et les Trois Marches d'assurance

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "et les Trois Marches d'assurance"

Transcription

1 The Geneva Papers on Risk an Insurance, 20 (juillet 98), Asymétrie 'Information et les Trois Marches 'Assurance par Jean-Jacques Laffont * La proposition stimulante e Monsieur Ic Professeur Borch est que les trois classes 'assurance qu'il envisage posent es problèmes ifférents a la théorie économique. Je vais iscuter cette proposition sur un point précis : est-ce que les asymétries 'information entre assureurs et assures oivent être traitées ifféremment ans les ifférentes classes 'assurance? Dans une premiere partie je iscute e facon informelle quelques ifferences entre les trois classes et je éfinis une problématique qui permettrait 'apporter une réponse a la question ci-essus. Dans une euxième partie je montre comment les progrès récents e la théorie es incitations permettent e poser clairement le problème e la construction 'une tarification incitative, qui est uric es politiques a envisager face a l'information imparfaite. Dans l'assurance vie l'objet 'incertitue est la ate e écès u sujet; l'information asymétrique sur cet événement concerne la sante u sujet. Dans l'assurance affaires, il y a ici plusieurs risques e natures très ifférentes; les risques techniques associés an processus e prouction, tels les risques climatologiques pour l'agriculture ; les risques financiers associés a l'absence e marches futurs et onc aux prix aléatoires; les risques associés a la qualité e Ia gestion qui ont Ia nature particulière e pouvoir êtrc fortement influences par les agents eux-mêmes 'une façon non observable par l'assureur (problème e risque moral). En presence 'un système e marches es valeurs qui éjà conuit a un partage satisfaisant es risques, il n'y a pas e place pour l'assurance. Les actionnaires ont l'incitation a connaitre au mieux les risques e l'entreprise. Toutefois, s'ils ont l'impression e ne pas pouvoir iniviuellement bien connaitre certains risques, us peuvent souhaiter qu'une assurance qui joue un pen le role 'une coalition 'actionnaires obtienne l'information et élimine certains risques qu'ils ont es ifficultés a apprehener. * Professeur a l'université es Sciences Sociales e Toulouse; Directeur 'Etues a l'ecole es Hautes Etues en Sciences Sociales, Paris. 36

2 Lorsque la propriété e l'entreprise est peu isséminée ou pas u tout, II est souhaitable que les entreprises puissent s'assurer. Dans l'assurance ménages, l'agent fait face a plusieurs types e risques et II ne peut pas partager ses risques autrement que par l'assurance. Souvent ii peut influencer son risque par ses actions non observables (assurance auto) et souvent ii connait beaucoup mieux son risque que l'assureur (assurance incenie, vol), etc. Queues sont les solutions? Je vois trois types 'instruments. Surmonter l'obstacle informationnel et connaitre an mieux le risque ainsi que l'action e l'agent qui influence le risque, ceci est coüteux: examen meical pour l'assurance vie. Utiliser au mieux l'information passée; ceci peut conuire a es contrats complexes: bonus, mains. Construire es contrats qui conuisent a une iscrimination en faisant croitre le prix avec la quantité 'assurance. La problématique générale consiste a eterminer la combinaison optimale e ces instruments pour chaque type 'assurance. Le ratio coüts e transaction sur montants es ommages, Ia forme spécifique e la fonction e coüt 'acquisition 'information seront es paramètres essentiels pour eterminer la forme e la solution optimale. La solution sera onc ifférente suivant les ifférentes classes 'assurance envisagées par Monsieur Borch justifiant les istinctions qu'il envisage mais cepenant la émarche me semble commune ans les trois cas. Pour l'assurance vie on s'atten a ce que l'instrument soit ominant mais pas nécessairement le seul utilisé. Pour les assurances ménages une combinaison es instruments 2 et 3 semble souhaitable. Dans mon commentaire cette problématique ne peut rester que sous la forme e programme e travail. Je souhaite seulement vous montrer comment les progrès récents e l'économie es incitations permettent e poser clairement le problème e la construction e contrats incitatifs, c'est-à-ire l'instrument 3 ont j'ai parlé plus haut. Consiérons le problème suivant: la population est composée 'un gran nombre 'agents qui ont une probabilité 'accient r, n [at, ii]. On suppose que pour chaque valeur e il y a un gran nombre 'agents. Le problème est e trouver es tarifs oji Ia prime epen e Ia quantité 'assurance achetée qui permettent e iscriminer entre les agents. Le principe e révélation nous it qu'un tarif p(z) est equivalent a un mécanisme e révélation ans lequel on emane a l'agent la révélation e son risque 'accient. C'est pourquoi je formule le problème en termes e reeherche e mécanismes e révélation. Voir Green et Laffont [979]. 37

3 Consiérons un moèle a eux périoes ans lequel la fonction 'utilité 'un agent type s'écrit: x0 + ;7t u(x) + ( - n;) u(x2), oii x0 est sa consommation ans Ia périoe 0, x sa consommation ans la périoe, s'il a un accient, x2 sa consommation ans la périoe 2, s'il n'a pas un accient. A la périoe 0 l'agent a une ressource R0 et a Ia périoe une ressource R sauf s'il a un accient avec probabilité z; ans ce ernier cas ii n'a aucune ressource. L'agent va s'assurer a la périoe 0 en payant une prime p pour recevoir une inemnité z lorsqu'il a un accient ans la périoe. Un mécanisme e révélation est un couple e fonction p(), z() qui spécifient le montant e la prime et e l'inemnité pour chaque annonce e probabilit 'accient. Un mécanisme e révélation est realisable si p() = pour tout ans [at, it], c'est-à-ire si l'assurance est en équilibre bugétaire pour chaque type e risque. Un mécanisme e révélation conuit l'agent a ire la vérité si = est sa meilleure réponse ans le programme e maximisation: ou Max x0 +u(x)+ ( )u(x2) (x0, x, x2, = R0 - p() = zor) x2=r x0)o x)o x2)o Max [R0 - p(x) + (7E) u(z&)) + ( - ) u(r)] 'oti la conition nécessaire u () p u z - (at) = - - x j orre qui oit être vraie pour tout toutes les circonstances. si Ofl veut que le mécanisme extraie la vérit ans 38

4 La conition e réalisabiit implique p(,t) = r z() p z = z() + iv-. En utiisant (2) et (3), () peut s'écrire z Eu I (z) J I z. Pour pouvoir intégrer explicitement l'équation ifférentielle (4), prenons u(.) = log(.). (4) evient: (z)z z2 'v ou 7Z 'oü Ia classe e contrats non linéaires paramétrés par K K log z p(z)=ze 2 Ii faut verifier si les conitions u 2e orre sont réunies. La conition u 2e orre locale s'écrit u z --->0 x z 'oii >0. 39

5 Cette conition nécessaire est aussi suffisante; en effet {R0p(I) + u(z(ôi)) + (k) u(r)} - {R0p() + u(z(n)) + (a) u(r)} = p() - p() + [u(z()) u(z(r))] = ( - 6) u(z(ô)) +fu(z(t)) t> 0 'après Ia inonotonicité faible e u(z(')). z La solution obtenue en (4) olt verifier -> 0 'oà z < ou K> + log r. Comme les fonctions 'utilité sont écroissantes en K, le meilleur contrat impose par la concurrence, correspon a K = + log r, c'est-à-ire en revenant a la formulation e prime non Iinéaire: p(z) = logi----logz z e qui est a comparer avec le contrat en information parfaite qui est: p(z) = z t pour tout r [_, 3]. Le prix unitaire r e log z est croissant avec Ia uantité 'assurance achetée a un taux écroissant. Les agents qui ont le plus mauvais risque t s'assurent comme ans le contrat a information parfaite (z = ), les autres s'assurent moms. On retrouve ici un résultat classique; ce sont les bons risques qui sont pénalisés par l'asymétrie 'information. REFERENCE GREEN, J., et LAFFONT, J. J. [979]: Incentives in Public Decision Making, North Hollan, Amsteram. 40

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Laurent Denant Boemont octobre 2008 Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance 2 J. Hamburg (2005) Along came Polly 1 Introduction

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE http://jlcayatte.free.fr/ jlcayatte@free.fr

Jean-Louis CAYATTE http://jlcayatte.free.fr/ jlcayatte@free.fr Jean-Louis CAYATTE http://jlcayatte.free.fr/ jlcayatte@free.fr Chapitre 2 Le nombre es chômeurs Le nombre es chômeurs augmente lorsque les entrées au chômage sont supérieures aux sorties u chômage. Cette

Plus en détail

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES?

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? CHAPITRE 3 QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? Ce que Vous allez apprendre dans ce chapitre En quoi la manière de payer votre equipe des ventes peut nuire à votre rentabilité Empêchez-les de gaspiller

Plus en détail

La protection de votre habitation

La protection de votre habitation La protection e votre habitation par la tžlžsžcuritž Vous souhaitez protéger votre habitation par un système e télésécurité. u est-ce qu un service e télésécurité? Comment choisir le prestataire? uels

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Ipsos Marketing 2008 Ipsos Marketing. Conclusions et Recommandations

Ipsos Marketing 2008 Ipsos Marketing. Conclusions et Recommandations Conclusions et Recommandations Objectifs d étude Connaître l accueil fait au principe de la fiche par les ménages emprunteurs immobiliers. Identifier les points de force et les points de faiblesse du document.

Plus en détail

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale 1 2 Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires

Plus en détail

MANAGEMENT DES ENTREPRISES : Devoir n 4

MANAGEMENT DES ENTREPRISES : Devoir n 4 BTS S.T.1 C.2 Le 29/01/10 MANAGEMENT DES ENTREPRISES : Devoir n 4 Le cas «CARRELAGES ET REVETEMENTS D ARTOIS» Durée : 1 heure 15 A partir des documents dont vous disposez, de vos connaissances et de votre

Plus en détail

IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL

IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL Proposé par BUMA Feinance Master en management e projets informatiques Consultant en système écisionnel I. COMPREHENSION DU CONTEXTE «L informatique

Plus en détail

Statistiques inférentielles : tests d hypothèse

Statistiques inférentielles : tests d hypothèse Statistiques inférentielles : tests hypothèse Table es matières I Tests hypothèse 2 I.1 Test bilatéral relatif à une moyenne...................................... 2 I.2 Test unilatéral relatif à une moyenne.....................................

Plus en détail

Exercice 3.10. G.C. Consultants. Problèmes et solutions

Exercice 3.10. G.C. Consultants. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 3.10 G.C. Consultants La société G.C. Consultants a été mise sur pied en janvier 2002. À titre de consultant en comptabilité financière auprès de diverses sociétés, vous avez

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR CE QU IL FAUT SAVOIR POUR BIEN COMPRENDRE NOTRE ACTIVITE Comment payer moins d impôts? C est la question que se posent

Plus en détail

Thèmes et situations : Renseignements et orientation. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Renseignements et orientation. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Renseignements et orientation Objectifs

Plus en détail

Plan Défi Biotech Santé

Plan Défi Biotech Santé Plan Défi Biotech Santé Positionnement Concurrentiel et Commercial Présentation de l opération 24 novembre 2011 24 novembre 2011 1/20 2011 Intervenants Denis le Bouteiller, responsable de la mission Expérience

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1 Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté.

Plus en détail

La demande de logement social en Ile de France Le portail en ligne Création de la demande - V1

La demande de logement social en Ile de France Le portail en ligne Création de la demande - V1 PREFET DE LA REGION ILE DE FRANCE Direction Régionale et Interdépartementale de l'hébergement et du Logement La demande de logement social en Ile de France Le portail en ligne Création de la demande -

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

AGENCE VISIONARI WWW.VISIONARI.FR

AGENCE VISIONARI WWW.VISIONARI.FR Agence Marketing et Innovation Visionari LE MARKETING L INNOVATION L AVENIR AGENCE VISIONARI WWW.VISIONARI.FR Une startup c est quoi? «La startup (ou jeune pousse) est une jeune entreprise à fort potentiel

Plus en détail

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES?

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? Que dit exactement la Loi Lagarde? Publiée en juillet 2010, et entrée en vigueur le 2 septembre 2010, la loi Lagarde prévoit des obligations

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Un moyen simple d'être plus favorable aux familles Les points les plus importants du Family Score en un coup d'œil

Un moyen simple d'être plus favorable aux familles Les points les plus importants du Family Score en un coup d'œil Un moyen simple d'être plus favorable aux familles Les points les plus importants du Family Score en un coup d'œil c/o Pro Familia Suisse Marktgasse 36 Tél. 031 381 90 30 info@profamilia.ch 3011 Berne

Plus en détail

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque INTRODUCTION PARTIE I : RATIONNEMENT DE CREDIT ET ASYMETRIE DE L INFORMATION A- Le rationnement

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Passes de vols achetées au Canada

Passes de vols achetées au Canada Passes de vols achetées au Canada Foire aux questions Achat Comment peut-on acheter une Passe de vols? On peut acheter toutes les Passes de vols à aircanada.com/agents, en cliquant sur Passes de vols dans

Plus en détail

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER.

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. OBJECTIF DE NOTRE RENCONTRE Je sais à quel point l achat d une propriété est un projet important. Je sais également combien il est capital que

Plus en détail

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES MALI - SÉNÉGAL GUIDE PRATIQUE SUR LES MÉCANISMES DE FINANCEMENT D UN PROJET DE CONSTRUCTION PLAN 1 Objectifs et programme de la rencontre 2 Planifier mon

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE D AGENT TERRITORIAL SPECIALISE DES ECOLES MATERNELLES JEUDI 18 OCTOBRE 2007

CONCOURS EXTERNE D AGENT TERRITORIAL SPECIALISE DES ECOLES MATERNELLES JEUDI 18 OCTOBRE 2007 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE L ISERE CONCOURS EXTERNE D AGENT TERRITORIAL SPECIALISE DES ECOLES MATERNELLES JEUDI 18 OCTOBRE 2007 EPREUVE : Un questionnaire à choix multiples

Plus en détail

Fiche pratique : Réflexion sur le développement de l entreprise

Fiche pratique : Réflexion sur le développement de l entreprise Fiche pratique : Réflexion sur le développement de l entreprise Réflexion sur votre situation actuelle Quelles sont actuellement les compétences de votre entreprise? Compétences techniques Autres compétences

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Quelques notions de conductimétrie

Quelques notions de conductimétrie Quelques nots e conuctimétrie - Mobilité un Deux électroes planes, parallèles, e surface et istantes e sont reliées aux pôles un générateur alternatif (*). I Les surfaces sont en regar l une e l autre

Plus en détail

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI Chapitre 6 Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI (P) problème de PL. On restreint les variables à être entières : on a un problème de PLI (ILP en anglais). On restreint certaines variables à

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce Heuristique et métaheuristique IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO) 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques Un algorithme heuristique permet d identifier au moins une solution réalisable

Plus en détail

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles 1 Chapitre Chapitre 1. Fonctions e plusieurs variables La TI-Nspire CAS permet e manipuler très simplement les onctions e plusieurs variables. Nous allons voir ans ce chapitre comment procéer, et éinir

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Examen blanc assurance et gestion des risques

Examen blanc assurance et gestion des risques Examen blanc assurance et gestion des risques Mickaël Clévenot 17 mars 2014 1 Questions de cours pour tous Question 1) Il sera demandé aux étudiants de rappeler l un des axiomes de la méthodologie développée

Plus en détail

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( )

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( ) MICROECONOMIE - 2 ème année de Sciences-Economiques Chapitre IV - Les défaillances du marché V. Les défaillances d'information [13/04/2001] En présence d'informations imparfaites, asymétriques (les agents

Plus en détail

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants?

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Concurrence Energie Econométrie Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Yannick Perez 1, Vincent Rious 2 1. Supélec &

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

ANNEXE : Les questions que vous vous posez peut-être *

ANNEXE : Les questions que vous vous posez peut-être * L engagement bénévole des retraités : une implication réfléchie! ANNEXE : Les questions que vous vous posez peut-être * L argent : - Est-ce que je touche tous mes droits? - L indemnité de départ à la retraite

Plus en détail

Chapitre 1 - Qu est-ce que la finance? Plan

Chapitre 1 - Qu est-ce que la finance? Plan Chapitre 1 - Qu est-ce que la finance? Plan Définition de la finance Exemples de décisions financières décisions financières des ménages décisions financières des entreprises La séparation décision-contrôle

Plus en détail

Bachelor 1 ère année

Bachelor 1 ère année Juin 2014 Bachelor 1 ère année GRANDS PRINCIPES ECONOMIQUES ECOA101 S1 20 heures 2 crédits Français Département académique : «stratégie, économie et droit» Coordinateur de département : S. Coissard Campus

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Hannover Re Directeur de la construction. Professeur à l Université Panthéon-Assas (Paris II) Avocat à la Cour

Hannover Re Directeur de la construction. Professeur à l Université Panthéon-Assas (Paris II) Avocat à la Cour Atelier A 7 Responsabilité & Assurance construction : Les 30 ans de la loi du 04 janvier 1978 dite "Loi Spinetta" : Bilan et perspective À l'heure de la réforme Intervenants Roland Sudres Hannover Re Directeur

Plus en détail

Algorithmes probabilistes. Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie

Algorithmes probabilistes. Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie Algorithmes probabilistes Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie Mise en contexte: Indices: Vous êtes à la recherche d un trésor légendaire

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Grille d auto-évaluation et documents pour le plan de perfectionnement professionnel

Grille d auto-évaluation et documents pour le plan de perfectionnement professionnel PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA 2015 COMPÉTENCE Grille d auto-évaluation et documents pour le plan de perfectionnement professionnel à conserver pour vos dossiers 2009 Ordre des travailleurs sociaux et des

Plus en détail

HDF FINANCE. Et si vous passiez à La Haute Définition Financière?

HDF FINANCE. Et si vous passiez à La Haute Définition Financière? HDF FINANCE Et si vous passiez à La Haute Définition Financière? 25 ans d expérience du métier de la multigestion HDF en quelques mots Depuis sa création en 1986, HDF s est spécialisé dans la multigestion,

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

Bien manger et bouger

Bien manger et bouger Bien manger et bouger de A à Z INFORMATIF Une alimentation équilibrée couplée à une activité physique adaptée aide à préserver son capital santé. Qu est-ce que l équilibre alimentaire? Comment varier mon

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES -

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - RMI(11)9833:8 Bruxelles, le 20 avril 2012 LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - Réaction des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

Planificateur de campagne de publipostage

Planificateur de campagne de publipostage www.postescanada.ca Planificateur de campagne de publipostage Postes Canada 6-640 (11 04) Un guide par étapes pour vous aider à planifier et à créer votre prochaine campagne de publipostage Utilisez votre

Plus en détail

Date Quantité et prove nance Prix de vente unitaire Prix total 3 mai 30 : 30 - lot du 1 er mai 60$ 1 800$ 13 mai 15 : 10 - lot du 1 er mai

Date Quantité et prove nance Prix de vente unitaire Prix total 3 mai 30 : 30 - lot du 1 er mai 60$ 1 800$ 13 mai 15 : 10 - lot du 1 er mai Date : Août 2004 Exercice 2.4 JRI (partie 1). J'roule inc. (JRI) est une petite entreprise spécialisée dans la vente de roues pour les vélos de montagne. Elle a été créée le 1 er mai de cette année par

Plus en détail

AUGMENTER LES VENTES VIA LA RELANCE DES PANIERS ABANDONNÉS ALL SOLUTIONS FOR REAL-TIME MARKETING

AUGMENTER LES VENTES VIA LA RELANCE DES PANIERS ABANDONNÉS ALL SOLUTIONS FOR REAL-TIME MARKETING AUGMENTER LES VENTES VIA LA RELANCE DES PANIERS ABANDONNÉS ALL SOLUTIONS FOR REAL-TIME MARKETING SOMMAIRE 1. PRÉSENTATION DU MODULE 2. BONNES PRATIQUES 3. OPTIMISATION VIA TESTS MULTI-VARIÉS 4. L OUTIL

Plus en détail

Les innovations dans la chaine de l intermédiation et du courtage en immobilier et leurs impacts dans l industrie : le cas de Meilleursagents.

Les innovations dans la chaine de l intermédiation et du courtage en immobilier et leurs impacts dans l industrie : le cas de Meilleursagents. Les innovations dans la chaine de l intermédiation et du courtage en immobilier et leurs impacts dans l industrie : le cas de Meilleursagents.com Arnaud SIMON Maitre de conférences, HDR Université Paris

Plus en détail

Rapport de participant

Rapport de participant A. INFORMATIONS GENERALES Merci d'envoyer ce rapport complété et signé à votre organisme d'envoi dans les 30 jours après la date de fin de l'action. B. SOUMISSION Programme Sous-programme Programme pour

Plus en détail

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010 CHAPITRE 1 1. Quel est le rôle du promoteur? Le promoteur est celui qui veut que le projet se réalise. C est lui qui conçoit l idée et qui détermine les paramètres clés du projet. Il doit aussi déterminer

Plus en détail

Osez de nouvelles stratégies fiscales

Osez de nouvelles stratégies fiscales Osez de nouvelles stratégies fiscales Plan de présentation Les mythes fréquents au sujet de l «incorporation» Les avantages de s «incorporer» Quelques mises en garde Quelques mythes fréquents Si j ai besoin

Plus en détail

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO La connaissance n est pas un objet comme les autres La connaissance est une information à laquelle vous donnez du sens. Ce processus de construction des connaissances est de ce fait très personnel, lié

Plus en détail

9,5 10 12 13 14 15 16,5 20 Coût de fabrication (en milliers )

9,5 10 12 13 14 15 16,5 20 Coût de fabrication (en milliers ) BTS CGO Analyses de gestion Année 2011-2012 Devoir n 2 TS2 CGO 23/02/2012-2 heures Calculatrice autorisée Nota : Il vous est demandé d apporter un soin particulier à la présentation de votre copie. Toute

Plus en détail

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes CHAPITRE 5 Stratégies Mixtes Un des problèmes inhérents au concept d équilibre de Nash en stratégies pures est que pour certains jeux, de tels équilibres n existent pas. P.ex.le jeu de Pierre, Papier,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Etudes de marché. Marc Vandercammen, 2015

Etudes de marché. Marc Vandercammen, 2015 Etudes de marché Marc Vandercammen, 2015 1. Les fondamentaux Principe 1 Toute étude repose sur la méthode scientifique Objectivité Réfutabilité Caractère structuré Caractère méthodique Attitude critique

Plus en détail

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité 10/505N/05/A. 1. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Comprendre et maîtriser l évolution du BFR 10/505N/05/A. 2. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Le suivi de l activité : constats

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Ressources web : évaluer leur validité et leur fiabilité...

Ressources web : évaluer leur validité et leur fiabilité... http://users.skynet.be/ameurant/francinfo Ressources web : évaluer leur validité et leur fiabilité... Français et Informatique Est-ce nécessaire? Tout le monde peut publier de l information en ligne. Personne

Plus en détail

Numéro 2 2005 CATASTROPHIQUES

Numéro 2 2005 CATASTROPHIQUES Numéro 2 2005 SYSTEMES DE FINANCEMEMENT DE LA SANTE: COMMENT REDUIRE LES DEPENSES CATASTROPHIQUES Chaque année, plus de 150 millions de personnes dans 44 millions de ménages doivent faire face à des dépenses

Plus en détail

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak Simulation de l évolution du taux de remplacement net des salaires pour 4 cas-type, nés en 1960, selon les réformes du système de retraite, à l horizon 2020 Henri Sterdyniak L évolution du système de retraite

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

I - MODEL 1 PAR ARBRE

I - MODEL 1 PAR ARBRE Obligation convertible (Vernimmen) L'obligation convertible est une obligation qui onne à son étenteur, penant la périoe e conversion, la possibilité e l'échanger contre une ou plusieurs actions e la société

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

SMBG Dossier de presse

SMBG Dossier de presse SMBG Dossier de presse Classement SMBG 2009 des Meilleures Formations Post-Bac & Post-Prépa [Licences, Bachelors, Grandes Ecoles] Thèmes abordés : Enseignement supérieur, Pédagogie, Classement, RH Contact

Plus en détail

Quelle est la meilleure solution :

Quelle est la meilleure solution : Quelle est la meilleure solution : un FERR ou une rente? Question : Je viens tout juste d avoir 71 ans et j ai reçu un avis selon lequel je dois transformer mon régime enregistré d épargne retraite (REER)

Plus en détail

L optimalisation d un achat immobilier et de son financement

L optimalisation d un achat immobilier et de son financement L optimalisation d un achat immobilier et de son financement 1 1.Préparer l achat immobilier grâce à ses assurances pension *via un crédit hypothécaire par reconstitution *via une avance sur police 2 Financer

Plus en détail

L évaluation environnementale : Un outil évolutif efficace pour la protection de la biodiversité en temps de récession économique?

L évaluation environnementale : Un outil évolutif efficace pour la protection de la biodiversité en temps de récession économique? L évaluation environnementale : Un outil évolutif efficace pour la protection de la biodiversité en temps de récession économique? François Boulanger, ACÉE & Claire Michaud, TC SIFÉE, Paris, Septembre

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4 SOAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Prouit ou comoment e eux torseurs 4 2.2 Torseurs élémentaires 4 2.2.1 Torseur couple 4 2.2.2 Torseur

Plus en détail

ASSURANCE DE DOMMAGES LCA.6A version 2013

ASSURANCE DE DOMMAGES LCA.6A version 2013 ASSURANCE DE DOMMAGES LCA.6A version 2013 Le programme reconnu par l Autorité des marchés financiers développe chez l élève les connaissances, les habiletés et les compétences dans le domaine de l assurance

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Décision d investissement et contrôle de gestion. Contrôle de gestion- ISTIC 2012

Décision d investissement et contrôle de gestion. Contrôle de gestion- ISTIC 2012 Décision d investissement et contrôle de gestion Contrôle de gestion- ISTIC 2012 Rappel : Profit = RT-CT Profit = Q.Px-Q.CU Profit unitaire = Px-CU Q est la quantité produite, Px est le prix, et CU le

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Processus de suivi des absences

Processus de suivi des absences Processus de suivi des absences Collaborateur Responsable Commentaire 1 er jour Appel téléphonique En cas d'absence non planifiée, le collaborateur doit s'annoncer immédiatement auprès de son supérieur

Plus en détail

Mon avenir professionnel

Mon avenir professionnel Véronique Mauro, Isabelle Julliard Découverte Je construis professionnelle Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-944-8 d a c c om nue l Ma nt 3 e Mon avenir professionnel me Prépa

Plus en détail

EFFICACITÉ COMPARÉE DES INSTRUMENTS DE

EFFICACITÉ COMPARÉE DES INSTRUMENTS DE EFFICACITÉ COMPARÉE DES INSTRUMENTS DE RÉGULATION ENVIRONNEMENTALE Mireille Chiroleu-Assouline Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Ecole Economie e Paris L existence effets externes conuit toujours

Plus en détail

La relation IE-ERP est-elle possible?

La relation IE-ERP est-elle possible? La relation IE-ERP est-elle possible? Maîtriser l information et opérer des choix éclairés Ce n est pas si simple!... Francis MOATY Hassane MIMOUN IEMA.04 La décision Environnement incertain, risqué, changeant,

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013.

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013. Crédit Agricole CIB Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques rémunération s personnes définies à l article L. 511-71 du co monétaire et financier et en application du règlement délégué (UE)

Plus en détail

Entreprise MEREGO. Objet : commentaire sur l évolution des coûts et résultats sur les lecteurs de D.V.D. NOTE INTERNE

Entreprise MEREGO. Objet : commentaire sur l évolution des coûts et résultats sur les lecteurs de D.V.D. NOTE INTERNE Entreprise MEREGO De : GOLO Cécilia Comptable P.J. : coûts de revient et résultats analytiques A : Directeur Service de la comptabilité de gestion Date : 28/05/10 Objet : commentaire sur l évolution des

Plus en détail

Chapitre 10 L organisation de la production

Chapitre 10 L organisation de la production Chapitre 10 L organisation de la production 1. L entreprise et ses problèmes économiques 2. L efficacité technique et l efficacité économique 3. L information et l organisation 4. Les marchés et l environnement

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG 1 Calendrier de réalisation de l étude Phases de travail Axes de travail Dates limites Travail à effectuer Collecter des informations sur Phase 1 : les organisations

Plus en détail

Les solutions de prévoyance professionnelle pour les PME

Les solutions de prévoyance professionnelle pour les PME Les solutions de prévoyance professionnelle pour les PME Les solutions LPP pour les PME CCIF Fribourg - 26 mars 2013 Coût des assurances sociales Par type d assurance, en % Source : Office fédéral des

Plus en détail