Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche"

Transcription

1 Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles D. Nibouche

2 Risque de 1 er IDM avant l âge de 40 ans ETUDE INTERHEART Le risque le plus élevé de faire un 1er IDM avant 40 ans touche la population Yusuf S et al. Lancet. 2004;364:937 52

3 Risque de 1 er IDM avant l âge de 40 ans ETUDE INTERHEART Le risque le plus élevé de 1er IDM avant 40 ans touche la population arabe Yusuf S et al. Lancet. 2004;364:937 52

4 Le diabète : une maladie évolutive Suceptibilité génétique Diagnostic du diabète Facteurs environnementaux Nutrition Obésité sédentarité microangiopathie macroangiopathie Insulin-résistance HDL-C Triglycérides Athérosclérose HTA ITG hyperglycémie Rétinopathie Néphropathie Neuropathie Maladie coronaire/idm AOMI AVC Amputation décès HDL-C = high-density lipoprotein cholesterol; Adapted from Brown WV. Diabetes Obes Metab. 2000;2(suppl 2):S11-S18.

5 Une évolution en 2 étapes: Anomalies lipidiques quantitatives du sujet diabétique 1 ère étape: insulinorésistance de la production des VLDL du catabolisme des HDL hypertriglycéridémie du taux plasmatique de HDL chol. 2 ème étape: déficit relatif en insuline Diminution du catabolisme lipo. riches en TG. (chylomicrons, VLDL,LDL) aggravation de l hypertriglycéridémie. Diminution du catabolisme des LDL VLDL, IDL, LDL du risque d oxydation et de la glycation des lipoprotéines

6 Anomalies lipidiques qualitatives du sujet diabétique Enrichissement des lipoprotéines VLDL, LDL, et HDL en TG en particulier les LDL denses de petite taille. Augmentation des LDL oxydées. Augmentation de la glycation des apolipoprotéines, notamment apo A1 et apo B

7

8 INTERHEART En population générale les F de R classiques ont un pouvoir prédicteur fort. 9 facteurs de risque expliquent 90% des IDM Risque multiplié par Risque attribuable dans la population Tabac % Diabète % Hypertension % ApoB/A % Facteurs psychologiques % Activité physique % Cons. de fruits et légumes % Alcool % Obésité abdominale % Lancet 2004

9 Incidence (%) Le risque d IDM chez le diabétique est aussi élevé que chez le non diabétique présentant un antécédent d IDM IDM Fatal & non-fatal chez des subjects avec et sans diabète de type 2 Pas IDM antérieur IDM antérieur 7-year incidence of fatal and non-fatal MI in 1,373 non-diabetic and 1,059 diabetic subjects (p<0.001) No T2DM T2DM Haffner et al. N Engl J Med 1998;339:229 34

10 Diabète de type 2 : Mortalité UKPDS

11

12 Cible LDL: objectif principal

13 L'athérosclérose Monocyte LDL Sélectine E, sélectine P VCAM-1, ICAM-1 OxLDL MCP-1 Intima M-CSF Autres déclencheurs de l'inflammation Activation et division des macrophages Migration des cellules musculaires lisses Media Libby et al. Circulation. 2002;105: ; Newby et al. Cardiovasc Res. 1999;41:

14 CARDS

15

16

17

18 Recommandations

19 Recommandations ESC 2011

20 Recommandations sur les cibles thérapeutiques ESC 2011

21

22 Recommandations de l ACC/AHA 2013

23 Nouvelles directives de l ACC/AHA pour le traitement du cholestérol, publiées en novembre 2013 Directives 2013 de l ACC/AHA pour le traitement du cholestérol sanguin visant à réduire le risque de maladie cardiovasculaire athérosclérotique chez l adulte : rapport du groupe d étude de l American College of Cardiology/America Heart Association sur les directives de pratique clinique. Stone NJ, et al.j Am Coll Cardiol 2013 Nov 7. Publié en ligne avant l impression

24 Contexte 1. Directives du NCEP ATP III mises à jour pour la dernière fois en Collaboration entre le NHLBI et l ACC/AHA pour élaborer des directives de pratique clinique destinées à l évaluation du risque cardiovasculaire, aux modifications de l hygiène de vie dans la réduction du risque CV, surpoids et obésité chez l adulte, et à la prise en charge du cholestérol sanguin. 3. En novembre 2013, l ACC et l AHA ont publié de nouvelles directives pour le traitement du cholestérol sanguin visant à réduire le risque cardiovasculaire et d athérosclérose chez l adulte. 4. L ACC et l AHA ont établi leurs nouvelles recommandations sur les éléments d information rassemblés lors des essais cliniques randomisés (ECR).

25 Les directives distinguent quatre groupes de patients pour lesquels les statines sont bénéfiques Groupe 1 MCAS clinique MC, AVC et maladie artérielle périphérique, tous d origine athéroscléreuse présumée Groupe 2 C-LDL 190 mg/dl (~5 mmol/l) MCAS : maladie cardiovasculaire athérosclérotique MC : maladie coronarienne C-LDL : cholestérol des lipoprotéines de faible densité Stone NJ, et al.j Am Coll Cardiol 2013 Nov 7. Publié en ligne avant l impression

26 Les directives distinguent quatre groupes de patients pour lesquels les statines sont bénéfiques Groupe 3 Diabète sucré + âgés de 40 à 75 ans + taux de C-LDL entre 70 et 189 mg/dl Groupe 4 Risque de MCAS 7,5 % Pas de diabète + âgés de 40 à 75 ans + taux de C-LDL entre 70 et 189 mg/dl MCAS : maladie cardiovasculaire athérosclérotique MC : maladie coronarienne C-LDL : cholestérol des lipoprotéines de faible densité Stone NJ, et al.j Am Coll Cardiol 2013 Nov 7. Publié en ligne avant l impression

27 Choix thérapeutique des quatre groupes de patients pour lesquels les statines sont bénéfiques Adultes de > 21 ans et candidats à un traitement par statine MCAS clinique Non Oui Âgé de 75 ans - Statine d intensité élevée (statine d intensité modérée si non candidat à une statine d intensité élevée) Âgé de > 75 ans ou si non candidat à une statine d intensité élevée - Statine d intensité modérée Taux de C-LDL 190 mg/dl Oui Statine d intensité élevée (Statine d intensité modérée si non candidat à une statine d intensité élevée) Non Diabète* Non Oui Statine d intensité modérée Estimation du risque de MCAS sur 10 ans 7,5 % Statine d intensité élevée Statine d intensité élevée Devrait réduire le taux de C-LDL de 50 % Statine d intensité modérée Devrait réduire le taux de C-LDL de 30 à < 50 % Estimation du risque de MCAS sur 10 ans selon des équations de cohortes combinées 7,5 % Risque de MCAS sur 10 ans* Non Statine d intensité modérée à élevée Le bénéfice de la prévention des MCAS d un traitement par statine peut être moins manifeste dans d autres groupes. Prendre en considération les autres facteurs influençant le risque de MCAS, ainsi que le rapport bénéfice/risque, les effets indésirables potentiels, les interactions médicamenteuses et la préférence du patient pour un traitement par statine. Oui *Patients âgés de 40 à 75 ans et présentant un taux de C-LDL entre 70 et 189 mg/dl. Stone NJ, et al.j Am Coll Cardiol 2013 Nov 7. Publié en ligne avant l impression

28 Groupe 3 Diabète sucré Statine d intensité modérée Diabète* Estimation du risque de MCAS sur 10 ans 7,5 % Statine d intensité élevée *Patients âgés de 40 à 75 ans et présentant un taux de C-LDL entre 70 et 189 mg/dl.

29 Groupe 3 Diabète sucré Âgé de 75 ans - Statine d intensité élevée (statine d intensité modérée si non candidat à une statine d intensité élevée) MCAS clinique Âgé de > 75 ans ou si non candidat à une statine d intensité élevée - Statine d intensité modérée

30 Intensité des statines Statine d intensité élevée Devrait réduire le taux de C-LDL de 50 % Statine d intensité modérée Devrait réduire le taux de C-LDL de 30 à < 50 %

31 Les directives précisent les doses de statines Traitement d intensité élevée du C-LDL de 50 % Traitement d intensité modérée du C-LDL de 30 à 50 % Atorvastatine (40) à 80 mg 10 (20) mg Rosuvastatine 20 (40) mg (5) 10 mg Simvastatine 20 à 40 mg 10 mg Traitement d intensité faible du C-LDL de < 30 % Pravastatine 40 (80) mg 10 à 20 mg Lovastatine 40 mg 20 mg Fluvastatine XL 80 mg Fluvastatine 40 mg 2 x/j 20 à 40 mg Pitvastatine 2 à 4 mg 1 mg En gras : statines et doses évaluées dans le cadre d ECR. En italique : statines et doses approuvées par la FDA (États-Unis), mais n ayant pas été évaluées dans le cadre des ECR pris en considération. *À administrer aux patients ne tolérant pas les traitements d intensité modérée à élevée. Si le patient est d origine asiatique, la dose de statines prescrite devra peut-être être modifiée. Stone NJ, et al. J Am Coll Cardiol 2013 Nov 7. Publié en ligne avant l impression

32 Les directives préconisent l utilisation d un nouveau calculateur de risque de MCAS Le risque (%) de MCAS sur 10 ans (IM non fatal, décès par MC, ou AVC fatal/non fatal) se calcule sur la base de paramètres simples : Facteur de risque Sexe (homme ou femme) Âge (ans) Race (afro-américain ou blanc/autre) Taux de cholestérol total (mg/dl) Taux de C-HDL (mg/dl) PAS (mmhg) Traitement de l hypertension (oui ou non) Diabète (oui ou non) Tabagisme (oui ou non) PA : pression artérielle C-HDL : cholestérol des lipoprotéines de haute densité PAS : pression artérielle systolique Goff DC Jr, et al. J Am Coll Cardiol Nov 7. Publié en ligne avant l impression

33 ASCVD Risk Estimator

34 Les directives préconisent qu un traitement sans statine est réservé aux personnes présentant une réponse insuffisante au traitement par statine Aucun élément probant ne justifie l administration de routine de traitements sans statine pour davantage les événements de MCAS. Les patients des groupes pour lesquels les statines sont bénéfiques doivent recevoir une statine d intensité maximale tolérée. Avant d envisager l ajout d un médicament ne faisant pas partie de la famille des statines, il convient d insister une nouvelle fois sur l importance de l adoption d une bonne hygiène de vie et l observance du traitement par statine. Envisager l ajout d un (ou plusieurs) hypolipidémiant(s) ne faisant pas partie de la famille des statines, de préférence des médicaments ayant entraîné une des MCAS dans le cadre d ECR, et si le bénéfice apporté par la des MCAS est supérieur aux EI potentiels. Envisager une monothérapie sans statine uniquement si le patient présente une intolérance totale aux statines. Stone NJ, et al.j Am Coll Cardiol 2013 Nov 7. Publié en ligne avant l impression

35 L indication des fibrates et de la niacine ne doit se faire que pour traiter une dyslipidémie (hypertriglycéridémie).

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer?

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Médecins de Famille Genève 3 avril 2014 Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Dr Cédric Vuille Nyon et Service de Cardiologie, HUG Cas clinique Patient asymptomatique de 65 ans. HTA à 140/90 sous

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique, groups d

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Il existe une relation évidente et démontrée entre le niveau

Plus en détail

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Risque relatif de mortalité induit par une MC (maladie coronarienn Risque relatif de mortalité induit par une MC 5 4.5 4 3.5 3 2.5 2 1.5 1 0.5

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Une femme qui veut améliorer son hygiène de vie... Alain Wajman Things we knew, things we did Things we have learnt, things we should do 2 Vidéo Françoise

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Athérosclérose et risque cardiovasculaire

Athérosclérose et risque cardiovasculaire Athérosclérose et risque cardiovasculaire Dr Adel Rhouati 1Epidémiologie : Athérosclérose :Principale étiologie des maladies cardio-vasculaires (MCV) - ~ 90% des SCA - ~ 50% des AVC Maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Stratégies de lutte contre le diabète

Stratégies de lutte contre le diabète Stratégies de lutte contre le diabète Gilles Paradis, MD, MSc, FRCPC, FACPM, FAHA Direction de santé publique de Montréal, Institut national de santé publique du Québec JASP 2004 17 e Congrès annuel AMSSCQ

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Pas d étude de morbimortalité à ce jour pour l ézétimibe

Pas d étude de morbimortalité à ce jour pour l ézétimibe BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour l ézétimibe dans l hypercholestérolémie? (Ezetrol [ézétimibe seul] ou Inegy [en association fixe à la simvastatine]) L ézétimibe est un inhibiteur de l absorption

Plus en détail

Épidémiologie cardiovasculaire

Épidémiologie cardiovasculaire Épidémiologie cardiovasculaire Epidémiologie Variation géographique: Taux de mortalité par accidents coronariens: Grande disparité Gradient nord sud: En Europe Dans le pays Prédominance dans les pays industrialisés

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi,

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, Cœur et travail 2013 Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, R. Brion «Centre Bayard», 69 100 Villeurbanne «Dieulefit-Santé», 26 260 Dieulefit? Quantifier le risque Risque cardio-vasculaire

Plus en détail

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique?

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? Congrès American College of Cardiology Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Lipides et diabète 1. Une dyslipidémie athérogène Les diabétiques de type

Plus en détail

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Secrétaire Général de la Société Française de Cardiologie Service de Cardiologie B, CHU de Toulouse 2 cet intervenant : a déclaré n avoir aucun lien

Plus en détail

Hyperlipémies Les recommandations européennes et américaines

Hyperlipémies Les recommandations européennes et américaines Hyperlipémies Les recommandations européennes et américaines Athérosclérose et dyslipidémies expression des molécules d'adhésion capture des LDLs pénétration des LDLs Structure générale des lipoprotéines

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Introduction Bien que les statines aient

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Présentée par Catherine Montminy Étudiante en pharmacie de 3 e année Février 2014 Plan de la présentation Population visée par un bilan lipidique

Plus en détail

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie Conséquences métaboliques de l hormonothérapie Dr Beuzeboc Institut Curie Cancer de prostate. Effets secondaires de la déprivation androgénique (ADT) Ostéoporose Modification corporelle Conséquences de

Plus en détail

La Nutrition, le diabète dans la prévention des maladies cardio-vasculaires

La Nutrition, le diabète dans la prévention des maladies cardio-vasculaires La Nutrition, le diabète dans la prévention des maladies cardio-vasculaires Pr Yves Boirie Service de Nutrition Clinique CHU de Clermont-Ferrand CRNH Auvergne 22 octobre 2009 Taux de mortalité cardiovasculaire

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 2005 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude FIELD : un fibrate ou une statine pour la prise en charge de la dyslipidémie des diabétiques de type 2? Le diabétique

Plus en détail

ÉvAluAtion du risque de décès

ÉvAluAtion du risque de décès ÉvAluAtion du risque de décès par maladie vasculaire «Systematic Cerebrovascular and coronary Risk Evaluation» penser risque vasculaire global Établir le risque Connaître les cibles Agir pour les atteindre

Plus en détail

La présence d une dyslipidémie

La présence d une dyslipidémie Dyslipidémie et diabète RÉSUMÉ : Les anomalies lipidiques sont fréquentes et particulières chez les patients diabétiques de type 2. Elles sont définies par des taux élevés de triglycérides, des taux bas

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques FENOFIBRATE

Plus en détail

SYNDROME CORONARIEN AIGU. Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail

SYNDROME CORONARIEN AIGU. Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail SYNDROME CORONARIEN AIGU Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail 400 morts / jour = 147 000 morts / an 1 ère cause de mortalité chez les femmes et les + de 65 ans 2 millions de français

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Plan. Historique. Définition et prévalence. Causes et Physiopathologie. Prise en charge biologique. Conclusion. SMet???

Plan. Historique. Définition et prévalence. Causes et Physiopathologie. Prise en charge biologique. Conclusion. SMet??? Rôle du Laboratoire dans la prise en charge du syndrome métabolique. Dr Jeanne NGOGANG FMSB/CHUY. Université de Yaoundé I République du Cameroun Plan Historique. Définition et prévalence. Causes et Physiopathologie.

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques FENOFIBRATE

Plus en détail

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Pr. Philippe ZERR docteurzerr@gmail.com Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Tous droits réservés D.Rozenbaum, P.Zerr Dr David ROSENBAUM

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Ce document est une actualisation des recommandations de bonne pratique «Prise en charge des dyslipidémies» publiées par l Afssaps en

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS 2005 La prise en charge du patient hypertendu repose à la fois sur les valeurs de la pression artérielle et sur le niveau de risque cardiovasculaire

Plus en détail

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 2008 2014 Mortalité CV:30% 29% Cas cliniques: prise en charge identique? PF, un cadre d entreprise,

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA HTA (1) PAS >= 140 mmhg et/ou PAD >= 90 mmhg, au cabinet et confirmée, 2 mesures par consultation, au cours de 3 consultations en 3 à 6 mois (hors diabète ou insuffisance rénale, HTA si >= 130/80). HTA

Plus en détail

Dyslipidémies. Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type. majeure Mécanismes physio-pathologiques des dyslipidémies

Dyslipidémies. Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type. majeure Mécanismes physio-pathologiques des dyslipidémies Dyslipidémies I) Classification de Frederickson Aspect du sérum à jeun Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type I Lactescent CM - 2,5g/l N LDL +++ 10% Opalescent VLDL + LDL Hypertriglycéridémie

Plus en détail

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Les différents traitements et interventions sur le RCV Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Traitements médicamenteux De l HTA Pour qui? C t? Du Diabète Comment?

Plus en détail

Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue. François DELAHAYE

Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue. François DELAHAYE Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue François DELAHAYE Syndrome métabolique Ensemble d anomalies métaboliques et de facteurs de risque vasculaire Anomalies interconnectées: la présence

Plus en détail

Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux

Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux Prévention cardiovasculaire Certificat complémentaire Rôle du médecin généraliste en matière de prévention individuelle et collective Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux Les maladies

Plus en détail

Risque cardiovasculaire. Infection par le VIH

Risque cardiovasculaire. Infection par le VIH Risque cardiovasculaire Infection par le VIH Risque cardiovasculaire Le risque cardiovasculaire fait référence à une probabilité de survenue d un événement cardiovasculaire, défini par (1) : - une maladie

Plus en détail

Faculté de médecine Département de pharmacie Module de pharmacologie spéciale 2012/2013. Dr. Guergouri F.Z HYPOLIPEMIANTS

Faculté de médecine Département de pharmacie Module de pharmacologie spéciale 2012/2013. Dr. Guergouri F.Z HYPOLIPEMIANTS Faculté de médecine Département de pharmacie Module de pharmacologie spéciale 2012/2013 Dr. Guergouri F.Z HYPOLIPEMIANTS Métabolisme des lipoprotéines Les lipides (non solubles dans le plasma) circulent

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2005 ; 17, n 7 : 390 7 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.204.175

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES. par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer

LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES. par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer ESC/ EAS GUIDELINES 2016 Question aux auditeurs : Croyez-vous que le cholestérol soit un facteur

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI DIABÈTE DE TYPE 2 : ETUDES D INTENSIFICATION conséquences pratiques Dr (Mougins) J ai entendu dire que trop baisser la glycémie était dangereux chez le diabétique de type 2!!!!???? Contrôle g glycémique:

Plus en détail

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS?

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? S. DEGHIMA, S. AOUICHE, K. MEZEGHRANI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ZENATI, N. ALOUI, R. HANNACHI, A.BOUDIBA.

Plus en détail

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Annexe II Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Le Résumé des Caractéristiques du Produit et la notice sont le résultat

Plus en détail

51 e CONGRES DE L A.M.U.B.

51 e CONGRES DE L A.M.U.B. 51 e CONGRES DE L A.M.U.B. Traitement hypolipémiant en Gériatrie. Dr. E. SCHILS Gériatre Service de Gériatrie C.H.U. TIVOLI Session Actualités diagnostiques et thérapeutiques. Modérateurs : Drs A. FIRKET,

Plus en détail

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Justification L hypercholestérolémie est un facteur de risque

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie Démences et dyslipidémies Epidémiologie Démences et dyslipidémies: plan Epidémiologie -Cholestérol et risque de MA: 3 -Apport de graisses et MA: 4 -HDL bas et LDL élevé et risque de MA: 4 -ApoA1 et MA:

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

Syndrome MétaboliqueM

Syndrome MétaboliqueM Syndrome MétaboliqueM et risque cardiovasculaire Congrès s du Sommeil 2007 Nantes Dr Pierre-Henri Ducluzeau Diabétologie tologie-nutrition CHU-ANGERS Syndrome MétaboliqueM Définition s Syndrome X Syndrome

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES

MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES Page 1 de 8 MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES 1. PRINCIPAUX FAITS OMS 2015 Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes

Plus en détail

MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE

MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 61 MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE Certaines

Plus en détail

Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf?

Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf? 1 Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf? Publié le 3 Jan 2017 Un entretien avec Éric BRUCKERT, Service d endocrinologie métabolisme et prévention cardiovasculaire, hôpital Pitié-Salpêtrière,

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions Docteur, à mon âge, faut-il encore contrôler le cholestérol? Et dois-je vraiment continuer l aspirine? Prof. Dr. med. N. Rodondi, Médecin Chef de la Policlinique Médicale Clinique Universitaire et Policlinique

Plus en détail

Cholestérol : votre feuille d'analyse à la loupe

Cholestérol : votre feuille d'analyse à la loupe Cholestérol : votre feuille d'analyse à la loupe Le taux de cholestérol sanguin représente l'un des principaux facteurs de risque cardiovasculaire. Ses concentrations doivent être basses pour prévenir

Plus en détail

Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux

Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux La place de la nutrition dans la prise en charge de la néphropathie diabétique Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux Les objectifs d'une "bonne" nutrition

Plus en détail

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN PRÉVENTION PRIMAIRE I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. III. SOURCE Recommandations ANAES : «Modalités de

Plus en détail

SURVEILLANCE ET COMPLICATIONS DU DIABETE DE TYPE II. Dr Tania Kharitonnoff Dr Jean-Pierre Haulot CHG Tulle

SURVEILLANCE ET COMPLICATIONS DU DIABETE DE TYPE II. Dr Tania Kharitonnoff Dr Jean-Pierre Haulot CHG Tulle SURVEILLANCE ET COMPLICATIONS DU DIABETE DE TYPE II Dr Tania Kharitonnoff Dr Jean-Pierre Haulot CHG Tulle Le diabète est une maladie chronique, insidieuse, qui évolue à bas bruit. Les complications s installent

Plus en détail

Optimiser la prescription des statines chez l artériopathe. Prof hon R. Darioli UNIL

Optimiser la prescription des statines chez l artériopathe. Prof hon R. Darioli UNIL Optimiser la prescription des statines chez l artériopathe Prof hon R. Darioli UNIL Roger.Darioli@hospvd.ch 1/Rdar/2016 Que signifie l optimisation d un traitement? L optimisation du traitement consiste

Plus en détail

Sujets «métaboliquement obèses» de poids normal

Sujets «métaboliquement obèses» de poids normal Sujets «métaboliquement obèses» de poids normal Introduction L obésité, surtout dans sa forme abdominale, et le syndrome métabolique sont étroitement liés et prédisposent, tous les deux, aux MCV. De façon

Plus en détail

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E.

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. Talbi ( HCA ) Introduction (1) Tous les ans, ~ 15 M de personnes dans le monde subissent

Plus en détail

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (actualisation) Recommandations de bonne pratique (synthèse)

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (actualisation) Recommandations de bonne pratique (synthèse) Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2007 ; 19, n 3 : 152-9 Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.205.197 le 11/08/2017. Traitement médicamenteux du diabète de

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

A u congrès de l American

A u congrès de l American Diabète de type 2 : pas de bénéfice à intensifier le traitement antihypertenseur et hypolipémiant Données de l étude ACCORD Marie VIRALLY Copyright 217 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant

Plus en détail

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 POURQUOI Prévalence élevée des MCV en Lorraine et notamment en Moselle est Surmortalité en Lorraine de

Plus en détail

Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies

Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Dr Vanina Bongard Unité de Prévention de l Athérosclérose, Hôpital Rangueil Service d Epidémiologie, CHU de Toulouse

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 juillet Date de l'amm initiale : 29/07/1998 dernière modification le 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 juillet Date de l'amm initiale : 29/07/1998 dernière modification le 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 juillet 2006 XENICAL 120 mg, gélule plaquettes thermoformées de 84 gélules Code CIP : 347 809-6 ROCHE orlistat liste I Date de l'amm initiale : 29/07/1998 dernière

Plus en détail

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle Dr. Ioana ZGAIA 22 Mars 2012 Définition de l HTA Objectif TA: inferieure à 140/90mmhg au cabinet ou 130/80 pour les diabétiques et les insuffisants

Plus en détail

Risque cardiovasculaire en diabétologie

Risque cardiovasculaire en diabétologie Journées Nationales du DES d Endocrinologie- Diabète et Maladies Métaboliques Risque cardiovasculaire en diabétologie Antoine Avignon Service de Maladies Métaboliques Hôpital Lapeyronie 7, avenue du Doyen

Plus en détail

Thérapeutique du diabète de type 2 au bureau, un survol

Thérapeutique du diabète de type 2 au bureau, un survol Thérapeutique du diabète de type 2 au bureau, un survol Geneviève Lanoie Endocrinologue Hôpital de Hull Objectifs Faire le diagnostic chez le patient atteint de diabète Approfondir ses connaissances sur

Plus en détail

Ali Lounici et al. Université d Alger Médecine Interne, Hôpital Salim Zmirli

Ali Lounici et al. Université d Alger Médecine Interne, Hôpital Salim Zmirli Importance du diagnostic du syndrome métabolique avant la survenue du diabète Ali Lounici et al. Université d Alger Médecine Interne, Hôpital Salim Zmirli Le diabète de type 2 Une maladie évolutive, liée

Plus en détail

DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2

DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2 6 Forum National de l Omnipraticien Alger le 8 Avril 2010 DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2 Pr. N. Ouadahi Médecine interne CHU Bab El Oued Causes of death in people with diabetes 50 40 40 Deaths (%) 30 20

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Métabolisme lipidique et insulinothérapie dans le sepsis. Desc réa med déc 2007 Julie Motuel

Métabolisme lipidique et insulinothérapie dans le sepsis. Desc réa med déc 2007 Julie Motuel Métabolisme lipidique et insulinothérapie dans le sepsis Desc réa med déc 2007 Julie Motuel Introduction Le patient de réanimation subit de profondes perturbations métaboliques (glucidiques, lipidiques,

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en France, Royaume-Uni, Pologne, Canada et Singapour.

Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en France, Royaume-Uni, Pologne, Canada et Singapour. Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en, Royaume-Uni,, et February 2004-1 Fréquence de l évaluation des risques cardiovasculaires Q1 : dans votre pratique quotidienne, sur

Plus en détail

Obésité abdominale : quel seuil de périmètre abdominal à considérer pour la population maghrébine?

Obésité abdominale : quel seuil de périmètre abdominal à considérer pour la population maghrébine? 6ème congrès Maghrébo-Français de médecine interne 19ème congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Oran 10,11 et 12 Mai 2013 Obésité abdominale : quel seuil de périmètre abdominal à considérer

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail