DELCAMBRE Rudy LEGRAND Christophe VANTREPOTTE Christophe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DELCAMBRE Rudy LEGRAND Christophe VANTREPOTTE Christophe"

Transcription

1 DELCAMBRE Rudy LEGRAND Christophe VANTREPOTTE Christophe Juin 2002 TP Projet B1 Enseignant : Mr NAKACHE

2 Les annuaires sont de plus en plus présents dans les entreprises. Ce sont de précieux répertoires permettant une gestion sécurisée des droits d accès aux ressources humaines, matérielles et logicielles. Pour standardiser l interface d accès aux annuaires, même ceux d origines différentes, LDAP est le protocole qui s impose. LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) et son format d échange LDIF (LDAP Data Interchange Format) sont apparus récemment dans le monde informatique et sont donc en perpétuelle évolution comme le prouve l arrivée du nouveau format d échange DSML (Directory Services Markup Language). Les annuaires LDAP sont-ils désormais la clé de voûte des ressources des entreprises? Mots clés : annuaire, LDAP, LDIF, DSML Keywords : directory, LDAP, LDIF, DSML

3 «Je viens vous présenter les moyens de perfectionner l industrie nationale - La création d un Conservatoire pour les Arts et Métiers, où se réuniront tous les outils et machines nouvellement inventés et perfectionnés Il faut éclairer l ignorance qui ne connaît pas et la pauvreté qui n a pas les moyens de connaître L enseignement qu il faudra placer à côté des modèles exigera des démonstrateurs ; Actuellement, il s agit de faire participer tous les départements aux bienfaits de cet établissement, car la Convention Nationale n a pas de prédilection : toute la famille a les mêmes droits. Le Conservatoire sera le réservoir dont les canaux fertiliseront toute l étendue de la France.» Baptiste-Henry Grégoire, dit l abbé Grégoire, député. Discours fondateur du Conservatoire National des Arts et Métiers prononcé devant la convention. 10 octobre 1794 (19 vendémiaire an III de la République)

4 Table des matières Table des matières...1 Avant-propos L ANNUAIRE... 8 AU SEIN DE L ENTREPRISE ) LE GROUPWARE ) Publication et diffusion sélective ) Les dossiers partagés et Reporting ) Le workflow ) Types de workflow ) Les différentes phases d un workflow ) Les formulaires électroniques ) L agenda partagé ) ANNUAIRES ET MESSAGERIE ) L annuaire ) Messagerie ) FINALITE D UN ANNUAIRE ) L aspect dynamique ) La réduction du temps de diffusion de l information ) La délégation des responsabilités à la source ) De nouvelles opportunités d application ) La flexibilité ) La possibilité de modifier la structure de données ) La possibilité de modifier l organisation des données ) La sécurité ) Le contrôle des informations affichées ) L accès aux informations en ligne ) Le contrôle des informations de mise à jour ) La personnalisation ) La personnalisation du contenu ) La gestion des profils ) La gestion des autorisations ) IMPACT ORGANISATIONNEL ET STRATEGIQUE ) Le single sign-on ) La messagerie ) Comportement de communication ) La lutte des pouvoirs ) IMPACTS ECONOMIQUES ) Les annuaires dans l entreprise ) Un annuaire fédéré CONCEPTS DE LDAP ) PRESENTATION ) HISTORIQUE ) X.500, DIXIE, DAP, LDAP

5 Avant-propos 2.2.2) Version LDAP ) LE PROTOCOLE ) Identification et contrôle de session ) La communication client-serveur ) La communication serveur-serveur ) Le format de transport de données : ) LE MODELE DE DONNEES ) Le schéma ) Les OIDs ) Les attributs ) Les classes d objets ) Caractéristiques d une classe ) L héritage entre classes ) Les principales classes d objets ) LE MODELE DE DESIGNATION ) Le DIT (Directory Information Tree) ) Le suffixe (ou domaine) ) Les DSE (DSA-Specific Entry) ) Le nombre de DIT ) Le root DSE ) Le nommage des objets ) Le nom relatif : RDN (Relative Distinguished Name) ) Le nom absolu : DN (Distinguished Name) ) LE MODELE FONCTIONNEL ) Connexion et déconnexion ) Interrogation ) Mise à jour ) Services annexes ) Les URLs LDAP ) LE MODELE DE SECURITE ) L authentification ) La gestion des habilitations ) LE FORMAT D ECHANGE DE DONNEES LDIF ) Mode import ) Mode modification ) Format de LDIF ) Les limites de LDIF ) LE FORMAT D ECHANGE DE DONNEES DSML ) DSML : outil d intégration ) DSML : pour passer les firewalls ) Pourquoi DSML plutôt que LDIF? INTEGRATION D UN ANNUAIRE ) PROBLEMATIQUE ) ANALYSE PRÉALABLE ) Rappel ) Une méthode pragmatique ) Comment démarrer le projet d annuaire? ) CONCEPTION DU SCHÉMA ) La définition des attributs ) La définition des classes d objets ) L identification des acteurs

6 Avant-propos 3.3.4) La définition des droits d accès ) L identification des contraintes réseau ) CONSTRUCTION DU DIT ) La racine de l arbre ) La délégation des droits d accès ) La réplication des données ) La répartition des données ) L organisation des classes d objets ) L organisation de l entreprise ) Recommandations générales ) Description des processus de gestion de l annuaire ) DÉPLOIEMENT ) Les partitions ) Le renvoi de référence ) Identification dans un annuaire distribué sur plusieurs partitions ) La réplication entre annuaires ldap ) La gestion de la disponibilité ) L optimisation des performances ) Stratégies de réplication ) Mécanismes de réplication : incrémentale ou complète ) Fréquence de réplication ) Initiateur de la réplication ) PILOTAGE ) La mise en place du comité de pilotage ) Etude et conception générale ) Etude de l existant ) Définition du besoin ) Définition du schéma ) Choix de l architecture et des produits ) Plan de gestion et d accès aux données ) Prototypage ) Reprise des données de l existant ) Prototypage ) Validation ) Réalisation ) Outils de synchronisation des données ) Interface utilisateur ) Paramétrage ) Intégration ) Mise à jour des procédures de gestion ) Formation ) Déploiement partiel ) Tests de performance ) Recette et livraison ) Mise en production ) Déploiement général et plan média ) Exploitation et maintenance Conclusion ANNEXES GLOSSAIRE BIBLIOGRAPHIE

7 Avant-propos INDEX Annexes Glossaire Bibliographie Index

8 Avant-propos Avant-propos Lors de la préparation de notre sujet, une question fondamentale nous surgit très rapidement à l esprit : Quelle posture emprunter pour étudier notre thème? Cette question, naïve au premier abord est finalement très légitime pour des auditeurs de 2 e cycle d ingénierie informatique (d ailleurs, elle est étrangement rarement soulevée!). En effet, le processus de développement d un système d information est certes un processus rationnel, mais il se double souvent d un processus politique et d un processus psychologique. Qui est donc l acteur le mieux placé pour côtoyer ces trois processus? L utilisateur, le cadre, le développeur, le directeur informatique ou le chef de projet? A nos yeux, ce dernier occupe une place privilégiée face à ces trois processus. Pourquoi? La réponse est dévoilée dans les lignes suivantes : 5

9 Avant-propos "Le chef de projet conduit et met en place des projets informatiques composés d intervenants, de moyens, et d actions, constitués pour apporter une réponse au besoin d un maître d ouvrage. C est une démarche qui consiste à décrire l enchaînement des tâches de mise en œuvre. Le projet informatique s inscrit souvent dans le projet d entreprise. Il se détermine à partir de multiples facteurs comme la taille, les délais, l hétérogénéité des matériels, le poids financier, les équipes impliquées, le donneur d ordres interne ou externe à l entreprise. Le chef de projet met en place une démarche complexe : - il définit les structures de travail adaptées au projet ; - il identifie les étapes depuis le lancement, les tâches intermédiaires, les points de validation et enfin les résultats attendus ; - il effectue un contrôle qualité pour chaque tâche ; - il établit une évaluation de charge par tâche ; - il suit l avancement en termes de charges et de délais. La composante humaine de cette fonction est très importante. En effet, le chef de projet est avant tout un animateur devant entretenir un dialogue constant avec son équipe et sachant au besoin la motiver. Souvent, gestionnaire de l application et des ressources humaines du projet, la conduite de projet comporte une fonction importante qui est la gestion de projet. La fonction de chef de projet comporte donc éventuellement des aspects de management et de méthodologie. Il est le garant de la cohérence du projet informatique, de la tenue de délais et des budgets." Définition du métier de chef de projet proposée par l ONISEP

10 Avant-propos Le chef de projet est donc bien au carrefour de nos trois processus : rationnel, politique et psychologique (d ailleurs nous vous invitons à lire l annexe K qui approfondit cette fonction). Soyons honnête, l auditeur peut, dans la plupart des cas, analyser très rapidement le processus rationnel par une documentation pléthorique. Malheureusement, pour les deux processus restants, seule l expérience de terrain de gestion d un projet système d information peut y répondre intégralement. Le décor planté, nous pouvons être rassurés, le bain psychologique et politique peut alors faire partie intégrante de l étude à mener. Nous voulons rassurer nos lecteurs : cette démarche n est ni «prétentieuse», ni «aristocratique». Bien au contraire, elle vise à lever le voile et à éclairer certaines de nos lacunes. C est une démarche modeste qui vise à extraire au maximum la substantifique moelle que ce sujet d étude peut apporter. À ce propos, nous prierons nos lecteurs de bien vouloir nous pardonner d éventuels erreurs d interprétation qui auraient pu être rédigées par mégarde. Bonne lecture

11 1 1. L ANNUAIRE AU SEIN DE L ENTREPRISE - 8 -

12 1.1) LE GROUPWARE «Vers une nouvelle culture du travail et du partage de l'information» " La coopération, la collaboration et le travail en groupe sont essentiels à la survie de toute entreprise. Employés et cadres sont convaincus de l importance fondamentale du travail en groupe pour la bonne marche de leurs activités. Une entreprise saine et solide doit impérativement s appuyer sur le travail collectif! "* sont autant de constats qui ont présidé au développement du groupware. «C est une collection d outils au service du travail en groupe» Le concept de groupware est malaisé à définir, demeure un peu flou et donne lieu à de nombreuses querelles byzantines, selon trop d'articles de la presse informatique. Il s'agirait d'un concept nouveau, mais on peut s'interroger sur le fait que de nombreuses applications d'informatiques centrales en place depuis longtemps qui font intervenir plusieurs acteurs sur les informations ne sont pas déjà des applications de groupware. Ce qui est en revanche nouveau, c'est l'apparition d'outils de groupware micro-informatique, et ils sont appelés à se développer très rapidement, tant la micro-informatique entraîne un éclatement de la production des informations. Avec l arrivée des NTIC (Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication), le groupware s est tout naturellement enrichit de ces technologies et peut être aujourd hui déployé par l intermédiaire d un client léger (Navigateur Web), ce qui évite les mises à jour fastidieuses des clients et son ouverture à l extérieur de l entreprise. Le cœur d un groupware est constitué systématiquement d une messagerie, dont les principales fonctions sont l envoi et la réception de messages enrichis, avec attachement de pièces jointes. La messagerie s adosse sur un annuaire, * 01 Informatique du 10 septembre

13 qui dresse la liste des utilisateurs, de leur adresse électronique et de leurs droits. Il est aussi accompagné d une palette de fonctions qui le complète : Publication Bases collectives Dossiers partagés WorkFlow Formulaires Forum de discussion Agendas Gestion Electronique de Documents (GED) Messagerie instantanée Outil de visio-conférence CRM KnowledgeManagement La liste est longue, et le groupware s enrichit d applications régulièrement en fonction des phénomènes de mode et des besoins des utilisateurs. Groupware ou l entreprise revisitée? La généralisation dans les prochaines années d outils de travail en groupe semble acquise ; celle-ci s appuiera sur les standards des technologies internet. Quelques freins subsistent : la compatibilité entre certaines messageries, aspect qui devrait disparaître rapidement grâce au protocole LDAP. la sécurité non seulement liée à l ouverture de l entreprise sur Internet mais aussi tout ce que peut impliquer la diffusion d informations sensibles

14 La mise en place du groupware implique donc une réflexion de fond sur l organisation même de l entreprise et aussi sur le rôle, la motivation et la participation des utilisateurs. De plus, le groupware ne se limitera pas à l entreprise, il impliquera également ses partenaires. Ainsi plus que l organisation, c est l information qui devra acquérir une nouvelle dimension. Les apports du groupware : une meilleure circulation de l information un meilleur traitement de l information une meilleure connaissance des métiers une meilleure communication avec l extérieur une meilleure capitalisation des connaissances de l'entreprise ) Publication et diffusion sélective La publication d'informations regroupe toutes les bases de données à caractère purement consultatif. Cela peut aller des journaux électroniques d'entreprise, aux sites Web, en passant par les annonces classées. Toutes ces applications de publication d'information sont extrêmement aisées à mettre en œuvre d'un point de vue technique. La difficulté vient plutôt du contenu qu'il faut produire régulièrement. L'ensemble des données diffusées ainsi sous forme papier pour information au sein d'une entreprise peuvent être publiées au travers du groupware. Cela engendre en général de grandes économies d'un point de vue de l'édition de papier, des imprimeurs et de la production du contenu, cette édition se faisant alors directement du "producteur au consommateur" sans aucun autre intermédiaire

15 1.1.2) Les dossiers partagés et Reporting Les applications regroupées au sein du groupware sont transversales aux besoins de l'entreprise, car elles ne sont pas liées au métier particulier de ses membres. Elles servent d'infrastructure informationnelle au groupware. Les informations de suivi/reporting sont fondamentales dans l'activité d'une entreprise, d'un département, ou d'un service. Le suivi/reporting est l'outil qui permet à tout moment de savoir où on en est sur un projet, si tout se passe comme prévu, sur quels points particuliers il faut concentrer ses efforts, s il faut activer des alarmes, etc. Les objectifs : Se recentrer sur son savoir-faire Mieux communiquer dans l'entreprise Etre plus performant par rapport à la concurrence Maîtriser l'information Capitaliser sa connaissance 1.1.3) Le workflow «Ensemble de logiciels pro-actifs qui permettent de gérer les procédures de travail, de coordonner les charges et les ressources et de superviser le déroulement des tâches» «Procédures : Tout ensemble de tâches exécutées en parallèle ou en série par au moins deux membres d un groupe pour atteindre un but commun.» ) Types de workflow Dans les applications de workflow, on distingue classiquement quatre catégories : le workflow de production, qui correspond à la gestion des processus de base de l entreprise. Les procédures supportent

16 peu de changements dans le temps, et les transactions sont répétitives. On peut y trouver par exemple la production de contrats d assurance, la gestion de litiges, la gestion de réclamations clients, etc. le workflow administratif, qui correspond à tout ce qui est routage de formulaires, basé en général sur une infrastructure de messagerie. le workflow ad-hoc pour la gestion des procédures non déterminées, ou mouvantes. le workflow coopératif, gérant des procédures évoluant assez fréquemment, et liées à un groupe de travail restreint dans l entreprise ) Les différentes phases d un workflow La phase d analyse La phase de construction La phase d exécution 1.1.4) Les formulaires électroniques La gestion de formulaires est une des applications dont l'apport en terme administratif au sein d'une entreprise est en général grandement apprécié des utilisateurs et un des gisements importants de productivité. Il s'agit en effet de remplacer tous les formulaires administratifs qui sont utilisés sous des formats papiers (quand ils ont été formalisés), par des formulaires électroniques représentant ces mêmes formulaires papiers. L'utilisation des formulaires électroniques va donc permettre de canaliser une information qui est en général plutôt dispersée, qui représente un nombre de manipulations manuelles important, qui n'est pas à proprement parler un

17 travail particulièrement gratifiant mais plutôt perçu par l'ensemble des salariés d'une entreprise comme une perte de temps, bien qu'il soit nécessaire à la bonne marche de cette même entreprise. Les objectifs : Accélération des traitements Meilleure gestion des formulaires Plus grande facilité de saisie Plus grande facilité de validation de la part des supérieurs hiérarchiques Retour d'information immédiat à l'émetteur Possibilité d'alimenter automatiquement les différents systèmes de gestion de l'entreprise Plus de risques de pertes de données 1.1.5) L agenda partagé La gestion des agendas partagés est une fonction dans l'entreprise plus récente que l'usage de la messagerie comme outil de communication. L'agenda partagé joue alors plusieurs rôles : Celui de gérer le temps de la personne elle-même Celui d'organiser des réunions sans perdre de temps inutile Celui de permettre de déléguer efficacement et sans risque d'erreur la gestion de son agenda à une secrétaire par le partage d'un référentiel commun. Celui de permettre de gérer des ressources communes à des équipes

18 1.2) ANNUAIRES ET MESSAGERIE 1.2.1) L annuaire L'annuaire d'entreprise est une des toutes premières tâches que se doit de prendre en charge un groupware. Il doit être à la fois annuaire interne à l'entreprise, mais il doit également servir d'annuaire externe. On distinguera donc généralement plusieurs types d'annuaires : L'annuaire informatique : les adresses réseau, les adresses de messagerie, les groupes (tous les membres d'un service par exemple), etc... Ces annuaires sont en général centralisés par le Service Informatique qui les met à jour en fonction de l'arrivée de nouvelles personnes. L'annuaire d'entreprise : ce répertoire contient l'ensemble des coordonnées du personnel de l'entreprise (numéros de téléphone, numéros de fax, numéros de salles, etc...). Il peut également être complété d'un trombinoscope (affichant par exemple la photo des différentes personnes). L'annuaire des Clients, Partenaires et Prestataires : il contient l'ensemble des coordonnées des clients, partenaires, fournisseurs, etc... de l'entreprise. Il peut être décomposé en plusieurs groupes d'intérêts (ex : par projet). Sa mise à jour se doit d'être collective. Il s'agit bien ici d'une application de groupware à part entière. L'annuaire de la sécurité des applications et des ressources : les dernières avancées en matière d'annuaire électronique permettent également de prendre en compte les aspects liés à la sécurité des applications et aux droits d'accès aux ressources partagées. Cette

19 gestion doit se faire dans un cadre informatique plus large que celui qui est étudié ici. C'est donc un point que nous n'aborderons pas. Bien entendu, d'autres types d'annuaires spécifiques peuvent exister également, en fonction des besoins des entreprises ou des groupes de personnes. En fonction des outils informatiques utilisés dans l'entreprise, ces fonctionnalités pourront être gérées plus ou moins ensemble ) Messagerie Aux annuaires vient se greffer la messagerie qui constitue la pièce maîtresse d'un groupware, celle devant être déployée avant toute chose. Elle constitue une sorte de couche de transport logique d'information, et c'est l'usage qu'on en fait qui classe cet élément dans la catégorie du groupware. Elle instaure une infrastructure de communication ouverte et asynchrone entre les différents participants de l'entreprise. Ce message sera déposé dans une boite aux lettres que le destinataire du message pourra aller consulter lorsqu'il le souhaitera. Ce mode de communication asynchrone révolutionne totalement l'échange d'informations entre plusieurs personnes, puisqu'il permet de s'affranchir totalement de la notion d'espace et de temps : Un même système de messagerie peut adresser des personnes géographiquement distantes de milliers de kilomètres. De plus les interconnections possibles entre les différents systèmes de messagerie et les nouvelles normes de messagerie issues de l'internet permettent aujourd'hui de communiquer avec n'importe quelle personne dans le monde, où qu'elle soit, à partir du moment où elle a accès à un système de messagerie compatible, ceci au coût très faible d une communication locale

20 Deux personnes ne doivent plus être simultanément en contact pour pouvoir communiquer. Il devient donc tout à fait possible de poster un message, comme avec le courrier papier, à un destinataire, auquel celuici répondra après l'avoir reçu. La grande différence est que la communication est pratiquement instantanée, c'est à dire que le message est déposé en général dans les boites aux lettres des destinataires quelques minutes plus tard. Une autre grande caractéristique des systèmes de messagerie électronique sont les listes de diffusion qui permettent d'envoyer un message non seulement à un seul destinataire, mais à plusieurs simultanément. On peut également mettre une liste d'autres personnes en "copie carbone", et obtenir des accusés de réception pour être sûr que les destinataires ont bien reçu leur courrier. L identification des messages par leur objet et un niveau de priorité permettent aux destinataires en copie d ouvrir ou non le message selon leurs intérêts et la charge de travail. Les systèmes de messagerie modernes ne se contentent plus de permettre l'envoi de simples messages textuels. Ils permettent dorénavant l'échange de tout type d'information numérique, par la possibilité d'associer à un message l'envoi d'un ou plusieurs fichiers. Il est donc, par exemple, tout à fait possible d'envoyer un document bureautique simultanément à plusieurs personnes pour qu'elles y insèrent directement des commentaires, et qu'elles renvoient à l'émetteur les documents ainsi corrigés. Ces systèmes de messagerie permettent également un classement structuré des messages reçus, envoyés par thèmes. Cela permet de gérer au sein même de sa boite aux lettres personnelle un référentiel documentaire de l'ensemble des messages échangés, permettant le moment venu de faire référence à tel ou tel message dans une situation donnée

21 Les possibilités d'échanges sont ainsi ouvertes à l'infini. Le système de messagerie remplace alors toute autre forme de communication papier au sein de l'entreprise (à partir du moment où l'information est produite à partir de l'ordinateur). Pour s'assurer du rôle fédérateur d'un tel outil, il faut alors instaurer l'utilisation de la messagerie comme vecteur officiel, voire contractuel, des différentes informations ou communications entre les membres d'un service ou d'une entreprise. Par exemple, les notes au format papier qu'envoie traditionnellement un supérieur hiérarchique à ses subordonnés (ex : convocation à une réunion) doivent être obligatoirement remplacées par des messages électroniques envoyés à ces mêmes subordonnés. Cette règle doit donc s'appliquer à tous les niveaux hiérarchiques de l'entreprise. Aucun double circuit de communication ne doit subsister, et tout circuit papier doit être remplacé par son équivalent électronique lorsque cela est possible. C'est à cette seule condition que le système prendra toute sa mesure, que son efficacité sera maximale et que les gains de productivité dégagés seront optimaux

22 1.3) FINALITE D UN ANNUAIRE 1.3.1) L aspect dynamique ) La réduction du temps de diffusion de l information Par opposition à l annuaire papier mise à jour périodiquement, un annuaire électronique reflète immédiatement tout changement. En général, les annuaires en ligne peuvent être mis à jour par une personne habilitée et répercutent donc tout changement de données en temps réel. Ainsi l annuaire d une entreprise accessible par un intranet révèle plus rapidement qu un annuaire papier tout changement d adresse, de numéro de téléphone, de fonction etc ) La délégation des responsabilités à la source Au-delà de la réduction des délais de diffusion de l information, l avantage des annuaires en ligne est qu ils permettent de déléguer les responsabilités de la mise à jour aux propriétaires même des informations. Plus l information est proche de la sa source et plus elle est précise et diffusée à temps. Ainsi, par exemple, le responsable de la logistique pourra lui-même mettre à jour les numéros de téléphone des collaborateurs. De même le responsable du serveur de messagerie effectuera lui-même la mise à jour des adresses électroniques ) De nouvelles opportunités d application La disponibilité d un annuaire constamment mis à jour offre de nouvelles opportunités d application. Par exemple, l autorisation d accès à l intranet d une entreprise, réservée à ses seuls collaborateurs, pourrait s appuyer sur l annuaire afin de vérifier l appartenance de l utilisateur à l entreprise et le fait qu il soit bien un collaborateur et non un prestataire externe. Ou encore, la diffusion de message à l ensemble des cadres peut s appuyer sur l annuaire ; on constitue ainsi des listes de diffusion dynamiques basée sur des critères de recherche, beaucoup plus pratiques à utiliser que des listes contenant des noms explicites

23 1.3.2) La flexibilité ) La possibilité de modifier la structure de données Le développement des outils et moyens de communication a fait apparaître de nouveaux types de médias, dont le rythme ne fait que s accélérer, comme la messagerie électronique, le téléphone mobile, les pages, la téléphonie sur IP, la vidéo conférence Chaque personne peut être accessible par l un de ces medias ou non. La flexibilité des annuaires en ligne permet de rajouter un nouvel attribut, par exemple un numéro de téléphone mobile ou un numéro de téléphone sur IP (adresse IP), et ceci sans altérer les informations existantes pour le reste de l annuaire ) La possibilité de modifier l organisation des données Les données dans un annuaire sont généralement classées à partir du nom et par ordre alphabétique. Mais, dans le cas d un annuaire volumineux, un tel classement peut rendre la recherche fastidieuse et nuire à la visibilité des informations affichées. Il est donc souhaitable d organiser ou de classer celles-ci de façon pointue. Par exemple, dans le cas d un annuaire des collaborateurs, il est possible de les classer par services ou par filiales. Contrairement aux annuaires papier, les annuaires en ligne permettent de modifier ce classement afin de refléter tout changement organisationnel dans l entreprise, comme le rachat d une filiale et la fusion de branches ou de services. La plupart du temps, il suffira de changer la vue offerte aux utilisateurs des données, et non les données elles-mêmes ) La sécurité ) Le contrôle des informations affichées Les annuaires en ligne permettent de contrôler les informations affichées en fonction de différents critères, comme l identification de l utilisateur ou simplement sa localisation géographique. Un mécanisme d authentification, à l aide d un nom et d un mot de passe par exemple,

24 permet d interdire l accès à un sous-ensemble de l annuaire ou à certains attributs, par exemple la fonction dans l entreprise. Il est aussi possible d exprimer les règles d attribution des droits d accès à l aide de critères de recherche dans l annuaire, par exemple autoriser l accès en lecture au numéro de téléphone mobile d une personne à son responsable hiérarchique. Ceci peut être exprimé sous forme d une règle, évitant ainsi de devoir désigner explicitement ce dernier. Il est aussi possible de filtrer les informations affichées lorsqu un client d une entreprise accède à son annuaire de l extérieur par Internet ou par un extranet. On n autorisera par exemple que la visualisation des nom, prénom et adresse de messagerie de certains contacts, le numéro de téléphone n étant visible qu aux collaborateurs ) L accès aux informations en ligne Les annuaires en ligne offrent une sécurité supérieure aux annuaires papier, notamment pour les entreprises. En effet, un annuaire papier, quoique réservé à un usage interne, peut facilement être transporté à l extérieur et utilisé à des fins malveillantes. Un annuaire en ligne, accessible à travers un réseau local, sera plus difficile à emporter. En effet, il faudra soit l imprimer dans sa totalité, ce qui ne peut être offert par l application, soit prendre la totalité de la base de données, ce qui nécessite un accès à la salle machine ) Le contrôle des informations de mise à jour Les annuaires en ligne permettent de déléguer les responsabilités de mise à jour à la source. On peut ainsi mieux contrôler ceux qui effectuent ces mises à jour à l aide d une authentification appropriée, mais surtout mémoriser toutes les modifications effectuées, assurant ainsi une meilleure responsabilisation des administrateurs de l annuaire et donc une meilleure qualité des informations saisies

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Annuaires LDAP et méta-annuaires

Annuaires LDAP et méta-annuaires Annuaires LDAP et méta-annuaires Laurent Mynard Yphise 6 rue Beaubourg - 75004 PARIS yphise@yphise.com - http://yphise.fr T 01 44 59 93 00 F 01 44 59 93 09 LDAP020314-1 Agenda A propos d Yphise Les annuaires

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Table des matières Avant-propos................................................ 1 Quel est l objectif de cet ouvrage?............................. 4 La structure

Plus en détail

Construire un annuaire d entreprise avec LDAP

Construire un annuaire d entreprise avec LDAP Construire un annuaire d entreprise avec LDAP Marcel Rizcallah Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09154-0 2000 Introduction L économie en réseau ou la Net-économie est au cœur des débats et des stratégies

Plus en détail

La Gestion Electronique des Documents

La Gestion Electronique des Documents La Gestion Electronique des Documents La mise en place d une solution La gestion de l information est devenue un enjeu stratégique majeur à l intérieur des organisations. D après l observation des projets

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Avant-propos L économie en réseau, ou la netéconomie, est au cœur des débats et des stratégies de toutes les entreprises. Les organisations, qu il s agisse de

Plus en détail

Active Directory Sommaire :

Active Directory Sommaire : Active Directory Sommaire : Définition Ce qu'il permet A quoi sert-il? Principe de fonctionnement Structure Hiérarchie Schéma Qu'est ce qu'un service d'annuaire? Qu'elle est son intérêt? L'installation

Plus en détail

Créer et partager des fichiers

Créer et partager des fichiers Créer et partager des fichiers Le rôle Services de fichiers... 246 Les autorisations de fichiers NTFS... 255 Recherche de comptes d utilisateurs et d ordinateurs dans Active Directory... 262 Délégation

Plus en détail

Windows Server 2008. Chapitre 3 : Le service d annuaire Active Directory: Concepts de base

Windows Server 2008. Chapitre 3 : Le service d annuaire Active Directory: Concepts de base Windows Server 2008 Chapitre 3 : Le service d annuaire Active Directory: Concepts de base omar.cheikhrouhou@isetsf.rnu.tn omar.cheikhrouhou@ceslab.org Objectives Comprendre les concepts de base d Active

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

Déclarer un serveur MySQL dans l annuaire LDAP. Associer un utilisateur DiaClientSQL à son compte Windows (SSO)

Déclarer un serveur MySQL dans l annuaire LDAP. Associer un utilisateur DiaClientSQL à son compte Windows (SSO) LDAP Mise en place Introduction Limitation et Sécurité Déclarer un serveur MySQL dans l annuaire LDAP Associer un utilisateur DiaClientSQL à son compte Windows (SSO) Créer les collaborateurs DiaClientSQL

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) https://foad.orion.education.fr/

OFFRE DE SERVICE. Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) https://foad.orion.education.fr/ OFFRE DE SERVICE TRAVAIL COLLABORATIF POUR ÉCHANGER, COLLABORER ET TRAVAILLER ENSEMBLE EN RESTANT LIBRE DE SON ORGANISATION Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) https://foad.orion.education.fr/

Plus en détail

Déclarer un serveur MySQL dans l annuaire LDAP. Associer un utilisateur DiaClientSQL à son compte Windows (SSO)

Déclarer un serveur MySQL dans l annuaire LDAP. Associer un utilisateur DiaClientSQL à son compte Windows (SSO) LDAP Mise en place Introduction Limitation et Sécurité Déclarer un serveur MySQL dans l annuaire LDAP Associer un utilisateur DiaClientSQL à son compte Windows (SSO) Créer les collaborateurs DiaClientSQL

Plus en détail

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE Les savoirs de l Informatique Commerciale doivent être abordés en relation avec les autres savoirs (S4 à S7). Les objectifs généraux sont : o de sensibiliser les étudiants

Plus en détail

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12 Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE La notion «d E-Business» recouvre les différentes applications possibles de l'informatique faisant appel aux technologies de l'information et

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN

PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN 1. DÉVELOPPEMENT D'APPLICATION (CONCEPTEUR ANALYSTE) 1.1 ARCHITECTURE MATÉRIELLE DU SYSTÈME INFORMATIQUE 1.1.1 Architecture d'un ordinateur Processeur,

Plus en détail

Marc OLORY IR3 INGENIEURS 2000 Université de Marne-la-Vallée. 12 décembre 2010

Marc OLORY IR3 INGENIEURS 2000 Université de Marne-la-Vallée. 12 décembre 2010 Marc OLORY IR3 INGENIEURS 2000 Université de Marne-la-Vallée 12 décembre 2010 Découvrir les services d annuaire Etudier les mécanismes LDAP Déployer un service LDAP Marc OLORY LDAP et les services d annuaire

Plus en détail

Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx

Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx Objectif Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx Présenter des préconisations pour sécuriser le poste de travail informatique et son environnement sous forme de fiches pratiques. Public concerné

Plus en détail

La construction d un référentiel d identité est au cœur des approches de gestion des identités et des accès.

La construction d un référentiel d identité est au cœur des approches de gestion des identités et des accès. Etat de l art Synchronisation des identités pour un référentiel d identités multi-annuaires La construction d un référentiel d identité est au cœur des approches de gestion des identités et des accès.

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique. améliore la performance globale

Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique. améliore la performance globale Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique améliore la performance globale Des processus automatisés Travail isolé ou processus de groupe : où en êtes-vous? Le travail en équipe a toujours

Plus en détail

Réf. 2402 Implémentation et gestion de Microsoft Exchange Server 2003

Réf. 2402 Implémentation et gestion de Microsoft Exchange Server 2003 Public Ce cours est destiné aux informaticiens qui gèrent une messagerie électronique dans un environnement comprenant entre 250 et 5000 utilisateurs, réparti sur de nombreux sites, utilisant divers protocoles

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

Les Ateliers Info Tonic

Les Ateliers Info Tonic Les Ateliers Info Tonic La dématérialisation des processus documentaires Mardi 9 octobre 2012 8h30-10h30 Grand Salon La Gestion Electronique de l Information et des Documents d Entreprise Environnement

Plus en détail

ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE

ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE Rédaction de messages et de courriers professionnels simples, liés à l activité courante de la structure - Identifier l'objet, les destinataires et le contexte

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE SECURITE

RECOMMANDATIONS DE SECURITE PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 14 février 2013 N 524/ANSSI/SDE RECOMMANDATIONS DE SECURITE

Plus en détail

Avertissement. Nom du stagiaire : Modification et utilisation interdites sans l accord de l auteur de ce support.

Avertissement. Nom du stagiaire : Modification et utilisation interdites sans l accord de l auteur de ce support. Reproduction et utilisation interdites sans l accord de l auteur Support de formation Administration Windows 2000 Server Avertissement Ce support n est ni un manuel d utilisation (pour cela, consultez

Plus en détail

INTRANET - SECURITE. 2. La Sécurité

INTRANET - SECURITE. 2. La Sécurité INTRANET - SECURITE 1. Intranet et Extranet 2. La Sécurité INTRANET Un intranet est un ensemble de services internet (par exemple un serveur e web) internes nes à un réseau local, c'est-à-dire accessibles

Plus en détail

Google Apps : boostez la productivité de vos équipes via le partage de documents, de vidéos et de sites

Google Apps : boostez la productivité de vos équipes via le partage de documents, de vidéos et de sites Google Apps : boostez la productivité de vos équipes via le partage de documents, de vidéos et de sites Présentation des outils de collaboration GoogleApps permet une collaboration sécurisée et en temps

Plus en détail

Mise en place Active Directory / DHCP / DNS

Mise en place Active Directory / DHCP / DNS Mise en place Active Directory / DHCP / DNS Guillaume Genteuil Période : 2014 Contexte : L entreprise Diamond Info localisé en Martinique possède une cinquantaine de salariés. Basé sur une infrastructure

Plus en détail

Gestion des utilisateurs et Entreprise Etendue

Gestion des utilisateurs et Entreprise Etendue Gestion des utilisateurs et Entreprise Etendue Laurent Ruyssen 6 rue Beaubourg - 75004 PARIS T 1 44 59 93 00 F 1 44 59 93 09 yphise@yphise.com - http://yphise.fr GUEE0009-1 Agenda Entreprise Etendue Mission

Plus en détail

Constat ERP 20% ECM 80% ERP (Enterprise Resource Planning) = PGI (Progiciel de Gestion Intégré)

Constat ERP 20% ECM 80% ERP (Enterprise Resource Planning) = PGI (Progiciel de Gestion Intégré) Constat Les études actuelles montrent que la proportion d'informations non structurées représente aujourd'hui plus de 80% des informations qui circulent dans une organisation. Devis, Contrats, Factures,

Plus en détail

de la productivité individuelle...... au travail collaboratif

de la productivité individuelle...... au travail collaboratif de la productivité individuelle...... au travail collaboratif 1 2 Plan La bureautique personnelle Productivité individuelle Les outils de communication Accélérer les échanges de documents (réduire le papier

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Manuel d'utilisation d'apimail V3

Manuel d'utilisation d'apimail V3 Manuel d'utilisation d'apimail V3 I Préambule Page 3 II Présentation Page 4 III Mise en route Configuration Page 5 Messagerie Serveur smtp Serveur pop Compte pop Mot de passe Adresse mail Laisser les messages

Plus en détail

Démarrer avec la suite collaborative SCOUT

Démarrer avec la suite collaborative SCOUT Démarrer avec la suite collaborative SCOUT SCOUT - Service COllaboratif de l'université de Toulouse 07 Octobre 2015 Version : V1.0 UFTMIP SCOUT - Service COllaboratif de l'université de Toulouse Version

Plus en détail

Ce document décrit une solution de single sign-on (SSO) sécurisée permettant d accéder à Microsoft Exchange avec des tablettes ou smartphones.

Ce document décrit une solution de single sign-on (SSO) sécurisée permettant d accéder à Microsoft Exchange avec des tablettes ou smartphones. PERSPECTIVES Le Single Sign-On mobile vers Microsoft Exchange avec OWA et ActiveSync Ce document décrit une solution de single sign-on (SSO) sécurisée permettant d accéder à Microsoft Exchange avec des

Plus en détail

Annuaire : Active Directory

Annuaire : Active Directory Annuaire : Active Directory Un annuaire est une structure hiérarchique qui stocke des informations sur les objets du réseau. Un service d'annuaire, tel qu'active Directory, fournit des méthodes de stockage

Plus en détail

Ordinateur central Hôte ERP Imagerie/Archivage Gestion des documents Autres applications d'administration. Messagerie électronique

Ordinateur central Hôte ERP Imagerie/Archivage Gestion des documents Autres applications d'administration. Messagerie électronique 1 Produit Open Text Fax Remplacez vos appareils de télécopie et vos processus papier inefficaces par un système sécurisé et efficace de télécopie et de distribution de documents. Open Text est le premier

Plus en détail

Mémento professeur du réseau pédagogique

Mémento professeur du réseau pédagogique Mémento professeur du réseau pédagogique 1. Accéder au réseau pédagogique Il suffit quand on vous demande votre nom d utilisateur et votre mot de passe de renseigner ceux-ci. Votre nom d utilisateur est

Plus en détail

Google Apps for Business

Google Apps for Business PROGRAMME DE FORMATION : Initiation au logiciel Google Apps for Business Programme détaillé sur : http:www.gestion-de-contacts.comformation Google Apps for Business Google Apps est un service externalisé

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Développez. votre entreprise. avec Sage SalesLogix

Développez. votre entreprise. avec Sage SalesLogix Développez votre entreprise avec Sage SalesLogix Prospectez, fidélisez, développez Sage SalesLogix est la solution de gestion de la relation client puissante et sécurisée qui vous offre une vision complète

Plus en détail

DOCUMENTATION DU COMPAGNON ASP

DOCUMENTATION DU COMPAGNON ASP DOCUMENTATION DU COMPAGNON ASP MANUEL UTILISATEUR VERSION 1.0 / SEPTEMBRE 2011 Rédacteur Gilles Mankowski 19/09/2011 Chapitre : Pre requis CONTENU Pre requis... 3 Introduction... 3 Comment fonctionne l'asp?...

Plus en détail

Quel ENT pour Paris 5?

Quel ENT pour Paris 5? Quel ENT pour Paris 5? Objectifs et Enjeux Contexte et ob jectifs du projet Objectifs Mettre à disposition des usagers de l établissement (étudiants, personnels, partenaires, contacts, internautes) : un

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication. «Session 2009» 3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Etude de cas" Note : 11/20 Thème : réseaux de télécommunication et équipements

Plus en détail

Construire un annuaire d entreprise avec LDAP

Construire un annuaire d entreprise avec LDAP Construire un annuaire d entreprise avec LDAP Marcel Rizcallah Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09154-0 2000 1 Généralités sur les annuaires Introduction Il nous semble important de bien comprendre ce qu

Plus en détail

Manuel d utilisation de la messagerie. http://zimbra.enpc.fr

Manuel d utilisation de la messagerie. http://zimbra.enpc.fr Manuel d utilisation de la messagerie http://zimbra.enpc.fr ÉCOLE DES PONTS PARISTECH/ DSI JANVIER 04 SOMMAIRE. Connexion à la messagerie.... Présentation générale de l écran d accueil.... Déconnexion...

Plus en détail

Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation

Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation Présentation de solutions techniques mises en oeuvre dans le cadre des plate-formes d'intermédiation, notamment sur base du standard XML Créée le 14/05/01 Modifiée

Plus en détail

1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau

1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau 1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau Objectifs d examen de ce chapitre Ce premier chapitre, qui donne un aperçu des technologies impliquées par la conception d une infrastructure

Plus en détail

Serveur de partage de documents. Étude et proposition d'une solution afin de mettre en place un serveur de partage de documents.

Serveur de partage de documents. Étude et proposition d'une solution afin de mettre en place un serveur de partage de documents. Serveur de partage de documents Étude et proposition d'une solution afin de mettre en place un serveur de partage de documents. Table des matières Introduction... 3 L existant... 3 Les besoins de l entreprise...

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations

OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations Solution complète clé en main pour la gestion des flux d informations Gestion du cycle de vie du document actif Partage et

Plus en détail

Quel ENT pour Paris 5? 1er Juin 2005 (1ère présentation) 1er Juin 2006 (2ème présentation réunion migration ShareObject)

Quel ENT pour Paris 5? 1er Juin 2005 (1ère présentation) 1er Juin 2006 (2ème présentation réunion migration ShareObject) Quel ENT pour Paris 5? 1er Juin 2005 (1ère présentation) 1er Juin 2006 (2ème présentation réunion migration ShareObject) Objectifs et Enjeux Contexte et objectifs du projet Objectifs Mettre à disposition

Plus en détail

FONCTIONS CLEFS. Gestion documentaire. Chaîne de validation des documents. Espaces de travail collaboratif. Gestion des accès basée sur des rôles

FONCTIONS CLEFS. Gestion documentaire. Chaîne de validation des documents. Espaces de travail collaboratif. Gestion des accès basée sur des rôles Nuxeo Collaborative Portal Server 1 FONCTIONS CLEFS Gestion documentaire Chaîne de validation des documents Espaces de travail collaboratif Gestion des accès basée sur des rôles Sécurité Suivi des versions

Plus en détail

LANDPARK ENTREPRISE : VOTRE PORTAIL SHAREPOINT 100% PRÊT À L EMPLOI FACILITANT LE PARTAGE D'INFORMATIONS DE VOTRE ENTREPRISE

LANDPARK ENTREPRISE : VOTRE PORTAIL SHAREPOINT 100% PRÊT À L EMPLOI FACILITANT LE PARTAGE D'INFORMATIONS DE VOTRE ENTREPRISE LANDPARK ENTREPRISE : VOTRE PORTAIL SHAREPOINT 100% PRÊT À L EMPLOI FACILITANT LE PARTAGE D'INFORMATIONS DE VOTRE ENTREPRISE Solutions complètes d'inventaire, de gestion de parc et de helpdesk ITIL Avril

Plus en détail

Utilisation de la messagerie officielle du ministère

Utilisation de la messagerie officielle du ministère Utilisation de la messagerie officielle du ministère men.gov.ma A- Accès à la messagerie via un navigateur web... 2 1. Connexion au serveur de messagerie... 2 2. Identification... 2 3. Changement du mot

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

DOCUMENTATION ROUTAGE ÉCHANGES. d un produit;

DOCUMENTATION ROUTAGE ÉCHANGES. d un produit; TRAVAIL COOPÉRATIF Bruno Gauthier gauthier@univ-mlv.fr 09/05/00 1 INTRODUCTION DOCUMENTATION ROUTAGE ÉCHANGES COLLABORATION : utilisation de l information partagée (telle que les documents de références

Plus en détail

Pla. Introduction n. Conclusion. I. Le logiciel Alfresco. 2. Installation. II. Exemples d utilisation d Alfresco. III. Alfresco vs TeamViewer

Pla. Introduction n. Conclusion. I. Le logiciel Alfresco. 2. Installation. II. Exemples d utilisation d Alfresco. III. Alfresco vs TeamViewer Houij Aida Achour Fahima Messadi Aida 1 Pla Introduction n I. Le logiciel Alfresco 1. Présentation 2. Installation 3.Fonctionnalités II. Exemples d utilisation d Alfresco III. Alfresco vs TeamViewer Avantages

Plus en détail

Technologie cloud : Un modèle fondateur pour l entreprise en réseau L impact des plateformes supply chain cloud sur la fonction IT

Technologie cloud : Un modèle fondateur pour l entreprise en réseau L impact des plateformes supply chain cloud sur la fonction IT Technologie cloud : Un modèle fondateur pour l entreprise en réseau L impact des plateformes supply chain cloud sur la fonction IT Livre blanc GT Nexus Résumé L évolution des technologies est en train

Plus en détail

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME Sage Online, les solutions qui me ressemblent sécurité simplicité mobilité expertise métier Les solutions de gestion Cloud pour les PME Le choix du Cloud : une solution clés en main pour la gestion de

Plus en détail

Windows 2003 server. Active Directory. Rudolf Pareti. Version 1.0

Windows 2003 server. Active Directory. Rudolf Pareti. Version 1.0 Windows 2003 server Active Directory Rudolf Pareti Version 1.0 Domaine Windows Définitions Contrôleur de domaine Dans une forêt Active Directory, serveur contenant une copie inscriptible de la base de

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Documentation Honolulu 14 (1) - 0209

Documentation Honolulu 14 (1) - 0209 Documentation Honolulu 14 (1) - 0209 Honolulu 14 3 Sommaire Honolulu 14 le portail Intranet / Internet de votre entreprise PARTIE 1 -MANUEL UTILISATEUR 1. LE PORTAIL HONOLULU : PAGE D ACCUEIL 8 1.1 Comment

Plus en détail

Gestion de contacts et Gestion de la Relation Client La GRC des PME PMI

Gestion de contacts et Gestion de la Relation Client La GRC des PME PMI Gestion de contacts et Gestion de la Relation Client La GRC des PME PMI è VISIONNAIR : GESTION DE CONTACTS, TRAVAIL DE GROUPE, RELATION CLIENT, HISTORIQUES, COMMUNICATION Capitalisez l information client

Plus en détail

Travail collaboratif. Glossaire

Travail collaboratif. Glossaire Glossaire Ajax Traduction anglaise : Ajax (Asynchronous JavaScript And XML) AJAX est un combiné de différents langages de développement Web comme XHTML, JavaScript ou XML, il est fréquemment utilisé pour

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES

NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES SDTICE/SDITE Version : 1.0 - Date création : 09/01/09 1. Périmètre des S2i2e Les S2i2e ont pour objectif principal

Plus en détail

Le système eregistrations

Le système eregistrations NATIONS UNIES CNUCED Le système eregistrations Guichets uniques en ligne pour des administrations efficaces eregistrations est un système de gouvernement électronique configurable, conçu pour automatiser

Plus en détail

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET INTRANET/EXTRANET LES RESEAUX / 2 DEFINITION DE L INTRANET C est l internet interne à un réseau local (LAN) c'est-à-dire accessibles uniquement à partir

Plus en détail

DIACLIENT GESTION DE LA RELATION CLIENT

DIACLIENT GESTION DE LA RELATION CLIENT La Gestion de la Relation Client par Excellence è DIACLIENT GESTION DE LA RELATION CLIENT Capitalisez l information client et dynamisez la qualité de service. Dossier permanent complet, avec ajout personnalisable

Plus en détail

Introduction aux Systèmes Distribués. Introduction générale

Introduction aux Systèmes Distribués. Introduction générale Introduction aux Systèmes Distribués Licence Informatique 3 ème année Introduction générale Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Plan

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR COTRANET...

EN SAVOIR PLUS SUR COTRANET... SOMMAIRE PREAMBULE... 3 Tour d horizon du marché du KM et de la GED Chiffres clés EN SAVOIR PLUS SUR COTRANET... 4 Une entreprise précurseur qui remporte l adhésion d acteurs reconnus et dispose d un réseau

Plus en détail

Evidian Secure Access Manager Standard Edition

Evidian Secure Access Manager Standard Edition Evidian Secure Access Manager Standard Edition LDAP SSO un contrôle d accès modulaire et extensible - V 1.1 Par Dominique Castan dominique.castan@evidian.com et Michel Bastien michel.bastien@evidian.com

Plus en détail

claroline classroom online

claroline classroom online de la plate-forme libre d'apprentissage en ligne Claroline 1.4 Manuel Révision du manuel: 06/2003 Créé le 07/09/2003 12:02 Page 1 Table des matières 1) INTRODUCTION...3 2) AFFICHER LA PAGE DE DEMARRAGE...3

Plus en détail

Recommandations aux concepteurs de sujets pour l'épreuve U61

Recommandations aux concepteurs de sujets pour l'épreuve U61 Recommandations aux concepteurs de sujets pour l'épreuve U61 Durée : 2 heures Coefficient de l épreuve : 2 Le sujet repose sur un dossier documentaire constitué de parties indépendantes qui prennent appui

Plus en détail

Le meilleur LMD. du DCG 8. Systèmes d'information de gestion. Expertise comptable. Sup FOUCHER

Le meilleur LMD. du DCG 8. Systèmes d'information de gestion. Expertise comptable. Sup FOUCHER LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 8 Systèmes d'information de gestion 2 e ÉDITION Jacques Chambon Agrégé d'économie gestion Enseignant en classe préparatoire au DCG Sup FOUCHER Objectifs

Plus en détail

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise Lucid e-globalizer, solution globale de gestion de contenu multilingue. Ce document a pour objectif de vous présenter Lucid e-globalizer, la solution de gestion de contenu multilingue de Lucid i.t., ses

Plus en détail

Stratégie de groupe dans Active Directory

Stratégie de groupe dans Active Directory Stratégie de groupe dans Active Directory 16 novembre 2012 Dans ce document vous trouverez des informations fondamentales sur les fonctionnements de Active Directory, et de ses fonctionnalités, peut être

Plus en détail

Gestion de la Relation Client Gestion de services DIACLIENT : GESTION DE LA RELATION CLIENT

Gestion de la Relation Client Gestion de services DIACLIENT : GESTION DE LA RELATION CLIENT Gestion de la Relation Client Gestion de services DIACLIENT : GESTION DE LA RELATION CLIENT Capitalisez l information client et dynamisez la qualité de service. Dossier complet, avec ajout personnalisable

Plus en détail

Fourniture. d un système de gestion de messages électroniques. et d outils collaboratifs. d un système de protection anti-virus (en option)

Fourniture. d un système de gestion de messages électroniques. et d outils collaboratifs. d un système de protection anti-virus (en option) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Fourniture d un système de gestion de messages électroniques et d outils collaboratifs d un système de protection anti-virus (en option) Pour le Centre

Plus en détail

Gérer son Cabinet pour ses clients

Gérer son Cabinet pour ses clients Gérer son Cabinet pour ses clients L efficacité opérationnelle des collaborateurs rime de plus en plus souvent avec mobilité. Pour autant, les cabinets doivent trouver l offre adaptée à leurs besoins,

Plus en détail

Sage 100 CRM Guide de l Analyseur de Logs Intégration de Sage 100 CRM Version 8

Sage 100 CRM Guide de l Analyseur de Logs Intégration de Sage 100 CRM Version 8 Sage 100 CRM Guide de l Analyseur de Logs Intégration de Sage 100 CRM Version 8 Mise à jour : 2015 version 8 Composition du progiciel Votre progiciel est composé d un boîtier de rangement comprenant :

Plus en détail

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN DEVELOPPEUR PHP/MySQL POUR LA REALISATION D UNE PLATEFORME DE GESTION DES ACTIVITES DE FORMATION

Plus en détail

La GED Fonction et processus

La GED Fonction et processus La GED Fonction et processus Le contexte Les objectifs Les conditions d'une réussite Les moyens et les fonctions : Structure de données, Coffre fort, Workflow Référencer, retrouver, approuver, distribuer

Plus en détail

Atelier 2. Étape 1 : Installation de Active Directory, installation du service DNS et installation du service WINS Durée approximative : 40 minutes

Atelier 2. Étape 1 : Installation de Active Directory, installation du service DNS et installation du service WINS Durée approximative : 40 minutes Atelier 2 Installation d Active Directory Installation du service DNS Installation du Service WINS Création d'un compte d'ordinateur Jonction d'un ordinateur à un domaine Création d usagers. Étape 1 :

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Manuel étudiant Utilisation des plates-formes de E-learning Université Jean Monnet Saint-Etienne

Manuel étudiant Utilisation des plates-formes de E-learning Université Jean Monnet Saint-Etienne Manuel étudiant Utilisation des plates-formes de E-learning Université Jean Monnet Saint-Etienne Ce manuel présente succinctement les informations relatives à l'utilisation de la plate-forme de e-learning

Plus en détail

Mezzoteam 2.8 - Nouvelles fonctionnalités

Mezzoteam 2.8 - Nouvelles fonctionnalités Mezzoteam 2.8 - Nouvelles fonctionnalités Le 31 juillet 2008, la version 2.8 de Mezzoteam, est mise à disposition. Les nouvelles fonctionnalités améliorent la performance et l utilisation de l outil, notamment

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Gagner en performance avec un extranet. et mener son projet extranet?

Gagner en performance avec un extranet. et mener son projet extranet? Gagner en performance avec un extranet Comment déterminer et mener son projet extranet? mars 2010 Gagner en performance avec un extranet Nos intervenants Charles Billon, Architecte logiciel, KEY BLOX éditeur

Plus en détail

Sakai Initiation. Sommaire

Sakai Initiation. Sommaire 1 Sakai Initiation Sommaire Liens utiles... 2 Comment accéder à Sakai?... 3 Votre espace pédagogique ou collaboratif... 4 En bref : vos outils activés... 5 Pour un espace de cours :... 5 En bref : vos

Plus en détail