La musique à la télévision. Constat d une crise et pistes d amélioration. Juin 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La musique à la télévision. Constat d une crise et pistes d amélioration. Juin 2013"

Transcription

1 La musique à la télévision Constat d une crise et pistes d amélioration Juin 2013

2 La musique à la télévision Constat d une crise et pistes d amélioration La musique a traditionnellement occupé une place de choix à la télévision sous des formes en constante évolution, du télé crochet à la critique musicale, du clip à la retransmission de concert Depuis les années 1960, des générations de téléspectateurs ont suivi des émissions cultes telles que celles de Maritie et Gilbert Carpentier, Les Enfants de la Télé, Taratata ou plus récemment La Star Académy. Depuis une dizaine d années, cependant, les chaînes ont cessé d accorder une importance stratégique aux contenus musicaux. La musique est aujourd hui peu et mal exposée à la télévision, et l impact d un tel déclassement, dans le contexte de la crise du disque et du basculement des usages vers les supports numériques, est dévastateur pour l industrie musicale. Musique à la télévision, une place en net recul Depuis une dizaine d années, la diffusion de musique tend à déserter les grandes chaînes historiques (TF1, France 2, France 3, Canal+, M6). Le volume de musique diffusé sur ces chaînes a baissé de près de 29% depuis ; ce sont pourtant celles qui fédèrent le plus d audience et possèdent l impact prescripteur le plus fort pour les artistes. La diffusion de musique fait en effet l objet d un transfert des chaînes généralistes à forte audience vers les chaînes thématiques plus confidentielles de la TNT. Ces chaînes musicales sont pourtant loin d accorder un traitement favorable à la musique, réservant la diffusion musicale à des horaires peu attractifs et ne remplissant pas toujours leurs obligations en termes de volume diffusé. Certains groupes audiovisuels montent des projets de chaînes musicales afin de se concilier les autorités, mais, une fois la fréquence obtenue, leurs engagements restent lettre morte. Un constat qui concerne toutes les chaînes et illustre la double «ghettoïsation» que subit la musique à la télévision, majoritairement diffusée sur des chaînes à faible audience et à des horaires peu fédérateurs. En prime-time, la diffusion de musique atteint rarement une part significative dans la programmation des chaînes, comme le démontre le tableau ci-contre : Part du temps d antenne consacré à la musique Focus Prime-time : 20h-23h 1 Source : minutage Sacem

3 Ce constat concerne aussi bien le service public que les chaînes privées où la musique est majoritairement diffusée après minuit. Manque de diversité de la programmation musicale à la télévision Si la diffusion de musique à la télévision est en baisse, la diversité de la programmation est également limitée. Les chaînes sont souvent peu créatives, ce qui se traduit par le fait que 61% des Français jugent que les émissions musicales 25,60% sur les chaînes généralistes de la télévision se ressemblent toutes 2. La diffusion de musique se concentre en Pop/Rock Dance effet en grande partie sur les nouveautés et les majors sont surreprésentés par rapport Groove/RNB aux indépendants (le rapport de diffusion est 23,90% 19% Variété française de ¾ pour les majors contre ¼ pour les Autres indépendants). De plus, la télévision tout comme la radio - surexpose certains genres, en particulier le Pop/Rock et la Dance qui représentent chacun près du quart des diffusions musicales, au détriment d autres, le jazz, le classique ou le lyrique notamment, sous-représentés sur les chaînes. 11,80% 20% Source : Observatoire de la musique Représentation des différents genres musicaux Un effet déplorable pour la filière musicale Dans un contexte marqué par la profonde crise du disque, l impact du déclassement des contenus musicaux à la télévision sur la découverte de nouveaux talents et sur la diversité musicale, qui n ont pas de place à l écran, est dévastateur. Les médias occupent en effet une place considérable dans l écosystème musical. Ils demeurent le premier support d écoute de musique des Français 3, et conservent un impact prescripteur fort : la radio et la télévision sont les deux supports privilégiés par les Français pour leurs découvertes musicales 4. Cela vaut également pour les jeunes, qui sont près de la moitié à mentionner la télévision comme le premier support de découverte de 12h18 hebdo Répartition du temps d écoute de musique hebdomadaire selon le support Source : rapport sur l état du marché des biens numériques en 2012, GfK 2 Sondage OpinionWay pour la Sacem, Source : rapport sur l état du marché des biens numériques en 2012, GfK 4 Sondage OpinionWay pour la Sacem, 2010

4 nouveaux titres musicaux, ce qui en fait pour cette population le troisième support de prescription après la radio et les recommandations des proches. Dans un tel environnement, il est évident que des tendances telles que la diminution de la diffusion musicale, le manque de diversité ou encore le net recul de la présence des artistes à la télévision, ont des conséquences néfastes directes sur la filière musicale. Le succès des émissions musicales La marginalisation de la place de la musique à la télévision est d autant plus injuste et contre-productive que les émissions musicales sont un genre populaire largement apprécié par le grand public. Ainsi, l an dernier, c est une émission musicale, Le Bal des Enfoirés, qui a atteint le record d audience de TF1 en rassemblant plus de 13,3 millions de téléspectateurs (53,2% de parts d audience) 5. En particulier, le genre des concours musicaux connaît un véritable regain, comme en atteste notamment le succès incontestable de l émission The Voice sur TF1, qui a fédéré plus de 9,3 millions de personnes pour son lancement en octobre 2012, et atteint régulièrement plus de 8 millions de téléspectateurs 6. D autres émissions profitent du renouveau du genre, comme le concours de l Eurovision ou l émission La France a un incroyable talent, de même que les chaînes de la TNT qui ont repris avec succès des classiques : Star Academy sur NRJ12, ou Nouvelle Star sur D8 - qui a valu à la chaîne sa meilleure audience en Le fait que d autres émissions musicales peinent à trouver leur public n est donc pas une fatalité. Des évolutions nécessaires Pour que la musique retrouve la place de choix qu elle occupait à la télévision, plusieurs évolutions sont souhaitables. Tout d abord, force est de constater que la réglementation actuelle ne permet pas une exposition satisfaisante de la musique à la télévision. En effet, les chaînes n ont aucune obligation de financer la production des émissions de variétés musicales ni de les programmer car ces dernières sont exclues de la définition des œuvres audiovisuelles. Reconnaître ces émissions comme des œuvres audiovisuelles leur permettrait de bénéficier des investissements de production des chaînes. Cette solution présente l avantage de favoriser l exposition de la musique à la télévision sans coût supplémentaire pour l Etat et les contribuables. Afin de limiter le phénomène de concentration qui affecte la diffusion de musique dans les médias et de faire jouer à plein l effet prescripteur de la télévision, il conviendrait également d introduire des obligations de diffusion pour ces émissions incluant des quotas de musiques d expression originale française, selon le modèle des quotas à la radio qui a déjà fait ses preuves. Produire les émissions ne suffit pas, il faut s assurer qu elles soient diffusées au moins pour partie à des heures 5 «TF1 leader du Top 100 des audiences», Le Journal du Dimanche, 2 janvier Communiqué de presse de Médiamétrie sur le bilan TV de l année Communiqué de presse de Médiamétrie sur le bilan TV de l année 2012

5 de grande écoute afin de permettre aux nouveaux talents et aux artistes d expression française de se faire entendre et connaître par un large public. Cette réflexion sur la diversité musicale doit être élargie à la question des genres sous-représentés à la télévision (le classique, le lyrique, etc.). Si l on oppose souvent à la présence de classique ou d opéra sur les chaînes la crainte que ces genres ne trouvent pas leur public, on peut argumenter que la TV se doit de proposer une offre de qualité plutôt que de se laisser dicter ses programmes par la recherche de l audimat. Après tout, les films d art et d essai diffusés à la TV recueillent bien souvent une faible audience, ce qui ne les empêche pas d être programmés. Cet enjeu concerne en particulier le service public, qui se doit d être exigeant et de jouer un rôle particulier dans l exposition de genres musicaux moins attendus, à l image d initiatives lancées dans d autres domaines comme le théâtre. D autant qu avec l essor des retransmissions d opéra dans les cinémas, il est incontestable que la retransmission de ces genres connaît un regain d intérêt et est susceptible de concerner un large public.

Présence et stratégies des médias de service public européens sur les services numériques EXECUTIVE SUMMARY

Présence et stratégies des médias de service public européens sur les services numériques EXECUTIVE SUMMARY Présence et stratégies des médias de service public européens sur les services numériques Etude pilotée par la Direction du Développement des Médias - juillet 2008 EXECUTIVE SUMMARY 1. Les médias de service

Plus en détail

ÉTUDE ÉCONOMIQUE DES MANQUES À GAGNER DES ARTISTES INTERPRÈTES DE LA MUSIQUE

ÉTUDE ÉCONOMIQUE DES MANQUES À GAGNER DES ARTISTES INTERPRÈTES DE LA MUSIQUE ÉTUDE ÉCONOMIQUE DES MANQUES À GAGNER DES ARTISTES INTERPRÈTES DE LA MUSIQUE (MIDEM CANNES, 28 JANVIER 2008) Sommaire I. ÉVALUATION D'UNE RÉMUNÉRATION SUR LES VENTES DE MUSIQUE PAR TÉLÉCHARGEMENTS INTERNET

Plus en détail

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation AVIS AU MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver SOMMAIRE AOÛT 2014 Conseil supérieur de l éducation

Plus en détail

Les Français et la télévision : une consommation record

Les Français et la télévision : une consommation record Les Français et la télévision : une consommation record Comment les Français regardent-ils la télévision? Quels sont leurs programmes préférés? Leur équipement? Réponses avec les chiffres-clés issus du

Plus en détail

Baromètre Cegos de la formation professionnelle en Europe. La formation peine à se hisser au rang de priorité stratégique dans les entreprises

Baromètre Cegos de la formation professionnelle en Europe. La formation peine à se hisser au rang de priorité stratégique dans les entreprises Communiqué de presse Issy-les-Moulineaux, 23 juin 2015 Baromètre Cegos de la formation professionnelle en Europe La formation peine à se hisser au rang de priorité stratégique dans les entreprises Leader

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA

OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA 2010 OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA Enquête 2010 S i t u a t i o n a u 1er mars 2010 des promotions 2008 et 2009 - Filière INGENIEUR ESTIA Options OGI/CGP/MPA ESTIA ECOLE SUPERIEURE DES

Plus en détail

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Etude réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Novembre 2009 Table des matières 2 Page 1. Descriptif

Plus en détail

Santé, prévention, qui doit payer? L avis des Français

Santé, prévention, qui doit payer? L avis des Français Santé, prévention, qui doit payer? L avis des Français Sondage Ifop pour la Fondation Pileje Contacts Ifop : Damien Philippot / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01

Plus en détail

Contrôle des équipements sous pression en installations nucléaires de base. Inspection n INSSN-CAE-2011-0496 du 2 février 2011.

Contrôle des équipements sous pression en installations nucléaires de base. Inspection n INSSN-CAE-2011-0496 du 2 février 2011. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 13 mai 2011 N/Réf. : CODEP-CAE-2011-027261 Monsieur le Directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50 444 BEAUMONT HAGUE CEDEX OBJET

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

Le marché de la VoD en France (Baromètre VoD GfK- NPA)

Le marché de la VoD en France (Baromètre VoD GfK- NPA) GfK Retail & Technology Le marché de la VoD en France (Baromètre VoD GfK- NPA) Etat des lieux Tendances clés pour 2012 Evolutions de l outil de mesure référent GfK Retail & Technology Novembre 2011 6 LE

Plus en détail

SATISFACTION A L EGARD DES. - Synthèse de l'institut CSA - PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE. N 1100567 Juin 2011

SATISFACTION A L EGARD DES. - Synthèse de l'institut CSA - PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE. N 1100567 Juin 2011 SATISFACTION A L EGARD DES PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE - Synthèse de l'institut CSA - N 1100567 Juin 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél. (33)01 44 94 59

Plus en détail

EXPANSION 2020 SYNTHÈSE PRESSE. Les assises du décolletage première édition 4 février 2011

EXPANSION 2020 SYNTHÈSE PRESSE. Les assises du décolletage première édition 4 février 2011 EXPANSION 2020 SYNTHÈSE PRESSE Les assises du décolletage première édition 4 février 2011 Une ambition à 10 ans Le décolletage est l industrie d usinage de pièces de haute précision. Celles-ci sont des

Plus en détail

Cours. Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire

Cours. Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire Cours Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire Situation du cours Outils de recherche d emploi Programme d études Intégration socioprofessionnelle Dimension Choix professionnel

Plus en détail

L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012

L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012 1 Numéro 177, juillet 2012 L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012 I) Immobilier : un premier trimestre en chute libre Chute de 39,4% des crédits

Plus en détail

Observatoire des Services Clients 2015

Observatoire des Services Clients 2015 Observatoire des Services Clients 2015 Septembre 2015 Contact BVA : Marie-Laure SOUBILS - marie-laure.soubils@bva.fr 06 20 26 22 50 Contact Viséo Conseil : Ludovic NODIER lnodier@viseoconseil.com 00 33

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION PERSPECTIVES CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015. Paris, le 3 septembre 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION PERSPECTIVES CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015. Paris, le 3 septembre 2015 CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION Poursuite de la forte croissance du chiffre d affaires Shipping Solutions et début d amélioration de l activité Mail

Plus en détail

Faits saillants. Particuliers. Entreprises. Autres mesures

Faits saillants. Particuliers. Entreprises. Autres mesures Faits saillants Particuliers 1. Dons de bienfaisance 2. Accélération du plan de réduction de la contribution santé en vue de son abolition en 2018 3. Réduction de 50% de la contribution additionnelle à

Plus en détail

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Consultant expert en viabilité hivernale 1 La communication, paramètre de réussite ou d échec de la VH Les principes de la

Plus en détail

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT Infos financières Juin 2014 Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Selon les perspectives de l économie mondiale publiées par le Fonds Monétaire

Plus en détail

Formation en management et gestion. l'expérience de FERPHOS

Formation en management et gestion. l'expérience de FERPHOS Formation en management et gestion l'expérience de FERPHOS La formation au service de la performance La formation professionnelle en entreprise a toujours constitué une préoccupation première des responsables

Plus en détail

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Confédération Construction Wallonne Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Chiffres arrêtés au 8/6/211 Francis Carnoy Salim Chamcham Juin

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-02 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 30 août

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métrologie dimensionnelle - Qualité de la production en mécanique de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D

Plus en détail

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE Zine-Eddine SEFFADJ Maître de conférence Chargé des

Plus en détail

Intervention d Eric GARANDEAU, Président du CNC Cartoon Forum 2012 à Toulouse

Intervention d Eric GARANDEAU, Président du CNC Cartoon Forum 2012 à Toulouse Intervention d Eric GARANDEAU, Président du CNC Cartoon Forum 2012 à Toulouse Cher Christian Davin, cher Marc Vandeweyer, Mesdames et Messieurs, chers amis Le film d animation est le genre cinématographique

Plus en détail

FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com. pour

FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com. pour FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com pour Baromètre sur la perception des discriminations au travail Synthèse du focus «Egalité

Plus en détail

Découverte et écoute musicale en streaming

Découverte et écoute musicale en streaming Découverte et écoute musicale en streaming Jean-Samuel Beuscart avec Sisley Maillard, Louis Melançon, Quentin Gilliotte Orange Labs Lisis, Université Paris Est février 2016 1 Interne Orange Le streaming

Plus en détail

LA SECTION EUROPÉENNE ESPAGNOL DU LYCÉE VAN GOGH D AUBERGENVILLE : BILAN ET PERSPECTIVES

LA SECTION EUROPÉENNE ESPAGNOL DU LYCÉE VAN GOGH D AUBERGENVILLE : BILAN ET PERSPECTIVES LA SECTION EUROPÉENNE ESPAGNOL DU LYCÉE VAN GOGH D AUBERGENVILLE : BILAN ET PERSPECTIVES LE FONCTIONNEMENT DE LA SECTION AU LYCÉE VAN GOGH La classe de seconde Un recrutement en fonction de la motivation

Plus en détail

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE Entre La Fédération nationale du personnel d encadrement des industries chimiques et connexes Branche VAD CFE/CGC, la Fédération

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 6 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

ANDRE Delvine SPORT ET ART

ANDRE Delvine SPORT ET ART ANDRE Delvine SP01 TC02 P10 SPORT ET ART Au premier coup d œil, pratique sportive et expression artistique sont deux choses, qui à priori n ont pas de points communs, ni de lien particulier. En effet,

Plus en détail

Consultation prébudgétaire de 2016

Consultation prébudgétaire de 2016 Consultation prébudgétaire de 2016 Priorités de l Association canadienne de l immeuble pour le budget fédéral de 2016 Monsieur le Ministre, L Association canadienne de l immeuble (ACI), qui représente

Plus en détail

M2 Professionnel : Chimie et physico-chimie du médicament (CPM), co-habilité avec l Université du Havre (en partenariat avec l Université de Caen) ;

M2 Professionnel : Chimie et physico-chimie du médicament (CPM), co-habilité avec l Université du Havre (en partenariat avec l Université de Caen) ; Evaluation des diplômes Masters Vague B ACADEMIE : ROUEN Etablissement : Université de Rouen Demande n S3MA120000059 Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Chimie Présentation de la mention

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 185 RUE STE-CATHERINE OUEST MONTREAL (QUEBEC) H2X 3X5

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 185 RUE STE-CATHERINE OUEST MONTREAL (QUEBEC) H2X 3X5 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 185 RUE STE-CATHERINE OUEST MONTREAL (QUEBEC) H2X 3X5 1 Table des matières 1. Introduction...3 2. Le mandat du Musée...3 3. Le bilan 2014-2015...4

Plus en détail

Communiqué. Canal-U, La web tv de l enseignement supérieur

Communiqué. Canal-U, La web tv de l enseignement supérieur Communiqué Canal-U, La web tv de l enseignement supérieur Canal-U diffuse et stocke gratuitement sur l'internet les ressources audiovisuelles produites par les établissements d'enseignement supérieur et

Plus en détail

Ancrage définitif du taux spécial pour les prestations d hébergement dans la loi sur la TVA

Ancrage définitif du taux spécial pour les prestations d hébergement dans la loi sur la TVA Ancrage définitif du taux spécial pour les prestations d hébergement dans la loi sur la TVA Résumé de la position d hotelleriesuisse hotelleriesuisse demande d ancrer définitivement dans la loi le taux

Plus en détail

Repeat. News Presse. aami. Septembre 2015. Powered by. Str atégie, Achats et Pr og r amming Media

Repeat. News Presse. aami. Septembre 2015. Powered by. Str atégie, Achats et Pr og r amming Media Repeat Str atégie, Achats et Pr og r amming Media News Presse Septembre 2015 aami Powered by L AAMi, «Association des Agences Media Indépendantes», regroupe les agences suivantes : Anacrouse, Climat Media

Plus en détail

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle G.T. 1 : le Monde selon les Femmes Document issu de 3 sources : 1. Recommandations du groupe GESA de la CFD sur " l'accès et le contrôle des

Plus en détail

Chapitre 2 : La consommation d énergie

Chapitre 2 : La consommation d énergie Chapitre 2 : La consommation d énergie Évolution de l efficacité énergétique au Canada - de 1990 à 2005 5 Chapitre 2 : La consommation d énergie Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions

Plus en détail

ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne

ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne Productivité et prospérité à l âge de l information Kaïs Dachraoui, Tarek M. Harchaoui et Faouzi Tarkhani ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne a connu une performance remarquable. Après 1995, la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 20/06/2014

DOSSIER DE PRESSE 20/06/2014 DOSSIER DE PRESSE 20/06/2014 Contact : Alain Coudray, Président du CDPMEM 22 acoudray@bretagne-peches.org Grégory Le Drougmaguet, chargé de mission «pêche et éolien en mer», CDPMEM22 gledrougmaguet@bretagne-peches.org

Plus en détail

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance Juin 2015

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance Juin 2015 Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance Juin 2015 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON 01 41

Plus en détail

Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR)

Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR) Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR) offre - consommation - public janvier 2014 Baromètre de la télévision de rattrapage (TVR) janvier 2014 15 000 heures disponibles en janvier 2014 En janvier

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

Sénégal. Code des investissements

Sénégal. Code des investissements Code des investissements Loi n 2004-06 du 6 février 2004 [NB - Loi n 2004-06 du 6 février 2004 portant Code des investissements Modifiée par la loi n 2012-32 du 31 décembre 2012] Titre 1 - Définitions

Plus en détail

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Cette fiche s attachera surtout à décrire une modalité particulière de transmission des compétences : le tutorat. Ou comment un salarié expérimenté

Plus en détail

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR 6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR À la rentrée 2011, 297 collèges publics font partie du dispositif ECLAIR (écoles, collèges, lycées pour l ambition,

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

RÉVOLUTIONNER LE TRAVAIL DE L INFIRMIÈRE AU BLOC OPÉRATOIRE OUI, CELA EST POSSIBLE

RÉVOLUTIONNER LE TRAVAIL DE L INFIRMIÈRE AU BLOC OPÉRATOIRE OUI, CELA EST POSSIBLE RÉVOLUTIONNER LE TRAVAIL DE L INFIRMIÈRE AU BLOC OPÉRATOIRE OUI, CELA EST POSSIBLE M me Guylaine Marquis Conseillère en soins, évaluation de la qualité pour la direction des soins infirmiers CHUM M. Stéphane

Plus en détail

La formation en Master MEEF mention 1 er degré

La formation en Master MEEF mention 1 er degré ÉSPÉ de l académie de Créteil La formation en Master MEEF mention 1 er degré Sigolène Couchot-Schiex, Responsable du Master MEEF Premier degré 1 Pour devenir PE Deux conditions : Vous devez être lauréat.e

Plus en détail

LES FONDATIONS FRANÇAISES ET LA PUISSANCE PUBLIQUE. 1987-2003 : vers l allègement du contrôle par la puissance publique

LES FONDATIONS FRANÇAISES ET LA PUISSANCE PUBLIQUE. 1987-2003 : vers l allègement du contrôle par la puissance publique XXème COLLOQUE DE L ADDES 10 mars 2009 LES FONDATIONS FRANÇAISES ET LA PUISSANCE PUBLIQUE Odile de Laurens, responsable de l Observatoire de la Fondation de France. Janvier 2009 La lecture des différents

Plus en détail

Rapport biennal de la Commission Nationale d Évaluation des Politiques de l État Outre-mer Dossier de presse du 14 octobre 2014

Rapport biennal de la Commission Nationale d Évaluation des Politiques de l État Outre-mer Dossier de presse du 14 octobre 2014 Rapport biennal de la Commission Nationale d Évaluation des Politiques de l État Outre-mer Dossier de presse du 14 octobre 2014 Contact presse : mompresse@outre-mer.gouv.fr LA CNÉPÉOM Instituée par l article

Plus en détail

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet Salariés - 13 mai 2011 Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation entre vie

Plus en détail

La TNT en Haute Définition

La TNT en Haute Définition 1 La TNT en Haute Définition Décembre 2007 TDF 10 rue d Oradour sur Glane 75732 Paris cedex 15 - France Tél. (0)1 55 95 10 00 - Fax (0)1 55 95 20 00 www.tdf.fr La haute définition La Télévision Numérique

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 16,6 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs Industrie La production industrielle a légèrement fléchi en avril. Les commandes ont été nourries par le secteur des matériels

Plus en détail

Communiqué de presse Mardi 25 septembre 2012 Pour diffusion immédiate

Communiqué de presse Mardi 25 septembre 2012 Pour diffusion immédiate Rentrée 2012: les cantons romands se lancent dans une politique de lutte contre le plagiat Les écoles du post-obligatoire s unissent pour le même but: prévenir le plagiat dans leurs établissements, soucieux

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-077

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-077 PARIS, le 03/05/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-077 OBJET : Frais professionnels décisions du Conseil d Etat du 29/12/2004 TEXTE A ANNOTER

Plus en détail

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 novembre 2011-9 h 30 «Niveaux des pensions et taux de remplacement» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Evolution du niveau

Plus en détail

Leçon 5: La politique de produit internationale 2

Leçon 5: La politique de produit internationale 2 Leçon 5: La politique de produit internationale 2 I. Adaptation ou standardisation des produits 2 II. Les effets du pays d origine 2 III. La gestion internationale des marques 4 1. Les fonctions et qualités

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - FISCALITE

NOTE JURIDIQUE - FISCALITE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - FISCALITE - OBJET : La redevance audiovisuelle Base juridique Art.41 de la loi de finances pour 2005 Loi

Plus en détail

C o r e S t r a t e g i e s

C o r e S t r a t e g i e s Ville d Ottawa Examen de la réglementation et des services de taxi et de limousine Expérience client 14 octobre 2015 C o r e S t r a t e g i e s Table des matières Examen de la réglementation et des services

Plus en détail

Résultats 2015 - Perspectives 2016

Résultats 2015 - Perspectives 2016 Résultats 2015 - Perspectives 2016 1. 2015 : année de la reprise 2015 est l année de la reprise pour le marché du meuble après trois exercices de recul consécutifs (-3,0% en 2012, -2,9% en 2013 et -1,5%

Plus en détail

NOR : JUSB1514050L 1

NOR : JUSB1514050L 1 NOR : JUSB1514050L 1 CONSEIL D ÉTAT Assemblée générale Séance du jeudi 9 juillet 2015 Section de l intérieur N 390.212 EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS AVIS SUR UN PROJET DE LOI ORGANIQUE relatif

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 Rencontre avec Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie du Québec, 24 janvier 2014 Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 REPRÉSENTATION POLITIQUE / INFORMATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel.

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel. La classe de 3 ème préparatoire aux formations professionnelles Document d accompagnement pédagogique I- Le cadre réglementaire Il est défini par la circulaire n 2011-128 du 26 aout 2011, publiée au BO

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS BARS ET CAFÉS

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS BARS ET CAFÉS 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS BARS ET CAFÉS Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Le management de programmes

Le management de programmes www.apmginternational.com Le management de programmes Réussir une transformation majeure pour réaliser des bénéfices d importance stratégique Jean-Baptiste AVRILLIER Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

Commission de la culture et de l éducation. Consultation sur la réglementation du prix de vente au public des livres neufs imprimés et numériques

Commission de la culture et de l éducation. Consultation sur la réglementation du prix de vente au public des livres neufs imprimés et numériques Commission de la culture et de l éducation CCE 006M C.P. Livres neufs imprimés et numériques Consultation sur la réglementation du prix de vente au public des livres neufs imprimés et numériques Le lundi

Plus en détail

Plan stratégique du Bureau de la recherche Adam Dodek, Vice-doyen à la recherche & Professeur agrégé

Plan stratégique du Bureau de la recherche Adam Dodek, Vice-doyen à la recherche & Professeur agrégé Faculté de droit Faculty of Law (Common Law) Fauteux Hall 57 Louis Pasteur Pvt Ottawa, ON K1N 6N5 Plan stratégique du Bureau de la recherche Résumé Les principaux objectifs du Bureau de la recherche au

Plus en détail

Faits en bref 2015. Préparé pour la Fédération canadienne des syndicats d infirmières et infirmiers par Jacobson Consulting Inc.

Faits en bref 2015. Préparé pour la Fédération canadienne des syndicats d infirmières et infirmiers par Jacobson Consulting Inc. Tendances : absentéisme en raison de maladie ou incapacité personnelle, et heures supplémentaires chez le personnel infirmier autorisé du secteur public : Faits en bref 2015 Préparé pour la Fédération

Plus en détail

Critères proposés pour établir et évaluer le caractère patrimonial des noms de lieux *

Critères proposés pour établir et évaluer le caractère patrimonial des noms de lieux * Groupe d experts des Nations Unies WORKING PAPER Pour les noms géographiques NO. 56 Vingt-sixième session Vienne, 2-6 mai 2011 French Point 17 de l ordre du jour provisoire Noms géographiques et patrimoine

Plus en détail

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Lien vers la présentation PowerPoint Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Bertrand REYSSET Chargé de mission adaptation au changement climatique, Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Plusieurs pistes de solution sont avancées

Plusieurs pistes de solution sont avancées Table nationale sur la main-d œuvre infirmière Plusieurs pistes de solution sont avancées Par Emmanuelle Gril Après avoir tenu une rencontre par mois depuis septembre dernier, la Table nationale sur la

Plus en détail

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Mémoire présenté au Conseil supérieur de l éducation en vue de la production d un avis sur la sanction des études secondaires en

Plus en détail

Mission Interdépartementale Mémoire et Communication PACA CONTACTS

Mission Interdépartementale Mémoire et Communication PACA CONTACTS CONTACTS Mission Interdépartementale Mémoire et Communication PACA 12-16 avenue Jules Cantini 13006 Marseille laetitia.vion@onacvg.fr / pascal.coget@onacvg.fr Tél : 04.91.37.30.19 / 04.91.37.30.15 BULLES

Plus en détail

APPRENTISSAGE. le parcours professionnel des apprentis. 5 ans après leur formation, de niveau 4 en Pays de la Loire (Bac Pro et Brevet Professionnel)

APPRENTISSAGE. le parcours professionnel des apprentis. 5 ans après leur formation, de niveau 4 en Pays de la Loire (Bac Pro et Brevet Professionnel) APPRENTISSAGE 5 ans après leur formation, le parcours professionnel des apprentis de niveau 4 en Pays de la Loire (Bac Pro et Brevet Professionnel) Edition 2014 ÉDITORIAL Pour beaucoup de jeunes, de parents

Plus en détail

Licences Professionnelles CCSEE et ISR

Licences Professionnelles CCSEE et ISR Licences Professionnelles CCSEE et ISR Présenter et rendre compte de son stage de fin d études Le stage de fin d'études a une place importante dans votre Licence Professionnelle. Il permet notamment l'évaluation

Plus en détail

COURS D INDUSTRIES... Techniques d impression. Pascal Prévôt Fabien Rocher

COURS D INDUSTRIES... Techniques d impression. Pascal Prévôt Fabien Rocher COURS D INDUSTRIES......... G R A P H I Q U E S Techniques d impression Pascal Prévôt Fabien Rocher 8 LE PLIAGE LE PLIAGE Introduction Le pliage est une opération de façonnage. Nombreux sont les documents

Plus en détail

Monsieur le Président, Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs,

Monsieur le Président, Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs, Discours de Monsieur Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI Ouverture des Assises européennes du financement des entreprises Lyon, le 22 avril 2014 **** Monsieur le Président, Messieurs les

Plus en détail

Cahier des clauses techniques et particulières

Cahier des clauses techniques et particulières Marché à procédure adaptée Marché n 001-2016 Article 28 du Code des marchés publics Cahier des clauses techniques et particulières Objet du marché ACCOMPAGNEMENT DE LA COMMISSION NATIONALE DU DEBAT PUBLIC

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA "#$%&$')*+,-./#/"#"0."0%$, "#$%&'&)&*&#$+,-%&.%-&*$/01&21#$%&'&34&*&#$56#3&$7 )#8.-6.&9:$1;$-&%+?*@?.$*&624#8.-6.&3A:$1;$-&%56#3&$7

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Regards croisés sur l auto-entrepreneuriat

Regards croisés sur l auto-entrepreneuriat Regards croisés sur l auto-entrepreneuriat Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Observatoire de l auto-entrepreneur: Sondage OpinionWay pour

Plus en détail

Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et

Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et inégalités en français. Il a fait l objet d une grande attention,

Plus en détail

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens FONDATION ifrap STATUTS I - But de la fondation Article 1 er - Objet et siège L'établissement dit «Fondation ifrap» a pour but d'effectuer des études et des recherches scientifiques sur l'efficacité des

Plus en détail

La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance

La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance Fiches de bonnes pratiques des entreprises ayant obtenu le Label égalité femmes / hommes La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance Il est généralement considéré que

Plus en détail

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=-

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- I- STATISTIQUES DU CONCOURS : 1-1 Nombre de postes, de candidats

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC Rencontre thématique Contribution de la Fédération des cégeps Le 30 novembre 2012 LES CÉGEPS PARTICIPENT À LA CONSTRUCTION DE LA SOCIÉTÉ DU SAVOIR Au Québec,

Plus en détail

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ Mélissa MARTINEZ Samia SENOUCI TIC Master 2 CPE Ali HAMMOUDA 17 décembre 2013 PLAN Introduction 1. Les outils non informatisés : a) Les outils d information b) Les outils de communication 2. Les outils

Plus en détail

Espagne. Secteurs à haut potentiel Approche du marché Recommandations. Attachée Economique et Commerciale Ariane LEONARD (Madrid)

Espagne. Secteurs à haut potentiel Approche du marché Recommandations. Attachée Economique et Commerciale Ariane LEONARD (Madrid) Espagne Secteurs à haut potentiel Approche du marché Recommandations Attachée Economique et Commerciale Ariane LEONARD (Madrid) madrid@brussels-spain.com madrid@brusselsinvestexport.com 00 34 91 435 13

Plus en détail

TAUX d EVOLUTIONS (cours)

TAUX d EVOLUTIONS (cours) TAUX d EVOLUTIONS (cours) Table des matières 1 calcul d un taux d évolution 3 1.1 activité.................................................. 3 1.2 corrigé activité..............................................

Plus en détail

Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier. Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins

Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier. Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins Tout chef d entreprise responsable se doit d établir et d assurer un plan de prévoyance

Plus en détail

reconnaissance sociale et surtout politique des arts et de la culture comme facteur de développement pour la société. Mais ce mouvement repose avant

reconnaissance sociale et surtout politique des arts et de la culture comme facteur de développement pour la société. Mais ce mouvement repose avant HISTORIQUE Premier-né des conseils des arts au Canada, le Conseil des arts de Montréal voit le jour le 18 avril 1956 à l'initiative du maire Jean Drapeau sous l'appellation de Conseil des arts de la région

Plus en détail

Sommaire. L externalisation commerciale...page 3. Pourquoi externaliser sa force de vente?...page 4

Sommaire. L externalisation commerciale...page 3. Pourquoi externaliser sa force de vente?...page 4 Sommaire L externalisation commerciale...page 3 Pourquoi externaliser sa force de vente?...page 4 Quelles sont les entreprises qui externalisent?...page 5 Les atouts d UP SELL...page 6 Portrait...page

Plus en détail

Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss

Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss Enquête menée auprès de ses utilisateurs du Régime général de sécurité sociale 2013. L Ucanss, à l écoute des besoins et des attentes Avec pour objectif

Plus en détail

Le marché des certificats d économie d énergie Fonctionnement et premiers enseignements Haitham Joumni

Le marché des certificats d économie d énergie Fonctionnement et premiers enseignements Haitham Joumni Le marché des certificats d économie d énergie Fonctionnement et premiers enseignements Haitham Joumni Comment arrivera-t-on à réduire la pollution en France? La mise en place des certificats d économie

Plus en détail

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Avec l aimable autorisation de la revue Environnement & Technique : www.pro-environnement.com

Plus en détail