Note sectorielle «Edition de Logiciels»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note sectorielle «Edition de Logiciels»"

Transcription

1 Note sectorielle La place du SaaS dans le secteur Analystes : Laure Pédurand Eric Seclet 1

2 2

3 SOMMAIRE INTRODUCTION 4 DEFINITION DU SAAS 4 Les indicateurs clés du SaaS 5 Deux business models radicalement opposés 5 STATISTIQUES MONDIALES DU MARCHÉ DES APPLICATIONS D ENTREPRISE 8 Le marché mondial du SaaS estimé à 50,8 Mds$ en Une adoption du SaaS à plusieurs vitesses 8 Une valorisation du SaaS qui intègre une forte prime à la croissance 10 L INDUSTRIE LOGICIELLE FRANÇAISE, PORTÉE PAR LE SAAS ET LES SMACS 11 Les grandes tendances des dépenses logicielles : les SMACS 11 La tendance de fonds : le SaaS 12 Transition lente mais sûre des éditeurs français vers le SaaS 12 Le modèle classique licence / maintenance résiste chez les grands comptes 14 Une valorisation du logiciel français disparate 15 CONCLUSION 17 ANNEXES 18 GLOSSAIRE 18 PROFIL EASYVISTA 19 PROFIL GENERIX 20 PROFIL HARVEST 21 PROFIL STREAMWIDE 22 3

4 Introduction Avec l apparition du concept de «Cloud computing» qui place Internet au cœur des systèmes d informations des entreprises, le modèle économique des acteurs du numérique a subi une profonde mutation. Si l année exacte de son apparition fait encore débat, 1961 pour les uns, avec l introduction du «time-sharing» par John McCarthy qui consistait à partager les ressources d un processeur entre plusieurs utilisateurs, et début des années 1990 pour les autres, avec la naissance d Internet, il est évident que c est ce dernier qui a permis l essor de l informatique dans les nuages. Par la suite, l émergence des géants de l informatique (Google, Amazon, Salesforce, etc ) de la Silicon Valley n a fait qu accélérer le processus de dématérialisation et de virtualisation des données. Définition du SaaS? Le Cloud computing regroupe plusieurs notions qui peuvent parfois prêter à confusion. Aussi, il est important de distinguer le SaaS (Software as a Services) de son ancêtre l ASP (Application Service Provider), sans oublier le «On-demand». Le SaaS est un service consistant en l utilisation d une application hébergée sur des serveurs situés chez le fournisseur. Le client paie généralement un abonnement mensuel pour son utilisation et accède à l application dans le cadre d un accès par un portail «web». A la différence de l ASP qui consiste à délivrer via Internet des logiciels initialement basés sur une architecture «client / serveur», les applications SaaS ont été nativement conçues sur une architecture «web». Le SaaS renvoie donc à une offre plus modulable, flexible et personnalisable en fonction des besoins du client. L utilisation du mode SaaS offre de nombreux avantages pour les utilisateurs : la facilité d utilisation : aucune installation nécessaire, une connexion à Internet suffit pour accéder à l application quel que soit le lieu et n importe quand une gestion du cash plus souple pour le client : Opex vs Capex une externalisation d une partie de l IT : pas de donnée stockée en interne, mises à jour automatiques Quant au terme du «On-demand» (application délivrée à la demande) qui est également souvent utilisé, il est très proche du mode SaaS à la différence que la facturation est faite à l usage, donc en fonction du niveau d utilisation du logiciel par le client. 4

5 Les indicateurs clés du SaaS Lorsqu il est bien maîtrisé, le modèle SaaS assure à l éditeur une stabilité et une croissance de ses revenus sur le long terme. Pour ce faire, l éditeur de logiciels surveille une batterie d indicateurs qui sont bien plus révélateurs du potentiel de croissance et de rentabilité de la société que la simple image du compte de résultat à un instant «T». Parmi les principaux indicateurs communiqués on trouve : Backlog : c est en quelque sorte le carnet de commandes de l éditeur. Il regroupe tous les contrats signés n ayant pas encore été reconnus en chiffre d affaires. Il constitue généralement un excellent indicateur de la visibilité d une société. Comitted Monthly Recurring Revenue (CMRR) : très connu dans les télécoms sous l acronyme «ARPU», cet indicateur mesure la portion des contrats SaaS reconnue chaque mois en chiffre d affaires. Concrètement, il s agit d un abonnement mensuel par le client. Cependant, il n existe pas de règle et son calcul peut différer selon les éditeurs. Churn ou taux d attrition : compte tenu du fait que le point mort est atteint plus tardivement, il est important pour un éditeur SaaS qu il soit le plus bas possible. En effet, il ne peut se permettre de perdre des clients qui n ont pas encore été rentabilisés. D un point de vue pratique, il s agit du rapport entre le nombre de clients perdus sur une période donnée (exemple 1 an) et le nombre de clients effectif en début de période. Plus le ratio est faible, plus les clients sont fidèles. Enfin, en prenant son inverse, il est possible de mesurer le nombre d années de fidélité. Par exemple, un churn de 5% signifie que les clients restent fidèles pendant 20 ans (1 5%). Si le modèle SaaS requiert à son lancement des investissements marketing et commerciaux significatifs, il devient, une fois à l équilibre, un modèle fortement générateur de cash pour l éditeur. Aussi, la maîtrise du churn et la croissance du backlog constituent, à nos yeux, les indicateurs les plus importants pour apprécier le potentiel de croissance d un éditeur sur le long terme, qu il soit pure player SaaS ou éditeur traditionnel. Deux business models radicalement opposés Peut-on faire du SaaS et être rentable? En effet, nombreux sont les pure players SaaS à afficher une croissance mirobolante sans pour autant dégager de bénéfices. Dernièrement, Salesforce, pure player de solutions CRM en mode SaaS, a publié ses résultats avec un chiffre d affaires en croissance de +32% à 5,4 Mds$ tout en affichant une perte nette de -262 M$ (vs -232 M$ un an auparavant). Pour comprendre ce phénomène, il est important de distinguer le business model d un éditeur de logiciels classique de celui d un pure player du SaaS. 5

6 Dans l univers traditionnel, l éditeur a bâti son modèle économique sur la commercialisation d une licence perpétuelle et la facturation de prestations de maintenance (généralement 15% à 20% du coût d acquisition de la licence à partir de N+1). Ainsi, lorsque le client acquiert un logiciel, l éditeur peut reconnaître l intégralité de la vente en compte de résultat. Dans ce scénario, le calendrier des charges (coût d acquisition) est parfaitement aligné avec celui des recettes. Par conséquent, un éditeur traditionnel atteint son point mort beaucoup plus rapidement. Dans le modèle SaaS, les clients n achètent pas de licence perpétuelle. En effet, ils s abonnent à un service qui est généralement facturé mensuellement ou trimestriellement voire à l usage dans le cas du «On-demand». Le mode de rémunération d un éditeur SaaS s apparente donc à un modèle locatif où l essentiel des revenus provient des abonnements. Par exemple, lorsqu un éditeur signe un contrat de 36 mois avec un client, et compte tenu du principe de rattachement des charges et produits à l exercice, il ne peut reconnaître que 1/36 ème de la valeur du contrat en compte de résultat tandis que les dépenses (coûts d acquisition) sont immédiatement comptabilisées. Il y a donc un décalage entre les encaissements et les décaissements, ce qui retarde l atteinte du point mort. Business model classique vs pure player SaaS Point mort M Charges Produits Point mort Charges Produits Année Pure player SaaS N+1 N+3 Editeur traditionnel Source : Euroland Corporate 6

7 Pour illustrer ce phénomène de décalage entre produits et charges, nous reprenons l exemple du contrat de 36 mois avec comme hypothèse un coût d acquisition client de 2500 et un abonnement mensuel de 150. Cash flow mensuel pour 1 client M0 M2 M4 M6 M8 Source : Euroland Corporate Reconnaissance progressive des revenus M10 M12 M14 M16 M18 M20 M22 M24 M26 M28 M30 M32 M34 M36 Coût d acquisition imputé immédiatement en CR Cash flow cumulé pour 1 client M0 M2 M4 M6 M8 Point mort opérationnel M10 M12 M14 M16 M18 M20 M22 M24 M26 M28 M30 M32 M34 M36 Compte tenu de ces paramètres, on observe que l équilibre opérationnel sur un seul client intervient au bout de 17 mois, soit à la moitié de la durée du contrat. Cependant, au fil des mois, l éditeur continuera d acquérir de nouveaux clients, ce qui creusera davantage ses pertes (hypothèse d un coût d acquisition identique à chaque nouveau client). L enjeu pour l éditeur est donc d augmenter sa base installée le plus rapidement possible afin d obtenir un meilleur cash flow après l atteinte de son point mort, d où une croissance rapide du chiffe d affaires et une augmentation des pertes pour ce type d acteurs en début de cycle. Une fois les clients acquis, le modèle SaaS procure une récurrence et une visibilité nettement supérieure à celle des éditeurs traditionnels. 7

8 Statistiques mondiales du marché des applications d entreprise Le marché mondial du SaaS estimé à 50,8 Mds$ en 2018 Dans une étude parue en décembre 2014, IDC estime que le marché mondial des logiciels d applications d entreprise a atteint en 2013 une taille 135,9 Mds$. A l intérieur, les logiciels en mode SaaS auraient représenté 16,6% du marché, soit 22,6 Mds$. Le modèle licence a quant à lui pesé 113,9 Mds$ soit 84,3% du marché. D ici 2018, IDC anticipe un rythme de croissance des logiciels en SaaS 5 fois plus élevé que pour les licences. Ainsi, le CA SaaS est attendu à 50,8 Mds$ (27,8%), représentant un TCAM de +17,6% entre 2014 et 2018, tandis que le mode licence devrait connaître une croissance annuelle moyenne de +3,1% sur la période pour atteindre 131,9 Mds$ (72,2%). Au global donc, le marché devrait représenter 182,7 Mds$ d ici 2018, soit un TCAM de +6,1%. Evolution du marché des applications d entreprise entre 2013 et 2018 M arché mondial des applications d'entreprise En M ds$ Licences 113,3 131,9 SaaS 22,6 50,8 Total 135,9 182,7 Poids % Licences 83,4% 72,2% SaaS 16,6% 27,8% Total 100,0% 100,0% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% TCAM Licences SaaS Total ,1% 17,6% 6,1% 10% 0% Licences SaaS Source : IDC Une adoption du SaaS à plusieurs vitesses Parmi les principales grandes familles de logiciels disponibles en mode SaaS on retrouve les ERP (Enterprise Resource Planning), les logiciels de CRM (Customer Relationship Management), les solutions de SCM (Supply Chain Management) et enfin les logiciels de HCM (Human Capital Management). D après Gartner (avril 2014), c est le segment du CRM qui connaît le plus fort taux de pénétration avec un poids du SaaS sur le marché total de près de 50% en D ici à 2018, les dépenses en solutions SaaS devraient encore progresser et atteindre 59% des dépenses de CRM. Le SCM enregistre également un taux de pénétration SaaS relativement élevé avec un poids de 21% en 2013 et de 30% en 2018e. Les logiciels d ERP sont quant à eux loin derrière avec une part du SaaS de 11% en 2013 et de 15% en 2018e. 8

9 Ce retard s explique, selon nous, par le fait que l implémentation d un nouvel ERP est généralement un processus long et coûteux, mais aussi car il contient des informations hautement stratégiques que les entreprises ne souhaitent pas, pour le moment, localiser dans le cloud. A l inverse, les logiciels de CRM et de SCM bénéficient d une vitesse d implémentation beaucoup plus rapide et d un catalogue d offres plus mature que pour les ERP. Les entreprises sont d autant plus enclines à passer en mode SaaS dans ces segments qui sont considérés comme étant «non critiques». Quel que soit le segment, il est clair que le SaaS est et restera une tendance de fond forte qui portera la croissance des éditeurs de logiciels dans les prochaines années. Hautement concurrentiel sur chacun de ses segments, le marché des applications d entreprise est le théâtre d une bataille féroce entre les éditeurs de logiciels classiques, installés depuis plusieurs décennies à l image de SAP ou d Oracle, et les pure players SaaS comme Salesforce ou Netsuite, qui ont vu le jour à la fin des années 1990, et qui tentent de s imposer sur le marché. A l exception de SAP et Sage Group, le marché est principalement dominé par des américains. Part de marché ERP Part de marché CRM Part de marché HCM Part de marché SCM IBM 1,9% Totvs 1,8% Concur * 2,0% Kronos 2,6% Microsoft 4,6% Sage Group 6,3% Workday NetSuite 1,4% 1,0% Infor 6,1% Oracle 12,3% Autres 35,7% SAP 24,3% Verint Systems 2,4% Nice Systems 2,4% Adobe 3,4% IBM 3,9% Microsoft 6,8% SAS 2,0% Oracle 10,9% SAP 13,0% Autres 39,1% Corner Stone 1,8% IBM 2,3% Sage Group 3,2% Ultimate 4,1% Workday 4,2% Salesforce.com 16,1% Concur 6,1% Microsoft 1,6% Kronos 8,3% Oracle 17,7% Autres 31,9% SAP 18,8% JDA Software 4,4% Manhattan Epicor Associates 1,6% 1,9% Oracle 14,6% SAP 25,8% Autres (57 sociétés) 51,7% Source : Gartner, avril les pure players SaaS sont en rouge * Concur a été acquis en septembre 2014 par SAP 9

10 Une valorisation du SaaS qui intègre une forte prime à la croissance Multiples de valorisation et perspectives financières : éditeurs traditionnels vs pure player SaaS Société Editeurs traditionnels Capitalisation boursière (devise locale, en M) VE/CA VE/EBIT P/E 2015e 2016e 2017e 2015e 2016e 2017e 2015e 2016e 2017e INTUIT ,2x 5,4x 4,8x 24,5x 16,4x 12,9x 39,6x 26,7x 20,9x MANHATTAN ASSOCS INC ,4x 6,9x ns 25,4x 22,6x ns 45,2x 39,4x ns ORACLE CORP ,9x 4,5x 4,3x 10,7x 9,7x 9,3x 15,6x 14,2x 13,6x SAGE GROUP ,4x 4,2x 4,0x 16,4x 15,4x 14,4x 23,0x 22,2x 20,8x SAP SE ,3x 4,1x 3,8x 13,6x 12,9x 12,2x 17,8x 16,5x 15,6x TOTVS SA ,2x 3,0x 2,8x 16,0x 14,5x 13,1x 21,3x 19,1x 17,1x Moyenne 5,1x 4,7x 4,0x 17,8x 15,2x 12,4x 27,1x 23,0x 17,6x Médiane 4,7x 4,3x 4,0x 16,2x 14,9x 12,9x 22,2x 20,6x 17,1x Pure players SaaS CORNERSTONE ONDEMAND INC ,9x 3,9x 3,2x ns ns 84,0x ns ns 145,7x NETSUITE INC ,5x 7,3x 5,5x 263,1x 163,3x 90,3x ns ns ns SALESFORCE COM INC ,3x 6,1x 5,1x 60,8x 45,1x 34,5x 97,9x 71,1x 53,4x ULTIMATE SOFTWARE GROUP INC ,3x 6,0x 5,0x 36,9x 28,6x 20,2x 137,2x 87,9x 53,0x WORKDAY INC ,1x 4,4x 3,4x ns 392,0x 75,0x ns 1100,2x 103,8x Moyenne 7,0x 5,5x 4,4x 120,3x 157,2x 60,8x 117,5x 419,7x 89,0x Médiane 7,3x 6,0x 5,0x 60,8x 104,2x 75,0x 117,5x 87,9x 78,6x Editeurs traditionnels Chiffre d'affaires Croissance du chiffre d'affaires (%) Marge d'ebit (%) 2015e 2016e 2017e e 2016e 2017e INTUIT ,4% 14,3% 13,3% 25,4% 33,1% 37,2% MANHATTAN ASSOCS INC nc 31,1% 8,0% ns 29,2% 30,4% ns ORACLE CORP ,5% 9,6% 3,4% 46,1% 46,5% 46,8% SAGE GROUP ,6% 5,5% 5,6% 27,0% 27,2% 27,7% SAP SE ,6% 5,5% 5,9% 31,4% 31,5% 31,4% TOTVS SA ,3% 7,8% 6,3% 20,3% 20,8% 21,6% Pure players SaaS CORNERSTONE ONDEMAND INC ,3% 26,2% 20,5% -2,8% -0,5% 3,8% NETSUITE INC ,8% 29,5% 32,2% 3,6% 4,5% 6,1% SALESFORCE COM INC ,7% 20,9% 19,7% 12,1% 13,5% 14,7% ULTIMATE SOFTWARE GROUP INC ,7% 21,6% 21,1% 19,8% 21,1% 24,6% WORKDAY INC ,0% 38,2% 30,5% -1,9% 1,1% 4,5% Source : consensus analystes Factset au 09/06/2015 Si le secteur logiciel est globalement mieux valorisé Outre-Atlantique, les pure players du SaaS bénéficient d une prime à la croissance particulièrement importante, se valorisant sur des multiples 4x plus importants que les éditeurs traditionnels si l on considère la médiane de VE/EBIT 2015, comme en témoignent les ratios ci-dessus. Ainsi, un éditeur classique se paie sur des multiples médians 2015 de 4,7x le CA et 14,9x l EBIT versus 7,3x le CA et 60,8x l EBIT pour le pure player SaaS. 10

11 L industrie logicielle française, portée par le SaaS et les SMACS Selon les dernières estimations du Syntec, après un retour à la croissance du secteur IT à +0,9% en 2014, celle-ci devrait s accélérer en 2015 à +1,8%, portée par une logique d investissement vers la transformation numérique / digitale des entreprises. Depuis 2010, les éditeurs de logiciels surperforment le secteur et anticipent une croissance de +3,4% en 2015 après une forte hausse de +2,3% en 2014, essentiellement portée par la croissance des ventes en mode SaaS. En 2014, l édition de logiciels a pesé plus de 10,5 Mds dont près de 1,2 Mds réalisés en SaaS. Croissance du secteur logiciel et par segment 4,9% 4,5% 2,5% 3,8% 2,0% 1,9% 1,6% 1,7% 1,8% 1,7% 1,5% 1,0% 2,4% 2,5% 2,3% 1,9% 3,6% 3,3% 3,4% 2,9% e Logiciels infra / outils Logiciels applicatifs Logiciels embarqués Edition de logiciels Source: Syntec, IDC, avril 2015 Les logiciels applicatifs devraient connaître une croissance soutenue en 2015, de +3,3%, principalement portée par les logiciels de gestion des processus liés à leur transition vers le SaaS. Les grandes tendances des dépenses logicielles : les SMACS Le secteur de l édition de logiciels bénéficie de plusieurs catalyseurs, s inscrivant dans le phénomène «SMACS» qui prend de l ampleur, représentant 13% du marché IT soit 5,5 Mds en croissance attendue de +18% en 2015 (source : IDC Syntec avril 2015). Les SMACS désignent les prestations d intégration des technologies pour : améliorer l aspect Social : l essor de la mobilité, de la dématérialisation des processus et du Big Data suscitent le déploiement d outils collaboratifs, destinés à favoriser l intelligence collective. répondre au besoin de Mobilité des clients et à l essor du BYOD (Bring Your Own Device), l Analyse et l exploitation des données dont les volumes explosent, d où l appellation Big Data, simplifier l architecture IT, réduire les coûts et adapter aux besoins de consommation d une entreprise grâce au Cloud (PaaS, IaaS, SaaS) améliorer la Sécurité dans un univers qui associe Cloud / Big Data / Internet des Objets / Mobilité et donc dans un univers où les données sont particulièrement vulnérables. Le secteur qui portera la croissance du secteur IT et des SMACS sera surtout celui de la banque, finance et assurance, effet de rattrapage après plusieurs années de sousinvestissement et effet de la transition vers le digital. 11

12 La tendance de fonds : le SaaS Actuellement estimées à 1,2 Mds en France (11% du CA logiciel), les ventes SaaS devraient croître de +26% à 1,5 Mds en Les DSI y placent beaucoup d espoir pour réduire leurs dépenses et bénéficier de la souplesse du modèle. Aujourd hui, la majorité des projets SaaS concernent principalement 3 fonctions supports de l entreprise : le marketing / ventes (CRM), les ressources humaines et la comptabilité. Si la gestion des processus métiers est couverte par de nombreuses solutions logicielles, le modèle SaaS est en réalité encore quasi inexistant alors même qu il offre une grande souplesse en termes de prix et d implémentation, notamment pour les PME. Transition lente mais sûre des éditeurs français vers le SaaS Selon l étude de l Afdel «Les 100 Digital» parue en 2015, le logiciel français a réussi sa transformation vers le business model du SaaS : 66 éditeurs sur les 100 premiers génèrent du revenu SaaS avec une moyenne de croissance à +15% avec certains acteurs qui connaissent des croissances supérieures à 50%. Les 20 premiers éditeurs généraient en 2014 plus de 520 M de revenus SaaS, concentrant ainsi 45% du marché français (1155 M de revenus SaaS selon le Syntec en 2014). Parmi la trentaine d éditeurs de logiciels cotés en bourse, la plupart dispose d une offre SaaS mais seulement 9 acteurs déclarent leurs revenus SaaS, totalisant un revenu SaaS de près de 150 M en 2014 (+15% vs 2013). Paysage des acteurs SaaS cotés à la bourse de Paris* 180% TCAM de l'activité SaaS entre 2010 et % 140% EasyVista SA 120% 100% 80% 60% 40% Cegid Group Wedia SA 20% Generix SA Harvest SA Esker SA 0% Sidetrade SA 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% -20% Hubwoo SA -40% Poids du SaaS en 2014 Source: sociétés, Euroland Corporate * la taille des bulles représente le CA total de la société ** en abscisse : le poids du SaaS sur le CA total *** en ordonnée : le taux de croissance moyen annuel de l activité SaaS de chaque société entre 2010 et 2014 à l exception de Sidetrade et Prologue Software pour lesquels les données SaaS sont disponibles depuis

13 Avec un chiffre d affaires SaaS de 48,0 M (vs un CA total de 267 M en 2014), Cegid est le leader SaaS en volumes de chiffre d affaires de la cote française. Depuis 2010, les ventes SaaS enregistrent un TCAM de 31% (vs +1,7% pour l ensemble du groupe), portées par les offres fonctionnelles (SIRH, finance, fiscalité), les cabinets comptables, et les clients mid market. Editeur traditionnel depuis les années 80, Cegid a aujourd hui réussi sa mutation vers le SaaS grâce aux efforts d investissements en R&D et dans une infrastructure Cloud Privé en partenariat avec IBM. Aujourd hui le groupe dégage une marge opérationnelle courante élevée supérieure à 13,0%. Sur le même modèle, Generix, éditeur spécialisé de logiciels de gestion des flux physiques et dématérialisés à destination de l écosystème du commerce, logistique et industriel, enregistre un TCAM de ses ventes SaaS de +18% depuis En , les ventes ont atteint près de 15,0 M (25% du CA) affichant une accélération à +19%. Si sa rentabilité est temporairement pénalisée par les investissements commerciaux et la montée en charge du SaaS (coûts IBM), elle devrait progressivement monter vers 13% en normatif. Le record de croissance revient à EasyVista, avec un TCAM de +142% depuis 2010, 1 ère année de la commercialisation de ses offres d ITSM en mode SaaS à destination des entreprises de petite et moyenne taille. Aujourd hui, le SaaS pèse plus de 7,0 M et pourrait se rapprocher des 10,0 M en Compte tenu de la «canibalisation» de la croissance et des investissements nécessaires au changement de business model, la rentabilité a été longtemps pénalisée mais devrait de nouveau être positive en Harvest, éditeur de logiciels à destination des métiers du conseil patrimonial et financier, a très vite rencontré le succès auprès des conseillers en gestion de patrimoine indépendants avec son offre SaaS, qui pèse près de 4,0 M (17% du CA). Fort de son positionnement de leader et de sa maîtrise des coûts, Harvest affiche une rentabilité opérationnelle courante élevée à près de 19% en StreamWIDE, éditeur de logiciels de solutions de services à valeur ajoutée à destination des opérateurs télécoms, a développé récemment sa technologie SmartMS, système de messagerie mobile commercialisé auprès des entreprises sous la marque Team on the Run. Dans un contexte de mobilité croissante des employés, cette application répond au besoin de synchroniser l information, d optimiser les moyens de contact des utilisateurs inter ou intra entreprises. En plein lancement commercial, les premières retombées en termes de chiffre d affaires sont attendues pour 2015 et permettront à StreamWIDE de développer un modèle SaaS et d avoir une meilleure visibilité et récurrence. Les éditeurs Esker (solutions de dématérialisation des processus documentaires), Hubwoo (logiciels de gestion des achats) et Sidetrade (solutions pour l optimisation de la relation financière clients des entreprises), sont quant à eux des pure players SaaS. Opérant sur un marché de niche, Sidetrade nourrit des ambitions de forte croissance de +25% (plan Target 25) par an nécessitant des investissements importants au détriment de la rentabilité. Quant à Esker, l éditeur se positionne comme le leader SaaS dans son domaine, traitant environ 30 millions de documents dématérialisés par mois sur ses plateformes et jouit d une situation financière solide, mêlant croissance et rentabilité à 2 chiffres. 13

14 Pour les éditeurs de logiciels classiques, l adaptation au modèle SaaS leur permet d accéder à de nouveaux segments de marché, notamment les TPE et PME aux moyens plus limités. Conscients de la nécessité d évoluer, les éditeurs sacrifient ainsi leur croissance et rentabilité à court terme mais s offrent la possibilité d accélérer la prise de parts de marché et surtout une forte visibilité en comparaison avec le modèle traditionnel licence / maintenance. Le modèle classique licence / maintenance résiste chez les grands comptes Si le modèle licence / maintenance tend à reculer au profit du SaaS, il est cependant aujourd hui encore loin d être abandonné. En effet, lorsque le client attache une grande importance à l avantage concurrentiel et au secret industriel, l utilisation du SaaS pose notamment la problématique de confidentialité des données, puisque le client ne dispose pas de ses données in-situ. Si aujourd hui le mode SaaS tend à s imposer chez les PME en raison de son coût beaucoup moins élevé, son adoption est beaucoup plus lente au sein des grands comptes par peur de ne pas contrôler. Pour remédier à cette problématique, les éditeurs proposent de plus en plus à leurs clients des solutions de cloud privé (plus coûteux). Moteurs à l'adoption du SaaS Freins à l'adoption du SaaS OPEX vs CAPEX interropérabilité immédiate avec les autres logiciels déploiement rapide pour les configurations standards facturation à l'usage ou par abonnement aucune infrastructure ni compétence technique requise externalisation de l'hébergement des données de l'utilisateur sur un serveur confidentialité des données hébergées par un prestataires externe crainte de ne pas disposer en permanence des fonctions logicielles (panne du fournisseur, panne Internet) coût final plus élevé pour les grands comptes 14

15 Une valorisation du logiciel français disparate La cote logicielle française se compose d acteurs très variés, opérant pour la plupart sur des marchés de niche avec des profils de croissance et de rentabilité très différents : on distingue des profils matures à faible croissance avec une rentabilité élevée tels que Linedata Services, IGE+XAO ou encore Pharmagest Interactive des profils à forte croissance mais à la rentabilité négative ou faible tels que EasyVista, Ateme, ou Anevia des profils «mixtes» affichant en facial une croissance assez faible mais qui cache une transformation importante du mix produit tels que Cegid, Generix et Harvest Consensus analyste de la cote logicielle française Données en M CA (en M ) Croissance du chiffre d'affaires (%) Marge d'ebit (%) 2015e 2016e 2017e 2015e 2016e 2017e 2015e 2016e 2017e Editeurs traditionnels Acteos SA 11,8 nc nc 1% nc nc ns nc nc Anevia SA 9,2 10,8 12,8 8% 17% 19% -33% -4% 7% ATEME SA 34,0 50,0 70,0 37% 47% 40% -6% -1% 6% Axw ay Softw are SA 290,3 312,4 336,5 11% 8% 8% 14% 15% 16% CAST SA 38,7 43,1 48,0 17% 11% 12% 4% 7% 9% Cegedim SA 515,0 532,9 547,1 4% 3% 3% 11% 12% 13% Coheris SA 16,0 17,5 18,5 10% 9% 6% 7% 12% 14% Dassault Systèmes SA 2 797, , ,0 22% 8% 8% 30% 31% 32% DL Softw are SA 50,3 52,7 54,2 13% 5% 3% 6% 8% 9% ESI Group SA 123,1 136,1 149,0 11% 11% 10% 9% 11% 14% Ige+Xao SA 28,3 29,5 31,0 8% 4% 5% 25% 26% 27% Intrasense SA 1,9 1,9 2,0-21% 0% 5% ns ns ns Itesoft SA 22,5 nc nc 5% nc nc 11% nc nc Lectra SA 240,7 257,2 268,5 14% 7% 4% 13% 16% 16% Linedata Services SA 167,4 170,4 173,1 6% 2% 2% 18% 18% 19% Medasys SA 28,0 32,0 nc 18% 14% nc 10% 12% nc Pharmagest Interactive SA 110,7 112,4 115,4-3% 2% 3% 25% 25% 25% StreamWIDE 10,0 10,6 11,2 8% 6% 6% 10% 16% 17% Acteurs à forte croissance dans le SaaS Cegid Group 274,8 285,4 297,2 3% 4% 4% 14% 14% 15% EasyVista SA 24,7 30,3 34,7 27% 23% 15% 5% 15% 20% Esker SA 55,3 61,3 nc 20% 11% nc 14% 16% nc Generix SA 59,1 63,9 68,0 10% 8% 6% 7% 9% 10% Harvest SA 22,9 24,0 25,0 6% 5% 4% 21% 22% 23% Hubw oo SA nc nc nc nc nc nc nc nc nc Sidetrade SA 16,1 19,5 24,3 19% 38% 51% 9% 15% 18% Wedia SA 5,9 6,4 6,9 3% 8% 8% 5% 8% 13% Source : consensus analystes Factset au 09/06/

16 En France, la valorisation du secteur tend à privilégier les éditeurs de logiciels embarqués pour leurs marchés très spécifiques dédiés généralement à l industrie (ESI Group, Dassault Systèmes, Ige+XAO) et les business modèles à forte rentabilité (MOC supérieure à 18%), générateurs de cash avec distribution régulière de dividendes. Ces éditeurs au business modèle classique se paient sur des multiples médians 2015 de 1,4x le CA et 10,3x l EBIT. Avec l essor du SaaS et une meilleure compréhension de ce nouveau business modèle, on voit désormais apparaître des primes à la croissance, avec des multiples 2015 supérieurs à 2,0x le CA et 25,0x l EBIT pour certains (EasyVista, Sidetrade). La capitalisation boursière d EasyVista a par exemple été multipliée par près de neuf en 2 ans. Néanmoins, compte tenu des niveaux de maturité différentes des acteurs dans leur évolution du SaaS, les ratios des acteurs à forte croissance dans le SaaS ne présentent pas d homogénéité et sont particulièrement volatils. Valorisation du secteur Capitalisation boursière (en M ) VE / CA VE / EBIT P/E 2015e 2016e 2017e 2015e 2016e 2017e 2015e 2016e 2017e Editeurs traditionnels Acteos SA 5 0,3x nc nc nc nc nc nc nc nc Anevia SA 13 1,3x 1,1x 0,9x nc nc 13,4x nc 66,8x 9,5x ATEME SA 37 0,9x 0,6x 0,5x ns ns 8,1x ns ns ns Axw ay Softw are SA 416 1,4x 1,3x 1,2x 10,0x 8,7x 7,7x 13,8x 11,8x 10,1x CAST SA 40 0,8x 0,7x 0,6x 17,9x 10,5x 6,9x 29,5x 19,0x 11,2x Cegedim SA 525 2,0x 1,9x 1,9x 18,7x 16,1x 14,9x 27,9x 14,5x 13,1x Coheris SA 11 0,6x 0,5x 0,5x 8,2x 4,3x 3,6x 12,2x 6,1x 5,2x Dassault Systèmes SA ,9x 5,5x 5,1x 19,7x 17,6x 15,8x 31,3x 28,0x 25,1x DL Softw are SA 38 0,8x 0,7x 0,7x 14,0x 9,5x 8,3x 42,5x 22,5x 17,4x ESI Group SA 151 1,3x 1,2x 1,1x 14,2x 10,9x 7,9x 22,7x 17,5x 13,3x Ige+Xao SA 93 2,3x 2,2x 2,1x 9,2x 8,6x 8,0x 16,9x 15,7x 14,5x Intrasense SA 4 2,8x 2,8x 2,6x ns ns ns ns ns ns Itesoft SA 24 0,8x nc nc 7,4x nc nc nc nc nc Lectra SA 386 1,4x 1,3x 1,3x 10,7x 8,4x 7,9x 17,1x 13,9x 12,7x Linedata Services SA 204 1,5x 1,4x 1,4x 8,0x 7,8x 7,5x 11,5x 11,2x 10,5x Medasys SA 19 0,9x 0,8x nc 8,4x 6,4x nc 8,4x 5,5x nc Pharmagest Interactive SA 313 2,4x 2,4x 2,3x 9,7x 9,5x 9,1x 16,5x 15,8x 15,2x StreamWIDE 22 1,6x 1,5x 1,4x 15,6x 9,2x 8,2x 27,1x 16,8x 13,7x Moyenne 1,6x 1,6x 1,6x 12,3x 9,8x 9,1x 21,3x 18,9x 13,2x Médiane 1,4x 1,3x 1,3x 10,3x 9,2x 8,0x 17,1x 15,8x 13,1x Acteurs à forte croissance dans le SaaS Cegid Group 372 1,5x 1,5x 1,4x 11,1x 10,1x 9,5x 15,6x 14,3x 13,1x EasyVista SA 62 2,5x 2,0x 1,8x 48,2x 13,6x 9,1x 48,0x 14,7x 13,7x Esker SA 123 2,0x 1,8x nc 14,0x 11,2x nc 23,1x 19,6x nc Generix SA 60 1,0x 0,9x 0,9x 13,9x 10,1x 8,4x 21,2x 14,4x 11,9x Hubw oo SA 18 nc nc nc nc nc nc nc nc nc Harvest SA 50 2,0x 1,9x 1,8x 9,7x 8,8x 8,1x 15,7x 14,0x 12,9x Sidetrade SA 45 2,4x 2,0x 1,6x 28,0x 13,1x 8,9x 37,7x 19,7x 15,1x Wedia SA 9 1,5x 1,4x 1,3x 29,8x 17,9x 9,9x 46,1x 23,0x 15,4x Moyenne 1,9x 1,7x 1,5x 22,1x 12,1x 9,0x 29,6x 17,1x 13,7x Médiane 2,0x 1,8x 1,5x 14,0x 11,2x 9,0x 23,1x 14,7x 13,4x Source : consensus analystes Factset au 09/06/

17 Conclusion L écart observé entre les ratios de valorisation des éditeurs traditionnels et des acteurs du SaaS est beaucoup plus significatif aux Etats-Unis que celui constaté en France. Selon nous, plusieurs facteurs conjoncturels et techniques expliquent ce phénomène : une valorisation historiquement plus élevée des acteurs technologiques aux États-Unis (vs France) l existence de réels pure players du SaaS outre-atlantique alors qu en France les éditeurs traditionnels migrent lentement vers le SaaS en France un business model SaaS mieux appréhendé Outre-Altantique grâce à l émergence de précurseurs en matière de technologies les éditeurs américains ont un accès direct à leur marché domestique, beaucoup plus large et donc rémunérateur. Le marché SaaS américain pèse 65% du marché mondial (source : Gartner, avril 2014) Aujourd hui, on constate néanmoins une meilleure appréciation de la valorisation du SaaS français, grâce à une meilleure connaissance aujourd hui du modèle qui constitue en outre un véritable relais de croissance pour les éditeurs, notamment en Europe de l Ouest où le SaaS pèse 18% du marché mondial (source : Gartner). 17

18 Glossaire : Cloud computing :«Le Cloud computing est un environnement de stockage et d exécution élastique de ressources informatiques impliquant plusieurs acteurs, connectés par Internet. Cet environnement délivre un service mesurable, à la demande, à granularité variable et qui implique des niveaux de qualité de service» (Commission Européenne). Enterprise Resource Planning (ERP) : Les ERP ou progiciels de gestion intégrée (PGI) permettent l intégration de fonctions disparates telles que l administration, la finance, la production, les stocks et la gestion des ressources humaines au sein d une base de données unique. Customer Relationship Management (CRM) : Outils dont la vocation est d améliorer l accès client, d optimiser l intégration des clients dans le réseau et le back-office de l entreprise. L objectif est d optimiser le chiffre d affaires, la profitabilité et la satisfaction clients. Les outils sont divisés en 4 grandes familles : ventes, marketing, centres d appels et support clients. Supply Chain Management (SCM) : Outils d optimisation des fonctions opérationnelles et logistiques, c est-à-dire des processus d acheminement des biens et des informations en amont et aval, entre l entreprise et ses fournisseurs, fabricants, distributeurs et clients. Le SCM comprend 3 volets : la gestion de la demande, des approvisionnements et l exécution des commandes. Human Capital Management (HCM) : Ensemble de pratiques liées à la gestion des ressources humaines qui consistent à acquérir, à gérer et à optimiser les talents au sein d une entreprise. Parmi les principales fonctions on retrouve : l administration du personnel, la paie, la planification des effectifs, la gestion des compétences, etc 18

19 Accumuler 5% Objectif de cours 40,80 Cours au 15/06/2015 (c) 39,20 Alternext Reuters / Bloomberg P erfo rmances (%) Ytd 1m 3m 12m Perf. Absolue -0,4% 0,5% -0,9% 35,0% Perf CAC Small 17,4% -1,8% 3,1% 6,8% Info rmatio ns bo ursières Capitalisation (M ) 61,3 Nb de titres (en millions) 1,56 Volume moyen 12 mois (titres) 339 Extrêmes 12 mois 23,25 41,50 A ctio nnariat Flottant 22% Dirigeants 46% Autres personnes morales 32% D o nnées financières (en M ) au 31/ e 2016e 2017e CA 19,4 24,7 30,3 34,7 var % 31,7% 27,7% 22,6% 14,6% EBE 0,0 2,1 5,5 7,7 %CA -0,1% 8,6% 18,1% 22,2% ROC -0,3 1,3 4,5 6,8 %CA -1,7% 5,2% 15,0% 19,5% RN 0,9 1,3 4,2 4,5 %CA 4,6% 5,2% 13,8% 13,0% Bnpa ( ) 0,57 0,82 2,67 2,88 Gearing (%) 37% -93% -113% -116% ROCE (%) ns ns ns ns ROE (%) ns 82% 73% 44% Dette nette ,1 Dividende n ( ) - Yield (%) - R atio s e 2016e 2017e VE/CA (x) 3,2 2,5 2,0 1,8 VE/EBE (x) ns ns 11,2 8,0 VE/ROC (x) ns 48,0 13,5 9,1 PE (x) 68,7 47,8 14,7 13,6 Analystes : Laure Pédurand Eric Seclet ALEZV FP / ALEZV.PA EASYVISTA Edition de logiciels Activité Créé en 1988 par Sylvain Gauthier et Jamal Labed, EasyVista est un éditeur de logiciels d IT Service Management (gestion des actifs et services informatiques). S adressant aux entreprises entre et postes informatiques, les offres logicielles d EasyVista couvrent 4 domaines: l IT service management, la gestion des actifs informatiques et de leur cycle de vie, la gestion administrative et financière de l informatique et la gestion de l ensemble des processus organisationnels de services IT et non IT. En outre, face à l essor du cloud et de la mobilité, les solutions d EasyVista permettent aux entreprises de s adapter sereinement à cette mutation de l IT. Initialement basée sur un business model traditionnel licences/maintenance, la société propose depuis 2010 ses solutions en mode SaaS qui représentent aujourd hui 38% du CA. La société est présente en France, en Europe du Sud et aux Etats-Unis depuis 2011 où les revenus annuels dépassent déjà les 5,0 M. Son plan stratégique «Power 100», vise à horizon 2019 un CA de 75 M, soit un TCAM supérieur à 31% et une rentabilité à 2 chiffres. La mise en œuvre de ce plan devrait se traduire en 2015 par : 1/ de nouveaux efforts de recrutements commerciaux aux Etats-Unis, 2/ le renforcement des équipes siège et 3/ le développement commercial EasyVista Service Apps, un appstore d application services, destiné à réconcilier la direction des services informatiques avec les utilisateurs dans un contexte de consumérisation de l informatique (phénomènes BYOD) Après 5 années de mutation du business model vers un mix SaaS/licences impactant la croissance du CA et la rentabilité, EasyVista récolte les fruits de ses investissements et a affiché en 2014 un CA de 19,4 M en hausse de +32% dont +47% sur le SaaS, porté par l ensemble des zones géographiques adressées et notamment les Etats-Unis où le CA a été multiplié par 2. En outre, la perte opérationnelle a été nettement réduite à -0,3 M (vs -1,0 M en 2013). Pour 2015, nous tablons sur un CA de 24,7 M (+28% estimé) et un retour aux bénéfices avec un ROC de 1,3 M. Forces Numéro 1 de l IT Service Management en France selon le CRIP 2ème base installée en SaaS ITSM en Europe 61% du CA récurrent et 50% du CA à l international Sélection d EasyVista au sein du Magic Quadrant de Gartner Un business modèle générateur de cash Opportunités Marché de l ITSM attendu en croissance de +42% par an en moyenne pour atteindre 2,6 Mds$ en 2018 dont 2/3 des revenus en SaaS (source : 451 Research) Marché mondial du SaaS attendu en croissance moyenne annuelle de +18% à 51 Mds$ en 2018 (source : IDC) Faiblesses Acteur de petite taille face aux géants américains (Service Now, BMC, HP) Des investissements commerciaux et marketing qui pèsent sur la rentabilité Menaces Marché oligopolistique (plus de 80% des ventes effectuées par les 8 premiers acteurs) Multiplication des offres de produits supportant les recommandations ITIL 19

20 Achat Potentiel 23% Objectif de cours 2,80 Cours au 15/06/2015 2,28 Euronext Paris Comp C Reuters / Bloomberg P erfo rmances (%) Ytd 1m 3m 12m Perf. Absolue 8,6% -5,0% 9,1% -6,9% Perf Cac Small 17,4% -1,8% 3,1% 6,8% Info rmatio ns bo ursières Capitalisation (M ) 50,5 Nb de titres (en millions) 22,14 Volume moyen 12 mois (titres) Extrêmes 12 mois 1,48 2,56 A ctio nnariat Concert Pléiade, familles Poirier et Deconninck 50% Quaeroc (hedge fund) 11% Autres 3% Flottant 36% D o nnées financières (en M ) au 31/ e 2017e 2018e CA 53,7 59,1 63,9 68,0 var % 8,6% 10,1% 8,2% 6,4% EBE 4,9 5,7 7,2 8,3 %CA 9,2% 9,6% 11,3% 12,2% ROC 4,2 4,3 5,9 7,0 %CA 7,9% 7,2% 9,2% 10,4% RNPG 0,8 2,8 4,2 5,0 %CA 1,5% 4,8% 6,5% 7,4% Bnpa ( ) 0,03 0,11 0,16 0,20 Gearing (%) -2% -12% -26% -38% ROCE (%) 6% 7% 10% 13% ROE (%) 2% 7% 10% 11% Dette nette 31/03/2015-0,7 Dividende n ( ) - Yield (%) - R atio s e 2017e 2018e VE/CA (x) 0,9 0,8 0,8 0,7 VE/EBE (x) 10,1 8,8 6,9 6,0 VE/ROC (x) 11,7 11,7 8,5 7,1 PE (x) 62,2 17,9 12,1 10,0 Analystes : Laure Pédurand Eric Seclet GRIX.PA / GENX:EN GENERIX Edition de logiciels Activité Generix est un éditeur de logiciels dédiés aux acteurs de l écosystème du commerce et de l industrie : les distributeurs, les entreprises de négoce, les prestataires logistiques et les industriels. Son offre se compose de 3 gammes : 1/ Generix Collaborative Supply Chain dédiée à la gestion de la chaîne logistique (51%), 2/ Generix Collaborative Integration, destinée à la collaboration entre les acteurs de l écosystème via des solutions dédiées à l optimisation des échanges dématérialisés (43%), et 3/ Generix Collaborative Customer dédiée au marketing des ventes (6%). Sur l exercice , les 3 gammes ont généré un CA de 53,7 M en croissance de +8,6% à périmètre comparable (après cession de l activité ERP GCE). Historiquement basé sur un business model licences / maintenance, aujourd hui Generix met en avant ses 3 offres produits sur le modèle SaaS, un modèle beaucoup plus souple pour le client. Le SaaS pèse aujourd hui plus de 28% du CA et devrait, selon nous, monter à 35% en Generix se positionne au carrefour de marchés porteurs : croissance attendue des dépenses logicielles dans les outils collaboratifs, la gestion des processus métiers et notamment de la chaîne logistique, et du traitement des données informatisées, avec pour principale tendance de fond le SaaS. Fort de ce constat et en tant que pionnier du modèle SaaS dans la supply chain, Generix accélère aujourd hui son développement sur ce business model, en France et à l international. Avec un backlog SaaS qui se remplit, Generix accroît petit à petit visibilité et récurrence du CA. Pour l exercice e, nous anticipons un CA de 59,1 M en hausse de +10,1%, intégrant la dernière acquisition GMI Connectivity (1,0 M de CA en année pleine). Si la rentabilité opérationnelle s est stabilisée en à 7,9%, elle devrait être grevée cette année par les investissements de croissance (marketing, communication, commerciaux) à 7,2% du CA. La MOC normative se situe selon nous autour de 13%. Forces Pionnier des logiciels de supply chain en mode SaaS Un modèle économique mixte SaaS (28%) et Licences / Maintenance (39%) Récurrence du CA à hauteur de 60% Des fondamentaux financiers solides Une politique R&D dynamique : 12% à 13% du CA Opportunités Des tendances de fond porteuses : le SaaS, les outils collaboratifs, le traitement du Big Data, la gestion des processus métiers comme la Supply Chain Un marché du logiciel de SCM en hausse de +12% en 2014 (source : Gartner) Le poids du SaaS dans le domaine de la SCM devrait passer de 18% en 2011 à 28% en 2016 Faiblesses Un positionnement international en devenir Une distribution indirecte quasi inexistante (3% du CA) Menaces Un paysage concurrentiel du logiciel de SCM dominé à hauteur de 50% par 5 acteurs internationaux Un environnement économique tendu peu propice à l augmentation des budgets des entreprises surtout chez les PME 20

Monceau Fleurs L International, engrais de marge pour le groupe

Monceau Fleurs L International, engrais de marge pour le groupe Expert en Valeurs Moyennes Cours au 26/10/09 (c) : 9,50 Target Price : 11,50 (vs 8,00 ) Potentiel : 21,0 % Opinion : ACHAT Distribution Date de 1ère diffusion : Mardi 27 octobre 2009 Analyste : Le Guillou

Plus en détail

Ausy. Un nouveau départ

Ausy. Un nouveau départ EuroLand Finance Services informatiques Second Marché IT CAC, Next Economy, SBF SM Ausy Un nouveau départ INTRODUCTION Acteur du conseil et de l ingénierie en technologies avancées, Ausy semble avoir atteint

Plus en détail

G G E N E S T A. Linedata Services FLASH VALEUR

G G E N E S T A. Linedata Services FLASH VALEUR FLASH VALEUR 17 février Edition 2012 de Logiciels Benjamin TERDJMAN Analyste Financier bterdjman@genesta-finance.com 01.45.63.68.86 Opinion 1. Cours (clôture au 16 février 12) 10,50 Objectif de cours 15,00

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION

RÉUNION D INFORMATION RÉUNION D INFORMATION 1 Film CEGID A 30 ANS 2 CEGID A 30 ANS NAISSANCE D UNE START-UP LOGICIELS POUR LES EXPERTS COMPTABLES INTRODUCTION EN BOURSE NOUVEAUX LOGICIELS POUR LES ENTREPRISES ERP CROISSANCE

Plus en détail

N 2. Generix fait figure de pionnier dans le Software as a Service, qui va bouleverser l univers du commerce et de la distribution.

N 2. Generix fait figure de pionnier dans le Software as a Service, qui va bouleverser l univers du commerce et de la distribution. LA LETTRE AUX ACTIONNAIRES ÉTÉ 2009 N 2 MESSAGE DU PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE Madame, Monsieur, Cher actionnaire, J ai le plaisir de vous présenter le deuxième numéro de notre lettre aux actionnaires. Dans

Plus en détail

Generix Group. Le SaaS porte la croissance. Achat. Septembre 2014 Initiation de couverture. Edition de logiciels

Generix Group. Le SaaS porte la croissance. Achat. Septembre 2014 Initiation de couverture. Edition de logiciels Initiation de couverture Achat Potentiel 30% Objectif de cours 2,60 Cours au 29/09/2014(c) 2,00 NYSE Euronext C Reuters / Bloomberg P erfo rmances (%) Ytd 1m 3m 12m Perf. Absolue 31,6% 22,7% -16,7% 42,9%

Plus en détail

Réunion d information

Réunion d information Réunion d information 24 JUILLET 2014 Tendances Résultats semestriels Stratégie CONTEXTE ÉCONOMIQUE TENDANCES ÉCONOMIE L investissement des entreprises françaises PIB +0,7 % Les prévisions de croissance

Plus en détail

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 n NexResearch FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 25 Mars 2010 Données boursières K 2008 2009 2010e 2011e 2012e Dern. Cours, 38,53 Chiffre d'affaires 15 115 19 495 27 500 30 200 33 000 Cap.

Plus en détail

Linedata Services. Chiffre d'affaires (M ) T2 2010

Linedata Services. Chiffre d'affaires (M ) T2 2010 FLASH VALEUR 27 juillet Edition 2011 de Logiciels Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87 Opinion 1. Cours (clôture au 25 juillet 11) 11,65 Objectif de cours 15,80 (+35,6

Plus en détail

ebizcuss.com Encore un petit effort!

ebizcuss.com Encore un petit effort! EuroLand Finance Cours au 06/10/05 : 2,68 E-commerce Eurolist C Expert en Valeurs Moyennes ebizcuss.com Encore un petit effort! Fair Value : 3,00 Décote : 10,7 % Revue semestrielle EDITORIAL Ebizcuss vient

Plus en détail

A Toute Vitesse (FR0010050773 MLATV) FAIR VALUE : 12

A Toute Vitesse (FR0010050773 MLATV) FAIR VALUE : 12 Guy Cohen guy@nexfinance.fr www.nexresearch.fr 30 août 2006 A Toute Vitesse (FR0010050773 MLATV) FAIR VALUE : 12 Données boursières Compte de résultat, M 2005 2006 e 2007 e 2008e Dern. Cours 7,70 Chiffre

Plus en détail

Harvest. l intelligence logicielle au cœur du conseil patrimonial. Admission sur Alternext juin 2005

Harvest. l intelligence logicielle au cœur du conseil patrimonial. Admission sur Alternext juin 2005 Harvest l intelligence logicielle au cœur du conseil patrimonial Admission sur Alternext juin 2005 Sommaire 1. Harvest : un éditeur de référence 2. Un marché porté par une demande croissante 3. Une offre

Plus en détail

Cegid FR0000124703 - CGD Fair Value: 29,09

Cegid FR0000124703 - CGD Fair Value: 29,09 n NexResearch Cegid FR0000124703 - CGD Fair Value: 29,09 10 Février Données boursières Millions 2008a 2009e e 2011e 2012e Dern. Cours, 19,98 Chiffre d'affaires 248,5 248,5 261,0 282,1 307,2 Nombre de titres

Plus en détail

GENERIX (FR0004032795 - GNX) FAIR VALUE: 0, 63

GENERIX (FR0004032795 - GNX) FAIR VALUE: 0, 63 Marc Sétin marc@nexgenfinance.fr 13 mars, 2006 GENERIX (FR0004032795 - GNX) FAIR VALUE: 0, 63 Données boursières Compte de résultat 10-Feb-06 Milliers d'euros 2004 2005 2006e 2007e Symbole GNX Revenu 16,2

Plus en détail

KEYYO. Un éditeur de logiciels SaaS dans la peau d un opérateur. 13 mai 2014 Etude / Publication du CA T1 2014

KEYYO. Un éditeur de logiciels SaaS dans la peau d un opérateur. 13 mai 2014 Etude / Publication du CA T1 2014 Etude / Publication du CA T1 2014 Achat Potentiel 31% Objectif de cours 8,90 Cours au 12/05/2014 (c) 6,78 NYSE Alternext Reuters / Bloomberg P erfo rmances (%) Ytd 1m 3m 12m Perf. Absolue 4,8% 9,7% 11,3%

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

MGI Digital Graphic FR0010353888 ALMDG ACHAT. FV: 9.33

MGI Digital Graphic FR0010353888 ALMDG ACHAT. FV: 9.33 n NexResearch MGI Digital Graphic FR0010353888 ALMDG ACHAT. FV: 9.33 Analyste : Maxime Dugast maxime@nexresearch.fr 16 Mars 2007 Données boursières K 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Dern. Cours, 8,50 Produits

Plus en détail

Overlap. Un spécialiste au service des infrastructures haut de gamme.

Overlap. Un spécialiste au service des infrastructures haut de gamme. EuroLand Finance Expert en Valeurs Moyennes Services Informatiques Initiation de couverture Cours au 30/11/09(c) : 4,55 Target Price : 7,50 Potentiel : 65,0% Opinion : Achat Analyste : Eurolist C Date

Plus en détail

Bastide. La fin du rallye?

Bastide. La fin du rallye? EuroLand Finance Matériel médical Eurolist C Cac all share Expert en Valeurs Moyennes Bastide La fin du rallye? Cours au 25/10/05 : 85,00 Fair Value : 84,90 Surcote : 0,3 % Revue annuelle EDITORIAL Troisième

Plus en détail

Achat Spéc. Cours (10/02/2012) : 1,02 FR0004187367 - ALFRE. Objectif : 4,90. Potentiel : +385%

Achat Spéc. Cours (10/02/2012) : 1,02 FR0004187367 - ALFRE. Objectif : 4,90. Potentiel : +385% Le 14 février 2012 Achat Spéc. Cours (10/02/2012) : 1,02 FR0004187367 - ALFRE Objectif : 4,90 Potentiel : +385% Matrice GS.R Profil d investissement Le pari du Web Freelance.com fait face à deux défis

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

MEILLEURTAUX FR0010187096 MEX FAIR VALUE: 35,1

MEILLEURTAUX FR0010187096 MEX FAIR VALUE: 35,1 Marina Ilieva marina@nfinance.fr www.nexresearch.fr 21 novembre 2006 MEILLEURTAUX FR0010187096 MEX FAIR VALUE: 35,1 Données boursières K 2005 2006e 2007e 2008e Dern. Cours, 36,61 Chiffre d'affaires 26

Plus en détail

Pourquoi et comment pour les éditeurs de logiciels français faire évoluer leur business model traditionnel grâce au cloud computing?

Pourquoi et comment pour les éditeurs de logiciels français faire évoluer leur business model traditionnel grâce au cloud computing? Soutenance MUST 2014 28/04/2014 Pourquoi et comment pour les éditeurs de logiciels français faire évoluer leur business model traditionnel grâce au cloud computing? Participant : Gilles d Arpa Tuteur:

Plus en détail

Staff&Line. Recovery en cours

Staff&Line. Recovery en cours EuroLand Finance Cours au 25/08/08 (c) : 4,00 Édition de Logiciels Alternext Alternext Shares Date de 1ere diffusion : Expert en Valeurs Moyennes Lundi 29 Septembre 2008 Staff&Line Recovery en cours Initiation

Plus en détail

6 MARS 2013 RÉUNION D INFORMATION. Réunion d informati on 6 mars 2013

6 MARS 2013 RÉUNION D INFORMATION. Réunion d informati on 6 mars 2013 6 MARS 2013 RÉUNION D INFORMATION 1 Réunion d informati on 6 mars 2013 CONTEXTE 2012 PIB 0,0 % CROISSANCE IT +0,7 % SAAS +30 % SOURCE INSEE 2012 +2,7% 0,0% 2012 2012 2010 2011 2012 +3,8% +1,6% +7,0% +2,0%

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2005. 29 septembre 2005

Résultats du premier semestre 2005. 29 septembre 2005 Résultats du premier semestre 2005 29 septembre 2005 Soft Computing - 46 rue de la Tour 75116 paris tél. (33) 01 73 00 55 00 fax (33) 01 73 00 55 01 www.softcomputing.com 1. Rappel du positionnement 2.

Plus en détail

Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas-Linel et David Feldman

Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas-Linel et David Feldman Ateliers Cloud Computing / ADIJ Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas-Linel et David Feldman Atelier

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 Intervenants Jean Louis Bouchard Président Bruno Lemaistre Directeur Général Jean Philippe Roesch Directeur Général P. 1 Sommaire 1 2 3 4 5 6 Le

Plus en détail

Generix FR0010501692- GENX FAIR VALUE: 2,31

Generix FR0010501692- GENX FAIR VALUE: 2,31 n NexResearch Generix FR0010501692- GENX FAIR VALUE: 2,31 29 Juin 2010 Chiffres clés K 2009 2010e 2011e 2012e 2013e Dernier Cours, 2,12 Chiffre d Affaire 68.6 69.20 71.20 74.53 79.34 Capitalisation, M

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

NETBOOSTER FR0000079683 ALNBT FAIR VALUE: 6,6

NETBOOSTER FR0000079683 ALNBT FAIR VALUE: 6,6 Marina Ilieva marina@nexfinance.fr www.nexresearch.fr 6 septembre 2006 NETBOOSTER FR0000079683 ALNBT FAIR VALUE: 6,6 Données boursières K 2005 2006e 2007e 2008e Dern. Cours 5,72 Chiffre d'affaires 8 901

Plus en détail

11 MARS 2015 T E N D A N C E S F A I T S M A R Q U A N T S R É S U L T A T S S T R A T É G I E E T P E R S P E C T I V E S

11 MARS 2015 T E N D A N C E S F A I T S M A R Q U A N T S R É S U L T A T S S T R A T É G I E E T P E R S P E C T I V E S 11 MARS 2015 T E N D A N C E S F A I T S M A R Q U A N T S R É S U L T A T S S T R A T É G I E E T P E R S P E C T I V E S Film corporate Retrouvez cette vidéo sur la chaine YouTube : Cegid Group LE NUMÉRIQUE,

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

NetSuite pour les éditeurs et entreprises high-tech

NetSuite pour les éditeurs et entreprises high-tech NetSuite pour les éditeurs et entreprises high-tech NetSuite est la seule solution ERP en mode Cloud conçue spécialement pour les éditeurs de logiciels et les entreprises technologiques. Agissant comme

Plus en détail

RÉSULTATS 2011. Présentation analystes. ERIC COHEN Président -Directeur Général. DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué

RÉSULTATS 2011. Présentation analystes. ERIC COHEN Président -Directeur Général. DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué RÉSULTATS 2011 Présentation analystes ERIC COHEN Président -Directeur Général DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué PASCAL LEVY Directeur Financier RÉSULTATS 2011 AGENDA Synthèse Résultats financiers

Plus en détail

Résultats annuels 2004 Stratégie et Perspectives

Résultats annuels 2004 Stratégie et Perspectives Résultats annuels 2004 Stratégie et Perspectives Emmanuel Olivier Directeur Général Paris, le 22 mars 2005 1 Sommaire Esker en bref Stratégie et Perspectives Bilan de l activité et résultats 2004 2 Esker

Plus en détail

G G E N E S T A. LeGuide.com FLASH VALEUR

G G E N E S T A. LeGuide.com FLASH VALEUR FLASH VALEUR 10 juin 2011 Internet / Média Thomas DELHAYE Analyste Financier tdelhaye@genesta-finance.com 01.45.63.68.88 Opinion 1. Achat Fort Cours (clôture au 9 juin 11) 14,20 Objectif de cours 21,90

Plus en détail

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance Présentation Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance 1 Prodware en bref Editeur de briques logicielles sectorielles et métiers Intégrateur hébergeur des grands

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Tout sur le processus CPQ Configure Price Quote

Tout sur le processus CPQ Configure Price Quote Configure Price Quote Comment vendre plus et mieux vos produits et services complexes SOMMAIRE CPQ? Kézaco?. 2 Quand doit-on avoir recours à une solution CPQ? 4 Quelles sont les offres CPQ disponibles?

Plus en détail

REUNION D INFORMATION

REUNION D INFORMATION REUNION D INFORMATION 23 juillet 2015 M É T I E R S F A I T S M A R Q U A N T S R É S U L T A T S O B J E C T I F S & P L A N D A C T I O N S SERVICES CLOUD ET LOGICIELS DE GESTION MÉTIER EXPERTISES MÉTIER

Plus en détail

Déroulé explicatif Matinales du 16 juin

Déroulé explicatif Matinales du 16 juin Déroulé explicatif Matinales du 16 juin Thème : Saas et Cloud computing : menace ou opportunité? Date : mercredi 16 juin Lieu : Le Cube, centre de création numérique / www.lecube.com Elles s appellent

Plus en détail

SAP Billing and Revenue Innovation Management for High-Volume Business

SAP Billing and Revenue Innovation Management for High-Volume Business SAP Solution Brief SAP Business Suite SAP Billing and Revenue Innovation Management Enjeux SAP Billing and Revenue Innovation Management for High-Volume Business Rationalisation du processus de facturation

Plus en détail

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Parce que votre entreprise est unique, parce que vos besoins sont propres à votre

Plus en détail

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 5 D INVESTIR DANS RAISONS PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 1 LES PETITES

Plus en détail

LEXIBOOK FR0000033599 - LEX FAIR VALUE: 14,6

LEXIBOOK FR0000033599 - LEX FAIR VALUE: 14,6 Marina Ilieva marina@nexfinance.fr www.nexresearch.fr 1 er Juin 2006 LEXIBOOK FR0000033599 - LEX FAIR VALUE: 14,6 Données boursières K 2005 2006E 2007E 2008E Dern. Cours 13,80 Chiffre d'affaires 42 568

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE PRODWARE S INTRODUIT EN BOURSE POUR FINANCER SON ACCELERATION STRATEGIQUE Paris, le 28 mars 2006 - Prodware, acteur majeur de l intégration de services informatiques auprès des PME,

Plus en détail

Résultats semestriels 2014

Résultats semestriels 2014 Résultats semestriels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 24 septembre 2014 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir des

Plus en détail

Les tendances de la dématérialisation et les besoins des Entreprises

Les tendances de la dématérialisation et les besoins des Entreprises Les tendances de la dématérialisation et les besoins des Entreprises N. Naffah, Directeur Général Prologue De plus en plus, nous constatons l étendue de l usage du numérique dans la vie quotidienne du

Plus en détail

Une année réussie. Résultats Annuels Réunion 26 mars 2004

Une année réussie. Résultats Annuels Réunion 26 mars 2004 Une année réussie Sommaire 1. Les Faits Marquants 2. Forte Progression des Résultats 3. Une Structure Financière Solide 4. CEGID et la Bourse 5. Des Perspectives Favorables 6. Calendrier Relations Investisseurs

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

FAITS MARQUANTS RÉSULTATS STRATÉGIE ET PERSPECTIVES

FAITS MARQUANTS RÉSULTATS STRATÉGIE ET PERSPECTIVES 1 Le groupe a progressé dans une année contrastée CA Cegid Group 264 M +5,7 % UN PREMIER SEMESTRE AVEC DES PERSPECTIVES FAVORABLES UN SECOND SEMESTRE MARQUÉ PAR UNE NOUVELLE CRISE 2 Les principales tendances

Plus en détail

TRADE. Yourcegid Trade Y2

TRADE. Yourcegid Trade Y2 TRADE Yourcegid Trade Y2 1800 Clients négociants plus de + de 10 langues + de 40 pays plus de 200 DE collaborateurs et experts Un réseau performant : 200 PRès de Distributeurs certifiés Parce que votre

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Leguide.com FR0010146092 - ALGUI FAIR VALUE : 10

Leguide.com FR0010146092 - ALGUI FAIR VALUE : 10 Julien Méha julien@nexfinance.fr www.nexresearch.fr 1 Août 2006 Leguide.com FR0010146092 - ALGUI FAIR VALUE : 10 Données boursières K 2005 2006 E 2007 E 2008 E Dern. Cours 8,83 Chiffre d'affaires 3 884

Plus en détail

Secteur Sociétés de Services

Secteur Sociétés de Services Secteur Sociétés de Services isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur tertiaire Selon l'insee, le marché des

Plus en détail

200 M. 15 ans d expérience. terminaux mobiles. intégrés par an. tickets de support mobilité traités par an. de dépenses telecom gérées

200 M. 15 ans d expérience. terminaux mobiles. intégrés par an. tickets de support mobilité traités par an. de dépenses telecom gérées E c o n o c o m Te l e c o m S e r v i c e s s o c i é t é d u g r o u p e p a r t e n a i r e d e v o t r e t ra n s fo r m a t i o n v e r s l e " M o b i l e I T " E c o n o c o m Te l e c o m S e r

Plus en détail

ELIT GROUP FR0000072852 ELIT FAIR VALUE: 6,94

ELIT GROUP FR0000072852 ELIT FAIR VALUE: 6,94 Julien Meha Marina Ilieva marina@nexfinance.fr www.nexgenresearch.fr ELIT GROUP FR0000072852 ELIT FAIR VALUE: 6,94 Données boursières K 2004-2005 2005-2006e 2006-2007e 2007-2008e Dern. Cours 6,25 Chiffre

Plus en détail

Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15

Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15 Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15 A la découverte de Solucom Réunion SFAF - 26 novembre 2014 Intervenants Pascal IMBERT Président du Directoire Patrick HIRIGOYEN DGA - Membre du Directoire

Plus en détail

onsolidation Expert Yourcegid Solutions de gestion PROFESSION COMPTABLE Consolidation Expert

onsolidation Expert Yourcegid Solutions de gestion PROFESSION COMPTABLE Consolidation Expert onsolidation Expert Yourcegid Solutions de gestion PROFESSION COMPTABLE Consolidation Expert 1 Parce que votre organisation est unique, Parce que vos besoins sont propres à votre métier et à votre environnement,

Plus en détail

Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015

Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015 Relations presse : Christel Lerouge Tél. : 01 47 54 50 71 Relations Investisseurs : Vincent Biraud Tél. : 01 47 54 50 87 Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015 Chiffre d

Plus en détail

Résultats annuels 2012

Résultats annuels 2012 www.gfi.fr Résultats annuels 2012 1 Disclaimer Disclaimer Cette présentation peut contenir des informations de nature prospective relatives à la situation financière, aux résultats, aux métiers, à la stratégie

Plus en détail

Notre nouveau programme d Entreprise

Notre nouveau programme d Entreprise > Notre nouveau programme d Entreprise Londres, 13 janvier 2005 Présentation à la communauté financière 1 Notre nouveau programme d entreprise Présentation à la communauté financière 2 > notre Vision Présentation

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2014 Avertissement Ce document et les informations qu il contient, ne constitue ni une offre de vente ou de souscription, des actions Hi-media dans un quelconque pays. Toute offre de

Plus en détail

Baromètre CXP : l e-mail supplante le papier et ouvre la porte à la capture multicanal

Baromètre CXP : l e-mail supplante le papier et ouvre la porte à la capture multicanal Baromètre CXP : l e-mail supplante le papier et ouvre la porte à la capture multicanal Le CXP, en collaboration avec ITESOFT et Fujitsu, dévoile les résultats de l édition 2013 de son baromètre «Optimisation

Plus en détail

IBM Global Technology Services Service Management

IBM Global Technology Services Service Management IBM Global Technology Services La voie vers la transformation de l informatique L INFORMATIQUE, UN SOUTIEN AUX MÉTIERS DE L ENTREPRISE Les dirigeants considèrent aujourd hui l informatique comme un levier

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

Introduction. ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes)

Introduction. ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes) Introduction ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes) Il existe actuellement différentes méthodes de calcul du coût d un

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Ausy Citius, «Aptus», fortius 1 403 M. 1000 M Chiffre d'affaires 2009 857 M 800 M 600 M 400 M 200 M 0 M

Ausy Citius, «Aptus», fortius 1 403 M. 1000 M Chiffre d'affaires 2009 857 M 800 M 600 M 400 M 200 M 0 M FLASH VALEUR 5 janvier SSII 2011 / R&D externalisée Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87 Opinion 1. Cours (clôture au 4 janvier 11) 19,70 Objectif de cours 24,80 (+25,9

Plus en détail

Les enjeux du Cloud computing pour les opérateurs télécoms. Livre blanc

Les enjeux du Cloud computing pour les opérateurs télécoms. Livre blanc Les enjeux du Cloud computing pour les opérateurs télécoms Livre blanc Octobre 2012 Table des matières 1 Introduction... 3 1.1 Le Cloud computing, une réelle rupture technologique... 3 1.2 Atouts et facteurs

Plus en détail

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING?

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING? En France, on parle plus volontiers d «informatique en nuage» 1 pour décrire ce concept. Apparu au début des années 2000, le cloud computing constitue une évolution majeure de l informatique d entreprise,

Plus en détail

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Une étude pour LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Présentation de l étude Objectifs : Faire le point sur les orientations IT des DSI : cloud, mobilité, sécurité, poste de travail Identifier les principaux défis

Plus en détail

VISIATIV ANNONCE L'ENREGISTREMENT DE SON DOCUMENT DE BASE DANS LE CADRE DE SON PROJET D'INTRODUCTION EN BOURSE

VISIATIV ANNONCE L'ENREGISTREMENT DE SON DOCUMENT DE BASE DANS LE CADRE DE SON PROJET D'INTRODUCTION EN BOURSE VISIATIV ANNONCE L'ENREGISTREMENT DE SON DOCUMENT DE BASE DANS LE CADRE DE SON PROJET D'INTRODUCTION EN BOURSE Lyon le 7 avril 2014. Visiativ, intégrateur et éditeur de solutions logicielles collaboratives

Plus en détail

De bonnes surprises, encore et toujours

De bonnes surprises, encore et toujours EuroLand Finance Cours au 27/10/05 : 18,39 Robotique Eurolist - C Expert en Valeurs Moyennes Finuchem De bonnes surprises, encore et toujours Fair Value : 19,30 Décote : 4,7 % Revue semestrielle EDITORIAL

Plus en détail

Résultats annuels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data»

Résultats annuels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data» Résultats annuels 2014 & perspectives «Du mobile au Big Data» Sommaire 1. Profil du Groupe Du mobile au Big Data 2. Résultats annuels 2014 Excellente année : croissance et rentabilité 3. Stratégie & perspectives

Plus en détail

6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte. Un point sur ASP : marché, acteurs et perspectives UPS 07

6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte. Un point sur ASP : marché, acteurs et perspectives UPS 07 6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte Un point sur ASP : marché, acteurs et perspectives UPS 07 Emmanuel Layot Définitions AGENDA Caractéristiques / avantages du mode ASP Marché Fonctionnalités

Plus en détail

Réunion d information 6 MARS 2014. Les Enjeux du Numérique Résultats 2013 Stratégie et Perspectives Ambitions 2014

Réunion d information 6 MARS 2014. Les Enjeux du Numérique Résultats 2013 Stratégie et Perspectives Ambitions 2014 Réunion d information Les Enjeux du Numérique Résultats 2013 Stratégie et Perspectives Ambitions 2014 DES USAGES PERSONNELS EN ÉVOLUTION CONSTANTE LES ENJEUX DU NUMÉRIQUE SMARTPHONE 1,4 MDS MONDE : 1 PERSONNE

Plus en détail

Pictet-Digital Communication

Pictet-Digital Communication Pictet-Digital Communication Reprise de la hausse Septembre 2014 Victimes de la rotation sectorielle du printemps dernier, les valeurs de la communication digitale retrouvent l intérêt des investisseurs

Plus en détail

Secteur Recherche Santé

Secteur Recherche Santé Secteur Recherche Santé isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur de la santé Selon l INSEE, le secteur de la

Plus en détail

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Ivry, le 27 février 2014 La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Progression du résultat opérationnel courant à 72 m (+13,3%) Résultat net positif

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Réunion SFAF, 29 septembre 2006. d information 21 MARS 2007. Réunion d information /// 21 mars 2007 /// 1

Réunion SFAF, 29 septembre 2006. d information 21 MARS 2007. Réunion d information /// 21 mars 2007 /// 1 Réunion d information 21 MARS 2007 Réunion d information /// 21 mars 2007 /// 1 1. Faits marquants et résultats 2006 2. Stratégie tégi et perspectives 2007 Réunion d information /// 21 mars 2007 /// 2

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée Éligibilité

risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée  Éligibilité Orange Dégressif Orange Dégressif est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis

Plus en détail

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service Solutions de gestion des actifs et services Au service de vos objectifs d entreprise Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Plus en détail

Architectures informatiques dans les nuages

Architectures informatiques dans les nuages Architectures informatiques dans les nuages Cloud Computing : ressources informatiques «as a service» François Goldgewicht Consultant, directeur technique CCT CNES 18 mars 2010 Avant-propos Le Cloud Computing,

Plus en détail

Résultats annuels 2006 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 3 avril 2007

Résultats annuels 2006 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 3 avril 2007 Résultats annuels 2006 et perspectives SQLI, solutions et services e-business 3 avril 2007 Résultats annuels 2006 mardi 3 avril 2007 Présentation et positionnement du Groupe Sqli Faits marquants et résultats

Plus en détail

InvestS ecurities Société de Bourse

InvestS ecurities Société de Bourse InvestS ecurities Société de Bourse CBOTerritoria Coursau22/04/2011( ) Capitalisation(M ) Nouvelle* Rendement 4,15 Ledéveloppements estpoursuiviàbonneallure 131,8 + 1,9% EnphaseavecleplanHorizon2015 L

Plus en détail

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing anufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING manufacturing i-club Un club utilisateur de plus de 100 adhérents qui participent activement à la vie de nos produits plus de 2000 Clients industriels

Plus en détail

MAXIMILES FR0004174233 ALMAX FAIR VALUE : 12,7

MAXIMILES FR0004174233 ALMAX FAIR VALUE : 12,7 By Laure Schneegans laure@nexgenfinance.fr Assistant : Alex Vozian 20 février 2006 MAXIMILES FR0004174233 ALMAX FAIR VALUE : 12,7 Données boursières (20/02/06) Compte de résultat, M 2004 2005e 2006 e Dern.

Plus en détail

2.1 Propositions du document COS

2.1 Propositions du document COS ASSOCIATION BELGE DES SOCIETES COTEES ASBL Hugo Vandamme Président Christine Darville Administrateur Bruxelles, 17 septembre 2012 Pour la création de la «Bourse de l Entreprise»? Commentaires de l Association

Plus en détail

Evolution des pratiques achats

Evolution des pratiques achats Evolution des pratiques achats Enquête clients Juin 2012 2 Sommaire 3 4 4 4 5 6 6 7 7 8 9 9 10 11 Introduction I - Utilisation générale de b-pack Modes d acquisition Volume d achats Modules et catégories

Plus en détail

CLOUD COMPUTING : OU EN SONT LES ENTREPRISES FRANÇAISES?

CLOUD COMPUTING : OU EN SONT LES ENTREPRISES FRANÇAISES? OU EN SONT LES ENTREPRISES FRANÇAISES? Une étude Fernando Madeira - Fotolia.com Juin 2012 SOMMAIRE 1 Introduction 3 1.1 Présentation de l étude 4 1.2 Où en sont les entreprises françaises en matière de

Plus en détail

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME Sage Online, les solutions qui me ressemblent sécurité simplicité mobilité expertise métier Les solutions de gestion Cloud pour les PME Le choix du Cloud : une solution clés en main pour la gestion de

Plus en détail