51 e CONGRES DE L A.M.U.B.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "51 e CONGRES DE L A.M.U.B."

Transcription

1 51 e CONGRES DE L A.M.U.B. Traitement hypolipémiant en Gériatrie. Dr. E. SCHILS Gériatre Service de Gériatrie C.H.U. TIVOLI Session Actualités diagnostiques et thérapeutiques. Modérateurs : Drs A. FIRKET, M. MAHIEU, Th. PEPERSACK Samedi 9 septembre 2017

2 Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence : <néant> Participation à un «Advisory Board» : <néant> Etudes cliniques sponsorisées en cours : <néant> Consultance : <néant> Voyages-Congrès : <néant>

3 Augmentation de l espérance de vie dans les pays occidentaux dans les dernières décénies

4

5 Espérance de vie en Belgique en ,90 ans 78,55 ans pour les hommes 83,16 ans pour les femmes

6 Espérance de vie résiduelle en Belgique en 2015 A 75 ans: -11,54 ans -10,73 ans pour les hommes -12,84 ans pour les femmes A 80 ans:-8,72 ans -7,81 ans pour les hommes -9,30 ans pour les femmes A 85 ans:-6,20 ans -5,38 ans pour les hommes -6,35 ans pour les femmes

7 Les maladies cardiovasculaires restent la première cause de mortalité chez les sujets âgés.

8

9 Les traitements hypolipémiants pourraient donc avoir une place dans la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires des séniors.

10 Constatations: Quand les patients âgés sont traités par statines, on leur fait plus rarement atteindre les cibles thérapeutiques recommandées. Souvent, les sujets âgés à haut risque sont moins bien traités par les différentes méthodes reconnues y compris le traitement par statines.

11 Evidence for age-based rationing in a Swiss University Hospital Daniel Jenni et al. SWISS MED WKLY 2001; Coronary angiography Age > 75 years Age < 75 years p-value 22% 83% p< 0,0001 Stress imaging 31% 52% p< 0,001 Beta-blocker 57% 65% p= 0,18 Statins in hypercholesterolae mia CAD risk factors in discharge letter Median hospitalisation 51% 85% p= 0,058 73% 89% p< 0,001 13,4 days 10,9 days p< 0,04

12

13 Hélas, les études cliniques dédiées spécifiquement aux sujets âgés dans ce domaine manquent pour avoir des attitudes pouvant reposer solidement sur de la médecine factuelle (EBM).

14 Les échelles de calcul de risque cardiovasculaire ne sont pas parfaitement adaptées aux patients âgés et pourraient sous ou surestimer le risque cardiovasculaire.

15 Il existe des craintes de développement d effets secondaires plus nombreux et plus particulièrement musculaires avec l utilisation des statines chez les patients âgés.

16 Risque cardiovasculaire et âge Les études épidémiologiques ont clairement montré que le risque cardiovasculaire augmente avec l âge et ceci pour les deux sexes

17 Risque cardiovasculaire et âge La probabilité d hospitalisation pour maladie cardiovasculaire est 18 fois plus importante après 85 ans versus avant 30 ans.

18

19 Risque cardiovasculaire et âge A part l âge, les autres facteurs de risque cardiovasculaire restent les mêmes chez les sujets âgés que pour les plus jeunes (diabète, HTA, tabagisme, ) et sont plus fréquents avec l âge.

20 Risque cardiovasculaire et âge Le lien statistique entre le taux de cholestérol total et la mortalité cardiovasculaire est moins fort avec l âge mais existe encore.

21

22 Risque cardiovasculaire et âge Traitement => chute plus faible du risque relatif. Traitement => comme le risque absolu est plus grand chez le sujet âgé, le gain absolu est plus important et ne nombre de patients à traiter pour éviter un évènement est donc plus faible.

23 Preuves des études cliniques pour le traitement par statines des sujets âgés 1997 Etude 4 S (prévention secondaire): 4444 patients dont 1021 de plus de 65 ans et suivi de 5,4 ans. Réduction de 34% de mortalité totale Réduction de 43% de mortalité CV Réduction de 34% d évènements CV majeurs Réduction de 41% de revascularisation dans le groupe de 65 ans et plus.

24 Etude Scandinavian Simvastatine Study (4S)

25 Preuves des études cliniques pour le traitement par statines des sujets âgés 1998: CARE (prévention secondaire): dans le sous-groupe des patients > 65 ans, si traitement pravastatine: -Diminution de 32% des MCV (p< 0,001) -Diminution de 40% des AVC (p< 0,03)

26 Preuves des études cliniques pour le traitement par statines des sujets âgés

27 Preuves des études cliniques pour le traitement par statines des sujets âgés 2001: LIPID (prévention secondaire) (9014 patients, 3514 patients de 65 à 75 ans) si traitement pravastatine: Le bénéfice mesuré est identique dans le groupe ans versus < 65 ans.

28 Preuves des études cliniques pour le traitement par statines des sujets âgés 2007: Méta-analyse > patients > 60 ans traités par statines (Roberts et al, J Gerontol.) -Réduction de 15% de mortalité totale -Réduction de 23% de mortalité CV -Réduction de 24% des AVC - Réduction de 26% des infarctus

29 Preuves des études cliniques pour le traitement par statines des sujets âgés 2009: Méta-analyse > patients en prévention primaire (Brugts JJ et al BMJ) traités par statines: -Diminution des évènements coronariens -Diminution des évènements cérébro-vasculaires -Diminution de mortalité totale Mais p > 0,05

30 Preuves des études cliniques pour le traitement par statines des sujets âgés 2012: Méta-analyse de 27 études randomisées (Mihaylova B et al, LANCET) Risque relatif d évènements cardiovasculaires majeurs par chute de 1 mmol/l de LDL-chol: < 60 ans: 0,77 (p < 0,001) 60 à < 70 ans: 0,78 (p < 0,001) > 70 ans: 0,83 (p < 0,001)

31 Preuves des études cliniques pour le traitement par statines des sujets âgés 2013: PROSPER (5804 patients de 70 à 82 ans) Bénéfice significatif du traitement(prava)/placébo. -Réduction de 19% des évènements coronariens après 3,2 ans (p=0,006) -Réduction de 20% après 8,6 ans (p=0,006)

32

33 Preuves des études cliniques pour le traitement par statines des sujets âgés D autres études ont montré un bénéfice tant en terme de maladies cardiovasculaires qu en terme de mortalité totale, quelle que soit la classe d âge et y compris chez les patients de plus de 80 ans.

34 Recommandations relatives au traitement des hyperlipidémies chez les personnes âgées du Belgian Lipid Club (Basées sur les recommandations de l ESC/EAS)

35 Recommandations relatives au traitement des hyperlipidémies chez les personnes âgées du Belgian Lipid Club Classes de recommandation Classe I Classe II Classe II a Classe II B Classe III Définition Preuve et/ou accord général sur le fait qu un traitement ou une procédure sont bénéfiques, utiles, efficaces. Preuve d un conflit et/ou une divergence d opinons sur l utilité/efficacité du traitement ou de la procédure en question. Le poids de la preuve/opinion est en faveur de l utilité/efficacité. L utilité/efficacité est moins bien établie par la preuve/opinion. Preuve ou accord général sur le fait que le traitement ou la procédure en question n est pas utile/efficace, et peut être nuisible dans certains cas. Est recommandé(e)/est indiqué(e). Devrait être considéré(e). Peut être considéré(e). N est pas recommandé(e).

36 Recommandations relatives au traitement des hyperlipidémies chez les personnes âgées du Belgian Lipid Club Niveau de preuve Niveau de preuve A Niveau de preuve B Niveau de preuve C Données issues de plusieurs essais cliniques randomisés ou méta-analyses. Données issues d une seule étude clinique randomisée ou de grandes études non randomisées. Consensus de l opinion des experts et/ou petites études rétrospectives, registres.

37 Recommandations relatives au traitement des hyperlipidémies chez les personnes âgées du Belgian Lipid Club Comme pour les patients plus jeunes, le traitement par statines est recommandé pour les patients âgés en prévention secondaire. (classe de recommandation I, niveau de preuve II)

38 Recommandations relatives au traitement des hyperlipidémies chez les personnes âgées du Belgian Lipid Club Du fait que les sujets âgés présentent souvent des comorbidités et une pharmacocinétique altérée, il est recommandé de démarrer le traitement hypolipémiant à faible dose puis de l augmenter progressivement avec prudence pour atteindre les taux lipidiques cibles qui sont identiques à ceux des patients jeunes. (classe de recommandation I, niveau de preuve C)

39 Recommandations relatives au traitement des hyperlipidémies chez les personnes âgées du Belgian Lipid Club Le traitement par statines peut être envisagé chez la personne âgée sans maladie cardiovasculaire, surtout en présence d au moins un facteur de risque cardiovasculaire autre que l âge. (classe de recommandation IIb, niveau de preuve B)

40 Conclusions Le risque cardiovasculaire augmente avec l âge. L hypercholestérolémie reste un facteur de risque des MCV chez le sujet âgé. En prévention secondaire, le traitement par statine est recommandé chez la personne âgée. En prévention primaire, il y a moins d EBM mais le traitement peut être envisagé surtout en présence d autres facteurs de risque et d une espérance de vie suffisante.

41 MERCI

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique, groups d

Plus en détail

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Justification L hypercholestérolémie est un facteur de risque

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Il existe une relation évidente et démontrée entre le niveau

Plus en détail

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Introduction Bien que les statines aient

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES

PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES Dr Bertrand Guignard Pharmacie des HUG Pharmacie des HUG: Cycle de formation en communication scientifique EVIDENCE BASED PRACTICE Evidence-based medicine Evidence-based

Plus en détail

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer?

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Médecins de Famille Genève 3 avril 2014 Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Dr Cédric Vuille Nyon et Service de Cardiologie, HUG Cas clinique Patient asymptomatique de 65 ans. HTA à 140/90 sous

Plus en détail

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Annexe II Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Le Résumé des Caractéristiques du Produit et la notice sont le résultat

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique?

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? Congrès American College of Cardiology Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Lipides et diabète 1. Une dyslipidémie athérogène Les diabétiques de type

Plus en détail

Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol?

Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol? Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol? Auteurs : Caroline Huas, Rémy Boussageon, Denis Pouchain Résumé de la table ronde (durée 2h) par Aurélien Vandenameel et Maxence Stettner Objectifs : Présenter

Plus en détail

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie Démences et dyslipidémies Epidémiologie Démences et dyslipidémies: plan Epidémiologie -Cholestérol et risque de MA: 3 -Apport de graisses et MA: 4 -HDL bas et LDL élevé et risque de MA: 4 -ApoA1 et MA:

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

Bande annonce ARTE Donc, 5 visiteurs sur 6 n ont visionné que la version négationniste Discours habituel du Dr De Lorgeril Le lundi 29 mars 2010 à 01:29, par Mario Desaulniers Bonjour M. de Lorgeril,

Plus en détail

Quel anti-diabétique oral rajouter chez les diabétiques de type 2 dont la glycémie est mal contrôlée sous Metformine?

Quel anti-diabétique oral rajouter chez les diabétiques de type 2 dont la glycémie est mal contrôlée sous Metformine? CREMA Mélissa Vetsch Août 2012 Situation clinique Patient nigérian de 48 ans en BSH avec AF + pour diabète de type II Mise en évidence HbA1c à 8.8% Introduction Metformine à 500mg 2x/j Augmentation à 850mg

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES. par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer

LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES. par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer ESC/ EAS GUIDELINES 2016 Question aux auditeurs : Croyez-vous que le cholestérol soit un facteur

Plus en détail

Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies

Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Dr Vanina Bongard Unité de Prévention de l Athérosclérose, Hôpital Rangueil Service d Epidémiologie, CHU de Toulouse

Plus en détail

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011?

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011? Un homme de 55 ans vous consulte pour un bilan de santé. Aucune plainte. Connu pour une hypertension artérielle traitée par lisinopril et thiazide. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio-

Plus en détail

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Les différents traitements et interventions sur le RCV Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Traitements médicamenteux De l HTA Pour qui? C t? Du Diabète Comment?

Plus en détail

Lecture Critique d Article (LCA): Les points clé pour le Praticien?

Lecture Critique d Article (LCA): Les points clé pour le Praticien? Lecture Critique d Article (LCA): Les points clé pour le Praticien? E. ANDRES Département de Formation Permanente (DEFOPE) Faculté de Médecine de Strasbourg U-FMC Laboratoire de Recherche en Pédagogie

Plus en détail

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE Mr D. 58 ans Caroline CHARPE ATCD Epicondylite du coude gauche Coronaropathie Diabète de type 2 Hydrocèle opérée Traitements Plavix clopidogrel Detensiel bisoprolol Tahor atorvastatine Rasilez aliskirène

Plus en détail

Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf?

Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf? 1 Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf? Publié le 3 Jan 2017 Un entretien avec Éric BRUCKERT, Service d endocrinologie métabolisme et prévention cardiovasculaire, hôpital Pitié-Salpêtrière,

Plus en détail

MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES

MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES Page 1 de 8 MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES 1. PRINCIPAUX FAITS OMS 2015 Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes

Plus en détail

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 2005 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude FIELD : un fibrate ou une statine pour la prise en charge de la dyslipidémie des diabétiques de type 2? Le diabétique

Plus en détail

SYNDROME CORONARIEN AIGU. Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail

SYNDROME CORONARIEN AIGU. Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail SYNDROME CORONARIEN AIGU Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail 400 morts / jour = 147 000 morts / an 1 ère cause de mortalité chez les femmes et les + de 65 ans 2 millions de français

Plus en détail

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement Les indices d efficacité Quantification de l effet traitement 1 Objectifs Résultats d apprentissages indices d efficacité : L étudiant doit : Comprendre la mesure quantifiée de l effet d un traitement

Plus en détail

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions Docteur, à mon âge, faut-il encore contrôler le cholestérol? Et dois-je vraiment continuer l aspirine? Prof. Dr. med. N. Rodondi, Médecin Chef de la Policlinique Médicale Clinique Universitaire et Policlinique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juin 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 24 janvier 2001 (JO du 14 janvier 2001). ELISOR 20 mg, comprimé sécable

Plus en détail

Au cours des années , le nombre annuel moyen de décès par cardiopathies ischémiques en Wallonie est de : 134 hommes et 93 femmes.

Au cours des années , le nombre annuel moyen de décès par cardiopathies ischémiques en Wallonie est de : 134 hommes et 93 femmes. Cardiopathies ischémiques Définition Les facteurs de risque des cardiopathies ischémiques (lésion des artères coronariennes) sont divers et peuvent se cumuler. Comme pour l ensemble des maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

Épidémiologie cardiovasculaire

Épidémiologie cardiovasculaire Épidémiologie cardiovasculaire Epidémiologie Variation géographique: Taux de mortalité par accidents coronariens: Grande disparité Gradient nord sud: En Europe Dans le pays Prédominance dans les pays industrialisés

Plus en détail

Les deux décennies écoulées ont

Les deux décennies écoulées ont Prise en charge des dyslipidémies : le sacre des statines Au terme de 20 ans d essais cliniques importants, les statines sont devenues une classe thérapeutique majeure de la prévention du risque cardiovasculaire.

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN

Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN 2011-2012 Dr S. BENBEKHTI Epidémiologiste Service de Prévention Générale Direction de Santé et Population Wilaya de TLEMCEN E-mail: samira_med2010@hotmail.fr

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Secrétaire Général de la Société Française de Cardiologie Service de Cardiologie B, CHU de Toulouse 2 cet intervenant : a déclaré n avoir aucun lien

Plus en détail

Les AVC. Actualités thérapeutiques et Réseaux de prise en charge en région Centre Val de Loire. Dr C Ozsancak

Les AVC. Actualités thérapeutiques et Réseaux de prise en charge en région Centre Val de Loire. Dr C Ozsancak Les AVC Actualités thérapeutiques et Réseaux de prise en charge en région Centre Val de Loire. Dr C Ozsancak AVC: la nouvelle chaine de survie Régulation et transport SAU Imagerie Thrombo lyse Thrombec

Plus en détail

A u congrès de l American

A u congrès de l American Diabète de type 2 : pas de bénéfice à intensifier le traitement antihypertenseur et hypolipémiant Données de l étude ACCORD Marie VIRALLY Copyright 217 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant

Plus en détail

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Pr. Philippe ZERR docteurzerr@gmail.com Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Tous droits réservés D.Rozenbaum, P.Zerr Dr David ROSENBAUM

Plus en détail

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles D. Nibouche Risque de 1 er IDM avant l âge de 40 ans ETUDE INTERHEART Le risque le plus élevé de faire un 1er IDM avant 40 ans

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu

PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu RII UMF-CSSSNL Forum de médecine familiale * Parution dans le NEJM du 20 novembre 2008 PERTINENCE

Plus en détail

Vignettes cliniques cholestérol - diabète

Vignettes cliniques cholestérol - diabète Vignettes cliniques cholestérol - diabète Dr David Nanchen, MER Médecin-adjoint Butticaz Christophe, FAMH Chef de laboratoire Centre de prévention clinique et communautaire Policlinique Médicale Universitaire

Plus en détail

Dr A. Noseda Pneumologie, CHU Brugmann. Journée e Scientifique de la Clinique du Ronflement, 20 novembre 2010.

Dr A. Noseda Pneumologie, CHU Brugmann. Journée e Scientifique de la Clinique du Ronflement, 20 novembre 2010. LE SAS EST-IL UN FACTEUR DE RISQUE POUR LA MORBIDITE CARDIO-VASCULAIRE? Dr A. Noseda Pneumologie, CHU Brugmann Journée e Scientifique de la Clinique du Ronflement, 20 novembre 2010. L impact cardio-vasculaire

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 6 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 6 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 6 novembre 2002 TAHOR 80 mg, comprimé Boîte de 28 et 50 Laboratoires PFIZER Atorvastatine Liste I Date de l'amm : 9 octobre 2000

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire

Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire Texte des recommandations INTRODUCTION 1. Thème des recommandations La

Plus en détail

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A.

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Boudiba; Service de Diabétologie, CHU Mustapha - Alger Centre. Introduction:

Plus en détail

LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE

LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE BUM : HTA Introduction Le contexte : l HTA c est : Une prévalence extrêmement élevée Une préoccupation de soins primaires

Plus en détail

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN PRÉVENTION PRIMAIRE I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. III. SOURCE Recommandations ANAES : «Modalités de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016 atorvastatine calcique trihydratée TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 343 067 5 4) B/90 (CIP : 34009 371 992 1 6) TAHOR 20 mg, comprimé

Plus en détail

FICHE MÉDECIN TRAITANT

FICHE MÉDECIN TRAITANT FICHE MÉDECIN TRAITANT Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale OBJECTIFS Améliorer le dépistage des anévrismes de l aorte abdominale. Cette fiche d information médecin a pour objet

Plus en détail

Maladie Thrombo-Embolique Veineuse et risque cardiovasculaire : analyse d une cohorte rétrospective à 1 an et à 5 ans, intérêts pour la pratique

Maladie Thrombo-Embolique Veineuse et risque cardiovasculaire : analyse d une cohorte rétrospective à 1 an et à 5 ans, intérêts pour la pratique Maladie Thrombo-Embolique Veineuse et risque cardiovasculaire : analyse d une cohorte rétrospective à 1 an et à 5 ans, intérêts pour la pratique HAMPTON Jennifer, DESC 2 MV, Université Aix Marseille Dr

Plus en détail

LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007

LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007 LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007 Des chiffres qui parlent Le tabac : première cause de mortalité évitable 510 000 décès / an en France 60 000 liés au tabac

Plus en détail

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi,

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, Cœur et travail 2013 Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, R. Brion «Centre Bayard», 69 100 Villeurbanne «Dieulefit-Santé», 26 260 Dieulefit? Quantifier le risque Risque cardio-vasculaire

Plus en détail

Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie. H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha

Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie. H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha Introduction : o La dyslipidémie du diabétique est caractérisée

Plus en détail

Comment mesurer la PA chez le sujet âgé?

Comment mesurer la PA chez le sujet âgé? Comment mesurer la PA chez le sujet âgé? Athanase Bénétos CHU de Nancy CIFGG Nice, 20 octobre 2010 Conflits d intérêts Honoraires Boehringer Servier Menarini Sanofi Bayer Diatecne Atcor Comment mesurer

Plus en détail

THS et risques. cardio-vasculaires. et hormonaux

THS et risques. cardio-vasculaires. et hormonaux THS et risques cardio-vasculaires et hormonaux THS et risques cardio-vasculaires et hormonaux THS et risques non cardio-vasculaires - risque mammaire: 4 - risque non mammaire et non vasculaire: 5 THS et

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION. Autorisation de Mise sur le Marché TRIATECKIT, comprimé sécable et RAMIKIT, comprimé sécable Juillet 2006

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION. Autorisation de Mise sur le Marché TRIATECKIT, comprimé sécable et RAMIKIT, comprimé sécable Juillet 2006 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION Autorisation de Mise sur le Marché TRIATECKIT, comprimé sécable et RAMIKIT, comprimé sécable Juillet 2006 INTRODUCTION Une demande d AMM en Procédure Nationale pour TRIATEC

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

Les AVCs en médecine interne: Etiologies et facteurs de risque chez les patients victimes d un accident vasculaire cérébral

Les AVCs en médecine interne: Etiologies et facteurs de risque chez les patients victimes d un accident vasculaire cérébral Les AVCs en médecine interne: Etiologies et facteurs de risque chez les patients victimes d un accident vasculaire cérébral BEDJAOUI C, Ibrir M, Boudjelida H,Hakem D, Berrah A Service de Médecine Interne

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

La Controverse sur les Statines. Jean-François RENUCCI Médecine Vasculaire Pôle Cardio Vasculaire et Thoracique Hôpital de la TIMONE - MARSEILLE

La Controverse sur les Statines. Jean-François RENUCCI Médecine Vasculaire Pôle Cardio Vasculaire et Thoracique Hôpital de la TIMONE - MARSEILLE Jean-François RENUCCI Médecine Vasculaire Pôle Cardio Vasculaire et Thoracique Hôpital de la TIMONE - MARSEILLE UN EVEN MENT! L impact des Statines : Les effets secondaires Les Statines : «Les statines

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques FENOFIBRATE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 Au cours des vingt dernières années, la mortalité cardiovasculaire a considérablement baissé dans les pays

Plus en détail

Pr. Alain CHAMOUX, Université d Auvergne

Pr. Alain CHAMOUX, Université d Auvergne Pr. Alain CHAMOUX, Université d Auvergne Colloque Cœur et Travail, Paris, 17 novembre 2011 1er poste de mortalité: infarctus, AVC, IVG 1er poste de morbidité: HTA, Angor, insuffisance cardiaque, arythmies

Plus en détail

Le Consensus de Princeton-III Risques cardiométaboliques et Santé Sexuelle Féminine

Le Consensus de Princeton-III Risques cardiométaboliques et Santé Sexuelle Féminine Le Consensus de Princeton-III Risques cardiométaboliques et Santé Sexuelle Féminine Pierre Alarie, Montréal Amsterdam, Décembre 2012, Session SFMS Avancées en Médecine Sexuelle 2012 Le Consensus RÉSULTATS

Plus en détail

Prévention secondaire des AVC

Prévention secondaire des AVC Prévention secondaire des AVC AVC 3 ère cause de mortalité 1 ère cause de handicap 90% d origine ischémique 40% cryptogénique Foramen ovale perméable Foramen ovale perméable C est la malformation cardiaque

Plus en détail

Réadaptation cardiaque et éducation thérapeutique. Dr Sylvain GRALL

Réadaptation cardiaque et éducation thérapeutique. Dr Sylvain GRALL Réadaptation cardiaque et éducation thérapeutique Dr Sylvain GRALL Conflits d intérêt Pas de conflits d intérêt en rapport avec cette présentation La réadaptation, un traitement sous-utilisé en France

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE Bernard CHAMONTIN Service de Médecine Interne et Hypertension Artérielle Pole Cardiovasculaire et Metabolique CHU Rangueil TOULOUSE Toulouse le 27 mai 2011 Women s

Plus en détail

Fréquence cardiaque et pronostic cardiovasculaire

Fréquence cardiaque et pronostic cardiovasculaire Fréquence cardiaque et pronostic cardiovasculaire E. Schroeder 10 e Colloque à Orval Organisé par l'ecu-ucl UCL et les généralistes de la Province du Luxembourg Orval, le 1 er mai 2010 Fréquence cardiaque

Plus en détail

Priorités de recherche laitières pour Volet B : Nutrition et santé humaines

Priorités de recherche laitières pour Volet B : Nutrition et santé humaines Priorités de recherche laitières pour 2013-2018 Volet B : Nutrition et santé humaines Priorités de recherche laitières pour 2013-2018 : Nutrition et santé humaines 1 Santé cardiovasculaire Il y a une controverse

Plus en détail

HTA du sujet âgé. Absence de lien d intérêt 8 ème Journée de cardiologie du 9 Juin Pr Eric Cailliez

HTA du sujet âgé. Absence de lien d intérêt 8 ème Journée de cardiologie du 9 Juin Pr Eric Cailliez HTA du sujet âgé Absence de lien d intérêt 8 ème Journée de cardiologie du 9 Juin 2016 Épidémiologie Prévalence de l HTA augmente avec l âge 70 % des sujets de plus de 80 ans sont hypertendus En France,

Plus en détail

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Journées nationales du GERS 4 octobre 2012 Strasbourg Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Dr B. PAVY, Machecoul - FR Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Projet de mutualisation de l Activité physique en Oncologie : 1 ère Réunion

Projet de mutualisation de l Activité physique en Oncologie : 1 ère Réunion Projet de mutualisation de l Activité physique en Oncologie : 1 ère Réunion 24-6-2013 Ordre du jour Rationnel du projet Les données de la littérature Objectifs du projet Tour de table Intérêt au projet

Plus en détail

Diabète de la personne âgée: Quel contrôle glycémique? A quel prix?

Diabète de la personne âgée: Quel contrôle glycémique? A quel prix? Diabète de la personne âgée: Quel contrôle glycémique? A quel prix? Nice, 21.10.2010 Docteur Ulrich Vischer, P.D., CC Département de Réhabilitation et Gériatrie Hôpital de Gériatrie 3, ch. Du Pont Bochet

Plus en détail

Tabagisme et maladies cardiovasculaires Accidents Neurovasculaires

Tabagisme et maladies cardiovasculaires Accidents Neurovasculaires Tabagisme et maladies cardiovasculaires Accidents Neurovasculaires Marie Girot Urgences Neurologiques Pôle de l urgence CHRU LILLE marie.girot@chru-lille.fr Jeudi 5 Novembre 2015, SFT LES AVC Chaque année

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques FENOFIBRATE

Plus en détail

EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI

EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI COCKROFT GAULT HOMME 1.23 x poids x 140 âge / créatininémie (µmols/litre) FEMME 1.04 x poids x 140 âge / créatininémie (µmols/litre) MDRD LA MOINS

Plus en détail

Athérosclérose et risque cardiovasculaire

Athérosclérose et risque cardiovasculaire Athérosclérose et risque cardiovasculaire Dr Adel Rhouati 1Epidémiologie : Athérosclérose :Principale étiologie des maladies cardio-vasculaires (MCV) - ~ 90% des SCA - ~ 50% des AVC Maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Sta$nes en préven$on primaire. Le doute est- il possible?

Sta$nes en préven$on primaire. Le doute est- il possible? Sta$nes en préven$on primaire Le doute est- il possible? Déclara$on d intérêt YLN et JPV : aucun conflit d intérêt financier YLN et JPV : membres de la SFDRMG et à ce Btre inibateurs du wikidpc JPV : rédacteur

Plus en détail

11 h h 30 Salle Philippe Marache Séance plénière. «Dialyse et maladies cardio-vasculaires»

11 h h 30 Salle Philippe Marache Séance plénière. «Dialyse et maladies cardio-vasculaires» 11 h 00 12 h 30 Salle Philippe Marache Séance plénière «Dialyse et maladies cardio-vasculaires» 11h36 - Dépistage des complications athéromateuses Cardio-vasculaires du dialysé ou de l insuffisant rénal

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE - THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE - THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE - THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala 1 PLAN Indications THS Avantages et risques du THS Protocoles thérapeutiques

Plus en détail

Prise en charge HTA essentielle en Dr Baroudi cardiologue CH chateauroux

Prise en charge HTA essentielle en Dr Baroudi cardiologue CH chateauroux Prise en charge HTA essentielle en 2012 Dr Baroudi cardiologue CH chateauroux Année 2011 decision de HAS de retirer l'hta de la liste des affections de longue durée. 12 millions en France. Femme: 31,7%.

Plus en détail

CADUET 5mg/10mg, comprimé pelliculé CADUET 10mg/10mg, comprimé pelliculé. Rapport public d évaluation

CADUET 5mg/10mg, comprimé pelliculé CADUET 10mg/10mg, comprimé pelliculé. Rapport public d évaluation CADUET 5mg/10mg, comprimé pelliculé CADUET 10mg/10mg, comprimé pelliculé Rapport public d évaluation INTRODUCTION Une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) a été octroyée en France le 07 juillet 2005

Plus en détail