Chap. 3. ÉVAPORATION. C OPÉRATIONS FONDAMENTALES III C.Tibirna

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chap. 3. ÉVAPORATION. C OPÉRATIONS FONDAMENTALES III C.Tibirna"

Transcription

1 Chap. 3. ÉVAPORATION Définitions Bilan de masse Bilan d énergie Moyen de chauffage Objectifs des calculs à résoudre Problèmes rencontrés Facteurs d influence Modes d alimentation Évaporation sous vide Méthodes diminuant la consommation d énergie Classification des évaporateurs Annexes à l évaporateur Applications industrielles

2 3.1. Définitions ÉVAPORATION = Opération fondamentale qui a pour but de concentrer une solution d un soluté solide ou liquide par évaporation d un solvant (l eau le plus souvent) à la pression atmosphérique ou sous-vide Peut être considérée comme une distillation instantanée (simple) Différence entre l évaporation et la distillation - le produit d intérêt: pour l évaporation = résidu non volatil pour la distillation = la phase vapeur Le produit d intérêt liqueur plus ou moins visqueux = liqueur épaisse = concentrat Évaporation en physique vaporisation lente d un liquide par sa surface libre, sans ébullition Évaporation en génie chimique ébullition du liquide, dans toute la masse

3 3.1. Définitions Réalisation: chauffage à l ébullition de la solution (P atm ou P réduite ) contenue dans une chambre (caisse) d évaporation La chaleur est fournie sous forme de vapeur saturée dans un serpentin (échangeur) à faisceau tubulaire (chambre de chauffe) Vapeur saturée (chaleur latente de vaporisation de l eau à 100 C = 539 kcal/kg Vapeur saturée et non pas surchauffée (gain de 0,48 kcal/kg et par degré de surchauffe) La liquéfaction de la vapeur d eau conduit à l eau + une quantité de chaleur qui sera absorbée par la solution Chambre de chauffe Chambre d évaporation Alimentation Vapeur de chauffe T vapeur saturée doit être nécessairement > T ébullition du liquide Vapeur (distillat) Gaz Condenseur barométrique Eau condensée SOLUTION CONCENTRÉE La vapeur de solvant peut être condensée, simplement dans un condenseur ordinaire ou dans la chambre de chauffe d un autre évaporateur (si le solvant est de l eau) Eau

4 3.1. Définitions Évaporateur à triple effet

5 Facteurs qui favorisent l évaporation Température une élévation de T augmente l énergie cinétique de molécules - un plus grand nombre auront l énergie suffisante pour s arracher à la surface du liquide et s évaporer P atm. l abaissement de Patm. favorise l évaporation. Si Patm. est faible elle pousse moins fort sur la surface libre du liquide. Les molécules du liquide auront plus de facilité à s arracher de la surface libre du liquide Humidité relative une valeur faible de HR favorise l évaporation. Lorsque HR est faible, l air est loin d être saturé en vapeur d eau - il est possible d ajouter beaucoup plus de vapeur d eau par évaporation que lorsque HR est forte Surface libre du liquide une grande surface libre du liquide facilite l évaporation, car un plus grand nombre de molécules d eau ont la possibilité de se détacher du liquide

6 ÉVAPORATION À SIMPLE EFFET Pour une solution de concentration et de T données, alimentant un évaporateur en continu, sous un débit donné, le problème à résoudre: - déterminer les débits de solvant évaporé et de solution concentrée à une teneur fixée à l avance - déterminer la quantité horaire de chaleur dépensée - déterminer la surface de chauffe, la consommation de vapeur, etc. Vapeur (distillat)??? Alimentation imposée Vapeur??? Eau condensée P, Θ Solution concentrée???

7 Notations: ÉVAPORATION À SIMPLE EFFET 1) Débits massiques Unités: kg(t)/h A = alimentation L = solution concentrée évacuée V = solvant liquéfié dans le condenseur G = fluide de chauffage (vapeur d eau) Vapeur (distillat) V, x V Alimentation A, x A 2) Titres massiques (pondéraux) - fraction de soluté dans la solution Unités: kg(t) soluté/ kg(t) de solution x A = alimentation x L = solution concentrée évacuée x V = solvant liquéfié dans le condenseur x V = 0 Soluté peu volatil Vapeur G Eau condensée G Solution concentrée L, x V

8 Notations: ÉVAPORATION À SIMPLE EFFET 3) Enthalpies (chaleurs totales) spécifiques: Unités: kcal(kj)/kg h A = alimentation h L = solution concentrée évacuée H V = solvant liquéfié dans le condenseur h s =vapeur de chauffage(entrée) h c = l eau condensée (sortie) 4) Chaleurs latentes - kcal(kj)/kg l v = h s -h c = chaleur latente de vaporisation de la vapeur d eau de chauffe λ = chaleur latente de vaporisation du solvant Vapeur (distillat) V, x V, h V Alimentation A, x A, h A Vapeur G, h S Eau condensée G, h C Solution concentrée L, x V,h V

9 Notations: ÉVAPORATION À SIMPLE EFFET 5) Températures Unités: C Θ A = solution à concentrer (alimentation) Θ 0 = vapeur de chauffe Θ = standard (nette) d ébullition de la solution t ( Θ Θ) = T vapeur - T solution = chute de température Vapeur (distillat) V, x V, h V Alimentation Θ A P, Θ 6) Autres S = surface de chauffe (m 2 ) K = coefficient global de transmission de chaleur (kcal/h. m 2. º C) q = débit (flux) de chaleur à transmettre par la surface de chauffe à la solution, pour produire l évaporation considérée (kcal/h) Vapeur Θ 0 Eau condensée G, h C Solution concentrée L, x V,h V

10 Notations

11 ÉVAPORATION À SIMPLE EFFET Définitions: ❶ Capacité d évaporation = débit-masse de solvant évaporé V) = kg(t)/h ❷ Économie (efficacité économique) = rapport entre le débit-masse de solvant évaporé (V) et le débit-masse de vapeur de chauffe nécessaire (G) à l évaporation = V/G (kg solvant évaporé/kg vapeur)/h ❸ Chiffre d évaporation = quantité de solvant (eau) évaporée par heure, par m 2 de surface de chauffe et par degré de chute de température V chiffre d' évaporation = (3.1) S Θ

12 3.2. Bilan de masse ❶ Bilan global A = L + V (3.2) Vapeur (distillat) V, x V, h V ❷ Bilan sur le soluté A x A = L x L + V x V (3.3) Alimentation Θ A P, Θ Le soluté est peu volatil le condensat ne contient pas de soluté = x V =0 Vapeur Θ 0 A x = L A x L xa L = A (3.5) x L (3.4) Eau condensée G, h C Solution concentrée L, x V,h V

13 Exercice d application 3.1 Un évaporateur à simple effet concentre 1 tonne par heure de solution aqueuse de carbonate de sodium Na 2 CO 3 à 10 % en poids, de manière à obtenir une solution à 30 % en poids. Calculer la quantité de solution à 30 % obtenue et la quantité d eau évaporée. A= 1000 kg/h, L = kg/h, V= kg/h

14 3.3. Bilan d énergie Relations thermiques 1) Flux de chaleur (quantité de chaleur/h) nécessaire à une évaporation 2) Vitesse d échange (de transmission) du flux de chaleur 1) Flux de chaleur nécessaire à une évaporation chaleurs totales des fluides entrants = chaleurs totales des fluides sor tants Alimentation + Vapeur de chauffe = Concentré + Distillat + l eau condensée A h A G( h + G h S h ) c S = L h = L h L L + V h + V h V V + G h A h A c (3.6) (3.7) h S h c V= A-L = l q v = = chaleur latente de vaporisation de l' eau G l v = A ( hl ha) + V ( hv hl ) (3.8) h L, h A et h V = caractéristiques de la solution à concentrer

15 3.3. Bilan d énergie Si le solvant est de l eau h V = dans les tables (chapitre 1) ou formule de calcul l v 2495,280 2, 346T = (3.9) l v en kj/kg et T en ºC I. Solutions ayant des chaleurs de dilution et de mélange négligeables - solutions organiques (sucre) ou des solutions minérales peu concentrées 1) hl h A h L h A = ( Θ Θ A) = chaleur sensible pour amener le liquide à concentrer de la température d alimentation (Θ A ) à la température de l évaporation (Θ) 2) La chaleur spécifique de la solution d alimentation (c) varie d une manière linéaire avec la concentration h L h A = c( Θ Θ ) A (3.10)

16 3.3. Bilan d énergie 3) hv h L h V h L = λ (3.11) = chaleur latente de vaporisation du solvant à la température d évaporation (λ) q = G l = A c ( Θ Θ + V v A) λ (3.12) chaleur nécessaire pour chauffer tout le liquide d alimentation chaleur nécessaire pour évaporer le solvant 4) Pour les solutions diluées dans l eau (<25 %), c = 1kcal/kg ºC II. Solutions ayant des chaleurs de dilution non négligeables (H 2 SO 4, NaOH, CaCl 2 ) les enthalpies sont donnes par les diagrammes enthalpie-concentration, pour diverses températures

17 Exercice d application 3.2. On concentre sous pression atmosphérique 2000 kg.h -1 d une solution de sucre de 10 % et 20 C, en une solution à 50 % massique et 100 C. Calculer : a) la quantité d eau à éliminer sous forme vapeur; b) la quantité d énergie à fournir; c) la quantité de vapeur d eau de chauffage nécessaire à l opération. Données: Capacité thermique à pression constante du sucre: 3.52 kj.kg -1.K -1, Capacité thermique à pression constante de l eau: 4.18 kj.kg -1.K -1, 1 kg de vapeur de chauffage libère 2740 kj.

18 Exercice d application 3.2. a) L = 400 kg/h V = 1600 kg/h b) q = G l = A c ( Θ Θ + V v A) λ (3.12) = 2495,280 2,346T λ (3.9) λ = 2260,68kJ / c = 4,121 kj/kg. K q = 4,28 x 10 6 kj/h kg c) l v = kj/kg G = 1562 kg/h vapeur d eau

19 3.3. Bilan d énergie 2) Vitesse d échange (de transmission) du flux de chaleur Le flux de chaleur (q )à transmettre au travers de la surface de chauffe relation de Newton q = K S Θ (3.13) q = quantité de chaleur qui traverse une surface pendant l' unité K = coefficient global de transmission de chaleur( cal / h m 2 S = surface de chauffe( m ) Θ = chute de température = T vapeur T solution C) 2 o de temps ( kcal / h) a) Coefficient global de transmission de chaleur (K) = Coefficient de passage Dépend de la construction de l évaporateur Unités: cal/h.m 2. º C

20 3.3. Bilan d énergie Valeurs possibles K Évaporateur à serpentin à Évaporateur à faisceau tubulaire (circulation thermique) à tubes horizontaux à à tubes verticaux longs à Évaporateur à faisceau tubulaire à circulation mécanique à b) Chute de température Θ = chute de température = T vapeur T solution Est indépendante de l appareil Varie avec la T vapeur de chauffe et la nature de la solution La mesure directe de T solution par un thermomètre, ne donne pas une température moyenne mais la température en un point, grandeur qui n a pas un grand intérêt

21 3.3. Bilan d énergie T eb. (solution) T éb.(solvant pur) = retard à l ébullition d une solution = élévation du point d ébullition due au soluté Ex: à P atm -une solution à 25 % NaCl bout à 107,7 ºC - élévation du point d ébullition il faut fournir plus de chaleur à une solution de sel qu à l eau pure pour l évaporer Règle de Dühring Θ Θ A B Θ' ' Θ' A B = k 1 = cons tante Les variations de la température d ébullition d un liquide en fonction de la température d ébullition d un autre liquide, pour diverses pressions, sont linéaires. Droites de Dühring Solution aqueuse minérale

22 3.3. Bilan d énergie Température de la solution La température du liquide à l ébullition doit être définie, car elle n est pas constante dans toute la masse du liquide Varie car la pression hydrostatique varie élévation de la T avec élévation de P Impossible de faire une détermination précise de la pression hydrostatique On néglige cette variation de température 1) Température apparente Température d ébullition du liquide pur correspondant à la pression de la vapeur saturante au-dessus de la solution (tables de Mollier- table 1 notes de cours) Ne tient compte de l élévation de température de la solution par rapport au solvant pur - approximative Si l eau la température apparente correspond bien à la T à la surface de la solution

23 3.3. Bilan d énergie 2) Température standard (nette ou corrigé) Température d ébullition du liquide à l interface liquide-vapeur Tient compte de l élévation de température de la solution par rapport au solvant pur Est égale à la somme de la température apparente et de l élévation de température de la solution Donnée par les tables de Dühring Surface de chauffe (S) Se détermine à l aide de l équation de Newton Sa valeur permet la construction d un échangeur tubulaire convenant pour l évaporation considérée S q = K Θ (3.14)

24 Exercice d application 3.3 Déterminez les chutes de températures apparente et standard pour l évaporation d une solution de soude caustique à 40 % en poids sous une pression de 0,20 bars par chauffage avec de la vapeur d eau sous 2 bars de pression absolue. Θ = chute de température = T vapeur T solution Tableau 1 Température de chauffe vapeur = 120 C Température de chauffe solution= 60 C o Θ = 60 C Droites de Dühring fig 3.4 pour 60 C - Tsolution 88 C Élévation du point d ébullition due au NaOH = 28 C o Θ = 32 C

25 Exercice d application 3.4 Un évaporateur simple effet concentre, sous la pression atmosphérique, 10 tonnes/heure de solution aqueuse à 5 % en poids de soude caustique, prise à 20 ºC jusqu à une teneur de 20 % en poids. Le chauffage est fait avec de la vapeur d eau sous une pression effective de 1,5 bars. Calculer la surface de chauffe de l évaporateur, sachant que le coefficient global de transmission de chaleur est cal/h.m 2. º C. L = x x A L A A = L + V L = kgt/h; V = kgt/h S q = K Θ t ( Θ) = T vapeur - T solution = chute de température P abs = 2,5 bars Table 1 Θ 0 = 127 ºC

26 Exercice d application 3.4 Température standard de la solution P atm = t solvant = 100 ºC = 212 ºF o o T ( C) 9 T ( F) = Figure droites de Dühring o o T ( C) = ( F 32) Pour une t solvant = 212 ºF correspond une t solution de 220 ºF = 105 ºC t t ( Θ Θ) ) = T vapeur - T solution = = 22 ºC q = Ac( Θ Θ A ) + Vλ 5 9 c = chaleur spécifique de la solution diluée = chaleur spécifique de l eau = 1 kj/kgk λ év (105 ºC) = 2248,95 kj/kg λ = 2495,280 2,346T (3.9) q = kj/h 1 cal =4,19 J S = 160 m 2

27 Exercice d application 3.5 Un évaporateur simple effet concentre sous une pression de 100 torrs, 10 tonnes/heure de solution à 20 % en poids de soude caustique, prise à 20 ºC jusqu à une teneur de 50 % en poids, avec de la vapeur de chauffe sous une pression effective de 1,5 bars. Calculer la surface de chauffe, la consommation horaire de vapeur, l économie et le chiffre d évaporation, sachant que le coefficient global de transmission de chaleur est kcal/h.m 2. º C. Données: h A = 16 kcal/kg; h L = 122 kcal/kg; h V = 640 kcal/kg

28 Exercice d application 3.5 L = x x A L A A = L + V L = 4 t/h; V = 6 t/h S q = K Θ t ( Θ) = T vapeur - T solution = chute de température P abs = 2,5 bars Table 1 Θ 0 = 127 ºC Température standard de la solution P=100 mm Hg cahier d exercices et de laboratoire t solvant = 52 ºC Figure Dühring lines Pour une t solvant = 52 ºC correspond une t solution de 92 ºC t ( Θ Θ) = T vapeur - T solution = = 35 ºC

29 Exercice d application 3.5 q = A( hl ha) + V ( hv hl ) q = kcal/h S q = K Θ S = 99,24 m 2 Consommation horaire de vapeur q = G l v λ = 2495,280 λ = 2197,3KJ / G = 7,9 t/h 2,346T kg

30 Exercice d application 3.5 2) Économie (efficacité économique) = V/G V/G = 0,76 % chiffre V d' évaporation = S Θ chiffre d ' évaporation = 1,73 Kg H 2 2 O/m hºc

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

DDPAsa CLIM AUTONOME ET RAFRAICHISSEURS A HAUT RENDEMENT MINICOOL : L ÉCONOMIE VERTE. Économie de combustible. 100% Écologique. www.ddpa-confort.

DDPAsa CLIM AUTONOME ET RAFRAICHISSEURS A HAUT RENDEMENT MINICOOL : L ÉCONOMIE VERTE. Économie de combustible. 100% Écologique. www.ddpa-confort. CLIM AUTONOME ET RAFRAICHISSEURS A HAUT RENDEMENT MINICOOL : L ÉCONOMIE VERTE La gamme de produits Minicool a été conçue suite a la demande du marché d un système de clim avec compresseurs pour utilisation

Plus en détail

Alfa Laval échangeurs de chaleur spiralés. La solution à tous les besoins de transfert de chaleur

Alfa Laval échangeurs de chaleur spiralés. La solution à tous les besoins de transfert de chaleur Alfa Laval échangeurs de chaleur spiralés La solution à tous les besoins de transfert de chaleur L idée des échangeurs de chaleur spiralés n est pas nouvelle, mais Alfa Laval en a amélioré sa conception.

Plus en détail

GLOSSAIRE AIDE MEMOIRE DU CHAUFFAGE

GLOSSAIRE AIDE MEMOIRE DU CHAUFFAGE JATECH Traitements Magnétiques des Fluides - Eaux - Gaz - Hydrocarbures Cidex 251 06330 ROQUEFORT LES PINS France tél/fax : 04 93 60 80 06 www.jatech.fr GLOSSAIRE AIDE MEMOIRE DU CHAUFFAGE E Générateur

Plus en détail

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote.

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. K4. Point triple de l azote I. BUT DE LA MANIPULATION Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. II. BASES THEORIQUES Etats de la matière La matière est constituée

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

Livret de formules. Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP

Livret de formules. Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP Version 2: 13.11.2014 Livret de formules Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP Economie d entreprise Boulangère-Pâtissière-Confiseuse CFC Boulanger-Pâtissier-Confiseur

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Chauffage à eau chaude sous pression

Chauffage à eau chaude sous pression Chauffage à eau chaude sous pression par René NARJOT Ingénieur de l École Centrale des Arts et Manufactures 1. Généralités... B 2 425-2 1.1 Domaine d utilisation de l eau chaude sous pression... 2 1.2

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

CORRECTION EVALUATION FORMATIVE TEST DE NIVEAU Date : PROMOTION :

CORRECTION EVALUATION FORMATIVE TEST DE NIVEAU Date : PROMOTION : CORRECTION EVALUATION FORMATIVE TEST DE NIVEAU Date : PROMOTION : OJECTIFS : 1/ Evaluer le degré des connaissances acquises nécessaires à l administration des médicaments à diluer. 2/ Evaluer les capacités

Plus en détail

P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine

P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine Caractéristiques Modèle de démonstration d un système à vapeur représentatif d un Système d Alimentation Industriel Appareil

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Eau chaude Eau glacée

Eau chaude Eau glacée Chauffage de Grands Volumes Aérothermes Eau chaude Eau glacée AZN AZN-X Carrosserie Inox AZN Aérotherme EAU CHAUDE AZN AZN-X inox Avantages Caractéristiques Carrosserie laquée ou inox Installation en hauteur

Plus en détail

COMPRESSEURS DENTAIRES

COMPRESSEURS DENTAIRES FRANCE COMPRESSEURS DENTAIRES TECHNOLOGIE SILENCIEUSE MGF NOS SERVICES, NOS ENGAGEMENTS - Les pièces détachées sont disponibles sur stock dans notre site localisé en Saône-et-Loire. Envoi express en h

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol :

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Page : 1 de 6 Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Référence article 058.01.250: VX18 Référence article 058.01.251: VX20 Référence article 058.01.252: VX30 Chaudière spéciale à gazéification

Plus en détail

Sécheuses. Sécheuses SECHEUSE, SR/E-10 857,00 955,00. 12,43 NO 3x10+T - 63 A 4x4+T - 32 A 64,00

Sécheuses. Sécheuses SECHEUSE, SR/E-10 857,00 955,00. 12,43 NO 3x10+T - 63 A 4x4+T - 32 A 64,00 SECHEUSE, SR/E-1 15111 Longueur Profondeur Hauteur 785, 88, 857, 955, 1.665, 1.84, 17, 2, 1,12 1,55 12,43 NO 3x1+T - 63 A 4x4+T - 32 A SECHEUSE, SR/E-1 Capacité: 8,4. (Rap. 1:25) - 1,5 (Rap.1:2) Temporisateur

Plus en détail

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax Du Thermostat à l ordinateur climatique Vincent Aubret Hortimax 1 Introduction 2 Régulateurs de type thermostat Applications : Idéal pour la régulation simplifiée de type Tunnels, Hall Alarme haute et

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium International Renewable Energy Congress November 5-7, 2010 Sousse, Tunisia Propriétés thermodynamiques du mélange Eau-Ammoniac-Hélium Chatti Monia 1, Bellagi Ahmed 2 1,2 U.R. Thermique et Thermodynamique

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère

L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère LE CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère LES PERFORMANCES DE TANÉO C EST L ASSURANCE : > DE 75 % D ÉNERGIE GRATUITE > D UN FONCTIONNEMENT

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Comprendre l efflorescence

Comprendre l efflorescence Février 2006 Bulletin technique 4 BULLETIN TECHNIQUE Le Conseil Canadien des Systèmes d Isolation et de Finition Extérieure (SIFE) / (416) 499-4000 Comprendre l efflorescence Nous avons tous déjà observé

Plus en détail

Sondes de conductivité pour applications industrielles hygiéniques

Sondes de conductivité pour applications industrielles hygiéniques Sondes de conductivité pour applications industrielles hygiéniques Technologie à 2 ou à 4 électrodes Large plage de mesure 0,05 S/cm... 500 ms/cm process, matériaux, état de surface adaptés aux applications

Plus en détail

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine Revue des Energies Renouvelables Vol. 11 N 4 (2008) 587 594 SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine S. Kherris 1*, M. Makhlouf 1 et A. Asnoun 2 1 Laboratoire des Matériaux et des Systèmes

Plus en détail

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale 68 NOMBREUSES POSSIBILITÉS OFFERTES PAR AMP 1 69 INFORMATION PRODUIT AMP 1 Avec un Airmaster vous ne choisissez pas seulement une solution d'avenir durable - mais PLEINS FEUX SUR LA FONCTIONNALITÉ ET LE

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Collecteur de distribution de fluide

Collecteur de distribution de fluide Collecteur de distribution de fluide Guide des applications Un sous-système prêt-à-monter Des sous-systèmes prêts-à-monter, disponibles en quelques semaines et non en quelques mois. Une conception testée

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Chapitre 10 : Mécanique des fluides

Chapitre 10 : Mécanique des fluides Chapitre 10 : Mécanique des fluides 1. Pression hydrostatique Les fluides regroupent gaz et liquides. En général, on considère des fluides incompressibles. Ce n est plus le cas en thermodynamique. Un objet

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Soltherm Personnes morales

Soltherm Personnes morales Soltherm Personnes morales Annexe technique Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er janvier 2015 ou dans des maisons unifamiliales/appartements dont la déclaration

Plus en détail

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur Eau chaude et confort à votre portée! La meilleure façon de

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

ET 31/32/33. +1: +2: +3: LA

ET 31/32/33. +1: +2: +3: LA 31/32/33 Définit aujourd'hui les standards de l'avenir Encore plus économique, encore plus fiable La société BEKO profite de ses 25 années d'expérience internationale pour créer une nouvelle génération

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE

CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE I Chaine énergétique a- Les différentes formes d énergie L énergie se mesure en Joules, elle peut prendre différentes formes : chimique,

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2 EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 PROFILES PVC DE DECORATION ET D AMENAGEMENT INTERIEURS ET EXTERIEURS Edition DECEMBRE 2005 SNEP - Profilés PVC de

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Athénée royal Jules Delot, Ciney Energie Thermique

Athénée royal Jules Delot, Ciney Energie Thermique 6G3 - Energie thermique page 1 Athénée royal Jules Delot, Ciney Energie Thermique Physique 6ème Générale 3h/semaine Ir Jacques COLLOT 1 6G3 - Energie thermique page Energie Thermique 1. Calorimétrie 1.1

Plus en détail

Notre mission : garantir la haute disponibilité de vos données et applications critiques.

Notre mission : garantir la haute disponibilité de vos données et applications critiques. Notre mission : garantir la haute disponibilité de vos données et applications critiques. Emerson Network Power, est une division d Emerson (code NYSE : EMR), le leader mondial du Business-Critical Continuity.

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Exercices sur le thème II : Les savons

Exercices sur le thème II : Les savons Fiche d'exercices Elève pour la classe de Terminale SMS page 1 Exercices sur le thème : Les savons EXERCICE 1. 1. L oléine, composé le plus important de l huile d olive, est le triglycéride de l acide

Plus en détail

Cahier technique n 2. Le réseau vapeur et condensats ECONOMIES D ÉNERGIE L INDUSTRIE

Cahier technique n 2. Le réseau vapeur et condensats ECONOMIES D ÉNERGIE L INDUSTRIE Cahier technique n 2 Le réseau vapeur et condensats ECONOMIES D ÉNERGIE L INDUSTRIE DANS CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR À PROPOS DE LA VAPEUR... Pourquoi la vapeur? La vapeur est un fluide caloporteur très répandu

Plus en détail

TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES

TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES PISCINES CHAUFFAGE DESHUMIDIFICATION TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES Une piscine couverte doit être considérée comme un ouvrage spécifique dont les critères diffèrent de ceux d'un ouvrage classique

Plus en détail

Thermostate, Type KP. Fiche technique MAKING MODERN LIVING POSSIBLE

Thermostate, Type KP. Fiche technique MAKING MODERN LIVING POSSIBLE MAKING MODERN LIVING POSSIBLE Fiche technique Thermostate, Type KP Les thermostats de type KP sont des commutateurs électriques unipolaires dont le fonctionnement est lié à la température (SPDT). Un thermostat

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Mesure de la teneur en alcool

Mesure de la teneur en alcool 37 Mesure de la teneur en alcool 1 Rôle de l alcool dans les vins 285 1.1. Sur le plan organoleptique 285 1.2. Sur le plan biologique 285 1.3. Sur le plan réglementaire 285 1.4. Sur le plan commercial

Plus en détail

Exemples d application

Exemples d application 1 Exemples d application Sommaire de l ouvrage Partie A Éléments de mécanique des fluides Chapitre 1 Notions générales sur les fluides Chapitre 2 Écoulement des fluides Partie B Déplacement des liquides

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

Mesure des caractéristiques des combustibles bois

Mesure des caractéristiques des combustibles bois Mesure des caractéristiques des combustibles bois ADEME Critt Bois Fibois CTBA JUILLET 2001 SOMMAIRE AVANT PROPOS page 4 1 - LA PRISE D ECHANTILLON page 6 1.1 - Division et/ou mélange du prélèvement accompagnée

Plus en détail

Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel EXPRESSION PRELIMINAIRE DE BESOIN SITE :..

Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel EXPRESSION PRELIMINAIRE DE BESOIN SITE :.. Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel EXPRESSION PRELIMINAIRE DE BESOIN SITE :.. Document type : expression préliminaire de besoin client final Version / Révision Date de publication

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Notice d'utilisation Capteur de niveau TOR. LI214x 704776/00 10/2010

Notice d'utilisation Capteur de niveau TOR. LI214x 704776/00 10/2010 Notice d'utilisation Capteur de niveau TOR LI214x FR 704776/00 10/2010 Contenu 1 Remarque préliminaire 3 1.1 Symboles utilisés 3 2 Consignes de sécurité 3 3 Fonctionnement et caractéristiques 4 3.1 Application

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Mesures calorimétriques

Mesures calorimétriques TP N 11 Mesures calorimétriques - page 51 - - T.P. N 11 - Ce document rassemble plusieurs mesures qui vont faire l'objet de quatre séances de travaux pratiques. La quasi totalité de ces manipulations utilisent

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Le confort de l eau chaude sanitaire Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Attestation de Conformité Sanitaire Afi n de réduire les quantités de matières toxiques pouvant

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA

Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA HEAT PUMP Systems Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA Le champion du monde De l eau chaude à moindre coût à tout moment? C est désormais possible grâce aux solutions techniques

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE I.U.T. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie Thermique et énergie COURS DE THERMODYNAMIQUE eme Semestre Olivier PERROT 010-011 1 Avertissement : Ce cours de thermodynamique présente quelques applications

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique CRM: Centre de Recherches Métallurgiques ASBL établie en Belgique Créée en 1948 par l industrie sidérurgique belge Certifiée ISO 17025 et

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

C 248-02. Nias Dual. Chaudières murales à tirage forcé, foyer étanche et ballon eau chaude sanitaire. chaleur à vivre. Nord Africa

C 248-02. Nias Dual. Chaudières murales à tirage forcé, foyer étanche et ballon eau chaude sanitaire. chaleur à vivre. Nord Africa C 248-02 made in Italy Nias Dual Chaudières murales à tirage forcé, foyer étanche et ballon eau chaude sanitaire chaleur à vivre FR Nord Africa Chaudières murales à tirage forcé, foyer étanche et ballon

Plus en détail

Indicateur de niveau Contrôleur de niveau Thermocontacteur FSA / FSK / TS

Indicateur de niveau Contrôleur de niveau Thermocontacteur FSA / FSK / TS Indicateur de niveau Contrôleur de niveau Thermocontacteur FSA / FSK / TS jusqu'à NG38; jusqu'à PN 0,5; jusqu'à T = 80 C. Description.. Généralités Les indicateurs de niveau FSA, les contrôleurs de niveau

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE

LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE par Jean Paul CHABRIER Société ENVIRO-CONSULT Ingénieur Consultant en séchage thermique des boues et déchets AQUATECH

Plus en détail