Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises"

Transcription

1 Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises

2 L APPUI PARTIEL MESURER AU LIEU D ÉVALUER Après chirurgie orthopédique ou d urgence, l indication médicale est souvent ordonnée au patient, atteint aux membres inférieurs, de ne pas exercer un appui total lors du réapprentissage de la marche avec cannes anglaises, et ce afin de garantir un retour optimisé à la normale. Au centre ou pôle de rééducation le patient doit alors apprendre à exercer une marche en appui partiel sur le membre inférieur touché et ce généralement le plus tôt possible à l aide de cannes anglaises. La répartition du poids et de la pression est importante dans l ostéogénèse notamment par rapport aux phénomènes intervenant dans la transmission de ses signaux mécaniques et de son expression en un signal biologique stimulant la croissance des cellules osseuses. A partir de modèles d études développés et de marqueurs cellulaires identifiés, les recherches montrent que la stimulation mécanique favorise l ostéoblastogénèse. Si la reprise du mouvement en pression réduite n est pas suffisamment rapide, le résultat de cette thérapie peut être ralentie. Le nombre d intervention en chirurgie orthopédique est en constante augmentation depuis ces dernières décennies. Les modes d interventions modernes, comme la transplantation de chondrocytes, la reconstruction du LCA, les sutures méniscales sous arthroscopie sont des indications courantes pour une marche en appuis partiels autorisés. Dans l intérêt d une mobilisation rapide dans le cadre de la rééducation fonctionnelle du membre inférieur, le patient doit apprendre à estimer de manière subjective l appui partiel. Ceci est d autant plus difficile du fait que le pied n est pas équipé de récepteurs mesurant la force! Certains patients ayant des problèmes de concentration ont du mal à évaluer l appui partiel et la démarche à adopter; aussi un doute s installe en eux. Ceci se traduit souvent par un déplacement incorrect et donc une guérison ralentie. Ceci se traduit souvent en une démarche incorrecte et un processus de guérison ralenti. Plusieurs études montrent l incapacité de nombreux patients à respecter les recommandations précises sur le taux d appui partiel à exercer lors du réapprentissage de la marche avec des cannes anglaises. (Abstract Clar, H., Congrès allemand d orthopédie ; EBERT Jay R., ACKLAND Timothy R., LLOYD David G., WOOD David J., Accuracy of Partial Weight Bearing After Autologous Chondrocyte Implantation, 2008; Jöllenbeck, T., Olivier, N., Die Teilbelastung in der orthopädisch-traumatologischen Rehabilitation; Winstein, C. J., Pohl, P. S., Cardinale, C., Green, A., Scholtz, L., Waters, C. S., Learning a Partial-Weight-Bearing Skill: Effectiveness of Two Forms of Feedback, 1996) Cette insuffisance d exactitude n est pas acceptable à l heure actuelle, vu l évolution de la médecine. Les méthodes d apprentissage de marche en appui partiel nécessitent à ce jour une forte participation de la part des patients de toute classe d âge afin de garantir un système précis d autocontrôle en phase de rééducation. Traduction du texte tiré de l avis du Dr. Heimo Clar, hôpital universitaire de Graz, Professeur à l université de Graz (Priv.Doz.), Autriche

3 PierenStep SYSTEME INTELLIGENT D AIDE À LA MARCHE 2 c a n n e s a n g l a i s e s intégrant: - Système de mesure de charge intelligent - Contrôle feedback avec alarme par vibrations et signaux acoustiques - Retransmission directe sans fil des données mesurées - Enregistrement des données mesurées 1 module de transmission sans fil - Prise USB - Transmission WIRELESS - Communication directe entre le système PIERENSTEP et le PC 1 logiciel PIERENSTEP - Logiciel de configuration et d analyse des données mesurées pour PC - Compatibilité Windows 2000, XP ou VISTA sur PC équipés d un lecteur CD-ROM, d une souris et d une prise USB

4 PierenStep CONTRÔLE DE L APPUI PARTIEL Les cannes anglaises PIERENSTEP sont programmées de manière individuelle pour chaque patient à l aide du logiciel. Un algorithme particulier calcule l appui partiel réalisé sur le membre blessé en se fondant sur la force appliquée sur les cannes. Le patient est informé de l appui partiel incorrect par un signal sonore et vibratoire. Le thérapeute définit une zone de tolérance en kg autour du poids à réaliser afin de faciliter l apprentissage de l appui partiel au patient. Les informations de la démarche des patients peuvent être mémorisées dans le système PIERENSTEP durant plusieurs semaines. Au besoin ces informations peuvent être transmises des cannes à l ordinateur et analysées dans le logiciel par le thérapeute. MODE DIRECT APPRENTISSAGE DE LA MARCHE EN TEMPS RÉEL Grâce au mode «direct» le thérapeute peut suivre chaque pas de son patient sur son ordinateur en temps réel. De cette manière il peut corriger la démarche et l appui partiel pas à pas. La caractéristique de la courbe représentée à l écran peut être interprétée de manière précise. Le mode «direct» se prête particulièrement à un apprentissage efficace de la marche en 3 temps. ANALYSE DE LA MARCHE EXAMPLES DE PAS PAS NUMÉRO 1 PAS NUMÉRO 2 PAS NUMÉRO 3 COURBE ASSYMETRIQUE Différence de force droite/gauche Force non constante Différence de charge supérieure SURPOIDS Courbe symétrique Force constante Force insuffisante: différence de charge supérieure PAS IDÉAL Courbe symétrique Force constante Appui partiel comme défini

5 APPRENTISSAGE DE LA MARCHE LES 3 PHASES DE LA MARCHE en 3 temps Pour parvenir à réaliser un mouvement optimal sur les 3 phases il est nécessaire de contrôler et de répartir de façon constante la force et la pression sur les cannes. Phase 1 Mise en contact avec le sol du membre blessé et des cannes de manière simultanée. RÉSULTATS VISIBLE IMMEDIATEMENT Phase 1 Phase 2 Phase 3 Phase 2 Répartition contrôlée de la force de manière constante sur les cannes lors du mouvement de déroulement du contact du pied sur le sol. Bascule du membre sain en mouvement d attaque du pas. Phase 3 Relèvement simultané des cannes et du pied du côté blessé. Appui partiel cible: 40 kg Appui partiel réalisé: 37,1 kg Différence de charge inférieure : 2,9 kg La courbe montrée ci-contre nous montrent un mouvement optimal en 3 phases réalisé avec l aide de cannes anglaises PIERENSTEP. La répartition sur les 2 cannes est équilibrée, avec une pression fortement croissante sans à coup lors de la phase 1, phase d attaque du mouvement, constant et linéaire pendant la phase 2 lors du déroulement du contact du pied avec le sol, et enfin pression régressive lors de la mise en contact de l autre pied avec le sol.

6 COURBES DE MESURE DE PAS INCORRECTS (PAS EN 3 TEMPS AVEC APPUI PARTIEL) droite démarche asymétrique gauche Courbe asymé trique Force irrégulière, différence de charge considérablement supérieure sur le membre blessé. Charge partielle cible: 40 kg - Charge partielle réalisée sur membre blessé: 56,2 kg Différence de charge supérieure: 16,2 kg. Démarche symétrique Charge partielle supérieure, force insuffisante sur les cannes Force constante mais insuffisante durant le pas: force insuffisante durant la 1ère phase, charge partielle supérieure sur le membre blessé. Charge partielle cible: 40 kg, charge partielle réalisée: 48,8 kg - Différence de charge supérieure: 8,8 kg.

7 PIERENSTEP DISCUSSION, UTILITÉ, AVENIR Le système d aide à la marche PIERENSTEP est destiné à réduire les doutes du patient et du thérapeute concernant la répartition optimale des appuis partiels pendant la marche avec des cannes anglaises. Notamment le patient âgé n est pas toujours capable d évaluer cette répartition, dépassé par la complexité de la tâche difficilement quantifiable. Le patient a la possibilité d apprendre la marche avec le système PIERENSTEP lors de la phase pré-opératoire une phase non thérapeutique moins stressante pour celui-ci. Une étude post-opératoire de Liebs et al. compare 2 groupes de patients ayant subi une implantation de prothèse de genou. Les patients utilisant l appui partiel montrent un an plus tard de meilleurs résultats en terme de rééducation que les patients utilisant l appui total. Traduction du texte tiré de l avis du Dr. Heimo Clar, hôpital universitaire de Graz, Professeur à l université de Graz (Priv.Doz.), Autriche. Les implants d ostéosynthèse nécessitant une intervention chirurgicale minimale ne sont pas toujours stables après l intervention. L indication de ce système apportant un meilleur suivi post-opératoire en termes de contrôle et de feedback pourrait élargir l indication de ce type d interventions légères. La discussion scientifique à propos d une mobilisation effectuée le plutôt possible après l intervention est un thème très actuel où l utilisation du système PIERENSTEP montre un grand intérêt : le patient peut se concentrer sur sa démarche grâce au feedback que lui donne son thérapeute lors des sessions d apprentissage. Ceci lui permet un apprentissage rapide d une marche physiologique et d éviter une claudication.

8 SCHWA MEDICO FRANCE 30, Rue du Maréchal Joffre Rouffach France Tél Fax

Apprentissage par problèmes : Quel rôle pour le tuteur?

Apprentissage par problèmes : Quel rôle pour le tuteur? Apprentissage par problèmes : Quel rôle pour le tuteur? Travail présenté par Patrizia WANNIER-MORINO Sous la direction du Prof. Bernadette CHARLIER dans le cadre de la filière postdiplôme en enseignement

Plus en détail

Du bien-être des nations

Du bien-être des nations Du bien-être des nations «ENSEIGNEMENT ET COMPÉTENCES LE RÔLE DU CAPITAL HUMAIN ET SOCIAL Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement Du bien-être des nations LE RÔLE DU CAPITAL HUMAIN

Plus en détail

Les traitements du cancer du rein

Les traitements du cancer du rein MARS 2013 Les traitements du cancer du rein COLLECTION GUIDES PATIENTS LES REINS LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LES MÉDICAMENTS ANTICANCÉREUX LES PROFESSIONNELS LA VIE QUOTIDIENNE www.e-cancer.fr

Plus en détail

L organisation des services éducatifs aux élèves à risque et aux élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage (EHDAA)

L organisation des services éducatifs aux élèves à risque et aux élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage (EHDAA) L organisation des services éducatifs aux élèves à risque et aux élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage (EHDAA) TABLE DES MATIÈRES Présentation 2 1. L organisation des services

Plus en détail

Évaluation de la situation de la fonction d'infirmière première assistante en chirurgie. Document de référence

Évaluation de la situation de la fonction d'infirmière première assistante en chirurgie. Document de référence Évaluation de la situation de la fonction d'infirmière première assistante en chirurgie Évaluation de la situation de la fonction d'infirmière première assistante en chirurgie Coordination Suzanne Durand,

Plus en détail

Évaluer et mesurer l exposition professionnelle au bruit

Évaluer et mesurer l exposition professionnelle au bruit Évaluer et mesurer l exposition professionnelle au bruit L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Plan stratégique pour faciliter le don et la greffe d organe et de tissu au Canada

Plan stratégique pour faciliter le don et la greffe d organe et de tissu au Canada Plan stratégique pour faciliter le don et la greffe d organe et de tissu au Canada Collaboration entre la Société canadienne du sang et les intervenants dans le domaine du don et de la greffe d organe

Plus en détail

Mon traitement n a pas marché.

Mon traitement n a pas marché. tirer profit des différents traitements et soins disponibles être hépatant 13 Mon traitement n a pas marché. Que faire? Nous voulons informer sur l hépatite C, lutter pour une meilleure prise en charge

Plus en détail

Avec une dépense de santé plus élevée que dans

Avec une dépense de santé plus élevée que dans Philippe Askenazy a, Brigitte Dormont b, Pierre-Yves Geoffard c et Valérie Paris d Pour un système de santé plus efficace Les notes du conseil d analyse économique, n 8, juillet 2013 Avec une dépense de

Plus en détail

Systèmes temps réel et embarqués Concepts de base, expression des contraintes temporelles

Systèmes temps réel et embarqués Concepts de base, expression des contraintes temporelles M2P GLRE Génie Logiciel, logiciels Répartis et Embarqués Systèmes temps réel et embarqués Concepts de base, expression des contraintes temporelles Z. Mammeri 1. Introduction Aujourd hui, les applications

Plus en détail

Apprentissage tout au long de la vie et formation continue Etat des lieux de la diversité des indicateurs internationaux et sélection de résultats

Apprentissage tout au long de la vie et formation continue Etat des lieux de la diversité des indicateurs internationaux et sélection de résultats Apprentissage tout au long de la vie et formation continue Etat des lieux de la diversité des indicateurs internationaux et sélection de résultats Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral

Plus en détail

d a n s l e t r a i t e m e n t d e

d a n s l e t r a i t e m e n t d e La buprénorphine d a n s l e t r a i t e m e n t d e la dépendance aux opioïdes Lignes directrices du Collège des médecins du Québec et de l Ordre des pharmaciens du Québec juin 2009 table des matières

Plus en détail

PERSPECTIVES DU DÉVELOPPEMENT DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE EN FRANCE

PERSPECTIVES DU DÉVELOPPEMENT DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE EN FRANCE Inspection générale des finances Inspection générale des affaires sociales N 2014-M-034-02 N 2014-039R RAPPORT PERSPECTIVES DU DÉVELOPPEMENT DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE EN FRANCE Établi par THIERRY BERT

Plus en détail

Différenciation de l évaluation

Différenciation de l évaluation Différenciation de l évaluation Contenu du chapitre Vers une différenciation pédagogique Profils d apprenants Prétest Évaluation au service de l apprentissage Planification de l évaluation Déterminer l

Plus en détail

Le dépistage du cancer du sein. Une information de la Ligue contre le cancer

Le dépistage du cancer du sein. Une information de la Ligue contre le cancer Le dépistage du cancer du sein Une information de la Ligue contre le cancer Impressum _Editrice Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse 40 case postale 8219 3001 Berne tél. 031 389 91 00 fax 031

Plus en détail

Guide méthodologique. L accès aux services pour les personnes handicapées. Direction des Ressources Techniques Décembre 2010 GM 05

Guide méthodologique. L accès aux services pour les personnes handicapées. Direction des Ressources Techniques Décembre 2010 GM 05 Guide méthodologique L accès aux services pour les personnes handicapées Direction des Ressources Techniques Décembre 2010 GM 05 Auteurs Diana Chiriacescu Maryvonne de Backer Rozenn Botokro Recueil des

Plus en détail

Mener à bien ses entretiens

Mener à bien ses entretiens Cycles d evaluation Mener à bien ses entretiens Fil conducteur chefs Table des matières Introduction... 3 Mener un entretien... 7 Entretien de fonction... 13 Entretien de planification... 16 Entretien

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Évaluer la performance économique, le bien-être et la soutenabilité

Évaluer la performance économique, le bien-être et la soutenabilité Évaluer la performance économique, le bien-être et la soutenabilité Rapport du Conseil d analyse économique et du Conseil allemand des experts en économie Conseil des ministres franco-allemand Fribourg-en

Plus en détail

La prise de son 5.0 en Haute Résolution Spatiale

La prise de son 5.0 en Haute Résolution Spatiale a prise de son 5. en haute resolution spatiale a prise de son 5. en Haute ésolution Spatiale Trinnov Audio 3-32 avenue de la épublique 94815 Villejuif Cedex France Tel : 33 6 16 81 62 87 Fax : 33 1 46

Plus en détail

Glossaire de la promotion de la santé

Glossaire de la promotion de la santé WHO/HPR/HEP/98.1 Distr. : limitée Glossaire de la promotion de la santé Organisation mondiale de la santé Genève Organisation mondiale de la santé 1999 Les opinions exprimées dans ce document par des auteurs

Plus en détail

Le cancer du rein. Carcinome des cellules rénales. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches

Le cancer du rein. Carcinome des cellules rénales. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Le cancer du rein Carcinome des cellules rénales Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Impressum _Editrice Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse

Plus en détail

stratégique2010 plan du Ministère de la Santé et des Services sociaux

stratégique2010 plan du Ministère de la Santé et des Services sociaux stratégique2010 plan 2015 du Ministère de la Santé et des Services sociaux 2010 2015 du Ministère de la Santé et des Services sociaux plan stratégique Édition La Direction des communications du ministère

Plus en détail

Loi 41. GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens

Loi 41. GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens Loi 41 GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens AVIS Ce guide ne se substitue pas aux lois, aux règlements ou au jugement des professionnels de la santé. Il représente l état actuel du

Plus en détail

L ABSENTÉISME OUTILS ET MÉTHODES POUR AGIR. EDITIONS réseau

L ABSENTÉISME OUTILS ET MÉTHODES POUR AGIR. EDITIONS réseau L ABSENTÉISME OUTILS ET MÉTHODES POUR AGIR EDITIONS réseau AVANT-PROPOS Depuis quelques années, le réseau ANACT, à la demande d entreprises confrontées à un absentéisme croissant, s est attelé à la compréhension

Plus en détail

Le guide EPEC des PPP. Manuel de bonnes pratiques. En collaboration avec

Le guide EPEC des PPP. Manuel de bonnes pratiques. En collaboration avec European PPP Expertise Centre European PPP Expertise Centre European PPP Expertise Centre European PPP Expertise Centre European PPP Expertise Centre Le guide EPEC des PPP Manuel de bonnes pratiques En

Plus en détail

Plus de maîtres que de classes

Plus de maîtres que de classes Plus de maîtres que de classes Analyse des conditions de l efficacité du dispositif Bruno Suchaut Unité de recherche pour le pilotage des systèmes pédagogiques Institut de recherche sur l éducation Février

Plus en détail

1. CHAPTER LIGNES DIRECTRICES POUR LE REPORTING DÉVELOPPEMENT DURABLE

1. CHAPTER LIGNES DIRECTRICES POUR LE REPORTING DÉVELOPPEMENT DURABLE 1. CHAPTER 1 LIGNES DIRECTRICES POUR LE REPORTING DÉVELOPPEMENT DURABLE TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 4 2. UTILISATION DU GUIDE DE MISE EN OEUVRE 6 3. PPRINCIPES DE REPORTING 8 3.1 Principes de contenu

Plus en détail