Prévention de la Transmission Mère-Enfant du VIH PTME Politique et Recommandations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévention de la Transmission Mère-Enfant du VIH PTME Politique et Recommandations"

Transcription

1 République Islamique de Mauritanie Honneur-Fraternité-Justice Ministère de la Santé et des Affaires Sociales Prévention de la Transmission Mère-Enfant du VIH PTME Politique et Recommandations

2 Contenu Préface... 3 Abréviations... 3 Préambule... 5 Contexte Mauritanien... 6 Epidémiologie de l infection à VIH... 6 Aperçu démographique... 6 Ampleur de la Transmission Mère-Enfant du VIH... 7 Organisation du Système de Santé... 7 Acquis dans les Actions de Lutte contre le VIH/SIDA... 8 Aperçu sur la transmission mère-enfant du VIH... 8 Moments critiques et les taux de transmission... 8 Facteurs influençant la transmission... 8 Interventions spécifiques PTME... 9 Prise en charge élargie de la PTME... 9 Objectifs PTME de la Mauritanie...Error! Bookmark not defined. Objectif Général: Objectif s Spécifiques: Normes et Recommandations PTME Conseil et Dépistage Volontaire (CDV) du VIH chez les femmes enceintes Usage des antirétroviraux pour la PTME Pratiques obstétricales à moindre risque Alimentation de l enfant né de mère séropositive Normes et Procédures pour le suivi post-partum/postnatal du couple mère-enfant Organisations et Fonctionnement des Services de PTME Considérations Générales Minimum Requis Références bibliographiques

3 Préface Bien que la situation actuelle du VIH dans le pays soit caractérisée par une séroprévalence faible (estimée à moins de 1%), la menace d aggravation de l épidémie est réelle du fait de la présence de déterminants favorisant la propagation du virus. Actuellement on estime qu environ mauritaniens sont infectés par le VIH et que près de 800 femmes infectées par le VIH vont accoucher en La prise en charge thérapeutique du VIH/SIDA est possible en Mauritanie depuis décembre Plus de 400 Personnes Vivantes avec le Virus VIH (PVVIH) sont suivis au Centre de Traitement Ambulatoire (CTA) de Nouakchott. La moyenne mensuelle de nouveaux cas introduits dans la file active est de 15 personnes. Plus de 45 % de cette file active est composé de femmes en âge de procréer. La Prévention de la Transmission de la Mère à son Enfant du VIH (PTME) est l une des composantes prioritaires de la lutte contre le SIDA. La PTME à pour objectif de diminuer la transmission verticale du VIH. C'est-à-dire, le passage du virus VIH d une mère séropositive à son enfant, lors de la grossesse, l accouchement ou l allaitement. Cette priorité, reflétant un engagement fort de la part du gouvernement est clairement rappelé dans le document du Cadre Stratégique National de lutte contre les IST/VIH/SIDA. Conformément à la volonté nationale de gratuité de l accessibilité aux traitements du VIH/SIDA, les activités liées à la PTME (dépistage, counselling, traitement médicaux spécifiques) seront gratuites pour toutes les femmes résidentes en Mauritanie. Ce document est un outil présentant les principaux aspects institutionnels ainsi que les recommandations devant servir de base aux activités de PTME. Il a été rédigé grâce à l implication de nombreuses personnes ressources oeuvrant dans différents domaines de lutte contre le SIDA en association avec des représentants de PVVIH. Il est le fruit d une réelle coopération entre les partenaires au développement et le MSAS. Il est conforme aux recommandations internationales des bonnes pratiques de lutte contre le SIDA. Bien qu il soit élaboré par le MSAS, ce département ne doit en aucun cas être considéré comme seul concerné par la problématique de la PTME. La réussite de la PTME nécessite l implication de tous les secteurs, particulièrement le secteur privé, la société civile. L appui des partenaires au développement est indispensable pour la généralisation et la pérennisation des activités de PTME. Ensemble oeuvrons à diminuer la transmission de la mère à son enfant du VIH. Ministre de la Santé et des Affaires Sociales 3

4 ACRONYMES ARV AZT CCC CDMT CDV CHN CNORF CREN CNTS CNP CPN CSM DRPSS DPCS HAART HCZ HM HR IST INRSP MSAS PCR PEV PMA PNSR PTME PVVIH RGPH SENLS SNIS UCSS VIH Antiréroviraux Zidovudine Communication pour le Changement de Comportement Cadre du Développement à Moyen Terme Centre de Dépistage Volontaire Centre Hospitalier National Centre National d orthopédie et Réuction Fonctionnel Centre de Rédaptation Educationnelle et Nutritionnelle Centre National de Transfusion Sanguine Centre National de Psychiatrie Consultation Prénatale Centre de Santé Médical Direction pour la Promotion de la Santé et de l action Sociale Direction de la Coopération et de la Planification et des Statistiques Hôpital Cheikh Zaed Hôpital Militaire Hôpital Régional Infection Sexuellement transmissible Institut National de Recherche en Santé Publique (Ex CNH) Ministère de la Santé et des Affaires Sociales Programme Elargi de Vaccination Paquet Minimum d Activité Programme National de la Santé de la Reproduction Prévention Transmission Mère Enfant Personnes Vivant avec le VIH Recensement général des population et de l habitat Secrétariat Exécutive Nationale de Lutte contre les IST/VIH/SIDA Systême National d Information Sanitaire Unité de Coordination VIH/SIDA Secteur Santé Virus Immunodéficience Humaine 4

5 Préambule Ce document est une synthèse des normes et recommandations pour la mise en œuvre de la prévention de la transmission mère-enfant du VIH (PTME). L objectif poursuivi est la standardisation des approches dans la mise en œuvre de la PTME. Ceci contribuera ainsi à un des objectifs du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales : «réduire l incidence de l infection à VIH chez l enfant mauritanien.». Il s inspire essentiellement du document «Stratégies Nationales de Prise en Charge des PVVIH en Mauritanie», du consensus entre des prestataires des soins de santé et des décideurs de santé publique et des standards internationaux. Les normes et recommandations qui y sont décrites sont destinées aux professionnels de santé et aux travailleurs sociaux qui sont/seront impliqués dans la PTME. Ce document, développé sous l égide du Programme National de Santé de la Reproduction du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales, sera revu aussi souvent que les évolutions importantes dans la science de la PTME l exigeront. Ces recommandations sont génériques et peuvent être adaptées aux spécificités de chaque structure de santé. 5

6 Contexte Mauritanien Epidémiologie de l infection à VIH En Mauritanie, la séroprévalence moyenne du VIH chez les femmes enceintes est de 0.57% (en 2001). Certaines localités comme Sélibaly accusent un pourcentage de plus de 1.30%. Ces chiffres sont tirés des enquêtes sentinelles réalisées dans des services de Consultations Pré Natales (CPN). Les taux de séroprévalence sont restés relativement stables ces dernières années. On pense que dans certains groupes à risque, la séroprévalence du VIH peut atteindre 5%. La transmission du VIH est principalement hétérosexuelle avec une incidence de plus en plus élevée chez les femmes. Le VIH-1 est le type le plus répandu (> 95 %). Le tableau suivant reprend des chiffres de séroprévalence chez les femmes enceintes (CPN) en 2001 et Localités Néma 1.00 % - Kiffa 0.77 % 0.97 % Sélibaly 0.67% 1.33% Kaédi 0.35% - Aleg Rosso 1.01% 1.02% Zouérate 0.37% - Nouadhibou 1.01% 0.88% Nouakchott 0.33% 0.83% Moyenne 0.57 % 0.83 % Les différences observées entre 2001 et 2003 ne sont pas statistiquement significatives, en raison de la taille des échantillons. Aperçu démographique La Mauritanie compte habitants et a une densité de 2.4 habitant au km 2. La population est jeune : 44% des Mauritaniens ont moins de 15 ans. Le taux d accroissement annuel est de 2.6%. Le taux brut de natalité est de 40 pour habitants et celui de mortalité est de 13.4 pour L espérance de vie la naissance est de 54 ans. Le produit national brut est de 396US$ / habitant /an. Les principaux indicateurs de la santé de reproduction sont : Age moyen au premier accouchement : 20.7% Prévalence de la contraception : 8% Taux de consultation prénatale : 74% Taux d accouchement assisté : 62% Mortalité maternelle : 747 pour naissances vivantes 6

7 Ampleur de la Transmission Mère-Enfant du VIH En l an 2006, il est attendu 736 naissances des femmes infectées par le VIH. Si rien n est fait 221 enfant qui naîtront de ces femmes seront infectés à leur tour par le VIH. Population totale (estimation 2006) Nombre de grossesses attendues (année 2006) Prévalence chez la femme enceinte (année 2006) 0.57% Nombre de femmes enceintes VIH+ attendues (estimation 2006) 736 Nombre d enfants infectés attendus (30% sans intervention) 221 Organisation du Système de Santé L organisation du système de santé est calquée sur le découpage administratif. Il est de type pyramidal et comprend trois niveaux avec des caractéristiques administratives et techniques biens définies : 1) Le Niveau Central : Sur le plan administratif, il regroupe le cabinet du Ministre, le Secrétariat Général, l Inspection de la Santé, les huit Directions Centrales, les services et les programmes prioritaires de santé. Sur le plan technique, il englobe les structures suivantes : le Centre Hospitalier National (CHN), l Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP), le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS), le Centre National de Psychiatrie (CNP), le Centre National d orthopédie et Réduction Fonctionnel (CNORF), l Hôpital Militaire (HM), l Hôpital Cheikh Zaed (HCZ), Hôpital de Nouadhibou et de Kiffa ainsi que deux établissements centraux de formation du personnels de santé : l Ecole Nationale de Santé Publique et l Institut des Spécialités Médicales. 2) Le Niveau Intermédiaire : Sur le plan administratif, il regroupe les Directions Régionales de la Protection Socio- Sanitaire (DRPSS) qui comprend les services régionaux préventifs et sociaux. Sur le plan technique, il comprend les 10 hôpitaux régionaux, capables d offrir des prestations en soins obstétricaux et néonataux complets grâce à l affectation récente d un chirurgien, un gynécologue et un pédiatre par structure. 3) Le Niveau Périphérique ou Départemental (Moughataa) : Sur le plan administratif, c est l ensemble des circonscriptions sanitaires des communes la périphérie ou du milieu rural. Sur le plan technique, il comprend les 53 Centres de Santé de Moughataa (CSM) dirigés par un médecin, dont 13 de type A (avec maternité) et 40 de type B et 340 postes de Santé (PS) tenus par un(e) infirmier(e) et une accoucheuse et se situent dans les grandes communes rurales et les grandes collectivités d accès limité. En plus des structures publiques, le secteur privé contribue de manière significative dans la couverture sanitaire. Il compte actuellement : 12 cliniques médicales comprenant plusieurs spécialités avec en moyenne 10 lits d'hospitalisation ; 22 cabinets médicaux de consultation externe dirigés par des médecins ; 15 cabinets de soins dirigés par des infirmiers et 14 cabinets dentaires et quelques laboratoires d analyses médicales. 7

8 Acquis dans les Actions de Lutte contre le VIH/SIDA Les programmes de lutte contre le VIH/SIDA et ceux de PTME en particuliers pourront compter sur un bon nombre d acquis dont les principaux sont : L existence d un Cadre Stratégique National de lutte contre les IST/VIH/SIDA , dont la PTME est un des axes stratégiques principaux. L institution de la PTME comme composante essentielle du Programme National de la Santé de la Reproduction. L existence d une Politique Nationale de prise en charge des PVVIH. L existence au sein du MSAS d une Unité de Coordination Sectorielle SIDA. L existence d organes institutionnels permettant la mobilisation des fonds en matière de lutte contre le VIH/SIDA (DPCS, SENLS). L engagement de partenaires (SNU, bilatéraux, internationaux, etc.) dans la lutte contre le VIH/SIDA L engagement de la société civile dans la lutte contre le VIH/SIDA. Aperçu sur la transmission mère-enfant du VIH Moments critiques et les taux de transmission En l absence de toute intervention, le taux de transmission du VIH de la mère à l enfant varie entre 15 et 30% si l enfant est nourri au lait artificiel; ce taux peut atteindre 30 à 45% quand l enfant est allaité au sein. La transmission peut survenir pendant la grossesse, pendant le travail d accouchement et l accouchement lui-même ainsi que pendant la période d allaitement. Facteurs influençant la transmission Les facteurs qui influencent la transmission mère-enfant peuvent être liés à la mère, à l enfant ou encore aux conditions de l accouchement. Le tableau schématisant les facteurs associés à la PTME. Facteurs liés à la mère Facteurs liés à l enfant Facteurs liés à l accouchement Facteurs avec forte évidence scientifique - Charge virale élevée - Stade avancé d infection - Type du VIH (type 1) - Allaitement au sein - Prématurité - Accouchement par voie basse - Procédure invasive * (ex. rupture de la poche des eaux de plus de 4 heures) Facteurs avec faible évidence scientifique - Chorioamnionite - Anémie - Déficience en vitamine A -Épisiotomie * Procédures obstétricales faisant recours aux instruments pouvant être traumatique 8

9 Interventions spécifiques PTME Le paquet d interventions spécifiques PTME comprend : 1) L identification des femmes séropositives à travers le (conseil et) dépistage du VIH, 2) L usage des antiretroviraux chez femmes enceintes séropositives, 3) Les pratiques obstétricales à moindre risque, 4) Le conseil et le support pour une alimentation à moindre risque pour l enfant, 5) Le suivi de la mère, de son enfant et éventuellement de sa famille. Prise en charge élargie de la PTME Pour une réduction significative de l infection à VIH chez l enfant, l Organisation Mondiale de la Santé et les autres agences des Nations Unies préconisent une approche élargie basée sur quatre piliers : 1) La prévention primaire du VIH ciblant principalement les femmes en âge de procréer, 2) La prévention des grossesses non désirées chez les femmes VIH+, 3) Les interventions "spécifiques" PTME ciblant la femme enceinte VIH+, 4) La prise en charge de la femme séropositive, de son enfant et de sa famille. Approche élargie pour la prévention de l infection à VIH chez l enfant Toutes les femmes (en âge de procréer) Femmes infectées par le VIH Femmes infectées par le VIH Femmes VIH+, son enfant et sa famille prévenir l infection au VIH prévenir les grossesses non désirées prévenir la transmission du VIH à l enfant assurer soins et support Vu l audience ciblée, les recommandations formulées dans ce document se focalisent sur les interventions spécifiques de la PTME. 9

10 OBJECTIFS Le VIH/SIDA figure parmi les priorités de la Politique Nationale de Santé et d Action Sociale dans le cadre de la lutte contre les grandes endémies et les maladies émergentes pour la période Objectif Général : Réduire le nombre de nouveau-nés infectés (VIH) par leurs mères. Objectif s Spécifiques : 1) Pour la prévention primaire: Maintenir la prévalence du VIH/SIDA à moins de 1% dans la population générale. Ceci figure parmi les priorités définies dans le Cadre de Développement Moyen Terme (CMDT). L objectif ultime est de maintenir les futurs parents VIH négatifs. 2) Pour la prévention des grossesses non désirées : Encourager et offrir les méthodes de planifications familiales aux femmes connues (ou découvertes) VIH et les aider ainsi à éviter les grossesses non désirés. 3) Pour les interventions spécifiques de la PTME : Offrir le test VIH à 100% se présentant en CPN et/ou maternité. Tester au moins 75% des femmes qui reçoivent l information et/ou le conseil sur le VIH. Donner leurs résultats à 90% des femmes qui acceptent le test VIH. Offrir un traitement prophylactique ARV à 100% des femmes découvertes VIH+ Offrir un traitement prophylactique ARV à 100 % des enfants nés de mère VIH + 75% des femmes séropositives enrôlées dans le programme PTME viennent pour les soins postnataux. 75% des enfants enrôlées dans le programme PTME viennent pour le suivi médical. 4) Pour le continuum des soins et support : Offrir des soins et support appropriés au nombre maximum possible de femmes VIH+, leur enfant et leur famille 10

11 Normes et Recommandations PTME Vu l audience de ce document, les recommandations formulées se focalisent sur les interventions spécifiques de la PTME et non sur les autres aspects de l approche élargie. Le dépistage volontaire du VIH chez les femmes enceintes Le dépistage volontaire du VIH est un processus à travers lequel la femme enceinte reçoit l information (ou le conseil) appropriée afin de prendre la décision (ou non) de subir un test de dépistage de l infection à VIH. Le dépistage comprend (1) le conseil/information pré-test, (2) le test VIH et (3) le conseil post-test. 1) Conseil pré-test : Ce conseil est proposé aux femmes lors des consultations prénatales. Il sera collectif puis individuel. 2) Le test VIH : Le test sera systématiquement proposé à toute femme enceinte ; il n est pratiqué qu après le consentement éclairé de la femme en assurant la confidentialité de l acte. Il recherche les anticorps anti-vih. Il est basé sur 2 tests rapides (ou 2 Elisa pour le niveau de santé central) en série. Le Western-Blott est une option pour des résultats douteux. L algorithme national est le suivant : Test rapide 1 Sensible Positif Négatif Test rapide 2 Spécifique Reporter négatif Positif Négatif Reporter positif Envoyer le sérum au niveau de référence 3) Le Conseil post-test: Il doit toujours être individuel. 11

12 Recommandations : Le dépistage du VIH doit être systématiquement offert aux femmes enceintes en CPN ou en maternité. Toute femme doit recevoir, en groupe ou individuellement, information et conseil pré-test. La confidentialité sur les données personnelles doit être garantie pendant tout le processus du dépistage. Le consentement, écrit ou verbal, doit toujours être recherché. Le test VIH doit se faire en suivant l algorithme décrit par la Politique Nationale du dépistage volontaire. Le conseil post-test doit toujours être individuel. Quel que soit le résultat, le dépistage du partenaire doit être encouragé et offert. Le dépistage en couple doit être encouragé. Usage des antirétroviraux pour la PTME Les antiretroviraux réduisent le risque de transmission du VIH en diminuant la charge virale et en augmentant le nombre des lymphocytes T4. Le Ministère de la Santé et des Affaires Sociales recommande plusieurs schémas possibles en fonction du statut immunitaire de la mère, de son choix d allaitement, des capacités locales de prise en charge et de suivi biologique. 12

13 A) Femme suivie dans une maternité disposant d un accès aux dosages des CD4 et travaillant avec une équipe formée à la dispensation et au suivi des traitements ARV. 1 ) Situation de diagnostic précoce : avant la 28 semaine d aménorrhée (6 mois de grossesse). Nombre de CD4 Mère Enfant Avant l accouchement Accouchement et suite ARV Alimentation CD4 < 350/mL Indication à la mise en route définitive du traitement ARV : 1) Si pas d anémie : Hb 7,5 g/dl AZT-3TC-NVP (DuovirN ;Combivir +Névirapine ) 2) Si anémie persistante Hb < 7,5 g/dl après 1 mois de supplémentation en Fer/Foldine : D4T-3TC-NVP (Triomune ) Dès le début du travail : en association NVP 200 mg cp, une dose unique AZT 300 mg cp toutes les 3 heures, jusqu au clampage du cordon Continuer ensuite le traitement ARV maternelle habituelle En post-natal immédiat : NVP 2mg/kg en prise unique dans les 72 h post-natales AZT 4mg/kg Chaque 12h, Pendant la première semaine post-natale. Si le traitement ARV de la mère instauré moins d un mois avant l accouchement, le traitement AZT du nouveau né doit durer 1 mois. Allaitement maternel est conseillé. Allaitement artificiel est à réserver aux familles disposant de fortes capacités à sa bonne réalisation

14 CD4 350/mL Deux possibilités à choisir avec la femme enceinte : 1) Si désir d allaitement maternel : proposer le même traitement que celui proposé ci-dessus pour CD4 < 350/mL. Démarrer le traitement à la 28 semaine d aménorrhée et le poursuivre jusqu au 6 mois de l enfant, date du sevrage. Arrêter les ARV et refaire un dosage de CD4 chaque 6 mois (en appliquant la surveillance classique des séropositifs) Dès le début du travail : en association NVP 200 mg cp, une dose unique AZT 300 mg cp toutes les 3 heures, jusqu au clampage du cordon Après l accouchement : Continuer le traitement ARV maternelle habituelle Après le sevrage et le 6 mois, pour éviter l apparition de résistance à la NVP, il faut arrêter d abord la NVP et poursuivre 7 jours l association AZT-3TC ou D4T-3TC En post-natal immédiat : NVP 2mg/kg en prise unique dans les 72 h post-natales AZT 4mg/kg Chaque 12h, Pendant la première semaine post-natale. Si le traitement ARV de la mère instauré moins d un mois avant l accouchement, le traitement AZT du nouveau né doit durer 1 mois Allaitement maternel Sevrage au 6 mois CD4 350/mL 2) Si désir et capacité à réaliser un allaitement artificiel (situation rare) et pas de souhait d une mise sous traitement ARV lourd AZT 300 mg chaque 12 h, à partir de la 28 semaine de grossesse Dès le début du travail : en association NVP 200 mg cp, une dose unique AZT 300 mg cp toutes les 3 heures, jusqu au clampage du cordon Poursuivre le traitement AZT de la mère, 7 jours après la prise unique de NVP donnée pendant l accouchement En post-natal immédiat : NVP 2mg/kg en prise unique dans les 72 h post-natales AZT 4mg/kg Chaque 12h, Pendant la première semaine post-natale. Si le traitement ARV de la mère instauré moins d un mois avant l accouchement, le traitement AZT du nouveau né doit durer 1 mois. Allaitement artificiel 14

15 2 ) Situation de diagnostic tardif (après la 28 semaine), mais dans une structure disposant des capacités à une prise en charge des traitements ARV. La mise sous traitement est une urgence. La femme est mise sous le protocole ci dessus préconisé pour les situations de CD 4 < 350/mL ( AZT- 3TC-NVP) avant les résultats du dosage des CD4. Ce dosage est prélevé le plus rapidement possible. Le traitement sera à adapter après l accouchement. B) Femme suivie dans une maternité ne disposant pas d un accès aux dosages des CD4. Régimes possibles Avant l accouchement Accouchement et suite Enfant Alimentation AZT + NVP Pendant la grossesse : AZT : 300 mg chaque 12 heures dès la 28ème semaine ou dès que possible après la 28ème semaine. Pendant le travail : AZT : 600 mg de dose de charge jusqu à l accouchement NVP : 200 mg, prise unique au début du travail. Après l accouchement : En post-natal immédiat : NVP: 2mg/kg en prise unique dans les 72 heures postnatales Pendant la 1 ère semaine postnatale : AZT: 4mg/kg chaque 12 heures pendant 1 semaine. Allaitement maternel est conseillé. Allaitement artificiel est à réserver aux familles disposant de fortes capacités à sa bonne réalisation Poursuivre l AZT 3OO mg chaque 12 h pendant 1 semaine NVP seule Ce régime doit être considéré comme exceptionnel, si et seulement si celui AZT+NVP n est pas faisable. Pendant la grossesse : RIEN Pendant le travail NVP: 200 mg per os au début du travail. En post-natal immédiat : NVP 2mg/kg en prise unique dans les 72 heures postnatales En association avec une semaine d AZT 4mg/kg chaque 12 heures. (si celui-ci est disponible) Allaitement maternel est conseillé. Allaitement artificiel est à réserver aux familles disposant de fortes capacités à sa bonne réalisation 15

16 16

17 Pratiques obstétricales à moindre risque Les pratiques obstétricales quelque peu traumatiques comme l amniocentèse l usage des forceps ou de la ventouse et la pratique de l épisiotomie "de routine" peuvent augmenter le risque de contamination. La rupture de la poche des eaux plus de quatre heures avant la délivrance est associée avec une augmentation de risque de transmission. L usage systématique du partogramme prévient le travail prolongé et permet de prendre des décisions obstétricales rapides et appropriées. La césarienne élective peut réduire de 50% le risque de transmission mère-enfant du VIH mais l application d une telle intervention chez toutes les femmes séropositives n est pas nécessairement appropriée vu les contraintes en ressources humaines, matérielles et financières. La césarienne en "routine" aurait un impact sur le futur obstétrical des populations vivant loin des centres médicaux : toutes les grossesses futures des femmes avec antécédent de césarienne deviennent des grossesses à risque et il n existe pas de garantie que ces patientes auront accès au service de santé. Recommandations : En CPN, éviter si possible l amniocentèse. En salle de travail, utiliser systématiquement le partogramme. Éviter ou laisser pour indication obstétricale stricte les manœuvres suivantes : La rupture précoce de la poche des eaux L usage de la ventouse ou du forceps L épisiotomie Les touchers vaginaux intempestifs La césarienne n est réalisée que pour des indications obstétricales. Effectuer une désinfection vaginale après chaque toucher vaginal. Prévenir les hémorragies de la délivrance ou le travail prolongé.

18 Alimentation de l enfant né de mère séropositive L allaitement au sein augmente de 10 à 20% le risque de transmission mère-enfant du VIH mais d autre part, dans les situations de ressources limitées, l alimentation au lait artificiel augmente le risque de morbidité et mortalité liées à la malnutrition, aux maladies infectieuses ou diarrhéiques. Pour préconiser l allaitement artificiel, il est donc important de balancer ces risques. La décision finale peut être très difficile. La baisse de la charge virale induite par un traitement de type trithérapie diminue le risque de transmission par le lait maternel. L allaitement par des nourrices au statut sérologique inconnu pour le VIH est déconseillé. Recommandations : Dans le contexte mauritanien, l allaitement maternel exclusif pendant 6 mois en association à une trithérapie est recommandé. La pratique de l allaitement pas des nourrices est déconseillé. Conseiller la mère : expliquer et comparer les risques et bénéfices liés aux traitements ARV, à l allaitement au sein et ceux liés au lait artificiel ; ce conseil doit, toujours tenir compte du contexte social, économique et familial spécifique de la femme et de sa famille. Accompagner la mère dans son choix, et si possible, lui apporter un support matériel direct. Encourager l implication du partenaire pour faciliter l adhésion au mode d alimentation choisi. Normes et Procédures pour le suivi post-partum/postnatal du couple mère-enfant Le post-partum de la mère séropositive est généralement semblable à celui d une femme séronégative (ou de sérologie inconnue). Le suivi post-partum de la femme séropositive devrait aussi se focaliser sur l offre du planning familial et le support (ou la référence pour) une prise en charge médicale et psychosociale. L enfant nourri au lait artificiel peut avoir des problèmes de croissance et nécessiter un suivi plus étroit de la croissance et de la surveillance des maladies infectieuses. Le calendrier vaccinal de l enfant né de mère séropositive est comparable à celui de l enfant normal, sauf si l enfant est symptomatique du VIH. L établissement du diagnostic de l infection à VIH peut être basé (1) soit sur la recherche des antigènes du VIH par la PCR ; dans ce cas, le diagnostic peut être établi dès la 6 ème semaine postnatale. ; (2) soit sur la recherche des anticorps, il faut attendre la disparition des anticorps maternels transmis, soit l âge de 15 mois. Recommandations : Pour la mère : Offrir une méthode de planification familiale sure. Offrir support médical et psychosocial. Référencer toutes les femmes séropositives à un centre de prise en charge du VIH/SIDA. Préconiser la pratique systématique des rapports sexuels protégés (condom, préservatifs féminins). 18

19 Pour l enfant : Continuer à apporter le support (matériel y compris si possible) pour l alimentation. Appliquer le calendrier vaccinal : le BCG à la naissance doit être administré si le nouveauné n a pas de symptôme de SIDA. Mettre en place la prophylaxie avec du cotrimoxazole. Si la PCR est disponible, faire une recherche à 2 mois, 3 mois, 6 mois afin d établir un diagnostic précoce et d intensifier la prise en charge. Le diagnostic par la recherche des anticorps à 15 mois et dans tous les cas, au moins 3 mois après la fin de l allaitement éventuel.. Référer les enfants diagnostiqués VIH+ au centre de traitement du VIH/SIDA. Apporter support psychosocial : référer aux organisations à base communautaire. Organisations et Fonctionnement des Services de PTME Considérations Générales La PTME doit être partie intégrante du paquet minimum des soins offerts à la femme enceinte ; L offre de la PTME doit être intégrée dans les services de routine comme la consultation prénatale, la maternité, la planification familiale, la consultation des nourrissons, etc. Comme l offre de la PTME dépendra du niveau de l institution médicale qui prend en charge la femme ; la référence à un niveau de santé supérieur doit toujours être envisagée. Minimum Requis La mise en place de la PTME, quel que soit le niveau de santé considéré, doit prendre en compte (1) la mise à niveau de la structure de santé, (2) l adaptation du système de suivi et évaluation, ainsi que (3) la mobilisation communautaire. La mise à niveau de la structure de santé : o Ressources humaines : l introduction de la PTME augmente de façon importante la charge de travail, essentiellement à cause du conseil et dépistage. Il est important de renforcer quantitativement et qualitativement les équipes. o Espace de travail : les conditions de l environnent doivent être en mesure d accommoder la charge de travail supplémentaire : avec la PTME. Il faut agrandir/adapter la salle d attente, augmenter et adapter les locaux d examen et de conseil pour assurer des délais d attente raisonnables et garantir une discrétion audio et visuelle. Le minimum d équipements et consommables pour les activités de routine ainsi que pour la PTME doivent être en place : exemples : matériel d IEC (Information Education et Communication) pour les séances d information, disponibilité des ARV ou des kits de tests VIH. o Mise en place de la PPE : la prophylaxie post exposition doit être disponible : le paquet doit inclure la conduite à tenir ainsi que les ARV. o Intégration : les procédures décrites ici doivent être intégrées dans les processus/actions de routine des services de santé concernés. 19

20 o Coordination : pour que les femmes vues et enrôlées dans la PTME en CPN soient suivies de façon appropriées en maternité, il faut que l information sur leur statut sérologique soit partagé tout en garantissant la confidentialité requise ; un système discret de codification et des rencontres de coordination entre les services doit être mis en place. La coordination entre les différentes formations médicales offrant la PTME doit aussi être mis en place. o Fiches des patientes : la fiche CPN ou de maternité doit être adaptée pour inclure les informations suivantes : "oui ou non" si le conseil pré-test a été fait, "oui ou non" si résultat a été communiqué à la patiente, résultat + ou -, "oui ou non" si un régime ARV a été initié, éventuellement quel régime, la méthode d alimentation choisie. L adaptation du système de suivi et évaluation : o Les indicateurs et les outils de collecte doivent être définis : Ils suivent les recommandations du MSAS. Ils sont conformes à ceux déterminés pour le suivi/évaluation de l UCSS et du SNIS. Document en annexe. o Utilisation des informations collectées : les informations récoltées doivent non seulement être agrégées et analysées mais surtout discutées avec les structures de santé afin de maintenir l effort d une perpétuelle amélioration du service offert. La communication et la mobilisation communautaire : La sensibilisation de la communauté et le plaidoyer pour l utilisation de la PTME sont importants car ils diminuent la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH, corrigent les mauvaises pratiques et facilitent la tâche des conseillers. Les femmes enceintes se présentent en consultation ou en maternité avec un bon bagage d information et ne se sentent pas surpris par le test VIH. Tous les canaux et acteurs doivent être utilisés pour passer le message de la PTME : les médias audiovisuels, la presse, les affiches, les travailleurs sociaux, les leaders communautaires et religieux, les spécialistes de l IEC. 20

21 Références bibliographiques Family Health International. Reducing mother-to-child transmission of HIV: A strategic framework. Washington, DC, June zm4xueg/mtctstrategyfinal.pdf WHO. Antiretroviral Drugs For Treating Pregnant Women and Preventing HIV Infection in Infants; Guidelines on Care, Treatment and Support for Women living with HIV/AIDS and Their Children in Resource-Constrained Settings, Geneva, WHO. Antiretroviral drugs and the prevention of mother-to-child transmission of HIV infection in resource-limited settings. Recommendations for a Public Health Approach (2005 Revision). Geneva, June Mise au point sur la situation épidémiologique du VIH en Mauritanie Projection de l infection VIH en 2010, avril République Islamique de Mauritanie, Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Institut National de Recherches en Santé Publique. Politique et stratégies de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/SIDA, mars République Islamique de Mauritanie, Ministre de la Santé et des Affaires Sociales. Enquête de prévalence VIH chez les femmes enceintes dans certaines localités mauritaniennes en République Islamique de Mauritanie, Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Centre National d hygiène. Résultats de l enquête sur la prévalence de l infection VIH chez les femmes enceintes en consultation prénatale. Mauritanie, mai République Islamique de Mauritanie, Centre National d hygiène, Programme National de Lutte contre Les MST/SIDA. Plan directeur République Islamique de Mauritanie, Ministre de la Santé et des Affaires Sociales. Politique Nationale de Santé et d Action Sociale République Islamique de Mauritanie, Ministre de la Santé et des Affaires Sociales. Cadre Stratégique National de Lutte contre le VIH SIDA/IST, année République Islamique de Mauritanie, Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Programme national de lutte contre le VIH/SIDA/IST. Le point sur l épidémie du SIDA, décembre Programme Commun des Nations Unis sur le VIH/SIDA, Organisation Mondiale de la Santé. Une Stratégie Globale du secteur de la santé contre le VIH/SIDA, , décembre Organisation Mondiale de la Santé. 21

22 Améliorer l accès aux traitements antirétroviraux dans les pays à ressources limités, avril 2002.Organisation Mondiale de la Santé. Prévention de la Transmission Mère Enfant PTME. Manuel de Formation Cameroun Baptist Convention Health Board ( CBCHB) Document de référence de la prévention de la transmission mère-enfant du VIH, bases scientifiques et opérationnelles pour la formation et l organisation des services liés à la PTME, avril République du Sénégal, Ministère de la Santé et de la Prévention Médicale, Division SIDA/IST. 22

23 Annexe 1 Fiche de suivi évaluation : MSAS/UCSS MSAS Mois de 200 Rapport Mensuel PTME 1. Données Générales WILAYA DE MOUGHATAA DE : C ENTRE PTME DE PERIODE COUVERTE PAR LE PRESENT RAPPORT Du Au 2. Activités de PTME Activités Moins de 24 ans Nombre de nouvelles CPN Nombre de femmes enceintes dépistées au vih Nombre de femmes enceintes dépistées et qui ont reçu le résultat du dépistage Nombre de femmes enceintes testées au VIH et déterminées positives au VIH Nombre de femmes enceintes séropositives qui ont reçu un traitement aux ARV Nombres d accouchements de femmes séropositives Nombre de femmes séropositives suivies en post natal Femmes séropositives ayant reçu un soutien psycho économique Nombre d enfants nés de mères séropositives suivis et ayant reçu un traitement ARV Nombre d enfants nés de mère VIH + qui on reçu l allaitement artificiel Plus de 24 ans Observations

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 L expérience en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 Marie Marcelle Deschamps, MD Faculte de Medecine et Pharmacie de UEH 5-6 Mars 2008 Le contexte Haiti est. le pays le plus affecté

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

Aides Médicales et Charité (AMC)

Aides Médicales et Charité (AMC) Aides Médicales et Charité (AMC) Tél : +228 22 51 26 47 amc_lome@yahoo.fr PROJET NYE KEKELI : PTME Contexte d intervention En matière de prévention de la transmission du VIH de la mère à l enfant au Togo,

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 Septembre 2013 REMERCIEMENTS Le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005 Objectif global : Appropriation et mise en œuvre de la stratégie d ARCHI 2010 au niveau national. Objectif du projet : Renforcement des activités de santé à base communautaire du CRM. Indicateurs Sources

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG I. CONTEXTE Le VIH reste un problème de santé mondiale ; mais l Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée par ce virus.

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle, néonatale et infantile : l exemple du Rwanda

L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle, néonatale et infantile : l exemple du Rwanda Conférence internationale pour l Afrique de l Ouest et du Centre «Eliminons la transmission du VIH de la mère à l enfant» Paris, 16-17 Novembre 2011 L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle,

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON Programme VIH/sida MISE À JOUR PROGRAMMATIQUE UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON RÉSUMÉ ANALYTIQUE AVRIL 2012 WHO/HIV/2012.8

Plus en détail

Expérience du Lesotho

Expérience du Lesotho Nouvelles recommandations 2010 de la PTME et protocole thérapeutique effective en Afrique Subsaharienne Expérience du Lesotho Dr. Appolinaire TIAM, MBChB, DipHIVMan, M(fam)Med Directeur Technique: Elizabeth

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011.

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011. ANNEXE 1 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL 211-215 Bujumbura, 19 mai 211. . Introduction Le Burundi s est doté d une politique lutte contre

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana ----------------------- MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE SIDA DOSSIER MEDICAL (Femme Enceinte) Code d identification

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs. Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés

Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs. Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés Ordre du jour de l atelier Jour 1 Introduction Démographique Mortalité Jour 2 Morbidité

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Présentation du manuel

Présentation du manuel Présentation du manuel > COMMENT UTILISER LE MANUEL Le manuel est divisé en trois chapitres : Chapitre 1 : Introduction Le chapitre présente le SIS. Il indique l'objectif de la collecte de données, le

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Appui au Ministère de la Santé dans la

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LES IST ET LE VIH/SIDA Fiche 1

INFORMATIONS SUR LES IST ET LE VIH/SIDA Fiche 1 INFORMATIONS SUR LES IST ET LE VIH/SIDA Fiche 1 Au Cameroun, les infections sexuellement transmissibles (IST) et le VIH/SIDA constituent un réel problème de santé publique. Elles représentent environ 10%

Plus en détail

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives République du Sénégal Un Peuple- Un But- Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives Symposium sur la Protection

Plus en détail

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure.

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SIDA & TRAVAIL La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SOMMAIRE Quelques chiffres... p. 2 La situation en France en 2005... p. 2 Mode de

Plus en détail

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES.

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. LES OBJECTIFS RECHERCHES SONT : 1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. 3 D AMELIORER LE DISPOSITIF

Plus en détail

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) Diabète Au Mali présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) La situation du diabète au Mali - épidémiologie Le diabète est déjà un problème de santé publique au Mali Prévalence

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Etat des lieux Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Pourcentage de femmes enceintes HIV-positive ayant reçu une PTME, 2007

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Dépistage : expérience marocaine. M. Karkouri

Dépistage : expérience marocaine. M. Karkouri Dépistage : expérience marocaine M. Karkouri Une longue histoire 1 er cas de sida diagnostiqué au CHU de Casablanca Création de l ALCS Circulaire dépistage N 1078DT/217/SLMSTD «CIDAG» ouvert, ALCS Casablanca

Plus en détail

PROTOCOLE DE SURVEILLANCE DE LA GROSSESSE NORMALE (prescriptions d examens et prescriptions thérapeutiques de supplémentation)

PROTOCOLE DE SURVEILLANCE DE LA GROSSESSE NORMALE (prescriptions d examens et prescriptions thérapeutiques de supplémentation) Protocole obstétrical n 7 version 4 Page 1/6 Référence : RSN/PR/REA.O/007/D Date de 1 ère mise en service : 10/05/2000 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

PRÉSENTATION DU MATÉRIEL

PRÉSENTATION DU MATÉRIEL Édition 2009 OBJECTIF Ce catalogue présente des matériels prétestés et réalisés avec l appui fi nancier du PEPFAR (Plan d urgence américain pour la lutte contre le VIH/sida) depuis 2005 par le Centre des

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Présentation des 6 projets financés sur le FED via le PESCC

Présentation des 6 projets financés sur le FED via le PESCC Présentation des 6 projets financés sur le FED via le PESCC 6projets financés couvrant 7 régions pour un montant total 106 594 738 MRO dont 95 588 077MRO sur contribution FED. Un projet mis en œuvre par

Plus en détail

PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES. Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale

PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES. Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale 1 PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale Plan 2 Santé maternelle dans les pays à ressources limitées:

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

COALITION DES ENTREPRISES DE CÔTE D IVOIRE CONTRE LE VIH/SIDA (CECI)

COALITION DES ENTREPRISES DE CÔTE D IVOIRE CONTRE LE VIH/SIDA (CECI) COALITION DES ENTREPRISES DE CÔTE D IVOIRE CONTRE LE VIH/SIDA (CECI) Juli 2006 Responsable du Programme: Zadi Kessé E-mail: ebonny@cie.ci Tel : à confirmer Site Web : à confirmer 1 Analyse de la situation

Plus en détail

PLAN D ACTION TRIMESTRIEL DU CENTRE DE SANTE POUR LA PERIODE ALLANT DE

PLAN D ACTION TRIMESTRIEL DU CENTRE DE SANTE POUR LA PERIODE ALLANT DE 120 Annexe 12 : Plan d action Trimestriel d un Centre de Santé REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PROVINCE DE DISTRICT DE.. NOM DU CDS PLAN D ACTION TRIMESTRIEL DU CENTRE DE SANTE POUR

Plus en détail

La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes

La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes United Nations Population Fund Mars Décembre 2011 Suite à la crise libyenne survenue en février 2011, la frontière

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 DNSP(PNLS)-DSME Cotonou, 26 mars 2015 Plan Introduction Rappel du processus PTME Quelques indicateurs Grandes

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement Dr Nicolas Sananès 27 novembre 2012 Plan Problématique Dépistage pendant la grossesse Suivi de la grossesse Modalités d

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES AFFAIRES SOCIALES

MINISTERE DE LA SANTE ET DES AFFAIRES SOCIALES MINISTERE DE LA SANTE ET DES AFFAIRES SOCIALES COMITE SECTORIEL SANTE PLAN SECTORIEL TRIENNAL DE LUTTE CONTRE IST/VIH/SIDA DU MINISTERE DE LA SANTE ET DES AFFAIRES SOCIALES SOMMAIRE I- Introduction...

Plus en détail

Fòk pèp la jwenn! ÉNONCÉ DE POLITIQUE GÉNÉRALE DU PREMIER MINISTRE S.E.M. LAURENT SALVADOR LAMOTHE - CHAMBRE DES DÉPUTÉS LUNDI 14 MAI 2012

Fòk pèp la jwenn! ÉNONCÉ DE POLITIQUE GÉNÉRALE DU PREMIER MINISTRE S.E.M. LAURENT SALVADOR LAMOTHE - CHAMBRE DES DÉPUTÉS LUNDI 14 MAI 2012 Fòk pèp la jwenn! Les modèles de contractualisation relative à la gestion des maternités: Achats de services Atelier national de santé de la reproduction/ planification familiale, 12-14 décembre 2012 Plan

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

1. CONTEXTE ET PORTÉE :

1. CONTEXTE ET PORTÉE : Section : Direction clientèle services à la communauté N o : 1 Titre : Politique d allaitement maternel Préparé par : Monique Thérien, chef de service Santé publique Page : Page 1 de 9 Professionnels ou

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D HAÏTI MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET DE LA POPULATION UNITÉ D ÉTUDES ET DE PROGRAMMATION

RÉPUBLIQUE D HAÏTI MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET DE LA POPULATION UNITÉ D ÉTUDES ET DE PROGRAMMATION RÉPUBLIQUE D HAÏTI MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET DE LA POPULATION UNITÉ D ÉTUDES ET DE PROGRAMMATION Mai 2014 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES

LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES Page CHAPITRE 1 PRÉSENTATION DU PAYS, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L ENQUÊTE Tableau 1.1 Résultats de l enquête ménage et de l enquête individuelle...11 CHAPITRE 2

Plus en détail

Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée

Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée Campagne de communication MSF 2012 Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée Note explicative janvier 2012 UNE SITUATION ALARMANTE Le VIH touche un nombre impressionnant de personnes en République

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

TRANSMISSION MERE/ENFANT (TME) DU VIH/SIDA PRESENTATION: PROFESSEUR ROBERT J.I. LEKE

TRANSMISSION MERE/ENFANT (TME) DU VIH/SIDA PRESENTATION: PROFESSEUR ROBERT J.I. LEKE TRANSMISSION MERE/ENFANT (TME) DU VIH/SIDA PRESENTATION: PROFESSEUR ROBERT J.I. LEKE TRANSMISSION MERE-ENFANT (TME) La TME est une des causes majeures de l infection par le virus (VIH1) particulièrement

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS Colloque Geres/ESTHER/ISSA Lomé, Togo

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14 Diagnostic stratégique Programme 2012-14 Version 5, lundi 11 avril 2011 1 Diagnostic stratégique Rappel de l objectif Première étape de l élaboration d une programmation pluriannuelle, parfois appelée

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Modèle SAA de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux

Modèle SAA de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux Modèle de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux COMPOSANTES CENTRALES DU MODÈLE DE L USAID Le concept original des soins après avortement a été articulé pour la première fois

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Email : cpav@wanadoo.fr/cpav@medical78.com Web: www.nat78.com

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail