6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL"

Transcription

1 6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre 2014 Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL

2 Etat des lieux

3 HAD en Haute Normandie (1)

4 HAD en Haute Normandie (2) Développement de l HAD relativement récent: 1 ère structure créée en 1997 Les 9 autres structures suivront à partir de 2005 Couverture régionale quasi complète Principe de non concurrence entre les HAD

5 HAD en Basse Normandie (1) Cartographie de l offre existante en médecine au 30 juin 2012

6 HAD en Basse Normandie (2) HAD implanté dans la région depuis SROS (2012) Territoire de santé Une couverture encore incomplète mais une bonne répartition sur la région Souhait de l ARS, d une couverture des zones blanches par les titulaires actuels Bas Normand ou par des titulaires d autorisation de régions limitrophes HAD Calvados 7 Manche 3 Orne 4 Région 14

7 En Haute Normandie : Activité des HAD source SROS Les soins palliatifs = mode de PEC principal le plus fréquent en journées d hospitalisation (26,1%) avec pansements complexes Les PEC de chimiothérapie= 0,4% (vs 2,6% au national) Au CHB, en 2013, 30 patients pris en charge en HAD : 17 oncologie/12 hématologie/1 chirurgie ORL, dont 2/3 en soins palliatifs En Basse Normandie : La majorité des HAD ont une activité en soins palliatifs importante (25 à 30%), Les PEC de chimiothérapie ne représentent que 0,3% de l activité. Au CFB du 1 janvier au 30 septembre 2014, 80 patients pris en charge en HAD : 20 UCP URO/Gynéco, 5 UCP Sein, 14 UCP VADS/Thorax, 13 UCP Digestif, 24 Soins palliatifs, 4 UCP Hémato.

8 Les orientations du SROS En Haute Normandie: Le développement des soins palliatifs doit être poursuivi La mise en œuvre de chimiothérapies doit être développée à condition que soient prises en compte les contraintes de sécurité et les évolutions thérapeutiques indicateur régional de suivi En Basse Normandie: Développer la chimiothérapie de proximité par des conventions (Etablissement autorisé en cancérologie et HAD)

9 L HAD dans la filière cancérologie (1) Les modes de PEC en HAD (source ATIH) : Les soins palliatifs La chimiothérapie et la surveillance post chimio La surveillance d aplasie La radiothérapie et la surveillance de radiothérapie En pratique dans nos établissements de santé: L HAD est plus vue comme mettant en œuvre des soins d accompagnement de fin de vie, que des soins actifs comme la chimiothérapie.

10 L HAD dans la filière cancérologie (2) Un constat : une véritable culture de l HAD dans nos établissements a du mal à émerger 3 CLCC ont développé l HAD sur un mode internalisé (Lyon, Dijon, Marseille) bon fonctionnement, grâce à une coordination interne, une standardisation des modes de PEC et de l organisation des soins

11 Que dit le plan cancer ? Fluidifier et adapter les parcours de santé Action 7.5 : Structurer sous la responsabilité des ARS une organisation pour : Mobiliser les acteurs sanitaires, sociaux et médico sociaux impliqués pour assurer une prise en charge globale et coordonnée. Proposer une offre graduée à la diversité des prises en charge (réseaux de santé territoriaux, hospitalisation à domicile, prestataires de santé à domicile, professionnels de santé). Cadrer les conditions de leur articulation pour la délivrance de prestations de qualité, de façon équitable pour l ensemble des patients sur l ensemble du territoire et s assurer de la lisibilité de cette organisation. Accompagner un plan de montée en charge de l hospitalisation à domicile (HAD) dans le champ du cancer pour la période

12 Du côté des prescripteurs hospitaliers d HAD

13 Les limites L inquiétude des proches et leur disponibilité on ne peut dire «c est comme à l hôpital» «Ons auto censure» : patients trop lourds ou trop légers La permanence des soins pour des patients instables susceptibles de décompenser (si détresse respiratoire, hémorragies ) La disponibilité et l implication des médecins traitants

14 Les attentes (1) Mieux se connaitre et apprendre à travailler ensemble une démarche d information et de promotion régionale vis à vis des prescripteurs est nécessaire Renforcer le lien entre médecin coordinateur et médecin référent (contacts directs, envoi des comptes rendus de réévaluation ) Mettre en place une coordination pour les sorties complexes

15 Les attentes (2) Une évaluation dans le service dans un délai rapide = réactivité Evoluer vers une autonomie de prescription au sein de l HAD (relai médecin coordinateur si nécessaire)

16 Les indications de l HAD en cancérologie à développer Pansements complexes et soins spécifiques (escarres, ulcères, stomies compliquées nécessitant des passages pluriquotidiens ou supérieurs à 30mn) Traitement intraveineux (antibiothérapie nécessitant plusieurs passages infirmiers par jour, ) Prise en charge douleur (évaluation médico soignante de la douleur et des traitements) Education (chimio orale, stomie, surcharge pondérale ) Nutrition entérale et parentérale Soins palliatifs Chimiothérapie et surveillance post chimiothérapie.

17 La chimiothérapie en HAD

18 Quelle PEC des cancers en 2020? Etude UNICANCER «EVOLPEC» 1 des 6 tendances : les évolutions concernant la chimiothérapie permettront de + en + au patient d être soigné chez lui grâce au développement des traitements oraux et de l HAD 14% des PEC dans le cancer du sein pourront se faire à domicile en 2020 (vs 3% actuellement) Augmentation du nombre de lignes de chimiothérapie Augmentation de la chimiothérapie orale Pour certains patients (notamment maladies métastatiques), combinaison voie IV et voie orale Allongement des durées de traitement et croissance des volumes de patients cf. accroissement de la démographie et de l incidence de la maladie Parole d expert :Pr Marc YCHOU

19 Les conditions de mise en place (1) Aspects conventionnels entre centre autorisé et structure HAD Les critères d éligibilité des patients Les molécules éligibles L information et le consentement du patient Préparation en URCC Le colisage par la PUI hospitalière La transport jusqu au domicile Le respect de la température, contrôle et traçabilité

20 Les conditions de mise en place (2) Le OK chimio: qui? Comment? Lien oncologue/médecin traitant/médecin Co L administration, la traçabilité dans logiciel interfacé, partage d éléments du dossier patient La surveillance clinique du patient La formation des personnels infirmiers Une coordination optimisée sur l ensemble du processus La gestion des DASRI

21 Qualité, sécurité et gestion des risques niveau maximum exigé Rigueur : respect des consignes et des organisations par l ensemble des acteurs de la PEC, coordination rigoureuse des interventions des professionnels Traçabilité à toutes les étapes Déclaration et analyse des évènements indésirables Matériovigilance, pharmacovigilance, identitovigilance Sécurité des soins et qualité de la PEC Certification HAS Confiance des établissements de santé pour la réalisation des chimiothérapies anticancéreuses en HAD

22 Des exemples de partenariat L institut Bergonié et HAD Bagatelle à Bordeaux Cancer du sein Le CH de Lens et Santé services de la région de Lens Hémopathies malignes Le GHI Le Raincy Montfermeil et HAD Croix st Simon Hémopathies malignes Pour tous : un temps préparatoire au projet d environ 2 ans, de nombreuses réunions pour définir l organisation à mettre en place

23 Les pistes pour la chimiothérapie à domicile Un levier possible : le développement de la voie S/C pour certaines molécules attention à la banalisation Avancer ensemble dans cette réflexion : Etablissements traitant le cancer et HAD se poser les bonnes questions mettre un modèle en place HAS : pertinence du développement de la chimiothérapie en HAD / analyse économique et organisationnelle diffusion des résultats janvier 2015?

24 Merci de votre attention

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

OPTIMISER LE PARCOURS DE SOINS DE L USAGER A DOMICILE

OPTIMISER LE PARCOURS DE SOINS DE L USAGER A DOMICILE TACTIQUE ANTIPOLIS uillet 2016 OPTIMISER LE PARCOURS DE SOINS DE L USAGER A DOMICILE Une cooordination conjointe 2 La coordination des soins se définit comme une action conjointe des professionnels de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE stratégies thérapeutiques et modalités pratiques 24/11/2015 Le Guen, cadre de santé, Service de maladies infectieuses, CHRU de Brest 1 Plan Quelles options

Plus en détail

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014.

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Basse-Normandie Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Situation en Basse Normandie dans le cadre de la circulaire n DGOS/R4/2013/398 du 4 décembre 2013 relative au positionnement

Plus en détail

Évolutions dans l organisation des Soins Palliatifs

Évolutions dans l organisation des Soins Palliatifs Évolutions dans l organisation des Soins Palliatifs Socle juridique de l organisation des SP Textes de référence : Circulaire «Laroque» de 1986 Donne une assise juridique à l organisation des SP en France

Plus en détail

L Unité de Recherche Clinique du Centre François Baclesse

L Unité de Recherche Clinique du Centre François Baclesse L Unité de Recherche Clinique du Centre François Baclesse Le Centre François Baclesse Centre Régional de Lutte contre le Cancer Prise en charge de tous les types de cancers; sein, gynécologie, urologie,

Plus en détail

L hospitalisation à domicile

L hospitalisation à domicile DOSSIER DE PRESSE L hospitalisation à domicile Avril 2016 Qu est-ce que l hospitalisation à domicile (HAD)? DÉFINITION Selon le décret du 2 octobre 1992, «Les structures d'hospitalisation à domicile permettent

Plus en détail

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine 20 novembre 2015 Journée Nationale de la SFAP sur les Réseaux L avenir des soins palliatifs à domicile, quelle offre de

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE Comment améliorer les tensions dans les structures d urgence Dr Bénédicte Le Bihan- Dr Michel Thicoipe Le réseau territorial des urgences de Gironde : un axe

Plus en détail

Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale.

Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale. MISE EN OEUVRE DE LA NUTRITION Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale. Régionales de cancérologie, 24 juin 2011 Nutrition? Perfusion

Plus en détail

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Marie-Elodie Chicher Coordinatrice 3C GH Pitié Salpêtrière Charles Foix (Paris) 16 février 2016 Séminaire ANFH EHESP Infirmière

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS : DÉMARCHE ET OUTILS

AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS : DÉMARCHE ET OUTILS AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS : DÉMARCHE ET OUTILS Hôpital de demain : quelles perspectives Venise, 3 décembre 2010 www.anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des

Plus en détail

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR???

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? Dr Amblard-Manhès «Centre médical LES SAPINS» CEYRAT Soins de suite et de réadaptation, orientation cancérologie, POURQUOI FAIRE? Améliorer la qualité de

Plus en détail

Médico-social et GHT

Médico-social et GHT Pôle Autonomie Médico-social et GHT ANNIE LELIEVRE RESPONSABLE DU PÔLE AUTONOMIE Rencontre régionale des décideurs du médico-social en région Centre-Val de Loire 16 juin 2016 Groupements Hospitaliers de

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

de Santé du Bessin ville / hôpital

de Santé du Bessin ville / hôpital Réseau de Santé du Bessin Réseau de Santé du Bessin et coopération ville / hôpital Dr Thierry Gandon Cafés Réseaux URML I.d.F 20.05.2008 France Normandie Caen Bayeux - 14 Bayeux Caen Le Bessin 100.000

Plus en détail

L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Chantal FIECHTER - I.D.E. libérale

L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Chantal FIECHTER - I.D.E. libérale L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Sommaire Rappel de ce qu est et ce que fait l infirmière libérale Rappel du rôle de l infirmière libérale Présentation de la DSI Comment et pourquoi les

Plus en détail

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Activité de soins de traitement du cancer Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Préambule : L activité de soins «Traitement du cancer» par chimiothérapie est soumise à autorisation,

Plus en détail

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie?

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? EHPAD/USLD Table ronde 2ème journée d oncogériatrie du Centre Orléans La Source le 1 er décembre 2016 Dr Karine Barilleau

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Le Congrès du Domicile Vendredi 10 avril 2015

Le Congrès du Domicile Vendredi 10 avril 2015 1 Coopérations SSIAD-HAD : une étude FNEHAD/UNA/ADMR Le Congrès du Domicile Vendredi 10 avril 2015 2 1. Historique des travaux communs ADMR/FNEHAD/UNA 2. Objectifs et méthodologie de l étude 3. Présentation

Plus en détail

1 re structure HAD de province. Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968

1 re structure HAD de province. Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation À Domicile

Plus en détail

L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur

L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur 6 ème Journée des actualités de la douleur L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur «Je déclare ne pas avoir de conflit direct

Plus en détail

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010 2009 2013 Mesure 19 SOINS ET vie des malades Le traitement du cancer mars 2010 dans les établissements de santé en France en 2010 868 établissements de santé sont désormais autorisés à traiter les malades

Plus en détail

Evaluation externe de. l USLD de la Fondation Roguet SYNTHESE

Evaluation externe de. l USLD de la Fondation Roguet SYNTHESE Evaluation externe de l USLD de la Fondation Roguet 2012 SYNTHESE I. Introduction L évaluation externe a été introduite par la loi n 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale.

Plus en détail

Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer

Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer Siham ABDELLAOUI, Pr A.BENIDER, Fatima HOUMMANI. CHU Ibn Rochd de Casablanca 1 Plan de présentation

Plus en détail

Projet régional de santé Orientations stratégiques et schémas. Colloque prise en charge de la douleur 19 Mai 2011

Projet régional de santé Orientations stratégiques et schémas. Colloque prise en charge de la douleur 19 Mai 2011 Projet régional de santé Orientations stratégiques et schémas Colloque prise en charge de la douleur 19 Mai 2011 Le projet régional de santé Plan stratégique régional de santé Schéma de prévention et promotion

Plus en détail

13.2 millions estimés en 2020 dont déments

13.2 millions estimés en 2020 dont déments Le grand âge: notre avenir IAS et EHPAD JC SEGUIER Responsable de l Unité Hygiène et Prévention du Risque Infectieux Centre Hospitalier Poissy St Germain en Laye 13.2 millions estimés en 2020 dont 1300

Plus en détail

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET 15h45 Les Infirmières Coordinatrices: en hématologie en et oncologie au CHP Cécile BEDU

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.1. Principes cer9fica9ons

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.1. Principes cer9fica9ons Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations Certification HAS Certification ISO 9001 Certification

Plus en détail

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers.

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Plan. Introduction. Définition succinte. Diagnostic. 1- Diagnostic médical d annonce; 2- Entretien infirmier. Pose d une voie centrale.

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile Réunion ASIP

PRADO, le programme de retour à domicile Réunion ASIP , le programme de retour à domicile 10 avril 2014 Sommaire 1 2 Présentation Expérimentation DMP dans le cadre du 2 Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter

Plus en détail

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B Le patient traceur Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé Août 2014 ACC01_F205_B 1 La méthode du patient traceur Définition Méthode d évaluation et d amélioration

Plus en détail

USP, EMSP ET RÉSEAU SP

USP, EMSP ET RÉSEAU SP Parcours de soins du patient en soins palliatifs: De la pluridisciplinarité à l interdisciplinarité Expérience d une fusion USP, EMSP ET RÉSEAU SP Cannes,Grasse,Antibes et Alpes maritimes Ouest Dr I.CASINI

Plus en détail

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Réunion des infirmiers(e) hygiéniste CCLIN Paris Nord 1 Certification V 2014 : Procédure d évaluation externe

Plus en détail

VIIème Journée rouennaise addictions. Schéma régional d addictologie Haute Normandie

VIIème Journée rouennaise addictions. Schéma régional d addictologie Haute Normandie VIIème Journée rouennaise addictions Schéma régional d addictologie Haute Normandie 2009 2013 1 Eléments de contexte Contexte réglementaire Dispositifs médico sociaux loi janvier 2002 rénovant l action

Plus en détail

Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer

Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer CJP / Dr DURANDO, Dr BAHADOOR,

Plus en détail

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT NOTION D EQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE L équipe: ensemble de personnes travaillant en vue d un objectif commun, ici il s agit de la meilleure prise en charge possible du

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens

Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens Colloque biologie médicale - ARS Pays de la Loire Pays de la Loire Le 9 septembre 2011 D. JACQ PhISP DQE

Plus en détail

Géronto psychiatrie et EHPAD Besoins, Constats et Orientations

Géronto psychiatrie et EHPAD Besoins, Constats et Orientations Besoins, Constats et Orientations Réunion EHPAD 15 Février 2011 - CH de Perpignan Dr Farhad ENTEZAM ARS LR, DT PO Plan Besoins et Contexte Travaux menés depuis fin 2008 Constats Quelques Orientations et

Plus en détail

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Les Rencontres Inter-Régionales de l'asip Santé Jeudi 10 février 2011 Introduction L existence du SI

Plus en détail

INDICATEURS DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS MEDECINE CHIRURGIE OBSTETRIQUE (MCO)

INDICATEURS DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS MEDECINE CHIRURGIE OBSTETRIQUE (MCO) INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS (IPAQSS) ANNEE DE REFERENCE 2013 Thèmes Tenue du dossier patient : Cet indicateur évalue la qualité du dossier du Tenue du dossier

Plus en détail

QUELS SERONT LES GAGNANTS DANS LE NOUVEAU MODELE DE SANTE? Centrale Santé/ Essec Santé P. ASSYAG

QUELS SERONT LES GAGNANTS DANS LE NOUVEAU MODELE DE SANTE? Centrale Santé/ Essec Santé P. ASSYAG QUELS SERONT LES GAGNANTS DANS LE NOUVEAU MODELE DE SANTE? Centrale Santé/ Essec Santé 11.04.2016 P. ASSYAG PLAN Etat des lieux Les jeunes médecins et l installation Les innovations / les nouvelles technologies

Plus en détail

Réunion des EHPAD. 30 septembre 2014

Réunion des EHPAD. 30 septembre 2014 Réunion des EHPAD 30 septembre 2014 Cartographie des EHPAD PAERPA (9-10-19) En attente carte stagiaire géographe 2 Ordre du jour Présentation actions médico sociales et SI à court terme Présentation projet

Plus en détail

Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité

Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité Le vieillissement de la population et la forte augmentation de l incidence de la plupart des cancers au-delà de 65 ans font de la prise en

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES TRONC COMMUN POUR L EMPLOI DE LA CLASSIFICATION NATIONALE AIDE-SOIGNANT(E)

REFERENTIEL DE COMPETENCES TRONC COMMUN POUR L EMPLOI DE LA CLASSIFICATION NATIONALE AIDE-SOIGNANT(E) REFERENTIEL DE COMPETENCES TRONC COMMUN POUR L EMPLOI DE LA CLASSIFICATION NATIONALE AIDE-SOIGNANT(E) N.B. : Ce référentiel de compétences tronc commun a été élaboré par un groupe de travail fédéral à

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Troyes, le 10 septembre 2015 NAISSANCE DES HÔPITAUX CHAMPAGNE SUD

DOSSIER DE PRESSE. Troyes, le 10 septembre 2015 NAISSANCE DES HÔPITAUX CHAMPAGNE SUD DOSSIER DE PRESSE Troyes, le 10 septembre 2015 NAISSANCE DES HÔPITAUX CHAMPAGNE SUD MIEUX SE COORDONNER POUR AMÉLIORER LE PARCOURS DE SOIN DU PATIENT QU EST-CE QUE LES HÔPITAUX CHAMPAGNE SUD (HCS)? Les

Plus en détail

OÙ EN EST-ON DE L ANNONCE MÉDICALE?

OÙ EN EST-ON DE L ANNONCE MÉDICALE? Dispositif d annonce en cancérologie Favoriser la communication entre les professionnels et avec le patient Formation du 4 décembre 2014 OÙ EN EST-ON DE L ANNONCE MÉDICALE? Regard d un hématologue en hôpital

Plus en détail

Analyse d un Évènement Indésirable Analyse du film Mr Lucien

Analyse d un Évènement Indésirable Analyse du film Mr Lucien Analyse d un Évènement Indésirable Analyse du film Mr Lucien 2012 Intérêt de l analyse des causes Objectifs Comprendre ce qui s est passé Identifier les dysfonctionnements survenus lors de la prise en

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE SSIAD (service de soins infirmiers à domicile) adresse : code postal et ville : Présidé par Représenté par Ci-après dénommé «SSIAD» d une part, ET L Hospitalisation à

Plus en détail

Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile

Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile Résultats d une enquête qualitative par focus-groups dans trois régions françaises Martine NECTOUX, chargée de mission OBSERVATOIRE

Plus en détail

Les urgences pédiatriques en CHU Pascal Pillet

Les urgences pédiatriques en CHU Pascal Pillet Les urgences pédiatriques en CHU Pascal Pillet Les urgences pédiatriques en CHU Urgences médicales et chirurgicales de l enfant et de l adolescent Organisent la prise en charge en pédiatrie, en chirurgie

Plus en détail

Conciliation médicamenteuse : en pratique

Conciliation médicamenteuse : en pratique Conciliation médicamenteuse : en pratique Karine Mangerel Pharmacien CH Auban- Moët Epernay et CH Remy Petit Lemercier Montmirail karine.mangerel@ch-epernay.fr 28-11-2012 Quoi? Conciliation des traitements

Plus en détail

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT TRACEUR Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie Pauline Bailleul, Responsable Département Management de la Qualité et de la Gestion des Risques 12 juin

Plus en détail

Dossier Régional Mutualisé Transfusion Sanguine. Aimery DELEFLIE Co-président FHP-OI

Dossier Régional Mutualisé Transfusion Sanguine. Aimery DELEFLIE Co-président FHP-OI Dossier Régional Mutualisé Transfusion Sanguine Aimery DELEFLIE Co-président FHP-OI Objectifs du Projet Le Dossier Transfusionnel Régional a pour objectif de fiabiliser et sécuriser les données transfusionnelles

Plus en détail

L Accréditation : qui fait quoi? Installation et fonctionnement d une Cellule Qualité

L Accréditation : qui fait quoi? Installation et fonctionnement d une Cellule Qualité 38e Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Montpellier - 29 septembre 2009 L Accréditation : qui fait quoi? Installation et fonctionnement d une Cellule Qualité A. Daunizeau Lens Lens et son hôpital

Plus en détail

Les orientations stratégiques

Les orientations stratégiques 2012-2017 Les orientations stratégiques Clinique Saint-Dominique 99, rue de Messei - 61100 FLERS Tel : 02.33.98.24.24 Fax : 02.33.66.09.69 www.cliniquestdominique.com Pôle de Santé du Pays de Flers 99,

Plus en détail

Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie. Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES

Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie. Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES COPACAMU 2016 Patient traceur Pr Stéphanie GENTILE SSPIM Mme Anne-Claire DURAND SSPIM Dr Michael LEJWI

Plus en détail

PERMANENCES D ACCES AUX SOINS DE SANTE (PASS) QUEL REFERENTIEL? QUELLE EVALUATION?

PERMANENCES D ACCES AUX SOINS DE SANTE (PASS) QUEL REFERENTIEL? QUELLE EVALUATION? PERMANENCES D ACCES AUX SOINS DE SANTE (PASS) QUEL REFERENTIEL? QUELLE EVALUATION? I- ETABLIR UN ETAT DES LIEUX A- DES BESOINS DES POPULATIONS B- DES RESSOURCES ET DES PROGRAMMES TERRITORIAUX SANITAIRES

Plus en détail

USD CGT 63. Organigramme et fonctionnement des instances

USD CGT 63. Organigramme et fonctionnement des instances USD CGT 63 Organigramme et fonctionnement des instances 2016 Lexique ARS : Agence Régionale de Santé CS ARS : Conseil de Surveillance de l ARS CRSA : Conférence Régionale de Santé et de l Autonomie CSOS

Plus en détail

Fiche et Profil de poste de la sage-femme coordinatrice de proximité

Fiche et Profil de poste de la sage-femme coordinatrice de proximité Fiche et Profil de poste de la sage-femme coordinatrice de proximité Identification du poste Contexte et spécificité Mission principale Missions spécifiques Emploi : Sage-femme Poste de travail : coordinatrice

Plus en détail

Référentiel 2013 des prestations spécifiques conventionnées par l Agefiph en Ile-de-France Epilepsie

Référentiel 2013 des prestations spécifiques conventionnées par l Agefiph en Ile-de-France Epilepsie Référentiel 2013 des prestations spécifiques conventionnées par l Agefiph en Ile-de-France Epilepsie 1 Synthèse des prestations Intitulé prestation Objectifs Bénéficiaires Prescripteurs Prestataire P1

Plus en détail

Les missions de coopération infirmière :

Les missions de coopération infirmière : Les missions de coopération infirmière : le myélogramme Michèle Isnardi, Directrice des soins Khadidja Rerbal, Infirmière Principale Institut Paoli-Calmettes, Marseille Arrêté n 2011POSA/07/75 «Réalisation

Plus en détail

16 ACTIONS POUR LE TERRITOIRE DE LA

16 ACTIONS POUR LE TERRITOIRE DE LA DOSSIER DE PRESSE 17 décembre 2015 CONTRAT LOCAL DE SANTÉ ARDENNE RIVES DE MEUSE : 16 ACTIONS POUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES Contacts presse Communauté de Communes Ardenne Rives de Meuse

Plus en détail

Charte de la mobilité dans la fonction publique de l Etat Tout le monde s engage...

Charte de la mobilité dans la fonction publique de l Etat Tout le monde s engage... MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Charte de la mobilité dans la fonction publique de l Etat Tout le monde s engage... > Charte de la mobilité dans la fonction publique de

Plus en détail

Réunion de lancement de la démarche prospective GTEC. Mardi 12 juin 2012

Réunion de lancement de la démarche prospective GTEC. Mardi 12 juin 2012 Réunion de lancement de la démarche prospective GTEC Mardi 12 juin 2012 1 LE CONTEXTE Les enjeux socio-économiques Le partenariat local Des fonctions supplémentaires Service aux Très Petites Entreprises

Plus en détail

LE PROJET D ETABLISSEMENT

LE PROJET D ETABLISSEMENT LE PROJET D ETABLISSEMENT MAISON Saint Cyr Rennes 2015 Pourquoi un projet d établissement? Recommandations de bonnes pratique : Le projet d'établissement définit : les objectifs de l établissement (coordination,

Plus en détail

Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux

Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux CCECQA du 24 juin 2016 Pr Nathalie SALLES, Dr Marie-Neige VIDEAU Domicile EHPAD Dispositifs PAERPA Bordeaux Permanence téléphonique Télémédecine

Plus en détail

THÈME EPP CERTIFICATION V2010

THÈME EPP CERTIFICATION V2010 THÈME EPP CERTIFICATION V2010 CHIRURGIE AMBULATOIRE DES AMYGDALES DE L ENFANT AU CHU D AMIENS V. STRUNSKI, M. FERARY Service ORL et CCF PROGRESSION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE Quatre raisons au changement

Plus en détail

Prise en charge des frais de transport Guide des bons réflexes de prescription. Des dépenses de transport mieux gérées, de budget pour la santé

Prise en charge des frais de transport Guide des bons réflexes de prescription. Des dépenses de transport mieux gérées, de budget pour la santé CC Martin_Addison Région Auvergne Rhône-Alpes Prise en charge des frais de transport Guide des bons réflexes de prescription Des dépenses de transport mieux gérées, de budget pr la santé Contexte L Assurance

Plus en détail

Août Description de la Fonction de Coordinateur des Soins au CH de SAINT-YRIEIX

Août Description de la Fonction de Coordinateur des Soins au CH de SAINT-YRIEIX Août 2016 Description de la Fonction de Coordinateur des Soins au CH de SAINT-YRIEIX PLAN 1. PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT 2. MISSIONS GENERALES 3. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

ARS et territoires. Mots clés : schéma régional, territoire, zones, implantation, conseil territorial de santé

ARS et territoires. Mots clés : schéma régional, territoire, zones, implantation, conseil territorial de santé ARS et territoires DE QUOI S AGIT-IL? Mots clés : schéma régional, territoire, zones, implantation, conseil territorial de santé Notice : la LMSS rompt avec la notion de territoire de santé comme unité

Plus en détail

PARTENARIAT RCA - CCECQA

PARTENARIAT RCA - CCECQA PARTENARIAT RCA - CCECQA Illustration avec le projet régional EVADA Sandrine Domecq, sandrine.domecq@ccecqa.asso.fr Dr Laurence Digue, ldigue@canceraquitaine.org Rencontre annuelle du réseau Onco Poitou-Charentes

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT-TYPE AVEC LES COLLECTIVITES NON AFFILIEES

CONVENTION DE PARTENARIAT-TYPE AVEC LES COLLECTIVITES NON AFFILIEES CONVENTION DE PARTENARIAT-TYPE AVEC LES COLLECTIVITES NON AFFILIEES Le Centre de Gestion de Seine-Maritime, sis 3440 route de Neufchâtel - B.P. 72 76233 BOIS-GUILLAUME-BIHOREL Cedex, représenté par Madame

Plus en détail

Bilan des EPP via les CBU 2009

Bilan des EPP via les CBU 2009 Bilan des EPP via les CBU 2009 ES HAUTE NORMANDIE ANIDER Pertinence des modalités d injection du Venofer cotation A obtenue lors de V2007 Pertinence des prescriptions d EPO cotation A obtenue lors de V2007

Plus en détail

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation à domicile en 2013 Assemblée Générale 2014 Pays d Artois sommaire Définition de l hospitalisation à domicile 2 Les chiffres clés de l

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE CAYENNE

CENTRE HOSPITALIER DE CAYENNE ENTRE HOSPITALIER DE Source : BilanLin Lutte contre les infections nosocomiales Année 2013 Hygiène des mains Indicateur de consommation de produits hydro alcooliques (ISHA.2) et indicateur est un marqueur

Plus en détail

de sang (35h Public concerné : Responsable de la formation : Contact formation continue et alternance (FOCAL) : Prochaine session : Session suivante :

de sang (35h Public concerné : Responsable de la formation : Contact formation continue et alternance (FOCAL) : Prochaine session : Session suivante : Public concerné : Médecins, pharmaciens Techniciens de laboratoire (DUT, BTS) Titulaires d une licence de biologie Sagefemmes, infirmier(e)s Responsable ou son remplaçant de dépôt de sang relais ou d'urgence

Plus en détail

CLINIQUE SOINS SUITE READAPT ST BASILE

CLINIQUE SOINS SUITE READAPT ST BASILE CLINIQUE SOINS SUITE REDPT ST BSILE SECTEUR(S) : Soins de Suite et de Réadaptation () Source : BilanLin Lutte contre les infections nosocomiales nnée 2013 Hygiène des mains Indicateur de consommation de

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION CONTINUE DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS

POLITIQUE D AMELIORATION CONTINUE DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS Page 1 sur 6 SYNTHÈSE DU DOCUMENT Objectif(s) : Domaine d application : Lien avec d autre(s) document(s) : Références réglementaires et/ou recommandations : Mots clés (4) : Emplacement dans la G.E.D. Réf.

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.2 Principes Processus

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.2 Principes Processus Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité I.2 Principes Processus 1 Phase 1: Planifier Les principes PDCA Approche processus Politique Organisation Ressources Plans

Plus en détail

Rencontres des métiers de la santé

Rencontres des métiers de la santé Rencontres des métiers de la santé De l auto évaluation de la certification en HAD À l évaluation interne en SSIAD Une dynamique institutionnelle Renelle MENNESSIER, Responsable Qualité- Gestion des risques

Plus en détail

Accompagner la fin de vie des résidents au sein de votre EHPAD

Accompagner la fin de vie des résidents au sein de votre EHPAD Accompagner la fin de vie des résidents au sein de votre EHPAD Intégrer le protocole de fin de vie à votre projet d'établissement Formation présentielle Cette formation est disponible en intra-établissement

Plus en détail

Les «urgences» en fin de vie, à domicile

Les «urgences» en fin de vie, à domicile Les «urgences» en fin de vie, à domicile Equipe de soins de support, soins palliatifs pédiatriques, de ressource et d accompagnement Dr Matthias Schell Clémence Bouffay, IDE 1 «Urgence» : projet d un retour

Plus en détail

GESTION DU RISQUE MALADIE

GESTION DU RISQUE MALADIE www.en3s.fr FORMATION CONTINUE CYCLE 2015 GESTION DU RISQUE MALADIE Comprendre, s'approprier la stratégie, les enjeux, le fonctionnement des acteurs du monde de la santé pour optimiser sa gestion du risque.

Plus en détail

PASS CENTRE HOSPITALIER DE MELUN

PASS CENTRE HOSPITALIER DE MELUN PASS CENTRE HOSPITALIER DE MELUN HUCK Valérie Responsable Service Social Centre Hospitalier Marc Jacquet de Melun 2, rue Fréteau de Pény 77011 Melun Cedex 01 64 71 60 00 www.ch-melun.fr ORGANISATION ORGANISATION

Plus en détail

Le tutorat en libéral. Christiane KOSACZ Infirmière libérale - élue de l URPS infirmiers Ile-de-France

Le tutorat en libéral. Christiane KOSACZ Infirmière libérale - élue de l URPS infirmiers Ile-de-France Le tutorat en libéral Christiane KOSACZ Infirmière libérale - élue de l URPS infirmiers Ile-de-France Contexte du projet 1/2 Une forte concentration d instituts de formation en soins infirmiers en Ile-de-France

Plus en détail

Bassenormandie. MAISON DE L IMAGE BASSE-NORMANDIE - PÔLE RÉGIONAL D ÉDUCATION À L IMAGE Thomas SENK. BP CAEN Cedex 04

Bassenormandie. MAISON DE L IMAGE BASSE-NORMANDIE - PÔLE RÉGIONAL D ÉDUCATION À L IMAGE Thomas SENK. BP CAEN Cedex 04 Bassenormandie MAISON DE L IMAGE BASSE-NORMANDIE - PÔLE RÉGIONAL D ÉDUCATION À L IMAGE Thomas SENK BP 16063 14062 CAEN Cedex 04 Tél : 02 31 06 23 23 / fax : 02 31 06 23 20 t.senk@maisondelimage-bn.fr www.maisondelimage-bn.fr

Plus en détail

Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité

Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité 1 Contexte : Certification V2014 Objectifs de la 4 ème itération de la certification V2014

Plus en détail

CLINIQUE AMBROISE PARE

CLINIQUE AMBROISE PARE 1 COORDONNEES DE L ETABLISSEMENT Raison sociale SA CLINIQUE AMBOISE PARE Adresse 387, route de Saint-Simon Code postal 31082 Commune Toulouse cedex 1 N FINESS 310 780 382 N SIRET 300 379 765 00021 Représentant

Plus en détail

Association.M.S.P de Casteljaloux Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne Commune de Casteljaloux Hôpital de Casteljaloux

Association.M.S.P de Casteljaloux Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne Commune de Casteljaloux Hôpital de Casteljaloux Association.M.S.P de Casteljaloux Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne Commune de Casteljaloux Hôpital de Casteljaloux Mission d accompagnement à l élaboration d un Projet de Santé

Plus en détail

Offre de formation continue novatrice accessible aux infirmières du CSSS de Saint-Jérôme par la Direction des soins infirmiers

Offre de formation continue novatrice accessible aux infirmières du CSSS de Saint-Jérôme par la Direction des soins infirmiers Offre de formation continue novatrice accessible aux infirmières du CSSS de Saint-Jérôme par la Direction des soins infirmiers Chantale Brochu Claire Godin Louise Tremblay ORIILL 15 mai 2009 Plan de présentation

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Urgences Adultes - UHCD Version n 1 Nombre de pages : 5 Diffusée le : Mars 2014 Appliquée le : Rédigée par

Plus en détail

Comité Départemental Canicule. Jeudi 07 juillet 2016

Comité Départemental Canicule. Jeudi 07 juillet 2016 Comité Départemental Canicule Jeudi 07 juillet 2016 1 Le plan canicule est organisé autour de 4 grands axes Prévenir les effets d une canicule Protéger les populations (par la mise en place de mesures

Plus en détail

Grille de recueil Indicateurs de processus du thème «Qualité et sécurité du parcours du patient en chirurgie ambulatoire»

Grille de recueil Indicateurs de processus du thème «Qualité et sécurité du parcours du patient en chirurgie ambulatoire» Grille de recueil Indicateurs de processus du thème «Qualité et sécurité du parcours du patient en chirurgie ambulatoire» Expérimentation 2015-2016 Secteur Médecine, Chirurgie, Obstétrique (MCO) 1 Grille

Plus en détail

Réunion de coordination technique. Clic Seniors Loire et Cens

Réunion de coordination technique. Clic Seniors Loire et Cens Réunion de coordination technique Clic Seniors Loire et Cens 09/10/2012 Ordre du jour Clic/MAIA : Différents mais complémentaires Les axes d intégration de la MAIA Nouvelle fiche d entrée en gestion de

Plus en détail

Anticiper les risques liés à l hospitalisation. = 300 à personnes concernées. des personnes ayant un handicap mental sévère

Anticiper les risques liés à l hospitalisation. = 300 à personnes concernées. des personnes ayant un handicap mental sévère 1 De qui parle-t-on? 2 Anticiper les risques liés à l hospitalisation des personnes ayant un handicap mental sévère (cas de la chirurgie) 60 à 120 000 personnes (selon les sources) + Familles + Professionnels

Plus en détail