ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS"

Transcription

1 N 18 JUIN 213 ECONOTE Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS COURANTS SE DÉGRADE-T-IL DEPUIS PLUS DE 1 ANS? Le solde extérieur courant de la France s est nettement dégradé entre 1999 et 212, passant d un excédent de 35 Mds EUR à un déficit de 4 Mds EUR environ. Cette évolution peut être expliquée par la dégradation du solde commercial de la France. Elle peut également se lire à travers le prisme de l évolution de l équilibre interne du financement de l économie : la dégradation du solde courant s explique alors par l accroissement important du déficit public et des besoins de financement des sociétés non financières. En particulier, depuis la crise, le besoin de financement des sociétés non-financières a fortement augmenté : leur investissement et leurs effectifs ne se sont en effet, jusqu ici, ajustés que partiellement à la baisse de l activité. Ce désajustement de la situation financière des entreprises a eu jusqu ici pour contrepartie un soutien au revenu des ménages et, partant, à leur consommation. Toutefois, il constitue désormais un facteur de risque pour la croissance : sa correction rapide pourrait provoquer une baisse marquée de l investissement privé et de l emploi SOLDE EXTÉRIEUR COURANT ET SES COMPOSANTES En Mds EUR Autres Solde public Capacité de financement des soc. non financières Solde commercial Solde courant Équilibre externe Équilibre interne Benoît HEITZ

2 LE SOLDE COURANT DE LA FRANCE NE CESSE DE SE DÉGRADER DEPUIS 1 ANS Depuis un point haut atteint en 1999, le solde extérieur courant de la France ne cesse de se dégrader. Selon la définition de la comptabilité nationale 1, il est ainsi passé d un excédent de 35 Mds EUR en 1999 (soit 2,6 % du PIB) à un déficit de 42 Mds EUR en 212 (- 2,1 % du PIB). UNE DÉGRADATION QUASI-CONTINUE DU SOLDE COMMERCIAL Lorsque l on considère les équilibres extérieurs de la France, l explication de la dégradation du solde extérieur courant apparait clairement : elle provient de la dégradation du solde commercial (des échanges de biens et de services). En effet, ce dernier est passé d un excédent de 29 Mds EUR en 1999 à un déficit de 45 Mds EUR en 212, expliquant ainsi quasi intégralement la dégradation de 77 Mds EUR du solde extérieur courant (cf. graph. 1) GRAPH. 1 : COMPTES EXTÉRIEURS DE LA FRANCE Solde extérieur courant Solde commercial biens et services Lorsque l on regarde ce solde commercial de la France plus en détail, il ressort que sa dégradation provient de deux phénomènes bien connus : L alourdissement de la facture énergétique de la France, du fait notamment de la hausse du prix du baril de pétrole qui est passé de 17 EUR en 1999 à 87 EUR en 212. La dégradation du solde des échanges de produits manufacturés, ce qui renvoie au débat sur la perte de compétitivité de l industrie française OU UNE AGGRAVATION DES BESOINS DE FINANCEMENT DES ADMINISTRATIONS ET DES ENTREPRISES Selon la deuxième lecture possible, une dégradation du solde extérieur courant traduit une baisse de la capacité de financement de l économie nationale. On observe alors que cette évolution provient d une forte augmentation des besoins de financement des sociétés non financières et des administrations publiques, qui n a été que très partiellement compensée par la hausse des capacités de financement des ménages et des sociétés financières (cf. graph. 2). GRAPH. 2 : CAPACITÉ / BESOIN DE En Mds FINANCEMENT EUR Sociétés non financières Adm. publiques Solde courant Sociétés financières Ménages En d autres termes, la hausse de l épargne des ménages et des sociétés financières n a pas permis de financer le gonflement du déficit des administrations et la baisse de l autofinancement de l investissement des sociétés non financières. 1 Selon la définition de la balance des paiements, qui diffère légèrement, le solde extérieur courant est passé d un surplus de 43Mds en 1999 à un déficit de -47Mds en 212. Nous avons privilégié dans cette étude la définition de la comptabilité nationale car c est la seule qui permet de retracer de manière cohérente les évolutions de la balance courante selon deux manières différentes mais équivalentes, tournées l une vers les équilibres extérieurs de l économie et l autre vers ses équilibres intérieurs (cf. encadré 1). 2

3 ENCADRÉ 1 LES DEUX APPROCHES DU SOLDE EXTÉRIEUR COURANT Le solde courant d un pays peut être interprété de deux manières différentes qui sont chacune comptablement l exact miroir l une de l autre. La première d entre elles, qui repose sur les comptes extérieurs, décrit l équilibre externe du pays. La deuxième, plus tournée vers la situation interne du pays, décrit l équilibre épargne-investissement de la nation. Dans la première approche, le solde courant du pays est la différence entre les paiements courants (échanges de biens et services, revenus et transferts) reçus par le pays du reste du monde et ceux qu il paie à ce dernier. Il est usuellement décomposé en trois postes : Le solde commercial : il s agit de l écart entre les exportations et les importations de biens et services. Le solde des revenus et transferts courants : les principales opérations entre la France et l étranger prises en compte ici sont les versements de revenus de la propriété (intérêts et dividendes), les rémunérations des salariés (par exemple pour les travailleurs transfrontaliers) ainsi que les transferts entre les administrations françaises et les institutions européennes. Le solde des transferts en capital : le solde retrace notamment les envois d argent de travailleurs migrants vers leur pays d origine, les abandons de dettes, les ventes de brevets, terrains ou mines. Dans la seconde approche, qui n est qu une description comptable différente des mêmes chiffres, on se concentre plus sur les équilibres internes de l économie. Le solde courant est alors défini comme étant la différence entre l épargne et l investissement du pays, que l on décompose habituellement selon les secteurs suivants : Les entreprises non financières Les entreprises financières Les administrations publiques, c est-à-dire principalement l État, les collectivités locales et les administrations de sécurité sociale Les ménages Les institutions sans but lucratif au service des ménages Par exemple, on pourra donner deux lectures différentes d un déficit courant : dans la première, le pays paye plus à l étranger qu il ne reçoit, par exemple parce qu il présente un déficit commercial ; dans la seconde, le pays investit plus qu il n épargne, ce qui génère un besoin de financement depuis l étranger. LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTRE- PRISES S EST TENDUE DEPUIS LA CRISE Néanmoins, cette évolution globale sur toute la période recouvre trois réalités distinctes : l avantcrise, la crise de et enfin la phase AVANT LA CRISE, UN EFFORT CROISSANT D INVESTISSEMENT DES ENTREPRISES ET UN DÉFICIT PUBLIC QUI SE CREUSE Entre 1999 et 28, la dégradation du solde extérieur courant de la France, qui passe d un excédent de 35 Mds EUR à un déficit de 37 Mds EUR, provient de deux facteurs distincts. Premièrement, le solde public se dégrade significativement. Ainsi, alors qu il était d environ 1,5 % du PIB entre 1999 et 21, il oscille ensuite autour de 3 % entre 22 et 28, avec un pic à 4,1 % du PIB en 23. Au total, cette dégradation des finances publiques explique à hauteur de 4 Mds EUR la baisse du solde courant entre 1999 et 28. Deuxièmement, le besoin de financement des sociétés non financières s accroit sensiblement à partir de 24, sous le coup d une hausse rapide de leur investissement. En effet, sur ces années, la progression de l investissement des entreprises a été sensiblement plus prononcée que celle de leur activité. Cela s est par conséquent traduit par une hausse de leur taux d investissement qui a atteint, en 28, un plus haut depuis 1974 (cf. graph. 3). Au total, le besoin de 3

4 financement des sociétés non-financières est passé de 11 Mds EUR en 23 à 58 Mds EUR en GRAPH. 3 : TAUX D'INVESTISSEMENT DES SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES En % En revanche, sur l ensemble de cette période, au-delà de variations parfois importantes, la capacité de financement des ménages reste globalement assez stable et la capacité de financement des sociétés financières ne progresse que faiblement. AU PLUS FORT DE LA CRISE, CHUTE DE L INVESTISSEMENT DES ENTREPRISES ET BOND DU DÉFICIT PUBLIC En 29, sous l effet de la crise, les évolutions ont été très brutales sur chacun des agents économiques. Mais, au total, cela s est traduit par une interruption de la dégradation du solde extérieur courant de la France. Ainsi, le déficit public de la France s est envolé, sous le coup de la chute des recettes dans le sillage de la forte dégradation de l activité, d une part, et de la mise en œuvre du plan de relance, d autre part. Le déficit public est alors passé de 3,5 % du PIB à 6,4 % du PIB, soit un creusement de près de 8 Mds EUR. Cet alourdissement du besoin de financement public a néanmoins été compensé par l amélioration de la capacité de financement des autres secteurs. Ainsi, confrontés à la crise, les ménages ont fortement accru leur épargne, leur taux d épargne progressant de près d un point sur l année, et ils ont sensiblement réduit leur investissement 2. Ils ont ainsi dégagé une capacité de financement supplémentaire de plus de 3 Mds EUR. Les sociétés non financières ont été confrontées à la baisse de leur épargne, du fait de la chute de l activité, 2 Il s agit essentiellement de l achat de logements neufs par les ménages mais, surtout, elles ont fortement coupé dans leurs investissements et elles ont réduit leurs stocks. Par conséquent, elles ont fortement réduit leur besoin de financement sur l année, de plus de 4 Mds EUR (cf. graph. 4) GRAPH. 4 : BESOIN DE FINANCEMENT DES SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES Investissement Épargne Stocks Capacité de financement Enfin, les sociétés financières ont accru leur épargne de près de 1 Mds EUR, la baisse des taux d intérêt à court terme ayant amélioré leurs marges 3. DEPUIS LA CRISE, UNE NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES Depuis la crise, le déficit courant de la France s est de nouveau creusé, pour s établir à 42 Mds EUR en 212, après un pic à 49 Mds EUR en 211. Cette dégradation provient essentiellement de l augmentation des besoins de financement des sociétés non-financières, de plus de 4 Mds EUR. Elle tient également à un repli de la capacité de financement des ménages, à hauteur de plus de 1 Mds EUR : leur épargne est restée stable alors que leur investissement s est redressé. En revanche, elle a été limitée par le début d assainissement des finances publiques, qui a réduit le besoin de financement de l État de plus de 4 Mds EUR. La forte augmentation du besoin de financement des sociétés non financières résulte d un effet de ciseau entre, d une part, une érosion de leurs marges et, d autre part, un investissement qui est reparti nettement à la hausse puis s est stabilisé en Ce résultat n est pas contradictoire avec la forte dégradation des résultats des entreprises financières sur la même période. En effet, les pertes réalisées, du fait de la crise, sur leurs investissements n ont pas d impact en comptabilité nationale sur leurs revenus ou leur épargne mais directement sur leur patrimoine. 4

5 malgré un environnement économique peu favorable et incertain En % GRAPH. 5 : SITUATION FINANCIÈRE DES SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES Taux de marge (G) En % Taux d'autofinancement (D) Ainsi, le taux d investissement des sociétés non financières a quasiment renoué en 211 et 212 avec le niveau record de 28 alors que leur taux de marge est en 212 retombé au plus bas depuis 1985, tout comme leur taux d autofinancement (cf. graph. 5). LA SITUATION DES ENTREPRISES FAIT PESER UN RISQUE SUR L ACTIVITÉ UN AJUSTEMENT JUSQU ICI PARTIEL DE L EMPLOI ET DE L INVESTISSEMENT À L ACTIVITÉ Cette dégradation de la situation financière des entreprises peut s expliquer par l ajustement, seulement partiel, à l activité de deux facteurs : d une part, les sociétés non financières ont fortement investi au regard de la faiblesse de leur activité, ce qui s est traduit par un taux d investissement record ; d autre part, l ajustement de l emploi a été limité au regard de la chute de l activité, puis de la faiblesse de son rebond (cf. graph. 6). Ainsi, sur les années 28 à 212, la productivité du travail dans le secteur marchand non agricole a globalement stagné alors qu elle avait progressé en moyenne de 1,3 % par an sur la décennie précédente. Par conséquent, l emploi dans les entreprises ne s étant ajusté que partiellement à la baisse de leur activité, leur rentabilité s est dégradée. Et, en contrepartie, le partage de la valeur ajoutée s est déformé au profit de la rémunération des salariés : la part de celle-ci est ainsi passée d environ 65 % avant crise à près de 68 % en GRAPH. 6 : EMPLOI ET VALEUR AJOUTÉ DU SECTEUR MARCHAND NON AGRICOLE En % Productivité Valeur ajoutée Emploi salarié Sources : INSEE, calculs SG UN AJUSTEMENT PLUS MARQUÉ PÈSERAIT FORTEMENT SUR L ÉCONOMIE Ces désajustements de l investissement et de l emploi sont de nature à faire peser un risque important à l économie française. Certes, une première façon de les résorber serait le retour d une croissance forte. Des créations d emplois mesurées et une hausse contenue de l investissement permettraient alors de revenir progressivement à une situation plus équilibrée, avec des entreprises qui restaureraient progressivement leur profitabilité. Malheureusement, au vu de la conjoncture actuelle, un tel scenario apparait peu probable. Une autre trajectoire possible serait nettement plus pénalisante. En effet, à activité donnée, il faudrait que les entreprises réduisent leur investissement et l emploi. Du fait de l importance des désajustements initiaux, ces réductions seraient potentiellement de grande ampleur. Ainsi, pour ramener leur taux d investissement à son niveau moyen prévalant dans la décennie avant crise, il faudrait que les sociétés non financières baissent leur investissement de près de 7 %, soit l équivalent de,7 point de PIB. Et pour rattraper le retard de productivité accumulé sur les quatre dernières années par rapport à la tendance prévalant sur la décennie précédente, il faudrait réduire l emploi salarié marchand non agricole de plus d un million de postes. 5

6 ENCADRÉ 2 - SURCONSOMMATION EN FRANCE VS SOUS-INVESTISSEMENT EN ALLEMAGNE? Alors que le solde courant de la France se dégradait fortement, celui de l Allemagne s est nettement amélioré sur la période Il est ainsi passé d un déficit de 1,3 % du PIB en 1999 à un excédent de 7, % du PIB en 212. Cette évolution s explique en grande partie, comme dans le cas de la France, par celle du commerce extérieur. La lecture qui en est habituellement faite est que, grâce à la modération salariale et la faiblesse de l inflation, l économie allemande a renforcé la santé financière de ses entreprises et réalisé d importants gains de compétitivité qui ont permis un fort dynamisme de ses exportations. Et, effectivement, les exportations allemandes ont été dynamiques, comparées à celle de la France, mais également plus largement par rapport à celles des autres pays de la zone euro. On observe aussi une déformation du partage de valeur ajoutée au détriment des salariés, à l opposé du mouvement observé en France (cf. graph. A) En % GRAPH. A : TAUX DE MARGE DES SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES Allemagne France Source : eurostat Néanmoins, une autre lecture est également possible au niveau de l équilibre entre épargne et investissement du pays. Comme indiqué supra, dans le cas de la France, le creusement du déficit courant tient essentiellement à un surcroît de consommation, tant publique que privée, qui a été plus dynamique que le PIB nominal, et dans une moindre mesure au dynamisme de l investissement. Dans le cas de l Allemagne, l accumulation d excédents ne provient pas d un surcroît d épargne des ménages : en effet les revenus et la consommation des ménages ont évolué globalement en ligne avec le PIB. Il reflète plutôt la faiblesse de l investissement, qui a été très nettement moins dynamique que le PIB. La conséquence en a été que le poids de l investissement dans le PIB allemand a baissé de 22 % en 1999 à 17 % en 212, quand il passait de 18 % à 2 % en France. GRAPH. B : TAUX DE CROISSANCE ANNUEL MOYEN France Allemagne Investissement Consommation publique Consommation privée RDB des ménages PIB nominal Investissement Consommation publique Consommation privée RDB des ménages PIB nominal,%,5% 1,% 1,5% 2,% 2,5% 3,% 3,5% 4,% Source : Insee, Destatis 6

7 MAIS CE DÉSAJUSTEMENT A, EN CONTREPARTIE, SOUTENU LE REVENU DES MÉNAGES Sur l ensemble de la période considérée, le revenu des ménages a crû plus rapidement que le PIB nominal, de l ordre de,3 point de pourcentage par an, ce qui est une autre traduction de la déformation du partage de la valeur ajoutée en faveur des ménages. Cette déformation a ainsi permis une hausse relativement plus soutenue, par rapport au PIB, de la consommation des ménages malgré une hausse concomitante du taux d épargne. À ce premier facteur de soutien du revenu des ménages s est ajouté pendant la crise l effet des stabilisateurs automatiques et des mesures budgétaires de relance. La relativement bonne résilience de la situation des ménages s est donc faite au détriment des entreprises et des finances publiques : le taux de marge des entreprises a sensiblement baissé alors que la situation des finances publiques s est dégradée. On retrouve donc bien l analyse fondamentale d une dégradation de la balance courante au niveau de la nation : elle traduit un déficit d épargne nationale par rapport à l investissement. Dans le cas de la France, il s agit d un surcroît de consommation, puisque l on observe une hausse de 3, points du poids de la consommation (publique et privée) dans le PIB sur la période considérée, mais également, dans une moindre mesure, d un surcroît d investissement, son poids ayant progressé de 1,5 point. En cohérence avec ce qui précède, la contrepartie en a été une baisse du poids du commerce extérieur net dans le PIB, qui de positif est devenu négatif. 7

8 8

9 NUMÉROS PRÉCÉDENTS ECONOTE N 1 Le dollar : la monnaie des américains, leur problème? Benoît HEITZ (Mars 211) N 2 Vers un décollage africain? Clément GILLET (Mai 211) N 3 États-Unis : États fédérés et collectivités locales, un frein à la reprise économique Clémentine GALLES, Kim MARCH (Juin 211) N 4 Chine : l'internationalisation sans convertibilité du renminbi Sopanha SA, Meno MIYAKE (Décembre 211) N 5 L ajustement letton est-il un bon exemple pour les pays de la périphérie de la zone euro? Anna SIENKIEWICZ, Ariel EMIRIAN (Janvier 212) N 6 Royaume-Uni : Retour du spectre de l inflation? Marc-Antoine COLLARD (Février 212) N 7 Chine : Investissements directs à l étranger : beaucoup de bruit pour rien Sopanha SA, Meno MIYAKE (Mai 212) N 8 Turquie : Une politique monétaire atypique mais dépendante Régis GALLAND (Juillet 212) N 9 Le «Quantitative Easing» britannique : plus d inflation mais pas plus d activité? Benoît HEITZ (Juillet 212) N 1 Marché immobilier et politiques macro-prudentielles : le Canada est-il synonyme de réussite? Marc-Antoine COLLARD (Août 212) N 11 Zone euro : une crise unique Marie-Hélène DUPRAT (Septembre 212) N 12 La performance à l exportation de l Allemagne : analyse comparative avec ses pairs européens Marc FRISO (Décembre 212) N 13 Le financement de la dette des États : vecteur de (dés-)intégration de la zone euro? Léa DAUPHAS, Clémentine GALLÈS (Février 213) N 14 Chine : Prix immobiliers : l arbre ne doit pas cacher la forêt Sopanha SA (Avril 213) N 15 Chine : Débat sur la croissance Olivier DE BOYSSON, Sopanha SA (Avril 213) N 16 Pays développés : Qui détient la dette publique? Audrey GASTEUIL-ROUGIER (Avril 213) N 17 Indépendance énergétique des États-Unis Marc-Antoine COLLARD (Mai 213) 9

10 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONTACTS Olivier GARNIER Chef économiste du Groupe Olivier de BOYSSON Adjoint et chef économiste Pays Émergents Marie-Hélène DUPRAT Conseiller auprès du chef économiste Ariel EMIRIAN Études risques-pays / Pays CEI Clémentine GALLÈS Études macro-financières / États-Unis Benoît HEITZ Prévisions économiques mondiales / zone euro et Europe Constance BOUBLIL Europe centrale et du sud-est Marc-Antoine COLLARD Pays du Golfe, Amérique Latine, Matières Premières Marc FRISO Zone euro, Europe du nord et Afrique Subsaharienne Régis GALLAND Bassin Méditerranéen et Asie Centrale Audrey GASTEUIL-ROUGIER OCDE hors zone euro et Études macrofinancières Sopanha SA Asie Isabelle AIT EL HOCINE Assistante Valérie TOSCAS Assistante Sigrid MILLEREUX-BEZIAUD Documentaliste Tiphaine CAPPE de BAILLON Études statistiques et édition Société Générale Direction des Risques Département des Études Économiques PARIS CEDEX 18 Tél : Tél : Fax : Ce document reflète l opinion du seul département des études économiques de la Société Générale à la date de sa publication. Il ne reflète pas nécessairement les analyses des autres départements ou la position officielle de la Société Générale ou de l une de ses entités juridiques, filiales ou succursales (ensemble, ci-après dénommé «Société Générale»). Il ne constitue pas une sollicitation commerciale et a pour seul objectif d aider les investisseurs professionnels et institutionnels et eux seuls, mais ne dispense pas ceux-ci d exercer leur propre jugement. La Société Générale ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. La Société Générale ne saurait donc engager sa responsabilité, au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans ce document qui est, par ailleurs, susceptible d être modifié à tout moment et sans notification. La Société Générale est susceptible d agir comme teneur de marché, d agent ou encore à titre principal d intervenir pour acheter ou vendre des titres émis par les émetteurs mentionnés dans ce document, ou des dérivés y afférents. La Société Générale, ses dirigeants ou employés, peuvent avoir exercé des fonctions d employé ou dirigeant auprès de tout émetteur mentionné dans ce document ou ont pu intervenir en qualité de conseil auprès de ce(s) émetteur(s). A l intention des lecteurs en dehors de France : ce document, et les valeurs mobilières qui y sont discutées, peuvent ne pas être distribués ou vendus dans tous les pays ou à certaines catégories d investisseurs. 1

N 23 JANVIER 2014 ECONOTE. Société Générale Département des études économiques

N 23 JANVIER 2014 ECONOTE. Société Générale Département des études économiques N 23 JANVIER 214 ECONOTE Société Générale Département des études économiques IRLANDE : FIN DU PLAN D AIDE, ET APRÈS? Durement touchée par la crise, l Irlande a dû faire appel à l aide internationale. En

Plus en détail

ECONOTE N 20. Société Générale Département des études économiques PAYS-BAS : À LA PÉRIPHÉRIE DU CŒUR

ECONOTE N 20. Société Générale Département des études économiques PAYS-BAS : À LA PÉRIPHÉRIE DU CŒUR N 2 SEPTEMBRE 213 PAYS-BAS : À LA PÉRIPHÉRIE DU CŒUR ECONOTE Société Générale Département des études économiques Les Pays-Bas présentent plusieurs traits caractéristiques des pays périphériques de la zone

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles N 24 MAI 214 ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles ZONE EURO : FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS : UN DÉVELOPPEMENT INÉGAL AU SEIN DE LA ZONE EURO Les entreprises

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

ECONOTE N 13. Société Générale Département des études économiques LE FINANCEMENT DE LA DETTE DES ÉTATS : VECTEUR

ECONOTE N 13. Société Générale Département des études économiques LE FINANCEMENT DE LA DETTE DES ÉTATS : VECTEUR N 13 FÉVRIER 213 ECONOTE Société Générale Département des études économiques LE FINANCEMENT DE LA DETTE DES ÉTATS : VECTEUR DE (DÉS-) INTÉGRATION DE LA ZONE EURO? La création de l euro a été un important

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE ENQUÊTES DE CONJONCTURE 115 moyenne de long terme = 100 3.00 58 110 variation sur un an en % 2.50 56 105 100 95 PIB (échelle de droite) 2.00

Plus en détail

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

États-Unis : États fédérés et collectivités locales, un frein à la reprise économique

États-Unis : États fédérés et collectivités locales, un frein à la reprise économique #03 9 juin 2011 États-Unis : États fédérés et collectivités locales, un frein à la reprise économique Aux Etats-Unis, les États fédérés, les municipalités et toutes les autres collectivités locales ont

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro?

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro? er juillet N - La et surtout l devront-elles sortir de la zone euro? Nous ne voulons pas ici faire de la provocation inutile mais nous demander si l évolution à moyen terme de la situation économique de

Plus en détail

ECONOTE N 21. Société Générale Département des études économiques HAUSSE DE LA DETTE PUBLIQUE AU JAPON : JUSQU À QUAND?

ECONOTE N 21. Société Générale Département des études économiques HAUSSE DE LA DETTE PUBLIQUE AU JAPON : JUSQU À QUAND? N 21 NOVEMBRE 2013 ECONOTE Société Générale Département des études économiques HAUSSE DE LA DETTE PUBLIQUE AU JAPON : JUSQU À QUAND? Avec une dette publique brute supérieure à 100 % du PIB depuis la fin

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014.

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014. Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014 22 mai 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par le Gouvernement

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Berlin, le 31 octobre 2014 Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le jeudi 16 avril 2015 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES 2015-2016 LA REPRISE QUI S ANNONCE La croissance est là en 2015 et 2016. Tous les freins qui pesaient sur elle se sont levés.

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE Juin 5 Selon les projections macroéconomiques pour la France effectuées dans le cadre de l Eurosystème, après trois années de croissance atone, le PIB croîtrait en moyenne

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UN REPLI SENSIBLE DU PRIX DU BARIL DEPUIS QUELQUES MOIS Le cours du baril de Brent a chuté à partir de l été

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018.

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018. Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018 13 avril 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour

EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour Macroéconomie : Le taux d intérêt auquel l Italie emprunte a franchi hier la barre fatidique des 7% provoquant immédiatement une vente massive

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Portugal : espoirs de reprise par les exportations

Portugal : espoirs de reprise par les exportations Apériodique n 12-2 4 mai 212 Portugal : espoirs de reprise par les exportations Le budget 212 se caractérise par une rigueur draconienne avec le risque d enclenchement d une spirale délétère entre austérité

Plus en détail

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES Québec, 16 janvier 214 La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 214 Hélène Bégin Économiste principale 11 18 16 14 12 Québec La province

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail