Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation"

Transcription

1 Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Stéphanie Granges Cordonier Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP Sion, janvier 2017

2 Les deux activités principales du psychologue en clinique de réadaptation: suivi psychothérapeutique dont l objectif principal est l activation des ressources personnelles afin de faire face au mieux à la situation de handicap «psychologie de liaison» optimiser le travail de collaboration entre les différents thérapeutes avec la participation active du patient afin d atteindre le but de la réadaptation: l autonomie du patient Page 2

3 Le patient, sa vie, la réadaptation accident AVANT MAINTENANT APRES Centre de réadaptation Processus de réadaptation Page 3

4 Impact de la blessure médullaire Traumatisme tant physique que psychologique qui engendre de nombreux changements et une foule d incertitudes: - des rôles identitaires - des relations sociales - des activités professionnelles - des activités de loisirs - de l anatomie C est une multitude de deuils qui s étalent dans le temps face au constat de changements et de pertes Page 4

5 -sensibilité émotive bloquée, sentiment de détachement - ou euphorie Réaction défensive face à la réalité insupportable permet au patient de ne pas s effondrer période qui se doit temporaire afin d éviter un fonctionnement psychopathologique Phase de déséquilibre: colère, culpabilité, rage, honte, incompréhension Sentiment d impuissance - désespoir, révolte - pensées anxiogènes - repli sur soi - sentiment d inutilité - diminution de l estime de soi - perte de confiance en ses ressources personnelles Assimilation du handicap Renonciation du passé et réinvestissement de l avenir Retrouver un sentiment d intégrité malgré le handicap reconstruction de son identité Page 5

6 Aussi la réadaptation permet une reconstruction de soi: de la personnalité, des valeurs, des liens avec autrui. Rôle du psychologue: identifier à quel stade du processus d adaptation se situe le patient, le respecter, le légitimer puis aider le patient à le dépasser aider le patient à reconstruire son identité et refaire des projets de vie, tout en soutenant ses ressources personnelles Page 6

7 Envisager d autres façons de voir, de se voir Redonner du sens Les cognitions et les émotions Faire autrement Changer de style de vie Travail sur les distorsions cognitives Restructuration cognitive Travail sur les stratégies de coping Les comportements Expériences comportementales Jeux de rôles Résolution de problèmes Dans le but: d augmenter les ressources personnelles adaptatives de redonner un sentiment de contrôle d accepter le handicap, redonner sens à sa trajectoire de vie et favoriser le sentiment de continuité Inspiré de C. Favre, 2012 Page 7

8 Gestion des émotions La dépression «sentiment de tristesse» Est accompagnée de - sentiment d impuissance - sentiment d inutilité et d incompétence - sentiment de fatalité - menace de l intégrité - perte de l espoir Idées suicidaires? Fait partie de processus d intégration mentale du handicap Important de légitimer l expérience émotionnelle négative Réaction aux pertes: «rien ne sera plus comme avant» La colère Lié à: - frustration: «je ne peux rien faire» - perte de contrôle - sentiment d injustice «pourquoi moi?» - sentiment de culpabilité - sentiment d impuissance Page 8

9 Gestion des pertes perte de l autonomie perte d intégrité perte d identité perte de repères gestion de la dépendance aux soins, à autrui image du corps image de soi image sociale Intégrer ces pertes dans sa trajectoire de vie et reconstruire, se reconstruire Page 9

10 Gestion des relations interpersonnelles Gérer le sentiment de culpabilité Gérer la dépendance Retrouver un rôle identitaire Relations familiales Gérer le regard et le jugement des autres Retrouver une place dans la société Relations sociales Relations amoureuses Trouver un nouvel équilibre Sexualité Page 10

11 Gestion du quotidien à la clinique ressentis par rapport à la gestion des sphincters (AS, TR) douleur incontinence manque de reconnaissance des assurances sensation d être sur un palier ou de régresser sur ou sous-investissement de la dimension physique de la réadaptation l avenir professionnel complications médicales (escarres) peurs Page 11

12 Mécanismes de défense Page 12

13 Le déni Quoi? Mécanisme par lequel le sujet répond aux conflits émotionnels ou aux facteurs de stress internes ou externes en se refusant de reconnaître comme réels certains aspects extérieurs douloureux ou certaines expériences subjectives douloureuses pourtant apparentes pour autrui. - positif: tentative de contrôler le caractère trop douloureux des émotions que suscite la prise de conscience progressive de la réalité Mécanisme de protection - négatif: si vient contrecarrer le développement de stratégies adaptatives Page 13

14 L espoir positif : - dans un 1 er temps, permet d affronter la dureté de la réalité - se traduit par un investissement important dans la réadaptation physique - peut être perçu comme un processus motivationnel négatif : - s il devient obsessionnel et que le but recherché est une récupération totale - s il rime avec illusion Page 14

15 Quelques moments clés de la réadaptation La mise en fauteuil 1 ère sortie 1 er retour à domicile Page 15

16 Facteurs favorisant l intégration du handicap Les différences individuelles au niveau - des traits de personnalité - du sentiment d efficacité personnelle - du sentiment de contrôle - de la signification de l accident - des traumatismes antérieurs Le soutien du réseau social (compétences sociales) Page 16

17 En conclusion, la réadaptation c est «Amener le patient à déployer les ressources nécessaires à la fois au maintien du sentiment d efficacité personnelle et de motivation» En d autres mots, c est l acceptation d une remise en cause de de son identité et de son avenir: restaurer un sentiment de contrôle préserver l estime de soi donner un sens à sa vie Page 17

18 Merci de votre attention. Page 18

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

Le modèle psychanalytique. Le modèle humaniste

Le modèle psychanalytique. Le modèle humaniste Le modèle psychanalytique Le modèle humaniste «Le deuil est régulièrement la réaction à la perte d une personne aimée ou d une abstraction mise à sa place, la patrie, la liberté, un idéal etc. L action

Plus en détail

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON TOULOUSE Mme Isabelle BORDAT Dr Emmanuel GRANIER Quelle expérience? 2 Depuis 2012, Un projet d établissement

Plus en détail

UNE PERTE, UN DEUIL UN PROCESSUS

UNE PERTE, UN DEUIL UN PROCESSUS UNE PERTE, UN DEUIL UN PROCESSUS PRÉSENTATION INFIRMIÈRES, INFIRMIÈRES AUXILIAIRES, ENSEIGNANTS ET ÉTUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS MARC PEPPER, Chef du service des soins spirituels du CSSSNL, Intervenant

Plus en détail

Annonce du diagnostic. Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE

Annonce du diagnostic. Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE Annonce du diagnostic Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE Annonce de diagnostic : le cadre légal Article 35 du code de déontologie médicale (article R.4127-35

Plus en détail

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Lyon, le 25 mars 2015 Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Présentation des conclusions de l observatoire Blue@picil, créé par Bluelinea et le Groupe APICIL Une étude née de la

Plus en détail

Accueil de Jour. Du maintien de l autonomie. paration à l entrée e en institution. au domicile à la préparation. Centre Hospitalier de Bernay

Accueil de Jour. Du maintien de l autonomie. paration à l entrée e en institution. au domicile à la préparation. Centre Hospitalier de Bernay Accueil de Jour Du maintien de l autonomie l au domicile à la préparation paration à l entrée e en institution Centre Hospitalier de Bernay Accueil de Jour L unité d Accueil de Jour est destinée à prendre

Plus en détail

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Comment intégrer une démarche d' Education Thérapeutique du Patient dans notre Unité

Plus en détail

Le travailleur social dans le processus d adoption

Le travailleur social dans le processus d adoption Institut du Bien-Etre Social et de Recherches Bureau du Directeur Général Madame Arielle Jeanty Villedrouin Le travailleur social dans le processus d adoption Dans le cadre de la vulgarisation de la nouvelle

Plus en détail

EUIL VIVRE SON DEUIL HOPITAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM

EUIL VIVRE SON DEUIL HOPITAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM VIVRE SON DEUIL EUIL HOPITAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM Hôpital de Soultz / Maison de Retraite «Les Capucines» 80 Route de Guebwiller 68360 SOULTZ Tél.: 03.89.62.17.10 Maison Zimmermann 23 Quai de

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires Apprendre au collège Quelles souffrances? Quelles solutions? TROUBLES PSYCHOAFFECTIFS DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. Le point de vue du pédopsychiatre. Dr S. SERRET Pédopsychiatre Service de Psychiatrie

Plus en détail

L École de Psychologues Praticiens s associe à l Université de Montréal

L École de Psychologues Praticiens s associe à l Université de Montréal FORMATION INTENSIVE EN CRIMINOLOGIE L École de Psychologues Praticiens s associe à l Université de Montréal Pour professionnels et étudiants (possédant une licence ou l équivalent) en intervention criminologique

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL SUR LE STRESS AU TRAVAIL 1. Introduction Le stress au travail est considéré sur le plan international, européen et national comme une préoccupation à la fois, des employeurs

Plus en détail

Feuille1. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle.

Feuille1. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle. BASE PNL 3 jours, soit 21 heures, en salle. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle. "C est dans la qualité de nos échanges que

Plus en détail

Premier Colloque francophone de pratiques en thérapie comportementale et cognitive 2015

Premier Colloque francophone de pratiques en thérapie comportementale et cognitive 2015 Conférence : Perdre un proche dans des circonstances tragiques : interventions thérapeutiques ciblant le deuil traumatique donnée par Pascale Brillon 30 mai 2015 Dès les premiers instants de la conférence,

Plus en détail

Faire confiance à son intuition

Faire confiance à son intuition oui! Faire confiance à son intuition durée : 2 jours Explorer la perception des autres à son égard et la sienne à l égard des autres Faire un retour en exprimant son ressenti et en se basant sur du concret

Plus en détail

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures)

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Reconnaissance OPQ : # RA00612-13 SOFÉDUC : 2 unités d éducation continue Intervenir auprès de la personne suicidaire à l aide de bonnes pratiques

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence La Gestalt-thérapie Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence Mardi 16 février 2016 Nanterre Université Intervenants : Arnaud Sébal, directeur de l IFAS-

Plus en détail

Risques psychosociaux en entreprise - RPS Reconnaissance Sens du travail

Risques psychosociaux en entreprise - RPS Reconnaissance Sens du travail Charge de travail Risques psychosociaux en entreprise - RPS Reconnaissance Sens du travail Qualité Autonomie Sécurité de l emploi Communication Informations Relations humaines Stress - Mal-être - Souffrance

Plus en détail

La violence à l adolescence ou l agir comme symptôme

La violence à l adolescence ou l agir comme symptôme Santé mentale des jeunes adultes: nous pouvons faire mieux! 6e Colloque interétablissements en psychiatrie et santé mentale La violence à l adolescence ou l agir comme symptôme Olivia QUETIER Psychologue

Plus en détail

Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise

Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise Aujourd hui, la notion de communication est devenue nécessaire, caractérisée par publicité. Il faut COM-MU-NI-QUER. Les attentes de

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Document de référence. La gestion des conflits

Document de référence. La gestion des conflits Document de référence La gestion des conflits Table des matières Introduction 2 Les types de conflit 2 Les phases d un conflit 2 Les raisons sous-jacentes aux conflits 3 Les 5 stratégies de gestion directe

Plus en détail

Pourquoi réfléchir sur le tutorat? Pourquoi réfléchir sur le tuteur? 16 février 2012. Pourquoi réfléchir sur le tutoré?

Pourquoi réfléchir sur le tutorat? Pourquoi réfléchir sur le tuteur? 16 février 2012. Pourquoi réfléchir sur le tutoré? Pourquoi réfléchir sur le tutorat? Pourquoi réfléchir sur le tuteur? 16 février 2012 Pourquoi réfléchir sur le tutoré? Pourquoi réfléchir sur notre rôle? 1 Place et rôle du tuteur dans les dispositifs

Plus en détail

Intégration. Débriefer la session, lui donner du sens et traduire ce qui doit l'être. Solution

Intégration. Débriefer la session, lui donner du sens et traduire ce qui doit l'être. Solution COACHING INDIVIDUEL Coaching Systémique Chaque «problématique» est constituée d un système d éléments reliés entre eux. C est pourquoi, il est indispensable de l appréhender avec une vue large en intégrant

Plus en détail

Descriptif de la Formation professionnelle en Kinésiologie

Descriptif de la Formation professionnelle en Kinésiologie Descriptif de la Formation professionnelle en Kinésiologie Définition La Kinésiologie, considérée comme un art de l éducation, permet de découvrir son potentiel inné, de se responsabiliser et de se respecter

Plus en détail

People First : notre priorité!

People First : notre priorité! People First : notre priorité! Notre mission est d apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Un sourire venant du cœur des collaborateurs Bel qui se réalisent

Plus en détail

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV»

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» «LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» Textes élaborés par la Commission Formation en coordination avec la Commission Bénévolat Mars 1999 à 2002 LA FORMATION : principes généraux - Septembre 2000 Présentation

Plus en détail

Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent

Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent Julie Émond, Bac. Sc. Inf Infirmière clinicienne en santé mentale jeunesse CSSSL Thérapeute conjugale et familiale (en

Plus en détail

Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP)

Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP) Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP) 4ème Colloque interétablissements en psychiatrie et santé mentale, Montréal, 4-5 oct. 2007 Jocelyn Bisson, M.Sc. Conseiller

Plus en détail

Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB

Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB actualités Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly LA PRÉVENTION DU STRESS DANS

Plus en détail

Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales.

Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales. Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales. Le Conseil Général du Cher a souhaité associer l ensemble des acteurs aux différentes étapes,

Plus en détail

Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement.

Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement. Regards croisés sur la gestion des parcours professionnels dans les entreprises Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement.

Plus en détail

ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE

ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE SERVICES INTÉGRÉS EN PÉRINATALITÉ ET POUR LA PETITE ENFANCE À L INTENTION DES FAMILLES VIVANT EN CONTEXTE DE VULNÉRABILITÉ (SIPPE) par Luce Bordeleau

Plus en détail

Muriel Lascaux Psychologue clinicienne, CSAPA Pierre Nicole Croix Rouge Française, Paris 5 e Docteur en psychologie, ATER à l IED Université Paris 8,

Muriel Lascaux Psychologue clinicienne, CSAPA Pierre Nicole Croix Rouge Française, Paris 5 e Docteur en psychologie, ATER à l IED Université Paris 8, Muriel Lascaux Psychologue clinicienne, CSAPA Pierre Nicole Croix Rouge Française, Paris 5 e Docteur en psychologie, ATER à l IED Université Paris 8, Laboratoire de Psychopathologie et Neuropsychologie.

Plus en détail

tique et Diabète de type 2

tique et Diabète de type 2 Diététique tique et Diabète de type 2 Démarche éducative au RSND41 DU Education pour la santé / Education thérapeutique SALHI Latifa Diététicienne Réseau Santé Nutrition Diabète 41 Réseau Santé Nutrition

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES La dépression de l adolescent comment repérer et prendre en charge? QUESTIONS / RÉPONSES SOMMAIRE En quoi la dépression de l adolescent est-elle spécifique par rapport aux autres tranches d'âge?... 2 Quelle

Plus en détail

DE L ADOLESCENCE À L ÂGE ADULTE

DE L ADOLESCENCE À L ÂGE ADULTE DE L ADOLESCENCE À L ÂGE ADULTE Continuité et diversité des parcours EVALUER POUR QUOI? Le but : connaitre au mieux les forces, les faiblesses, mais surtout les besoins de la personne, afin de construire

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE :

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : 1 Quitter la vie sans déchoir 2 Médecine générale et personnes âgées 3 Particularités sémiologiques du sujet âgé 4 Le traitement des douleurs chez les vieillards

Plus en détail

Théâtre Management &COmmunication

Théâtre Management &COmmunication Théâtre Management &COmmunication Le théâtre au service de l entreprise conception scenarisation mise en scène interprétation TM& co Conseil, Accompagnement et Formation en entreprise par le théâtre Contact

Plus en détail

Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête

Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête Fribourg, le 8 avril 2014 WWW.OBSERVATOIREAMAROK.CH Mathias Rossi

Plus en détail

La pratique du coaching en externe et ses spécificités

La pratique du coaching en externe et ses spécificités CAS accompagnement HEP Lausanne La pratique du coaching en externe et ses spécificités Sibylle HEUNERT DOULFAKAR Psychologue APSYTRA FSP Intervenante psychosociale en organisation Présidente APSYTRA (Association

Plus en détail

UNE(PETITE) EXPERIENCE DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN SOINS PALLIATIFS

UNE(PETITE) EXPERIENCE DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN SOINS PALLIATIFS UNE(PETITE) EXPERIENCE DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN SOINS PALLIATIFS Rôle du Masseur Kinésithérapeute : Massage DLM Mobilisations passives Travail actif Kinésithérapie respiratoire (désencombrement bronchique

Plus en détail

Formation-Coaching-Consulting. JE Formation. 1685 chemin du Tucaut. 31600 Eaunes. Tél 06 99 46 07 74. Mail :laurent.espinosa@jeformation.

Formation-Coaching-Consulting. JE Formation. 1685 chemin du Tucaut. 31600 Eaunes. Tél 06 99 46 07 74. Mail :laurent.espinosa@jeformation. JE FORMATION Formation-Coaching-Consulting JE Formation 1685 chemin du Tucaut 31600 Eaunes Tél 06 99 46 07 74 Mail :laurent.espinosa@jeformation.com EURL au capital de 500 - N Siret : 482 033 172 00040-

Plus en détail

L accompagnement du deuil.

L accompagnement du deuil. L accompagnement du deuil. UCL, Samedi 4 février 2012 Catherine Diricq, psychologue - SSM ulb- Le deuil, définitions: Dictionnaire: «le deuil est une tristesse profonde causée par la mort de quelqu un».

Plus en détail

PREVENTION ET GESTION DES CONFLITS (2) AnimGestionconflits/1112/Annecy ouest/s.bianco

PREVENTION ET GESTION DES CONFLITS (2) AnimGestionconflits/1112/Annecy ouest/s.bianco PREVENTION ET GESTION DES CONFLITS (2) PREVENTION, ANALYSE ET GESTION DES CONFLITS Niveau de langue Sens des mots Culture de référence Le groupe Emotion Affect Centration sur soi Echec scolaire Sens de

Plus en détail

Catalogue de formation

Catalogue de formation Catalogue de formation Déclaration d activité enregistrée sous le N 93.13.14086.13 auprès du Préfet de la Région Provence Alpes Côte d Azur A ce titre, les interventions peuvent faire l objet d un financement.

Plus en détail

PROJET RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES 2012 ***************

PROJET RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES 2012 *************** PROJET RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES 2012 *************** Rue des Ecoles 41350 VINEUIL 06 77 48 65 03 ram.vineuil@vineuil41.fr Mairie de Vineuil Rue de la République 41350 Vineuil Tél. : 02 54 50 54 50

Plus en détail

Stage Gestion du Stress: Préservation, Savoir dire non et assertivité, à Lyon 1/5

Stage Gestion du Stress: Préservation, Savoir dire non et assertivité, à Lyon 1/5 Stage Gestion du Stress: Préservation, Savoir 1/5 Accueil du Public Six Sigma opérationnel Gestion du stress et préservation de soi Pratique de la Médiation Gestion du temps Négociation Pratique Prise

Plus en détail

Le rôle des RH dans l anticipation et l accompagnement des changements dans les organisations

Le rôle des RH dans l anticipation et l accompagnement des changements dans les organisations Le rôle des RH dans l anticipation et l accompagnement des changements dans les organisations Atelier d échanges Public Privé Sophie Pagès- 16 septembre 2014 1 Problématiques à mettre en débat dans notre

Plus en détail

Mary Gohin - Coach Psychologue - Lyon LE COACHING D ÉQUIPE. Performance, Communication

Mary Gohin - Coach Psychologue - Lyon LE COACHING D ÉQUIPE. Performance, Communication 1 LE COACHING D ÉQUIPE Performance, Communication 2 Coaching d équipe : Sommaire Définition et Description Objectifs Méthode, Contenu et Outils Déroulement et Suivi Engagement Résultats Tarifs Définition

Plus en détail

«L affirmation de soi dans le respect d autrui.»

«L affirmation de soi dans le respect d autrui.» L Assertivité «L affirmation de soi dans le respect d autrui.» Par Marc Alexandre Legrain, consultant en développement. 1 Objectifs du développement. «On peut définir l affirmation de soi comme la faculté

Plus en détail

Plan. Interactions précoces. 1. Définitions. 2. Du côté de la mère (1) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 14/110/09 LIPCOM-RM)

Plan. Interactions précoces. 1. Définitions. 2. Du côté de la mère (1) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 14/110/09 LIPCOM-RM) Interactions précoces 1. Définitions - Relation mère enfant - Lien mère-enfant - Attachement 2. Du côté de la mère - Préoccupation maternelle primaire - Caregiving et style d attachement - Sensibilité

Plus en détail

ACTIVITES SPORTS COLLECTIFS 1/6. Programmes officiels :

ACTIVITES SPORTS COLLECTIFS 1/6. Programmes officiels : ACTIVITES SPORTS COLLECTIFS 1/6 Programmes officiels : Maternelle : Agir et s exprimer avec son corps. - Coopérer ET s opposer individuellement OU collectivement ; accepter les contraintes collectives

Plus en détail

SAVOIR-ETRE DANS LA PRATIQUE MEDICALE

SAVOIR-ETRE DANS LA PRATIQUE MEDICALE Québec, mai 2010 20 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec La personne au cœur de notre accompagnement L humanité de la profession SAVOIR-ETRE DANS LA PRATIQUE MEDICALE 1 SCUOLA MARA SELVINI

Plus en détail

Burn out: Prévenir l effondrement ou accompagner la métamorphose

Burn out: Prévenir l effondrement ou accompagner la métamorphose Burn out: Prévenir l effondrement ou accompagner la métamorphose Conférence du 24 juin 2015 Pascale Vénara Coach, psychologue, superviseur Présidente de l Ins:tut de Préven:on du Burn out Symptômes Stades

Plus en détail

LA RECONVERSION DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU ENTRE RAISONS ET DÉRAISON

LA RECONVERSION DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU ENTRE RAISONS ET DÉRAISON LA RECONVERSION DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU ENTRE RAISONS ET DÉRAISON Sophie Javerlhiac-Bodin Membre du Comité scientifique de «Sport et Citoyenneté» Sociologue Maitre de Conférences sophie.bodin@univ-rennes2.fr

Plus en détail

PROJETS APPEL À. «Lien social et autonomie des personnes vulnérables»

PROJETS APPEL À. «Lien social et autonomie des personnes vulnérables» APPEL À PROJETS 2016 «Lien social et autonomie des personnes vulnérables» Lancement : 19 février 2016 Clôture des candidatures : 1 er avril 2016 Communication des résultats : 27 mai 2016 LA FONDATION POUR

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Accompagnement du Deuil, aspects psycho dynamiques C.DIRICQ, PSYCHOLOGUE CLINICIENNE, SSM-ULB

Accompagnement du Deuil, aspects psycho dynamiques C.DIRICQ, PSYCHOLOGUE CLINICIENNE, SSM-ULB Accompagnement du Deuil, aspects psycho dynamiques C.DIRICQ, PSYCHOLOGUE CLINICIENNE, SSM-ULB Définitions: Dictionnaire: tristesse profonde causée par la mort de quelqu un. Freud: se réfère à la perte

Plus en détail

Santé Sécurité au Travail (SST) Obligations de l'employeur

Santé Sécurité au Travail (SST) Obligations de l'employeur Santé Sécurité au Travail (SST) Obligations de l'employeur Articles 6, LTr - Article 82, LAA L employeur est tenu de prendre, pour protéger la santé / pour prévenir les accidents et maladies professionnels,

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

MAS «La Forêt» Maison d Accueil Spécialisée

MAS «La Forêt» Maison d Accueil Spécialisée MAS «La Forêt» Maison d Accueil Spécialisée Version 1-13/07/2012 1/18 Volet DOSSIER ADMINISTRATIF ET SOCIAL Renseignements administratifs Fiche d état civil Nom(s) : Prénoms : Sexe : F/M (barré la mention

Plus en détail

FEMIX SPORTS EXCELLENCE ENSEMBLE

FEMIX SPORTS EXCELLENCE ENSEMBLE Coachs professionnelles certifiées FEMIX SPORTS EXCELLENCE ENSEMBLE 1 Un engagement, des objectifs, une démarche «Evolution des ligues, Pourquoi et comment s adapter?» Notre situation actuelle, Nos nouveaux

Plus en détail

Enfant instables et hyperactifs. Compte rendu de la conférence de Paul Fernandez du 28 mars 2007 (rédigé par Agnès Guyard)

Enfant instables et hyperactifs. Compte rendu de la conférence de Paul Fernandez du 28 mars 2007 (rédigé par Agnès Guyard) Enfant instables et hyperactifs Compte rendu de la conférence de Paul Fernandez du 28 mars 2007 (rédigé par Agnès Guyard) I- Le TDAH ou THADA : trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité ( approche

Plus en détail

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013 Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital Point d avancement décembre 2013. Ambition et Enjeux Ambition : Elever l expérience du patient à l hôpital au même niveau

Plus en détail

Violence dans les établissements pour personnes âgées : Comment soutenir les professionnels face aux comportements troublés-troublants?

Violence dans les établissements pour personnes âgées : Comment soutenir les professionnels face aux comportements troublés-troublants? Violence dans les établissements pour personnes âgées : Comment soutenir les professionnels face aux comportements troublés-troublants? Jérôme Pellissier, écrivain, docteur en psychologie, chercheur en

Plus en détail

OUTIL DE DÉTECTION PRÉCOCE DU BURNOUT

OUTIL DE DÉTECTION PRÉCOCE DU BURNOUT OUTIL DE DÉTECTION PRÉCOCE DU BURNOUT SPF Emploi, Travail et Concertation sociale SERVICE PUBLIC FEDERAL EMPLOI, TRAVAIL ET CONCERTATION SOCIALE L administration centrale du SPF Emploi, Travail et Concertation

Plus en détail

RECHERCHE APPLIQUÉE :

RECHERCHE APPLIQUÉE : 1 RECHERCHE APPLIQUÉE : PROFIL DES ÉTUDIANTS DE BAC 1 DU SECTEUR DES SCIENCES DE LA SANTÉ Centre de Développement Pédagogique Gentiane Boudrenghien Objectif 2 Mieux connaître les étudiants de Bac 1 du

Plus en détail

Les troubles anxieux chez les enfants: incidence, symptômes et traitement

Les troubles anxieux chez les enfants: incidence, symptômes et traitement Les troubles anxieux chez les enfants: incidence, symptômes et traitement E. Lila Amirali, MD Janvier 2010 Je déclare ne pas avoir de conflits d intérêt 1 Objectifs de cette présentation Décrire les différents

Plus en détail

PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1

PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1 PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1 L annonce d un diagnostic de neurofibromatose de type 1 que ce soit dans le cas d une forme sporadique ou familiale est un

Plus en détail

Plan d accessibilité aux personnes handicapées 2011-2012

Plan d accessibilité aux personnes handicapées 2011-2012 Plan d accessibilité aux personnes handicapées 2011-2012 Table de matie res But... 2 Objectifs du rapport... 2 Profil du Collège Boréal... 2 Définition d un handicap... 3 Comité sur l accessibilité...

Plus en détail

Formation au tutorat

Formation au tutorat Formation au tutorat Présentation de l équipe gestionnaire des stages : o Responsables des stages : o Christophe DURAND : 01 45 17 71 61 christophe.durand@u-pec.fr o Chantal TAILLEFER : 01 45 17 66 81

Plus en détail

FORMATION 2014 Piloter ses équipes avec de nouveaux outils de management BGH. Didier RICHET. www.drr-consulting.com. Tout simplement efficace

FORMATION 2014 Piloter ses équipes avec de nouveaux outils de management BGH. Didier RICHET. www.drr-consulting.com. Tout simplement efficace Tout simplement efficace www.drr-consulting.com FORMATION 2014 Piloter ses équipes avec de nouveaux outils de management BGH Didier RICHET Domaine de la Salette The Orchard, Grand Bay, Mauritius Tel (+230)

Plus en détail

FORMATIONS À LA CARTE PROGRAMMES BASÉS SUR LES APPORTS SCIENTIFIQUES DE LA RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE POSITIVE

FORMATIONS À LA CARTE PROGRAMMES BASÉS SUR LES APPORTS SCIENTIFIQUES DE LA RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE POSITIVE PROGRAMMES BASÉS SUR LES APPORTS SCIENTIFIQUES DE LA RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE POSITIVE OUTILS & JEUX PÉDAGOGIQUES FORMATIONS À LA CARTE CLIMAT DE CLASSE CONFIANCE EN SOI RÉSILIENCE GESTION DU STRESS MOTIVATION

Plus en détail

l E S G U i d E S P R É V E n t i O n QUi accompagne Un PROCHE atteint de la maladie d alzheimer PERFORMANTE CÔTÉ SantÉ SOLIDAIRE CÔTÉ SOCial. durée de prise en charge, absence de temps de repos, intensité

Plus en détail

L ACCUEIL DES NOUVEAUX MEMBRES DU PERSONNEL

L ACCUEIL DES NOUVEAUX MEMBRES DU PERSONNEL BIENVENUE AU CHU DE CHARLEROI L ACCUEIL DES NOUVEAUX MEMBRES DU PERSONNEL 16mars 2016 L ACCUEIL L accueil c est «l action et la manière d accueillir, de recevoir quelqu un» Dictionnaire Larousse C est

Plus en détail

SMPR mai 2014. Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts. En Suisse : 4 milliards / an

SMPR mai 2014. Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts. En Suisse : 4 milliards / an Dr Stéphane Genevay Consultation multidisciplinaire du dos Service de Rhumatologie La lombalgie c est Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts.

Plus en détail

Trouver un rythme entre travail et vie de famille

Trouver un rythme entre travail et vie de famille Trouver un rythme entre travail et vie de famille Nadene Canning, Directrice Neuchâtel mai 2008 Aujourd hui 1. Faire le point: ce qui est important? 2. Comprendre le changement pour agir 3. Évaluer ses

Plus en détail

Travail en équipe et compétences sociales. Comment développer de bonnes habiletés sociales au travail et un bon esprit d équipe?

Travail en équipe et compétences sociales. Comment développer de bonnes habiletés sociales au travail et un bon esprit d équipe? Travail en équipe et compétences sociales Comment développer de bonnes habiletés sociales au travail et un bon esprit d équipe? 1 Plan du cours L équipe de travail Les performances de l équipe Le coaching

Plus en détail

Comment choisir un outil de mesure dans un but d évaluation clinique? Diana Zidarov, pht Christiane Gauthier, M.Sc., pht

Comment choisir un outil de mesure dans un but d évaluation clinique? Diana Zidarov, pht Christiane Gauthier, M.Sc., pht Comment choisir un outil de mesure dans un but d évaluation clinique? Diana Zidarov, pht Christiane Gauthier, M.Sc., pht Que voulez-vous mesurer? Dimension / Construit Dimension / Construit Fonctions organiques

Plus en détail

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ÉTAPE SUR L EVALUATION AU 31 DÉCEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

Variabilité hommes/femmes dans le bilan psychologique des sportifs de haut niveau

Variabilité hommes/femmes dans le bilan psychologique des sportifs de haut niveau Variabilité hommes/femmes dans le bilan psychologique des sportifs de haut niveau Madame Les objectifs de ce projet étaient de créer un recueil épidémiologique à partir des bilans psychologiques annuels

Plus en détail

Le mentorat : un concept génial et réalisable en agriculture! Par Gabriel Savoie et David Morin, Les Plantations Gabriel Savoie inc.

Le mentorat : un concept génial et réalisable en agriculture! Par Gabriel Savoie et David Morin, Les Plantations Gabriel Savoie inc. Le mentorat : un concept génial et réalisable en agriculture! Par Gabriel Savoie et David Morin, Les Plantations Gabriel Savoie inc. HISTORIQUE DE L ENTREPRISE 1971 : des sauvageons pris dans un boisé

Plus en détail

Handicap : pourquoi le dire? RECONNAISSANCE DE LA QUALITÉ DE TRAVAILLEUR HANDICAPÉ (RQTH)

Handicap : pourquoi le dire? RECONNAISSANCE DE LA QUALITÉ DE TRAVAILLEUR HANDICAPÉ (RQTH) Handicap : pourquoi le dire? RECONNAISSANCE DE LA QUALITÉ DE TRAVAILLEUR HANDICAPÉ (RQTH) L engagement du Groupe BPCE La politique handicap du Groupe BPCE représente l une des dimensions d une démarche

Plus en détail

Charte de l Association Aurore

Charte de l Association Aurore Charte de l Association Aurore Introduction : Des valeurs et des principes directeurs Fondée en 1871, reconnue d utilité publique en 1875, l association Aurore a pour objet «la réadaptation sociale et

Plus en détail

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 LEVEE D EMBARGO : MARDI 06 OCTOBRE A 10H CONTACTS BVA Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles - BVA Opinion +33 1 71 16 90 88 anne-laure.gallay@bva.fr Domitille

Plus en détail

Utilisation sécuritaire

Utilisation sécuritaire Utilisation sécuritaire d un fauteuil roulant En tant que bénévole, vous aurez parfois à assister un patient qui utilise un fauteuil roulant. Bien connaître les parties d un fauteuil roulant, ses principes

Plus en détail

L hypnose médicale. Dr M. Carlon (Pôle Anesthésie - Réanimation) Dr M. Bernardin (Pôle Neurosciences Cliniques) CHU NICE 10/09/2013

L hypnose médicale. Dr M. Carlon (Pôle Anesthésie - Réanimation) Dr M. Bernardin (Pôle Neurosciences Cliniques) CHU NICE 10/09/2013 L hypnose médicale Dr M. Carlon (Pôle Anesthésie - Réanimation) Dr M. Bernardin (Pôle Neurosciences Cliniques) CHU NICE 10/09/2013 Séance d'hypnose, par Richard Bergh, 1887 Qu est-ce que l hypnose médicale?

Plus en détail

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE A l occasion de son 40 ème anniversaire dans le domaine du soin en addictologie, le Centre ADAJE a mis au point deux formations liées à l approche culturelle. En effet,

Plus en détail

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE Dans un premier temps, nous rappelons comment la performance d un réseau peut se dégrader en terme d

Plus en détail

C h a r t e E t h i q u e

C h a r t e E t h i q u e Charte Ethique 2 1. Principes généraux Notre charte constitue la fondation des rapports de confiance entre les différents membres partenaires du groupe : les résidents ou les clients, leurs familles, les

Plus en détail

Formation PNL. Programmation Neuro-Linguistique. www.evolitude.com

Formation PNL. Programmation Neuro-Linguistique. www.evolitude.com Formation PNL Programmation Neuro-Linguistique www.evolitude.com Bases PNL, 3 jours pour avancer (communication, gestion du stress, perception, stratégie ) J1 & J2 & J3 QUI PARTICIPE? Ce séminaire s adresse

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA "#$%&$')*+,-./#/"#"0."0%$, "#$%&'&)&*&#$+,-%&.%-&*$/01&21#$%&'&34&*&#$56#3&$7 )#8.-6.&9:$1;$-&%+?*@?.$*&624#8.-6.&3A:$1;$-&%56#3&$7

Plus en détail

ASP fondatrice documents administratifs - Parrainage LE PARRAINAGE

ASP fondatrice documents administratifs - Parrainage LE PARRAINAGE LE PARRAINAGE DEFINITION Le parrainage d'une durée de 10 à 12 semaines, est un temps de «compagnonnage» du nouveau bénévole dans ses premiers accompagnements. C est un temps d apprentissage de la pratique

Plus en détail

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Expérimentation à partir du programme Fluppy Jenny Tremblay Doctorante en Administration et évaluation en éducation, Université

Plus en détail

THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves. 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles

THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves. 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles Références : - Référentiel des compétences professionnelles des métiers du

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail