PREMIERE PARTIE ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREMIERE PARTIE ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL"

Transcription

1 1 PREMIERE PARTIE ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Avec un taux de croissance de 5,1 contre 4,9 p.c. en 2005, l expansion de l économie mondiale s est poursuivie et s est généralisée dans les différentes régions du monde. En effet, dans les pays avancés, l activité est restée soutenue aux Etats-Unis (3,4 contre 3,2 p.c.) tandis que les économies de la zone euro ont été marquées par une nette amélioration (2,4 contre 1,3 p.c.). Le redressement s est raffermi au Japon (2,7 contre 2,6 p.c.) et la croissance est demeurée vigoureuse dans les pays émergents et en développement (7,3 contre 7,4 p.c.) principalement la Chine (10,0 contre 10,2 p.c.). Au sein de ce groupe de pays, l Amérique latine (4,8 contre 4,3 p.c.) et l Afrique (5,4 contre 5,4 p.c.) ont encore une fois enregistré des taux de croissance appréciables. CROISSANCE DE LA PRODUCTION MONDIALE(1) TABLEAU Monde 3,1 4,1 5,3 4,9 5,1 Pays Avancés 1,5 1,9 3,2 2,6 3,1 Etats-Unis 1,6 2,5 3,9 3,2 3,4 Zone Euro 0,9 0,8 2,1 1,3 2,4 Japon 0,1 1,8 2,3 2,6 2,7 Autres 3,2 2,5 4,0 3,1 3,6 Pays émergents et en développement 5,1 6,7 7,7 7,4 7,3 Afrique 3,6 4,6 5,5 5,4 5,4 Europe Centrale et Orientale 4,5 4,7 6,5 5,4 5,3 Communauté des Etats Indépendants 5,3 7,9 8,4 6,5 6,8 Asie 7,0 8,4 8,8 9,0 8,7 Moyen-Orient 4,1 6,4 5,5 5,7 5,8 Amérique latine -0,1 2,2 5,7 4,3 4,8 (1): variations en p.c. du PIB à prix constants Source: FMI, world economic outlook, avril 2007

2 2 Aux Etats-Unis, la croissance a été soutenue par l amélioration de la balance commerciale suite à la baisse des importations, le PIB réel atteignant 3,4 contre 3,2 p.c. l année précédente. Le rythme de croissance aurait pu s accélérer davantage, n eût été le fléchissement de la consommation privée sous l effet des taux d intérêt élevés, du ralentissement du marché immobilier et du renchérissement des produits pétroliers. Dans la zone euro, la reprise économique s est renforcée, le taux de croissance du PIB réel ayant atteint 2,4 contre 1,3 p.c. en La croissance a été stimulée par la demande intérieure, en particulier les investissements. Au Japon, l expansion économique s est poursuivie en raison de l augmentation de la demande intérieure privée qui constitue le principal moteur de croissance depuis D une année à l autre, l économie nippone a progressé de 2,7 p.c. La croissance est demeurée vigoureuse dans les pays émergents d Asie (8,7 contre 9,0 p.c.) grâce à une expansion remarquable en Chine (10,0 contre 10,2 p.c.) et en Inde (8,3 contre 8,5 p.c.). Le maintien d une croissance robuste en Chine est en rapport avec la hausse des investissements et l envolée des exportations. Dans les nouvelles économies industrialisées, la croissance s est maintenue (4,9 contre 4,5 p.c.) suite à la progression des exportations des produits électroniques surtout vers la Chine. En Amérique latine, la croissance économique s est accélérée (4,8 contre 4,3 p.c.) en rapport avec les prix élevés des produits de base et la progression de la demande intérieure. Par ailleurs, la maîtrise de l inflation a permis d assouplir la politique monétaire, ce qui a favorisé les investissements. L expansion s est stabilisée dans les pays émergents d Europe (5,3 contre 5,4 p.c.). La croissance a été tirée par une forte demande intérieure alimentée par l augmentation des entrées de capitaux étrangers et du crédit intérieur. La croissance du PIB réel dans la Communauté des Etats Indépendants s est établie à 6,8 contre 6,5 p.c. l exercice précédent. Ces pays continuent de profiter des cours élevés des produits de base. Par ailleurs, la demande intérieure a été soutenue par des entrées massives de capitaux privés, des financements publics et des envois de fonds des émigrés. Les pays du Moyen-Orient ont encore enregistré des taux de croissance appréciables (5,8 contre 5,7 p.c.) grâce aux recettes pétrolières qui ont progressé suite à la montée des cours renforcée par l augmentation de la production.

3 3 Les économies africaines ont gardé l élan de croissance enregistré les années précédentes, le taux de croissance du PIB réel s établissant à 5,4 p.c., soit le même niveau qu en Cette performance tient essentiellement à l amélioration de la gestion macro-économique et à la forte demande mondiale de leurs produits d exportation. Bien que le taux de croissance se soit quelque peu décéléré (5,2 contre 5,8 p.c.), l Afrique sub-saharienne a continué son expansion. Les pays exportateurs de pétrole ont largement contribué à ces bons résultats (6,7 contre 7,7 p.c.). L augmentation de la production et la hausse des cours du pétrole ont relevé le niveau des revenus et donc des dépenses intérieures. Les pays importateurs de pétrole de cette région ont également réalisé des taux de croissance remarquables (4,8 contre 4,5 p.c.) en raison de l envolée des cours des produits de base non énergétiques. Cependant, bien que la croissance enregistrée par l Afrique ces dernières années soit considérée comme une très bonne réalisation, elle demeure inférieure à 7,0 p.c. requis pour atteindre l Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) de réduire de moitié l extrême pauvreté et la faim d ici Face à cette situation, les pouvoirs publics devraient renforcer les réformes en cours pour promouvoir l investissement étranger et l emploi. Les bailleurs de fonds devraient continuer à soutenir les politiques nationales par notamment l allègement de la dette extérieure, le respect des engagements récemment pris d accroître l aide et de faciliter l accès des exportations aux marchés internationaux. Le commerce international des biens et services s est accéléré en 2006 (8,9 contre 7,4 p.c.) en rapport avec la croissance de l activité économique mondiale. Le marché des matières premières s est caractérisé par la hausse généralisée des cours des produits énergétiques et des autres produits de base. Concernant le pétrole, l envolée des cours s explique par la hausse de la demande, en particulier dans les pays émergents à croissance rapide comme la Chine, conjuguée à un faible niveau des capacités, tant de production que de raffinage, disponibles sur le marché mondial. De même, les cours des métaux ont été dopés par la forte croissance de la demande et la faiblesse des capacités de production. Bien qu ils n aient atteint l envolée des prix du pétrole et des métaux, les cours des produits de base agricoles ont également progressé en rapport avec les mauvaises conditions climatiques dans les grands pays producteurs.

4 4 Les tensions inflationnistes sont apparues au cours de l année 2006 en raison principalement de la montée des cours du pétrole. Aussi, la variation de l indice des prix à la consommation est-il passé de 2,3 à 2,6 p.c. dans les pays avancés. Dans ces conditions, les marchés financiers ont été caractérisés par le durcissement des politiques monétaires des banques centrales des principaux pays avancés. La Federal Reserve Bank a relevé progressivement le taux des fonds fédéraux jusqu en juin cherchant à établir un équilibre entre les craintes inflationnistes et l essoufflement de l expansion de l économie. La Banque centrale européenne a également continué à augmenter son taux directeur tandis que la Banque du Japon a mis fin à la politique d assouplissement quantitatif en relevant son taux de zéro à 25 points de base. Les marchés de change ont été marqués encore une fois par la dépréciation du dollar américain vis-à-vis de l euro, et dans une moindre mesure, à l égard du yen. La dépréciation de la monnaie américaine s explique par le rétrécissement des écarts des taux d intérêt en dollars par rapport aux autres principales monnaies et le gonflement du déséquilibre entre les transactions courantes des Etats-Unis et des pays émergents d Asie d une part et des pays exportateurs de pétrole d autre part. L encours de la dette extérieure des pays émergents et en développement a faiblement progressé, passant de 3.012,3 à 3.150,6 Mds de dollars américains. La dette des pays africains a quant à elle, fléchi revenant de 289,4 à 244,1 Mds de dollars américains en rapport avec les différentes initiatives prises par la communauté internationale en vue de la réduction de leur endettement. Les transferts nets de ressources en faveur des pays émergents et en développement ont nettement reculé au cours de l année 2006, s établissant à -17,6 contre 125,1 Mds de dollars américains. Cette évolution a concerné beaucoup plus les transferts officiels (-223,2 contre -136,6 Mds) que les transferts privés (205,6 contre 261,7 Mds). Les flux d investissement direct ont, par contre, progressé de 1,4 Mds passant de 239,3 à 240,7 Mds de dollars américains.

5 5 La Banque Mondiale a continué à promouvoir un développement économique durable dans les pays membres. Au cours de l exercice 2006, le volume des prêts de la BIRD s est élevé à 14,1 contre 13,6 Mds de dollars l année précédente tandis que les crédits de l IDA sont passés de 8,7 à 9,5 Mds de dollars dont la moitié, soit 4,8 Mds de dollars destinée à l Afrique. Le Burundi a bénéficié auprès de l IDA de 55,2 et 35,1 millions de dollars USD respectivement au titre de prêts projets et de dons programmes. Le Fonds Monétaire International (FMI) a continué à exhorter les Etats membres à adopter des politiques qui favorisent la stabilité macroéconomique, stimulent la croissance, préservent la bonne gouvernance et permettent de relever le niveau de vie tout en faisant reculer la pauvreté. Concernant le Burundi, en plus des consultations habituelles au titre de l article IV des statuts du Fonds, le pays a conclu les troisième et quatrième revues dans le cadre de l accord triennal au titre de la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance. A cet effet, il a bénéficié d un décaissement de 14,3 millions de DTS comme appui à la balance des paiements.

(p)

(p) II.3. SECTEUR MONETAIRE ET FINANCIER II.3.1. RESSOURCES ET EMPLOIS DU SYSTEME BANCAIRE Les ressources du système bancaire (950.480,4 contre 840.466,9 MBIF) se sont accrues presque au même rythme que celui

Plus en détail

I. ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL

I. ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL I. I. ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL Commerce des marchandises et PIB Le commerce mondial des marchandises en termes réels croît plus rapidement que la production En 26, le volume du commerce mondial des

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Année 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Année 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Année 215) Banque Centrale de Tunisie Janvier 216 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Le Fonds Monétaire International (FMI) a révisé, le mois courant, à la baisse

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Bulletin du FMI. L Afrique dispose de grands atouts, mais d une faible marge de manœuvre

Bulletin du FMI. L Afrique dispose de grands atouts, mais d une faible marge de manœuvre Bulletin du FMI L AFRIQUE EN 2012 L Afrique dispose de grands atouts, mais d une faible marge de manœuvre Bulletin du FMI en ligne 10 janvier 2012 Flottille de pêche à Cape Coast (Ghana) : grâce à des

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE : Ier trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE : Ier trimestre 2015 FEC Fédération des Entreprises du Congo DEPARTEMENT DES ETUDES, FORMATION ET DOCUMENTATION «Division des Etudes» NOTE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE : Ier trimestre 2015 1 2 3 4 5 3,5 5,8 6,6 7,8 5,6 6,3 6,2

Plus en détail

PROMOUVOIR L INVESTISSEMENT PRIVE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT : LE ROLE DE L APD

PROMOUVOIR L INVESTISSEMENT PRIVE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT : LE ROLE DE L APD PROMOUVOIR L INVESTISSEMENT PRIVE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT : LE ROLE DE L APD Michael Roeskau Directeur, Direction de la coopération pour le développement, OCDE Mobiliser l investissement privé à l

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre 2015 (version corrigée)

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre 2015 (version corrigée) Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 23 septembre 2015 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre

Plus en détail

D. Une baisse de la demande pour les biens domestiques, une hausse des exportations. E. Aucune de ces réponses n'est vraie.

D. Une baisse de la demande pour les biens domestiques, une hausse des exportations. E. Aucune de ces réponses n'est vraie. Q1. La balance des paiements est... A. Composée uniquement des réserves officielles de changes et du compte des transactions financières. B. Composée uniquement des réserves officielles de changes et de

Plus en détail

RÉSULTATS FINANCIERS Pierre-Jean SIVIGNON

RÉSULTATS FINANCIERS Pierre-Jean SIVIGNON 5 mars2014 RÉSULTATS FINANCIERS Pierre-Jean SIVIGNON Remarques préliminaires 2013 Réorganisation de notre partenariat en Turquie. Reclassification des charges et produits relatifs aux activités non poursuivies

Plus en détail

Bilan Région Auvergne

Bilan Région Auvergne Bilan Région Auvergne Population au 01/01/2014 1,36 million Economie PIB 2013 (2013, en M ) : 35 662 (2013, en ): 26 260 Évolution du PIB / habitant de 2000 à 2013 (moyenne annuelle en volume) : 0,2 %

Plus en détail

Zone euro Conjoncture avril 2015

Zone euro Conjoncture avril 2015 Prévisions Mensuel n 1/122 1 avril 21 Zone euro Conjoncture avril 21 Le redressement de l activité industrielle se poursuit dans le monde et dans la zone euro en particulier. Le fort rebond de la production

Plus en détail

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002 La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 22 Après une année 21 record en termes d activité, le montant des émissions brutes d obligations internationales libellées en euros a reculé,

Plus en détail

Flash conjoncture à fin décembre 2011.

Flash conjoncture à fin décembre 2011. % Population (milieu de l'année 10 3 ) 35 978 36 300 * Taux de croisance en volume du PIB (%) 3,3 2,6 ** Taux de croissance en volume du PIB hors Hydrocarbures (%) 6,0 5,8 ** Le PIB (Mds US $) 161,9 197,9

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Juillet 2016

Observatoire Crédit Logement CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Juillet 2016 Observatoire Crédit Logement CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juillet 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

2011-2012 Perspectives économiques

2011-2012 Perspectives économiques 2011-2012 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Atonie de la demande, dégradation des perspectives

Atonie de la demande, dégradation des perspectives POUR DIFFUSION À Londres : 19 janvier 2016, 10 heures À Washington : 19 janvier 2016, 5 heures STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Atonie de la demande, dégradation des perspectives La croissance

Plus en détail

La conjoncture économique mondiale en 10 graphiques

La conjoncture économique mondiale en 10 graphiques 28/0/203 La conjoncture économique mondiale en 0 graphiques. Croissance du PIB mondial 2. Production industrielle 3. Exportations mondiales 4. Production mondiale de pétrole brut 5. Enquête auprès des

Plus en détail

Les incidences de la dépréciation du Dollar sur les échanges commerciaux de l Algérie

Les incidences de la dépréciation du Dollar sur les échanges commerciaux de l Algérie Les incidences de la dépréciation du Dollar sur les échanges commerciaux de l Algérie Octobre 2007 Ces derniers mois l évolution du cours du pétrole brut est suivie avec une attention particulière et succite

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation Banque de la République d Haïti Note mensuelle d inflation Août 2015 Table des matières Introduction...2 II.- Evolution de l inflation courante en août 2015 2 III.Evolution de l inflation selon l origine

Plus en détail

PROJECTIONS MACROECONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ETABLIES PAR LES SERVICES DE L EUROSYSTEME

PROJECTIONS MACROECONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ETABLIES PAR LES SERVICES DE L EUROSYSTEME PROJECTIONS MACROECONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ETABLIES PAR LES SERVICES DE L EUROSYSTEME Sur la base des informations disponibles au 20 mai 2008, les services de l Eurosystème ont réalisé des projections

Plus en détail

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours du 1 er semestre de l année

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours du 1 er semestre de l année Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours du 1 er semestre de l année 2014 --------- SEPTEMBRE 2014 SOMMAIRE 1 EVOLUTION DU SECTEUR REEL ET DES PRIX... 4 2 - EVOLUTION

Plus en détail

II.6. BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

II.6. BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE II.6. BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE A. BALANCE DES PAIEMENTS Le solde courant de la balance des paiements, structurellement déficitaire, s est encore creusé en 2005 (-276.521,9 contre -187.718,3

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale, avril 2016

Perspectives de l économie mondiale, avril 2016 POINTS DE PRESSE POUR LE CHAPITRE 2 : COMPRENDRE LE RALENTISSEMENT DES FLUX DE CAPITAUX VERS LES PAYS ÉMERGENTS Perspectives de l économie mondiale, avril 2016 Préparé par Rudolfs Bems et Luis Catão Points

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie du Nouveau-Brunswick en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 31,9 milliards de dollars PIB par habitant : 42 200 $ Population : 756 000 habitants Exportations et importations

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

SOLIDE CROISSANCE ORGANIQUE DES VENTES AU PREMIER TRIMESTRE 2014, EN HAUSSE DE +3,7%

SOLIDE CROISSANCE ORGANIQUE DES VENTES AU PREMIER TRIMESTRE 2014, EN HAUSSE DE +3,7% SOLIDE CROISSANCE ORGANIQUE DES VENTES AU PREMIER TRIMESTRE 2014, EN HAUSSE DE +3,7% Chiffre d affaires du T1 2014 : 19,8 Md, en progression de +3,7% en organique Europe : croissance organique de +0,4%,

Plus en détail

Processus de Planification basée sur les OMD:

Processus de Planification basée sur les OMD: Processus de Planification basée sur les OMD: Expériences du Niger Lusaka, octobre novembre 2007 Plan de l exposé Contexte Stratégie de Développement Accéléré et de Réduction de la Pauvreté: SDRP (2008-2012)

Plus en détail

Postes et télécommunications

Postes et télécommunications Postes et télécommunications L usage des TIC génère de nouveaux revenus La croissance de l ensemble de la branche postes et télécommunications ralentit légèrement : l activité augmente de 4,6 % en 2006,

Plus en détail

Une reprise toujours incomplète 31/07/2014

Une reprise toujours incomplète 31/07/2014 CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE L actualité en 12 graphiques Une reprise toujours incomplète L activité économique mondiale s est renforcée au cours du second semestre 2013, s installant

Plus en détail

BANQUE D ALGERIE. Cadre de politique monétaire en Afrique dans un contexte de mutation du paysage financier : cas de l Algérie

BANQUE D ALGERIE. Cadre de politique monétaire en Afrique dans un contexte de mutation du paysage financier : cas de l Algérie BANQUE D ALGERIE 1 Cadre de politique monétaire en Afrique dans un contexte de mutation du paysage financier : cas de l Algérie Présenté par : Achari-Djokic Branka Séminaire continental de l ABCA Mai 2015

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS DU PREMIER SEMESTRE 2016

CHIFFRES CLÉS DU PREMIER SEMESTRE 2016 CHIFFRES CLÉS DU PREMIER SEMESTRE 2016 (en M ) S1 2015 S1 2016 (1) Variation à changes constants Variation à changes courants Chiffre d affaires hors taxes 37 739 36 289 +2,2% -3,8% Chiffre d affaires

Plus en détail

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours de l année

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours de l année Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours de l année 2012 --------- AVRIL 2013 2 SOMMAIRE 1 EVOLUTION DU SECTEUR REEL ET DES PRIX... 3 2 EVOLUTION DU SECTEUR EXTERIEUR...

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une Foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une Foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une Foi N MEFP/DGPPE/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN Dakar, 15 juin 2016 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

LE COMMERCE EXTERIEUR DE L UNION DES COMORES EN 2015

LE COMMERCE EXTERIEUR DE L UNION DES COMORES EN 2015 AMBASSADE DE FRANCE A MADAGASCAR SERVICE ECONOMIQUE LE 1 ER JUILLET 2016 LE COMMERCE EXTERIEUR DE L UNION DES COMORES EN 2015 Les échanges de l Union des Comores ont atteint 278 M en 2015 (source FMI),

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. France : faut-il devenir plus optimiste? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. France : faut-il devenir plus optimiste? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE février N France : faut-il devenir plus optimiste? Jusqu à la fin de, il était difficile d être optimiste sur les perspectives économiques pour la France : enquêtes mal orientées,

Plus en détail

Suite de prise de note du cours des finances internationales BY : AYOUZMED

Suite de prise de note du cours des finances internationales BY : AYOUZMED Suite de prise de note du cours des finances internationales BY : AYOUZMED IV- sources de financement d un déficit : 1)-les investissements directs : il se traduit par la création d une filiale.il est

Plus en détail

Bilan Région Poitou-Charentes

Bilan Région Poitou-Charentes Bilan Région Poitou-Charentes Population au 01/01/2014 1 796 434 Economie PIB 2013 46 622 25 995 Évolution depuis 2000 +0,3% Emploi 2013 Niveau d emploi 690 249 - Évolution depuis 2000 +5,0% Taux de chômage

Plus en détail

ATOUT FRANCE. Agence de développement touristique de la France

ATOUT FRANCE. Agence de développement touristique de la France ATOUT FRANCE Agence de développement touristique de la France Karim Mekachera Directeur Atout France Moyen-Orient & Turquie TOURISME : UNE DEMANDE TOUJOURS EN CROISSANCE GRANDES TENDANCES DE 2011 Des flux

Plus en détail

Une activité commerciale solide, des résultats en croissance, une entreprise en pleine transformation

Une activité commerciale solide, des résultats en croissance, une entreprise en pleine transformation Communiqué de presse Croix, le 14 mars 2016 Une activité commerciale solide, des résultats en croissance, une entreprise en pleine transformation Croissance du chiffre d affaires HT consolidé à 54,2 Mds,

Plus en détail

2. Présentez la structure (sectorielle & géographique) du commerce extérieur de la Chine.

2. Présentez la structure (sectorielle & géographique) du commerce extérieur de la Chine. BTS CE1 ECONOMIE EVALUATION N 2 Situation d économie. 1. Analysez et interprétez l évolution du degré d ouverture de la Chine au commerce international entre 1987 et 2007 ainsi que celle du solde de ses

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Le Point. sur la situation économique et financière du québec

Le Point. sur la situation économique et financière du québec Le Point sur la situation économique et financière du québec Printemps 2013 Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé, fabriqué au Québec, contenant 100 % de fibres postconsommation et

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES DU 1 er TRIMESTRE

CHIFFRE D AFFAIRES DU 1 er TRIMESTRE CHIFFRE D AFFAIRES DU 1 er TRIMESTRE 2015-2016 13 janvier 2016 INFORMATIONS PRÉVISIONNELLES Cette présentation contient des informations pouvant être réputées informations prévisionnelles, telles que des

Plus en détail

Economie Ouverte (II) Interdépendances

Economie Ouverte (II) Interdépendances Economie Ouverte (II) Interdépendances Balance commerciale Equilibres des balance des paiements Economie ouverte II 1. Equilibre de la balance commerciale Elasticités critiques Courbe en J Effet d un droit

Plus en détail

Budget Citoyen. 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance»

Budget Citoyen. 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance» Royaume du Maroc MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU BUDGET 1 Budget Citoyen 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance»

Plus en détail

Dans une année de refondation, des résultats encourageants portés par une dynamique commerciale positive

Dans une année de refondation, des résultats encourageants portés par une dynamique commerciale positive Communiqué de presse Croix, le 31 août 2016 Dans une année de refondation, des résultats encourageants portés par une dynamique commerciale positive Hausse du chiffre d affaires HT consolidé : +0,8 %*

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

16 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE L ESPAGNE

16 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE L ESPAGNE 16 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE ESPAGNOLE Espagne Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 46,5 PIB (en G$ US courants) 1 406,5 PIB par habitant (en $ US courants) 30 271,5

Plus en détail

Bonne performance annuelle Résultat opérationnel courant : +6,1% en organique Résultat net: +10,6%

Bonne performance annuelle Résultat opérationnel courant : +6,1% en organique Résultat net: +10,6% Paris, 9 juin 2016 Résultats annuels consolidés 2015-16 (avril 2015 mars 2016) Bonne performance annuelle Résultat opérationnel courant : +6,1% en organique Résultat net: +10,6% Au 31 mars 2016, Rémy Cointreau

Plus en détail

Tour d horizon des marchés d ici et d ailleurs. Rendez-Vous du transport 2014 JEUDI, 12 JUIN 2014 Victoriaville, Québec

Tour d horizon des marchés d ici et d ailleurs. Rendez-Vous du transport 2014 JEUDI, 12 JUIN 2014 Victoriaville, Québec Tour d horizon des marchés d ici et d ailleurs Rendez-Vous du transport 2014 JEUDI, 12 JUIN 2014 Victoriaville, Québec Les principaux Importateurs Secteur transport - Automobiles Les principaux Importateurs

Plus en détail

Évolution selon deux axes : les perspectives de l économie canadienne

Évolution selon deux axes : les perspectives de l économie canadienne Évolution selon deux axes : les perspectives de l économie canadienne Exposé présenté devant l Association de l industrie touristique de la Nouvelle-Écosse et Cape Breton Partnership Sydney (Nouvelle-Écosse)

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU CONGO. J-L. KAYEMBE wa KAYEMBE DG/Politique Monétaire et Opérations Bancaires

BANQUE CENTRALE DU CONGO. J-L. KAYEMBE wa KAYEMBE DG/Politique Monétaire et Opérations Bancaires BANQUE CENTRALE DU CONGO RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONETAIRE EN 2012 J-L. KAYEMBE wa KAYEMBE DG/Politique Monétaire et Opérations Bancaires Kinshasa, mars 2013 Sommaire I. Bref aperçu sur le dispositif

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Informations financières forte au T1 à +7,8% avec un CA de 6Mds proche de la stabilité hors Buildings & Partner en croissance, Industry quasi-stable hors Infrastructure se stabilise, l activité IT est

Plus en détail

Résultats Annuels 2012

Résultats Annuels 2012 Résultats Annuels 2012 31 janvier 2013 Bernard Arnault Excellente performance en 2012 Croissance organique des ventes de 9 % Base de comparaison élevée Forte dynamique aux Etats-Unis et bonne progression

Plus en détail

Croissance potentielle et croissance effective

Croissance potentielle et croissance effective novembre - N Croissance potentielle et croissance effective Lorsqu'on s'interroge sur les perspectives de croissance à long terme, aux et en Europe, après la récession, on peut avoir deux approches : prévoir

Plus en détail

Bienvenue. ASAA, section Fribourg. Mardi 24 mai Haute école de gestion Fribourg Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. ASAA, section Fribourg. Mardi 24 mai Haute école de gestion Fribourg  Haute école de gestion Fribourg Bienvenue ASAA, section Fribourg Mardi 24 mai 2011 Haute école de gestion Fribourg Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) Taux de change: un bref tour d horizon En préambule..

Plus en détail

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Premières estimations : 16 janvier 2013 Les chaînes de valeur mondiales (CVM) jouent aujourd hui un rôle de premier plan dans l économie de l

Plus en détail

COLLOQUE COFACE. Carrousel du Louvre - Mardi 26 janvier 2016

COLLOQUE COFACE. Carrousel du Louvre - Mardi 26 janvier 2016 COLLOQUE COFACE Carrousel du Louvre - Mardi 26 janvier 2016? térogéneité extrême des Etats- pour notre continent à prendre en mains son destin et à peser sur les grandes décisions géo- pas à rendre prise

Plus en détail

Bilan Région Haute-Normandie

Bilan Région Haute-Normandie Bilan Région Haute-Normandie Population au 01/01/2014 1 851 909 habitants Economie PIB 2013 51,6 Md 27 864 / habitant +0,1% en moyenne depuis 2000 Emploi 2013 702 800-0,7% depuis 2000 Taux de chômage 2014

Plus en détail

L accumulation du capital

L accumulation du capital L accumulation du capital 1 D É F I N I T I O N S E T M É C A N I S M E S Définition courte et provisoire 2 L investissement est «l augmentation du stock de capital». L investissement est donc un flux

Plus en détail

Bulletin du FMI. L Afrique subsaharienne entretient la croissance dans un monde incertain

Bulletin du FMI. L Afrique subsaharienne entretient la croissance dans un monde incertain Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES RÉGIONALES L Afrique subsaharienne entretient la croissance dans un monde incertain Bulletin du FMI en ligne 12 octobre 2012 La croissance de l Afrique subsaharienne

Plus en détail

Les banques dans un environnement de taux bas

Les banques dans un environnement de taux bas Les banques dans un environnement de taux bas Paris, le 8 juillet 2016 Frédéric VISNOVSKY Secrétaire général adjoint Les banques dans un environnement de taux bas 1. La politique monétaire de la BCE 2.

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES 2015 : +3% EN ORGANIQUE QUATRIEME ANNEE CONSECUTIVE DE CROISSANCE ORGANIQUE

CHIFFRE D AFFAIRES 2015 : +3% EN ORGANIQUE QUATRIEME ANNEE CONSECUTIVE DE CROISSANCE ORGANIQUE CHIFFRE D AFFAIRES 2015 : +3% EN ORGANIQUE QUATRIEME ANNEE CONSECUTIVE DE CROISSANCE ORGANIQUE Chiffre d affaires 2015 : 86,3 Md, +5,3% hors constants et +3,0% en o France : la croissance continue, +5,3%

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES AU 31 DECEMBRE 2015

CHIFFRE D AFFAIRES AU 31 DECEMBRE 2015 CHIFFRE D AFFAIRES AU 31 DECEMBRE Repli du chiffre d affaires consolidé principalement en raison des arrêts de maintenance programmés intervenus dans les segments Plomb et Zinc Forte volatilité des cours

Plus en détail

DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME

DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME EDITORIAL DU DIRECTEUR La tenue des comptes et le conseil financier, budgétaire et fiscal des collectivités

Plus en détail

Tableau de bord d indicateurs d impact macro-économique de l économie verte 2 e TrimesTre 2013

Tableau de bord d indicateurs d impact macro-économique de l économie verte 2 e TrimesTre 2013 Tableau de bord d indicateurs d impact macro-économique de l économie verte 2 e TrimesTre 213 Thème Indicateur Période de référence Donnée évolution sur douze mois 1- EMPloI DaNs les éco-activités Emploi

Plus en détail

Épreuve composée. 2. En quoi la délocalisation améliore-t-elle la compétitivité des entreprises?

Épreuve composée. 2. En quoi la délocalisation améliore-t-elle la compétitivité des entreprises? Épreuve composée 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles dans le cadre de l enseignement

Plus en détail

Croissance soutenue à long terme du marché cosmétique. Capacité de croître durablement plus vite que le marché

Croissance soutenue à long terme du marché cosmétique. Capacité de croître durablement plus vite que le marché 1 Croissance soutenue à long terme du marché cosmétique 2 Capacité de croître durablement plus vite que le marché 3 Capacité d améliorer les marges pour une croissance toujours plus rentable 4 Capacité

Plus en détail

Le tourisme mondial en mutation

Le tourisme mondial en mutation Actualité Le tourisme mondial en mutation Casablanca - ITM Andhra Pradesh, la Haute cour à Hyderabad, Inde Avec la crise économique, les événements du «printemps arabe» et le tremblement de terre et le

Plus en détail

Suivi de l'inflation des prix à la consommation des aliments aux niveaux régional et mondial

Suivi de l'inflation des prix à la consommation des aliments aux niveaux régional et mondial Suivi de l'inflation des prix à la consommation des aliments aux niveaux régional et mondial Février 2015 Numéro 7 Aperçu mondial Comme on le prévoyait dans le numéro précédent 1, l'inflation des prix

Plus en détail

Les principaux indicateurs économiques et financiers du Bénin Sources : Commission de l'uemoa, Comité de convergence et BCEAO, Septembre 2004

Les principaux indicateurs économiques et financiers du Bénin Sources : Commission de l'uemoa, Comité de convergence et BCEAO, Septembre 2004 La République du BENIN s'allonge sur 750 km entre le Nigeria à l'est, le Togo à l'ouest, le Burkina et le Nigeria au Nord. Elle possède une facade maritime de 125 km sur le Golfe de Guinée. Superficie:

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 202 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES ER SEMESTRE 202 : CHIFFRE D AFFAIRES : 5,5 MILLIARDS D EUROS (+2) RÉSULTAT NET : 278 MILLIONS D EUROS (-29), IMPACTÉ PAR BOUYGUES TELECOM CARNET DE COMMANDES

Plus en détail

o Des facteurs positifs avec la baisse du pétrole, la baisse de l euro, une politique monétaire accommodante conduite par la BCE.

o Des facteurs positifs avec la baisse du pétrole, la baisse de l euro, une politique monétaire accommodante conduite par la BCE. Art. 107 4è «Dans les communes de 3 500 habitants et plus, le maire présente au conseil municipal, dans un délai de deux mois précédant l'examen du budget, un rapport sur les orientations budgétaires,

Plus en détail

ÉPREUVE COMPOSÉE TROISIÈME PARTIE : RAISONNEMENT S APPUYANT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE

ÉPREUVE COMPOSÉE TROISIÈME PARTIE : RAISONNEMENT S APPUYANT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE THÈME : RÉGULATION ET DÉSÉQUILIBRES MACROÉCONOMIQUES ÉPREUVE COMPOSÉE TROISIÈME PARTIE : RAISONNEMENT S APPUYANT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE Sujet Ce sujet comporte trois documents. En quoi les politiques

Plus en détail

Gabon Profil pays EPT 2014

Gabon Profil pays EPT 2014 Profil pays EPT 4 Contexte général Pays d Afrique Centrale à revenu intermédiaire tranche supérieure (PIB/habitant de 56 $US en ), le a une population totale d un peu plus,6 millions d habitants en. Sur

Plus en détail

STATISTIQUES ET INDICATEURS ECONOMIQUES

STATISTIQUES ET INDICATEURS ECONOMIQUES STATISTIQUES ET INDICATEURS ECONOMIQUES Sources : OFFICE NATIONAL DES STATISTIQUES (ONS), Alger, avril 2006. COMPTES ECONOMIQUES Taux de croissance (en volume) de la Production intérieure brute Taux de

Plus en détail

Turquie : Situation économique et relations économiques avec la France

Turquie : Situation économique et relations économiques avec la France Turquie : Situation économique et relations économiques avec la France Stephan Dubost Istanbul, le 21 octobre 2015 Ambassade de France en Turquie Service Economique Régional 1. Situation économique de

Plus en détail

Afrique Sub-saharienne Perspectives Economiques Régionales et Leçons de réformes des subventions énergétiques. Roger Nord May 2013

Afrique Sub-saharienne Perspectives Economiques Régionales et Leçons de réformes des subventions énergétiques. Roger Nord May 2013 Afrique Sub-saharienne Perspectives Economiques Régionales et Leçons de réformes des subventions énergétiques Roger Nord May 2013 Perspectives économiques régionales Contexte Mondiale: Croissance à plusieurs

Plus en détail

IMPACT DE LA CRISE MONDIALE SUR L ECONOMIE MAROCAINE

IMPACT DE LA CRISE MONDIALE SUR L ECONOMIE MAROCAINE Rabat, le 30 juin 2010 IMPACT DE LA CRISE MONDIALE SUR L ECONOMIE MAROCAINE Le système financier marocain n a pas pâti de la crise financière pour deux raisons essentielles. La première a trait au cadre

Plus en détail

TAUX DE CHANGE DES PRINCIPALES DEVISES MOIS D AOUT 2016

TAUX DE CHANGE DES PRINCIPALES DEVISES MOIS D AOUT 2016 TAUX DE CHANGE DES PRINCIPALES DEVISES MOIS D AOUT 2016 Au cours du mois d Août 2016, le marché des changes été marqué par la poursuite des tensions du taux de change. Entre le début et la fin de mois

Plus en détail

3.2 Comment expliquer la croissance des «30 Glorieuses»?

3.2 Comment expliquer la croissance des «30 Glorieuses»? 3.2 Comment expliquer la croissance des «30 Glorieuses»? 3.2.1 Les traits de la croissance des 30 Glorieuses Croissance forte et régulière avec une atténuation significative des cycles Croissance de plein

Plus en détail

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT Infos financières Juin 2014 Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Selon les perspectives de l économie mondiale publiées par le Fonds Monétaire

Plus en détail

Les conséquences économiques du Brexit sur le Royaume-Uni. Conjoncture économique et financière 6 juillet 2016

Les conséquences économiques du Brexit sur le Royaume-Uni. Conjoncture économique et financière 6 juillet 2016 Les conséquences économiques du Brexit sur le Royaume-Uni Conjoncture économique et financière 6 juillet 2016 Que s est-il passé depuis le Brexit? 2 1/ La Livre Sterling a baissé 96 94 92 1997=100 Taux

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances

Le marché du vin : évolutions et tendances Paris, le 13 Mai 2014 CONFERENCE DE PRESSE Le marché du vin : évolutions et tendances Directeur Général Jean-Marie Aurand Analyse du marché du vin : La consommation Les flux du commerce international Premières

Plus en détail

CEPII. L économie mondiale 2007

CEPII. L économie mondiale 2007 CEPII L économie mondiale 2007 PREMIÈRE PARTIE L état de l économie mondiale I / Croissance et déséquilibres Agnès Bénassy-Quéré, Vladimir Borgy* L appétit de dépense américain et l attrait du dollar En

Plus en détail

Information financière 30 septembre. au octobre 2010

Information financière 30 septembre. au octobre 2010 Information financière 30 septembre au 2010 26 octobre 2010 Ventes nettes à fin septembre 2010 en hausse de 19,4% Poursuite de la hausse des marchés à un rythme plus rapide qu attendu Hausse des volumes

Plus en détail

Commerce Equitable : Diagnostic, expérience et position de l AFD Jean-René CUZON (PSP/APR)

Commerce Equitable : Diagnostic, expérience et position de l AFD Jean-René CUZON (PSP/APR) Commerce Equitable : Diagnostic, expérience et position de l AFD Jean-René CUZON (PSP/APR) Conférence FERDI «Commerce Equitable et Développement : Qu avons-nous appris pour les politiques futures?» 21

Plus en détail

PÉTROLE: MARÉE NOIRE SUR LA CROISSANCE?

PÉTROLE: MARÉE NOIRE SUR LA CROISSANCE? 203-216.qxp 09/11/2004 17:26 Page 203 PÉTROLE: MARÉE NOIRE SUR LA CROISSANCE? Département analyse et prévision de l OFCE En pleine croissance, l'économie mondiale doit faire face à une flambée des prix

Plus en détail

Le commerce extérieur indien en : résorption du déficit sur fonds d inflexion des échanges en valeur

Le commerce extérieur indien en : résorption du déficit sur fonds d inflexion des échanges en valeur Le commerce extérieur indien en 2015-2016 : résorption du déficit sur fonds d inflexion des échanges en valeur Résumé Le montant des échanges extérieurs a enregistré, au cours du dernier exercice budgétaire

Plus en détail

IMF-WB Workshop on Medium Term Debt Management Strategy (MTDS) Taux d intérêt et taux de change

IMF-WB Workshop on Medium Term Debt Management Strategy (MTDS) Taux d intérêt et taux de change Taux d intérêt et taux de change Taux d intérêt (marché) Les flux de trésorerie ainsi que le coût et le risque d une stratégie de gestion de dette sont fonction de l evolution future des taux d intérêt

Plus en détail

RÉSULTATS SEMESTRIELS Road Show Paris Kepler Cheuvreux 15 avril 2016

RÉSULTATS SEMESTRIELS Road Show Paris Kepler Cheuvreux 15 avril 2016 RÉSULTATS SEMESTRIELS 2015-2016 Road Show Paris Kepler Cheuvreux 15 avril 2016 2 Road Show Paris, 15 avril 2016, Résultats semestriels 15-16 UN 1 er SEMESTRE DYNAMIQUE LES TEMPS FORTS DU SEMESTRE Continuité

Plus en détail

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré FICHE PAYS ESPAGNE : UNE BATAILLE PERDUE D AVANCE? Département analyse et prévision L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré tous les efforts en termes de finances publiques et de réformes

Plus en détail

JEDS-EGI Journées des Ecoles Doctorales Tunisiennes

JEDS-EGI Journées des Ecoles Doctorales Tunisiennes JEDS-EGI Journées des Ecoles Doctorales Tunisiennes Sousse 13-15 avril 216 7 La «stagnation séculaire» est-elle un risque systémique pour l économie mondiale (et pour la Tunisie)? L Hyperfinance entraîne

Plus en détail

Perspectives de rentrée. Septembre 2013

Perspectives de rentrée. Septembre 2013 Perspectives de rentrée Septembre 2013 Où investir? Les marchés actions internationaux Etats-Unis Reprise économique Momentum favorable A surveiller: fin QE Amérique Latine Manque de réformes Croissance

Plus en détail

TEST 2. Taux de croissance annuel moyen du PIB par habitant ( )

TEST 2. Taux de croissance annuel moyen du PIB par habitant ( ) Taux de croissance annuel moyen du PIB par habitant (1961-2000) Source : FMI Q1 Faites une phrase donnant la signification de la donnée pour la France Entre 1961 et 2000, le PIB par tête français, c est-à-dire

Plus en détail

PROMOTION DES EXPORTATIONS VERS LES MARCHÉS AFRICAINS -LE FINANCEMENT- Journée nationale du mardi 26 avril 2016 HÔTEL AFRICA TUNIS

PROMOTION DES EXPORTATIONS VERS LES MARCHÉS AFRICAINS -LE FINANCEMENT- Journée nationale du mardi 26 avril 2016 HÔTEL AFRICA TUNIS PROMOTION DES EXPORTATIONS VERS LES MARCHÉS AFRICAINS -LE FINANCEMENT- Journée nationale du mardi 26 avril 2016 HÔTEL AFRICA TUNIS 1 INTRODUCTION Les exportations tunisiennes ont représenté durant la décennie

Plus en détail

L environnement financier des collectivités locales

L environnement financier des collectivités locales L environnement financier des collectivités locales Situation à mi-novembre 2011 DDTR Délégation au réseau Département stratégie territoriale et partenariats Jean-Luc Boeuf Paris, 8 novembre 2011 Un contexte

Plus en détail

Fiscalité carbone et enjeux d équité. Emmanuel COMBET - CIRED Centre international de recherche sur l environnement et le développement

Fiscalité carbone et enjeux d équité. Emmanuel COMBET - CIRED Centre international de recherche sur l environnement et le développement Fiscalité carbone et enjeux d équité Emmanuel COMBET - CIRED Centre international de recherche sur l environnement et le développement Crainte des conséquences sociales du prix du carbone Désaccords sur

Plus en détail

Statistiques du commerce international 2003

Statistiques du commerce international 2003 OMC 2003 Statistiques du commerce international 2003 Table des matières Évolution du commerce mondial en 2002 et perspectives pour 2003............................. 1 1. Faits marquants concernant le

Plus en détail