Tableau de bord des émissions de gaz à effet de serre et de l énergie en Picardie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tableau de bord des émissions de gaz à effet de serre et de l énergie en Picardie"

Transcription

1 Tableau de bord des émissions de gaz à effet de serre et de l énergie en Picardie Synthèse Régionale Edition 2010 Chiffres 2007

2 Sommaire Le bilan global des émissions de gaz à effet de serre en Picardie... 6 Les émissions de GES des bâtiments... 9 Les logements... 9 Les bâtiments tertiaires Les émissions de GES du transport La mobilité des personnes Le transport de marchandises Les émissions de GES de l agriculture Les émissions de GES de l industrie Les émissions de GES des déchets et des eaux usées Les émissions associées aux changements d usage des sols et à la forêt (UTCF) 23 Les enjeux énergétiques en Picardie La consommation d énergie en Picardie La production d énergie en Picardie

3 Un tableau de bord des émissions de gaz à effet de serre et de l énergie en Picardie Les émissions de gaz à effet de serre (GES) sont responsables du changement climatique L effet de serre est un phénomène naturel qui désigne le renvoi vers la surface terrestre d une partie de l énergie qu elle émet en raison de la présence dans l atmosphère de certains gaz (les principaux sont la vapeur d eau, le dioxyde de carbone, le méthane, le protoxyde d azote et certains gaz fluorés). Figure 1 : Schéma explicatif de l effet de serre (Source : D après 4 ème rapport du Groupe Intergouvernemental d Experts sur l Evolution du Climat (GIEC) de 2007, les émissions anthropiques de gaz à effet de serre (GES) provoquent une augmentation exceptionnelle de la concentration de GES dans l atmosphère et par conséquent une hausse de la température moyenne : c est le réchauffement climatique. Le GIEC estime par ailleurs que conséquences du changement climatique peuvent affecter de manière importante les équilibres écologiques et la vie humaine sur Terre. Il est urgent d agir! Le réchauffement climatique est d ores et déjà une réalité (la température moyenne globale a augmenté d environ 1 C depuis un siècle) et ses premières conséquences commencent à se faire ressentir (sécheresses, inondations, canicules, hausse du niveau des mers, ). Face aux risques majeurs qui se présentent, l enjeu consiste à atténuer le changement climatique et ses conséquences au cours du prochain siècle. Compte-tenu de la durée de présence des GES dans l atmosphère, cela suppose de réduire le plus rapidement possible les émissions anthropiques de GES : Division par 2 des émissions mondiales de GES d ici à 2050, soit une réduction de 85 % pour les pays développés, Réduction entre 25 % et 40 % des émissions des pays développés d ici à Les territoires sont en première ligne de la lutte contre le changement climatique Face à ces enjeux et pour prévenir les risques qu ils comportent, il est nécessaire et urgent d agir à toutes les échelles de décision et d intervention. La Convention Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) signée à Rio en 1992 est le cadre international de négociations (comme lors du sommet de Copenhague en décembre 2009) et d engagement à réduire les émissions (le Protocole de Kyoto signé en 1997 et entré en vigueur en 2005 fixe des engagements jusqu en 2012). En France, la loi de Programmation et d Orientation de la Politique Energétique (dite loi POPE) de juillet 2005 fixe comme objectif, pour la France, la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre d ici 2050, c est le «facteur 4». Les lois «Grenelle» adoptés en 2009 et 2010 ont confirmé et renforcé cet objectif en s engageant à réaliser l objectif européen du «3 fois 20 1» d ici Les émissions de GES étant très diffuses, ces engagements reposent sur la mobilisation des territoires locaux qui disposent de leviers d action majeurs : approvisionnement énergétique, habitat, transport, aménagement du territoire, mobilisation de l ensemble des acteurs et de la société, Un observatoire des émissions de GES et de l énergie pour comprendre et pour agir Quelque soit l échelle territoriale, la conception d une politique de lutte contre le changement climatique repose en premier lieu sur un diagnostic de l état initial, un bilan des émissions de gaz à effet de serre qui situe la responsabilité du territoire face au risque climatique et révèle ses leviers d action pour l atténuation. Il est intéressant que le bilan d émissions de GES soit établi dans une optique opérationnelle, c est-à-dire qui permette de construire des politiques et des projets qui répondent à l enjeu de diminution globale des émissions. Un bilan doit permettre de quantifier le niveau des émissions du territoire, mais également de comprendre les déterminants de ces émissions, de hiérarchiser les enjeux selon différents secteurs ou postes d émission afin de pouvoir définir des objectifs et des actions de réduction en lien avec ses potentialités et ses spécificités. C est l ambition de l observatoire régional des émissions de gaz à effet de serre et de l énergie pour la Picardie depuis Réduire les émissions de GES de 20 %, améliorer l efficacité énergétique de 20 % et augmenter la part de production d énergie d origine renouvelable à 23 %.

4 Une base de données territorialisée Le tableau de bord régional des émissions de GES et de l énergie est un outil à disposition de la Picardie et de ses territoires. Il s agit principalement d une base de données qui contient les consommations d énergie et les émissions de GES de toutes les communes de la région. Cette troisième édition présente les valeurs pour l année 2007 obtenues à partir d une nouvelle méthodologie permettant d affiner les résultats et leur analyse. Pour chaque commune, ces données sont distinguées par secteur, par postes d émissions et par usages ou typologies significatives (par exemple par motif et par mode pour le transport). La construction d une telle base de données repose sur une modélisation innovante qui suppose des incertitudes et des imprécisions (parfois élevées) mais qui permet d analyser finement les résultats et les mécanismes en jeu. Cela suppose également de définir des règles et des hypothèses méthodologiques particulières. Les principes généraux retenus sont les suivants : Les consommations d énergie et émissions de GES sont calculées à partir de sources de données diverses (statistiques, enquêtes, hypothèses techniques) mais homogènes pour toutes les communes. Les données les plus finement territorialisées sont systématiquement privilégiées afin de révéler les spécificités locales. Les périmètres de comptabilité sont définis selon une règle d affectation des émissions qui vise à révéler les principaux leviers d action avec un critère de responsabilisation. Les émissions énergétiques sont par exemple imputées aux consommateurs (bâtiments, industries) et non pas aux producteurs (centrales électriques ou de production de chaleur). Les périmètres de comptabilité sont construits de manière à interdire tout double compte. Cela permet d une part de ne pas surestimer la part relative d un processus par rapport à un autre et d autre part de garantir l additivité territoriale des résultats (c est-à-dire que le bilan de la région est égal à la somme des bilans de chaque commune). Afin d éviter tout double compte, les facteurs d émissions sont «sans amont», c est-à-dire que seules les émissions de la combustion elle-même sont comptabilisées. Secteur Facteurs d'émission de l'électricité Usage Facteur d émission (geqco 2 / kwh EF) Résidentiel Chauffage 180 Résidentiel Eclairage 116 Résidentiel ECS et Froid 40 Résidentiel Cuisson 82 Résidentiel Electroménager 79 Résidentiel Produits bruns 62 Tertiaire Chauffage 180 Tertiaire Eclairage 80 Tertiaire ECS et Froid alimentaire 40 Tertiaire Cuisson 82 Tertiaire Climatisation 37 Tertiaire Autre 52 Industrie Tous 55 Agriculture Chauffage 180 Agriculture Autre 38 Source : ADEME/EDF, note de cadrage sur le contenu CO 2 du kwh par usage en France, 2005 Facteurs d'émission du chauffage urbain Commune Facteur d émission (geqco 2 / kwh EF) Saint-Quentin 287 Soissons 216 Compiègne 242 Creil 261 Montataire 218 Nogent-sur-Oise 225 Amiens 205 Autres 343 Source : MEEDDM, Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à la vente en France métropolitaine Facteurs d'émission des combustibles Combustible Facteur d émission (geqco 2 / kwh EF) Charbon 343 Fioul domestique 271 GPL 231 Gaz naturel 206 Bois 0 Source : ADEME, Guide des facteurs d émission v6.1, 2010 Gaz à effet de serre Formule chimique PRG100 Dioxyde de carbone CO 2 1 Méthane CH 4 25 Protoxyde d'azote N 2 O 298 HFC moyen PFC moyen Hexaflurorure de soufre SF Source : CITEPA, OMINEA

5 Secteur Périmètre Sources de données principales Principaux éléments méthodologiques et hypothèses Bâtiment Résidentiel Consommations d énergie (y compris d électricité) INSEE RGP Traitement : Energies Demain ENERTER Calcul thermique pour chaque logement Bâtiment - Tertiaire Consommations d énergie (y compris d électricité) et fuites de fluides frigorigènes Bases de données, enquêtes et sources diverses (INSEE, Ministères de la Santé, de l Education nationale, Conseil Régional, etc.) Traitement : Energies Demain ENERTER Tertiaire Reconstitution du parc de bâtiment et application de ratios de consommation d énergie Transport mobilité des personnes Déplacements quotidiens et exceptionnels dont l origine et/ou la destination est en Picardie Energies Demain MOBITER Reconstitution de la mobilité (déplacements origine/destination) par mode et par motif. Affectation de la moitié des déplacements au territoire d origine et de la moitié à celui de destination Transport de marchandises Transport de marchandises générées par le fonctionnement du territoire MEEDDM, SoES SiTRAM, Eurostat Traitement Energies Demain Reconstitution des flux de marchandises dont l origine et/ou la destination est en Picardie Affectation de la moitié des déplacements au territoire d origine et de la moitié à celui de destination Agriculture Emissions directes et consommations d énergie (y compris d électricité) des processus de production agricole Ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche Agreste Traitement : Energies Demain AGRITER Prise en compte des enquêtes sur les pratiques culturales. Groupe de travail avec la Chambre Régional d Agriculture Industrie Emissions directes et consommations d énergie (y compris d électricité) des processus de production industrielle (hors production d énergie) SESSI EACEI, MEEDDM irep, Traitement : Energies Demain Désagrégation des résultats régionaux via des ratios par emploi (en fonction des différentes nomenclatures d activité) Corrections diverses (émissions non-énergétiques, présence de réseaux de gaz, ) Déchets et eaux usées Déchets ménagers et assimilés (collectés et/ou traités par le service public) Non prise en compte des émissions «évitées» par la valorisation matière (recyclage) et la valorisation énergétique ADEME, Observatoire des déchets UTCF Croissance forestière et changement d affectation des sols SoES, Corine Land Cover Tableau 1 : Principaux éléments méthodologiques par secteur 5

6 Le bilan global des émissions de gaz à effet de serre en Picardie Le bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) en Picardie est de 14,1 millions de tonnes équivalent CO 2 par an. D après l inventaire des émissions de GES en France réalisé par le CITEPA en 2007, les émissions directes sur le territoire français se montent à 460,8 millions de tonnes équivalent CO 2. La Picardie contribue donc à environ 3% des émissions françaises (les périmètres de comptabilité n étant pas exactement identiques, cette proportion ne doit être analysée qu en termes d ordre de grandeur). Le Tableau 2 et la Figure 2 détaillent les émissions de la Picardie par secteur. L industrie est le secteur le plus émetteur de GES de la région (29%), devant les transports (25%), le bâtiment (23%) et l agriculture (21%). Les activités productives elles-mêmes représentent donc plus de la moitié des émissions même si pour les bâtiments, les logements émettent deux fois plus que le tertiaire. Figure 2 : Répartition des émissions de GES par secteur en Picardie (Source : Energies Demain) Bâtiment Secteur dont Résidentiel dont Tertiaire Transport dont Mobilité des personnes dont Transport de marchandises Emissions de GES (millions de teqco 2 / an) 3,62 2,39 1,22 4,00 2,25 1,75 Agriculture 3,30 Industrie 4,56 Déchets et eaux usées 0,39 UTCF 2-1,81 Total hors UTCF 15,88 TOTAL 14,07 Tableau 2 : Emissions de GES en Picardie en 2007 par secteur (Source : Energies Demain) Figure 3 : Répartition des émissions de GES par secteur en France (Source : CITEPA/MEEDDM) La comparaison de la structure du bilan pour la Picardie et de l inventaire national (voir Figure 3) doit être réalisée avec précaution. En effet, les périmètres de comptabilité et certaines hypothèses ne sont pas identiques. Le bilan réalisé pour la Picardie prend par exemple en compte un certain nombre d émissions indirectes. Notamment, les émissions de l électricité sont réparties sur les différents secteurs consommateurs (Bâtiment et Industrie principalement) alors que l inventaire réalisé par le CITEPA les compte à part dans le secteur Industrie de l énergie. Les comparaisons du poids relatif de chaque secteur avec l inventaire des émissions en France n est donc pas directement possible. Toutefois, en regardant les grands ordres de grandeur, on constate que la structure du bilan des émissions en Picardie est marquée par la part importante des industries. Les émissions de la Picardie représentent un peu plus de 3% des émissions en France métropolitaine, ce qui correspond à la part de la population picarde. Le ratio d émissions de GES par habitant est donc très proche de la moyenne nationale : environ 7,4 teqco 2 par habitant et par an. 2 Utilisation des Terres, leur Changement et la Forêt, voir p.24 6

7 Les émissions prises en compte sont celles des 6 gaz référencés par le protocole de Kyoto : dioxyde de carbone (CO 2 ), méthane (CH 4 ), protoxyde d azote (N 2 O), gaz fluorés (HFC, PFC et SF 6 ). Le CO 2 est le principal GES émis par la région (69 % des émissions totales hors UTCF) notamment en raison de la combustion d énergie fossile. Les émissions énergétiques sont en effet presque exclusivement du CO 2. En revanche, pour les émissions non-énergétiques, le protoxyde d azote et le méthane contribuent davantage que le CO 2 aux émissions picardes. Cela s explique par le fort Pouvoir de Réchauffement Global (PRG) de ces gaz (voir encadré ci-contre). Les émissions non-énergétiques proviennent principalement de l agriculture et de l industrie (voir Figure 4). Qu est-ce qu une tonne équivalent CO 2 (teqco 2 )? Les différents GES n ont pas tous le même impact sur l effet de serre. On définit pour chaque gaz son Pouvoir de Réchauffement Global à 100 ans (PRG 100 ou PRG) comme étant le rapport entre l impact de l émission d une tonne de ce gaz sur l effet de serre pendant 100 ans et celui d une tonne de dioxyde de carbone (CO 2 ). On peut ensuite compter les émissions de tous les GES avec une unité de mesure commune : la tonne équivalent CO 2. Il suffit de multiplier les émissions d un gaz exprimées en tonne par son PRG. On obtient alors un montant d émissions qui correspond à la quantité de CO 2 qui aurait eu le même impact sur l effet de serre. Par exemple, sur 100 ans, le méthane (CH 4 ) contribue 25 fois plus que le CO2 à l augmentation de l effet de serre (son PRG 100 vaut 25). Ainsi, 1 tonne de méthane = 1 x 25 = 25 tonnes équivalent CO 2. C est-à-dire qu émettre une tonne de méthane a le même effet qu émettre 25 tonnes de CO 2. Figure 4 : Emissions de GES en Picardie en 2007 par gaz et par secteur (milliers de teqco 2 / an) (Source : Energies Demain) 7

8 Carte des émissions totales de gaz à effet de serre en Picardie 8

9 Les émissions de GES des bâtiments Les bâtiments picards émettent chaque année 3,62 millions de tonnes équivalent CO 2, soit 23% des émissions de la Région. Le secteur résidentiel compte pour les deux-tiers des émissions du bâti, les émissions des bâtiments industriels et agricoles sont comptabilisées dans leur secteur respectif mais n y représentent qu une faible part. Le dernier tiers des émissions vient des bâtiments tertiaires. Les logements Nombre de logements logements Surface chauffée milliers de m² maison (on parle de compacité de la forme du bâtiment). Les pertes thermiques sont donc également moins importantes. Emissions de GES milliers de teqco 2 / an Consommation d énergie finale GWh Tableau 3 : Synthèse du bilan du secteur résidentiel (Source : ENERTER - Energies Demain) Les logements en Picardie émettent chaque année environ 2,4 millions de tonnes équivalent CO 2 (voir Tableau 3). Ces émissions sont principalement dues à la consommation d énergie pour le chauffage des logements (82%) ; l eau chaude sanitaire (ECS) contribue pour 8% aux émissions du secteur, la cuisson pour 5% et les usages spécifiques de l électricité (éclairage, électroménager, électronique de loisirs, ) pour 5%. Cette répartition moyenne, et notamment la part du chauffage, varie en fonction des caractéristiques des logements (date de construction, logement collectif ou individuel, énergie principale, etc.). La qualité thermique des bâtiments et le système de chauffage sont en effet les caractéristiques les plus déterminantes des logements vis-à-vis de leurs consommations d énergie et de leurs émissions de GES. Elles sont fortement liées à la date de construction des logements. Sur la Figure 5, on observe que la consommation unitaire des résidences principales commence à baisser à partir de Il s agit de la date de la première réglementation thermique des bâtiments adoptée après le premier choc pétrolier. La Figure 5 montre également que les maisons individuelles consomment davantage d énergie (et donc émettent davantage de GES) que les logements collectifs à surface équivalente. Cela s explique par le fait que pour une même surface habitable, les surfaces de façade en contact avec l extérieur sont moins importantes pour un immeuble que pour une Figure 5 : Consommations unitaires d énergie en fonction du type de logement et de la période de construction en Picardie (Source : ENERTER - Energies Demain) Le Tableau 4 détaille la répartition du parc de logements en fonction de ces critères. On peut par exemple y voir que la moitié des logements picards sont des maisons individuelles construites avant Au total, un peu plus des deux-tiers des logements (67%) ont été construits avant cette date, c est-à-dire sans aucune réglementation thermique applicable. Les logements anciens (et en particulier les maisons) sont également ceux pour lesquels les produits pétroliers (fioul et GPL) sont les plus utilisés. Ils sont donc les plus vulnérables à l augmentation du prix du pétrole et parmi les plus émetteurs de GES (voir Tableau 5). Cette analyse permet par exemple d identifier cette frange du parc comme une des cibles prioritaires des programmes de réhabilitation. 9

10 Nombre de logements Charbon Fioul GPL Gaz naturel Bois Chauffage urbain Electricité TOTAL Réparti -tion avant % % Maison individuelle % % Après % avant % % Logement collectif % % Après % TOTAL % Répartition 2% 25% 4% 34% 9% 3% 24% 100% Tableau 4 : Nombre de logements par type de logement, par période de construction et par énergie de chauffage (Source : Energies Demain, ENERTER ) Emissions de GES 3 (teqco 2 / an) Charbon Fioul GPL Gaz naturel Bois Chauffage urbain Electricité TOTAL Réparti -tion avant % % Maison individuelle % % après % avant % % Logement collectif % % après % TOTAL % Répartition 7% 31% 3% 40% 1% 5% 14% 100% Tableau 5 : Emissions de GES par type de logement, par période de construction et par énergie de chauffage (Source : Energies Demain, ENERTER ) 3 Les émissions de GES concernent l ensemble des usages (chauffage, ECS, cuisson et électricité spécifique) alors que l énergie indiquée est l énergie principale de chauffage. C est pourquoi les émissions des logements chauffés au bois n apparaissent pas nulles alors que le facteur d émission du bois vaut 0. 10

11 En ce qui concerne les sources d énergie, 62 % des logements utilisent une énergie fossile pour le chauffage et 24 % l électricité (voir Figure 6). La part de marché relativement importante du bois concerne principalement les logements anciens (73% avant 1975) et des systèmes de chauffage peu performants (poêles, cheminées). Le logement est un secteur vulnérable à la problématique de la raréfaction des énergies fossiles, en particulier pour les catégories de parc pour lesquelles la substitution par une autre source d énergie est difficile : logements équipés d un système de chauffage individuel en immeuble collectif, logements locatifs privés, Figure 6 : Part de marché des énergies de chauffage dans les logements en Picardie (Source : ENERTER - Energies Demain) Les bâtiments tertiaires Les 29 millions de m² de bâtiments tertiaires en Picardie émettent chaque année un peu plus de 1,2 millions de tonnes équivalent CO 2. Le Tableau 6 et la Figure 7 détaillent ces résultats par branche tertiaire. On constate alors de fortes disparités entre les différentes branches du secteur tertiaire : les surfaces commerciales représentent 28% des bâtiments tertiaires de la région et 29% des émissions alors que les bâtiments liés aux activités de transport (gares, bâtiments logistiques hors entrepôts, services associés, ) ne constituent que 3% des surfaces et 5% des émissions. Après le commerce, ce sont les activités d enseignement, de santé et les bureaux-administrations qui émettent le plus. On note qu il s agit de branches avec une forte proportion de bâtiments publics. Branche Surface de bâtiments (milliers de m²) Emissions de GES (teqco 2 / an) Consom -mation d énergi e finale (GWh / an) Administration Bureaux Commerce Enseignement Recherche Habitat communautaire Hôtellerie Restauration Santé Action sociale Sport Loisirs Culture Transport TOTAL Tableau 6 : Synthèse du bilan du secteur tertiaire (Source : ENERTER Tertiaire - Energies Demain) 11

12 Figure 7 : Répartition des surfaces de bâtiments et des émissions de GES par branche tertiaire (Source : ENERTER Tertiaire - Energies Demain) Les émissions des différentes branches ne sont pas toutes dues aux mêmes usages. Le chauffage des bâtiments est tout de même le principal responsable des émissions de GES pour l ensemble des branches et des deux-tiers des émissions toutes branches confondues (68%). La Figure 8 montre que les émissions unitaires (par m²) de chauffage peuvent tout de même varier de près de 40% entre l enseignement-recherche et l hôtellerie-restauration. Outre la qualité thermique des bâtiments, cela s explique aussi par des différences d usage (ouvertures fréquentes des portes vers l extérieur, période journalière de chauffe, ). Ces différences d usages impactent encore davantage les émissions associées aux autres usages : la cuisson contribue fortement aux émissions de la restauration (28%), les usages spécifiques de l électricité à celles des bureaux et administrations (éclairage et informatique : environ 10% des émissions), les émissions non-énergétiques liées à la production de froid (fuites de gaz fluorés) à celles de la branche commerce (24%). Ces résultats chiffrés permettent d objectiver ce qui peut sembler intuitif et de mesurer et répartir les efforts à faire dans une perspective de forte réduction des émissions. Figure 8 : Emissions unitaires de GES par branche et par usages (teqco 2 / m² / an) (Source : ENERTER Tertiaire - Energies Demain) 12

13 Les émissions de GES du transport Les émissions du transport pour la région Picardie sont évaluées à environ 4 millions de tonnes équivalent CO 2, il s agit du deuxième secteur émetteur avec un quart des émissions totales. Au niveau national, le transport est à l origine de 27 % des émissions (Source : inventaire CCNUCC, CITEPA/MEEDDM, décembre 2009). On distingue la mobilité des personnes (56 % des émissions du transport) et le fret (44 % des émissions). La mobilité des personnes Motif Nombre de déplacements annuels (millions) Distance parcourue (milliards de km.voyageurs / an) Emissions de GES (teqco 2 / an) Domicile-Travail 301,57 5, Domicile-Etude 157,89 0, Achats 385,89 1, Loisirs 407,81 2, Autres 967,95 5, Longue distance 7,20 4, TOTAL 2 228,30 19, Tableau 7 : Mobilité des personnes et émissions de GES de la Picardie (Source : Energies Demain Mobiter 2007) La mobilité des personnes est à l origine de l émission de 2,25 millions de tonnes équivalent CO 2 pour la Picardie, soit 14% du bilan régional. Le Tableau 7 présente ces résultats en distinguant les différents motifs de déplacement. Le transport est le secteur pour lequel la croissance des émissions de GES est la plus forte au niveau national (+ 15% entre 1990 et 2007, Source : inventaire CCNUCC, CITEPA/MEEDDM). En effet, malgré des véhicules de plus en plus efficaces, l augmentation du nombre de déplacements et de la distance parcourue entraîne une augmentation globale des pressions sur l environnement (effet rebond), dans un contexte où les comportements évoluent rapidement et les besoins continuent d augmenter. Figure 9 : Répartition du nombre de déplacements, de la distance parcourue et des émissions de GES par motif (Source : Energies Demain Mobiter 2007) 13

14 Motif Mode Véhicule particulier conducteur Véhicule particulier passager Deuxroues motorisés Autres modes motorisés Transport en commun Modes doux Avion Domicile-Travail 70% 7% 6% 0% 6% 11% 0% Domicile-Etude 1% 26% 2% 0% 27% 44% 0% Achats 36% 18% 1% 0% 6% 39% 0% Loisirs 44% 22% 2% 0% 1% 31% 0% Autres 50% 25% 2% 0% 4% 19% 0% Longue distance 39% 43% 0% 3% 14% 0% 1% TOTAL 46% 21% 2% 0% 6% 25% 0% Tableau 8 : Parts modales (% du nombre de déplacement) des déplacements par motifs en Picardie (Source : Energies Demain Mobiter 2007) Le Tableau 8 indique la part des différents modes (en nombre de déplacement) pour chaque motif. On constate que l utilisation de la voiture reste prédominante (67 % des déplacements tous motifs confondus) sauf pour les déplacements scolaires, ce qui s explique aisément par le fait que les personnes concernées ne peuvent pas conduire. Les élèves et étudiants se reportent vers les modes doux pour les petites distances et les transports en commun pour les trajets plus longs (voir Tableau 9). Ces derniers sont d ailleurs très peu utilisés pour les autres motifs hormis pour les déplacements longue distance. La distance moyenne pour les navettes domicile-travail en transport en commun est d ailleurs deux fois plus élevée que pour les déplacements en voiture pour le même type de trajet. Au contraire, les modes doux sont fréquemment choisis pour les déplacements liés aux achats, aux loisirs ou aux études. Cela peut notamment s expliquer par des distances parcourues plus courtes. La situation pour les déplacements longue distance est complètement différente : anecdotique en nombre de déplacements, ils représentent près d un quart de la distance parcourue et 17 % des émissions. Motif Mode Véhicule particulier conducteur Véhicule particulier passager Deuxroues motorisés Autres modes motorisés 4 Transport en commun Modes doux Avion Moyenne tous modes Domicile-Travail 18,2 18,2 10,5 0,0 37,1 0,8 0,0 17,0 Domicile-Etude 14,5 12,3 9,6 0,0 8,3 0,8 0,0 6,1 achats 4,9 4,9 4,5 0,0 3,8 0,8 0,0 3,2 loisirs 10,1 10,1 7,7 0,0 8,2 0,8 0,0 7,1 autres 6,5 6,5 3,8 0,0 7,5 0,8 0,0 5,4 Longue distance 601,6 601,6 0,0 601,6 582,0 0,0 429,7 596,4 Moyenne tout motif 11,0 11,9 6,8 601,6 16,0 0,8 429,7 8,9 Tableau 9 : Distance moyenne (en km) des déplacements par mode et par motif en Picardie (Source : Energies Demain Mobiter 2007) 4 «Autres modes motorisés» désigne principalement les camping-cars, vans, fourgonnettes, 14

15 L enjeu particulier des déplacements domicile-travail Les déplacements domicile-travail apparaissent comme un enjeu particulier pour la réduction des consommations d énergie et des émissions de GES. En effet, ils sont à l origine d une part significative des émissions (33% pour la Picardie voir Figure 9) alors que le nombre de déplacements concernés est relativement modéré (environ 155 déplacements par habitant et par an, soit 14% du nombre de déplacements). En outre, il s agit généralement de déplacements contraints et réguliers (allers-retours quotidiens) sur lesquels il peut être plus facile d intervenir (covoiturage, offre de modes alternatifs à la voiture, localisation des logements et des activités, ). En Picardie, la part modale de la voiture particulière dépasse actuellement 75% pour les navettes domicile-travail, avec une part relativement faible de covoiturage (7%). La Figure 10 montre qu il s agit du mode le plus émissif. Pour les déplacements domicileétude (également réguliers), cette part n est que de 27%. En milieu rural, l offre de transport en commun est par exemple souvent prévue pour répondre à cette demande spécifique. Les déplacements domicile-travail peuvent donc être une cible prioritaire pour imaginer une politique de mobilité alternative à la voiture, y compris en milieu rural. A court-terme, cela passe notamment par le développement des Plans de Déplacements d Entreprise (PDE) qui sont les outils les plus opérationnels pour étudier et construire des solutions. A plus long terme, l adéquation entre le développement de l offre de logements et d emplois sur un territoire compact (en termes quantitatifs mais aussi et surtout qualitatifs : l offre résidentielle correspond-elle aux niveaux de revenus des emplois du territoire et réciproquement?) est un levier à intégrer le plus tôt possible dans les politiques et stratégies de développement territorial. Figure 10 : Emissions moyennes de GES par km parcouru en Picardie (geqco 2 / km) (Source : Energies Demain Mobiter 2007 à partir des facteurs d émission du Bilan Carbone ) La méthode de comptabilité des émissions utilisée pour le tableau de bord est construite à partir des origines/destinations des déplacements : on affecte la moitié des émissions au territoire d origine et la moitié à celui de destination. L impact direct des infrastructures n apparaît donc pas : les émissions du transit sur les autoroutes ou celles de l aéroport de Beauvais sont réparties aux lieux d origine et de destination finales des déplacements concernés. Il peut néanmoins être intéressant de proposer des compléments afin d évaluer l impact en termes d émissions de gaz à effet de serre des infrastructures de dimension régionale (voir encadrés ci-dessous). L aéroport de Beauvais L aéroport de Beauvais a fait réaliser son propre Bilan-Carbone qui comptabilise les émissions de l ensemble des vols qui décollent ou atterrissent à Beauvais, quelque soit l origine et la destination finale des passagers. On obtient alors le chiffre de 588 milliers de tonnes équivalent CO 2. A titre de comparaison, les émissions du transport aérien de voyageurs comptabilisés dans le bilan régional, soit la moitié des émissions des déplacements dont l origine ou la destination sont en Picardie, sont de teqco 2. Le transit : un enjeu régional? Le transport en Picardie ne se limite pas à la mobilité des personnes et des marchandises qui viennent ou qui partent du territoire. Au cœur de l Europe entre Paris, Bruxelles et Londres, la Picardie est aussi une région de passage. A l échelle régionale se pose donc également la question du transit. Les seules données sur le sujet dont dispose l observatoire se limitent à une estimation du transit sur les autoroutes qui traversent la région. Les émissions de gaz à effet de serre correspondantes 5 sont évaluées à environ 465 milliers de tonnes équivalent CO2 par an, soit l équivalent de 10 % des émissions du transport prise en compte dans le bilan régional 6. 5 Contrairement aux émissions de la mobilité associée à la population et aux activités du territoire, les émissions du transit comptabilisées ici correspondent uniquement à la part des déplacements réalisés sur le territoire de la région. 6 Par souci de cohérence méthodologique et pour éviter tout double-compte, les émissions du transit ne sont pas intégrées dans le bilan régional. Elles sont indiquées ici uniquement à titre d information complémentaire à l échelle régionale. 15

16 Le transport de marchandises Les émissions du transport de marchandises imputées à la Picardie sont évaluées à 1,75 millions de tonnes équivalent CO 2 par an, soit 11% du total des émissions régionales. Les flux de marchandises et les émissions de GES considérés reflètent les besoins, l activité et l offre logistiques du territoire, y compris ses besoins en tant qu origine ou destination finale de produits et matériaux. La tonne.kilomètre (t.km) est une unité de mesure des flux de transport de marchandises. Elle correspond au transport d une tonne sur un kilomètre. Elle permet d additionner et de comparer des flux de marchandises en intégrant à la fois une information sur la distance parcourue et sur la quantité de marchandises transportées. Par exemple, un camion transportant 10 t entre Amiens et Compiègne (environ 95 km) correspond à un flux de 10 t x 95 km = 950 t.km. le fret interne à la région ne représente que 8 % des flux mais contribue à 14 % des émissions. Les flux sortants sont légèrement plus importants que les flux entrants (ce qui peut signifier que la Picardie exporte plus de produits ou qu elle les exporte plus loin qu elle n en importe). L ensemble des échanges de marchandises avec l extérieur de la région occasionne l émission d environ 1,5 millions de teqco 2 / an même si toutes ces émissions n ont pas lieu sur le territoire picard. Figure 11 : Répartition des flux et des émissions de GES du fret en fonction du type de flux (Source : Energies Demain) La Figure 11 montre la répartition des 18,49 millions de tonnes.kilomètre et des 1,75 millions de tonnes équivalent CO 2 du transport de marchandises en fonction du type de flux : En ce qui concerne les parts modales (voir Figure 12), la route reste largement majoritaire avec 64 % des flux, alors que c est l un des modes les plus émetteurs. 93 % des émissions du secteur sont ainsi dues à ce mode. Pour les flux intra-régionaux, la part modale de la route atteint même 99 %. En ce qui concerne le fret international, l aérien est un mode particulièrement émetteur (3 % des émissions) alors qu il ne représente que 0,4 % des flux en tonnes.kilomètre. A l inverse, le mode maritime a des émissions unitaires très faibles : 0,009 teqco2 / t.km, soit 60 fois moins que l aérien. Figure 12 : Répartition des flux et des émissions du fret par mode (Source : Energies Demain) 16

17 Les émissions de GES de l agriculture La production agricole en Picardie est à l origine de l émission de 3,3 millions de tonnes équivalent CO 2 par an, soit 20% des émissions régionales. Au niveau national, le secteur représente 21 % des émissions (Source : inventaire CCNUCC, CITEPA/MEEDDM, décembre 2009). La Figure 13 détaille ces émissions par grands types de production. On constate que les cultures sont à l origine de 54 % des émissions dont 25 % pour le blé. Le bétail représente quant à lui 46 % des émissions dont 39 % pour les vaches et bovins. Agriculture et cycle du carbone Les résultats donnés ici correspondent au bilan net des émissions et absorptions de GES liés aux cycles agricoles. Conformément aux conventions internationales (GIEC), on considère par exemple que le carbone absorbé par les cultures annuelles (photosynthèse) est réémis à court terme soit par la respiration et la digestion des animaux et des personnes qui les mangent, soit par l oxydation du carbone contenu dans les résidus de culture. En regardant l ensemble du cycle du carbone, l absorption des cultures annuelles est contrebalancée et n apparaît donc pas dans le bilan net. En revanche, les modifications à long terme du stock de carbone dans le sol sont prises en compte dans le secteur UTCF. Figure 13 : Répartition des émissions de l agriculture Picarde par type de production en 2007 (Source : Energies Demain sur données Agreste principalement) Culture Bétail Les émissions de l agriculture se caractérisent par une proportion importante des émissions nonénergétiques. Pour les cultures, les émissions de protoxyde d azote (N 2 O) représentent 75 % des émissions, dont 59 % liées aux fertilisants synthétiques et 16 % aux résidus de culture. La Figure 14 montre que les émissions varient fortement en fonction du type de culture mais que ces variations suivent la répartition des surfaces cultivées. La culture du blé occupe 42 % de la surface et occasionne 47 % des émissions des cultures. Les émissions énergétiques (25 % du total) sont dues à la consommation de carburants pour les engins agricoles. L optimisation des amendements (réduction des apports azotés non indispensables), des rotations de cultures pour fixer l azote dans les sols et des itinéraires agricoles (consommation de carburant) sont les principaux leviers techniques de réduction des émissions. En ce qui concerne le bétail, les émissions nonénergétiques sont aussi les plus importantes (97 % du total). La fermentation entérique représente 58% et les effluents 39%. L optimisation de l alimentation du bétail ou de la gestion des effluents (captage et valorisation du méthane par exemple) sont donc les principaux moyens de réduire les émissions à production équivalente. Les consommations d énergie peuvent également être réduites dans les bâtiments (chauffage, équipements). En revanche, les spécificités entre type de production sont plus prononcées que pour les cultures. Les émissions unitaires (par tête) et l importance relative des différents postes varient fortement entre les vaches laitières, les volailles ou les ovins (voir Figure 15). Les vaches et bovins sont à l origine de 84 % des émissions de l élevage, dont les deux-tiers en raison de la fermentation entérique. Ces écarts soulèvent la question des émissions associées aux habitudes alimentaires et des équilibres économiques entre les différents types de production agricole. 17

18 Figure 14 : Emissions des cultures picardes par poste (teqco 2 / an) (Source : Energies Demain) Figure 15 : Emissions des élevages picards par postes (teqco 2 / an) (Source : Energies Demain) 18

19 Les émissions de GES de l industrie Les industries picardes sont les principaux émetteurs de GES de la région avec environ 4,5 millions de teqco 2 par an (hors industries de production d électricité), soit 29 % des émissions régionales. L importance industrielle de la région se retrouve donc également dans le profil de son bilan d émissions de GES. Par comparaison, au niveau national, l industrie manufacturière (hors secteur de l énergie) représente 20 % des émissions de gaz à effet de serre (Source : inventaire CCNUCC, CITEPA/MEEDDM, décembre 2009). Ces émissions varient assez sensiblement en fonction des branches industrielles (voir Figure 16). L agroalimentaire, qui emploie plus de personnes est la branche la plus émettrice de la région avec près de 1,8 millions de tonnes équivalent CO 2 émises chaque année. A l opposé, le secteur mécanique automobile est le principal employeur (environ emplois) et ne représente que moins de 5% des émissions de l industrie. Figure 16 : Emplois et émissions de GES du secteur industriel picard par branche d activité (Sources : SIRENE et Energies Demain) Ces différences s expliquent avant tout par des différences entre les procédés de production. Les industries diverses ont en moyenne la meilleure intensité d émissions par emploi (3,9 teqco 2 par an et par employé) tandis que l agroalimentaire émet plus de 76 teqco 2 / an / employé. Pour la plupart des branches, les procédés thermiques liés à la fabrication (fours, séchoirs, ) sont les principaux usages consommateurs d énergie 7. Les spécificités de chaque branche se retrouvent également au niveau de la part des émissions non-énergétiques qui atteint près de 50% des émissions pour la branche Chimie Pharmacie contre 0% pour l agroalimentaire. 7 La répartition par usage énergétique proposée est la répartition nationale par branche (source : SESSI EACEI 2009). Elle n a qu une valeur indicative. En moyenne, les émissions non-énergétiques représentent 18 % des émissions industrielles (dont près de la moitié de protoxyde d azote et un tiers de CO 2 ) alors que la combustion d énergie fossile (gaz, produits pétroliers et charbon) est responsable de deux-tiers des émissions (voir Figure 17). 19

20 Figure 17 : Répartition des émissions de l industrie Picarde par sources (Source : Energies Demain) 20

21 Les émissions de GES des déchets et des eaux usées Les émissions des déchets ménagers et des eaux usées générés en Picardie émettent 0,40 millions de tonnes équivalent CO 2, soit 2 % du total régional. Au niveau national, ce secteur représente également 2 % des émissions de GES (Source : inventaire CCNUCC, CITEPA/MEEDDM, décembre 2009). Pour ce secteur, ce sont les émissions nonénergétiques qui sont les plus importantes avec 77% des émissions liées aux déchets solides et 100% des émissions liées aux eaux usées, soit 84 % du secteur (voir Figure 18). En ce qui concerne les eaux usées, le taux moyen de raccordement considéré est de 69 %, on peut donc déduire de la Figure 18 que les émissions par habitant sont beaucoup plus élevées pour l assainissement non collectif que pour l assainissement collectif (environ 10 fois plus). La Figure 19 précise la répartition des émissions en fonction du type de déchets. Les ordures ménagères résiduelles contribuent à 84 % des émissions alors qu elles ne représentent que 52 % des tonnages collectés. Figure 18 : Répartition des émissions du secteur des déchets et des eaux usées par postes d émissions (Source : Energies Demain) Figure 19 : Répartition des tonnages collectés et des émissions de GES des déchets solides en Picardie par fraction de déchets (Sources : ADEME Observatoire des déchets et Energies Demain) 21

22 La valorisation énergétique des déchets L observatoire régional des émissions de gaz à effet de serre imputent les émissions énergétiques aux consommateurs. Afin d éviter tout double-compte, la production d énergie n apparaît pas comme une activité émettrice dans le bilan GES de la région. La valorisation énergétique des déchets n est donc pas prise en compte dans les chiffres ci-dessus. Toutefois, il apparaît indispensable de compléter le bilan territorial par une analyse plus fine des différents modes de traitement qui intègre la valorisation énergétique. En produisant 74 GWh d électricité et 53 GWh de chaleur par an (Source : ADEME - Observatoire des déchets), dont la majorité à l incinérateur de Villers-Saint-Paul mais aussi par valorisation du biogaz, le traitement des déchets en Picardie permet d économiser teqco 2 /an. En intégrant ces données, on peut comparer les différents modes de traitement en fonction de leurs émissions de gaz à effet de serre 8. Les histogrammes de la Figure 20 indiquent les effets des différents postes d émission ou d atténuation pour une tonne de déchet traité en Picardie. On constate que le traitement organique (compostage et méthanisation) est le moins émetteur lorsqu il est possible (déchets fermentescibles). Pour l incinération et l enfouissement, l efficacité dépend de ce qui est pris en compte. En intégrant la valorisation énergétique (courbe noire en trait plein), l incinération d une tonne de déchet émet moins que l enfouissement (0,22 teqco 2 contre 0,29). En revanche, en enfouissant les déchets, on peut également séquestrer une certaine quantité de carbone dans le sous-sol (et donc réduire la quantité de carbone c est-à-dire de CO 2 dans l atmosphère) à hauteur de 0,16 teqco 2 par tonne de déchet traité. L enfouissement devient alors en moyenne moins émetteur que l incinération. De grandes incertitudes scientifiques demeurent sur ce processus, c est pourquoi il est préférable de présenter séparément les résultats obtenus (courbe noire en pointillé). Figure 20 : Emissions de GES par tonne de déchet traité en fonction du mode de traitement (Source : Energies Demain) 8 Le recyclage n est pas mentionné ici car la méthodologie de calcul utilisée ne permet pas d évaluer les émissions évitées du fait de l intégration de matériaux recyclés dans le circuit de production économique, ce qui constitue sans doute l effet principal du recyclage. 22

23 Les émissions associées aux changements d usage des sols et à la forêt (UTCF) La concentration de carbone dans l atmosphère (notamment sous la forme des deux principaux gaz à effet de serre : CO 2 et CH 4 ) est en fait la variable d ajustement de grands équilibres géochimiques entre le carbone contenu dans les océans, la biomasse (le carbone est l un des principaux éléments constitutifs des êtres vivants) et l atmosphère. Toute perturbation anthropique du cycle du carbone est donc à l origine d une variation de la concentration de gaz à effet de serre qui peut être assimilée à une émission ou une absorption de CO 2. On regroupe ces phénomènes dans un secteur appelé «Utilisation des terres, leurs changements et la forêt» (UTCF). Ainsi, la sylviculture constitue un puits d absorption de carbone puisque la croissance ligneuse des arbres «consomme» du carbone atmosphérique grâce au mécanisme de la photosynthèse. En Picardie, la croissance des ha de forêt représente un puits d absorption d environ 1,8 millions de tonnes équivalent CO 2 par an (voir Tableau 10). Au même titre que la forêt, les sols sont susceptibles de stocker ou non une certaine quantité de carbone en fonction de leurs usages (une forêt en contient plus qu une prairie qui en contient elle-même davantage qu une terre cultivée ou urbanisée). Le changement d usage des sols entraine donc une modification du carbone qu ils contiennent et peut être à l origine d absorption ou d émissions de GES. L urbanisation de 531 hectares par an est par exemple responsable de l émission de 470 teqco 2 (voir Tableau 10). Les nouvelles prairies (316 ha /an) proviennent essentiellement de la déforestation, ce qui explique l imputation de teqco 2 supplémentaires. Au total, le secteur de l UTCF contribue à absorber environ 1,8 millions de teqco 2. Compte-tenu des incertitudes scientifiques plus fortes sur ce secteur que sur les autres, la plupart des travaux de comptabilité d émissions de GES, par exemple dans le cadre d exercices d atténuation des émissions, se font «hors UTCF». Processus Surface concernée (ha) Absorption/émissions de GES (teqco 2 / an) Croissance des forêts Nouvelles prairies dont anciennes cultures dont déforestation Urbanisation Mise en culture Autres Total Tableau 10 : Détails des émissions de l UTCF (Sources : Corine Land Cover et Energies Demain) 23

24 Les enjeux énergétiques en Picardie A la question du réchauffement climatique vient se superposer l enjeu de la raréfaction des sources d énergie fossiles. Selon l Agence Internationale de l Energie (World Energy Outlook, 2009), le pétrole (34 %), le charbon (27 %) et le gaz naturel (21 %) sont aujourd hui les principales sources d énergie primaire utilisées dans le monde. Le pétrole et dans une moindre mesure les autres énergies fossiles cumulent en effet plusieurs qualités exceptionnelles : multiples usages possibles, rentabilité économique et énergétique, intensité énergétique, facilité à être stocké et transporté, Toutefois, les réserves mondiales de pétrole, de charbon et de gaz sont finies ; leur production et leur utilisation finiront donc par décroître. Le pic de découverte de réserves de pétrole a eu lieu en 1964 et on estime que le pic de production aura probablement lieu au cours des prochaines années. Il est donc nécessaire de prévoir et d anticiper le déclin de la disponibilité du pétrole à court-terme et des autres sources fossiles et fissiles à moyen terme. Cette nécessité coïncide avec celle de l atténuation des émissions de GES et des autres externalités négatives de ces sources d énergie (pollutions et risques divers, tensions géopolitiques, ). La consommation d énergie en Picardie La consommation d énergie finale en Picardie est de 5,08 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) en Cela représente environ 3,1 % de la consommation française (soit sensiblement le même poids qu en termes de population). La répartition de la consommation finale par secteur (voir Figure 21) fait apparaître le poids très important des bâtiments (37%). Le chauffage des bâtiments et notamment des logements est le principal usage de l énergie en Picardie. La part du secteur industriel (34%) est quant à elle nettement plus importante que la moyenne nationale (26%, source : SOeS). Au contraire, les transports ne représentent que 26 % de la consommation d énergie contre 31% au niveau national (Source : SOeS). La différence entre la répartition de la consommation d énergie (Figure 21) et celle des émissions (Figure 2) correspond aux émissions non-énergétiques majoritaires pour l agriculture et les déchets. La plus faible part des bâtiments dans les émissions s expliquent aussi par l usage relativement important de bois (qui n émet pas de GES). La répartition par type d énergie (voir Figure 22 ) fait apparaître l importance des énergies fossiles dans le mix énergétique final : 69% pour les usages directs du charbon, du pétrole et du gaz auxquels il faudrait ajouter la part des énergies fossiles pour la production d électricité et de chaleur dans les réseaux. On constate également la faible part des énergies renouvelables (principalement la biomasse et environ 14% de l électricité d après le SOeS). Figure 21 : Répartition de la consommation d énergie finale par secteur en Picardie en 2007 (Source : Energies Demain) Figure 22 : Répartition de la consommation d énergie finale par type d énergie en Picardie en 2007 (Source : Energies Demain) 24

Fiche Energie / Gaz à effet de serre de la Communauté de communes du Vimeu Industriel

Fiche Energie / Gaz à effet de serre de la Communauté de communes du Vimeu Industriel du département de la Somme Fiche Energie / Gaz à effet de serre de la Communauté de communes du Vimeu Industriel OCTOBRE 2012 Fiche GES / Energie : Communauté de communes du Vimeu Industriel Tableau de

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Forum d ouverture du Plan Climat 4 décembre 2012 Enjeux Climat Energie La demande mondiale en énergie ne cesse d augmenter pas de solution «miracle»

Plus en détail

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Communauté Urbaine du Grand Toulouse Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Juin 2011 Table des matières 1 Introduction 3 1.1. Les défis énergétiques et climatiques 3 1.1.a. Les émissions

Plus en détail

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier 23/05/2013 Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier L université Joseph Fourier s est engagée dans la réalisation de son propre Bilan des Emissions de Gaz à Effet

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du * de l Angoumois Avril 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Etude préalable à la mise en œuvre du Plan Climat-Energie Territorial de la Communauté d Agglomération de Castres Mazamet LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Castres, jeudi 29 mars 2012 Obligation

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie...

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie... La présente note propose de compiler un ensemble de données relatives à l énergie en Bretagne pour alimenter les échanges du Débat National de la Transition Energétique. Les données sont issues principalement

Plus en détail

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Territoire 2008 Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources

Plus en détail

BILAN CARBONE «TERRITOIRE» DE LA COMMUNE D AURAY. Rapport Version 1. KOLIBRI Bilan carbone Territoire d Auray- Rapport V1 mai 2010 p 1/10

BILAN CARBONE «TERRITOIRE» DE LA COMMUNE D AURAY. Rapport Version 1. KOLIBRI Bilan carbone Territoire d Auray- Rapport V1 mai 2010 p 1/10 BILAN CARBONE «TERRITOIRE» DE LA COMMUNE D AURAY Rapport Version 1 KOLIBRI Bilan carbone Territoire d Auray- Rapport V1 mai 2010 p 1/10 1-INTRODUCTION... 3 11-QU EST-CE QUE C EST?... 3 12-PARTICULARITES

Plus en détail

Dix ans de consommation d énergie dans le secteur tertiaire

Dix ans de consommation d énergie dans le secteur tertiaire COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 369 Novembre 2012 Dix ans de consommation d énergie dans le secteur tertiaire OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE La consommation d énergie du secteur tertiaire

Plus en détail

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Belle-Ile-en-Mer. Situation 2010. Janvier 2014

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Belle-Ile-en-Mer. Situation 2010. Janvier 2014 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Belle-Ile-en-Mer Situation 2010 Janvier 2014 Conseil général du Direction générale des territoires, de l économie et de l innovation Service

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

N 4. Missions : Novembre 2013

N 4. Missions : Novembre 2013 Analyse spatiale des consommations d énergie en Aquitaine N 4 Novembre 2013 Année 2010 (version 2013) Les travaux présentés ici portent sur l analyse spatiale des consommations d énergie en Aquitaine (répartition

Plus en détail

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire Synthèse des principaux résultats Deux secteurs clés : le bâtiment et le transport de personnes 238 500 teq CO2 / an Le bâtiment

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

PARC NATUREL REGIONAL

PARC NATUREL REGIONAL PARC NATUREL REGIONAL DES MONTS D ARDECHE Synthèse du bilan de gaz à effet de serre du territoire 1. Eléments de contexte Les derniers travaux du GIEC (Groupe d Experts Intergouvernemental sur l Evolution

Plus en détail

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Brocéliande. Situation 2010

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Brocéliande. Situation 2010 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Situation 2010 Janvier 2014 nseil général du ection des territoires rvice développement durable Hôtel du département 2 rue de Saint-Tropez

Plus en détail

Grand Paris Seine Ouest. Synthèse du diagnostic énergétique et gaz à effet de serre du territoire

Grand Paris Seine Ouest. Synthèse du diagnostic énergétique et gaz à effet de serre du territoire Grand Paris Seine Ouest Synthèse du diagnostic énergétique et gaz à effet de serre du territoire Novembre 2009 La communauté d agglomération Grand Paris Seine Ouest, issue de la fusion d Arc de Seine et

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Novembre 213 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire

Plus en détail

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura 19-06-2015 Approche Bilan Carbone Réf Date Auteur V1 04/06/15 ELAN V2 15/06/15 ELAN V3 19/06/15 ELAN ELAN 1, avenue Eugène Freyssinet 78061 SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Diagnostic Energie-Climat

Diagnostic Energie-Climat Diagnostic Energie-Climat Syndicat d Agglomération Nouvelle de Sénart Cabinet EXPLICIT 1 Les émissions de l'agglomération de Sénart s'élèvent à 478 000 tonnes équivalent CO2 Emissions de gaz à effet de

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine

Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine Julien GALINEAU Air Lorraine 30/04/2012 1 Contexte et objectif du présent rapport... 2 2 Méthode de détermination des consommations de

Plus en détail

Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille

Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE «scope 1 et 2» ANNEE 2011 1. CONTEXTE Ce bilan des émissions de gaz à effet de serre fournit

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES Eléments de définition Les actions de sobriété et d efficacité énergétiques permettent de réduire les consommations d énergie. La sobriété énergétique «consiste à interroger nos besoins puis agir à travers

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Conseil général du 27 juin 2014 Annexe 1 à la délibération n

Conseil général du 27 juin 2014 Annexe 1 à la délibération n Conseil général du 27 juin 2014 Annexe 1 à la délibération n BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2013 Assemblée départementale du 27 juin 2014 1 / 13 1 / 13 SOMMAIRE Contexte et éléments de méthode...3

Plus en détail

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Vision 2030 2050 2 approches différentes: 2030 : projection volontariste, complémentaire de l exercice DGEC 2050: normatif facteur

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION Année de référence : 211 Page : 1 / 12 SOMMAIRE I. GENERALITES... 3 A. INTRODUCTION 3 B. OBJECTIFS 3 II. LA METHODE BILAN CARBONE... 4 A.

Plus en détail

énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne

énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne seine-et-marne.fr fo p03 Édito p04 Les émissions de gaz à effet de serre (GES) en Seine-et-Marne

Plus en détail

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Vannes agglo. Situation 2010. Janvier 2014

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Vannes agglo. Situation 2010. Janvier 2014 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Situation 2010 Janvier 2014 Conseil général du Direction générale des territoires, de l économie et de l innovation Service développement durable Hôtel du département

Plus en détail

TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE

TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE DIAGNOSTIC GAZ À EFFET DE SERRE VULNÉRABILITÉ TERRITOIRE PRÉCARITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE ÉNERGIE VULNÉRABILITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE VULNÉRABILITÉ GAZ À EFFET DE SERRE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ ÉNERGIE

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire

IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire Année de référence : 2011 2 Sommaire 1 CONTEXTE... 3 2 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE... 3 3 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ

Plus en détail

Bilan Carbone Informatique CDC

Bilan Carbone Informatique CDC Bilan Carbone Informatique CDC Abdelfattah Bekkali Département Logistique Générale - Développement Durable Sommaire : I. BILAN CARBONE LES OBJECTIFS... 3 Pourquoi un bilan carbone à Informatique CDC...

Plus en détail

Année de référence 2005 - Edition 2011

Année de référence 2005 - Edition 2011 Etat des lieux Climat-Air-Energie de la Haute-Normandie Inventaire énergétique et des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques secteur tertiaire Année de référence 2005 - Edition

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Rappel des enjeux du changement climatique, résultats du Bilan Carbone et pistes d action de réduction Quels enjeux en termes de climat et d énergie? Un

Plus en détail

Consommations énergétiques et émissions de gaz à effet de serre de la base ENERGIF : sources et méthodologie de calculs

Consommations énergétiques et émissions de gaz à effet de serre de la base ENERGIF : sources et méthodologie de calculs Consommations énergétiques et émissions de gaz à effet de serre de la base ENERGIF : sources et méthodologie de calculs Date de mise à jour : 24/11/2015 1 Généralités de précautions d usage L inventaire

Plus en détail

Objectifs Bâtiments 2012-2020. Hubert Despretz Ademe/DBU Décembre 2009

Objectifs Bâtiments 2012-2020. Hubert Despretz Ademe/DBU Décembre 2009 Objectifs Bâtiments 2012-2020 Hubert Despretz Ademe/DBU Décembre 2009 Sommaire Rappel des parcs et consommations Performance énergétique des bâtiments dans le Grenelle Solutions bâtiments neufs et bâtiments

Plus en détail

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES)

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) HABITAT TOULOUSE ANNEE 2012 Le 25/2/2014 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : HABITAT TOULOUSE

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS)

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) Étude menée en partenariat avec : Agence De l Environnement et de la Maîtrise de l Energie (ADEME) Commune de

Plus en détail

ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017

ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017 ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017 PLAN CLIMAT ÉNERGIE TERRITORIAL DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA

Plus en détail

1 Description de la personne morale concernée

1 Description de la personne morale concernée BILAN D EMISSIONS DE GES ARTICLE 75 GDF SUEZ ÉNERGIE SERVICES 1 1 Description de la personne morale concernée Raison sociale : GDF SUEZ Energie Services S.A. Code NAF : 3530 Z Code SIREN : 552 046 955

Plus en détail

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS)

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : INRS, Association loi 1901 Code NAF : 7219Z Code SIREN

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 Sommaire 1- Les enjeux de la transition énergétique 2- Etat des lieux des consommations et des modes de production

Plus en détail

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros)

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros) COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 645 Juin 2015 Consommations énergétiques des ménages en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION En 2012, la dépense moyenne annuelle en

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE. BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE. BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances 1 1. Description de la personne morale et de ses activités Ce bilan est une démarche volontaire, étant

Plus en détail

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les responsables politiques cherchent à réduire les émissions de gaz à effet

Plus en détail

Plan Climat du Grand Nancy

Plan Climat du Grand Nancy Plan Climat Air Energie Territorial du Grand Nancy Novembre 2012 1 Table des matières Introduction P.4 P.8 P.11 P.18 P.27 P.29 1. Elaboration du Territorial (PCAET) 1.1. La concertation continue 1.2. Le

Plus en détail

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes à l habitation et aux déplacements d des ménagesm Exemple d un ménage de 3 personnes habitant un logement de 100m² à Lille Métropole Mars

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA 1 1. Description de la personne morale et de ses activités Raison sociale : MAAF ASSURANCES SA Code NAF

Plus en détail

Les enjeux énergétiques du transport

Les enjeux énergétiques du transport Les enjeux énergétiques du transport Le secteur des transports consomme 50% du pétrole mondial. Avec des échanges commerciaux qui croissent beaucoup plus vite que le PIB, et une croissance exponentielle

Plus en détail

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire PETR Midi-Quercy Synthèse Consommation d énergie finale Unité Résidentiel/tertiaire Industrie Transport routier Agriculture Total Territoire Ktep 36 4 40 nr 80 Territoire GWh 420 44 468 nr 933 Part de

Plus en détail

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées Bilan des émissions de gaz à effet de serre Septembre 213 Bilan des émissions de gaz à effet de serre Sommaire

Plus en détail

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Exercice 2013-2014 Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)... 1 Exercice 2013-2014... 1 1. Description de la personne morale concernée...

Plus en détail

Rapport. Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Agence de l eau ADOUR-GARONNE. Mai 2014

Rapport. Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Agence de l eau ADOUR-GARONNE. Mai 2014 Agence de l eau ADOUR-GARONNE Rapport Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Mai 2014 DECLARATION ART 75 LOI ENE AGENCE DE L EAU ADOUR GARONNE 1 Rapport réglementaire La suite de ce chapitre

Plus en détail

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS François JEGER La comparaison des composantes de la demande de transport par mode entre les quinze pays de l Union européenne fait apparaître certains

Plus en détail

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides Les enjeux énergétique de l industrie du Limousin L industrie : 21 % des consommations régionales Baisse

Plus en détail

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 DATAVANCE Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES DATAVANCE 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz

Plus en détail

Synthèse des principales actions de réduction PARIS HABITAT OPH

Synthèse des principales actions de réduction PARIS HABITAT OPH Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 et au décret n 2011-829 du 11 juillet 2011 Synthèse des principales actions de réduction

Plus en détail

PRESENTATION ET DEBAT

PRESENTATION ET DEBAT Réchauffement Climatique Mairie de MASSY Agenda 21 PRESENTATION ET DEBAT Gaël CALLENS Est-ce que la terre chauffe vraiment? Les Constats Depuis 1950, la terre s est réchauffée de 0,9 C, passant de 14 C

Plus en détail

Consommation Energétique Finale de l Algérie

Consommation Energétique Finale de l Algérie Données & Indicateurs Ministère de l Energie et des Mines Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Consommation Energétique Finale de l Algérie Edition 2007

Plus en détail

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11.

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11. SE DEPLACER Les déplacements, sont liés aux activités, à notre lieu de vie principal, à nos besoins d approvisionnement, à nos relations sociales. Ils sont un moyen et non une fin. Pour autant: - La mobilité

Plus en détail

Diagnostic des émissions de gaz à effet de serre de la Communauté d Agglomération de Limoges Métropole. - Octobre 2010 -

Diagnostic des émissions de gaz à effet de serre de la Communauté d Agglomération de Limoges Métropole. - Octobre 2010 - Diagnostic des émissions de gaz à effet de serre de la Communauté d Agglomération de Limoges Métropole - Octobre 2010 - Table des matières Table des matières 3 Table des illustrations 5 1. Synthèse 7

Plus en détail

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire Rapport réglementaire 2015 Bilan des émissions de GES - Carsat Centre-Val de Loire 1 Table des matières 1 Description de la personne

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2012 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

ADIA. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

ADIA. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 ADIA Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES ADIA 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz présents

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

Atelier Bruxelles. Mise en œuvre d un système d inventaire des émissions de GES pérenne : Collecte des données et mise en œuvre des méthodes

Atelier Bruxelles. Mise en œuvre d un système d inventaire des émissions de GES pérenne : Collecte des données et mise en œuvre des méthodes Cluster Francophone partie prenante du Partenariat International sur l Atténuation et le MRV Atelier Bruxelles Jeudi 30 octobre 2014 Mise en œuvre d un système d inventaire des émissions de GES pérenne

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre du groupe SFR

Bilan des émissions de gaz à effet de serre du groupe SFR Bilan des émissions de gaz à effet de serre du groupe SFR Décembre 2012 Réalisé pour le compte du Groupe SFR par Biens Communs et Factea Durable Sommaire I PRÉSENTATION... 1 I.1 DESCRIPTION DE LA PERSONNE

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil d Administration.

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou Mars 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre

Plus en détail

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des Midi-Pyrénées

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des Midi-Pyrénées Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des 1 P a g e Sommaire Cadre général... 3 1. Description de la personne morale concernée... 4 2. Année de reporting de l exercice et l

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2

La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2 La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2 Photo : J. Van Hevel Membre de Fortea Partenaire d infobeton.be La fabrication des ciments, les matériaux de construction

Plus en détail

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre PREFECTURE DE REGION D ILE DE FRANCE Bureau environnement/énergie Immeuble Le Ponant 5 rue Leblanc 75015 PARIS ANTONY, le 21 décembre 2015 Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet

Plus en détail

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète?

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Henri WAISMAN Centre International de Recherche sur l Environnement et le Développement waisman@centre-cired.fr La transition énergétique

Plus en détail

Le bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre NTN-SNR ROULEMENTS

Le bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre NTN-SNR ROULEMENTS Le bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre NTN-SNR ROULEMENTS L article 75 de la loi du 12 juillet 21 rend obligatoire la réalisation d un bilan des émissions des gaz à effet de serre

Plus en détail

Energies, motorisations et effet de serre

Energies, motorisations et effet de serre Energies, motorisations et effet de serre Historique de l' Effet de Serre Les gaz concernés (Gaz à Effet de Serre) Effets des émissions de GES sur le climat Pouvoir de réchauffement des gaz Emissions de

Plus en détail

PCET. Plan Climat-Energie Territorial du Département des Landes 2015-2020. Diagnostic énergie-climat du département

PCET. Plan Climat-Energie Territorial du Département des Landes 2015-2020. Diagnostic énergie-climat du département PCET Plan Climat-Energie Territorial du Département des Landes 2015-2020 Adopté par l Assemblée départementale le 3 novembre 2014 Diagnostic énergie-climat du département Les Actions Environnementales

Plus en détail

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 AJILON ENGINEERING Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES Ajilon Engineering 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une

Plus en détail

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques.

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques. La Principauté de Monaco a signé, à Rio de Janeiro, la Convention Cadre sur les Changements Climatiques ; cette Convention est entrée en vigueur par la publication de l Ordonnance Souveraine n 11.260 du

Plus en détail

Les émissions de gaz à effet de serre, hors puits par région

Les émissions de gaz à effet de serre, hors puits par région Thème : Orientation : Changement climatique et maîtrise de l énergie Réduire les émissions de gaz à effet de serre et anticiper les effets du changement climatique Les émissions de gaz à effet de serre,

Plus en détail

Les déplacements à Bron et dans l agglomération lyonnaise Tramway, vélo v, voiture : changements et permanences dans nos mobilités quotidiennes et

Les déplacements à Bron et dans l agglomération lyonnaise Tramway, vélo v, voiture : changements et permanences dans nos mobilités quotidiennes et Les déplacements à Bron et dans l agglomération lyonnaise Tramway, vélo v, voiture : changements et permanences dans nos mobilités quotidiennes et impacts sur nos émissions de CO2 Introduction: Qu est-ce

Plus en détail

SRCAE Midi Pyrénées Bâtiment. Document de travail

SRCAE Midi Pyrénées Bâtiment. Document de travail SRCAE Midi Pyrénées Bâtiment Document de travail Portée du document: Le présent document est envoyé aux personnes inscrites pour participer à l'atelier bâtiment dans le cadre de l'élaboration du SRCAE

Plus en détail

N 2. Missions : Mars 2013

N 2. Missions : Mars 2013 N 2 La problématique air-énergie énergie-climat liée au transport routier en Aquitaine Mars 2013 Les résultats présentés dans ce document sont le fruit d une collaboration entre le CETE Sud-Ouest, la DREAL

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

Inventaire des émissions de GES région Poitou-Charentes 2008. Comité de pilotage OREGES 29 nov 2011

Inventaire des émissions de GES région Poitou-Charentes 2008. Comité de pilotage OREGES 29 nov 2011 Inventaire des émissions de GES région Poitou-Charentes 2008 Comité de pilotage OREGES 29 nov 2011 Approche territoire régional (CITEPA) EMISSIONS DIRECTES Synthèse des émissions du territoire régional

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2015 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail