L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 Arthur Charpentier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 Arthur Charpentier http://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/index."

Transcription

1 L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009

2 L assurance «The contribution of the many to the misfortune of the few» Les différents types d assurance l assurance vie et l assurance décès l assurance santé l assurance non-vie, ou assurance dommage (IARD) l assurance des risques spéciaux la réassurance

3 Histoire de l assurance Les modes d assurance prêt à la grande aventure tontines mutuelles état providence assurance privée longtemps interdit car favorise l incurie et le mépris des précautions élémentaires

4 Que peut-on assurer? l assurance d un point de vue juridique l assurance d un point de vue mathématique (actuariel) l assurance d un point de vue économique «le contrat aléatoire est une convention réciproque dont les effets, quant aux avantages et aux pertes soit pour toutes les parties, soit pour l'une ou plusieurs entre elles dépendent d'un événement incertain» (Code Civil, )

5 Que peut-on assurer? l assurance d un point de vue juridique l assurance d un point de vue mathématique (actuariel) l assurance d un point de vue économique les risques homogènes et indépendants sont regroupés au sein d une mutualité Le cadre statistique est alors basé sur l utilisation de la loi des grands nombres et du théorème central limite

6 Que peut-on assurer? l assurance d un point de vue juridique l assurance d un point de vue mathématique (actuariel) l assurance d un point de vue économique économie de l incertain économie de l ambigüité le problème de l antisélection le problème de l aléa moral

7 Assurer les catastrophes naturelles? «sont considérés comme les effets des catastrophes naturelles, au sens de la présente loi, les dommages matériels directs ayant eu pour cause déterminante l'intensité anormale d'un agent naturel, lorsque les mesures habituelles à prendre pour prévenir ces dommages n'ont pu empêcher leur survenance ou n'ont pu être prises» (loi du 16 juillet 1982)

8 Assurer les catastrophes naturelles?

9 Assurance versus finance (crédit) 2 indemnité ASSUREUR prime ou cotisation prêt ou crédit ETABLISSEMENT DE CREDIT 2 remboursement ASSURE 1 1 EMPRUNTEUR «inversion du cycle de production» Couverture financière des catastrophes naturelles (titrisation)

10 Assurance dommages des particuliers des entreprises de biens matériels (mais aussi des dommages corporels ) assurance responsabilité

11 Assurance sur la vie (ou la mort) en cas de vie (retraite) en cas de décès

12 Les sinistres (classiques: auto matériel, incendies ) période de couverture 1 ou 2 ans déclaration à l assureur survenance paiement paiement clôture

13 Les sinistres (complexes: RC médicale, accidents corporels ) période de couverture 10, 20 ou 30 ans observation survenance déclaration à l assureur paiement paiement tribunal, procès clôture

14 Les sinistres à déroulé (très) long

15 Les provisions (pour sinistres à payer)

16

17

18 Les coûts extrêmes, les catastrophes naturelles

19 Les coûts extrêmes, les catastrophes naturelles

20 Les coûts extrêmes, les catastrophes naturelles

21 La tarification (souscription) «The contribution of the many to the misfortune of the few» Partage sur l ensemble d une population d assurés du coût des sinistres touchant quelques éléments de cette population. La population doit être suffisamment nombreuse afin que le coût de l assurance soit économiquement supportable pour chacun. Pour réduire la volatilité des risques (et l antisélection), la mutualisation doit s effectuer sur des segments de populations homogènes, présentant des risques de même nature et de même niveau. Cette segmentation permet de proposer des tarifs ajustés à chaque type de population

22 Comment agir en situation d incertitude? outils de base, la notion de «loterie» survient avec probabilité prend la valeur dans l état prend la valeur dans l état survient avec probabilité

23 l espérance mathématique comme prix d un jeu? prend la valeur dans l état prend la valeur dans l état Le «prix juste du jeu» : on somme sur tous les états de la nature possibles Plus généralement

24 Le paradoxe de Saint Pétersbourg FIN DU JEU «pile» de suite 1 «face» Probabilité de gagner 64 =

25 Le paradoxe de Saint Pétersbourg

26 Comment agir en situation d incertitude? La réponse apporté par Bernoulli, formalisée par von Neumann & Morgenstern, est de considérer une «utilité morale» des montant, i.e. calculer une espérance d utilité chaque agent a une utilité censé refléter leur «aversion pour le risque»

27 Décrire l attitude face au risque On dira qu un agent est averse au risque si c est-à-dire est une fonction concave On dira qu un agent est neutre au risque si c est-à-dire est une fonction affine

28 un agent est averse au risque si est concave utilité richesse

29 il existe un équivalent certain pour lequel l agent est indifférent entre la loterie (apportant ) et toucher de façon certaine. utilité prime de risque équivalent certain richesse

30 Petit exemple vaut 150 Considérons un agent indifférent entre ces 2 «loteries» vaut 50 vaut 80 transfert de risque assurance ou marchés financiers un assureur peut garantir de payer 80 quel que soient l état de la nature, et prendre le risque (il est moins averse au risque)

31 Comment agir en situation d incertitude? quid des probabilités? La probabilité est elle connue?

32 Comment agir en situation d incertitude? Réponse de Savage : utilisation de probabilités subjectives Différence entre incertitude et ambigüité

33 Le «principe de précaution» «Lorsque la réalisation d'un dommage, bien qu'incertaine en l'état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l'environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d'attribution, à la mise en œuvre de procédures d'évaluation des risques et à l'adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage, ainsi qu à la mise en œuvre de procédures d évaluation des risques encourus» (article 5 de la Charte de l Environnement). aversion à l ambigüité (mesures conservatrices prises a priori) acquisition d information et irréversibilité Problème centrale: définir l univers des possibilités

34 Les «lemons» d Akerloff Une personne souhaite acheter un véhicule d occasion: il existe des «bonnes» occasions (peaches, cherries), et des «mauvaises» (lemons). $ 3000, 50% $ 2000, 50%

35 Les «lemons» d Akerloff en cas d information parfaite: deux marchés, un pour les lemons, et un pour les peaches en cas d absence d information (pour le vendeur et l acheteur), un prix d équilibre à 2500 s établi en cas d asymétrie d information, Le vendeur d un «lemon» n a pas intérêt à révéler la qualité de son véhicule à un acheteur potentiel, ainsi il recevra un prix plus élevé que ce que vaut son véhicule. Le vendeur d une «cherry» n a pas intérêt à vendre, car le prix du marché est trop bas il quitte le marché.

36 Les «lemons» d Akerloff Exemple de l assurance santé et des tests génétiques Supposons qu il existe des tests génétiques permettant à des agents de connaître leurs prédispositions à des maladies. Mais que les assureurs n aient pas accès à cette information (il calcule les primes sur l ensemble de la population) Les personnes prédisposées auront intérêt à s assurer Les personnes peu risquées ne s assurent pas car l assurance est trop chère

37 On parle d'asymétrie d'information lors d'un échange quand certains des participants disposent d'informations pertinentes que d'autres n'ont pas (rente informationnelle). On parle de problème principal-agent : l action d un acteur économique, appelé «principal», dépend de l'action ou de la nature d'un autre acteur, «agent», sur lequel le principal est imparfaitement informé. On parle de sélection adverse pour désigner les cas où le principal ignore une caractéristique de l'agent qui a un impact sur l'issue de l'accord entre l'agent et lui. Importance des signaux qui permettent de révéler de l information, ou présence d intermédiaires informés

38 Exemples de problèmes d antisélection, de sélection adverse, ou encore d information cachée Un consommateur qui achète un bien (d occasion) dont il ne connaît pas la qualité Une firme qui embauche un employé dont il ne connaît pas exactement la formation professionnelle Un assureur qui établit une assurance pour la santé Besoin de créer des mécanismes de révélation (certification, diplômes, signaux )

39 Exemples de problèmes d aléa moral, ou d action cachée En assurance, le fait de s assurer réduit la prévention, un agriculteur indemnisé si sa récolte est faible peut négliger ses cultures, un assuré social peut augmenter ses pratiques à risques (assurance santé) ou réduire ses efforts pour trouver du travail (assurance chômage), Besoin de créer des incitations (prime au mérite, bonus/malus, franchise, stock-options )

40 Ajuster des lois aux coûts et aux fréquences

41 Ajuster des lois aux coûts et aux fréquences

42 Besoin de segmenter par exemple suivant un critère géographique Total sum insured by Cresta zones under 9500 MEUR MEUR MEUR MEUR more than MEUR

43 Besoin de segmenter par exemple suivant un critère d âge

44 Le risque de longévité T H E D E V E L O P M E N T O F A L I Q U I D M A R K E T I N T R A D E D M O R T A L I T Y A N D L O N G E V I T Y What is LifeMetrics? Strategic rationale Features Launched by JPMorgan in March 2007, LifeMetrics is a toolkit for measuring and managing longevity and mortality risk Index Longevity and mortality indices (currently US, England & Wales and the Netherlands) Index levels for mortality/longevity to be the reference for derivatives Framework Assist the market in understanding this risk Methodologies and analytics for risk management Software Simple tools for modelling/forecasting mortality Assist the market analyse this new risk (available on the website) Assist pension funds and annuity providers to promote effective management of longevity risk Provide tools for investors to promote the development of a liquid market for longevity-linked and mortality-linked assets Provide hedging tools for insurers to complement existing toolkits Build a liquid market in longevity and mortality derivatives Transparent, open, non-proprietary, freely-available International Comprehensive framework for longevity risk management Building-block approach to derivatives

45 Le risque de longévité Transparent and easily available data and reference Transparent and easily available data and reference Research study mortality projection models Research study mortality projection models Model Formula M1 log m(t,x) = (1) ( 2 ) ( 2 ) β X β X + κ t (1) + L-C (2) (3) ( 3) x M2 β log m(t,x) = X + β X κ + β X γ t- R-H (1) ( 2) (3) M3 β log m(t,x) = X + κ t + γ t - x Currie θ B i, j i, j ( t 2) (x, t) M4 log m(t,x) = P-splines (1) ( 2) M5 κ κ (x logit q(t,x) = t + t x ) CBD M6 (1) ( 2) ( 3) κ logit q(t,x) = t + κ t (x x ) + γ t - x CBD-x1 M7 (1) ( 3) κ logit q(t,x) = t + k(x x ) + γ t - x CBD-x2 M8 (1) ( 2) ( 3 ) κ κ (x x ) (x logit q(t,x) = t + t + γ t - x + c x) CBD-x3 ay ij Example: P-spline approach to projection Example: P-spline approach to projection 6

L Assurance. L Assurance

L Assurance. L Assurance L Assurance Benjamin Leroy et Sébastien Vidal L Assurance Définition et Historique Assurance directe et privée Assurance indirecte et Assurance sociale Mutuelle Fondement économique de l assurance 2 Définition

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( )

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( ) MICROECONOMIE - 2 ème année de Sciences-Economiques Chapitre IV - Les défaillances du marché V. Les défaillances d'information [13/04/2001] En présence d'informations imparfaites, asymétriques (les agents

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

un environnement économique et politique

un environnement économique et politique Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché?

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 octobre 2014 à 18:25 Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? Introduction Dans la réalité les marchés peuvent être défaillants dans le

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de l espérance d utilité Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr

Plus en détail

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Microéconomie 2014/2015 Rappel Chapitre 1 Hypothèses du modèle canonique concurrence pure et parfaite: Atomicité des agents Biens

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels WWW.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr Introduction Importance de l information

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels WWW.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Catastrophes

Plus en détail

Examen blanc assurance et gestion des risques

Examen blanc assurance et gestion des risques Examen blanc assurance et gestion des risques Mickaël Clévenot 17 mars 2014 1 Questions de cours pour tous Question 1) Il sera demandé aux étudiants de rappeler l un des axiomes de la méthodologie développée

Plus en détail

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 U3 Corrigé Page 1 Sujet n 1 1. Indiquez les éléments pris en compte pour déterminer une cotisation d assurance. La prime dépend de : (3x0,5 pt = 1,5) - La fréquence

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Choix de Portefeuille Christophe Boucher Chapitre 1. Théorie de la décision en avenir incertain Critère d espérance d utilité L attitude vis-à-vis du risque Chapitre 2. Rendements et critères

Plus en détail

Catastrophes naturelles : prévention et assurance

Catastrophes naturelles : prévention et assurance CDRNM 10 octobre 2013 Préfecture de Lille Catastrophes naturelles : prévention et assurance Philippe HERREYRE TOURNEMAINE MRN Sommaire 2 1. Les CATastrophes NATurelles en chiffres 1. La composante assurance

Plus en détail

Prévention et Assurance : Comment agir face aux risques de catastrophes naturelles

Prévention et Assurance : Comment agir face aux risques de catastrophes naturelles Conférence publique à Barcelonnette Centre Seolane - 24 juin 2013 Prévention et Assurance : Comment agir face aux risques de catastrophes naturelles Roland Nussbaum Directeur Mission des sociétés d assurances

Plus en détail

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES 1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES Objectifs du chapitre : à la fin de ce chapitre, vous devrez savoir... expliquer ce qu est un «risque» différencier les techniques fondamentales (éviter/prévenir/absorber/transférer)

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

RÔLE DES PENSIONS PRIVÉES DANS LA PRÉPARATION POUR LA RETRAITE

RÔLE DES PENSIONS PRIVÉES DANS LA PRÉPARATION POUR LA RETRAITE Conférence OEE 26 Novembre 2014 RÔLE DES PENSIONS PRIVÉES DANS LA PRÉPARATION POUR LA RETRAITE Résultats de l étude de l OCDE Contexte et Motivation Questions que se posent les pouvoirs publics: La population

Plus en détail

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées B. Prise de décisions en univers incertain Une grande par*e des choix réalisés par les producteurs et les consommateurs étant réalisés en univers incertain, les agents sont amenés à prendre des décisions

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

L opération d assurance

L opération d assurance Fiche 1 L opération d assurance I. Distinctions II. La mutualisation III. La sélection des risques Définition Opération d assurance : opération par laquelle un assureur organise en une mutualité une multitude

Plus en détail

Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN

Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN 25 juin 2015 - Merlimont Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN Eléments d introduction La Mission Risques Naturels association entre FFSA et GEMA 2 www.mrn.asso.fr 3 Les

Plus en détail

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels forestiers face aux risques Réflexion sur la dimension assurantielle Carrefours de l innovation agronomique. Sylviculture, Forêts et Tempêtes,

Plus en détail

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Anne MARION A C T U A R I E L L E S actuarielles@actuarielles.com L aléa en santé Assurance vie : (décès) Survenance certaine à date aléatoire

Plus en détail

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur CFMS, demi-journée technique du 4 octobre 2006 (14h-18h30) ENPC rue des Saints Pères (Amphi Caquot) Guillaume Pousse Assurer contre une catastrophe

Plus en détail

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Janvier 2014. Document 214006

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Janvier 2014. Document 214006 Norme définitive Normes définitives Révocation des normes de pratique actuelles intitulées Recommandations Calculs et projections de participations et Notes explicatives sur certaines recommandations avec

Plus en détail

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Le régime des catastrophes naturelles et technologiques

Plus en détail

Affaires dommages en Suisse

Affaires dommages en Suisse Affaires dommages en Suisse 15 Primes émises Total des primes Assurance accidents* 2 762 2 821 2 818 Assurance maladie* (sans assurance de base) 6 323 6 318 8 687 Assurance RC et de véhicules automobiles

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

Economie du risque (2)

Economie du risque (2) Economie du risque (2) Assurance et Conditions de l assurance Partage de risque et risque non diversifiable. - ENASS - Arnold Chassagnon - novembre 2012 Plan 1 Introduction 2 Représentations du risque

Plus en détail

www.financeimmo.com Le contrat d assurance est obligatoire à partir du moment où vous possédez une cylindré: auto, moto, scooter.

www.financeimmo.com Le contrat d assurance est obligatoire à partir du moment où vous possédez une cylindré: auto, moto, scooter. 1 sur 5 25/09/2008 16:07 Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin.

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Catastrophes naturelles. Prévention. assurance. M i s s i o n R i s q u e s N a t u r e l s

Catastrophes naturelles. Prévention. assurance. M i s s i o n R i s q u e s N a t u r e l s Catastrophes naturelles Prévention et assurance 420 communes inondées en 2 jours dans le sud-est en septembre 2002. 3 milliards d euros : coût des inondations de septembre 2002 et décembre 2003. 130 000

Plus en détail

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS TITRE : MÉTHODES ACTUARIELLES DE L'ASSURANCE VIE (cours et exercices corrigés) AUTEUR : Christian HESS ÉDITEUR : ÉCONOMICA, PARIS DATE DE PARUTION : NOVEMBRE 2000 357 pages prix

Plus en détail

POLICE COMMERCE ET SERVICES

POLICE COMMERCE ET SERVICES POLICE COMMERCE ET SERVICES La police Commerce & Services protège les assurés contre divers risques dans leur vie professionnelle. L assurance est destinée aux commerces de détail. Assurances Que peut-on

Plus en détail

Calcul élémentaire des probabilités

Calcul élémentaire des probabilités Myriam Maumy-Bertrand 1 et Thomas Delzant 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Licence 1ère Année 16-02-2006 Sommaire La loi de Poisson. Définition. Exemple. 1 La loi de Poisson. 2 3 4

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

COURS 1 : RISQUE ET ASSURANCE IARD

COURS 1 : RISQUE ET ASSURANCE IARD COURS 1 : RISQUE ET ASSURANCE IARD NOTIONS DE BASE 1.1 NOTION DE RISQUE Définition d un risque (dans le contexte de l assurance) : Événement fortuit, à caractère aléatoire, et dont la matérialisation produirait

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012 L assurabilité des risques Club APREF 1 er mars 2012 Introduction : (1/2) Les conséquences des problèmes d assurabilité sont connues : Protection des biens des individus, difficultés d entreprendre, d

Plus en détail

UNE PROTECTION OPTIMALE POUR VOTRE ENTREPRISE

UNE PROTECTION OPTIMALE POUR VOTRE ENTREPRISE Assurances pour entreprises UNE PROTECTION OPTIMALE POUR VOTRE ENTREPRISE 30.00.005/00 10/14 ASSURANCES POUR ENTREPRISES Une protection optimale pour votre entreprise Entreprendre, c est accepter d assumer

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance?

1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance? 1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance? Parce ce que je suis exposé à des risques dont les causes sont multiples et les conséquences imprévisibles. 2. Que signifie la notion de risque?

Plus en détail

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications?

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? Atelier B01 Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? 1 Atelier B01 Intervenants Hugh ROSENBAUM Towers Watson Retired Principal Fabrice FRERE Aon Global Risk Consulting (Luxembourg)

Plus en détail

AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Instruction n o 2012-I-06 du 13 novembre 2012 relative à la composition du dossier d avenant à une convention de substitution L Autorité de contrôle prudentiel, Vu le Code

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Laurent Denant Boemont octobre 2008 Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance 2 J. Hamburg (2005) Along came Polly 1 Introduction

Plus en détail

Quelles sont les solutions qu une compagnie d assurances peut offrir aux caisses de pension? Patricia Craveiro Mercer (Switzerland) SA

Quelles sont les solutions qu une compagnie d assurances peut offrir aux caisses de pension? Patricia Craveiro Mercer (Switzerland) SA Quelles sont les solutions qu une compagnie d assurances peut offrir aux caisses de pension? Patricia Craveiro Mercer (Switzerland) SA Types de risques Risques techniques Invalidité, décès et longévité

Plus en détail

Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante

Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante Une assurance innovante, un suivi optimal Structure de risques classique d une institution de prévoyance 2 500 000 Sommes sous risque invalidité en CHF

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES. Article L.125-1

CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES. Article L.125-1 CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES Article L.125-1 Les contrats d assurance, souscrits par toute personne physique ou morale autre que l État et garantissant les dommages d incendie ou tous autres

Plus en détail

Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour

Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour Sommaire ASSURANCE... 1 Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour... 1 Module 2 : L épargne / Durée : 1,5 jour... 2 Module 3 : La retraite / Durée : 1,5 jours... 5 Module 4 : Les contrats

Plus en détail

Mon véhicule. Bien assuré. avec. le Crédit Mutuel

Mon véhicule. Bien assuré. avec. le Crédit Mutuel Bien assuré avec le Crédit Mutuel Mon véhicule Bien assuré, avec le Crédit Mutuel Lors de l achat d un véhicule, tout commence par le financement et l assurance. 7jours 7 La meilleure assurance auto, c

Plus en détail

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves Document de recherche Exigences de capital pour l assurance maladies graves Une recommandation de la Commission sur la gestion des risques et le capital requis de l ICA Juin 2011 Document 211060 This publication

Plus en détail

une épargne pour vieux pauvres?

une épargne pour vieux pauvres? Produits viages et viagers: une épargne pour vieux pauvres? André Masson, Cnrs & Ehess Chaire transition démographique, transition économique Séminaire de la Caisse des dépôts, 4 février 2014 Rationalité

Plus en détail

Le Club Finance de Dauphine Alumni a le plaisir de vous convier à sa prochaine conférence sur le thème :

Le Club Finance de Dauphine Alumni a le plaisir de vous convier à sa prochaine conférence sur le thème : Mercredi 5 février 2014 à 19h - Université Paris Dauphine Amphithéâtre Raymond Aron Le Club Finance de Dauphine Alumni a le plaisir de vous convier à sa prochaine conférence sur le thème : «L inassurabilité

Plus en détail

COURS SUR LA GESTION DES RISQUES ASSURABLES

COURS SUR LA GESTION DES RISQUES ASSURABLES GILBERT BRAT Année universitaire 2012-2013 COURS SUR LA GESTION DES RISQUES ASSURABLES INTRODUCTION Historique Définition Le risque, c est un danger éventuel plus ou moins prévisible. Entreprise Ressources

Plus en détail

Contribution sur le thème relatif au point de vue et au rôle des actuaires vis-à-vis des nouvelles normes comptables

Contribution sur le thème relatif au point de vue et au rôle des actuaires vis-à-vis des nouvelles normes comptables Valorisation du risque IARD et nouvelles normes comptables Mathieu Gatumel et Guillaume Gorge Axa Group Risk Management 9 avenue de Messine 75008 Paris Tel. : +33 1 56 43 78 27 Fax : +33 1 56 43 78 70

Plus en détail

VILLE DE FEYZIN CAHIER DES CHARGES LOT N 4 : ASSURANCE DES RISQUES STATUTAIRES. VILLE DE FEYZIN Cahier des charges / Risques statutaires page 1

VILLE DE FEYZIN CAHIER DES CHARGES LOT N 4 : ASSURANCE DES RISQUES STATUTAIRES. VILLE DE FEYZIN Cahier des charges / Risques statutaires page 1 CAHIER DES CHARGES LOT N 4 : ASSURANCE DES RISQUES STATUTAIRES Cahier des charges / Risques statutaires page 1 SOMMAIRE Article 1 OBJET DE L ASSURANCE.. page 3 Article 2 GARANTIES DETAILLEES. page 4 Article

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf 514210 Services de traitement des données Voir la description de la classe 51421 ci-dessus. 52 Finance et assurances Ce secteur comprend les établissements dont

Plus en détail

Régime des catastrophes naturelles

Régime des catastrophes naturelles actuel Contexte Dans la constitution de l après guerre, le principe de solidarité et d égalité entre les français est inscrit comme une règle d or. C est ce principe qui s applique au régime des catastrophes

Plus en détail

CHAPITRE 3. Application à la Mutualisation des Risques & à la Demande d Assurance

CHAPITRE 3. Application à la Mutualisation des Risques & à la Demande d Assurance CHAPITRE 3 Application à la Mutualisation des Risques & à la Demande d Assurance Ce chapitre présente une première application des concepts développés dans la première partie de ce cours Il s agit de modéliser

Plus en détail

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique Application à l assurance vie Février 2014, version 1.1 Aymric Kamega, Actuaire Directeur associé, PRIM ACT aymric.kamega@primact.fr www.primact.fr

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

Le choix rationnel face au risque

Le choix rationnel face au risque Le choix rationnel face au risque Objectif : comprendre les critères de choix rationnel face au risque Plan : 1- Le risque : 2- Le «paradoxe de Saint-Pétersbourg» 3- Le choix rationnel selon Von Neumann

Plus en détail

LES PRINCIPES qui fondent l assurance seront dégagés dans ce premier chapitre, et

LES PRINCIPES qui fondent l assurance seront dégagés dans ce premier chapitre, et Chapitre premier Introduction aux principes de l assurance La structure d une chose n est nullement une chose que nous puissions inventer. Nous pouvons seulement la mettre à jour patiemment, humblement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières... Préface... 1. Introduction... 3

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières... Préface... 1. Introduction... 3 TABLE DES MATIÈRES Table des matières....................................... VII Préface................................................ 1 Introduction........................................... 3 1. La

Plus en détail

CATALOGUE E-LEARNING EN ASSURANCE. 2014 Catalogue assurance professionnels et particuliers

CATALOGUE E-LEARNING EN ASSURANCE. 2014 Catalogue assurance professionnels et particuliers CATALOGUE E-LEARNING EN ASSURANCE 2014 Catalogue assurance professionnels et particuliers Notre offre Depuis de nombreuses années, nos formateurs développent des solutions parfaitement adaptées à nos clients

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

ASSURANCE. 1. Assurances de dommages

ASSURANCE. 1. Assurances de dommages ASSURANCE ASSURANCE...1 1. Assurances de dommages...1 2. Assurances de personnes...2 3. Coassurance...2 4. Courtier d'assurances...2 5. CRM...3 6. Expertise...3 7. Indemnisation...4 8. Multirisque...4

Plus en détail

Le conseil en financement

Le conseil en financement ACTUALITE JUIN 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT LE PROJET IMMOBILIER ET SON FINANCEMENT L opération immobilière est un projet important de la vie : Comment acheter, ou faire construire?

Plus en détail

Règlement des Stars des AP (version 01/08/2013) Table des matières

Règlement des Stars des AP (version 01/08/2013) Table des matières Règlement des Stars des AP (version 01/08/2013) Table des matières Section 1 : Comment remporter des Stars des AP?... 2 Chapitre 1 : Comment remporter des Stars des AP avec votre police Auto?... 2 Art.

Plus en détail

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux Protection sociale et assurance des personnels territoriaux R E S S O U R C La commune, employeur public, a des obligations à l'égard de ses agents en matière de protection sociale. Selon leur statut,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques CONGRES MONDIAL 2010 PARIS Thème proposé par le groupe français L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques Jérôme Kullmann Président de l AIDA-France Vice-Président de l AIDA

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

Prévoyance d entreprise: vers une protection obligatoire?

Prévoyance d entreprise: vers une protection obligatoire? IRES CNAM IRDES Colloue Protection sociale d entreprise 25-26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloues/protectionsocialeentreprise Prévoyance d entreprise: vers une protection obligatoire?

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Solvabilité II : Quel avenir?

Solvabilité II : Quel avenir? Solvabilité II : Quel avenir? Rapprochement MCEV et Solvabilité II Colloque Actuariat CNAM 06 octobre 2011 Actuariat réalité Plan «actuariat» - Similitudes techniques (et quelques différences) - mais objectifs

Plus en détail

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance Auteur Laure de Montesquieu Responsable Centre

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre véhicule en toutes circonstances.

Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre véhicule en toutes circonstances. Solassur Auto du Pro Assurez votre véhicule au plus près de vos besoins et de votre budget. EN BREF Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre

Plus en détail

Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel

Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel portant sur la commercialisation des contrats d assurance sur la vie en unités de compte constituées d instruments financiers complexes, prise conformément

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail