Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1"

Transcription

1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

2 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite fille est en pleine forme, et était suivie par son pédiatre qui a réalisé toutes les vaccinations recommandées. 1. Décrivez quels vaccins ont été réalisés chez Lina, à quel âge? 2. Ils reviennent vous voir pour les 1 an de Lina, soulagés d avoir enfin trouvé une place en crèche. Quel(s) vaccin(s) allez vous recommander? Selon quelles modalités pratiques? 3. La maman est extrêmement rassurée car elle est terrorisée par les méningites, notamment le cas de cette petite fille dans une école de Nice. Que pensez-vous de l intérêt et de l efficacité des vaccinations anti-pneumococcique et anti-méningococcique que vous avez réalisés chez Lina? 4. La maman vous demande quel délai elle doit attendre entre chaque injection?

3 5. Elle aimerait savoir en combien de temps ces 3 vaccins vont être efficaces. Que lui répondez-vous? 6. Certains de ces vaccins sont vivants atténués, d autres inertes. Classez-les, et expliquez pourquoi cette différence est importante en pratique clinique. 7. Il existe un 2 ème vaccin pneumocoque, 23-valent. En quoi est-il différent du vaccin pneumocoque 13- valent? 8. Elle aimerait connaître les effets secondaires potentiels de chacun de ces 3 vaccins. Expliquez-lui.

4 1. Décrivez quels vaccins ont été réalisés chez Lina, à quel âge?

5 VACCINATION NOURRISSON> RÉPONSE 2 mois : Vaccin hexavalent (DTPCaHiHb) + Pneumocoque 3 mois : Vaccin pentavalent (DTPCaHi) 4 mois : Vaccin hexavalent (DTPCaHiHb) + Pneumocoque. BCG : demander les facteurs de risque? enfant dont au moins l un des parents est originaire d un pays de forte endémie; enfant devant séjourner au moins un mois d affilée dans l un de ces pays ; enfant ayant des antécédents familiaux de tuberculose enfant résidant en Île-de-France ou en Guyane ; enfant dans toute situation jugée par le médecin à risque d exposition au bacille tuberculeux, notamment enfant vivant dans des conditions de logement défavorables (habitat précaire ou surpeuplé) ou socioéconomiques défavorables ou précaires (en particulier parmi les bénéficiaires de la CMU, CMUc,,AME ) ou en contact régulier avec des adultes originaires d un pays de forte endémie

6 2. Ils reviennent vous voir pour les 1 an de Lina, soulagés d avoir enfin trouvé une place en crèche. Quel(s) vaccin(s) allez vous recommander? Selon quelles modalités pratiques?

7 RÉPONSE Liés à l âge : Primo-vaccination Rougeole-Oreillons-Rubéole + Méningocoque C. Rappel Pneumocoque ROR : La première dose est recommandée à l âge de 12 mois (9 mois si entrée en collectivité) et la seconde entre 13 et 24 mois. Méningocoque C : une seule dose de méningo C conjugué monovalent entre 12 et 24 mois. Pneumocoque : 3 ème et dernière injection.

8 MODALITÉS DE VACCINATION Acte médical à part entière qui engage la responsabilité du médecin Recherche de contre-indications temporaires ou définitives Nécessite des explications claires, en vue de recueillir un consentement éclairé Consignée sur le carnet de santé de l'enfant ou de l'adulte (établir un certificat à défaut) Cachet du médecin, date Marque du vaccin et numéro du lot de fabrication Surveillance du patient 30 min après l injection pour dépister une éventuelle anaphylaxie

9 VOIE D ADMINISTRATION Asepsie, éliminer l air, ne pas injecter en intra vasculaire Intradermique stricte: uniquement pour le BCG Sous-cutanée profonde (SC) au niveau du deltoïde: vaccins vivants atténués, troubles de la coagulation Intramusculaire (IM) dans le deltoïde après 2 ans ou face antérolatérale de la cuisse avant 2 ans. La fesse n'est pas recommandée +++

10 CONTRE-INDICATIONS VACCINALES (CF. AMM) CI définitive CI temporaire Pas de CI Allergie à un des constituants du vaccin Vaccins vivants atténués: - immunodéprimé - grossesse Infection aiguë sévère Crise d allergie BCG: prématuré < 3 kg, dermatose étendue Coqueluche: encéphalopathie évolutive, ATCD de réaction grave au vaccin Infection aiguë bénigne non fébrile, allaitement, asthme, eczéma, vaccins inertes chez l immunodéprimé

11 3. La maman est extrêmement rassurée car elle est terrorisée par les méningites, notamment le cas de cette petite fille dans une école de Nice. Que pensez-vous de l intérêt et de l efficacité des vaccinations antipneumococcique et anti-méningococcique que vous avez réalisé chez Lina?

12 PNEUMOCOQUE RÉPONSE Diminution de l incidence des infections invasives à pneumocoque chez l enfant (réduction de > 90% pour bactériémies et méningites, 30-70% pour pneumonies) Réduction de la prévalence de la résistance aux antibiotiques Réduction de la transmission par diminution du portage naso-pharyngé

13

14

15

16 MÉNINGOCOQUE C Incidence méningites à méningocoque = 1 à 5 cas / habitants dans les pays industrialisés. En France, en 2009, 536 cas recensés : 70 % sérotype B 22 % sérotype C 4 % sérotype Y 4% sérotype W135

17 4. La maman vous demande quel délai elle doit attendre entre chaque injection?

18 RÉPONSE On peut vacciner le même jour contre pneumocoque, ROR et méningocoque mais en des sites d injection différents Seule contre-indication à l administration simultanée: 2 vaccins viraux atténués (pas le BCG),car risque théorique de diminution de la réponse immune(ex: ROR et fièvre jaune). Intervalle minimum de 4 semaines.

19 5. Elle aimerait savoir en combien de temps ces 3 vaccins vont être efficaces. Que lui répondez-vous?

20 RÉPONSE Rappel vaccin pneumocoque 13-valent: réponse secondaire donc quelques jours Primo-vaccination ROR et méningocoque: réponse primaire en jours

21 6. Certains de ces vaccins sont vivants atténués, d autres inertes. Classez-les, et expliquez pourquoi cette différence est importante en pratique clinique.

22 RÉPONSE Vivant atténué ROR Inerte Pneumocoque, méningocoque Réponse immunitaire très proche de l infection naturelle: durable, cellulaire + humorale Immunité essentiellement humorale 1 ou 2 injections suffisent Nécessité de rappels Contre-indiqués chez les immunodéprimés Autorisés chez l immunodéprimé

23 7. Il existe un 2 ème vaccin pneumocoque, 23-valent. En quoi estil différent du vaccin pneumocoque 13-valent?

24 RÉPONSE 13-valent Polyosidique conjugué (à une protéine diphtérique) 23-valent 89 sérotypes capsulaires identifiés Polyosidique non conjugué Réponse thymo-dépendante chez > 2 mois Stimulation des T helpers qui activent les B pour une production d Ac Réponse secondaire lors des rappels car mémoire immunitaire Indiqué chez tous les enfants Efficacité > 90% pour les sérotypes vaccinaux Réduit le portage Réponse thymo-indépendante chez > 2 ans Réponse primaire: production d anticorps (activation des lymphocytes B sans coopération avec les T helpers) Pas de mémoire immunitaire, donc pas de réponse secondaire Adultes à risque 50 à 70% Pas d effet sur le portage

25 8. Elle aimerait connaître les effets secondaires potentiels de chacun de ces 3 vaccins. Expliquez-lui.

26 RÉPONSE Comme tous les médicaments, les vaccins sont susceptibles d induire des réactions ou effets indésirables Réactions les plus communes et bénignes : - Locales : douleur, rougeur, œdème au point d injection - Générales : fièvre, éruption, céphalées, vomissements Délai de survenue après l injection le plus souvent prévisible : - Inflammation locale et fièvre précoces avec les vaccins inertes : 24 à 48 h après l injection - Eruption et fièvre plus tardives avec les vaccins vivants atténués (entre 5 et 10 j après l injection, fonction de la durée d incubation de la maladie). Effets fréquents et bénins : avertir et proposer des mesures de prévention (ex: antipyrétiques si fièvre, pendant 24 à 36 h après un vaccin DTCoqPolio-Hib ou entre J5 et J10 après un vaccin rougeole)

27 Plus rarement, effets secondaires plus sévères : convulsions fébriles, BCG-ite avec le vaccin tuberculeux Réactions de type allergique possibles (œdème de Quincke, choc anaphylactique ). Le plus souvent liés à certains constituants des vaccins (produits adjuvants, conservateurs, antibiotiques). Effets secondaires pour chaque vaccin répertoriés dans le Vidal. Effets parfois inconnus dont la relation avec la vaccination peut-être suspectée. Rapporter systématiquement aux centres de pharmacovigilance.

28 RÉFÉRENCES Calendrier vaccinal édité dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (10 avril 2012), BEH le point sur l hépatite B (10 juillet 2012),BEH Tuberculose en France (12 juin 2012) Guide des vaccinations 2012 édité par l INPES En ligne : En ligne : BEH N / 10 avril 2012 BEH n 24-25/ 12 juin 2012 BEH n /10 juillet 2012

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

VIII/ Sujets à risque

VIII/ Sujets à risque 17 novembre 2010 VIII/ Sujets à risque DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN Tuberculose Coqueluche Pneumocoque Méningocoque Hépatite A Hépatite

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses Vaccination: savoir répondre r aux controverses Marc H. Lebel, MD, FRCPC Service des maladies infectieuses 1 Objectifs Identifier les principaux effets adverses reliés à la vaccination Savoir répondre

Plus en détail

MIE Pédiatrie item 76 Les vaccinations en pédiatrie Année universitaire 2007-2008

MIE Pédiatrie item 76 Les vaccinations en pédiatrie Année universitaire 2007-2008 LES VACCINATIONS EN PÉDIATRIE L évolution épidémiologique des infections, l arrivée de nouveaux vaccins, a rendu le calendrier vaccinal complexe avec des vaccins traditionnels (BCG, Pentavalent, ROR, HB,

Plus en détail

Dossier N 2. Cours Module Optionnel MG Vaccinations. Pr Philippe HOFLIGER Mlle Somaly KAING : IMG

Dossier N 2. Cours Module Optionnel MG Vaccinations. Pr Philippe HOFLIGER Mlle Somaly KAING : IMG Dossier N 2 Cours Module Optionnel MG Vaccinations Pr Philippe HOFLIGER Mlle Somaly KAING : IMG Dossier N 2 Pedro, 4 ans, est amené par sa mère car l école lui a demandé de mettre à jour ses vaccinations.

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013,

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013, REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS N 2013.0051/AC/SEVAM du 29 mai 2013 du collège de la Haute Autorité de Santé relatif au protocole de coopération 048 «Consultation, décision et prescription de vaccination pour

Plus en détail

Cas clinique n 1. Cas prototypique. Dr D. Caprini Dr C. Casta

Cas clinique n 1. Cas prototypique. Dr D. Caprini Dr C. Casta Cas clinique n 1 Cas prototypique Dr D. Caprini Dr C. Casta Mme N. se présente le 15/09/12 à la consultation pour Noémie, née le 10/11/2011 : «Noémie ne marche pas encore alors que le fils de ma voisine

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Prevenar 13 suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) 2. COMPOSITION QUALITATIVE

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1 Mieux protéger autour de la naissance Crédits photos : Fotolia - FRAN000000093 FR00825 - Juillet 2013 Les vaccinations de la maman, du bébé et de son entourage D après le calendrier vaccinal 2013 1 drier

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 )

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) MONOGRAPHIE Prevnar * 13 Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) Suspension pour injection intramusculaire Agent d immunisation active * M.D. de Wyeth Pfizer

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

Voyages et vaccinations

Voyages et vaccinations Voyages et vaccinations VOYAGES LES MICI NE SONT PAS UN OBSTACLE AUX VOYAGES. Cependant, sauf urgences professionnelles, mieux vaut envisager les déplacements en période de rémission quand tout va bien.

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Adolescents Adultes Observations (voir détails dans les notes)

Adolescents Adultes Observations (voir détails dans les notes) (mise à jour: 27 février 2015) Tableau 1: Vaccination systématique recommandée - Résumé des notes d information de l OMS Antigène Enfants (voir details tableau 2) Recommandations pour tous les programmes

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE)

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE) 1 DONNES PERINATALES Année HautsdeSeine Note 1A DONNEES DEMOGRAPHIQUES INSEE, INSERM Nouveaunés vivants domiciliés 2012 24 790 Taux de natalité (nouveaunés vivants pour 1000 habitants) 2012 15,6 pour 1000

Plus en détail

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille 2015 JL SCHMIT

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille 2015 JL SCHMIT Mise au point sur la vaccination antiméningoccique DU Lille 2015 JL SCHMIT Bon modèle Capsule polysaccharidique Intérêt de la conjugaison à des protéines pour augmenter la réponse vaccinale Emergence d

Plus en détail

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B 10.4.3 : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B Composition Un vaccin inactivé combiné contre l hépatite A et l hépatite B est distribué au Canada : Twinrix (GlaxoSmithKline). Les antigènes utilisés

Plus en détail

IMMUNOLOGIE DES VACCINS

IMMUNOLOGIE DES VACCINS FICHE TECHNIQUE avril 2009 Voir en complément : Les principaux vaccins : Indications et modalités d utilisation La vaccination, deuxième partie, mai 2009 LA VACCINATION 1 re partie : Principes généraux

Plus en détail

Le point sur la vaccination en France

Le point sur la vaccination en France Le point sur la vaccination en France Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant- Bron Président du Comité technique des vaccinations Semaine Européenne de la vaccination-

Plus en détail

Des réponses. Vaccination

Des réponses. Vaccination Des réponses à vos questions sur la Vaccination Vacciner permet de réduire considérablement le nombre de malades et de décès par maladies infectieuses. C est un geste médical à part entière, sur lequel

Plus en détail

1 - MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES

1 - MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES PROCÉDURE RELATIVE AUX MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES ET AUX MALADIES À DÉCLARATION OBLIGATOIRE Références - Arrêté du 3 mai 989 Durées et conditions d'éviction, mesures de prophylaxie à prendre

Plus en détail

Vaccinations : amélioration de la couverture vaccinale

Vaccinations : amélioration de la couverture vaccinale Document élaboré par un groupe de travail pluri professionnel avec la participation de la HAS Protocoles pluridisciplinaires de soins de santé primaire en maisons de santé, pôles de santé et centres de

Plus en détail

(mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS

(mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS (mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS Antigène Recommandations pour tous les enfants BCG 1 Hépatite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 septembre 2010 VAQTA 50 U/ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A, inactivé, adsorbé B/ 1 seringue préremplie en verre de 1 ml (CPI

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV. Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation

Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV. Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation Plan Vaccination Historique Types de vaccins Risques infectieux inhérents à l activité

Plus en détail

6La vaccination et les allergies

6La vaccination et les allergies CHAPITRE 6 Ursule@Fotolia.com 6La vaccination et les allergies OBJECTIFS Être capable de : Énoncer le principe de vaccination. Indiquer les caractéristiques de l immunité conférée par les vaccins. Présenter

Plus en détail

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier M. R, né le 23/05/66 Depuis l enfance Crises de polyarthrite (asymétrique) Myalgies déclenchées par le froid Éruption fugace papuleuse, prurigineuse;

Plus en détail

Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude

Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Bernard Cas clinique Mr X, 38 ans, homosexuel, infectépar

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Mesure de la couverture vaccinale en France

Mesure de la couverture vaccinale en France Maladies infectieuses Mesure de la couverture vaccinale en France Sources de données et données actuelles Jean-Paul Guthmann, Laure Fonteneau, Daniel Lévy-Bruhl Sommaire Abréviations 2 Résumé 4 1. Introduction

Plus en détail

j accompagne Les premiers pas

j accompagne Les premiers pas j accompagne Les premiers pas DE mon ENFANT Votre enfant est né Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD Nouveautés en vaccination Gaston De Serres, MD Objectifs pédagogiques Suite à cette présentation, le participant sera en mesure de: Décrire la morbidité due au zona chez les personnes âgées et les données

Plus en détail

Coqueluche. Paracoqueluche

Coqueluche. Paracoqueluche CCDM19 : P. Duclos, S. Halperin CCDM18 : P. Duclos 1. Identification Coqueluche Paracoqueluche CIM-9 033.1 ; CIM-10 A37.1 (Croup) Infection bactérienne aigüe du système respiratoire due à Bordetella pertussis.

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Le point sur la vaccination

Le point sur la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 23 au 30 avril 2010 Le point sur la vaccination Parce qu'il est important d'être vacciné et de mettre à jour ses vaccins régulièrement, parce que l'on se pose tous

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Professeur Ch. RABAUD 2007 2ème Journée Régionale d Infectiologie Nancy, 19 Octobre 2007 TUBERCULOSE Histoire d un ex-vaccin obligatoire Vaccinations

Plus en détail

Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques

Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations Collection Avis et Rapports 2 e édition Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations La vaccination

Plus en détail

Calendrier vaccinal 2015

Calendrier vaccinal 2015 Calendrier vaccinal 2015 Quoi de neuf? Entre avis, insuffisance de couverture vaccinale en France, ruptures en vaccin et polémiques Que faire? Dr C. Hommel CVI et CAR de La politique vaccinale en France

Plus en détail

Le chikungunya dans les Antilles

Le chikungunya dans les Antilles C I R E A N T I L L E S G U Y A N E Le chikungunya dans les Antilles ANTILLES GUYANE Le point épidémiologique N 1 / 214 Situation épidémiologique actuelle à Saint Martin Martinique Guadeloupe Surveillance

Plus en détail

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Modification du 15 décembre 2003 Le Département fédéral de l intérieur arrête: I L ordonnance du 13 janvier 1999 sur les déclarations de médecin

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne Programme de vaccination pour les étudiants de médecine INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne 1) Introduction Le personnel de santé est exposé

Plus en détail

Résumé des discussions du Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Les 3, 4 et 5 octobre 2012, à Ottawa (Ontario) RÉSUMÉ

Résumé des discussions du Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Les 3, 4 et 5 octobre 2012, à Ottawa (Ontario) RÉSUMÉ Mot d ouverture La présidente, D re Bryna Warshawsky, souhaite la bienvenue aux participants à la réunion. D r John Spika, directeur général (DG), Centre de l immunisation et des maladies respiratoires

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Menveo MC Vaccin oligosaccharidique contre le méningocoque des groupes A, C, W-135 et Y conjugué au CRM 197 Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie

Plus en détail

j accompagne Les premiers pas

j accompagne Les premiers pas j accompagne Les premiers pas DE mon ENFANT Votre enfant est né Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

Actualités du calendrier vaccinal. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Actualités du calendrier vaccinal. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Actualités du calendrier vaccinal Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 DUCIV Lyon 25 Mars 2015 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le site du Haut Conseil

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies

Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies Cours IFSI clinique 2010-2011 Maladies Infectieuses et Tropicales - S3 Dr Sébastien Gallien Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 200 La vaccination contre les infections invasives à méningocoque Depuis l introduction du vaccin contre

Plus en détail

Vietnam - Buôn Ma Thuôt - Informations générales

Vietnam - Buôn Ma Thuôt - Informations générales Vietnam - Buôn Ma Thuôt - Informations générales Langue: vietnamien et français. Régime politique: République Socialiste. Habitants: 78,7 millions. Décalage horaire: GMT +7 Indicatif Tel: 00 84 (50) pour

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

J accompagne les. de mon enfant / 0 à 3 ans

J accompagne les. de mon enfant / 0 à 3 ans J accompagne les de mon enfant / 0 à 3 ans enfantné Votre est Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

LA VACCINATION. Faculté de médecine H. BASTARAUD- 19 juin 2014

LA VACCINATION. Faculté de médecine H. BASTARAUD- 19 juin 2014 LA VACCINATION Faculté de médecine H. BASTARAUD- 19 juin 2014 PRÉ TEST FACULTÉ DE MÉDECINE H. BASTARAUD - 19/06/2014 2 Vrai Faux Le premier rappel penta- ou hexavalent chez le nourrisson est désormais

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

Être jeune parent à la MSA

Être jeune parent à la MSA vous guider Être jeune parent à la MSA n Prestations, accueil et prévention santé du jeune enfant www.msa.fr L arrivée d un enfant occasionne souvent de grands bouleversements dans la vie d une famille.

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Introduction. Sommaire. Quelques définitions

Introduction. Sommaire. Quelques définitions Le Guide : Vaccination et Travail Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Sommaire Introduction page 3 Quelques définitions Risques infectieux et vaccination page 4 les agents responsables

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 263 Vaccination de populations spécifiques Dans ce chapitre, sont traités quatre types de situations

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

VACCINATION DU GRAND PREMATURE A MAYOTTE. Docteur Léa Brigitte GUERET Service de Néonatologie Centre Hospitalier de Mayotte

VACCINATION DU GRAND PREMATURE A MAYOTTE. Docteur Léa Brigitte GUERET Service de Néonatologie Centre Hospitalier de Mayotte VACCINATION DU GRAND PREMATURE A MAYOTTE Docteur Léa Brigitte GUERET Service de Néonatologie Centre Hospitalier de Mayotte Généralités Prématurité : définition selon l'oms Naissance avant âge 37 semaines

Plus en détail

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 FICHE 1 SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 A QUOI SERT LA SEMAINE DE LA VACCINATION? La Semaine de la Vaccination a été lancée par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2005. Elle est

Plus en détail

Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de

Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Mise à jour sur l utilisation des vaccins quadrivalents contre le méningocoque au Canada PROMOUVOIR ET

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT AEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DEOMIATIO DU MEDICAMET imenrix poudre et solvant pour solution injectable en seringue préremplie Vaccin méningococcique conjugué des groupes A, C, W 135

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail