L assistance administrative et juridique (devoirs d information et de conseil)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L assistance administrative et juridique (devoirs d information et de conseil)"

Transcription

1 Version n : 1 Dernière actualisation : ) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu est-ce que l assistance administrative et juridique (devoirs d information et de conseil)? 4) Quelques exemples qui illustrent concrètement ce qu il faut entendre par «assistance administrative et juridique» 5) Une collaboration entre le CPAS et un autre établissement est-elle possible en matière d assistance administrative et juridique? 6) Que faut-il entendre par «aide juridique»? 7) Quelles sont les sanctions que le CPAS peut encourir en cas de manquement à l obligation d assistance administrative et juridique? 8) Quel est le CPAS compétent? 9) Le CPAS contacté n est territorialement pas compétent : que doit-il faire? 10) La subvention de l Etat fédéral 11) Les particularités dans la Région de Bruxelles-Capitale 12) Questions Fréquemment Posées 13) Références légales 14) Notes de bas de page 15) Autres fiches utiles en lien avec le sujet 16) Annexes : liste des maisons de justice et des bureaux d aide juridique francophones 1. Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées Les Fiches Techniques ont pour but de donner aux experts du terrain une information pratique, claire et actualisée sur les différentes aides ainsi que les services offerts par les

2 2 CPAS. Chaque fiche tient à être exhaustive, mais en cas de doute il est toutefois conseillé de consulter d autres sources. Toutes les fiches techniques sont consultables sur le site Pour connaître les aides qui sont décrites dans les fiches, vous pouvez rechercher l information soit via un inventaire, soit par mot clé dans un index alphabétique. Nous attirons l attention du lecteur sur l importance de vérifier la date de la dernière mise à jour de la fiche (voir la date reprise sous le titre de la fiche). Chaque fiche a en général la même structure. Après une mise en contexte du sujet traité, la fiche commence par répondre aux questions qu est-ce que c est?, qui sont les bénéficiaires? et quel est le CPAS compétent? Sont ensuite abordées les modalités d application, soit ce que doit faire le CPAS compétent pour accorder l aide. Pour chaque aide, un point est consacré à la subvention de l Etat. Parallèlement à chaque fiche technique traitant d un type d aide pour les experts du terrain, il existe normalement une fiche de vulgarisation. Cette fiche de vulgarisation répond aux questions concrètes des usagers et est rédigée sous forme de «Questions fréquemment Posées». Nous conseillons aux experts du terrain de consulter aussi les fiches de vulgarisation car elles traitent des mêmes sujets, mais du point de vue du demandeur d aide. Ces fiches de vulgarisation peuvent aussi servir de document informatif à distribuer au public. Aucun droit ne peut être exigé sur base des informations présentées ici ; pour ce faire, vous devez vous référer aux textes légaux et réglementaires.

3 3 Abréviations utilisées dans cette fiche : LO loi du 8 juillet 1976 organique des centres publics d action sociale. Loi DIS loi du 26 mai 2002 concernant le droit à l intégration sociale. Charte de l assuré social Charte instaurée par la loi du 11 avril 1995 visant à instituer «la charte» de l assuré social. AR DIS arrêté royal du 11 juillet 2002 portant règlement général en matière de droit à l intégration sociale. Loi de 1965 loi du 2 avril 1965 relative à la prise en charge des secours accordés par les centres publics d aide sociale Minimex minimum des moyens d existence. DIS droit à l intégration sociale. RIS revenu d intégration sociale. ERIS équivalent au revenu d intégration sociale. BAJ bureau d aide juridique. SPF Justice service public fédéral justice. CPAS centre public d action sociale. Le texte encadré a pour objectif d attirer l attention du lecteur concernant certaines dispositions qui ont une grande importance. 2. Mise en contexte La complexité de la législation sociale rend indispensable un service assuré par des professionnels qui puisse documenter et conseiller les personnes quant à leurs droits et les orienter vers les services et organismes compétents (par exemple, les organismes de sécurité sociale chômage, pensions, allocations familiales, mutuelles, etc.). Dans ce cadre là, le législateur a octroyé au CPAS, à plusieurs reprises, la mission légale d informer et de conseiller les personnes qui se présentent à lui. Ainsi, au-delà de toute aide spécifique que le CPAS peut fournir (RIS, ERIS, garantie locative, etc.), le CPAS a

4 4 l obligation d aider les gens en leur donnant des renseignements généraux quant à leurs autres droits subjectifs (relevant plus généralement de la sécurité sociale au sens large). Outre donc le devoir d information passif qui consiste à répondre aux questions précises des intéressés, le CPAS doit aussi adopter une attitude proactive. Il doit prendre lui-même l initiative, le cas échéant, de fournir à l intéressé toutes les informations complémentaires utiles au traitement de son dossier. (Voir rubrique 4 «Quelques exemples qui illustrent concrètement ce qu il faut entendre par «assistance administrative et juridique»») Attention! Il ne faut pas perdre de vue d une part, que l aide sociale est résiduaire et d autre part, que le CPAS apprécie souverainement, au cas par cas, dans quelle mesure et de quelle manière l aide sociale doit être accordée. Premièrement, c est dans l article 60, 2 de la loi organique des CPAS du 8 juillet 1976 que cette mission légale a été précisée. Les obligations d information et de conseil qui y étaient consignées valaient tant pour l aide sociale que pour le minimex (devenu entre temps le droit à l intégration sociale). Deuxièmement, la Charte de l assuré social a vu le jour en Cette dernière a pour ambition de faire bénéficier de leurs droits sociaux les gens qui ne les connaissent pas en imposant une meilleure transparence indispensable à un fonctionnement efficace de la sécurité sociale. Cette Charte s applique à toute personne et toute institution de sécurité sociale. En ce qui concerne le CPAS, seul le minimex (actuel DIS) était, dans un premier temps, visé par les obligations de la Charte de l assuré social. Il a fallu attendre une loi du 10 mars pour que le champ d application de la Charte soit également élargi à l aide sociale. Actuellement, la Charte de l assuré social s applique donc tant à l aide sociale qu au DIS. 1 Loi du 11 avril 1995 visant à instituer «la charte» de l assuré social, M.B. du 6 septembre Loi du 10 mars 2005 modifiant l article 2 de la loi du 11 avril 1995 visant à instituer «la charte» de l assuré social, M.B. du 6 juin 2005.

5 5 Finalement, la loi DIS du 26 mai 2002 (qui a remplacé la loi du 7 août 1974 instituant le droit au minimex) a directement intégré en son article 17 les exigences de la Charte de l assuré social en matière d information et de conseil. est donc régie par 3 sources législatives différentes qui cohabitent et qui se complètent l une l autre. 3. Qu est-ce que l assistance administrative et juridique (devoirs d information et de conseil)? est une des missions légales du CPAS. Le terme d «assistance administrative et juridique» est un terme générique qui recouvre plusieurs obligations auxquelles le CPAS est tenu : aide juridique, devoir de conseil, devoir d information, devoir de réorientation, obligation de s exprimer dans un langage clair et compréhensible, etc. mission Trois sources législatives différentes sont à la base de cette assistance administrative et juridique. Chacune lui octroie un contenu bien spécifique. (Voir rubrique 2 «Mise en contexte») a) L article 60, 2 de la LO L article 60, 2 de la LO prescrit que «Le centre fournit tous conseils et renseignements utiles et effectue les démarches de nature à procurer aux intéressés tous les droits et avantages auxquels ils peuvent prétendre dans le cadre de la législation belge ou étrangère». L article 60, 2 de la LO est très global. Il recouvre une grande majorité des obligations qui constituent l assistance administrative et juridique : - l aide juridique ; (Voir rubrique 6 «Que faut-il entendre par «aide juridique»?») - l assistance administrative ;

6 6 - le devoir d information ; - le devoir de conseil. (Voir rubrique 4 «Quelques exemples qui illustrent concrètement ce qu il faut entendre par «assistance administrative et juridique»») Cet article ne signifie pas que le CPAS doive effectuer toutes les démarches en lieu et place de la personne aidée. L intervention du CPAS se fera en fonction des capacités de chacun (travailleur du CPAS et bénéficiaire). La collaboration est donc de mise. Attention! Le CPAS doit informer l intéressé des droits et avantages dont il peut prétendre dans le cadre de la législation belge mais aussi, dans la mesure du possible, dans le cadre de la législation étrangère. Attention! En raison du champ d activités très étendu qui est attribué au CPAS, ce dernier n est pas contraint d exécuter lui-même toutes les missions qui lui sont dévolues. L article 61, alinéa 1 de la LO lui laisse ainsi la faculté de collaborer avec d autres personnes ou organismes, notamment en matière d aide juridique. Le CPAS peut donc orienter ou accompagner la personne aidée auprès d asbl spécialisées ou d organismes spécifiques. (Voir rubrique 5 «Une collaboration entre le CPAS et un autre établissement est-elle possible en matière d assistance administrative et juridique?») b) L article 17 de la loi DIS L article 17 de la loi DIS prescrit 2 choses : - que «le centre est tenu de communiquer à toute personne qui en fait la demande toute information utile au sujet de ses droits et obligations en matière d intégration sociale sous la forme d un RIS, d un emploi ou d un PIIS» ; - que «le centre est tenu de communiquer de sa propre initiative à la personne concernée toute information complémentaire utile au traitement de sa demande ou au maintien de ses droits».

7 7 L obligation constitutive de l assistance administrative et juridique qui ressort principalement ici est le devoir d information. Attention! Le CPAS est tenu d avoir une attitude proactive en fournissant aux intéressés, de sa propre initiative, toute information complémentaire utile au traitement de la demande ou au maintien de leurs droits en matière de DIS. L article 3 de l AR DIS énonce les informations «utiles» dont il est question ci-dessus : - les conditions pour avoir droit au RIS (assorti ou non d un PIIS) et à l intégration sociale par l emploi, ainsi que les conditions pour conserver ce droit ; - les conditions légales auxquelles le centre peut récupérer le RIS auprès du demandeur et de ses débiteurs d aliments ; - le montant auquel le demandeur aura droit, ainsi que les éléments pris en considération pour fixer ce montant ; - le cas échéant, la portée du contrat relatif au PIIS ; - les voies de recours à l égard des décisions du centre ; - les droits du demandeur prévus à l article 6, 3 de la loi DIS lorsque le centre négocie avec celui-ci un contrat de travail ou un PIIS ; - les modifications éventuelles de la situation de l intéressé qui ont une incidence sur sa qualité de bénéficiaire ou sur le montant octroyé et qui doivent être portées à la connaissance du centre conformément à l article 22, 1 er, alinéa 2 de la loi DIS. c) Les articles 3 à 6 de la Charte de l assuré social Les articles 3 à 6 de la Charte de l assuré social prévoient 4 obligations à charge des institutions de sécurité sociale, et notamment, à charge du CPAS (obligations constitutives de l assistance administrative et juridique) : - une obligation d information ; - une obligation de conseil ; - une obligation de réorientation vers les services et organismes compétents ; - une obligation d utilisation d un langage compréhensible pour le public.

8 8 est donc définie par 3 sources législatives différentes qui cohabitent et qui se complètent l une l autre dans leurs contenus. 4. Quelques exemples qui illustrent concrètement ce qu il faut entendre par «assistance administrative et juridique» Vous trouverez ci-dessous quelques exemples qui illustrent concrètement ce qu il faut entendre par «assistance administrative et juridique» ; ce qu il faut entendre par une attitude proactive du CPAS lorsqu il s agit d informer et de conseiller les personnes qui s adressent à lui. Attention! Il ne faut pas perdre de vue d une part, que l aide sociale est résiduaire et d autre part, que le CPAS apprécie souverainement, au cas par cas, dans quelle mesure et de quelle manière l aide doit être accordée. En effet, l aide sociale doit être appropriée à l état de besoin constaté. - Le cas échéant, le CPAS aide la personne analphabète, ou ne maîtrisant pas une des langues nationales, dans la rédaction de certains courriers importants (rupture de bail, courriers auprès d administrations, etc.). - Le cas échéant, le CPAS aide l intéressé dans ses prises de contact avec un organisme de sécurité sociale (pensions, allocations d handicapés, etc.) pour une demande de renseignement, une demande d intervention, une mise en ordre de dossier, etc. - Le cas échéant, le CPAS participe à la recherche d une maison de repos pour une personne âgée afin de l héberger.

9 9 - Lorsque des parents en séjour illégal s adressent au CPAS pour solliciter une aide pour leurs enfants (également en séjour illégal), le CPAS informe les parents de la procédure à suivre pour que leurs enfants puissent bénéficier d un hébergement en centre d accueil. - Lorsqu une personne s adresse au CPAS en vue d obtenir une aide financière, le CPAS vérifie d abord si les conditions d octroi du RIS sont réunies. Dans un deuxième temps seulement, il examine si à la place ou en sus de ce revenu, les conditions d octroi d une aide sociale sont remplies. - Lorsqu un CPAS s estime incompétent territorialement, il informe le demandeur d aide de la nécessité d effectuer auprès du CPAS compétent les démarches nécessaires pour obtenir l aide de ce dernier. - Le CPAS peut fournir des informations sur l aide à domicile en faveur des personnes âgées ou des familles. - Le cas échéant, suite à une radiation d office, le CPAS fournit à l intéressé un accompagnement social spécifique lui permettant d accomplir les démarches requises pour sa réinscription au registre de la population. Il lui fournit également toutes les informations relatives à l adresse de référence. - Depuis le 1 er octobre 2005, l octroi des avances sur pensions alimentaires dues pour des enfants ne fait plus partie des missions des CPAS. Cette mission appartient désormais au Service des créances alimentaires (SECAL). Le CPAS reste toutefois compétent pour réorienter les personnes vers le SECAL s ils sont demandeurs d avances sur pensions alimentaires dues pour des enfants. Voir également la rubrique 12 «Questions fréquemment posées» : le demandeur d aide est-il redevable d une obligation corollaire à l obligation d assistance administrative et juridique du CPAS?

10 10 5. Une collaboration entre le CPAS et un autre établissement est-elle possible en matière d assistance administrative et juridique? L article 61, alinéa 1 de la LO prescrit que «Le centre peut recourir à la collaboration de personnes, d établissements ou de services qui, créés soit par des pouvoirs publics, soit par l initiative privée, disposent des moyens nécessaires pour réaliser les diverses solutions qui s imposent, en respectant le libre choix de l intéressé». En effet, en raison du champ d activités très étendu qui lui est attribué, le CPAS n est pas contraint d exécuter lui-même toutes les missions qui lui sont dévolues 3. Le CPAS peut recourir à la collaboration de personnes, d établissements ou de services pour réaliser certaines de ses missions. Ainsi, en matière d assistance administrative et juridique, la collaboration peut porter sur une aide juridique, par exemple. Dans chaque cas d espèce, il appartient au CPAS de déterminer le service ou l établissement qui dispensera l aide sociale que le CPAS estime nécessaire. (Voir rubrique 6 «Que faut-il entendre par «aide juridique»?») 6. Que faut-il entendre par «aide juridique»? est un terme générique qui recouvre plusieurs obligations. (Voir rubrique 3 «Qu est-ce que l assistance administrative et juridique (devoirs d information et de conseil)?») Une de ces obligations est de fournir une aide juridique aux personnes qui en ont besoin 4. Ainsi, l article 23 de la Constitution consacre l aide juridique comme un droit fondamental pour tous. Il faut distinguer l aide juridique de première ligne de l aide juridique de deuxième ligne. 3 Cependant, il serait illégal que le CPAS confie toutes ses missions légales à une autre instance, qu elle soit privée ou publique. 4 Article 60, 2 de la LO.

11 11 a) L aide juridique de première ligne L aide juridique de première ligne est «l aide juridique accordée sous la forme de renseignements pratiques, d information juridique, d un premier avis juridique ou d un renvoi vers une instance ou une organisation spécialisée 5». Depuis le 1 er janvier 2004, ce premier conseil est gratuit pour tout le monde, sans distinction d âge, de revenus ou de nationalité. Il est octroyé par des avocats volontaires. Des permanences juridiques sont organisées dans les maisons de justice, les palais de justice, les justices de paix, la plupart des CPAS, certaines administrations communales et auprès de diverses ASBL disposant d un service juridique. (Voir rubrique 16 «Annexes : liste des maisons de justice et des bureaux d aide juridique francophones») Attention! En raison du champ d activités très étendu attribué au CPAS et dans le cadre de l article 61, alinéa 1 de la LO, le CPAS a la possibilité de collaborer avec d autres personnes ou organismes. Ainsi, le CPAS peut décider d assurer lui-même l aide juridique de première ligne en son sein ou de le faire extra muros avec l aide d avocats, d ASBL ou de maisons de justice. b) L aide juridique de deuxième ligne L aide juridique de deuxième ligne est «l aide juridique accordée à une personne physique sous la forme d un avis juridique circonstancié ou l assistance juridique dans le cadre ou non d un procès ( ) 6». L aide juridique de deuxième ligne est partiellement ou totalement gratuite. Cela dépend du revenu du ménage de l intéressé et/ou de sa situation de fait. Elle est organisée par le Bureau d aide juridique (BAJ) présent au sein de chaque barreau. La personne souhaitant bénéficier de l aide juridique de deuxième ligne doit soit 5 Article 508/1, 1 du Code judiciaire. 6 Article 508/1, 2 du Code judiciaire.

12 12 adresser sa demande au BAJ soit s adresser directement à un avocat volontaire de son choix. (Voir rubrique 16 «Annexes : liste des maisons de justice et des bureaux d aide juridique francophones») Le CPAS n assure donc pas l aide juridique de deuxième ligne mais il doit pouvoir orienter les personnes vers le BAJ compétent. Pour plus d informations sur l aide juridique en général, la brochure «L aide juridique : un meilleur accès à la justice» éditée par le SPF Justice peut être consultée à l adresse Internet suivante : 7. Quelles sont les sanctions que le CPAS peut encourir en cas de manquement à l obligation d assistance administrative et juridique? Ni la LO, ni la loi DIS, ni la Charte de l assuré social ne prévoit d éventuelles sanctions en cas de manquement à la mission légale d assistance administrative et juridique du CPAS. En cas de manquement, c est donc le droit commun de la responsabilité civile qui s applique. Pour cela, il faudra démontrer non seulement un manquement mais aussi un dommage et un lien de causalité 7. Attention! L article 18, 4 de la loi DIS prévoit quand même que le CPAS qui reçoit une demande pour laquelle il s estime incompétent mais qui ne réoriente pas le dossier vers le CPAS compétent «doit accorder, aux conditions fixées par la loi DIS, le RIS ou l intégration sociale par l emploi tant qu il n a pas transmis la demande ni communiqué les raisons pour justifier l incompétence». 7 Cour Trav. Mons, 28 novembre 2006 (Inforum n ).

13 13 8. Quel est le CPAS compétent? En règle générale, est compétent le centre secourant 8, c'est-à-dire le CPAS de la commune sur le territoire de laquelle la personne qui a besoin d aide a sa résidence principale 9. Cependant, en matière d assistance administrative et juridique, il est également correct de dire que le CPAS compétent est le CPAS auquel s adresse l intéressé. En effet, même si le CPAS n est pas territorialement compétent pour accorder une aide spécifique (tels le RIS, l ERIS, etc.), il devra tout de même informer, conseiller et réorienter la personne vers le CPAS compétent pour l aide spécifique en question. Dans ce cas-là, le CPAS qui s estime incompétent doit émettre une décision d incompétence. (Voir rubrique 9 «Le CPAS contacté n est territorialement pas compétent : que doit-il faire?») 9. Le CPAS contacté n est territorialement pas compétent : que doit-il faire? Lorsque le CPAS reçoit une demande d aide pour laquelle il ne se considère pas compétent, il doit agir comme suit 10 : Le CPAS doit transmettre la demande d aide par écrit dans les 5 jours calendrier suivant la réception de la demande au CPAS qu il estime compétent. A peine de nullité, la transmission se fait au moyen d une lettre mentionnant les raisons de l incompétence. Le CPAS doit aussi avertir, par écrit et dans le même délai de 5 jours, le demandeur de la transmission de la demande. A peine de nullité, l avertissement de la transmission se fait également au moyen d une lettre mentionnant les raisons de l incompétence. 8 Article 1, 1 de la loi de La résidence principale est le lieu où vit habituellement un ménage ou une personne isolée. Cela signifie qu'il s'agit du lieu où l'on séjourne durant la plus grande partie de l'année. La détermination de la résidence principale se fonde sur une situation de fait. 10 Art 58, 3 de la loi de 1976 ; art 18, 3 loi DIS ; AR du 20 mars 2003 fixant les modalités d exécution de l article 15, alinéa 4, de la loi du 1965.

14 14 Tant que la raison de ce transfert n a pas été communiquée au demandeur et que la demande n a pas été transférée, le premier CPAS reste obligé de traiter la demande et doit, si les conditions sont remplies, éventuellement accorder l aide. Si le second CPAS se déclare lui aussi non compétent, il doit immédiatement le signaler au SPP IS. Concrètement il doit introduire une demande de détermination du CPAS provisoirement compétent auprès du Service Conflits de Compétence du SPP IS et cela dans les cinq jours ouvrables 11 qui suivent la date de réception de la demande transmise par le 1 er CPAS. La demande de détermination de la compétence provisoire doit être faite : soit par fax au numéro 02/ du SPP IS, Service Conflits de Compétence; soit par courriel à l adresse pour autant que le CPAS puisse également transmettre la copie de la décision prise par le premier centre. La demande de détermination de la compétence doit comporter les éléments suivants : a) toutes les informations concernant l'identité de l'intéressé; b) une description des éléments de fait et des éléments juridiques sur lesquels le CPAS base sa décision d'incompétence (le CPAS doit faire état de manière synthétique de tous les faits pertinents pour déterminer la compétence et argumenter son incompétence territoriale dans les circonstances données) ; c) une copie de la décision d'incompétence motivée transmise par le premier centre; d) les coordonnées de la personne qui gère le dossier. La personne qui gère le dossier au CPAS doit pouvoir être contactée rapidement et directement pour des demandes éventuelles d'informations complémentaires. Le Ministre va faire connaître sa décision, en principe sans délai, au CPAS qui a été désigné pour statuer sur la demande d'aide. 11 Les jours ouvrables sont le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi et le vendredi, sauf ci ceux-ci sont des jours fériés. Le samedi et le dimanche ne sont pas considérés comme jours ouvrables en Belgique, la plupart des services étant fermés.

15 15 Le CPAS ainsi désigné doit prendre immédiatement contact avec le demandeur d'aide en vue d'un traitement rapide de sa demande et ce, avec effet à la date de la demande originale. Les autres CPAS concernés par le conflit de compétence reçoivent du Ministre, pour information, une copie conforme de sa décision. Le CPAS désigné par le Ministre conformément à cette procédure est compétent pour statuer sur la demande d'aide. 10. La subvention de l Etat fédéral Aucune rétribution ou contribution quelconque ne peut être exigée en contrepartie d une assistance administrative et juridique. 11. Les particularités dans la Région de Bruxelles-Capitale Il n y a pas de particularités propres à la Région de Bruxelles-Capitale concernant cette mesure. 12. Questions fréquemment posées Quelle est la différence entre une aide juridique de deuxième ligne et une assistance judiciaire? Alors que l aide juridique de deuxième ligne concerne les frais relatifs à l aide octroyée par un avocat volontaire (Voir rubrique 6 «Que faut-il entendre par «aide juridique»?»), l assistance judiciaire consiste à dispenser les personnes ayant peu de revenus de tout ou d une partie des frais de procédure (frais de requête, droit d enregistrement, copies et extraits de pièces à produire, etc.).

16 16 Existe-t-il, dans le chef du demandeur d aide, une obligation d information corollaire à la mission légale d assistance administrative et juridique du CPAS? Oui. Le demandeur d aide est tenu de fournir tout renseignement utile sur sa situation et d informer le CPAS de tout élément nouveau susceptible d avoir une répercussion sur l aide octroyée afin de faciliter la mission légale d assistance administrative et juridique du CPAS 12. Le demandeur d aide est également tenu d effectuer les démarches qui lui sont demandées. Existe-t-il un délai spécial endéans lequel le CPAS doit s acquitter de son devoir d information? est un terme générique qui recouvre plusieurs obligations. (Voir rubrique 3 «Qu est-ce que l assistance administrative et juridique (devoirs d information et de conseil)?») Une de ces obligations est le devoir d information. Ni la LO ni la loi DIS ne prévoit de délai spécial endéans lequel le CPAS doit s acquitter de son devoir d information. La Charte de l assuré social prévoit, quant à elle, un délai de 45 jours à partir de la date de la demande de renseignements. Le CPAS disposera souvent d un délai plus court. En effet, si l intéressé introduit une demande d aide sociale ou une demande relative au DIS, simultanément ou non à la demande de renseignements, le CPAS doit déjà avoir pris une décision dans les 30 jours suivant la demande. 13. Références légales a) Lois Loi du 2 avril 1965 relative à la prise en charge des secours accordés par les centres publics d aide sociale (M.B. 6 mai 1965, Inforum n 25200) Loi du 8 juillet 1976 organique des centres publics d action sociale (M.B. 5 août 1976, Inforum n 17969) 12 Article 60, 1 er, alinéa 2 de la LO, article 22, alinéa 2 de la loi DIS et Trib. Trav. Bruxelles, 15 novembre 2004 (Inforum n ).

17 17 Loi du 11 avril 1995 visant à instituer «la charte» de l assuré social (M.B. du 6 septembre 1995, Inforum n 89910) Loi du 26 mai 2002 concernant le droit à l intégration sociale (M.B. 31 juillet 2002, Inforum n ) AR du 11 juillet 2002 portant règlement général en matière de droit à l intégration sociale (M.B. 31 juillet 2002, Inforum n ) Loi du 10 mars 2005 modifiant l article 2 de la loi du 11 avril 1995 visant à instituer «la charte» de l assuré social (M.B. du 6 juin 2005, Inforum n ) b) Autres Cour Trav. Mons, 28 novembre 2006 (Inforum n ). Trib. Trav. Bruxelles, 15 novembre 2004 (Inforum n ). 14. Notes de bas de page Reprises dans le texte. 15. Autres fiches utiles en lien avec le sujet Pour plus d informations sur l aide juridique, la brochure «L aide juridique : un meilleur accès à la justice» éditée par le SPF Justice peut être consultée à l adresse Internet suivante :

18 Annexes : liste des maisons de justice et des bureaux d aide juridique francophones I. Liste des maisons de justice francophones Arlon Cité administrative de l État 59 avenue de la Gare 6700 Arlon Tél. : Bruxelles 1 Place J. Dillens 1060 Bruxelles Tél. : Charleroi rue Basslé 6000 Charleroi Tél. : Dinant 5 Rue de Maibes 5500 Dinant Tél. : Eupen 62 Aachenerstrasse 4700 Eupen Tél. : Huy 22 Rue Rioul 4500 Huy Tél. : Liège 32 Bd de la Sauvenière bte Liège Tél. : Marche- en-famenne 2 allée du Monument 6900 Marche-en-Famenne Tél. : Mons 101 chaussée de Binche 7000 Mons Tél. : Namur 5 bd Frère-Orban 5000 Namur Tél. : Neufchâteau 8 rue Saint-Roch 6840 Neufchâteau Tél. : Nivelles 21 rue des Frères Grislein 1400 Nivelles Tél. : Tournai 7 Place Reine Astrid 7500 Tournai Tél. : Verviers 22 rue Saint Remacle 4800 Verviers Tél. : II. Liste des bureaux d aide juridique francophones Arlon Palais de justice 1 place Schalbert Bâtiment B 6700 Arlon Tél. :

19 19 Bruxelles Palais de justice - Extension 19 rue des Quatres Bras 3ème étage 1000 Bruxelles Tél. : Charleroi Palais de justice 8 boulevard Defontaine 6000 Charleroi Tél. : Dinant Maison de l Avocat rue En-Rhée 5500 Dinant Tél. : Eupen 62 Aachenerstrasse 4700 Eupen Tél. : Huy Palais de justice 4 quai d Arona 4500 Huy Tél. : Liège Maison de Justice 32 bd de la Sauvenière, 1er étage 4000 Liège Tél. : Marche-en-Famenne 7 rue Victor Libert 1er étage 6900 Marche-en-Famenne Tél. : Mons Palais de justice 35 rue de Nimy 7000 Mons Tél. : Namur Palais de Justice 5000 Namur Tél. : Neufchâteau 139 avenue de la Gare 6840 Neufchâteau Tél. : Nivelles Palais de justice Place Albert 1er 1400 Nivelles Tél. : Laux d aide juridique francophones Tournai Palais de justice 4b place du Palais-de-Justice 7500 Tournai Tél. : Verviers Palais de justice local 49 4 rue du Tribunal 4800 Verviers Tél. : Wavre Hôtel de ville de Wavre 1300 Wavre Le lundi, à partir de 13 h 30

Différentes aides en nature. (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB)

Différentes aides en nature. (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB) (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB) Version n : 1 Dernière actualisation : 03-07-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu est-ce qu une aide en nature?

Plus en détail

L intervention dans les frais de logement pour les demandeurs d asile

L intervention dans les frais de logement pour les demandeurs d asile L intervention dans les frais de logement pour les demandeurs d asile Version n : 1 Dernière actualisation : 04-07-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu

Plus en détail

L aide spécifique au paiement de pensions alimentaires en faveur d enfants

L aide spécifique au paiement de pensions alimentaires en faveur d enfants L aide spécifique au paiement de pensions alimentaires en Version n : 1 Dernière actualisation : 07-07-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) En quoi consiste

Plus en détail

La prime d installation

La prime d installation Version n : 1 Dernière actualisation : 22-09-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu est-ce que la prime d installation et quel est son montant actuellement?

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice en pratique. Les maisons de justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice en pratique. Les maisons de justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice en pratique Les maisons de justice Chaque arrondissement judiciaire dispose d une Maison de Justice. La Maison de Justice

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. L aide juridique : un meilleur accès à la justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. L aide juridique : un meilleur accès à la justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique L aide juridique : un meilleur accès à la justice Le premier conseil : un geste indispensable gratuit pour tous

Plus en détail

Différents types de guidance

Différents types de guidance Version n : 1 Dernière actualisation : 07-07-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu entend-on par le terme de «guidance» en matière CPAS? 4) Quels sont les

Plus en détail

L adresse de référence

L adresse de référence Version n : 1 Dernière actualisation : 18-12-2006 1) À quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une adresse de référence? 3) Quels sont les avantages d une adresse de référence? 4) Qui peut s inscrire en

Plus en détail

La demande de dispense de cotisations sociales

La demande de dispense de cotisations sociales La demande de dispense de cotisations sociales 012 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

La mise en ordre de mutuelle

La mise en ordre de mutuelle Version n : 1 Dernière actualisation : 04-07-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Pourquoi s affilier auprès d une mutuelle? 4) Qu est-ce qu un «organisme

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

RetrieveTIGroups Consultation étendue du Registre national

RetrieveTIGroups Consultation étendue du Registre national RetrieveTIGroups Consultation étendue du Registre national Table des matières RetrieveTIGroups... 1 Table des matières... 1 1) Introduction... 1 2) Législation... 1 3) Historique... 2 4) Qui utilise le

Plus en détail

LE REVENU D INTÉGRATION

LE REVENU D INTÉGRATION Version décembre 2013 LE REVENU D INTÉGRATION revenu d intégration LE DROIT AU REVENU D INTÉGRATION en douze pas... Qu est-ce qu un revenu d intégration? Quelle conditions remplir pour recevoir le revenu

Plus en détail

DROIT A L INTEGRATION SOCIALE

DROIT A L INTEGRATION SOCIALE DROIT A L INTEGRATION SOCIALE Présentation générale de la loi et de l arrêté d application 19 septembre 2002 Marie Wastchenko, Secrétaire de la Section CPAS et Astrid Van Kleef, Juriste au CPAS de Bruxelles

Plus en détail

La médiation. une alternative au tribunal

La médiation. une alternative au tribunal La médiation une alternative au tribunal Sommaire Evitez le tribunal, faites appel à un médiateur 3 Autant de situations 5 En quoi consiste la médiation? 6 Quelques caractéristiques de la médiation 6 La

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises

Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises I. La prime garde des enfants a. Origine 1) Conformément à l accord sectoriel 2013-2014, le Fonds social de chacune des commissions paritaires 202, 311

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement Circulaire 36200 p. 1 Circulaire n 509 Allocations familiales en faveur des enfants placés, conformément aux articles 51, 3, 7 et 70 L.C. (Txt 40) C. 06/03/1992 Nous constatons qu un certain nombre de

Plus en détail

GUIDE DE. l aide médicale. Version novembre 2015 Aide médicale

GUIDE DE. l aide médicale. Version novembre 2015 Aide médicale GUIDE DE l aide médicale Version novembre 2015 Aide médicale GUIDE DE L AIDE MÉDICALE (URGENTE) en six pas... Qu est-ce que l aide médicale? L aide médicale dépend-elle de ma situation de séjour? Comment

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/199 DELIBERATION N 08/076 DU 2 DECEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DE LA

Plus en détail

La procédure concernant une demande d aide

La procédure concernant une demande d aide Version n : 1 Dernière actualisation : 11-12-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Quand est-ce que je peux demander de l aide au CPAS? 3) Comment obtenir une aide du CPAS? Étape n 1 : l introduction de

Plus en détail

Le service d accueil des victimes au sein des parquets et tribunaux. La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions.

Le service d accueil des victimes au sein des parquets et tribunaux. La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice en pratique Ministère de la Justice Le service d accueil des victimes au sein des parquets et tribunaux QU EST-CE QUE LE

Plus en détail

CAPELO - Compléments au dossier de carrière

CAPELO - Compléments au dossier de carrière CAPELO - Compléments au dossier de carrière Instructions administratives aux employeurs 01/01/2013 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

www.secal.belgium.be

www.secal.belgium.be Vous n'avez pas reçu vos pensions alimentaires? Le Service des Créances Alimentaires (SECAL) vous aide www.secal.belgium.be Service Public Fédéral Finances - 2012 - Cette brochure a été réalisée par un

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/198 DÉLIBÉRATION N 08/075 DU 2 DÉCEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CONTENUES

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie Texte original Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie 0.274.187.631 Conclue le 1 er juin 1933 Approuvée par l Assemblée fédérale le 12

Plus en détail

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 Parue dans le Moniteur Belge du 28 décembre 2006 Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 CHAPITRE VI. Fonds d indemnisation des victimes de l amiante Section 1re. Mission et fonctionnement

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

Avances sur allocations sociales

Avances sur allocations sociales Version n : 1 Dernière actualisation : 08-04-2008 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une allocation sociale? 3) Qu est-ce qu une avance sur allocations sociales? 4) Qui peut demander une avance

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi CONVENTION ENTRE: Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi ; ci-après dénommé : «L avocat» ; ET: Madame/Monsieur.., ci-après dénommé : «Le client» ; ARTICLE 1 : DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/205 DÉLIBÉRATION N 12/057 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU SERVICE

Plus en détail

L aide pour la constitution d une garantie locative

L aide pour la constitution d une garantie locative Version n : 1 Dernière actualisation : 30-10-2009 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une garantie locative? 3) Est-il obligatoire de constituer une garantie locative? 4) La garantie locative appartient-elle

Plus en détail

Formulaire d'introduction (édition 2008)

Formulaire d'introduction (édition 2008) Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale DIRECTION DU LOGEMENT CCN -Gare du Nord - rue du Progrès 80 bte1 A.L 1035 Bruxelles Formulaire d'introduction (édition 2008) Pour que la demande soit valablement

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/064 DÉLIBÉRATION N 11/042 DU 7 JUIN 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU SECRÉTAIRE

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

indépendants GUIDE DU Une édition du SPP Intégration sociale Version mai 2014 Indépendants

indépendants GUIDE DU Une édition du SPP Intégration sociale Version mai 2014 Indépendants Version mai 2014 Indépendants GUIDE DU Une édition du SPP Intégration sociale Le SPP IS est un service public qui vise à assurer une existence décente à toutes les personnes dans le besoin. http://www.mi-is.be

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

L allocation de chauffage. (Le Fonds Social Mazout)

L allocation de chauffage. (Le Fonds Social Mazout) (Le Fonds Social Mazout) Version n : 1 Dernière actualisation : 14-01-2009 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu est-ce que le Fonds Social Mazout? 4) Qu est-ce

Plus en détail

Social Rate Investigation (Consultation des contrats gaz et électricité et du droit au tarif social octroyé automatiquement)

Social Rate Investigation (Consultation des contrats gaz et électricité et du droit au tarif social octroyé automatiquement) Social Rate Investigation (Consultation des contrats gaz et électricité et du droit au tarif social octroyé automatiquement) Contents Social Rate Investigation... 1 (Consultation des contrats gaz et électricité

Plus en détail

Conditions générales relatives aux honoraires et à la mission de l avocat

Conditions générales relatives aux honoraires et à la mission de l avocat Conditions générales relatives aux honoraires et à la mission de l avocat Le client charge l avocat Jean-Pol Nijs, ci-après dénommé l avocat de la défense de ses intérêts dans le cadre du litige. Me Jean-Pol

Plus en détail

Allocations pour personnes handicapées À 21 ans... que faire?

Allocations pour personnes handicapées À 21 ans... que faire? Allocations pour personnes handicapées À 21 ans... que faire? A.R.R. Allocation de Remplacement de Revenus A.I. Allocation d Intégration Brochure à destination des familles de jeunes issus de l enseignement

Plus en détail

Vous n avez pas reçu vos pensions alimentaires? Le SECAL vous aide!

Vous n avez pas reçu vos pensions alimentaires? Le SECAL vous aide! Vous n avez pas reçu vos pensions alimentaires? Le SECAL vous aide! www.secal.belgium.be Service Public Fédéral Finances - 2016 - Cette brochure a été réalisée par un groupe de travail constitué de collaborateurs

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis)

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis) L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE INFORMATION AUX GARANTS (Article 3 bis de la loi du 15 décembre 1980 sur l accès au territoire, le séjour, l établissement et l éloignement des étrangers) Cette information

Plus en détail

Notre engagement de service

Notre engagement de service Heures d ouverture Lundi 8.30-12h 13-16h Mardi 8.30-12h 13-16h Mercredi 8.30-12h Jeudi 8.30-12h 13-16h Vendredi 8.30-12h Ou sur rendez-vous en dehors des heures d ouverture Notre engagement de service

Plus en détail

Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca. Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs

Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca. Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs L UNION FAIT LA FORCE Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs www.systemedecaisseenregistreuse.be - 2014 - Service Public

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 --------------------------------------------------

A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 -------------------------------------------------- A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 -------------------------------------------------- Avant-projet de loi - Aidants proches x x x 2.653-1 Av. de la Joyeuse Entrée,

Plus en détail

L ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE DE CESSATION D ACTIVITE ET DE DIFFICULTE FINANCIERE

L ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE DE CESSATION D ACTIVITE ET DE DIFFICULTE FINANCIERE L ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE DE CESSATION D ACTIVITE ET DE DIFFICULTE FINANCIERE 019 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2323 DU 02/06/2008

CIRCULAIRE N 2323 DU 02/06/2008 CIRCULAIRE N 2323 DU 02/06/2008 Objet : Procédure applicable au licenciement des membres du personnel de maîtrise, gens de métier et de service des établissements d enseignement organisé par la Communauté

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Déclaration d une activité bénévole pour le compte d une organisation non commerciale

Déclaration d une activité bénévole pour le compte d une organisation non commerciale Cachet dateur de l organisme de paiement. Déclaration d une activité bénévole pour le compte d une organisation non commerciale Vous souhaitez exercer une activité bénévole pour le compte d une organisation

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

LA PRATIQUE JUDICIAIRE

LA PRATIQUE JUDICIAIRE SC001078/competence CENTRE D E FORM ATION PROFESSIONNELLE des Barreaux d e Liège, Verviers, Eupen, Marche -en-famenne, Neufchâtea u et Arlon LA PRATIQUE JUDICIAIRE Schéma des questions à aborder dans le

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/128 DÉLIBÉRATION N 13/058 DU 4 JUIN 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE L INSTITUT

Plus en détail

HealthCareInsurance (Consultation de l assurabilité)

HealthCareInsurance (Consultation de l assurabilité) HealthCareInsurance (Consultation de l assurabilité) Contents 1) Introduction... 2 2) Législation... 2 3) Historique... 2 4) Qui utilise le service? Pour qui et pour quels besoins?... 3 5) Quels sont les

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/137 DÉLIBÉRATION N 09/075 DU 1 ER DÉCEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE MUTATION

FORMULAIRE DE DEMANDE DE MUTATION Scrl La Maison des Hommes Société de Logement de Service Public Grand Place 7 4400 Flémalle Tél. 04/275.65.15 Fax 04/275.72.52 Version juillet 2014 FORMULAIRE DE DEMANDE DE MUTATION A rentrer impérativement

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/128 DÉLIBÉRATION N 09/067 DU 3 NOVEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DES REGISTRES

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4525 Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7, 13, alinéa 2, de l arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale

Plus en détail

Garde d enfant Procédure destinée aux entreprises

Garde d enfant Procédure destinée aux entreprises Garde d enfant Procédure destinée aux entreprises I. La prime garde des enfants a. Origine 1) Conformément à l accord sectoriel 2013-2014, le Fonds social de chacune des commissions paritaires 202, 311

Plus en détail

Formulaire de demande de mutation. Permanences administratives et techniques :

Formulaire de demande de mutation. Permanences administratives et techniques : Formulaire de demande de mutation Comment communiquer avec le Foyer Fontainois? Par téléphone, au 071/52.58.38. Du lundi au vendredi de 09h00 à 12h00 Permanences administratives et techniques : Mardi de

Plus en détail

Demande de dispense pour suivre une formation, un stage ou certaines études

Demande de dispense pour suivre une formation, un stage ou certaines études cachet dateur de l'organisme de paiement Demande de dispense pour suivre une formation, un stage ou certaines études Pourquoi cette dispense? Vous bénéficiez d allocations de chômage. Vous souhaitez suivre,

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/011 DÉLIBÉRATION N 05/042 DU 6 SEPTEMBRE 2005, MODIFIÉE LE 5 FÉVRIER 2008, RELATIVE A L ÉCHANGE DE DONNEES SOCIALES

Plus en détail

Le règlement collectif de dettes en pratique

Le règlement collectif de dettes en pratique Le règlement collectif de dettes en pratique Centre d Appui aux services de médiations de dettes de la Région de Bruxelles-Capitale Janvier 2014 Boulevard du Jubilé, 153-155 à 1080 Bruxelles Tél : 02 217

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/006 DÉLIBÉRATION N 09/005 DU 13 JANVIER 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise (Nouvelle réglementation régimes généraux) document d information Version 3.1 01.10.2014 C3 RCC EXTRAITS DE VOS DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil A. Utilité Le Règlement d Ordre Intérieur proposé informe chaque partie des différents aspects

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

PERSONNALISéE D AUTONOMIE

PERSONNALISéE D AUTONOMIE CONSEIL GENERAL DE L AVEYRON pôle des solidarités départementales Cadre réservé à l administration N DOSSIER :... DEMANDE D ALLOCATION DéPARTEMENTALE PERSONNALISéE D AUTONOMIE D UNE PERSONNE DE SOIXANTE

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005; CSSS/05/148 1 DELIBERATION N 05/053 DU 20 DECEMBRE 2005 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES EN VUE DE LA CONSTATATION

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS Monsieur Alain DESMIT Président du CPAS Rue de la Siroperie, n 7/1 4630 SOUMAGNE Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS Soumagne-L65C-FMAZ-PVA Objet: Rapport d inspection intégré Monsieur

Plus en détail

HealthCareInsurance (Consultation de l assurabilité)

HealthCareInsurance (Consultation de l assurabilité) HealthCareInsurance (Consultation de l assurabilité) Contents 1) Introduction... 2 2) Législation... 2 3) Historique... 2 4) Qui utilise le service? Pour qui et pour quels besoins?... 3 5) Quels sont les

Plus en détail

LES ALLOCATIONS D ETUDES SECONDAIRES Une aide financière pour tes études secondaires

LES ALLOCATIONS D ETUDES SECONDAIRES Une aide financière pour tes études secondaires Droit scolaire LES ALLOCATIONS D ETUDES SECONDAIRES Une aide financière pour tes études secondaires Tu es en enseignement secondaire et tu te demandes si tu peux bénéficier d une aide financière? Tu ne

Plus en détail

Faire enregistrer un contrat de bail... une obligation facile à remplir - Changement de législation - Service Public Fédéral FINANCES

Faire enregistrer un contrat de bail... une obligation facile à remplir - Changement de législation - Service Public Fédéral FINANCES Faire enregistrer un contrat de bail... une obligation facile à remplir - Changement de législation - L UNION FAIT LA FORCE - EENDRACHT MAAKT MACHT Service Public Fédéral FINANCES 1. Quel contrat de bail?

Plus en détail

Règlement des stages Février 2015

Règlement des stages Février 2015 Règlement des stages Février 2015 Article 1.- Valorisation du stage 1.1. Les étudiants inscrits dans le bloc 2 du master en droit à la Faculté de droit et de criminologie de l ULB ont la possibilité d

Plus en détail

«Le Revenu d Intégration Sociale (RIS)»

«Le Revenu d Intégration Sociale (RIS)» Version n : 1 «(RIS)» Dernière actualisation : 22-09-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu est-ce que le revenu d intégration sociale (RIS)? 4) Qui peut

Plus en détail

Il est formé sous l égide de la Fédération française des entreprises Gestionnaires de

Il est formé sous l égide de la Fédération française des entreprises Gestionnaires de S2TI - Statuts TITRE I CONSTITUTION - OBJET - COMPOSITION ARTICLE 1 - CONSTITUTION Il est formé sous l égide de la Fédération française des entreprises Gestionnaires de services aux Equipements, à l Energie

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSSS/15/061 DÉLIBÉRATION N 15/021 DU 7 AVRIL 2015, MODIFIÉE LE 5 MAI 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 Définitions

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 Définitions Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et la République Fédérative du Brésil (Entrée en vigueur le 01-12-2014, publié au

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS APPELS EN MATIÈRE DISCIPLINAIRE

FOIRE AUX QUESTIONS APPELS EN MATIÈRE DISCIPLINAIRE FOIRE AUX QUESTIONS APPELS EN MATIÈRE DISCIPLINAIRE Cette foire aux questions a été préparée dans un objectif d'information générale et elle n'a aucune valeur juridique. Elle n'engage ni le ni le Tribunal

Plus en détail

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation)

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation) demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation) document d information Version 3.1 01.10.2014 C3 RCC EXTRAITS DE VOS DROITS

Plus en détail