Introduction. Bases neuro-anatomiques de l acupuncture. Quels sont les mécanismes impliqués 18/12/2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction. Bases neuro-anatomiques de l acupuncture. Quels sont les mécanismes impliqués 18/12/2014"

Transcription

1 Introduction Bases neuro-anatomiques de l acupuncture L intervention et la nécessité de l intégrité du système nerveux a été démontrées. Le système nerveux est pratiquement toujours impliqué dans la piqure d un point d acupuncture. 1. Si altération sévère du SNP et du SNV, plus de résultat en acupuncture 2. La sensation de de TeQi (signature d une piqure correcte) disparaît lors de section nerveuse complète 3. La stimulation d un point d acupuncture produit des modifications enregistrables sur le SNC: par exemple les PES sont modifiés par la piqure de certains points, on obtient des potentiels plus tardifs avec MC5 et MC6 4. On a également montré que l acupuncture déclenche la sécrétion de substances neurochimiques. Celle-ci n existe plus lors de la puncture dans un territoire dénervé. Quels sont les mécanismes impliqués Ces mécanismes sont essentiellement des réflexes simples élémentaires. 1. Il est possible d expliquer les indications ponctuelles dans 60% des cas par ces mécanismes réflexes, et dans 20% par des mécanismes neuro-hormonaux 2. S apparente aux techniques de réflexothérapie occidentale 1

2 Un réflexe se définit comme : «une activité particulière où des stimulations de nature différente provoquent des réactions, par l intermédiaire du système nerveux, sans intervention d un centre supérieur (autre que primaire) et donc totalement indépendant de la volonté» Ce mécanisme réflexe peut être utilisé de deux façons. 1. A visée diagnostique: En Médecine Occidentale, les ROT sont utilisé pour la localisation d une atteinte nerveuse. En MTC, recherche des points douloureux soit spontanément soit à la pression, cette douleur relevant d un réflexe nociceptif 2. A visée thérapeutique: En MO, massages, neuro-stimulateur. Les différents réflexes existants 3 types principaux: En MTC, dans le choix du point: réaction recherchée territoire à atteindre recherche d un effet à distance 1- Réflexe neuro neuronal: le plus connu et le plus étudié 2- Réflexe neuro humoral 3- Réflexe d axone 2

3 1- Réflexe neuro neuronal Fait intervenir deux ou plusieurs neurones par l intermédiaire i de synapses. 1. Réflexe segmentaire: Avec seulement intervention d un centre primaire au niveau de la moelle. C est arc réflexe simple Plusieurs types différents en fonction de la hauteur des centres nerveux qui interviennent dans leurs mécanismes CP Moelle Inter-neurone Récepteur Effecteur 2. Réflexe supra segmentaire: Avec intervention non seulement d un centre primaire au niveau de la moelle mais aussi d un dun centre supra segmentaire. Ces CSS sont surtout des centres de la coordination (automatique). Récepteur Effecteur CSS CP Moelle Réflexes supra segmentaire complexe: 1- intervention des centres du tronc cérébral et de la formation réticulaire, effets activateur inhibiteur sur les centres primaires. Exemple : station debout 2- intervention de l étage thalamo-strié: intégration d une séquence de réflexe, phénomène acquis Exemple : feu rouge----frein 3

4 3- intervention de l étage hypothalamohypophysaire :mécanisme complexe mais totalement réflexe indépendant de la volonté ou l apprentissage Exemple: la lactation 4- intervention de l étage cortical: réflexe ou pas réflexe??? Certains réflexes conditionnés nécessite une intégration corticale mais volonté intervient 2. Réflexe neuro-humoral Fait intervenir un élément nerveux et une glande endocrine, le réflexe déclenche une sécrétion glandulaire. 3. Réflexe d axone Résultat de la conduction antidromique dans une collatérale de l axone axone, déclenché par une stimulation?? Pas de passage par un centre primaire?? Caractéristique de l organisation réflexe 1. Réflexe simple, monosynaptique: *Stimulation d un récepteur *Transduction: transformation par le récepteur de la stimulation en un influx nerveux *Véhiculé par un neurone sensitif jusqu au centre primaire (corne dorsale de la moelle ) *Synapse médullaire *Retour par un motoneurone (corne ventrale puis racine ventrale) *Arrivé à l effecteur qui transforme l influx en une réaction (motrice, excito-sécrétoire, trophique, vasomotrice 2. Notion de délai synaptique: *Le passage de la synapse demande un délai de 0,5ms en moyenne, donc plus lente que la conduction nerveuse. *Le seul réflexe monosynaptique existant chez l homme est le réflexe myotatique, tous les autres sont polysynaptiques. *Plus il ya de synapses, plus la réponse est adaptée, en contrepartie elle est plus lente. 4

5 Ceci explique que: Les effets de l acupuncture ne soient pas immédiats Certains points sont indiqués comme devant être piqués avant d autres, pour que leurs effets soient synchronisées. Délai rapide si réflexe à l étage segmentaire Délai de 2 à 3 mn si intervention de la FR Délai d environ 20 mn si mécanisme humoral mais leur action est souvent plus durable Délai supérieur, mise en mémoire du réflexe (ganglion du SNV) réaction retardée 3. Notion de diffusion: *Au niveau des centres primaires, existent des interneurones permettant le changement d étage, de métamère. C5 C8 Au niveau des renflements cervical et lombaire, responsable de l innervation membres supérieur et inférieur, les jeux d interneurones permettent de couvrir jusqu à 12 étages (6 au dessus et 6 au dessous) *Il existe également des interneurones décussant dans la moelle et expliquant les réflexes controlatéraux. Permet d expliquer les techniques de piqure de points à l opposé ou les règles midi- minuit Ceci permet d expliquer la plus grande efficacité des points situés aux extrémités, plus grande diffusion aux métamères et action à distance augmentée. 5

6 4. Notion de convergence: Convergence vers un neurone de la moelle de multiples informations. Il existe un seuil infraliminaire au dessous duquel l information ne passe pas, elle n est pas diffusée. Si on augmente la stimulation elle est diffusée (exemple: canal carpien) Si la stimulation devient trop importante, supraliminaire, mise en jeu de neurones inhibiteurs, l information ne passe plus. Le métamère, neurotome Est une tranche de système nerveux d où partent des racines motrice et sensitive et dont dépendent différentes structures: dermatome, schlérotome, myotome, angiotome, viscérotome Dans une certaine mesure, les points sont interchangeables dans un métamère (difficulté dans les études cliniques.) Le dermatome correspond à une tranche cutané mais il ya des phénomènes de recouvrement d un étage sur l autre qui sont aléatoire, expliquant une extension de l action des points. Le myotome, important car ne correspond pas toujours au dermatome sus jacent. Les effets dépendront donc de la profondeur de la piqure Au niveau du thorax et de l abdomen, disposition métamérique pour dermatome et schlérotome,en rapport avec les branches dorsales du nerf spinal, plus complexe pour les membres. Viscérotome dépend du SNA, disposition plutôt transmétamérique longitudinale. 6

7 En rapport avec les branches dorsales -Vaisseau gouverneur, ToMo: les points Shu sont tous métamériques pour les viscères sauf IG (27V) (point métamérique 25V (L4)) -Méridien de vessie -Points extraordinaires HuaTuoJiaJi En rapport avec les branches ventrales -Points Mu sont le plus souvent métamériques : 4 GM (T12) indiqué sur des pathologies du corps utérin dont l innervation est T10- L2 CONCLUSION Intérêt diagnostic: Recherche de point douloureux et identification du trouble dans le territoire correspondant Intérêt thérapeutique: Choix du point+++, utilisation des relations métamériques entre points et organe Profondeur de la piqure Utérus: innervation Corps T10-L2 Col S1-S3 Au membre inférieur: 3F dans pathologie utérus col et corps Piqure 3F: en surface L5 cutané mais S1-S2 muscles interosseux et Vaisseaux du pied T12- L2 donc territoire innervation col et corps Idem pour 55V sur le muscle triceps sural S1-S2 cutané, S1-S2 muscle, T12-L2 Vaisseaux 7

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Organisation du système nerveux. porcher@inmed.univ-mrs.fr

Organisation du système nerveux. porcher@inmed.univ-mrs.fr Organisation du système nerveux porcher@inmed.univ-mrs.fr Plan du cours A. GENERALITES B. VOIES AFFERENTES OU DE LA SENSIBILITE VEGETATIVE C. CENTRES VEGETATIFS D. VOIES EFFERENTES E. PARTICULARITES DU

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE. Plan du cours. B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps

LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE. Plan du cours. B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE Plan du cours I LA SENSIBILITE TACTILE A/ Les mécanorécepteurs B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps C/ Les voies somesthésiques

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

TISSU NERVEUX. Sommaire : CELLULES - Histologie. CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie. CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie

TISSU NERVEUX. Sommaire : CELLULES - Histologie. CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie. CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie TISSU NERVEUX Sommaire : CELLULES - Histologie CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie SUBSTANCE GRISE et BLANCHE - Anatomie - Physiologie NEURONES et NERFS

Plus en détail

Cours formation théorique

Cours formation théorique Programme du cours de premier cycle Cours formation théorique Anatomie, physiologie, biologie, pathologie Bases de la biologie 1. Qu est-ce que la vie 2. Organisation d un être humain 3. Plans du corps

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. III. IV. Système nerveux périphérique Réflexes médullaires Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI Fonction de conduction de la moelle épinière Dr F. TOUMI I. GENERALITES : Communication Moelle avec les centres supra spinaux Communication Intra segmentaire (ipsilatérale / controlatérale) Communication

Plus en détail

BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT. Sommaire. Psychologie Générale

BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT. Sommaire. Psychologie Générale Psychologie Générale Jean Paschoud BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT Sommaire Communication hormonale Communication neuronale Neurones Synapse Neurotransmetteurs Modificateurs de la transmission Organisation

Plus en détail

GENERALITES. - Origine du PE -

GENERALITES. - Origine du PE - GENERALITES - Origine du PE - 1 Le PES est un signal électrique généré par le SN en réponse à une stimulation sensorielle, qui se propage de la périphérie jusqu au cortex cérébral. La structure anatomique

Plus en détail

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique II. Les Réflexes Spinaux Les réflexes spinaux sont des mouvements consécutifs mis en oeuvre indépendamment de la volonté et qui constituent une réaction rapide, et pré-déterminée, à l apparition d un stimulus

Plus en détail

LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET LES FONCTIONS VITALES. Dr. Walter S. Marcantoni

LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET LES FONCTIONS VITALES. Dr. Walter S. Marcantoni LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET LES FONCTIONS VITALES Dr. Walter S. Marcantoni OBJECTIFS Définir l homéostasie Expliquer comment l hypothalamus assure le contrôle homéostatique Décrire la fonction du système

Plus en détail

Chapitre 1 : Le système somesthésique

Chapitre 1 : Le système somesthésique Neurophysiologie Chapitre 1 : Le système somesthésique Docteur Colin DERANSART MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Le système somesthésique 1. Généralités

Plus en détail

Les nerfs du bassin. Nerfs du système nerveux cérébrospinal. Ce sont tous des branches ventrales des nerfs spinaux.

Les nerfs du bassin. Nerfs du système nerveux cérébrospinal. Ce sont tous des branches ventrales des nerfs spinaux. Les nerfs du bassin Dans le bassin, contre les parois musculaires, transitent d une part des nerfs mixtes du système cérébrospinal venant de trois plexus du membre inférieur, et d autre part des nerfs

Plus en détail

MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF

MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF CHAPITRE I. CHAPITRE II. CHAPITRE III. CHAPITRE IV. CHAPITRE V. CHAPITRE VI. Sommaire HOMEOSTASIE DU MILIEU INTERIEUR SYSTEMES NERVEUX SOMATIQUE ET AUTONOMES

Plus en détail

C.A.P. Petite Enfance

C.A.P. Petite Enfance C.A.P. Petite Enfance Biologie Date :.. /.. /.... Cours n 6: LE SYSTEME NERVEUX ET L' ACTIVITE SENSORIELLE objectifs: définir le système nerveux- citer à partir d'un schéma le système nerveux cérébro-spinal-définir

Plus en détail

POLYPREPAS. Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010

POLYPREPAS. Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010 POLYPREPAS Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010 1 POLYPREPAS Première partie les supports anatomiques du message nerveux 2 INTRODUCTION 3 Introduction Toute réaction de l organisme à

Plus en détail

Examen neurologique et crânien. Installation progressive d une IMOC Catégorisation neuromotrice à 2 ans Spectrum des anomalies neuromotrices

Examen neurologique et crânien. Installation progressive d une IMOC Catégorisation neuromotrice à 2 ans Spectrum des anomalies neuromotrices Examen neurologique de 0 à 2 ans 1ère partie : Examen neurologique et crânien 2ème partie : Installation progressive d une IMOC Catégorisation neuromotrice à 2 ans Spectrum des anomalies neuromotrices

Plus en détail

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine in ONE DAY Blocs facettaires Péridurales Lombaires Cervicales

Plus en détail

Module 2 L état clinique d une personne

Module 2 L état clinique d une personne Hospices Civils de Beaune Module 2 L état clinique d une personne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 30/10/15 Durée : 3h30 Anatomie-Physiologie Le système nerveux Les organes

Plus en détail

Contrôle moteur et planification SÉANCE 2. Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr)

Contrôle moteur et planification SÉANCE 2. Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr) Contrôle moteur et planification Organisation anatomophysiologique du contrôle moteur SÉANCE 2 Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr) Le muscle Muscle = ensemble de fibres musculaires Fibre musculaire

Plus en détail

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Semaine : Date : 25 mars 2013 Professeur : Pr Gallois Groupe : 32 (Anouck Schneidermann Aurore d Hooghe) Responsables Matières : Nicolas

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR

PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR Le 14/11/2011 10h30-12h30 Anne Sophie Tayeb Laure Duval PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR 1/5 des consultations sont dues à la douleur. Tout le monde a déjà ressenti de la douleur et la douleur des autres n est

Plus en détail

Diagnostic d une douleur projetée en ostéopathie

Diagnostic d une douleur projetée en ostéopathie Mémoire en vue de l obtention du diplôme d ostéopathie Conservatoire Supérieur Ostéopathique Français (CSOF) Diagnostic d une douleur projetée en ostéopathie Tuteur de mémoire : Laurent BRUNET D.O. M.R.O.F.

Plus en détail

Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive. Nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur

Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive. Nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur Page1 Dr CAILLOCE Prépa IADE 2009 Les voies de la douleur La douleur est une impression anormale et pénible reçue par une partie vivante et perçue par le cerveau. C'est une expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

PHYSIOPATHOLOGIE DE LA DOULEUR

PHYSIOPATHOLOGIE DE LA DOULEUR PHYSIOPATHOLOGIE DE LA DOULEUR Comprendre «comment ça a marche» Distinguer les différents types de douleur par excès s de nociception par désaffd safférentation = neurogènes nes ou mixtes +++ Pour bien

Plus en détail

Dr BOGGIO Le système nerveux 2.2 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO Le système nerveux 2.2 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 Dr BOGGIO Le système nerveux - 1-11 2.2 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 5 Système de régulation et de communication de l organisme Système rapide (par comparaison

Plus en détail

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES F TOULGOAT Neuroradiologie diagnostique et interventionnelle CHU NANTES DES NEUROLOGIE 29 MARS 2013 MENINGES Même agencement qu à l étage encéphalique

Plus en détail

L ACTION DES DROGUES SUR

L ACTION DES DROGUES SUR L ACTION DES DROGUES SUR 16 Système de recapture de la dopamine Neuromédiateur (dopamine) Récepteur spécifique à dopamine >>LA DOPAMINE ET LE «CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE» Les drogues qui agissent le plus

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 La stimulation électrique fonctionnelle chez l enfant marchant atteint de paralysie cérébrale: orthèse active ou éveil proprioceptif? Valérie Achache MK / thèse de doctorat

Plus en détail

LE SYSTÈME NERVEUX : VUE D ENSEMBLE

LE SYSTÈME NERVEUX : VUE D ENSEMBLE LE SYSTÈME NERVEUX : VUE D ENSEMBLE Énumérer les structures du système nerveux et décrire ses principales fonctions. Décrire l organisation du système nerveux. LES STRUCTURES DU SYSTÈME NERVEUX Pesant

Plus en détail

NEURO-PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. La Transmission du Message Douloureux

NEURO-PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. La Transmission du Message Douloureux NEURO-PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR Claude MANN, Centre anti-douleur CHU de Montpellier La Transmission du Message Douloureux Le message nociceptif part de la périphérie au niveau de nocicepteurs, chemine

Plus en détail

TUTORAT DE MEDECINE RANGUEIL ANNEE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PCEM1. Schémas d anatomie. Le rachis. Schémas : Marie Bourgouin Réalisation : Salim Kanoun

TUTORAT DE MEDECINE RANGUEIL ANNEE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PCEM1. Schémas d anatomie. Le rachis. Schémas : Marie Bourgouin Réalisation : Salim Kanoun TUTORAT DE MEDECINE RANGUEIL ANNEE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PCEM1 Schémas d anatomie Le rachis Schémas : Marie Bourgouin Réalisation : Salim Kanoun 1 Droits déposés chez créasafe En aucun cas les informations

Plus en détail

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision Perception Bases neurophysiologiques de la vision Anatomie de l œil Vaisseaux sanguins rétinaux Paupière Cornée Nerf optique Muscles extraocculaires Rétine Anatomie de l œil cornée Pupille Liquide aqueux

Plus en détail

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 1 CHAPITRE D Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 2 Les précédents chapitres nous ont permis de constater que le SN est organisé comme un réseau très complexe de neurones, au sein duquel circulent

Plus en détail

Dans ce chapitre : Introduction à la structure et à la fonction du système nerveux 421 Le neurone et son rôle 421

Dans ce chapitre : Introduction à la structure et à la fonction du système nerveux 421 Le neurone et son rôle 421 Dans ce chapitre : Introduction à la structure et à la fonction du système nerveux 421 Le neurone et son rôle 421 Traitement de l information et prise de décisions 425 Les étapes du traitement de l information

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE I- Mises en évidences des fonctions motrices : 1- Enjeux de la motricité : Il existe globalement deux enjeux majeurs de la motricité : - lutter contre la pesanteur et en même

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

CHAPITRE 11 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES EXOGÈNES EXEMPLE DE LA MORPHINE

CHAPITRE 11 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES EXOGÈNES EXEMPLE DE LA MORPHINE CHAPITRE 11 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES EXOGÈNES EXEMPLE DE LA MORPHINE Introduction La transmission du message nociceptif peut être modulée par des molécules endogènes telles que les

Plus en détail

Le maintien de l équilibre dynamique. Module 1

Le maintien de l équilibre dynamique. Module 1 Le maintien de l équilibre dynamique Module 1 Module 1 les types de neurones et leur fonction Les neurones, la transmission et la synapse Leçon 1 Introduction aux neurones Le corps humain est composé

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice.

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Laurent Bouyer, Ph.D. Professeur agrégé département de réadaptation

Plus en détail

LE TAPING LE TAPING 59. 1. Les principes généraux. 2. Les éléments techniques Les types de montage Les schémas de pose

LE TAPING LE TAPING 59. 1. Les principes généraux. 2. Les éléments techniques Les types de montage Les schémas de pose LE TAPING 1. Les principes généraux 2. Les éléments techniques Les types de montage Les schémas de pose 3. Le matériel Caractéristiques - Dimensions - Théorie des couleurs - Sens de pose des bandes - La

Plus en détail

Régulation de. la Pression Artérielle

Régulation de. la Pression Artérielle Régulation de la Pression Artérielle 1- Rappels Plan Rappels ACTEURS DU SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Pompe Cœur Conduits Vaisseaux Fluide Sang Pression artérielle = PA Force appliquée par le sang sur la paroi

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes

Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes ST MALO Avril 2015 Deux notions importantes L intensité de la douleur

Plus en détail

COLONNE VERTEBRALE 1- Indiquer les propositions exactes concernant la colonne vertébrale :

COLONNE VERTEBRALE 1- Indiquer les propositions exactes concernant la colonne vertébrale : COLONNE VERTEBRALE 1- Indiquer les propositions exactes concernant la colonne vertébrale : A ; D A- la colonne vertébrale mobile est constituée par la superposition de 24 vertèbres ; B- la colonne vertébrale

Plus en détail

PROGRAMME TROISIEME ANNEE

PROGRAMME TROISIEME ANNEE PROGRAMME TROISIEME ANNEE 117 heures (minimum) Plus une pratique personnelle d au moins 140 heures est souhaitable - COURS 1-3 ème Objectifs de la troisième Rédaction d une fiche patient Réflexions à propos

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

ANATOMIE CLINIQUE. Généralités page 2. La moelle épinière page 4. Le tronc cérébral page 23. Vascularisation du tronc cérébral et du cervelet page 49

ANATOMIE CLINIQUE. Généralités page 2. La moelle épinière page 4. Le tronc cérébral page 23. Vascularisation du tronc cérébral et du cervelet page 49 Laurent RIFFAUD Service de Neurochirurgie CHU de Rennes ANATOMIE CLINIQUE DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL Généralités page 2 La moelle épinière page 4 Le tronc cérébral page 23 Le cervelet page 43 Vascularisation

Plus en détail

APPROCHES NON PHAMARCOLOGIQUES DANS LA DOULEUR VISCERALE EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE DE LA DOULEUR A LA SOUFFRANCE

APPROCHES NON PHAMARCOLOGIQUES DANS LA DOULEUR VISCERALE EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE DE LA DOULEUR A LA SOUFFRANCE APPROCHES NON PHAMARCOLOGIQUES DANS LA DOULEUR VISCERALE EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE DE LA DOULEUR A LA SOUFFRANCE Dr LF MATTEI Polyclinique de Courlancy Reims Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie

Plus en détail

CHAPITRE I. INTRODUCTION Physiologie Neuromusculaire & Techniques d évaluation

CHAPITRE I. INTRODUCTION Physiologie Neuromusculaire & Techniques d évaluation CHAPITRE I. INTRODUCTION Physiologie Neuromusculaire & Techniques d évaluation Configuration monopolaire +1-1 Configuration bipolaire +1-1 +1-2 +1 Configuration double-différentielle +1 +1-4 +1 +1 Configuration

Plus en détail

Le doute. Et le Questionnement. Une tombe intouchée, excavée en 1972 Date sûre de -168 3000 objets

Le doute. Et le Questionnement. Une tombe intouchée, excavée en 1972 Date sûre de -168 3000 objets Le doute Et le Questionnement 1 Ma Wang Dui? 馬 王 堆 Une tombe intouchée, excavée en 1972 Date sûre de -168 3000 objets 2 Livres médicaux variés Details sur 11 méridiens MAIS Différences entre les textes

Plus en détail

La stimulation Neuro-musculaire

La stimulation Neuro-musculaire La stimulation Neuro-musculaire Le Placement des électrodes www.veritymedical.co.uk 1 Sommaire Stimulation Musculaire Page Physiologie musculaire 5 Structure du muscle 6 Séquence des phénomènes au cours

Plus en détail

BASES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR

BASES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR 1 BASES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR Dr. Jean Claude de MAUROY DEFINITION La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle

Plus en détail

DEFINITIONS DES MOUVEMENTS

DEFINITIONS DES MOUVEMENTS DEFINITIONS DES MOUVEMENTS L ostéopathe, qui se veut être un spécialiste du mouvement en restituant la mobilité des structures qu il traite quotidiennement, se doit de posséder la terminologie adéquate.

Plus en détail

Escale Santé. Formation continue Programme des cours automne 2015. Ecole de formation professionnelle en massothérapie et réflexologie

Escale Santé. Formation continue Programme des cours automne 2015. Ecole de formation professionnelle en massothérapie et réflexologie Escale Santé Ecole de formation professionnelle en massothérapie et réflexologie Formation continue Programme des cours automne 2015 "Le plus grand bien que nous faisons aux autres êtres humains n'est

Plus en détail

Klemen SEVER DCEO 2 MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES EN VUE DE L OBTENTION DU DIPLÔME D OSTÉOPATHE (D.O.) Maître du mémoire Mme ALLONI-BERTHON Julie D.O.

Klemen SEVER DCEO 2 MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES EN VUE DE L OBTENTION DU DIPLÔME D OSTÉOPATHE (D.O.) Maître du mémoire Mme ALLONI-BERTHON Julie D.O. Étude Clinique de l Effet des Techniques Réflexes de Normalisation du Tissu Conjonctif à Court et Moyen Terme sur le Système Nerveux Autonome chez des Patients ayant des Lombalgies Chroniques Klemen SEVER

Plus en détail

BIO 5068-2 Guide d apprentissage

BIO 5068-2 Guide d apprentissage BIO 5068-2 Guide d apprentissage Septembre 2006 Le cours Le système nerveux chez l humain fait partie du programme d études de Biologie 5 e secondaire de la formation générale des adultes (FGA). Le programme

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

Séquence 9. Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse

Séquence 9. Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Séquence 9 Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle Chapitre 3. Motricité et plasticité

Plus en détail

EPREUVE TEST 2 D ANATOMIE E12 L1 -UNIV BORDEAUX 2 EXAMEN BLANC 30 Minutes/20 QCM Cochez les réponses justes

EPREUVE TEST 2 D ANATOMIE E12 L1 -UNIV BORDEAUX 2 EXAMEN BLANC 30 Minutes/20 QCM Cochez les réponses justes EPREUVE TEST 2 D ANATOMIE E12 L1 -UNIV BORDEAUX 2 EXAMEN BLANC 30 Minutes/20 QCM Cochez les réponses justes CORRECTION INTERNAT (aucune mauvaise réponse : 1 point Une mauvaise réponse : 0.5 Deux : 0.2

Plus en détail

Cardiologie Pr. BONIN 18/02/2008 Ronéotypeur : WOJCIESZKO Vincent REGULATION DE LA PRESSION ARTERIELLE

Cardiologie Pr. BONIN 18/02/2008 Ronéotypeur : WOJCIESZKO Vincent REGULATION DE LA PRESSION ARTERIELLE Cardiologie Pr. BONIN 18/02/2008 Ronéotypeur : WOJCIESZKO Vincent REGULATION DE LA PRESSION ARTERIELLE 1. Généralités 1.1. Système à haute pression 1.2. Pression artérielle 1.3. Grandeurs physiques du

Plus en détail

De l huile de massage et une serviette de bain.

De l huile de massage et une serviette de bain. 1 er Séminaire / 29 et 30 Octobre 2011 Introduction théorique du Yin Yang et les 12 méridiens. Le concept viscéral les massages libération LE SACRUM : Les muscles fessiers méridien de Vessie Sacrum postérieur

Plus en détail

EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute)

EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute) EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute) L ensemble de cette séance d étirements doit se faire après une journée d entraînement dans un esprit

Plus en détail

Le Système SCIO pour utilisateurs professionnels

Le Système SCIO pour utilisateurs professionnels Le Système SCIO pour utilisateurs professionnels C EST QUOI LE SCIO? Le SCIO (Scientific Consciousness Interface Operations) est un équipement de cardiotocografie portable avec une sonde passive et un

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas)

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) D DAKOUANE, M EL MOULATTAF, H KAMRANI, I EL IDRISSI, N IDRISSI EL GUANNOUNI, M OUALI IDRISSI, H JALAL, O ESSADKI,

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Thème 3C de l œil au cerveau: quelques aspects de la vision. Chapitre 2 : cerveau et vision: aires cérébrales et plasticité

Thème 3C de l œil au cerveau: quelques aspects de la vision. Chapitre 2 : cerveau et vision: aires cérébrales et plasticité Thème 3C de l œil au cerveau: quelques aspects de la vision Chapitre 2 : cerveau et vision: aires cérébrales et plasticité Le message nerveux généré au niveau de la rétine est conduit jusqu'au cerveau.

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien

Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien Stimulation 20 Hz à intensité de 100% Pic champ magnétique - jusqu à 4 T Refroidissement performant : jusqu à 10000 impulsions pendant 1 session Programme

Plus en détail

www.medecinechinoise.org

www.medecinechinoise.org L'observation clinique du diabète traité par soit la puncture, soit la moxibustion, soit la puncture associée à la moxibustion d un seul point d acupuncture Auteurs : LIAO Hui SO, XI Ping, CHEN Qiang,

Plus en détail

Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis

Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis Service de neurologie Le service de neurologie de l Hôtel-Dieu de Lévis opère dans un Centre Hospitalier Affilié à l Université Laval,

Plus en détail

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire :

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire : La physiologie neuro-musculaire : Introduction : Le neurone possède 3 propriétés indispensables pour assurer sa fonction au sein de l organisme : -l excitabilité : capacité à répondre à un stimulus -la

Plus en détail

Les Systèmes Sensoriels La somesthésie

Les Systèmes Sensoriels La somesthésie Les Systèmes Sensoriels La somesthésie PLAN 1. Généralités sur les systèmes sensoriels 2. La sensibilité tactile 3. La nociception 4. La proprioception 5. Les voies afférentes de la sensibilité 6. La représentation

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

Tableau clinique du SAF et de l ETCAF

Tableau clinique du SAF et de l ETCAF Tableau clinique du SAF et de l ETCAF L alcool est une substance tératogène, il provoque des malformations. On ne connaît pas le seuil minimal sans risque pendant la grossesse. Avant d aborder l Ensemble

Plus en détail

Reprise de la marche chez le blessé médullaire Etat actuel, nouvelles perspectives

Reprise de la marche chez le blessé médullaire Etat actuel, nouvelles perspectives Reprise de la marche chez le blessé médullaire Etat actuel, nouvelles perspectives Professeur Bernard BUSSEL Service de Rééducation Neurologique, Hôpital Raymond Poincaré 92380 GARCHES Tel. 01 47 10 70

Plus en détail

Thème: La représentation visuelle

Thème: La représentation visuelle Thème: La représentation visuelle Chapitre 3: Les voies visuelles : des photorécepteurs au cortex visuel I- Structure de l œil Œil = organe des sens spécialisé dans la perception des stimuli visuels. On

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations fonda 18, rue de Varenne 75007 Paris tel : 01 45 49 06 58 fax : 01 42 84 04 84 fonda@wanadoo.fr www.fonda.asso.fr La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole et les associations Présentation

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

Les Voies et Centres Visuels

Les Voies et Centres Visuels Les Voies et Centres Visuels La rétine projette vers des régions sous corticales du cerveau Les axones des neurones ganglionnaires rétiniens convergent vers les disques optiques où ils se myélinisent et

Plus en détail

(SEP) Sclérose en plaques

(SEP) Sclérose en plaques La sclérose en plaques est une maladie neurologique connue depuis le siècle dernier. Les troubles vésico-sphinctériens ont été très longtemps sousestimés et malheureusement pris en considération en phase

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Année universitaire : PCEM2 Année d étude : 2007/2008. Physiologie module Biocli. Cardio. Propriété de la Faculté de Médecine Paris7 Denis Diderot

Année universitaire : PCEM2 Année d étude : 2007/2008. Physiologie module Biocli. Cardio. Propriété de la Faculté de Médecine Paris7 Denis Diderot Cours : Circulation Année universitaire : PCEM2 Année d étude : 2007/2008 Enseignant : Dr PhBonnin Module : Physiologie module Biocli Cardio Propriété de la Faculté de Médecine Paris7 Denis Diderot 0 Schématisation

Plus en détail

PCEM2 EIA NEUROLOGIE PSYCHIATRIE

PCEM2 EIA NEUROLOGIE PSYCHIATRIE Année universitaire 2012/2013 PCEM2 EIA NEUROLOGIE PSYCHIATRIE Anatomie fonctionnelle Université Pierre et Marie Curie Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie Neuroanatomie Fonctionnelle D. Hasboun

Plus en détail

La Maladie D Alzheimer Homa Adle-Biassette

La Maladie D Alzheimer Homa Adle-Biassette La Maladie D Alzheimer Homa Adle-Biassette Anatomie Pathologique Hôpital Lariboisière Université Paris VII La Maladie d Alzheimer Généralités La plus fréquente des maladies dégénératives du SNC + 850 000

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier 1 INTRODUCTION La motricité ou capacité de mouvement : Intègre la notion de contraction musculaire

Plus en détail

gamme complète en modèles anatomiques humains, botaniques et zoologie

gamme complète en modèles anatomiques humains, botaniques et zoologie Votre Distributeur : 10 rue Lavoisier - Parc d activités de Ragon - 44119 TREILLLIERES Appelez le 02 51 12 70 01 dès maintenant! Fax : 02 51 12 72 27 contact@batailler-labo.fr www.batailler-labo.fr gamme

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Chapitre 8 : Evolution des somites : Formation du squelette et des muscles Table des matières

Chapitre 8 : Evolution des somites : Formation du squelette et des muscles Table des matières Chapitre 8 : Evolution des somites : Formation du squelette et des muscles Table des matières 2014 Introduction 0 1. ÉVOLUTION DES SOMITES 0 1.1. Au cours de la troisième semaine 0 1.2. Au cours de la

Plus en détail

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Pr Jean-Michel Laffosse, Pr Arnaud Constantin Individu sain, âgé de 35 ans, aucun symptôme

Plus en détail

ANATOMIE DE LA CÉPHALÉE CERVICOGÉNIQUE. Guy Boudreau MD Clinique de la migraine Val des Arbres Clinique de la migraine du CHUM, HDM.

ANATOMIE DE LA CÉPHALÉE CERVICOGÉNIQUE. Guy Boudreau MD Clinique de la migraine Val des Arbres Clinique de la migraine du CHUM, HDM. ANATOMIE DE LA CÉPHALÉE CERVICOGÉNIQUE Guy Boudreau MD Clinique de la migraine Val des Arbres Clinique de la migraine du CHUM, HDM. PRÉVALENCE ET INCIDENCE DE LA C.C. (indéterminée) CLINIQUE DE CÉPHALÉE

Plus en détail

NEUROPHYSIOLOGIE. Fabrice DUPRAT Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire Université de Nice Sophia-Antipolis Janvier 2003

NEUROPHYSIOLOGIE. Fabrice DUPRAT Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire Université de Nice Sophia-Antipolis Janvier 2003 NEUROPHYSIOLOGIE Fabrice DUPRAT Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire Université de Nice Sophia-Antipolis Janvier 2003 1 PLAN DU COURS I) MORPHOLOGIE DES NEURONES polarité des neurones II)

Plus en détail