Les personnes âgées dépendantes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les personnes âgées dépendantes"

Transcription

1 Les personnes âgées dépendantes 9 novembre Dossier presse

2 Sommaire 1- L augmentation attendue du nombre de personnes âgées dépendantes Des dépenses publiques pour les personnes âgées dépendantes estimées à 15 milliards d euros en La complexité des circuits de décision et de financement (circuits pour 2006) Les coûts restant à la charge des personnes âgées dépendantes Projection de coûts pour la prise en charge des personnes âgées dépendantes à domicile et en institution à l horizon de 2020 (coûts supplémentaires annuels) Le financement de l APA L évolution de l offre de services et de structures d accueil Des disparités de traitement entre départements : l exemple des montants des plans d aide APA Ressources et charges de la CNSA La tarification des établissements 13 2

3 1 - L AUGMENTATION ATTENDUE DU NOMBRE DE PERSONNES AGEES DEPENDANTES En 2000, le nombre de personnes âgées dépendantes s élevait à 0,8 million selon la grille AGGIR (GIR 1 à 4) et à 0,85 million selon la grille EHPA 1. Les projections à 2020 et 2040 sont les suivantes : Projections en nombre de personnes âgées dépendantes GIR 1 à 4 EHPA 11 à 22 GIR 1 à 4 EHPA 11 à 22 Scénario optimiste 0,91 1,00 1,06 1,17 (en millions) Scénario central 1,00 1,07 1,22 1,34 Scénario pessimiste 1,05 1,14 1,43 1,54 Source : DREES L'INSEE, dans une étude de 2004, parvient à des résultats convergents. 1 Les grilles AGGIR et EHPA mesurent la dépendance psychique et physique des personnes. 3

4 2 - DES DEPENSES PUBLIQUES POUR LES PERSONNES AGEES DEPENDANTES ESTIMEES A 15 MILLIARDS D EUROS EN 2003 Répartition des dépenses par types de financeurs 5% 2% 20% 9% 2% <1 % 60% 2% Budgets départementaux (*) Solidarité nationale-anah Exonérations de charges sociales Assurance vieillesse Solidariré nationale FFAPA Budget de l'etat Assurance maladie Allocations familiales (*) déduction faite de la contribution du FFAPA ANAH : Agence nationale pour l amélioration de l habitat FFAPA : Fonds de financement de l APA Répartition des dépenses par sources de financement 6% 11% 13% 37% 33% ressources propres collectivités ressources Etat CSG ITAF Cotisations autres ITAF : Impôts et autres taxes affectés aux régimes de sécurité sociale. 4

5 3 - LA COMPLEXITE DES CIRCUITS DE DECISION ET DE FINANCEMENT (CIRCUITS POUR 2006) Fiscalité nationale CSG Journée de solidarité Cotisations sociales ACOSS Etat Caisses nationales d ass. maladie (2) Caisses de retraite 0,3 % sur rev placements et patrimoine Crédits médicosociaux (pour ordre) (1) Contribution à l APA CNSA Fiscalité locale dotations Préfet de région/préfets dépts ARH/CRAM Caisses pivot (dotations) CRAM Départements DDASS CPAM (soins de ville) hôpitaux Exonérations de charges Dépenses fiscales APA SSIAD, EHPAD USLD Action sociale caisses Personne âgée Légende Décision de répartition des crédits Circuit des financements (pour la sécurité sociale, régime général seul) Recettes de la journée de solidarité et part de CSG portant sur les rémunérations : (1) 5

6 4 - LES COUTS RESTANT A LA CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES 1- A domicile La Cour a rapproché les montants moyens d APA et les besoins en aide et a cherché à mesurer le taux d effort demandé aux personnes âgées dépendantes vivant à domicile. Un nombre d heures finançables par l APA inférieur au besoin GIR 1 GIR 2 GIR 3 GIR 4 GIR 5 GIR 6 Temps de soins nécessaire par mois (en heures) selon la grille , ,5 7,5 AGGIR Montant moyen versé par le département Nombre d heures finançables par mois en prestataire En pourcentage du temps de soins nécessaire 46 % 44 % 43 % 43 % Nombre d heures finançables par mois en gré à gré En pourcentage du temps de soins nécessaire 80 % 77 % 76 % 76 % Source : DGAS, CNAVTS et DREES Réalisation : Cour des comptes Des aides non ciblées sur les personnes les plus démunies La Cour a chiffré le montant des principales aides dont peut bénéficier une personne âgée (APA et réduction d impôt sur le revenu au titre de l emploi d un salarié à domicile) en fonction de son revenu 2. Le plan d aide APA prévoit que la participation de la personne croît avec son revenu jusqu à 90 % du plan d aide. Le dispositif de réduction fiscale 3 bénéficie quant à lui aux personnes effectivement appelées à payer l impôt sur le revenu. L aide fiscale augmente donc avec le revenu, la réduction fiscale étant au maximum de Au total, il ressort de ce travail que le montant des aides perçues décrit une courbe en U (voir tableau suivant) en fonction du revenu. Une personne en GIR 1 ne disposant que de faibles revenus sera relativement bien aidée car exonérée de participation au plan d aide APA ; elle ne bénéficiera pas en revanche de réduction fiscale. Entre et de revenus annuels, le total des aides diminue du fait de l augmentation de la participation de la personne au plan d aide APA que ne compense pas la réduction fiscale (les personnes ne sont, en effet, pas imposables ou le sont à un niveau qui limite la portée de la réduction fiscale). Par contre, pour des revenus supérieurs à annuels, la réduction fiscale prend toute sa portée et le total des aides augmente jusqu à ce que le plafond de 5000 de réduction soit atteint. Il apparaît ainsi qu une personne disposant d un revenu annuel de bénéficiera de plus d aides (6 064 ) qu une personne aux revenus deux fois inférieurs (pour des revenus annuels de 2) Hypothèse d une personne seule, ayant eu des enfants qui ne sont plus à charge et qui bénéficie d une demi-part supplémentaire. 3) Réduction fiscale de 50 % des dépenses exposées pour l emploi d un salarié à domicile et effectivement supportées par la personne (c est-à-dire non couvertes par une aide publique comme l APA) dans la limite de

7 21 600, les aides sont de ). Le dispositif de réduction fiscale favorise ainsi les plus hauts revenus. Aides percues (APA et réduction d'impot sur le revenu au titre de l'emploi d'un salarié à domicile) en fonction du revenu. Exemple d'une personne en GIR aides (euros) revenus (euros) Réalisation : Cour des comptes Dépenses restant à la charge de la personne âgée (déduction faite de l APA versée par le département et de la réduction fiscale pour l emploi d un salarié à domicile). Revenu annuel Reste à charge en valeur et en pourcentage du revenu 4 pour une personne en GIR 1 (en euros) Pour un besoin 3 heures et demi d aide professionnelle par jour Pour un besoin de 12 heures d aide professionnelle par jour % % % % % % % % % % % % 4 Coût horaire moyen de 12,57 reposant sur une intervention pour moitié en mode «prestataire» et pour moitié en mode «gré à gré». 7

8 Pour des personnes qui auraient besoin d un nombre important d heures (comme dans l hypothèse retenue ici d un besoin de 12 heures d aide par jour), le revenu mensuel peut ne plus être suffisant pour couvrir les coûts d aide à domicile (qui atteignent jusqu à plus de trois fois les revenus moyens des personnes les plus démunies). 2 - En hébergement Les résidents ont à leur charge le tarif hébergement et une partie du tarif dépendance (le total des deux constituant un prix de journée). Dans les départements contrôlés par la Cour et les CRC, les prix de journée pratiqués dans les établissements habilités à l aide sociale étaient les suivants : Prix de journée dans 9 départements contrôlés par les juridictions financières (en ) Départements Coût journalier moyen total pour l'usager 2000 Coût journalier moyen total pour l'usager 2004 Estimation Coût moyen mensuel 2000 Estimation Coût moyen mensuel 2004 Evolution 2000 à 2004 Aisne 41,59 42, , ,8 1,3 % Corrèze 33, , ,3 % Eure-et-Loir 43,98 48, , ,5 10,61 % Haute-Garonne 38,91 44, , ,2 13,4 % Mayenne 40,20 43, , ,4 % Rhône 46,66 48, , ,10 3,4 % Paris 64,42 60, , ,5-6,2 % Var 45,73 45, , ,4-0,3 % Vosges 33,93 36, , ,9 7 % Les tarifs de 2000 sont des tarifs d avant la réforme, les tarifs 2004 sont les tarifs consécutifs à la réforme de la tarification. Source : Département et chambres régionales des comptes Réalisation : Cour des comptes On constate dans la plupart des départements une hausse des tarifs entre 2000 et Ces prix sont bien supérieurs dans les établissements privés. Ces prix de journée moyens doivent être comparés aux pensions moyennes des personnes âgées. La retraite moyenne d une personne entre 80 et 84 ans est de et celle d une personne de 85 ans ou plus de ) Pensions tous régimes confondus (Etude CNAVTS, janvier 2004). 8

9 5 - PROJECTION DE COUTS POUR LA PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES A DOMICILE ET EN INSTITUTION A L HORIZON DE 2020 (COUTS SUPPLEMENTAIRES ANNUELS) 1 Coûts supplémentaires pour l assurance maladie (M ) Hypothèse basse Hypothèse haute Coût du renforcement des taux d encadrement en établissement (0,35 ETP soignant par lit) M M Coût de l augmentation de capacité des établissements (coût de fonctionnement annuel supplémentaire) Coût des SSIAD (coût de fonctionnement annuel supplémentaire) Augmentation des soins de ville et des dépenses d hospitalisation (estimation de M en 2003) lits 180 M Maintien du taux d équipement 300 M Taux d augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes de 13,75 % 270 M (=1 970 x 13,75 %) lits 500 M Doublement du taux d équipement M Taux d augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes de 31 % 610 M (=1 970 x 31 %) TOTAL M 4 710M 2 Coûts supplémentaires d APA Hypothèse basse Hypothèse haute Augmentation du coût de l APA par rapport à 2003 (projection du ministère des affaires sociales) M 3000 M Renforcement du taux d encadrement (0,35 ETP soignant) et des capacités des établissements lits 700 M lits 800 TOTAL M M 3 Coûts supplémentaires pour les résidents Hypothèse basse Hypothèse haute Coût du renforcement des taux d encadrement (0,35 ETP soignant par lit) M M Coût de l augmentation de capacité ( lits) 120 M ( lits) 350 M Coût de la mise aux normes (charge annuelle de l amortissement) 380 M M TOTAL M M 9

10 6 - LE FINANCEMENT DE L APA Le financement public de l APA jusqu en (prévision) Prévision de bénéficiaires (en ) Nombre de bénéficiaires au 31/ Nombre de bénéficiaires en moyenne annuelle Prévision de dépenses (en Md Md ) Md Dépense effective d APA (1) M M M M Dépense résiduelle de PSD (2) 348 M 120 M - - Concours du FFAPA/CNSA 6 (3) Charge nette des départements (4)=(1)+(2)-(3) Potentiel fiscal des départements M 798 M M M M M M M M M M M Taux d effort fiscal moyen 9 9 % 11,09 % 11,88 % 12,39 % Part du FFAPA/CNSA dans le financement de l APA + PSD (5)=(3)/(1+2) Source : DGAS 36 % 40 % 37 % 36,8 % Projection du coût de l APA avec indexation du plafond de l allocation sur les salaires (M ) départements bénéficiaire 6) La CNSA s est substituée au FFAPA en milieu d année ) Montant en cours d arbitrage au 21 mars ) En 2003 le potentiel fiscal est celui de 2002, en 2004 et 2005 c est celui de ) Après prise en compte de la dotation du FFAPA. 10

11 Source : INSEE. La part du bénéficiaire correspond au ticket modérateur 7 - L EVOLUTION DE L OFFRE DE SERVICES ET DE STRUCTURES D ACCUEIL 1 - Evolution du nombre d établissements et du nombre de places de 1996 à 2003 en distinguant les structures à but non lucratif et les structures à but lucratif Nombre de structures Variation Nombre de places / Variation 96 / 03 Logements-foyers publics % % Logements-foyers privés à but non lucratif ,2 % % Logements-foyers privés à but lucratif % % Total logements-foyers % % Maisons de retraite rattachées à un hôpital % % Maisons de retraite autonomes publiques % % Maisons de retraite privées à but lucratif ,5 % % Maisons de retraite privées à but non lucratif % % Total maisons de retraite % % Résidences d héberge-ment temporaire % % Unités de soins de longue durée (USLD) % % Total général % % Sources : données 1996 et 2003 DREES - Réalisation Cour des comptes 2- Evolution des capacités de prise en charge à domicile : a/evolution du nombre de places de SSIAD (services de soins infirmiers à domicile) depuis Nombre de places autorisées (+ 55 %) (+ 28 %) (+ 20 %) (+ 30 %) Nombre de services * Taux d équipement ** ND ND 14,6 15,3 18,7 * Approximation : en 2001 et 2004, la DGAS et la DHOS ne connaissent que le nombre de places et pas le nombre de services. ** Nombre de places pour habitants de plus de 75 ans. Source : DGAS b/evolution de l activité des services d aide à domicile en faveur des personnes âgées des réseaux ADMR et UNASSAD / 2004 Activité «prestataire» d aide à domicile auix ADMR 19,2 20,4 23,3 26, % personnes de 60 ans et + (millions d heures) UNASSAD 33,1 35,2 39,2 45,5 55, % Activité «mandataire» (millions d heures) ADMR 17,2 17,9 18, , % UNASSAD 21,3 22,7 23, , % Services de soins (millions de journées) ADMR 2,1 2,2 2,3 2,5 2,8 +33 % UNASSAD 3 3,2 3,6 4,2 5, % Tous publics confondus, mais les personnes âgées représentent 90 % des bénéficiaires Source : ADMR et UNASSAD Néanmoins, les chiffres disponibles ne permettent pas d évaluer la progression du taux de couverture des besoins d aide et de soins à domicile. 11

12 8 - DES DISPARITES DE TRAITEMENT ENTRE DEPARTEMENTS : L EXEMPLE DES MONTANTS DES PLANS D AIDE APA 12

13 9 - RESSOURCES ET CHARGES DE LA CNSA Emplois 1 section Financement des établissements ou services sociaux ou médicosociaux 2 section Concours aux départements au titre de l APA 3 section Concours aux départements au titre de la prestation de compensation et des maisons des personnes handicapées 4 section Modernisation des services d aide à domicile et professionnalisation des métiers de service en faveur des personnes âgées 5 section Autres dépenses en faveur des personnes âgées ou handicapées (études, actions de prévention) 6 section Charges de fonctionnement de la caisse Ressources - pour les personnes handicapées : entre 10 et 14 % du produit des recettes nouvelles - pour les personnes âgées : 40 % des recettes nouvelles - à partir de 2006 ONDAM médicosocial destiné aux établissements ou services sociaux ou médico-sociaux - 20 % des recettes nouvelles - recettes traditionnelles du FFAPA (0,1 point de CSG et contribution des caisses de retraite) - entre 26 et 30 % des recettes nouvelles10 - entre 5 et 12 % du produit du 0,1 point de CSG anciennement affecté au FFAPA - une fraction des recettes nouvelles - un prélèvement sur l ensemble des recettes réparti entre les sections au prorata du montant des ressources qui leur sont affectées. 10) Les ressources consacrées aux personnes handicapées au titre de la première ou de la troisième sections doivent être égales à 40 % des nouvelles recettes. 13

14 10 - TARIFICATION DES ETABLISSEMENTS Les tarifs et les financeurs Le tarif journalier relatif à l hébergement recouvre l ensemble des prestations d administration générale, d accueil hôtelier, de restauration, d entretien et d animation de la vie sociale de l établissement, ainsi que la totalité du coût immobilier. Il est à la charge de la personne accueillie. Le tarif a fférent à la dépendance recouvre l ensemble des prestations d aide et de surveillance nécessaires à l accomp lissement des actes essentiels de la vie ; ces frais sont à la charge du résident aidé par l APA (GIR 1 à 4). Enfi n, le tarif afférent aux soins recouvre les prestations médicales et paramédicales nécessaires à la prise en charge des affections somatiques et psychiques, ainsi que les prestations paramédicales liées à l état de dépendance ; il est totalement pris en charge par l assurance maladie 11. Les charges supportées par l établissement sont réparties entre les trois sections du budget, correspondant aux trois catégories de prestations. Elles sont soit imputées totalement à une section, soit réparties entre deux sections tarifaires (charges de personnel) selon des clés qui ont été arrêtées réglementairement. Chaque établissement ou structure arrête trois tarifs. Celui de l hébergement ne dépend pas de la perte d autonomie de la personne. En revanche, le tarif de la dépendance varie en fonction du degré de dépendance 12. Enfin, pour les tarifs soins, le total de points GIR est majoré d un nombre forfaitaire de points visant à tenir compte du coût de la prise en charge des pathologies, non proportionnel au degré de dépendance 13. L établissement connaît ainsi son nombre de points GIR Soins (GIRS) et la valeur historique de son «point GIRS», ce qui permet de calculer une dotation avant conventionnement, donc sans moyens nouveaux. Le schéma suivant résume la répartition des compétences en matière de tarifs : Tarif Autorité fixant le tarif Avis Soins Etat (Préfet ou ARH) Conseil général, Caisse régionale d assurance maladie Dépendance Président du Conseil général Etat, Caisse régionale d assurance maladie Hébergement Président du Conseil général (si habilitation à l aide sociale) 11) Toutefois, pour les soins, deux forfaits aux périmètres différents ont été créés : le forfait «global» et le forfait «partiel» dont le choix est laissé à l initiative de l établissement. La définition du périmètre des dépenses entrant dans ces deux types de forfait a connu de profondes modifications entre 1999 et Les modalités et les conséquences de ce système sont présentées infra dans le bilan de la réforme. 12) Trois tarifs sont établis à cette fin correspondant respectivement aux GIR 1 et 2, 3 et 4, 5 et 6. 13) Les USLD ont été dotées d un nombre de points forfaitaires supérieur à celui des établissements médico-sociaux, mais une récente étude réalisée par l assurance maladie sur la base de l outil de mesure des besoins en soins médico-techniques (PATHOS) montre que cette différence ne se justifie pas. 14

Prix de journée dans les EHPAD

Prix de journée dans les EHPAD Prix de journée dans les EHPAD Connaître la méthode de tarification dans les EHPAD est indispensable pour comprendre la répartition des coûts et des prises en charge. Le tarif hébergement Le prix de journée

Plus en détail

RAPPORT DE M. LE PRESIDENT

RAPPORT DE M. LE PRESIDENT Direction du Budget et des Finances - 10DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil départemental Réunion du 27 juin 2016 DM1 Privilégier le maintien à domicile des personnes dépendantes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ 2016

DOSSIER DE PRESSE LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ 2016 LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ 2016 10 mai 2016 Communiqué de presse : les recettes de la journée de solidarité 2016 Infographie sur la journée de solidarité, p.6 Historique et mode d emploi, p.7 Quelle utilisation

Plus en détail

7) La politique familiale

7) La politique familiale 1 FIPECO le 26.06.2017 Les fiches de l encyclopédie VIII) Assurances sociales et redistribution 7) La politique familiale Les dépenses publiques et les avantages fiscaux ne sont pris en compte dans cette

Plus en détail

La Tarification des Établissements Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes

La Tarification des Établissements Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes 1 La Tarification des Établissements Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes Support collectif EHESP MAJ Janv 2014 1 5 Le calcul des tarifs 5 Le système actuel de tarification (art. R.314-158 et suivants

Plus en détail

Journée de solidarité : 23 milliards d euros collectés entre 2004 et 2014

Journée de solidarité : 23 milliards d euros collectés entre 2004 et 2014 Dossier de presse 4 juin 2014 Journée de solidarité : 23 milliards d euros collectés entre 2004 et 2014 Créée il y a dix ans, le 30 juin 2004, la journée de solidarité a permis de collecter plus de 23

Plus en détail

X - MONTANT DES PRESTATIONS

X - MONTANT DES PRESTATIONS X - MONTANT DES PRESTATIONS Mise à jour le 01/09/2014 Prestations Allocation d éducation de l enfant handicapé et ses compléments Montant mensuel Allocation de base : 129.99 Compléments mensuels : 1ère

Plus en détail

Coût du séjour frais de séjour

Coût du séjour frais de séjour Fiche n 5 Coût du séjour frais de séjour Voir aussi fiche facturation et annexe aide sociale. Exemple de rédaction Les dispositions Le coût du séjour (l ensemble des prestations dont bénéficie la personne

Plus en détail

TABLEAU DE BORD au 1 er Avril 2016

TABLEAU DE BORD au 1 er Avril 2016 TABLEAU DE BORD au 1 er Avril 2016 Dernière mise à jour ENFANTS DE MOINS DE 20 ANS Allocation d Education de l Enfant Handicapé (AEEH) Allocation de base : 130.12 /mois Compléments mensuels (a) et majoration

Plus en détail

Dépendance. Situation Actuelle

Dépendance. Situation Actuelle Dépendance Situation Actuelle Démographie En France, la population âgée représente aujourd hui 14,1 millions de personnes de plus de 60 ans et 1,5 million de plus de 85 ans. Sous l effet du vieillissement

Plus en détail

Loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement, décryptage

Loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement, décryptage Loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement, décryptage 11ème journée départementale de la gérontologie Mercredi 7 octobre 2015 UN CONSTAT : le vieillissement

Plus en détail

Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de la santé et des solidarités Ministère de la santé et des solidarités Direction générale de l action sociale Sous-direction des âges de la vie Bureau des personnes âgées Personne chargée du dossier : Serge CANAPE tél. : 01 40 56 86

Plus en détail

Les maladies de Parkinson, d Alzheimer et les suites d un AVC sont des maladies classées en affections de longue durée (ALD).

Les maladies de Parkinson, d Alzheimer et les suites d un AVC sont des maladies classées en affections de longue durée (ALD). 1 Allocations et aides perçues par les personnes victimes d AVC ou atteintes d une maladie neurodégénérative (Alzheimer, Parkinson). Public jeune ou retraité. Les maladies de Parkinson, d Alzheimer et

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 04.16 Du 22/01/2016 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2016 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 04.17 Du 11/01/17 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2017 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Présentation des aides individuelles. PA PH

Présentation des aides individuelles. PA PH Présentation des aides individuelles. PA PH Prestation de Compensation du Handicap Prestation de compensation du Handicap Instruction et financement Instruite par la MDPH Versée par le Département Prestation

Plus en détail

Les conditions de la mise en place et l affectation des ressources de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie - CNSA-

Les conditions de la mise en place et l affectation des ressources de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie - CNSA- Les conditions de la mise en place et l affectation des ressources de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie - CNSA- 10 juillet 2006 Dossier presse Présentation synthétique des missions de

Plus en détail

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS C2 65 % * C3 92 %

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS C2 65 % * C3 92 % BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS DATE BMAF* AEEH 32 % * C1 24 % * C2 65 % * C3 92 % C4 142,57 %* C5 182,21 % * C6 MTP 01.01.15 406,21 129,99 97,49 264,04 373,71 579,13

Plus en détail

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS DATE SALAIRE DE BASE MENSUEL A.F. AEEH 32 % * C1 24 % * C2 65 % * C3 92 % C4 142,57 %* C5 182,21 % * C6 MTP 01.09.10 389,20 124,54

Plus en détail

Copyright DGAFP /06/ :12:32

Copyright DGAFP /06/ :12:32 Circulaire du 20 décembre 2007 relative aux modalités de mise en œuvre de la réduction de cotisations salariales de sécurité sociale prévue à l article 3 du décret n 2007-1430 du 4 octobre 2007 portant

Plus en détail

L action Sanitaire et Sociale

L action Sanitaire et Sociale Servir Médicaliser Subventionner Soutenir Adapter Servir Répondre Préserver Agir Aider Faire Partager Financer Secourir Partager Agir Améliorer Prévenir Aider Soutenir Protéger Financer Agir L action Sanitaire

Plus en détail

de l aide à l autonomie

de l aide à l autonomie 213 Les chiffres clés de l aide à l autonomie La quatrième édition des Chiffres clés de l aide à l autonomie met à la disposition des acteurs et des décideurs du secteur médicosocial les données disponibles

Plus en détail

I. Objectifs de recettes, de dépenses et de soldes de la LFSS pour 2011

I. Objectifs de recettes, de dépenses et de soldes de la LFSS pour 2011 En chiffres I. Objectifs de recettes, de dépenses et de soldes de la LFSS pour 2011 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Maladie Régime général Dépenses 150,3 154,6 159,3 164,0 169,2 174,6 Recettes 139,7 142,5

Plus en détail

Conseil général des Hauts-de-Seine. Tout savoir sur l APA. allocation personnalisée d autonomie

Conseil général des Hauts-de-Seine. Tout savoir sur l APA. allocation personnalisée d autonomie Plaquette APA 2 5/11/04 7:42 Page 1 Conseil général des Hauts-de-Seine Tout savoir sur l APA allocation personnalisée d autonomie L allocation personnalisée d autonomie est attribuée et versée par le

Plus en détail

L Observatoire Economique et Social

L Observatoire Economique et Social Synthèses Juin 2015 L Observatoire Economique et Social Les prestations légales et les cotisations sociales du régime des non-salariés agricoles en Au cours de l année, les populations de bénéficiaires

Plus en détail

Les chiffres clés de l aide à l autonomie

Les chiffres clés de l aide à l autonomie 212 Les chiffres clés de l aide à l autonomie La nouvelle édition des Chiffres clés de l aide à l autonomie publiée par la CNSA met à la disposition des acteurs et décideurs du secteur médico-social des

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge de la dépendance en Pays de La Loire

Enjeux de la prise en charge de la dépendance en Pays de La Loire Enjeux de la prise en charge de la dépendance en Pays de La Loire A- LE CONTEXTE SOCIO-ÉCONOMIQUE A.1- Une forte «gérontocroissance» mais un vieillissement mesuré Aujourd hui les Pays de la Loire comptent

Plus en détail

L AIDE A L AUTONOMIE. Organisation et financement. Aide à l'autonomie UFR CGT Cheminots

L AIDE A L AUTONOMIE. Organisation et financement. Aide à l'autonomie UFR CGT Cheminots L AIDE A L AUTONOMIE Organisation et financement 1 Aide à l autonomie 2 Dépendance ou aide à l autonomie? La notion de dépendance, apparue en 1997, renvoie à une approche uniquement biomédicale, visant

Plus en détail

RAPPORT N MESURES DESTINEES A AMELIORER POUR LES BENEFICIAIRES LES MODALITES DE GESTION DE L'ALLOCATION PERSONNALISEE D'AUTONOMIE

RAPPORT N MESURES DESTINEES A AMELIORER POUR LES BENEFICIAIRES LES MODALITES DE GESTION DE L'ALLOCATION PERSONNALISEE D'AUTONOMIE RAPPORT N 04.241 MESURES DESTINEES A AMELIORER POUR LES BENEFICIAIRES LES MODALITES DE GESTION DE L'ALLOCATION PERSONNALISEE D'AUTONOMIE COMMISSION : COHESION SOCIALE, SOLIDARITE ET HANDICAP DIRECTION

Plus en détail

Mesures fiscales du pacte de responsabilité et de solidarité

Mesures fiscales du pacte de responsabilité et de solidarité Mesures fiscales du pacte de responsabilité et de solidarité 1 Réduction exceptionnelle d IR en faveur des ménages modestes... 2 2 Allègement de la C3S... 3 3 Prorogation d un an de la contribution exceptionnelle

Plus en détail

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS DATE BMAF* AEEH 32 % * C1 24 % * C2 65 % * C3 92 % C4 142,57 %* C5 182,21 % * C6 MTP 01.04.12 399 127,68 95,76 259,35 367,08 568,85

Plus en détail

La prime pour l emploi (PPE)

La prime pour l emploi (PPE) En 215, 5,3 millions de foyers fiscaux bénéficient en France de la prime pour l emploi (PPE), calculée sur la base de leurs revenus de 214. Il s agit d un crédit d impôt attribué aux foyers aux ressources

Plus en détail

Rapport sur le financement des allocations individuelles de solidarité (APA, RSA, PCH) à l occasion de l examen du budget primitif pour 2014

Rapport sur le financement des allocations individuelles de solidarité (APA, RSA, PCH) à l occasion de l examen du budget primitif pour 2014 Rapport sur le financement des allocations individuelles de solidarité (APA, RSA, PCH) à l occasion de l examen du budget primitif pour 2014 Accusé de réception Ministère de l intérieur 78449378 Acte Certifié

Plus en détail

L ALLOCATION PERSONNALISEE D AUTONOMIE APA

L ALLOCATION PERSONNALISEE D AUTONOMIE APA Département de la Sarthe CIDPA CIDPA - Janvier 2016 L ALLOCATION PERSONNALISEE D AUTONOMIE APA L Allocation Personnalisée d Autonomie - APA - est destinée aux personnes âgées de 60 ans et plus qui ont

Plus en détail

SECURITE SOCIALE. Historique

SECURITE SOCIALE. Historique SECURITE SOCIALE Historique 1930 Assurances sociales 1932 Allocations familiales 1945 Création par ordonnances du Régime Général de SS 1946 Loi d organisation de la SS 1958 Création de l UNEDIC (assurance

Plus en détail

- 2 - L allocation de placement familial

- 2 - L allocation de placement familial PERSONNES HANDICAPÉES - 2 - L allocation de placement familial Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 127 LES 2 2 - L allocation de placement familial Dispositions

Plus en détail

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS C2 65 % * C3 92 % 262,46 371,49 373,71 264,04

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS C2 65 % * C3 92 % 262,46 371,49 373,71 264,04 BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS DATE BMAF* AEEH 32 % * C1 24 % * C2 65 % * C3 92 % C4 142,57 %* C5 182,21 % * C6 MTP 01.01.14 403,79 129,21 96,91 262,46 371,49 575,68

Plus en détail

Présentation Carsat. René Marbach, Directeur 19/04/2012

Présentation Carsat. René Marbach, Directeur 19/04/2012 Présentation Carsat René Marbach, Directeur 19/04/2012 La caisse d assurance retraite et de la santé au travail La Cram et la crav ont rejoint le réseau national des Carsat lors de la fusion du 1 er avril

Plus en détail

Les ressources financières et droits des personnes handicapées. Le fonctionnement des MDPH en pratique.

Les ressources financières et droits des personnes handicapées. Le fonctionnement des MDPH en pratique. Les ressources financières et droits des personnes handicapées. Le fonctionnement des MDPH en pratique. Docteur Pascale ROPPENNECK Module Réadaptation - Janvier 2009 1 Questions à se poser < 20 ans L âge

Plus en détail

Financement de la protection sociale. Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017

Financement de la protection sociale. Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017 Financement de la protection sociale Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017 Ressources Les ressources de la PS se répartissent en 3 catégories

Plus en détail

Budget Primitif Données budgétaires. Montants proposés

Budget Primitif Données budgétaires. Montants proposés Budget Primitif 2015 Données budgétaires Montants proposés SOMMAIRE Les contraintes budgétaires - L écrêtement des droits de mutations - P. 3 Les contraintes budgétaires - Impact de la réduction programmée

Plus en détail

2013S é c u r i t é s o c i a l e

2013S é c u r i t é s o c i a l e 2013S é c u r i t é s o c i a l e Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss annexe 4 Recettes des régimes par catégorie et par branche www.economie.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Annexe

Plus en détail

Réforme de la taxe professionnelle : les enjeux en chiffres

Réforme de la taxe professionnelle : les enjeux en chiffres Réforme de la taxe professionnelle : les enjeux en chiffres L annonce, par le Président de la République, du projet de supprimer la part «immobilisations» au sein de la taxe professionnelle a des impacts

Plus en détail

5 Personnes âgées. Au 1 er janvier 2014, l espérance de vie à 60 ans en

5 Personnes âgées. Au 1 er janvier 2014, l espérance de vie à 60 ans en 5 Personnes âgées Au 1 er janvier 2014, l espérance de vie à 60 ans en France est de 23,1 ans chez les hommes et 27,7 chez les femmes. À l échelle infrarégionale, les habitants de l Indre-et-Loire ont

Plus en détail

LE COMPARATEUR OFFICIEL DES PRIX DES MAISONS DE RETRAITE

LE COMPARATEUR OFFICIEL DES PRIX DES MAISONS DE RETRAITE POUR-LES-PERSONNES-AGEES.GOUV.FR LE COMPARATEUR OFFICIEL DES PRIX DES MAISONS DE RETRAITE D O S S I E R D E P R E S S E M e r c r e d i 1 4 d é c e m b r e 2 0 1 6 SOMMAIRE LE COMPARATEUR OFFICIEL DES

Plus en détail

Commission des comptes de la sécurité sociale 2016

Commission des comptes de la sécurité sociale 2016 Commission des comptes de la sécurité sociale 2016 1- Les ressources de la Sécurité sociale Elles se répartissent en six catégories : cotisations sociales (64 % des ressources totales en 2014 ; 194,8 millions

Plus en détail

Cas pratique : Famille CHAUDANSON

Cas pratique : Famille CHAUDANSON Cas pratique : Famille CHAUDANSON M. CHAUDANSON Philippe est chef d entreprise individuelle implantée à Teyran (Hérault). Marié, M. CHAUDANSON est père de trois enfants : Eric, dix-sept ans ; Marie, treize

Plus en détail

Les effectifs. Évolution des charges et ressources. Les chiffres. Les taux de cotisations CAFAT (secteur général) au 1 er janvier 2010.

Les effectifs. Évolution des charges et ressources. Les chiffres. Les taux de cotisations CAFAT (secteur général) au 1 er janvier 2010. La CAFAT, organisme de protection sociale de Nouvelle-Calédonie, assure pour les salariés du territoire, la gestion des régimes : accidents du travail et maladies professionnelles, famille, chômage, invalidité

Plus en détail

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE LA VIENNE

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE LA VIENNE CONSEIL DEPARTEMENTAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DU 11 MARS 2016 BP 2016 COMMISSION DES PERSONNES AGEES, DES PERSONNES HANDICAPEES, DE L'ACTION SOCIALE, DE L'ENFANCE ET DE LA FAMILLE

Plus en détail

Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS)

Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) 1 / 5 Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) 19/05/2016 La CSG est un prélèvement de nature fiscale mais dont l objet est social, il s est substitué,

Plus en détail

Rapport sur le financement des allocations individuelles de solidarité (APA, RSA, PCH) à l occasion de l examen du budget primitif pour 2016

Rapport sur le financement des allocations individuelles de solidarité (APA, RSA, PCH) à l occasion de l examen du budget primitif pour 2016 Rapport sur le financement des allocations individuelles de solidarité (APA, RSA, PCH) à l occasion de l examen du budget primitif pour 2016 Ce rapport a pour objet de faire le point sur la situation du

Plus en détail

Principales catégories d'établissements et services sociaux et médico-sociaux : financement et autorisation

Principales catégories d'établissements et services sociaux et médico-sociaux : financement et autorisation Principales catégories d'établissements et services sociaux et médico-sociaux : financement et autorisation Catégories d'essms IME ONDAM MEDICO-SOCIAL Enfance Handicapée Signification Public pris en charge

Plus en détail

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS C2 65 % * C3 92 % 262,46 371,49 264,04 373,71

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS C2 65 % * C3 92 % 262,46 371,49 264,04 373,71 BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS DATE BMAF* AEEH 32 % * C1 24 % * C2 65 % * C3 92 % C4 142,57 %* C5 182,21 % * C6 MTP 01.01.14 403,79 129,21 96,91 262,46 371,49 575,68

Plus en détail

Le régime des cotisations

Le régime des cotisations Le régime des cotisations 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 25 janvier 2016 Sommaire La contribution sociale

Plus en détail

Défense du pouvoir d achat des pensions et des retraités

Défense du pouvoir d achat des pensions et des retraités Défense du pouvoir d achat des pensions et des retraités Tous régimes confondus, plus de 16 millions de personnes, dont 14,8 millions résident en France bénéficient d une pension de droit direct ou dérivé

Plus en détail

RAPPORT N OBJECTIF ANNUEL D'EVOLUTION DES DEPENSES DES ETABLISSEMENTS ET SERVICES SOCIAUX ET MEDICO- SOCIAUX POUR PERSONNES ÂGEES - ANNEE 2014

RAPPORT N OBJECTIF ANNUEL D'EVOLUTION DES DEPENSES DES ETABLISSEMENTS ET SERVICES SOCIAUX ET MEDICO- SOCIAUX POUR PERSONNES ÂGEES - ANNEE 2014 RAPPORT N 13.135 OBJECTIF ANNUEL D'EVOLUTION DES DEPENSES DES ETABLISSEMENTS ET SERVICES SOCIAUX ET MEDICO- SOCIAUX POUR PERSONNES ÂGEES - ANNEE 2014 COMMISSION : COHESION SOCIALE, SOLIDARITE ET HANDICAP

Plus en détail

La durée de service de cette allocation, qui a un caractère temporaire, est variable selon la date à laquelle elle prend effet.

La durée de service de cette allocation, qui a un caractère temporaire, est variable selon la date à laquelle elle prend effet. Si votre conjoint était retraité, informez, dès son décès les différentes caisses de retraites de base et complémentaire dont il était allocataire. Si vous remplissez certaines conditions vous pourrez

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 18 DECEMBRE 2009 BP 2010 COMMISSION DE L'ACTION SOCIALE, DE LA SOLIDARITE, DE L'INSERTION ET DES PERSONNES HANDICAPEES APEES Direction des Interventions

Plus en détail

DEMANDE D ALLOCATION PERSONNALISEE D AUTONOMIE à domicile ou en établissement D une personne âgée de 60ans ou plus

DEMANDE D ALLOCATION PERSONNALISEE D AUTONOMIE à domicile ou en établissement D une personne âgée de 60ans ou plus Direction des services aux personnes âgées et aux personnes handicapées Service des prestations à la personne Immeuble Solidarités 94054 Créteil DEMANDE D ALLOCATION PERSONNALISEE D AUTONOMIE à domicile

Plus en détail

Mise à jour du plan comptable M22 au 1 er janvier 2013

Mise à jour du plan comptable M22 au 1 er janvier 2013 DGFIP Bureau CL1B Mise à jour du plan comptable M22 au 1 er janvier 2013 1) Mise à jour des comptes de bilan : a) supprimés : d exécution 2012 2816 Collections, œuvre d art 2826 Collections, œuvre d art

Plus en détail

PLF EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AVANCES AUX COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

PLF EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AVANCES AUX COLLECTIVITÉS TERRITORIALES PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AVANCES AUX COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Version du 07/10/2014 à 08:46:24 PROGRAMME 833 : AVANCES SUR LE MONTANT DES IMPOSITIONS REVENANT AUX RÉGIONS,

Plus en détail

Les chiffres clés de l aide à l autonomie

Les chiffres clés de l aide à l autonomie 211 Les chiffres clés de l aide à l autonomie Après Les chiffres clés 21, la CNSA publie en 211 Les chiffres clés de l aide à l autonomie, en élargissant le champ aux interventions des autres acteurs.

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VERSEMENT PAR DOTATION GLOBALE DE L ALLOCATION PERSONNALISEE D AUTONOMIE EN ETABLISSEMENT (EHPAD avec AJ)

CONVENTION RELATIVE AU VERSEMENT PAR DOTATION GLOBALE DE L ALLOCATION PERSONNALISEE D AUTONOMIE EN ETABLISSEMENT (EHPAD avec AJ) CONVENTION RELATIVE AU VERSEMENT PAR DOTATION GLOBALE DE L ALLOCATION PERSONNALISEE D AUTONOMIE EN ETABLISSEMENT (EHPAD avec AJ) VU le Code Général des Collectivités Territoriales ; VU le Code de l Action

Plus en détail

FICHE n 1 LES PRINCIPALES DOTATIONS DE L ETAT AUX COLLECTIVITES LOCALES

FICHE n 1 LES PRINCIPALES DOTATIONS DE L ETAT AUX COLLECTIVITES LOCALES PREFET DE TARN-ET-GARONNE Octobre 2014 FICHE n 1 LES PRINCIPALES DOTATIONS DE L ETAT AUX COLLECTIVITES LOCALES Service émetteur : Direction départementale des libertés publiques et des collectivités locales

Plus en détail

70 e anniversaire de la Sécurité sociale Conférence-débat. Mardi 13 octobre Cpam de l Isère

70 e anniversaire de la Sécurité sociale Conférence-débat. Mardi 13 octobre Cpam de l Isère 70 e anniversaire de la Sécurité sociale Conférence-débat Mardi 13 octobre Cpam de l Isère «La Sécu ne fait rien pour moi» Une action tellement intégrée à la vie quotidienne... remboursement des frais

Plus en détail

OBLIGATION ALIMENTAIRE ET AIDE SOCIALE

OBLIGATION ALIMENTAIRE ET AIDE SOCIALE Conseil général CIDPA CIDPA 02/2006 mise à jour 05/07-07/2011 OBLIGATION ALIMENTAIRE ET AIDE SOCIALE La collectivité au secours des personnes âgées les plus démunies Les prestations d aide sociale permettent

Plus en détail

L allocation aux adultes handicapés (AAH)

L allocation aux adultes handicapés (AAH) L allocation aux adultes handicapés (AAH) Fin 2015, 1,06 million de personnes bénéficient de l allocation aux adultes handicapés (AAH), une prestation destinée à des adultes handicapés aux revenus modestes.

Plus en détail

Fiche n 3. Scénarios démographiques et économiques

Fiche n 3. Scénarios démographiques et économiques Fiche n 3 Scénarios démographiques et économiques Le scénario de référence Le Conseil d orientation des retraites a demandé à deux organismes d études économiques de proposer des scénarios macro-économiques

Plus en détail

Financement des dispositifs de solidarité au régime général. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Financement des dispositifs de solidarité au régime général. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 octobre 2012 à 14 h 30 Groupe de Travail - Séance du 17 octobre 2012-15 h «Réflexions actualisées sur les dispositifs de solidarité en matière

Plus en détail

l ALLOCATION Guide de Guide de l ALLOCATION destinée à la personne âgée destinée à la personne âgée à domicile

l ALLOCATION Guide de Guide de l ALLOCATION destinée à la personne âgée destinée à la personne âgée à domicile Guide de Guide de l ALLOCATION l ALLOCATION PERSONNALISÉE PERSONNALISÉE D AUTONOMIE D AUTONOMIE destinée à la personne âgée destinée à la personne âgée à domicile Avant-propos Madame, Monsieur, Vous n

Plus en détail

Un revenu catégoriel : les traitements et salaires (cours)

Un revenu catégoriel : les traitements et salaires (cours) Un revenu catégoriel : les traitements et salaires (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - Définition des traitements et salaires... 4 Composition de la catégorie (art.

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Tarification : Nouvelle réglementation pour les établissements médicosociaux (Dossier réalisé par Gérald Naegle, In Extenso) Après de longues années d attente, les nouvelles

Plus en détail

RAPPORT N COMMISSION : COHESION SOCIALE, SOLIDARITE ET HANDICAP DIRECTION GENERALE DES SERVICES POLE SOLIDARITES

RAPPORT N COMMISSION : COHESION SOCIALE, SOLIDARITE ET HANDICAP DIRECTION GENERALE DES SERVICES POLE SOLIDARITES RAPPORT N 07.397 OBJECTIF ANNUEL D'EVOLUTION DES DEPENSES DES ETABLISSEMENTS ET SERVICES SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX CONTRÔLES ET TARIFES PAR LE PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL ANNEE 2008 COMMISSION : COHESION

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N Montreuil, le 16/02/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-025 OBJET : Modalités de mise en œuvre de la prime exceptionnelle «plafonnée à 1500

Plus en détail

LE CONGÉ PATERNITÉ : PROFILS DES PÈRES BÉNÉFICIAIRES EN 2002

LE CONGÉ PATERNITÉ : PROFILS DES PÈRES BÉNÉFICIAIRES EN 2002 Ministère des Affaires Sociales, du Travail et de la Solidarité Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées LE CONGÉ PATERNITÉ : PROFILS DES PÈRES BÉNÉFICIAIRES EN 2002 Le congé paternité

Plus en détail

L Allocation Personnalisée d Autonomie. Présentation à la commission vie sociale du Coderpa Lundi 6 janvier 2014

L Allocation Personnalisée d Autonomie. Présentation à la commission vie sociale du Coderpa Lundi 6 janvier 2014 L Allocation Personnalisée d Autonomie Présentation à la commission vie sociale du Coderpa Lundi 6 janvier 2014 L APA : Allocation Personnalisée d Autonomie En établissement A domicile L APA en établissement

Plus en détail

"Loi relative " à l adaptation de la société au vieillissement

Loi relative  à l adaptation de la société au vieillissement "Loi relative " à l adaptation de la société au vieillissement Du 28 décembre 2015 LES AXES PRINCIPAUX DE LA LOI C est une loi sociétale 1 ANTICIPATION ET PREVENTION 2 ACCOMPAGNEMENT DE LA PERSONNE AGEES

Plus en détail

* Le montant s exprime en pourcentage du salaire de base mensuel de calcul des allocations familiales et après CRDS pour l APP.

* Le montant s exprime en pourcentage du salaire de base mensuel de calcul des allocations familiales et après CRDS pour l APP. * Le montant s exprime en pourcentage du salaire de base mensuel de calcul des allocations familiales et après CRDS pour l APP. Association des Paralysés de France CTN : LA/MBH - Circulaire n 262 - Note

Plus en détail

Les comptes de la protection sociale et les régimes de protection sociale

Les comptes de la protection sociale et les régimes de protection sociale Les comptes de la protection sociale et les régimes de protection sociale Les comptes de la protection sociale retracent des données relatives aux dépenses de protection sociale et à leur financement.

Plus en détail

La prime pour l emploi (PPE)

La prime pour l emploi (PPE) En 2014, 5,5 millions de foyers fiscaux bénéficient de la prime pour l emploi (PPE), sur la base de leurs revenus de 2013. Il s agit d un crédit d impôt attribué aux foyers aux ressources modestes avec

Plus en détail

Aides et financements Identifier les bons organismes

Aides et financements Identifier les bons organismes Aides et financements Identifier les bons organismes BIEN GÉRER MON BUDGET Retraite I Prévoyance I Santé I Epargne I Activités sociales essentiel-autonomie.humanis.com Bon à savoir : coups de pouce financiers

Plus en détail

Danemark. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites

Danemark. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites Danemark Danemark : le système de retraite en 212 Il existe un régime public de base. Une prestation de retraite complémentaire sous conditions de ressources est versée aux retraités les plus défavorisés.

Plus en détail

Les disparités départementales d APA. Séminaire Inégalités INSEE Le 19 mai 2017

Les disparités départementales d APA. Séminaire Inégalités INSEE Le 19 mai 2017 Les disparités départementales d APA Séminaire Inégalités INSEE Le 19 mai 2017 Sommaire L APA et ses disparités L enquête VQS et son estimation de la prévalence de la dépendance La modélisation des disparités

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PREMIERS RESULTATS DE L ETUDE NATIONALE - DONNEES

DOSSIER DE PRESSE PREMIERS RESULTATS DE L ETUDE NATIONALE - DONNEES PREMIERS RESULTATS DE L ETUDE NATIONALE DE COUTS EN ETABLISSEMENTS D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES - DONNEES 2015-14 juin 2017 Communiqué de presse : Une étude présente la composition du

Plus en détail

de l aide à l autonomie

de l aide à l autonomie 216 Les chiffres clés de l aide à l autonomie La 7 ème édition des Chiffres clés de l aide à l autonomie met à la disposition des acteurs et des décideurs du secteur médico-social les données disponibles

Plus en détail

Impôts Rupture et fin du contrat de travail. licenciement. départ en retraite ou en préretraite. chômage

Impôts Rupture et fin du contrat de travail. licenciement. départ en retraite ou en préretraite. chômage Impôts 2016 Rupture et fin du contrat de travail licenciement départ en retraite ou en préretraite chômage Si votre revenu fiscal de référence de 2014 est supérieur à 40 000 euros et que votre résidence

Plus en détail

2011S é c u r i t é s o c i a l e

2011S é c u r i t é s o c i a l e 2011S é c u r i t é s o c i a l e Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss annexe 4 Recettes des régimes par catégorie et par branche www.travail-solidarite.gouv.fr www.sante-sports.gouv.fr

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N Montreuil, le 29/03/2011 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SECURISATION JURIDIQUE Référence de classement : 1. 010.04; 1.010.10;

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU 06 DECEMBRE 2013 DECEMBRE

CONFERENCE DE PRESSE DU 06 DECEMBRE 2013 DECEMBRE CONFERENCE DE PRESSE DU 06 DECEMBRE 2013 1 SOMMAIRE I. Présentation du contexte II. Les éléments clés de la Protection Sociale Généralisée (principe et chiffres) III.Le budget du Régime des Salariés 2014

Plus en détail

Leçon 1 : Le champ des Finances sociales Section 1 : Section 1. Les différentes facettes du financement de la protection sociale

Leçon 1 : Le champ des Finances sociales Section 1 : Section 1. Les différentes facettes du financement de la protection sociale Leçon 1 : Le champ des Finances sociales Section 1 : Section 1. Les différentes facettes du financement de la protection sociale 1 : La diversité des acteurs de la protection sociale A - L'Etat et les

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N PARIS, le 27/12/2004 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2004-172 OBJET : Contrat de professionnalisation TEXTE A ANNOTER : Lettre circulaire n 2004-109

Plus en détail

Syndicat National des Ingénieurs de l'agriculture et de l'environnement COMMENT LIRE SA FEUILLE DE PAYE

Syndicat National des Ingénieurs de l'agriculture et de l'environnement COMMENT LIRE SA FEUILLE DE PAYE Syndicat National des Ingénieurs de l'agriculture et de l'environnement COMMENT LIRE SA FEUILLE DE PAYE Mois de février 2016 : Mois de référence du paiement N d ordre : Numéro d ordre dans l édition du

Plus en détail

FLASH INFO DU 2 OCTOBRE 2007

FLASH INFO DU 2 OCTOBRE 2007 FLASH INFO DU 2 OCTOBRE 2007 Réforme du régime social et fiscal des «heures supplémentaires» La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du tr avail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (loi «TEPA») comprend,

Plus en détail

POLITIQUE DEPARTEMENTALE D AIDE AUX PERSONNES AGEES ET AUX PERSONNES HANDICAPEES

POLITIQUE DEPARTEMENTALE D AIDE AUX PERSONNES AGEES ET AUX PERSONNES HANDICAPEES CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 2 ème RÉUNION DE 2010 Séance du 24 février 2010 CG 10/2 è me /V-04 POLITIQUE DEPARTEMENTALE D AIDE AUX PERSONNES

Plus en détail

LA LOZÈRE SOLIDAIRE PERSONNES AGÉES. en perte d autonomie # Aides à domicile / Aides en établissement. lozere.fr

LA LOZÈRE SOLIDAIRE PERSONNES AGÉES. en perte d autonomie # Aides à domicile / Aides en établissement. lozere.fr LA LOZÈRE SOLIDAIRE PERSONNES AGÉES en perte d autonomie # Aides à domicile / Aides en établissement lozere.fr L accompagnement des personnes âgées occupe une place essentielle dans la mission de solidarité

Plus en détail

LES CHIFFRES-CLÉS PRESTATIONS FAMILIALES MIS À JOUR AU 01/09/2013. Complément de libre choix d activité - (Depuis le 1 er avril 2013 après CRDS)

LES CHIFFRES-CLÉS PRESTATIONS FAMILIALES MIS À JOUR AU 01/09/2013. Complément de libre choix d activité - (Depuis le 1 er avril 2013 après CRDS) PRESTATIONS FAMILIALES Complément de libre choix d activité - (Depuis le 1 er avril 2013 après CRDS) Montant du complément à taux plein : 388,19 /mois / Taux majoré : 572,81 /mois Montant du complément

Plus en détail