«HETEROGENEITE DE LA CAUSALITE EPARGNE-INVESTISSEMENT EN ZONE UEMOA 1 ET IMPLICATIONS POUR LA COORDINATION BUDGETAIRE» 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«HETEROGENEITE DE LA CAUSALITE EPARGNE-INVESTISSEMENT EN ZONE UEMOA 1 ET IMPLICATIONS POUR LA COORDINATION BUDGETAIRE» 2"

Transcription

1 «HETEROGENEITE DE LA CAUSALITE EPARGNE-INVESTISSEMENT EN ZONE UEMOA 1 ET IMPLICATIONS POUR LA COORDINATION BUDGETAIRE» 2 Par Christian Lambert NGUENA 3 Université de Yaoundé II-Soa, Cameroun RESEARCH PAPER PRESENTED AT: The third Annual Conference for Regional Integration in West Africa (ACRIA 3) Them: Policy Coordination for Regional Integration in West Africa Dakar Senegal, July 4-6, 2012 Abstract: Monetary unions are characterized by contemporary institutional arrangements that entrust monetary policy to a supranational while fiscal policies are framed by standards imposed on the budget deficit. Limits on public deficits are usually justified by the idea that government deficits reduce national savings, which ultimately reduces domestic investment and economic growth. However, this idea that domestic savings must necessarily increase if investment increases can not be taken for granted. Moreover, it is possible that within the union, countries reveal different saving-investment causality, which is capable of rendering considerable credibility and effectiveness of budgetary rules of prohibition systematic government deficits as a means revitalize investment. This study raises the question of domestic savings-investment causality in the WAEMU zone. It was determined in each country from a methodology based on analyzes of cointegration vector representations leading to error correction. The existence of a causal heterogeneity in savings-investment in the WAEMU zone then leads to consider a new model of fiscal coordination incorporating this heterogeneity, including the adoption of a new standard more flexible budget based on a structural balance out public investment. Keywords: monetary union, savings-investment causality, heterogeneity, fiscal coordination. Jel classification: C51; C59; E62; F43; H50; O40. Résumé: Les unions monétaires contemporaines sont caractérisées par des arrangements institutionnels qui confient la politique monétaire à une entité supranationale tandis que les politiques budgétaires sont encadrées par des normes imposées sur le déficit budgétaire. Les limites imposées aux déficits publics sont généralement justifiées par l idée que les déficits publics réduisent l épargne nationale, ce qui finalement réduit l investissement intérieur et la croissance économique. Cependant, cette idée que l épargne domestique doit nécessairement s accroître pour que l investissement augmente ne saurait être prise pour argent comptant. Par ailleurs, il est possible qu au sein de l union, les pays révèlent des causalités épargne-investissement différentes, ce qui est susceptible d entacher considérablement la crédibilité et l efficacité des règles budgétaires de prohibition systématique des déficits publics comme moyen de revitaliser l investissement. Cette étude pose le problème de la causalité épargne-investissement domestique dans la zone UEMOA. Elle a été déterminée dans chaque pays à partir d une méthodologie axée sur les analyses de cointégration débouchant sur des représentations vectorielles à correction d erreur. L existence d une hétérogénéité dans la causalité épargne-investissement en zone UEMOA conduit alors à réfléchir sur un nouveau modèle de coordination budgétaire intégrant cette hétérogénéité, notamment, l adoption d une nouvelle norme budgétaire plus souple basée sur un solde structurel hors investissements publics. Mots clés : union monétaire, causalité épargne-investissement, hétérogénéité, coordination budgétaire. Jel classification : C51; C59; E62; F43; H50; O Introduction La relation qu entretient l épargne domestique avec l investissement est l une des plus grandes controverses en macroéconomie. Au cœur du débat, c est la question du sens de 1 Union Economique et Monétaire Ouest Africaine. 2 English: Heterogeneity of Saving-Investment Causality in WAEMU Zone and Fiscal Coordination Implication. 3 Courriel : Tel : + (237)

2 causalité qui, s exerce entre ces deux variables qui est posée. Est-ce l épargne qui cause l investissement ou est-ce l investissement qui cause l épargne? Autant la théorie du taux de chômage naturel a été la question centrale dans les études sur la politique monétaire, la question de la causalité entre l épargne et l investissement domestiques est quant à elle décisive pour la politique budgétaire. En effet, la signification économique des déficits publics est communément construite autour des effets négatifs qu ils ont sur le volume d épargne domestique, et finalement sur la formation du capital. Derrière cette interprétation des déficits publics se trouve l idée que l épargne domestique cause systématiquement l investissement intérieur; Les déficits publics correspondent alors à une désépargne du secteur public, qui a pour effet de réduire l épargne domestique qui à son tour, va réduire l investissement. C est ce point de vue qui justifie généralement les choix pour des politiques d austérité budgétaire ou pour l équilibre inter temporel des budgets dans les pays en développement en proie à des difficultés budgétaires importantes aux conséquences reconnues au niveau de leurs paiements extérieurs. Si à contrario, c est l investissement qui cause l épargne, les politiques d abstinence à la fois de la part du gouvernement que du secteur privé ne sont plus nécessaires et peuvent plutôt avoir des conséquences déflationnistes. Ce qui importe alors c est l accroissement de la dépense d investissement aux effets multiplicateurs que l on lui reconnaît. Il en ressort ainsi que la politique budgétaire appropriée pour une économie donnée devrait être dessinée selon le sens de causalité qui s exerce entre l épargne et l investissement, et cela nécessite par ailleurs une détermination empirique de la causalité étant donnée l indétermination théorique qui existe à ce propos. Transposée aux cas particuliers des unions monétaires, l intérêt de l analyse de la causalité épargne-investissement s en trouve décuplé. En effet, l intérêt pour l étude des unions monétaires, précisément leur efficacité, est devenu croissant avec l unification européenne. De cette unification, sont sortis plusieurs arrangements institutionnels à volets budgétaire comme monétaire. La politique monétaire a été confiée à une entité supranationale et indépendante des pressions politiques, la Banque centrale européenne, quand la politique budgétaire est restée du ressort des autorités nationales. Cependant, la définition d un critère budgétaire communautaire encadrant les dépenses publiques au sein de l UE lie davantage les mains des autorités publiques des différents pays. Un plafond a ainsi été imposé aux déficits publics qui ne doivent excéder 3% du PIB. Selon plusieurs auteurs (Palley, 1996 ; Alexiou, 2004) en effet, la définition de ce critère dit de convergence budgétaire en union monétaire traduit l émergence d un consensus néolibéral qui avance que seuls des budgets équilibrés ou en surplus sont les clés pour revitaliser l investissement domestique, car les déficits publics absorbent l épargne nationale qui était destinée à l investissement et augmente de ce fait les taux d intérêt. Tout se passe donc comme si la causalité épargne-investissement était systématique et faisait l objet d un consensus, plus précisément, qu elle s exercerait systématiquement de l épargne vers l investissement. L union monétaire est un regroupement de plusieurs pays à économies souvent structurellement et/ou conjoncturellement différentes qui partagent une même monnaie et s efforcent de coordonner leurs politiques. Il est donc probable que le degré d hétérogénéité structurelle (structures productives, marchés du travail et structures financières) entre pays demeure bien longtemps après l unification par rapport aux hétérogénéités de conjonctures qui devraient en principe s estomper avec le temps. Il vient que la spécificité de chaque économie peut donc révéler des causalités épargne-investissement variables d un pays à un autre au sein de l union monétaire, remettant de ce fait en cause la règle budgétaire communautaire de prohibition systématique des déficits publics qui n est en définitive efficace que si tous les pays présentent des causalités similaires dans le sens de l épargne intérieure vers l investissement intérieur. En présence d hétérogénéité de causalité épargneinvestissement, la règle budgétaire communautaire devient semblable à un choc asymétrique frappant les pays membres. Etant donnée qu elle permet l accroissement de l épargne 2

3 domestique, elle sera vertueuse uniquement dans les pays de l union ayant révélé une causalité de l épargne vers l investissement. Dans les autres pays ne révélant pas une telle causalité, cette règle aura des conséquences récessives. C est pourquoi l analyse empirique de la causalité épargne-investissement devient importante dans le contexte d une union monétaire comme la zone UEMOA à architecture institutionnelle relativement proche de celle de l UE et qui pourrait elle aussi présenter des hétérogénéités que les arrangements actuels auraient bien de la peine à gérer. L objet du présent article est d analyser la relation qu entretient l épargne avec l investissement en zone UEMOA. Plus spécifiquement, il s agit de (i) déterminer le sens de causalité dans chaque pays entre l épargne et l investissement domestiques et (ii) saisir les principales implications en matière de coordination budgétaire dans cette union monétaire. Le reste de l article est organisé de la manière suivante : la deuxième section présente une brève revue de la littérature des principales contributions théoriques et empiriques sur la relation épargne-investissement. La section 3 présente la méthodologie. La section 4 présente les données ainsi que les résultats obtenus. La section 5 s intéresse aux implications de politiques économiques. 2. Quelques éléments de littérature. L indétermination théorique du sens de causalité entre épargne et investissement : La relation épargne-investissement est généralement connue sur le plan théorique à travers les divergences de points de vue qui opposent les économistes notamment sur le sens de la causalité qui prévaut. Pour les économistes dits Classiques et néoclassiques, le taux d intérêt sur le marché des fonds prêtables équilibre l épargne et l investissement. Par ailleurs, d après les analyses traditionnelles du lien entre la finance et le développement économique, l épargne est la pré-condition de l investissement productif et de la croissance économique, donc du développement économique (Gurley et Shaw, 1956 ; Goldsmith, 1969). Pour ces auteurs, la principale contribution du système financier à la croissance économique repose sur le fait que ce dernier permet d assurer le fonctionnement d un système de paiement efficace et évolutif, qui mobilise l épargne et améliorent son affectation à l investissement grâce aux taux d intérêt réels positifs. L hypothèse d épargne préalable est également présente dans les modèles de la libéralisation financière développés par Mckinnon (1973) et Shaw (1973). Ces modèles estiment qu on peut accroître le niveau de l investissement interne en stimulant l accumulation de l épargne interne grâce aux taux d intérêt réels positifs et une incitation à la concurrence entre les institutions de financement. Bencivenga et Smith (1991) ont également montré que les intermédiaires financiers, par l allocation de l épargne aux actifs peu liquides, et par la réduction de la liquidation prématurée d investissements rentables, amélioreraient la productivité du capital, et stimulaient donc la croissance économique. L analyse de Keynes (1936) propose quant à elle, le renversement de la causalité qui, traditionnellement va de l épargne vers l investissement. Cette nouvelle conception de la causalité du lien entre l épargne et l investissement développée par Keynes et reprise de manière plus précise par les thèses post-keynésiennes (Godley et Cripps, 1985 ; Sodokin, 2004) offre théoriquement, une approche alternative du rôle de l épargne, et des institutions financières pour le développement économique. Dans une perspective post-keynésienne, la «finance» précède l «épargne» dans le processus du financement de l investissement productif. Grâce à un processus de multiplication des revenus initié par l investissement, il se crée en définitive une épargne au sein de l économie. Blecker (1997) va plus loin en précisant que, la conception traditionnelle selon laquelle l épargne tend généralement à précéder l investissement peut être remise en cause pour deux raisons. La première raison est que les politiques économiques qui visent systématiquement l augmentation du taux d épargne domestique peuvent à contrario déprimer l investissement, car elles ont pour effet immédiat de réduire considérablement la demande globale. La 3

4 deuxième raison est celle d une réinterprétation du rôle de l épargne domestique en cas de mobilité internationale des capitaux relativement forte. En effet, Blecker (1997) accessoirement, mais surtout Feldstein et Horioka (1980) principalement, ont montré qu en cas de mobilité internationale des capitaux, l épargne va se diriger vers les régions du globe qui offrent un rendement plus intéressant que le rendement domestique de l épargne. Il s en suit que l association entre épargne domestique et investissement domestique sera d autant plus forte que la mobilité des capitaux ou l intégration économique est faible. D autres auteurs partagent également le point de vue selon lequel l investissement précèderait l épargne dans le processus de création et de multiplication des revenus. Skott (1989), emboîtant le pas des keynésiens, considère ainsi l investissement comme la variable clé. Son argument est que les firmes décident d abord du niveau d investissement à réaliser, puis par la suite, le revenu et l épargne s ajustent en conséquence. Pour Gordon (1995) comme pour Harcourt et Spajic (1998), la causalité dans les faits, s exerce de l investissement vers l épargne. Indétermination renforcée au niveau de la Comptabilité nationale : Dans économie ouverte, il y a quatre utilisations possibles des biens et services produits. L identité du revenu national exprime ces quatre composantes du produit intérieur brut (PIB). Y = C + I + G + EXn. avec Y, le PIB, C, la consommation privée, I est l investissement total, G est la consommation gouvernementale et EXn représente les exportations nettes de biens et services, obtenues par la différence des exportations de biens et services et les importations de même nature. Selon cette équation (en fait cette égalité purement comptable), la dépense intérieure, c est-à-dire la dépense effectuée sur le territoire national, est la somme de la consommation, de l investissement, des dépenses publiques et des exportations nettes. Cette égalité montre les liaisons entre production et dépenses sur le territoire national. En modifiant les positions de certaines variables de l équation, nous obtenons successivement : Y C G = I + EXn. Or nous savons que l épargne intérieure n est autre que Y C G. Ainsi, S = I + EXn. En soustrayant I des deux membres de l équation, l identité comptable du revenu national se réécrit : S I = EXn. Cette présentation de l identité comptable du revenu national montre que les exportations nettes d une économie doivent toujours être égales à la différence entre son épargne et son investissement. En désagrégeant l épargne domestique en épargne privée (S p ) et publique (S g ), nous obtenons : I = S p + S g Exn En raisonnant à partir de cette identité comptable, en fin de période, l investissement augmente seulement quant les deux composantes de l épargne domestique augmentent. Mais il est extrêmement important de souligner que cette identité comptable est purement informative. Elle nous enseigne uniquement que l investissement domestique est égal à la somme de l épargne privée et publique nette du solde courant, et non sur une quelconque relation de causalité entre les variables. 4

5 L épargne totale au sein de l économie est en effet la somme du surplus budgétaire, de l épargne des ménages et des bénéfices non distribués des entreprises privées. Comment pouvons-nous être en effet sûrs que l accroissement de l une des composantes de l épargne domestique par exemple, laissera inchangée les autres composantes? En effet, un accroissement des taxes, bien qu augmentant l épargne publique, réduira le revenu disponible privé et par conséquent l épargne privée, laissant de ce fait relativement inchangée l épargne totale et, c est la neutralité d une politique de relance des investissements bâtie sur une élévation préalable de l épargne publique qui sera observée. Par ailleurs, une augmentation de l épargne publique peut être suffisamment valorisée par le secteur privé qui peut alors augmenter sa consommation au détriment de l épargne, ce qui une fois de plus, laisse inchangé le volume d épargne domestique. Nous pouvons ainsi multiplier les exemples encore et encore. Mais, la vérité est évidente : la relation macroéconomique entre ces deux variables (épargne et investissement) est ambiguë et complexe. La résolution du problème d un point de vue empirique est l une des manières de lever l indétermination. Des résultats empiriques divergents : Quoique peu nombreux, les travaux empiriques, qui ont étudié la causalité entre l épargne et l investissement, sont riches d enseignements. A ce titre, on peut tout d abord retenir les études de Palley (1996) pour le cas américain et Alexiou (2004) en ce qui concerne certains pays de la zone Euro. Ces deux auteurs avancent que la détermination empirique de la causalité épargne-investissement devrait renseigner les autorités budgétaires sur la supériorité relative de l une ou de l autre option budgétaire à savoir : abstinence ou accroissement de la dépense d investissement. Palley (1996) adopte une méthodologie basée sur le test de Granger et sur une analyse de fonctions de réactions impulsionnelles pour valider l hypothèse Keynésienne de «paradoxe de la frugalité» sur données américaines. Ses résultats sont que l investissement tend à précéder l augmentation de l épargne et une augmentation de l épargne réduit fortement l investissement à travers son effet négatif sur la demande globale. Alexiou (2004) adopte une démarche semblable à celle adoptée par Palley (1996) mais qui lui est légèrement différente en ce sens que les fonctions de réaction impulsionnelles ont été délaissées au profit d une analyse de décomposition de la variance de l erreur de prévision. Il aboutit aux résultats que l investissement précède généralement l épargne dans les pays de la zone euro retenus, mais l analyse de décomposition de la variance laisse tout de même place à une relative hétérogénéité des résultats entre pays. L auteur conclue alors que ces différences de résultats pourraient trouver explication en explorant les structures de ces pays, notamment les différences au niveau des structures financières. Greenidge et al (2004) ont entrepris de tester l hypothèse théorique que l un des canaux par lequel le développement financier agit sur la croissance économique est qu il favorise l accumulation du capital grâce à une plus grande affectation de l épargne à l investissement. Les auteurs ont ainsi voulu rapprocher le sens de causalité épargne-investissement aux niveaux de développement financier en retenant pour cela des pays caribéens et latino-américains. La causalité épargne-investissement a été testée en faisant recours à une méthodologie récente axée sur la cointégration. Cependant, les auteurs ne sont pas arrivés systématiquement au résultat que le niveau de développement financier façonnait la causalité épargne-investissement dans leur échantillon. Les études de causalité consacrées aux pays africains sont relativement rares. Néanmoins, nous en avons répertorié deux principales. Elbadawi et Mwega (2000) concluent à une causalité du taux d épargne intérieure vers le taux d investissement domestique en Afrique sub-saharienne en utilisant la causalité à la Granger (1969) et des données agrégées de toute la région, à la différence de Agbetsiafa (2002) qui fait recours aux tests de causalité à partir de représentations vectorielles à correction d erreur dans des pays comme la Côte d ivoire, le Nigeria, l Afrique du Sud, la Zambie et le Kenya. La causalité est partout de l épargne vers 5

6 l investissement, sauf en Afrique du Sud où prévaut une causalité bidirectionnelle entre épargne et investissement intérieurs. De cette revue de la littérature empirique, deux principales conclusions émergent. La première qui a plus une importance méthodologique, tient à ce que, la détermination de la causalité se soit généralement faite au cas par cas (pays par pays) ce qui a conditionné le recours à l économétrie des séries temporelles. La deuxième conclusion, semble quant à elle bien liée à la première. En effet, la causalité épargne-investissement semble être conditionnée par des spécificités structurelles nationales, ce qui nécessite de recourir aux analyses pays. 3. Méthodologie. Les approches méthodologiques relevant des études qui ont analysé sur le plan empirique la relation épargne investissement sont diverses et n ont pas toujours abordé l importante question de la causalité entre ces deux variables. Tout d abord, un certain nombre d études a employé les moindres carrés ordinaires sur une seule équation pour examiner la relation épargne investissement. En cela, elles ont malheureusement souffert d un problème économétrique majeur, celui du biais de simultanéité, car elles ont négligé la possibilité d effet retour. En outre, ces études ont procédé directement à l estimation sans au préalable analyser les propriétés chronologiques des séries épargne et investissement. Pourtant, comme l ont montré Nelson et Plosser (1982), la plupart des séries temporelles macroéconomiques sont non stationnaires à niveau. Ensuite, un nombre important d études empiriques a eu recours à des estimations en coupes transversales, ce qui a rendu extrêmement difficile l application de leurs résultats à un pays spécifique. Enfin, très peu de ces études ont concerné l Afrique. La présente étude va au-delà de ces insuffisances méthodologiques en ayant recours exclusivement aux techniques récentes relevant de l économétrie des séries temporelles pour déterminer le sens de causalité et en retenant des pays africains, membres de la zone UEMOA. Empiriquement, pour tester la causalité, il est commun d appliquer le test de causalité de Granger (1969). Cependant, la technique de cointégration impulsée par Engle et Granger (1987) et Granger (1988) a fournit une contribution significative dans la conduite des tests de causalité. Dans le cadre de notre étude, les tests de causalités basés sur des représentations vectorielles à correction d erreur sont utilisés pour chaque pays de la zone UEMOA De la cointégration à la causalité. Le modèle vectoriel à correction d erreur nécessite que les séries utilisées soient cointégrées 4. Il est donc important de tester d abord l existence de relations de cointégration entre les séries (Johansen, 1988) avant de procéder à l estimation des équations du VECM. Le point de départ est une représentation VAR 5 de la forme : x t = η + p 1 Π x t i + i = 1 ε t où x est un vecteur (n x 1) de variables qui peuvent être I (0) ou I (1). Π est une matrice (n x n) de coefficients, ε est un vecteur (n x 1) de perturbations ayant des propriétés normales. (1) 4 Deux séries sont cointégrées lorsqu il existe une évolution de long terme constante entre les chroniques. 5 L approche VAR présente ici plusieurs avantages (i) il est possible de distinguer la causalité de court terme de celle de long terme si les variables sont cointégrées (ii) il est souvent fréquent que les variables macroéconomiques soient affectées par leurs valeurs passées (iii) cette approche permet de traiter le problème d endogénéité en traitant toutes les variables comme endogènes. 6

7 S il existe une relation de cointégration entre les variables I (1), l équation précédente doit être reparamétrisée et, on obtient une représentation vectorielle à correction d erreur VECM : p 1 Δxt = η + θ iδxt 1 + Π xt 1 + εt (2) i = 1 Où Δ est l opérateur différence, et θ est une matrice (n x n) de coefficients. Le rang, r, de la matrice Π détermine le nombre de relations de cointégration. Si le rang de cette matrice est n ou égal à zéro, le modèle VAR est respectivement estimé à niveau ou en différence première, du fait qu il n existe pas de relation de cointégration entre les variables du modèle. Cependant, si le rang de la matrice Π est inférieur à n, alors il existe des (n x r) matrices β (les paramètres de cointégration) et α (la matrice d ajustement qui décrit les poids avec lesquels chaque variable entre dans l équation) de sorte que Π = α β et, l équation (2) est retenue comme le modèle à estimer. La matrice Π est estimée (par la méthode du maximum de vraisemblance) comme un VAR sans restriction qui subit des tests pour vérifier si les restrictions qu implique la réduction du rang de la matrice Π peuvent être, ou non, rejetées. Les statistiques utilisées pour la détermination du rang (de cointégration) de la matrice Π sont la statistique Trace donnée par : λ = - T i, pour r = 0, 1,, k-1 et λi la i-ème valeur propre de la matrice trace k i= r+ 1 log( 1 λ ) Π, T = nombre d observations, k = nombre de variables, r = rang de la matrice. et la statistique maximum eingenvalue (valeur propre maximale), qui est donnée par : λ max = T log(1 λ ) r Les statistiques de Johansen (1988) suivent une loi de probabilité (similaire à un l aide de simulations par Johansen et Juselius (1990). ) tabulée à Ayant effectué le test de cointégration (de Johansen) sur les variables épargne (s) et investissement (i) intérieurs (en logarithme népérien), la représentation VECM entre ces deux variables devrait s écrire : l m Δ δ 1i γ 1i it η1 Δ + it i + α1 it 1 = [ ] + ε1 i= 1 i= 1 l m β1 β 2 (3) Δs t η 2 Δ t i α 2 t 1 ε 2 δ 2 γ s s i 2i i= 1 i= 1 où les α captent la vitesse d ajustement d un état de déséquilibre vers la relation de long terme. Ce déséquilibre est défini ici comme le gap qui existe entre les valeurs décalées d une période des variables épargne et investissement intérieurs[ gap = i t 1 β 1 β 2st 1]. Si épargne et investissement sont cointégrées, les déviations par rapport à l équilibre de long terme ont pour effet, à court terme, d induire des changements dans l évolution de l une ou de toutes les variables de façon forcer le système à retourner vers son équilibre de long terme. 2 χ 7

8 L équation de cointégration entre épargne et investissement s écrit ECT t-1 = β 1 i t-1 + β 2 s t 1 et ECT t-1 =i t-1 + (β 2 / β 1 ) s t-1 selon que l on a normalisé 6 par rapport à l investissement ou ECT t-1 = (β 1 / β 2 ) i t-1 + s t-1 si l on a normalisé par rapport à l épargne. Contrairement au test standard de Granger (1969), cette méthodologie alternative basée sur le mécanisme de correction d erreur, considère la possibilité que la valeur passée d une variable à niveau (par exemple y) peut aider à expliquer les variations courantes de l autre variable (par exemple x), même si, les valeurs passées des séries différenciées de y ne le peuvent pas. L intuition est la suivante : Si x et y suivent une trajectoire commune et constante au fil du temps, les variations courantes de x sont partiellement le résultat d un ajustement de x afin de respecter son alignement avec y. Cette causalité ne peut être détectée par le test standard de Granger (1969) qui a seulement, identifié la possibilité que les changements passés d une variable peuvent aider à expliquer les changements courants d une autre variable. Comme pour le test standard de Granger, il est possible de déterminer la causalité en sens inverse ou alors l existence d une causalité dans les deux directions. Cependant, si les deux variables sont cointégrées, la causalité existera au moins dans une direction. Le résultat d absence totale de causalité dans toutes les directions identifiable par le test de Granger (1969) est mis hors circuit ici ; dès que les séries suivent un trend commun, il existera toujours au moins une causalité. Pour réaliser le test, on s appuie sur la réprésentation (3) et on estime chacune des équations (4) et (5) suivantes, avec i et s respectivement l investissement et l épargne domestiques. Δ Δ l m it = η 1 + δ1iδit i + γ 1iΔst i + α1[ β1it 1 + β2st 1] + ε1 t i= 1 i= 1 l m st = η 2 + δ2 iδit i + γ 2iΔst i + α2[ β1i t 1 + β2st 1] + ε2 t i= 1 i= 1 (5) Cette procédure est préférée à la méthode standard de Granger (1969) parce qu elle permet de mettre en évidence une causalité temporelle qui émane de (i) la somme des coefficients des variables indépendantes en différence première et décalées ( δ, γ ) et (ii) du terme de rappelα. En outre, le modèle à correction d erreur permet la mise en évidence d une causalité même si les coefficients des variables explicatives différenciées et retardées ne sont pas significatifs (Miller et Russek, 1990) Sources et types de causalité. Il existe, par conséquent, deux sources de causalité ; l une à partir de l équation de cointégration, c'est-à-dire si α 0 et l autre à partir des coefficients des variables différenciées retardées. Le ECT mesure la relation d équilibre de long terme, tandis que les coefficients des variables décalées renvoient à la dynamique de court terme. La significativité du coefficient associé à ECT met en évidence l existence d un mécanisme de correction d erreur qui conduit les variables à retourner vers leur état de long terme. Etant donnée l existence de sources possibles de causalité (à court terme ou à long terme, ce qui est impossible à percevoir si l on fait recours au test classique de causalité à la Granger), nous présentons trois différents tests employés dans la littérature récente : Le test de causalité de court terme, le test de causalité de long terme et le test d exogéneité forte. Le test de causalité de court terme. (4) 6 La procédure de normalisation renvoie, pour une simplification de l interprétation, à traiter artificiellement l une des variables comme étant l endogène dans l équation de cointégration. 8

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

MODELE A CORRECTION D ERREUR ET APPLICATIONS

MODELE A CORRECTION D ERREUR ET APPLICATIONS MODELE A CORRECTION D ERREUR ET APPLICATIONS Hélène HAMISULTANE Bibliographie : Bourbonnais R. (2000), Econométrie, DUNOD. Lardic S. et Mignon V. (2002), Econométrie des Séries Temporelles Macroéconomiques

Plus en détail

Épargne, systèmes de financement et développement économique en Afrique : une alternative post-keynésienne

Épargne, systèmes de financement et développement économique en Afrique : une alternative post-keynésienne Épargne, systèmes de financement et développement économique en Afrique : une alternative post-keynésienne Par Koffi SODOKIN Laboratoire d économie et de gestion Université de Bourgogne (France) Koffi.Sodokin@u-bourgogne.fr

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

MEMOIRE de Théorie de Croissance Economique : Epargne et Investissement, quelle causalité?

MEMOIRE de Théorie de Croissance Economique : Epargne et Investissement, quelle causalité? RÉPUBLIQUE DE LA COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ***************************** Ministère de l Enseignement Supérieur *************************** École Nationale Supérieure de Statistique et d Économie

Plus en détail

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES DEB : DECOUVERTE DU LOGICIEL EVIEWS INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS FORMATIONS METHODES ECONOMETRIQUES VAR : MODELES

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Nicolas Parent, département des Marchés financiers Il est généralement reconnu aujourd hui qu une grande

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

L importance des investissements publics pour l économie. Analyse thématique Finances locales

L importance des investissements publics pour l économie. Analyse thématique Finances locales L importance des investissements publics pour l économie Analyse thématique Finances locales Belfius Research Mars 2015 Introduction En septembre 2014, les normes SEC 2010 1 ont été appliquées intégralement

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE Auteur : Sana GUERMAZI-BOUASSIDA Assistante Permanente à l Ecole Supérieure de Commerce de la

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013)

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013) Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 213) 1. Exposé des motifs et référentiels internationaux. La circularité des concepts

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

ESTIMATION D UNE FONCTION DE DEMANDE DE MONNAIE AU CAMEROUN PAULIN MENDO & MBOLLO STEVE WILLIAMS*

ESTIMATION D UNE FONCTION DE DEMANDE DE MONNAIE AU CAMEROUN PAULIN MENDO & MBOLLO STEVE WILLIAMS* ESTIMATION D UNE FONCTION DE DEMANDE DE MONNAIE AU CAMEROUN PAULIN MENDO & MBOLLO STEVE WILLIAMS* Contexte et justification Le Cameroun constitue l un des six Etats membres de la Communauté Economique

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

«La dynamique du surendettement et de l insolvabilité des ménages au Canada : Quel impact sur la stabilité financière?»

«La dynamique du surendettement et de l insolvabilité des ménages au Canada : Quel impact sur la stabilité financière?» «La dynamique du surendettement et de l insolvabilité des ménages au Canada : Quel impact sur la stabilité financière?» Amina Bakchich Alexandre Grandmaison Beaudelaire Sa'A Kemvou Mamadou Oury Diallo

Plus en détail

MICRO IMPACTS OF MACRO AND ADJUSTMENT POLICIES

MICRO IMPACTS OF MACRO AND ADJUSTMENT POLICIES MICRO IMPACTS OF MACRO AND ADJUSTMENT POLICIES LIBERALISATION FINANCIERE ET ACCES DES PAUVRES AUX STRUCTURES DE FINANCEMENT DECENTRALISEES AU BENIN. Par Irène Cocovi MENSAH Papier préparé pour le séminaire

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Abdoulaye DIAGNE Abdou-Aziz NIANG C.R.E.S Université de Dakar L.E.G Université de Bourgogne Professeur d

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

POLITIQUE ECONOMIQUE ET DEVELOPPEMENT

POLITIQUE ECONOMIQUE ET DEVELOPPEMENT POLITIQUE ECONOMIQUE ET DEVELOPPEMENT EPARGNE, INVESTISSEMENT ET CROISSANCE ECONOMIQUE EN COTE D'IVOIRE ET CONSEQUENCES POUR L'ACTION DES POUVOIRS PUBLICS Loesse Jacques ESSO PED N 08/2008 Cellule d Analyse

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Documents de travail

Documents de travail Documents de travail du Laboratoire d Economie et de Gestion Working Papers Contrainte de crédit et convergence vers la frontière technologique: Qu'en est-il des pays de la Zone CFA? Abdou-Aziz NIANG,

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

TAUX DE CHANGE REEL ET FLUCTUATIONS ECONOMIQUES : cas de la Tunisie

TAUX DE CHANGE REEL ET FLUCTUATIONS ECONOMIQUES : cas de la Tunisie TAUX DE CHANGE REEL ET FLUCTUATIONS ECONOMIQUES : cas de la Tunisie 3EMES RENCONTRE EURO-MEDTERRANEENES (NICE OCTOBRE 1999) Mohamed Ben Abdallah(TEAM) Imed Drine(MAD-EUREQua) benmoha@univ-paris1.fr drine@univ-paris1.fr

Plus en détail

Plan Introduction Revue Méthode Résultats Conclusions

Plan Introduction Revue Méthode Résultats Conclusions Plan Introduction Revue Méthode Résultats Conclusions Analyse économétrique des apports du téléphone mobile dans l inclusion financière et dans la croissance économique en Afrique. Mihasonirina Andrianaivo

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Mobility of Capital in West Africa: Study case of ECOWAS Countries

Mobility of Capital in West Africa: Study case of ECOWAS Countries MPRA Munich Personal RePEc Archive Mobility of Capital in West Africa: Study case of ECOWAS Countries Lassine Koté and Zakaria Sorgho and Carine Ouedraogo African Centre for International Trade and Development

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

1 Définition de la non stationnarité

1 Définition de la non stationnarité Chapitre 2: La non stationnarité -Testsdedétection Quelques notes de cours (non exhaustives) 1 Définition de la non stationnarité La plupart des séries économiques sont non stationnaires, c est-à-direqueleprocessusquiles

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

Nombre de crédits Nombre d'évaluation UE Majeure de spécialité 6 2. UE mineure de spécialité 3 ou 2 1. UE libre 1 1

Nombre de crédits Nombre d'évaluation UE Majeure de spécialité 6 2. UE mineure de spécialité 3 ou 2 1. UE libre 1 1 Mode d'évaluation Pour les sessions normales, le nombre d'évaluations dépendra de la nature de l UE. Ainsi: les UE majeures comportent deux évaluations: une évaluation à mi-parcours (devoir sur table ou

Plus en détail

Curriculum Vitae détaillé

Curriculum Vitae détaillé Curriculum Vitae détaillé Situation personnelle Nom Patronymique : HURLIN Prénom : Christophe Date et lieu de naissance : né le 06 mars 1973 à Montluçon (03) Adresse personnelle : 4bis Avenue Jean Zay

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE U.F.R. SEGMI THESE. Pour obtenir le grade de DOCTEUR ES SCIENCES ECONOMIQUES

UNIVERSITE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE U.F.R. SEGMI THESE. Pour obtenir le grade de DOCTEUR ES SCIENCES ECONOMIQUES UNIVERSITE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE U.F.R. SEGMI Année 2009 THESE Pour obtenir le grade de DOCTEUR ES SCIENCES ECONOMIQUES Présentée et soutenue publiquement par Raphaël Jeudy LA TRANSMISSION DE

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Notes de l Institut d émission Établissement public Dotation - SIRET 78 APE 65 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598 Paris cedex Tél. : + 5 Fax : + 87 99 6 Croissance de la masse monétaire et

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX Vêlayoudom MARIMOUTOU Laboratoire d Analyse et de Recherche Economiques Université de Bordeaux IV Avenue. Leon Duguit, 33608 PESSAC, France tel. 05 56 84 85 77 e-mail

Plus en détail

Partie 5 : La consommation et l investissement

Partie 5 : La consommation et l investissement Partie 5 : La consommation et l investissement Enseignant A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suite La troisième partie a exposé les théories

Plus en détail

Intégration régionale et croissance:

Intégration régionale et croissance: Introduction Intégration régionale et croissance: Le cas de l Afrique Centrale DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph 11 octobre 2013 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC 2013 1 / 16 Plan Introduction Contexte

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Dans la théorie de l intermédiation financière, un système bancaire fonctionne correctement s il favorise

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : FINANCE ( applicable à partir

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

ESSO Loesse Jacques, ISE, PhD

ESSO Loesse Jacques, ISE, PhD ESSO Loesse Jacques, ISE, PhD Maître de Conférences Agrégé d Economie Date de naissance: 4 Décembre 1976 Nationalité: Ivorienne Adresse professionnelle: 08 Bp 3 Abidjan 08, Côte d Ivoire Adresse personnelle:

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES Cet exemple a pour objectif d étudier la faillite d entreprises. Les données proviennent de l ouvrage de R.A.Johnson et D.W Wichern : «Applied Multivariate Statistical

Plus en détail

Une analyse économétrique multivariée du comportement des ménages

Une analyse économétrique multivariée du comportement des ménages Revue de l OFCE n 66 / juillet 1998 Une analyse économétrique multivariée du comportement des ménages Françoise Charpin Professeur à l Université de Paris II, Conseiller scientifique à l OFCE Cette étude

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Strategic Management M. Jean Mourani

Strategic Management M. Jean Mourani Strategic Management M. Jean Mourani The course deals with the traditional and contemporary concepts of strategy. It will provide the students with an in-depth knowledge of the integration of the strategy

Plus en détail

Prévisions des prix des négociants de vin par les cours producteurs :

Prévisions des prix des négociants de vin par les cours producteurs : Prévisions des prix des s de vin par les cours producteurs : une étude empirique à partir de 10 appellations de vin de Bourgogne. (première version Mai 2000 - Version révisée juillet 2000) Résumé Cette

Plus en détail

Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe

Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe Jean-Charles HOURCADE Baptiste PERISSIN-FABERT CIRED (CNRS EHESS ENPC AgroParisTech- CIRAD) La transition énergétique en France CNRS Paris

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Réformes fiscales et du droit des affaires en Afrique subsaharienne. Quel impact sur la mobilisation des ressources fiscales?

Réformes fiscales et du droit des affaires en Afrique subsaharienne. Quel impact sur la mobilisation des ressources fiscales? Colloque «L effectivité du droit économique dans l espace OHADA» Université du Luxembourg, 20-21 novembre 2014-10-03 Réformes fiscales et du droit des affaires en Afrique subsaharienne. Quel impact sur

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg Szabolcs Deák 1 - Lionel Fontagné 2 - Marco Maffezzoli 3 - Massimiliano Marcellino 4 Introduction Les modèles dynamiques stochastiques d équilibre

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Trente-et-unième réunion 18 avril 2015 Déclaration de Mr. Regis Immongault Ministre de l économie, de la promotion des investissements et de la prospective Gabon

Plus en détail

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National.

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National. La BDP Système financier International La Balance des Paiements I- Le Compte courant ESC-Février 2015 Balance des paiements = relevé statistique annuel de toutes les transactions de biens, services et

Plus en détail

La dépense de consommation des ménages joue un rôle essentiel dans les

La dépense de consommation des ménages joue un rôle essentiel dans les La consommation des ménages dans la crise Marie-Emmanuelle Faure Hélène Soual Division Comptes trimestriels Clovis Kerdrain Division Synthèse conjoncturelle La dépense de consommation des ménages joue

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail

LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007

LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007 LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007 Les notes de l IPP n 10 Juin 2014 Guillaume Bazot www.ipp.eu Résumé La finance a pris

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

ATELIER COMMERCE, INVESTISSEMENT ET DEVELOPPEMENT AU SENEGAL

ATELIER COMMERCE, INVESTISSEMENT ET DEVELOPPEMENT AU SENEGAL République du Sénégal Ministère de l Economie et des Finances 1 ATELIER COMMERCE, INVESTISSEMENT ET DEVELOPPEMENT AU SENEGAL Nature des interactions entre le commerce international et les IDE (complémentarité

Plus en détail