OPTIMOO CONSEIL EN INDUSTRIALISATION AUTOMATISATION ROBOTISATION. Ingénieriee Projets Support Méthodes Générales

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OPTIMOO CONSEIL EN INDUSTRIALISATION AUTOMATISATION ROBOTISATION. Ingénieriee Projets Support Méthodes Générales"

Transcription

1 OPTI IMOO Ingénieriee Projets Support Méthodes Générales

2 Ingénierie Projets AUDIT CONSEIL ANALYSE Une idée Un projet Une réalisation ACCOMPAGNEMENT Une décision ASSISTANCE

3 AUDIT - CONSEIL ANALYSE Assistance technique Recherche de solutions Expertise et amélioration de l'existant Recherche des sources de productivité Préconisations internes et externes Identification des formations Une idée Un projet Lancement nouveau produit Augmentation des volumes de production Optimisation des coûts de production Impact sur l existant : implantation Préparation du dossier investissement Planification prévisionnelle Création des documents types ACCOMPAGNEMENT ASSISTANCE Organisation du projet avec vos équipes Assistance suivi de projet (PDCA) Participation jusqu à la validation définitive et mise en production industrielle Pilotage des fournisseurs, respect CDC Accompagnement de vos équipes jusqu à complète autonomie. Une réalisation Une décision Analyse fonctionnelle Elaboration cahiers des charges moyens Assistance achats fournisseurs Consolidation dossier investissement Planification Optimisation des investissements Communication interne du projet

4 AUDIT-CONSEIL Amélioration continue Expertise et amélioration de l'existant. Recherche des sources de productivité. Inventaire des coûts directs et indirects. Recueillir les données d une situation afin d en identifier les flux, les nœuds et les risques de production pour en ressortir les points d amélioration. Développement produit Assistance et recherche de solutions. Identification des risques de production. Adaptation produits pour automatisation. Participation à l AMDEC Process. Liste de recommandations internes et externes. Assistance d'audit de vos partenaires externes. Préconisations internes et externes. Identification des formations.

5 ANALYSE Nouvelle production Lancement nouveau produit ou augmentation des volumes de production. Pré analyse fonctionnelle et solutions technologiques envisageables. Identification des faisabilités à confirmer. Impact sur l existant : implantation Optimisation de l existant Optimisation des coûts de production. Recherche des mesures correctives internes et externes avec les services production, méthode, qualité et sécurité puis étude pour optimisation et réduction des coûts. Création et rédaction documents type et mise en place de procédures d amélioration. Analyse technique et financière Pré chiffrage des moyens Préparation du dossier investissement Planification prévisionnelle des différentes solutions Avantages et inconvénients des différentes solutions: CHOISIR!

6 ASSISTANCE Préparation du projet Analyse fonctionnelle et élaboration des cahiers des charges des moyens. Mise en relation avec les hommes métier par une collaboration tri parties, consultation et assistance achats fournisseurs. Confirmation et optimisation des investissements. (coûts et planning) Organisation et planification. Communication interne du projet. Construction de l avant projet Fixer les orientations générales du projet. Evaluer les risques, détecter les prototypages et validations à effectuer. Viabiliser le projet Evaluer l opportunité du projet en fixer les objectifs : Coût Délai Qualité Au final:

7 ACCOMPAGNEMENT Vous seconder de A à Z Organiser le projet d'industrialisation avec vos équipes et une assistance au suivi de projet. Pilotage des fournisseurs, respect du cahier des charges et des restes à faire. Participation aux réceptions études, AMDEC jusqu à la validation définitive et mise en production industrielle. Accompagnement de vos équipes jusqu à complète autonomie. Une organisation projet Suivre les orientations générales du projet, les planifications et les budgets. Optimiser les actions et minimiser les risques de dérapage. Evaluer périodiquement la réalisation. Mettre en évidence et analyser les écarts. Proposer les actions correctives. Communication et information.

8 GESTION DE PROJET Avantages de l organisation projet Equipe pluridisciplinaire dédiée. Adaptation des ressources aux besoins réels. Responsable de projet Fixe les orientations générales du projet. Effectue la planification. Elabore les prévisions financières du projet. Construit les critères de performance. Optimise les tâches et actions. Minimise les risques de dérapage. Evalue périodiquement la réalisation. Met en évidence et analyse les écarts. Propose les actions correctives. Communique et informe. Veille réglementaire et sécurité. C PROJET Solutions et marges de manœuvre Quoi: Qui: Où: Quand: Comment: Combien: Pourquoi: Viabiliser le projet Les actions Les personnes concernées Domaines Planification Moyens Budget Objectifs Evaluer l opportunité du projet et fixer les objectifs coût, délai et qualité: D Q

9 GESTION DES RISQUES 1-Observer 2-Comprendre Technique: Respect CdC, AMDEC, réceptions intermédiaires Organisationnel: Maitrise sous traitance, disponibilité ressources internes et externes Humain: Motivation, Fiabilité, compétences et formation Analyse des risques L analyse des risques peut être macro ou détaillée. SWOT Simple d utilisation Brainstorming Prise de décision Forces / faiblesses Interne / externe AMDEC QQOQCP LES 5 POURQUOI 3-Agir

10 Support Méthodes Générales AMDEC GESTION DES RISQUES PREVENTION DES RISQUES Le donneur d ordres Q DOCUMENT UNIQUE Le personnel Société et actionnaires ERGONOMIE PENIBILITE Prestations à la carte Simple journée ou mission à temps partiel

11 PREVENTION DES RISQUES ET DOCUMENT UNIQUE Pourquoi évaluer ces risques? L évaluation des risques professionnels relève de la responsabilité de l employeur, et s inscrit dans le cadre de son obligation générale d assurer la sécurité et de protéger la santé des salariés. (Code du travail articles L et L ) Enjeu économique et social Renforcement du dialogue social par les travaux en groupe. Implication des équipes et valorisation des salariés. Amélioration des conditions de vie au travail. Sensibilisation du personnel. Valorisation de l entreprise Démarche de progrès qui augmente l image positive de la société par une diminution des risques d accident assurant une confiance accrue des partenaires et une pérennité améliorée. DEMARCHE Afficher sa volonté de réaliser l évaluation, s organiser pour être autonome et associer les salariés. Préparer l évaluation des risques Désignation d une personne ou d un groupe qui pilote la démarche. Choisir les outils mis en œuvre pour l évaluation. (documents, grilles, check-lists) Identifier les risques Analyser les risques, c est se prononcer sur les conditions d exposition des salariés à ses dangers et aux différents facteurs de pénibilité dans l entreprise. La réussite de cette étape repose sur l observation du travail réellement réalisé par les personnels. Classer les risques Passer d un inventaire à la définition d un plan d actions cohérent: De débattre de priorités d actions D aider à planifier les actions Proposer des actions de prévention Alimenter le plan annuel de prévention.

12 PENIBILITE Facteurs de risque (Définis par le Code du travail) Contraintes physiques marquées Manutentions manuelles de charges Postures pénibles Vibrations mécaniques Environnement physique agressif Agents chimiques dangereux Milieu hyperbare Températures extrêmes Bruit Rythmes de travail Travail de nuit Travail en équipes successives alternantes Travail répétitif L employeur doit se poser deux questions : Question 1 : Les risques professionnels, facteurs de pénibilité, ont-ils été identifiés dans l entreprise? Sont-ils, notamment, présents dans ledocument unique? Question 2 : L évaluation de ces risques met-elle en évidence, pour certains salariés, des niveaux d exposition dépassant les «seuils de pénibilité» réglementaires, après application des mesures de protection collective et individuelle? FICHES DE PENIBILITE 1 : Élaborer le Document Unique. 2 : Identifier les risques définis comme facteur de pénibilité. 3 : Définir les seuils de pénibilité. 4 : Analyser les facteurs de pénibilité: L analyse consiste à définir pour chaque risque si l exposition atteint le seuil. Il ne s agit que d indication: la décision finale doit être issue d une discussion avec les travailleurs et la direction. 5 : Réaliser une fiche de prévention des expositions par poste. 6 : Réaliser une fiche de prévention des expositions par travailleur.

13 ERGONOMIE Objectifs Obtenir le niveau de risque résiduel le plus faible possible. Concepteur: Prévention, information d utilisation. (Notices, signalisation ) Utilisateur: Protections, organisation, EPI, formation. Sujets Risque accident: Fréquence, exposition, probabilité d occurrence, possibilité d éviter l évènement dangereux. Ergonomie: Effort, Posture, Répétitivité. 10 Points clés Modes de fonctionnement. Communications entre opérateurs. Interaction homme machine. (Ambigüités?) Information pour l utilisation. Dimensionnement des postes de travail. Penser au mode dégradé. Manutention et efforts. Accès de poste. (Op et maintenance) Eclairage et nuisances générées par la machine. PARAMETRES L individu: Personne qui réalise le travail, doté de particularités physiques, sociales. La tâche: Les objectifs assignés aux opérateurs par les procédures de travail. L activité: La façon dont la tâche est exécutée : postures, manipulations et déplacements, communications, raisonnements, coopérations. Le matériel: (au sens large) Moyens technologiques (machines, outils), matière première, les processus. Le milieu: Espace de travail et circulation, ambiance sonore, lumineuse, thermique. Quand : Durée du travail, horaires de travail, rythme de travail, cadence. Avec qui: Cadre humain et social ; équipes, hiérarchie.

14 FORMATION SUIVI DE PROJET Objectif Découvrir le rôle du pilotage projet. Intégrer les composantes du pilotage projet. (performance, coût, délai, risques ) Chronologie des tâches et liens. Utiliser les outils fondamentaux du pilotage projet. Public Personnel méthode, technicien industrialisation, responsable de projet et acteur projet. Aucun pré requis demandé. Nota: Une connaissance des outils de base de bureautique (Word, Excel..) sera nécessaire à l utilisation des outils présentés. Démarche Apport théorique et utilisation des outils de gestion de projets. Exemples et étude de cas d entreprise. Implication des participants à chaque étape. Support de cours fourni. PROGRAMME ETAPES INITIALES: Définition générale de besoin, quantifier les objectifs, définir l équipe projet. PRE ETUDE: Définition de besoin technique, expression de besoin, mise en forme du projet, validation du projet. REALISATION: Etapes clés de la réalisation, suivi de projet, fin de projet. OUTILS: Planning, gestion des risques, AMDEC, suivi de projet avec le PDCA, budget, reporting, réunions, matrice SWOT, QQOQCP, matrice d EISENHOWER, diagramme de PARETO. ANALYSE FONCTIONNELLE CAHIER DES CHARGES

15 CONFIDENTIALITE Contexte Pour les besoins de travaux en commun, nous serons amenés à travailler, et donc à prendre connaissance et à échanger des informations avec les employés. Notre engagement Mettre à la charge de l ensemble de son personnel, ainsi qu à la charge de toute personne extérieure amenée à interagir avec le projet, une obligation générale de discrétion et de confidentialité. Le cas échéant un accord de confidentialité sera demandé à tout intervenant extérieur. Le devoir de confidentialité est général et permanent. Respecter la confidentialité des renseignements fournis dans l exercice de nos missions N accéder qu aux renseignements nécessaires à la mission et n utiliser ces renseignements que dans le cadre de la mission. Conserver ces données de sorte que seules les personnes autorisées puissent y avoir accès. Vous informer sans délai de toute situation ou irrégularité constaté. Sur simple demande un contrat de confidentialité spécifique pourra être convenu ensemble sur modèle de votre choix.

Démarche d évaluation des facteurs de pénibilité. Objectif : Réduire la pénibilité. www.carsat-sudest.fr

Démarche d évaluation des facteurs de pénibilité. Objectif : Réduire la pénibilité. www.carsat-sudest.fr Démarche d évaluation des facteurs de pénibilité Objectif : Réduire la pénibilité 1 - MOBILISER LES ACTEURS La réussite commence par la mobilisation du personnel pour avoir un point de vue élargi, consensuel

Plus en détail

ARENA : Simuler et valider l usine du futur

ARENA : Simuler et valider l usine du futur : Simuler et valider l usine du futur Arena, logiciel de Rockwell Automation est un outil clé dans la simulation des flux de production : valider l adéquation produits/process de vos ateliers, optimiser

Plus en détail

Démarche d Audit interne du système Qualité

Démarche d Audit interne du système Qualité Démarche d Audit interne du système Qualité Centre de radiothérapie ONCODOC Béziers Atika Lalaoui Responsable Qualité Gestion des Risques Christophe Vasseur Responsable Manipulateurs ONCODOC CENTRE DE

Plus en détail

FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE

FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE Comité d'hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) Organisme agrée Formation initiale des membres

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Objectif Assurer un des achats utiles, efficaces et respectueux de l environnement pour des produits, des services, des marchandises ou des

Plus en détail

CONTEXTE GENERAL : CADRE DE REFLEXION ET D ACTION ET DOMAINES D INTERVENTION

CONTEXTE GENERAL : CADRE DE REFLEXION ET D ACTION ET DOMAINES D INTERVENTION SUPPORT FONCTION Encadrant support CLASSIFICATION / GROUPE RAISON D ETRE / MISSION Encadre une équipe support (management de proximité) qui est principalement composée de Conseillers Support et de Techniciens.

Plus en détail

Bâtiment Infrastructures

Bâtiment Infrastructures 372 Bâtiment Infrastructures Le domaine fonctionnel Bâtiment Infrastructures regroupe les emplois relatifs à la conception, la maintenance et l exploitation des bâtiments, ouvrages et infrastructures dans

Plus en détail

Politique sur la santé et la sécurité au travail

Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique adoptée au conseil administration le 6 avril 2016 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 1 2. SIGLES ET DÉFINITIONS... 1 3. OBJECTIFS... 2 4. CHAMP

Plus en détail

Dispositif régional de formations des bénévoles en Poitou-Charentes. Formations thématiques : «L'association : sa gestion»

Dispositif régional de formations des bénévoles en Poitou-Charentes. Formations thématiques : «L'association : sa gestion» Dispositif régional de formations des bénévoles en Poitou-Charentes Formations thématiques : Afin que les formations répondent au mieux à vos besoins, ou pour toute demande de formation sur-mesure, nous

Plus en détail

Forum. «Les missions et moyens d action du CHSCT»

Forum. «Les missions et moyens d action du CHSCT» Forum 1 «Les missions et moyens d action du CHSCT» Atelier prévention de la pénibilité 2 La pénibilitéau travail : une nouvelle mission pour les CHSCT et DP Loi n 2010-1330 du 9/11/2010 Contexte et enjeux

Plus en détail

Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001

Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001 Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001 02/02/2016 Gilles LAURENT 06 21 83 16 58 Le management selon le système ISO 50001 Présentation de la norme Date

Plus en détail

Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036

Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036 Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036 Le technicien électromécanicien et le technicien d usinage : propositions pour la construction d une grille de compétences Ce projet a été financé avec

Plus en détail

Active Ways Consulting. Catalogue de Formations

Active Ways Consulting. Catalogue de Formations Active Ways Consulting Catalogue de Formations 1 SOMMAIRE Domaines Page N 1- Management des Entreprises et des Organisations 2 2- Comptabilité Contrôle et Audit..3 3- Banque et Finance..4 4- Communication......

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES N 04-2015

CAHIER DES CHARGES N 04-2015 CAHIER DES CHARGES N 04-2015 GROUPEMENT DE COMMANDES RELATIF A L ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE POUR LA REALISATION D UN CAHIER DES CHARGES EN VUE DE FAIRE REALISER LES DIAGNOSTICS ET PLANS DE PREVENTION

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT L Ecole belge de Bujumbura (EBB) est une école (Asbl) privée située au centre de Bujumbura. Elle dispense un enseignement

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

Les métiers en évolution positive

Les métiers en évolution positive Annexe 1 Fiches Métiers Les métiers en évolution positive - 33 - Technicien études en télécommunication Technicien études en télécommunication De niveau Bac+2 à Ingénieur (double compétence voix et réseau).

Plus en détail

Santé Sécurité au Travail (SST) Obligations de l'employeur

Santé Sécurité au Travail (SST) Obligations de l'employeur Santé Sécurité au Travail (SST) Obligations de l'employeur Articles 6, LTr - Article 82, LAA L employeur est tenu de prendre, pour protéger la santé / pour prévenir les accidents et maladies professionnels,

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2965 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 160 24 août 2007 S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels et pénibilité au travail

Document unique d évaluation des risques professionnels et pénibilité au travail Document unique d évaluation des risques professionnels et pénibilité au travail Jean-Charles GORNOUVEL gornouvel.jean-charles@bourgogne.msa.fr Jennifer ASDRUBAL jasdrubal.fdsea21@orange.fr www.msa.fr

Plus en détail

Intervenants. Rédigé par : DUC Lorelei Le : 17/12/2014. Validé par RAQ : YALI Momar Le : 17/12/2014

Intervenants. Rédigé par : DUC Lorelei Le : 17/12/2014. Validé par RAQ : YALI Momar Le : 17/12/2014 Organisation de la cellule qualité Page : 1/5 Intervenants Rédigé par : DUC Lorelei Le : 17/12/2014 Validé par RAQ : YALI Momar Le : 17/12/2014 Approuvé et diffusé par GAQ : DUC Lorelei Le : 18/12/2014

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

Convention de partenariat entre. L ARMEE DE TERRE Commandement militaire de l Ile-de-France L ACADEMIE DE VERSAILLES

Convention de partenariat entre. L ARMEE DE TERRE Commandement militaire de l Ile-de-France L ACADEMIE DE VERSAILLES Convention de partenariat entre L ARMEE DE TERRE Commandement militaire de l Ile-de-France et L ACADEMIE DE VERSAILLES entre les soussignés : ACADEMIE DE VERSAILLES Rectorat Boulevard de Lesseps 78017

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OUTILS

METHODOLOGIE ET OUTILS METHODOLOGIE ET OUTILS OUTIL POUR ORGANISER UNE FORMATION EN CHANTIER CHANTIE ECOLE Contexte Les formations courtes (2 à 5 jours) sont adaptées à un public en emploi. Elles conviennent aux indépendants

Plus en détail

De la gestion de portefeuille de projets à la gestion de projets Du décisionnel à l'opérationnel - Méthodes et outils

De la gestion de portefeuille de projets à la gestion de projets Du décisionnel à l'opérationnel - Méthodes et outils De la gestion de portefeuille de à la gestion de Introduction 1. Avant-propos 15 2. Introduction à la gestion de projet et à la gestion de portefeuille de 16 3. Qu est-ce qu un projet? 18 4. La gestion

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL SUR LE STRESS AU TRAVAIL 1. Introduction Le stress au travail est considéré sur le plan international, européen et national comme une préoccupation à la fois, des employeurs

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

La prévention de la pénibilité. 17 novembre 2015

La prévention de la pénibilité. 17 novembre 2015 La prévention de la pénibilité 17 novembre 2015 >1 Les facteurs de pénibilité SOMMAIRE >2 L appréciation de l exposition par l employeur : les référentiels de branche >3 Les travaux dans le cadre de la

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or La charte, une action répondant aux

Plus en détail

2. INDUSTRIE 2.10. INFORMATIQUE 2.10.2. ASSISTANT/ASSISTANTE DE MAINTENANCE P.C. RESEAUX

2. INDUSTRIE 2.10. INFORMATIQUE 2.10.2. ASSISTANT/ASSISTANTE DE MAINTENANCE P.C. RESEAUX CCPQ Rue A. Lavallée, 1 1080 Bruxelles Tél. : 02 690 85 28 Fax : 02 690 85 78 Email : ccpq@profor.be www.enseignement.be 2. INDUSTRIE 2.10. INFORMATIQUE 2.10.2. ASSISTANT/ASSISTANTE DE MAINTENANCE P.C.

Plus en détail

Outils «Agenda 21» scolaire. COREN asbl - Rue van Elewyck, 35 - B-1050 Bruxelles Tel & Fax: 02 640 53 23 - info@coren.be

Outils «Agenda 21» scolaire. COREN asbl - Rue van Elewyck, 35 - B-1050 Bruxelles Tel & Fax: 02 640 53 23 - info@coren.be Outils «Agenda 21» scolaire COREN asbl - Rue van Elewyck, 35 - B-1050 Bruxelles La méthode Méthodologie Guide méthodologique Explication de la méthode et de l objectif des différents documents à rédiger

Plus en détail

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Normes RSE dans l espace francophone Marrakech 13-14-15/12/05 1 Les normes marocaines Sommaire Bases de la norme Marocaine

Plus en détail

POLITIQUE & PROCÉDURE. APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21

POLITIQUE & PROCÉDURE. APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21 POLITIQUE & PROCÉDURE P-16-2013 TITRE : POLITIQUE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL N o : P-16-2013 APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21 DATE EN VIGUEUR : 2013-01-21 politique nouvelle

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques RESPONSABILISER LES GESTIONNAIRES La responsabilisation des gestionnaires constitue la pierre angulaire de la démarche de modernisation de la gestion publique, cependant elle suscite de nombreuses interrogations

Plus en détail

OBJECTIFS et PROGRAMME. Management des risques et Lean manufacturing 550 heures

OBJECTIFS et PROGRAMME. Management des risques et Lean manufacturing 550 heures OBJECTIFS et PROGRAMME Management des risques et Lean manufacturing 550 heures (en projet d homologation RNCP en vue d une certification de niveau 1) Institut de Formations Supérieures du Grand Ouest SAS

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE DE CERTIFICATION ISO 9001

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE DE CERTIFICATION ISO 9001 MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE DE CERTIFICATION ISO 9001 PLAN Analyser la situation initiale par rapport à l ISO 9001. Définir l objet de l organisme (finalité, clients internes et externes, attentes?) :

Plus en détail

ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT ET DEVELOPPER LES COMPETENCES DES COLLABORATEURS 14 H A-6A CONTEXTUALISATION

ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT ET DEVELOPPER LES COMPETENCES DES COLLABORATEURS 14 H A-6A CONTEXTUALISATION PUBLIC Responsable(s) d agence(s) / secteur ou unité technique ACCOMPAGNER LE CONTEXTUALISATION OBJECTIFS GENERAUX Identifier les évolutions du secteur des voyages et de son entreprise et leurs impacts

Plus en détail

CALENDRIER PREVISIONNEL

CALENDRIER PREVISIONNEL Formation des Cadres et futurs Cadres de la filière automobile en région Nord Pas de Calais et Picardie CALENDRIER PREVISIONNEL 1/2 journée TITRE DE NIVEAU II RNCP «Responsable en Management d Unité et/ou

Plus en détail

Service des ressources humaines. Politique de santé et de sécurité du travail

Service des ressources humaines. Politique de santé et de sécurité du travail Service des ressources humaines Politique de santé et de sécurité du travail Approuvé par la résolution : Date d entrée en vigueur : Révisé le : CC13/14-05-155 Le 7 mai 2014 Préambule Par la présente politique,

Plus en détail

Projet : Manuel SST du Dirigeant - version finale. Projet. Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST)

Projet : Manuel SST du Dirigeant - version finale. Projet. Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Projet Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel SST du Dirigeant Version finale Version : 00.2 Révision : 18.04.05 page 1 de 27 Table des matières Glossaire...4 0.

Plus en détail

e-comptabilité? La comptabilité dématérialisée, une évolution majeure en marche

e-comptabilité? La comptabilité dématérialisée, une évolution majeure en marche e-comptabilité? La comptabilité dématérialisée, une évolution majeure en marche Comment optimiser ses relations avec son expert-comptable grâce à l e- Comptabilité? Vous allez découvrir comment la mise

Plus en détail

Chef de projet édition transmédia/coordinateur

Chef de projet édition transmédia/coordinateur Référentiels emploi Emploi(s)-type ministère REME : Responsable éditorial multi-supports (Code fiche : COE03) Emploi-type REFERENS : Responsable éditorial multi supports (Code emploi-type : F1C26) Chef

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI L ADMINISTRATION COMMUNALE DE HERVE ENGAGE : UN RESPONSABLE POUR LE SERVICE DU PERSONNEL (H/F) - APE

OFFRE D EMPLOI L ADMINISTRATION COMMUNALE DE HERVE ENGAGE : UN RESPONSABLE POUR LE SERVICE DU PERSONNEL (H/F) - APE OFFRE D EMPLOI L ADMINISTRATION COMMUNALE DE HERVE ENGAGE : UN RESPONSABLE POUR LE SERVICE DU PERSONNEL (H/F) - APE Informations générales Nombre de postes demandés 1 Catégorie de métier Secteur d activité

Plus en détail

SYLLABUS DES COURS. M2 DEFI - Semestre 3

SYLLABUS DES COURS. M2 DEFI - Semestre 3 1 SYLLABUS DES COURS M2 DEFI - Semestre 3 S3 - UE1. Diagnostic économique d entreprise : outils et méthodes (phase 1) Objectif : Connaissance des méthodes et outils du diagnostic économique d entreprise

Plus en détail

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30 Organisation Non Gouvernementale ayant Statut spécial à l ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l Homme et des Peuples (CADHP) de l Union Africaine Juin 2015

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

I ) Quel genre de formateur ou d accompagnant êtes-vous?

I ) Quel genre de formateur ou d accompagnant êtes-vous? MODULES DE PERFECTIONNEMENT DE FORMATEURS Chaque thématique est indépendante l une de l autre Ce programme a pour objectifs : d élargir son champ de conscience dans le domaine de la formation des adultes

Plus en détail

Projet de recherche-action «Risques psychosociaux» du Département de la Seine-Saint-Denis

Projet de recherche-action «Risques psychosociaux» du Département de la Seine-Saint-Denis Projet de recherche-action «Risques psychosociaux» du Département de la Seine-Saint-Denis Partenariat avec le FNP de la CNRACL: bilan intermédiaire auprès du Comité Scientifique et Technique Service Santé

Plus en détail

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE GUIDE PRATIQUE L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE Vers une réduction de la facture énergétique Réaliser un audit énergétique est devenu obligatoire pour un grand nombre de copropriétés.

Plus en détail

RECRUTE UN(E) RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT LOGISTIQUE POLE TRAVAUX ACHATS - LOGISTIQUE. 1 poste à 100% Pièce jointe : Fiche de Poste

RECRUTE UN(E) RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT LOGISTIQUE POLE TRAVAUX ACHATS - LOGISTIQUE. 1 poste à 100% Pièce jointe : Fiche de Poste RECRUTE UN(E) RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT LOGISTIQUE POLE TRAVAUX ACHATS - LOGISTIQUE 1 poste à 100% Pièce jointe : Fiche de Poste Renseignements à : Monsieur Pascal FRUCQUET Directeur Adjoint Pôle Travaux

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Objectif spécifique 3.9.1.2 Mobiliser des employeurs et des entreprises dans les parcours d insertion La

Plus en détail

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA FORMATION A L audit Qualité interne PARTIE I: Introduction à l audit Qualité 1- évolutions des normes pour l audit 2-Concepts et Définitions

Plus en détail

LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE

LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE AFPA AUVERGNE V.04/06 Sommaire OBJECTIF du LIVRET D APPUI TECHNIQUE...2 LE TUTORAT DANS LA LOI...3 CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION DES TUTEURS EN ENTREPRISE...4

Plus en détail

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Les missions de la CAPEB (régionale et départementale) Le positionnement de la fonction emploi-rh Le référentiel

Plus en détail

C h a r t e E t h i q u e

C h a r t e E t h i q u e Charte Ethique 2 1. Principes généraux Notre charte constitue la fondation des rapports de confiance entre les différents membres partenaires du groupe : les résidents ou les clients, leurs familles, les

Plus en détail

La Logistique pour Non-Logisticiens

La Logistique pour Non-Logisticiens La Logistique pour Non-Logisticiens - Non-spécialistes de la logistique ; - Services commerciaux, Marketing, Achats, Production ; - Développement Nouveaux Produits ; - Finances ou Contrôle de gestion.

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Diagnostic organisationnel Rapport sommaire. Société de transport de l Outaouais

Diagnostic organisationnel Rapport sommaire. Société de transport de l Outaouais Diagnostic organisationnel Rapport sommaire Société de transport de l Outaouais 28 mai 2015 Sujets traités Éléments contextuels Objectifs Activités réalisées Diagnostic Priorités Plan d action 1 Contexte

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Favoriser la professionnalisation des intervenants à domicile auprès de personnes en HANDEO 38 EN QUELQUES MOTS Les missions principales du Pôle Ressources Local : o Centre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC)

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC) DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

ORIENTATION ENJEU ACTIVITÉS

ORIENTATION ENJEU ACTIVITÉS MISSION Par la concertation et la mobilisation des acteurs du secteur, le Comité sectoriel de main-d œuvre des pêches maritimes (CSMOPM) a pour mission d analyser, développer et diffuser un ensemble d

Plus en détail

PLAN DE TRANSITION ESR Passage de la version 2 à la version 3

PLAN DE TRANSITION ESR Passage de la version 2 à la version 3 PLAN DE TRANSITION ESR Passage de la version 2 à la version 3 A partir du 15 Juin 2013 les audits ESR se feront selon la nouvelle version du référentiel ESR. Les clients déjà attestés à cette date bénéficient

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé d'intégration du design industriel OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé d'intégration du design industriel OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 16/07/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé d'intégration du design industriel

Plus en détail

PROCEDURE AUDIT QUALITE INTERNES, FOURNISSEURS ET SOUS- TRAITANTS

PROCEDURE AUDIT QUALITE INTERNES, FOURNISSEURS ET SOUS- TRAITANTS PROCEDURE AUDIT QUALITE INTERNES, FOURNISSEURS ET SOUS- TRAITANTS Procédure Audit qualité internes Révision : 0 N : PROC22 Page : 1/4 Responsables de fabrication Responsable du laboratoire et de la Qualité

Plus en détail

ALDEA ET SYSTEMES D INFORMATION

ALDEA ET SYSTEMES D INFORMATION ALDEA CONSEIL EN ORGANISATION ET SYSTEMES D INFORMATION 30 avenue du Général Leclerc 92100 Boulogne-Billancourt Tel : +33 1 55 38 99 38 Fax : +33 1 55 38 99 39 www.aldea.fr Aldea - Conseil en Organisation

Plus en détail

Prévenir les accidents liés aux entreprises extérieures: une nécessité

Prévenir les accidents liés aux entreprises extérieures: une nécessité Prévenir les accidents liés aux entreprises extérieures: une nécessité Sur 100 victimes d accidents mortels, 15 appartiennent à des entreprises effectuant des travaux dans des entreprises utilisatrices

Plus en détail

Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique

Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique Cahier des charges Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique 1. OBJET DE LA MISE EN CONCURRENCE OBJET DU MARCHÉ Le présent marché concerne l assistance à maîtrise

Plus en détail

«Foire aux questions» relative aux sociétés de gestion d OPCI

«Foire aux questions» relative aux sociétés de gestion d OPCI «Foire aux questions» relative aux sociétés de gestion d OPCI Cette note a pour objet de préciser certaines dispositions de la nouvelle réglementation relative à la gestion d OPCI. Ce document doit notamment

Plus en détail

PARTIE I : LA GESTION DES VENTES AU DETAIL...

PARTIE I : LA GESTION DES VENTES AU DETAIL... TABLE DES MATIERES Introduction générale... 5 PARTIE I : LA GESTION DES VENTES AU DETAIL... 11 Chapitre 1. Les formes de vente au détail... 13 Section I. Les typologies des formes de vente au détail...

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2008 NOTE Le présent document prend effet à compter du 15 août 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Marque déposée de Visa International Service Association, Visa Canada est un usager licencié. Marque déposée de Visa Canada.

Marque déposée de Visa International Service Association, Visa Canada est un usager licencié. Marque déposée de Visa Canada. Pour obtenir plus de renseignements sur les pratiques exemplaires Visa en matière de processus de l acquisition au paiement ou un exemplaire de l étude intégrale sur les pratiques exemplaires, y compris

Plus en détail

Le travail, entre prescription et réalisation

Le travail, entre prescription et réalisation Journées professionnelles de formation de l Association Nationale des Directeurs de Mission Locale «Direction des Missions Locales : Nouveaux enjeux, nouveaux métiers» 25 et 26 Juin 2015, Rennes Le travail,

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

Activités de contrôle qualité : retour d expérience d un aéroport. Martine ROMAND-PARMENTIER

Activités de contrôle qualité : retour d expérience d un aéroport. Martine ROMAND-PARMENTIER Activités de contrôle qualité : retour d expérience d un aéroport Martine ROMAND-PARMENTIER Aéroports de Paris Etablissement créé en 1945, transformé en Société Anonyme en 2005, introduit en bourse en

Plus en détail

Nous vous proposons ici quelques pistes de réfléxions afin de faire de votre projet de mise en place de Google Apps For Work un succès.

Nous vous proposons ici quelques pistes de réfléxions afin de faire de votre projet de mise en place de Google Apps For Work un succès. Dans ce guide Déplacer vos applications dans le Cloud vous offre des bénéfices désormais largement éprouvés : optimisera l efficacité et la performance de votre organisation, en augmentant sa réactivité

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Maintenance Utilités et Services communs TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Maintenance Utilités et Services communs TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Maintenance Utilités et Services communs TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 3 PRE-REQUIS... 3

Plus en détail

Gestion d'un projet de formation blended-learning

Gestion d'un projet de formation blended-learning Gestion d'un projet de CATEGORIE : C Vue d'ensemble Domaine(s) d'activité professionnel dans lequel(s) est utilisé la certification : Transverse : Service à la personne et à la collectivité - Formation

Plus en détail

AGENCE DE L ENERGIE DES LYCEENS

AGENCE DE L ENERGIE DES LYCEENS AGENCE DE L ENERGIE DES LYCEENS Créer un bureau d études au sein du lycée pour la maîtrise des énergies, de l eau et la qualité environnementale du bâtiment Appel à candidature 2015 Ouvert aux classes

Plus en détail

Concevoir, piloter et évaluer un projet

Concevoir, piloter et évaluer un projet Gestion de projet Concevoir, piloter et évaluer un projet Objectifs Acquérir des outils en méthodologie de projet afin de renforcer vos capacités à concevoir, piloter et évaluer un projet de solidarité

Plus en détail

Les activités seront calibrées en tenant compte des ressources à mobiliser et de l impact escompté.

Les activités seront calibrées en tenant compte des ressources à mobiliser et de l impact escompté. TERMES DE REFERENCE Recrutement d un(e) consultant national(e) pour la l assistance de la Cour des Comptes dans la finalisation et la mise en œuvre de sa stratégie de 1- Informations générales: Type de

Plus en détail

Fédérer vos équipes pour positiver le changement

Fédérer vos équipes pour positiver le changement Fédérer vos équipes pour positiver le changement Cohésion et performance opérationnelle Le paramètre essentiel pour qu un changement devienne avant tout une opportunité pour l entreprise est la création

Plus en détail

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE Direction de l'évaluation des dispositifs médicaux Département Surveillance du Marché Unité évaluation et contrôle du marché des dispositifs médicaux Dossier suivi par Pascal Di Donato Email: pascal.di-donato@afssaps.sante.fr

Plus en détail

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE Entre La Fédération nationale du personnel d encadrement des industries chimiques et connexes Branche VAD CFE/CGC, la Fédération

Plus en détail

Formations ACHATS. l Impact du Processus Achat dans la Supply Chain (HA-1) Impact et enjeux de la fonction achat dans la Supply Chain

Formations ACHATS. l Impact du Processus Achat dans la Supply Chain (HA-1) Impact et enjeux de la fonction achat dans la Supply Chain Formations ACHATS Planning Achat Commande Transport Warehousing Production SCM Green SCM Safety Change Lean Office Achats et Approvisionnements (HA-0) Comprendre le rôle et la démarche des Achats, donner

Plus en détail

Plan Climat-Energie Territorial

Plan Climat-Energie Territorial Plan Climat-Energie Territorial Groupe de travail thématique : EPINAL, 16 Mai 2011 «Maîtrise de l énergie et valorisation des énergies renouvelables dans l habitat privé et social.» Plan Climat-Energie

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR NUMÉRIQUE

SCHÉMA DIRECTEUR NUMÉRIQUE SCHÉMA DIRECTEUR NUMÉRIQUE CS 2 avril 2012 02/04/2012 Présentation SDN - CS 1 1. Qu est ce qu un «schéma directeur numérique»? Schéma directeur = plan stratégique pluriannuel Numérique = concerne le système

Plus en détail

DOSSIERS DE CANDIDATURE TROPHEE SANTE ET SECURITE. Fanny Corre Florence Goyat 28/09/2015

DOSSIERS DE CANDIDATURE TROPHEE SANTE ET SECURITE. Fanny Corre Florence Goyat 28/09/2015 DOSSIERS DE CANDIDATURE TROPHEE SANTE ET SECURITE Fanny Corre Florence Goyat 28/09/2015 Présentation des projets 5 dossiers de candidature - Assistance Hygiène et sécurité pour les communes de la presqu

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

CADRE LOGIQUE DU FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES DU MOUVEMENT SPORTIF SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE NATIONAL

CADRE LOGIQUE DU FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES DU MOUVEMENT SPORTIF SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE NATIONAL MINISTERE DE LA PROMOTION DE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DES LOISIRS Union-Discipline-Travail --------------------- ------------- OFFICE IVOIRIEN DES SPORTS SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Patrimoine Mondial Distribution limitée 25 COM WHC-01/CONF.208/14 Paris, le 31 octobre 2001 Original : anglais/français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques)

MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) Aurélien CEDEYN aurelien.cedeyn@ens-lyon.fr Michaël MRISSA michael.mrissa@liris.cnrs.fr LIP Laboratoire de l Informatique du Parallélisme 20 octobre 2008

Plus en détail

H1402 - Management et ingénierie méthodes et industrialisation

H1402 - Management et ingénierie méthodes et industrialisation Appellations Chef des méthodes en industrie Chef du bureau des méthodes en industrie Chef du service méthodes en industrie Ingénieur / Ingénieure méthodes et process Ingénieur / Ingénieure méthodes-industrialisation

Plus en détail

Cahier des charges 2015

Cahier des charges 2015 Cahier des charges 2015 Les Ateliers RH Contact : Mylène PILLONETTO-ONDET Conseiller en Formation Tel : 0473319595 mpillonetto@agefos-pme.com AGEFOS PME Auvergne 1/9 Sommaire 1. Présentation d AGEFOS PME

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Communiqué de presse Mardi 25 septembre 2012 Pour diffusion immédiate

Communiqué de presse Mardi 25 septembre 2012 Pour diffusion immédiate Rentrée 2012: les cantons romands se lancent dans une politique de lutte contre le plagiat Les écoles du post-obligatoire s unissent pour le même but: prévenir le plagiat dans leurs établissements, soucieux

Plus en détail