Car Insurance Survey. L assurance automobile RC chez les jeunes. Statistics Belgium. Rapport final

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Car Insurance Survey. L assurance automobile RC chez les jeunes. Statistics Belgium. Rapport final"

Transcription

1 L assurance automobile RC chez les jeunes Car Insurance Survey Rapport final Statistics Belgium Direction générale Statistique et Information économique

2 Table des matières 1 But et objet de l'étude Collecte des données Résultats et analyse Détention d un permis de conduire de type B Tentative de souscription d'une assurance à son nom L'assurance automobile actuelle Bureau de Tarification Conclusions Annexes Annexe 1 : échantillonnage Annexe 2 : calcul des poids Annexe 3 : questionnaire «Car Insurance Survey»... 27

3

4 1 But et objet de l'étude En 2012, Monsieur Johan Vande Lanotte, Vice-Premier Ministre et Ministre de l Économie, des Consommateurs et de la Mer du Nord, a chargé son administration d'étudier l accessibilité de l assurance automobile responsabilité civile pour les jeunes conducteurs. La DGSIE a proposé de réaliser une enquête auprès des jeunes conducteurs et le Ministre lui a confié cette mission. L'objectif principal de cette enquête est d'étudier de quelle manière les jeunes ont accès à l'assurance automobile. Elle examine notamment si les jeunes doivent régulièrement faire face à des refus lorsqu'ils essayent de contracter une assurance automobile. Elle analyse également dans quelle mesure les jeunes sont actifs dans la recherche d'une assurance automobile. Elle étudie ensuite de quelle manière les jeunes contractent cette assurance et s'ils doivent faire appel ou non au Bureau de Tarification. La DGSIE a rédigé un questionnaire qui pouvait être rempli soit en ligne, soit par écrit. Le prochain point de ce rapport détaille la méthode utilisée pour collecter les données. 3

5 2 Collecte des données Pour récolter les informations auprès des jeunes, nous avons choisi une interrogation en ligne (CAWI) et postale, en raison de la catégorie d'âge du groupe cible et des moyens disponibles. L'échantillon a été tiré dans le Registre national. Tous les individus âgés de 18 à 29 ans qui résident en Belgique et n'appartiennent pas à un ménage collectif, entraient en ligne de compte. Afin de favoriser la représentativité de l'échantillon net, une stratification a été opérée au moment du tirage en fonction de la région, du degré d urbanisation, du sexe, de l'âge et de la taille du ménage. L'échantillon initial comptait individus. Compte tenu du faible taux de réponse et du fait qu'un répondant sur trois n'est pas titulaire du permis de conduire, il s'est avéré nécessaire de tirer un échantillon complémentaire de personnes afin d'atteindre le nombre minimal de répondants utilisables pour analyse qui était fixé à Vous trouverez davantage d'informations sur l'échantillonnage en annexe 1. Le questionnaire est un questionnaire auto-administré développé en version Internet (CAWI) et en version papier (7 pages en couleur) (voir annexe 3). Il aborde les sujets suivants : l utilisation actuelle d une voiture, le véhicule avec lequel la personne a roulé au cours des 12 derniers mois, le fait de contracter pour la première fois une assurance automobile à son nom, le Bureau de Tarification, les caractéristiques socio-démographiques. Le questionnaire a été testé auprès de 7 personnes. Le test a montré que la durée moyenne pour remplir le questionnaire était de 15 minutes à condition que le répondant soit bien informé à propos de la voiture et de l'assurance (ou que le propriétaire de la voiture soit disponible) et ait les documents (carte rose, carte verte, police d'assurance) à portée de main. Comme le Registre national ne contient pas d'adresse courriel, les répondants ont toujours été contactés par courrier : Tous les répondants sélectionnés reçoivent une lettre du SPF Économie leur demandant de participer à l'enquête via l'enquête en ligne. La lettre contient l'url, leur identifiant et leur mot de passe. Elle ne mentionne rien sur la possibilité d'une version papier. Les répondants qui ne participent pas à l'enquête en ligne, reçoivent une lettre de rappel avec une version papier du questionnaire et une enveloppe port payé leur permettant de renvoyer le questionnaire. Ils ont encore la possibilité de participer sur Internet. En l'absence de réponse, une deuxième lettre de rappel est envoyée. Cette lettre contient l'url de l'enquête en ligne, l'identifiant et le mot de passe. Bien entendu, le répondant peut encore utiliser le questionnaire écrit qui lui a été envoyé avec la première lettre de rappel. Les premières lettres ont été envoyées le 27 mars. Le travail de terrain a été définitivement clôturé le 5 juillet questionnaires ont été remplis. Pour d'entre eux, le répondant disposait au 4

6 minimum d'un permis de conduire B. 66% des questionnaires ont été remplis via CAWI (Internet), les 34% restants sur papier. Après la deuxième lettre de rappel, le taux de réponse global s'élevait à 17,1%. Seulement 3,6% des répondants ont complété le questionnaire après réception de la première lettre. La première lettre de rappel a augmenté le taux de réponse à 9,3%. La Wallonie affiche le plus haut niveau de réponse avec un taux de 19,0% Le taux de réponse s'élevait à 17,2% en Flandre et 15,0% à Bruxelles. L'âge n'a pas eu d'effet linéaire sur le taux de réponse. Le taux de réponse a été plus élevé chez les femmes (+ 18,5%) que chez les hommes (15,8%). Pour les analyses, l'échantillon net a été pondéré en fonction de la répartition de la population selon la région, le degré d'urbanisation, le sexe, la taille du ménage, l'âge et le diplôme (voir annexe 2 pour davantage d'informations sur le calcul des pondérations). Pour des raisons de qualité, 34 interviews n'ont pas été retenues pour l'analyse. L'échantillon net compte dès lors répondants. 5

7 3 Résultats et analyse Ce chapitre analyse les résultats de l enquête sur l assurance automobile chez les jeunes. La DGSIE a obtenu ces résultats en appliquant des poids calibrés aux données de l échantillon, comme précisé précédemment. Vous trouverez de plus amples informations sur l obtention des poids calibrés en annexe 2. Le calibrage permet de tirer des conclusions pour l ensemble de la population analysée. Ce chapitre se décline en quatre parties. La première portera sur la détention du permis par les jeunes. La deuxième partie s intéressera à la souscription d'une assurance automobile à son nom. La troisième partie traitera de l'assurance automobile actuelle. La dernière partie se penchera sur le Bureau de Tarification. 3.1 Détention d un permis de conduire de type B Il ressort de l enquête qu environ 35% des jeunes ne sont pas titulaires d un permis de conduire B ou d une catégorie supérieure. Ce groupe de jeunes n est dès lors pas à la recherche d une assurance automobile. Le graphique ci-dessous montre la répartition exacte du type de permis de conduire détenu par les jeunes. Le permis B ou l absence de permis sont les catégories les plus représentées. Graphique 1. Ventilation selon la catégorie de permis de conduire détenu par les jeunes (18 à 29 ans) Ventilation par catégorie de permis Permis de conduire C ou supérieur 2,0 % Permis de conduire B 63,4 % Permis de conduire A 2,9 % Pas de permis de conduire 31,7% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% Afin de vérifier s il s agissait d un résultat représentatif de la population, la DGSIE a demandé au Service public fédéral Mobilité (SPF Mobilité) de fournir des données anonymes (base de données des permis de conduire) sur la répartition en fonction de l âge ou de l année de naissance des jeunes. Le SPF Mobilité a pu satisfaire cette requête. La DGSIE a mis en corrélation la ventilation selon l année de naissance fournie par le SPF Mobilité avec celle de la population dans le Registre national. Ces données ont montré que 61,8% des 18 à 29 ans détenaient un permis de conduire B ou d une catégorie supérieure, tandis que 38,2% n en possédaient pas encore. Ce point de référence a permis de conclure que l écart entre les deux ventilations était ténu. Le résultat obtenu peut dès lors être considéré comme 6

8 représentatif de la population. La petite différence pourrait s expliquer par le fait que les jeunes sans permis de conduire sont moins enclins à participer à l enquête. Ces pourcentages, obtenus en liant les données de la base de données «permis de conduire» à la ventilation selon l âge des jeunes dans le Registre national, masquent toutefois de grandes disparités au sein du groupe des 18 à 29 ans en ce qui concerne la détention d un permis B ou d une catégorie supérieure. Une analyse détaillée par année de naissance montre clairement que ce sont principalement les jeunes de moins de 21 ans qui ne disposent pas encore de permis de conduire. Ce constat ressort clairement dans le graphique ci-dessous. Il faut attendre l âge de 21 ans, soit l année de naissance 1992 ou une année antérieure, pour obtenir une proportion plus élevée de jeunes avec un permis de conduire que sans permis. Graphique 2. Détention d un permis de conduire : ventilation selon l année de naissance (extraction 2013) 100,0% 90,0% 80,0% 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% % avec permis % sans permis L étude examine également s il existe un lien entre l âge et la détention d un permis. Pour ce faire, les jeunes ont été répartis en deux groupes afin d établir une comparaison : d une part, les jeunes entre 18 et 24 ans et d autre part, ceux âgés de 25 à 29 ans. Cette répartition s explique par le fait que des études relatives aux jeunes conducteurs définissent les jeunes comme la catégorie d âge des 18 à 24 ans ou celle des 18 à 29 ans 1. Autrement dit, certaines études incluent les 25 à 29 ans, d autres non. C est pourquoi la DGSIE a décidé de comparer ces deux groupes entre eux dans le cadre de cette étude. Par ailleurs, les statistiques relatives aux accidents montrent que le risque d accident diminue lorsque les jeunes atteignent l âge de 25 ans, fournissant ainsi une raison supplémentaire pour cette répartition. 2 Ce constat pourrait peser sur le montant de la prime que les jeunes doivent payer pour leur assurance automobile. Le graphique 3 montre qu il existe une différence significative entre le groupe des 18 à 24 ans et celui des 25 à 29 ans en ce qui concerne la détention d un permis de conduire. Parmi le groupe plus âgé, 78,1% des jeunes disposent d un permis de conduire B ou d une catégorie supérieure, contre 56,1% chez 1 Voir étude de l IBSR «Risques pour les jeunes conducteurs dans la circulation», 2011, p.37 2 Voir étude de l IBSR «Risques pour les jeunes conducteurs dans la circulation», 2011, p.37 7

9 les 18 à 24 ans. En outre, selon le test du χ2, il existe un lien significatif (p <0,0001) entre l âge et la détention d un permis de conduire. 3 Graphique 3. Détention d un permis de conduire : ventilation selon les classes d âge 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 21,9% 34,6% 43,9% 78,1% 65,4% 56,1% entre 18 et 24 ans entre 25 et 29 ans entre 18 et 29 ans PAS de permis de conduire B ou supérieur Permis de conduire B ou supérieur 3.2 Tentative de souscription d'une assurance à son nom Lorsque les jeunes conducteurs souhaitent souscrire une assurance obligatoire «responsabilité civile», ils peuvent le faire à leur nom ou en tant que conducteur dans la police d assurance d une autre personne. Dans le premier cas de figure, le preneur d assurance est le jeune lui-même. Dans l autre cas, une autre personne contracte l assurance, mais la police d assurance stipule également que le jeune conduit le véhicule assuré. Ce chapitre traite des démarches que le jeune doit entreprendre pour contracter une assurance à son nom. Tout d abord, nous analysons combien de jeunes conducteurs ont tenté de souscrire une assurance automobile à leur nom. Ensuite, nous passerons en revue le nombre de devis que les jeunes ont demandé et obtenu. La section suivante traitera des jeunes à qui les assureurs ont refusé d octroyer une assurance à leur nom. Enfin, il sera examiné quelle affirmation décrit le plus fidèlement ces tentatives. Les jeunes ne sont pas très actifs dans leurs tentatives de contracter une assurance à leur nom. En effet, environ quatre jeunes sur dix, titulaires d un permis B ou d une catégorie supérieure, ont déjà tenté de souscrire une assurance automobile à leur nom à des fins privées. Le graphique ci-dessous montre la ventilation détaillée. 3 Pour tous les tests du χ2 réalisés dans cette analyse, la DGSIE a utilisé la procédure SURVEYFREQ dans SAS afin d établir des conclusions correctes sur les tests de signification dans l utilisation des poids dans l analyse. 8

10 Graphique 4. Pourcentage de jeunes qui ont tenté de contracter une assurance à leur nom Pas tenté 58,8% Tenté 41,2% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% En ce qui concerne les jeunes âgés actuellement entre 18 et 29 ans, il existe des différences en termes de tentatives de souscription d'une assurance, comme le montre le graphique 5. Environ un quart des jeunes âgés actuellement entre 18 et 24 ans ont déjà essayé de contracter une assurance à leur nom. En revanche, ce pourcentage s élève à 58,2% chez les jeunes âgés entre 25 et 29 ans. De plus, le test du χ2 montre qu il s agit d un écart significatif (p <0,0001). À cet égard, il faut toutefois noter que l âge actuel des jeunes ne correspond pas nécessairement à l âge auquel ils ont tenté de contracter cette assurance pour la première fois. Graphique 5. Tentative de souscription d'une assurance : ventilation selon les classes d âge 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 75,8% 24,2% 41,8% 58,2% 58,8% 41,2% PAS tenté Tenté 0% Entre 18 et 24 ans Entre 25 et 29 ans Entre 18 et 29 ans 9

11 Une explication possible serait que ce sont principalement les propriétaires de véhicule qui souscrivent une assurance automobile à leur nom. On peut supposer que les plus jeunes conducteurs sont moins souvent propriétaires d un véhicule, comme l appuie cette étude. Selon le test du χ2, il existe un lien significatif (p <0,0001) entre l âge et la détention d un véhicule. En effet, les jeunes âgés de 25 à 29 ans conduisent plus souvent leur propre véhicule que le groupe des 18 à 24 ans. Si l'on se penche sur l'âge actuel des jeunes, il faut également tenir compte du fait que les conducteurs plus âgés ont déjà bénéficié d'une durée plus longue ainsi que de possibilités plus nombreuses pour contracter une assurance à leur nom. Ensuite, la DGSIE a examiné le nombre de devis que les jeunes ont demandé et obtenu de la part des assureurs lors de leur première tentative de souscription d'une assurance à leur nom. Les analyses ci-dessous ne traitent donc que des jeunes qui ont déjà tenté de contracter une assurance à leur nom. Près de la moitié des jeunes ne demandent qu un seul devis auprès des assureurs, comme le montre le graphique 6. Moins de 5% demandent cinq devis ou plus. Il est étonnant de constater que lorsqu ils tentent de souscrire pour la première fois une assurance à leur nom, 15,4% des jeunes contractent directement une assurance automobile, à leur nom ou pas, sans même demander de devis auprès d un assureur. Quand les jeunes ne demandent qu un seul devis ou n en demandent pas, il est probable qu ils se tournent vers l assureur de leurs parents ou d autres membres de la famille. Cette enquête ne permet toutefois pas de le démontrer. Étant donné le peu d efforts consentis par les jeunes dans leurs demandes de devis, il n est pas surprenant que près de la moitié d entre eux n obtiennent qu un seul devis lors de leur première tentative de souscription d'une assurance à leur nom. Le pourcentage de jeunes conducteurs n ayant obtenu aucun devis (19,3%) est légèrement supérieur à la catégorie «aucune demande», notamment en raison des refus. Par conséquent, les jeunes n opèrent qu une comparaison très limitée entre les tarifs de différents assureurs lors de leur première tentative de souscription. Graphique 6. Ventilation du nombre de devis demandés et obtenus 60% 50% 40% 48,1% 49,2% 30% Demandés 20% 10% 15,4% 19,3% 14,8% 14,1% 13,8% 11,3% 3,8% 2,9% 4,8% 2,5% Obtenus 0% Aucun devis 1 devis 2 devis 3 devis 4 devis 5 ou plus devis 10

12 Le graphique 7 montre les pourcentages du nombre de refus essuyés par les jeunes (en pourcentage) lors de leur première tentative de souscription d'une assurance à leur nom. Il faut toutefois noter qu il s agit uniquement de refus explicites. Le pourcentage de jeunes ayant essuyé un refus d'établir un devis s élève à 4,9%. Un pourcentage moins élevé (2,4%) s'est heurté à deux refus. Un pourcentage similaire s est vu refuser trois devis ou plus. Au total, seulement 10% des jeunes ont donc essuyé au moins un refus dans leur tentative de souscription d'une assurance à leur nom. Les assureurs ont accepté d établir un devis pour une large majorité des jeunes (environ 80%). Les 10% restants ne se souviennent plus s ils ont fait face à un refus de la part des assureurs. Par ailleurs, la DGSIE a cherché à savoir s il y avait un rapport significatif entre l âge et le refus après une demande de devis pour une assurance automobile en nom propre. Le test du χ2 a révélé qu il n existait aucune corrélation significative entre ces deux paramètres (p=0,82). Autrement dit, les conducteurs âgés entre 18 et 24 ans ne se font pas plus ou moins refuser que la catégorie des 25 à 29 ans. Graphique 7. Ventilation du nombre de refus d'établir un devis Nombre de refus Je ne sais pas 10,0% Trois refus ou plus 2,2% Deux refus 2,4% Un refus 4,9% Pas de refus 80,5% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Le tableau 1 indique comment les jeunes évaluent leur première tentative de souscription d'une assurance à leur nom. Ils devaient choisir entre plusieurs affirmations et désigner celle qui correspondait le mieux à leur situation. Pour une très large majorité d entre eux, l affirmation «Vous avez souscrit une assurance automobile en tant que conducteur principal auprès d une compagnie d assurances» correspondait le mieux à leur situation de l'époque. Ainsi, pour environ 87% des jeunes, cette affirmation reflète le plus fidèlement le résultat de leur première tentative pour contracter une assurance à leur nom. Lors de leurs premières démarches, un peu moins de 10% des jeunes ont contracté une assurance automobile en tant que deuxième conducteur et avec une autre personne en 11

13 tant que conducteur principal. Les autres affirmations ne s'appliquent qu'à un groupe limité de jeunes et ne reflètent pas très bien le résultat de leurs premières démarches. Tableau 1. Ventilation des affirmations reflétant le mieux la première tentative de souscription d'une assurance automobile AFFIRMATION POURCENTAGE Vous avez souscrit une assurance automobile en tant que conducteur principal auprès d une compagnie d assurances. 87,2% Vous avez souscrit une assurance automobile en tant que conducteur principal auprès du Bureau de Tarification. 0,4% Une assurance automobile a été souscrite, et ce, avec une autre personne en tant que conducteur principal et vous en tant que conducteur secondaire. 9,4% Une assurance automobile a été souscrite, et ce, avec une autre personne en tant que conducteur principal et votre nom ne figure pas dans le contrat en tant que 0,3% conducteur et vous n avez pas conduit le véhicule. Une assurance automobile a été souscrite, et ce, avec une autre personne en tant que conducteur principal et votre nom n a pas été mentionné dans le contrat en tant 1,2% que conducteur, mais vous avez bel et bien conduit le véhicule. Aucune assurance automobile n a été souscrite pour le véhicule à l époque. 1,5% TOTAL 100,0% 3.3 L'assurance automobile actuelle Dans cette partie, nous traiterons d'abord de la personne mentionnée comme conducteur principal dans la police d'assurance de la voiture avec laquelle le jeune a le plus souvent roulé au cours de l'année écoulée. Ensuite, nous traiterons du coût de l'assurance automobile. Il est important de signaler que dans les analyses, nous n'avons tenu compte que de l'assurance automobile RC (= assurance responsabilité civile). Les compléments à cette assurance, comme l'assistance juridique ou d'autres types d'assurance comme l'assurance omnium partielle ou complète, n'ont pas été pris en compte. Il est possible que différentes personnes roulent avec la même voiture. La ou les personnes qui utilisent le plus la voiture sont mentionnées dans la police comme conducteur principal. Cependant, il est également possible de mentionner dans la police d'assurance d'autres personnes comme conducteur occasionnel. L'enquête montre que plus de la moitié des jeunes (55%) sont mentionnés dans la police d'assurance comme conducteur principal. Une autre situation fréquente est que l'un des parents ou les deux soient mentionnés comme conducteur principal. Cette option est utilisée par un peu moins d'un tiers des jeunes. Un peu moins de 9% déclarent rouler avec une voiture dont leur partenaire est mentionné comme conducteur principal dans la police d'assurance. Les autres options ne sont pratiquement pas appliquées. Le graphique 8 montre la ventilation détaillée. 12

14 Graphique 8. Ventilation des polices d'assurance selon la personne mentionnée comme conducteur principal 60% 50% 55,0% 40% 30% 32,5% 20% 10% 8,7% 0% Moi-même Mon/ma partenaire Mes parents Autre membre de la famille 1,3% 1,0% 1,5% Une autre personne Aucun conducteur principal mentionné Certaines personnes qui ne sont pas le conducteur principal ou le conducteur habituel roulent parfois plus souvent avec une voiture que le conducteur principal mentionné dans la police d assurance de cette voiture. Il arrive aussi que le conducteur habituel d'une voiture ne soit pas mentionné, peutêtre intentionnellement. Quand le conducteur effectif a un autre profil de risque que le conducteur principal, le risque de la police d'assurance n'est pas correctement décrit. Décrire un risque dans la police intentionnellement de manière fautive, peut être une source de problèmes en cas d'accident. Une majorité des jeunes, soit 61,9%, qui ne sont pas mentionnés personnellement comme conducteur principal, parcourent en réalité moins de kilomètres que la personne mentionnée comme conducteur principal dans la police d'assurance. Le tableau croisé 1 le montre bien. Dans la majorité des cas, le risque est correctement évalué parce que le conducteur principal mentionné réalise effectivement le plus grand nombre de kilomètres. Toutefois, un quart des jeunes roulent plus de kilomètres en voiture que le conducteur principal mentionné dans la police d'assurance. Des problèmes peuvent se poser en cas d'accident si le conducteur principal mentionné dans la police est l un des parents et que le conducteur effectif est l un des enfants ayant moins d'expérience de conduite. Le tableau croisé montre qu'environ 17% des jeunes se trouvent dans cette situation. Les 15% restants qui ne sont pas mentionnés comme conducteur principal dans la police d'assurance ont parcouru au cours de l'année écoulée environ autant de kilomètres que le conducteur principal. Des problèmes pourraient aussi apparaître dans ce groupe en cas de différence significative de profil de risque par rapport au conducteur principal mentionné dans la police. 13

15 Tableau croisé 1. Situation des jeunes conducteurs qui ne sont pas mentionnés comme conducteur principal dans la police d'assurance 4 Conducteur principal dans la police d'assurance A parcouru plus de kilomètres que le conducteur principal A parcouru moins de kilomètres que le conducteur principal A parcouru autant de kilomètres que le conducteur principal TOTAL Partenaire 4,2% 11,0% 4,3% 19,4% Un des parents 17,0% 46,4% 9,0% 72,3% Autre membre de la famille 0,4% 2,0% 0,6% 3,0% Une autre personne 0,5% 1,3% 0,5% 2,3% Aucun conducteur principal mentionné 1,1% 1,4% 0,7% 3,2% TOTAL 23,1% 61,9% 15,0% 100,0% Comme nous l'avons déjà signalé dans les paragraphes précédents, un groupe de jeunes roulent avec la voiture dont les (l'un des) parents sont mentionnés comme conducteur principal. Il peut s avérer intéressant de croiser cette répartition avec la situation familiale et l'âge des jeunes, comme on peut le découvrir dans les tableaux croisés 2.1, 2.2 et 2.3. Chaque tableau croisé présente la répartition des personnes mentionnées comme conducteur principal selon la situation familiale et la classe d'âge. Pour les catégories d'âge, nous avons utilisé la même répartition que dans les analyses abordées plus haut dans ce chapitre. Tableau croisé 2.1. Croisement entre l'âge et la personne mentionnée comme conducteur principal dans la police d'assurance, et ce, pour les jeunes vivant encore chez leurs parents. Conducteur principal Classes d âge dans la police TOTAL ans ans d'assurance Moi-même 25,0% 16,0% 41,0% Mon/ma partenaire 1,2% 0,2% 1,4% Mes parents 48,2% 5,7% 53,9% Autre membre de la 1,7% 0,0% 1,7% famille Une autre personne 0,5% 0,0% 0,5% Aucun conducteur 1,2% 0,3% 1,5% principal TOTAL 77,8% 22,2% 100,0% 4 Comme les chiffres ont été arrondis, il est possible que le total ne corresponde pas à la somme des chiffres. 14

16 Tableau croisé 2.2. Croisement entre l'âge et la personne mentionnée comme conducteur principal dans la police d'assurance, et ce, pour les jeunes vivant seuls 5. Conducteur principal Classes d âge dans la police TOTAL ans ans d'assurance Moi-même 20,8% 54,9% 75,7% Mon/ma partenaire 0,8% 2,7% 3,5% Mes parents 5,0% 11,5% 16,4% Autre membre de la 0,0% 1,0% 1,0% famille Une autre personne 0,0% 2,9% 2,9% Aucun conducteur 0,0% 0,5% 0,5% principal TOTAL 26,6% 73,4% 100,0% Tableau croisé 2.3. Croisement entre l'âge et la personne mentionnée comme conducteur principal dans la police d'assurance, et ce, pour les jeunes cohabitant avec leur partenaire. Conducteur principal Classes d âge dans la police TOTAL ans ans d'assurance Moi-même 11,9% 56,3% 68,2% Mon/ma partenaire 5,4% 15,9% 21,3% Mes parents 2,8% 4,0% 6,8% Autre membre de la 0,2% 0,7% 0,9% famille Une autre personne 0,5% 0,6% 1,1% Aucun conducteur 0,3% 1,4% 1,7% principal TOTAL 21,1% 78,9% 100,0% Environ la moitié des jeunes qui habitent encore chez leurs parents sont âgés de 18 à 24 ans et roulent avec la voiture dont la police d'assurance mentionne les (un des) parents comme conducteurs principaux. La deuxième plus grande catégorie, environ un quart des jeunes qui habitent encore chez leurs parents, est constituée de jeunes âgés de 18 à 24 ans mais qui sont mentionnés comme conducteur principal de la police d'assurance de la voiture avec laquelle ils roulent. Un troisième grand groupe de jeunes qui habitent encore chez leurs parents se compose de jeunes de 25 à 29 ans qui sont aussi mentionnés comme conducteur principal dans la police d'assurance. Les autres possibilités ne sont pas très fréquentes. 5 Comme les chiffres ont été arrondis, il est possible que le total ne corresponde pas à la somme des chiffres. 15

17 La situation des jeunes qui habitent seuls ou cohabitent avec leur partenaire est différente. Plus de la moitié des jeunes qui vivent seuls ou cohabitent avec leur partenaire sont âgés de 25 à 29 ans et sont repris comme conducteur principal dans la police d'assurance. Le deuxième plus grand groupe de jeunes qui vivent seuls se compose de personnes âgées de 18 à 24 ans mentionnées comme conducteur principal dans la police. Pour les jeunes qui cohabitent avec leur partenaire, le deuxième groupe par ordre d'importance, environ 16%, est formé par les jeunes entre 25 et 29 ans dont le partenaire est mentionné comme conducteur principal dans la police de la voiture avec laquelle ils roulent. Le troisième plus grand groupe de jeunes vivant seuls, plus de 11% d'entre eux, se compose des jeunes de 25 à 29 ans, dont les parents sont, de manière assez surprenante, mentionnés comme conducteurs principaux dans la police d'assurance. Pour les jeunes qui cohabitent avec leur partenaire, le troisième groupe par ordre d'importance, environ 12%, est formé de jeunes entre 18 et 24 ans qui sont mentionnés eux-mêmes comme conducteur principal dans la police de la voiture avec laquelle ils roulent. Tout comme les jeunes qui habitent chez leurs parents, les autres possibilités ne sont pas très fréquentes pour les jeunes qui habitent seuls ou cohabitent. Les jeunes qui habitent encore chez leurs parents, surtout entre 18 et 24 ans, ont le plus souvent accès à l'assurance automobile via leurs parents. Par contre, les jeunes qui habitent seuls ou cohabitent avec leur partenaire cherchent le plus souvent à obtenir eux-mêmes une assurance automobile pour laquelle ils sont conducteurs principaux. Pour analyser les canaux de vente, nous avons tenu compte des jeunes qui sont propriétaires de la voiture assurée et qui ont souscrit au minimum une assurance automobile RC. Environ 4 jeunes sur 10 ont souscrit une assurance auprès d'un courtier indépendant. Le deuxième canal de vente le plus utilisé par les jeunes est l'agence bancaire ou un agent d'une banque ou d'une compagnie d'assurances. Un peu plus d'un tiers des jeunes ont souscrit une assurance par ce canal. Les assureurs directs complètent le top 3 des canaux de vente les plus utilisés. Les chiffres détaillés se trouvent dans le graphique 9. Graphique 9. Canal de vente pour souscrire une assurance automobile 45% 40% 35% 38,2% 34,1% 30% 25% 23,0% 20% 15% Canal de vente 10% 5% 1,6% 3,1% 0% Courtier d'assurances indépendant Agence ou agent bancaire Assureur direct Garage automobile Je ne sais pas En ce qui concerne le coût, les jeunes ne semblent pas enclins à assortir leur assurance automobile de conditions. Même si dans ce cas les assureurs ont l'habitude d'octroyer une réduction sur la prime 16

18 d'assurance, plus de 90% des jeunes n'ont pas inclus de conditions dans leur police d'assurance. Le graphique 10 le montre clairement. La possibilité de réponse la plus fréquemment sélectionnée par les jeunes qui ont assorti leur police d'assurance d'une ou plusieurs conditions était «d'autres conditions que celles mentionnées dans le questionnaire». L'obligation d'acquérir d'autres produits bancaires ou d'assurance arrive en deuxième position parmi les réponses données par les jeunes qui ont assorti leur police d'assurance de conditions afin d'obtenir un tarif plus avantageux. Vous trouverez les conditions qui ont été proposées comme possibilité de réponse aux questions 20 et 33 du questionnaire repris en annexe 3 de ce rapport. Graphique 10. Conditions liées à la police d'assurance automobile Avec conditions 8,7% Sans conditions 91,3% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Pour les analyses relatives au prix d'une assurance automobile RC, nous n'avons pris en compte que les conducteurs qui possèdent un permis de conduire valable, qui sont propriétaires de la voiture avec laquelle ils roulent et qui sont mentionnés comme conducteur principal dans la police d'assurance. En moyenne, les jeunes conducteurs âgés de 18 à 29 ans paient une prime de 662,78 euros pour une assurance automobile RC, alors que le montant médian s élève à 575 euros. La prime la plus basse s'élevait à 301 euros, contre euros pour la prime la plus élevée. L'écart type s'élève à 309,90 euros. En restreignant l'analyse comme expliqué dans le paragraphe précédent, le nombre de répondants dans l'échantillon est limité à 372. Il faut dès lors se montrer prudent en ce qui concerne la généralisation des moyennes calibrées dans ce chapitre. L'histogramme ci-dessous (graphique 11) montre la répartition des jeunes selon le montant qu'ils ont payé pour leur assurance automobile RC. Le montant payé est réparti en classes. Plus de la moitié des jeunes paient une prime comprise entre 301 et 600 euros. Moins de 2% des jeunes paient plus de euros pour leur assurance automobile RC. 17

19 Graphique 11. Histogramme des primes d'assurance automobile RC payées par les jeunes 35,0% 30,0% 26,5% 30,1% Pourcentage de jeunes 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% 0,0% 301 à à ,9% 601 à ,3% 751 à 900 6,6% 901 à ,3% 1051 à ,3% 1201 à ,4% 1351 à 1500 Montant de la prime en euros 0,0% 0,4% 0,9% 0,4% 1501 à à à à 2100 On constate une différence entre les jeunes âgés de 18 à 24 ans et les jeunes âgés de 25 à 29 ans en ce qui concerne le montant moyen de la prime. Le groupe des ans paie en moyenne 820,61 euros. L'écart type s'élève à 371,35 euros. Cette moyenne est supérieure au montant payé par les ans. Ces derniers paient en moyenne 574,70 euros pour leur assurance automobile RC. Les primes payées par ce groupe sont également plus homogènes puisque l'écart type est de 225,86 euros. La prime moyenne que les jeunes âgés de 25 à 29 ans paient pour leur assurance automobile RC est inférieure d'environ 30% à la prime des ans, si l on prend en compte la prime moyenne des 18 à 24 ans comme point de référence. Nous avons par ailleurs trouvé une corrélation entre l'âge de l'assuré et le montant de la prime. La corrélation est significative et le coefficient de corrélation est de -0, Cela signifie qu'il existe une corrélation entre le jeune âge et une prime d'assurance automobile RC plus élevée. La taille du coefficient de corrélation indique un lien modéré. L'âge n'est pas le seul facteur qui entre en ligne de compte pour le montant de la prime à payer. Comme plusieurs facteurs peuvent exercer une influence sur le prix d'une assurance automobile RC, nous avons développé un modèle de régression 6 pour vérifier quels sont les facteurs importants. Les variables suivantes sont reprises dans le modèle régression : l'âge, la puissance en kilowatt de la voiture, le nombre d'années depuis que la personne a son permis de conduire, le degré d'urbanisation, la région, le niveau d'instruction, le nombre d'accidents dans lesquels le conducteur était en tort au cours des 6 Pour cette analyse de régression, nous avons utilisé une procédure SURVEYREG en SAS afin de pouvoir se prononcer correctement lors de l'utilisation de poids calibrés. 18

20 5 dernières années et la sinistralité des 5 dernières années liée à la voiture pour laquelle une assurance a été souscrite. Le R² du modèle de régression est de 0,4219. Cela signifie que le modèle régression explique 42% de la variance du coût. Toutes les variables du modèle ont contribué de manière significative sauf le degré d'urbanisation et la sinistralité des 5 dernières années liée à la voiture pour laquelle une assurance a été souscrite. Il est possible que ces variables n'aient pas d'effet dans cette étude parce qu'elles sont mises en œuvre différemment que dans d'autres études. Par ailleurs, le degré d'urbanisation pourrait avoir un effet dans d'autres types d'assurance automobile que l'assurance automobile RC. Les deux variables les plus significatives dans le modèle sont l'âge (R²=0,18) et le nombre d'accidents dans lesquels le conducteur était en tort au cours des 5 dernières années (R²=0,11). 3.4 Bureau de Tarification Cette partie traitera du Bureau de Tarification. Les personnes qui veulent contracter une assurance automobile RC obligatoire, mais qui ont essuyé un refus auprès de trois assureurs ou qui ne peuvent souscrire une assurance que moyennant une prime ou une franchise très élevée peuvent s'adresser au Bureau de Tarification. Une prime ou une franchise sont considérées comme très élevées quand elles dépassent les seuils fixés par la loi. On peut s'adresser au Bureau de Tarification soit en direct, soit via un intermédiaire. En général, les conducteurs, jeunes et moins jeunes, ne s'adressent qu'en dernier recours au Bureau de Tarification pour obtenir une assurance automobile RC. Peu de jeunes connaissent le Bureau de Tarification. Le tableau croisé 3 le montre clairement. Moins de 10% des ans ayant un permis de conduire ont déjà entendu parler de ce Bureau. De plus, ce pourcentage est probablement surévalué étant donné qu'il s'agit de données récoltées au moyen d'un questionnaire auto-administré et il est possible que les personnes interrogées aient recherché des informations complémentaires. Il n'est dès lors pas étonnant que la très grande majorité des jeunes, environ 80%, déclarent n'avoir aucune idée de la mission principale du Bureau de Tarification. Le tableau croisé montre par ailleurs que parmi les 20% restants qui avaient une idée de la tâche principale du Bureau de Tarification, la moitié seulement a répondu correctement à la question de savoir quelle était la mission principale du Bureau de Tarification. Ce nombre pourrait également être surévalué étant donné que le questionnaire propose quelques possibilités de réponse et que les jeunes pourraient avoir choisi la réponse correcte au hasard. La principale mission du Bureau consiste à fixer la prime et les conditions d'assurance des personnes qui ne peuvent pas ou plus souscrire d'assurance RC auprès des assureurs ou à des tarifs très élevés. Tableau croisé 3. Connaissance des missions du Bureau de Tarification 7 A déjà entendu Appréciation de la mission du Bureau de Tarification parler du Bureau de Réponse correcte Réponse fautive Aucune idée TOTAL Tarification OUI 6,5% 1,5% 1,1% 9,0% NON 4,0% 8,4% 78,7% 91,0% TOTAL 10,5% 9,8% 79,7% 100,0% 7 Comme les chiffres ont été arrondis, il est possible que le total ne corresponde pas à la somme des chiffres. 19

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE 1 Définir le type de variable Dans notre cas, la variable est quantitative nominale. Note : Une variable est qualitative nominale quand

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Evolution du prix d'un compte à vue entre 2011 et 2015... 2 2.1. Méthode... 2 2.2. Résultats... 5

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC-II) a prévu un échantillon d environ 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

La Belgique se numérise encore en 2010

La Belgique se numérise encore en 2010 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 23 février 2011 La Belgique se numérise encore en 2010 La révolution numérique ne cesse de gagner du terrain en Belgique :

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DU MÉNAGE

QUESTIONNAIRE DU MÉNAGE ENQUÊTE NATIONALE SUR LA MOBILITÉ QUESTIONNAIRE DU MÉNAGE À REMPLIR PAR LA PERSONNE DE CONTACT Ce questionnaire s adresse à la du ménage. Nous vous remercions d avance: de remplir ce questionnaire; de

Plus en détail

La convention AERAS en 10 questions-réponses

La convention AERAS en 10 questions-réponses La convention AERAS en 10 questions-réponses Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE Table des matières page Responsabilité Civile 2 Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 Responsabilité civile Entrée dans le système Bonus-Malus 3 Responsabilité

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Statistiques Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE Table des matières page 1. ÉCHELLE DE BONUS-MALUS 2 1.1. Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 1.2. Responsabilité civile Entrée dans le système bonus-malus

Plus en détail

Les Français et le don d organes

Les Français et le don d organes Les Français et le don d organes Rapport Version n 2 Date : 8 Février 2011 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A: Jean-Pierre SCOTTI et Saran SIDIBE OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris.

Plus en détail

Les clients changent d'assureur à cause des prix bas, mais un service de qualité les incite à rester fidèles

Les clients changent d'assureur à cause des prix bas, mais un service de qualité les incite à rester fidèles bonus.ch : enquête de satisfaction sur les assurances auto 2013 Les Suisses sont satisfaits de leur assureur auto : à l issue de l enquête de bonus.ch, la note moyenne tout assureur confondu est de 5.1

Plus en détail

Top 10 des marques dans toute la Suisse 6.6% 6.2% 5.9% 5.9% 5.7% 5.6% 4.5% 4.0% 4.0% TOYOTA MERCEDES PEUGEOT 11.0% 10% 8% 6% 4% VOLVO FORD 14% 12.

Top 10 des marques dans toute la Suisse 6.6% 6.2% 5.9% 5.9% 5.7% 5.6% 4.5% 4.0% 4.0% TOYOTA MERCEDES PEUGEOT 11.0% 10% 8% 6% 4% VOLVO FORD 14% 12. Auto - bien assuré au meilleur prix! Quelles sont les marques et les modèles de voiture les plus populaires en Suisse? Au volant, le comportement des hommes diffère-t-il de celui des femmes? Suisses romands

Plus en détail

Pondération du Panel suisse des ménages. PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés. Description détaillée des tâches

Pondération du Panel suisse des ménages. PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés. Description détaillée des tâches Pondération du Panel suisse des ménages PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés Description détaillée des tâches Caroline Cauchon et Michel Latouche Statistique Canada 16 mars 2006 Tables

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE URL d origine du document : http://talcod.net/?q=node/59 Juillet 2011 - version 1.0 Licence Creative Commons BY-SA

Plus en détail

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS?

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? Résultats de l enquête menée en 2013 www.provelo.org Table des matières Introduction...3 Méthodologie...3 Récolte des données... 3 Traitement des données...3 Résultats...4

Plus en détail

Les assurances optionnelles et autres produits spécifiques au barreau

Les assurances optionnelles et autres produits spécifiques au barreau Chapitre 16 Les assurances optionnelles et autres produits spécifiques au barreau Avertissement Les informations qui suivent ainsi que les documents produits (voy., notamment, les annexes reprises à la

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N

D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N Infos migrations Secrétariat général à l immigration et à l intégration Numéro 21 - février

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

bonus.ch : les assurances auto en ligne ont atteint 15% de part de marché

bonus.ch : les assurances auto en ligne ont atteint 15% de part de marché bonus.ch : les assurances auto en ligne ont atteint 15% de part de marché Les Suisses sont satisfaits de leur assureur auto : à l issue de l enquête du site comparateur bonus.ch, la note moyenne tout assureur

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4 FM N 111499 Contact Ifop : Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d'entreprise prenom.nom@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39

Plus en détail

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS Nelly GOUIDER En, chaque personne résidant sur le territoire métropolitain a effectué en moyenne près de six voyages à plus de kilomètres de son domicile au cours

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com pour Les Français et leur de santé Résultats détaillés Février 2010 Sommaire - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

ENQUETE CLIENTS RIVALIS

ENQUETE CLIENTS RIVALIS ENQUETE CLIENTS RIVALIS (octobre-décembre 2013) Introduction Rivalis effectue fréquemment des enquêtes auprès de ses clients utilisateurs de la méthode (la précédente a été réalisée en 2008). Cette année,

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail

JF N 18756 Contact IFOP : Jérôme Fourquet Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com. pour

JF N 18756 Contact IFOP : Jérôme Fourquet Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com. pour JF N 18756 Contact IFOP : Jérôme Fourquet Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com pour Les Français et les tatouages Résultats détaillés Juillet 2010 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie... 1-2 -

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Information sur la poursuite à titre individuel de l'assurance collective hospitalisation de la Défense et sur la possibilité de son préfinancement

Information sur la poursuite à titre individuel de l'assurance collective hospitalisation de la Défense et sur la possibilité de son préfinancement Information sur la poursuite à titre individuel de l'assurance collective hospitalisation de la Défense et sur la possibilité de son préfinancement La loi du 20 juillet 2007 (Loi VERWILGHEN) impose à tout

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

bonus.ch : les Suisses sont de plus en plus fidèles à leur assureur auto, au détriment de leur porte-monnaie

bonus.ch : les Suisses sont de plus en plus fidèles à leur assureur auto, au détriment de leur porte-monnaie bonus.ch : les Suisses sont de plus en plus fidèles à leur assureur auto, au détriment de leur porte-monnaie Les Suisses sont satisfaits de leur assureur auto : à l'issue de l'enquête du site comparateur

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com

Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa www.legermarketing.com Table des matières 3 4 6 7 8 9 10 11 12 14 17 18 21 Présentation et méthodologie Principaux constats Résultats

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

Etude sur la mobilité locative

Etude sur la mobilité locative pour Etude sur la mobilité locative Septembre 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : PERL Echantillons : Echantillon de 502 actifs, locataires et éligibles au logement social,

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles

Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

L accès des jeunes français au permis B Quelle situation 4 ans après la réforme de 2009?

L accès des jeunes français au permis B Quelle situation 4 ans après la réforme de 2009? L accès des jeunes français au permis B Quelle situation 4 ans après la réforme de 2009? Rappel du contexte et des objectifs Contexte une réforme du permis réalisée en 2009 qui n a pas donné les résultats

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Questionnaire du ménage

Questionnaire du ménage Questionnaire du ménage à remplir par la "personne de contact ". Par "personne de contact", nous entendons la personne à qui ce courrier est adressé. Ce questionnaire est destiné à la "personne de contact".

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 juillet 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 juillet 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 juillet 2014 Le nombre d accidents et de victimes de la route au plus bas en 2013 La Direction générale Statistique publie aujourd hui les derniers chiffres relatifs

Plus en détail

L assurance-emprunteur

L assurance-emprunteur 26 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES L assurance-emprunteur présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Vendredi 24 janvier 214-1 L Observatoire

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013 Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

Les Français et le transport partagé

Les Français et le transport partagé Les Français et le transport partagé Institut CSA pour Uber Novembre 2014 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 1000 personnes âgées de 18 ans et plus Constitution de l échantillon

Plus en détail

B.C.T. BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION. Statuant en matière de véhicules terrestres à moteur. Paris, le

B.C.T. BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION. Statuant en matière de véhicules terrestres à moteur. Paris, le B.C.T. BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION Statuant en matière de véhicules terrestres à moteur.... Paris, le Comme suite à votre demande reçue ce jour, nous avons l honneur de vous prier de bien vouloir trouver

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie La Loi Verwilghen concerne principalement les contrats d'assurance maladie non liés à l'activité professionnelle mais elle impose également

Plus en détail

Sondage sur l endettement chez les jeunes

Sondage sur l endettement chez les jeunes chez les jeunes Rapport préliminaire Présenté à Madame Caroline Toupin Agente de développement et des communications 13 octobre 2009 Réf. : 1666_200910/MO/jc (514) 282-0333 1-800-474-9493 www.observateur.qc.ca

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition

A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition Table des matières 1. Avant propos 2. Nouvelles règles pour l enduro 3. Obligation d assurer un véhicule à moteur 4. Assurance

Plus en détail

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques La Qualité des données de Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques Sommaire La qualité des données de I Les données INSEE a) Les différentes sources utilisables b) La mise au point d une

Plus en détail

Règlement des Stars des AP (version 01/08/2013) Table des matières

Règlement des Stars des AP (version 01/08/2013) Table des matières Règlement des Stars des AP (version 01/08/2013) Table des matières Section 1 : Comment remporter des Stars des AP?... 2 Chapitre 1 : Comment remporter des Stars des AP avec votre police Auto?... 2 Art.

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

Bases de programmation - TD 1 : Algorithmique - CORRECTION

Bases de programmation - TD 1 : Algorithmique - CORRECTION Bases de programmation - TD 1 : Algorithmique - CORRECTION IUT Aix-Marseille / DUT R&T 1 ière année J. Seinturier (http://www.seinturier.fr) 1. Déroulement d un algorithme Exercice 1.1 : Donner pour chacun

Plus en détail

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'enquête par questionnaire est un outil d observation qui permet de quantifier et comparer l information. Cette information est

Plus en détail

BANQUE DE QUESTIONS D'EXAMEN ÉTUDE DE MARCHÉ MRK-14811

BANQUE DE QUESTIONS D'EXAMEN ÉTUDE DE MARCHÉ MRK-14811 NQUE DE QUESTIONS D'EXMEN ÉTUDE DE MRCHÉ MRK-. Nommer et expliquer brièvement chacune des étapes du processus de recherche en marketing.. Qu'est-ce que l'échelle de ratio?. Nommer deux plans d'expérimentation

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DE TRAVAIL ET POUR LES BESOINS DU SERVICE. DISPOSITIONS A PRENDRE EN MATIERE D'ASSURANCE

NOTE DE SERVICE DE TRAVAIL ET POUR LES BESOINS DU SERVICE. DISPOSITIONS A PRENDRE EN MATIERE D'ASSURANCE Réf. : DH/620 Date : 30/12/98 Article n B Manuel de gestion du personnel HORS STATUT TRANSPORT - IK - MISSIONS NOTE DE SERVICE OBJET : UTILISATION DE VOITURES PERSONNELLES POUR LES TRAJETS DOMICILE-LIEU

Plus en détail

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Cliquez Sommaire pour modifier le style du titre 1. Contexte et objectifs 2. Principaux enseignements

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Baromètre Direct Énergie - OpinionWay. Vague 1 Septembre 2010

Baromètre Direct Énergie - OpinionWay. Vague 1 Septembre 2010 Baromètre Direct Énergie - OpinionWay Vague 1 Septembre 2010 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1038 personnes, représentatif de la population française âgée de

Plus en détail

Statistiques bivariées : corrélation et régression linéaire

Statistiques bivariées : corrélation et régression linéaire : corrélation et régression linéaire Activité d'introduction Ce chapitre de statistique est présenté avec l'objectif de promouvoir la réflexion des étudiants et leur faire remarquer que ces notions statistiques

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Cahier méthodologique, tableau récapitulatif 2009-2013 et Matrices importance/performance Mars 2014 Service Études et Statistiques Table

Plus en détail

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Paris, le 9 septembre 2014 L

Plus en détail