LE GROS. Monnaie d argent en France et en Flandre aux XIII e et XIV e siècles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE GROS. Monnaie d argent en France et en Flandre aux XIII e et XIV e siècles"

Transcription

1 LE GROS Monnaie d argent en France et en Flandre aux XIII e et XIV e siècles Lille janvier 2004 Jean COUSSEMACQ Président d honneur du Numis-Club du Nord

2 Le GROS Monnaie d argent en France Rappels historiques et monétaires Monnaie de compte et monnaie réelle De nos jours nous comptons et évaluons avec la même unité monétaire ( l Euro) que la monnaie utilisée, mais sous l ancien régime cette façon de faire n existait pas et le système employé était assez complexe. Il existait une monnaie dite de compte qui exprimait des sommes d argent indépendamment de la monnaie dite réelle (espèces sonnantes et trébuchantes), qui servait au paiement. En France l unité de compte monétaire s appelle la Livre. Elle vaut 20 sols ou sous et chaque sol vaut 12 deniers. C est Charlemagne qui posa la règle 1 livre = 20 sols = 240 deniers La livre de compte étant une livre / poids d argent fin. Frappe des monnaies Sous les rois carolingiens il ne sera frappé que des deniers et les rois capétiens n ont hérités qu en théorie, du droit exclusif de frappe de monnaies, de toute part usurpé. Leurs monnaies ne sont que des cas particuliers de monnaies féodales ; ce sont des monnaies féodales émises par un comte, qui était roi, et qui a fait graver sur elles son titre REX. Systèmes monétaires Il faut distinguer sous les premiers rois capétiens, deux systèmes : - le parisis ( monnaie frappée surtout à Paris ) - le tournois ( monnaie frappée à Tours)

3 La monnaie parisis était plus forte d un quart sur la monnaie tournois. Denier parisis = 1,25 deniers tournois Primitivement il n y avait que le denier parisis dans le domaine royal, mais après la conquête de la Touraine, de l Anjou, du Poitou, du Maine par Philippe Auguste ( )aux dépens de Jean Sans Terre, le roi adoptera aussi le denier tournois créé par l Abbaye Saint Martin de Tours pour les pays de l ouest. Ces deux espèces constituèrent, au tiers d argent fin environ, le système nouveau de la monnaie royale. Denier parisis : Il était frappé à Paris, Arras, Montreuil sur mer, Péronne, Saint-Omer, son poids oscillait entre 0,8gr à 1,24gr selon l atelier. Denier tournois : Il était frappé uniquement à Tours pour un poids d exemplaire de 0,92gr. Pour les deux systèmes il existait l obole ou la maille qui valait un demi denier et d un poids divisé par deux. Cet ensemble marchera pendant près de trois siècles et c est sous le règne de Louis IX (Saint Louis) principalement de 1266 à 1270 que débutera une ère nouvelle par l entrée en scène de l or (frappe d un écu valant 10 sols tournois soit (120 deniers) et d espèces supérieures en argent fin (frappe d une pièce valant 12 deniers et appelée Gros Tournois). Gros tournois : Crée le 24 juillet 1266 il était légalement taillé à 58 au marc de Paris de 244,75gr au titre de 23/24 ème Argent le Roi soit 0,958gr d argent fin, chaque exemplaire ayant un poids théorique de 4,21gr. Il valait 12 deniers tournois ce qui faisait un poids de 0.336gr d argent fin par denier.

4 avers : LUDOVICUS REX en légende intérieure BNDICTV / SIT : NOME : DNI : NRI : DEI : IHV : XPI cercle extérieur revers : TURONIS CIVIS un châtel tournois au centre le tout dans une bordure de 12 fleurs de lis symbolisant les 12 deniers tournois. Suite à la création de ce Gros tournois, les deniers (parisis et tournois) passent en rang de monnaie noire avec un titre de 0,372 pour le parisis et de 0,299 pour le tournois. On cessera de frapper le denier parisis en 1483 sous Charles VIII, le titre était alors de 0,089. Le gros tournois fut frappé jusqu au 24 juillet 1364 sous le règne de Charles V et il est intéressant d énumérer tous les Gros tournois émis au fil des différents règnes. PHILIPPE III dit le Hardi ( ) Il poursuivit la frappe du Gros tournois et des deniers malgré la hausse du prix de l argent - métal, dûe à la concurrence étrangère. Gros tournois : caractéristiques identiques à celui de Louis IX et frappe inchangée sauf le nom de PHILIPUS remplaçant LUDOVICUS Les ateliers de frappe étaient Paris, Mâcon, Saint Quentin, Toulouse. PHILIPPE IV dit le Bel ( ) Durant ce règne il y aura alternances de périodes à monnaie forte et à monnaie affaiblie voire faible. Le roi abuse des «mutations». Celles ci étaient les modifications que le roi faisait subir aux espèces sonnantes et trébuchantes tant à leur masse, leur titre et leur cours en monnaie de compte dont il décidait souvent un cours forcé.

5 A cette époque ces mutations étaient redoutées comme des fléaux et ce n était pas le principe du seigneuriage sur les monnaies que l on contestait mais son recours abusif. C est pour cette raison que certaines figures de l histoire furent particulièrement honnies dans l imagerie populaire. La plus célèbre était celle de Philippe le Bel gratifié du surnom de «Roi faux monnayeur». Gros tournois: Taille, titre et poids théorique identiques à ceux du Gros tournois Saint Louis. La valeur de compte de 12 deniers jusqu en 1290 est portées à 13 1/8 deniers tournois par la volonté du Roi, les deniers n étant plus frappés. Ce Gros tournois n était pas altéré dans sa fabrication mais était devenu faible par son cours. Les différentes émissions se firent en 1285, 1290, 1302 et avril Les ateliers de frappe étant les mêmes que sous Philippe III. La gravure du Gros tournois de Philippe le Bel est absolument identique à celle du Gros tournois de Philippe III. LOUIS X (novembre 1314-juin 1316) On manquait d argent pour frapper le Gros tournois, l or ayant afflué au détriment du métal blanc. PHILIPPE V (juin1316-janvier1322) Le rapport de l or à l argent ayant été ramené à 12, on reprend la frappe du Gros Tournois le 1 mars 1318, mais à la valeur de compte de 15 deniers tournois. Le denier ne fut pas frappé. Les caractéristiques sont poids théorique de 4,13gr, titre 0,958. Les ateliers de frappe sont Paris, Montpellier, Rouen, Saint Pourçain, Troyes et Tournai. La gravure est identique à celle de Philippe IV. CHARLES IV LE BEL ( ) On ne pouvait pas se servir indéfiniment des petites monnaies de vieille fabrication. Le roi, après avoir d abord monnayé dans les mêmes conditions que son prédécesseur (Gros tournois sans deniers) rentre dans la voix des mutations. Le Gros tournois fut frappé de février à octobre 1322 aux caractéristiques habituelles, poids théorique 4,13gr, titre 0,958, valeur de compte = 12 deniers tournois. Les ateliers de frappe sont les mêmes que sous Philippe V avec Mâcon en plus.

6 Même gravure que le précédent sauf le nom KAROLUS remplaçant PHILIPUS PHILIPPE VI DE VALOIS ( ) Le règne débutera brillamment par la victoire de Cassel (1328) sur la Flandre. Les partisans de la rigueur en profitèrent pour opérer le retour au système intégral de Saint Louis (Gros tournois, Gros parisis, denier tournois, denier parisis). Mais cette réforme trop radicale ne fut pas ratifiée par l événement. De plus la guerre dite de Cent ans commençait avec l Angleterre, Edouard III ayant des prétentions sur le trône de France. Mais cette guerre commence par des insuccès en particulier la défaite de Crécy en Les mutations reviennent avec des alternatives de renforcement et d aggravation marqués en particulier par les changements de type. Ces changements sont désormais ponctués pour l argent à partir de 1337 par ce qu on appela «le pied de la monnaie» qui était une façon de calculer le degré d affaiblissement de la dite monnaie. Calcul du pied = T x c 5 x t T = chiffre de la taille (nombre d exemplaires au marc ) c= cours en denier tournois t = nombre de deniers (poids) déterminant le titre (argent Le Roi) Exemple : Gros tournois de Saint Louis : pied = 58 x 12 = 11,6 (pied 12 ème ) 5 x 12d Exemple : denier tournois de Saint Louis : pied = 218 x1 = 218 = 11,6 (pied 12 ème ) 5 x 3d.18gr 5 x 3,75

7 Ces chiffres peuvent être considérés comme étalon et on se rappellera que plus le pied est élevé plus la monnaie est faible. Le Gros tournois de Philippe VI fut frappé à partir du 6 septembre 1329 (titre 0,958,poids théorique 4,079, valeur de compte=12 deniers tournois, pied=12 ème ) donc identique à celui de Saint Louis. Le Gros parisis fut frappé dès le 29 septembre 1329 mais en petite quantité (titre 0,958, poids théorique 5,098gr, valeur de compte 12 deniers parisis soit 15 deniers tournois, pied =12 ème ). Les ateliers de frappe sont les mêmes que sous Charles IV le Bel mais avec en plus Tours, Montdidier, Agen, Angers, Figère, Limoges et Loches. En 1346 les monnaies féodales ont presque totalement disparu du domaine du roi qui ainsi pouvait déclarer, qu à lui seul appartient le droit de battre monnaie et de lui donner «tel cours, pour tel pris comme il nous plait». Cependant certains grands féodaux, dont le Comte de Flandre, réussirent à maintenir une monnaie particulière à leur domaine. Sous Philippe VI d autres monnaies en argent furent frappées mais nous ne citerons que les Gros, quelque peu dérivés du Gros tournois : - Gros à la couronne émis le 1 janvier 1337 au pied 18 ème - Gros à la fleur de lis émis le 27 janvier 1341 au pied 42 ème - Gros à la queue émis le 27 décembre 1348 au pied 36 ème Gros Tournois JEAN LE BON ( ) Gros Parisis avers : PHILIPUS REX FRANCO à l extérieur BNDITV : SIT.. revers : PARISIS CIVIS ARGENTI en bordure 15 fleurs de lis symbole de 15 deniers tournois Les désastres s accumulent sous ce roi (défaite de Poitiers) et la guerre civile s ajoute à la guerre étrangère. Aussi les mutations dans la monnaie n ont plus de frein et des émissions se succèdent avec une précipitation et à des échelles de poids et de titre jusqu alors inconnues. Enfin après le traité de Brétigny (1360) on revient en deux étapes à une monnaie saine, sagement limitée au pied 21 ème.

8 Gros tournois émis le 14 avril 1361 au titre mais pour un poids théorique de 2.914gr et une valeur de compte de 15 deniers tournois. Il était au pied 21 ème ce qui le différait du Gros tournois traditionnel. Divers Gros, retenant tous dans leur type quelques uns des traits du Gros tournois, furent émis pendant le règne de Jean le Bon. Ce sont : - Gros à la queue émis le 11 juillet 1355 au pied 64 ème, au 9 novembre 1355 on en était au pied 120 ème - Gros au châtel fleurdelisé émis le 23 novembre 1356 au pied 48 ème - Gros blanc à la couronne émis le 26 mars 1357 au pied 28 ème - Gros dit patte d oie émis le 22 janvier 1358 au pied 45 ème - Gros à la couronne émis le 22 août 1358 au pied 32 ème - Gros aux trois lis émis le 3 juin 1959 au pied 60 ème au 7 septembre 1359 on en était au pied 120ème au 10 octobre 1359 au pied 180 ème - Gros à l étoile émis le 22 novembre 1359 au pied 72 ème au 31 décembre 1359 on en était au pied 144 ème au 15 mars 1360 au pied 500 ème!! - Gros dit Compagnon émis le 27 mars 1360 au pied 48 ème au 26 mars 1360 on en était au pied 96 ème - Gros blanc à la couronne émis le 30 août 1360 au pied 33 ème - Gros blanc aux fleurs de lis émis le 5 décembre 1360 au pied 24 ème La monnaie forte est pratiquement rétablie à cette date et le Gros tournois fait alors son apparition au pied 21 ème (voir plus haut). CHARLES V ( ) Après quelques tâtonnements la monnaie, malgré la guerre qui recommençait, resta immuable avec en particulier un Gros tournois nouveau : Gros tournois : - 1 ère émission : 24 juillet 1364 titre 0,958, poids théorique 2,914, pied 21 ème mais sa valeur de 15 deniers tournois. compte était de - 2 ème émission : 3 août 1369 titre 0,958, poids théorique 2,549gr, pied 24 ème et valeur de compte 15 deniers tournois. Ce fut la dernière émission du Gros tournois né 103 ans auparavant sous Saint Louis.

9 Il valait 15 deniers tournois qui étaient en phase avec le denier tournois (monnaie noire) et qui valait 0,162gr d argent fin. Le Gros tournois de Saint Louis était au pied 12 ème, celui de Charles V était au pied 24 ème. Il finissait donc son existence à la moitié de sa valeur primitive. Diverses monnaies utilisant le terme GROS, furent encore frappées. Sous CHARLES VI ( ) - Gros au lis émis le 7 juin 1413 au pied 29 ème - Gros dit grossus émis le 3 novembre 1413 au pied 29 ème - Gros dit florette émis le 10 mai 1417 au pied 40 èm (7 émissions eurent lieu et la dernière le 6 mai 1420 au pied 160 ème ) - Gros heaumé émis le 19 décembre 1420 au pied 30ème Sous CHARLES VII ( ) - Gros aux rondeaux émis le 12 septembre 1422 au pied 40 ème - Gros de roi émis le 26 mai 1447 au pied 35 ème Sous LOUIS XI ( ) - Gros de roi émis le 31 décembre 1461 au pied 42 ème - Gros de roi émis le 30 mai 1477 au pied 48 ème sous ce roi le pied de monnaie est abandonné ce qui consacre la fin des grandes mutations. sous CHARLES VIII ( ) - Gros du roi émis le 24 mai 1489 uniquement à Tournai pour 2000 marcs (titre 0,918, poids théorique 3,547gr) Sous LOUIS XII ( ) - Gros de roi émis le 3 février 1512 (titre 1,479, poids théorique 5,359gr, valeur de compte 30 deniers tournois) Cette monnaie fut la dernière avec l appellation GROS. Son denier tournois valait 85,5gr d argent fin, valeur à comparer avec le denier tournois de Saint Louis qui en faisait 334. Sources : Les monnaies des Rois de France par Jean LAFAURIE du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale 1951

10 LE GROS MONNAIE D ARGENT EN FLANDRE Au XIVème siècle, le comte de Flandre étant le vassal du Roi de France, on ne s étonnera pas des similitudes et des liaisons qu il pouvait y avoir au plan de la monnaie. Comme le roi Philippe le Bel en France, le comte Louis de Male en Flandre, fut l exemple même du prince sans scrupules, abusant des mutations et ne pensant qu à approvisionner son trésor en multipliant la frappe des espèces et en les dévaluant systématiquement. En Flandre, les caractéristiques de frappe des monnaies sont identiques à celles de la France ( taille et titre ). Du point de vue monnaie de compte, toutes les sources disponibles mentionnent toujours la livre parisis comme monnaie de compte. Elle était directement liée à la monnaie réelle ( le Gros la plupart du temps )dans la proportion de 1 à 12, (1 gros valait toujours 12 deniers parisis, rapport qui fut fixé au début du XIVème siècle et qui resta immuable à partir de 1312). Par ce principe le gros de compte ( le sol de la livre parisis ) ne cessa jamais de coïncider en valeur avec son homonyme sonnant et trébuchant. L avantage du système était de faciliter grandement les calculs et les conversions, tout au mois pour l argent, le désavantage étant de faire subir à la monnaie de compte les mêmes variations qu à la monnaie réelle. En plus de la livre parisis différentes livres de compte furent également utilisées en Flandre au XIVème siècle - la livre de Gros de Flandre valant 12 livres parisis soit 240 Gros - la livre sterling ou esterlins valant 1/3 de la livre de Gros soit 4 livres parisis - la livre de mites qui semble avoir été la première valant 1/2 de la livre parisis (car 2 mites valaient 1 denier parisis )

11 RAPPEL SUR LES MONNAIES DE COMPTE 1 livre = 20 sols 1 sol = 12 deniers d où 1 livre = 2 0 sols = 240 deniers En France L unité de compte est le denier tournois ce qui donne : 1 livre tournois = 20 sols tournois = 240 deniers tournois Il existe une deuxième unité qui est le denier parisis ce qui donne : 1 livre parisis = 20 sols parisis= 240 deniers parisis Le denier parisis étant plus fort d un quart sur le denier tournois nous avons : 1 livre parisis = 1,25 livre tournois En Flandre Nous avons la livre parisis comme en Flance. Il existe une autre unité de compte qui est le Gros ce qui donne : 1 livre de Gros = 20 sols de Gros = 240 Gros ou denier de Gros avec le rapport de 1 Gros = 12 deniers parisis = 1 sol parisis ce qui donne : 1 livre de Gros = 12 livres parisis = 15 livres tournois Nous avons aussi la livre sterling et la livre de mite. Remarques : dans les textes le terme parisis est souvent abrégé et écrit pãr et on emploie pratiquement toujours le terme de livre de Gros de Flandre.

12 Introduction de la grosse monnaie en Flandre Lorsque le comte Louis de Nevers succède à son grand père Robert de Béthune en 1322, la tradition de la grosse monnaie était déjà implantée dans son comté depuis plus d un demi siècle. C est Marguerite de Constantinople ( ) qui fit émettre pour la première fois des monnaies d argent dont trois vaudraient en «pois, loi et taille» deux Gros tournois du roi de France (crées par Saint Louis le 24 juillet 1266 ). Guy de Dampierre poursuivit la frappe des doubles tiers de Gros à Alost et à Ypres mais en leur faisant subir un affaiblissement de masse et de titre. C est lors de son règne que fut décidée la première frappe d un Gros d argent en Flandre. Par un traité conclu le 2 avril 1300, Robert de Béthune, fils aîné du comte, et Jean II duc de Brabant décidaient la frappe commune de «Gros denier d argent aussi bon de poids et de loi que le Gros tournois du Roi». Cette monnaie n a pas été retrouvée, par contre des Gros imités des Gros tournois de Philippe le Bel, et appelés «Gros en portail» et «Gros au châtel brabançon» furent émis de 1302 à 1305 à Alost et à Gand. De par l émission de ces monnaies, la monnaie flamande se rattachait encore plus à la monnaie française, puisque le Gros tournois devenait la base du système monétaire flamand. Les sources d archives On dispose d une documentation exceptionnelle pour nos régions au XIVème siècle permettant d étudier la production monétaire flamande de façon approfondie. Cette documentation se compose essentiellement en deux ensembles : - les comptes remis par les maîtres des monnaies c est à dire les comptes du droit seigneurial sur la frappe des monnaies conservés pour la plupart aux archives générales du royaume à Bruxelles et aux archives départementales du Nord à Lille ( répertoire numérique série B ). Il s agit de rouleaux composés de peaux de parchemin cousues et généralement inscrites d un côté seulement. - Les lettres de commission et les instructions monétaires délivrées par le comte mais pour le règne de Louis de Nevers aucun document antérieur à 1331 n est conservé. La période précédente avait été fort troublée notamment par le soulèvement de la Flandre maritime qui ne fut maté que par l intervention du Roi de France à la bataille de Cassel en A partir de ce moment et jusqu au début de la guerre de Cent ans (1337) l autorité de Louis de Nevers fut pleinement rétablie dans son comté ainsi que la tutelle française.

13 Le monnayage de l argent sous les comtes Louis de Nevers ( ) et Louis de Male ( ) 1 ère période de 1330 à 1337 ou période du demi Gros on frappe le demi Gros et le quart de Gros 2 ème période de 1337 à 1365 ou période du Gros on frappe le Gros dit Compagnon ou Gros au lion et aussi des 1/3 Gros 3 ème période de 1365 à 1384 ou période du double Gros on frappe des doubles Gros mais aussi des doubles 1/3 de Gros, des 1/3 de Gros, des 1/2 Gros et des 1/4 de Gros. De plus dans ces périodes il faut mentionner les monnaies noires destinées à l usage courant : - la mite sous Louis de Nevers et qui valait ½ denier parisis - la double mite sous Louis de Male Période du demi-gros ( ) Tous les auteurs qui se sont penchés sur la question sont unanimes pour affirmer qu avant 1337 aucun Gros d argent ne fut frappé par louis de Nevers les espèces monnayées étant des demis et des quarts de Gros. Demi Gros : valant 6 deniers parisis, à la taille de 114 au marc de Paris, poids théorique de 2,15 gr et au titre de 0,839 gr d argent fin. Quart de Gros : valant 3 deniers parisis, à la taille de 228 au marc, poids théorique de 1,07gr et au titre de 0,839 d argent fin. La frappe de ces monnaies considérées comme assez fortes est à mettre en rapport avec le rétablissement de la bonne monnaie en France par Philippe VI en septembre 1329 lequel engendra une période de stabilité monétaire jusqu au début de la guerre de Cent ans (1337). D autre part le rapport des valeurs de métaux fixé à 16 depuis Philippe le Bel fut abaissé à 14, correspondant à un renchérissement de l argent. On notera qu en novembre 1331 Louis de Nevers fit réduire l aloi de ses espèces d argent de 12 grains, le ramenant à 10 deniers argent le roi soit 0,799 de fin, ce qui constituait un affaiblissement de près de 5%. Période du gros Des affaiblissements importants pour l histoire monétaire de la Flandre furent opérés en En France les mutations commencèrent dès le 1 janvier 1337, soit 10 mois avant la déclaration de guerre d Edouard III d Angleterre. En Flandre le premier affaiblissement eut lieu le 25 mai 1337 et la frappe des demi- Gros fut abandonnée. Deux nouvelles espèces furent introduites : - le Gros dit «Compagnon» taillé à 60,5 au marc soit un poids théorique de 4,05gr et 0,719 de fin ce qui faisait un poids de 2,191gr d argent fin. Sa valeur de compte était de 12 deniers parisis.

14 - le tiers de Gros taillé à 181,5 au marc et au même titre. Par rapport au titre précédent du demi-gros, ce Gros dit «Compagnon» subit un affaiblissement de 8% et part rapport au Gros tournois de Philippe VI frappé en septembre 1329 la baisse était de 26%. Le Gros dit «Compagnon» en valeur intrinsèque ne valait donc plus que les 3/4 du Gros tournois de Philippe VI. Période de frappe du Gros dit «Compagnon» en l atelier de Gand - De mai 1337 au 15 février 1338 il fut frappé Gros «Compagnon» - Du 19 février au 20 mai 1338 il fut frappé Gros «Compagnon» - Du 24 juin au 7 novembre 1338 il fut frappé Gros «Compagnon» Ce qui faisait un total de exemplaires Le droit de seigneuriage étant de 5 marcs au marc d argent le roi soit gr pour la dernière période. En octobre 1338 le rapport de valeur des métaux tomba subitement à 10,4 forçant le Roi de France à altérer sa monnaie d argent dorénavant émise au pied 24 ème. En Flandre la frappe du Gros «Compagnon» devenait impossible et fut arrêtée le 7 novembre Un an après, soit le 3 décembre 1339, fut conclu un traité de convention entre la Flandre et le Brabant qui prévoyait la frappe d une monnaie commune à Gand et à Louvain. C est le Gros Compagnon qui fut choisi pour le Gros de convention. et la frappe en Flandres serait faite de décembre 1339 à octobre 1343, date à laquelle prit fin le traité de convention. On notera qu en juin 1339 le rapport de valeur des métaux était revenu à 12. Pendant un an environ ce Gros de convention portait à l avers les mots : GANDEN LOVAIN puis on revint en 1340 au type traditionnel du Gros Compagnon. Le comte Louis de Nevers décida de quitter la Flandre le 13 février 1339 après avoir échoué dans sa tentative d entraîner son comté dans le camp français. Il y revint en octobre 1339 mais repartit immédiatement après avoir ratifié le traité de convention avec le Brabant. L absence du comte posait problème car il ne pouvait y avoir d approbation officielle des comptes des monnaies et donc ceux-ci ne pouvaient être conservés aux archives comtales. Louis de Nevers revint en Flandre du 25 septembre 1340 au 13 juin 1341 et de juillet 1342 à la fin En tant que vassal du Roi de France, Louis de Nevers participa à la bataille de Crécy où il fut tué le 26 août Son fils Louis de Male arriva en Flandre en novembre 1346.

15 Emission du Gros à partir de l avènement de Louis de Male L arrivée du jeune comte coïncida avec une altération du titre du gros de l ordre de 5% qui passa de 0,612 de fin à 0,558, la taille restant à 66 au marc donc un poids théorique de 3,71gr. Au même moment en France Philippe VI n était pas en mesure d émettre de la monnaie d argent et il fallut attendre janvier 1349 pour retrouver la frappe d une monnaie blanche. Il s agissait du Gros tournois à la queue qui valait 15 deniers tournois et était émis au pied 36 ème. En Flandre l altération permit de faire fonctionner l atelier de frappe à plein régime. Atelier de Gand - du 24 novembre 1346 au 11 août 1347 il fut frappé Gros Compagnon - du 24 décembre 1347 au 11 novembre 1348 il fut frappé Gros Compagnon - du 24 décembre 1348 au 21 février 1349 il fut frappé Gros Compagnon sans aucune altération au titre et sans modification de la taille. Au total on frappa à Gand de novembre 1346 à février 1349 près de huit millions de Gros qui produisaient au Comte 7086 livres parisis de revenus. Le type de ce Gros était le même que celui attribué à la dernière émission du règne de Louis de Nevers : le «Compagnon» avec la croisette initiale dans la légende. Il resta inchangé jusqu en mars Il y eut 7 émissions de novembre 1346 à mars 1364 et les ateliers de frappe furent Gand, Bruges, Malines. Le Gros dit «Compagnon» de Louis de Male eut une circulation très étendue. Pendant quelques années ce fut la monnaie internationale de l Europe occidentale, cette circulation étant prouvée par l étude de quelques trésors monétaires. Atelier de Bruges - du 5 septembre 1349 au 1 août 1350 il fut frappé Gros, les caractéristiques étant toujours les mêmes : taille 66 au marc soit un poids théorique de 3,71gr, titre à 0,558 de fin. - du 7 août 1350 au 20 avril 1351 il fut frappé Gros auxquels s ajoutent tiers de Gros. - du 21 avril 1351 au 27 mai 1351 il fut frappé Gros auxquels s ajoutent tiers de Gros. Ces différentes frappes procurent au comte un revenu de 6999 livres parisis, c est à dire 2 Gros au marc d argent le roi. En France Jean II le Bon succéda à son père le 22 août 1350 mais les émissions à son nom ne commencèrent que le 18 mars Les mutations monétaires reprirent alors dans des proportions jamais encore atteintes, les affaiblissement étant de temps à autre suivis de réévaluations marquées par autant de nouveaux types.

16 - à partir du 28 mai 1351 le Gros «Compagnon» fut émis à 6 deniers 12 grains d aloi soit d argent fin c est à dire le titre des 1/3 de Gros fabriqué depuis novembre 1350!! - du 28 mai 1351 au 31 décembre 1351 il fut frappé Gros auxquels s ajoutèrent /3 de Gros (esterlin) dont la frappe fut abandonnée. - du 15 janvier 1352 au 5 septembre 1353 il fut frappé le nombre imposant de Gros générant livres parisis de seigneuriage. - du 7 septembre au 24 octobre 1354 il fut frappé un nombre assez modeste de Gros dont le titre fut abaissé à 0,506 d argent fin. Le seigneuriage était porté à 5 Gros au marc d argent le roi et rapporta au comte la somme de 615 livres 19 sols parisis. L émission précédente est la dernière effectuée dans l atelier de Bruges sous la direction de Johan Percheval maître de la monnaie d argent qui devait décéder le 24 octobre Atelier de Gand réinstallé au château comtal D importants aménagements furent réalisés pour un montant de 1800 livres parisis et cette nouvelle localisation permettait au comte de renforcer sensiblement son contrôle sur la frappe des monnaies. Le 20 décembre 1354 Louis de Male prescrivit que le Gros Compagnon serait à 69 de taille par marc d où un poids théorique de 3.55gr et à d argent fin. Le poids d argent fin par Gros était donc de 1.74 gr (on rappelle qu à la première frappe en 1337 du Gros Compagnon celui ci avait un poids théorique de 4,05gr et faisait 2,91 gr d argent fin). D autre part pour la première fois des ordonnances nous dévoilent au même moment les prix pratiqués pour l achat des métaux ce qui nous permet de mieux cerner le processus de la retenue exercée sur le métal lors de la frappe. Ainsi le marc d argent le roi était payé 118 Gros et en valait intrinsèquement 134,5. Une fois le seigneuriage payé (4 Gros) il restait 12,5 Gros au maître de la monnaie pour ses frais et son bénéfice. La valeur intrinsèque du marc d argent se faisait comme suit : 1 marc = 244,75gr 1 marc d argent le roi = 244,75 x 0,956 = 233,98gr payé 118 Gros au marchand dans 1 marc d argent le roi on faisait 233,98 soit 134,5 Gros 1,74 d où la différence 134,5 118 = 16,5 Gros cités plus haut. La retenue exercée sur l argent représentait ainsi 12% de sa valeur alors que celle de l or était d un peu moins de 4%.

17 Cette différence explique les valeurs contradictoires trouvées pour le rapport des métaux selon qu on le calcule d après le prix du marc payé aux marchands ou d après la valeur intrinsèque des espèces. Dans le premier cas il était de 11,4 et dans le second cas il était de 10,4. Cette incohérence fut certainement une des causes de l instabilité du cours des monnaies d or par rapport à celles d argent. La double altération prescrite par Louis de Male le 20 décembre 1354 permit d alimenter l atelier de façon substantielle. - du 20 décembre 1354 au 9 mai 1355 il fut frappé Gros - du 9 mai 1355 au 24 décembre 1355 il fut frappé Gros Le maître de la monnaie rendit ses comptes à Gand le 16 mai et le 25 novembre 1355 en présence du comte Louis de Male et de son conseil, du receveur du chancelier, du garde de la monnaie et du maître des comptes. - du 20 février au 18 novembre 1356 il fut frappé Gros aux mêmes caractéristiques. - du 11 mars 1357 au 22 juillet 1357 il fut frappé Gros La frappe de l or et de l argent ayant été massive, le montant total du seigneuriage fut de livres 10 sols parisis. Jamais les revenus de la monnaie n avaient été si élevés et ses recettes étaient vraiment bienvenues pour financer la guerre de succession du Brabant. Le 27 juillet 1357 le maître de la monnaie Bardot du Malpelys remit son compte en présence de Louis de Male et de son conseil. Quelques jours plus tard il disparut en laissant un passif considérable. L activité de l atelier repris très rapidement sous la direction, pour la monnaie d argent, de Aldrigo Enterminelly. - du 29 juillet 1357 au 4 novembre 1357 il fut frappé gros - du 5 novembre 1357 au 22 octobre 1359 il fut frappé gros Ouverture de l atelier de Malines La guerre de succession du Brabant se termina le 4 juin 1357 par la paix d Ath et le comte Louis de Male pouvait s estimer satisfait car il obtenait pour sa femme Marguerite, Anvers et ses dépendances et se voyait attribuer définitivement la seigneurie de Malines qui avait fait l objet d un long contentieux. Le comte de Flandre pouvait même se prévaloir du titre de duc du Brabant. Le 14 juillet 1357 s ouvrait à Malines un nouvel atelier monétaire mais l activité de celui-ci ne devait pas satisfaire le comte et son entourage. En effet - du 8 octobre 1357 au 4 novembre 1357 il ne fut frappé que Gros, soit environ 4.4% de la production de Gand pendant la même période. - du 12 novembre 1357 au 17 juin 1358 il fut frappé Gros, production certes améliorée mais ne représentant que le 1/3 de celle de Gand.

18 Les comptes de l atelier de Malines du 17 juin 1358 au 22 octobre 1359 ayant été perdus, nous ne pouvons pas en estimer l activité, mais nous savons que des Gros furent quand même frappés. Par contre une nouvelle mutation nous est révélée par les comptes de Gand et de Malines commençant le 23 octobre Le Gros passera à la taille de 70 au marc faisant un poids théorique de 3,50 gr et au titre de 0,479 d argent - du 23 octobre 1359 au 4 décembre 1361 il fut frappé Gros à Gand et Gros à Malines mais jusqu au 26 juin 1361 seulement. L atelier de Malines restait toujours moins productif que celui de Gand, l approvisionnement en métal y devenait de plus en plus aléatoire. Le 4 décembre 1361 une nouvelle altération du Gros «Compagnon» fut décidée, la taille passant de 70 à 72 au marc soit un poids théorique de 3,4 gr et le titre ne changeant pas. Pendant ce temps en France, la paix ayant été signée avec l Angleterre (traité de Calais 24 octobre 1360) et Jean II libéré, le renforcement de la monnaie se fit par étapes. Le Gros tournois fut réintroduit le 14 avril 1361 au très bon aloi de 12 deniers argent le roi soit 0,956 de fin mais plus léger que le Gros tournois traditionnel. La taille était de 84 au marc soit un poids théorique de 2,92 gr ce qui faisait un gros tournois au pied 21 ème. En Flandre, du 4 décembre 1361 au 12 septembre 1362 il fut frappé Gros «Compagnon» et cette émission, la septième, rapporta au comte la somme de 2071 livres 17 sols 6 deniers parisis. Le 31 décembre 1362 une nouvelle altération du Gros «Compagnon» eut lieu, la dernière pour ce type de monnaie. La taille passait à 78 au marc soit un poids théorique de 3,14 gr, le titre restant de 6 deniers d argent le roi soit 0,479 d argent fin. Le prix du métal argent aux marchands était de 132 gros et le seigneuriage du comte fixé à 3 Gros au marc. L émission de ce type ne débuta qu un an plus tard à Malines soit le 31 décembre D après les caractéristiques de la nouvelle émission du Gros «Compagnon», la huitième, le rapport des métaux (or ou argent) calculé d après la valeur intrinsèque des monnaies était de 11 et passait à 12,6 selon le prix du marc de métal payé aux marchand. L atelier de frappe fut déplacé le 22 juillet 1363 de Gand à Malines. - du 1 décembre 1363 au 2 mars 1364 on ne frappa que Gros qui ne générèrent que des recettes anecdotiques. Pour que cette dernière émission puisse être réalisée, le prix du marc d argent le roi offert aux marchands avait dû être augmenté considérablement, passant de 132 à 146 gros.

19 En valeur intrinsèque le Gros «Compagnon» de la dernière émission qui contenait 1,57 gr d argent fin représentait à peine un peu plus de la moitié du gros compagnon créé le 25 mai 1337 qui en contenait 3,03 gr. L atelier de frappe fut ramené au château de Gand le 4 mars du 20 janvier 1346 au 2 mars 1364 il fut frappé gros qui nécessitèrent marc d argent le roi (voir tableaux page 22). L année 1365 fut marquée en Flandre par une importante réforme monétaire devenue inévitable en raison de la dépréciation du Gros «Compagnon» et de la monnaie d or : le mouton. Ce Gros, frappé depuis près de 30 ans, fut remplacé par une nouvelle monnaie d argent qui avait cours pour 2 Gros. Elle était taillée à 57 au marc soit un poids théorique de 4,29 gr, à l aloi de 8 deniers soit 0,639 de fin. Ceci faisait donc 2,74 gr d argent fin pour 2 Gros. Le Gros en tant que monnaie réelle n existait plus mais il était toujours présent à travers cette pièce de 2 Gros comme valeur de compte. Il représentait 1,37 gr d argent fin ce qui représentait un affaiblissement de près de 10% par rapport au Gros «Compagnon» de la dernière émission (décembre 1363 à mars 1364) dont la teneur en argent fin était de 1,57 gr. L érosion monétaire était toujours présente. Gros «Compagnon» frappé en 1337 sous Louis de Nevers avers : lion au centre MONETA FLAND petit aigle bicéphale, douze feuilles en bordure revers : BNDICTV SIT NOME.. en légende extérieure croix pattée coupant la légende inférieure LUD.OVI.C COMES Gros «Compagnon» frappé à partir de 1348 sous Louis de Male avers : identique au précédent sauf le remplacement du petit aigle bicéphale par une croisette revers : identique au précédent

20 Sources La monnaie des comtes de Flandre Louis de Nevers ( ) et Louis de Male ( ) d après les comptes et les ordonnances monétaires par Olivier ELSEN Publié par la Revue Belge de Numismatique 1995 Au lecteur qui voudrait étudier la totalité des monnaies (or, argent, billon) de cette époque tant en France qu en Flandre, nous conseillons vivement l utilisation des sources précitées. Dans les deux cas : il aura des détails historiques et numismatiques (ateliers, points secrets, différents) et avec l étude de Mr Elsen il trouvera les références et de nombreux documents conservés aux archives départementales du Nord Série B.

21

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

NUMISMATIQUE 1903 CINQUANTE-NEUVIÈME ANNÉE REVUE BELGE BRUXELLES, DIRECTEURS x. MM. le V'«B. de JONGHE.leOTh. de LIMBURG-STIKUMet A.

NUMISMATIQUE 1903 CINQUANTE-NEUVIÈME ANNÉE REVUE BELGE BRUXELLES, DIRECTEURS x. MM. le V'«B. de JONGHE.leOTh. de LIMBURG-STIKUMet A. . REVUE BELGE DE NUMISMATIQUE SOUS LES HOSPICES DE LA SOCIÉTÉ ROYALE DE NUMISMATIQUE DIRECTEURS x MM. le V'«B. de JONGHE.leOTh. de LIMBURG-STIKUMet A.deWITTE 1903 CINQUANTE-NEUVIÈME ANNÉE BRUXELLES, J.

Plus en détail

La guerre de Cent ans Fiche enseignant

La guerre de Cent ans Fiche enseignant La guerre de Cent ans Fiche enseignant 1) Quelles sont les causes de la guerre de cent ans? Liens personnages : Questions : Pourquoi la guerre de Cent ans a-t-elle eu lieu? o Le roi d Angleterre et le

Plus en détail

La fin au Moyen-âge CM1. 1 La construction du pouvoir royal Matériel : Document d appui Questions Leçon et / ou leçon à trous

La fin au Moyen-âge CM1. 1 La construction du pouvoir royal Matériel : Document d appui Questions Leçon et / ou leçon à trous CM1 Objectifs notionnels : o -Comprendre l importance de la dynastie des Capétiens et la manière dont s est instauré le principe d hérédité de la couronne de France o -Situer les moments importants de

Plus en détail

ROUILLAC TRÉSOR DU MOYEN-ÂGE V E N T E A U X E N C H È R E S P U B L I Q U E S

ROUILLAC TRÉSOR DU MOYEN-ÂGE V E N T E A U X E N C H È R E S P U B L I Q U E S ROUILLAC Commissaires-Priseurs Expert près la Cour d Appel 22 boulevard Béranger 37000 TOURS 02 47 61 22 22 Hôtel des Ventes Route de Blois 41100 VENDÔME 02 54 80 24 24 41 boulevard Montparnasse 75006

Plus en détail

Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent»

Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent» 27 mars 2009 Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent» En Septembre 2008 la Monnaie de Paris a lancé, avec un grand succès, une nouvelle gamme d euros en métal précieux : les «Euros Or et Argent». Ces

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

Versailles Fouille du Bosquet du Rond Vert Etude d'une monnaie mise au jour le 6/6/2011 : Liard de France au buste âgé par A. L.

Versailles Fouille du Bosquet du Rond Vert Etude d'une monnaie mise au jour le 6/6/2011 : Liard de France au buste âgé par A. L. Versailles Fouille du Bosquet du Rond Vert Etude d'une monnaie mise au jour le 6/6/2011 : Liard de France au buste âgé par A. L. Membre de l association Volutes 12/5/2012 Secteur D10 Ouest, US n 500 N

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre)

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) À l attention de M. Christophe BEAUX, Président Directeur Général de la Monnaie de Paris Les Amis

Plus en détail

Lille métropole. Olivier Leclercq Alain Etienne

Lille métropole. Olivier Leclercq Alain Etienne Lille métropole Olivier Leclercq Alain Etienne Lille métropole Photographies Olivier Leclercq Texte Alain Etienne Conception et direction éditoriale Bertrand Dalin Assisté de Paméla Cauvin Couverture -

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du vingt-cinq juin deux mille neuf. Numéro 33753du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

L ÉCU CARAMBOLE. Exemplaire appartenant à un Membre du Numis-Club du Nord

L ÉCU CARAMBOLE. Exemplaire appartenant à un Membre du Numis-Club du Nord L ÉCU CARAMBOLE Exemplaire appartenant à un Membre du Numis-Club du Nord Avers : LVDOVICVS XIIII (soleil) D G FR ET NAV REX Buste très vieilli à droite, à la grande perruque et au drapé antique (2ème type)

Plus en détail

Notes techniques et réflexions

Notes techniques et réflexions Notes techniques et réflexions Comparaison par mesure des consommations annuelles d énergie de la vaisselle faite manuellement et en lave vaisselle Auteur : Olivier SIDLER Octobre 998 Ingénierie énergétique

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

Nouvelles règles sur le partage des avoirs de retraite à la rupture du mariage en Ontario

Nouvelles règles sur le partage des avoirs de retraite à la rupture du mariage en Ontario Recherche et conformité Promoteurs de régimes de retraite : Nouvelles règles sur le partage des avoirs de retraite à la rupture du mariage en Ontario Les règles qui régissent le partage des avoirs de retraite

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 26 juin 2013 N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Hémery

Plus en détail

LE CHÂTEAU DE LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE

LE CHÂTEAU DE LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE LE CHÂTEAU DE LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE Par Gilles HOUDRY Généalogie Briarde, n 59, p. 13-15, 2005 ISSN 0987-707X Cercle Généalogique de la Brie 12, rue Paul Bert 77400 LAGNY-SUR-MARNE FRANCE http://cgbrie.free.fr/

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

www.mariemadeleine.fr

www.mariemadeleine.fr 1 LE#PELERINAGE#A#LA#SAINTE#BAUME#AU#FIL#DES#SIECLES# PersonnalitésvenuesàlasainteBaume: PAPES# EtienneIVen816 JeanVIIIen878 JeanXXIIen1316 BenoitXIIen1338 ClémentVIen1343 InnocentVIen1355 UrbainVen1367

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

LA NAISSANCE DE LA FRANCE

LA NAISSANCE DE LA FRANCE (Ne pas inscrire le titre en début de séance) Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Découvrir que la France est un vieil État, né de l Empire de Charlemagne Objectifs Découvrir la

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26! Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!site : www.sntpct.fr!

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26! Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!site : www.sntpct.fr! S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris! Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C

LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C Décrets n 2005-1344, n 2005-1345 et n 2005-1346 du 28 octobre 2005 I REGLES DE CLASSEMENT PRINCIPE : Jusqu' à présent, les fonctionnaires stagiaires

Plus en détail

Être Responsable De Club

Être Responsable De Club Être Responsable De Club Prénom NOM Promo Date Objet Sylvain BOUCHERAND 2010 16/08/09 Création du document Charles- Adrien LOUIS 2010 29/08/09 Mise à jour parti Comptabilité Page 1 sur 8 Table des matières

Plus en détail

NUMISMATIQUE. Collection bordelaise de Monsieur S - Archives Jean Lafaurie & collections de divers amateurs VENTE AUX ENCHÈRES PUBLIQUES

NUMISMATIQUE. Collection bordelaise de Monsieur S - Archives Jean Lafaurie & collections de divers amateurs VENTE AUX ENCHÈRES PUBLIQUES NUMISMATIQUE Collection bordelaise de Monsieur S - Archives Jean Lafaurie & collections de divers amateurs VENTE AUX ENCHÈRES PUBLIQUES 1 e Partie du lot 1 à 382 Vente mercredi 17 juin 2015 à partir de

Plus en détail

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 1. INTRODUCTION Il est rappelé que l Assemblée Générale Mixte du 2 juin 2014, dans sa cinquième (5 ème ) résolution, avait précédemment autorisé le

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

CH VI) Fractions. - Le cercle ci dessous est partagé en 4, hachurer 1 des 4 parties. - Le cercle suivant est partagé en 8, hachurer 2 des 8 parties.

CH VI) Fractions. - Le cercle ci dessous est partagé en 4, hachurer 1 des 4 parties. - Le cercle suivant est partagé en 8, hachurer 2 des 8 parties. CH VI) Fractions I) Représentation dune fraction : Le cercle ci dessous est partagé en, hachurer 1 des parties. On écrit 1 du cercle est hachuré. Le cercle suivant est partagé en, hachurer des parties.

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

La belle histoire de l école St-Louis-de-France. 1901 : La première école dans le village de Charny

La belle histoire de l école St-Louis-de-France. 1901 : La première école dans le village de Charny La belle histoire de l école St-Louis-de-France J ai tenté de retracer pour vous l histoire de l école St-Louis-de-France. Je tiens à remercier M. Alain Boucher de la Commission scolaire des Navigateurs

Plus en détail

Réduction d impôts pour l achat d un véhicule électrique

Réduction d impôts pour l achat d un véhicule électrique L UNION FAIT LA FORCE Réduction d impôts pour l achat d un véhicule électrique et/ou pour l installation d une borne de rechargement Revenus 2010 et 2011 (exercices d imposition 2011 et 2012) Mesures applicables

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE

MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE CONVENTION D UTILISATION COMMUNE DES INSTALLATIONS DETECTION-INCENDIE et INTRUSION 2 MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------ SIXIEME CHAMBRE ------ PREMIERE SECTION ------ Arrêt n 59668 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE (FONDS CMU) Exercices

Plus en détail

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle.

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle. AVENANT N 1 A L ACCORD DE BRANCHE DU 1 er AVRIL 1999 L arrêté du 4 juillet 2007 relatif à l'agrément de certains accords de travail applicables dans les établissements du secteur social et médico-social

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 1. Introduction Sylvain Ouellet, Division des transports Statistique Canada,

Plus en détail

ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE CHANGEMENT

ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE CHANGEMENT ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE Copropriété: Les Jardins de la mer - Antibes Année 2008 1/9 Table des matières 1. INTRODUCTION...3 1.1 Portée du document...3 1.2 Objectif

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

CENTRAL MARKET. 1. Matériel. Pour 3 à 5 joueurs, à partir de 8 ans, 45 minutes. 78 cartes : 50 cartes produits, (1 de chaque couleur)

CENTRAL MARKET. 1. Matériel. Pour 3 à 5 joueurs, à partir de 8 ans, 45 minutes. 78 cartes : 50 cartes produits, (1 de chaque couleur) CENTRAL MARKET Pour 3 à 5 joueurs, à partir de 8 ans, 45 minutes 1. Matériel 78 cartes : 50 cartes produits, 15 cartes action, 5 cartes revenu (1 de chaque couleur) 5 cartes rappel de couleur (1 de chaque

Plus en détail

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial?

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Ce mémoire avait pour objectif de s inscrire dans l actualité qui entourait la modernisation du droit comptable

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Origines de la Common Law

Origines de la Common Law Origines de la Common Law I. Origines du droit anglais 1. La common law est considérée comme le système juridique propre à l Angleterre : a. parce que ses origines remontent à des temps très anciens (les

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat

Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat 5 janvier 2015 Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités Fiscales

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F RBC Marchés des Juin 2014 TITRES LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT I SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée

Plus en détail

Il est également précisé :

Il est également précisé : Il est également précisé : Article 11.22. du CCAG- Travaux de 1976. «dans le cas d application d un prix forfaitaire, le prix est dû dès lors que l ouvrage, la partie d ouvrage ou l ensemble des prestations

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

LES GRANDS NUMISMATES

LES GRANDS NUMISMATES 15 LES GRANDS NUMISMATES François Joyaux JULES SILVESTRE (1841 1918) Jules Silvestre fut le premier grand spécialiste français de la numismatique extrême-orientale. Sa carrière militaire et administrative

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Module 5 : Lier des classeurs

Module 5 : Lier des classeurs Module 5 : Lier des classeurs 5.0 Introduction Les feuilles de calcul contiennent des millions de cellules. Ces cellules peuvent être liées (ou connectées dans la terminologie Excel 2007) au sein d un

Plus en détail

Cette histoire raconte la conquête de l Angleterre par les Normands de Guillaume.

Cette histoire raconte la conquête de l Angleterre par les Normands de Guillaume. Après le repas, nous sommes allés visiter le musée de Bayeux. Quand nous sommes rentrés, les personnes du musée nous ont donné des audio guides. Pour pouvoir profiter de l histoire sans être entassés devant

Plus en détail

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC au 31 mars 2011 Objet : 1. La Préface des normes comptables pour le

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Guichet d Economie Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne Noël, Échevin de l Economie et de l Emploi et avec le soutien du

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005. relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat

Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005. relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005 relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat ENTRE Le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, BP 319, 86008 Poitiers Cedex,

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

LA MONARCHIE ABSOLUE DE DROIT DIVIN. UNE INVENTION DE LOUIS XIV?

LA MONARCHIE ABSOLUE DE DROIT DIVIN. UNE INVENTION DE LOUIS XIV? LA MONARCHIE ABSOLUE DE DROIT DIVIN. UNE INVENTION DE LOUIS XIV? Cette question s inscrit dans la problématique plus large de «la naissance et le développement du royaume de France» et de l affermissement

Plus en détail

L'administrateur général

L'administrateur général Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles L'administrateur général Expéditeur ONAFTS Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles date 20.06.2006 votre réf. contact Anne-Michèle Wauthier attaché téléphone 02-237 23 56 02-237

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 14LY00293 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. MESMIN d ESTIENNE, président Mme Aline SAMSON DYE, rapporteur M. DURSAPT, rapporteur public SCP PASCAL-VERRIER,

Plus en détail

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'AUDE

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'AUDE ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'AUDE SOUS-SERIE 4 Q CONSERVATION DES HYPOTHEQUES Répertoire numérique CARCASSONNE INTRODUCTION Les archives hypothécaires offrent aux chercheurs en histoire économique et

Plus en détail

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 INTRODUCTION Nous tenons à saluer la qualité des échanges avant cette paritaire, ainsi que la qualité des documents qui nous ont été remis et qui ont abouti

Plus en détail

PROCEDURE DE VERSEMENT D ARCHIVES NOTARIALES Archives départementales du Bas-Rhin Mise à jour en Août 2013

PROCEDURE DE VERSEMENT D ARCHIVES NOTARIALES Archives départementales du Bas-Rhin Mise à jour en Août 2013 PROCEDURE DE VERSEMENT D ARCHIVES NOTARIALES Archives départementales du Bas-Rhin Mise à jour en Août 2013 REGLEMENTATION EN VIGUEUR - Code du Patrimoine, Livre II - partie législative (articles L-213-2

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE

PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE Onzième résolution L assemblée générale, statuant aux conditions de quorum et de majorité requises pour les assemblées générales extraordinaires,

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie,

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie, Le 31 janvier 2013 Objet : Information concernant le choix de report de l impôt sur le revenu à l intention des actionnaires résidant au Canada détenteurs d actions d AbbVie Inc. suivant la scission de

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

S T A T U T S ( TITRE I CONSTITUTION OBJET SIÈGE SOCIAL DURÉE

S T A T U T S ( TITRE I CONSTITUTION OBJET SIÈGE SOCIAL DURÉE S T A T U T S Le président de l association La Quincéenne, Vu l article 19 des statuts modifiés rédigés en date du 24 janvier 2014, Vu les délibérations de l Assemblée générale extraordinaire en date du

Plus en détail

de s appliquer aux enseignantes et enseignants qui ont commencé à cotiser au RRE avant l entrée en vigueur du RREGOP et qui n ont pas :

de s appliquer aux enseignantes et enseignants qui ont commencé à cotiser au RRE avant l entrée en vigueur du RREGOP et qui n ont pas : ANNEXE IV Régime de retraite Trois régimes peuvent s appliquer aux enseignantes et enseignants. Le RREGOP (Régime de retraite des employés du gouvernement et organismes publics) En vigueur depuis le 1

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail