An 2 du dépistage. détresse: Enjeux et

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "An 2 du dépistage. détresse: Enjeux et"

Transcription

1 An 2 du dépistage systématique de la détresse: Enjeux et perceptions Mmes Nicole Tremblay, Inf M.Sc,, CSIO ( C ), ICSP Anne Sabourin, psychologue, M.Ps Claudine Tremblay, inf. M. Sc. CSIO ( C ) et Madeleine Desforges, patiente ressource 9 e Journée scientifique en oncologie

2 Perspective du patient Vous avez vécu il y a environ un an un épisode de cancer. Cet épisode vous a-t-il fait vivre de la détresse? Pouvez- vous nous en parler? Que pensez-vous du dépistage de la détresse par les professionnels de la santé auprès de la clientèle atteinte t de cancer? 2

3 Objectifs Identifier des enjeux du dépistage de la détresse et de l'évaluation subséquente de certains symptômes psychosociaux Comparer les perceptions de la clientèle de celles des professionnels de la santé à l égard du dépistage 3

4 Enjeux Implantation dans tous les secteurs, hormis 5AB, mais pas sur toute la trajectoire des diverses clientèles, uniquement sein et cancers hématologiques 3 focus group tenus en février 2014 (11 inf) 4

5 Enjeux Timing Difficulté d arrimer le bon moment pour dépister (et systématiser) avec l organisation des services Par exemple: dépistage au 2 e cycle de chimio préférable au 1 er, mais repérage plus hasardeux Solution: intégrer le patient dans la recherche du bon moment ou du 2 e cycle via classe d enseignement Classe d enseignement chirurgie du sein, vendredi pm, moins de réceptivité. Solution: déplacer classe ou remettre ODD avant Admission au 5 e CD et annonce congé Beaucoup de documents et d info donnés Solution: Différer la remise de l ODD lodd Doute quant à la réponse donnée Solution : Aborder le problème de front 5

6 Enjeux Sur le plan contextuel Confidentialité Même défi pour tous les professionnels 6

7 Enjeux Aspects interactionnels du dépistage Détresse Un mot qui peut faire peur: Aborder le problème de front lors de la présentation de l outil Timing Ici le timing émotionnel Encourager la parole ou respecter le silence Solution: Encourager la parole et respecter le silence Qualité du lien Solution : aborder de front la notion de lien 7

8 Enjeux Augmentation apparente des références vers les psychologues ogues contrairement e t à ce qui est signalé dans les écrits Point de vue du psychologue 8

9 Dépister oui. Évaluer ensuite État de santé Capacités Ampleur du problème, Identification des personnes avec un pronostic défavorable Obtention d un Dx clinique Ouverture d adaptation du dialogue Facteurs de risque pronostic défavorable Dépistage Facteurs de risque Évaluation générale Évaluation ciblée Temps Habiletés Connaissances Howell et al

10 Exemples de l anxiété et de la douleur Dépistage: Flag pour Sx coté modéré à sévère Évaluation générale: type de cancer, traitements prescrits et reçus, âge de la personne/stades de développement, médication actuelle, antécédents, stresseurs et autres SX présents ) Évaluation ciblée de la douleur par l infirmière (PQRSTUV) et MD avec outils validés et examen clinique ) 10

11 Exemple de l anxiété et de la douleur Évaluation ciblée de l anxiété, responsabilité partagée entre e inf, psychologue, ogue, médecin et autre professionnel o e Manifestations de l anxiété Facteurs contribuant anxiété Fréquence, moment d apparition Répercussions sur fonctionnement quotidien, relations Utilisation d outils validés 11

12 Projet Pancanadien de triage des Sx et d aide à distance en oncologie Projet pancanadien de triage des symptômes et d aide à distance en oncologie (COSTaRS: Pan-Canadian Oncology Symptom Triage and Remote Support) Protocoles d évaluation à distance des symptômes pour les personnes suivant des traitements contre le cancer Mars 2013 (mise à jour à partir de la version 3.1, mars 2012) 12

13 Note accordée par le patient (échelle ESAS ci-dessus) 1,2, Ce degré d anxiété perdure-t-il depuis 2 semaines ou plus? 2 Non Oui, parfois Oui, toujours Revivez-vous ou êtes-vous confronté à des événements qui accroissent votre anxiété (ex. : rêves, souvenirs)? 2,3 Décrivez. Aucun/ léger Modéré Grave Êtes-vous la proie d attaques paniques, d épisodes de peur subite, de malaise ou d inquiétude intense? 2,3 Décrivez. Aucun/ léger Modéré Grave L anxiété interfère-t-elle avec vos activités quotidiennes à la maison ou au travail? À quel degré? 2 Décrivez. Pas du tout Un peu Beaucoup L anxiété nuit-elle à votre sommeil? À quel degré? 2 Pas du tout Un peu Beaucoup Les facteurs suivants s appliquent-ils à votre cas? (Encerclez les facteurs de risque) : en attente de résultats d examen, soucis financiers, historique d anxiété ou de dépression, maladie récurrente ou avancée, sevrage d alcool ou de Aucun Quelques-uns Plusieurs drogue, vivre seul, jeune (< 30 ans), pas d activité physique)? 2,3 Ressentez-vous (facteurs de risque de l anxiété liés aux symptômes) : Fatigue Oui Non Essoufflement Oui Non Douleur Oui Non Autre Oui Non Si oui, consultez le protocole du symptôme approprié. Aucun Quelques-uns Plusieurs, dont 1 ou plus noté grave 2. Triage du patient, gestion du symptôme en fonction de la gravité la plus élevée (données probantes : 1/2 lignes directrices) COASTaRS: Stacey et al, 2012 Léger Modéré Grave Passez en revue Passez en revue En présence d un les autosoins. les autosoins. symptôme ou plus Vérifiez la prise de Vérifiez la prise de la avec anxiété, la médication s il y a lieu. médication s il y a lieu. Conseillez de rappeler si le symptôme s aggrave, si de nouveaux symptômes apparaissent ou s il n y a aucune amélioration d ici 1 à 2 jours. consultez immédiatement un médecin. 13

14 Le patient l utilise déjà Stratégies proposées ou info transmise Le patient accepte d essayer déjà transmise d essayer Stratégies d autosoins 1. Lorsque vous êtes anxieux, qu est-ce qui vous aide? Renforcez si pertinent. Précisez : 2. Si vous aviez plus d information sur votre cancer ou votre traitement, cela calmerait-il vos inquiétudes? Si oui, donnez de l info ou proposez des sources. 3. Si vous aviez plus d information sur vos symptômes, cela calmerait-il vos inquiétudes? Si oui, donnez de l info ou proposez des sources. 4. Avez-vous l impression d avoir assez d aide à la maison et pour vous rendre à vos rendez-vous/traitements (transport, aide financière, médicaments)? Faites-vous partie de groupes d aide 2,3 ou avez-vous des amis ou de la famille sur qui compter? Avez-vous essayé la relaxation, les techniques de respiration, la visualisation? 2,3 (revue systématique avec méta-analyse) 7. Avez-vous essayé les massages thérapeutiques? 3 8. Avez-vous vous essayé une thérapie, comme la thérapie cognitivo-comportementale, comportementale, ou eu des, consultations individuelles afin de vous aider à gérer l anxiété? 2,3 COASTaRS: Stacey et al,

15 et intervenir Dépistage ODD TD, LCVP, ESAS Évaluation Générale: Collecte de données, anamnèse, dossier Ciblée Outils validés, examen clinique Intervention Protocoles et lignes directrices 15

16 Howell et al

17 Howell et al

18 Howell et al

19 Des défis En lien avec augmentation des références (25%) Groupe avec stratégies de coping efficaces Groupe avec besoin d aide maintenu 19

20 Histoire de Mme Tris-Tounette ODD Un simple comment ça va.. Dame de 55 ans atteinte de cancer du sein sous radiothérapie Antécédents d une dune maladie chronique Dame avec «bon pronostic en ce qui concerne son cancer» Naturopathe et gestionnaire et aux études!!! Bien outillée Pratique méditation, relaxation Capacités d introspection Vit avec conjoint depuis 37 ans, celui-ci ci à la retraite depuis 1 an (travaillait de nuit) 20

21 21

22 Histoire de Mme Tris-Tounette Tounette Trouble d adaptation avec humeur anxieuse et. dépressive e 22

23 Histoire de Mme Kriz Dame de 48 ans atteinte d un cancer du sein d emblée métastatique Mauvaise surprise pour tous! Situation d urgence, début de la chimiothérapie Épanchement pleural nécessite drain ODD non fait à ce moment-là (concours de circonstances) Un vendredi après-midi.. 23

24 Histoire de Mme Kriz Facteurs de risque: Cancer avec pronostic réservé En couple sans enfant Travaille dans le domaine de la santé Bien outillée Yoga, méditation En choc, fait face à mort possible 24

25 Histoire de Mme Kriz «On ne m a rien proposé pour m aider. J ai l impression d avoir été laissée à moi-même. J aurais a eu besoin de sentir qu une équipe me prenne en charge» 25

26 En conclusion Augmentation des références oui mais. Aider les gens un geste à la fois, l ODD lodd pourrait être l un lun de ces gestes 26

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON TOULOUSE Mme Isabelle BORDAT Dr Emmanuel GRANIER Quelle expérience? 2 Depuis 2012, Un projet d établissement

Plus en détail

Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP)

Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP) Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP) 4ème Colloque interétablissements en psychiatrie et santé mentale, Montréal, 4-5 oct. 2007 Jocelyn Bisson, M.Sc. Conseiller

Plus en détail

Modalités STAGE 3 Promotion VAN GOGH 2015-2016 IFAS ST QUENTIN S L ENFANT Janvier 2016

Modalités STAGE 3 Promotion VAN GOGH 2015-2016 IFAS ST QUENTIN S L ENFANT Janvier 2016 Modalités STAGE 3 Promotion VAN GOGH 2015-2016 IFAS ST QUENTIN S L ENFANT Janvier 2016 2 DEROULEMENT STAGE DATE: 11 janvier au 5 février 2016 MSP entre le Vendredi 22 février et le 4 février 2016 Mercredi

Plus en détail

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir.

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir. LA PROBLEMATIQUE En ce qui concerne le rôle du leader d une équipe et leurs rapports de travail qui se déroulent dans une entreprise, on peut envisager s ils pouvaient apparaître des différents problèmes

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier

L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier Maryse Grégoire, inf., B.Sc., M.A., conseillère cadre clinicienne, Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Plus en détail

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Lyon, le 25 mars 2015 Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Présentation des conclusions de l observatoire Blue@picil, créé par Bluelinea et le Groupe APICIL Une étude née de la

Plus en détail

Lignes directrices concernant les paramètres relatifs à la transfusion de plaquettes pour les patients pédiatriques en hématologie oncologie

Lignes directrices concernant les paramètres relatifs à la transfusion de plaquettes pour les patients pédiatriques en hématologie oncologie Lignes directrices concernant les paramètres relatifs à la transfusion de plaquettes pour les patients pédiatriques en hématologie oncologie Guide de référence rapide Comité des lignes directrices du Réseau

Plus en détail

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures)

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Reconnaissance OPQ : # RA00612-13 SOFÉDUC : 2 unités d éducation continue Intervenir auprès de la personne suicidaire à l aide de bonnes pratiques

Plus en détail

lutter contre la douleur

lutter contre la douleur lutter contre la douleur Dans cet établissement, nous nous engageons à prendre en charge votre douleur. Avoir moins mal, ne plus avoir mal, c est possible. VOUS AVEZ PEUR D AVOIR MAL... PRÉVENIR, TRAITER

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS BARS ET CAFÉS

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS BARS ET CAFÉS 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS BARS ET CAFÉS Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Les troubles anxieux chez les enfants: incidence, symptômes et traitement

Les troubles anxieux chez les enfants: incidence, symptômes et traitement Les troubles anxieux chez les enfants: incidence, symptômes et traitement E. Lila Amirali, MD Janvier 2010 Je déclare ne pas avoir de conflits d intérêt 1 Objectifs de cette présentation Décrire les différents

Plus en détail

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 LEVEE D EMBARGO : MARDI 06 OCTOBRE A 10H CONTACTS BVA Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles - BVA Opinion +33 1 71 16 90 88 anne-laure.gallay@bva.fr Domitille

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Formation-Coaching-Consulting. JE Formation. 1685 chemin du Tucaut. 31600 Eaunes. Tél 06 99 46 07 74. Mail :laurent.espinosa@jeformation.

Formation-Coaching-Consulting. JE Formation. 1685 chemin du Tucaut. 31600 Eaunes. Tél 06 99 46 07 74. Mail :laurent.espinosa@jeformation. JE FORMATION Formation-Coaching-Consulting JE Formation 1685 chemin du Tucaut 31600 Eaunes Tél 06 99 46 07 74 Mail :laurent.espinosa@jeformation.com EURL au capital de 500 - N Siret : 482 033 172 00040-

Plus en détail

TÉLÉASSISTANCE NOUVELLE GÉNÉRATION. Détection automatique de chutes et de malaises RIEN À ACTIONNER RIEN À PORTER PAS BESOIN D INTERNET

TÉLÉASSISTANCE NOUVELLE GÉNÉRATION. Détection automatique de chutes et de malaises RIEN À ACTIONNER RIEN À PORTER PAS BESOIN D INTERNET INNOVANT! TÉLÉASSISTANCE NOUVELLE GÉNÉRATION Détection automatique de chutes et de malaises RIEN À PORTER RIEN À ACTIONNER PAS BESOIN D INTERNET chez le bénéficiaire Qui sommes-nous? Nov 2012 SeniorAdom

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE. Version abrégée. École: École secondaire Camille-Lavoie

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE. Version abrégée. École: École secondaire Camille-Lavoie PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée École: École secondaire Camille-Lavoie L école et son milieu École secondaire, située en milieu urbain accueillant les élèves de la première à la cinquième

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

Aide au sevrage tabagique

Aide au sevrage tabagique Capitole Stop Tabac RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN MÉDECINE GÉNÉRALE Décembre 4 Référentiel d auto-évaluation des pratiques en médecine générale I. PROMOTEURS Agence nationale d accréditation

Plus en détail

Maladies chroniques et invalidité

Maladies chroniques et invalidité CHRONIQUES Associés Regroupement d associations de personnes touchées par une maladie chronique Et Maladies chroniques et invalidité Les Chroniques Associés demandent une amélioration du dispositif complexe

Plus en détail

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE :

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : 1 Quitter la vie sans déchoir 2 Médecine générale et personnes âgées 3 Particularités sémiologiques du sujet âgé 4 Le traitement des douleurs chez les vieillards

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 23 novembre 2010. Le recrutement

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 23 novembre 2010. Le recrutement Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 23 novembre 2010 Le recrutement Sommaire Les enjeux Les étapes Définition du projet Définition du besoin Présélection des candidats Entretien Intégration et

Plus en détail

SAVS : Projet d établissement SAVS

SAVS : Projet d établissement SAVS SAVS : Projet d établissement Les autorisations Autorisation du 14 septembre 2001 : Ce service s adresse aux seules personnes fréquentant le centre Ad appro ; il est destiné au soutien pour une vie à domicile

Plus en détail

Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches?

Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches? Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches? Charles M. Morin, Ph.D. Chaire de recherche du Canada sur les troubles du sommeil Professeur et Directeur, Centre d étude des troubles du sommeil

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 1 e Introduction, contexte Le projet associatif définit les actions à poursuivre ou à entreprendre pour atteindre les objectifs de l Association.

Plus en détail

COM 5004 : Techniques et dynamique de la fonction «conseil» Présentation du cours. Objectifs

COM 5004 : Techniques et dynamique de la fonction «conseil» Présentation du cours. Objectifs COM 5004 : Techniques et dynamique de la fonction «conseil» Présentation du cours Le cours Techniques et dynamique de la fonction «conseil» s adresse à tous les étudiants et étudiantes intéressés par la

Plus en détail

ATELIER MAC ou Médecines Alternatives et Complémentaires. Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU et Dominique ROUX

ATELIER MAC ou Médecines Alternatives et Complémentaires. Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU et Dominique ROUX ATELIER MAC ou Médecines Alternatives et Complémentaires Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU et Dominique ROUX De quoi parle-t-on? Il faut différencier : Médecine alternative : discipline ou «thérapie» présentée

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

TEMPORYS 2010. Guide des nouveautés. v2.21 12/08/2010

TEMPORYS 2010. Guide des nouveautés. v2.21 12/08/2010 TEMPORYS 2010 Guide des nouveautés v2.21 12/08/2010 1. Vue «Patients» 2. Vue «Rendez-vous» 3. Vue «Planning» 4. Vue «Requêtes» 5. Recherche de créneau horaire disponible 6. Fiche de rendez-vous 7. Rendez-vous

Plus en détail

UNE(PETITE) EXPERIENCE DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN SOINS PALLIATIFS

UNE(PETITE) EXPERIENCE DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN SOINS PALLIATIFS UNE(PETITE) EXPERIENCE DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN SOINS PALLIATIFS Rôle du Masseur Kinésithérapeute : Massage DLM Mobilisations passives Travail actif Kinésithérapie respiratoire (désencombrement bronchique

Plus en détail

L éducation thérapeutique, pour une meilleure gestion du diabète en milieu scolaire

L éducation thérapeutique, pour une meilleure gestion du diabète en milieu scolaire L éducation thérapeutique, pour une meilleure gestion du diabète en milieu scolaire Valérie HAMEL infirmière clinicienne, Maître en sciences infirmières de l Université du Québec à Rimouski Graduée Master

Plus en détail

Vincent Gaston Nicole Pierre. L oral. L oral. haut la main! Les guides complices de l é t u d i a n t

Vincent Gaston Nicole Pierre. L oral. L oral. haut la main! Les guides complices de l é t u d i a n t Vincent Gaston Nicole Pierre L oral L oral haut la main! Les guides complices de l é t u d i a n t Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www.editions-eyrolles.com Le code de la propriété

Plus en détail

Document de référence. La gestion des conflits

Document de référence. La gestion des conflits Document de référence La gestion des conflits Table des matières Introduction 2 Les types de conflit 2 Les phases d un conflit 2 Les raisons sous-jacentes aux conflits 3 Les 5 stratégies de gestion directe

Plus en détail

Christian Bergeron, Université Laval, Québec, Canada

Christian Bergeron, Université Laval, Québec, Canada Christian Bergeron, Université Laval, Québec, Canada PLAN DE PRÉSENTATION Introduction Qu est-ce qu un individu individualisé? Qu est-ce qu une épreuve de la vie? Cadre de réflexion Objectif Questions

Plus en détail

Délibération n 120 du 26 septembre 2005 relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble

Délibération n 120 du 26 septembre 2005 relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble invalidant de la santé à l'école primaire Article 4 Le directeur de l école coordonne, dans l école,

Plus en détail

Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail

Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail LE STRESS DANS LE MONDE DU TRAVAIL Laura Cipriani TABLE DES MATIÈRES Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail L évaluation

Plus en détail

Introduction aux plans expérimentaux

Introduction aux plans expérimentaux Licence 3 Semestre 5 Initiation à la recherche dans le domaine des Sciences et Techniques de la Réadaptation Introduction aux plans expérimentaux Laure HUOT laure.huot@chu-lyon.fr Unité de Recherche Clinique,

Plus en détail

SITUATIONS GLOBALES POUR ENTRER DANS L ACTIVITE ( C2 ) ( chaque fois que cela sera possible on expérimentera des lancers lourds )

SITUATIONS GLOBALES POUR ENTRER DANS L ACTIVITE ( C2 ) ( chaque fois que cela sera possible on expérimentera des lancers lourds ) SITUATIONS GLOBALES POUR ENTRER DANS L ACTIVITE ( C2 ) ( chaque fois que cela sera possible on expérimentera des lancers lourds ) I. LANCER LOIN DES OBJETS DIFFERENTS 1. Lancer les objets le plus loin

Plus en détail

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Equipe Ressource Régionale de Soins Palliatifs Pédiatriques Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Dr Cyril LERVAT ERRSPP EIRENE Unité d oncologie pédiatrique COL Symptômes en soins palliatifs

Plus en détail

SMPR mai 2014. Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts. En Suisse : 4 milliards / an

SMPR mai 2014. Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts. En Suisse : 4 milliards / an Dr Stéphane Genevay Consultation multidisciplinaire du dos Service de Rhumatologie La lombalgie c est Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts.

Plus en détail

Observatoire des Services Clients 2015

Observatoire des Services Clients 2015 Observatoire des Services Clients 2015 Septembre 2015 Contact BVA : Marie-Laure SOUBILS - marie-laure.soubils@bva.fr 06 20 26 22 50 Contact Viséo Conseil : Ludovic NODIER lnodier@viseoconseil.com 00 33

Plus en détail

Sommaire 1. Présentation du baromètre de l Information Santé p.3 2. Caractéristiques des échantillons p.6 3. Résultats de l enquête p.

Sommaire 1. Présentation du baromètre de l Information Santé p.3 2. Caractéristiques des échantillons p.6 3. Résultats de l enquête p. Juin 2009 1 Sommaire 1. Présentation du baromètre de l Information Santé p.3 1.1 Qui sommes-nous? p.4 1.2 Méthodologie de l enquête p.5 2. Caractéristiques des échantillons p.6 3. Résultats de l enquête

Plus en détail

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Consultant expert en viabilité hivernale 1 La communication, paramètre de réussite ou d échec de la VH Les principes de la

Plus en détail

Pratique infirmière en région éloignée

Pratique infirmière en région éloignée 0651 FORMATION À DISTANCE Microprogramme de 1 er cycle Pratique infirmière en région éloignée Sciences de la santé Programme unique et novateur destiné aux infirmières et infirmiers en région éloignée

Plus en détail

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»?

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? D. GEDOUIN Rennes, le 12 juin2015 CAS CLINIQUE Madame L Paulette, née le 23/04/1929 (86 ans), ancienne

Plus en détail

La vie, l amour et votre coeur

La vie, l amour et votre coeur Ce livret est destiné aux personnes qui veulent en apprendre davantage sur l activité sexuelle et les maladies du cœur. 2 Table des matières Page Ce que vous pourriez ressentir... 1 Parlez-en à votre partenaire...

Plus en détail

Complications du glaucome : souvent évitables

Complications du glaucome : souvent évitables Complications du glaucome : souvent évitables Les plus de 50 ans De quoi s agit-il? Le glaucome traduit une souffrance du nerf optique. Cela se produit lorsque le globe oculaire, qui est une coque inextensible

Plus en détail

Qu est-ce que scénariser un cours?

Qu est-ce que scénariser un cours? Qu est-ce que scénariser un cours? Scénariser : ne veut pas dire Conception de son cours en ligne «Médiatiser à la volée» : mettre de la vidéo, du son par ci par là. Cellule APPRENDRE 2 15 h? 30h 5h 2h

Plus en détail

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire Consultation Santé Jeunes Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire «La dépendance, elle ne me semble pas réelle. Elle n est qu illusion. Chaque homme est

Plus en détail

Enquête sur les attitudes des Canadiens envers les psychologues et l accès aux services de psychologie

Enquête sur les attitudes des Canadiens envers les psychologues et l accès aux services de psychologie Enquête sur les attitudes des Canadiens envers les psychologues et l accès aux services de psychologie Conclusions de l'enquête () Juillet 2011 www.ekos.com Perceptions relatives aux professionnels de

Plus en détail

Recommandations de Niveau 3 du CESR sur la Déclaration des transactions de la Directive MIF

Recommandations de Niveau 3 du CESR sur la Déclaration des transactions de la Directive MIF Recommandations de Niveau 3 du CESR sur la Déclaration des transactions de la Directive MIF Mai 2007 Cette traduction française, effectuée par les services de l'amf, est un outil de travail mis à la disposition

Plus en détail

«Concilier sa vie professionnelle et sa vie privée» Résultats du sondage TNS Sofres

«Concilier sa vie professionnelle et sa vie privée» Résultats du sondage TNS Sofres «Concilier sa vie professionnelle et sa vie privée» Résultats du sondage TNS Sofres Sommaire Contexte et objectifs de l étude 3 Méthodologie 4 1 Concilier vie professionnelle et vie privée, un enjeu clé

Plus en détail

Faire confiance à son intuition

Faire confiance à son intuition oui! Faire confiance à son intuition durée : 2 jours Explorer la perception des autres à son égard et la sienne à l égard des autres Faire un retour en exprimant son ressenti et en se basant sur du concret

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Droit Economie Gestion (DEG) Mention «Marketing» Spécialité «Marketing stratégique et opérationnel» à finalité recherche

Plus en détail

ECHANGEUR MARSEILLE PROVENCE. Boostez vos ventes avec Internet. Marseille Mardi 17 Novembre 2009. animé par Marlène Bassot

ECHANGEUR MARSEILLE PROVENCE. Boostez vos ventes avec Internet. Marseille Mardi 17 Novembre 2009. animé par Marlène Bassot ECHANGEUR MARSEILLE PROVENCE Boostez vos ventes avec Internet Marseille Mardi 17 Novembre 2009 animé par Marlène Bassot Quelques tendances en 2009 Quelques tendances en 2009 Explosion des technologies

Plus en détail

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Expérimentation à partir du programme Fluppy Jenny Tremblay Doctorante en Administration et évaluation en éducation, Université

Plus en détail

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013 Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital Point d avancement décembre 2013. Ambition et Enjeux Ambition : Elever l expérience du patient à l hôpital au même niveau

Plus en détail

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC)

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) Règlement n o 4 Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) 94.12.06.09 amendé 99.04.28.09 amendé 02.02.27.08 amendé 07.06.20.10 09.06.17.09 Article 1 Conditions

Plus en détail

Le cancer du sein. Page 1/4 - Le cancer du sein. 08/10/2015 - Par INCA. Page 1 / 10

Le cancer du sein. Page 1/4 - Le cancer du sein. 08/10/2015 - Par INCA. Page 1 / 10 08/10/2015 - Par INCA Le cancer du sein En France, le cancer du sein est la première cause de mortalité chez les femmes de 35 à 55 ans. Du diagnostic aux traitements, ce dossier vous permet de tout savoir

Plus en détail

TOUCHER THÉRAPEUTIQUE. Intégré à la Relation d Aide Intégrale SYLLABUS DÉTAILLÉ. Formation option 1 : 42hr ; option 2 : 76hr

TOUCHER THÉRAPEUTIQUE. Intégré à la Relation d Aide Intégrale SYLLABUS DÉTAILLÉ. Formation option 1 : 42hr ; option 2 : 76hr TOUCHER THÉRAPEUTIQUE Intégré à la Relation d Aide Intégrale SYLLABUS DÉTAILLÉ Formation option 1 : 42hr ; option 2 : 76hr Le toucher thérapeutique est une forme contemporaine d interaction thérapeutique

Plus en détail

ANNEXE 1 CONTENU DE LA FORMATION ET MOYENS PEDAGOGIQUES

ANNEXE 1 CONTENU DE LA FORMATION ET MOYENS PEDAGOGIQUES ANNEXE 1 CONTENU DE LA FORMATION ET MOYENS PEDAGOGIQUES THEME 1 : LE MARCHE ET L OFFRE (56 heures) 1. Le marché du jeu et du jouet Objectif : Connaître le marché du jeu et du jouet, découvrir les tendances

Plus en détail

Ce module de formation fait partie des parcours courts des Formations Métier. Nombre de place limité.

Ce module de formation fait partie des parcours courts des Formations Métier. Nombre de place limité. Logistique Ce module de formation fait partie des parcours courts des Formations Métier. Nombre de place limité. Appréhender les compétences spécifiques du métier de logisticien : présenter et analyser

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie.

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie. Mme Nathalie GROUAS, IDE service de Diabétologie Dr SANGUIN, Médecin Diabétologue Dr Anne-Marie CAMINONDO, Pharmacien Dr Annie ATHOUEL, Pharmacien Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Plus en détail

Les Français, l information santé. et la peur de la maladie

Les Français, l information santé. et la peur de la maladie Les Français, l information santé Les Français, l information santé et la peur de la maladie, Etude Ifop / Capital Image et la peur de la maladie Etude Ifop/Capital Image L information santé, la peur de

Plus en détail

AFFRONTEZ VOS CRAINTES: COMMENT ADMINISTRER LA THÉRAPIE PAR L EXPOSITION AVEC SUCCÈS

AFFRONTEZ VOS CRAINTES: COMMENT ADMINISTRER LA THÉRAPIE PAR L EXPOSITION AVEC SUCCÈS AFFRONTEZ VOS CRAINTES: COMMENT ADMINISTRER LA THÉRAPIE PAR L EXPOSITION AVEC SUCCÈS L ÉVITEMENT NOURRIT L ANXIÉTÉ COMMENT LA TRAITER À L AIDE DE LA THÉRAPIE PAR L EXPOSITION L exposition est la plus importante

Plus en détail

Synthèse des réunions interassociations «Cadre pratique et déontologique des groupes de parole»

Synthèse des réunions interassociations «Cadre pratique et déontologique des groupes de parole» Synthèse des réunions interassociations «Cadre pratique et déontologique des groupes de parole» Nombre de réunions en 2009 : 4 3 (13 février, 10 avril, 22 septembre 2009) + 1 dérivée : «mutualisation des

Plus en détail

Services du CSSS de Jonquière - CLSC

Services du CSSS de Jonquière - CLSC Services du CSSS de Jonquière - CLSC PROGRAMMES Enfance Familles Jeunes 0-5 ans (incluant les services de santé mentale pour les jeunes) Futurs parents en attente d une naissance. - Grossesse dans un contexte

Plus en détail

Il y avait du soleil dans les chambres

Il y avait du soleil dans les chambres Il y avait du soleil dans les chambres Présenté par le Dr. Anne DAMAIS-CEPITELLI V ème journée de transfusion pratique - Institut Montsouris - 06 octobre 2011 1 Deux patientes à transfuser dans un service

Plus en détail

Cours. Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire

Cours. Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire Cours Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire Situation du cours Outils de recherche d emploi Programme d études Intégration socioprofessionnelle Dimension Choix professionnel

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE Candidat : Nom

Plus en détail

Inégaux face au sommeil. Déroulement de la séquence.

Inégaux face au sommeil. Déroulement de la séquence. Inégaux face au sommeil. Déroulement de la séquence. Mise en route / Activité 1. - Anticiper le sujet du reportage, parler de ses habitudes de sommeil, découvrir quel type de dormeur on est. Durée : 15-25

Plus en détail

> DOSSIER DE PRESSE. Le serious game au service de l éducation thérapeutique de demain. Entrez dans l univers du serious game avec CCCP.

> DOSSIER DE PRESSE. Le serious game au service de l éducation thérapeutique de demain. Entrez dans l univers du serious game avec CCCP. > DOSSIER DE PRESSE Le serious game au service de l éducation thérapeutique de demain. Entrez dans l univers du serious game avec CCCP. CCCP sera présent sur le Salon HIT Paris 2011 STAND H11 Les 17, 18

Plus en détail

Programme conjoint de bourses universitaires Japon/Banque mondiale (JJ/WBGSP) MODALITÉS DE DÉPÔT DES CANDIDATURES AU TITRE DE L ANNÉE 2016

Programme conjoint de bourses universitaires Japon/Banque mondiale (JJ/WBGSP) MODALITÉS DE DÉPÔT DES CANDIDATURES AU TITRE DE L ANNÉE 2016 Programme conjoint de bourses universitaires Japon/Banque mondiale (JJ/WBGSP) MODALITÉS DE DÉPÔT DES CANDIDATURES AU TITRE DE L ANNÉE 2016 POUR LES RESSORTISSANTS DE PAYS EN DÉVELOPPEMENT* *Attention!

Plus en détail

Séance 2 : découvrir l autisme avec le film «Mon Petit frère de la lune»de Frédéric Philibert

Séance 2 : découvrir l autisme avec le film «Mon Petit frère de la lune»de Frédéric Philibert Mise en route PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Découvrir l autisme Classe : CE-CM Niveau : cycles 2 & 3 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Descriptif du projet coopératif

Plus en détail

Comment évaluer la qualité formatrice des entreprises? L exercice tutoral en situation de travail relève-t-il d une conduite organisée?

Comment évaluer la qualité formatrice des entreprises? L exercice tutoral en situation de travail relève-t-il d une conduite organisée? Comment évaluer la qualité formatrice des entreprises? L exercice tutoral en situation de travail relève-t-il d une conduite organisée? D après les travaux de Patrick KUNEGEL Patrick KUNEGEL Formateur

Plus en détail

AVIS «JONKER A WUNNEN»

AVIS «JONKER A WUNNEN» ENTENTE DES GESTIONNAIRES DES MAISONS DES JEUNES 87, route de Thionville L-2611 LUXEMBOURG www.egmj.lu AVIS «JONKER A WUNNEN» EN MARS 2015 I. INTRODUCTION Dans le cadre du dialogue structuré, l EGMJ fut

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER OUI! ET C EST À CAUSE DE LA CERTIFICATION Je déclare avoir un lien d intérêt avec le sujet traité : Je suis expert-visiteur

Plus en détail

Illustration de compétences transversales

Illustration de compétences transversales Illustration de compétences transversales 1/ Prendre en charge un bilan de la 6 ème année Recueillir et analyser les données de l élève, de ses parents, de la PMI et des enseignants. Synthétiser les données

Plus en détail

Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014

Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014 Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse 5 juin 2015 Sommaire 1. Bilan 2014 1. Les missions permanentes 1. Assurance Banque Épargne Info Service 2.

Plus en détail

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

Moi. Défi santé MODE. MAIGRISSEZ AVEC NOS EXPERTS Josée Lavigeur & Isabelle Huot. Avant-goût du printemps. cosmétiques

Moi. Défi santé MODE. MAIGRISSEZ AVEC NOS EXPERTS Josée Lavigeur & Isabelle Huot. Avant-goût du printemps. cosmétiques Moi TOUT POUR VOUS SIMPLIFIER LA VIE cie & MODE Avant-goût du printemps Vol 8 - #2 / mars 2012 moietcie.ca cosmétiques PRODUITS MIRACLES OU POISONS? DESSERTS au chocolat irrésistibles AMOUR 8 MYTHES ANALYSÉS

Plus en détail

Mener des projets en concertation avec les services de pédiatrie pour améliorer l accueil des enfants

Mener des projets en concertation avec les services de pédiatrie pour améliorer l accueil des enfants Soutenir concrètement les enfants malades à l hôpital et Mener des projets en concertation avec les services de pédiatrie pour améliorer l accueil des enfants Récépissé de la préfecture de la Région Paca

Plus en détail

ÉPREUVE INTÉGRÉE 2 E2 SOCIO-SANITAIRE

ÉPREUVE INTÉGRÉE 2 E2 SOCIO-SANITAIRE ISF - Agent d'éducation Qualification : Épreuve Intégrée 2 E2 p 1 ÉPREUVE INTÉGRÉE 2 E2 SOCIO-SANITAIRE DESCRIPTION DE L'E2 Concevoir et réaliser un travail socio-sanitaire auprès des bénéficiaires en

Plus en détail

Le travailleur social dans le processus d adoption

Le travailleur social dans le processus d adoption Institut du Bien-Etre Social et de Recherches Bureau du Directeur Général Madame Arielle Jeanty Villedrouin Le travailleur social dans le processus d adoption Dans le cadre de la vulgarisation de la nouvelle

Plus en détail

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Point sur le cancer de la vessie : dépistage précoce et santé au travail Dr Maria GONZALEZ Centre

Plus en détail

Concevoir, piloter et évaluer un projet

Concevoir, piloter et évaluer un projet Gestion de projet Concevoir, piloter et évaluer un projet Objectifs Acquérir des outils en méthodologie de projet afin de renforcer vos capacités à concevoir, piloter et évaluer un projet de solidarité

Plus en détail

cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq wertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui

cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq wertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui Qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzx CHARTE D ACCUEIL des STAGIAIRES cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq Foyer de l Enfance des Alpes-Maritimes vbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq

Plus en détail

BIBLIOTHÉCAIRE TERRITORIAL

BIBLIOTHÉCAIRE TERRITORIAL Cadrage actualisé 15/10/15 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Note de cadrage indicatif

Plus en détail

La création d une Banque de Sérums Antivenimeux

La création d une Banque de Sérums Antivenimeux La création d une Banque de Sérums Antivenimeux I. Situation mondiale : Figure 1 : distribution des espèces de serpents venimeux. Selon les estimations, 5 millions de personnes sont mordues chaque année

Plus en détail

Le counseling en abandon du tabac

Le counseling en abandon du tabac Le counseling en abandon du tabac Résultats d une enquête menée auprès des DENTISTES du Québec - 2005 Michèle Tremblay, Daniel Cournoyer, Jennifer O Loughlin, Université McGill INTRODUCTION Au Québec,

Plus en détail

À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE

À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE RÉFÉRENTIEL EN SANTÉ MENTALE À L INTENTION DES COMMISSIONS SCOLAIRES DE LA MONTÉRÉGIE Présentation faite au Congrès du CQJDC Québec 24 avril 2014 Anne-Marie

Plus en détail

ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4

ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4 ANNEXE II c : DÉFINITION DES ÉPREUVES ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4 À partir du dossier de définition d une installation de production d énergie utilisant une énergie renouvelable,

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires Apprendre au collège Quelles souffrances? Quelles solutions? TROUBLES PSYCHOAFFECTIFS DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. Le point de vue du pédopsychiatre. Dr S. SERRET Pédopsychiatre Service de Psychiatrie

Plus en détail

RÈGLEMENT D ADMISSION. à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES)

RÈGLEMENT D ADMISSION. à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES) RÈGLEMENT D ADMISSION à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES) en formation continue (dont apprentissage) en complément de formation dans le cadre de la validation des

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS SUR LA FORMATION D'INFIRMIER/IERE DANS LE DEPARTEMENT DU RHÔNE DES DIPLOMES INFIRMIERS HORS UNION EUROPEENNE

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS SUR LA FORMATION D'INFIRMIER/IERE DANS LE DEPARTEMENT DU RHÔNE DES DIPLOMES INFIRMIERS HORS UNION EUROPEENNE NOTICE DE RENSEIGNEMENTS SUR LA FORMATION D'INFIRMIER/IERE DANS LE DEPARTEMENT DU RHÔNE PROCEDURE D ADMISSION DANS LES I.F.S.I. DU RHONE (HORS CROIX-ROUGE FRANCAISE) DES DIPLOMES INFIRMIERS HORS UNION

Plus en détail