Assemblée générale. Un mouvement pour l alternative économique et sociale. (AG du 4 juin 2012)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assemblée générale. Un mouvement pour l alternative économique et sociale. (AG du 4 juin 2012)"

Transcription

1 Assemblée générale Un mouvement pour l alternative économique et sociale (AG du 4 juin 2012)

2 Equipe (au 1 er juin 2012) Marie-Caroline Collard - Directrice Fernande Cobergh - Secrétaire Estelle Mahieu - Graphiste Julie Lecomte - Chargée de communication Jean-Luc Bodson - Chargé de projets Agence-conseil Pierre van Steenberghe - Coordinateur agence-conseil Jean-François Herz - Chargé de projets Caroline Grisar - Chargée de projets Education permanente Véronique Huens - Coordinatrice éducation permanente Frédérique Konstantatos - Chargée de projets Quentin Mortier - Chargé de projets SCS CycladES, société consultante externe, gérée par C. Hublet Le CA Arnaud Pinxteren Aurélie (Raymond Kenler) CF2d (Bernard Goffinet) Crédal (Isabelle Philippe) EWETA (Guy Niset) La Lorraine (Yves Michel) Réseau d entreprises sociales (Salvatore Vetro) Réseau financement alternatif (Bernard Bayot)

3 Sommaire Introduction...5 Priorité 1 : Membres...7 En coups de projo : Nos membres, acteurs de l alliance Emploi-environnement en Région Bruxelles-Capitale...11 le réseautage des fédérations membres SAW-B membre actif de conseils d administration zooms : Nos membres, nos prestataires favoris...13 Une communication vers et sur nos membres...13 Plan d actions points forts : Des assemblées générales, bien plus qu une obligation statutaire...15 etes-vous satisfaits de nos services? priorités : Le site net et la newsletter «ES-infos» relookés les outils de communication évalués Priorité 2 : Identité...19 En coups de projo : Ciné-débats l économie sociale et ses valeurs expliquées à ses travailleurs les coopératives à l honneur zooms : Les Petits déjeuners de l économie sociale Des entreprises d économie sociale créees ou accompagnées dans leur développement Service graphique Plan d actions points forts : Gouvernance et stratégie pour renforcer les entreprises d économie sociale les Chantiers de l économie sociale, une dynamique qui se poursuit Clauses sociales et marchés publics : une expertise de référence priorités : Se doter de logiciels performants Débattre de l économie sociale avec les citoyens ans SAW-B : une vitrine pour l économie sociale

4 Priorité 3 : Coopération...31 En coups de projo : Renforcements sectoriels...34 les coopératives au coeur de collaborations zooms : Développement durable et transmission d entreprise...35 Une centrale centrale d achats pour et par l économie sociale...36 Collaborations nées du projet DESIR...36 Plan d actions points forts : Coordonner les acteurs de mobilité rurale alternative les rencontres de l éolien citoyen priorités : Des opportunités politiques qui stimulent la coopération...39 Une Agence Interfédérale pour l économie sociale...39 Année pivot pour «Buy Together»?...40 Priorité 4 : Politique...41 En coups de projo : L Europe à l agenda de SAW-B...43 tables-rondes des acteurs de mobilité rurale alternative...44 marchés publics et clauses sociales : une expertise en plein essor zooms : De nombreuses publications...46 Veille Politique...46 Plan d actions points forts : Démocratie et gouvernance SAW-B partenaire des alliances emploi-environnement priorités : Promotion des clauses sociales...48 elections communales...49 Les Chiffres...51 Bilan Résultat Membres SAW-B par Province :

5 Introduction Début 2.010, SAW-B présentait son plan stratégique à 4 ans. Véritable fil d Ariane, conçu ensemble, par les administrateurs et l équipe, et approuvé par les membres, ce plan a été réfléchi et élaboré pour tracer les priorités de SAW-B, mouvement pour l alternative économique. Les 4 grandes priorités et objectifs fixés par ce plan constituent, aujourd hui, les lignes directrices pour les actions à venir et autant de balises et repères pour présenter les activités de l année écoulée. 5

6

7 Priorité 1 : membres 7

8 ---> Objectifs Elargir et renforcer le membership pluraliste de SAW-B pour augmenter le nombre de ses membres. En veillant à ce qu ils représentent à la fois des citoyens, des entreprises, les membres des fédérations membres, les fédérations non-membres qui ont une démarche pluraliste, et les travailleurs. Informer et concerter les membres pour organiser les prises de positions politiques de la fédération, structurer les services et projets de l agence-conseil et de l éducation permanente. Mais également les stimuler pour avoir des membres motivés, impliqués et coopérant autour d une identité commune grâce à l adoption systématique de la charte de coopération. SAW-B s attache à garantir leur satisfaction. La fédération tend de manière générale à pérenniser, améliorer et développer la participation de ses membres. 8

9 13 nouveaux membres ont rejoint SAW-B En 2011 Altech Accès à l eau potable et à l énergie. Tel est le credo d Altech qui mise sur la recherche et le développement de solutions alternatives durables, adaptées aux pays du Sud. APERe Promotion des énergies renouvelables par des activités d information, de sensibilisation, de formation, d éducation à l énergie, des études, des actions d accompagnement et de soutien Les Ateliers TIC Tanneurs L ASBL lutte contre la fracture numérique. Reprise et reconditionnement des PC et appareils périphériques déclassés, revente à bas prix à un public défavorisé et services informatiques (livraison, mise en service, assistance et initiation à l utilisation de base du PC ). Bruxelles Emergences Envie de se lancer dans l entrepreneuriat mais peur d échouer? Cette coopérative d activités accompagne les futurs entrepreneurs qui ont décidé de créer leur propre activité. Dolce Vita Homeservices Tous les services de proximité habituels que permettent les titresservices mais avec une attention particulière à la qualité des emplois, la formation et l épanouissement professionnel et humain des aidesménagères. ELTYS Société coopérative d investissement éthique dont la finalité est de soutenir des projets locaux de petite et moyenne taille, qui rentrent dans une vision à long terme et répondent à des critères d éthique économique, de respect de l environnement et de démarche sociétale. Exposant d Accompagnement, conseils, organisation et formation : un éventail de services pour inclure la notion de développement durable dans vos événements, à tous les niveaux. Gammes Grâce à son offre de prestation de garde à domicile pour la population bruxelloise, cette association soutien des personnes de grande dépendance, soulage leurs proches et permet l insertion socioprofessionnelle d un public peu qualifié. Maison internationale Ce foyer d accueil pour étudiants étrangers multiplie les activités autour de son objectif central : activités socioculturelles, campagnes de sensibilisation sur les rapports Nord/Sud, soutien à l intégration socioprofessionnelle dans les pays africains, projet pilote en économie sociale sur la qualité de l habitat et l utilisation rationnelle de l énergie. Mirena Acronyme de Mission régionale pour l emploi des arrondissements de Namur et de Dinant. Un opérateur précieux pour trouver son chemin dans le parcours parfois sinueux de la recherche d emploi. 9

10 Mission locale de Forest Un apprentissage en direct sur le terrain pour une insertion socioprofessionnelle dans le secteur de la finition du bâtiment. Serviplast Entreprise de travail adapté qui propose des services d injection plastique, d assemblage, de conditionnement, du pavage et de la pose de membranes d étanchéité. Steppes by Steppes Une coopérative d activités pour être pris par la main et gagner son autonomie entrepreneuriale sans risques, accompagné par les services de professionnels en conseil. Motivations de nouveaux membres Pour la Mirena, «le projet de société que porte SAW-B s inscrit dans une véritable volonté d instaurer une société plus égalitaire, valeur essentielle et principale raison d être de notre organisme. Etre membre pour privilégier la démarche qui est la nôtre, fondée sur le partenariat et le travail en réseau». «La Maison internationale souhaite intégrer un groupe de structures qui s inscrivent dans une démarche convergente à la sienne, intégrer un réseau permettant l échange des pratiques, et obtenir un soutien technique ou méthodologique dans le développement et la gestion de ses projets.» «Parce qu on est plus fort à plusieurs que tout seul, Dolce Vita Home services souhaite, entre autres, Coopérer avec divers acteurs impliqués comme nous, dans le domaine de l économie sociale afin de créer des liens sociaux et solidaire.» «Devenir membre de SAW-B pour Faire partie d un réseau qui rassemble les acteurs de l économie sociale.» Les Ateliers TIC Tanneurs «Pour Eltys, SAW-B est un moyen efficace de se faire connaître et de partager nos réseaux.» «La Mission locale de Forest souhaite participer aux réflexions sectorielles et bénéficier d une ouverture vers la Wallonie.» «Au cours des dernières années, SAW-B a apporté son support à notre entreprise. Nous avons pu nouer des nombreux contacts avec plusieurs membres.» 10

11 3coups de projecteurs ---> Nos membres, acteurs de l alliance Emploi-environnement en Région Bruxelles-Capitale La ferme Nos Pilifs, Jeunes Schaerbeekois au Travail, Schaerbeek Action Emploi et Bati-groupe, via Carodec, figurent tous sur la liste des partenaires des deux grappes d entreprises initiées par SAW-B dans le cadre de l alliance emploi-environnement bruxelloise. Bien d autres peuvent et vont les rejoindre très bientôt. Deux grappes que SAW-B copilote avec le cluster Eco-build. Grappe d entreprises? La grappe est un lieu d animation, d échange et de programmation pour les entreprises qui choisissent d y adhérer. Elle intègre des entreprises d économie sociale et d économie classique. Elles y discutent et organisent des services et partenariats entre entreprises. Des collaborations concrètes entre ces deux mondes économiques. Les entreprises apprennent à se connaître, consolident la confiance mutuelle et aboutissent à des échanges de savoir faire ou des coopérations concrètes. La grappe travaille les questions suivantes : une meilleure connaissance entre les entreprises membres ; la collaboration entre membres pour la soumission sur des chantiers privés et publics ; la collaboration sur chantier ; la formation des membres, y compris celle des responsables des entreprises, des chefs d équipe et des ouvriers ; un marketing renforcé et orienté vers l efficacité PEB et la qualité environnementale du bâtiment et de ses abords ; l échange de bonnes pratiques (ex : la question de la fiabilité de la PEB sur chantier) les possibilités de passerelle pour les stagiaires et travailleurs des acteurs de l insertion et les entreprises classiques de la grappe ; la communication de la grappe et donc des entreprises qui acceptent une mutualisation de leur image. L éco-construction et la construction durable constituent la référence qui rassemble les entreprises au sein des deux grappes mises en place. 11

12 ---> Le réseautage des fédérations membres Petit focus sur les ordres du jour des 5 réunions des fédérations membres de SAW-B en : actualités des fédérations, discussions sur les analyses et études proposées par le pôle éducation permanente, présentation de projets et de l offre d animations au sein des structures, consultations et actualités européennes, dossiers politiques, suivi de la plateforme de concertation «ConcertES», proposition de logiciels informatiques pertinents pour le plus grand nombre Concentrées sur leurs secteurs respectifs, les fédérations sectorielles y trouvent un lieu précieux d échanges d informations qui donnent parfois des idées de projets communs, de collaborations entre certains. Ces réunions offrent des moments de coordination pour des actions communes et des décisions de lobbying. Elles sont l occasion de débats sur des questions de fond, les concepts et valeurs de notre secteur. Enfin, SAW-B y interpelle régulièrement ses fédérations membres pour obtenir leurs avis sur ses projets et connaître leurs demandes en vue de les intégrer, tant que possible, dans son offre de services. --> SAW-B membre actif de conseils d administration ConcertES Après deux ans et demi de présidence, SAW-B participe à présent en tant qu administratrice, à la plateforme de concertation francophone des organisations représentatives de l économie sociale. Ce mandat, riche d enseignements mais énergivore, vise à tenter, autant que possible, à construire des positions communes aux 15 fédérations sectorielles et aux trois fédérations transversales de l économie sociale (SAW-B, Febecoop et Syneco). Atout EI SAW-B, membre fondateur d Atout EI, participe à son conseil d administration. La Fédération wallonne des entreprises d insertion regroupe entreprises d insertion actives dans une grande variété de secteurs, ainsi que 4 fédérations actives dans l économie sociale. Ces entreprises, qui s inscrivent dans le champ de l économie sociale, ont toutes les mêmes objectifs : une activité économique orientée vers la qualité, la formation et la création d emplois durables. BFTF SAW-B a contribué activement à la création de la Belgian Fair Trade Federation (BFTF). Depuis, elle assure le mandat d administratrice. Née en octobre 2.010, BFTF est la fédération belge du commerce équitable. Elle rassemble des entreprises et des associations actives en Wallonie et à Bruxelles. BFTF trouve son origine en Belgique francophone et son ambition est d associer des membres au nord du pays. Au service des entrepreneurs centrés sur le commerce équitable. BFTF est dédiée au renforcement et à la promotion des valeurs de référence du commerce équitable. 12

13 2zooms ---> Nos membres, nos prestataires favoris Besoin d un service traiteur, d un expert pour une formation, d une salle? SAW-B fait appel à ses membres dès qu une opportunité se présente. Outre l administration de notre parc informatique, entre les mains de Damnet depuis de nombreuses années, notons Les Ateliers de Pontaury, Forma ou encore le Germoir qui ont été autant de traiteurs choisis par SAW-B en (impossible de les mentionner tous!). Leur engagement s accompagne d une comparaison avec d autres prestataires d économie sociale, s entend et dans un souci d équité et d équilibre. Pour répondre à une demande de formation sur l habitat groupé, SAW-B s est tournée tout naturellement vers Habitat & Participation. De même, dans le cadre des Chantiers de l économie sociale, lorsqu une thématique abordée en animation concerne des secteurs plus spécifiques, SAW-B fait appel à ses membres actifs dans ces domaines. Là encore, Habitat & Participation s est avéré un partenaire de choix à l instar de Relogeas et du RFA. Enfin, beaucoup de nos membres ont été des intervenants privilégiés dans les événements organisés. Autant d occasions de les mettre en valeur : 34 de nos membres figuraient au programme des divers événements, témoins parfaits de la richesse des produits et services offerts par les entreprises d économie sociale mais surtout des finalités qu elles poursuivent. --> Une communication vers et sur nos membres Le service com de SAW-B propose aux médias des portraits de ses membres pour illustrer l économie sociale. Nos membres constituent en effet une richesse à communiquer. Nous n hésitons pas à valoriser cette diversité pour tant que possible, offrir la meilleure vitrine des entreprises d économie sociale. En 2.011, La Ferme Nos Pilifs, Terre, Oxfam Solidarité, Les Petits Riens, Contrepoint, Neltane, La Ressourcerie le Carré ont bénéficié de ce travail de fourmi. Beaucoup de membres figuraient dans notre newsletter mensuelle, l ES-Infos ou sur notre site, dans les rubriques agenda, news et actu membres. Soit un lectorat de 3800 abonnés à l ES-infos et internautes en Nos membres ont reçu de multiples informations, sur nos activités d abord soit une quarantaine d événements (petits déjeuners, conférences, ciné-débats, formations clauses sociales et marchés publics ) et sur des activités, appels à projets, recherches de partenariats, etc. qui nous paraissaient pertinents à leur relayer. 13

14 ---> Membres de SAW-B et membres actifs du Cluster éco-construction En tant que membre fondateur du Cluster éco-construction, SAW-B a veillé à y inclure l économie sociale et ses membres actifs dans ce secteur. Souvent précurseurs en termes de formation et d innovation, ils y jouent un rôle essentiel. Ce cluster regroupe plus de 17.0 entreprises engagées dans une démarche de construction et de rénovation respectueuse de l environnement, inspirée par le bio-climatisme et utilisatrice des matériaux écologiques. Citons, parmi les entreprises membres de SAW-B, certains des membres du cluster : Le Trusquin, Quelque Chose à Faire, Terre via «Acoustix», la Calestienne, Couleur Terre, Neltane, Atelier de Pontaury, Contrepoint, ACFI, Acoustix (Terre) Le Trusquin Couleur Terre Ateliers de Pontaury Quelque Chose à Faire La Calestienne ACFI... Neltane Contrepoint 14

15 Plan d actions 2012 Le salon des mandataires, les 9 et 10 février , est l occasion pour SAW-B de présenter les outils d accompagnement des pouvoirs adjudicateurs pour l insertion des clauses sociales dans les marchés publics : un helpdesk et un service d analyse prospective gratuit. Plus de 80 d entre eux se sont arrêtés au stand de SAW-B et reçu une présentation des outils, sans compter la visibilité et les flyers piochés au vol par les visiteurs du salon. 2points forts ---> Des assemblées générales, bien plus qu une obligation statutaire Lieu de rassemblement de ses membres, les assemblées générales de SAW-B constituent des occasions d amener des questions et des débats, notamment sur les principes et valeurs de l économie sociale. L autonomie de gestion, déjà soulevée lors de la 1 ère AG de permettra de rédiger une analyse d éducation permanente afin d aller plus loin lors d une prochaine réunion. De même, l utilisation des réserves de trésorerie, sur laquelle certains membres s étaient interrogés en 2.011, a été mise à l ordre du jour d un conseil d administration et a fait l objet d un débat, d une note et d une première position. Ces questions, les administrateurs s en emparent en vue d amener des réponses et propositions constructives lors d une AG de Des projets d ampleur comme l étude annuelle ou les Chantiers de l économie sociale figurent également à l ordre du jour des AG L avis des membres sera sollicité pour entendre leurs idées, stimuler l implication plus concrète de certains et tout simplement, leur détailler ces initiatives qui sont avant tout des services à leur attention. 15

16 Etes-vous satisfaits de nos services? Un questionnaire d évaluation a vu le jour fin d année et sera appliqué lors de toutes les facturations et les fins de prestations pour les clients de l agence-conseil, mais également pour celles du service graphique et les prestations ponctuelles de l équipe éducation permanente. Ceci devrait permettre à l équipe de continuer à s améliorer et aux clients de nous dire ce qu ils pensent 16

17 2priorités ---> Le site net et la newsletter «ES-infos» relookés Après un travail d évaluation, une réflexion pour une arborescence plus ergonomique, une réécriture complète des contenus et une refonte du design, le nouveau site Internet de SAW-B basculera en ligne au deuxième semestre Derrière la façade, c est aussi l outil de gestion CMS qui change. Un outil en logiciel libre, mis en place par un prestataire d économie sociale qui pratique la mutualisation des développements particuliers pour ses clients. Libre de droits mais libre à bien d autres niveaux : il permet une autonomie totale d actions sur le site et, parce qu il n est pas lié au prestataire, nous laisse le choix et l opportunité d en changer et d en trouver d autres aptes à prendre le suivi du projet en cours. l ES-infos, newsletter mensuelle de l économie sociale, connaîtra, elle aussi un changement en Fini le déroulement linéaire et tout en longueur des actualités! Place à une mise en page dynamique et mieux adaptée à la lecture en ligne. Nos quelque 3800 abonnés découvriront les 6 rubriques d information liées à l économie sociale sous une nouvelle forme plus ergonomique et attractive. De quoi augmenter le lectorat et améliorer la communication sur l économie sociale vers un public plus large. --> Les outils de communication évalués Ils sont nombreux, déjà bien pensés et mis en page, mais sont-ils utilisés et diffusés à bon escient? D autres nécessitent une réflexion plus approfondie et un retravail graphique. Certains restent encore à inventer. Plaquettes de présentation, publications, prospectus, fardes de documentation Après le site Internet et la newsletter déjà revus, les autres divers outils de communication de SAW-B méritent de prendre le temps de l évaluation. Quelle est leur pertinence, la qualité de leur message et leur public cible? Une évaluation participative qui inclura la consultation de certains membres en focus groupes. Ils seront invités à apporter leur regard extérieur sur l image de SAW-B que leur renvoient ces différents outils. 17

18

19 Priorité 2 : identité

20 ---> Objectifs Renforcer l identité de SAW-B et de ses membres comme fédération d alternatives économiques pour promouvoir l économie sociale et les valeurs qu elle incarne. Mais aussi stimuler l innovation économique. Cela participe également à améliorer la définition de l ES et à renforcer le sentiment d appartenance au mouvement et la cohésion entre ses acteurs. S inscrire dans une économie sociale à l identité forte pour un positionnement politique et une reconnaissance en tant que partenaire de développement économique et social. Rassembler des acteurs d économie sociale soutenus publiquement et qui développent des partenariats grâce à des outils et projets qui renforcent l identité du mouvement qu ils portent. 20

21 Dans la PRESSE En 2011 L économie sociale, ses acteurs et les membres de SAW-B étaient également dans la presse en Le magazine économique «Trends/tendances» a consacré un dossier sur l entrepreneuriat social auquel SAW-B a collaboré, accompagné de portraits d entreprises. Parmi eux, la Ferme Nos Pilifs, membre de SAW-B a retenu l attention du journaliste. Le magazine de la Province du Hainaut, «B2.Hainaut» et le supplément du Soir «Références» ont eux aussi, choisi de parler d entrepreneuriat social. Notre fédération a apporté sa contribution et proposé des exemples d entreprises. «La Chronique», l hebdomadaire des professionnels de la construction s est emparée d un communiqué de presse commun SAW-B et RFA sur le développement des éoliennes citoyennes. L analyse sur l égalité de genre a retenu l attention de la FGTB qui l a traduite en article dans sa revue «Syndicats». Enfin, démarrage remarqué de la Guilde de la Province du Luxembourg, relayé par la télévision locale et par le quotidien l Avenir. ImpulCera, une vitrine pour l entrepreneuriat en économie sociale En 2.011, les lauréats ImpulCera ont eu la cote dans les médias. Une conférence de presse organisée en février pour mettre à l honneur les lauréats en lancement a trouvé écho dans la presse locale. Résultat : un reportage télé, un reportage radio et 2. articles dans les quotidiens La Libre Belgique et Le Soir. La Libre Belgique, encore, a publié en mai un portrait de la coopérative Vins de Liège tandis qu en juillet, c est M Toi qui obtenait la tribune dans le supplément du Soir «Références». L appel à projets aussi a bénéficié d une belle visibilité dans le magazine de l Université de Liège «Spirit of Management» et dans «L Emploi du temps», publication du Forem. 21

22 3coups de projecteurs ---> Ciné-débats Faire connaître l économie sociale de manière ludique et accessible à un large public et si on faisait un cinédébat? En 2.011, SAW-B a co-organisé le cycle «Les samedis cinémas» avec Attac Charleroi et le Ciné le Parc. Une collaboration née de la volonté commune d interroger le travail : Travailler pour quoi? Pour qui? Dans quelles conditions? 5 films ont illustré ces questions. Le documentaire «Entre nos mains» suit les travailleuses d une usine de lingerie au bord de la faillite, qui essayent de créer une coopérative pour sauver leurs emplois. Comment décrire les obstacles et le cheminement d une reprise d entreprise par les travailleurs? Les quatre agences-conseil dont SAW-B partenaires du projet REDDI, volet transmission d entreprises ont choisi de mettre la reprise en débat. Deux projections, les 14 février et 6 avril, suivies d un échange entre la salle et des intervenants ont été organisées. ---> L économie sociale et ses valeurs expliquées à ses travailleurs Pour illustrer l économie sociale, SAW-B a réalisé 3 capsules vidéos qui donnent la parole aux travailleurs de la Boutique de gestion, La Bourrache et la Crèche parentale. Ils expliquent le sens de leur travail, comment il répond à une finalité sociale et comment l humain est mis au centre de la gestion de leur entreprise. Ces vidéos, réalisées dans le cadre des «Chantiers de l économie sociale» offrent un regard neuf sur les travailleurs de l économie sociale à d autres travailleurs d entreprises sociales... Elles ont été projetées lors de la journée de rassemblement, le 16 septembre Elles sont accessibles en ligne, sur le site Internet des «Chantiers de l économie sociale», et servent souvent de support pédagogique lors d animation d éducation permanente, que ce soit au sein d entreprises d économie sociale ou auprès du grand public. Enfin, SAW-B a aussi réalisé un DVD qui rassemble les témoignages vidéo dont elle disposait sur le thème de la gestion démocratique. Un outil pédagogique complémentaire et également un bon support pour partager les spécificités de l économie sociale. 22

23 3 zooms ---> Les Petits déjeuners de l économie sociale ---> Les coopératives à l honneur L année a été déclarée par l ONU «année internationale des coopératives». Une occasion dont SAW-B s est emparée au travers de son étude annuelle, rédigée courant «Les coopératives, un modèle tout terrien» donne la parole à une diversité d acteurs et passe en revue l histoire, le présent et le futur du mouvement coopératif. Coopératives citoyennes, coopératives de travailleurs, coopératives financières, coopératives de commerce équitable, coopérative de services autant de structures dont les enjeux et les défis sont analysés de manière critique et prospective. Des dizaines d encadrés viennent compléter ces articles et proposent des portraits vivants et concrets, reflets de la réalité des coopératives. L étude sera présentée en , en présence d experts et d acteurs de terrain. Un moment pour débattre des enjeux autour des coopératives et de cette année qui leur est consacrée. Elle servira également de support à d autres débats et moments clefs auxquels SAW-B participera en Les petits déjeuners de l économie sociale réunissent nos entreprises, des acteurs associatifs ou politiques, des chercheurs... Ils sont l occasion d échanger autour de nos enjeux, nos pratiques, nos questionnements. Ce sont aussi des moments où notre identité trace ses contours et s affirme. En 2.011, un des petits déjeuners a notamment été consacré aux relations entre les médias et l économie sociale. Se faire reconnaître par le grand public comme un ensemble cohérent d entreprises aux valeurs communes semble essentiel. Or, les médias sont un des vecteurs de cette reconnaissance. Autour de la table, des journalistes classiques (RTBF, Trends, La Libre Belgique) et plus alternatifs (Alter Echos, ) pour discuter du regard qu ils portent sur nos entreprises, voir comment améliorer notre visibilité et mieux faire passer notre message. Ces échanges ont permis d approfondir l analyse que SAW-B avait consacrée à ce thème mais aussi, d échanger des informations pratiques, de nouer des contacts, voire d envisager la publication de certains articles. 23

24 ---> Des entreprises d économie sociale créées ou accompagnées dans leur développement En 2.011, une part importante du travail mené par l agence-conseil (AC) a porté sur des accompagnements et des conseils des plus variés auprès d une dizaine d ETA. Analyses stratégiques, plans de prospection commerciale, réflexions de transformations d ASBL et SFS... les missions étaient multiples. L AC a également mené une étude d opportunité et une étude de marché pour un projet de filière de transformation de produits issus de l agriculture bio pour un groupe de 10 ETA namuroises. Démarré en 2.010, le dossier Al Lodgî a connu un tournant significatif. Pour rappel, ce projet vise à créer des solutions de logement abordables pour des personnes souffrant de maladies mentales mais stabilisées. L étude accompagnée avait permis de lancer un partenariat avec la Province du Brabant wallon. En collaboration avec l agence immobilière sociale (AIS), elle a accepté de réserver 6 unités de nouveaux logements sociaux en construction au public visé. Mais, dès avril, l équipe qui portait le projet a identifié un bâtiment de plus de 800m² au centre d Ottignies. L agence-conseil a alors revu les premières projections financières et réalisé de nombreuses versions pour accompagner les porteurs auprès des banques. Fin 2.011, le projet a obtenu des crédits auprès de la Sowecsom et de Triodos pour plus d 1,17. million d euros. Ce projet, toujours en cours d accompagnement, va créer 13 unités de logement sur base d un montage complexe qui mélange droit démembré, certificat immobilier, partenariat avec l AIS, etc. A souligner encore, l accompagnement de La Fromagerie du Gros Chêne qui a obtenu des financements auprès des financiers alternatifs pour construire un atelier de travail partagé. L agence-conseil a réalisé un business plan et un plan financier pour le projet. Un travail sur plusieurs filières innovantes avec le Groupe La Lorraine devrait aboutir en Un travail avec Le Trusquin a démarré en vue d évaluer la rentabilité d un projet d entreprise d insertion en éco-construction. Enfin, un outil d analyse de rentabilité a été réalisé pour des projets de réseaux de chaleur, une transformation de SA en SA à finalité sociale, etc. 24

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT

PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT Club Agile Caen PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT Club Agile Caen EN BREF ÊTRE AGILE C est maitriser les outils qui permettent de : - Lever les freins qui ralentissent les projets - Réagir rapidement

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat

Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat En perspective de la Conférence Mondiale des Nations Unies sur le Climat qui se tiendra à Paris en décembre

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Agence de communication Evénementielle

Agence de communication Evénementielle Agence de communication Evénementielle L AGENCE Corp est née d un simple constat : nous ne sommes plus uniquement des consommateurs mais aussi des publics. Le brand content a réinventé le discours de la

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Les petites lanternes magiques

Les petites lanternes magiques FESTIVAL DU FILM D ANIMATION SCOLAIRE Les petites lanternes magiques Juin 2008, Tournefeuille, cinéma Utopia Le G.R.A.P.E & La Menagerie Pour la troisième édition du Festival Les Petites Lanternes Magiques,

Plus en détail

PRE-PROGRAMME SEMINAIRE ECLOSION 2015

PRE-PROGRAMME SEMINAIRE ECLOSION 2015 PREPROGRAMME SEMINAIRE ECLOSION 2015 JEUDI 19 NOVEMBRE PHASE 1 : INSPIRER 19h15 22h15 ACCUEIL & COCKTAIL SOIREE «FAIL NIGHT» Evénement ouvert à tous Une soirée pour changer notre regard sur l échec! Des

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005

CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005 CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005 Objet : semaine d éducation au développement durable «Mon assiette» du 10 au 18 novembre 2005 Réseaux : Tous Niveaux et services : SECONDAIRE et PRIMAIRE Période : Année

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs

Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs Le Prix OCIRP Acteurs Économiques

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Fonds Social Européen

Fonds Social Européen Un projet Equal financé par le Fonds social européen, la Ministre Membre du Collège de la Commission communautaire française en charge de la Formation professionnelle, la Ministre-Présidente et Ministre

Plus en détail

LES SEMAINES THÉMATIQUES Hanploi.com

LES SEMAINES THÉMATIQUES Hanploi.com LES SEMAINES THÉMATIQUES Hanploi.com LE SITE DE RECRUTEMENT des personnes en situation de handicap Le calendrier 2015-2016 SEMAINES THEMATIQUES SUR HANPLOI.COM Créé en 2005, par CED et son réseau d entreprises

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Rapport d activités 2014 Version synthétique

Rapport d activités 2014 Version synthétique Rapport d activités 2014 Version synthétique Plan d actions 2014 Rapport d activités 2015 L InterMire comme soutien logistique et administratif Organisation du Collège des Directeurs Organisation de 12

Plus en détail

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion.

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion. BUSINESS PLAN SALON DES ETUDIANTS DE LAUSANNE, 25 ET 26 MARS 2010 1. Présentation générale 1.1. La formation d économiste d entreprise diplômé ES en Suisse Le contenu de la formation d économiste d entreprise

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

Dossier de Partenariat

Dossier de Partenariat L Entrepreneuriat des jeunes en milieu rural Partenaire officiel Sponsor officiel Dossier de Partenariat CONTEXTE Au niveau mondial, l Organisation Internationale du Travail publia le 12 août 2010, jour

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

www.ville-lepellerin.fr

www.ville-lepellerin.fr Pg n 1 / 10 Mairie de Le Pellerin, 44640 DOSSIER DE PRESSE Le Pellerin, le lundi 29 janvier 2007 lancement du site internet de la ville du Pellerin < mardi 6 février 2007 > sommaire Communiqué de presse

Plus en détail

Dossier de partenariat. Challenge de création d entreprise. Concours Handibusiness IDF 2015

Dossier de partenariat. Challenge de création d entreprise. Concours Handibusiness IDF 2015 Dossier de partenariat Challenge de création d entreprise Concours Handibusiness IDF 2015 Présentation Présentation AADSP, structure de service à la personne initiatrice du concours Handibusiness Accompagner,

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT. Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION

CHARTE D ENGAGEMENT. Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION CHARTE D ENGAGEMENT Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION Le SYCOPARC s engage à mettre en œuvre la programmation via son service de médiation culturelle. Il veille à la cohérence et à la pertinence des

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL CPNAE 2012-2014. I. PRESENCE DANS LES ENTREPRISES / AFFILIATION (Niveau des affiliés et des travailleurs)

PLAN DE TRAVAIL CPNAE 2012-2014. I. PRESENCE DANS LES ENTREPRISES / AFFILIATION (Niveau des affiliés et des travailleurs) PLAN DE TRAVAIL CPNAE 2012-2014 I. PRESENCE DANS LES ENTREPRISES / AFFILIATION (Niveau des affiliés et des travailleurs) DOMAINES OBJECTIFS 2012-2014 Moyens / Mesures - Vue sur notre présence syndicale

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction Section : Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions qui, d une part

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Objectif de la fiche Cette fiche vise à présenter les différents axes de coopération qui peuvent être proposés à une entreprise, ou un

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises conseil recherche sélection intégration www.pole-emploi.fr Pour connaître les coordonnées de nos sites. Pour plus d informations sur : Les services qui vous sont proposés Les mesures pour l emploi TBWA\CORPORATE

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE NOM DE LA STRUCTURE : Fondation d entreprise Bouygues Telecom ADRESSE : 82, rue H. Farman 92130 Issy-les-Moulineaux TITRE DE L EVENEMENT : Les

Plus en détail

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX TITRE Requérant Contribution au projet régional de facilitation des affaires dans l espace UEMOA «eregulations UEMOA» - Phase 2 Commission UEMOA Durée du

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES 1) Introduction Dans le cadre de son PDI (Plan de Développement International), le Cluster EDIT a mis en place une action nommée

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGRÉE PAR L ge Le guide du parraina F.L. - M. Dufour - EPAHN nseiller co t e r e g ra u co n e r, e Partag rs les mini-entrepreneu www.epa-hautenormandie.fr Créer ensemble La Mini Entreprise-EPA est une

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises

Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises ENTREPRISES ACHETEUSES Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises Cécile Rioux, Responsable des achats, et Nicolas Pernet, Trésorier du CE d'apicil, ont fait appel à Nathalie

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Bureau des étudiants VERSION IFP

Bureau des étudiants VERSION IFP Bureau des étudiants VI VERSION IFP l Institut Français de Presse & Version IFP L Institut Français de Presse est une institution pionnière dans la formation au monde des médias. Depuis près de 80 ans,

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION Ce dossier est destiné à vous présenter à la fois l activité du cabinet de courtage A2C GROUPE, les services mis à la disposition de ses partenaires. Ce dossier se présente sous

Plus en détail

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription ATELIER CV Cet atelier vous aide à travailler ou retravailler votre CV : - repérage des compétences - mise en forme du CV - possibilité d insérer une photo - enregistrement de votre CV sur différents supports

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail