibilité Critères de Clichy / KHC

46 Indications décroissantes Cirrhoses virales B Registre TH pour cirrhose virale B en Europe Données registre européen ELTR Diminu)on de l indica)on cirrhose B décompensée Augmenta)on CHC sur cirrhose B Burra P et al. J Hepatol 2012

47 Indications décroissantes Cirrhoses virales B Cirrhose alcoolique Cirrhose posthépatite C Cirrhose VHB ou B +D N % pmh N % pmh Cirrhose alcoolique , ,8 0 Cirrhose post-hépatite (B, C ou D) ,3 1,7 74 5, ,6 0,4 17 1,3 0

48 Indications décroissantes Cirrhoses virales C Evolution du nbre de malades inscrits sur liste d attente avec un marqueur viral C

49 Indications décroissantes Cirrhoses virales C Cirrhose alcoolique Cirrhose VHC Cirrhose VHB ou B +D N % pmh N % pmh Cirrhose alcoolique , ,8 0 Cirrhose post-hépatite (B, C ou D) ,3 1,7 74 5, ,6 0,4 17 1,3 0

50 Indications décroissantes Cirrhoses virales C Pronos&c à court terme chez les cirrho&ques VHC+ décompensés et traités par AVD Améliora)on Evolu)on du MELD après traitement 19,5 31,6 % 22,3 Détériora)on 36 % 33 % 8,9 0,2 0,2 0,2 2,3 4,2 5,1 1,9 0,8 0,4 0,4 0,2 0,2 0,4 0,4 0,2 0, Fernandez-Carrillo C, Espagne, EASL 2016, Abs. GS01 actualisé

51 Indications décroissantes Cirrhoses virales C Vers une sor&e de la liste d a8ente de TH des pa&ents guéris du VHC? Pa)ents inac)vés Pa)ents délistés Incidence cumulée (%) 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 Inac)vés TH Décès Sor)e de liste Incidence cumulée (%) 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 Délistés TH Décès Sor)e de liste Pa)ents à risque Semaines Belli L, Italie, EASL 2016, Abs. PS36 actualisé Pa)ents à risque Semaines

52 Indications décroissantes Cirrhoses virales C Incidence es)mée d inac)va)on 1,0 0,8 Incidence cumulée (%) 0,6 0,4 0, Semaines MELD < 16, Delta MELD = 2, Delta Albumine = 0,5 MELD = 16, Delta MELD = 2, Delta Albumine = 0,5 MELD > 20, Delta MELD = 2, Delta Albumine = 0,5 MELD < 16, Delta MELD = 4, Delta Albumine = 0,8 MELD = 16-20, Delta MELD = 4, Delta Albumine = 0,8 MELD > 20, Delta MELD = 4, Delta Albumine = 0,8 è Après traitement par AVD, près d 1/3 des pa)ents ont pu être inac)vés sur liste d avente, et 20 % secondairement re)rés de la liste d avente. L améliora)on rapide du MELD et du taux d albumine (12 premières semaines) étaient les facteurs prédic)fs d inac)va)on

53 Transplanta)on hépa)que : Qui? Dans quel délai? L Hépa'te fulminante en 1 jour La cirrhose alcoolique grave en 1 sem - 1 mois Le CHC en 1 an Les cirrhoses virales de moins en moins.

Cirrhose Alcoolique. Qui transplanter? Journée d Hépatologie, 11 janvier 2014

Cirrhose Alcoolique. Qui transplanter? Journée d Hépatologie, 11 janvier 2014 Journée d Hépatologie, 11 janvier 2014 Cirrhose Alcoolique Qui transplanter? Georges-Philippe Pageaux CHU Saint Eloi, Pôle digestif gp-pageaux@chu-montpellier.fr TH pour maladie alcoolique Inter région

Plus en détail

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Types d immunodépression Innée Déficits immunitaires héréditaires (>150 décrits) Acquise Liée à une maladie

Plus en détail

J P MIGUET. L heure de la transplantation hépatique chez le cirrhotique alcoolique

J P MIGUET. L heure de la transplantation hépatique chez le cirrhotique alcoolique J P MIGUET L heure de la transplantation hépatique chez le cirrhotique alcoolique Connaître les risques et les bénéfices de la transplantation hépatique. Connaître l'intérêt du sevrage en alcool et tabac.

Plus en détail

Place de l Addictologue dans les Equipes de Transplantation Hépatique

Place de l Addictologue dans les Equipes de Transplantation Hépatique 23 mars 2016 Dr Benjamin ROLLAND Service d Addictologie CHRU de Lille benjamin.rolland@chru-lille.fr Place de l Addictologue dans les Equipes de Transplantation Hépatique [I] Le problème de la «récidive»

Plus en détail

20/09/2010. Sd métabolique: Prise en charge. NASH: que fait l hépatologue. Autre cause de maladie hépatique? Autre cause de stéatohépatite?

20/09/2010. Sd métabolique: Prise en charge. NASH: que fait l hépatologue. Autre cause de maladie hépatique? Autre cause de stéatohépatite? Colloque MPR mercredi 15 septembre 2010 Hépathopathie stéatosique non alcoolique (NAFLD: nonalcoholic fatty liver disease) Département de médecine communautaire et de premier recours Séminaire B Dr E.

Plus en détail

TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES

TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES 10/02/12 Aymeric BECQ SOMMAIRE 1. Pourquoi traiter 2. Traitement inieal 3. Traitement au long cours 4. Cas de la grossesse 5. HAI et TH 6. Conclusion 1. POURQUOI

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Isabelle Morard Service d hépato-gastroentérologie Service de transplantation Juin 2013 J hepatol 2012 Hepatology 2011 CHC: épidémiologie Cibler les populations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 octobre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 08/01/2007 par arrêté du 23/12/2008. RHINADVIL, comprimé enrobé Boîte

Plus en détail

Observation. Pr Badre. Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca

Observation. Pr Badre. Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca Observation Pr Badre Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca Observation Mr T.A. 64 ans (DDN : 01/01/1949) Opéré pour fistule anale en 1994 Diabète type 2 sous ADO En 2009 lors d

Plus en détail

Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies

Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies Victor de Lédinghen CHU Bordeaux Paris 15 Octobre 2010 Intérêt des marqueurs de fibrose Bilan de gravité d une maladie

Plus en détail

Hépatopathie alcoolique et stéatopathie métabolique. Marion Corouge Service d hépatologie. Journée de Cochin, 8 février 2014

Hépatopathie alcoolique et stéatopathie métabolique. Marion Corouge Service d hépatologie. Journée de Cochin, 8 février 2014 Hépatopathie alcoolique et stéatopathie métabolique Marion Corouge Service d hépatologie Journée de Cochin, 8 février 214 Hépatopathie alcoolique Alcool et VHC Étude évaluant l impact de la consommation

Plus en détail

Comparaison coût dialyse versus transplantation

Comparaison coût dialyse versus transplantation TRANSPLANTATION RENALE /HEMODIALYSE Comparaison coût dialyse versus transplantation Dr HAZZAN - Néphrologue - Hôpital Calmette - CHRU - LILLE EVALUATION DU COÛT DE LA GREFFE QUEL EST LE COUT DES THERAPIES

Plus en détail

Critères d aiguillage et d inscription de l Ontario pour la transplantation hépatique/hépatique et intestinale chez l adulte

Critères d aiguillage et d inscription de l Ontario pour la transplantation hépatique/hépatique et intestinale chez l adulte Critères d aiguillage et d inscription de l Ontario pour la transplantation hépatique/hépatique et intestinale chez l adulte Version 2.0 Réseau Trillium pour le don de vie Critères d aiguillage et d inscription

Plus en détail

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015 AFEFoie @AFEFoie Association reconnue d utilité publique Traitement des hépatites virales C Avis d experts 5 janvier 2015 M. Bourlière (Marseille) JP. Bronowicki (Nancy) Ch. Hézode (Créteil) D. Larrey

Plus en détail

Evaluation de l apport diagnostique de la scintigraphie à la métaiodobenzylguanidine marquée à l Iode 123 (MIBG)

Evaluation de l apport diagnostique de la scintigraphie à la métaiodobenzylguanidine marquée à l Iode 123 (MIBG) Peut-on mieux sélectionner les patients insuffisants cardiaques ayant une indication à un défibrillateur automatique implantable (DAI) en prévention primaire? Evaluation de l apport diagnostique de la

Plus en détail

Traitement du CHC sur cirrhose un sujet illimité

Traitement du CHC sur cirrhose un sujet illimité Traitement du CHC sur cirrhose un sujet illimité Pr Laurent Hannoun Dr Eric SAVIER Dr Francesco MARTINI Transplantation pour CHC TH : traitement idéal des CHC sur cirrhose Mais Le nombre de greffon est

Plus en détail

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Docteur Marie-Josèphe JEAN-PASTOR Centre Régional Pharmacovigilance Marseille-Provence-Corse Hôpital Sainte Marguerite AP-HM Tél :

Plus en détail

Cancer urothélial infiltrant de vessie. Place de la chimiothérapie néo-adjuvante et adjuvante?

Cancer urothélial infiltrant de vessie. Place de la chimiothérapie néo-adjuvante et adjuvante? Cancer urothélial infiltrant de vessie. Place de la chimiothérapie néo-adjuvante et adjuvante? Dr Mathilde Deblock Réunion médicale ONCOLOR 31 mars 2009 En France, en 2005: Incidence: 9700 Mortalité: 4400

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

CHC sur cirrhose Traitement percutané

CHC sur cirrhose Traitement percutané CHC sur cirrhose Traitement percutané Dr M Benazzouz Rabat Journée Mondiale de la santé digestive SMMAD Centre WGO de Rabat Mohammadia 1 er Juin 2013 objectifs Traitement percutané Modalités Indications

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie Ariane MALLAT Tabac, cannabis et foie Connaître le rôle du tabac et du cannabis dans le développement de la fibrose Savoir l évaluer Connaître les conséquences pratiques chez un malade porteur d une hépatopathie

Plus en détail

Hépatites virales Hépatites virales Hépatite A Hépatite A Hépatite E Hépatite G Hépatite D ou agent delta VHB Généralités - Virus de l hépatite B. Famille des Hepadnaviridae. Genre des Othohepadnavirus

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... V Liste des abréviations de l'ouvrage...xiii

Table des matières. Avant-propos... V Liste des abréviations de l'ouvrage...xiii Table des matières Avant-propos................................................. V Liste des abréviations de l'ouvrage...............................xiii ITEM 83 Hépatites virales...........................................

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Foie et Psoriasis. Dominique Valla Service d Hépatologie, Hôpital Beaujon

Foie et Psoriasis. Dominique Valla Service d Hépatologie, Hôpital Beaujon Foie et Psoriasis Dominique Valla Service d Hépatologie, Hôpital Beaujon Foie et Psoriasis Hépatopathies chroniques Psoriasis Médicaments Atteinte Hépatique Foie et Psoriasis Hépatopathies chroniques Psoriasis

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

La greffe solidaire entre séropositifs

La greffe solidaire entre séropositifs La greffe solidaire entre séropositifs 1. la greffe de foie liée aux hépatites virales La greffe de foie consiste à remplacer le foie chez un malade dont le foie est en très mauvais état et ne fonctionne

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS DR. Mathieu BECK RESEAU ONCOLOR INTRODUCTION FREQUENCE Les plus fréquents (frq. cumulée) PRONOSTIC Très variable d un cancer à l autre Exemples: c. colorectaux

Plus en détail

Traitement de l incontinence post-opératoire chez l homme

Traitement de l incontinence post-opératoire chez l homme DIU Rééducation Périnéale Traitement de l incontinence post-opératoire chez l homme DIU de Rééducation périnéale Dr Laurence Peyrat Définitions L incontinence urinaire chez l homme survient après une lésion

Plus en détail

Thrombose veineuse et cancer : facteurs prédictifs. Docteur Lionel Védrine Hôpital du Val-de-Grâce Paris

Thrombose veineuse et cancer : facteurs prédictifs. Docteur Lionel Védrine Hôpital du Val-de-Grâce Paris Thrombose veineuse et cancer : facteurs prédictifs Docteur Lionel Védrine Hôpital du Val-de-Grâce Paris Le cancer, facteur prédictif de thrombose veineuse 1865: syndrome de Trousseau Dans certains cas,

Plus en détail

Présenté par Fradj Nizar Le 21/11/2013

Présenté par Fradj Nizar Le 21/11/2013 Compressions thoraciques mécaniques et défibrillations simultanées vs réanimation cardiorespiratoire conventionnelle dans l arrêt cardiaque en pré-hospitalier. Présenté par Fradj Nizar Le 21/11/2013 IMPORTANCE

Plus en détail

Mr P.B, 65ans. Quelles informations donner au patient? Oncologie pour le praticien-1. Généralisation du dosage du PSA.

Mr P.B, 65ans. Quelles informations donner au patient? Oncologie pour le praticien-1. Généralisation du dosage du PSA. Oncologie pour le praticien-1 Stratégies diagnostiques et thérapeutiques Cancer de la prostate localisé Expert: Prof AP. Sappino Animatrice: Prof M. Louis Simonet Consultation PSA 6 mg/l Asymptomatique

Plus en détail

Suivi Médical : Recommandations

Suivi Médical : Recommandations Suivi Médical : Recommandations Dr MJ. PEREZ CHRU Montpellier Suivi médical Langage Vivre avec une microdélétion 22q11 Développement psycho-social cognitif Malformations : Suivi spécialisé Surveillance

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Définition d un algorithme moléculaire pour le diagnostic des tumeurs hépatocellulaires

Définition d un algorithme moléculaire pour le diagnostic des tumeurs hépatocellulaires Définition d un algorithme moléculaire pour le diagnostic des tumeurs hépatocellulaires J-C. Nault 1, A. de Reyniès 2, J. Calderaro 1, G. Couchy 1, J. Tran Van Nhieu 3, T. Decaens 3, A. Laurent 3, D. Franco

Plus en détail

NOUVEAUTÉS EN TRANSPLANTATION HÉPATIQUE EN 2015. Thomas Decaens tdecaens@chu-grenoble.fr

NOUVEAUTÉS EN TRANSPLANTATION HÉPATIQUE EN 2015. Thomas Decaens tdecaens@chu-grenoble.fr NOUVEAUTÉS EN TRANSPLANTATION HÉPATIQUE EN 2015 Thomas Decaens tdecaens@chu-grenoble.fr Principes de la transplantation hépatique? Ressource rare Sélection des malades Principe d équité Principe d attribution

Plus en détail

Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand

Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand MARSEILLE 22/03/2013 Damien Bouvier / Jean- Benoît Dauphin / Mathilde Fournier Pôle de Pédiatrie (Pr. Labbé) Laboratoire de Biochimie

Plus en détail

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»?

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? D. GEDOUIN Rennes, le 12 juin2015 CAS CLINIQUE Madame L Paulette, née le 23/04/1929 (86 ans), ancienne

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

Guideline 1 : DETECTION ET EVALUATION DE L HEPATITE C EN CAS DE MALADIE RENALE CHRONIQUE (MRC)

Guideline 1 : DETECTION ET EVALUATION DE L HEPATITE C EN CAS DE MALADIE RENALE CHRONIQUE (MRC) RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE CLINIQUE KDIGO POUR LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC, L EVALUATION ET LE TRAITEMENT DE L HEPATITE C CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE MALADIE RENALE CHRONIQUE Page 1 of 9 Guideline

Plus en détail

L Agence de la Biomédecine

L Agence de la Biomédecine L Agence de la Biomédecine Organisation, missions et AMP Françoise MERLET Agence de la biomédecine francoise.merlet@biomedecine.fr Loi de bioéthique du 06 août 2004 l Agence de la biomédecine Une nouvelle

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES. Paul Legmann Radiologie A Pôle Imagerie

TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES. Paul Legmann Radiologie A Pôle Imagerie TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES Paul Legmann Radiologie A Pôle Imagerie TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES Carcinome hépato-cellulaire : Sans traitement : survie à 5 ans < à 5 % (CHC sur cirrhose) Traitement

Plus en détail

Une étude de phase III sur Avastin donne des résultats positifs lors de cancer de l ovaire de stade avancé

Une étude de phase III sur Avastin donne des résultats positifs lors de cancer de l ovaire de stade avancé Communiqué de presse Bâle, le 25 février 2010 Une étude de phase III sur Avastin donne des résultats positifs lors de cancer de l ovaire de stade avancé Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY) a annoncé aujourd

Plus en détail

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin L hépatite alcoolique aiguë Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT Unités d Hépatologie et d Addictologie i Hôpital Cochin Histoire naturelle Maladie symptomatique Foie normal Maladie alcoolique du

Plus en détail

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013 Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand SFT, 25 Octobre 2013 Les principales maladies hépatiques -Hépatopathies dues au

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 1 Généralités (1) Risque accru d infections et notamment infections sévères Risque de survenue de maladie vaccinale si vaccins vivants : Contre-indiqués

Plus en détail

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE ADULTE : ÉTUDE PROSPECTIVE Communication orale n 24 François HERVY Pharmacien assistant spécialiste CHU de Bordeaux 2 CONTEXTE ET

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Difficultés de la prise en charge Palliative des Tumeurs Cérébrales

Difficultés de la prise en charge Palliative des Tumeurs Cérébrales Difficultés de la prise en charge Palliative des Tumeurs Cérébrales Joëlle PERENNES Infirmière référente Sce de neurologie Khê HOANG-XUAN Sce de Neurologie Michèle LEVY-SOUSSAN UMSP Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Evaluation des Tendances

Evaluation des Tendances Etude Clinique Bilan de fin d étude, août 2002 1 Evaluation clinique du système de télémédecine DIATELIC chez les patients traités par dialyse péritonéale à domicile Pierre-Yves Durand Evaluation des Tendances

Plus en détail

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Point sur le cancer de la vessie : dépistage précoce et santé au travail Dr Maria GONZALEZ Centre

Plus en détail

Syndrome d apnée obstruc3ve du sommeil (SAS)

Syndrome d apnée obstruc3ve du sommeil (SAS) Syndrome d apnée obstruc3ve du sommeil (SAS) Dr G.Bonnaud 20 avril 2009 Epidémiologie Maladie individualisée en 1976 2 à 4% de la popula3on adulte Augmenta3on fréquence / age (60 ans) Prédominance masculine

Plus en détail

RÔLES, DIFFICULTÉS, ATTENTES DES CONJOINTS AIDANTS DE PATIENTS ADULTES ATTEINTS DE MUCOVISCIDOSE

RÔLES, DIFFICULTÉS, ATTENTES DES CONJOINTS AIDANTS DE PATIENTS ADULTES ATTEINTS DE MUCOVISCIDOSE RÔLES, DIFFICULTÉS, ATTENTES DES CONJOINTS AIDANTS DE PATIENTS ADULTES ATTEINTS DE MUCOVISCIDOSE Anne BADATCHEFF- COAT Unité d EducaCon ThérapeuCque Département de Pneumologie CHU Angers DELF 11/02/11

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Transplantation hépatique pour IHC aiguë post-hépatectomie

Transplantation hépatique pour IHC aiguë post-hépatectomie Transplantation hépatique pour IHC aiguë post-hépatectomie Place théorique ou réelle Astrid Herrero, Montpellier IHC aiguë après chirurgie = complication la plus grave Peut être fatale Incidence faible

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

Observatoire local des loyers privés. Chiffres clés au 1er janvier 2012

Observatoire local des loyers privés. Chiffres clés au 1er janvier 2012 Observatoire local des loyers privés Chiffres clés au 1er janvier 2012 Enquête au 1er janvier 2012 Niveaux de loyers au 01/01/2012 : Toujours en progression +1,8% pour les loyers moyens +3,5% pour les

Plus en détail

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire Consultation Santé Jeunes Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire «La dépendance, elle ne me semble pas réelle. Elle n est qu illusion. Chaque homme est

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Fédération Digestive Hôpital Purpan et INSERM U531 Toulouse 38 Japon 30 Incidence

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE. Docteur H. BELHAKEM 2011

VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE. Docteur H. BELHAKEM 2011 VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE Docteur H. BELHAKEM 2011 En sport, savourons Le plaisir de ne pas forcer quitte à rester derrière! VMA = JO 2012 QUE DANS L ESPRIT LA VMA POURQUOI FAIRE? 1/ PARCE QUE C EST

Plus en détail

Prise en en charge des pneumonies communautaires. communautaires. J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble

Prise en en charge des pneumonies communautaires. communautaires. J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble Prise en en charge des pneumonies communautaires communautaires J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble 1 Les scores de gravité Utilisation en pratique 2 RÉDUCTION DE LA MORTALITÉ EN CIBLANT

Plus en détail

Présentation du travail effectué autour du projet NADIS

Présentation du travail effectué autour du projet NADIS Présentation du travail effectué autour du projet NADIS SOMMAIRE Appel d offre pour le logiciel Hébergement de Nadis Les contrats Présentation de Nadis Architecture générale de la plateforme Nadis Quelques

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Suivi des Cancer Urologiques. Steven P Lapointe MD, FRCSC Urologue Cité de la Santé de Laval 23 février 2013

Suivi des Cancer Urologiques. Steven P Lapointe MD, FRCSC Urologue Cité de la Santé de Laval 23 février 2013 Suivi des Cancer Urologiques Steven P Lapointe MD, FRCSC Urologue Cité de la Santé de Laval 23 février 2013 Conflits d intérêt Comité Consultatif AMGEN ASTELLAS GSK Cancers Urologiques Le suivi des cancers

Plus en détail

Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Introduction Maladie alcoolique du foie Alcool = molécule soluble, absorbée au niveau du tractus gastrointestinal Passe dans sang et rapidement cerveau, foie, poumons (organes très vascularisés) Passe

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Rappels. Fascia de Gerota

Rappels. Fascia de Gerota Le cancer du rein Rappels Rappels Fascia de Gerota Epidémiologie Incidence : Monde en 2012 : 14.5 / 100 000 personnes-années (poumon 51, prostate 99) chez l homme et 5.8/100 000 chez la femme France en

Plus en détail

personnel et risque pour le nouveau né Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Conflits d intérêt

personnel et risque pour le nouveau né Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Conflits d intérêt Herpès labial de la mère/du personnel et risque pour le nouveau né Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée du Réseau Mater. Lyon, 16 octobre 2014 Conflits d intérêt Déclaration Publique d

Plus en détail

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A 40 ans Découverte d une cirrhose en 03/2004 devant une 1 ère DOA Clinique : CVC, ascite, ictère, angiomes stellaires, érythrose palmaire Biologie : Hb :10,2 g/dl TP

Plus en détail

SYNDROME HEPATORENAL SERVICE D ANESTHESIE REANIMATION 1 P SEGUIN

SYNDROME HEPATORENAL SERVICE D ANESTHESIE REANIMATION 1 P SEGUIN SYNDROME HEPATORENAL SERVICE D ANESTHESIE REANIMATION 1 P SEGUIN - PATIENT de 56 ans. - MALADIE HEPATIQUE: Cirrhose éthylique évoluant depuis 3 ans. => DECOMPENSATION OEDEMATO ASCITIQUE (DOA) INAUGURALE.

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11. CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.13 Épidémiologie (Etat des lieux, INCA 2013) Le cancer du sein fait partie

Plus en détail

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Patiente de 43 ans ATCD : tabagisme sevré 2003, G3P2 Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Biologie : Cytolyse, cholestase ALAT, ASAT 80, GGT 107,

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail

9 ème Congrès belge de chirurgie ambulatoire B.A.A.S. Hôpital militaire Neder-Over-Hembeek 11 février 2011

9 ème Congrès belge de chirurgie ambulatoire B.A.A.S. Hôpital militaire Neder-Over-Hembeek 11 février 2011 9 ème Congrès belge de chirurgie ambulatoire B.A.A.S. Hôpital militaire Neder-Over-Hembeek 11 février 2011 L esthétique médicale dans les centres de chirurgie de jour: demain, une législation? Introduction

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne HEPATITES VIRALES Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne INTRODUCTION Infections systemiques atteignant preferentiellement le foie Lesions inflammatoires et alterations hepatocytaires 5 virus

Plus en détail

L IPILIMUMAB POUR TRAITER LES RECHUTES RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES D UN ESSAI DE POST- ALLOGREFFE: PHASE I/IB

L IPILIMUMAB POUR TRAITER LES RECHUTES RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES D UN ESSAI DE POST- ALLOGREFFE: PHASE I/IB L IPILIMUMAB POUR TRAITER LES RECHUTES POST- ALLOGREFFE: RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES D UN ESSAI DE PHASE I/IB D après la communication orale de M.S. Davids, abstract #O141 EBMT 2015 22-25 Mars 2015 Rédigé

Plus en détail

BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE

BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE Dr Camille BARRAULT Equipe de Liaison et de Soins en Addictologie Service d Hépato-gastroentérologie Conflits d intérêt L auteur n a aucun conflit d intérêt en relation

Plus en détail

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION DESC Réanimation Médicale LYON Janvier 2010 HAUTIN Etienne PLAN Introduction Evaluation Recommandations Mesures cliniques Mesures biophysiques Marqueurs biologiques

Plus en détail

FMC - JFHOD 2009. Tumeurs Bénignes du Foie Hyperplasie Nodulaire Focale et Adénomes. Dominique-Charles VALLA

FMC - JFHOD 2009. Tumeurs Bénignes du Foie Hyperplasie Nodulaire Focale et Adénomes. Dominique-Charles VALLA FMC - JFHOD 2009 Tumeurs Bénignes du Foie Hyperplasie Nodulaire Focale et Adénomes Dominique-Charles VALLA Service d Hépatologie, Université Denis Diderot-Paris7, et INSERM U773 Hôpital Beaujon, Clichy

Plus en détail

Longue Durée et odontologie Article L 322.3 du Code de Sécurité Sociale

Longue Durée et odontologie Article L 322.3 du Code de Sécurité Sociale Exonération du ticket modérateur en rapport avec une Affection de Longue Durée et odontologie Article L 322.3 du Code de Sécurité Sociale Cours 2015 1 Une affection de longue durée exonérante est une maladie

Plus en détail