La Banque nationale de Belgique, une banque centrale moderne au service de la société

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Banque nationale de Belgique, une banque centrale moderne au service de la société"

Transcription

1 La Banque nationale de Belgique, une banque centrale moderne au service de la société

2 Table des matières

3 Avant-propos 2 La Banque nationale de Belgique, la banque centrale de notre pays 4 Cadre européen 5 Missions principales 5 Gouvernance 6 La politique monétaire de l Eurosystème: œuvrer pour la stabilité des prix 8 Objectif principal: la stabilité des prix 9 Une stratégie à deux piliers 9 Les aspects opérationnels de la politique monétaire 10 La gestion des réserves de change 10 La stabilité financière: veiller à la solidité du système financier 12 La surveillance financière 13 La prévention de crise 13 La gestion de crise 14 Le Comité de stabilité financière 14 La Banque nationale de Belgique, une banque centrale moderne au service de la société L émission des billets de banque, un privilège de la Banque nationale de Belgique depuis Les autres services rendus à la société 18 > Paiements interbancaires 19 > Services rendus à l État 19 > Informations économiques et financières 20 Informations macroéconomiques 20 Informations microéconomiques 20 L enseignement, un partenaire privilégié 23 Coopération internationale 24

4 La Banque nationale de Belgique, une banque centrale moderne au service de la société Cela fait plus de 150 ans que vous nous connaissez. Mais savez-vous qui nous sommes vraiment? Pour la plupart des gens, la Banque nationale de Belgique est l institution qui fait circuler la monnaie et imprime les billets. Hier des francs belges, aujourd hui des euros. Mais nous faisons plus, bien plus au service de l économie belge. Nous avons été en première ligne pour le lancement de la monnaie européenne. Nous sommes, avec la Banque centrale européenne et les autres banques centrales de l Eurosystème, responsables de notre nouvelle monnaie et de son pouvoir d achat. En plus de la stabilité de la monnaie, nous contribuons également à assurer le bon fonctionnement du secteur financier belge. Et nous sommes un centre d étude et d information important. Etre garants de stabilité dans un monde en perpétuel mouvement ne nous empêche pas d évoluer. Nous réalisons désormais dans un cadre européen ce que nous faisons depuis plus de 150 ans pour la Belgique: vous offrir des services du plus haut niveau. /3 Guy Quaden Gouverneur

5

6 La Banque nationale de Belgique, la banque centrale de notre pays

7 L institution qui a le privilège d émission est appelée la banque centrale parce que les autres banques - les banques commerciales - doivent nécessairement s adresser à elle pour obtenir des billets. Depuis 1850, la Banque nationale est la banque centrale de la Belgique. Elle exécute des tâches d intérêt général, aux niveaux national et international. Bien que la Banque nationale ait la forme d une société anonyme, ses activités et son fonctionnement sont subordonnés, comme pour toute banque centrale, à la réalisation de ses missions d intérêt général. Cadre européen Depuis le 1 er janvier 1999, la Banque nationale fait partie de l Eurosystème, qui se compose de la Banque centrale européenne (la BCE, établie à Francfort) et des banques centrales des pays qui ont adopté l euro. L Eurosystème mène une politique monétaire unique, définie par le Conseil des gouverneurs de la BCE. Les six membres du Directoire de la BCE et les gouverneurs des banques centrales nationales des pays de la zone euro, parmi lesquels le gouverneur de la Banque nationale de Belgique, sont membres de ce Conseil, qui est le plus important organe de décision de l Eurosystème. La Banque nationale participe à la préparation et à l exécution des décisions du Conseil des gouverneurs. Missions principales Les banques centrales modernes mettent les billets en circulation, protègent le pouvoir d achat et veillent à la solidité du système financier. Presque toutes les banques centrales s acquittent par ailleurs de missions supplémentaires au service de la société. Dans le cas de la Banque nationale de Belgique, celles-ci représentent une part substantielle de ses activités. La Banque gère plusieurs systèmes de paiement, publie un grand nombre d analyses et d études consacrées à l économie en général et à certains secteurs particuliers, elle établit et analyse la majeure partie des statistiques économiques et financières de notre pays. Elle gère également la Centrale des bilans, où toutes les entreprises déposent leurs comptes annuels, et deux centrales des crédits; la Centrale des crédits aux particuliers est la plus connue du public. La plupart de ces missions lui ont été confiées par la loi. Cette brochure explique succinctement certaines des activités de la Banque nationale. L évolution des activités au cours de l année écoulée est commentée dans le tome 2 du Rapport annuel de la Banque. Toutes ses publications sont disponibles sur son site internet (www.nbb.be), où se trouvent également de plus amples informations. La Banque nationale de Belgique, la banque centrale de notre pays 4 /5

8 Gouvernance La Banque nationale a toujours été une société anonyme atypique. La prééminence des missions d intérêt général, présente depuis l origine et ancrée désormais dans le Traité de Maastricht, se traduit par une gouvernance spécifique, dont les objectifs mêmes sont différents de la gouvernance d une société de droit commun. La Banque nationale de Belgique, la banque centrale de notre pays /7 Sa loi organique, ses statuts et les règles européennes soumettent cependant la Banque nationale à des règles aussi exigeantes que les recommandations du code belge de gouvernance. En sa double qualité de banque centrale et de société cotée, elle tient à expliquer les particularités de son statut et de son fonctionnement. C est dans cet esprit qu elle publie une déclaration de gouvernance sur son site internet. Depuis le lancement de l euro, l indépendance des banques centrales a été renforcée, amenant celles-ci en contrepartie à rendre davantage compte de leurs actes et décisions (accountability). La composition et le fonctionnement des organes de gestion et de contrôle traduisent les particularités de la Banque nationale, société où l État intervient à la fois comme actionnaire et comme État souverain au service de l intérêt général. Le Gouverneur dirige l Institution. Il préside le Comité de direction et le Conseil de régence et fait exécuter leurs décisions. Le Comité de direction comprend, outre le gouverneur, sept directeurs au plus. Le Comité administre l institution et détermine l orientation de sa politique. Le gouverneur et les directeurs ont chacun autorité sur un ou plusieurs départements et services. Le Conseil de Régence se compose du gouverneur, des directeurs et de dix régents. Les régents représentent les différents milieux socio-économiques du pays. Le Conseil de régence discute des questions générales relatives à la situation économique dans le pays et dans l Union européenne. Il approuve les comptes annuels et les budgets ainsi que la répartition des bénéfices. Le Collège des censeurs, quant à lui, se compose de dix membres. Il a pour mission de surveiller la préparation et l exécution du budget. Enfin, l assemblée générale des actionnaires n est pas un organe et n a pas les mêmes compétences qu au sein d une société de droit commun; ces compétences sont en effet confiées pour l essentiel au Conseil de régence, qui représente les intérêts de l ensemble de la collectivité belge. L assemblée générale élit toutefois les régents et les censeurs - sur proposition des principales organisations socio-économiques et du ministre des Finances - et prend connaissance du rapport sur la gestion des activités au cours de l année écoulée.

9

10 La politique monétaire de l Eurosystème œuvrer pour la stabilité des prix Depuis le 1 er janvier 1999, la Banque nationale participe activement à l élaboration et à la mise en œuvre de la politique monétaire de l Eurosystème. L objectif fondamental que le Traité de Maastricht a assigné à l Eurosystème est le maintien de la stabilité des prix dans la zone euro.

11 La conduite de la politique monétaire de l Eurosystème repose sur deux principes: les décisions sont prises de manière centralisée, et leur exécution est largement décentralisée. Les principales décisions sont prises par le Conseil des gouverneurs de la BCE, selon le principe une personne, une voix. Les opérations de politique monétaire sont exécutées par les banques centrales nationales. Les banques désireuses d obtenir du crédit auprès de l Eurosystème s adressent à la banque centrale de leur pays. Objectif principal: la stabilité des prix Les États membres signataires du Traité de Maastricht partagent la conviction qu une politique monétaire préservant le pouvoir d achat de la monnaie apporte la meilleure contribution à l amélioration des perspectives économiques et à l élévation du niveau de vie. L expérience a montré que tant la hausse généralisée et persistante des prix (inflation) que leur baisse (déflation) sont néfastes. Elles perturbent en effet l information contenue dans le système des prix, modifient subrepticement la valeur réelle des contrats et de l épargne, accroissent l incertitude et, par conséquent, nuisent à une allocation efficace des ressources, à l investissement et à la croissance. Dans une économie nationale, il y a des millions de prix et, à tout moment, certains augmentent et certains diminuent. Ce qui compte, c est la moyenne générale des prix mesurée par l indice des prix à la consommation. Pour permettre au public de juger son action et aux acteurs économiques de mieux prévoir l évolution des prix, le Conseil des gouverneurs de la BCE a défini le concept de stabilité des prix comme une progression de l indice des prix à la consommation dans la zone euro inférieure à 2 p.c. l an mais proche de cette valeur. L Eurosystème ne peut être tenu pour responsable de chocs à court terme, par exemple une hausse des prix résultant du renchérissement des matières premières, tel le pétrole, sur les marchés internationaux, mais il peut l être de l évolution tendancielle des prix. L orientation à moyen terme de sa politique lui permet en outre de réagir de façon graduelle et mesurée à certaines perturbations économiques imprévues. Une stratégie à deux piliers La politique monétaire de l Eurosystème L Eurosystème ne maîtrise pas directement les prix: ceux-ci ne sont influencés par la mise en action des instruments de politique monétaire qu au terme d un long processus. C est pourquoi l Eurosystème ne doit pas réagir aux variations observées de l indice des prix à la consommation mais, par anticipation, aux évolutions qui constituent une menace pour la stabilité future des prix. Cette action repose sur un examen approfondi de toute l information disponible, organisé en deux piliers : l analyse économique et l analyse monétaire. 8 / L analyse économique a pour but d identifier les risques à court et à moyen termes pesant sur la stabilité des prix. Elle est fondée sur l observation d une large gamme de variables: indices de prix et de coûts (dont les coûts salariaux), cours de change, indicateurs conjoncturels, informations relatives à la politique budgétaire, indicateurs des marchés financiers (tels les taux d intérêt à long terme), etc. Le Conseil des gouverneurs de la BCE prend notamment en considération les projections macroéconomiques effectuées à intervalles réguliers par les services de l Eurosystème. L analyse monétaire donne des indications complémentaires sur les risques à moyen et long termes pesant sur la stabilité des prix. Elle examine l évolution de la masse monétaire en circulation et des crédits octroyés par les banques dans la zone euro.

12 Les aspects opérationnels de la politique monétaire L Eurosystème est la banque des banques de la zone euro. En effet, les établissements de crédit doivent obtenir auprès de lui les liquidités dont ils ont besoin pour répondre à la demande de billets et pour constituer des réserves auprès des banques centrales nationales. En modifiant les conditions auxquelles ces liquidités sont octroyées, l Eurosystème influence les taux d intérêt du marché monétaire. L Eurosystème a principalement recours aux instruments suivants: 1. les opérations de marché où l octroi hebdomadaire de crédits à une semaine joue un rôle clé; 2. les opérations dites de réglage fin, par lesquelles des liquidités sont occasionnellement fournies ou retirées; 3. les facilités permanentes, c est-à-dire des guichets auprès desquels les établissements financiers peuvent emprunter ou déposer des fonds pour un jour à des taux d intérêt préannoncés. Les décisions de politique monétaire sont prises par le Conseil des gouverneurs de la BCE, qui se réunit généralement un jeudi sur deux à Francfort. C est là qu est fixé le taux auquel les crédits hebdomadaires sont octroyés aux établissements de crédit, principal indicateur de la politique monétaire suivie par l Eurosystème. La politique monétaire de l Eurosystème 10 /11 Comment les décisions de politique monétaire influencent-elles l économie? L Eurosystème fixe ses taux d intérêt et le volume des liquidités qu il octroie aux banques. Il exerce ainsi une influence déterminante sur les taux d intérêt à très court terme auquel les banques se font mutuellement des crédits sur le marché monétaire. Comment les prix sont-ils influencés par cette action sur les taux à très court terme du marché monétaire? Supposons par exemple que les risques d inflation augmentent, à la suite d une hausse des cours du pétrole ou d une vive croissance de l activité dans un contexte de forte utilisation des capacités de production. La banque centrale doit alors mener une politique monétaire plus restrictive: elle rend l argent plus cher en relevant les taux d intérêt à très court terme du marché monétaire. Les banques commerciales répercuteront cette hausse dans les taux qu elles proposent à leurs clients. Cette hausse des taux rend les emprunts plus onéreux pour les entreprises comme pour les particuliers, ce qui freine l expansion des crédits. L épargne, par contre, est plus avantageuse lorsque les taux d intérêt sont plus élevés, ce qui incite les ménages à freiner leur consommation. Par conséquent, le relèvement des taux réduira la demande de biens d investissement (équipements, bâtiments) et de consommation. Pour rester compétitives et pour garder leur clientèle, les entreprises devront baisser leurs prix ou à tout le moins les maintenir inchangés. Si l offre est stable et la demande plus faible, l inflation diminuera. A l inverse, en l absence de risque inflationniste, la banque centrale pourra laisser ses taux inchangés ou les baisser. La gestion des réserves de change La Banque nationale détient et gère les réserves de change officielles de la Belgique. Celles-ci comprennent de l or, des créances en or et des devises étrangères. Ces réserves sont gérées pour le compte de l économie belge. Elles constituent en effet un patrimoine affecté à l exercice des missions d intérêt général de la Banque, notamment en matière de politique monétaire et de politique de change.

13

14 La stabilité financière Veiller à la solidité du système financier Outre la stabilité monétaire, le maintien d un système financier à la fois efficace et solide constitue un objectif important pour toute banque centrale moderne. Le défi consiste à faire jouer pleinement les mécanismes du marché tout en évitant les perturbations majeures du système financier, qui pourraient constituer un danger pour tous les secteurs de l économie. La stabilité financière requiert trois formes de politique: la surveillance financière, la prévention de crise et la gestion de crise.

15 La surveillance financière La surveillance financière recouvre deux aspects. D une part, la surveillance de la solidité des établissements individuels, que l on appelle surveillance microprudentielle et qui est en Belgique du ressort de la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA). D autre part, la surveillance macroprudentielle, c est-à-dire la surveillance du bon fonctionnement du système financier dans son ensemble et la protection contre des crises importantes, qui est du ressort de la Banque nationale. L évolution du paysage financier en Belgique et dans le monde se caractérise par une internationalisation et par un décloisonnement croissants des activités. Cette diversification est allée de pair avec un processus de concentration qui a eu pour effet de donner naissance à un nombre restreint de grandes institutions. Dans ce contexte, la prévention et la maîtrise du risque systémique sont cruciales. En outre, la surveillance des systèmes de paiement et de règlement de titres est une activité essentielle d une banque centrale. Si elles sont surtout connues pour l émission des billets, les banques centrales assurent également la sécurité des paiements pour l ensemble de l économie. Par risque systémique, on entend le risque qui pèse sur l ensemble du système financier si certains établissements de crédit ne remplissent pas leurs obligations vis-à-vis des autres. On parle à cet égard d effet de domino: un établissement qui ne dispose pas des fonds nécessaires pour en payer un autre met ce dernier en difficulté pour s acquitter de ses propres obligations vis-à-vis d un établissement tiers, etc. Un établissement peut donc en entraîner d autres dans sa chute. La prévention de crise La prévention s appuie sur une série de règles et de normes visant à favoriser un fonctionnement sûr et efficace du système financier. Ces règles et normes relèvent de domaines très variés, comme la structure du bilan des institutions financières, les techniques et instruments de maîtrise des risques, les règles de concurrence et d accès au marché, les modalités de diffusion des informations financières, ou encore les principes assurant la transparence des marchés et la saine gouvernance. En matière de prévention, les règles et normes s appliquant aux institutions et marchés financiers sont essentiellement établies à un niveau supranational. Un nombre croissant de lois et de règlements belges, s appliquant aux institutions et marchés financiers, transposent des directives de l Union européenne ou des normes élaborées par les institutions internationales (en particulier, le Comité de Bâle sur la supervision bancaire). La Banque nationale contribue à ce travail. La stabilité financière 12 /13

16 La gestion de crise La surveillance attentive des marchés et des institutions financières, de même que l existence d un dispositif législatif et réglementaire adapté, ne dispensent pas les autorités de se préparer à d éventuels accidents financiers. Les dispositifs et structures mis en place à cette fin relèvent du domaine de la gestion de crise, troisième grand volet de la politique de sauvegarde de la stabilité financière (à côté de la surveillance et de la prévention). Les banques centrales ont une responsabilité toute particulière en cas de crise financière puisque, en tant que prêteur en dernier ressort pour le système financier national, elles doivent évaluer s il y a lieu d accorder une assistance de liquidité d urgence aux établissements en difficulté. Le Comité de stabilité financière Les Comités de direction de la Banque nationale et de la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) ont renforcé leur collaboration en matière de surveillance prudentielle. Cela a permis de dégager de nouvelles synergies et de rapprocher des équipes travaillant sur des matières qui se complètent. Le Comité de stabilité financière (CSF), qui réunit les Comités de direction de la Banque nationale et de la CBFA, et qui est présidé par le gouverneur de la Banque nationale, est la clé de voûte de la surveillance du secteur financier. Il examine toutes les questions intéressant les deux institutions dans le domaine de la stabilité du système financier, y compris la coordination de la gestion de crise. La stabilité financière Le CSF veille également à renforcer la collaboration entre les équipes de la Banque nationale en charge de la surveillance (oversight) des systèmes de paiement et celles de la CBFA. 14 /15

17

18 L émission des billets de banque Un privilège de la Banque nationale de Belgique depuis 1850 Les billets de banque sont le produit le plus connu de la Banque nationale. Depuis 1850, celle-ci a toujours conçu et imprimé les billets de banque belges qu elle mettait en circulation. Tous les billets belges émis par la Banque nationale depuis 1944 demeurent échangeables sans limite de temps à ses guichets.

19 Depuis 2002, la Banque nationale partage le privilège d émission des billets en euro avec les autres banques centrales de l Eurosystème et elle met les billets en circulation dans notre pays. Spécialisée dans l impression des billets de 50 euros, elle produit également d autres imprimés de sécurité. Les pièces belges sont frappées par la Monnaie royale de Belgique, qui relève de la compétence du ministre des Finances. C est toutefois la Banque nationale qui assure leur mise en circulation, pour le compte de l État. Les billets en euro sont fabriqués entièrement en fibres de coton. Ils associent efficacement plusieurs signes de sécurité et figurent dès lors parmi les plus sécurisés du monde. Les billets en euro comportent un filigrane, un fil de sécurité, une bande irisée et un hologramme. À partir de la coupure de 50 euros, la couleur de l encre de certaines zones varie lorsqu on incline le billet. Les billets se reconnaissent à l œil, mais aussi au toucher. Certaines parties sont imprimées en taille-douce, ce qui leur confère un relief perceptible. Les pièces en euro sont, elles aussi, dotées de caractéristiques techniques sophistiquées, qui rendent les contrefaçons difficiles. Comment les billets sont-ils mis en circulation? Le public obtient des billets aux guichets et aux distributeurs automatiques gérés par les banques. Pour répondre à la demande de leurs clients, les banques s approvisionnent auprès de la Banque nationale par le biais des transporteurs de valeurs. La Banque nationale n a donc aucune prise sur le volume de la circulation des billets, puisque celui-ci dépend de la demande, qui est à son tour tributaire, entre autres, de la conjoncture économique, de la préférence que le public manifeste pour certains moyens de paiement et des fluctuations saisonnières dans les dépenses des ménages. Les banques souhaitent gérer leur stock de billets le plus efficacement possible; c est la raison pour laquelle elles retirent ou déposent quotidiennement des billets auprès de la Banque nationale. Celle-ci a développé une application informatique qui automatise totalement le traitement des billets et leur comptabilisation. Cette application a été adoptée par d autres banques centrales de l Eurosystème. D activité très intensive en main-d œuvre, le traitement des billets est ainsi devenu ces dix dernières années une activité hautement technologique. L émission des billets de banque Les billets versés auprès de la Banque nationale sont scrupuleusement comptés et examinés avant d être remis en circulation. En moyenne, un billet revient tous les trois à quatre mois à la Banque nationale. Le contrôle est effectué par des machines de tri informatisées équipées de capteurs électroniques qui vérifient l authenticité des billets et leur état. Les billets détériorés ou salis sont détruits et remplacés par des nouveaux. 16 /17 Les billets très abîmés ou partiellement détruits peuvent être présentés à la Banque nationale. Après examen, les propriétaires sont indemnisés conformément aux règles fixées en la matière au sein de l Eurosystème.

20 Les autres services rendus à la société Paiements interbancaires Services rendus à l État Informations économiques et financières

21 Paiements interbancaires La Banque nationale est le pivot des paiements interbancaires dans notre pays. Tous les virements qui impliquent deux banques sont exécutés via la Banque nationale. Depuis l introduction de la monnaie unique, ces activités s inscrivent dans une perspective européenne. L une des missions fondamentales de l Eurosystème consiste en effet à promouvoir le bon fonctionnement et la sécurité des systèmes de paiement. La Belgique figure parmi les pays les plus efficaces de l UE en ce qui concerne les paiements scripturaux et électroniques. La liquidation de ces paiements est assurée par le système informatique de la Banque nationale. Aujourd hui, plus de 99,6% des opérations sont échangées et réglées par voie automatisée. La Banque nationale participe activement à plusieurs systèmes de paiement. Un de ces systèmes traite les paiements de montant relativement peu élevé, qui constituent la grande majorité des paiements scripturaux: virements, paiements par cartes de paiement et de crédit, domiciliations et chèques. Avec l introduction de l euro et de la politique monétaire unique, les paiements devaient également pouvoir circuler rapidement entre États membres de l Union monétaire, d où la création de TARGET, un système de paiement européen permettant d échanger au sein de l Union européenne des ordres de paiement libellés en euros. L Eurosystème veut rendre à terme les paiements scripturaux dans la zone euro aussi efficaces qu ils le sont aujourd hui dans les systèmes de paiement nationaux les plus performants. C est l objet du projet d un espace unique des paiements en euro (Single Euro Payments Area - SEPA), qui implique notamment la conversion des instruments de paiement nationaux (virements, domiciliations et paiements par carte) en instruments européens standardisés. Services rendus à l État La Banque nationale rend gratuitement une série de services à l État fédéral. Elle joue notamment le rôle de Caissier de l État en centralisant les recettes et les dépenses de l État fédéral sur le compte que le Trésor belge détient auprès d elle. Ce compte enregistre également le solde des opérations de La Poste et les opérations que la Banque nationale effectue pour le compte de l État dans le cadre de l émission, du paiement des intérêts et du remboursement des emprunts d État. La Banque nationale intervient en effet pour l émission et le service financier des emprunts d État. Les titres de ces emprunts et leurs coupons sont principalement remboursés via les établissements de crédit, qui les présentent à leur tour à la Banque nationale. Celle-ci est également chargée de la gestion journalière du Fonds des Rentes. Celui-ci remplit différentes missions relatives au marché secondaire des titres de la dette publique. En intervenant en Bourse, le Fonds des Rentes garantit aux particuliers que leurs ordres d achat ou de vente d emprunts d État seront exécutés à un prix correct. Les autres services rendus à la société 18 /19

22 Informations économiques et financières La Banque nationale joue un rôle important dans la collecte, l analyse et la diffusion d informations économiques et financières. Cela concerne tant les données relatives à l économie belge dans son ensemble que les informations qui ont trait aux entreprises. Les pouvoirs publics consultent régulièrement la Banque nationale sur ces matières. Informations macroéconomiques La formulation et la mise en œuvre de la politique monétaire ainsi que la coordination de celle-ci avec les autres politiques économiques nécessitent un important travail préparatoire d analyse et de recherche. Les sujets étudiés par la Banque nationale sont très divers et couvrent, entre autres, l activité économique en Belgique et à l étranger, le marché du travail, l évolution des prix, des coûts et des revenus, les finances publiques et les marchés financiers. Les autres services rendus à la société 20 /21 Par ses publications, la Banque nationale informe le public des résultats d un certain nombre de ces analyses. Sa publication la plus connue est son Rapport annuel, qui dresse un portrait complet de la situation économique et financière de la Belgique replacée dans son environnement international. Des études plus spécifiques sont publiées dans la Revue économique, la Financial Stability Review et les Working Papers. La Banque nationale joue en outre un rôle de conseiller économique par la participation de ses représentants, à titre de membres ou d experts, à de nombreux organismes nationaux, tels que le Conseil supérieur des finances, le Conseil supérieur de l emploi ou le Conseil central de l économie. Contrairement à d autres banques centrales, la Banque nationale établit la majeure partie des statistiques économiques et financières nationales. Elle produit notamment la balance des paiements, les statistiques bancaires, les indicateurs de confiance des consommateurs et des chefs d entreprise. Pour le compte de l Institut des comptes nationaux, elle établit les comptes nationaux et régionaux et les statistiques du commerce extérieur. La Banque nationale publie des données statistiques sous diverses formes et fournit à nombre d organisations internationales les données relatives à la Belgique. Informations microéconomiques Outre sa mission dans les domaines des statistiques et des études macroéconomiques, la Banque nationale centralise également de très nombreuses informations microéconomiques. La Centrale des bilans collecte les comptes annuels de la quasi-totalité des sociétés actives en Belgique, les traite et les met à la disposition de toute personne intéressée. Sur la base des données ainsi récoltées, la Centrale des bilans publie des statistiques sectorielles. Depuis 1996, elle collecte également les bilans sociaux que les entreprises et associations doivent établir. Elle constitue aussi des dossiers d entreprise.

23

24

25 La Centrale des crédits aux entreprises enregistre les crédits d au moins euros consentis à des fins professionnelles par les établissements de crédit établis en Belgique. Les établissements participants ont la possibilité de consulter ces données, ce qui fait de la centrale un outil important d appréciation des risques de crédit. Depuis le début de 2005, cette centrale échange des données avec les centrales de six autres pays (Allemagne, Autriche, Espagne, France, Italie et Portugal). Dans le cadre de la politique de prévention du surendettement, le législateur a chargé la Banque nationale d enregistrer tous les contrats de crédit à la consommation et de crédit hypothécaire conclus à des fins privées. Cette tâche est confiée à la Centrale des crédits aux particuliers, qui répertorie non seulement les défauts de paiement, mais également les contrats en cours sans retard de paiement. Les prêteurs sont tenus de consulter la centrale avant d octroyer un nouveau crédit. Ils ont ainsi un aperçu plus complet des engagements financiers des candidats emprunteurs, ce qui leur permet de mieux évaluer le risque de crédit. Les consommateurs ont bien entendu accès aux informations enregistrées à leur nom, et ils peuvent au besoin faire valoir leur droit de correction sur ces données. Les données de la Centrale des bilans et des Centrales des crédits ainsi que les statistiques que la Banque nationale établit pour le compte de l Institut des comptes nationaux permettent également d étudier les branches d activité sous un angle nouveau. La Banque nationale publie régulièrement des études sectorielles. Elle fournit ainsi des informations statistiques à des lecteurs spécialisés comme à un large public. L enseignement, un partenaire privilégié La Banque nationale se profile comme un partenaire actif de l enseignement. Au niveau scientifique, elle entend contribuer à une meilleure compréhension des mécanismes économiques. Elle met notamment sur pied des projets de recherche communs avec des universités, dont les résultats sont présentés lors de colloques internationaux qui se tiennent tous les deux ans. Elle organise aussi des séminaires macroéconomiques spécialisés et des programmes de stage pour jeunes chercheurs. La bibliothèque scientifique de la Banque nationale est l une des plus importantes bibliothèques de Belgique dans les domaines de l économie, des finances et de la politique monétaire. La Banque nationale dispose depuis 2002 d un Musée entièrement rénové, dont le thème central est la monnaie. Même si ce musée s adresse à un large public, sa présentation est conçue en priorité pour répondre aux besoins et aux projets pédagogiques. Les autres services rendus à la société 22 /23

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro?

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro? Florian Colas Conférence d économie approfondie Note sur un point technique, élaborée à partir d un entretien avec Madame Claudine Cortet, Conseiller auprès du Directeur général des Etudes et Relations

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Le mot du Gouverneur. Photo: Timo Porthan.

Le mot du Gouverneur. Photo: Timo Porthan. Suomen Pankki (Banque de Finlande) Snellmaninaukio BP 160, FI-00101 Helsinki, Finlande Téléphone +358 10 8311 (standard) Téléphone +358 10 195 701 (communication) www.suomenpankki.fi www.rahamuseo.fi www.euro.fi

Plus en détail

LA BANQUE DE FRANCE. Les missions de la Banque de France dans le Système européen de banques. La mise en œuvre de la politique monétaire unique

LA BANQUE DE FRANCE. Les missions de la Banque de France dans le Système européen de banques. La mise en œuvre de la politique monétaire unique LA BANQUE DE FRANCE Une institution tournée vers l avenir Les missions de la Banque de France dans le Système européen de banques centrales et l Eurosystème La mise en œuvre de la politique monétaire unique

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves Que peut-on acheter pour dix euros? Et si, avec cet argent, vous pouviez acheter deux maxi CD

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Le mot du Gouverneur. Banque de Finlande 2013 3

Le mot du Gouverneur. Banque de Finlande 2013 3 Banque de Finlande Le mot du Gouverneur Une monnaie stable et un système financier fiable représentent des choses importantes pour chacun de nous. Veiller à ces deux points relève de la compétence des

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

Indépendance des banques centrales et prévention/gestion des crises : expérience algérienne. Par. Mohammed Laksaci

Indépendance des banques centrales et prévention/gestion des crises : expérience algérienne. Par. Mohammed Laksaci Indépendance des banques centrales et prévention/gestion des crises : expérience algérienne Par Mohammed Laksaci Communication au Symposium des Gouverneurs des Banques Centrales Africaines 38 ème réunion

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Musée temporaire. Le jeu

Musée temporaire. Le jeu Musée temporaire Le jeu Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! La Banque nationale de Belgique n est pas une banque comme les autres Par exemple, tu ne peux pas y ouvrir de compte bancaire : seules

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 Introduction En application de l ordonnance n 2009-866 du 15 juillet 2009 relative

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Turquie Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne: Affaires juridiques et conformité Comptabilité réglementaire Crédit Détail Haute direction Institutionnel

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Énoncé de la politique régissant l acquisition et la gestion des actifs financiers pour les besoins du bilan de la Banque du Canada

Énoncé de la politique régissant l acquisition et la gestion des actifs financiers pour les besoins du bilan de la Banque du Canada 1 er octobre 2015 Énoncé de la politique régissant l acquisition et la gestion des actifs financiers pour les besoins du bilan de la Banque du Canada 1 Table des matières 1. Objet de la politique 2. Objectifs

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Le Musée de la Banque nationale de Belgique

Le Musée de la Banque nationale de Belgique Chapitre Le Musée de la Banque nationale de Belgique Le Musée se veut ouvert au plus grand nombre. Il s intègre dans la politique de communication de la Banque nationale, tournée vers le grand public et

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions La monnaie, les banques et les taux Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires financiers

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE 2007-2008 Stratégie de gestion de la dette 2007-2008 Objet L objet de la Stratégie de gestion de la dette est d énoncer les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

Rapport 2011. Rapport d entreprise

Rapport 2011. Rapport d entreprise Rapport 2011 Rapport d entreprise Banque nationale de Belgique Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et non commerciales est autorisée

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ 16 JUIN 2009 RÉSUMÉ La Belgique est une petite économie ouverte dont le système financier, suite à la crise en cours,

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN Université d Auvergne, Clermont I Faculté de Sciences économiques et de gestion 2 ème année de DEUG Cours de Mr Diemer Arnaud SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

Plus en détail

Protégez vous contre l inflation

Protégez vous contre l inflation Credit Suisse (A+/Aa) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Inflation Booster 0 Credit Suisse Inflation Booster 0 est un titre de dette structuré. Le produit est émis par Credit Suisse AG et vous donne droit à un coupon

Plus en détail

Le virement SEPA. www.lesclesdelabanque.com. Novembre 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le virement SEPA. www.lesclesdelabanque.com. Novembre 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent 027 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le virement SEPA LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Novembre 2007 Ce mini-guide

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

La Banque nationale de Belgique. principales activités

La Banque nationale de Belgique. principales activités La Banque nationale de Belgique principales activités Avril 2010 Table des matières Chapitre 1. Monnaie et politique monétaire 3 Monnaie, émission et seigneuriage 3 Politique monétaire : objectif, cadre

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

L avenir de la dette publique

L avenir de la dette publique L avenir de la dette publique Radu Nechita, de l Université de Cluj (Roumanie) est chercheur associé à l IREF. Il commente une étude sur l avenir de la dette publique présentée (en anglais) sous l égide

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Le défi de la finance mondiale. 1 La finance sous contrôle? 2 Le problème des produits dérivés. 3 Les risques bancaires

Le défi de la finance mondiale. 1 La finance sous contrôle? 2 Le problème des produits dérivés. 3 Les risques bancaires Le défi de la finance mondiale 1 La finance sous contrôle? 2 Le problème des produits dérivés 3 Les risques bancaires 1 La finance sous contrôle? Le 15 septembre 2008 la faillite de la banque Lehman Brothers

Plus en détail

1. La Banque nationale en tant qu entreprise

1. La Banque nationale en tant qu entreprise 1. La Banque nationale en tant qu entreprise 1.1 Les principales missions de la Banque nationale 1.1.1 Monnaie et politique monétaire Ce n est pas sans raison que le grand public considère avant tout les

Plus en détail

1 L organisation. du système bancaire. I Principes. II Éléments et analyse. A. Les différentes catégories d établissements

1 L organisation. du système bancaire. I Principes. II Éléments et analyse. A. Les différentes catégories d établissements 1 L organisation du système bancaire I Principes L article L 311.1 du Code monétaire et financier précise les missions d un établissement de crédit : «Les établissements de crédit sont des personnes morales

Plus en détail

Discours de Monsieur Abdellatif Jouahri Gouverneur de Bank Al-Maghrib

Discours de Monsieur Abdellatif Jouahri Gouverneur de Bank Al-Maghrib SÉMINAIRE RÉGIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LE CIBLAGE DE L INFLATION Rabat, Maroc, 4 avril 2007 Discours de Monsieur Abdellatif Jouahri Gouverneur de Bank Al-Maghrib Séminaire régional de haut niveau sur le

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Irlande Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Statistiques financières. Crédit à la consommation

Statistiques financières. Crédit à la consommation Statistiques financières Crédit à la consommation La Direction générale Statistique et Information économique propose des informations statistiques impartiales. Les informations sont diffusées conformément

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois?

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois? Deutsche Bank AG (DE) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? Deutsche Bank AG (DE) est émis en dollars américains (USD) par Deutsche Bank AG et vous fait bénéficier d une hausse éventuelle des taux d intérêt à

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

SOMMAIRE DU LIVRET PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME

SOMMAIRE DU LIVRET PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME 2 PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME SOMMAIRE DU LIVRET 3 Ce film est conçu pour être visionné dans son ensemble, mais aussi pour être utilisé sous forme de chapitres permettant une utilisation pédagogique

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail