S Y S T È M E D I N F O R M AT I O N P O U R L A G E S T I O N D E S R O U T E S E T D U T RA F I C J U I L L E T

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S Y S T È M E D I N F O R M AT I O N P O U R L A G E S T I O N D E S R O U T E S E T D U T RA F I C J U I L L E T 2 0 1 4"

Transcription

1 S Y S T È M E D I N F O R M AT I O N P O U R L A G E S T I O N D E S R O U T E S E T D U T RA F I C J U I L L E T Département de l Environnement, des Transports, de l Energie et de la Communication - DETEC Office fédéral des routes OFROU

2 E DITORIAL Du programme à l exploitation. La majorité des objectifs a déjà été atteinte et le programme doit s achever en Christoph Käser Directeur général du projet MISTRA Du programme à l exploitation. Le programme MISTRA équivaut actuellement à 18 applications opérationnelles dont les clients donnent un feedback positif. La majorité des objectifs a déjà été atteinte et le programme doit s achever en La priorité passe ainsi de la conception à la maintenance / amélioration et l exploitation. Avec les responsables d application, la direction de la maintenance, les groupes d utilisateurs, les divers centres d assistance ainsi que le change & release management, un certain nombre d éléments importants de l organisation d exploitation MISTRA sont déjà en place aussi bien à l OFROU que dans les cantons. A l approche de la clôture du programme en 2015, il s agit maintenant de mettre un terme à l organisation du projet et de transférer à l exploitation les divers rôles et tâches. Les 18 applications métier sont en production et dans le dernier semestre, il y a eu des releases avec plus de la moitié des applications pour des optimisations et améliorations. L introduction de MISTRA est bien avancée en Ro mandie et au Tessin. En Suisse alémanique, les travaux d introduction se poursuivent intensément. Durant cette année, l introduction se poursuit pour 14 cantons ainsi que le Liechtenstein. Les premiers cantons utilisent les services MISTRA dans leurs propres applications. En termes d exploitation, les premières mises à jour des axes dans BS sont planifiées, ainsi que l actualisation correspondante dans les applications métier. Dans le canton de Thurgovie, la mise en place des applications système de base, Trassee et KUBA est terminée. Depuis le printemps 2014 les premières expériences dans le fonctionnement des applications sont collectées. L application métier MISTRA «Gestion de l entretien en milieu urbain EMSG» a été testée dans une phase pilote avec la participation de communes choisies et a été présentée au public à l occasion du GEOSummit. Ainsi, les communes ont à disposition un instrument économique et pragmatique pour la gestion et l entretien de routes sur la base du modèle de base du maintien de la valeur. L objectif est de soutenir les communes dans la mise en place de la gestion de l entretien d une façon stratégique et ciblée. Au nom de la direction générale du projet MISTRA, je vous souhaite une lecture captivante et profite de remercier, à cette occasion, tous les intervenants pour leur collaboration. TABLE DES MATIÈRES Le point sur MISTRA par le Directeur de l OFROU 2 Organisation d exploitation MISTRA 3 Etat des applications métier et projets 5 Introduction de MISTRA dans les cantons 9 Rapport d expérience du canton de Thurgovie 12 Rapport d expérience du canton du Jura 14 Application métier EMSG 16 IMPRESSUM Rédaction: Urs Schneeberger (Techdata AG), GS1 MISTRA Parution 2 x par année Conception et réalisation: GDesign & Communication, Lutry Edition: 500 ex. en allemand ex. en français Téléchargement sous 1

3 L E POINT DE VUE SUR MISTRA PAR LE DIRECTEUR DE L OFROU Auteur: Rudolf Dieterle Directeur de l Office fédéral des routes OFROU Du programme à l exploitation. Le program me MISTRA équivaut actuellement à 18 applications opérationnelles dont les clients donnent un feedback positif. La majorité des objectifs a déjà été atteinte et le programme doit s achever en La priorité passe ainsi de la conception à la maintenance /amélioration et l exploitation. Le programme MISTRA a démarré il y a 10 ans. Aujourd hui, il se solde par un bilan positif, puisqu il englobe désormais 18 applications productives au sein de l OFROU. Dix de ces applications sont aussi utilisées par les cantons ou y sont en phase d introduction. Elles sont utilisées aussi bien à l OFROU qu à l extérieur, par un nombre croissant d utilisateurs dont les feedbacks sont positifs. Une grande partie des objectifs initiaux du programme a ainsi été atteinte. A ce jour, MISTRA a beaucoup progressé, à tel point que tous les projets et applications peuvent être transférés dans la gestion de portefeuille IT de l OFROU. Le programme MISTRA prendra ainsi fin en Certains projets isolés ne seront pas encore achevés au moment de clore le programme et seront finalisés en tant que projets individuels. Quelques travaux ont été rétrogradés en termes de priorité et ont dû être suspendus, et des décisions seront prises au cas par cas pour les projets de développement sur la base de considérations coûts/bénéfices. été remis en cause. Il est incontesté que l OFROU a besoin, pour accomplir ses missions, de tels moyens et instruments qu il met par ailleurs à la disposition d autres propriétaires de routes comme les cantons ou les communes. Je tiens à souligner que l OFROU maintiendra même après la clôture du programme sa responsabilité financière et contractuelle pour l exploitation, mais aussi pour l entretien et le support dans le cadre habituel. L OFROU, tout comme nos partenaires dans les cantons et les communes, doivent pouvoir compter sur des applications qui fonctionnent. Les applications ont atteint à ce jour un bon niveau de mise en œuvre. De nombreuses tâches peuvent être soutenues efficacement avec les outils requis aussi bien par l OFROU que par les cantons. Ce niveau d efficacité doit au moins être maintenu et garanti à l avenir. Dans ce cadre, il est évident que l optimisation des applications ne peut pas répondre à chaque souhait de modification, qu il émane des utilisateurs de l OFROU ou de ceux des cantons. Si, par contre, les applications comportent des erreurs ou si elles apportent un soutien clairement insuffisant aux processus métier, les manquements doivent alors bien entendu être corrigés. Je peux vous assurer que l OFROU reste un partenaire fiable pour toutes les questions liées au déploiement de systèmes et leur exploitation et qu il vous soutiendra dans la vaste utilisation des applications. Car ce n est qu en établissant communément les données sur les routes que la Suisse peut en retirer une réelle plus-value. C est d ailleurs l esprit et l objectif initial de MISTRA. Je vous souhaite une bonne continuation dans l utilisation des applications métier MISTRA. Au terme du programme, la priorité passera ainsi de la conception à la maintenance / amélioration et à l exploitation. L organisation existante en termes d exploitation sera développée afin d être fonctionnelle à tous les points de vue en Ainsi, il y aura pour beaucoup d applications un transfert de l organisation de projet (développement) à l organisation d exploitation (change & release management). Avec la clôture du programme et le transfert dans la gestion de portefeuille ordinaire, c est une recommandation du Contrôle fédéral des finances (CDF) qui est ainsi mise en œuvre. Il reste cependant un grand défi à relever, car une utilisation judicieuse des systèmes ne peut se faire qu en s appuyant efficacement sur des processus de travail et de bonnes évaluations. Des données exactes et actualisées sont nécessaires à cet effet. Et de bonnes données présupposent un travail minutieux et assidu en arrière-plan. L OFROU a pris en main ces travaux qui continueront à nous occuper au cours des prochaines années. Dans ce contexte, il est impossible d éviter que certaines erreurs de données n apparaissent que dans le cadre d une utilisation intensive par les utilisateurs. Si vous nous les signalez, ces erreurs pourront être corrigées. En dépit des critiques exprimées dans les médias à la suite de la publication du rapport de vérification du CDF, je puis vous affirmer que le concept, l utilité et la nécessité de MISTRA - tout comme sa qualité - n ont jamais 2

4 O RGANISATION DE L EXPLOITATION Auteur: Christoph Käser Directeur général du projet MISTRA Avec les responsables d application, la direction de la maintenance, les groupes d utilisateurs, les divers centres d assistance ainsi que le change & release management, un certain nombre d éléments importants de l organisation d exploitation MISTRA sont déjà en place aussi bien à l OFROU que dans les cantons. A l approche de la clôture du programme en 2015, il s agit maintenant de mettre un terme à l organisation du projet et de transférer à l exploitation les divers rôles et tâches. Pour pouvoir exploiter efficacement une application, il faut côté système des responsables de l application et de la maintenance, au minimum un groupe d utilisateurs, des centres d assistance de niveaux 1 à 3 et des processus d exploitation en cas d incidents (incidents), de problèmes, de souhaits de modification (changes) et leur mise en production dans de nouvelles versions logicielles (releases). Dans l utilisation de l application, le possesseur des données, c est-à-dire le service responsable de l entretien des données, joue un rôle essentiel pour que l utilité recherchée puisse être obtenue. Organisation du support pour les incidents et problèmes L utilisateur travaille avec l application. Si celle-ci ne fonctionne pas correctement, il s adresse dans un premier temps au support de niveau 1 (helpdesk ou service desk) de son unité organisationnelle. Celui-ci vérifie si tous les composants (PC, ordinateur portable, imprimante, réseau de données, etc.) ainsi que les logiciels standard (Windows, Office, etc.) fonctionnent correctement et si l accès à l application est conforme, c est-à-dire que l application démarre avec les droits d accès adéquats. Le helpdesk de l OFROU vérifie en particulier l accès aux applications et leur disponibilité. Si une application n est pas disponible, il donne à l exploitant (EXP) mandat de vérifier. Si le problème peut être réglé en redémarrant l application, le helpdesk de l OFROU doit en être informé. Ce dernier vérifie alors les faits et ferme le ticket HD lorsque l utilisateur confirme que son problème est réglé. Si toutes les vérifications décrites ci-dessus ont été exécutées avec succès, c est-à-dire que l accès à l application fonctionne comme prévu, mais que le problème subsiste, le ticket HD est transmis au support de niveau 2, le support technique. Celui-ci vérifie l éventualité d une mauvaise manipulation de l utilisateur, d une constellation particulière de données ou d une erreur potentielle dans le logiciel. S il s agit effectivement d une erreur potentielle dans le logiciel, le support technique transmet le ticket HD à la société chargée de la maintenance. Les constellations particulières de données occasionnent souvent une analyse de données approfondie et éventuellement une intervention sur les données, ce qui est toujours très problématique; la plus grande prudence est de mise. Le support de niveau 3 est assuré par la société de maintenance. Elle analyse l erreur potentielle, tente de la reproduire, de l isoler puis de la corriger. Si l erreur n entrave pas fortement l exploitation de l application, la correction peut se faire par le biais d une version de maintenance ou d un patch release. Si l exploitation de l application est fortement entravée et limitée par l erreur, un correctif (hot fix) doit être élaboré et installé sans tarder. Organisation de la maintenance pour les modifications Change & release management Le responsable d application (RA) est globalement responsable de l application et est généralement un spécialiste métier. Cette personne établit un planning sur plusieurs années, évalue l utilité du point de vue métier et la rentabilité d une modification (change), décide de l opportunité d un change, y compris les coûts, et du moment adéquat pour sa mise en œuvre. Le RA donne aussi le feu vert pour la mise en service d un nouveau release sur le système productif. Dans le cas de MISTRA, c est généralement le responsable de projet qui prend le rôle de responsable d application. Le RA reçoit un soutien technique de la part du responsable de maintenance (RM). Le RM est la conscience informatique dans tous les aspects de l application. Il sait à quel moment les différents composants ne font plus l objet d une maintenance (end of life), ou quand l exploitant (EXP) ne les gère plus et quelles modifications techniques doivent être entreprises sur l application. Le RM assure également le contact et la communication avec la société de maintenance et pilote leurs travaux pour l entretien du logiciel. Il veille à ce que les changes soient décrits de manière conforme, c est-à-dire claire et compréhensible, aussi bien pour les informaticiens que pour les spécialistes. L étape suivante consiste à définir les scénarios et les dates des tests. Le RM coordonne alors les tests, en exécute certains lui-même et établit une synthèse des résultats des tests système. Dans le cadre de la vérification de la nouvelle version, le RM s assure que toutes les exigences ont été testées et remplies et que tous les documents d exploitation (manuels d utilisation, de support, d exploitation, d organisation, de saisie des données ainsi que l identification de la configuration et les release notes) ont été actualisés de façon complète et correcte. Si la modification a un impact sur des systèmes connexes (DWH, GEVER, SAP, systèmes cantonaux) ou si des modifications sont apportées aux systèmes connexes (services de swisstopo, DWH, GEVER, SAP, etc.) ou à l infrastructure de base (serveur, DB, logiciels standards), la coordination doit se faire sous la direction du comité Coordination Release Management (CRM). Le CRM est en fait un comité qui se réunit tous les deux mois pour définir les implications et planifier les modifications informatiques. Il communique alors les contenus principaux du release et se charge éventuellement de les coordonner et de les documenter. Une planification des ressources de l exploitant (EXP) doit par ailleurs se faire pour les installations. Une séance de maintenance a lieu au minimum une fois par trimestre; elle est dirigée par le responsable de l application et réunit par ailleurs 3

5 le responsable de la maintenance, le responsable du groupe d utilisateurs OFROU et un représentant de la société de maintenance et de l exploitant. Cette réunion est l occasion d effectuer une brève synthèse des incidents et problèmes survenus au cours de la période écoulée, d étudier les demandes de modification pour le prochain release et de planifier la nouvelle version. C est le RA qui décide en dernier lieu si un change est effectivement mis en œuvre. La société de maintenance pour l entretien logiciel analyse toutes les demandes de modification, donne un feedback dans le Change Management Tool de l OFROU (CM-Mantis) avec les coûts et une brève description de la solution préconisée. De plus, elle reprend le ticket dans son outil de suivi (TFS, JIRA, etc.), ce qui lui permet d effectuer ses propres tâches pour l entretien du logiciel. La clôture des travaux est également saisie dans le CM-Mantis de l OFROU. La société de maintenance effectue sur demande du RM la planification du release en vertu des modifications définies, planifie à cet effet les ressources et définit un échéancier. Une fois les changes approuvés, elle les met en œuvre, réalise les tests internes et se charge de la documentation. Les utilisateurs ont la possibilité d échanger au sein de groupes d utilisateurs (ou users groups) leurs points de vue sur les possibilités qu offrent les applications, de discuter de conseils et d astuces, de saisie de données et d autres évaluations. Des demandes d amélioration (changes) sont également discutées et éventuellement adressées à la responsabilité de maintenance. Autres rôles importants Un rôle particulièrement important est celui du propriétaire des données. Il est responsable d un jeu de données ou de champs de données définis et veille à l exactitude de l information et à la conformité aux règles de saisie. Il délivre le mandat de saisie ou d actualisation de données et le dote des moyens nécessaires (finances, personnel). Comme il donne l ordre de collecter les données et finance le processus, il est donc propriétaire de ces données. Le comité technique externe MISTRA français et allemand réunit les responsables MISTRA des cantons ainsi que d autres représentants. Une séance trimestrielle a lieu, où est présenté l état actuel des travaux sur les applications et de l introduction dans les divers cantons et où sont traités de manière approfondie des thèmes spécifiques tels que la mise à jour des axes, les réseaux métier, la formation des administrateurs, etc. Une fois par an, l OFROU se réunit séparément avec le canton dans le cadre d une séance d exploitation OFROU-canton pour discuter de la collaboration au cours de l année écoulée et des défis à relever. Maintenance + 3L Support Développement (externe) Comité de pilotage OFROU Responsabilité de l application OFROU Responsabilité de la maintenance OFROU Groupe d utilisateurs cantons D Fig. 1: organisation de la maintenance Groupe d utilisateurs OFROU Support technique (externe) Groupe d utilisateurs cantons F Application métier mobilité douce en exploitation Grâce à l application métier mobilité douce (LV), l Office fédéral des routes soutient les cantons, les organisations métier et les services spécialisés (vélo, trekking) dans la planification, la réalisation, l exploitation et la maintenance des réseaux de la mobilité douce (LV). Le développement de l application métier mobilité douce a été soutenu par un groupe d accompagnement où se sont réunis l OFROU, Suisse Mobile, Suisse Rando, des experts et les cinq cantons pilotes (FR, VD, OW, SZ et UR). Le 26 mai 2014, l application mobilité douce a été activée par l Office fédéral de l informatique. Les cinq cantons pilotes peuvent exploiter leurs sentiers de randonnées (routes et lieux de signalisation) via l application Web. Zug sera le prochain canton à introduire l application mobilité douce. La direction de projet est en contact avec d autres cantons. Nouveau numéros de téléphone et URL pour les systèmes de ticketing Les numéros de téléphone de la Confédération ont changé. Tous les numéros commencent désormais par 058. Les cinq derniers chiffres restent inchangés. Vous trouverez au verso des MISTRA News les numéros de téléphone valables des différents interlocuteurs MISTRA. Les systèmes de ticketing OFROU HD, CM et DR ont été ouverts pour tous les systèmes informatiques de l OFROU, raison pour laquelle les URL ont été changés de MISTRA en ASTRA. Nouvelle appellation: Help Desk: hd.it-astra.ch Change Management: cm.it-astra.ch Data Request: dr.it-astra.ch 4

6 E TAT DES APPLICATIONS MÉTIER ET PROJETS Auteur: Urs Schneeberger GS1 MISTRA 18 applications métier sont en production et dans le dernier semestre, il y a eu des releases avec plus de la moitié des applications pour des optimisations et améliorations. Système de base (BS) Le BS constitue la base de toutes les applications MISTRA. Il fournit les données et les services. Dans le système lui-même, tous les axes routiers et les objets inventoriés des routes nationales ont un suivi et un historique, de façon à ce que les réseaux linéaires puissent être saisis et mis à jour. Le BS est également conçu comme une plateforme d informations en faisant des évaluations sous forme de cartes ou de rapports. Le BS est en service depuis 2008 La version actuelle BS (ouverture des données simplifiées, amélioration du Snapping, Module QuickCharting) a été mise en service le 27 mars 2014 Le BS est à disposition des cantons Chaussée (TRA) L application TRA permet de gérer et d analyser des données concernant les chaussées et de créer des objets d entretien. Comme avec KUBA, il est possible d établir un inventaire des données routières (STR) et de saisir différentes caractéristiques de l état des chaussées. Les données des états des chaussées servent de base pour la gestion de l entretien des dites chaussées (PMS Pavement Management System). Les différentes représentations (cartes, axes tendus, coupes transversales, listes et statistiques) sont synchronisées entre elles. TRA est en service dans l OFROU depuis novembre 2010 et a remplacé le système STRADA La version actuelle TRA x (saisie des données plus confortable, enregistrement des documents et images) a été mise en service en mars 2014 TRA est à disposition des cantons Ouvrages d art et tunnel (KUBA) L application métier KUBA sert à la saisie des inventaires des ouvrages d art, à évaluer leur état ainsi qu à surveiller et soutenir la gestion de l entretien ; incluant les enquêtes sur les besoins financiers. L actuelle version 5, qui est en service, permet également la collecte et l analyse des données des tunnels souterrains. Dans la base de données, les ouvrages d art peuvent être représentés de manière différente en fonction du propriétaire. Tous les ouvrages de construction, mais aussi leurs composants, peuvent être localisés sur la base des axes routiers du système de base. Dans KUBA, on peut également définir ses propres axes d objets, ce qui peut être particulièrement utile pour les tunnels. En outre, pour les routes nationales, on peut faire la relation entre un ouvrage d art dans KUBA (par ex. des ponts) et un objet de l inventaire. KUBA 5 est en service depuis mai 2010 Fig. 2: Système de base (BS) La version actuelle KUBA (import incrémentiel des croquis électroniques pour les inspections) a été mise en service le 22 février 2014 KUBA est à disposition des cantons Monitorage du trafic (VMON) VMON est une application pour les données de la circulation routière. La mise en service a été faite avec les modules «Administration des postes de mesure» et «CACR» (administration et validation des postes de comptage automatiques permanents). Avec la nouvelle version, les postes de comptage temporaires peuvent aussi être traités. VMON est en service depuis 2008 La version actuelle VMON (avec des postes de comptage temporaires) a été mise en service le 5 septembre 2013 La version est en service depuis juin 2014 Fig. 3: Chaussée (TRA) VMON est à disposition des cantons 5

7 Fig. 4: Ouvrages d art et tunnel (KUBA) Accidents de la circulation - analyses avec SIG (VUGIS) VUGIS est utilisée pour la visualisation et l analyse géographique des accidents et permet notamment la localisation et la classification des lieux d accidents et des endroits dangereux sur le réseau routier suisse. VUGIS contribue à satisfaire aux exigences de l article 6 de la LCR (Via sicura, le programme de la Confédération pour «plus de sécurité sur la route»). VUGIS est installée depuis fin 2011 La version actuelle VUGIS 3.1 avec la recherche des lieux d accidents a été mise en service le 25 mars 2014 La version VUGIS 3.2 est prévue en août 2014 Fig. 5: Monitorage du trafic (VMON) VUGIS est à disposition des cantons Accidents de la circulation - saisie (VU) VU sert à la saisie de tous les accidents de la circulation enregistrés par la police, y compris la localisation des accidents (repérage linéaire et ponctuel géo référencé), à la comparaison des registres de la FFR (MOFIS et FABER), à la création de croquis sur la base des plans cadastraux et à la plausibilité. La saisie des données peut être faite directement dans VU, au moyen de scans des procès-verbaux des accidents ou à l aide d un stylo digital (Digital Pen, DPS). Les accidents peuvent aussi être enregistrés à l aide d outils propres à chaque canton, via une interface d échange de données (Sedex: secure data exchange) puis finalisés dans VU. La base de données contient tous les accidents de la circulation depuis VU est installé auprès de toutes polices cantonales depuis 2011 La version actuelle VU 1.9 (adaptation des requêtes MOFIS/FABER, utilisation des WMS cantonaux pour les géos données) a été mise en service le 25 mai 2014 VU est à disposition des cantons Fig. 6: Accidents de la circulation - analyses avec SIG (VUGIS) 6

8 Autorisations spéciales (SB) Le centre de prévention du Gothard délivre, au nom de l OFROU, les autorisations spéciales. SB permet la gestion des demandes et des autorisations pour les convois exceptionnels, pour les transports de nuit et des dimanches, ainsi que pour les transports de matières dangereuses lors de déplacements transfrontaliers ou sur les routes nationales. Lors de la requête, il est possible de contacter directement et simultanément le canton concerné. Les itinéraires sont contrôlés à l aide des paramètres détaillés, stockés dans le système. Si les charges et/ou les dimensions admissibles sont dépassées, il faut alors tout revérifier séparément à l aide d une autre application métier (par ex. KUBA). L application métier SB est en service depuis 2008 La version SB-BEAT (avec gestion de requête) est en service depuis le premier novembre 2013 La version SB-Online (portal de requête) a été mise en service le 30 mars 2014 SB-Online est à disposition des cantons Cadastre du bruit (LBK) L OFROU en tant qu organe d exécution enquête sur les émissions de bruit et les consignes dans un cadastre du bruit. L application donne entre autres la planification des mesures contre le bruit quant à la pérennisation du projet. La solution transitoire LBK est en service depuis mars 2010 La version actuelle LBK (intégration du sous projet mesure contre le bruit) a été mise en service en décembre 2013 La release est prévue pour décembre 2014 Gestion de l entretien en site urbain (EMSG) Avec cette application métier, les communes et les villes disposent d un outil pratique permettant la gestion de l entretien des routes, utilisable pour les routes nationales de 3ème classe et les routes cantonales. Le modèle de base du maintien de la valeur montre la vision réseau et la vision objet. Selon le degré de détail, l utilisateur peut choisir le mode de travail; mode sommaire, mode «nom des rues» ou mode SIG. La version EMSG a été mise en service en septembre 2013 La version actuelle EMSG 1.4 (EMSG-Mobile avec composants Open Source) a été mise en service le 22 mai 2014 EMSG est à disposition des communes et des cantons Infrastructure des bâtiments d exploitation (IBBS) En plus de la chaussée et des ouvrages d art, l OFROU possède, sous l enseigne «Infrastructure des bâtiments d exploitation», divers biens immobiliers. Il s agit principalement de centres d entretien, de points d appui avec silos à sel et d aires de repos. Avec l application IBBs, une solution transitoire basée sur un logiciel d armasuisse, ces objets peuvent être inventoriés et leur état enregistré. Les données peuvent alors servir de base pour l entretien des bâtiments et aux services généraux. La solution transitoire IBBS est en service depuis le 19 septembre 2012 La version IBBS est en service depuis juin 2014 Entretien courant (BUS) Grâce à l application, les offres, les modifications de commandes et une partie des reportings des unités territoriales sont facilement accessibles et gérables. Les données sont plus faciles à exporter dans des fichiers Excel et comparables pour toutes les années et toutes les unités. Le futur concept FA-BU satisfera aux exigences d établissement de rapports automatiques et de ratios. Les sections d exploitation et les objets de l inventaire forment ainsi le lien avec la banque de données MISTRA. La solution transitoire BUS est en service depuis mai 2012 La version actuelle BUS 1.4 a été mise en service le 16 septembre 2013 Mobilité douce (LV) La mobilité douce inclut les déplacements à pied, sur des roues ou des roulettes. L OFROU veut soutenir les cantons, les organisations métier et les services spécialisés (vélo, trekking) dans la planification, la réalisation, l exploitation et la maintenance de réseaux sûrs, attractifs et cohérents pour la mobilité douce La version actuelle (version 1.1) a été mise en service le 26 mai 2014 et est opérationnelle pour les cinq cantons pilotes. Auparavant, les données existantes des différentes applications cantonales ont été migrées par swisstopo et intégrées par la société CAD Rechenzentrum AG dans la base de géo-données de LV En septembre 2014, il est prévu d installer une version intermédiaire (1.2), qui permet de fournir à un système SIG externe des données de LV pour un secteur donné, ceci au moyen d un interface d exportation A la fin de 2014, un éditeur de signalisation sera introduit avec la version 1.3, pour générer des propositions pour la signalisation LV est à disposition des cantons Fig. 7: Mobilité douce (LV) 7

9 Équipements d exploitation et de sécurité (EES) EES est une application métier qui fait partie des EMS (gestion des équipements d exploitation et de sécurité pour les routes nationales suisses). L objectif est de fournir un système informatique permettant de gérer les équipements d exploitation et, à moindre coût, d atteindre les objectifs d entretien et d assurer une disponibilité élevée des équipements d exploitation et de sécurité pour les routes nationales. La solution transitoire est en service depuis 2010 L application métier EES est suspendue Cadastre SABA (SABA) Actuellement 40 installations sont en bordure de routes nationales et 60 autres sont prévues. Afin de surveiller l état de ces installations et pour pouvoir mieux identifier les faiblesses et les points forts de ces différents types d équipements, l OFROU veut centraliser les données dans une base récoltant les caractéristiques techniques et les coûts. La solution transitoire SABA est en service depuis le 28 juin 2013 Évacuation des eaux (ENT) Les installations destinées à l évacuation des eaux des routes nationales sont enregistrées dans un inventaire et les plannings d entretien sont mis à disposition des spécialistes des applications métier MIS- TRA. Le développement se fera en plusieurs étapes; module «inventaire»; module «état»; module «maintenance». Le concept métier est en cours d élaboration L application métier ENT est suspendue Gestion de l entretien des routes nationales (EMNS) Le futur système pour la gestion globale de l entretien a pour but d accroître l efficience économique des moyens engagés pour l entretien des infrastructures routières. Cet objectif passe par une optimisation en «paquets» de maintenance des mesures d entretien, issues des diverses applications métier; KUBA et TRA dans un premier temps, puis BSA. Le programme d entretien optimal sera obtenu par une analyse de l impact de ces paquets au niveau du réseau. Le concept métier est terminé et un prototype a été réalisé L application métier EMNS est suspendue Video (VDS) Avec l application métier Vidéo, les multiples données vidéo sont gérées de manière centralisée dans l avenir et donc à disposition de tous les utilisateurs et des applications métier. La technologie vidéo 3D utilisée, permet de faire des mesures au niveau du décimètre. En outre, les données SIG (axes et objets d inventaire) peuvent être affichées du système de base MISTRA. La saisie de l inventaire de la route (par exemple la signalisation) peut être prise en charge efficacement par la reconnaissance d objets automatisés des images vidéo 3D. Une version transitoire a été mise en service le premier février 2014 L application métier Vidéo VD est suspendue L application Vidéo transitoire VDS est à disposition des cantons Gestion des biens-fonds et des contrats LVS L application a été mise en service à l OFROU pour l acquisition et pour l administration des parcelles et des contrats des routes nationales. Les contrats peuvent être associés à un axe routier. Étant donné qu il s agit d un logiciel standard (gestion des contrats) avec une extension pour la gestion des biens-fonds, l application est prête à être utilisée par les cantons. L application LVS est en service depuis 2008 La version actuelle LVS 1.8 a été mise en service en mars 2014 Risques des accidents majeurs STR Pour la mise en œuvre de l ordonnance des accidents majeurs sur les routes nationales, les risques des accidents majeurs doivent être affichés. Pour faire cela efficacement et selon une méthodologie uniforme, l application MISTRA Störfallrisiken (STR) a été développée. L application analyse les données des routes et de l environnement et représente les risques sur la section. L application prend également en charge la documentation des résultats pour afficher le rapport bref (StFV). L application est en service depuis mars 2014 Datawarehouse DWH ne fait plus partie du programme MISTRA. Pour les évaluations et les analyses, le DWH OFROU est responsable. Responsables et intervenants Responsable GS1 MISTRA: Urs Schneeberger, Techdata AG Rédaction métier: Chef de projet des applications métier 8

10 I NTRODUCTION DANS LES CANTONS Auteurs: Claude Marschal, Jacques Steffen L introduction de MISTRA est bien avancée en Ro - mandie et au Tessin. En Suisse alémanique, les travaux d introduction se poursuivent intensément. Durant cette année, l introduction se poursuit pour 14 cantons ainsi que le Liechtenstein avec BS, pour 8 cantons avec LV, pour 7 cantons avec VMON et pour 5 cantons avec KUBA. La démarche pour la prise en compte des demandes de changements cantonales a été clarifiée. Les premiers cantons utilisent les services MISTRA dans leurs propres applications. En termes d exploitation, les premières mises à jour des axes dans BS sont planifiées, ainsi que l actualisation correspondante dans les applications métier. Situation de l introduction selon les applications: Quatre cantons supplémentaires, FR, NE, VD, VS utilisent BS en production. Ainsi ce sont aujourd hui 8 cantons qui sont en production. L introduction de TRA s est terminée pour JU, VD et UR. TRA est donc en production dans 6 cantons. KUBA est en production au JU depuis décembre Ce qui porte à 12 le nombre de cantons qui ont introduit KUBA. VUGIS est opérationnelle dans 17 services des routes. Dans les derniers mois, la situation concernant la signature de la convention complémentaire s est améliorée; 10 cantons ont en effet signé cette convention. Lors de la mise en production de LV, une erreur dans le software a provoqué un retard important. La mise en production prévue initialement à la fin 2013 a dû être déplacée à mai En plus des 5 cantons pilotes, les cantons de ZG, NE, GR et FL ont montré de l intérêt à l introduction de LV. Situation au Durant les cinq derniers mois, l introduction de BS, KUBA et TRA en Romandie a beaucoup avancé. Les activités d introduction en Suisse alémanique se sont traduites par deux séances de kickoff dans les cantons de AR et BS ainsi que par la livraison des axes de SG avec l interface d import INTERLIS2. Trois cantons supplémentaires, AR, BS et SO ont signé la convention de base. Ce qui porte à 22 le nombre de cantons qui ont décidé d introduire au moins une application MISTRA. Fig. 9: MISTRA dans les cantons au 30 avril 2014 Fig. 8: Signature de la convention cadre au 30 avril 2014 Fig. 10: Evolution des projets d introduction dans les cantons au 30 avril

11 Démarche pour la gestion des demandes de changements des cantons. Selon l enquête auprès des cantons, ceux-ci estiment que le risque que les applications métier ne disposent pas des fonctionnalités suffisantes est relativement élevé. Ceci s explique par le fait que, pour les tâches identiques, les exigences pour les routes cantonales et pour les routes nationales sont différentes. Exemples classiques: les échelles de représentation sont différentes, donc les modèles de représentation des cartes sont également différents, les valeurs des catalogues de textes sont différentes, etc. Afin de réduire ce risque, la démarche de gestion des demandes de changements a été précisée par la GPL MISTRA, les chefs de projets des applications métier ainsi que la GS2. Chaque canton a la possibilité d annoncer ses souhaits dans le système de gestion des demandes de changements et ensuite de les traiter. Pour ce faire, des sous-projets MANTIS Cantons ont été ouverts pour plusieurs applications métier. Démarche Après la saisie dans le MANTIS Canton, ces demandes sont traitées par le UserGroup compétent. Si la demande est soutenue par plusieurs cantons, celle-ci est transmise au UserGroup compétent de l OFROU. Lorsque la demande est soutenue par le UserGroup de l OFROU, celleci est remontée et traitée dans la séance de direction de la maintenance. La direction de la maintenance évalue la demande sur le plan de la configuration et de la gestion des releases. En cas d acceptation, la demande est introduite dans la planification des releases. Dans le cas d une demande émise par un seul canton, l OFROU est prêt à conclure une convention-cadre avec le fournisseur de l application métier. Comme condition préalable, la justification et l évaluation des coûts relatifs à la demande doivent être remises par le responsable MIS- TRA du canton à la GPL MISTRA. Sur cette base, la suite de la démarche sera coordonnée avec les personnes directement concernées. Utilisation des services MISTRA dans les applications cantonales Les cantons utilisent les données introduites dans MISTRA de différentes manières. Export Import Le cas le plus fréquent consiste en un export de MISTRA avec l interface standard INTERLIS2 puis en un import dans un système cantonal. L utilisation des réseaux métiers ou des données d état dans un portail cantonal de géodonnées est un exemple d un tel échange de données. Cette méthode basée sur un processus offline implique un haut niveau d organisation. Web Map Services Une utilisation plus confortable des données de MISTRA est possible par un lien direct du système cantonal sur les données de MISTRA. Ceci est réalisable grâce aux services MISTRA disponibles. Chaque application métier fournit des services qui peuvent ensuite être utilisés par d autres applications. Les services cartographiques WMS Fig. 11: Démarche de gestion des demandes de changements, exemple BS 10

12 (WebMapServices) qui permettent de lier des layers supplémentaires à un SIG sont les plus connus. Dans ce cas, le modèle de représentation est fixé par l OFROU. Web Services Il existe aussi des services qui peuvent être utilisés pour la mise à jour des données dans le système cantonal. L un des services de MISTRA-BS permet d actualiser le repérage linéaire d un objet, en donnant la version actuelle d un axe. Avec ce service, un canton peut, après avoir mis à jour le SRB dans MIS- TRA, recalculer la position des objets sur la version actuelle d un axe. Premières expériences L utilisation des Services MISTRA a été testée, pour la première fois, dans le canton de Zug. Aujourd hui, l accès en lecture aux Services MISTRA par le canton de Zug est opérationnel. Durant ces tests, il a été constaté que les standards OGC pour l appel des WMS ne sont pas respectés à 100%. Par conséquent, l utilisation de client SIG OGC pur n est pas possible. D autre part, pour des raisons de sécurité dictées par le BIT, les appels aux services MISTRA doivent toujours être encapsulés dans un appel SOAP. Ce qui nécessite des adaptations dans les applications cantonales. Suite à ces premiers résultats, l OFROU veut mettre en place une solution simple pour permettre des appels aux Services MISTRA depuis les applications cantonales. Mise à jour des axes: règles et conséquences Le système de base est en exploitation dans 8 cantons. La migration des données des axes est terminée et le travail de mise à jour du SRB est déjà en cours dans de nombreux cantons. Dans le cadre de l exploitation des applications métier se pose la question de l impact des modifications du SRB sur la localisation des objets dans ces applications métier. Il n y a pas de réponse courte à cette question. Les mécanismes de mises à jour sont différents et dépendent de chaque application métier. Il est en revanche important, avant d effectuer une modification des axes dans BS, d en connaître les conséquences sur les données des applications métier. Dans BS, la modification des axes peut engendrer huit cas distincts. Les Axes, Secteurs, Segments d axe et Géométrie impactés peuvent prendre un code de changement entre 0 et 7. Les applications métier doivent se baser sur ce code de changement pour mettre à jour la localisation des objets touchés par les mises à jour des axes. Comment réagissent les applications métier aux modifications des axes et quelles sont les conséquences pour les utilisateurs? Dans BS, les objets touchés par les modifications d axes deviennent invalides. Ceci est valable pour les Objets d inventaire, les Noeuds, les Tronçons, les Sections et les Projets. Les objets invalides doivent être mis à jour manuellement dans un état valide. MISTRA-BS offre pour cela des fonctions de sélection et de traitement. Dans TRA et KUBA, l actualisation des axes s effectue offline. Les axes sont livrés depuis BS à TRA ou KUBA puis importés manuellement. En fonction des codes de changement, la localisation des objets est calculée automatiquement ou effectuée manuellement dans TRA et KUBA. Conclusion Lors d une actualisation des axes, les conséquences sur la mise à jour des objets dans les applications métier doivent toujours être considérées. Ces conséquences doivent être prises en compte dans la planification des mises à jour. Formation Le calendrier des formations 2013 a été peu utilisé. Le manque de participants a provoqué l annulation de nombreuses formations. L enquête auprès des cantons a démontré des besoins en formation très hétérogènes. Suite à cette enquête, en accord avec la GPL, il a été décidé d augmenter l offre de formations individuelles dans les cantons. Toutefois, pour KUBA et LV l offre de formation reste disponible dans le calendrier Perspectives La planification actuelle de l introduction de MISTRA dans les cantons montre que les applications suivantes devraient être mises en production entre mai et décembre 2014: BS dans 12 cantons, TRA dans 3 cantons, KUBA dans 4 cantons, LV dans 2 cantons et VMON dans 8 cantons. D autre part, le canton de Genève a redémarré le projet d introduction de MISTRA avec l analyse de la thématique concernant le transfert des données du «graphe routier» dans MISTRA-BS. Fig. 11: Planification des applications en production à fin 2014 La GS2 continuera à coordonner l introduction de ces applications entre les cantons et l OFROU jusqu à fin Mais selon une planification réaliste, l introduction de ces applications dans tous ces cantons ne sera probablement pas terminée au 31 décembre 2014 et se poursuivra en Responsables et intervenants Responsable GS2 MISTRA: Claude Marschal, R+P Responsable adjoint GS2 MISTRA: Jacques Steffen, Inser 11

13 D E L INTRODUCTION À L EXPLOITATION DANS LE CANTON DE THURGOVIE Auteurs: Peter Zollinger, Rainer Bobst Dans le canton de Thurgovie, l introduction des applications Système de base, Trassee et KUBA est terminée. Depuis le printemps 2014, les premières expériences dans le fonctionnement des applications sont collectées. Système de base Actualisation du SRB Les bases pour l actualisation du SRB sont les plans d exécution de la division Planification et Trafic du Service des Ponts et Chaussées. Le cycle de mise à jour est d une année. De plus, les plans sont rassemblés et contrôlés en intégralité. Ensuite, l entreprise Rosenthaler + Partner effectue la mise à jour dans le Système de base. Chaque cas d actualisation est analysé et la meilleure démarche est définie pour l adaptation du SRB. La démarche est influencée de manière décisive par les conséquences des données existantes localisées dans le SRB (nœuds, réseaux métier, accidents de la circulation, travaux et état de la chaussée, etc.). Une mauvaise démarche peut entraîner dans des cas extrêmes, que des données existantes ne puissent plus être utilisées et doivent être saisies à nouveau. De bonnes connaissances des différents types de sessions de travail, de leurs fonctionnalités respectives, et des conséquences sur les données dans les différentes applications métier sont donc essentielles. Quotidiennement, il y a des changements dans le SRB, que ce soit par le biais de travaux de construction, qui modifient le tracé ou par le biais de changements organisationnels, qui conduisent à la cession d axes cantonaux à l OFROU ou aux communes. Malheureusement, les conséquences sur les différentes applications métier et celles qui sont nécessaires pour le travail de mise à jour ne sont pas encore documentées. Ce thème sera traité lors d un Workshop «Mutations du SRB et ses conséquences sur les applications métier» prévu le mercredi 20 août 2014 à Berne. Noeuds Le nombre de nœuds dans STRADA a grandi au fil du temps. Les nœuds ont été relevés et saisis pour différents objectifs. Dans MISTRA, la liste des types de nœuds a été fortement réduite, vis-à-vis de STRADA. De plus, MISTRA est un outil SIG. Tous les nœuds existants dans STRADA ne sont ainsi plus forcément nécessaires dans MISTRA. Une petite directive fixe désormais la manière dont les nœuds sont gérés dans le canton de Thurgovie. Avec cette directive, seuls les nœuds de circulation et les nœuds de limites administratives sont définis à la frontière du canton. Le cas échéant, des nœuds supplémentaires peuvent être créés, si la définition du tronçon l exige. Après vérification, le nombre de nœuds a été réduit de 620 nœuds au début à 460. Fig. 13: Exemple extrait de la directive de saisie pour les nœuds 12

14 Réseaux métier Les réseaux métier, «priorisation», «routes principales / routes secondaires», «entretiens courants» et «classes de charge de trafic» ont été exportés de STRADA (Shapefile) et peuvent être visualisés dans le système de base. Ceci sert de base pour une nouvelle saisie des réseaux. Il a été montré que la fonctionnalité du système de base pour la saisie de nouvelles sections et de nouveaux tronçons est documentée et fonctionne bien. Le nettoyage des nœuds mentionné précédemment a eu lieu après la saisie du réseau métier des classes de charge de trafic. La modification d un nœud ayant un impact sur les réseaux métiers, ce réseau a dû être recontrôlé. Les tronçons ne sont pas automatiquement mis à jour. Ils doivent être insérés dans une session de travail pour être contrôlés. Des avertissements et messages d erreurs montrent à l utilisateur quels tronçons doivent être mis à jour. Cette actualisation n est encore malheureusement réalisable qu à la main. Dans KUBA-DB, le changement entre les objets d infrastructure inférieurs est trop long. La saisie ou une correction de beaucoup d objets est par conséquent lente. Une saisie de données en masse sous forme de tableau serait pratique. Le Login-MISTRA avec le code SMS n est pas confortable. La création de campagnes pour les inspections n est pas confortable. La saisie d inspections avec l application ipad Mini est plus pénible qu avec le Digital Pen et l outil de validation de KUBA 4. Le travail avec le mobile est certes divertissant, mais la saisie des états et des dommages prend beaucoup de temps. Trassee La plupart des données du revêtement et de l état de la chaussée ont été migrées de STRADA à Trassee. Les données de revêtement 2013 étaient disponibles dans la solution transitoire LOGO et ont été migrées dans Trassee via l interface INTERLIS. Pour qu un système externe puisse livrer des données via l interface INTERLIS, les références nécessaires sur le SRB, les catalogues et les projets doivent être connus. Ces données de référence peuvent être mises à disposition par un export de Trassee vers le système externe. Les expériences acquises montrent qu il n est pas si facile de recréer toutes ces références, de manière à pouvoir importer ces données sans erreur à partir d un fichier INTERLIS. Après quelques essais, les erreurs ont été résolues, les données ont été importées et l évaluation des indices d état a pu être effectuée. Fig. 14: Message d erreur suite à un contrôle d un tronçon sur le réseau métier des classes de charge de trafic Ce travail a montré, que le savoir-faire métier nécessaire est plus important que lors de la saisie de nouvelles sections. La prise en main technique du système est aussi plus compliquée. L utilisation du système de base n est pas suffisamment documentée pour ces cas de mises à jour. De ce fait, l investissement temps pour ces travaux de mises à jour a été plus élevé que prévu. KUBA La migration des données de KUBA 4 à KUBA 5 a bien été réalisée grâce au bon soutien de CAD RZ pour la migration et de IMC pour la validation. Le procès-verbal de migration a montré un grand nombre de messages d erreur. Le nettoyage des données a été intensif et a pris beaucoup de temps. Malheureusement, ce nettoyage n a pu être réalisé que partiellement avant la migration définitive. Les expériences avec KUBA 5 depuis la mise en production sont généralement positives. Nous pouvons citer les points suivants: Les informations sur la page d accueil de KUBA-DB sont présentées de façon claire. La vue d ensemble est meilleure que KUBA 4. L entrée des données d une couche d infrastructure dans KUBA-DB peut être réalisée très rapidement. Après des difficultés initiales, le login dans l application fonctionne assez rapidement. L utilisation des photos avec un ipad Mini nous enthousiasme. Le changement de KUBA 4 à KUBA 5 est considéré dans l ensemble comme un progrès. Un potentiel d amélioration reste possible dans les secteurs suivants: Fig. 15: Interface d import de Trassee VUGIS VUGIS est introduite depuis un certain temps déjà dans le canton de Thurgovie. Depuis avril 2014, la version 3 est en exploitation. Les améliorations associées à cette nouvelle version sont importantes. Le système est devenu plus facile à utiliser: Les accidents peuvent être choisis et affichés beaucoup plus facilement. L impression est devenue plus facile. Il est maintenant possible d imprimer dans un format A0. L utilisation générale du système est devenue beaucoup plus intuitive. Les petits problèmes sont rapidement résolus grâce au bon contact avec le helpdesk de l OFROU et à l engagement de chacun. Responsables et intervenants Responsable métier MISTRA V.I.TG: Peter Zollinger Support externe: Rainer Bobst, R+P 13

15 I NTRODUCTION DE MISTRA DANS LE CANTON DU JURA Auteurs: Rose-Marie Gerber, Pascal Mertenat Dès 1999, le Canton du Jura s est familiarisé avec le système de repérage de base STRADA proposé par l OFROU, en vue de la saisie des données concernant la route nationale N16. Fort de cette expérience et des connaissances acquises au travers des échanges intercantonaux, le Service des infrastructures du canton du Jura (anciennement Service des ponts et chaussées) a estimé nécessaire d informatiser les données de ses routes cantonales. La mise en œuvre de MISTRA a été concrétisée par la signature de la Convention de base avec l OFROU en automne Le canton du Jura s est résolument engagé dans ce nouveau système d information et de gestion du réseau des routes cantonales. Patrimoine routier Le réseau cantonal est constitué de 450 km de routes et 120 ouvrages d art. Les données routières gérées par MISTRA seront de près de objets d auscultations routières, de 98 axes et de 2660 points de repère. Fig. 17: Organigramme d introduction MISTRA JU Planification et mise en œuvre L étroite collaboration entre la direction du projet et l OFROU, soutenue par les mandataires et le représentant du groupe MISTRA GS2, a permis de définir le programme de mise en œuvre des applications et de garantir le respect des délais. La planification, représentée dans la Fig. 18, est le fil conducteur du projet MISTRA dans le canton du Jura. Fig. 18: Mise en œuvre de MISTRA JU Fig. 16: Réseau des axes cantonaux et communaux JU Organisation du projet Afin d assurer la mise en place de MISTRA, une structure spécifique a été créée au sein du Service des infrastructures (Fig.17). De plus, l engagement de mandataires pour l appui à la direction du projet ainsi qu à l introduction des applications métier sous la responsabilité des chefs de projet, a été nécessaire pour assurer le bon déroulement des opérations. Applications Les applications choisies par le canton ont été mises en production avec le soutien de divers mandataires, que ce soit pour l appui au Maître d ouvrage ou pour leur introduction. MISTRA Basis (BS) Le système de base est utilisé dans le canton du Jura comme système spécialisé pour la mise à jour de tout changement de géométrie des chaussées et le positionnement des objets d inventaire par rapport aux points de repère (PR). 14

16 Malgré une certaine lenteur, l utilisation de BASIS est très conviviale. Le canton du Jura réajuste ses axes à l aide d orthophotos, mais il est possible d importer des nouvelles géométries. En parallèle, comme les PR sont relevés en coordonnées xy, cela permet leur repositionnement et leur calage le long du segment d axe avec précision. Dans le système lui-même, tous les axes routiers et les objets d inventaire ont un historique. MISTRA Tracé (TRA) Cette application permet une étroite collaboration avec la section de l entretien des routes qui œuvre depuis quelques années à la mise en place d une systématique annuelle du relevé d état visuel du réseau cantonal. Les auscultations routières et plus particulièrement le relevé visuel effectué par un collaborateur de cette section ainsi que le relevé de la portance sont les indices représentés par TRA; ils fournissent une aide précieuse à l élaboration des budgets. Dans cette optique de gestion efficace de nos chaussées, le Service des infrastructures envisage d acquérir à moyen terme et après l avoir évalué, l outil complémentaire de gestion de l entretien EMSG. Cette application apportera une aide à la décision supplémentaire et optimisée pour la maintenance de nos routes cantonales. Le Service des infrastructures s organise pour introduire les structures, les profils et usages de ses chaussées. Par rapport à STRADA, les objets d informations ne sont plus repérés par un écart (à l axe de l objet), mais par une distance de l axe au bord gauche de l objet, appelé maintenant «Bord gauche». MISTRA KUBA Le Service des infrastructures consacrait ses forces jusqu à il y a peu à l achèvement de la route nationale A16 Transjurane. Dans ce cadre-là, il a introduit l ensemble des ouvrages d art de l autoroute dans la base de données KUBA et procédait en parallèle à leurs inspections. Cette dernière tâche a été reprise par l OFROU à compter de 2009, date à laquelle les tronçons d autoroutes en service sont passés en mains de la Confédération. Les ouvrages situés sur le réseau cantonal ont dès lors été quelque peu délaissés et c est seulement depuis deux ans que leur traitement à l aide de KUBA a débuté. Dans un premier temps la substance est saisie dans la base et le travail est effectué à hauteur de 50% environ. A l heure actuelle, le constat est le suivant: de nombreux ouvrages sont dans une assez mauvaise classe d état, alors que d autres, et non des moindres en termes de grandeur, ne présentent que peu de dégâts. Ces derniers objets sont en fait ceux qui ont été construits ces 20 dernières années, notamment dans le cadre ou en parallèle des travaux de l autoroute. Par conséquent et compte tenu de nouvelles restrictions budgétaires, les choix à opérer en matière de maintenance, également sur du long terme, n apparaissent pas évidents. Le Canton du Jura s intéresse à utiliser l outil d aide à l évaluation de l état des ouvrages d art KUBA MS-light, afin de pouvoir déterminer la stratégie optimale de planification financière à long terme et prendre en considération les coûts indirects liés à l économie en cas d intervention sur un objet d inventaire. MISTRA VU et VUGIS Dès 2011, les accidents sont enregistrés par la police cantonale dans la base VU. L application VUGIS, qui contribue à satisfaire aux exigences de l article 6 de la LCR (Via Secura), est utilisée par le Canton du Jura depuis cette année. Elle permet d analyser les points noirs existants sur le réseau sur la base des données fournies par l OFROU et complétées par les informations de la police. Objectifs Le Canton du Jura s est fixé comme objectif d établir à l aide de MISTRA une planification à long terme de l entretien de son patrimoine routier, après avoir saisi complètement les données. En effet, cette planification sera possible puisque les applications principales de MISTRA sont maintenant fonctionnelles. Afin de compléter la palette des applications offertes par l OFROU, le canton installera dès 2015 l application LV pour la mobilité douce. Elle permettra de faire un lien utile entre les géodonnées de base de la Confédération, de Swisstopo, des tiers (SuisseMobile, etc.) et des services cantonaux concernés. Avec la mise œuvre de cette application, le canton souhaite assurer une gestion optimale des réalisations et de l entretien des pistes cyclables dont le développement est en plein essor dans le canton du Jura. De plus, la mise en œuvre de l application pour le monitorage du trafic VMON est également planifiée l année prochaine. Il s agira de définir les besoins du canton en fonction des données de circulation routière existantes. Actuellement une base de données sommaire développée par le canton permet d obtenir les mesures de comptage issues d un vaste réseau de boucles inductives, réparties sur l ensemble du réseau routier cantonal. Conclusion Pour le réseau des routes cantonales, la mise en œuvre de MISTRA a atteint un stade où les fondations sont solides et la base bien ancrée. Ce projet a pu voir le jour grâce à l engagement des collaborateurs du Service des infrastructures depuis 2012 et la mise à disposition des budgets annuels nécessaires. Le canton est convaincu que l OFROU saura poursuivre cet important projet afin d assurer la maintenance et le développement constants et judicieux du système. La collaboration avec les cantons par le biais des «User Group MISTRA» est une belle opportunité d échange d expériences. Cette collaboration, ajoutée au partenariat efficace avec l OFROU, aura permis au canton du Jura de mettre en production des applications qui deviendront une réelle valeur ajoutée dans la gestion et la planification du réseau routier cantonal. Responsables et intervenants Coordinateur: Pascal Mertenat Remplaçant et resp. Entretien: Serge Willemin Chefs de projet: BS et TRA: Rose-Marie Gerber KUBA: Thierry Beuchat VUGIS: Hubert Kottelat VMON: Jacques Riat LV: Denis Barthoulot Mandataires (Appuis aux MO et métiers, introduction): INSER SA, NibuXs, Vico Group, CADRZ AG et IMC GmbH 15

17 E MSG - GESTION DE L ENTRETIEN EN MILIEU URBAIN Auteur: Anja Herlyn, support technique EMSG L application métier MISTRA «Gestion de l entretien en milieu urbain EMSG» a été testée dans une phase pilote avec la participation de communes choisies et a été présentée au public à l occasion du GEOSummit. Ainsi, les communes ont à disposition un instrument économique et pragmatique pour la gestion et l entretien de routes sur la base du modèle de base du maintien de la valeur. L objectif est de soutenir les communes dans la mise en place de la gestion de l entretien d une façon stratégique et ciblée. EMSG permet le monitoring et la coordination des questions essentielles liées à la gestion de l entretien avec des moyens raisonnables. Situation de départ Tant la Confédération que les cantons, les villes et les communes sont les propriétaires de routes dans le milieu urbain. Dans son ensemble, les différents propriétaires gèrent et maintiennent un réseau routier avec une longueur totale d environ kilomètres, dont environ kilomètres dans des zones habitées. Ce réseau routier dans les zones habitées a une valeur de plus de 100 milliards de francs suisses. Beaucoup de routes ont été construites pendant les années de boom économique et entrent dans une phase où la rénovation et le remplacement deviennent plus importants. Les propriétaires font face au défi de conserver le niveau de qualité des routes en assurant soigneusement le maintien de la valeur, l extension et la modernisation des routes existantes. De nos jours, il faut prendre des décisions stratégiques et tactiques pour pouvoir exploiter de manière efficace et effective les ressources disponibles à long terme. Cela ne sera possible que si une quantité d informations suffisante est disponible à tous les niveaux. L état des routes, les besoins d investissements à moyen et à long terme, les effets et la nécessité de différentes stratégies de conservation de la valeur, sont seulement quelques points clefs indispensables à la conservation de la qualité des routes. Jusqu à présent, il manquait un outil qui permettait de montrer et d exécuter ces planifications dans un contexte avec les normes applicables. Figure 18: Etat des routes en sections d une commune (orthophoto) 16

18 EMSG - Qu est-ce que cela signifie? L office fédéral des routes (OFROU) a développé le système d information pour la gestion des routes et du trafic (MISTRA) qui est composé d un système de base avec des données de base liées avec différentes applications métier. Comme élément supplémentaire de MISTRA, EMSG a pour but de mettre à disposition un outil économique pour la gestion de l entretien basé sur le modèle de base de conservation de la valeur à tous les propriétaires de routes en milieu urbain (Confédération, cantons, communes). C est surtout l intention de fournir aux propriétaires de routes des données pour leur planification financière à moyen et à long terme. En outre, EMSG a pour but d améliorer la qualité des informations concernant le réseau routier suisse et la transparence par rapport aux coûts, au rendement et à l efficacité parmi les propriétaires de routes à l aide de l introduction d une approche homogène à la gestion du maintien en milieu urbain. Du point de vue de l organisation, EMSG est intégrée dans le système global MISTRA comme application métier. L accès se fait par une application WEB. Cela assure toujours à l utilisateur la mise à disposition des données de base les plus récentes. Un support informatique est assuré. Les utilisateurs n ont accès qu à leurs propres données, mais par un benchmarking, il est possible de mettre à disposition une partie des données anonymes aux autres participants, ce qui permet un accès en mode lecture à une partie des données anonymes des autres participants du benchmarking. Modèle de base de conservation de la valeur - Qu est-ce que cela signifie? EMSG est basée sur le modèle de base de conservation de la valeur (SN ) et décrit la thématique de la conservation de la valeur sous 3 angles de vue. La vue par objet (appréciation de l état et interventions de conservation) est opposée à la vue en réseau (dépréciation annuelle sur la base de la valeur de remplacement de l inventaire, voir figure 20). Figure 21: Saisie d une section routière sur le mode SIG L évolution de l état est un indicateur de l efficacité des interventions de conservation. Une liaison entre les 3 angles de vue permet de gérer de façon stratégique, et donc d optimiser, les mesures de conservation et par conséquent l état même du réseau. Mise en pratique en trois modes de travail Il y a trois différents modes de travail au sein d EMSG: 1. Le mode «SIG» est choisi par les communes qui souhaitent profiter des fonctionnalités complètes de l application métier EMSG. La position spatiale des routes est déjà disponible dans la représentation graphique et sert de base pour la saisie de toutes informations supplémentaires (voir figure 21). De cette façon, il est possible de saisir aisément l inventaire des routes et réaliser les premières exploitations, ex. valeur de remplacement et dépréciation. Le fondement ainsi bâti est la condition préalable pour la saisie de l état des routes et de la définition de mesures d entretien. Le relevé d état selon SN b est supporté par EMSG et peut être alimenté par des ressources internes ou par des mandataires externes. En outre, l application in situ «EMSG Mobile» offre la possibilité de saisir les données offline in situ (par exemple avec un tablet PC). En plus, la coordination des travaux est soutenue par les sous-systèmes, ex. canalisations. Les résultats peuvent être affichés en forme de carte ou tableau. 2. Le mode «nom des rues» s adresse aux communes pour lesquelles la saisie optimale de l inventaire routier et les évaluations se présentent sous forme de graphiques et de tableaux. Les fonctions de réalisation de la vue réseau, de saisie de l état et de plan d interventions sont les mêmes que dans le mode «SIG» (sans représentation cartographique). Fig. 20: Exploitation inventaire réseau routier 3. Le groupe cible du mode «sommaire» est représenté d un côté par les communes qui cherchent une première entrée en matière simple, et de l autre côté par les communes qui travaillent déjà avec un autre outil de maintien de la valeur et souhaitent participer facilement à la possibilité du benchmarking. Benchmarking Avec chacun des 3 modes de travail, il est possible de comparer de façon anonyme avec d autres communes les valeurs caractéristiques telles qu inventaire, état et interventions. 17

19 Fig. 22: Extrait du formulaire de saisie d état selon SN b Bilan annu el et exploitations Le bilan annuel permet l exploitation de l évolution de l état sur plusieurs années indépendamment du mode de travail choisi. De cette manière, il est possible de juger l effet des interventions d entretien sur le réseau routier. Par ailleurs, il est possible d identifier les tendances à long terme du rapport existant entre les investissements et la dépréciation d un réseau routier. Ces résultats fournissent des arguments utiles en vue de prendre des décisions budgétaires et politiques ainsi qu une vue d ensemble sur les conséquences à long terme de ces décisions. Utilité et avantages d EMSG EMSG permet une gestion de l entretien pragmatique sur la base des normes suisses (SN et suivants, SN b) et a été élaborée en fonction des besoins des communes suisses. Par la saisie des résultats des relevés d état, un plan d interventions et des finances peuvent être rédigés et avec la valeur caractéristique «dépréciation annuelle», le maintien de la valeur peut être piloté activement. Les exploitations des données fournissent un support et des arguments utiles afin de justifier les décisions budgétaires au sein de l administration ainsi qu au niveau politique et démontrent les conséquences à long terme de décisions concernant le budget et les interventions. En plus, il est possible de réaliser des effets de synergie par la coordination de mesures. Son développement comme application WEB, n engage pas de coûts informatiques supplémentaires. Un support technique et professionnel est garanti et une aide en ligne est disponible. Le support technique assiste les communes lors de l entrée dans EMSG, ainsi qu au moment de la réalisation et continuation de la gestion de l entretien des routes. Les cours de formation offerts permettront de faire plus ample connaissance avec les fonctions et les 3 modes de travail de l application métier EMSG pendant une journée. Output EMSG Selon le mode de travail choisi, jusqu à 48 possibilités d exploitations différentes des données avec export en MS- Excel ou PDF sont possibles. Le mode «SIG» permet de visualiser 5 cartes de fonds différents et 8 couches d informations supplémentaires. Sur le mode «nom des rues», l importation et l exportation de données facilitent l intégration de données de MS-Excel déjà disponibles. La fonction benchmarking permet une comparaison anonyme avec la moyenne des autres communes. Coûts EMSG Pour une journée de formation, un coût de CHF 750. par personne est à prévoir. Les frais d utilisation annuels s élèvent à CHF 800. (prix forfaitaire). Le support technique est gratuit. Optimisation Le feedback des communes pilotes d EMSG est une source d informations importante pour l optimisation future d EMSG. Comme étape suivante, nous prévoyons le développement d une interface qui permettra une intégration dans des solutions «SIG» déjà établies. Responsables et intervenants Direction du projet: Martin Surka, ASTRA Développement et maintenance: Tech Talk Contact Support technique EMSG c/o WIFpartner AG Bachmattstrasse Zürich Téléphone: Site web: 18

20 C ONTACTS Directeur général du projet MISTRA Christoph Käser Téléphone: Adjoint du directeur général du projet MISTRA Antoine Buntschu Téléphone: Chef de projet Système de base BS Florian Besançon Téléphone: Responsable de l application Chaussée Luzia Seiler Téléphone: Responsable de l application Ouvrage d art et tunnel Alain Jeanneret Téléphone: Responsable de l application Accidents de la circulation Philippe Bapst Téléphone: Chef de projet Accidents de la circulation, Analyses avec SIG Gerhard Schuwerk Téléphone: Responsable de l application Monitorage du trafic Nicolas Latuske Téléphone: Responsable de l application des Biens-fonds et des contrats Erik Jenk Téléphone: Responsable de l application Bruit / SABA Marguerite Trocmé Maillard Téléphone: Responsable de l application Autorisations spéciales Marco Piscopo Téléphone: Responsable de l application Gestion de l entretien en site urbain Martin Surka Téléphone: Cheffe de projet Evacuation des eaux Sabine Würmli Téléphone: Chef de projet Mobilité douce Christoph Seiler Téléphone: Chef de projet Equipement de gestion du système EMS Cédric Joseph Téléphone: Responsable de l application Equipement de gestion du système EMS (solution transitoire) Eugen Fuchs Téléphone: Chef de projet Ouvrages d exploitation et Entretien courant Martin Wyss Téléphone: Responsable de l application Störfallrisiken (STR) Adrian Gloor Téléphone: Helpdesk OFROU Boun Huang Ou Téléphone: https://hd.mistra.ch Téléphone: GS1 MISTRA, c/o Techdata SA Urs Schneeberger Effingerstrasse Bern Téléphone: GS2 MISTRA, c/o Rosenthaler+Partner AG Claude Marschal Feldrebenweg 16, 4132 Muttenz Téléphone: GS3 MISTRA, c/o Techdata SA Jean-Pierre Bolli Effingerstrasse Bern Téléphone:

Le projet MISTRA Les bénéfices pour les communes

Le projet MISTRA Les bénéfices pour les communes Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes OFROU Journée d information 21 avril 2010 à Morges Le projet MISTRA Les bénéfices

Plus en détail

Rosenthaler + Partner AG Management und Informatik Feldrebe nweg 16 CH-4132 Muttenz 2

Rosenthaler + Partner AG Management und Informatik Feldrebe nweg 16 CH-4132 Muttenz 2 Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes OFROU Lukas Schildknecht Version 1.10 du 09.06.2010 Code docu: LBK EB MISTRA

Plus en détail

SYSTÈME D INFORMATION POUR LA GESTION DES ROUTES ET DU TRAFIC JUILLET 2010

SYSTÈME D INFORMATION POUR LA GESTION DES ROUTES ET DU TRAFIC JUILLET 2010 SYSTÈME D INFORMATION POUR LA GESTION DES ROUTES ET DU TRAFIC JUILLET 2010 Département de l Environnement, des Transports, de l Energie et de la Communication - DETEC OFROU E DITORIAL E Chères lectrices,

Plus en détail

MISTRA - Système d information pour la gestion des routes et du trafic

MISTRA - Système d information pour la gestion des routes et du trafic Bundesamt für Strassen ASTRA MISTRA - Système d information pour la gestion des routes et du trafic Geo-forum Ouchy 2 novembre 2005, Lausanne Christoph Käser, CP adj. MISTRA Office fédéral des routes,

Plus en détail

Projet: Stratégie de la mensuration officielle

Projet: Stratégie de la mensuration officielle Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Projet: Stratégie de la mensuration officielle pour les années 2016 à 2019 Projet de texte du 27.02.2015 Editeur

Plus en détail

HERMES 5.1. Méthode de gestion pour tous les projets MANUEL POUR MANAGER

HERMES 5.1. Méthode de gestion pour tous les projets MANUEL POUR MANAGER HERMES 5.1 Méthode de gestion pour tous les projets MANUEL POUR MANAGER ManagerHERMES_FR.indd 1 20.05.15 12:05 ManagerHERMES_FR.indd 2 20.05.15 12:05 «Ce qui dure, c est le changement» (Michael Richter,

Plus en détail

Ordonnance sur le registre des accidents de la route

Ordonnance sur le registre des accidents de la route Ordonnance sur le registre des accidents de la route (ORAR) 741.57 du 14 avril 2010 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 106, al. 1, de la loi fédérale du 19 décembre 1958 sur

Plus en détail

Renouvellement de l équipement informatique des Services généraux en 2014; décision

Renouvellement de l équipement informatique des Services généraux en 2014; décision SYNODE D'HIVER du 3 au 4 décembre 2013 Point 11 Renouvellement de l équipement informatique des Services généraux en 2014; décision Proposition: Le Synode approuve un crédit d engagement d un montant de

Plus en détail

INFORMATION CONNECTED

INFORMATION CONNECTED INFORMATION CONNECTED Solutions Métiers Primavera pour l Industrie des Services Publics Gestion de Portefeuilles de Projets Garantir l Excellence Opérationnelle grâce à la Fiabilité des Solutions de Gestion

Plus en détail

Guide pour l introduction de KUBA 5 dans les cantons

Guide pour l introduction de KUBA 5 dans les cantons Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes OFROU Guide pour l introduction de KUBA 5 dans les cantons Classification * Statut

Plus en détail

> REnDRE LE BRuIt visible

> REnDRE LE BRuIt visible > REnDRE LE BRuIt visible > sonbase La Base de données SIG pour la Suisse Déterminer et analyser la pollution sonore pour l ensemble de la Suisse 02 > sonbase La base de données SIG pour la Suisse La base

Plus en détail

FrontRange SaaS Service Management Self-Service & Catalogue de Service

FrontRange SaaS Service Management Self-Service & Catalogue de Service FrontRange SaaS Solutions DATA SHEET 1 FrontRange SaaS Service Management Self-Service & Catalogue de Service ACTIVATION DE LA PRESTATION DE SERVICE ET DE SUPPORT VIA L AUTOMATISATION Proposez des Opérations

Plus en détail

SYSTÈME D INFORMATION POUR LA GESTION DES ROUTES ET DU TRAFIC NOVEMBRE 2010

SYSTÈME D INFORMATION POUR LA GESTION DES ROUTES ET DU TRAFIC NOVEMBRE 2010 SYSTÈME D INFORMATION POUR LA GESTION DES ROUTES ET DU TRAFIC NOVEMBRE 2010 Département de l Environnement, des Transports, de l Energie et de la Communication - DETEC Office fédéral des routes OFROU E

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F OMPI MM/A/42/3 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2009 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION PARTICULIÈRE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES (UNION DE MADRID)

Plus en détail

Introduction 3. GIMI Gestion des demandes d intervention 5

Introduction 3. GIMI Gestion des demandes d intervention 5 SOMMAIRE Gestion Help Desk de - parc Service Desk Introduction 3 GIMI Gestion des demandes d intervention 5 1 Schéma de principe et description des rôles 6 2 Principe de fonctionnement 8 Interface Demandeur

Plus en détail

Service On Line : Gestion des Incidents

Service On Line : Gestion des Incidents Service On Line : Gestion des Incidents Guide de l utilisateur VCSTIMELESS Support Client Octobre 07 Préface Le document SoL Guide de l utilisateur explique comment utiliser l application SoL implémentée

Plus en détail

Cloud Service Management

Cloud Service Management Cloud Service Management HEAT Help Desk SOLUTION BRIEF 1 MODERNISEZ LES OPERATIONS DE GESTION DES SERVICES ET OFFREZ PLUS DE VALEUR STRATEGIQUE A L ENTREPRISE HEAT Cloud Service Management est un ensemble

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2004 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. Projet IRIS. I. Introduction

Conseil d administration Genève, novembre 2004 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. Projet IRIS. I. Introduction BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.291/PFA/3/2 291 e session Conseil d administration Genève, novembre 2004 Commission du programme, du budget et de l administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU

Plus en détail

Officier Étude: Ernst Basler & Partner

Officier Étude: Ernst Basler & Partner Disponibilité assurée dans la durée et archivage de géodonnées Etude conceptuelle visant à une mise en œuvre coordonnée au sein de la Confédération, des cantons et des communes Colloque Swisstopo, Wabern,

Plus en détail

TABLEAU DES PRESTATIONS POUR INGENIEURS CIVILS

TABLEAU DES PRESTATIONS POUR INGENIEURS CIVILS Tiefbauamt des Kantons Bern Bau, Verkehrs und Energiedirektion Office des ponts et des chaussées du canton de Berne Direction des travaux publics, des transports et de l énergie Edition 2015 Etude et réalisation

Plus en détail

IBM Tivoli Service Desk

IBM Tivoli Service Desk Déployer des services de qualité tout en maîtrisant les coûts IBM Tivoli Service Desk Points forts Rationalise la gestion des problèmes et des incidents afin de permettre la restauration rapide et économique

Plus en détail

Contact : Jennifer Hrycyszyn Greenough Communications 617.275.6519 jhrycyszyn@greenoughcom.com

Contact : Jennifer Hrycyszyn Greenough Communications 617.275.6519 jhrycyszyn@greenoughcom.com Contact : Jennifer Hrycyszyn Greenough Communications 617.275.6519 jhrycyszyn@greenoughcom.com Optimisation de Numara Track-It!, la solution de Help Desk et de gestion des actifs informatiques de Numara

Plus en détail

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14, 3003 Berne Téléphone 031 32 245

Plus en détail

Instruments de sécurité de l'infrastructure Six mesures destinées à garantir la sécurité de l'infrastructure

Instruments de sécurité de l'infrastructure Six mesures destinées à garantir la sécurité de l'infrastructure Instruments de sécurité de l'infrastructure Six mesures destinées à garantir la sécurité de l'infrastructure Repérer, éviter et éliminer les risques d'accidents Chers responsables des routes, Chaque année,

Plus en détail

SEFRI, juin 2014. Evaluation nationale du case management «Formation professionnelle» Cahier des charges

SEFRI, juin 2014. Evaluation nationale du case management «Formation professionnelle» Cahier des charges SEFRI, juin 2014 Evaluation nationale du case management «Formation professionnelle» Cahier des charges Sommaire 1 CONTETE... 3 1.1 CONDITIONS-CADRES... 3 1.2 CASE MANAGEMENT «FORMATION PROFESSIONNELLE»...

Plus en détail

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est STATUTS DE L ASSOCIATION DES OFFICES SUISSES DU TRAVAIL (AOST) 1. Nom, siège et but Art. 1 L'association des offices suisses du travail (AOST) est une association constituée au sens des articles 60 et

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises

Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises octobre 2008 Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises Concept Document public pour partenaires et intéressés Kurt Egger, Monika Tschannen, Hermann Scherrer, Domaine

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

Recommandations des contrôles des finances à l égard des projets informatiques

Recommandations des contrôles des finances à l égard des projets informatiques Recommandations des contrôles des finances à l égard des projets informatiques Groupe de travail IT Government Audit Le groupe rassemble les auditeurs informatiques des administrations publiques suisses

Plus en détail

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch)

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch) REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur et de la mobilité Service de la mensuration officielle 02.2012 Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois

Plus en détail

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Nouveaux horizons pour l industrie énergétique La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Industrie énergétique Les solutions logicielles SIG de Geocom : flexibles,

Plus en détail

Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration fédérale et le portefeuille informatique de la Confédération

Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration fédérale et le portefeuille informatique de la Confédération Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration du 1 er juillet 2015 Le Conseil fédéral suisse édicte les directives suivantes: 1 Dispositions générales 1.1 Objet

Plus en détail

Modèle de données pour la planification des réseaux de cheminements piétons

Modèle de données pour la planification des réseaux de cheminements piétons Office fédéral des routes OFROU GeoplanTeam SA dipl. Ing. ETH/SIA Hutzli+Kluser Mensurations Géoinformatique Technique environnementale Modèle de données pour la planification des réseaux de cheminements

Plus en détail

Système d information pour la gestion des routes et du trafic (MISTRA) Manuel d exploitation et de support pour les cantons

Système d information pour la gestion des routes et du trafic (MISTRA) Manuel d exploitation et de support pour les cantons Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes OFROU Helpdesk de l OFROU Version 1.0 (OFROU-GEVER : M022-0393) SFS 60050 M BE

Plus en détail

Gestion des licences électroniques avec Adobe License Manager

Gestion des licences électroniques avec Adobe License Manager Article technique Gestion des licences électroniques avec Adobe License Manager Une méthode plus efficace pour gérer vos licences logicielles Adobe Cet article technique traite des enjeux de la gestion

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) Introduction

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) Introduction BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/ICTS/2 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Sous-comité des technologies de l'information et de la communication PFA/ICTS POUR INFORMATION

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME Sage Online, les solutions qui me ressemblent sécurité simplicité mobilité expertise métier Les solutions de gestion Cloud pour les PME Le choix du Cloud : une solution clés en main pour la gestion de

Plus en détail

Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit d étude pour le projet d aménagement de la place Numa-Droz

Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit d étude pour le projet d aménagement de la place Numa-Droz INFRASTRUCTURES ET ENERGIE 10-016 Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit d étude pour le projet d aménagement de la place Numa-Droz (Du 18 août 2010) Madame la

Plus en détail

où commence réellement la sécurité routière?

où commence réellement la sécurité routière? VISTAD OÙ COMMENCE RÉELLEMENT LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE? Une solution logicielle pour l étude qualitative et la validation des données relatives aux accidents La sécurité ne va pas de soi. Une personne est

Plus en détail

DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL

DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL 31 août 2004 Plate-Forme Opérationnelle de modélisation INRA ACTA ICTA http://www.modelia.org FICHE DU DOCUMENT 10 mai 04 N.Rousse - : Création : version de

Plus en détail

Direction des systèmes d information D.S.I. Périmètre et mise en œuvre

Direction des systèmes d information D.S.I. Périmètre et mise en œuvre Direction des systèmes d information D.S.I. Périmètre et mise en œuvre Information aux collaborateurs et collaboratrices Abohachem LAGUECIR Directeur des Systèmes d Information HES-SO Genève Direction

Plus en détail

CRM Banque. Fonctionnalités clés. Vision complète de la performance de la banque. Optimisation fondamentale de la relation client

CRM Banque. Fonctionnalités clés. Vision complète de la performance de la banque. Optimisation fondamentale de la relation client CRM Banque Fonctionnalités clés Vision complète de la performance de la banque Suivi des indicateurs clés de performance de la banque avec des tableaux de bord en temps réel, des rapports prédéfinis, une

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

un OuTIl complet POuR l analyse de données d accidents

un OuTIl complet POuR l analyse de données d accidents COMMENT ATTEINDRE L OBJECTIF ZÉRO ACCIDENTS? Un outil complet pour l analyse de données d accidents Avec 1,24 million de victimes par an, les accidents de la route font partie des causes les plus fréquentes

Plus en détail

MSP Center Plus. Vue du Produit

MSP Center Plus. Vue du Produit MSP Center Plus Vue du Produit Agenda A propos de MSP Center Plus Architecture de MSP Center Plus Architecture Central basée sur les Probes Architecture Centrale basée sur l Agent Fonctionnalités démo

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Plan de formation - Partie B

Plan de formation - Partie B Plan de formation - Partie B Objectifs de formation et orientations 1. Concept de formation 1.1. La formation à la pratique professionnelle dans les entreprises formatrices, les écoles de métiers et les

Plus en détail

Guide d analyse des risques informatiques

Guide d analyse des risques informatiques Guide d analyse des risques informatiques Support de travail pour les auditeurs de PME 8.9.2011 Processus métiers Applications IT Systèmes IT de base Infrastructure IT ITACS Training «Guide d analyse

Plus en détail

Plan de formation Employé/e de commerce du 26 septembre 2011. Partie A : compétences opérationnelles Domaine de formation «Branche et entreprise»

Plan de formation Employé/e de commerce du 26 septembre 2011. Partie A : compétences opérationnelles Domaine de formation «Branche et entreprise» Catalogue d objectifs évaluateurs de la branche de formation et d examens Communication Remarques : - Afin de faciliter la lecture du document, le masculin est utilisé pour désigner les deux sexes. - Par

Plus en détail

HelpDesk. Sept avantages de HelpDesk

HelpDesk. Sept avantages de HelpDesk HelpDesk Artologik HelpDesk est l outil rêvé pour ceux qui recherchent un programme de support et de gestion des tickets alliant facilité d utilisation et puissance. Avec Artologik HelpDesk, vous pourrez

Plus en détail

Règlement sur les finances de l Université

Règlement sur les finances de l Université Règlement sur les finances de l Université vu la loi fédérale sur l aide aux universités et la coopération dans le domaine des hautes écoles du 8 octobre 1999 ; vu la loi sur l université du 13 juin 2008

Plus en détail

Ozélya Retail One Ozélya Ozélya Retail One

Ozélya Retail One Ozélya Ozélya Retail One Ozélya Retail One Pour vous aider à faire face à un monde devenu complexe, individuel, incertain, et interdépendant, Ozélya capitalise depuis plus de 20 ans sur les meilleures pratiques rencontrées dans

Plus en détail

2ème information concernant la communication électronique du registre de l'état civil informatisé (Infostar) au registre des services des habitants

2ème information concernant la communication électronique du registre de l'état civil informatisé (Infostar) au registre des services des habitants Département fédéral de justice et police DFJP P.P. CH-3003 Berne, OFJ Aux Contrôles des habitants des communes de Suisse Referenz/Aktenzeichen: COO.2180.109.7.138826 / 2014/00003 Ihr Zeichen: Unser Zeichen:

Plus en détail

ALLIANZ DÉPLOIE UN SYSTÈME MULTIPLATEFORME D ARCHIVAGE DE DOCUMENTS. Témoignage Client

ALLIANZ DÉPLOIE UN SYSTÈME MULTIPLATEFORME D ARCHIVAGE DE DOCUMENTS. Témoignage Client ALLIANZ DÉPLOIE UN SYSTÈME MULTIPLATEFORME D ARCHIVAGE DE DOCUMENTS Témoignage Client En 2006, Allianz Shared Infrastructure Services (ASIC) et Beta Systems déploient un système multiplateforme d archivage

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Utilitaire ConfigXpress dans CA IdentityMinder Ma solution de gestion des identités peut-elle rapidement s adapter à l évolution des besoins et des processus métier? agility made possible

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

Glossaire relatif aux «Emoluments applicables à la MO» Etat: 4 mars 2011, version 4

Glossaire relatif aux «Emoluments applicables à la MO» Etat: 4 mars 2011, version 4 Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS armasuisse Office fédéral de topographie swisstopo K K V A C S C C C S C C C S C M Glossaire relatif aux «Emoluments

Plus en détail

2.06 RÉSEAU DES ROUTES CANTONALES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Service des infrastructures

2.06 RÉSEAU DES ROUTES CANTONALES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Service des infrastructures RÉSEAU DES ROUTES CANTONALES INSTANCE RESPONSABLE Service des infrastructures INSTANCE DE COORDINATION Service des infrastructures AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de l aménagement du territoire Office

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles

Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles 10.10.2005 Soutenu par: Mobilservice PRATIQUE c/o beco Economie bernoise Protection contre

Plus en détail

Cahier des Clauses techniquesparticulières

Cahier des Clauses techniquesparticulières ARCHES PUBLICS MAIRIE DE BASTIA Avenue Pierre Guidicelli 20410 BASTIA CEDEX MARCHE D ETUDES A MAITRISE D OUVRAGE EN VUE DE L ORIENTATION ET DU DEVELOPPEMENT DU SYTEME D INFORMATION GEOGRAPHIQUE SERVICE

Plus en détail

CRM Assurance. Fonctionnalités clés. Vue globale de l assuré. Gestion des échanges en Multicanal

CRM Assurance. Fonctionnalités clés. Vue globale de l assuré. Gestion des échanges en Multicanal CRM Assurance Fonctionnalités clés Vue globale de l assuré Le CRM pour les compagnies d'assurances est une solution spécialement conçue pour mettre en place et soutenir les fondements d une orientation

Plus en détail

swisstlm 3D Version 1.3 Publication 2015 Généralités sur swisstlm 3D

swisstlm 3D Version 1.3 Publication 2015 Généralités sur swisstlm 3D Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral de topographie swisstopo swisstlm 3D Version 1.3 Publication 2015 Généralités sur swisstlm 3D Le modèle

Plus en détail

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action)

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action) Réponses de la gestion préparées par : Christiane Villemure, directrice de l Initiative des En date du : 14 juin 2004 Suivi des évaluations antérieures 3.1 Vérification de suivi de l Initiative des Septembre

Plus en détail

Brevet fédéral. Examen final à blanc. Informaticien-ne - Tronc commun. Version 1.1.0

Brevet fédéral. Examen final à blanc. Informaticien-ne - Tronc commun. Version 1.1.0 Brevet fédéral Informaticien-ne - Tronc commun Version 1.1.0 Problème Module Points 1 15 2 14 3 10 4 10 5 14 6 16 7 15 8 20 9 21 10 14 11 16 12 15 Septembre 2011 Page 1 de 13 Problème 1 15 points Introduction

Plus en détail

Cyberadministration: adoption du plan d action 2015

Cyberadministration: adoption du plan d action 2015 Cyberadministration: adoption du plan d action 2015 Berne, 21.10.2014 - Lors de sa séance du 15 octobre 2014, le Comité de pilotage de la cyberadministration suisse a intégré six projets dans son plan

Plus en détail

OSIATISBIZ UN SERVICE DESK HORS DU COMMUN EQUANT SOLUTIONBIZ PARTAGEONS NOS SAVOIRS EXTRAIT DU Nº9

OSIATISBIZ UN SERVICE DESK HORS DU COMMUN EQUANT SOLUTIONBIZ PARTAGEONS NOS SAVOIRS EXTRAIT DU Nº9 OSIATISBIZ PARTAGEONS NOS SAVOIRS EXTRAIT DU Nº9 SOLUTIONBIZ EQUANT UN SERVICE DESK HORS DU COMMUN Gilles Deprost, responsable Knowledge Management & Tools d Equant 2F LES PHASES CLÉS DU PROJET SYNERGY

Plus en détail

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution?

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? 5 décembre 2013 Sommaire L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : Quels enjeux? Bureau

Plus en détail

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service Solutions de gestion des actifs et services Au service de vos objectifs d entreprise Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

HERMES 5.1. Méthode de gestion pour tous les projets MANUEL DE REFERENCE

HERMES 5.1. Méthode de gestion pour tous les projets MANUEL DE REFERENCE HERMES 5.1 Méthode de gestion pour tous les projets MANUEL DE REFERENCE ÉE PR AP O E CH A E GIL IN R TÉG HERMES EN BREF: Méthode Ce manuel de référence documente la méthode HERMES; il est imprimé et disponible

Plus en détail

Gestion de l activité commerciale

Gestion de l activité commerciale 12 13 Gestion de l activité commerciale Gérez efficacement votre activité de négoce, services ou industrie L activité commerciale, c est le nerf de la guerre : prospection, réalisation de devis, facturation,

Plus en détail

SII / SIG. Chronique d un succès majeur pour SIG. Le Partenaire Technologique

SII / SIG. Chronique d un succès majeur pour SIG. Le Partenaire Technologique Le Partenaire Technologique SII / SIG Chronique d un succès majeur pour SIG Comment la mise en place d un outil novateur de gestion des infrastructures et des services a permis à SIG d améliorer la gestion

Plus en détail

Portail de Processus. Services Publics & e-government

Portail de Processus. Services Publics & e-government , Stöckackerstrasse 30, CH-4142 Münchenstein Ph:++41 (0) 61 413 15 00, Fax:++41 (0) 61 413 15 01 http://www.e-serve.ch, crm@e-serve.ch Portail de Processus pour les Services Publics & e-government Solution:

Plus en détail

SOLUTIONS DE NAVIGATION PROFESSIONNELLE POUR POIDS LOURDS ET FLOTTES DE VÉHICULES

SOLUTIONS DE NAVIGATION PROFESSIONNELLE POUR POIDS LOURDS ET FLOTTES DE VÉHICULES SOLUTIONS DE NAVIGATION PROFESSIONNELLE POUR POIDS LOURDS ET FLOTTES DE VÉHICULES EXISTE-T-IL DES OUTILS CAPABLES DE VOUS ORIENTER EN TOUTE SÉCURITÉ? Routes étroites, ponts bas, aucune possibilité de faire

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/18/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 JUILLET 2011 Comité du programme et budget Dix-huitième session Genève, 12 16 septembre 2011 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

Plus en détail

société d habitation du québec

société d habitation du québec société d habitation du québec PROTOCOLE D INTERVENTION DES CONSEILLERS- INSPECTEURS POUR L APPLICATION DU CADRE DE GESTION DES INVESTISSEMENTS POUR LE MAINTIEN ET L AMÉLIORATION DU PARC de HLM Protocole

Plus en détail

formaliser des lignes directrices et des cahiers des charges pour conseiller, orienter et soutenir activement les opérateurs publics et privés,

formaliser des lignes directrices et des cahiers des charges pour conseiller, orienter et soutenir activement les opérateurs publics et privés, squad - Centre de compétences transfrontalier pour le suivi et la planification des quartiers durables INTERREG IVA France Suisse Rapport de synthèse (version août 2015) Objectif de ce document Ce document

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

Chaîne de valeur ajoutée entièrement automatisée -

Chaîne de valeur ajoutée entièrement automatisée - >> Enterprise Purchase to Pay - Demande d achat interne Chaîne de valeur ajoutée entièrement automatisée - de la demande d achat au règlement «Enterprise Purchase to Pay» (P2P) désigne le processus entièrement

Plus en détail

A la pointe du mouvement ehealth

A la pointe du mouvement ehealth Autres: HealthCare Information 44_ Autres: HealthCare Information Galenica rapport annuel 2009 Lionel Decrey _«Voilà longtemps déjà que nos bases de données et solutions logicielles sur mesure contribuent

Plus en détail

Gestion des dossiers et archivage électroniques

Gestion des dossiers et archivage électroniques Gestion des dossiers et archivage électroniques Notice 6a: Principes du plan de classement Définition Le plan de classement est la structure uniforme hiérarchisée utilisée par une unité administrative

Plus en détail

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper White Paper ISO 17799 : 2005/ISO 27002 Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information Éric Lachapelle, CEO Veridion René St-Germain, Président Veridion Sommaire Qu est-ce que la sécurité

Plus en détail

MediMail SLA 1/1/2014 1

MediMail SLA 1/1/2014 1 MediMail SLA 1/1/2014 1 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES MEDIMAIL SLA 1.1. OBJECTIF DU SLA (SERVICE LEVEL AGREEMENT) Le SLA a pour objectif de définir : les règles opérationnelles le processus d évaluation du

Plus en détail

Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST)

Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel SST Version 1 - mai 2007 Etat de Fribourg Service du personnel et d'organisation rue Joseph-Piller 13 1700 Fribourg SUISSE

Plus en détail

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT FONCTIONNALITÉS GESTION DE PORTEFEUILLE Stratégie d approche permettant de sélectionner les investissements les plus rentables et de créer de la valeur Paramètres

Plus en détail

Mobilservice rapport d activité et financier 2013 et perspectives 2014

Mobilservice rapport d activité et financier 2013 et perspectives 2014 Mobilservice rapport d activité et financier 2013 et perspectives 2014 Contenu: 1. Rapport d activité du comité 2. Rapport d activité de la rédaction 3. Rapport d activité des cantons partenaires 4. Offre

Plus en détail

Consignes pour la remise des données RESEAU

Consignes pour la remise des données RESEAU Consignes pour la remise des données RESEAU Le système RESEAU permet principalement de transférer et de regrouper des géodonnées provenant de différentes bases de données des services des eaux (= fichier

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

Archivage des données de la mensuration officielle

Archivage des données de la mensuration officielle Archivage des données de la mensuration officielle Explications portant sur le tableau 1. Informations à caractère général Le tableau récapitule l ensemble des documents produits dans la mensuration officielle.

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

Document d information pour la Campagne de promotion pour la gestion de la mobilité dans les entreprises

Document d information pour la Campagne de promotion pour la gestion de la mobilité dans les entreprises 27 mai 2005, modifié le 15 août 2005 Document d information pour la Campagne de promotion pour la gestion de la mobilité dans les entreprises juin 2005 - juin 2008 Kurt Egger, Monika Tschannen, Hermann

Plus en détail

Scénarios d intégration, fonctionnalités et processus relatifs à Microsoft Project Server

Scénarios d intégration, fonctionnalités et processus relatifs à Microsoft Project Server Scénarios d intégration, fonctionnalités et processus relatifs à Microsoft Project Server Par Katinka Weissenfeld, PMP Les différents processus mis en œuvre au sein des entreprises pour les activités de

Plus en détail

5 Capacité informatique

5 Capacité informatique 5 Capacité informatique RAPPORT ANNUEL 2010 5.1 Comment le «métier» denotre Service ICT est structuré 5.1.1. Développement de services et de solutions TIC sur mesure et intégrés au métier des DG/SE Les

Plus en détail

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition)

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Le service Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) vous aide à migrer vos applications

Plus en détail