Aline van den Broeck. Octobre 2005

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aline van den Broeck. Octobre 2005"

Transcription

1 Question de Question de Octobre 2005 Aline van den Broeck Quelques lignes d'intro De toute évidence, notre modèle de croissance et de consommation accroît le risque de précarisation des personnes les plus fragiles. Les crédits à la consommation, et en particulier les ouvertures de crédit, constituent un réel danger pour les personnes qui ont recours à ce type de crédit pour boucler leurs fins de mois ou rembourser d'autres dettes. Aline van den Broek analyse les dernières statistiques sur le crédit et met en évidence le fait que ce sont les ouvertures de crédit qui connaissent le plus de défaillances de paiement. Elle décrit ensuite en quoi celles- ci sont dangereuses pour le consommateur. L'auteur Aline van den Broeck est juriste, conseiller d'entreprise au CRIOC (Centre de recherche et d'information des organisations e consommateurs). Elle est membre du Conseil de la consommation et donc spécialisée dans les questions de protection des consommateurs (dont le crédit et la publicité) Edité par les Equipes Populaires Rue de Gembloux, 48 à 5002 St Servais 081/ Texte disponible sur le site

2 La centrale des crédits aux particuliers Le volet négatif de la Centrale des Crédits aux Particuliers, mieux connu sous l'appellation "liste des mauvais payeurs", a été créé au sein de la Banque Nationale de Belgique et fonctionne depuis janvier Cette Centrale a pour fonction de répertorier les mauvais payeurs de contrats de crédit à la consommation et hypothécaires. Les prêteurs sont obligés de communiquer à la Centrale les défauts de paiement survenant dans le remboursement des crédits par les personnes physiques. Par ailleurs et depuis le 1er janvier 1999, tous les avis de règlement collectif de dettes sont enregistrés dans le fichier de la centrale 1. A noter que cette procédure suscite toujours plus d engouement, les chiffres sont en effet en constante augmentation depuis On est ainsi passé de ordonnances d admissibilité en règlement collectif de dettes en 1999 à ordonnances (soit 10 X plus) en Jusqu'au 31 août 2004, un fichier distinct était géré par l'union Professionnelle du Crédit (UPC) et portait le nom de "Mutuelle d'information sur le Risque". Depuis ce 1er septembre 2004, ce fichier - qui reste séparé de celui de la Centrale des Crédits aux Particuliers - est géré par la Banque nationale de Belgique sur base d'une convention conclue entre les dispensateurs de crédit participants. Ce fichier, qui a pour vocation de fournir aux dispensateurs de crédit des informations supplémentaires sur les personnes enregistrées avec un crédit défaillant, recense plusieurs types de défaillances dont les dépassements non autorisés en compte courant et les contrats de leasing conclus par des personnes physiques. A noter que seuls les dispensateurs de crédit signataires de cette convention avec la BNB - à savoir pas moins de 57 organismes - ont accès aux données contenues dans ce fichier. Au 31/12/2004, 39 % des personnes répertoriées dans ce fichier le sont aussi dans la Centrale des Crédits aux Particuliers pour au moins un défaut de paiement. Signalons également qu'une ventilation par type de contrats permet de constater qu'au 31/12/2004, c'est l'ouverture de crédit 2 qui détient le record absolu en terme de nombre de défauts de paiement non régularisés 3. 1 Sont visés les ordonnances d'admissibilité en règlement collectif de dettes ainsi que les jugements avalisant le règlement amiable proposé par le médiateur et accepté par toutes les parties à la procédure et les jugements ordonnant un règlement judiciaire des dettes. 2 Sont visées les OC qui ne sont pas régies par la loi du 12 juin 1991 sur le crédit à la consommation, à savoir entre autres : les OC à but privé inférieures à EUR et remboursables en maximum 3 mois; les comptes courant qui présentent un solde débiteur non autorisé ; les cartes accréditives présentant un solde débiteur irrégulier. L analyse des chiffres publiés par la BNB en juillet 2005 mène au même constat de la prédominance des ouvertures de crédit en tant que contrats de crédit en souffrance (voy. infra page 4. point 4) OC non régularisées contre prêts à tempéraments, ventes à tempérament et crédits hypothécaires

3 Enfin, depuis juin 2003, est apparu un volet positif à la Centrale des Crédits aux Particuliers. Dans ce volet, tous les contrats de crédit (consommation et hypothécaires) sont enregistrés, indépendamment de tout défaut de paiement. Ce volet positif vient donc s'ajouter au volet "négatif" de la centrale. Les données relatives à ces contrats sont obligatoirement communiquées par les prêteurs à la Centrale des Crédits aux Particuliers, dans les deux jours ouvrables qui suivent la conclusion du contrat. Ces données sont conservées trois mois et huit jours ouvrables après la date de la fin du contrat régulièrement honoré. Cette centrale positive a un double objectif : Responsabiliser davantage les prêteurs qui sont légalement tenus de consulter la Centrale avant l'octroi de tout nouveau crédit. Grâce à cette consultation, ils ont une vision plus claire de la situation financière du candidat emprunteur. Qui plus est, il leur est interdit de conclure un contrat de crédit avec un candidat emprunteur qui présente une situation financière telle qu'il ne sera manifestement pas à même de respecter les obligations découlant du contrat. Prévenir le surendettement. Le nombre toujours croissant de consultation de la centrale par les prêteurs (à savoir fois par jour ouvrable en 2004), laisse croire que ces derniers respectent l obligation qui leur est faite de consulter la centrale avant l octroi de tout nouveau crédit. Précisons néanmoins que ces derniers peuvent aussi consulter la centrale pour les besoins de la gestion de crédits en cours. Les chiffres publiés en juillet 2005 par la Banque Nationale de Belgique sont révélateurs à plus d'un égard : 1. Augmentation du nombre total de personnes et de contrats de crédit enregistrés Depuis juin 2003, on constate une croissance constante du nombre de personnes et de contrats enregistrés. Ainsi, toujours plus d'individus résidant en Belgique sont concernés par le crédit 4. Les ans sont les plus gros emprunteurs 5, suivis dans l ordre par les ans et les ans. On précisera à cet égard que l augmentation du nombre de personnes enregistrées est plus sensible dans les catégories des personnes enregistrées pour 3, 4 ou 5 contrats et plus que dans la catégorie des 2 contrats, la catégorie des «un contrat» présente quant à elle une très légère diminution. 4 A savoir : plus de 53 % de la population majeure est partie à au moins un contrat de crédit. 5 Dans cette tranche d âge, 8 personnes sur 10 ont au moins un contrat de crédit

4 2. Légère diminution du nombre de personnes et de contrats défaillants Par contre, le nombre de personnes défaillantes et de contrats défaillants non régularisés diminue progressivement depuis 2003, tandis que le nombre de régularisation de contrats augmente depuis la même période. Il est tout de même important de savoir sur ce point que la diminution observée en 2003 provient essentiellement des suppressions dans le fichier dues au raccourcissement du délai de conservation des données de deux ans à un an pour les contrats défaillants régularisés. Cette diminution s est poursuivie en 2004, à l exception des ouvertures de crédit dont les défaillances continuent à progresser. Ainsi en 2004, 4,2 % de la population majeure (soit 4 individus sur 100) est en situation de défaillance pour un ou plusieurs contrats de crédit. Ici encore, on retrouve les ans en tête de liste, suivis de près par les ans et les ans. Ajoutons que 60 % des individus sont enregistrés pour cause de défaillance d un contrat, 20 % pour la défaillance de deux contrats et 8 % pour la défaillance de trois contrats. 3. Le consommateur donne la cote aux ouvertures de crédit, crédit hypothécaire et ventes à tempérament En terme de succès des différentes formules de crédit, on perçoit un attrait évident depuis 2003 pour l'ouverture de crédit, le crédit hypothécaire et la vente à tempérament. Ainsi, fin 2004, les ouvertures de crédit représentent pas moins de 63 % du marché belge du crédit à la consommation. Parallèlement, les montants des lignes de ces 3 formes de crédits ont sensiblement augmentés depuis Cette augmentation s explique par l augmentation du nombre de contrats mais aussi par une augmentation du montant moyen de capital emprunté. Le prêt à tempérament et le crédit-bail sont en perte de vitesse depuis La palme des défaillances aux ouvertures de crédits Parmi les 3 formules les plus appréciées, seule l'ouverture de crédit affiche une augmentation constante du nombre de défaillances, par opposition au crédit hypothécaire et à la vente à tempérament qui présentent depuis 2002 une diminution des défaillances. Ainsi, fin 2004, les défaillances d'ouvertures de crédit représentent 39,6 % dans le total des contrats de crédit défaillants. 6 Parallèlement, on observe une diminution du nombre de contrats défaillants pour ces deux crédits

5 5. Une intervention toujours ours croissante des prêteurs non bancaires sur le marché du crédit Si l on se penche sur la qualité des prêteurs, on observe qu en 2004, 66 % des ouvertures de crédit ont été conclues entre un consommateur et un prêteur non bancaire. Par contre, la proportion s inverse pour ce qui est des montants prêtés vu que 57 % du montant total de l encours des ouvertures de crédit sort des comptes des établissements bancaires. En ce qui concerne les ventes à tempérament, plus de 70% de celles-ci sont conclues entre un consommateur et un prêteur non bancaire. La proportion se maintient pour ce qui est des montants prêtés vu que seul 22 % de l encours total des ventes à tempérament a été prêté en 2004 par des établissements bancaires. 6. Les enregistrements et les défaillances sont supérieurs en zone francophone particulièrement en province du Hainaut On constate de manière générale un taux d enregistrement supérieur en Hainaut, Namur, Brabant wallon, Luxembourg et Liège qu en région flamande où le Brabant flamand devance le Limbourg, la Flandre orientale, Anvers et la Flandre occidentale. Dans le même ordre d idée, les défaillances sont nettement plus sensibles dans la partie francophone du pays. La province du Hainaut est la plus touchée, suivie par les provinces de Liège et Namur. Il n est pas d exercice plus périlleux que de conclure hâtivement sur base de chiffres, à partir desquels on peut faire dire bien des choses et leurs contraires Néanmoins et en toute état de cause, le taux d endettement reste important en Belgique, avec une tendance manifeste des habitants du Royaume à multiplier les contrats de crédits. En terme de crédit à la consommation, la préférence est donnée aux ouvertures de crédit et aux ventes à tempérament octroyées dans une large majorité par des prêteurs non bancaires (à savoir les établissements de crédit agréés par le Service Public Fédéral Economie pour l octroi de crédits à la consommation 7 ). 7 A titre exemplatif mais non exhaustif on citera : Alpha Crédit, Cofidis, Fidexis, Fimaser, Finaref - 5 -

6 Ouvertures de crédit : séduisantes mais dangereuses L ouverture de crédit remporte un franc succès pour des raisons évidentes de facilités d octroi et d utilisation 8. Le principe est simple : le consommateur se voit remettre une carte de paiement 9 - le plus souvent par l intermédiaire d une grande surface ou d une société de vente par correspondance qui intervient pour le compte d un prêteur non bancaire et peut, à l aide de cette carte, puiser à sa guise et pour une durée illimitée dans le temps, dans une réserve plafonnée à un montant variant le plus souvent entre 500 et euros. L emprunteur se voit imposer une seule contrainte soit le remboursement mensuel d une somme limitée le plus souvent à 5 % de la ligne de crédit ou du solde restant dû. Dès réapprovisionnement de sa ligne de crédit, le consommateur puisera à nouveau à sa guise dans cette réserve, sans que la moindre démarche auprès du prêteur - rébarbative - mais pourtant fort utile en terme de prise de conscience - ne soit nécessaire. Mais vous l aurez compris, il existe plus d une ombre au tableau des ouvertures de crédit. Tout d abord, notons que l ouverture de crédit avec carte de paiement (soit la forme la plus appréciée par les consommateurs et donc la plus courante) est assortie d un taux d intérêt de 19 % ou 16 % l an selon que le montant mis à disposition de l emprunteur est inférieur ou supérieur à euros. Ainsi, ils ne sont pas rares les consommateurs qui paient à crédit des biens de première nécessité (nourriture, vêtements ) à un taux de 19 % l an «grâce» aux cartes privatives délivrées par les grandes surfaces. Qui plus est, seule l ouverture de crédit continue à progresser en terme de défaillances, les autres formes de crédits prenant tout doucement le chemin de la «rédemption». Les causes de cette progression sont, à notre sens, multiples : Tout d abord, il apparaît que la situation d un consommateur peut connaître de profonds changements entre le moment où il se voit octroyer une ouverture de crédit et le moment où il en fera usage 10. Ainsi, même si l analyse de sa solvabilité et de ses capacités de remboursement est valablement réalisée par le prêteur ou son intermédiaire au moment de l octroi, rien ne permet d affirmer que l usage qu en fera le consommateur ultérieurement sera adéquat et opportun. Ensuite, la grande liberté laissée au consommateur en terme de remboursements se révèle dangereuse à tout le moins pour les emprunteurs maîtrisant peu ou difficilement la gestion de leur budget et qui tôt ou tard risquent de se faire rattraper par les sommes conséquentes dues à titre d intérêts. 8 L ouverture de crédit représente pas moins de 63 % du marché belge du crédit à la consommation et 66 % de ces ouvertures de crédit ont été conclues entre un consommateur et un prêteur non bancaire. 9 L ouverture de crédit avec carte de légitimation étant plus appréciée des consommateurs que l ouverture de crédit sans carte. 10 On pense aux accidents de la vie tels que : perte d emploi, séparation, divorce, incapacité de travail prolongée - 6 -

7 Et d ajouter que la possibilité laissée au consommateur de puiser à nouveau dans la réserve dès remboursement des sommes empruntées, est la porte ouverte vers l endettement à perpétuité. Persuadés qu il serait bon de mettre fin ou du moins de limiter ces contrats dits «contrats revolving ou réutilisables», les organisations de défense des intérêts des consommateurs ont plaidé pour la mise sur pieds dans la législation sur le crédit, de garde-fous contre l endettement à perpétuité. C est ainsi qu est apparu en janvier 2004 le délai de zérotage, soit l'obligation pour le prêteur d'indiquer dans le contrat de crédit le délai endéans lequel le montant total emprunté doit être remboursé par le consommateur. Ce délai de zérotage vise donc à remettre les compteurs à zéro à l'échéance d'un certain délai. Mais il est à déplorer que cette obligation ne concerne que les contrats de crédit à durée indéterminée ou à durée déterminée de plus de cinq ans qui ne prévoient aucun remboursement périodique en capital. Or, s'il est vrai que bon nombre des ouvertures de crédit proposées par le secteur de la grande distribution et les sociétés de vente par correspondance sont à durée indéterminée, il est un fait que la majorité d'entre elles prévoient un remboursement périodique en capital (si minime soitil). Dès lors, dans la pratique, ces ouvertures de crédit échappent à l'obligation de zérotage... et c'est bien regrettable! La mesure qui aurait dès lors pu se révéler une arme efficace en terme de lutte contre le surendettement des ménages belges se voit détournée et n atteint pas le but escompté! A l heure où nous écrivons ces quelques lignes, c est un investissement conséquent en terme d information, d éducation et de sensibilisation des publics cibles qui semble faire trop souvent défaut dans la lutte contre le surendettement. Et d ajouter que parallèlement à ces campagnes orientées vers les publics cibles, un travail de contrôle du respect de la législation applicable en matière de crédit par les prêteurs actifs sur le marché du crédit, doit être mené avec toujours plus de rigueur, de fréquence et d efficacité par les autorités compétentes

N 23 - Novembre 2005-5. Clés d analyse et repères pour l action. Aline van den Broeck Christine Steinbach

N 23 - Novembre 2005-5. Clés d analyse et repères pour l action. Aline van den Broeck Christine Steinbach Po e repère d S t s ni N 23 - Novembre 2005-5 Clés d analyse et repères pour l action Aline van den Broeck Christine Steinbach Crédit facile... N avalez pas n importe quoi Clés d analyse et repères pour

Plus en détail

Banque nationale de Belgique, Bruxelles

Banque nationale de Belgique, Bruxelles Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et non commerciales est autorisée avec mention de la source.

Plus en détail

Défaut de paiement : une obligation incomplète

Défaut de paiement : une obligation incomplète Défaut de paiement : une obligation incomplète La loi de 2003 relative à la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP) organise l'enregistrement de tous les crédits à la consommation et crédits hypothécaires

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Bruxelles, 23 octobre 2013 Camille DÜMM Rôle et intérêt de la CCP La CCP est-elle le remède miracle? NON La CCP peut-elle empêcher les défauts de paiement? NON La CCP peut-elle faire disparaître le surendettement?

Plus en détail

Les ouvertures de crédit ont le vent en poupe actuellement car elles sont séduisantes.

Les ouvertures de crédit ont le vent en poupe actuellement car elles sont séduisantes. Les ouvertures de crédit et leur danger Pourquoi la plate-forme Journée sans crédit attire spécialement l attention sur le danger des ouvertures de crédit? Les ouvertures de crédit ont le vent en poupe

Plus en détail

Pourcentage d'emprunteurs défaillants 5,5 % 5,7 %

Pourcentage d'emprunteurs défaillants 5,5 % 5,7 % Informations micro-économiques Dernières données enregistrées août 215 1. Chiffres-clés TABLEAU 1. NOMBRE DE PERSONNES 214-8 215-8 Variation Ayant au moins: - un contrat en cours 6.243.845 6.222.5 -,3

Plus en détail

Dix principes pour un crédit responsable

Dix principes pour un crédit responsable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Bruxelles, 09-10-2009 Dix principes pour un crédit responsable L'Union Professionnelle du Crédit, membre de Febelfin, la fédération du secteur financier,

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Anne Defossez, asbl Grepa Novembre 2007 Aline van den Broeck, Crioc

Anne Defossez, asbl Grepa Novembre 2007 Aline van den Broeck, Crioc Anne Defossez, asbl Grepa Novembre 2007 Aline van den Broeck, Crioc Table des matières Introduction 5 1. L ouverture de crédit sous la loupe 7 1.1. Qu est ce qu une ouverture de crédit? 1.2. A quoi sert

Plus en détail

Position de la COFACE en matière de prévention du surendettement: le «Fichier positif» ou la centrale des historiques de crédit

Position de la COFACE en matière de prévention du surendettement: le «Fichier positif» ou la centrale des historiques de crédit Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE en matière de prévention du surendettement: le «Fichier

Plus en détail

CRÉDIT HABITATION SOUPLE

CRÉDIT HABITATION SOUPLE Votre partenaire en crédits habitation! CRÉDIT HABITATION SOUPLE Annexe au Syllabus CRÉDIT HABITATION FORTIS BANQUE Last update = 07/01/2010 07/01/2010 Ronny Van Droogenbroeck -1- En quoi cela consiste

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

CHAPITRE II. - Communication de données à la Centrale (VOLET POSITIF).

CHAPITRE II. - Communication de données à la Centrale (VOLET POSITIF). 1. 7 JUILLET 2002. - Arrêté royal réglementant la Centrale des Crédits aux Particuliers ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 10 août 2001 relative à la Centrale des

Plus en détail

Les Crédits et ouverture de crédit

Les Crédits et ouverture de crédit Les Crédits et ouverture de crédit Contexte général Besoin d une nouvelle voiture, votre machine à lessiver tombe en panne ou besoin d effectuer quelques travaux dans votre maison? De grosses dépenses

Plus en détail

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter? A savoir avant à la adapter les 2 A SAVOIR AVANT D EMPRUNTER 3 S endetter de manière raisonnable Pour éviter l excès de crédit, avant

Plus en détail

Le point sur le service bancaire de base, cinq ans après son introduction

Le point sur le service bancaire de base, cinq ans après son introduction Le point sur le service bancaire de base, cinq ans après son introduction Le rapport du Service de médiation banque-crédit-placements annonce une diminution du nombre de comptes bancaires de base ouverts

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?»

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» Lien avec la finance pour tous : à quoi sert une banque? (http:///-la-banque-a-quoi-ca-sert-.html) sur le site Synthèse commune sous forme de schéma ROLE

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire Interdit bancaire & chèque sans provision : Il y a chèque sans provision lorsqu'il y a défaut de provision sur votre compte le jour ou le chèque est présenté au paiement ou lorsque l'établissement bancaire

Plus en détail

Les fichiers de crédits positifs

Les fichiers de crédits positifs R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E Novembre 2012 NOTE sur Les fichiers de crédits positifs Allemagne Belgique Espagne Italie Royaume-Uni (Angleterre) Suisse Cette note a été publiée dans le rapport

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

FAQ PRECAD PARCELLES

FAQ PRECAD PARCELLES FAQ PRECAD PARCELLES Qu entendons-nous par «arrêtés Precad»?... 2 Dans quel cas faut-il introduire une demande d identifiant(s) parcellaire(s) réservé(s)?... 2 L arrêté est-il d application pour un acte

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT Les différents crédits à la consommation Aujourd hui, un tiers des ménages - soit 9 millions - ont un crédit à la consommation. Ce

Plus en détail

Table des matières. La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle... 5

Table des matières. La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle... 5 1 La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle........................... 5 Frédéric de Patoul avocat Introduction.....................................................................

Plus en détail

Union Professionnelle du Crédit

Union Professionnelle du Crédit Union Professionnelle du Crédit Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable 1. Introduction Le crédit permet à l emprunteur d acquérir des

Plus en détail

Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions. Tom Van Dyck et Bart Garré. Brussels London - www.liedekerke.

Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions. Tom Van Dyck et Bart Garré. Brussels London - www.liedekerke. Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions Tom Van Dyck et Bart Garré Structure Partage de compétences Statut du prêteur Statut de l intermédiaire Sanctions Interaction avec

Plus en détail

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers MES CRÉDITS Vous avez de nombreux projets en tête à la suite de votre entrée dans la vie active : équipement de votre logement, achat d une voiture, voyages Et aussi, pourquoi pas, acquisition de votre

Plus en détail

RECORD BANK 23/02/2015

RECORD BANK 23/02/2015 RECORD BANK 23/02/2015 AGENDA Introduction Règles d acceptation Habitation, Immeuble de rapport, Autres Buts, Financement d un bien à l étranger, Crédit pont, Modalités de remboursement, Crédit d investissement,

Plus en détail

Centrale des crédits aux entreprises

Centrale des crédits aux entreprises Centrale des crédits aux entreprises Bruxelles, mercredi 23 octobre 2013 Patrick BISSOT Introduction Le crédit est important et même nécessaire pour l'économie... 2 / 25 Crédits enregistrés à la CCE Comparaison

Plus en détail

R È G L E M E N T I. Agence

R È G L E M E N T I. Agence R È G L E M E N T I Agence IKO Centre de renseignements sur le crédit à la consommation Badenerstrasse 701 Case postale 1108 8048 Zurich Tél. 043 311 77 31 Fax 043 311 77 33 E-mail: info@iko.ch www.iko-info.ch

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Mieux informés Mieux protégés

Mieux informés Mieux protégés - Mars 1 2009 - Mieux informés Mieux protégés EDITO La libéralisation des marchés de l énergie, effective depuis le 1er janvier 2007 en Wallonie, a atteint une dynamique de marché inédite au niveau belge

Plus en détail

Dossier de presse 28 janvier 2013

Dossier de presse 28 janvier 2013 Dossier de presse 28 janvier 2013 1. Pourquoi un Centre pour Entreprises en difficulté en Wallonie? Certes, le nombre de faillites augmente. Mais, c est surtout, le fait de voir qu un conseil rapide et

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

Ne signez pas n importe quoi!

Ne signez pas n importe quoi! Ne signez pas n importe quoi! Fiche thématique 1 : Les conseils avant de signer Signer un contrat de crédit n est pas un acte anodin, c est un engagement à long terme qui mérite d être réfléchi! Prenez

Plus en détail

Prospectus Crédits hypothécaires

Prospectus Crédits hypothécaires Prospectus Crédits hypothécaires Valable à partir du : 17/06/2015 N : DW 15076/F Argenta Banque d Épargne SA Belgiëlei 49-53, 2018 Anvers FSMA 27316A IBAN BE 40 9793 5489 0063 BIC ARSPBE22 Uw appeltje

Plus en détail

Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement»

Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement» Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement» (Prêts à tempéraments - n agrément SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes & Energie Régulation et Organisation du Marché, Crédit et Endettement : 130941)

Plus en détail

Guide du crédit à la consommation

Guide du crédit à la consommation Union Professionnelle du Crédit Guide du crédit à la consommation Janvier 2014 www.upc-bvk.be/guidecredit Union Professionnelle du Crédit Rue d'arlon 82-1040 Bruxelles http://www.upc-bvk.be T + 32 v. 6.0

Plus en détail

Catherine Martin directrice

Catherine Martin directrice Edito Difficile de parler de prévention du surendettement sans parler de la Centrale Positive des Crédits. Dans quelle mesure ce fichier, à l étude en France, devant recenser l ensemble des crédits souscrits

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY 1. Définitions Dans ces Conditions, les notions suivantes ont la signification qui suit: Demandeur de crédit : la personne (personne physique) qui présente une Demande de

Plus en détail

Financez le projet de vos rêves grâce à votre compte-titres DB Investment Loan

Financez le projet de vos rêves grâce à votre compte-titres DB Investment Loan Deutsche Bank Financez le projet de vos rêves grâce à votre compte-titres Loan Loan : une solution de crédit flexible pour les clients DB Personal & Private Banking. Pourquoi Deutsche Bank propose-t-elle

Plus en détail

La quatrième directive vécue par les organismes d indemnisation

La quatrième directive vécue par les organismes d indemnisation TREVES IV La quatrième directive vécue par les organismes d indemnisation Introduction Rappel des textes L existence des organismes d indemnisation découle directement de la 4 ème directive sur l assurance

Plus en détail

Anticiper les difficultés financières : l'apport du scoring comportemental

Anticiper les difficultés financières : l'apport du scoring comportemental Anticiper les difficultés financières : l'apport du scoring comportemental Le développement de l'industrie du crédit, telle qu'on la connaît aujourd'hui, a notamment été rendu possible grâce au modèle

Plus en détail

Prospectus Crédit d investissement hypothécaire

Prospectus Crédit d investissement hypothécaire Prospectus Crédit d investissement hypothécaire ÉDITION N 1 D APPLICATION A PARTIR DU 18 AOUT 2015 Elantis, votre spécialiste du crédit hypothécaire Quels sont les buts admis? Les crédits hypothécaires

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Des cartes plein le portefeuille!

Des cartes plein le portefeuille! Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Namur 1 BC 4854 L ES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DES E QUIPES P OPULAIRES Crédit : Des cartes plein le portefeuille! Bimestriel n 117 - novembre - décembre 2006 Bureau de

Plus en détail

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE Ligne de conduite de la SCHL en matière d assurance prêt hypothécaire pour les ensembles de

Plus en détail

Des mesures nécessaires pour mieux encadrer le crédit à la consommation

Des mesures nécessaires pour mieux encadrer le crédit à la consommation Des mesures nécessaires pour mieux encadrer le crédit à la consommation Examen critique des propositions de loi déposées récemment en la matière au regard des revendications formulées par les acteurs de

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

SALON DU CRÉDIT et de L ASSURANCE ZA

SALON DU CRÉDIT et de L ASSURANCE ZA SALON DU CRÉDIT et de L ASSURANCE ZA PRÉSENTATION DEMETRIS Kinépolis, Imagibraine Braine-L Alleud, 19/02/2013 11 DEMETRIS Qui? Quoi? Qui est Demetris? Demetris fait partie du groupe BNP Paribas Filiale

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 16 mars 2015 Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités

Plus en détail

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Prof. Dr Nancy Huyghebaert Professeur Corporate Finance Département «Accountancy, Finance & Insurance

Plus en détail

Note expresse www.iedom.fr

Note expresse www.iedom.fr Incidents de paiement sur chèques, incidents sur crédits aux particuliers et droit au compte NUMERO 1 JUILLET 23 Cette note actualise et complète les informations de la Note expresse n 4 parue en novembre

Plus en détail

Pour l'application du présent arrêté, il faut entendre par la loi : la loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation.

Pour l'application du présent arrêté, il faut entendre par la loi : la loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation. Arrêté royal du 21 juin 2011 portant modification de divers arrêtés en matière de crédit à la consommation et portant exécution des articles 5, 1er, alinéa 2, et 2, et 15, alinéa 3, de la loi du 12 juin

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention"). Lisez en tout cas la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile. Ces conditions

Plus en détail

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 La fin de l année approche et avec elle ses bilans et autres rétrospectives. Pour l ULC, c est l occasion de faire le point et d informer les consommateurs

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015 Article 1. Terminologie CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - La Banque : bpost banque S.A. Rue du Marquis 1 bte 2-1000 Bruxelles, TVA BE 0456.038.471, RPM Bruxelles qui agit en

Plus en détail

Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation

Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Luc CHATEL Secrétaire

Plus en détail

Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991

Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991 Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991 Prospectus n 8 Valable à partir du 01 février 2008 Les taux mentionnés dans ce prospectus sont repris à titre d exemple. Pour connaître les conditions

Plus en détail

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3 FICHE N 3 Dépenses Budget CONNAÎTRE mes produits bancaires Epargne Revenus Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien connaître les produits bancaires et assurantiels que nous détenons. Cartes

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

RIF 2013 SYNTHESE 2013 AUTEURS

RIF 2013 SYNTHESE 2013 AUTEURS RIF 2013 SYNTHESE AUTEURS Bernard Bayot, directeur Annika Cayrol, chargée de recherche Lise Disneur, coordinatrice recherche Marie-Bénédicte de Ghellinck, chargée de recherche Olivier Jérusalmy, chargé

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

Le FICP. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mai 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Le FICP. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mai 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES 017 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF

Plus en détail

PLATE-FORME JOURNÉE SANS CREDIT 2006

PLATE-FORME JOURNÉE SANS CREDIT 2006 PLATE-FORME JOURNÉE SANS CREDIT 2006 Présentation EQUIPES POPULAIRES GREPA CRIOC-OIVO KWB VERBRUIKERSATELJEE DIGNITAS GROUPE ACTION SURENDETTEMENT (G.A.S.) CENTRE DE REFERENCE DU HAINAUT Introduction Huit

Plus en détail

Vous souhaitez plus de renseignements?

Vous souhaitez plus de renseignements? Vous souhaitez plus de renseignements? E.R. : C. Guilloret Prêteur et intermédiaire d assurance : Beobank NV/SA Bd Général Jacques 263g 1050 Bruxelles TVA BE 0401.517.147 RPM BRUXELLES IBAN: BE77 9545

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers)

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers) CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES DEST. : BANQUE ROYALE DU CANADA DÉFINITIONS (Prêts aux particuliers) Les mots dont les définitions apparaissent ci-dessous sont utilisés tout au long de ce document.

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

À LA UNE TOUT SAVOIR SUR LE NOUVEAU REGISTRE CENTRAL DE LA BNB. Comptes bancaires 28 5 SEPTEMBRE 2013 WWW.TRENDS.BE. Mediargus met docroom pdf

À LA UNE TOUT SAVOIR SUR LE NOUVEAU REGISTRE CENTRAL DE LA BNB. Comptes bancaires 28 5 SEPTEMBRE 2013 WWW.TRENDS.BE. Mediargus met docroom pdf TOUT SAVOIR SUR LE NOUVEAU REGISTRE CENTRAL DE LA BNB Comptes bancaires 28 5 SEPTEMBRE 2013 WWW.TRENDS.BE : tous fichés! Qu en est-il exactement de ce nouveau fichier central des comptes bancaires, dernière

Plus en détail

Crédit renouvelable : des avancées inspirées de la régulation française

Crédit renouvelable : des avancées inspirées de la régulation française Crédit renouvelable : des avancées inspirées de la régulation française En se penchant plus avant sur la législation française encadrant le crédit à la consommation, et en particulier sur les mesures touchant

Plus en détail

AUTORISATION D OUVERTURE DE COMPTE D ÉPARGNE POUR UN MINEUR

AUTORISATION D OUVERTURE DE COMPTE D ÉPARGNE POUR UN MINEUR AUTORISATION D OUVERTURE DE COMPTE D ÉPARGNE POUR UN MINEUR Joindre une copie de la carte d identité du (des) représentant(s) légal(aux) et une composition de ménage. Pour faciliter l ouverture du compte

Plus en détail

Votre prêt en 1-2-3 http://www.pret.guides-123.be

Votre prêt en 1-2-3 http://www.pret.guides-123.be s Votre prêt en 1-2-3 http://www.pret.guides-123.be en collaboration avec : Table des matières Table des matières...2 Votre prêt en 1-2-3...4 ETAPE 1 : Bon à savoir...5 1. Quoi?...5 2. Pourquoi?...5 3.

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

LE PETIT PROPRIETAIRE

LE PETIT PROPRIETAIRE Prospectus concernant les prêts hypothécaires sociaux accordés par la s.a. LE PETIT PROPRIETAIRE agréée par la région Bruxelles-Capitale inscrite en vertu d'une décision de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr

Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr Enjeux Enjeux Surendettement déclaré en hausse constante depuis 20 ans : 230 000 dossiers

Plus en détail

SWCS - Société Wallonne du Crédit Social. Le crédit. hypothécaire social wallon

SWCS - Société Wallonne du Crédit Social. Le crédit. hypothécaire social wallon SWCS - Société Wallonne du Crédit Social Le crédit hypothécaire social wallon Prospectus n 11 1er mai 2008 page 2 Votre guichet du crédit social Table des matières page 3 Le crédit social, une alternative

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Réforme du Crédit à la Consommation

Réforme du Crédit à la Consommation Réforme du Crédit à la Consommation Christine LAGARDE Ministre de l Economie, des Finances et de l Industrie Vendredi 29 avril 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr Contacts Presse : Cabinet de Christine

Plus en détail

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES 1. GÉNÉRALITÉS Les présentes Règles constituent les lignes directrices générales et la procédure

Plus en détail

Risques nucléaires en Belgique LES POUVOIRS PUBLICS VEILLENT À VOTRE SÉCURITÉ

Risques nucléaires en Belgique LES POUVOIRS PUBLICS VEILLENT À VOTRE SÉCURITÉ Risques nucléaires en Belgique LES POUVOIRS PUBLICS VEILLENT À VOTRE SÉCURITÉ Cher concitoyen, Vous habitez à moins de 10 km des installations nucléaires de Fleurus. Soyons clairs : le risque de voir un

Plus en détail