Menace d accouchement prématuré

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Menace d accouchement prématuré"

Transcription

1 Menace d accouchement prématuré Critère diagnostiques : - Grossesse entre 22 et 34 SA - Contractions utérines douloureuses et régulières (4/20 minutes) - et modification du col au toucher vaginal Evaluer le risque d accouchement prématuré (distinction entre le vrai travail prématuré et un épisode de fauxtravail prématuré) par l échographie du col utérin et TV (limité à un seul TV à l admission sauf si en début de travail) : - sonde endovaginale, vessie vide, ne pas appuyer sur le col avec la sonde - risque important d accouchement prématuré si le col est 26 mm. Le traitement est réalisé à partir de 24 SA et interrompu au-delà de 34 SA 1.En cas de travail prématuré Traitement d urgence : Transfert sous perfusion tocolytique (Loxen IV en première intention, si salbutamol poursuivre) au CHT Magenta si le terme est < SA, après avoir prévenu le pédiatre et l obstétricien référent et /ou de garde Hospitalisation : - Bilan infectieux (NFS, CRP, PV, ECBU) et pré-opératoire (Groupe-Rhésus, RAI,ionogramme), échographie obstétricale et ECG si β-mimétiques. - Corticoïdes : Célestène chronodose 12mg IM répété après 24 heures. - Tocolytiques :. Inhibiteurs du flux calcique : Loxen IV à la seringue électrique (1 ampoule de 10 ml non diluée) débuté à la dose de 1 mg/h (1 ml = 1 mg) et pouvant être augmenté si nécessaire jusqu à 5 mg/h. Le sevrage sera réalisé 24 à 48 heures après obtention d une tocolyse efficace. En cas d échec de sevrage de la tocolyse IV, le relais peut être assuré par le Loxen 20 mg per os (la dose orale quotidienne étant équivalente à la quantité administrée par voie IV sur 24 heures ; par exemple pour un débit de 2 mg/h, la dose sera de 2 à 3 comprimés par jour). Compte-tenu de son excellente tolérance, il est préférable de le prescrire de première intention (son efficacité est au moins équivalente à celle des β-mimétiques). Contre-indication : Intolérance au fructose (présence de sorbitol), hypotension artérielle maternelle, association avec le sulfate de magnésie, défaillance cardiaque notamment aux béta-mimétiques, remplissage rapide par du Ringer. Surveillance de la TA, transaminases une fois par semaine. Effets indésirables rash cutané, céphalées. β-mimétiques, réservés aux patientes transférées : Salbumol fort IV à la seringue électrique (1ampoule diluée dans 45cc de sérum physiologique) débuté à la dose de 3 ml/h. Dose maximale 34 ml/h. 1

2 Traitement d entretien 10 ml/h. Surveillance immédiate pouls et TA sur la feuille de surveillance : pouls maternel < 120/min, contrôle de la kaliémie à J2, bilan entrées/sorties. En cas de tachycardie 25 mg de Ternormine per os peuvent être donnés. Le sevrage sera réalisé 24 à 48 heures après obtention d une tocolyse efficace. La tocolyse orale par β-mimétiques n a pas d efficacité démontrée et doit être évitée (sinon la dose est de 2 cp/4 h). Contre-indications : CMO, maladie coronarienne, troubles de la repolarisation, tachycardie, hypokaliémie, grossesses multiples, diabète insulino-dépendant. L usage du Salbumol fort doit être réservé aux patientes recevant déjà des β-mimétiques (transfert venant d un autre centre). Contre-indications générales à la tocolyse : souffrance fœtale aiguë choriamniotite métrorragies inexpliquées Cas particulier : si une patiente présentant une grossesse multiple est transférée sous β-mimétiques, le relais par Loxen ne sera réalisé qu après obtention d une tocolyse efficace et en respectant un intervalle libre de tout traitement d au moins 3 heures (un cas de décès maternel a été publié lors d un relais immédiat de β-mimétiques par inhibiteurs du flux calcique). En dehors de ce cas particulier, il ne faut pas basculer d un agent tocolytique à l autre (β-mimétiques relayé par inhibiteurs du flux calcique ou inversement). Information de l équipe de pédiatrie Information de la patiente sur les risques de la prématurité (par le senior d obstétrique et le pédiatre) et proposition de visite de l unité de soins intensifs pédiatrique. Après sédation de l épisode de travail prématuré : Dés que l épisode aigu est résolu (après au moins 48 heures), le retour à domicile avec arrêt de travail (en cas d activité professionnelle) peut-être envisagé. Cette sortie doit être discuté avec la patiente selon les possibilités d hébergement à proximité de Nouméa, les conditions socio-économiques, les structures relais existantes (CM), le terme et la gravité de la menace d accouchement prématuré initial. Selon le contexte, une surveillance par sage femme à domicile peut être prescrite Le repos strict au lit est inutile et peut-être dangereux, du fait des risques thrombo-emboliques. A distance de l épisode aigu, le seul problème délicat est celui de la répétition des cures de corticoïdes : Ceux-ci ont un effet protecteur démontré sur 7 jours; au-delà, chaque nouvelle cure doit être discutée en fonction de la sévérité de la menace et du terme en sachant qu il est recommandé d éviter de réaliser plus 3 cures. Il est nécessaire de réaliser une couverture antibiotique de l accouchement prématuré par Clamoxyl en l absence de recherche préalable d un portage maternel de Streptocoque B. 2

3 2.En cas de faux travail prématuré C est-à-dire en cas de contractions utérines douloureuses et régulières sans modifications cliniques du col et de longueur échographique normale du col utérin : - Prélever un bilan infectieux, - Repos durant une heure (le temps du monitorage), - 1/2 ampoule de Salbumol à 0,5 mg en sous-cutané (bien toléré). Si l épisode est résolutif (et le RCF normal), retour à domicile et au besoin contrôle à distance. Si les contractions persistent, hospitalisation et mise en route du traitement comme dans le cas du travail prématuré. 3

4 Extrême prématurité (23 SA-26 SA) La limite inférieure de la prématurité est floue. D après la International Classification of Diseases : > 22 SA ou 500 g Position du problème 1.Mortalité néonatale Entre 23 et 24 SA : le gain de survie par jour est de 3% Entre 24 et 26 SA : il est de 1 à 2% par jour Après l âge gestationnel, les facteur les plus importants de la survie sont (par ordre décroissant) : - le poids de naissance (les progrès les plus importants ont porté sur la tranche g) - le sexe : fille > garçon - l ethnie : Afro-caraïbe > caucasien L étiologie de l accouchement prématuré n a pas d impact sur la survie des singletons nés vivants entre 500 et 1400 g (travail prématuré, RPM, hémorragie antépartum, PE...) Les données sur les jumeaux sont contradictoires. 2.Handicap psychomoteur Il s agit de: Diplégie, hémiplégie, quadriplégie spastique ± déficit intellectuel Cécité, surdité, épilepsie sévère Difficulté d apprentissage et de concentration A 23 SA, la probabilité de handicap est supérieure à la possibilité d absence de séquelles; il existe 1/3 d handicapés à SA; 1/4 d handicapés à 26 SA, La prévalence du handicap psychomoteur modéré à sévère est de 1.5 à 2.5/1000 pour tous les âges gestationnels réunis; 50/1000 parmi les < 1500 g (risque x 25 à 31) 3.Morbidité et mortalité maternelle L accouchement entre 23 et 26 SA ne contribue pas directement à la mortalité maternelle. Cependant, il existe une augmentation de la mortalité maternelle par les mesures visant à protéger l enfant (prolongation de la grossesse ou césarienne) Divers facteurs contribuent à augmenter la morbidité maternelle : - les césariennes corporéales : augmentation des hémorragies péri-opératoires > 1000 ml, des transfusions, augmentation des fièvres post-opératoires, 4

5 6 à 13% de cicatrices anormales - les tocolytiques - la chorio-amniotite (favorisée par la poursuite de la grossesse après rupture prématurée des membranes)... Aspects cliniques Corticoïdes: La méta-analyse de Crowley n a pas permis de démontrer un effet bénéfique de la maturation pulmonaire par corticoïdes sur la DRT parmi les enfants < 28 SA. Si l insuffisance de puissance peut l expliquer, il n y a pas cependant d arguments scientifiques formels permettant d affirmer que la corticothérapie apporte un bénéfice néonatal Tocolytiques : Les β-mimétiques retardent l accouchement prématuré de 24 à 48 heures sans bénéfice sur la mortalité et la morbidité périnatale, ni sur le poids de naissance. Les autres agents tocolytiques donnent des résultats comparables: on manque de données pour justifier leur emploi dans le but de bénéficier du délai nécessaire à l action de la corticothérapie. Antibiotiques : Membranes intactes : il n y a pas d indication pour les prescrire. Membranes rompues : le bénéfice est, par contre, démontré Cerclage en urgence : en cas de dilatation cervicale avancée : le bénéfice est probable. Problème des grossesses multiples : Les β-mimétiques sont plus dangereux le bénéfice des corticoïdes n est pas démontré, à fortiori entre SA Mode d accouchement : Les données de la littérature sont très pauvres. Il n y a donc pas d arguments pour justifier une politique de césarienne systématique (que la présentation soit céphalique ou podalique). Aspects éthiques Le conseil parental doit être assuré par un obstétricien (senior) et un pédiatre : il doit être prudent mais clair, réaliste et préçis (rédaction d un document d information). 5

6 Le choix des parents est important et doit intervenir dans le processus de décision (car ce sont eux qui vont supporter les conséquences, voire le handicap) Il est plus facile de penser faire des efforts pour sauver la vie de son enfant et plus difficile de comprendre que la mort peut être la meilleure décision que les parents puissent prendre pour leur enfant Survie néonatale Lieu Année 23 SA 24 SA 25 SA 26 SA Minneapolis /32 (37) 28/75 (37) 54/90 (60) 72/113 (64) Londres /33 (33) 31/65 (48) 35/74 (47) 57/84 (68) Baltimore /40 (15) 19/34 (56) 31/39 (79) Détroit /28 (7) 13/40 (32) 11/44 (25) 35/62 (56) Chapel Hill /21 (0) 5/11 (46) 14/22 (64) 18/25 (72) Cambridge /9 (22) 13/28 (45) 26/55 (47) 43/80 (54) Western /15 (20) 8/18 (44) 14/22 (64) 27/40 (68) Trent Region /37 (3) 27/97 (28) 38/104 (36) 73/132 (55) TOTAL 37/215 (17%) 144/368 (39%) 223/450 (50%) 325/536 (61%) 95% IC Handicap néonatal Lieu Année 23 SA 24 SA 25 SA 26 SA Liverpool /8 (38) 12/46 (26) 16/73 (22) Haifa /5 (40) 1/2 (50) 2/8 (25) Northen Region /1 (0) 2/6 (33) 2/12 (17) Vancouver /9 (66) 16/43 (37) 25/77 (32) Oxford /9 (66) 12/31 (39) Copenhague /7 (29) 2/18 (11) Minneapolis /12 (58) 8/28 (29) 16/54 (30) 23/72 (32) Cambridge /2 (100) 3/13 (23) 8/27 (30) 10/43 (23) Leiden /3 (60) 0/7 (0) 2/6 (33) TOTAL 15/23 (65%) 34/101 (34%) 72/235 (31%) 69/263 (26%) 95% IC

7 Protocole de prise en charge des extrêmes prématurés (<28 semaines) Informations à donner aux parents - taux de survie et de séquelles - entre semaines, chaque jour réduit de 2% le risque de décès - pas de survie en l absence de gestes en Salle de Naissance - gestes de réanimation immédiats et évaluation neurologique différée Informations obstétricales - Acceptation des Transferts In Utero à partir de 24 semaines - corticoïdes à partir de 24 semaines - mode d accouchement o pas de césarienne (sauf indication maternelle) avant 24 semaines o césarienne préconisée à partir de 26 semaines o césarienne à discuter entre 24 et 25 semaines Informations pédiatriques Règles - médecin expérimenté en 1 ère main - pesée rapide si doute sur poids - réaliser l accompagnement en concertation avec l équipe obstétricale (possibilité de foetocide si association à un RCIU majeur, oligoamnios sévère,. par Supfentanil 5 micog et 3mn après 10 ml de KCL 20% (2g)). Conduite pratique : - avant 24 semaines (ou PN<500g) : accompagnement sans intervention médicale en salle de naissance - 24 à 26 semaines (ou PN <600g) : limitation des interventions de réanimation en salle de naissance (intubation + O2, mais pas de MCE ni d adrénaline) - à partir de 26 semaines (ou PN>600g): interventions en salle de naissance avec réanimation non limitative Qui prévenir? L équipe de pédiatrie doit toujours être informée de l hospitalisation pour MAP avant 28 SA En urgence, l obstétricien référent et/ou de garde doit être prévenu de l accouchement o Si le terme est véritablement inférieur à 24 SA (ou PN < 500g). L obstétricien peut réaliser seul l accompagnement o S il existe un doute sur le terme ou sur les possibilités de réanimation. L obstétricien prend l avis du pédiatre en ayant soin de le prévenir le plutôt possible, voir bien avant l accouchement. o Après 24 SA, l obstétricien et le pédiatre doivent être prévenus et présents. 7

8 8

MATERNITE. à membranes intactes. Evaluer le risque d accouchement prématuré par l échographie du col utérin :

MATERNITE. à membranes intactes. Evaluer le risque d accouchement prématuré par l échographie du col utérin : Responsable : Dr RAYNAL Praticien Hospitalier Dr Naveau Assistant MATERNITE Approbateur : Dr PANEL Fonction : praticien Hospitalier Chef de service Date de création : 25/06/2012 signatures signature Liste

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL

MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL DE L UTERUS PAR ECHOGRAPHIE PAR VOIE VAGINALE INTERET DANS LA PREVISION DE L ACCOUCHEMENT PREMATURE SPONTANE RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Texte court

Plus en détail

Menace d accouchement prématuré

Menace d accouchement prématuré Commission obstétricale Menace d accouchement prématuré Révision des recommandations de 2007. Validation en commission le 13 avril 2011 Rédaction : Anne PAUMIER, responsable de la commission obstétricale

Plus en détail

Commission obstétricale

Commission obstétricale Commission obstétricale Version du 10 janvier 2007 Rédaction : Dr L. DOGNON - Service de Gynécologie Obstétrique CH Le Mans ; Dr Fl. BIQUARD Service de Gynécologie Obstétrique CHU Angers ; Dr LYS Service

Plus en détail

Infirmières oeuvrant au module naissance et/ou au module mère-enfant de l hôpital de la Cité-de-la-santé de Laval.

Infirmières oeuvrant au module naissance et/ou au module mère-enfant de l hôpital de la Cité-de-la-santé de Laval. OBJET : PROTOCOLE INFIRMIER Guider l infirmière qui assure le suivi d une parturiente en antepartum ou durant le travail et monitoring électronique fœtal continu (MÉF). INTERVENANT(S) CONCERNÉ(S) : Infirmières

Plus en détail

De la maternité à M1 : gestion de la fièvre du moins d un mois

De la maternité à M1 : gestion de la fièvre du moins d un mois De la maternité à M1 : gestion de la fièvre du moins d un mois 12e JUPSO Dr Camille Runel-Belliard, pédiatre Etat des lieux Infections néonatales précoces Diminution de la transmission et de la mortalité

Plus en détail

Annexe A : Pré-test. Pré-Test. Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Formation d accoucheurs qualifiés

Annexe A : Pré-test. Pré-Test. Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Formation d accoucheurs qualifiés Annexe A : Pré-test Pré-Test Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Guide du Facilitateur Pré-Test Écrire «Vrai» ou «Faux» pour chaque phrase Ecrire Vrai ou Faux pour chaque phrase

Plus en détail

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014 Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Laurence Foix-L Hélias Pédiatre - Epidémiologiste Service de Néonatologie

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne Thomas Desplanches Sage-femme (Maïeuticien) Cellule d évaluation du réseau périnatal de Bourgogne C.H.U Dijon.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA MENACE D ACCOUCHEMENT PREMATURE A MEMBRANES INTACTES

PRISE EN CHARGE DE LA MENACE D ACCOUCHEMENT PREMATURE A MEMBRANES INTACTES PRISE EN CHARGE DE LA MENACE D ACCOUCHEMENT PREMATURE A MEMBRANES INTACTES Date de la diffusion : 31/08/05 Version : 1 Rédaction : Dr A-S Maisonneuve Validation: Conseil Scientifique élargi du 31/05/05

Plus en détail

MATERNITE PRISE EN CHARGE DE LA RUPTURE PREMATUREE DES MEMBRANES <37SA

MATERNITE PRISE EN CHARGE DE LA RUPTURE PREMATUREE DES MEMBRANES <37SA Responsables : Dr RAYNAL Dr JACQUEMOT Dr HENTGEN MATERNITE Approbateur : Dr P. PANEL Fonction : Chef de Service 4 Mise à jour :09/06/2012 Date de création : 09/01/2006 Modification : 19/02/2011 Fonction

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

PROTOCOLE DE SURVEILLANCE DE LA GROSSESSE NORMALE (prescriptions d examens et prescriptions thérapeutiques de supplémentation)

PROTOCOLE DE SURVEILLANCE DE LA GROSSESSE NORMALE (prescriptions d examens et prescriptions thérapeutiques de supplémentation) Protocole obstétrical n 7 version 4 Page 1/6 Référence : RSN/PR/REA.O/007/D Date de 1 ère mise en service : 10/05/2000 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation www.etablissement-francais-du-sang.fr

Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation www.etablissement-francais-du-sang.fr Un accident grave évitable, la surcharge TACO (Transfusion-Associated Circulatory Overload) Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation Chronologie des faits Le 4 septembre

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

La scolarisation des élèves handicapés

La scolarisation des élèves handicapés LA SCOLARISATION DES ÉLÈVES HANDICAPÉS 57 La scolarisation des élèves handicapés Un an après le vote de la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique?

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Bruno Carbonne CEGORIF 6 avril 2013 Maternité Hôpital Trousseau, Paris Pourquoi cette question? 1 ère (arrière) pensée Prise en charge ambulatoire = peu

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

I- LES RATIOS NECESSAIRES A LA DETERMINATION DES DIFFERENTS INDICATEURS

I- LES RATIOS NECESSAIRES A LA DETERMINATION DES DIFFERENTS INDICATEURS I- LES RATIOS NECESSAIRES A LA DETERMINATION DES DIFFERENTS INDICATEURS 1. nombre de lits en service durant l année 2. nombre d admissions 3. nombre de journées d hospitalisation 4. population moyenne

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 (Résumé Dr S Favrin) Le but est de baser la prise en charge des accouchements sur

Plus en détail

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R»

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir Pascal BRESSOUX et Michel ZORMAN Laboratoire

Plus en détail

L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec?

L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec? L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec? D RE C O R I N N E L E C L E R C Q, M D, F R C S C G Y N A Z U R S E P T E M B R E 2010 Objectifs: 1-Connaître l historique des dernières

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

Annexe III. Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices

Annexe III. Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices Annexe III Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices Note : Ce Résumé des Caractéristiques du Produit, cet étiquetage et cette notice sont le résultat

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL : DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE

DIABETE GESTATIONNEL : DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DIABETE GESTATIONNEL : DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DÉFINITION le diabéte gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique. Diagnostic pour la 1 ère fois pendant la grossesse Conséquence: hyperglycémie

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Promotion 2005/2008 1ère année 2005/2006 Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques SITUATION MODULE Maternité

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous?

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous? Mme SE...V. Agée de 42 ans. Antécédents familiaux : père - mère obèse, tante parternelle diabétique. Rh - 1 ère grossesse 33 ans (1990) Accouchement par voie basse, compliqué, ventouse, dystocie d épaule,

Plus en détail

Politique sur les critères et modalités d admission, d inscription et de transfert des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire

Politique sur les critères et modalités d admission, d inscription et de transfert des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire Politique sur les critères et modalités d admission, d inscription et de transfert des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire ϖϖϖϖϖ ϖ Service : Services éducatifs jeunes Code d identification

Plus en détail

POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET. Modifié le 3 septembre 2013

POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET. Modifié le 3 septembre 2013 POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET Modifié le 3 septembre 2013 Objectifs de la politique Accompagner dans son cheminement pédagogique et social. Assurer

Plus en détail

QCM corrigés «Femmes enceintes et exposition aux agents chimiques et physiques» séance du 22 mai 2007

QCM corrigés «Femmes enceintes et exposition aux agents chimiques et physiques» séance du 22 mai 2007 QCM corrigés «Femmes enceintes et exposition aux agents chimiques et physiques» séance du 22 mai 2007 QCM élaborés par : Dr J. De Troyer (service de gynécologie-obstétrique, hôpital nord) Dr I. Sari-Minodier

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection Pôle Inspection en Surveillance du Marché Rédacteur : Régis ANDRE Tél : 01 55 87 39 62 Fax : 01 55 87 39 52 Ref : Synthèse Prestataires de services et distributeurs de matériels-v7

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Dossier de presse - 10 août 2009 Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie lance à compter du 10 août 2009

Plus en détail

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE Page 1 sur 7 Mots-clés : Herpès ; nouveau-né ; grossesse Nom Fonction Date Signature Rédaction E BOEZ PH CH Roubaix Avril 08 Validation GEN NPDC PENDANT LA GROSSESSE A) DIAGNOSTIC Le diagnostic repose

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Règlement sur le cheminement scolaire

Règlement sur le cheminement scolaire Règlement sur le cheminement scolaire Adopté le : 17 décembre 2001 218 e réunion du conseil d administration Amendé le : 10 juin 2008 261 e réunion du conseil d administration Amendé le : 16 décembre 2013

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Email : cpav@wanadoo.fr/cpav@medical78.com Web: www.nat78.com

Plus en détail

MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques

MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques Bienvenue au Module 5 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment enseigner la médecine fondée sur les

Plus en détail

ANNEXE I. Charte du patient

ANNEXE I. Charte du patient ANNEXE I Charte du patient Premièrement Principes généraux 1- Toute personne a droit à la protection de sa santé dans les meilleures conditions possibles, sans discrimination en raison de sa religion,

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

Bureau du registraire

Bureau du registraire Bureau du registraire DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION PROFESSIONNELLE DANS UN MILIEU CLINIQUE À L INTENTION DES INFIRMIÈRES DIPLÔMÉES HORS QUÉBEC DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

1/5. Ce document n a pas de valeur officielle. Les textes ayant force de loi sont ceux parus dans la Gazette officielle du Québec.

1/5. Ce document n a pas de valeur officielle. Les textes ayant force de loi sont ceux parus dans la Gazette officielle du Québec. Ce document n a pas de valeur officielle. Les textes ayant force de loi sont ceux parus dans la Gazette officielle du Québec. Règlement sur les normes d équivalence de diplôme ou de formation aux fins

Plus en détail

Interruption Volontaire de Grossesse

Interruption Volontaire de Grossesse Interruption Volontaire de Grossesse Consultation avec : - entretien +++ - examen clinique (aspect du col, dernier frottis) - échographie endovaginale +++ Première consultation obligatoire, remplir la

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Avril 2011 Préparer sa retraite est un exercice déjà compliqué lorsque l on vit en France. Mais lorsqu on se trouve à l étranger depuis un certain temps,

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Guide de la parentalité. Trouver son équilibre professionnel quand on devient parent

Guide de la parentalité. Trouver son équilibre professionnel quand on devient parent Guide de la parentalité Trouver son équilibre professionnel quand on devient parent Salarié et Parent Comment concilier au mieux son activité professionnelle et son rôle de parent? Cette question est importante

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

URP/SCLS. Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD

URP/SCLS. Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD URP/SCLS Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD Faculdade de Psicologia 12, rue Goethe 67000, Strasbourg France Claude SCHAUDER Professor Assistente

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux. Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS

ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux. Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS 2 01 Les Dispositifs Médicaux Euro-Pharmat - Lille - 09, 10 & 11 octobre

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA MENACE D ACCOUCHEMENT PREMATURE A MEMBRANES INTACTES

PRISE EN CHARGE DE LA MENACE D ACCOUCHEMENT PREMATURE A MEMBRANES INTACTES PRISE EN CHARGE DE LA MENACE D ACCOUCHEMENT PREMATURE A MEMBRANES INTACTES Date de la diffusion : Version : 2 Rédaction : Dr CHAU C Ŕ Dr GUIDICELLI B-Dr PUPPO S Validation: Pôle Gynécologie Obstétrique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux

Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux Collège Jean-de-Brébeuf Niveau collégial Règlements et politiques Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux Dans la présente politique, l utilisation du masculin est épicène. Table

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

MODIFICATIONS STATUTAIRES

MODIFICATIONS STATUTAIRES MODIFICATIONS STATUTAIRES Il est proposé au vote des délégués des modifications des statuts, du règlement intérieur et du règlement mutualiste Vita Santé et Multi Santé afin d intégrer les dispositions

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

Conseils pour réaliser un tableau de sortie

Conseils pour réaliser un tableau de sortie Conseils pour réaliser un tableau de sortie Ne pas oublier d adapter le langage au patient ou à l institution! Attention au langage trop scientifique ; mais rester cependant clair et précis ; faire passer

Plus en détail

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse Fiche de synthèse Accord national du 27 décembre 2004 sur la formation professionnelle. Le contrat de professionnalisation Titre 3, article 3-1 A quoi sert la professionnalisation? Destinée à remplacer

Plus en détail

RETRAITES COMPLÉMENTAIRES : CE QUI VA CHANGER

RETRAITES COMPLÉMENTAIRES : CE QUI VA CHANGER RETRAITES COMPLÉMENTAIRES : CE QUI VA CHANGER Novembre 2015 1 La CFE-CGC a signé le texte pour la sauvegarde et la pérennisation de nos retraites s. L accord, garant d efforts répartis entre tous (entreprises,

Plus en détail

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Local de retrait PASS

Local de retrait PASS Local de retrait PASS PRINCIPE : (Programme Alternatif à la Suspension Scolaire PASS) Suite à un retrait de classe, l élève est avisé qu à sa réintégration au cours, il doit reprendre, pendant son temps

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement d urgence lors d une réaction anaphylactique secondaire à l administration d une substance par voie parentérale. NUMÉRO : 1.14 DATE : Novembre 2005 RÉVISÉE

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS

SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS Sondage mené entre le 30 mai et le 6 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Le Contexte... 3 But et objectifs... 3 Analyse quantitative...

Plus en détail

Explications concernant la déclaration d admission

Explications concernant la déclaration d admission Explications concernant la déclaration d admission En tant que patient, vous pouvez faire certains choix qui ont une influence considérable sur le prix final de votre séjour à l hôpital. Ces choix, c est

Plus en détail

Cigarette électronique Recommandations de la HAS 2014 OFT Avis d experts 2014

Cigarette électronique Recommandations de la HAS 2014 OFT Avis d experts 2014 Cigarette électronique Recommandations de la HAS 2014 OFT Avis d experts 2014 E-liquide H.A.S. En 2013, en France, aucune cigarette électronique ne dispose d une autorisation de mise sur le marché (AMM)

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

J E U D I 2 1 J U I N 2 0 1 2 S M F C

J E U D I 2 1 J U I N 2 0 1 2 S M F C Grande Prématurité : Un accouchement par voie basse a-t-il le même impact chez les singletons et les jumeaux? Etude en population régionale de 2006 à 2010 J E U D I 2 1 J U I N 2 0 1 2 S M F C T E R N

Plus en détail

Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Nouvelle-calédonie. Dépliant Guide

Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Nouvelle-calédonie. Dépliant Guide Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Nouvelle-calédonie Dépliant Guide Pour qui? Toute femme que sa grossesse met en situation de détresse, avant le terme de 12 semaines, soit 3 mois de grossesse

Plus en détail

Avis d inaptitude, jusqu où les médecins du travail peuvent ils aller?

Avis d inaptitude, jusqu où les médecins du travail peuvent ils aller? Avis d inaptitude, jusqu où les médecins du travail peuvent ils aller? 1 Absence de définition de l aptitude et de l inaptitude dans le Code du travail La limite à ne pas franchir : le secret médical I

Plus en détail

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Gilles BAGOU anesthésiste réanimateur urgentiste SAMU-69, CHU-Lyon Gilles BAGOU - SAMU-69 - Lyon 1 déclaration de conflits d intérêt mon intervention

Plus en détail

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Présentation : Agnès ROCHE : CDS enfance depuis 2010 auparavant responsable éducatif enfance sur le

Plus en détail