Notion complexe qui englobe la diversité (richesse spécifique, abondance ) et la variabilité des organismes vivants et des systèmes écologiques.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notion complexe qui englobe la diversité (richesse spécifique, abondance ) et la variabilité des organismes vivants et des systèmes écologiques."

Transcription

1

2 Notion complexe qui englobe la diversité (richesse spécifique, abondance ) et la variabilité des organismes vivants et des systèmes écologiques. Elle intègre : - la diversité infra et inter-spécifique - la diversité des écosystèmes - la diversité des paysages ou écocomplexes (composition, structure et processus écologiques)

3 D après Hunt et al., 1987, In: Barrios E., Ecological Economics, 64.

4

5 Auto-entretien cycle nutritionnel constitution des sols production primaire Prélèvement nourriture eau douce bois et fibres combustibles Régulation régulation du climat régulation de l eau régulation des maladies épuration des eaux Culturel esthétique spirituel éducatif agrément Sécurité sécurité personnelle sécurité d accès aux ressources sécurité vis à vis des catastrophes Eléments d une vie agréable moyens d existence adéquats alimentation suffisante logement accès aux biens Santé vigueur bien être accès à l eau et l air purs Bonnes relations sociales cohésion sociale respect mutuel capacité à aider les autres Libertés et possibilité de choisir Capacité pour les individus de se réaliser avec des valeurs dans le faire et l être Couleur des flèches : potentiel d influence sur les facteurs socioéconomiques Largeur des flèches : intensité du lien entre les services écologiques et le bien être faible moyen haut faible moyen haut D après Millennium Ecosystem Assessment, 2005

6 Biodiversité locale de l écosystème Pool régional d espèces D après Hillebrand H. & Blenckner T., Oecologia, 132, modifié.

7

8 Moehringia argenteria, Haute-Vésubie

9 Bactéries : Champignons : Végétaux : Animaux : Arthropodes Poissons Amphibiens Reptiles Oiseaux : Mammifères Biodiversité connue Biodiversité estimée

10

11 Les "hotspots" mondiaux (Myers et al., 2000) Une biodiversité exceptionnelle en espèces végétales et animales. Un taux élevé d'endémisme (au moins 0,5% des végétaux vasculaires du monde, i.e espèces endémiques). De fortes menaces de destruction (les zones retenues ont perdu au moins 75% de leur végétation originelle). Les "hotspots" régionaux du bassin méditerranéen (Médail & Quézel, 1997, 1999) Des zones géographiques de faible (<10000 km 2 ) ou moyenne (< km 2 ) superficies. Une richesse floristique importante (ca espèces pour km 2). Un taux d endémisme végétal au moins égal à 10%. Des menaces anthropiques très fortes

12 D après Médail F. & Quézel P., Annals of the Missouri Botanical Garden, 84 complété par Véla E. & Benhouhou S., Comptes-Rendus Biologies, 330.

13

14 Baliste Mérou Grande cigale Girelle paon Barracuda Source : Ferral J.-P., DIMAR.

15 Groupe taxinomique France métropolitaine France méditerranéenne ou Provence* Pourcentages d espèces en France médit. Plantes à fleurs et fougères * 78% Mammifères % Oiseaux nicheurs % Reptiles % Amphibiens % Poissons d eau douce % Coléoptères * 59% Orthoptères % Papillons de jour (Rhopalocères) * 85%

16

17 Env couples en Méditerranée Env. 800 couples sur les îles d Hyères Ile du Levant 10% de la population mondiale sur les îles d Hyères, et 90% de la population française D après Bourgeois K. & Vidal E., Oryx, 42.

18 Retinella olivetorum Torneuma grouvellei

19

20 L un des 10 hotspots méditerranéens de biodiversité D après Médail F. & Quézel P., Annals of the Missouri Botanical Garden, 84. Plusieurs refuges majeurs de végétaux méditerranéens D après Médail F. & Diadema K., Journal of Biogeography, 36.

21

22 Raiponce de Villars Doradille de Jahandiez

23

24

25 Menaces sur la biodiversité (homogénéisation des communautés, extinctions, invasions) Changement climatique (réchauffement global, montée niveaux marins) Perturbation du fonctionnement des écosystèmes (modification des cycles biogéochimiques / hydrologiques) Changement de mode d usage des terres (dégradation et fragmentation des habitats, érosion des sols) Pollutions et accumulation d intrants chimiques Surexploitation des ressources naturelles Démographie exponentielle

26 Analyse démographique de l Armérie des sables selon le niveau de piétinement D après Youssef S., Baumel A. & Médail F., Candollea, 64.

27 Menton St-Jeannet Èze Monte-Carlo Monaco 2 km Nice D après Diadema K., Médail F., Castagné H., Affre L., Roux J.P & Bretagnolle F., Acta Botanica Gallica, 154.

28 Nice Monaco C GR GR GR MB MB 1 2 3

29 Perte d habitat (fragmentation, urbanisation, fermeture du milieu ) Diminution de la taille de la population Faible recrutement Perte de la variabilité génétique Diminution du taux de fructification Diminution de nombre moyen de graines produites par fruit Diminution de la survie des individus issus de germination Augmentation de la probabilité d extinction

30 Doctorat de Virgile Noble : Phytogéographie de la France méditerranéenne continentale. Analyse spatiale pour une approche de conservation biogéographique face aux changements globaux Distribution de la biodiversité végétale dans les Alpes-Maritimes (mailles 2 x 2 km) Végétaux endémiques Végétaux menacés (Livre rouge national)

31 Distribution des centres d endémisme en fonction des aires protégées (P.N. Mercantour) et des zones Natura 2000 Vallée de la Roya Préalpes de Grasse - P.N. Mercantour : 65% des végétaux endémiques mais seulement 21% des espèces menacées Préalpes de Menton - Zones Natura 2000 : 96% des végétaux endémiques et 69% des espèces menacées D après Noble V., Diadema K., Michaud H. & Médal F., International Congress Biodiversity hotspots, Cagliari.

32

33 Crédits photographiques : Teddy Baumberger, Roger Cruon, Franck Dhermain, Katia Diadema, Joël Gauthier, Hervé Gomila, Jérôme Legrand, Frédéric Magnin, Frédéric Médail, Virgile Noble, Philippe & Yvette Orsini, et DIMAR.

34

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

L OHM «Littoral méditerranéen»

L OHM «Littoral méditerranéen» Séminaire de lancement du Labex DRIIHM Paris, 12 avril 2013 L OHM «Littoral méditerranéen» Un outil de la recherche pour éclairer les défis écologiques et les enjeux sociaux de la maîtrise de l urbanisation

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers

Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers L Homme a besoin de matière et d énergie. La croissance démographique place l humanité face à un enjeu majeur : trouver et exploiter des ressources

Plus en détail

Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré

Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré Conférence-débat SNPN sur les espèces invasives Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré Photo : Jean-Luc Potiron Jean-Marc Pons Origine, Structure et Evolution de la biodiversité,

Plus en détail

LE GUIDE DE L INOCULATION BIODOZ INOCULANTS SOJA-LUZERNE

LE GUIDE DE L INOCULATION BIODOZ INOCULANTS SOJA-LUZERNE LE GUIDE DE L INOCULATION BIODOZ INOCULANTS SOJA-LUZERNE 1 Edito Réussir l inoculation de ses parcelles de soja et de luzerne est l étape clé pour optimiser la quantité et la qualité de sa récolte. C est

Plus en détail

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle?

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? Quels indicateurs nous permettent-ils de juger de l état nutritionnel des individus? Les enfants indicateurs de la

Plus en détail

Les systèmes d assurance en France

Les systèmes d assurance en France Les systèmes d assurance en France Segmentation des risques Le Régime des Catastrophes Naturelles Dommages ayant pour cause déterminante, l intensité anormale d un agent naturel, principalement : inondation

Plus en détail

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles V. Noble 06 novembre 2014 Plan de la présentation Le Conservatoire

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012 STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE Août 2012 Projet sectoriel Cadre réglementaire et orientations politiques Etat des lieux Amélioration de la connaissance Préservation de Valorisation de la

Plus en détail

CONSEIL COMMUNAUTAIRE Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée du LUNDI 30 JUIN 2014 à 18 heures LÉZIGNAN LA CÈBE Salle polyvalente

CONSEIL COMMUNAUTAIRE Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée du LUNDI 30 JUIN 2014 à 18 heures LÉZIGNAN LA CÈBE Salle polyvalente CONSEIL COMMUNAUTAIRE Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée du LUNDI 30 JUIN 2014 à 18 heures LÉZIGNAN LA CÈBE Salle polyvalente ORDRE DU JOUR FINANCES N 1. BUDGET PRINCIPAL DE LA CAHM : approbation

Plus en détail

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

Charte forestière - Pays Forêt d Orléans - Val de Loire ENVIRONNEMENT, PATRIMOINE ET CADRE DE VIE :

Charte forestière - Pays Forêt d Orléans - Val de Loire ENVIRONNEMENT, PATRIMOINE ET CADRE DE VIE : ENVIRONNEMENT, PATRIMOINE ET CADRE DE VIE : La notion de patrimoine est particulièrement vaste et complexe et dans son sens traditionnel fait plutôt référence au passé et à des biens mobiliers ou immobiliers

Plus en détail

Compléments et commentaires liés à l outil d initiation à la biodiversité à destination du secteur privé

Compléments et commentaires liés à l outil d initiation à la biodiversité à destination du secteur privé Compléments et commentaires liés à l outil d initiation à la biodiversité à destination du secteur privé Afin de parfaire la présentation «Initiation à la biodiversité à destination du secteur privé»,

Plus en détail

INTRODUCTION. Mise en contexte

INTRODUCTION. Mise en contexte Étude des distributions de racines fines d arbres et de fourrage en fonction de la profondeur et de la distance aux arbres dans un système agroforestier de cultures intercalaires Léa BOUTTIER, étudiante

Plus en détail

Contribution au renforcement des capacités et à la recherche scientifique au Burkina Faso

Contribution au renforcement des capacités et à la recherche scientifique au Burkina Faso LE PROGRAMME BIOTA EN AFRIQUE DE L OUEST Contribution au renforcement des capacités et à la recherche scientifique au Burkina Faso BIOdiversity monitoring Transect Analysis in Africa Transect d Analyse

Plus en détail

Le Scot des Rives du Rhône, passeur de biodiversité

Le Scot des Rives du Rhône, passeur de biodiversité Juin 2013 Le Scot, passeur de biodiversité Le Scot des Rives du Rhône, passeur de biodiversité 1l i v r e t Pour un territoire à biodiversité positive, livret 1 Scot des Rives du Rhône 1 Le Scot des Rives

Plus en détail

Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas

Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas Andrew Gonzalez Québec Centre for Biodiversity Science http://qcbs.ca Un message inquiétant Ces

Plus en détail

Ordonnance sur les parcs d importance nationale

Ordonnance sur les parcs d importance nationale Projet du 0 janvier 007 Ordonnance sur les parcs d importance nationale (Ordonnance sur les parcs, OParcs) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. k et 6 de la loi fédérale du er juillet 966 sur la

Plus en détail

Stratégie pour la biodiversité de Polynésie française 2006

Stratégie pour la biodiversité de Polynésie française 2006 I. LE CONTEXTE GENERAL DE LA POLYNESIE FRANÇAISE...3 A. UN ISOLEMENT GEOGRAPHIQUE FORT...3 B. UNE CONSTELLATION D ILES DISPERSEES SUR UNE SURFACE OCEANIQUE GRANDE COMME L EUROPE...3 C. UNE BIODIVERSITE

Plus en détail

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES ÉCOSYSTÈMES INSULAIRES TROPICAUX : APPLICATIONS POUR LA RÉHABILITATION DES ÎLES TROPICALES FRANÇAISES DE L OUEST DE L OCÉAN INDIEN Pr. Matthieu Le Corre

Plus en détail

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 La NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Note d orientation LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Une attention spéciale doit être portée

Plus en détail

2. - Et u d e s e t a n a ly s e s d e s d o c u m e n t s. 2.3 - Re c u e i l d e d o n n é e s

2. - Et u d e s e t a n a ly s e s d e s d o c u m e n t s. 2.3 - Re c u e i l d e d o n n é e s CINQUIEME partie : ANALYSE DES METHODES UTILISEES POUR EVALUER LES EFFETS DU PROJET SUR L ENVIRONNEMENT et difficultes rencontrees 118 1. - Pr é a m b u l e 2. - Et u d e s e t a n a ly s e s d e s d o

Plus en détail

Sommaire CONTACTS. Dossier de presse 1 600 pandas 17 avril 2010-1 - > Contact WWF-France Marine Reboul 01 55 25 84 22, 06 20 28 89 28 mreboul@wwf.

Sommaire CONTACTS. Dossier de presse 1 600 pandas 17 avril 2010-1 - > Contact WWF-France Marine Reboul 01 55 25 84 22, 06 20 28 89 28 mreboul@wwf. DOSSIER DE PRESSE Sommaire Éditos p.2 L exposition p.3 Un constat alarmant p.5 N oublions pas les services écologiques rendus par la nature! p.7 L engagement de la Ville d Angers et d Angers Loire Métropole

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 15 août 2014 PAIEMENT DES CONSEILS L IMPORTANCE DES OPTIONS PROPOSÉES I. Introduction Les Canadiens ont accès à des marchés de produits

Plus en détail

Le mont Royal Leçons de Montréal. Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012

Le mont Royal Leçons de Montréal. Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012 Le mont Royal Leçons de Montréal Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012 Présentation Qu est-ce que le mont Royal? Une histoire d amour et d engagement

Plus en détail

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 2012-2013 Biarritz Surftraining Sortie Scolaire Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN info@surftraining.com ou www.surftraining.com 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 BIARRITZ

Plus en détail

Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines

Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines Philippe CLERGEAU Muséum National d Histoire Naturelle Journée Adaptation aux Changements Climatiques et Trames Vertes

Plus en détail

CREPAN. Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados. Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly

CREPAN. Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados. Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly CREPAN Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly Présenté par Annick Noël Vice Présidente du CREPAN 1 La biodiversité

Plus en détail

Nature. le courrier de la. Biodiversité française. Septembre-Octobre 2009 - ISSN 0011-0477 Edition avril 2010

Nature. le courrier de la. Biodiversité française. Septembre-Octobre 2009 - ISSN 0011-0477 Edition avril 2010 Nature le courrier de la Biodiversité française Bimestriel édité par la Société nationale de protection de la nature 249 Septembre-Octobre 2009 - ISSN 0011-0477 Edition avril 2010 Mais, crénom de nom!

Plus en détail

Partie I 20 ans d implication dans la protection de l environnement

Partie I 20 ans d implication dans la protection de l environnement Partie I 20 ans d implication dans la protection de l environnement 1 Les attentes sociétales pour un développement durable Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants.

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

UNEP WCMC. pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC

UNEP WCMC. pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC UNEP WCMC Outils, données et approches pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC Plan de la présentation: ti Présentation du PNUE WCMC et du programme Changement Climatique & Biodiversité

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

Lycée Education au développement durable Sciences de la vie et de la terre Géographie Physique - chimie

Lycée Education au développement durable Sciences de la vie et de la terre Géographie Physique - chimie Lycée Education au développement durable Sciences de la vie et de la terre Géographie Physique - chimie Association Petite Camargue Alsacienne Centre d Initiation à la Nature et à l Environnement 1, rue

Plus en détail

Insta Stik FICHE TECHNIQUE. Nom du produit. Description du produit. Insta-stik s utilise pour faire adhérer

Insta Stik FICHE TECHNIQUE. Nom du produit. Description du produit. Insta-stik s utilise pour faire adhérer FICHE TECHNIQUE Insta Stik version 11/2015 Nom du produit Adhésif professionnel pour toitures Insta-stik Description du produit Insta-stik est un adhésif professionnel pour toitures monocomposant en polyuréthane

Plus en détail

OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CE QUE LES GOUVERNEMENTS LOCAUX DOIVENT SAVOIR

OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CE QUE LES GOUVERNEMENTS LOCAUX DOIVENT SAVOIR OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CE QUE LES GOUVERNEMENTS LOCAUX DOIVENT SAVOIR CE QUE LES GOUVERNEMENTS LOCAUX DOIVENT SAVOIR Préface Le 25 septembre 2015, les États membres des Nations Unies ont adopté

Plus en détail

Programme GREAT-MED: «Generating a Risk and Ecological Analysis Toolkit for the Mediterranean»

Programme GREAT-MED: «Generating a Risk and Ecological Analysis Toolkit for the Mediterranean» Programme GREAT-MED: «Generating a Risk and Ecological Analysis Toolkit for the Mediterranean» Idée du GREAT-MED synthèse et transfert de connaissances de biodiversité Réfuges & Hotspots de plantes méditerranéennes

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques,

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, LOGO DE L'ORGANISME Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, Journée technique interrégionale sous l'égide de la CoTITA du 23 novembre 2010 Chiroptères et routes:

Plus en détail

L Incorporation et l utilisation des données spatiales et la cartographie dans le cadre des SPANB: Directives pour appuyer les praticiens des SPANB

L Incorporation et l utilisation des données spatiales et la cartographie dans le cadre des SPANB: Directives pour appuyer les praticiens des SPANB L Incorporation et l utilisation des données spatiales et la cartographie dans le cadre des SPANB: Directives pour appuyer les praticiens des SPANB INTRODUCTION 09 juillet 2014 Pourquoi incorporer des

Plus en détail

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Françoise Burel, CNRS Jacques Baudry, INRA CAREN, Rennes www.caren.univ-rennes1.fr/pleine-fougeres Les paysages sont hétérogènes

Plus en détail

Schéma Départemental des Ecosystèmes de l Hérault

Schéma Départemental des Ecosystèmes de l Hérault Schéma Départemental des Ecosystèmes de l Hérault Avril 2004 Direction de l Aménagement Rural et de l Environnement Direction de l Environnement et du Cadre de Vie Service «Espaces naturels et paysages»

Plus en détail

Gabon. Convention fiscale avec la France

Gabon. Convention fiscale avec la France Convention fiscale avec la France Signée le 20 septembre 1995 Entrée en vigueur le 1 er mars 2008 Art.1.- Personnes concernées La présente Convention s applique : a) en ce qui concerne les impôts sur le

Plus en détail

Cadre et outils d évaluation de l efficacité de la gestion des aires protégées en Afrique de l ouest et du centre

Cadre et outils d évaluation de l efficacité de la gestion des aires protégées en Afrique de l ouest et du centre Cadre et outils d évaluation de l efficacité de la gestion des aires protégées en Afrique de l ouest et du centre UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE PROGRAMME AFRIQUE CENTRE ET OUEST

Plus en détail

Consultation des réseaux sur la gestion adaptative. Présentation des résultats intermédiaires!

Consultation des réseaux sur la gestion adaptative. Présentation des résultats intermédiaires! Consultation des réseaux sur la gestion adaptative Présentation des résultats intermédiaires! CONSULTATION! Objectifs! État des lieux des contraintes climatiques auxquelles sont confrontés les gestionnaires!

Plus en détail

Ecosystèmes et environnement NOUVELLE-CALEDONIE

Ecosystèmes et environnement NOUVELLE-CALEDONIE CORAIL VIVANT Réalisation d une banque d informations. - 18/02/2002 1/7 Réalisation d une Base d Informations Géographiques Ecosystèmes et environnement NOUVELLE-CALEDONIE CORAIL VIVANT Réalisation d une

Plus en détail

Arenaria provincialis : bilan de 10 ans d éd

Arenaria provincialis : bilan de 10 ans d éd CS CBNMED 17 Mars 2015 Arenaria provincialis : bilan de 10 ans d éd étude Alex Baumel - alex.baumel@imbe.fr Arenaria provincialis 2 3 Eco-génomique 2004 Biologie des populations Distribution Habitat Niche

Plus en détail

Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales

Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales Contexte Comme toutes les lisières entre deux types de milieux (écotone), le littoral

Plus en détail

LA GESTION DURABLE DE L ARGANERAIE ET LES ENJEUX DE LUTTE CONTRE LA DESRTIFICATION

LA GESTION DURABLE DE L ARGANERAIE ET LES ENJEUX DE LUTTE CONTRE LA DESRTIFICATION HAUT COMMISSARIAT AUX EAUX ET FORETS ET A LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION LA GESTION DURABLE DE L ARGANERAIE ET LES ENJEUX DE LUTTE CONTRE LA DESRTIFICATION Plan présentation Ecosystème arganier Stratégie

Plus en détail

Production de soja et Critères de Bâle: les faits

Production de soja et Critères de Bâle: les faits Production de soja et Critères de Bâle: les faits Utilisation du soja Environ 85% de la production mondiale de soja est destinée au fourrage. Le soja apporte non seulement protéines et lipides essentiels

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse.

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse. Page 1 sur 10 1. Définition. C est une méthode de séparation, non destructrice en son principe, basée sur le fait que le coefficient de partage d un soluté entre deux phases dépend de la nature du soluté,

Plus en détail

«Data mining» floristique sur le territoire de la Côte-Nord

«Data mining» floristique sur le territoire de la Côte-Nord «Data mining» floristique sur le territoire de la Côte-Nord Line Couillard et Abdoul-Ousmane Dia Direction du patrimoine écologique et des parcs Ministère du Développement durable, de l Environnement,

Plus en détail

MODULE LES RISQUES LIÉS À L EAU SOUTERRAINE INTEGRATION DE LA GESTION DES EAUX SOUTERRAINES DANS LES ORGANISMES DE BASSIN TRANSFRONTALIERS EN AFRIQUE

MODULE LES RISQUES LIÉS À L EAU SOUTERRAINE INTEGRATION DE LA GESTION DES EAUX SOUTERRAINES DANS LES ORGANISMES DE BASSIN TRANSFRONTALIERS EN AFRIQUE LES RISQUES LIÉS À L EAU SOUTERRAINE 2 CONTENU MODULE MODULE.1 Introduction 4.2 Quantité de l eau souterraine : la surexploitation 5.3 Qualité des eaux souterraines: la pollution.4 Évaluation de la pollution

Plus en détail

M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes»

M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes» M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes» Termes de référence de la composante 1 Plans de Formation Introduction L initiative Sud Expert Plantes du Ministère français des Affaires Etrangères soutient l'effort

Plus en détail

APPEL A PROJETS. JOURNEES MONDIALES DES ZONES HUMIDES en Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d Azur. Semaine du 29 janvier au 6 février 2011

APPEL A PROJETS. JOURNEES MONDIALES DES ZONES HUMIDES en Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d Azur. Semaine du 29 janvier au 6 février 2011 APPEL A PROJETS JOURNEES MONDIALES DES ZONES HUMIDES en Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d Azur Semaine du 29 janvier au 6 février 2011 «Les forêts : vitales pour l eau et les zones humides»

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

MANUEL DE STATISTIQUES

MANUEL DE STATISTIQUES MANUEL DE STATISTIQUES MONÉTAIRES ET FINANCIÈRES INDEX 141 INDEX Les numéros renvoient aux paragraphes Abandon de créances, 194 Acceptations bancaires, 138, 310 Accords de confirmation, 469, 474 Accords

Plus en détail

Livre Blanc de la biodiversité à Paris Une démarche participative

Livre Blanc de la biodiversité à Paris Une démarche participative Livre Blanc de la biodiversité à Paris Une démarche participative Fabienne Giboudeaux Adjointe au Maire de Paris Une biodiversité remarquable souvent méconnue Plus de 2000 espèces sauvages de plantes

Plus en détail

La réserve naturelle communautaire de la vallée du Sitatunga au Bénin

La réserve naturelle communautaire de la vallée du Sitatunga au Bénin La réserve naturelle communautaire de la vallée du Sitatunga au Bénin Découvrez le Sitatunga et son habitat naturel! Origine de l initiative C est grâce à la création et l exploitation de la ferme aquacole

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DES ESPACES VERTS EN ENTREPRISE PISTES DE RÉFLEXION

AMÉNAGEMENT DES ESPACES VERTS EN ENTREPRISE PISTES DE RÉFLEXION AMÉNAGEMENT DES ESPACES VERTS EN ENTREPRISE PISTES DE RÉFLEXION Dernière révision du document : août 2015 Cet outil est rédigé à partir d'un document réalisé dans le cadre du projet européen Life-SMIGIN

Plus en détail

Organisation de la formation

Organisation de la formation Formation sylviculture et cours d eau Organisation de la formation Maître d ouvrage : Maître d oeuvre : Formation co financée par : Meymac, 16 mai 2014 Formation sylviculture et cours d eau Contexte de

Plus en détail

Vers un éco-système Open Source

Vers un éco-système Open Source Vers un éco-système Open Source GéoEvénement 2007 www.camptocamp.com www.waynasoft.com Introduction à l'économie logicielle libre Une industrie logicielle en pleine mutation depuis 2000 Une industrie logicielle

Plus en détail

Semaine du Développement Durable et de la Biodiversité 1600 pandas manifestent à Besançon le 1 er avril 2010

Semaine du Développement Durable et de la Biodiversité 1600 pandas manifestent à Besançon le 1 er avril 2010 Dossier de presse Semaine du Développement Durable et de la Biodiversité 1600 pandas manifestent à Besançon le 1 er avril 2010 Contacts VILLE DE BESANÇON Direction de la communication Denis LAZZAROTTO

Plus en détail

NATURA 2000 EN MER EN CORSE

NATURA 2000 EN MER EN CORSE NATURA 2000 EN MER EN CORSE Sommaire Fiche 1 COMMUNIQUE DE PRESSE Fiche 2 Fiche 3 LE DISPOSITIF NATURA 2000 EN MER FICHE ET CARTE DU SITE NATURA 2000 EN MER «CAP ROSSU, SCANDOLA, POINTE DE LA REVELLATTA,

Plus en détail

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans «J ai toujours cherché à intéresser mon équipe à l évolution de l entreprise» Videur de boîte de nuit, avant d intégrer la police, Olivier Couteau,

Plus en détail

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à Madagascar

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à Madagascar Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à Madagascar I. Contexte : Depuis 2001, Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF) a investi dans 22»Hotspots. CEPF a commencé à investir dans

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000

FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 PREFET DE L'ISERE FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 Qui remplit ce formulaire? Ce formulaire est à remplir par le porteur du projet, en fonction des informations dont il dispose

Plus en détail

SHARE. Compartiment SHARE ENERGY

SHARE. Compartiment SHARE ENERGY SHARE Société d'investissement à Capital Variable (SICAV de droit luxembourgeois) avec des compartiments d actifs à recherche de plus-values, répartis par zones géographiques ou secteurs économiques Compartiment

Plus en détail

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à l Ile de La Réunion

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à l Ile de La Réunion Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à l Ile de La Réunion I. Contexte : Depuis 2001, Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF) a investi dans 22»Hotspots. CEPF a commencé à investir

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 2. Continuités écologiques - Trame verte et bleue. Fiche : Continuités écologiques

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 2. Continuités écologiques - Trame verte et bleue. Fiche : Continuités écologiques PLU Grenelle : Fiches pratiques 2. Continuités écologiques - Trame verte et bleue. Fiche : Continuités écologiques Novembre 2014 1 1. Contexte règlementaire : un objectif complémentaire donné par le législateur

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA

LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA 1 Principes, critères essentiels (en bleu) et critères désirés/recommandés (bleu clair). PRINCIPE 1 : Respect de la législation Critère

Plus en détail

La théorie de l'insularité et son apport dans la biologie de la conservation

La théorie de l'insularité et son apport dans la biologie de la conservation La théorie de l'insularité et son apport dans la biologie de la conservation Partition de la niche Quel est le degré de différences minimales nécessaires entre deux espèces pour qu elles coexistent : partition

Plus en détail

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Le Sénégal s est inscrit, dès l origine, dans la dynamique du développement durable.

Plus en détail

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé!

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! Idéalement, 1 COMBIEN D HEURES MAXIMUM/SEMAINE un jeune doit-il consacrer à son emploi? 15 heures maximum par semaine. Attention : effectuer

Plus en détail

La restauration du capital naturel est possible et rentable

La restauration du capital naturel est possible et rentable La restauration du capital naturel est possible et rentable James Aronson (& collaborateurs nombreux) CEFE/CNRS, Montpellier et Missouri Bot. Garden, USA (james.aronson@cefe.cnrs.fr; ja20202@gmail.com)

Plus en détail

Le pouvoir revigorant du café

Le pouvoir revigorant du café Le pouvoir revigorant du café Restretto est la première toile à matelas haut de gamme tissée ou tricotée en S.Café, un fil spécial fabriqué à partir de marc de café*. La technologie S.Café P4DRY exploite

Plus en détail

Dominique Gravel, Professeur, Département de biologie, chimie et géographie

Dominique Gravel, Professeur, Département de biologie, chimie et géographie BOURSES EN RECHERCHE DU FRQNT Maîtrise et doctorat Dominique Gravel, Professeur, Département de biologie, chimie et géographie Chaire Écologie Écosystèmes Continentaux 1. Règles des programmes 2. Formulaire

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

Dr. B. Lalljee, Assoc Professor & Head of Department, University of Mauritius Mauritius

Dr. B. Lalljee, Assoc Professor & Head of Department, University of Mauritius Mauritius Les grands défis agricoles de la région : Dégradation de la terre dans les îles de l'océan Indien - une menace grave à la sécurité alimentaire dans la région Dr. B. Lalljee, Assoc Professor & Head of Department,

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

Chapitre 1 Natura 2000 en quelques mots

Chapitre 1 Natura 2000 en quelques mots Chapitre 1 Natura 2000 en quelques mots Natura 2000, qu est ce que c est? Définition : Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels résultant de l application de deux directives européennes : la

Plus en détail

Projet de résolution X.15

Projet de résolution X.15 10 e Session de la Conférence des Parties à la Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971) «Notre santé dépend de celle des zones humides» Changwon, République de Corée, 28 octobre au 4 novembre

Plus en détail

La plantation d arbres assure-t-elle la restauration de la diversité végétale en bandes riveraines?

La plantation d arbres assure-t-elle la restauration de la diversité végétale en bandes riveraines? Colloque Restauration des bandes riveraines et protection de la qualité de l eau en milieu agricole La plantation d arbres assure-t-elle la restauration de la diversité végétale en bandes riveraines? Bérenger

Plus en détail

Perspectives vers la recherche du master Ingénierie en Ecologie et en Gestion de la Biodiversité (IEGB) ANNE CHARPENTIER MAÎTRE DE CONFÉRENCES

Perspectives vers la recherche du master Ingénierie en Ecologie et en Gestion de la Biodiversité (IEGB) ANNE CHARPENTIER MAÎTRE DE CONFÉRENCES Perspectives vers la recherche du master Ingénierie en Ecologie et en Gestion de la Biodiversité (IEGB) ANNE CHARPENTIER MAÎTRE DE CONFÉRENCES Ajouter le tableau de tous les parcours Le Master IEGB: Ingénierie

Plus en détail

Réponses aux Quiz...119

Réponses aux Quiz...119 Sommaire Quiz...11 1. Agriculture...13 2. Bâtiment...15 3. Bien manger...17 4. Biodiversité...19 5. Catastrophes écologiques...21 6. Commerce équitable...25 7. Déchets...28 8. Démarche française...30 9.

Plus en détail

Chapitre VI : Génétique Bactérienne

Chapitre VI : Génétique Bactérienne Chapitre VI : Génétique Bactérienne La biologie moléculaire est née dans les laboratoires de microbiologistes étudiant des virus et des bactéries telles que E.coli. Ce sont des expériences avec des virus

Plus en détail

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 N 702 By Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016 CONECT 2016 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 1 2 3 4 La CONECT va apporter son assistance technique à l'initiative économique

Plus en détail

Etre ambassadeur du Bien Causses et Cévennes dans le Parc national des Cévennes. 1 Parc national des Cévennes

Etre ambassadeur du Bien Causses et Cévennes dans le Parc national des Cévennes. 1 Parc national des Cévennes Etre ambassadeur du Bien Causses et Cévennes dans le Parc national des Cévennes 1 Dates clés 1970 : Territoire classé Parc national 1985 : Territoire classé Réserve de biosphère par l UNESCO 2006 : Nouvelle

Plus en détail

Points de suspension

Points de suspension DE ŒIL SUSPENSION (OUTILS D EXPLORATION ET D INTÉGRATION DE LA LECTURE) 1 Indices typographiques Points de suspension Théorie À quoi servent les points de suspension? Il s agit toujours de trois points

Plus en détail

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA 1. LA DIVISION HYDROGRAPHIQUE NATIONALE Selon la loi fédérale n. 9.433/97, la gestion de l'eau au Brésil doit être décentralisée, intégrée

Plus en détail

conservation volontaire : différence vous pouvez faire la Principales options de conservation légales pour les propriétaires de terrains privés

conservation volontaire : différence vous pouvez faire la Principales options de conservation légales pour les propriétaires de terrains privés La volontaire : différence vous pouvez faire la Principales options de légales pour les propriétaires de terrains privés Rédaction (ordre alphabétique) Amélie Denoncourt, étudiante amén. et env. forestiers,

Plus en détail