EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique."

Transcription

1 Cahers de recherche EURIsCO Caher n L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne Touham Abdelkhalek Insea, Maroc Florence Arestoff Eursco Unversté Pars Dauphne Jézabel Couppey-Soubeyran Centre d économe de la Sorbonne-CNRS Unversté Pars 1 Sabne Mage Eursco Unversté Pars Dauphne

2 L ÉPARGNE DES MÉNAGES AU MAROC : UNE ANALYSE MACROÉCONOMIQUE ET MICROÉCONOMIQUE* Najat El Mekkaou de Fretas* (coordnateur) Touham Abdelkhalek** Florence Arestoff* Jézabel Couppey-Soubeyran*** Sabne Mage* Jun 2008 Unversté Pars-Dauphne * Cette étude a bénéfcé d un support fnancer de l Insttut CDC pour la Recherche. Nous remercons Isabelle Lauder, Mohamed Fass-Fehr, Abdesselam Aboudrar, Mohamed Soual, Mhamed Grne, Hamza ElHajou, Hocne Tanjaou pour leur souten et les échanges effectués lors de la réalsaton de cette étude. La parte portant sur l analyse mcroéconomque de l épargne a pu être réalsée grâce à l explotaton de la base de données CBMS «Communty Based Montorng System» mse à notre dsposton par la Drecton des études et des prévsons du Mnstère de l Econome et des Fnances. Nous les remercons vvement et partculèrement Mohamed Chafk et Hnd Jalal pour leur dsponblté et collaboraton. Nous remercons également Baptste Venet et Laure Jaunaux pour les échanges effectués lors de la réalsaton de la parte portant sur l épargne des ménages ans que Régs Bourbonnas, Abdesselam Fazouane et Mouna Cherkaou pour leur souten et leur ade lors de la rédacton du rapport fnal. Nos plus vfs remercements vont enfn à Ines Chaar et Cndy Duc pour leur partcpaton. * Laboratore d Econome de Dauphne (EURIsCO), Unversté Pars Dauphne ** Insttut natonal de statstque et d économe applquée (INSÉA), Maroc *** Centre d économe de la Sorbonne-CNRS, Unversté Pars I Panthéon-Sorbonne 2

3 Le Maroc se stue à la tête de la régon du MENA (Mddle East and North Afrca), «en termes d'ouverture de sa Socété Cvle, de la promoton de la démocrate, de l autorté de la lo, de la décentralsaton et de la partcpaton de la communauté» (Banque Mondale, 2005). En effet, dès 1970, le Maroc a amorcé des réformes en matère de lbéralsaton poltque et s est également engagé dans un vaste programme de développement. La crse économque de 1983 a condut l économe marocane à ntensfer ses réformes en matère d ouverture commercale et fnancère notamment. Depus le début des années 1990, la stuaton économque et fnancère du Maroc est relatvement stable mas la crossance, très volatle (des actvtés agrcoles en partculer), n a néanmons pas perms de fare reculer le chômage et la pauvreté. Dans ce contexte, la moblsaton et l affectaton de l épargne des ménages représentent une des stratéges majeures des nsttutons publques et prvées pour promouvor l nvestssement et la crossance. La mse en œuvre de ces stratéges nécesste une analyse assez précse des détermnants de l épargne. Très peu de travaux emprques sur les problématques de revenu et d épargne des ménages ont été menés au Maroc. Cette étude propose une évaluaton emprque des détermnants de l épargne domestque mas auss des détermnants mcroéconomques de l épargne des ménages en utlsant une enquête de terran : l enquête CBMS «Communty Based Montorng System». Aucune évaluaton de ce type n avat auparavant pu être menée dans le cadre de l économe marocane en rason de l absence de données mcroéconomques sur le revenu des ménages. L enquête moblsée dans cette étude est tout à fat orgnale pusqu elle rensegne sur le revenu et la consommaton des ménages et couvre un échantllon de la populaton qu dstngue des ménages urbans (vlle d Essaoura) et des ménages ruraux (vlle de Bouaboud). Notre objectf est de comprendre le comportement d épargne de ces ménages en foncton de la zone de résdence mas auss en foncton d un certan nombre de facteurs socoéconomques tels que le nombre d enfants dans la famlle, le nombre d nactfs, le type de logement Les données recuelles permettent de mesurer le nveau moyen de revenu et d épargne dans ces deux vlles mas auss de meux dentfer les détermnants mcroéconomques du comportement d épargne des ménages. Il est toutefos dffcle d en trer des conclusons au nveau natonal. Seule une enquête élarge avec un échantllon représentatf de la populaton natonale permettrat une analyse d ensemble. L étude est organsée en sx sectons. Pour appréhender l envronnement économque marocan, nous proposons dans un premer temps un état des leux de la stuaton macroéconomque (performances économques récentes, rôle des dfférentes composantes du produt ntéreur brut (PIB), poltques budgétares et monétares). À partr de statstques macroéconomques, notre analyse s orente dans la secton 2 plus spécfquement sur le nveau d épargne globale et sa répartton entre les catégores d agents. Les deux sectons suvantes mettent en exergue un certan nombre de détermnants de l épargne qu jouent un rôle à la fos sur le plan macroéconomque et mcroéconomque. Nous proposons dans la secton 3 une analyse de l état du développement fnancer. La moblsaton de l'épargne va le système fnancer est en effet un préalable ndspensable à une allocaton effcace des ressources. La stuaton sur le marché du traval, le nveau de pauvreté relatve ou encore le taux de fécondté qu sont autant d éléments qu ntervennent dans la décson d épargne des ménages sont présentées dans la secton 4. La secton 5 propose une sére d estmatons économétrques des détermnants de l épargne réalsées à partr des données macroéconomques de la base World Development Indcators (WDI) de la Banque Mondale. La sxème et dernère secton moblse les données obtenues à partr de l enquête CBMS pour appréhender le comportement d épargne des ménages au nveau mcroéconomque et pour tenter d en dentfer à partr de régressons mcroéconométrques les prncpaux détermnants. 3

4 Secton 1 : L envronnement économque Mesurée en valeur ou en volume, la crossance du PIB apparaît très volatle depus le début des années 1990 mas cette volatlté est mondre depus quelques années. L actvté économque a contnué de progresser en 2006 avec un taux de crossance du PIB à prx constants estmé par la Banque centrale du Maroc à 8% alors qu l est évalué à 2,4 % en 2005 (données en base 1998). Cette évoluton semble lée à la hausse de la demande ntéreure très soutenue en L année précédente, l envronnement n a pas été très favorable : les mauvases condtons clmatques et notamment les sécheresses ont fortement affecté la producton agrcole, la hausse du prx du pétrole a renchér le coût des mportatons et l Accord sur les textles et les vêtements (ATV) a expré en soumettant la producton marocane de textles à une plus grande concurrence nternatonale. Le profl de crossance marocan L évoluton du PIB depus 2002 ndque que l économe marocane affche en 2006 de très bons résultats en matère de crossance (graphque 1). En 2005 en revanche, le pays a accusé une décélératon de son rythme de crossance avec des performances économques moyennes : 2,4% de crossance du PIB à prx constants. 1 L accord textle vêtement (ATV, ) sgné à Marrakech en 1995 dans le cadre des accords de l OMC prévoyat le démantèlement progressf de toutes les restrctons quanttatves sur ce commerce jusqu en Ms en place en 1975, l'accord multfbre allouat des quotas d'exportaton aux pays en développement vers les pays rches pour les vêtements et produts textles et avat garant un accès aux marchés des pays développés aux productons d'ase, d'europe de l'est et d'afrque. Ce qu a perms à ces derners de fare face à la concurrence des gros producteurs comme la Chne qu n'avat pas sgné cet accord. 4

5 Graphque 1 : Taux de crossance du PIB, En % PIB à prx constants PIB à prx courants Source : Auteurs, d après les données (base 1998) de la Banque Al-Maghrb, Rapports annuels (2005 et 2006) Pour meux appréhender le profl de crossance marocan, le graphque 2, ssu du rapport annuel 2006 de la Banque Centrale ndque l évoluton du PIB depus Nous observons en premer leu une mportante volatlté de la crossance marocane depus deux décennes ben que celle-c sot mons marquée en fn de pérode. Les varatons annuelles de la producton natonale sont en effet mons mportantes de 2001 à D après les données des comptes natonaux en base 1998 (Royaume du Maroc, HCP, 2006), le taux de crossance moyen sur la pérode évalué à 3,8% est nféreur de pratquement un pont à celu évalué sur la pérode plus récente (4,9%) mas les statstques de 2006 vennent nuancer ce résultat. Graphque 2 : Evoluton du taux de crossance du PIB global et par secteur, Source : Rapport annuel 2006 de la Banque Al-Maghrb Le graphque 2 met également en évdence l évoluton du PIB par secteur et montre que ce sont les varatons du PIB agrcole qu sont les plus marquées. L essentel de la volatlté de la crossance marocane s explque donc par l nstablté productve dans ce secteur. Le tableau 1 qu rensegne sur la valeur du PIB agrcole (y comprs la pêche) et non agrcole («secteurs secondare et tertare») confrme ce résultat. Le taux de crossance à prx courants dans le secteur agrcole est passé de pratquement 15% en 2005 à +28% en Les condtons clmatques explquent le plus souvent les écarts de productons très mportants d une année à l autre. Les actvtés prmares représentent encore aujourd hu une 5

6 part mportante des actvtés de l économe marocane (14% du PIB en 2006) et nfluencent donc fortement les performances macroéconomques. Tableau 1 : Produt ntéreur brut (base 1998), (en mllards de drhams) 2001* PIB à prx courants PIB agrcole PIB non agrcole 119, Source : Banque AL-MAGHRIB, Rapports annuels (2005, 2006) * donnée en base 1980 Néanmons, cette varablté agrcole affecte mons l évoluton du PIB global que par le passé. Comme le note le FMI dans son derner rapport sur le Maroc (FMI, 2007), la crossance régulère du PIB non agrcole tradut en effet une dversfcaton des actvtés économques. Cette dversfcaton est confrmée par la part de la populaton actve occupée dans les dfférentes actvtés. En 2000, pratquement 81% de la populaton occupée en mleu rural partcpe à des actvtés agrcoles, de sylvculture et de pêche contre mons de 78% en Inversement, dans le secteur ndustrel (y comprs le bâtment), plus de 10% de cette populaton travalle aujourd hu dans ce secteur contre 8,5% en

7 Les composantes du PIB L équlbre emplos-ressources (cf. tableau 2) montre que les deux prncpales composantes du PIB sont les dépenses de consommaton fnale des ménages (envron 60%) et l nvestssement (envron 25%), ce derner étant mesuré par la formaton brute de captal fxe (FBCF). Ressources Tableau 2 : Equlbre emplos-ressources, (à prx courants, en mllons de drhams) Produt ntéreur brut Importatons Total Emplos Dépenses de consommaton fnale des ménages Dépense de consommaton fnale des APU F.B.C.F Varatons de stocks Exportatons Source : Comptes de la Naton de base 1998, Royaume du Maroc, Haut Commssarat au Plan, Les dépenses de consommaton fnale des ménages ont augmenté de 7,8% en 2006 (3,9% en volume) alors que leur crossance est évaluée à 2,7% en 2005 (1,1% en volume). Cette évoluton récente confrme que la hausse de la demande ntéreure explque en parte les performances économques récentes. D après le HCP (2006), l nvestssement et les exportatons avec un taux de crossance respectvement en valeur de 10,9% et 14,8% ont néanmons joué un rôle mportant sur la conjoncture récente. L étude des contrbutons aux varatons du PIB met en évdence un autre détermnant à la volatlté du PIB au Maroc. En effet, nous observons une grande varablté dans la contrbuton des dfférentes composantes du PIB et en partculer celle du solde extéreur et celle des varatons de stock (cf. graphque 3). 7

8 Graphque 3 : Contrbutons aux varatons du PIB entre 2000 et 2006 en ponts de crossance 5,00 4,00 3,00 2,00 1,00 0,00-1,00-2,00-3, Dépenses de consommaton fnale des ménages Dépenses de consommaton fnale des APU F.B.C.F. Varatons de stocks Solde extéreur Source : Auteurs à partr des Comptes de la Naton de base 1998, Royaume du Maroc, Haut Commssarat au Plan (2006). La contrbuton de l nvestssement (FBCF) aux varatons du PIB a progressé d année en année depus le début de la décenne ; elle est stable en Un autre fat notable est relatf à la contrbuton du solde extéreur qu, après avor frené la crossance du PIB de 2003 à 2005, partcpe postvement à la varaton du PIB en La contrbuton de la dépense de consommaton des ménages s est également sensblement amélorée en 2006 confrmant la reprse de la demande ntéreure. Néanmons, une contrbuton extrêmement varable en début de pérode est observée : la dépense de consommaton des ménages a contrbué à hauteur de 30% à celle du PIB en 1999 (0,43 pont des 1,39 ponts de crossance du PIB), à 150% en 2000 (1,54 ponts des 1,03 ponts de crossance du PIB). La volatlté des dépenses de consommaton des ménages se reflète d alleurs assez ben dans l évoluton annuelle des postes de consommaton des ménages enregstrée dans les comptes natonaux : par exemple, l évoluton de la dépense en produts de l agrculture (à prx constants) osclle entre -5,6% en 2000 et 28,4% en 2003, celle des produts de la pêche entre 64,4% en 2001 et -45,1% en 2002, celle des produts de l ndustre entre 41,4% en 2001 et -2,4% en 2003, ou encore entre 111,3% et 5,9% pour les dépenses en Postes et télécommuncatons. 8

9 Tableau 3 : Contrbutons à la crossance du P.I.B entre 2000 et 2006, en ponts de crossance Produt ntéreur brut 1,03 8,40 4,49 6,94 4,84 4,51 10,07 Dépenses de consommaton fnale des 1,54 1,18 2,71 3,55 2,95 1,55 4,43 ménages Dépense de consommaton fnale des 0,59 1,84 0,52 0,95 1,70 1,29 0,89 APU F.B.C.F 1,12 0,95 1,5 1,80 2,73 3,13 3,11 Varatons de stocks -0,12 1,82-0,5 1,64-0,07-0,25 1,46 Solde extéreur -2,10 2,62 0,27-1,01-2,47-1,21 0,19 Source : Comptes de la Naton de base 1998, Royaume du Maroc, Haut Commssarat au Plan, Avrl La dépense de consommaton des admnstratons publques (APU) qu représente un peu mons de 20% du PIB a contrbué de manère encore plus varable à la crossance du pays. L évoluton des dépenses d nvestssement répartes entre l agrculture, l ndustre, le bâtment et les servces n apparaît guère plus stable : par exemple, -28,2% de basse dans l agrculture, en 2002, contre une hausse de 13,2% l année suvante ; -6,5 de basse dans les servces en 2001 contre 12,1 de hausse en 2002 et -1,8 de basse en Du côté des ressources, la valeur ajoutée du secteur agrcole n est pas celle qu contrbue le plus à la valeur ajoutée natonale (15,3% de la valeur ajoutée globale en 2004, 12% en 2005 et 14,5% en 2006) mas reste un secteur prépondérant. L ndustre représente (hors raffnage de pétrole) respectvement pour les mêmes années 16,6%, 17,2% et 16,5% de la valeur ajoutée totale (cf. tableau 4). La branche «servces» est le trosème secteur d actvté avec une valeur ajoutée qu partcpe à hauteur de 14% à celle de la naton. 9

10 Tableau 4 : Structure des valeurs ajoutées par branche à prx courants Agrculture 12,0 14,5 Pêche 1,3 1,2 Industre d extracton 1,8 2,0 Industre 17,2 16,5 Raffnage de pétrole et autres produts 0,4 0,3 d énerge Electrcté et eau 3,1 2,8 Bâtment et travaux publcs 6,5 6,2 Commerce 12,2 12,3 Hôtels et restaurants 2,6 2,5 Transports 4,0 3,8 Postes et télécommuncatons 3,8 3,8 Actvtés fnancères et assurances 5,6 5,8 Servces rendus aux entreprses et 14,0 14,0 personnes Admnstraton publque générale et sécurté 10,2 9,8 socale Educaton, santé et acton socale 10,1 9,6 Branche fctve -4,9-5,1 Total 100,0 100,0 Source : Comptes de la Naton de base 1998, Royaume du Maroc Haut Commssarat au Plan, Les comptes extéreurs Les opératons sur bens et servces D après la Banque Al-Maghrb, «la structure des échanges commercaux par régon révèle la prédomnance des transactons avec l Unon européenne». En effet, elle consttue le prncpal partenare du Maroc avec près de 73% du total des exportatons et presque 53% de la valeur totale des mportatons en Le solde de la balance commercale marocane affche de manère récurrente un défct qu s est aggravé en 2004 et la tendance s est confrmée en 2005 et 2006, en dépt d une progresson des exportatons supéreure à celle des mportatons. En 2006, le solde négatf est évalué à 5,4% du PIB. 10

11 Tableau 5 : Défct commercal global 2 entre 2000 et 2006 (en mllards de drhams) Exportatons globales 78,8 80,7 86,4 83,9 87,9 99,3 111,7 Importatons globales 122,5 124,7 130,4 136,1 157,9 184,4 207,0 Défct commercal global -43,7-44,1-44,0-52,2-70,0-85,1-95,3 Source : Banque Al-Maghrb, Rapports annuels (2001 à 2006) La facture pétrolère, et donc l augmentaton du coût du fret, mas auss une hausse des achats de denrées almentares à l étranger explquent, en grande parte, cette récente évoluton. Les bens d équpement représentent néanmons une part mportante des mportatons (22% des mportatons en 2004) partcpant ans à l évoluton de l apparel productf. En effet, les «Machnes et apparels dvers» consttuent avec les votures un des premers postes d mportatons. Les mportatons de bens de consommaton représentent en 2006 plus de 40 mllards de drhams et les bens d équpement plus de 45 mllards. Du côté des exportatons, ce sont les ventes de phosphates et dérvés qu ont perms une hausse du total des ventes à l étranger de 7,2% en 2005 malgré un recul des exportatons de textles. 2 Les données tennent compte c des transactons effectuées sous le régme des admssons temporares sans paement et ne recoupent donc pas celles des comptes de la naton proposées dans le tableau 2 «Equlbre emplos-ressources». 11

12 Le compte de captal et des opératons fnancères La balance des paements avec l étranger ndque que le Maroc affche un solde (recettes dépenses) du compte de captal et des opératons fnancères postf en 2005 et 2006 (tableau 6). Tableau 6 : Compte de captal et d opératons fnancères (en mllons de drhams) Solde 2005 Solde 2006 Compte de captal et d opératons 14515, ,1 fnancères 1. Captal transferts des mgrants -39,8-25,8 2. Opératons fnancères 14555, , Secteur prvé 16270, ,0 Crédts commercaux 2886,7 699,1 Prêts et nvestssements étrangers au Maroc 14002, ,0 Prêts et nvestssements marocans à -2321,7-3777,4 l étranger Monnae fducare et dépôts 1703,5-150, Secteur publc - Prêts -1715,1 1780,0 Source : Rapport annuel de la Banque Al-Maghrb, Le compte de captal présente les opératons relatves à des actfs et le compte des opératons fnancères retrace toutes les formes d nvestssements, prêts et placements. Plus précsément, le compte des opératons fnancères rensegne sur l évoluton des créances ou des engagements des résdents vs-à-vs des non-résdents. Le compte de captal met en évdence l mportance des transferts des mgrants au Maroc dont le solde s établt à pratquement 40 mllards de drhams en 2005 et 26 mllards en Rappelons que les transferts représentent une source de revenu pour des mllons de ménages dans les pays en développement ou à revenu ntermédare. A l occason d une conférence organsée par l OCDE et la Banque centrale marocane sur les transferts de fonds nternatonaux des émgrés, Straubhaar et Vadean (2005) montrent que le Maroc fat parte des 30 premers pays recevant les transferts des mgrants les plus élevés. En 2002, ls évaluent ces flux de transferts à 8,8% du PIB (avec la nouvelle base, nous évaluons ce chffre à 9%). Pour appréhender dans sa totalté le compte fnancer, l étude de la poston extéreure du Maroc qu rensegne sur l ensemble des créances et des engagements à l égard du reste du monde en encours, et donc sur la poston nette à un moment donné est ndspensable. Ans, d après le derner rapport de la Banque centrale, la poston du Maroc est débtrce nette par rapport au reste du monde (-150 mllards de drhams en 2005). En ce qu concerne notamment les nvestssements drects étrangers au Maroc, la poston nette est évaluée à 192 mllards. La dette publque extéreure Le Maroc reste un pays endetté envers l étranger et plus partculèrement vs-à-vs des nsttutons fnancères nternatonales et notamment de la Banque Mondale. Malgré la crédblté fnancère du Royaume, la confance des marchés nternatonaux de captaux et le 12

13 souten poltque et fnancer des pays occdentaux et des nsttutons multlatérales, la dette extéreure du Maroc reste un fardeau pour le budget de l Etat. S le rato dette extéreure / PIB reste élevé, la tendance générale est cependant à la basse depus le début de la décenne (graphque 4). 13

14 Graphque 4 : Dette publque extéreure, ( ) En % du PIB Source : Auteurs d après les données de la Banque Al-Maghrb, Rapports annuels (2001 à 2005) La stuaton budgétare Le rapport de 2005 du FMI ndque que la stuaton budgétare du Royaume «ne présente pas de rsque pour la stablté des fnances publques à court terme» mas nsste sur la nécessté de poursuvre la réforme du système fscal. Le rapport de 2007 se félcte quant à lu de «l excellente performance des recettes fscales et [de] la modératon des dépenses [qu] ont sgnfcatvement améloré la poston budgétare en 2006». Tableau 7 : Dette totale du secteur publc, (en % du PIB) * 2008* Dette du secteur publc 64,9 62,0 59,9 63,7 58,2 58,0 55,6 Source : Rapport du FMI (2007) * projecton du FMI Le nveau de dette est passé de 64,9% du PIB en 2000 à 58,2% du PIB en 2006 tradusant ans une volonté des autortés marocanes de ne pas lasser dérver ce rato. De 2004 à 2005 néanmons, une varaton postve de la dette totale est venue nuancer ces bons résultats. La maîtrse des dépenses et notamment de la masse salarale a perms d nfléchr récemment la tendance et les projectons du FMI confrmeraent cette évoluton en 2007 et Le graphque 5 qu ndque l évoluton du solde budgétare (solde y comprs paements d ntérêts) et du solde prmare met en évdence cette récente améloraton de la poston budgétare. Nous constatons en effet que pour la premère fos depus un certan nombre d années, le solde prmare devent postf en Graphque 5 : Soldes budgétares, (en % du PIB) 14

15 Solde budgétare Solde prmare Source : Auteurs à partr des données du rapport du FMI (2007) Nota : le solde prmare correspond à la dfférence entre les recettes et les dépenses hors prse en charge de la dette sous forme d ntérêt. De 2004 à 2005 néanmons, les dépenses ont largement excédé les recettes. Sgard (2006) précse qu après avor prs en compte les recettes de prvatsaton (dont le produt devrat cependant déclner dans les années à venr), le défct budgétare partcpant à la créaton de dette publque n est plus que de 2,6% (en pourcentage du PIB) en La dégradaton observée en 2005 (4,7%) est lée à un facteur partculer : le fnancement d un programme de retrate antcpée des fonctonnares. Cette mesure s nscrt notamment dans les objectfs de réducton de la masse salarale de l Etat décdés en collaboraton avec la Banque Mondale. Poltque monétare La condute et la défnton de la poltque monétare sont confées à la banque centrale qu a pour objectf expressément défn, la stablté des prx. Ben qu un tel objectf sot porteur de crédblté monétare, l crée des contrantes fortes dans une économe en développement. La composton du Consel de la Banque a été revue pour en exclure les représentants de l'admnstraton, à l'excepton du Drecteur du Trésor et des Fnances Extéreures qu ne prend toutefos pas part au vote des décsons relatves à la poltque monétare. Les possbltés de fnancement du Trésor ont été rédutes à une faclté encadrée dans son montant et dans le temps. L'autonome de la Banque Centrale a été consoldée par l'oblgaton de son retrat du captal et des nstances de geston des organsmes soums à son contrôle. L nflaton telle qu elle est mesurée apparaît relatvement fable et maîtrsée en dépt des tensons des dernères années sur le prx du pétrole mas auss d une forte augmentaton de la demande ntéreure en Néanmons, les prx à la consommaton ont augmenté de plus de 3% de 2005 à 2006 alors que le nveau d nflaton s état stablsé autour de 1,5% les tros années précédentes (graphque 6). Graphque 6 : Évoluton de l ndce des prx à la consommaton ( , en %) 15

16 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0, Source : Auteurs d après les données du FMI (2007) La Banque Al-Maghrb puble, à l nstar d autres banques centrales, un ndce d nflaton sous-jacente, pour mesurer la tendance fondamentale des prx : la hausse mesurée pour 2005 est de 1,6%, un chffre plus élevé qu en 2004 (1,3%) mas reste en deçà de la lmte de 2% retenue comme référence pour la hausse des prx à moyen terme. D après la banque centrale, la poltque monétare prudente mse en œuvre explque en parte la détente des prx. Les nterventons de la Casse de compensaton ont en effet réuss à atténuer les effets de la flambée du cours du pétrole sur le nveau général des prx. Une analyse sur plus longue pérode montre que c est pour les bens almentares que l ndce du coût de la ve a le plus augmenté. En normalsant cet ndce à 100 en 1989, l est en 2007 de 181,8 pour l almentaton et de 174,3 pour les produts non almentares (HCP, 2007). L observaton de l évoluton de l ndce des prx à la consommaton depus 1960 confrme une volonté de stablté des prx depus le mleu des années (cf. graphque 7). Graphque 7 :Taux d'nflaton sur longue pérode Indce des prx à la consom m aton (% annuel) tsd source : WDI 16

17 Secton 2 : L épargne La mesure de l épargne dépend des conventons adoptées en ce qu concerne le revenu dsponble et la consommaton. Tradtonnellement, l épargne des ménages est défne comme un solde brut correspondant à la dfférence entre le revenu dsponble brut et la dépense de consommaton. Cette conventon de mesure suscte cependant des dscussons. Celles-c se rapportent aux dfférents facteurs qu peuvent modfer de manère sgnfcatve la mesure de l épargne dans une économe : - les transferts socaux en nature (ou consommatons ndvdualsables à la charge des admnstratons publques) : leur prse en compte modfe sensblement le champ de la consommaton des ménages, et partant celu de l épargne. - la consommaton de captal fxe (CCF) : étant donné que l épargne peut servr à compenser en parte ou en totalté la perte de valeur du captal, l est ntéressant de calculer un taux d épargne net. Dans le cas des ménages, la CCF mesure la perte de valeur des équpements productfs des entrepreneurs ndvduels et l obsolescence du patrmone en logement des ménages. La noton est cependant délcate en ce qu concerne les logements. En outre, elle est dffcle à produre et vare sensblement d un pays à l autre. - la structure fscale (pods relatf des mpôts ndrects) : le revenu dsponble brut (RDB) s entend après déducton des mpôts perçus drectement par les APU. En revanche, les mpôts ndrects sur les produts (TVA, TIPP, ) sont prélevés ndrectement par le bas de la consommaton ou de l nvestssement (en France par exemple, l nvestssement en logement est soums à la TVA). La mesure du revenu est plus élevée dans les pays où les mpôts ndrects représentent une part mportante des prélèvements oblgatores. Mas ces mpôts se répercutant sur les prx de détal toutes taxes, ce surcroît de revenu nomnal ne confère évdemment pas plus de pouvor d achat aux ménages. Dans une perspectve de comparasons nternatonales, certans auteurs préconsent d évaluer l épargne après avor dédut les mpôts ndrects du RDB au même ttre que les mpôts drects. - les plus-values fnancères (peu pertnent s le développement fnancer est fable) : contrarement aux ntérêts et aux dvdendes, les plus-values ne sont pas ntégrées dans le revenu des ménages. En revanche, les mpôts sur les plus-values réalsées sont nclus dans les mpôts drects et sont donc déduts du RDB. La prse en compte des plus-values rehausserat l évaluaton de l épargne. - les bens durables : la frontère entre consommaton et épargne peut être déplacée s l on donne aux achats de bens durables un caractère d nvestssement. On peut se demander s de tels bens ne devraent pas être comptablsés en consommaton de captal fxe plutôt qu en dépense de consommaton. Le taux d épargne s en trouverat accru. Épargne nvestssement Les comptes natonaux permettent de détermner la capacté ou le beson de fnancement d une économe pour chaque année. Le tableau 8 confronte l épargne natonale brute et l nvestssement brut (FBCF) de l économe marocane de 2000 à Tableau 8 : Epargne et nvestssement de 2000 à 2006 (à prx courants, en mllons de drhams)

18 Epargne natonale brute FBCF Source : Comptes de la Naton de base 1998, Royaume du Maroc, Haut Commssarat au Plan, L année 2001 est marquée par une forte progresson du taux d épargne natonale (cf. graphque 8). C est d alleurs à partr de cette pérode que le Maroc dégage une capacté de fnancement de son économe (cf. graphque 9). 18

19 Graphque 8 : Taux d nvestssement et taux d épargne en % du PIB courant, Taux d'nvestssement Taux d'épargne Source : Comptes de la Naton de base 1998, Royaume du Maroc, Haut Commssarat au Plan, Graphque 9 : Capacté de fnancement (+/-) (en mllons de drhams) Source : Auteurs d après les données de la Banque Al-Maghrb, Rapports annuels (2001 à 2006) Cette capacté de fnancement reflète toutefos l atone du taux d nvestssement, qu se stue à un nveau quas nchangé depus quelques années : de 25% contre 23% en moyenne au cours de la décenne Comparé à ceux des pays vosns du Sud de la Médterranée, ce taux d nvestssement se stue à un nveau ntermédare, supéreur à celu de l Egypte (18% en moyenne au cours de la décenne 90) mas nféreur à celu de la Tunse (28%) et de l Algére (30%). Ce taux d nvestssement a cependant une répercusson assez fable en termes de crossance du PIB. Cela tradut un problème, commun à l ensemble des pays à revenus ntermédares, d allocaton des ressources au sen de l économe, en grande parte lé à un développement nsuffsant de l ntermédaton fnancère et du système fnancer dans son ensemble. Le Maroc a donc un surplus d épargne que le crcut tradtonnel d ntermédaton ne parvent pas à achemner effcacement jusqu aux forces productves du pays. Les PME qu composent pourtant un large pan du tssu productf du pays rencontrent notamment d mportantes dffcultés de fnancement. Comme le note Sgard (2006), «le problème est qu au leu d apporter leurs ressources aux entreprses moyennes, les banques achètent des ttres publcs, fnancent les grandes entreprses et stockent leur lqudté résduelle à la Banque centrale. S elles le pouvaent, elles nvestraent en Bons du trésor amércans». Or s les banques estment nsuffsantes les garantes qu elles peuvent obtenr auprès du 19

20 secteur des PME, on comprend asément que l émsson d actons, même sur un compartment adapté du marché bourser, ne pusse guère rencontrer plus de succès. Épargne par catégore d agents Au sen de l économe domestque, pluseurs catégores d agents partcpent à la consttuton de l épargne natonale brute dont les socétés fnancères (qu partcpent à la collecte de l épargne), les socétés non fnancères, les ménages et les admnstratons publques. Les comptes natonaux permettent également de détermner l apport fnancer de l extéreur. Le tableau 9 rensegne sur les montants épargnés pour chaque nsttuton de 1998 à 2003 qu est à ce jour la dernère année dsponble dans les données des comptes natonaux sectorels. Les deux secteurs nsttutonnels qu partcpent le plus à l effort d épargne natonale sont les socétés non fnancères et les ménages. Le rôle des admnstratons publques et des socétés fnancères s est rédut depus

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 4/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux mutatons

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg ACCORD GENERAL DE COOPERATON entre e Gouvernement du Grand-Duche de, Luxembourg et e Gouvernement de la Republque Democratque Populare Lao 2 Le Gouvernement du Grand-Duche de Luxembourg et e Gouvernement

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

Description et sources des séries longues

Description et sources des séries longues Descrpton et sources des séres longues Les séres sont des moennes annuelles, en base 999= sauf menton contrare. On fat abstracton de la fscalté, sauf menton contrare. La reproducton de ces séres est lbre,

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

Méthodologie Version 3, septembre 2007

Méthodologie Version 3, septembre 2007 Méthodologe Verson 3, septembre 2007 Le bulletn Tendances Carbone présente chaque mos sx groupes d ndcateurs : - Synthèse du mos 2 Météo 3 - Actvté économque Energe 5 - Envronnement nsttutonnel 6 - Tableau

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

April 13, 2004 January 29, 2001 January 29, 2001 February 24, 2004 January 29, 2001 Maroc : Questions générales

April 13, 2004 January 29, 2001 January 29, 2001 February 24, 2004 January 29, 2001 Maroc : Questions générales Fonds monétare nternatonal 2004 Jun 2004 Rapport du FMI n 04/64 Aprl 3, 2004 January 29, 200 January 29, 200 February 24, 2004 January 29, 200 Maroc : Questons générales Le document nttulé Maroc : Questons

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance DIAL - Développement et nserton nternatonale DOCUMENT DE TRAVAIL DT/2000/08 L'mpact des nfrastructures publques sur la compéttvté et la crossance Une analyse en EGC applquée au Sénégal Jean-Chrstophe DUMONT

Plus en détail

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E RISQUE cavté souterrane cavté souterrane ntercalare cavte souterrane recto verso:mse en page 1 10/07/13 11:21 Page 2 RISQUE cavté souterrane Le rsque cavté souterrane fat parte des rsques de mouvement

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Un on descomor es Ju n 2011 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains :

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains : Comparason des nveaux des prx et de la consommaton dans les pays afrcans : Premers résultats du Programme de comparason nternatonale pour l Afrque RAPPORT PRINCIPAL Mars 2007 Dvson du développement des

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale Moblté à Téhéran Sous tros angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentssage Comme une opportunté commercale INRETS/GRETIA MDP 1 GRETIA (Géne des Réseaux de Transport et Informatque

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz EMPRUNTEUR M. Mme (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements L INTÉRÊT D UN STAGE EN ENTREPRISE À L ÉTRANGER Les stages en entreprse sont une pratque hstorque des établssements de formaton des Chambres de Commerce et d Industre. Généralement ntégrés dans les cursus

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS

LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS Fche 1.1 LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS a) Comment peut-on ader Davd? Davd a qutté le gymnase/lycée en 2 e année. Il a trouvé un pett boulot à 50 % peu payé. Il est nourr et logé par ses parents mas l

Plus en détail

7. Marché monétaire Partie 1

7. Marché monétaire Partie 1 7.1. Pourquo la monnae? 7.1.1. éfnton de l argent ou de la monnae 7. Marché monétare Parte 1! Mankw, chaptre 27 et chaptre 28 (sauf du bas de la page 76 au bas de la page 764) Réalsaton : Natacha Glson

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Aide au développement et accès à l'eau et à l'assainissement en Afrique subsaharienne Vue d ensemble

Aide au développement et accès à l'eau et à l'assainissement en Afrique subsaharienne Vue d ensemble Ade au développement et accès à l'eau et à l'assanssement en Afrque subsaharenne Vue d ensemble Banque afrcane de développement Ade au développement et accès à l'eau et à l'assanssement en Afrque subsaharenne

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

La mesure des avantages comparatifs révélés

La mesure des avantages comparatifs révélés La mesure des avantages comparatfs révélés Introducton L'observaton drecte des avantages comparatfs est mpossble, pusque ceux-c sont ms en évdence dans une stuaton purement théorque (absence d'échange

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Bur k nafaso 2008 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros Page 1/9 14/02/13 19:47 LES SALARES DU WEBMARKET EN 2012 Des salares médans de 46 500 à 92 100 euros En 2012, les salares dans le dgtal ont grmpé de 5,5%. Selon une enquête réalsée par le réseau d'agences

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Intermediate Exchange Rate Regimes in Emerging Economies: The Case of Morocco

Intermediate Exchange Rate Regimes in Emerging Economies: The Case of Morocco MPRA Munch Personal RePEc Archve Intermedate Exchange Rate Regmes n Emergng Economes: The Case of Morocco Jamal Bouoyour and Claude Emonnot and Serge Rey CATT Unversty of Pau January 2005 Onlne at http://mpra.ub.un-muenchen.de/30215/

Plus en détail

SORTIR DU CHOMAGE EN ILE-DE-FRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE

SORTIR DU CHOMAGE EN ILE-DE-FRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE SORTIR DU CHOMAGE EN ILEDEFRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE Emmanuel Duguet Yannck L Horty, Florent Sar ** RESUME L objet de cette étude est d explquer les

Plus en détail

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA Décembre 2011 Volume 6, No.2 (pp. 115-131) Zouher Abda Revue Congolase d Econome Intégraton fnancère et crossance économque : évdence emprque dans la régon MENA Zouher ABIDA * Résumé: L objectf de cet

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

Rabat, le 15 juin 2009

Rabat, le 15 juin 2009 Rabat, le 15 jun 2009 Note de présentaton de la crculare du CDVM n 06-09 relatve à la commsson que les Organsmes de Placement Collectf en Valeurs Moblères (OPCVM) sont tenus de verser au CDVM Cette crculare

Plus en détail

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce La contagon du rsque va les mpayés sur effets de commerce Mrelle BARDOS Drecton des entreprses Observatore des entreprses Djamel STILI Contrat CIFRE à l Observatore des entreprses Parm les nombreux canaux

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 2

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 2 Jullet 2013 Consultaton publque sur les règles employées pour l applcaton des méthodes mentonnées aux artcles R. 20-33 à R.20-39 du code des postes et des communcatons électronques (CPCE) pour l évaluaton

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE RAPPORT DE RECHERCHE N 2014-03 Le non-recours au RSA «socle seul» : l hypothèse du patrmone SYLVAIN CHAREYRON www.tepp.eu TEPP - Traval, Emplo et Poltques Publques - FR CNRS 3435 Le non-recours au RSA

Plus en détail

Global Development Network

Global Development Network Global Development Network Varetes of Governance: Effectve Publc Servce Delvery Gouvernance du servce publc de l eau et performance en matère d approvsonnement en eau potable au Burkna Faso Samuel Tamb

Plus en détail

Rapport scientifique. Gouvernance et acteurs de développement local dans la région de Meknès-Tafilalet Le cas de l INDH dans la province d El Hajeb

Rapport scientifique. Gouvernance et acteurs de développement local dans la région de Meknès-Tafilalet Le cas de l INDH dans la province d El Hajeb nversté Moulay Ismal Meknès Observatore Natonal Ecole Natonale d Arculture du Développement Human Meknès Rapport scentfque Gouvernance et acteurs de développement local dans la réon de Meknès-Taflalet

Plus en détail

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS GUICHET D ÉCHANGES DE FICHIERS SUR INTERNET GFIN TABLE DES MATIÈRES 1 1. PRINCIPES GÉNÉRAUX... 3 1.1 GÉNÉRALITÉS... 3 1.2 ÉLÉMENTS TECHNIQUES... 3 1.3 SPÉCIFICITÉS

Plus en détail

Co-mouvements économiques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factoriel dynamique généralisé. cres@ucad.sn

Co-mouvements économiques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factoriel dynamique généralisé. cres@ucad.sn Co-mouvements économques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factorel dynamque généralsé Abdoulaye DIAGNE cres@ucad.sn Abdou-azz NIANG aaznang@yahoo.fr Résumé L objectf de cet artcle

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Document de traval ETUDES METHODES SYNTHESES D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Ste nternet : http://www.ecologe.gouv.fr

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles fnalté électromécanque Concepton et producton M3050 Cycle 1 Bloc 3 Quadrmestre

Plus en détail