Assemblée générale. Un mouvement pour l alternative économique et sociale. (AG du 4 juin 2012)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assemblée générale. Un mouvement pour l alternative économique et sociale. (AG du 4 juin 2012)"

Transcription

1 Assemblée générale Un mouvement pour l alternative économique et sociale (AG du 4 juin 2012)

2 Equipe (au 1 er juin 2012) Marie-Caroline Collard - Directrice Fernande Cobergh - Secrétaire Estelle Mahieu - Graphiste Julie Lecomte - Chargée de communication Jean-Luc Bodson - Chargé de projets Agence-conseil Pierre van Steenberghe - Coordinateur agence-conseil Jean-François Herz - Chargé de projets Caroline Grisar - Chargée de projets Education permanente Véronique Huens - Coordinatrice éducation permanente Frédérique Konstantatos - Chargée de projets Quentin Mortier - Chargé de projets SCS CycladES, société consultante externe, gérée par C. Hublet Le CA Arnaud Pinxteren Aurélie (Raymond Kenler) CF2d (Bernard Goffinet) Crédal (Isabelle Philippe) EWETA (Guy Niset) La Lorraine (Yves Michel) Réseau d entreprises sociales (Salvatore Vetro) Réseau financement alternatif (Bernard Bayot)

3 Sommaire Introduction...5 Priorité 1 : Membres...7 En coups de projo : Nos membres, acteurs de l alliance Emploi-environnement en Région Bruxelles-Capitale...11 le réseautage des fédérations membres SAW-B membre actif de conseils d administration zooms : Nos membres, nos prestataires favoris...13 Une communication vers et sur nos membres...13 Plan d actions points forts : Des assemblées générales, bien plus qu une obligation statutaire...15 etes-vous satisfaits de nos services? priorités : Le site net et la newsletter «ES-infos» relookés les outils de communication évalués Priorité 2 : Identité...19 En coups de projo : Ciné-débats l économie sociale et ses valeurs expliquées à ses travailleurs les coopératives à l honneur zooms : Les Petits déjeuners de l économie sociale Des entreprises d économie sociale créees ou accompagnées dans leur développement Service graphique Plan d actions points forts : Gouvernance et stratégie pour renforcer les entreprises d économie sociale les Chantiers de l économie sociale, une dynamique qui se poursuit Clauses sociales et marchés publics : une expertise de référence priorités : Se doter de logiciels performants Débattre de l économie sociale avec les citoyens ans SAW-B : une vitrine pour l économie sociale

4 Priorité 3 : Coopération...31 En coups de projo : Renforcements sectoriels...34 les coopératives au coeur de collaborations zooms : Développement durable et transmission d entreprise...35 Une centrale centrale d achats pour et par l économie sociale...36 Collaborations nées du projet DESIR...36 Plan d actions points forts : Coordonner les acteurs de mobilité rurale alternative les rencontres de l éolien citoyen priorités : Des opportunités politiques qui stimulent la coopération...39 Une Agence Interfédérale pour l économie sociale...39 Année pivot pour «Buy Together»?...40 Priorité 4 : Politique...41 En coups de projo : L Europe à l agenda de SAW-B...43 tables-rondes des acteurs de mobilité rurale alternative...44 marchés publics et clauses sociales : une expertise en plein essor zooms : De nombreuses publications...46 Veille Politique...46 Plan d actions points forts : Démocratie et gouvernance SAW-B partenaire des alliances emploi-environnement priorités : Promotion des clauses sociales...48 elections communales...49 Les Chiffres...51 Bilan Résultat Membres SAW-B par Province :

5 Introduction Début 2.010, SAW-B présentait son plan stratégique à 4 ans. Véritable fil d Ariane, conçu ensemble, par les administrateurs et l équipe, et approuvé par les membres, ce plan a été réfléchi et élaboré pour tracer les priorités de SAW-B, mouvement pour l alternative économique. Les 4 grandes priorités et objectifs fixés par ce plan constituent, aujourd hui, les lignes directrices pour les actions à venir et autant de balises et repères pour présenter les activités de l année écoulée. 5

6

7 Priorité 1 : membres 7

8 ---> Objectifs Elargir et renforcer le membership pluraliste de SAW-B pour augmenter le nombre de ses membres. En veillant à ce qu ils représentent à la fois des citoyens, des entreprises, les membres des fédérations membres, les fédérations non-membres qui ont une démarche pluraliste, et les travailleurs. Informer et concerter les membres pour organiser les prises de positions politiques de la fédération, structurer les services et projets de l agence-conseil et de l éducation permanente. Mais également les stimuler pour avoir des membres motivés, impliqués et coopérant autour d une identité commune grâce à l adoption systématique de la charte de coopération. SAW-B s attache à garantir leur satisfaction. La fédération tend de manière générale à pérenniser, améliorer et développer la participation de ses membres. 8

9 13 nouveaux membres ont rejoint SAW-B En 2011 Altech Accès à l eau potable et à l énergie. Tel est le credo d Altech qui mise sur la recherche et le développement de solutions alternatives durables, adaptées aux pays du Sud. APERe Promotion des énergies renouvelables par des activités d information, de sensibilisation, de formation, d éducation à l énergie, des études, des actions d accompagnement et de soutien Les Ateliers TIC Tanneurs L ASBL lutte contre la fracture numérique. Reprise et reconditionnement des PC et appareils périphériques déclassés, revente à bas prix à un public défavorisé et services informatiques (livraison, mise en service, assistance et initiation à l utilisation de base du PC ). Bruxelles Emergences Envie de se lancer dans l entrepreneuriat mais peur d échouer? Cette coopérative d activités accompagne les futurs entrepreneurs qui ont décidé de créer leur propre activité. Dolce Vita Homeservices Tous les services de proximité habituels que permettent les titresservices mais avec une attention particulière à la qualité des emplois, la formation et l épanouissement professionnel et humain des aidesménagères. ELTYS Société coopérative d investissement éthique dont la finalité est de soutenir des projets locaux de petite et moyenne taille, qui rentrent dans une vision à long terme et répondent à des critères d éthique économique, de respect de l environnement et de démarche sociétale. Exposant d Accompagnement, conseils, organisation et formation : un éventail de services pour inclure la notion de développement durable dans vos événements, à tous les niveaux. Gammes Grâce à son offre de prestation de garde à domicile pour la population bruxelloise, cette association soutien des personnes de grande dépendance, soulage leurs proches et permet l insertion socioprofessionnelle d un public peu qualifié. Maison internationale Ce foyer d accueil pour étudiants étrangers multiplie les activités autour de son objectif central : activités socioculturelles, campagnes de sensibilisation sur les rapports Nord/Sud, soutien à l intégration socioprofessionnelle dans les pays africains, projet pilote en économie sociale sur la qualité de l habitat et l utilisation rationnelle de l énergie. Mirena Acronyme de Mission régionale pour l emploi des arrondissements de Namur et de Dinant. Un opérateur précieux pour trouver son chemin dans le parcours parfois sinueux de la recherche d emploi. 9

10 Mission locale de Forest Un apprentissage en direct sur le terrain pour une insertion socioprofessionnelle dans le secteur de la finition du bâtiment. Serviplast Entreprise de travail adapté qui propose des services d injection plastique, d assemblage, de conditionnement, du pavage et de la pose de membranes d étanchéité. Steppes by Steppes Une coopérative d activités pour être pris par la main et gagner son autonomie entrepreneuriale sans risques, accompagné par les services de professionnels en conseil. Motivations de nouveaux membres Pour la Mirena, «le projet de société que porte SAW-B s inscrit dans une véritable volonté d instaurer une société plus égalitaire, valeur essentielle et principale raison d être de notre organisme. Etre membre pour privilégier la démarche qui est la nôtre, fondée sur le partenariat et le travail en réseau». «La Maison internationale souhaite intégrer un groupe de structures qui s inscrivent dans une démarche convergente à la sienne, intégrer un réseau permettant l échange des pratiques, et obtenir un soutien technique ou méthodologique dans le développement et la gestion de ses projets.» «Parce qu on est plus fort à plusieurs que tout seul, Dolce Vita Home services souhaite, entre autres, Coopérer avec divers acteurs impliqués comme nous, dans le domaine de l économie sociale afin de créer des liens sociaux et solidaire.» «Devenir membre de SAW-B pour Faire partie d un réseau qui rassemble les acteurs de l économie sociale.» Les Ateliers TIC Tanneurs «Pour Eltys, SAW-B est un moyen efficace de se faire connaître et de partager nos réseaux.» «La Mission locale de Forest souhaite participer aux réflexions sectorielles et bénéficier d une ouverture vers la Wallonie.» «Au cours des dernières années, SAW-B a apporté son support à notre entreprise. Nous avons pu nouer des nombreux contacts avec plusieurs membres.» 10

11 3coups de projecteurs ---> Nos membres, acteurs de l alliance Emploi-environnement en Région Bruxelles-Capitale La ferme Nos Pilifs, Jeunes Schaerbeekois au Travail, Schaerbeek Action Emploi et Bati-groupe, via Carodec, figurent tous sur la liste des partenaires des deux grappes d entreprises initiées par SAW-B dans le cadre de l alliance emploi-environnement bruxelloise. Bien d autres peuvent et vont les rejoindre très bientôt. Deux grappes que SAW-B copilote avec le cluster Eco-build. Grappe d entreprises? La grappe est un lieu d animation, d échange et de programmation pour les entreprises qui choisissent d y adhérer. Elle intègre des entreprises d économie sociale et d économie classique. Elles y discutent et organisent des services et partenariats entre entreprises. Des collaborations concrètes entre ces deux mondes économiques. Les entreprises apprennent à se connaître, consolident la confiance mutuelle et aboutissent à des échanges de savoir faire ou des coopérations concrètes. La grappe travaille les questions suivantes : une meilleure connaissance entre les entreprises membres ; la collaboration entre membres pour la soumission sur des chantiers privés et publics ; la collaboration sur chantier ; la formation des membres, y compris celle des responsables des entreprises, des chefs d équipe et des ouvriers ; un marketing renforcé et orienté vers l efficacité PEB et la qualité environnementale du bâtiment et de ses abords ; l échange de bonnes pratiques (ex : la question de la fiabilité de la PEB sur chantier) les possibilités de passerelle pour les stagiaires et travailleurs des acteurs de l insertion et les entreprises classiques de la grappe ; la communication de la grappe et donc des entreprises qui acceptent une mutualisation de leur image. L éco-construction et la construction durable constituent la référence qui rassemble les entreprises au sein des deux grappes mises en place. 11

12 ---> Le réseautage des fédérations membres Petit focus sur les ordres du jour des 5 réunions des fédérations membres de SAW-B en : actualités des fédérations, discussions sur les analyses et études proposées par le pôle éducation permanente, présentation de projets et de l offre d animations au sein des structures, consultations et actualités européennes, dossiers politiques, suivi de la plateforme de concertation «ConcertES», proposition de logiciels informatiques pertinents pour le plus grand nombre Concentrées sur leurs secteurs respectifs, les fédérations sectorielles y trouvent un lieu précieux d échanges d informations qui donnent parfois des idées de projets communs, de collaborations entre certains. Ces réunions offrent des moments de coordination pour des actions communes et des décisions de lobbying. Elles sont l occasion de débats sur des questions de fond, les concepts et valeurs de notre secteur. Enfin, SAW-B y interpelle régulièrement ses fédérations membres pour obtenir leurs avis sur ses projets et connaître leurs demandes en vue de les intégrer, tant que possible, dans son offre de services. --> SAW-B membre actif de conseils d administration ConcertES Après deux ans et demi de présidence, SAW-B participe à présent en tant qu administratrice, à la plateforme de concertation francophone des organisations représentatives de l économie sociale. Ce mandat, riche d enseignements mais énergivore, vise à tenter, autant que possible, à construire des positions communes aux 15 fédérations sectorielles et aux trois fédérations transversales de l économie sociale (SAW-B, Febecoop et Syneco). Atout EI SAW-B, membre fondateur d Atout EI, participe à son conseil d administration. La Fédération wallonne des entreprises d insertion regroupe entreprises d insertion actives dans une grande variété de secteurs, ainsi que 4 fédérations actives dans l économie sociale. Ces entreprises, qui s inscrivent dans le champ de l économie sociale, ont toutes les mêmes objectifs : une activité économique orientée vers la qualité, la formation et la création d emplois durables. BFTF SAW-B a contribué activement à la création de la Belgian Fair Trade Federation (BFTF). Depuis, elle assure le mandat d administratrice. Née en octobre 2.010, BFTF est la fédération belge du commerce équitable. Elle rassemble des entreprises et des associations actives en Wallonie et à Bruxelles. BFTF trouve son origine en Belgique francophone et son ambition est d associer des membres au nord du pays. Au service des entrepreneurs centrés sur le commerce équitable. BFTF est dédiée au renforcement et à la promotion des valeurs de référence du commerce équitable. 12

13 2zooms ---> Nos membres, nos prestataires favoris Besoin d un service traiteur, d un expert pour une formation, d une salle? SAW-B fait appel à ses membres dès qu une opportunité se présente. Outre l administration de notre parc informatique, entre les mains de Damnet depuis de nombreuses années, notons Les Ateliers de Pontaury, Forma ou encore le Germoir qui ont été autant de traiteurs choisis par SAW-B en (impossible de les mentionner tous!). Leur engagement s accompagne d une comparaison avec d autres prestataires d économie sociale, s entend et dans un souci d équité et d équilibre. Pour répondre à une demande de formation sur l habitat groupé, SAW-B s est tournée tout naturellement vers Habitat & Participation. De même, dans le cadre des Chantiers de l économie sociale, lorsqu une thématique abordée en animation concerne des secteurs plus spécifiques, SAW-B fait appel à ses membres actifs dans ces domaines. Là encore, Habitat & Participation s est avéré un partenaire de choix à l instar de Relogeas et du RFA. Enfin, beaucoup de nos membres ont été des intervenants privilégiés dans les événements organisés. Autant d occasions de les mettre en valeur : 34 de nos membres figuraient au programme des divers événements, témoins parfaits de la richesse des produits et services offerts par les entreprises d économie sociale mais surtout des finalités qu elles poursuivent. --> Une communication vers et sur nos membres Le service com de SAW-B propose aux médias des portraits de ses membres pour illustrer l économie sociale. Nos membres constituent en effet une richesse à communiquer. Nous n hésitons pas à valoriser cette diversité pour tant que possible, offrir la meilleure vitrine des entreprises d économie sociale. En 2.011, La Ferme Nos Pilifs, Terre, Oxfam Solidarité, Les Petits Riens, Contrepoint, Neltane, La Ressourcerie le Carré ont bénéficié de ce travail de fourmi. Beaucoup de membres figuraient dans notre newsletter mensuelle, l ES-Infos ou sur notre site, dans les rubriques agenda, news et actu membres. Soit un lectorat de 3800 abonnés à l ES-infos et internautes en Nos membres ont reçu de multiples informations, sur nos activités d abord soit une quarantaine d événements (petits déjeuners, conférences, ciné-débats, formations clauses sociales et marchés publics ) et sur des activités, appels à projets, recherches de partenariats, etc. qui nous paraissaient pertinents à leur relayer. 13

14 ---> Membres de SAW-B et membres actifs du Cluster éco-construction En tant que membre fondateur du Cluster éco-construction, SAW-B a veillé à y inclure l économie sociale et ses membres actifs dans ce secteur. Souvent précurseurs en termes de formation et d innovation, ils y jouent un rôle essentiel. Ce cluster regroupe plus de 17.0 entreprises engagées dans une démarche de construction et de rénovation respectueuse de l environnement, inspirée par le bio-climatisme et utilisatrice des matériaux écologiques. Citons, parmi les entreprises membres de SAW-B, certains des membres du cluster : Le Trusquin, Quelque Chose à Faire, Terre via «Acoustix», la Calestienne, Couleur Terre, Neltane, Atelier de Pontaury, Contrepoint, ACFI, Acoustix (Terre) Le Trusquin Couleur Terre Ateliers de Pontaury Quelque Chose à Faire La Calestienne ACFI... Neltane Contrepoint 14

15 Plan d actions 2012 Le salon des mandataires, les 9 et 10 février , est l occasion pour SAW-B de présenter les outils d accompagnement des pouvoirs adjudicateurs pour l insertion des clauses sociales dans les marchés publics : un helpdesk et un service d analyse prospective gratuit. Plus de 80 d entre eux se sont arrêtés au stand de SAW-B et reçu une présentation des outils, sans compter la visibilité et les flyers piochés au vol par les visiteurs du salon. 2points forts ---> Des assemblées générales, bien plus qu une obligation statutaire Lieu de rassemblement de ses membres, les assemblées générales de SAW-B constituent des occasions d amener des questions et des débats, notamment sur les principes et valeurs de l économie sociale. L autonomie de gestion, déjà soulevée lors de la 1 ère AG de permettra de rédiger une analyse d éducation permanente afin d aller plus loin lors d une prochaine réunion. De même, l utilisation des réserves de trésorerie, sur laquelle certains membres s étaient interrogés en 2.011, a été mise à l ordre du jour d un conseil d administration et a fait l objet d un débat, d une note et d une première position. Ces questions, les administrateurs s en emparent en vue d amener des réponses et propositions constructives lors d une AG de Des projets d ampleur comme l étude annuelle ou les Chantiers de l économie sociale figurent également à l ordre du jour des AG L avis des membres sera sollicité pour entendre leurs idées, stimuler l implication plus concrète de certains et tout simplement, leur détailler ces initiatives qui sont avant tout des services à leur attention. 15

16 Etes-vous satisfaits de nos services? Un questionnaire d évaluation a vu le jour fin d année et sera appliqué lors de toutes les facturations et les fins de prestations pour les clients de l agence-conseil, mais également pour celles du service graphique et les prestations ponctuelles de l équipe éducation permanente. Ceci devrait permettre à l équipe de continuer à s améliorer et aux clients de nous dire ce qu ils pensent 16

17 2priorités ---> Le site net et la newsletter «ES-infos» relookés Après un travail d évaluation, une réflexion pour une arborescence plus ergonomique, une réécriture complète des contenus et une refonte du design, le nouveau site Internet de SAW-B basculera en ligne au deuxième semestre Derrière la façade, c est aussi l outil de gestion CMS qui change. Un outil en logiciel libre, mis en place par un prestataire d économie sociale qui pratique la mutualisation des développements particuliers pour ses clients. Libre de droits mais libre à bien d autres niveaux : il permet une autonomie totale d actions sur le site et, parce qu il n est pas lié au prestataire, nous laisse le choix et l opportunité d en changer et d en trouver d autres aptes à prendre le suivi du projet en cours. l ES-infos, newsletter mensuelle de l économie sociale, connaîtra, elle aussi un changement en Fini le déroulement linéaire et tout en longueur des actualités! Place à une mise en page dynamique et mieux adaptée à la lecture en ligne. Nos quelque 3800 abonnés découvriront les 6 rubriques d information liées à l économie sociale sous une nouvelle forme plus ergonomique et attractive. De quoi augmenter le lectorat et améliorer la communication sur l économie sociale vers un public plus large. --> Les outils de communication évalués Ils sont nombreux, déjà bien pensés et mis en page, mais sont-ils utilisés et diffusés à bon escient? D autres nécessitent une réflexion plus approfondie et un retravail graphique. Certains restent encore à inventer. Plaquettes de présentation, publications, prospectus, fardes de documentation Après le site Internet et la newsletter déjà revus, les autres divers outils de communication de SAW-B méritent de prendre le temps de l évaluation. Quelle est leur pertinence, la qualité de leur message et leur public cible? Une évaluation participative qui inclura la consultation de certains membres en focus groupes. Ils seront invités à apporter leur regard extérieur sur l image de SAW-B que leur renvoient ces différents outils. 17

18

19 Priorité 2 : identité

20 ---> Objectifs Renforcer l identité de SAW-B et de ses membres comme fédération d alternatives économiques pour promouvoir l économie sociale et les valeurs qu elle incarne. Mais aussi stimuler l innovation économique. Cela participe également à améliorer la définition de l ES et à renforcer le sentiment d appartenance au mouvement et la cohésion entre ses acteurs. S inscrire dans une économie sociale à l identité forte pour un positionnement politique et une reconnaissance en tant que partenaire de développement économique et social. Rassembler des acteurs d économie sociale soutenus publiquement et qui développent des partenariats grâce à des outils et projets qui renforcent l identité du mouvement qu ils portent. 20

21 Dans la PRESSE En 2011 L économie sociale, ses acteurs et les membres de SAW-B étaient également dans la presse en Le magazine économique «Trends/tendances» a consacré un dossier sur l entrepreneuriat social auquel SAW-B a collaboré, accompagné de portraits d entreprises. Parmi eux, la Ferme Nos Pilifs, membre de SAW-B a retenu l attention du journaliste. Le magazine de la Province du Hainaut, «B2.Hainaut» et le supplément du Soir «Références» ont eux aussi, choisi de parler d entrepreneuriat social. Notre fédération a apporté sa contribution et proposé des exemples d entreprises. «La Chronique», l hebdomadaire des professionnels de la construction s est emparée d un communiqué de presse commun SAW-B et RFA sur le développement des éoliennes citoyennes. L analyse sur l égalité de genre a retenu l attention de la FGTB qui l a traduite en article dans sa revue «Syndicats». Enfin, démarrage remarqué de la Guilde de la Province du Luxembourg, relayé par la télévision locale et par le quotidien l Avenir. ImpulCera, une vitrine pour l entrepreneuriat en économie sociale En 2.011, les lauréats ImpulCera ont eu la cote dans les médias. Une conférence de presse organisée en février pour mettre à l honneur les lauréats en lancement a trouvé écho dans la presse locale. Résultat : un reportage télé, un reportage radio et 2. articles dans les quotidiens La Libre Belgique et Le Soir. La Libre Belgique, encore, a publié en mai un portrait de la coopérative Vins de Liège tandis qu en juillet, c est M Toi qui obtenait la tribune dans le supplément du Soir «Références». L appel à projets aussi a bénéficié d une belle visibilité dans le magazine de l Université de Liège «Spirit of Management» et dans «L Emploi du temps», publication du Forem. 21

22 3coups de projecteurs ---> Ciné-débats Faire connaître l économie sociale de manière ludique et accessible à un large public et si on faisait un cinédébat? En 2.011, SAW-B a co-organisé le cycle «Les samedis cinémas» avec Attac Charleroi et le Ciné le Parc. Une collaboration née de la volonté commune d interroger le travail : Travailler pour quoi? Pour qui? Dans quelles conditions? 5 films ont illustré ces questions. Le documentaire «Entre nos mains» suit les travailleuses d une usine de lingerie au bord de la faillite, qui essayent de créer une coopérative pour sauver leurs emplois. Comment décrire les obstacles et le cheminement d une reprise d entreprise par les travailleurs? Les quatre agences-conseil dont SAW-B partenaires du projet REDDI, volet transmission d entreprises ont choisi de mettre la reprise en débat. Deux projections, les 14 février et 6 avril, suivies d un échange entre la salle et des intervenants ont été organisées. ---> L économie sociale et ses valeurs expliquées à ses travailleurs Pour illustrer l économie sociale, SAW-B a réalisé 3 capsules vidéos qui donnent la parole aux travailleurs de la Boutique de gestion, La Bourrache et la Crèche parentale. Ils expliquent le sens de leur travail, comment il répond à une finalité sociale et comment l humain est mis au centre de la gestion de leur entreprise. Ces vidéos, réalisées dans le cadre des «Chantiers de l économie sociale» offrent un regard neuf sur les travailleurs de l économie sociale à d autres travailleurs d entreprises sociales... Elles ont été projetées lors de la journée de rassemblement, le 16 septembre Elles sont accessibles en ligne, sur le site Internet des «Chantiers de l économie sociale», et servent souvent de support pédagogique lors d animation d éducation permanente, que ce soit au sein d entreprises d économie sociale ou auprès du grand public. Enfin, SAW-B a aussi réalisé un DVD qui rassemble les témoignages vidéo dont elle disposait sur le thème de la gestion démocratique. Un outil pédagogique complémentaire et également un bon support pour partager les spécificités de l économie sociale. 22

23 3 zooms ---> Les Petits déjeuners de l économie sociale ---> Les coopératives à l honneur L année a été déclarée par l ONU «année internationale des coopératives». Une occasion dont SAW-B s est emparée au travers de son étude annuelle, rédigée courant «Les coopératives, un modèle tout terrien» donne la parole à une diversité d acteurs et passe en revue l histoire, le présent et le futur du mouvement coopératif. Coopératives citoyennes, coopératives de travailleurs, coopératives financières, coopératives de commerce équitable, coopérative de services autant de structures dont les enjeux et les défis sont analysés de manière critique et prospective. Des dizaines d encadrés viennent compléter ces articles et proposent des portraits vivants et concrets, reflets de la réalité des coopératives. L étude sera présentée en , en présence d experts et d acteurs de terrain. Un moment pour débattre des enjeux autour des coopératives et de cette année qui leur est consacrée. Elle servira également de support à d autres débats et moments clefs auxquels SAW-B participera en Les petits déjeuners de l économie sociale réunissent nos entreprises, des acteurs associatifs ou politiques, des chercheurs... Ils sont l occasion d échanger autour de nos enjeux, nos pratiques, nos questionnements. Ce sont aussi des moments où notre identité trace ses contours et s affirme. En 2.011, un des petits déjeuners a notamment été consacré aux relations entre les médias et l économie sociale. Se faire reconnaître par le grand public comme un ensemble cohérent d entreprises aux valeurs communes semble essentiel. Or, les médias sont un des vecteurs de cette reconnaissance. Autour de la table, des journalistes classiques (RTBF, Trends, La Libre Belgique) et plus alternatifs (Alter Echos, ) pour discuter du regard qu ils portent sur nos entreprises, voir comment améliorer notre visibilité et mieux faire passer notre message. Ces échanges ont permis d approfondir l analyse que SAW-B avait consacrée à ce thème mais aussi, d échanger des informations pratiques, de nouer des contacts, voire d envisager la publication de certains articles. 23

24 ---> Des entreprises d économie sociale créées ou accompagnées dans leur développement En 2.011, une part importante du travail mené par l agence-conseil (AC) a porté sur des accompagnements et des conseils des plus variés auprès d une dizaine d ETA. Analyses stratégiques, plans de prospection commerciale, réflexions de transformations d ASBL et SFS... les missions étaient multiples. L AC a également mené une étude d opportunité et une étude de marché pour un projet de filière de transformation de produits issus de l agriculture bio pour un groupe de 10 ETA namuroises. Démarré en 2.010, le dossier Al Lodgî a connu un tournant significatif. Pour rappel, ce projet vise à créer des solutions de logement abordables pour des personnes souffrant de maladies mentales mais stabilisées. L étude accompagnée avait permis de lancer un partenariat avec la Province du Brabant wallon. En collaboration avec l agence immobilière sociale (AIS), elle a accepté de réserver 6 unités de nouveaux logements sociaux en construction au public visé. Mais, dès avril, l équipe qui portait le projet a identifié un bâtiment de plus de 800m² au centre d Ottignies. L agence-conseil a alors revu les premières projections financières et réalisé de nombreuses versions pour accompagner les porteurs auprès des banques. Fin 2.011, le projet a obtenu des crédits auprès de la Sowecsom et de Triodos pour plus d 1,17. million d euros. Ce projet, toujours en cours d accompagnement, va créer 13 unités de logement sur base d un montage complexe qui mélange droit démembré, certificat immobilier, partenariat avec l AIS, etc. A souligner encore, l accompagnement de La Fromagerie du Gros Chêne qui a obtenu des financements auprès des financiers alternatifs pour construire un atelier de travail partagé. L agence-conseil a réalisé un business plan et un plan financier pour le projet. Un travail sur plusieurs filières innovantes avec le Groupe La Lorraine devrait aboutir en Un travail avec Le Trusquin a démarré en vue d évaluer la rentabilité d un projet d entreprise d insertion en éco-construction. Enfin, un outil d analyse de rentabilité a été réalisé pour des projets de réseaux de chaleur, une transformation de SA en SA à finalité sociale, etc. 24

Programme Stratégique Transversal

Programme Stratégique Transversal Programme Stratégique Transversal 2013-2018 Avant-propos Gérer, c est prévoir! Prévoir, c est se fixer des objectifs à atteindre bien évidemment avec les moyens mis à notre disposition! En effet, la crise

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN. . LAMBALLE .ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN. . LAMBALLE .ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN.. LAMBALLE.ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS - 2013-2016 1 SOMMAIRE : - Edito du Président du Conseil Général

Plus en détail

[CONSEIL D ADMINISTRATION]

[CONSEIL D ADMINISTRATION] PLAN D ACTIONS 2016 [CONSEIL D ADMINISTRATION] Mardi 15 décembre 2015 L année 2016 s inscrit dans la continuité des défis rencontrés par l InterMire en 2015. Casimire, tout d abord, sera lancé dès les

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE ET LES MÉDIAS

L ÉCONOMIE SOCIALE ET LES MÉDIAS L ÉCONOMIE SOCIALE ET LES MÉDIAS Analyse Véronique Huens Coordinatrice Frédérique Konstantatos Chargée de projets Août 2011 La communication représente un des enjeux majeurs de notre société actuelle.

Plus en détail

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Synthèse de l étude-action Entreprendre dans l ESS : une opportunité pour les jeunes Derrière le terme d Economie

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Graphisme et maquettage (et éventuellement impression, selon devis) d un guide méthodologique et d une plaquette de présentation

CAHIER DES CHARGES Graphisme et maquettage (et éventuellement impression, selon devis) d un guide méthodologique et d une plaquette de présentation CAHIER DES CHARGES Graphisme et maquettage (et éventuellement impression, selon devis) d un guide méthodologique et d une plaquette de présentation «Modèle d autodiagnostic et d amélioration continue (Madac)»

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

D.E.S.I.R. Panorama TransfronTalier de l economie sociale et solidaire 2009 231 910 salarié 193 tablis semen le territoire franco-wallon 1 319 361

D.E.S.I.R. Panorama TransfronTalier de l economie sociale et solidaire 2009 231 910 salarié 193 tablis semen le territoire franco-wallon 1 319 361 D.E.S.I.R. Développement de l Economie Sociale Inter Régional n 3 octobre 2012 Panorama Transfrontalier de l Economie Sociale et solidaire 2009 La Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire (C.R.E.S.S.

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets

Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets Contexte Réaffirmés par le Comité Interministériel des Villes (CIV) du 19 février 2013, l engagement citoyen

Plus en détail

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la création de son niveau site Internet

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la création de son niveau site Internet Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la création de son niveau site Internet 1. Contexte 1.1 Les Pôles de compétitivité Ce sont des structures, en général associatives, mises

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

Perspectives pour la sensibilisation syndicale

Perspectives pour la sensibilisation syndicale 4 Perspectives pour la sensibilisation syndicale L e débat emploi-environnement n est pas neuf dans l organisation syndicale, mais il évolue sensiblement ces dernières années. Le présent cahier retrace

Plus en détail

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Étude relative au développement d de l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Présentation au Bureau Communautaire 6 octobre 2009 Ordre du jour 1. ESS de quoi parle-t-on? 2. Synthèse du profil ESS

Plus en détail

RENCONTRE DU RESEAU DES ACTEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN PROVINCE DE LUXEMBOURG

RENCONTRE DU RESEAU DES ACTEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN PROVINCE DE LUXEMBOURG RENCONTRE DU RESEAU DES ACTEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN PROVINCE DE LUXEMBOURG LIBRAMONT, 28 OCTOBRE 2009 ORGANISEE AVEC LE SOUTIEN de la Province de Luxembourg, de la Région Wallonne et du Fonds Social

Plus en détail

Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics

Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics 2009 Document élaboré par Raphaël Dugailliez Consultant, Formateur Formateur pour la dynamique «marchés publics durables» Mise en

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008. Rapport d Activité

Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008. Rapport d Activité IRESA Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008 Mardi 8 avril 2008 Rapport d Activité Depuis son Assemblée Générale du 23 janvier 2007, l IRESA a beaucoup travaillé, s est enrichie de nouveaux

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX PREMIER MINISTRE Circulaire du 12 février 2007 relative à la communication sur les projets financés par l Union européenne dans le cadre de la politique de

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

ECO RÉNOVATION ET ECO CONSTRUCTION PÔLE DE COOPERATION TRANSFRONTALIER

ECO RÉNOVATION ET ECO CONSTRUCTION PÔLE DE COOPERATION TRANSFRONTALIER ECO RÉNOVATION ET ECO CONSTRUCTION PÔLE DE COOPERATION TRANSFRONTALIER LE PARTENAIRE METHODOLOGIQUE LES FINANCEURS Projet cofinancé par le Fonds européen de développement régional dans le cadre du programme

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

Dossier de Partenariat

Dossier de Partenariat L Entrepreneuriat des jeunes en milieu rural Partenaire officiel Sponsor officiel Dossier de Partenariat CONTEXTE Au niveau mondial, l Organisation Internationale du Travail publia le 12 août 2010, jour

Plus en détail

COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Ministère de l Économie et des Finances COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES FEUILLE DE ROUTE BILAN 2013 PROGRAMME D ACTION 2014

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Projet. Schéma d Orientation Régional pour. la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine

Projet. Schéma d Orientation Régional pour. la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine Projet Schéma d Orientation Régional pour la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine Vu la Loi N 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création de l Emploi d Avenir Vu le Décret N 2012-1210 du 31

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre

Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre Décembre 2011 N 4 Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre Un vieillissement important des actifs de l ESS Objectif de ce panorama A travers la présentation des chiffres

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France Panorama des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable en France Décembre 2009 TERRITOIRES AYANT DÉCLARÉ UN AGENDA 21 LOCAL - SEPTEMBRE 2009 En 2009, l Observatoire s est

Plus en détail

HEC Montréal. Politique de développement durable. Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal

HEC Montréal. Politique de développement durable. Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal HEC Montréal Politique de développement durable Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal Adoptée au Conseil pédagogique, le 27 mars 2013 1 HEC MONTRÉAL Politique de développement

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance Partenaire officiel Le Club Banque a pour vocation d informer, de former et de débattre des enjeux stratégiques de la profession.

Plus en détail

PLAN LOCAL POUR L INSERTION ET L EMPLOI

PLAN LOCAL POUR L INSERTION ET L EMPLOI PLAN LOCAL POUR L INSERTION ET L EMPLOI APPEL A PROJETS 1 er mai 2015 31 décembre 2015 SOMMAIRE 1. Cadre de référence des P.L.I.E.... 3 2. Les objectifs d intervention du PLIE de Rennes Métropole... 4

Plus en détail

Executive Master en Communication et Politique européennes

Executive Master en Communication et Politique européennes Executive Master en Communication et Politique européennes Executive Master en Communication et Politique européennes Au cœur de l Europe Au coeur de l Europe P.5 10 maîtres atouts P.6 Le créneau européen

Plus en détail

Formations obligatoires pour les nouveaux directeurs de services agréés en Aide à la Jeunesse dispositif pilote 2013 Présentation :

Formations obligatoires pour les nouveaux directeurs de services agréés en Aide à la Jeunesse dispositif pilote 2013 Présentation : Formations obligatoires pour les nouveaux directeurs de services agréés en Aide à la Jeunesse dispositif pilote 2013 Présentation : Suite aux réunions de concertations relatives au «Plan de renforcement

Plus en détail

Section III. Plan d action en matière de communication de l Organisation internationale de la Francophonie. OIF - Programmation 2006-2009 167

Section III. Plan d action en matière de communication de l Organisation internationale de la Francophonie. OIF - Programmation 2006-2009 167 Plan d action en matière de communication de l Organisation internationale de la Francophonie OIF - Programmation 2006-2009 167 La réforme de la Francophonie institutionnelle, adoptée par la Conférence

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires.

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires. Conso-Solidaires.org Plateforme web multi-boutiques dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes contact@conso-solidaires.org / Tel : 04 76 49 07 72 Sommaire 1. Qu est-ce que Conso-Solidaires? Le

Plus en détail

Option culture, virage numérique

Option culture, virage numérique Option culture, virage numérique François Macerola Président et chef de la direction Société de développement des entreprises culturelles François Macerola est président et chef de la direction de la Société

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Bilan de la 7ème édition

Bilan de la 7ème édition Bilan de la 7ème édition Mois de l économie sociale et solidaire en Bretagne Novembre 2014 Janvier 2015 187 rue de Chatillon 35200 Rennes / www.ess-bretagne.org Note méthodologique Ce bilan est établit

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION 588 Communication Le domaine fonctionnel Communication regroupe les emplois permettant de présenter et de promouvoir l image et l action des services de l État et des politiques publiques en direction

Plus en détail

CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005

CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005 CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005 Objet : semaine d éducation au développement durable «Mon assiette» du 10 au 18 novembre 2005 Réseaux : Tous Niveaux et services : SECONDAIRE et PRIMAIRE Période : Année

Plus en détail

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne 1 Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne Introduction De plus en plus d entreprises reconnaissent que les personnes porteuses d un handicap

Plus en détail

WEB EDU TV. Quel horizon post-2015 pour les politiques d éducation en Afrique subsaharienne?

WEB EDU TV. Quel horizon post-2015 pour les politiques d éducation en Afrique subsaharienne? WEB EDU TV Quel horizon post-2015 pour les politiques d éducation en Afrique subsaharienne? Octobre 2013 1 Contexte Il y a plus d une décennie, en avril 2000, se tenait le Forum Mondial sur l Éducation

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES VALORISER ET POURVOIR LES EMPLOIS DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES À LA PERSONNE Découvrez les services de l ANPE pour fiabiliser vos recrutements Les Services Entreprises de l ANPE Il y a ceux qui pensent

Plus en détail

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable Robert Lauzon, directeur Bureau de coordination du développement durable Association québécoise de vérification environnementale

Plus en détail

Présentation des clauses sociales dans la nouvelle loi sur les marchés publics

Présentation des clauses sociales dans la nouvelle loi sur les marchés publics Présentation des clauses sociales dans la nouvelle loi sur les marchés publics En Belgique, la nouvelle réglementation relative aux marchés publics entrera en vigueur le 1er juillet 2013. Elle ouvre également

Plus en détail

[COMITE D ACCOMPAGNEMENT]

[COMITE D ACCOMPAGNEMENT] PLAN D ACTIONS 2015 [COMITE D ACCOMPAGNEMENT] Vendredi 19 décembre 2014 L année 2015 sera, plus encore que la précédente, pleine de défis pour l équipe de l InterMire. Ce plan d actions témoigne de cette

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Diriger une association dans le secteur culturel

Diriger une association dans le secteur culturel Diriger une association dans le secteur culturel une affaire de compétence et d'engagement Les faits saillants du résultat de l analyse de la profession Dirigeante ou dirigeant d association Avec la collaboration

Plus en détail

Les agences-conseil en économie sociale. Journée d étude ADL 06/12/2011

Les agences-conseil en économie sociale. Journée d étude ADL 06/12/2011 Les agences-conseil en économie sociale Journée d étude ADL 06/12/2011 Dispositif Agence Conseil en économie sociale Décret du 27 mai 2004 relatif aux Agences Conseil en économie sociale Arrêté du gouvernement

Plus en détail

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication et Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Grand programme de service civique dédié à la culture «Citoyens de la culture»

Plus en détail

Fonds Social Européen

Fonds Social Européen Un projet Equal financé par le Fonds social européen, la Ministre Membre du Collège de la Commission communautaire française en charge de la Formation professionnelle, la Ministre-Présidente et Ministre

Plus en détail

Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable

Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable Troyes les 22 et 23 mai 2013 Les 22 et 23 mai derniers se sont tenue à l IUMP de Troyes (10), les premières Assises des filières

Plus en détail

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Sommaire Partie 1 : Méthodologie de la démarche Partie 2 : Vision prospective Partie 3 : Plan d action Partie 4 : Annexes

Plus en détail

Le guide de l animateur des communautés :

Le guide de l animateur des communautés : Le guide de l animateur des communautés : Ce guide a pour objectif de vous aider au quotidien dans la gestion et l animation de votre communauté sur Viadeo. Pour cela vous trouverez dans un premier temps

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) CONCEPTION ET REALISATION D UNE PLATEFORME DIGITALE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) CONCEPTION ET REALISATION D UNE PLATEFORME DIGITALE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) CONCEPTION ET REALISATION D UNE PLATEFORME DIGITALE Ce cahier des charges est composé d une offre de base et de trois options 1 CONTEXTE La communauté

Plus en détail

Colmar. de l Emploi Sportif et de Loisirs. 8èmes ENCONTRES NATIONALES. 16 et 17 Novembre 2015. programme associations psl.

Colmar. de l Emploi Sportif et de Loisirs. 8èmes ENCONTRES NATIONALES. 16 et 17 Novembre 2015. programme associations psl. 8èmes ENCONTRES NATIONALES de l Emploi Sportif et de Loisirs programme associations psl Colmar 16 et 17 Novembre 2015 rencontres-nationales.profession-sport-loisirs.fr FÉDÉRATION NATIONALE p r o fe s s

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

Mise à jour le 28 mai 2013

Mise à jour le 28 mai 2013 Mise à jour le 28 mai 2013 Association District-Solidaire Association loi 1901, déclarée à la Préfecture du Rhône Tél. : (33) 670-939-939 coordination@district-solidaire.org www.district-solidaire.org

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau et des lacs internationaux Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève, 24 et 25 juin 2015 Point

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

Cahier des charges «Veille Techno» 2015

Cahier des charges «Veille Techno» 2015 Cahier des charges «Veille Techno» 2015 Novembre 2014 SOMMAIRE 1 Titre de niveau 1... Erreur! Signet non défini. 1.1 Titre de niveau 2... Erreur! Signet non défini. 1.1.1 Titre de niveau 3... Erreur! Signet

Plus en détail

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE Fonction de service émergente NUEL PROFESSIONNEL (dont la mutualisation entre CPIE ou structures locales pourrait être pertinente) COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE P R É A L A B L E À L A M I S

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Edition 2010. «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!»

Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Edition 2010. «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!» Edition 2010 «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!» Après trois premières éditions qui ont rassemblé plus de 25 000 rhônalpins, la Région Rhône-Alpes lance, en partenariat

Plus en détail

Plan de communication 2010 2011 ADESSA A DOMICILE. Service communication Agnès Gorczyca a.gorczyca@adessadomicile.org Janvier 2010

Plan de communication 2010 2011 ADESSA A DOMICILE. Service communication Agnès Gorczyca a.gorczyca@adessadomicile.org Janvier 2010 Plan de communication 2010 2011 ADESSA A DOMICILE Service communication Agnès Gorczyca a.gorczyca@adessadomicile.org Janvier 2010 1. Résumé De nombreuses incertitudes pèsent actuellement sur l activité

Plus en détail

Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir

Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir Votre forte mobilisation en faveur des emplois d avenir, durant ces derniers mois, a porté ses fruits, le cap des 50 000

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail

Dispositifs Locaux d Accompagnement (DLA)

Dispositifs Locaux d Accompagnement (DLA) Dispositifs Locaux d Accompagnement (DLA) Appel à compétence et projet d activités : Cahier des charges DLA Contexte et objectifs stratégiques... 2 Contexte d intervention du Dispositif Local d Accompagnement...

Plus en détail

Agence de communication Evénementielle

Agence de communication Evénementielle Agence de communication Evénementielle L AGENCE Corp est née d un simple constat : nous ne sommes plus uniquement des consommateurs mais aussi des publics. Le brand content a réinventé le discours de la

Plus en détail

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Point d étape n 12.04 Présenté par le groupe de travail «Parrainage Citoyen» du CONSEIL LILLOIS DE LA JEUNESSE à l Assemblée Plénière du 23 JUIN 2012 1- Introduction

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail