ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAYS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAYS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA"

Transcription

1 Unvesé de Monéal Faculé des As e des Scences Dépaemen des Scences Economques ANALSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA Rappo de echeche pésené pa : Chales RURANGA Deceu : Pof. Fancsco J. RUGE-MURCIA Monéal, avl 007

2 . Résume L épagne joue un ôle mpoan dans le développemen économque d un pays. Le Rwanda es, un pays en développemen sué en Afque cenale, classé pam les pays les plus pauves du monde. L objecf de ce aval es d analyse les déemnans de l épagne du Rwanda. L analyse héoque, pésenée dans ce aval, englobe la evue de la léaue, le modèle de éféence e la suaon économque du Rwanda. La evue de la léaue qu pésene les éudes anéeues effecuées su l épagne. Le modèle de éféence ulsé es celu de Mauce Obsfeld e Kanneh Rogoff e a éé claemen déallé dans cee pae. A la fn de cee secon nous avons pésené la suaon économque du Rwanda pou facle au leceu de compende noe mleu d éude. Dans l analyse empque, apès l analyse gaphque qu mone l évoluon de l épagne, de l nvesssemen e du compe couan, nous avons analysé la elaon ene l épagne naonale e l nvesssemen domesque. Nous avons consaé que l épagne naonale e l nvesssemen son posvemen coélés e de façon sgnfcave. Apès esmaons nous avons analysé les déemnans de l épagne naonale, de l épagne pvée e du compe couan. Les ésulas obenus monen que l épagne naonale es explquée, posvemen e sgnfcavemen, pa l nvesssemen pemanen. L épagne pvée augmene losque l oupu empoel es supéeu à son nveau pemanen. L nvesssemen pemanen explque posvemen l épagne pvée. Quan au compe couan, l dmnue quan l nvesssemen empoel es supéeu à son nveau pemanen.

3 . Lse des ableaux e fgues.. Tableaux Tableau Coélaon ene épagne naonale e nvesssemen en emes PIB.. Tableau Les déemnans de l épagne du Rwanda.... Fgues Fgue. Evoluon de l épagne naonale du Rwanda en emes du PIB. 8 Fgue. Evoluon du compe couan du Rwanda en emes du PIB

4 3. Lse des sgles e abévaons C : Consommaon CC : Compe Couan G : Dépenses publques I : Invesssemen Mnecofn : Mnsèe des fnances e planfcaon économque PIB ou : Podu Inéeu Bu P.N.B. : Podu Naonal Bu S: Epagne Naonale Sp : Epagne pvée Spu : Epagne publque T : Taxes 4

5 4. Remecemens Je emece les membes de ma famlle pou leus conbuons au succès de mes éudes. Je ens à emece mon deceu de echeche, Pofesseu Fancsco J. RUGE- MURCIA pou ses commenaes e consels penens. Je emece le NUFFIC qu, à aves le poje NPT/RWA/053 Appled Sascs, m a pems d effecue des éudes de maîse à l unvesé de Monéal. Je expme ma gaude enves l Unvesé Naonale du Rwanda pou l asssance fnancèe duan oue ma fomaon. En fn que oue pesonne qu a conbué d une façon ou d une aue ouve c noe econnassance. Chales RURANGA Monéal, avl 007 5

6 5. Table des maèes. Résume.... Lse des ableaux e fgues Tableaux Fgues Lse des sgles e abévaons Remecemens Table des maèes...6. Inoducon Généale Inéê du suje Sucue du aval...8. Analyse héoque Revue des éudes anéeues Analyse du modèle de Réféence Pésenaon de la suaon économque du Rwanda Analyse empque Analyse de l épagne du Rwanda Relaon épagne, nvesssemen du Rwanda Résulas empques du modèle neempoel Concluson Réféences bblogaphques Annexes...8 Annexe : Données sasques du Rwanda en emes du PIB...8 Annexe : Données du modèle...9 6

7 . Inoducon Généale.. Inéê du suje L épagne naonale fnance dfféens seceus de l économe ene aue celu lé à l nvesssemen dans les pojes de développemen. Le fnancemen de ce seceu es mpoan pou le développemen économque d un pays. L épagne joue un ôle pmodal dans le développemen économque d un pays. Pluseus éudes on éé effecuées su l épagne e on dégagé son mpoance su l économe, on peu ce le modèle de la cossance néo-classque de Solow 956 e Cass 965, Koopmans 965 e Ramsey 98. Il y a égalemen Fankel 96 e Rome 986 AGHION, P. e al. 006,3. Tous ces aueus on moné que l accumulaon du capal es l une des souces de la cossance économque d un pays. Phlppe Aghon e al., dans leu acle nulé «When does domesc savng mae fo economc gowh», on cheché à savo s la cossance économque d un pays augmene apdemen losque le aux d épagne es élevé. Dans leu analyse empque ls on consaé qu l y a une dfféence ene les pays ches e les pays pauves. Pou les pays pauves l augmenaon de l épagne enaîne une cossance économque, ce qu n es pas le cas pou les pays ches. Ces analyses monen qu un aux élevé de l épagne enaîne, à aves l accumulaon du capal, une cossance économque. Pou ou pays, mas suou pou les pays en développemen, l es donc nécessae d augmene son épagne en vue d accoîe son accumulaon du capal. Apès avo dégagé l mpoance de l épagne dans le développemen économque, l es nécessae d éude les faceus qu déemnen l épagne. L analyse de ces faceus pemea de popose des mesues faclan le développemen économque. Cee éude analyse de façon spécfque les déemnans de l épagne du Rwanda. Le Rwanda es, un pays en développemen, sué en Afque cenale e classé pam les pays les plus pauves du monde. La pauveé du Rwanda es lée à sa sucue 7

8 économque e aux effes de la guee e du génocde de 994. Sa suaon économque es pésenée dans la secon suvane. Cee éude do éponde aux quesons suvanes : L épagne naonale du Rwanda es-elle, sgnfcavemen, coélée avec l nvesssemen? L augmenaon de l oupu enaîne--l une augmenaon, sgnfcave, de l épagne? Les dépenses gouvenemenales élevées enaînen--elles une dmnuon, sgnfcave, de l épagne naonale? La axe élevée affece--elle, négavemen, l épagne pvée? Cee éude es lmée su le cas du Rwanda. Dans le emps sue à l absence de données sasques elle va de 976 à 00. L nsu naonal des sasques a éé céé en 005, ason pou laquelle nous n avons pas pu ouve les données su pluseus années. Les données ulsées povennen des sasques de la Banque Mondale... Sucue du aval Ce aval es sucué de la manèe suvane : - Inoducon qu pose claemen le poblème de echeche e donne les démaches à suve pou éponde aux quesons de echeche ; - Analyse héoque es composée pa os secons à savo : evue de la léaue, analyse du modèle de éféence e la pésenaon de la suaon économque du Rwanda qu es noe cas d éude ; - Analyse empque subdvsée en analyse de l épagne, la elaon ene l épagne naonale e l nvesssemen domesque e pésenaon des ésulas empques; - Le aval es clôué pa une concluson qu donne en ésume la éponse aux quesons de echeche e offe des suggesons su les voes pemean d augmene l épagne du Rwanda. 8

9 . Analyse héoque.. Revue des éudes anéeues Cee pae analyse quelques éudes anéeues effecuées su l épagne e ses déemnans. Ces éudes nous pemeen d explque l mpoance de l épagne dans une économe e de chos le modèle de éféence de noe éude. Gyan Padhan e Kamal P. Upadhyaya dans leu acle su «The mpac of budge defcs on naonal savng n he USA» monen que l épagne naonale es explquée de façon généale pa le défc budgéae, base monéae, aux de change éel, aux d néê éel e le poucenage de la populaon à l âge de avalle. T. C. DIAW, dans l «analyse des déemnans de l épagne naonale dans un pays en développemen : le cas du Sénégal», mone que l épagne naonale du Sénégal es explquée pa le evenu, l épagne exéeue, le aux de dépendance, le aux d nflaon, le aux de change effecf éel e le solde du compe couan. B. Bjan, Aghevl e al.990, 58 monen que l épagne naonale d un pays en développemen es explquée pa : le evenu naonal, le podu néeu ne pa haba, le aux d nflaon, le eme d échange, la base monéaem, le nombe de la populaon ene 5 e 64 ans, la populaon ubane e la populaon oale. L éude, effecuée pa Phlppe AGHION e al., mone que, dans les pays pauves avec économe ouvee, l accossemen de l épagne naonale e éangèe enaîne la cossance économque d un pays à aves le fnancemen de pojes de développemen. L éude des déemnans de l épagne es donc ès néessane pou ous les pays en généal e plus paculèemen pou les pays en développemen. L accumulaon du capal peme au pays d avo les fonds nécessae pou fnance ses dépenses couanes ans que ses pojes de développemen. Alan M. TALOR997, 0 mone qu en Agenne l accumulaon du capal a joué un ôle cenal dans la cossance économque. 9

10 Mauce Obsfeld e Kenneh Rogoff, dans leu lve nulé : «Foundaons of nenaonal macoeconomcs», analysen les déemnans de l épagne en ulsan l appoche neempoelle du compe couan. Ce modèle a éé ulsé comme éféence dans l éude effecuée pa Mauco Cadenas e Andés Escoba su «Savng deemnans n colomba : ». Mauco Cadenas e Andés Escoba 998, monen que l épagne naonale augmene s l oupu es supéeu à son nveau pemanen e dmnue s les dépenses publques son supéeues aux dépenses publques pemanenes. Ils monen égalemen que l épagne pvée augmene ou dmnue s le PNB augmene ou dmnue especvemen. L augmenaon de axes pa appo au nveau pemanen de dépenses publques enaîne la éducon de l épagne pvée. La fome des équaons es pésenée à la secon suvane. L épagne naonale e l nvesssemen son pafaemen coélés e l épagne cause la cossance au sens de Gange. Cee éude mone égalemen que la éducon de l épagne pvée es due au aux élevé des axes. Ce modèle es ulsé dans ce aval comme modèle de éféence. La secon suvane pésene de façon déallée noe modèle de éféence. 0

11 .. Analyse du modèle de Réféence Dans ce aval les déemnans de l épagne son analysés en ulsan l appoche neempoelle du compe couan. Le modèle de éféence es celu de Mauce Obsfeld e Kenneh Rogoff. Les pncpales hypohèses de ce modèle son : une pee économe ouvee, hozon nfn, absence d nceude e exsence d un ben non duable. Ce modèle a éé égalemen ulsé pa M. Cadenas e A. Escoba 998. La foncon d ulé es: U 0 c β u, 0 < β <, où β epésene le aux de péféence ndvduel neempoel. L ulé es cossane e concave : u ' c > 0, u '' c < 0. La maxmsaon de la foncon d ulé es suje à la conane budgéae suvane : B B C G I Avec, B acfs nes éanges, la poducon ou P.I.B., C la consommaon, G dépenses publques e I nvesssemen. a Modèle empoel En éogansan l équaon, de la conane budgéae, nous obenons : B B B C T T G I 3 T epésene les axes à la péode e De cee équaon nous pouvons en dédue : B B CC compe couan à la péode.. PNB B, le podu naonal bu es la somme du endemen des acfs nes éanges e la poducon néeu bu PIB. L équaon 3 mone que le compe couan es la dfféence ene le PNB e les dépensesc e G. S les evenus son supéeus aux dépenses le compe couan deven posf excédenae e s les evenus son nféeus l deven négaf défcae.

12 . S B C G 4 S epésene l épagne naonale e l équaon 4 peu s éce : S B C T T G. L épagne naonale es composée de deux paes qu son l épagne pvée e l épagne publque. Selon l équaon pécédene le PNB es foncon de l épagne naonale, de la consommaon e de dépenses publques. L épagne pvée : S pvée B C T 5 L épagne pvée dépend du PNB, de la consommaon e des axes. S la consommaon e les axes augmenen la héoe pévo que l épagne pvée do dmnue alos que l augmenaon du PNB enaîne une augmenaon de l épagne pvée, oues choses éan égales. L épagne publque : S publque T G. 6 La seule souce de fnancemen de dépenses publques es les axes. S les axes augmenen, oues choses éan égales, l épagne publque augmene alos que l augmenaon des dépenses publques enaîne une dmnuon de l épagne publque. En emplaçan l épagne naonale dans la foncon du compe couan, nous obenons : CC S I, le compe couan es la dfféence ene l épagne naonale e l nvesssemen. S l épagne es nféeue à l nvesssemen le pays deven empuneu e s l épagne es supéeue à l nvesssemen l deven pêeu. Dans le peme cas le compe couan es défcae alos que dans le second cas l es excédenae. Les analyses effecuées c hau monen claemen les elaons qu exsen ene ces dfféenes vaables : CC, PNB, PIB, I, G, T, S, Sp e Spu.

13 3 b Modèle neempoel L équaon peu-êe éce : ] [ I G C B B 7 ] [ I G C B B, emplaçons la valeu de B dans l équaon 7 : ] [ ] [ I G C I G C B B En connuan le même pocessus pou e en ulsan la conane d opmalé qu spule que : 0 lm T T T B, on a : B G I C L équaon 8 es la conane budgéae neempoelle. La pae gauche epésene les dépenses globales neempoelles en valeus pésenes e la pae doe egoupe les essouces globales neempoelles en valeus pésenes. La condon du peme ode de la maxmsaon de l équaon sous conane budgéae donne : ' ' c u c u β 9 Nous avons l équaon d Eule qu nous mone commen le consommaeu epa, de façon opmale, sa consommaon ene la péode e. On peu éce auemen cee équaon :. c u c u β La pae gauche de cee équaon epésene le aux magnal de subsuon du consommaeu alos que la pae doe es le px de la consommaon fuue en emes de la consommaon pésene.

14 4 Supposons que la foncon d ulé a une fome logahmque qu es :. log c c u 0 La dévée pemèe de l équaon 0 donne c c u ', en emplaçan la valeu de l ulé magnale de la consommaon dans l équaon 9, nous avons : C C β A pa de l équaon 8 nous avons: 0 0 G I B C, la consommaon globale es égale à la somme de la chesse nale e de ous les evenus dsponbles généés duan oue la duée de ve. En combnan cee équaon e l équaon, nous avons :... 0 G I B C C C β β G I B C β β β β 0 G I B C β ] [ 0 G I B C β La consommaon à la péode dépend de la chesse globale. Dans cee équaon β es la popenson magnale à consomme e, comme elle dépend de la chesse globale, elle do êe ès pee. C es la héoe du evenu pemanen. Dans la héoe keynésenne la popenson magnale à la consommaon à la péode dépend du evenu dsponble de la même péode. Donc, elle es pesque égale à un. Supposons qu l y a un evenu pemanen qu vae au cous du emps e on décde d avo un evenu fxe duan oues les péodes, soˆ.... ˆ ˆ ˆ ˆ

15 3 ˆ[...] ˆ 3 0 Remplaçons les équaons e 3 dans l équaon 3 : CC B β [ B ˆ Iˆ Gˆ ] G I CC ˆ G Gˆ β β I β Iˆ B β B En éogansan cee équaon nous obenons : ˆ ˆ ˆ ˆ ˆ ˆ B 4 CC G G I I θ G I θ Avec, θ β e θ β Cee équaon epésene le compe couan à la péode enan que combnason de la héoe d opmsaon e du modèle de la compablé naonale. C es la fome neempoelle du compe couan. Elle mone que s la poducon à la péode es supéeue à la poducon pemanene le compe couan augmene ands que pou les dépenses publques e l nvesssemen on des effes nveses. En emplaçan égalemen les équaons e 3 dans 4, l épagne naonale deven : S B β B β ˆ β Iˆ β Gˆ G S ˆ ˆ ˆ [ ] B G G I [ ] ˆ Gˆ β β Iˆ ˆ ˆ ˆ ˆ ˆ ˆ B 5 S G G I θ G I θ Avec, θ β e θ β L équaon 5 mone que s l oupu à la péode es supéeu à son nveau pemanen l épagne naonale augmene alos que s les dépenses gouvenemenales 5

16 son supéeues à son nveau pemanen l épagne naonale dmnue. On consae que l augmenaon de l nvesssemen pemanen enaîne une augmenaon de l épagne naonale. Remplaçons en fn les équaons e 3 dans 5 : S pvée S S B β [ B β ˆ β Iˆ β Gˆ T ˆ ˆ ˆ T G I [ [ ] B [ ] ˆ Iˆ Gˆ β β pvée pvée ˆ ˆ ˆ ˆ ˆ ˆ T G I θ B θ I G 6 L équaon 6 mone que s l oupu à la péode es supéeu à son nveau pemanen l épagne pvée augmene alos que s les axes son supéeues aux dépenses gouvenemenales pemanenes l épagne pvée dmnue. Les équaons 4, 5 e 6 du modèle neempoel nous pemeon d analyse les déemnans, especvemen, du compe couan, de l épagne naonale e de l épagne pvée du Rwanda. Avan d analyse ces équaons, nous allons pésene dans la secon suvane la suaon économque du Rwanda qu pemea au leceu de connaîe noe mleu d éude e de compende la penence de cee éude. 6

17 .3. Pésenaon de la suaon économque du Rwanda Le Rwanda es un pays en développemen sué en Afque cenale. Sa populaon es de 8,mllons su une supefce de 6 338km. Le Rwanda a un aux élevé de la pauveé où 64% de la populaon vva avec mons de us$ pa jou Rwanda : Mnecofn 00, 40. Le aux d alphabésaon es de 58,8% avec 65,0% pou les hommes e 53,8% pou les femmes Rwanda : Mnecofn 004 a, 4. L enquêe effecuée, su les ndcaeus de Base du ben-êe de 003, mone que seulemen 7,6% de la populaon a accès aux sevces médcaux Rwanda : Mnecofn 004 b, 76. Les pncpales asons qu explquen ce fable aux d accès aux sevces médcaux son la pauveé e l gnoance suou pou les analphabèes. 88,00% de la populaon v de l agculue exensve. L espéance de ve à la nassance es de 49 ans e le aux de moalé nfanle es de 0 pou 000. Le aux de cossance démogaphe es de,9 Rwanda : Mnecofn 00,. L économe wandase es caacésée pa un défc pemanen de la balance des paemens ands que le aux de couveue des mpoaons pa les expoaons es en moyenne de 37,97% ene 980 e 00. La pauveé es explquée pa pluseus faceus nauels e humans. Noe objecf n es pas d analyse de façon déallée les causes de la pauveé, cee secon vse à facle au leceu la compéhenson de noe mleu d éude. Pou cela nous allons pésene bèvemen deux pncpales causes de la pauveé au Rwanda. Pemèemen, la sucue économque du pays es caacésée pa un déséqulbe ene la cossance démogaphque e la cossance économque. Au cous des années 80 e 90, la cossance démogaphque a connué à augmene alos que le développemen économque sagna. En plus pendan cee péode, l n y ava pas une polque naonale effcace faclan l améloaon de condons de ve de la populaon. Vu que la pncpale acvé de la populaon es l agculue, l falla pende des mesues adéquaes de ansfomaon du seceu agcole. La balance commecale es oujous défcae e plus de 80% de ecees d expoaon son basées su l expoaon du café. Le Rwanda, éan un pe pays su le maché mondal du café, n a pas d nfluence su le px. Le px du café connue à basse su les machés nenaonaux. 7

18 Les conséquences deces ou ndeces de cee suaon son, ene aues, la basse de la poducvé agcole, aux élevé des analphabèes, oppounés lmées d emplo, foe densé démogaphque, coûs élevés de podus anspoés sue au manque des nfasucues adéquaes e la dégadaon de l envonnemen. Deuxèmemen, la guee e le génocde de 994 on lassé un héage hofan, appauvssan davanage le pays. Ce dene héa un cean nombe de poblèmes, ene aue la mo de plus d un mllon de pesonnes, pluseus pesonnes on ps l exl dans les pays lmophes, la desucon des nfasucues de base. La pévalence du VIH/SIDA s es consdéablemen accue en pae à cause des vols pendan la guee, mouvemens mgaoes e d aues causes lées à la guee. Le aux de pévalence es de.% au nveau naonal e 0.8% dans les zones uales. Apès la guee e le génocde de 994, la sablé e la sécué on éé éables. Des sucues polques e admnsaves démocaques on éé mses en places. Malgé les effos founs pa les esponsables polques, la cossance économque duable nécesse plus d nvesssemen dans les seceus clés de l économe naonale, à savo pncpalemen l agculue, l éducaon e les nfasucues. Apès ces momens agques pluseus pojes de développemen son encous de pépaaon dans dfféens domanes. La pncpale conane éan le fnancemen de ous ces pojes, alos qu ls son poaes. L épagne naonale es l une des souces de fnancemen, ason pou laquelle dans ce aval nous avons voulu analyse ses déemnans. Pluseus éudes su les déemnans de l épagne naonale on éé effecuées au nveau nenaonal e elles monen que l épagne es mpoane dans le développemen économque d un pays. Le Rwanda éan un pays en développemen e aucune éude n a éé éalsée dans ce domane, ce suje es donc ès néessan. Dans ce aval nous allons éponde à la queson suvane : Quels son les faceus qu déemnen l épagne du Rwanda? L analyse empque, qu fa l obje de la secon suvane, pemea de éponde à cee queson. 8

19 3. Analyse empque Cee secon es consacée d abod à l analyse de l évoluon de l épagne e ensue à l analyse des déemnans de l épagne du Rwanda. Cee analyse peme de éponde à nos quesons de echeche. Les données sasques ulsées son des vaables éelles en emes du PIB e son pésenées à l annexe. 3.. Analyse de l épagne du Rwanda L épagne naonale es subdvsée en deux paes à savo : l épagne pvée e l épagne publque. La fomulaon e les explcaons héoques on éé pésenées à la secon pécédene. Rappelons que l épagne naonale es la somme de l épagne pvée e de l épagne publque. La fgue c-dessous epésene l évoluon de l épagne naonale, de l épagne pvée e de l épagne publque du Rwanda pendan la péode allan de 976 à 00. % du PIB Année Epagne naonale Epagne publque Epagne pvée fgue Evoluon de l'épagne du Rw anda en emes du PIB: La fgue mone que l évoluon de l épagne naonale, de l épagne pvée e de l épagne publque es pesque saonnae duan oue la péode. Le changemen majeu emaquable es en 994, péode de la guee e du génocde, ou l épagne pvée a bualemen chué e moné juse apès. 9

20 L analyse du compe couan, qu es la dfféence ene l épagne naonale e l nvesssemen, nous peme de savo s le Rwanda ava beson de fnancemen ou capacé de fnancemen. % du PIB Année Epagne naonale Compe Couan Invesssemen Fgue : Evoluon du compe couan du Rw anda en emes du PIB: La fgue c-dessus mone que le compe couan du Rwanda éa excédenae jusqu en 980 e apès cee dae l es devenu défcae sauf en 995. En 995 péode d apès guee e génocde l épagne naonale a augmené plus que l nvesssemen. S le compe couan d un pays es défcae, pou fnance ses nvesssemens, l do ecou à l empun éange. La secon suvane do analyse s l épagne naonale posvemen coélée avec l nvesssemen domesque. 0

21 3.. Relaon épagne, nvesssemen du Rwanda Cee secon analyse la elaon qu exse ene l épagne e l nvesssemen au Rwanda. Losqu l y a une pafae moblé de capaux ene les pays, la héoe pévo qu l n exse pas une elaon sgnfcave ene l épagne naonale e l nvesssemen local, donc le coeffcen de l épagne naonale n es pas dfféen de zéo. Dans ce cas, l nvesssemen local es fnancé en gande pae pa les capaux éanges. Le modèle de éféence es celu de M. Feldsen e C. Hooka. M. Feldsen e Chales Hooka 980, 3on analysé la elaon ene l épagne e l nvesssemen dans pays développés e les ésulas obenus monen que l épagne naonale explque de façon sgnfcave l nvesssemen local. Ces ésulas conedsen la héoe de pafae moblé de capaux. Le modèle ulsé es le suvan : I / α β S / u 3 Avec, I / : Invesssemen en emes du PIB à la péode. S / : Epagné naonale en emes du PIB à la péode. α e β : les paamèes : eme d eeu. u A pa de ce modèle, nous allons consdée deux cas d abod on do esme ce modèle e ensue nous allons nodue une vaable dummy qu nous peme de ese s la guee de 990 à 994 a eu ou non des effes sgnfcafs su l nvesssemen local. Cee vaable pend la valeu pendan la péode de la guee e 0 auemen. Les ésulas obenus son pésenés dans le ableau suvan.

22 Tableau Coélaon ene épagne naonale e nvesssemen en emes du PIB Vaable dépendane : I / Consane S / 0.679*** 0.686*** Dummy * S / R DW Nombe d obsevaons 6 6 Méhode d esmaon MCO MCO : Éca-ype *** sgnfcave à %; **sgnfcave à 5% e * sgnfcave à 0%. Les ésulas obenus dans le modèle monen que le modèle es explqué à 8.7% e les ess sasques, du coeffcen de la vaable explcave, S /, monen qu l es sgnfcaf à %. On peu conclue que l épagne naonale explquée l nvesssemen local de façon sgnfcave. L épagne naonale joue donc un ôle mpoan dans le fnancemen des nvesssemens locaux. Le modèle, qu en compe de l nseon de la vaable dummy, mone que cee vaable n a pas des effes sgnfcafs su l nvesssemen. On peu conclue que la guee n a pas affecé l nvesssemen local de façon sgnfcave. Cee pae nous donne une éponse su la elaon ene l épagne naonale e l nvesssemen local. Comme nous avons vu que l épagne naonale explque de façon sgnfcave l nvesssemen local, la queson qu se pose es de savo les vaables qu déemnen l épagne naonale du Rwanda. La secon suvane épond à cee queson.

23 3.3. Résulas empques du modèle neempoel Cee secon pésene e analyse les ésulas obenus apès esmaon des équaons 4, 5 e 6. Ces équaons concenen, especvemen, les foncons du compe couan, de l épagne naonale e de l épagne pvée dans un modèle neempoel. Les élémens de l épagne e de l oupu pemanens son obenus en ulsan le fle de Hodck-Pesco akhn 003,. Supposons que β, cec sgnfen que le aux de péféence du consommaeu e le même dans le emps e l es égal au endemen du maché. Comme β, nous avons θ θ 0. L esmaon de ces modèles en enan compe de cee l hypohèse donne les ésulas suvans : Tableau Les déemnans de l épagne du Rwanda Vaable dépendane Epagne naonale Epagne pvée Compe couan Consane ˆ *** G Gˆ Î.55*** 0.533** I Iˆ -.75** T Gˆ R Nombe d obsevaons Méhode d esmaon MCO MCO MCO : Éca-ype *** sgnfcave à %; **sgnfcave à 5% e * sgnfcave à 0%. Le ableau pécéden egoupe les ésulas obenus apès esmaon de modèles neempoels de l épagne naonale, de l épagne pvée e du compe couan. Les ésulas son néessans e pemeen d denfe les déemnans de l épagne du Rwanda qu es l objecf pncpal de cee echeche. Les sgnes de coeffcens 3

24 aendus son obenus e les déals su la sgnfcavé pou chaque modèle son développés dans les paagaphes suvans. a Epagne naonale : Le modèle es explqué à 87,6%. Pam les vaables explcaves eenues seul le coeffcen de l nvesssemen pemanen es sgnfcaf. La vaable nvesssemen pemanen nfluence posvemen l épagne naonale, ce qu sgnfe s un pays fa un nvesssemen pemanen sa poducon do augmene dans le fuu. S la poducon augmene le pays do avo la possblé de consue l épagne naonale. La dfféence, ene la poducon empoae e la poducon pemanene, a un sgne posf mas elle n es pas sgnfcave pou noe cas d éude. b Epagne pvée : Le modèle es explqué à 88,04%. La dfféence ene la poducon empoelle e la poducon pemanene es sgnfcave e explque de façon posve. L augmenaon de l oupu empoae pa appo à l oupu pemanen enaîne une augmenaon de l épagne pvée e l nvese e va. L nvesssemen pemanen explque l épagne pvée posvemen e de façon sgnfcave. La dfféence ene les axes e les dépenses publques pemanenes a un sgne négaf comme aendu mas elle n es pas sgnfcave. Le sgne négaf de T Gˆ mplque que s les axes son supéeues aux dépenses publques pemanenes l épagne pvée dmnue. L augmenaon des axes nfluence négavemen l épagne pvée. c Compe couan : Le modèle es explqué à un poucenage ès fable, so,5%. Seule la dfféence ene l nvesssemen empoel e l nvesssemen pemanen es sgnfcave à 5%. S la dfféence ene l nvesssemen empoel e l nvesssemen pemanen augmene la valeu du compe couan dmnue e s la dfféence dmnue la valeu du compe couan augmene. La dfféence ene l nvesssemen empoel e l nvesssemen pemanen augmene s l y a une augmenaon des nvesssemens empoels pa appo aux nvesssemens pemanens ou s l y a une basse des nvesssemens pemanens pa appo aux nvesssemens empoels. Pou augmene le compe couan l fau que les nvesssemens pemanens soen supéeus aux nvesssemens empoels. Les aues vaables ne son pas sgnfcaves. 4

25 4. Concluson L épagne peme au pays de fnance ses dépenses couanes ans que ses pojes de développemen à moyen e long eme. L éude des déemnans de l épagne peme d denfe les voes e moyens pemean d augmene le fond de fnancemen. Noe aval qu consse à analyse les déemnans de l épagne du Rwanda ene dans ce cade. Il exse des anéeues qu on analysé les déemnans de l épagne d une façon généale ou avec de cas d éudes pécs qu son ulsées dans ce aval comme modèle de éféence. Les analyses héoques monen l mpoance de l épagne dans la cossance économque. Alan M. Taylo dans son éude nulée : Agenna and he wold capal make : savng, nvesmen, and nenaonal capal mobly n he weneh cenuy mone qu en Agenne l accumulaon du capal a joué un ôle cenal dans la cossance économque. Le modèle de éféence, qu nous a pems d analyse les déemnans de l épagne du Rwanda, es celu de Mauce Obsfeld e Kenneh Rogoff. Le Rwanda es un pays en développemen sué en Afque cenale e qu a éé secoué pa la guee e le génocde de 994. La éhablaon des nfasucues qu on éé déues pendan la guee e le fnancemen de nouveaux pojes de développemen son pam les poés naonales. Cec explque la nécessé d avo l épagne suffsane en vue de fnance ous ces pojes. L épagne naonale éan l un des moyens de fnancemen des nvesssemens ses déemnans fon l obje de cee éude. Les ésulas d esmaon de la elaon ene l épagne naonale e l nvesssemen local mone qu ls on une elaon posve e le coeffcen de l épagne naonale es sgnfcavemen dfféen de zéo. Toue augmenaon l épagne naonale enaîne une augmenaon de l nvesssemen local e oue dmnuon enaîne une dmnuon. Comme nous avons vu que, pou le cas du Rwanda, l épagne naonale 5

26 explque de façon sgnfcave e posve l nvesssemen, les polques vsan à augmene l épagne naonale auon, decemen, des effes posfs su l nvesssemen local. Les ésulas empques de modèles neempoels monen que l épagne naonale es explquée de façon sgnfcave pa l nvesssemen pemanen. Il y a une elaon posve ene l nvesssemen pemanen e l épagne naonale. S un pays augmene son nvesssemen pemanen sa poducon sea ès élevée dans le fuu, ce qu enaînea l augmenaon de l épagne naonale. Les aues vaables explcaves eenues on les sgnes aendus mas elles ne son pas sgnfcaves. L épagne pvée, au Rwanda, es explquée de façon posve pa la dfféence ene l oupu empoel e l oupu pemanen e l nvesssemen pemanen. La dfféence ene les axes e les dépenses publques pemanenes, a le sgne aendu mas, n a pas des effes sgnfcafs. Le compe couan es explqué de façon sgnfcave pa la dfféence ene l nvesssemen empoel e l nvesssemen pemanen. S les nvesssemens pemanens augmenen le compe couan augmene égalemen e s ls dmnuen le compe couan dmnue. Le compe couan es explqué posvemen pa les nvesssemens pemanens. Les aues vaables eenues dans le modèle du compe couan n on pas des effes sgnfcafs. 6

27 5. Réféences bblogaphques Aghevl, B. Bjan, James M. Boughon, Pee J. Monel, e Del Vllanueva The ole of naonal savng n he wold economy : ecen ends and pospecs. Washngon, D.C., mach. Aghon, P., Dego Comn e Pee How When does domesc savng mae fo economc gowh?. NBER Wokng Pape 75May, Cambdge. Blanchad, J. Olve e S. Fsche Lecues on Macoeconomcs. Cambdge: MIT pess. Cadenas, M. e Andés Escoba Savng deemnans n Colomba: Jouanal of Developmen Economcs 57:5-44. Daw, T. C.00. Analyse des déemnans de l épagne naonale dans un pays en développemen : le cas du Sénégal. Ocobe. Feldsen, M. e Chales Hooka Domesc savng and nenaonal capal Flow. Economc Jounal 90Jun : 34-9, No Obsfeld, Mauce e Kenneh Rogoff Foundaons of nenaonal Macoeconomcs. London: The MIT pess. Padhan, G., and Kamal P. Upadhyaya. 00. The mpac of budge defcs on naonal savng n he USA. Jounal of Appled Economcs 33: Rome, Davd Macoéconome appofonde. Pas : Edscence. Rwanda. Mnecofn. 00. Indcaeus de développemen du Rwanda. édon n o.5. Kgal, aoû. Rwanda. Mnecofn. 004 a. Quesonnae unfé su les ndcaeus de base du ben-êe. Kgal, avl. Rwanda. Mnecofn. 004 b. Rappos d analyse des ésulas. Kgal, mas. Taylo, M. Alan Agenna and he wold capal make: savng, nvesmen, and nenaonal capal mobly n he weneh cenuy, NBER Wokng Pape 630Decembe, Cambdge. akhn, oss The Hodck-Pesco Fle. Econ 0A. 7

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012 École de Technologe Supéeue Pa : Fancs Boudeau, ÉcThé Révson : Aïda Ouangaoua INF35 Taval Paque # Remse le 6 ocobe 0 Inaon à la pogammaon en géne mécanque Taval ndvduel. Objecfs - Mee en applcaon des noons

Plus en détail

L intégration intra-régionale des marchés boursiers de l Europe du sudest : une analyse multivariée

L intégration intra-régionale des marchés boursiers de l Europe du sudest : une analyse multivariée Busness School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Wokng Pape 24-29 L négaon na-égonale des machés bouses de l Euope du sudes : une analyse mulvaée Khaled Guesm Duc Khuong Nguyen hp://www.pag.f/f/accuel/la-echeche/publcaons-wp.hml

Plus en détail

Stabilisation des prix des céréales : avantages et coûts du stockage public

Stabilisation des prix des céréales : avantages et coûts du stockage public Sablsaon des px des cééales : avanages e coûs du sockage publc F.Géad M.G. Pkey J.M. Boussad CIRAD Jun 013 Éude commandée pa le Cene d'éudes e de Pospecve du Mnsèe de l'agculue de l'agoalmenae e de la

Plus en détail

Liquidité et passage de la valeur

Liquidité et passage de la valeur N Sepembe Lqudé e passage de la valeu Pee Vlla Lqudé e passage de la valeu Pee Vlla N Sepembe CEPII, ocumen de aval n - TABLE ES MATIEES SUMMAY... 5 ABSTACT... 5 ÉSUMÉ... 7 ÉSUMÉ COUT... 7 INTOUCTION...

Plus en détail

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

Thermographie infrarouge et conduction inverse : estimation d une source surfacique de chauffage par induction.

Thermographie infrarouge et conduction inverse : estimation d une source surfacique de chauffage par induction. hemogaphe faouge e coduco vese : esmao d ue souce sufacue de chauffage pa duco Aboubaca OUAAA, Des MAILLE, Mchel GADECK, Mchel LEBOUCHE Objecf : - fluece composo flude flude dus # eau du éseau efodsseme

Plus en détail

Barbie ingénieure informaticienne (oui, je peux!)

Barbie ingénieure informaticienne (oui, je peux!) Babe ngéneue nfomacenne (ou, je peux!) pub cc as she owo d{ pub cs a cvo dma n ( S ng[ ]a gs ){ S ys em. ou. p n n ( " He o,wo d" ) ; } } em x edby Cas eyf es e www. cas eyf es e. com T h snoncomme c a

Plus en détail

CARACTERISATION DES BESOINS EN EAU DES ECOSYSTEMES HUMIDES MEDITERRANEENS

CARACTERISATION DES BESOINS EN EAU DES ECOSYSTEMES HUMIDES MEDITERRANEENS Voe dappofondssemen e Masèe «Geson de leau» - 2007-2008 CIRED - UMR CNRS/EHESS/ENGREF SYNTHESE TECHNIQUE CARACTERISATION DES BESOINS EN EAU DES ECOSYSTEMES HUMIDES MEDITERRANEENS ANALYSE CENTREE SUR LES

Plus en détail

Gestion des Stocks et File d'attente

Gestion des Stocks et File d'attente Geson des oks e Fle d'aene Guy Aé TANONKOU ndusal Engneeng & oue ene NRA-Loane le du auly, Bâ.A GM 5745 Mez ede Fane hone offe : 33 3 87 54 7 97 Eal : anonkou@loa.f / anonkou@asal-sene.og Table des aèes.

Plus en détail

Dossier. Rentabiliser. son cabinet

Dossier. Rentabiliser. son cabinet Dosse Renabse son cabne Dans un conexe économque endu, pus encoe qu en emps noma, a enabé es echechée, que que so e seceu d acvé. S agssan d un cabne d avocas, des pses son c exposées pou améoe, pses qu

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Benoî Mulkay e Jacques Maresse 2 Rappor pour le Mnsère l Ensegnemen supéreur e de la Recherche Novembre 20 Unversé de Monpeller Faculé d'econome beno.mulkay@unv-monp.fr

Plus en détail

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

est proportionnel à B, lui même proportionnel au courant i. On a donc

est proportionnel à B, lui même proportionnel au courant i. On a donc INDUCTION ÉLCTROMGNÉTIQU DNS UN CIRCUIT FIX INDUCTION ÉLCTROMGNÉTIQU DNS UN CIRCUIT FIX : CS D NUMNN I Descipion des cicuis dans le cade de l RQS 1 ) Inducances popes e inducances muuelles de cicuis filifomes

Plus en détail

SDRM chapitre 2 LES ÉLÉMENTS CLÉS DU CONSTAT. SDRM chapitre 2 Version de septembre 2007 7

SDRM chapitre 2 LES ÉLÉMENTS CLÉS DU CONSTAT. SDRM chapitre 2 Version de septembre 2007 7 SDRM chape 2 LES ÉLÉMENTS CLÉS DU CONSTAT SDRM chape 2 Veson de sepembe 2007 7 Inoducon LA RÉGION MORGIENNE EXISTETELLE? Chacune des communes de a égon mogenne possède ses popes caacésques e sa pope dené:

Plus en détail

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance evue des Scences Humanes Unversé Mohamed Khder Bskra No :9 La méhodologe d éude d évenemen : Une méhode e des ouls à s approprer en fnance Unversé de Skkda ésumé: Les éudes d événemens son largemen applquées,

Plus en détail

TABLE DE CONCERTATION SUR LA RÉCUPÉRATION DES CRU NON CONSIGNÉS

TABLE DE CONCERTATION SUR LA RÉCUPÉRATION DES CRU NON CONSIGNÉS TABLE DE CONCERTATION SUR LA RÉCUPÉRATION DES CRU NON CONSIGNÉS PLAN DACTION STRATÉGIQUE POUR LAUGMENTATION DU TAUX DE RÉCUPÉRATION DES CONTENANTS À REMPLISSAGE UNIQUE NON CONSIGNÉS Ma 2006 (Révsé jun

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatque Chapte 1 CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIUE 1.1 Intoducton La chage est une popété de la matèe qu lu fat podue et sub des effets électques et magnétques. On dstngue : - l'électostatque qu est

Plus en détail

Commission des transports et de l environnement

Commission des transports et de l environnement Mémoe déposé à a Commsson des anspos e de envonnemen dans e cade de a Consuaon généae su a geson des maèes ésduees au Québec Féve 2008 Mémoe à a CTE su a Geson des maèes ésduees SOMMAIRE La Tabe pou a

Plus en détail

Chapitre 3.1c La nature ondulatoire de la lumière : interférence en deux dimensions

Chapitre 3.1c La nature ondulatoire de la lumière : interférence en deux dimensions Chape 3.c La naue ondulaoe de la lumèe : neféence en deux dmenon L neféence L neféence e la upepoon de deux onde de même longueu d onde. Loque la upepoon addonne complèemen, on d que l neféence e conucve.

Plus en détail

,Y e. , Z e ) est supposée être en C, centre optique de la lentille (point nodal du plan principal objet pour un système optique)

,Y e. , Z e ) est supposée être en C, centre optique de la lentille (point nodal du plan principal objet pour un système optique) PROJECTION DE L'ESPACE TRIDIMENSIONNEL L'espae éel es de naue idimensionnelle, alos que les ouils usuels de fomaion d'une image son bidimensionnels. La pojeion es la fonion de passage du 3D au 2D. L'image

Plus en détail

Modélisation et simulation de l hydroformage de liners métalliques pour le stockage d hydrogène sous haute pression

Modélisation et simulation de l hydroformage de liners métalliques pour le stockage d hydrogène sous haute pression Modélsaon e smulaon de l hydroformage de lners méallques pour le sockage d hydrogène sous haue presson J.C. Geln, C. Labergère,. Boudeau, S. Thbaud Insu FEMTO-ST, Déparemen Laboraore de Mécanque Applquée

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014 RORT NNUL XRI - IDNTITÉ D L'OITION..R. Inqez c-essos les mofcaons appoées à l'ené e l'assocaon pa appo à l'execce pécéen oe e l'assocaon Nom aesse Téléphone oel OUI NON (aye la menon nle) s o? oel GIM

Plus en détail

LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE

LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE Revue économque de l OCDE, n 37, 2003/2 LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE par Paul Schreyer TABLE DES MATIÈRES Inroducon... 186 Servces du

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

UNIVERSITE JOSEPH FOURIER GRENOBLE I THESE. présentée par. Ioana - Cristina MOLDOVAN. pour obtenir le grade de DOCTEUR. Spécialité : Physique

UNIVERSITE JOSEPH FOURIER GRENOBLE I THESE. présentée par. Ioana - Cristina MOLDOVAN. pour obtenir le grade de DOCTEUR. Spécialité : Physique UIVERSITE JOSEPH FOURIER GREOBLE I THESE pésenée pa Ioana - Cisina MOLDOVA pou obeni le gade de DOCTEUR Spécialié : Physique Eude phooméique de l aome de sodium applicaion aux éoiles lases LGS e PLGS Souenance

Plus en détail

Propriétés thermoélastiques des gaz parfaits

Propriétés thermoélastiques des gaz parfaits Themodynamque - Chapte opétés themoélastques des gaz pafats opétés themoélastques des gaz pafats LES CONNAISSANCES - Gaz pafat à l échelle macoscopque Défnton : Le gaz pafat assocé à un gaz éel est le

Plus en détail

LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL

LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL Le monopole naurel CM décroî avec l échelle de producon = Cm rès fable / CF L Éa do réglemener Soluon 1 : arfcaon au coû margnal Effcace au sens de Pareo mas peres

Plus en détail

Construction d'un Atlas 3D numérique de la cornée humaine par recalage d'images

Construction d'un Atlas 3D numérique de la cornée humaine par recalage d'images Unvesé de Monéal Consucon d'un Alas 3D numéue de la conée humane a ecalage d'mages a Aam Haddej Déaemen d'nfomaue e de echeche oéaonnelle Faculé des as e des scences Mémoe ésené à la Faculé des as e scences

Plus en détail

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon

Plus en détail

Analyste-programmeur (Réf. 26) SYSTÈMES DE VENTE ET DE COMMERCIALISATION. logiciels commerciaux, de séné ou non. Développeur, responsable d'équipe

Analyste-programmeur (Réf. 26) SYSTÈMES DE VENTE ET DE COMMERCIALISATION. logiciels commerciaux, de séné ou non. Développeur, responsable d'équipe Monéal, saed S novebe 997 Caèes N F O R M T Q U E Conselles expes BM S 400 e anfee Clen seveu (54) 34-7760 Vsez noe se Web w w w p n f o con pofessons/foaon Mec à ous les annonceus de ben voulo eoune un

Plus en détail

Lycée Vaucanson PTSI 1 et 2 TD INDUCTION N 2

Lycée Vaucanson PTSI 1 et 2 TD INDUCTION N 2 Lycée Vaucanson PTSI et 2 TD Physque TD INDUCTION N 2 EXERCICE : Coeffcent d nductance mutuelle ente deux solénoïdes : On consdèe deux bobnes longues, ou solénoïdes, de même axe Oz et de même longueu d,

Plus en détail

Cours 12 : Corrélation et régression

Cours 12 : Corrélation et régression Technques d analyses en psychologe Cous 1 : Coélaton et égesson Table des matèes Secton 1. À Washngton, ce sont les cgognes qu appotent les bébés... Secton. Statstque de coélaton... Secton 3. Coélaton

Plus en détail

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs)

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs) Démache)Qualité)pou)mélioe)la)Communication) Pluidisciplinaie)ente)les)s)Checheus) Sommaie)! Intoction!...!1! 1.!Desciption!de!la!poblématique!...!1! 1.1.#Contexte#de#la#communication#ente#les#jeunes#s#...#1#

Plus en détail

Bureaux d études en traitement des images

Bureaux d études en traitement des images Bureau d éudes en raemen des mages ESERB Fère Téécommuncaons 3 ème année Opon SC ESERB Fère Eecronque 3 ème année Opon TS AEE 4-5 M. DOAS Bureau d éudes en raemen des mages PARTE REDRESSEMET Dans cee pare

Plus en détail

Prise en main du logiciel

Prise en main du logiciel Pse en man u logcel Au émaage le logcel génèe un pofl e émonstaton (pou entaînement). Vous pouvez éfn vote pope pofl : pa lectue un fche exstant (fche texte) (Fche/Ouv fche ponts) avec possblté e sauvegae

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

Chapitre 1.5a Le champ électrique généré par plusieurs particules

Chapitre 1.5a Le champ électrique généré par plusieurs particules hapte.5a Le chap électque généé pa pluseus patcules Le chap électque généé pa pluseus chages fxes Le odule de chap électque d une chage ponctuelle est adal, popotonnel à la chage électque et neseent popotonnel

Plus en détail

-ARRET N. DU 16 Juin 2004. Xa,~er R. r" t DS/BB. LA COUR D'APPEL D'AGEN, 1ère Chambre dans l'affaire, 31000 TOULOUSE SAS " SOCIETE W ï

-ARRET N. DU 16 Juin 2004. Xa,~er R. r t DS/BB. LA COUR D'APPEL D'AGEN, 1ère Chambre dans l'affaire, 31000 TOULOUSE SAS  SOCIETE W ï f: -ARRET N DU 6 Juin 2004 DS/BB Pononcé à l'audience publique du seize Juin deux mille quae pa Monsieu Benad BOUllE Pésiden de Chambe assisé df Dominique SALEY Geffie LA COUR D'APPEL D'AGEN èe Chambe

Plus en détail

MegaStore Manager. Simulation d une entreprise de Distribution. Manuel d utilisation

MegaStore Manager. Simulation d une entreprise de Distribution. Manuel d utilisation MegaSoe Manage Smuaon dune enepse de Dsbon Manue don Tabe des maèes 1. Inoducon 4 1.1. Objec 4 2. Pemes pas avec e ogce 5 2.1. La enêe pncpae 5 2.2. Les bases de données de jeux 6 2.3. Louveue dune nouvee

Plus en détail

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA Deuxième Congrès des Economistes Africains Abidjan, Côte d Ivoire Novembre 24-26, 2011 Présentateur: Charles RURANGA Institution: Université Nationale du

Plus en détail

Régimes transitoires

Régimes transitoires ÉLECTOCINÉTIQUE chapre 3 égmes ransores En régme connu, les composanes capacves e nducves d un crcu son analogues respecvemen à un crcu ouver e à un cour-crcu. Elles n on donc aucun nérê. Cependan, s un

Plus en détail

Mécanisme international de la transmission des cycles économiques entre les États-Unis et les pays Asiatiques

Mécanisme international de la transmission des cycles économiques entre les États-Unis et les pays Asiatiques Mécansme nernaonal de la ransmsson des cycles économques enre les Éas-Uns e les pays Asaques Amra MAJOUL majoul_amra@homal.com Appled Quanave Analyss Un (UAQUAP) - ISG and GATE (UMR 5824- CNRS), Hgher

Plus en détail

Exemples de champs électrostatiques

Exemples de champs électrostatiques Exemples de champs électostatques A. Exemples smples A.. Chage ponctuelle unque Le champ électque et le potentel absolu en un pont M nduts pa une chage ponctuelle q placée en O sont : q E 4 π u et V q

Plus en détail

q A q B B augmente dans le temps, ce qui signifie que A dt Quand le courant circule en sens inverse du sens choisi, l intensité est négative, les

q A q B B augmente dans le temps, ce qui signifie que A dt Quand le courant circule en sens inverse du sens choisi, l intensité est négative, les L essenel du cours proposé par Mahmoud Gazzah Le condensaeur, le dpôle Descrpon sommare d un condensaeur Défnon e symbole : Un condensaeur es consué de deux armaures méallques séparées par un solan appelé

Plus en détail

Décomposition d une fraction rationnelle en éléments simples

Décomposition d une fraction rationnelle en éléments simples Décomposon d une fracon raonnelle en élémens smples I Premère éape Dvson eucldenne de polynômes On rappelle que procéder à la dvson eucldenne d un polynôme A par un polynôme B non nul, c es écrre A BQ

Plus en détail

5.1. Introduction. 5. Epargne, investissement et système financier. Introduction (suite) 5.2. Institutions financières

5.1. Introduction. 5. Epargne, investissement et système financier. Introduction (suite) 5.2. Institutions financières 5.1. Intoduction 5. Epagne, investissement et système financie Réalisation : Natacha Gilson! Mankiw, chapite 25 Pêts et empunts sont inexticablement liés : si quelqu un pête, c est qu un aute a décidé

Plus en détail

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION -

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Les Cahers du CREAD n 9 /00 5 PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Mosefa BELMOKADDEM * Omar BENATEK ** RESUME Le bu de ce raval es un essa d analyse du

Plus en détail

Chapitre 1.1a Les oscillations

Chapitre 1.1a Les oscillations Chapre 1.1a Les oscllaons La cnémaque La cnémaque es l éue u mouvemen un obje en foncon u emps. Pour ce fare, nous avons recours au conceps e poson, vesse e accéléraon : Poson : ( uné : m Vesse : v ( uné

Plus en détail

RESOLUTION D'UN PROBLEME THERMIQUE INVERSE POUR LA DETERMINATION DES DEFAUTS A L'INTERIEUR D UN CORPS SOLIDE

RESOLUTION D'UN PROBLEME THERMIQUE INVERSE POUR LA DETERMINATION DES DEFAUTS A L'INTERIEUR D UN CORPS SOLIDE REUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRAIQUE E OULAIRE MINISERE DE L ENSEIGNEMEN SUERIEUR E DE LA RECHERCHE SCIENIFIQUE UNIVERSIE FERHA ABBAS-SEIF MEMOIRE ésené à l Fculé des Scences Dépemen de hysque ou l Obenon

Plus en détail

UNE POLITIQUE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ASSOCIEE A UNE DEGRADATION ACCUMULATIVE BIVARIEE OBSERVEE CONTINUMENT

UNE POLITIQUE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ASSOCIEE A UNE DEGRADATION ACCUMULATIVE BIVARIEE OBSERVEE CONTINUMENT UNE POITIQUE DE AINTENANE PREVENTIVE ASSOIEE A UNE DEGRADATION AUUATIVE BIVARIEE OBSERVEE ONTINUENT A PREVENTIVE AINTENANE POIY ASSOIATED WITH A ONTINUOUSY OBSERVED UUATIVE BIVARIATE DETERIORATION Ha Ha

Plus en détail

A l aise dans mon parking!

A l aise dans mon parking! A ae dan mon pakng! Gude d uaon de voe pakng Voe accè au pakng Pou accéde à voe pakng, vou dpoez d'un badge* qu commande ouveue de poa e poe d enée Nou vou emeon évenueemen une vgnee adhéve à coe u voe

Plus en détail

Correction examen Automates

Correction examen Automates Coecon exmen Auomes 011-01 1e jun 01 - heues Les documens son neds. Les execces son ndéendns. On ou dmee l éonse à une ueson ou sse à l ueson suvne. Execce 1. 1. Clcule l uome mnml du lngge comlémene de

Plus en détail

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES Cenre de Recherche pour l Eude e l Observaon des Condons de Ve L'NFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPTAL SUR LA DECSON D NVESTR ET SUR L NVESTSSEMENT CORPOREL DES ENTREPRSES DE SERVCES FRANCASES LE RECOURS

Plus en détail

TRANSFERTS THERMIQUES ; LOI DE FOURIER. Introduction : Rappels des principes généraux de thermodynamique.

TRANSFERTS THERMIQUES ; LOI DE FOURIER. Introduction : Rappels des principes généraux de thermodynamique. Objecifs RANFER HERMIQUE ; LOI DE FOURIER RANFER HERMIQUE avoi epime les deu pemies pincipes de la hemodynamique e compende qu ils ne s appliquen qu à des sysèmes femés (sysèmes de masse consane) Connaîe

Plus en détail

3.1 RAPPEL DES EQUATIONS DE NAVIER-STOKES MOYENNEES POUR UN ECOULEMENT TURBULENT

3.1 RAPPEL DES EQUATIONS DE NAVIER-STOKES MOYENNEES POUR UN ECOULEMENT TURBULENT 1 INTRODUCTION La pédicion des effos execés pa les couans su les bages de poducion peu êe abodée pa des modèles numéiques basés su la ésoluion des équaions de Naie-Sokes aec pise en compe des éléaions

Plus en détail

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel Inégraon fnancère en Ase de l Es : l appor des ess de saonnaré e de conégraon en panel Cyrac GUILLAUMIN 1 Documen de raval CEPN 19/2008 Résumé : L objecf de ce paper es de mesurer le degré d négraon fnancère

Plus en détail

Les principales caractéristiques de la lumière

Les principales caractéristiques de la lumière Les pncpales caactéstques de la lumèe Il exste deux sotes de cops lumneux : 1. les cops qu émettent de la lumèe : le solel (énege nucléae) ; les soldes ncandescents : une flamme (énege chmque) ; le flament

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique Caher de recherche/workng Paper 09-37 Polque éducave e marché du raval en Afrque du Sud. Une analyse en équlbre général calculable dynamque Hélène Masonnave Bernard Decaluwé Aoû/Augus 2009 Masonnave: Pos

Plus en détail

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes.

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes. Méthodes de atégosaton : éseau aesens naïfs le Aad E-Moton goup Unesté Joseph Foue http://emoton.nalpes.f/aad le.aad@mag.f lan du ous Intéêts éseau aesens naïfs Appentssage de éseau aesens naïfs ésentaton

Plus en détail

Professions TECHNICIEN EN INFORMATIQUE. (programmeur), (2 postes contractuels offerts aux femmes et aux hommes)

Professions TECHNICIEN EN INFORMATIQUE. (programmeur), (2 postes contractuels offerts aux femmes et aux hommes) CAHER J Télé-Dec, chef do fle canaden dans la pooon e la vene de publcé pou l'annuae Pages Jaunes, echeche les pesonnes suvanes : aées Monéal, saed, 2 janve 995# Adjon au deceu Tafcaon e echeche (akeng)

Plus en détail

CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C.

CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C. CHAPITRE 1 SUITES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autes sciences. Nous veons dans ce cous et les tavaux diigés dives exemples

Plus en détail

Comptabilité générationnelle appliquée à la France : quelques facteurs d instabilité des résultats

Comptabilité générationnelle appliquée à la France : quelques facteurs d instabilité des résultats iecion de la echeche de éude de l évaluaion e de aiique REES SERIE ÉTUES OCUMET E TRAVAIL Compabilié généaionnelle appliquée à la Fance : quelque faceu d inabilié de éula Caole BOET n 5 juin 2 MIISTÈRE

Plus en détail

Présentation de la plateforme

Présentation de la plateforme e o N n o a n n e o s é r a s P l u d e c Présenaon de la plaeforme Mad Doc es un espace vruel de consulaon e de mse à dsposon de suppors e nformaons produs / servces ITGA. L objecf es de connuer à s nscrre

Plus en détail

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables Leçon Foce nomale L applet Foce nomale simule les foces qui s execent su un bloc qui se déplace veticalement. Péalables L élève devait connaîte les concepts d accéléation et de foce, et le lien qui existe

Plus en détail

NOTES TECHNIQUES SUR LA CONSTRUCTION DU PROFIL DE PAUVRETE 2001 ET L ANALYSE DE LA DYNAMIQUE DE LA PAUVRETE ENTRE 1999 2001

NOTES TECHNIQUES SUR LA CONSTRUCTION DU PROFIL DE PAUVRETE 2001 ET L ANALYSE DE LA DYNAMIQUE DE LA PAUVRETE ENTRE 1999 2001 REPOBLIKAN I MADAKASIKARA anndrazana Fahafahana- Fandrosoana MINISERE DE L ECONOMIE E DE LA PLANIFICAION SECREARIA GENERAL INSIU World Bank CORNELL NAIONAL DE LA U N I V E R S I Y SAISIQUE Drecon Des Sasques

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DE L ENSEIGNNEMENT SUPERIEURE ET DE LA RECHERCHE SIENTIFIQUE UNIVERSITE MENTOURI CONSTANTINE FACULTE DES SCIENCES EXACTES DEPARTEMENT DE PHYSIQUE

Plus en détail

Le jeu de l'oie des sons

Le jeu de l'oie des sons Le jeu de l'oie des sons b Départ bè B b bi Arrivée ba B bo bu bé bê bou sanleane.eklablog.com Jeu de l oie des sons : Matériel : des pions, 1 dé. Règle : - le joueur tombe sur une lettre ou une syllabe

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

GESTION DES STOCKS. Plan du cours. 1. Le rôle des stocks en gestion de production. 2. Le problème de Wagner-Whitin

GESTION DES STOCKS. Plan du cours. 1. Le rôle des stocks en gestion de production. 2. Le problème de Wagner-Whitin Cous ADP-CGP2 GESTION DES STOCKS Plan du cous 1. Le ôle des stocs en gestion de poduction 2. Le poblème de Wagne-Witin 3. La quantité économique optimale et les politiques déivées 4. Modèle de gestion

Plus en détail

LA PRESSE, MONTRÉAL, LUNDI 1 7 SEPTEMBRE 1 9 8 4 ENTRETIEN SÉCURITÉ

LA PRESSE, MONTRÉAL, LUNDI 1 7 SEPTEMBRE 1 9 8 4 ENTRETIEN SÉCURITÉ LA PRESSE, MONTRÉAL, LUND 7 SEPTEMBRE 9 8 4 C O M M B a VENTE D'NSTRUMENTS ) COFFURE, ESTHETQUE ENTRETEN SÉCURTÉ C H E R C H E p e s o n s pou pende en chage dépaemen des abas lou pou lampes. Appelez ohnson

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1 Maser (AES Exames du er semesre 3/4 Face Aaïs HAMELI Sue urée : 3 H ocume(s auorsé(s : aucu Maérel auorsé : Calcularce auorsée (Mémore vde pour les calcularces graphques Cosges : - Les exercces so dépedas

Plus en détail

Les Rencontres. Grands témoins. r Louis-Marie Pasquier :

Les Rencontres. Grands témoins. r Louis-Marie Pasquier : Gands témoins Louis-Maie Pasquie : L entepise a aujoud hui 40 ans (céation en 1974). 21% de son CA se fait à l intenational. Elle est divisée en 4 secteus d activité : Bioches, Pâtisseies, Biscottes, Intenational.

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

CERTIFICAT D'ETALONNAGE

CERTIFICAT D'ETALONNAGE CHAINE D'ETALONNAGE MASSE Set : 39 70 033 0000 Code APE : 70B BP 405 - F 07 004 PRIVAS Cede Tel : 04 75 64 6 6 Fa : 04 75 64 4 4 E-al : ates@ates.f http://www.ates.f ACCREDITATION N.558 ACCREDITATION N.558

Plus en détail

TH R. 220V 50Hz. i a. chronogrammes : V GK. φ+2π

TH R. 220V 50Hz. i a. chronogrammes : V GK. φ+2π edressemen monophasé commandé C.P.G.E-SI-SAFI edressemen monophasé commandé Inroducon : Un monage redresseur commandé perme d obenr une enson connue réglable à parr d une enson alernave snusoïdale. L ulsaon

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

Travaux pratiques, L3. Electromagnétisme 3. Frank WAGNER : frank.wagner@univ-amu.fr. Gérard TAYEB : gerard.tayeb@univ-amu.fr. 3 séances de 4 heures

Travaux pratiques, L3. Electromagnétisme 3. Frank WAGNER : frank.wagner@univ-amu.fr. Gérard TAYEB : gerard.tayeb@univ-amu.fr. 3 séances de 4 heures Année 013/014 Tavaux paiques, L3 Elecomagnéisme 3 Encadan : Fank WAGNER : fank.wagne@univ-amu.f Responsable module: Géad TAYEB : gead.ayeb@univ-amu.f 3 séances de 4 heues Rende le compe-endu à la fin de

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Construire une image médicale

Construire une image médicale Vol. 10 hive pintemps 2015 6 Autefois, on passait des adiogaphies. Maintenant, on va aussi passe un examen pa scanne : la technique s appelle la tomodensitométie axiale. Dans les deux cas, ce sont des

Plus en détail

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2 LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION Jean-Bapse Gossé e Julo Raffo 2 RÉSUMÉ Ce arcle rerace l émergence des déséqulbres mondaux de compe

Plus en détail

LOCALISATION CAMERA/OBJET PAR CORRESPONDANCES POINT 3D-PIXEL APPLICATION A LA LOCALISATION D UN ROBOT MOBILE

LOCALISATION CAMERA/OBJET PAR CORRESPONDANCES POINT 3D-PIXEL APPLICATION A LA LOCALISATION D UN ROBOT MOBILE LOCALISATION CAMERA/OBJET PAR CORRESPONDANCES POINT 3D-PIEL APPLICATION A LA LOCALISATION D UN ROBOT MOBILE O AIT AIDER, P HOPPENOT e E COLLE CEMIF-LSC,Unesé d Ey Val-d Essonne Eal : oade@efn-eyf Résé

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

GUIDE. berjalliens. une co-édition Ville de Bourgoin-Jallieu / CCAS. www.bourgoinjallieu.fr

GUIDE. berjalliens. une co-édition Ville de Bourgoin-Jallieu / CCAS. www.bourgoinjallieu.fr GUIDE SENIORS bejaens une co-édon Ve de Bougon-Jaeu / CCAS www.bougonjaeu.f Ce ep aque eesdes néeà ou es espe sonnesâgéesdep usde60ans a nsque espe sonnesdépendan esouhand capées és dansu acommune debou

Plus en détail

Cours Introduction à la finance - EDC 2008

Cours Introduction à la finance - EDC 2008 Cous noducon à la fnanc - EDC 8 Cla Pl o c hs vson: Cla Pl. Cous noducon à la fnanc - EDC 8. Écol d ngénu. noducon à la fnanc, Ecol ds Céaus dgans d npss La défns, 8, pp.44. HAL d: cl-65395

Plus en détail

R&D ET INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES AU SEIN D UN MARCHE MONOPOLISTIQUE D UNE RESSOURCE NON RENOUVELABLE. Jean-Christophe POUDOU

R&D ET INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES AU SEIN D UN MARCHE MONOPOLISTIQUE D UNE RESSOURCE NON RENOUVELABLE. Jean-Christophe POUDOU R&D E INNOVIONS ECHNOLOGIQUES U SEIN D UN MRCHE MONOPOLISIQUE D UNE RESSOURCE NON RENOUVELBLE Jean-Chisophe POUDOU Juin 997 (èe vesion Mai 996) Jean-Chisophe POUDOU : Doceu, Maîe de Conféences Monpellie

Plus en détail

Jeux stratégiques de marché dans le modèle à générations imbriquées.

Jeux stratégiques de marché dans le modèle à générations imbriquées. Jeux sraégques de marché dans le modèle à généraons mbrquées Francs de MOROGUES GREQAM (UMR CRS 6579), rue de la Charé 300 Marselle Tél: 0494077 e-mal: dmorogue@ehesscnrs-mrsfr Documen de raval du GREQAM

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche Sous-Evaluaon Des Inroducons En Bourse: Applcaon D une Fronere Sochasque Sur Le Nouveau Marche Samy Ben Naceur e Mohamed Goaïed Workng Paper 039 SOUS-EVALUATION DES INTRODUCTIONS EN BOURSE: APPLICATION

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30 Univesité Pais Ouest Nantee La Défense Année univesitaie 010-011 UFR SEGMI L Economie-Gestion Micoéconomie B Inteogation du Mecedi 4 Novembe 010 Duée : 1h30 Aucun document n est autoisé et les calculatices

Plus en détail

Chapitre 4.9 La conservation du moment cinétique

Chapitre 4.9 La conservation du moment cinétique Chap 4.9 a consvaon du momn cnéqu Momn cnéqu d un pacul slon l a momn cnéqu d un pacul msu la quané d mouvmn dans l plan qu s n oaon auou d un pon d éénc. modul du momn cnéqu s égal à la dsanc dans l plan

Plus en détail