Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Poitou- Charentes et en Ile-de-France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Poitou- Charentes et en Ile-de-France"

Transcription

1 Résultats de l enquête 2014 sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Communauté d Agglomération ROYAN ATLANTIQUE Enquête menée en 2014 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime Enquête Territoire Fiche 13 / 25 Résultats clés de l enquête > SOMMAIRE p.3 Fiche d identité p.5 Fréquentation p.6 Intégration dans la vie locale p.7 Satisfaction p.8 Retombées économiques Des propriétaires très concernés par l enquête (31 % de participation) En majorité retraités et issus de catégorie socioprofessionnelles variées Majoritairement résidents permanents en Poitou- Charentes et en Ile-de-France Les résidences secondaires occupées 77 jours par an par le propriétaire et sa famille Un cadre de vie très apprécié, notamment pour le littoral et la plage Un attachement durable au territoire : plus d un tiers des propriétaires se prononcent pour la donation aux enfants Un impact économique important sur le territoire (commerces et BTP) Ambassadeurs du territoire : 1 propriétaire sur 2 reçoit régulièrement famille et amis dans sa résidence secondaire Des propriétaires assez peu concernés par les risques liés à la mer p.10 Restauration et Loisirs p.11 Perception des risques liés à la mer Cette étude a été réalisée de septembre à novembre 2014 à partir d une méthodologie, d une analyse et d une interprétation des résultats conçues et réalisées conjointement par Charente-Maritime Tourisme (CMT), les Chambres de Commerce et d industrie (CCI) La Rochelle et Rochefort-Saintonge et le laboratoire Littoral, Environnement et Sociétés LIENSs (CNRS/Université de La Rochelle), avec une étroite collaboration des collectivités du département (Communautés de communes, Communautés d agglomération, Pays), de l Insee et de la Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement (DREAL) de Poitou-Charentes.

2 Communauté d Agglomération ROYAN ATLANTIQUE Données et méthodologie de l étude : Population légale (Insee 2012) : habitants Nombre de résidences secondaires (Filocom 2013) : , soit 40 % du total des logements Nombre de répondants à l enquête par questionnaire en 2014 : sur envois, soit 31 % de réponse Organisation d un groupe de discussion ( focus group ) à Saint-Palais-sur-Mer le 16 juillet 2014, réunissant 12 propriétaires de résidences secondaires Enquête réalisée par courrier de septembre à novembre 2014 auprès de propriétaires de résidences secondaires sur le département de la Charente-Maritime domiciliés en France métropolitaine, dont propriétaires répondants sur la Communauté d agglomération (CDA) Royan Atlantique. Un propriétaire référent interrogé par résidence secondaire. Données sources issues des fichiers des collectivités territoriales (cadastre numérique MAJIC 3, taxe d habitation, redevance des ordures ménagères). Les logements en location à l année ou soumis à la taxe professionnelle ne sont pas considérés comme des résidences secondaires. Données redressées en fonction de l origine géographique du propriétaire (région de résidence principale) et de la localisation de sa résidence secondaire. Données jugées non significatives en dessous de 15 répondants à la question. Focus group Information notable issue de l étude concernant la zone étudiée Information extraite des groupes de discussions organisés dans certaines communes

3 FICHE D IDENTITÉ 1/2 page 3 Des propriétaires âgés en moyenne de 66 ans, retraités et issus de catégories socio-professionnelles variées Une moyenne d âge équivalente à la moyenne départementale Une proportion de retraités légèrement supérieure à la moyenne départementale (69 %) Des ménages composés à 67 % par des couples sans enfant, et à 12 % d adultes seuls Autant de répondants issus de la catégorie Cadres et professions intellectuelles supérieures, que de Professions intermédiaires (1/3), et la plus forte proportion d Artisans, commerçants et chefs d entreprises (17 %) du département 3 ménages sur 5 ont des revenus mensuels nets inférieurs à 4 201, une proportion équivalente à la moyenne départementale. La répartition des revenus sur la CA Royan Atlantique est proche de celle observée sur l Ile d Oléron. Catégories socio-professionnelles des propriétaires résidents secondaires sur la (en % des répondants) Pourcentage des répondants Agriculteurs Artisans, commerçants chefs d entreprise Cadres, professions intel.sup. Professions intermédiaires Employés Ouvriers Valeurs enregistrées sur les 11 territoires de l enquête NB : catégories socio-professionnelles des propriétaires en activité et des retraités (dernière profession exercée) Âge et statut professionnel des propriétaires résidents secondaires répondant à l enquête Moins de 40 ans 40 à 59 ans de 60 à 74 ans 75 ans et plus Actif Retraité Autre (étudiant, personne au foyer, etc.) Revenus mensuels nets des ménages (en pourcentage de répondants) 9% 9% 19% 12% 51% Moins de Entre et Entre et Entre et Plus de NB : 23 % des répondants n ont pas souhaité répondre à cette question Des propriétaires qui habitent dans la région ou en Ile-de-France Un tiers de Picto-Charentais, et une part importante de résidents franciliens ou des régions limitrophes (Pays de la Loire exceptée) L importance de l axe Paris-Tours-Poitiers-Bordeaux (A10 et TGV) Une attractivité qui rayonne au-delà des régions limitrophes Région de résidence principale des propriétaires résidents secondaires () Nord-Pasde-Calais Haute- Normandie Picardie Basse- Normandie Ile-de- Lorraine France Bretagne Champagne- Ardenne Alsace Pays de la Loire Aquitaine Centre Midi-Pyrénées Poitou- Charentes Limousin Rhône-Alpes Auvergne Languedoc- Roussillon 77 % âgés de 60 ans et plus Bourgogne Franche- Comté Provences- Alpes Côte d Azur Corse Plus de 25% de 5% à 24,9% de 1% à 4,99% Moins de 1% 69 % de retraités, de catégories socio-professionnelles variées 33 % de Picto-Charentais, 25 % de Franciliens, 11 % de la Région Centre

4 FICHE D IDENTITÉ 2/2 page 4 Propriétaires depuis 18 ans en moyenne 71 % de maisons individuelles dans le parc de résidences secondaires Une fréquentation de longue date liée aux vacances et aux attaches familiales Le lieu est fréquenté en moyenne depuis 30 ans, avant même l achat d une résidence secondaire. 43 % des propriétaires viennent dans le Royannais depuis 30 ans ou plus, et 19 % y sont venus pour la première fois avant leurs 18 ans. 50 % d anciens touristes, 20 % d enfants ou de petits-enfants de résidents (après les îles de Ré et d Oléron, c est la proportion d anciens touristes la plus importante du département) Une acquisition du bien relativement ancienne En moyenne depuis 18 ans, équivalent à la moyenne départementale. La part de l héritage 17 % des propriétaires ont hérité de leur bien. Pour la majorité des propriétaires héritiers (51 %), la résidence est entrée dans la famille entre 1949 et 1974, et pour 14 % avant Beaucoup ont été touristes avant d être résidents secondaires Une acquisition du bien assez ancienne Le parc de résidence secondaires : 71 % de maisons, 29 % d appartements 6 couchages en moyenne par résidence secondaire «Avant d acquérir votre résidence secondaire, quelle connaissance aviez-vous de sa commune d implantation?» (plusieurs réponses possibles) Pourcentage des répondants Aucune connaissance Connaissance du lieu par sa réputation Ancien résident permanent Ancien touriste dans le lieu Enfant ou petit-enfant de résident secondaire ou permanent Valeurs enregistrées sur les 11 territoires de l enquête Une majorité de maisons, avec, comme pour les autres pôles urbains du littoral (CA La Rochelle, CA Rochefort-Océan), une part non négligeable d appartements (29 % contre 3 ou 4 % sur le reste du littoral) Achat d un bien déjà existant : mode d acquisition prédominant Mode d acquisition de la résidence secondaire 17% Une capacité d accueil moyenne de 6 couchages Avec 7 résidences sur 10 qui comprennent moins de 7 couchages, la CA Royan Atlantique est conforme à la moyenne départementale Capacité d accueil des résidences secondaires en fonction de leur taille (en nombre de couchages) 19% 15% 1 38% 68% 34% Achat Héritage Construction Moins de 5 5 ou 6 7 ou 8 9 et plus

5 FRÉQUENTATION page 5 77 jours de fréquentation par le propriétaire et ses proches Saisonnalité de la fréquentation Nombre moyen de jours d occupation par les propriétaires et leurs proches sur la Nombre moyen de jours d occupation par saison par les propriétaires et leurs proches sur la Nombre de jours Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc Mois de l année Les données ont été collectées de septembre 2013 à août Elles sont présentées de manière non chronologique pour mieux faire ressortir le pic estival Les propriétaires viennent en moyenne 77 jours par an, soit 2 mois et demi Une fréquentation plutôt en haute saison, et inférieure de 5 jours à la moyenne départementale Jours d occupation Valeurs enregistrées sur les 11 territoires de l enquête 22 jours de prêt à un tiers CLÉS DE LECTURE : Les propriétaires occupent leur résidence secondaire en moyenne 1 jour en janvier, 2 jours en février, 3 jours en mars, etc. Soit au total 77 jours par an. NB : Sont présentées ici les réponses des propriétaires ayant déclaré au moins un jour de présence entre septembre 2013 et août Les valeurs ont été arrondies au jour inférieur ou supérieur. Les propriétaires déclarent prêter leur résidence à un tiers en moyenne 22 jours par an. CLÉS DE LECTURE : L occupation par le propriétaire et le prêt à un tiers pouvant être simultanés, il convient de ne pas additionner ces deux moyennes statistiques. Nombre de jours % Hors saison 22 % 56 % Avant saison Haute saison 24 % Après saison CLÉS DE LECTURE : Le taux d occupation est le rapport, exprimé en pourcentage, entre le nombre de jours occupés dans la saison et le nombre total de jours de la saison. Jours d occupation Valeurs enregistrées sur les 11 territoires de l enquête Taux d occupation Hors saison : octobre à mars Avant saison : avril à juin Haute saison : juillet, août Après saison : septembre CLÉS DE LECTURE : Les propriétaires occupent leur résidence secondaire en moyenne 15 jours d octobre à mars, soit 8 % de la période hors saison. NB : Sont présentées ici les réponses des propriétaires ayant déclaré au moins un jour de présence entre septembre 2013 et août Les valeurs ont été arrondies au jour inférieur ou supérieur. Focus group à Saint-Palais-sur-Mer La fréquentation Résultats du groupe de discussion La période hivernale attire moins (8 % d occupation hors saison) à cause du manque de commerces et d animation. L attachement au mode de vie urbain incite les propriétaires à conserver deux logements pour profiter, par exemple, de l animation culturelle plus riche de la grande ville. La période estivale est globalement recherchée (56 % d occupation en juillet/août), quitte à adapter ses pratiques : On vit au bord de la mer, mais si on a la chance d avoir un jardin ou un environnement où on est au calme, dans la période 15 juillet-15 août, on passe plus de temps dans le jardin que sur le bord de mer.

6 INTÉGRATION À LA VIE LOCALE page 6 Un cadre de vie très apprécié, notamment pour le littoral et les plages Les principales caractéristiques qui donnent de la valeur au cadre de vie de la résidence secondaire sont (question à réponses multiples) : la proximité du littoral / la plage : 91 % des répondants le climat : 56 % le calme, la tranquillité : 53 % le paysage naturel (espaces verts, forêt, etc.) : 48 % A l inverse, le caractère animé du lieu et la qualité des relations sociales ne sont mentionnés que par respectivement 14 % et 6 % des répondants. A noter : 1/5 des propriétaires sont sensibles à l ambiance pittoresque du lieu 1 propriétaire sur 4 s investit dans la vie associative Pourcentage des répondants 25 % des propriétaires adhèrent à une association locale Un investissement particulièrement marqué dans les associations de propriétaires Participation à la vie associative (en % des répondants) 2 Une association locale de propriétaires Un comité, une association de quartier Une association locale de protection de l'environnement Une association locale de protection du patrimoine Une association culturelle locale Une association sportive locale Autre Valeurs enregistrées sur les 11 territoires de l enquête NB : 75 % des répondants ne déclarent aucune participation particulière Focus group : Saint-Palais Le cadre de vie Résultats du groupe de discussion Les relations sociales seraient souhaitées par la majorité des résidents secondaires, mais dans les faits, les contacts semblent se limiter au voisinage. D autres font le choix de couper complètement : la résidence secondaire devient alors un espace de désimplication choisie (Urbain, 2002). Les résidents tiennent à un environnement préservé au sein duquel la nature a conservé une bonne place et où les plages, régulièrement évoquées, constituent un élément central de la qualité de vie. De nombreux participants reconnaissent le rôle de certaines associations de défense de propriétaires et/ou du cadre de vie. Plusieurs ménages franciliens soulignent que la forte saisonnalité du territoire limite l installation à l année : on n est pas habitués à ce rythme de vie et on aurait peut-être du mal à y passer une année complète. Des propriétaires favorables à une donation ou à une amélioration de leur résidence secondaire Avez-vous un projet particulier concernant l avenir de votre résidence secondaire? (plusieurs réponses possibles) 37 % se prononcent pour la donation aux enfants 26 % souhaitent l améliorer, y faire des aménagements 40 % sont indécis Par rapport aux autres territoires, la proportion de propriétaires optant pour la résidence permanente est assez faible sur la CA Royan Atlantique. Pourcentage des répondants Projet d avenir de la résidence secondaire sur la (Plusieurs réponses possibles, en % des répondants) Valeurs enregistrées sur les 11 territoires de l enquête En faire votre résidence principale L améliorer (travaux, rénovation, etc.) La vendre La louer ponctuellement La louer à l année Donation à vos enfants (faite ou à venir) Aucun projet précis Autres L attrait du littoral et du paysage, la tranquillité et le climat : atouts du territoire royannais Une participation non négligeable dans les associations locales (25 % d adhérents) La donation de la résidence concerne près de 2 propriétaires sur 5 Peu de propriétaires envisageant une installation à l année

7 SATISFACTION page 7 Circulation des véhicules et accès Internet : des motifs d insatisfaction Une offre de services et d équipements très appréciée Office de tourisme : 83 % des propriétaires satisfaits (le meilleur taux du département) Diversité et qualité des équipements : 75 % de satisfaits Services offerts par la mairie : 61 % de satisfaits Offre de service de santé : 58 % de satisfaits Services de l intercommunalité : 40 % des propriétaires satisfaits (à noter : 49 % sans opinion )... à l exception des conditions de stationnement et de circulation, et de l accès Internet Conditions de stationnement et de circulation : 37 % d insatisfaits, soit moins que sur le reste du littoral charentais-maritime Accès à l Internet haut débit : 37 % d insatisfaits Niveau de satisfaction concernant le stationnement et la circulation CDC Ile de Ré CDC Ile d'oléron CDA La Rochelle CDA Rochefort-Océan CDC Bassin de Marennes CDA Royan Atlantique Pays d'aunis CDC Vals de Saintonge Pays de Saintonge Romane CDA Saintes CDC Haute-Saintonge (hors CDA Saintes) Niveau de satisfaction concernant l'internet haut débit CDC Ile de Ré CDC Ile d'oléron CDA La Rochelle CDA Rochefort-Océan CDC Bassin de Marennes CDA Royan Atlantique Pays d'aunis CDC Vals de Saintonge Pays de Saintonge Romane CDA Saintes CDC Haute-Saintonge (hors CDA Saintes) Peu ou pas satisfait Sans opinion Satisfait Des conditions de vie communales satisfaisantes Les éléments qui ont obtenu les meilleurs taux de satisfaction sont les suivants : Hospitalité et accueil : 71 % Diversité et qualité des animations proposées : 71 % (le deuxième meilleur taux du littoral, après la CA de La Rochelle) Protection de l environnement : 71 % Propreté, gestion des déchets : 70 % Sécurité des biens et des personnes : 69 % Les spécificités propres au littoral : Surveillance des zones de baignade : 85 % de satisfaits (le meilleur taux de satisfaction du littoral) Qualité des eaux de baignade : 74 % Des propriétaires de résidence secondaire globalement satisfaits des services, des équipements et des conditions de vie locales Les conditions de circulation et de stationnement, un problème récurrent dans les territoires touristiques L accès au haut débit : une préoccupation des propriétaires Un lieu de résidence secondaire jugé hospitalier, animé et respectueux de l environnement Un territoire littoral particulièrement apprécié pour la surveillance des plages et la qualité des eaux de baignade

8 RETOMBÉES ÉCONOMIQUES 1/2 page 8 Des services appréciés 80 % des propriétaires déclarent être satisfaits des services proposés. Des services particulièrement utilisés au sein de la commune de résidence secondaire : Banques et distributeurs : 74 % des répondants Coiffure, Esthétique : 44 % D autres services, régulièrement utilisés, concernent également une commune avoisinante : Entretien et réparation automobile : 46 % (dont 21 % dans une autre commune) Jardinage et entretien : 39 % (dont 20 % dans une autre commune) Pressing, Laverie : 27 % (dont 8 % dans une autre commune) Peu de recours aux services de ménage-nettoyage, de gardiennage, et d aide à la personne (plus de 75 % non concernés ). Focus group à Saint-Palais-sur-Mer Satisfaction, commerces et services Résultats du groupe de discussion Les mots commerce(s), commerçants et proximité ont été particulièrement utilisés à Saint- Palais, montrant ainsi tout l intérêt des propriétaires pour ces questions. La résidence secondaire, lieu de rupture avec le cadre de vie habituel, est associée à un mode de consommation favorisant davantage les commerces de proximité et le marché. Le maintien de ces commerces de proximité ainsi que la possibilité de s y rendre sans utiliser la voiture font partie des principales attentes des propriétaires. Le réaménagement du centre-ville de Saint-Palais s inscrit dans cette logique et a ainsi été apprécié par les participants. Des travaux qui génèrent des retombées économiques locales importantes Plus de 3/4 des résidences secondaires ont fait l objet de travaux dans les 5 dernières années 8 fois sur 10 les propriétaires achètent les matériaux localement, en grande majorité dans les communes voisines de leur commune de résidence secondaire 80 % ont recours aux services d entreprises spécialisées, dont la grande majorité sont locales Consultez l étude Département pour plus d information sur les dépenses des propriétaires, dont celles allouées aux travaux sur la résidence (www.pro.en-charente-maritime.com). 8 propriétaires sur 10 satisfaits des services utilisés (banque, coiffure, jardinage-entretien, etc.) 4 résidences sur 5 concernées par des travaux au cours des 5 dernières années Matériaux et entreprises pour la réalisation des travaux sont majoritairement choisis localement

9 RETOMBÉES ÉCONOMIQUES 2/2 page 9 Des retombées économiques importantes sur les commerces de proximité Des propriétaires satisfaits de l offre commerciale Boulangerie, pâtisserie Épicerie Liquides, boissons Boucherie, charcuterie Huîtres, fruits de mer Poissonnerie Fruits et légumes Crèmerie, fromagerie Équipement de la maison Équipement de la personne Jardinerie Produits Tabac, presse, journaux Pourcentage de répondants : Inférieur à 20 % Entre 20 et 49 % Lieux d achats des produits de base : (plusieurs réponses possibles) Lieu d achats dans la commune Commerces de proximité Marchés n. s. Entre 50 et 79 % Supérieur ou égal à 80 % Lieu d achats Petites, moyennes hors de la et grandes surfaces commune SURFACE Non significatif n. s. Une évaluation contrastée pour des propriétaires présents aussi bien en été qu en hors saison : Horaires d ouverture : 92 % de satisfaction en juillet-août, 72 % en hors saison Diversité de l offre : 90 % de satisfaction en juillet-août, 68 % en hors saison Accueil : 83 % de satisfaction en juillet-août, 81 % en hors saison Rapport qualité/prix, une évaluation souvent plus mitigée : En juillet-août : 44 % de propriétaires insatisfaits En hors saison : un mécontentement qui concerne encore 20 % des propriétaires Des propriétaires très attachés aux commerces de proximité de leur commune L importance des marchés pour les achats alimentaires Une certaine insatisfaction du rapport qualité/prix, accentuée en saison estivale

10 RESTAURATION ET LOISIRS page 10 Bars-restaurants : une offre appréciée toute l année Horaires d ouverture : 70 % de satisfaction en juillet-août, 50 % en hors saison Diversité de l offre : 62 % de satisfaction en juillet-août, 43 % en hors saison Accueil : 61 % de satisfaction en juillet-août, 65 % en hors saison Rapport qualité/prix, une évaluation souvent plus mitigée : En juillet-août : 31 % de propriétaires insatisfaits En hors saison : un mécontentement qui concerne encore 19 % des propriétaires Les propriétaires sont davantage satisfaits de l offre en restaurants-bars pendant la période estivale, sauf pour le rapport qualité-prix. Des propriétaires globalement satisfaits mais vigilants sur le rapport qualité/prix dans la restauration, notamment en fonction de la saison Des pratiques de promenade et de détente privilégiées Environ 1 propriétaire sur 2 déclare recevoir régulièrement de la famille ou des amis dans sa résidence secondaire La commune de la résidence secondaire : un lieu d activités et de détente Pour 78 % des propriétaires, la résidence secondaire est un lieu de repos et de détente Elle représente également un lieu d évasion pour 51 %, et un lieu de retrouvailles avec famille et amis pour 49 % d entre eux 1 propriétaire sur 4 l identifie comme un lieu d attaches familiales ou sentimentales Pour 38 %, c est également l occasion de pratiquer des loisirs Quels sont les principaux loisirs des propriétaires? Quelles activités pratiquez-vous régulièrement durant vos séjours dans votre résidence secondaire? (plusieurs réponses possibles) Promenade à pied Marchés, brocantes, vide-greniers Bricolage, jardinage Plage, baignade Promenade à vélo Accueil famille/amis Repos, détente Shopping Restaurant-bar Sport Monuments, musées Animation culturelle Pêche Sport nautique Thalasso Casino Pourcentage des répondants Valeurs enregistrées sur les 11 territoires de l enquête Par rapport aux autres territoires du département, la promenade, la fréquentation des marchés et brocantes, des restaurants-bars, et la détente sont importantes sur le territoire royannais. La CA Royan Atlantique est, après les îles d Oléron et de Ré, le territoire ou les propriétaires fréquentent le plus régulièrement les plages (61 %).

11 PERCEPTION DES RISQUES LIÉS À LA MER page , Xynthia,... : des propriétaires peu concernés par les risques liés à la mer La majorité des résidences secondaires est située sur une commune littorale. Suite aux derniers évènements climatiques extrêmes (tempêtes Martin et Xynthia ), les propriétaires ont davantage conscience du risque et espèrent des actions de prévention et de protection des côtes. Territoires les plus impactés : CDA Rochefort-Océan: 21 % des répondants ont déjà subi des dégâts dans leur résidence secondaire CDA La Rochelle : 19 % CDC Bassin de Marennes : 17 % CDC Ile de Ré : 10 % Territoires littoraux moins impactés : CDA Royan Atlantique : 4 % des répondants touchés CDC Ile d Oléron : 3 % Seuls 4 % des propriétaires de résidences secondaires sur la CDA Royan Atlantique ont été impactés par les risques liés à la mer (tempête, recul du trait de côte, submersion). Si le sentiment d exposition au risque atteint une part largement supérieure (22 %), il reste le taux le plus faible parmi les territoires littoraux. Consultez les fiches des territoires et des communes pour les données locales (www.pro.en-charente-maritime.com). Les données des territoires de l arrièrepays ne sont pas présentées ici, car non-significatives. Sont présentées les réponses des propriétaires de résidences secondaires situées sur des communes littorales, soit 88 % des répondants (communes classées en loi Littoral). Très peu de propriétaires ont subi des dégâts liés à la mer Une conscience du risque relativement élevée (22 %), mais la plus faible des territoires littoraux du département " Considérez-vous que votre résidence secondaire est située dans une zone exposée aux risques liés à la mer? " CDA La Rochelle CDC Ile de Ré CDA Rochefort-Océan CDC Ile d'oléron CDC Bassin de Marennes CDA Royan Atlantique Oui Non

12 Retrouvez la collection de l étude sur les résidences secondaires en Charente-Maritime, en téléchargement sur rubrique Observatoire / Les résidences secondaires étude Département études Territoires Parution 2ème semestre 2015 : études Communes CDA de La Rochelle La Rochelle, Châtelaillon-Plage, autres communes littorales CDC de l Ile de Ré Les-Portes-en-Ré, St-Martin-de-Ré, Ste-Marie de Ré 1 Charente-Maritime Carnet Pro 02 Pays d Aunis 03 CDC Vals de Saintonge 04 Pays de Saintonge Romane 05 CDA de Saintes 06 CDC de la Haute-Saintonge 07 CDC Charente-Arnoult et CDC canton de Gémozac 08 CDC Bassin de Marennes 09 CDA Rochefort Océan 10 CDA La Rochelle 11 CDC Île de Ré 12 CDC Île d Oléron 13 CDA Royan Atlantique CDA Royan Atlantique Les Mathes, Vaux-sur-Mer, Royan CDC Ile d Oléron Dolus-d Oléron, St-Georges-d Oléron, Le-Grand-Village-Plage et St-Trojan-les-Bains Stéphane DONNAT T Caroline BLONDY Luc VACHER Didier VYE T Olivier BELLANGER T Murielle VERMANDÉ T

Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Ile-de-France

Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Ile-de-France Résultats de l enquête 2014 sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime PAYS D AUNIS Enquête menée en 2014 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime Enquête

Plus en détail

Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime SAINT-DENIS-D OLERON SYNTHESE âgés, à majorité retraités

Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime SAINT-DENIS-D OLERON SYNTHESE âgés, à majorité retraités Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Commune de SAINT-DENIS-D OLERON Enquête menée en 2013 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime SOMMAIRE

Plus en détail

SOMMAIRE. Commune de LA TREMBLADE. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime. Fiche d identité p.2. Fréquentation p.

SOMMAIRE. Commune de LA TREMBLADE. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime. Fiche d identité p.2. Fréquentation p. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Commune de LA TREMBLADE Enquête menée en 2013 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime SOMMAIRE Fiche d

Plus en détail

Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Ile-de-France et en Poitou-Charentes

Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Ile-de-France et en Poitou-Charentes Résultats de l enquête 2014 sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Communauté d Agglomération SAINTES Enquête menée en 2014 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime

Plus en détail

Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Poitou- Charentes

Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Poitou- Charentes Résultats de l enquête 2014 sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Communauté d agglomération ROCHEFORT OCÉAN Enquête menée en 2014 auprès de propriétaires de résidences secondaires

Plus en détail

Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime SAINT-PALAIS-SUR-MER SYNTHESE âgés, à majorité retraités

Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime SAINT-PALAIS-SUR-MER SYNTHESE âgés, à majorité retraités Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Commune de SAINT-PALAIS-SUR-MER Enquête menée en 2013 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime SOMMAIRE

Plus en détail

SOMMAIRE. Commune de SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime. Fiche d identité p.

SOMMAIRE. Commune de SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime. Fiche d identité p. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Commune de SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE Enquête menée en 2013 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime SOMMAIRE

Plus en détail

Résultats clés de l enquête. En majorité retraités, aisés et issus des catégories socio-professionnelles supérieures

Résultats clés de l enquête. En majorité retraités, aisés et issus des catégories socio-professionnelles supérieures Résultats de l enquête 2014 sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Communauté de Communes de L ÎLE DE RÉ Enquête menée en 2014 auprès de propriétaires de résidences secondaires en

Plus en détail

Emploi intérimaire en janvier 2012

Emploi intérimaire en janvier 2012 DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS Emploi intérimaire en janvier 2012 7 mars 2012 Principaux résultats Fin janvier 2012, le nombre d intérimaires s établit à 620 100, soit une évolution de -0,2%

Plus en détail

En 2008, les 3 450 000 habitants

En 2008, les 3 450 000 habitants Des habitants des plutôt mobiles... pour des motifs essentiellement personnels Jacques MAURIT (DREAL), Sébastien SEGUIN (Insee) Les habitants des se déplacent davantage à longue distance que la moyenne

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Le tourisme varois selon le segment «Couple sans enfant»

Le tourisme varois selon le segment «Couple sans enfant» Le tourisme varois selon le segment «Couple sans enfant» 2012 Observatoire - Var Tourisme SOMMAIRE Données démographiques 17,5% des touristes varois sont des «couples sans enfant» Eté et printemps sont

Plus en détail

www.acteurs-tourismebretagne.com En 9 questions

www.acteurs-tourismebretagne.com En 9 questions En 9 questions Combien sont-ils? Taille du marché en Bretagne 93 millions de nuitées en 2012 Etranger 14 millions (15%) Affaires En nuitées France 79 millions (85%) 4 millions (5%) Personnels 75 millions

Plus en détail

SATISFACTION A L EGARD DES. - Synthèse de l'institut CSA - PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE. N 1100567 Juin 2011

SATISFACTION A L EGARD DES. - Synthèse de l'institut CSA - PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE. N 1100567 Juin 2011 SATISFACTION A L EGARD DES PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE - Synthèse de l'institut CSA - N 1100567 Juin 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél. (33)01 44 94 59

Plus en détail

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet Salariés - 13 mai 2011 Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation entre vie

Plus en détail

Observatoire National des Stations de Montagne Atout France ANMSM Bilan de la saison hiver 2014-2015

Observatoire National des Stations de Montagne Atout France ANMSM Bilan de la saison hiver 2014-2015 Observatoire National des Stations de Montagne Atout France ANMSM Bilan de la saison hiver 2014-2015 3 avril 2015 Méthodologie Cette enquête repose sur l interrogation de l ensemble des stations membres

Plus en détail

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France Composition des ménages et des familles, modes de garde des enfants Modes de cohabitation > Huit jeunes Parisiens sur dix de 15-19 ans vivent chez leurs parents. > Deux Parisiennes sur cinq de 20-34 ans

Plus en détail

Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité

Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité Note détaillée Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité Etude Harris Interactive pour la Fédération Nationale des Marchés de Gros / Cap Les résultats sont issus

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

les résidences principales en côtes d armor

les résidences principales en côtes d armor 266.353 résidences principales en : + 92.450 par rapport à (+ 53 ) 579.277 personnes habitant dans les résidences principales : + 69.774 par rapport à (+ 14 ) Progressions les plus fortes dans l espace

Plus en détail

Les carnetspro. mode d emploi SPÉCIAL RÉSIDENCES SECONDAIRES. N 8 Septembre 2015

Les carnetspro. mode d emploi SPÉCIAL RÉSIDENCES SECONDAIRES. N 8 Septembre 2015 Les carnetspro N 8 Septembre 2015 SPÉCIAL RÉSIDENCES SECONDAIRES Charente-Maritime Tourisme et les Chambres de Commerce et d Industrie de la Charente-Maritime travaillent conjointement depuis plus de 10

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES NOVEMBRE 2014 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique 2013 Analyses nationale et régionale Sommaire INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble

Plus en détail

Séminaire «Organiser un tournage en forêt et sur les voies navigables» Sélestat 7 novembre 2014

Séminaire «Organiser un tournage en forêt et sur les voies navigables» Sélestat 7 novembre 2014 Séminaire «Organiser un tournage en forêt et sur les voies navigables» Sélestat 7 novembre 2014 Film France : Statuts et missions Les membres de Film France Le réseau des commissions du film La valorisation

Plus en détail

COMMENT UTILISEZ-VOUS LES MOTEURS DE RECHERCHE?

COMMENT UTILISEZ-VOUS LES MOTEURS DE RECHERCHE? COMMENT UTILISEZ-VOUS LES MOTEURS DE RECHERCHE? CERTIFICATION SEPTEMBRE 2014 ETUDE EN LIGNE N 1917 1 Sommaire : Introduction... 3 Synthèse... 6 Question 4/16... 7 Avez-vous une connexion Internet à votre

Plus en détail

DUREES DE PRODUCTION DES LOGEMENTS DE L AUTORISATION A L ACHEVEMENT DES TRAVAUX

DUREES DE PRODUCTION DES LOGEMENTS DE L AUTORISATION A L ACHEVEMENT DES TRAVAUX DOSSIER 2 DUREES DE PRODUCTION DES LOGEMENTS DE L AUTORISATION A L ACHEVEMENT DES TRAVAUX Un tiers environ des logements qui ont obtenu un permis de construire en 2000, ont été terminés un an plus tard.

Plus en détail

Le prix des terrains à bâtir en 2011 en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains

Le prix des terrains à bâtir en 2011 en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains EPTB en Service Connaissance Division Stratégie des Etudes et Statistiques Le prix des terrains à bâtir en en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains En, un peu moins

Plus en détail

Portraits des 4 zones d emploi de Guadeloupe et des Îles du Nord

Portraits des 4 zones d emploi de Guadeloupe et des Îles du Nord Îles du Nord Ministère du travail, de l emploi et de la santé Portraits des 4 zones d emploi de Guadeloupe et des Îles du Nord Population, emploi, demande d emploi Est Grande-Terre Pointe-à-Pitre Basse-Terre

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

OFFRES ET PRIX DE VENTE DES

OFFRES ET PRIX DE VENTE DES 3 note n 3, octobre 2004 OFFRES ET PRIX DE VENTE DES LOGEMENTS EN 2003-2004 I E D I T O R I A L I N T R O D U C T I O N L une des missions de l Observatoire de l Habitat consiste à fournir des informations

Plus en détail

APPRENTISSAGE. le parcours professionnel des apprentis. 5 ans après leur formation, de niveau 4 en Pays de la Loire (Bac Pro et Brevet Professionnel)

APPRENTISSAGE. le parcours professionnel des apprentis. 5 ans après leur formation, de niveau 4 en Pays de la Loire (Bac Pro et Brevet Professionnel) APPRENTISSAGE 5 ans après leur formation, le parcours professionnel des apprentis de niveau 4 en Pays de la Loire (Bac Pro et Brevet Professionnel) Edition 2014 ÉDITORIAL Pour beaucoup de jeunes, de parents

Plus en détail

LE REGARD DES ESTIVANTS FRANÇAIS SUR L'OFFRE TOURISTIQUE DU PAYS

LE REGARD DES ESTIVANTS FRANÇAIS SUR L'OFFRE TOURISTIQUE DU PAYS Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LE REGARD DES ESTIVANTS FRANÇAIS SUR L'OFFRE TOURISTIQUE DU PAYS Claire PIAU Georges HATCHUEL Juin 2004 Département «Conditions de

Plus en détail

Portrait des enfants en Belgique

Portrait des enfants en Belgique UNIVERSITE DE LIEGE INSTITUT DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Service de Sociologie générale Panel Démographie familiale Portrait des enfants en Belgique Analyse des données des questionnaires adulte

Plus en détail

C O M M U N I C A T I O N

C O M M U N I C A T I O N C O M M U N I C A T I O N Appui du Fonds d Encouragement Régional (FER) à la création de chambres d hôtes Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers-ères, Début juin le comité de Pays-d

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

CRÉATION D UN VILLAGE DE PODS À LA PISCINE DE LA SARRAZ SCÉNARIO DE FAISABILITÉ

CRÉATION D UN VILLAGE DE PODS À LA PISCINE DE LA SARRAZ SCÉNARIO DE FAISABILITÉ CRÉATION D UN VILLAGE DE PODS À LA PISCINE DE LA SARRAZ SCÉNARIO DE FAISABILITÉ Février 2016 PRÉSENTATION En Septembre 1959, l Association de la piscine de la Venoge (APV) voit le jour afin de concevoir

Plus en détail

Mémento «La loi sur les résidences secondaires»

Mémento «La loi sur les résidences secondaires» Mémento «La loi sur les résidences secondaires» Situation de départ Le 11 mars 2012, le peuple suisse acceptait l initiative sur les résidences secondaires. Depuis, la proportion de résidences secondaires

Plus en détail

STATUTS. Article 2. Création de la Communauté de Communes

STATUTS. Article 2. Création de la Communauté de Communes STATUTS Article 1 Création de la Communauté de Communes En application de l article 69 et 71 de la loi n 92-125 du 6 Février 1992 relative à l Administration Territoriale de la République et des dispositions

Plus en détail

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015»

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Juillet 2015 SOMMAIRE Contenu Introduction et méthodologie... 3 Evaluation de la saison en cours... 4 Eléments influençant les

Plus en détail

Population totale de 15 à 64 ans. Population active de 15 à 64 ans

Population totale de 15 à 64 ans. Population active de 15 à 64 ans Dares Analyses mars 2014 N 023 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des descendants d immigrés en 2012 En 2012, 3,9 millions de personnes

Plus en détail

Santé, prévention, qui doit payer? L avis des Français

Santé, prévention, qui doit payer? L avis des Français Santé, prévention, qui doit payer? L avis des Français Sondage Ifop pour la Fondation Pileje Contacts Ifop : Damien Philippot / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01

Plus en détail

GUIDE CFTC DES IMPÔTS 2009

GUIDE CFTC DES IMPÔTS 2009 IMPÔTS LES REVENUS FONCIERS Revenus à déclarer Doivent être déclarés les loyers, les fermages, les droits d'affichage, les droits d'exploitation de carrières, les revenus des parts de sociétés immobilières

Plus en détail

Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page partenaires

Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page partenaires QUESTIONS REPONSES J habite dans une Ville ou un Pays d art et d histoire : Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2012

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2012 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2012 Le contexte Liffréen et le public reçu Contexte Liffréen et public reçu La population légale de la commune au 1 er janvier 2013 s établit à 6 829

Plus en détail

La Résidence des Vignes. Document non contractuel

La Résidence des Vignes. Document non contractuel La Résidence des Vignes Résidences services A BOISSY-LE-CUTTÉ 15 Le programme Résidences services «Kip Home» à Boissy-le-Cutté Regroupés autour du club house, à proximité des proches, les résidences services

Plus en détail

SAINT-NAZAIRE. Pôle urbain et économique du littoral métropolitain. Contact : Grégory MARTINET : Agglomération de Saint-Nazaire 06 72 87 88 48

SAINT-NAZAIRE. Pôle urbain et économique du littoral métropolitain. Contact : Grégory MARTINET : Agglomération de Saint-Nazaire 06 72 87 88 48 SAINT-NAZAIRE Pôle urbain et économique du littoral métropolitain : Grégory MARTINET : Agglomération de Saint-Nazaire 06 72 87 88 48 LE RUBAN BLEU Un complexe commercial d un nouveau type pour le centre

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DELEGATION A LA POLITIQUE DE LA VILLE ET A L INTEGRATION 2012 DPVI 152 - Subventions à 5 associations (15.385 euros) menant des actions au titre de la Politique de la Ville sur le Quartier de la Goutte

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 3 e vague Juin 2010

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 3 e vague Juin 2010 Observatoire de l Auto-Entrepreneur 3 e vague Juin 2010 Contexte Après plus d un an et demi du lancement du régime de l Auto-Entrepreneur, plus de 500 000 personnes s'y sont inscrites. Ce succès quantitatif

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA

OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA 2010 OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA Enquête 2010 S i t u a t i o n a u 1er mars 2010 des promotions 2008 et 2009 - Filière INGENIEUR ESTIA Options OGI/CGP/MPA ESTIA ECOLE SUPERIEURE DES

Plus en détail

Chiffres-clés de la création et la reprise d entreprises en 2013

Chiffres-clés de la création et la reprise d entreprises en 2013 Chiffres-clés de la création et la reprise d entreprises en 2013 Laure BERTHELEMY Juillet 2014 1 Partie 1 : Chiffres-clés de la création et de la reprise d entreprises en 2013 Source CCI de Touraine-OE2T

Plus en détail

Diagnostic territorial

Diagnostic territorial Diagnostic territorial Quelles évolutions en Petite Camargue Héraultaise? Synthèse du tableau de bord Décembre 2008 Quelle méthodologie m pour l analyse l du territoire? Une grille pour l analyse des territoires

Plus en détail

Chaque candidat est laissé seul juge de ses capacités et aptitudes à s adapter au programme qu il aura choisi.

Chaque candidat est laissé seul juge de ses capacités et aptitudes à s adapter au programme qu il aura choisi. Rubrique Jobs et Stages du Contrat Qualité de L Office juin2009 RUBRIQUE «LES JOBS ET STAGES EN ENTREPRISE A L ETRANGER» DU CONTRAT QUALITE Jobs à l étranger Il s agit de programmes ayant pour but de se

Plus en détail

Chiffres clés en Provence-Alpes-Côte d Azur. PACA, une région où il fait bon vivre. Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015

Chiffres clés en Provence-Alpes-Côte d Azur. PACA, une région où il fait bon vivre. Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015 Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Provence-Alpes-Côte d Azur et évalue leur impact sur la performance

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 00 1026 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 00 090 relative à la commercialisation des contrats "Ligne Locale"

Plus en détail

Collection éeclairage sur Investissement PME et reduction d ISF

Collection éeclairage sur Investissement PME et reduction d ISF Collection éeclairage sur Investissement PME et reduction d ISF Edison Avocat FEvrier 2016 1. Le régime de faveur ISF/PME Possibilité d imputer sur le montant de l ISF 50% des versements effectués au titre

Plus en détail

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 Méthodologie : Données issues des plannings de disponibilités : -saisis par les propriétaires en gestion directe - issus des plannings

Plus en détail

Le tourisme d affaires en Languedoc-Roussillon

Le tourisme d affaires en Languedoc-Roussillon Le tourisme d affaires en Languedoc-Roussillon Données 2007 Etat des lieux France - Source Coach Omnium. Evolution des dépenses des entreprises en France 8,0% 6,0% 6,0% 4,8% 4,5% 4,0% 2,0% 2,8% 2,3% 1,6%

Plus en détail

Béziers. Zone d emploi de Béziers. Synthèse territoriale Emploi Formation. Une zone à vocation agricole, résidentielle et d échange

Béziers. Zone d emploi de Béziers. Synthèse territoriale Emploi Formation. Une zone à vocation agricole, résidentielle et d échange Synthèse territoriale Emploi Formation Méthodologie : ce portrait met en avant les traits saillants de la zone au regard de l ensemble régional et hiérarchise ainsi les zones les unes par rapport aux autres.

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION

ENQUETE DE SATISFACTION STatistique et Informatique Décisionnelle Evaluation du Carrefour Départemental des Formations et des Métiers de la Vendée ENQUETE DE SATISFACTION AUBINEAU Charly, BARATANGE Benoît BARONQUEL Kévin et MAROLLEAU

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE. Quelles démarches?

ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE. Quelles démarches? ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE Quelles démarches? DÉFINITION Une étude de marché est un travail de collecte et d analyse d informations ayant pour but d identifier les caractéristiques d un marché.

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. EXTRAIT DES DÉCISIONS DE LA COMMISSION PERMANENTE Séance du 17 juillet 2009 DOSSIER N 2009 C07 A 31 106

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. EXTRAIT DES DÉCISIONS DE LA COMMISSION PERMANENTE Séance du 17 juillet 2009 DOSSIER N 2009 C07 A 31 106 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Politique : - Ressources humaines Programme : Opération : EXTRAIT DES DÉCISIONS DE LA COMMISSION PERMANENTE Séance du 17 juillet 2009 DOSSIER N 2009 C07 A 31 106 Objet : Frais de déplacement

Plus en détail

Tableau de bord éolien-photovoltaïque

Tableau de bord éolien-photovoltaïque COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 267 Novembre 211 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Troisième trimestre 211 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Avertissement À partir de ce trimestre,

Plus en détail

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 1 e Introduction, contexte Le projet associatif définit les actions à poursuivre ou à entreprendre pour atteindre les objectifs de l Association.

Plus en détail

SAINTE-MARIE-DE-RÉ. Résultats clés de l enquête. En majorité retraités et issus de la catégorie Cadres et professions intellectuelles supérieures

SAINTE-MARIE-DE-RÉ. Résultats clés de l enquête. En majorité retraités et issus de la catégorie Cadres et professions intellectuelles supérieures Résultats de l enquête 2014 sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Commune de SAINTE-MARIE-DE-RÉ Enquête menée en 2014 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime

Plus en détail

2014 Enquête de satisfaction en gare routière de Lagny Thorigny Pomponne. Service Déplacements

2014 Enquête de satisfaction en gare routière de Lagny Thorigny Pomponne. Service Déplacements 2014 Enquête de satisfaction en gare routière de Lagny Thorigny Pomponne Service Déplacements Sommaire Introduction... 2 Qui êtes-vous?... 3 Mode de rabattement en gare routière... 4 Qualité de la Gare

Plus en détail

BELFORT TOURISME. Note de conjoncture BILAN DE La saison touristique hiver 2011/ 2012

BELFORT TOURISME. Note de conjoncture BILAN DE La saison touristique hiver 2011/ 2012 BELFORT TOURISME Note de conjoncture BILAN DE La saison touristique hiver 2011/ 2012 1 CONJONCTURE TOURISTIQUE HIVER 2011/2012 : LA TENDANCE EN FRANCHE-COMTE La tendance globale : un bilan très positif

Plus en détail

Gironde Jeudi 17 décembre 2015

Gironde Jeudi 17 décembre 2015 Réunion départementale Gironde Jeudi 17 décembre 2015 CRTA Présentation MOPA 2016 Bordeaux 17 décembre 2015 Ordre du jour Présentation programme de formations 2016 Services MOPA Service civique Régie Réseau

Plus en détail

STAYCITY R E S I d E n C E A f fa I R E S M A R S E I L L E

STAYCITY R E S I d E n C E A f fa I R E S M A R S E I L L E STAYCITY REsidence Affaires ARSEILLE ARSEILLE, UNE VILLE touristique TOURNÉE VERS L EUROPE 2 ème ville de France avec 1,5 million d habitants au niveau de l agglomération Plus de 5 millions de visiteurs

Plus en détail

Observatoire des Services Clients 2015

Observatoire des Services Clients 2015 Observatoire des Services Clients 2015 Septembre 2015 Contact BVA : Marie-Laure SOUBILS - marie-laure.soubils@bva.fr 06 20 26 22 50 Contact Viséo Conseil : Ludovic NODIER lnodier@viseoconseil.com 00 33

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA "#$%&$')*+,-./#/"#"0."0%$, "#$%&'&)&*&#$+,-%&.%-&*$/01&21#$%&'&34&*&#$56#3&$7 )#8.-6.&9:$1;$-&%+?*@?.$*&624#8.-6.&3A:$1;$-&%56#3&$7

Plus en détail

maisons de retraite RBC Groupe Financier 15 e sondage annuel sur le logement

maisons de retraite RBC Groupe Financier 15 e sondage annuel sur le logement Ce que les babyboomers pensent des maisons de retraite RBC Groupe Financier 15 e sondage annuel sur le logement Janvier 2008 Les baby-boomers canadiens veulent rester où ils sont, même à la retraite. Dans

Plus en détail

Cours. Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire

Cours. Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire Cours Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire Situation du cours Outils de recherche d emploi Programme d études Intégration socioprofessionnelle Dimension Choix professionnel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Ordonnance n o 2015-1630 du 10 décembre 2015 complétant et précisant les règles financières et

Plus en détail

«Concilier sa vie professionnelle et sa vie privée» Résultats du sondage TNS Sofres

«Concilier sa vie professionnelle et sa vie privée» Résultats du sondage TNS Sofres «Concilier sa vie professionnelle et sa vie privée» Résultats du sondage TNS Sofres Sommaire Contexte et objectifs de l étude 3 Méthodologie 4 1 Concilier vie professionnelle et vie privée, un enjeu clé

Plus en détail

Répartition de la pauvreté en France

Répartition de la pauvreté en France Répartition de la pauvreté en France Répartition par catégorie socio-professionnelle A partir de l Enquête Revenus Fiscaux 2004 et sur la base des indicateurs de pauvreté monétaire à 60 % et 50 % du revenu

Plus en détail

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux Cnis Groupe de travail de la Cnerp sur la collaboration Insee Collectivités locales dans la constitution des RIL «Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants

Plus en détail

Le marché des résidences de tourisme

Le marché des résidences de tourisme Le marché des résidences de tourisme Importance et structure du marché des résidences de tourisme Le segment des résidences de tourisme a représenté de l ordre de 4 200-4 250 logements collectifs mis en

Plus en détail

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Lyon, le 25 mars 2015 Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Présentation des conclusions de l observatoire Blue@picil, créé par Bluelinea et le Groupe APICIL Une étude née de la

Plus en détail

/ Observatoire des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs Lettre trimestrielle d'information

/ Observatoire des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs Lettre trimestrielle d'information Note trimestrielle N 21 Janvier 2016 / Observatoire des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs Lettre trimestrielle d'information ACTIVITE DU 4 ème TRIMESTRE 2015 (octobre-novembre-décembre 2015)

Plus en détail

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Octobre 2015 Sommaire 1. Le programme Adultes-Relais...3 Présentation du programme adultes-relais pour l année 2014... 4 Les domaines

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. DES STRUCTURES D ACCUEIL PERISCOLAIRE ET EXTRA SCOLAIRE Annexé à la délibération n DE/31/3.5/13.06.2013-17

REGLEMENT INTERIEUR. DES STRUCTURES D ACCUEIL PERISCOLAIRE ET EXTRA SCOLAIRE Annexé à la délibération n DE/31/3.5/13.06.2013-17 REGLEMENT INTERIEUR DES STRUCTURES D ACCUEIL PERISCOLAIRE ET EXTRA SCOLAIRE Annexé à la délibération n DE/31/3.5/13.06.2013-17 Le présent règlement intérieur s applique aux enfants fréquentant les structures

Plus en détail

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8 FORMAbref Janvier 2012 Observatoire de la formation Cofinancement public Analyse de la contribution de l État à la formation continue en entreprise Cette publication porte sur le cofinancement public en

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

Les Français et le commerce équitable

Les Français et le commerce équitable Les Français et le commerce équitable BVA pour Max Havelaar France Présentation des résultats Avril 2015 Contacts BVA Département Opinion : Erwan LESTROHAN Directeur d études - erwan.lestrohan@bva.fr Lolita

Plus en détail

LE LOGEMENT SOCIAL EN FRANCE

LE LOGEMENT SOCIAL EN FRANCE Les organismes de logement social 1/6 Edition octobre 23 3 1 LE LOGEMENT SOCIAL EN FRANCE QUELQUES DONNEES GENERALES SUR LE LOGEMENT SOCIAL... 2 Le poids du logement social dans le logement... 2 Le financement

Plus en détail

Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT. relatif à la gestion des déchets. Vu :

Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT. relatif à la gestion des déchets. Vu : Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT relatif à la gestion des déchets L assemblée communale Vu : la loi cantonale du 13 novembre 1996 sur la gestion des déchets (LGD) ; le règlement du 20 janvier 1998

Plus en détail

Procurations: Madame BRAZEY à Mr VENDITTI, Jean-Louis WENISCH à A.BRUYAS. Date de convocation : 12/10/2010 Date d affichage : 13/10/2010

Procurations: Madame BRAZEY à Mr VENDITTI, Jean-Louis WENISCH à A.BRUYAS. Date de convocation : 12/10/2010 Date d affichage : 13/10/2010 REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE CAILLOUX SUR FONTAINES L an deux mil dix et le dix huit octobre à vingt heures le Conseil municipal de cette

Plus en détail

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec À propos du Plan Nord Le Plan Nord va se déployer sur 25 ans. Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec Territoire concerné: 1,2 millions de km 2 soit 72% du Québec. Le territoire visé se situe au

Plus en détail

14/15. Grandir. à Labenne

14/15. Grandir. à Labenne 14/15 Grandir à Labenne ALSH Périscolaire 3/6 ans École Océane Halte garderie fripouilles Accueil de loisirs Moussaillons 3/11 ans Restaurant Municipal Maison de l Enfance Espace Jeunes Bibliothèque ALSH

Plus en détail

Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss

Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss Enquête menée auprès de ses utilisateurs du Régime général de sécurité sociale 2013. L Ucanss, à l écoute des besoins et des attentes Avec pour objectif

Plus en détail

LOUIS 1 ER INVESTISSEMENT

LOUIS 1 ER INVESTISSEMENT LOUIS 1 ER INVESTISSEMENT ST-BRÉVIN LES PINS (44) "1, ALLÉE LÉOCADIE" IMMOBILIER PATRIMONIAL SAINT-BRÉVIN LES PINS À 60 KILOMÈTRES DE NANTES Située entre La Baule et Pornic, sur la rive opposée à Saint-

Plus en détail

Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Ile-de-France

Résultats clés de l enquête. Majoritairement résidents permanents en Ile-de-France Résultats de l enquête 2014 sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Commune de SAINT-MARTIN-DE-RÉ Enquête menée en 2014 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime

Plus en détail

Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire

Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire Direction départementale des territoires de Saôneet-Loire Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire «Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique

Plus en détail

TEXTES REGLEMENTAIRES ET LEGISLATIFS REGISSANT L OCCUPATION TEMPORAIRE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME GESTION, PROTECTION ET PRESERVATION DU DPM

TEXTES REGLEMENTAIRES ET LEGISLATIFS REGISSANT L OCCUPATION TEMPORAIRE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME GESTION, PROTECTION ET PRESERVATION DU DPM TEXTES REGLEMENTAIRES ET LEGISLATIFS REGISSANT L OCCUPATION TEMPORAIRE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME GESTION, PROTECTION ET PRESERVATION DU DPM Ces textes sont relatifs au Processus Occupation Temporaire

Plus en détail

PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN?

PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN? À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN? pour quoi faire? Le Plan de Déplacements Urbains (PDU) se définit par la diminution du trafic automobile, le développement des transports

Plus en détail

Feuille-info. (Loi sur les auberges et les débits de boissons du 26 mars 2002)

Feuille-info. (Loi sur les auberges et les débits de boissons du 26 mars 2002) Evaluation du degré de respect des clauses d âge pour la remise d alcool aux mineurs dans le canton de Vaud : résultats des achats-tests menés à l été 2011 (Loi sur les auberges et les débits de boissons

Plus en détail

Master1 d histoire (Maîtrise 2004)

Master1 d histoire (Maîtrise 2004) Master d histoire (Maîtrise 2004) Objectif de l enquête 2006 L objectif de cette enquête est de connaître le devenir professionnel des étudiants sortant de la maîtrise d histoire en 2004. L enquête porte

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 37

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 37 Le 3 janvier 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 37 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 relatif aux conditions d application de dispositions concernant les prêts ne portant pas intérêt consentis

Plus en détail