ANNEE N ÉVALUATION DU STAGE DE DEUXIÈME CYCLE EN MÉDECINE AMBULATOIRE DE PREMIER RECOURS À LA FACULTÉ DE BESANÇON THÈSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNEE 2012 - N 12 086 ÉVALUATION DU STAGE DE DEUXIÈME CYCLE EN MÉDECINE AMBULATOIRE DE PREMIER RECOURS À LA FACULTÉ DE BESANÇON THÈSE"

Transcription

1 ANNEE N ÉVALUATION DU STAGE DE DEUXIÈME CYCLE EN MÉDECINE AMBULATOIRE DE PREMIER RECOURS À LA FACULTÉ DE BESANÇON THÈSE présentée et soutenue publiquement le 25 octobre 2012 pour obtenir le Diplôme d'état de DOCTEUR EN MÉDECINE PAR Thomas RODRIGUEZ Né le 21 décembre 1983 à Le Creusot (Saône-et-Loire) La composition du jury est la suivante : Président : - Emmanuel HAFFEN Professeur Directeur de la thèse : - Anne-Lise BOLOT Docteur en médecine Codirecteur de thèse : - Jean-Michel PERROT Maître de conférences Juges : - Laurent OBERT Professeur - François DUMEL Professeur l UFR SMP 19 rue Ambroise Paré F Besançon cedex l Tél. +33 (0) l Fax +33 (0) l

2

3 UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ U.F.R. DES SCIENCES MÉDICALES & PHARMACEUTIQUES DE BESANÇON DIRECTEUR Professeur Emmanuel SAMAIN ASSESSEURS MÉDECINE Professeur Bernard PARRATTE Professeur Gilles CAPELLIER Professeur Dominique FELLMANN Professeur Virginie WESTEEL ASSESSEURS PHARMACIE Professeur Marie-Christine WORONOFF-LEMSI Docteur Frédéric MUYARD CHEF DES SERVICES ADMINISTRATIFS Mme Aurélie MARANDET-JOLIBOIS MÉDECINE PROFESSEURS M. Hubert ALLEMAND EPIDÉMIOLOGIE, ECONOMIE DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION M. Didier AUBERT CHIRURGIE INFANTILE M. François AUBIN DERMATOLOGIE-VÉNÉRÉOLOGIE M. Régis AUBRY THÉRAPEUTIQUE (Professeur associé) M. Jean-Pierre BASSAND CARDIOLOGIE Mme Yvette BERNARD CARDIOLOGIE Mme Alessandra BIONDI RADIOLOGIE M. Hugues BITTARD UROLOGIE Mme Annie BOILLOT ANESTHÉSIOLOGIE ET RÉANIMATION CHIRURGICALE M. Jean-François BONNEVILLE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE M. Christophe BORG CANCÉROLOGIE M. Jean-François BOSSET RADIOTHÉRAPIE M. Hatem BOULAHDOUR BIOPHYSIQUE ET MÉDECINE NUCLÉAIRE M. Jean-Luc BRESSON BIOLOGIE ET MÉDECINE DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA REPRODUCTION M. Gabriel CAMELOT CHIRURGIE VASCULAIRE M Gilles CAPELLIER RÉANIMATION MÉDICALE M. Jean-Marc CHALOPIN NÉPHROLOGIE M. Jean-Claude CHOBAUT OTO-RHINO-LARYNGOLOGIE M Sidney CHOCRON CHIRURGIE THORACIQUE ET CARDIOVASCULAIRE M. Jean-Luc CHOPARD MEDECINE LEGALE ET DROIT DE LA SANTÉ M. Alain CZORNY NEUROCHIRURGIE M. Jean-Charles DALPHIN PNEUMOLOGIE M. Benoît DE BILLY CHIRURGIE INFANTILE M. Eric DECONINCK HÉMATOLOGIE M. Bruno DEGANO PHYSIOLOGIE 1 ER Janvier 2012

4 M Eric DELABROUSSE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE M. Bernard DELBOSC OPHTALMOLOGIE M. Vincent DI MARTINO HÉPATOLOGIE M. Didier DUCLOUX NÉPHROLOGIE M François DUMEL MÉDECINE GÉNÉRALE (Professeur associé) M. Gilles DUMOULIN PHYSIOLOGIE M. Joseph ETIEVENT CHIRURGIE THORACIQUE ET CARDIOVASCULAIRE M. Dominique FELLMANN CYTOLOGIE ET HISTOLOGIE M Patrick GARBUIO CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE ET TRAUMATOLOGIQUE M. Emmanuel HAFFEN PSYCHIATRIE d'adultes M. Georges HERBEIN VIROLOGIE M. Bruno HEYD CHIRURGIE GÉNÉRALE M. Bruno HOEN MALADIES INFECTIEUSES M. Philippe HUMBERT DERMATO- VÉNÉRÉOLOGIE Mme Bernadette KANTELIP ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES M. Jean-Pierre KANTELIP PHARMACOLOGIE FONDAMENTALE M. Bruno KASTLER RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE M François KLEINCLAUSS UROLOGIE Mme Nadine MAGY-BERTRAND MÉDECINE INTERNE M. Robert MAILLET GYNÉCOLOGIE - OBSTÉTRIQUE M. Georges MANTION CHIRURGIE GÉNÉRALE M. Jacques MASSOL THÉRAPEUTIQUE M. Nicolas MENEVEAU CARDIOLOGIE M. Alain MENGET PÉDIATRIE M. Christophe MEYER CHIRURGIE MAXILLO FACIALE ET STOMATOLOGIE Mme Laurence MILLON PARASITOLOGIE ET MYCOLOGIE M. Michel MONTARD OPHTALMOLOGIE Mme Christiane MOUGIN BIOLOGIE CELLULAIRE M. Thierry MOULIN NEUROLOGIE Mlle Sylvie NEZELOF PÉDOPSYCHIATRIE M Laurent OBERT CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE ET TRAUMATOLOGIQUE M. Bernard PARRATTE ANATOMIE M. Alfred PENFORNIS ENDOCRINOLOGIE, DIABÈTE ET MALADIES MÉTABOLIQUES M. Xavier PIVOT CANCÉROLOGIE M. Patrick PLESIAT BACTÉRIOLOGIE - VIROLOGIE M. Jacques REGNARD PHYSIOLOGIE M. Bernard RICBOURG CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE ET STOMATOLOGIE M Didier RIETHMULLER GYNÉCOLOGIE-OBSTÉTRIQUE M. Simon RINCKENBACH CHIRURGIE VASCULAIRE M Pierre ROHRLICH PÉDIATRIE M. Christophe ROUX BIOLOGIE ET MÉDECINE DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA REPRODUCTION M. Lucien RUMBACH NEUROLOGIE M Emmanuel SAMAIN ANESTHÉSIOLOGIE ET RÉANIMATION CHIRURGICALE M. François SCHIELE CARDIOLOGIE M. Daniel SECHTER PSYCHIATRIE D'ADULTES M Laurent TATU ANATOMIE M. Laurent TAVERNIER OTO-RHINO-LARYNGOLOGIE 1 ER Janvier 2012

5 M. Gérard THIRIEZ PÉDIATRIE M. Pierre TIBERGHIEN IMMUNOLOGIE M. Eric TOUSSIROT THÉRAPEUTIQUE M. Yves TROPET CHIRURGIE PLASTIQUE, RECONSTRUCTRICE ET ESTHÉTIQUE M. Pierre VANDEL PSYCHIATRIE d'adultes M. Lionel VAN MALDERGEM GÉNÉTIQUE M. Daniel WENDLING RHUMATOLOGIE Mme Virginie WESTEEL-KAULEK PNEUMOLOGIE PROFESSEURS EMÉRITES Mme Dominique Angèle VUITTON M. Paul BIZOUARD PÉDOPSYCHIATRIE MAITRES DE CONFÉRENCES M. Olivier ADOTEVI IMMUNOLOGIE Mme Clotilde AMIOT CYTOLOGIE ET HISTOLOGIE M. Rémi BARDET MÉDECINE GÉNÉRALE (MC associé) Mlle Anne-Pauline BELLANGER PARASITOLOGIE Mme Malika BOUHADDI PHYSIOLOGIE M. Alain COAQUETTE VIROLOGIE M. Benoît CYPRIANI BIOCHIMIE ET BIOLOGIE MOLÉCULAIRE M. Siamak DAVANI PHARMACOLOGIE FONDAMENTALE M. Alain DEVEVEY PSYCHOLOGIE M. Didier HOCQUET BACTÉRIOLOGIE - VIROLOGIE Mme Katy JEANNOT BACTÉRIOLOGIE - VIROLOGIE M. Daniel LEPAGE ANATOMIE M Frédéric MAUNY BIOSTATISTIQUES, INFORMATIQUE MÉDICALE ET TECHNOLOGIE DE COMMUNICATION Mme Elisabeth MEDEIROS NEUROLOGIE Mme Elisabeth MONNET EPIDÉMIOLOGIE, ECONOMIE DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION M. Christian MOUSSARD BIOCHIMIE ET BIOLOGIE MOLÉCULAIRE M Patrice MURET PHARMACOLOGIE CLINIQUE M. Uyen NGUYEN NHU PHYSIOLOGIE M. Fabien PELLETIER DERMATOLOGIE M. Jean-Michel PERROT MÉDECINE GÉNÉRALE (MC associé) M Sébastien PILI-FLOURY ANESTHÉSIOLOGIE ET RÉANIMATION CHIRURGICALE M Jean-Luc PRETET BIOLOGIE CELLULAIRE Mme Evelyne RACADOT HÉMATOLOGIE M. Rajeev RAMANAH GYNÉCOLOGIE-OBSTÉTRIQUE M. Daniel TALON HYGIÈNE HOSPITALIÈRE M. Antoine THIERY-VUILLEMIN CANCÉROLOGIE M. Fabrice VUILLIER ANATOMIE M. Jean-Pierre WOLF-BERTHELAY PHYSIOLOGIE 1 ER Janvier 2012

6 PHARMACIE PROFESSEURS M. Xavier BERTRAND MICROBIOLOGIE - INFECTIOLOGIE Mme Françoise BEVALOT PHARMACOGNOSIE Mme Céline DEMOUGEOT PHARMACOLOGIE M. Yves GUILLAUME CHIMIE ANALYTIQUE M. Alf LAMPRECHT GALÉNIQUE M. Samuel LIMAT PHARMACIE CLINIQUE M. Dominique MEILLET PARASITOLOGIE MYCOLOGIE Mme Mariette MERCIER BIOMATHÉMATIQUES ET BIOSTATISTIQUES Mme Laurence NICOD BIOLOGIE CELLULAIRE Mme Lysiane RICHERT TOXICOLOGIE M. Bernard REFOUVELET CHIMIE PHYSIQUE ET CHIMIE MINÉRALE M. Philippe SAAS IMMUNOLOGIE Mme Estelle SEILLES IMMUNOLOGIE Mme Marie-Christine WORONOFF-LEMSI PHARMACIE CLINIQUE PROFESSEURS EMÉRITES M. Alain BERTHELOT PHYSIOLOGIE MAITRES DE CONFÉRENCES Mlle Claire ANDRE CHIMIE ANALYTIQUE Mlle Aurélie BAGUET BIOCHIMIE M. Arnaud BEDUNEAU GALÉNIQUE M.. Laurent BERMONT BIOCHIMIE M. Oleg BLAGOSKLONOV BIOPHYSIQUE ET IMAGERIE MÉDICALE Mme Oxana BLAGOSKLONOV GÉNÉTIQUE M. Eric CAVALLI CHIMIE PHYSIQUE ET MINÉRALE Mme Sylvie DEVAUX PHYSIOLOGIE Mme Francine GARNACHE-OTTOU HÉMATOLOGIE Mme Corine GIRARD-THERNIER PHARMACOGNOSIE M. Lhassanne ISMAILI CHIMIE ORGANIQUE Mme Isabelle LASCOMBE BIOLOGIE CELLULAIRE Mme Katy MAGUIN GATÉ PHARMACOLOGIE Mme Carole MIGUET ALFONSI TOXICOLOGIE M. Frédéric MUYARD PHARMACOGNOSIE M. Yann PELLEQUER PHARMACIE GALÉNIQUE M. Marc PUDLO CHIMIE THÉRAPEUTIQUE Mme Nathalie RUDE BIOMATHÉMATIQUES ET BIOSTATISTIQUES PROFESSEUR AGRÉGÉ DU SECOND DEGRÉ, PROFESSEURS ASSOCIÉS A TEMPS PARTIEL M. Patrice BLÉMONT DROIT Mme Sandra CHAVIN ANGLAIS CMme Mylène COSTER ANGLAIS 1 ER Janvier 2012

7 REMERCIEMENTS A Monsieur le Professeur Emmanuel Haffen, Vous me faites l honneur de juger cette thèse et de présider ce jury. Veuillez trouver ici mes remerciements les plus sincères pour l attention que vous avez portée à ce travail. Soyez assuré de mon profond respect et de ma reconnaissance. A Monsieur le Professeur Laurent Obert, Vous m avez immédiatement fait part de votre intérêt pour le sujet de cette thèse. Vous me faites l honneur d être présent et de juger ce travail. Veuillez trouver ici l expression de ma gratitude et de mon profond respect. A Monsieur le Professeur François Dumel, Avec toute ma reconnaissance pour avoir accepté de juger ce travail. J ai apprécié, au cours de mon internat, votre volonté de donner à la médecine générale toute sa dimension scientifique et universitaire. Vous m avez fourni la plupart des informations présentes dans ce travail concernant l enseignement à Besançon. Recevez ici mes sincères remerciements. A Monsieur le Docteur Jean-Michel Perrot, Vous m avez proposé de réaliser ce travail au cours duquel votre soutien constant, votre disponibilité, vos conseils et relectures avisés ont été d une aide inestimable. Au-delà de cette thèse, vous avez été pour moi un maître exigeant et bienveillant tout au long de l internat. Recevez ici le témoignage de ma profonde estime pour vos qualités humaines et pédagogiques. A Madame le Docteur Anne-Lise Bolot, Tu as soigneusement encadré chaque temps de ce travail, de son élaboration à son impression. Tu as su diriger sans jamais imposer. Tes compétences en recherche quantitative ont été indispensables à la construction du projet et au traitement des données mais au-delà, reçois le témoignage de toute ma gratitude pour la richesse de ta réflexion, la qualité de tes relectures, ta disponibilité et ta réactivité qui ont tant apporté à cette thèse.

8 A Christine Richard, pour ta gentillesse, ton énergie et ta disponibilité ; pour tes réponses concernant le CRGE et le CNGE. Aux externes, qui ont été nombreux à répondre à ce questionnaire et sans qui ce travail serait resté lettre morte. Votre intérêt, votre implication et votre application m ont impressionné. Un remerciement particulier à Anne, Nelly et Basile qui ont été de précieux soutiens. A Patricia Retrouvey, sans qui la dernière relance n aurait pas été possible.

9 À mes parents je vous dois TOUT. Vous m avez élevé dans le respect et la curiosité de l autre. Vous m avez entouré de toute votre affection, votre écoute et vos conseils. Votre soutien n a jamais failli. Je suis heureux que nous ayons l occasion de partager un tel moment ensemble. Je vous remercie de tout mon cœur d être une nouvelle fois près de moi. A Hélène, mon soleil, tu m as porté et supporté tout au long de ce projet. C est un bonheur de vivre auprès de toi chaque jour, tu ne cesses de me surprendre et de me faire rêver. À tout ce que j ai envie de te donner, à tout ce qu il nous reste à inventer, je t A ma grand-mère Renée, tu as été un soutien indéfectible tout au long de ma vie et en particulier de mes études. Tu m as appelé, encouragé, rassuré à chaque veille d examen pendant toutes ces années. Notre complicité est malheureusement un peu perdue dans le brouillard de tes souvenirs. Je sais qu on ne s appellera pas cette fois Je pense à toi A ma grand-mère Mercedes, tu aurais mis «le feu» à cette soutenance. Le jury n imagine pas ce à quoi il échappe ; nous sommes quelques uns à le savoir tu nous manques! A mes grands-pères, Félix et Séférino. A Sébastien et Anne, pour tous les moments passés ensemble, parce que vous avez été présents tout au long de mon internat, que vous m avez entouré, soutenu et rassuré pour mes débuts de remplaçant. J aime «squatter» près de vous et refaire le monde autour d un «Macvin du Jardin»!! À Céline & Alain, pour notre complicité, pour votre soutien tout au long de ces années et particulièrement ces dernières semaines. Malheureusement pour vous j ai bien compris que «votre maison est ma maison» ;o) mais la réciproque est vraie! Je ne me lasse pas de ces moments avec vous. À Ella, Aurore, Alexis («Pepino») et Lyce, je vous admire un peu plus à chaque fois que j ai le bonheur de passer un peu de temps en votre compagnie, vous êtes des personnes magnifiques, étonnantes et que j adore! À la famille Thomas-Lepitre (les grands et les petits) pour l accueil qu elle me fait et les moments partagés ( en particulier sous le soleil Breton!). À Fred, auprès de qui j aimerais être plus souvent. Parce qu «ensemble tout devient possible» :op Y en a même qui nous ont vu voler! À Arnaud, mon Loup, pour nos mois de colloc volés à l enfance entre magie, voyages et médecine (quand même)... à nos méfaits de Coquillards! À ses trésors Blandine et Soline.

10 ma Jibouille, pour tout ce que tu es, et tout ce que tu m as fait partager : tes racines, les lumières dans la plaine du Forez, un lever de soleil dans ta jasserie. Tu es la es la plus belle rencontre de ces mois d internat en bactério-viro (non, Neisseria gonorrhoeae ne compte pas :D). À mes co-internes historiques : Adeline (toujours partante pour de nouvelles aventures) et Laurène (ma «patate»). Vous avez illuminé mon internat! À Isa (mon idole), Gégé, et au bonheur à venir ; à Anne-Sophie (relectrice émérite de thèse) et Sylvain («Vive les mariés») ; à Anne-Sophie et Stéphane («Vive les mariés?») ; Aux très belles rencontres de ces derniers mois, Caroline (pour nos tribulations sur les traces de Moriarty ou d Othon de la Roche), Patrice (mon coach sportif), Sylvia (tu sais me changer les idées à grand coups de muscat et avec ton don irrésistible de conteuse d histoire), Sabine (pour les très belles soirées partagées, nombreuses en si peu de temps et l initiation à la chasse aux hannetons) À Gaëlle, Matthieu et la tribu (oui là on peut parler de tribu) Lefranc-Collet pour les moments partagés! À Yves, Denis, David, Mickaël, Aline, Pauline, Elodie et tous les copains À Cyril, pour ces mois passés à travailler ensemble, pour tes qualités humaines (et médicales) que j admire, à notre thèse avortée l histoire ne s arrête pas là. À Olivier, avec qui j ai tant de beaux souvenirs de médecine A. À Benoit, Jean-Luc, Gilles et Jean-Michel, qui ont été des maitres charismatiques. À la petite Lou, je dédie cette thèse.

11

12

13 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 MATÉRIEL ET MÉTHODE RÉSULTATS DISCUSSION CONCLUSION ANNEXES BIBLIOGRAPHIE TABLE DES MATIÈRES

14 Liste des Abréviations ANEMF : Association Nationale des Etudiants en Médecine de France ARS : Agence Régionale de Santé CHU : Centre Hospitalier Universitaire CNIL : Commission Nationale de l Informatique et des Libertés CNGE Collège National des Généralistes Enseignants CRGE : Collège Régional des Généralistes Enseignants DCEM : Deuxième cycle des études médicales. DMG : Département de médecine générale DRASS : Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales ECA : Enseignant clinicien Ambulatoire ECN : Epreuves Classantes Nationales (ou ENC : Examen National Classant) FIQCS : Fonds d Intervention pour la Qualité et la Coordination des Soins Loi HPST : Loi «Hôpital Santé patient territoire» (22) MDS : Maître de Stage MSU : Maître de Stage Universitaire OMS : Organisation Mondiale de la Santé PCEM : Premier Cycle des Etudes Médicales SNEMG : Syndicat National des Enseignants de Médecine Générale TD : Travaux dirigés UFR : Unité de Formation et de Recherche WONCA : World Organization of National Colleges, Academies and Academic Associations of General Practitioners

15 INTRODUCTION 1

16 2

17 De nombreux pays ont introduit un stage ambulatoire en médecine de premier recours pendant le deuxième cycle des études médicales ou son équivalent (1-6). Les cursus universitaires et les systèmes de santé diffèrent, rendant les comparaisons hasardeuses, mais ce stage vise la plupart du temps à répondre à une même problématique de désintérêt des étudiants pour la médecine générale en permettant un contact précoce et une identification (2,3,5,6). En France, alors qu il est obligatoire depuis quinze ans pour la validation du deuxième cycle (7), plus de la moitié des facultés ne permettent toujours pas à l ensemble des étudiants de le réaliser (8). A Besançon, ce stage est intégré depuis 2009 au cursus de l externat au même titre que les stages hospitaliers. Il est réalisé par tous les étudiants pendant leur quatrième ou cinquième année d étude. Après trois ans d existence, nous en avons réalisé une première évaluation. Notre objectif est d évaluer la qualité pédagogique de ce stage et de rechercher si, au-delà de son objectif de «ré-enchantement» de la médecine générale, il ne constitue pas avant tout un cadre de formation professionnelle encore sous estimé. Nous commencerons par présenter quelques généralités importantes, revenant en particulier sur un fil conducteur de ce travail : la définition de la médecine générale proposée par la WONCA Europe (World Organization of National Colleges, Academies and Academic Associations of General Practitioners). 3

18 1. Généralités 1.1. Définition de la médecine générale par la WONCA Europe 1 La définition la plus élaborée à ce jour est celle de la WONCA Europe, société européenne de médecine générale. Cette organisation a publié en 2002, en collaboration avec le bureau européen de l'organisation Mondiale de la Santé (OMS), une définition de la «médecine généralemédecine de famille». Dans la suite de notre travail nous parlerons simplement de «médecine générale» pour qualifier ces deux dimensions. Cette définition a connu depuis 2002 deux révisions successives, en 2005 et 2011 (9, 10). Elle vise à définir l identité de la médecine générale par ses caractéristiques propres, la distinguant d un assemblage de bribes d autres spécialités (11,12). Plusieurs définitions jugées imparfaites préexistaient à sa rédaction, entre autres : celle historique de Leeuwenhorst (1974), la définition de la WONCA (1991), la définition de l'oms (1998) et de la publication d'olesen & al. en L'objectif de la WONCA Europe était de réaliser un travail consensuel de synthèse des différentes déclarations précédentes afin «d examiner les différences, de combler les lacunes et d assurer l exhaustivité» (9). Cette définition assure une distinction claire entre la discipline scientifique et universitaire d'une part, et l'exercice de cette spécialité d'autre part. 1 Seule la définition de 2002 bénéficie d'une traduction française officielle. La définition 2011 diffère peu. Cependant, certaines parties traduites par le rédacteur de la thèse à partir de la définition 2011 en langue anglaise seront présentées en italique. 4

19 Définition de la discipline «La médecine générale est une discipline scientifique et universitaire, avec son contenu spécifique de formation, de recherche de pratique clinique, et ses propres fondements scientifiques. C est une spécialité clinique orientée vers les soins primaires» (9,10). Elle est définie par douze caractéristiques (9,10) : A) Elle est habituellement le premier contact avec le système de soins, permettant un accès ouvert et non limité aux usagers, prenant en compte tous les problèmes de santé, indépendamment de l âge, du sexe, ou de toutes autres caractéristiques de la personne concernée. B) Elle utilise de façon efficiente les ressources du système de santé par la coordination des soins, le travail avec les autres professionnels de soins primaires et la gestion du recours aux autres spécialités, se plaçant si nécessaire en défenseur du patient. C) Elle développe une approche centrée sur la personne dans ses dimensions individuelles, familiales, et communautaires. D) Elle favorise la responsabilisation des patients. E) Elle utilise un mode de consultation spécifique qui construit dans la durée une relation médecin-patient basée sur une communication appropriée. F) Elle a la responsabilité d assurer des soins continus et longitudinaux, selon les besoins du patient. G) Elle base sa démarche décisionnelle spécifique sur la prévalence et l incidence des maladies en soins primaires. H) Elle gère simultanément les problèmes de santé aigus et chroniques de chaque patient. I) Elle intervient à un stade précoce et indifférencié du développement des maladies, qui pourraient éventuellement requérir une intervention rapide. J) Elle favorise la promotion et l éducation pour la santé par une intervention appropriée et efficace. K) Elle a une responsabilité spécifique de santé publique dans la communauté. L) Elle répond aux problèmes de santé dans leurs dimensions physique, psychologique, sociale, culturelle et existentielle. 5

20 Définition du rôle du médecin généraliste Cette définition est présentée comme un «idéal auquel tous les médecins généralistes peuvent aspirer» (9,10). Si la définition de la discipline se veut universelle, la définition de l'exercice professionnel est liée au système de soins dans lequel le médecin s inscrit. «Les médecins généralistes sont des médecins spécialistes formés aux principes de cette discipline. Ils sont le médecin traitant de chaque patient, chargés de dispenser des soins globaux et continus à tous ceux qui le souhaitent indépendamment de leur âge, de leur sexe et de leur maladie. Ils soignent les personnes dans leur contexte familial, communautaire, culturel et toujours dans le respect de leur autonomie. Ils acceptent d avoir également une responsabilité professionnelle de santé publique envers leur communauté. Dans la négociation des modalités de prise en charge avec leurs patients, ils intègrent les dimensions physique, psychologique, sociale, culturelle et existentielle, mettant à profit la connaissance et la confiance engendrées par des contacts répétés. Leur activité professionnelle comprend la promotion de la santé, la prévention des maladies et la prestation de soins à visée curative et palliative, la responsabilisation du patient et son autonomisation. Ils agissent personnellement ou font appel à d autres professionnels selon les besoins et les ressources disponibles dans la communauté, en facilitant si nécessaire l accès des patients à ces services. Ils ont la responsabilité d assurer le développement et le maintien de leurs compétences professionnelles, de leur équilibre personnel et de leurs valeurs pour garantir l efficacité et la sécurité des soins aux patients. Comme les autres professionnels de santé, ils ont la responsabilité permanente de surveiller, maintenir et si nécessaire améliorer les aspects cliniques, les services, l'organisation, la sécurité et la satisfaction des patients vis-à-vis des soins qu'ils fournissent» (9,10). 6

21 Les douze caractéristiques qui définissent la discipline sont regroupées au sein de six compétences fondamentales, indispensables au médecin généraliste pour assurer les tâches qui lui incombent : 1. La gestion des soins de santé primaire. 2. Les soins centrés sur la personne. 3. L aptitude spécifique à la résolution de problèmes. 4. L approche globale. 5. L orientation communautaire en santé publique. 6. L adoption d un modèle holistique, c'est à dire bio-psycho-social. Au final, l'exercice de la médecine générale est complexe combinant les compétences fondamentales citées précédemment, les champs d activité où sont appliquées ces compétences (démarche clinique, communication avec les patients, gestion du cabinet médical) et la prise en compte des dimensions contextuelles, comportementales et scientifiques En France : reconnaissance de la discipline, rôles et compétences du médecin généraliste En France, les rôles et compétences du médecin généraliste s'inspirent largement de la définition de la WONCA. La discipline n'est quant à elle réellement reconnue que depuis peu La discipline en France La médecine générale est reconnue comme spécialité à part entière depuis 2004 avec l'apparition d'un Diplôme d'etudes Spécialisées (D.E.S) dédié (13). Sur le plan universitaire, cette spécialité a progressivement conquis une place institutionnelle dans les facultés de médecine à partir de 1997 avec la réforme du troisième cycle de médecine générale (14,15). Cette réforme a été l'occasion pour la médecine générale de véritablement s'implanter à l'université (16) en allongeant le troisième cycle d'un cinquième semestre, sous forme d'un stage ambulatoire. Dès lors, la création de départements universitaires de 7

22 médecine générale s'est progressivement étendue à toutes les facultés. La loi du 8 février 2008 et le décret du 28 juillet de la même année (17,18) marquent l'acte de naissance légal de la filière universitaire de médecine générale. Ils ont permis de définir un statut et de préciser les conditions de recrutement et d exercice des enseignants (professeurs, maîtres de conférences, et chefs de clinique des universités de médecine générale) Les rôles du médecin généraliste en France. Le médecin généraliste constitue le «pivot» du système de santé depuis l'instauration du parcours de soins coordonnés en 2004 (19,20). Le médecin traitant peut légalement être n'importe quel spécialiste, mais en pratique 99,5% des médecins désignés sont des médecins généralistes(21). En 2009, la loi «Hôpital Patients Santé Territoire» dites loi «HPST» (22) précise les missions des médecins généralistes de premier recours : 1. Contribuer à l'offre de soins ambulatoire, en assurant pour ses patients la prévention, le dépistage, le diagnostic, le traitement et le suivi des maladies ainsi que l'éducation pour la santé. Cette mission peut s'exercer dans les établissements de santé ou médico-sociaux ; 2. Orienter ses patients, selon leurs besoins, dans le système de soins et le secteur médico-social ; 3. S'assurer de la coordination des soins nécessaire à ses patients ; 4. Veiller à l'application individualisée des protocoles et recommandations pour les affections nécessitant des soins prolongés et contribuer au suivi des maladies chroniques, en coopération avec les autres professionnels qui participent à la prise en charge du patient ; 5. S'assurer de la synthèse des informations transmises par les différents professionnels de santé ; 6. Contribuer aux actions de prévention et de dépistage ; 7. Participer à la mission de service public de permanence des soins ; 8. Contribuer à l'accueil et à la formation des stagiaires de deuxième et troisième cycles d'études médicales. 8

23 Les compétences du médecin généraliste en France Afin d'établir un référentiel de formation, le Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE) a décrit en 2005 et 2006 les compétences professionnelles nécessaires à l'exercice de la médecine générale (23,24). Celles-ci s'inspirent largement de la définition publiée par la WONCA en La compétence est la mise en action de savoirs ou "savoir agir" de manière adaptée au contexte, avec un résultat pertinent : un savoir-agir contextualisé. Il ne s agit pas d un processus stéréotypé (23). L acquisition de compétences est un processus dynamique qui évolue entre autres avec l exposition à des situations-problèmes ; le questionnement personnel ; la recherche d informations ; l expérience donc le temps (23). Le groupe «niveaux de compétences du CNGE» a publié au sein du référentiel métier (25) la «marguerite des compétences», regroupant les six compétences fondamentales de la spécialité. La figure 1 en présente une version récente Figure1 : «Marguerite des compétences». Source : d après C. Attali, P. Bail, groupe «niveaux de compétences» du CNGE. 9

24 1.3. Aperçu de l'organisation du second cycle des études médicales Le second cycle des études médicales est, depuis la rentrée universitaire 2012 (26), composé de trois années correspondant aux quatrième, cinquième et sixième années d'études (respectivement appelées DCEM2, DCEM3 et DCEM4) 2. Le programme est consacré à «l enseignement des processus pathologiques, de leur thérapeutique et de leur prévention, ainsi qu à l enseignement de l organisation des systèmes de santé, de l évaluation des pratiques de soins, de la déontologie et de la responsabilité médicale». Il est réglementé par l'arrêté du 4 mars 1997 modifié à plusieurs reprises en 2000,2002 et 2007 (7, 27,28). Les étudiants réalisent un mi-temps hospitalier et un mi-temps universitaire. Ces trois années constituent ce qu'on appelle couramment «l'externat» bien que ce terme n existe pas officiellement L'enseignement théorique L enseignement théorique est composé de 900 à 1000 heures de cours qui sont organisées en onze modules transversaux. Ces modules visent à développer une approche globale des patients et à éviter les raisonnements par organe. Des séminaires obligatoires sont également organisés sur des thèmes jugés prioritaires, parmi lesquels figure la médecine générale. Les autres thèmes sont définis tous les quatre ans par arrêté. A titre d'exemple, le dernier arrêté (29) a fixé des thèmes comme «sécurité du patient et risque iatrogène» ou «douleurs et soins palliatifs». La validation du deuxième cycle nécessite par ailleurs la réalisation d'enseignements optionnels interdisciplinaires dont au moins un parmi une liste préétablie. La médecine générale y est représentée au travers du module «rôle du médecin généraliste en matière de prévention individuelle et collective» 2 Depuis la rentrée universitaire 2012, la troisième année de médecine, ancienne DCEM1, est intégrée au Diplôme de Formation Générale en Sciences Médicales (DFGSM) (26). 10

25 L'enseignement du certificat de synthèse clinique et thérapeutique, dont le programme est défini au module 11 est organisé au cours de la sixième année. Il doit représenter au moins 60 heures et fait l'objet d'une validation indépendante. Il comporte d'une part des épreuves théoriques et, d'autre part, une épreuve d'examen clinique L enseignement pratique Les étudiants en médecine participent à l'activité hospitalière et portent officiellement le titre d'étudiants hospitaliers (30-32). Les étudiants sont rémunérés par le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) auquel leur université est rattachée. La partie hospitalière se compose d'un équivalent mi-temps de 36 mois de stage, chaque stage durant de deux à quatre mois, 36 gardes doivent également être réalisées. Certains stages hospitaliers sont obligatoires au cours de l'externat. Il s'agit de la pédiatrie, la gynécologie-obstétrique, la chirurgie, la médecine interne ou la gériatrie, et enfin un stage dans un service d'urgences, de réanimation ou de soins intensifs. Certains terrains de stage sont recommandés sans être obligatoire, notamment les stages en psychiatrie, en laboratoire hospitalier ou de recherche. Le stage ambulatoire en médecine générale est obligatoire pour la validation du deuxième cycle Les Epreuves Classantes Nationales (ECN) Depuis 2004 (33), l'entrée en troisième cycle est conditionnée par les résultats obtenus aux Epreuves Classantes Nationales (ECN) qui remplacent l'ancien concours de l'internat et se déroulent à la fin du DCEM4. Tous les étudiants sont tenus de passer ces épreuves, uniquement théoriques. Les ECN permettent aux étudiants de choisir, selon leur rang de classement, leur future spécialité parmi les 30 proposées ainsi que leur région d'affectation. 11

Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale

Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale 1 Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale Préambule L objectif du stage de deuxième cycle en médecine générale est d appréhender les grands principes et les spécificités

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Avis de publication des annexes prévues à l arrêté du 23 novembre 2006 pris en application de l article 8 de l arrêté du 4 mars

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS)

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) ENTRE : Monsieur HERIAUD, Directeur Général du CENTRE

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC

ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC Présentation des modes d exercice hospitalier! Organisation du concours de praticien -------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Charte des Maitres de Stage Universitaires (MSU) Du Département de Médecine Générale de la Faculté de Médecine de RENNES.

Charte des Maitres de Stage Universitaires (MSU) Du Département de Médecine Générale de la Faculté de Médecine de RENNES. Charte des Maitres de Stage Universitaires (MSU) Du Département de Médecine Générale de la Faculté de Médecine de RENNES 1 Préambule L objectif du Diplôme d'études Spécialisées (DES) de médecine générale

Plus en détail

4 EME ANNEE DU DEUXIEME CYCLE DES ETUDES MEDICALES

4 EME ANNEE DU DEUXIEME CYCLE DES ETUDES MEDICALES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014-2015 4 EME ANNEE DU DEUXIEME CYCLE DES ETUDES MEDICALES ORGANISATION DE L'ENSEIGNEMENT ET MODALITES DE CONTROLE DES APTITUDES ET DES CONNAISSANCES Vu le code de l éducation Vu

Plus en détail

Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes

Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes Objectifs Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes Le Fond pour la santé des femmes (FSF) à pour objectif principal de développer et soutenir financièrement des actions de formation d information

Plus en détail

LE Diplôme d Etudes Spécialisées en médecine générale. DES MG oct 14 FD/ Dpt MG 1

LE Diplôme d Etudes Spécialisées en médecine générale. DES MG oct 14 FD/ Dpt MG 1 LE Diplôme d Etudes Spécialisées en médecine générale DES MG oct 14 FD/ Dpt MG 1 DMG-besancon.org Une adresse électronique nom.prénom@... prénom.nom @... DES MG oct 14 FD/ Dpt MG 2 La formation pratique

Plus en détail

Etudes en Sciences Médicales

Etudes en Sciences Médicales Etudes en Sciences Médicales Organisation : Faculté de Médecine Niveau d'entrée : Baccalauréat DESCRIPTION OBJECTIFS Les études médicales sont organisées en trois cycles : 1er cycle sur trois ans : PACES,

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2014-674 du 24 juin 2014 modifiant les dispositions du code de la santé publique relatives aux fonctions

Plus en détail

Université catholique de Louvain Faculté de médecine. Programme du baccalauréat en médecine (MED 1BA)

Université catholique de Louvain Faculté de médecine. Programme du baccalauréat en médecine (MED 1BA) Université catholique de Louvain Faculté de médecine Programme du baccalauréat en médecine (MED 1BA) Objectif de la formation La médecine se situe au confluent des sciences exactes et des sciences humaines.

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

COLLÈGE UNIVERSITAIRE DE MÉDECINE GÉNÉRALE. Charte des Maîtres de Stage Universitaires (MSU)

COLLÈGE UNIVERSITAIRE DE MÉDECINE GÉNÉRALE. Charte des Maîtres de Stage Universitaires (MSU) UFR Faculté de Médecine Lyon Est UFR Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux COLLÈGE UNIVERSITAIRE DE MÉDECINE GÉNÉRALE Charte des Maîtres de Stage Universitaires (MSU) Les maîtres

Plus en détail

Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Médecine / UFR2S / UGB / St Louis

Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Médecine / UFR2S / UGB / St Louis Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Contexte d ouverture En 2010 FMPOS de l UCAD : 53 ans UFR Médecine de l Université de Thiès : 2 ans UFR santé

Plus en détail

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI.

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI. C O N V E N T I O N RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE DANS LES MISSIONS HUMANITAIRES DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE ENTRE : LE CENTRE HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE De, représenté par

Plus en détail

Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051300395 Titre du programme La bientraitance (inter) (catalogue) Référence organisme L161

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE DE DEUXIEME NIVEAU EN MEDECINE GENERALE SASPAS

CONVENTION DE STAGE DE DEUXIEME NIVEAU EN MEDECINE GENERALE SASPAS CONVENTION DE STAGE DE DEUXIEME NIVEAU EN MEDECINE GENERALE SASPAS La convention est passée entre, - Le directeur général du centre hospitalier et universitaire de Tours, - Le doyen de la faculté de médecine

Plus en détail

CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE. CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013

CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE. CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013 CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013 L enjeu des Epreuves Classantes Nationales est important car il détermine l accès aux spécialités médicales ou chirurgicales.

Plus en détail

UFR de Médecine. Objectifs. Description. Débouchés. Modalités d'accès. Organisation. 3, Rue des Louvels 80036 Amiens Cedex 1

UFR de Médecine. Objectifs. Description. Débouchés. Modalités d'accès. Organisation. 3, Rue des Louvels 80036 Amiens Cedex 1 UFR de Médecine 3, Rue des Louvels 80036 Amiens Cedex 1 Licence Domaine Sciences, Technologies, Santé Mention Sciences pour la santé Parcours type Biologie humaine et technologie de la santé -BHTS (Institut

Plus en détail

Discipline IFSI : Etablissement : LIVRET D'ACCUEIL. Stage étudiants en soins infirmiers

Discipline IFSI : Etablissement : LIVRET D'ACCUEIL. Stage étudiants en soins infirmiers Institut de Formation en Soins Infirmiers du C.H.R.U. de Montpellier Tableau ci-dessus rempli par le coordonnateur des stages Discipline IFSI : Etablissement : Mise à Jour LIVRET D'ACCUEIL Stage étudiants

Plus en détail

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie ProfildeCompétencesProfessionnellesOstéopathie Document Documentdediscussionavecl intentiond obtenirunconsensus approuvée par la Chambre ostéopathie le 12-06-2012 (11 votes pour - pas de votes contre -

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU COLLEGE A PROPOS DU PHARMACIEN ADJOINT MAITRE DE STAGE ADJOINT

RECOMMANDATIONS DU COLLEGE A PROPOS DU PHARMACIEN ADJOINT MAITRE DE STAGE ADJOINT RECOMMANDATIONS DU COLLEGE A PROPOS DU PHARMACIEN ADJOINT MAITRE DE STAGE ADJOINT L agrément de maître de stage repose à la fois sur des critères liés à l officine d une part et à son titulaire d autre

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Arrêté n 709 du 06/12/2010 portant Organisation et modalités d évaluation et de progression

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

haute école catégorie paramédicale

haute école catégorie paramédicale haute école catégorie paramédicale Bachelier en Soins Infirmiers Spécialisation en Pédiatrie Spécialisation en Santé communautaire Spécialisation en Salle d opération Spécialisation interdisciplinaire

Plus en détail

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication ANNEXE III Horaires Première année* Horaires Modules Numéro Heures Total A. Institutions et réseaux A1 30 A2 50 120 A3 40 B. Publics B1 30 B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de

Plus en détail

MASTER (M2) DROIT PUBLIC, SPÉCIALITÉ DROIT DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE

MASTER (M2) DROIT PUBLIC, SPÉCIALITÉ DROIT DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE MASTER (M2) DROIT PUBLIC, SPÉCIALITÉ DROIT DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Droit et Sciences politiques Présentation Spécificités

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051400102 Titre du programme Préparation à l'entrée aux écoles d'aide-soignants et d'auxiliaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 11 mars 2013 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de sage-femme NOR : ESRS1301419A

Plus en détail

Certificat d Etudes Complémentaires Méthodologie de Recherche & Communication Scientifique En Santé «Concevoir, Conduire, Communiquer»

Certificat d Etudes Complémentaires Méthodologie de Recherche & Communication Scientifique En Santé «Concevoir, Conduire, Communiquer» Ministère de l enseignement supérieur & de la Recherche Scientifique ******************* Université de Sfax ******************** Faculté de Médecine de Sfax Certificat d Etudes Complémentaires Méthodologie

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL (2 ème année)

MASTER PROFESSIONNEL (2 ème année) C U R R I C U L U M 04-05 MASTER PROFESSIONNEL ( ème année) Domaine : Sciences Technologies Santé Mention : Sciences de la Vie et de la Santé Spécialité : Produits de Santé : développement et distribution

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-651 du 2 juin 2006 relatif à la formation pharmaceutique continue et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

DEVENIR MAITRE DE STAGE

DEVENIR MAITRE DE STAGE Maîtres de stages en région Rhône-Alpes Dans la région Rhône-Alpes, en 2014, 719 sur les 5.921 omnipraticiens participent à la formation des étudiants soit dans le cadre du stage chez le praticien, soit

Plus en détail

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE Spécialité : Professionnelle FINANCES DES COLLEIVITES TERRITORIALES ET DES GROUPEMENTS M2

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Commission d agrément des médecins généralistes Eurostation Bloc II

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Capacité Domaine Sciences, Technologies, Santé Certificat de capacité d'orthoptiste

Capacité Domaine Sciences, Technologies, Santé Certificat de capacité d'orthoptiste Capacité Domaine Sciences, Technologies, Santé Certificat de capacité d'orthoptiste Objectifs Publics Débouchés Le métier d'orthoptiste est une formation paramédicale effectuée en 3 ans. Elle consiste

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle 2 rue du Dr Marcland 87025 Limoges cedex Tél. 05 55 43 58 00 Fax 05 55 43 58 01 www.unilim.fr DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle Règlement ARTICLE I

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-652 du 2 juin 2006 relatif à la formation continue odontologique et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012

Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012 Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012 (modifiée par la note de service n 2012-100 du 29 j uin 2012 et par la note de service n 2012-179 du 20 novembre 2012) (Education nationale : bureau DGESCO A2-1)

Plus en détail

Les contenus de formation tiennent compte de l évolution des savoirs et de la science. Ils sont actualisés en fonction de l état des connaissances.

Les contenus de formation tiennent compte de l évolution des savoirs et de la science. Ils sont actualisés en fonction de l état des connaissances. ANNEXE III : Le référentiel de formation La formation conduisant au diplôme d Etat d infirmier anesthésiste vise l acquisition de compétences pour répondre aux besoins de santé des personnes dans le cadre

Plus en détail

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES ANNEXES 2D - A D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - (2013-2014) (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES 1ère partie Anatomie et cytologie pathologiques Cardiologie et maladies vasculaires Dermatologie et

Plus en détail

Licence Science politique

Licence Science politique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Science politique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) Le lien entre FMI et FMC 50% des connaissances seraient obsolètes en l espace de 7 ans. En même temps qu une masse critique d exercice, la FMC est donc indispensable pour

Plus en détail

Parcours : DISTRIBUTION PHARMACEUTIQUE

Parcours : DISTRIBUTION PHARMACEUTIQUE CURRICULUM 204-205 MASTER PROFESSIONNEL (M2) Domaine : Sciences Technologie Santé Mention : Sciences de la Vie et de la santé Spécialité : «Produits de Santé : Développement et Distribution» Parcours :

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES _ SANTÉ Professions de santé Arrêté du 8 juillet 2015 relatif à l admission des étudiants de l École européenne de podologie pluridisciplinaire

Plus en détail

CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT

CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT Le C2 CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT AVRIL 2012 L avis ponctuel de consultant dans le cadre du parcours de soins est un avis donné par un médecin spécialiste à la demande explicite

Plus en détail

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) HISTORIQUE, ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Conseil national de la FMC des praticiens hospitaliers CN FMCH SOMMAIRE Le lien entre formation médicale initiale

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE PREFECTURE DE LA REGION MIDI-PYRENEES Profils & Parcours Ecole régionale de la 2 e chance Midi-Pyrénées Enquête de satisfaction des élèves Résultats 2008 Mars 2009 UNION EUROPÉENNE Sommaire 1 - Champ

Plus en détail

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I)

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) UNIVERSITE DE FRIBOURG SUISSE dès AA 2006-2007 DEPARTEMENT DES SCIENCES DE L'EDUCATION Rue P.-A. de Faucigny 2 CH - 1700 Fribourg Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) I OBJECTIFS

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Formation Ennéagramme & Coaching

Formation Ennéagramme & Coaching Formation Ennéagramme & Coaching Formation au métier de coach professionnel Troisième cycle de la formation CEE Diplôme de coach en 12 jours de formation pour les certifiés CEE Ouvert aux participants

Plus en détail

Fiche d'information des patients

Fiche d'information des patients Fiche d'information des patients Avec votre consentement et l'accord de votre médecin traitant, vous allez faire partie du réseau de santé ville-hôpital SPES. Le réseau S.P.E.S. fédère des professionnels

Plus en détail

Règlement interne relatif à l'admission à l'université de Genève des candidats non-porteurs d'un certificat de maturité

Règlement interne relatif à l'admission à l'université de Genève des candidats non-porteurs d'un certificat de maturité Règlement interne relatif à l'admission à l'université de Genève des candidats non-porteurs d'un certificat de maturité Vu l article 16 aliné 3 de la loi sur l Université du 13 juin 2008 (ci-après LU);

Plus en détail

ZOOM ETUDE Les études médicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 31 octobre 2015

ZOOM ETUDE Les études médicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 31 octobre 2015 ZOOM ETUDE Auditorium de l Institut Français du Bénin 31 octobre 2015 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat avec des CHU (Centres

Plus en détail

Cadre légal de la formation des assistants maternels agréés

Cadre légal de la formation des assistants maternels agréés Cadre légal de la formation des assistants maternels agréés -Art. 421-14 de la loi du 27 juin 2005 : «Tout assistant maternel agréé doit suivre une formation dont les modalités de mise en œuvre par le

Plus en détail

Code de la santé publique PARTIE VI ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES DE SANTÉ

Code de la santé publique PARTIE VI ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES DE SANTÉ Code de la santé publique PARTIE VI ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES DE SANTÉ LIVRE 1er - Etablissements de santé TITRE V - PERSONNELS MÉDICAUX ET PHARMACEUTIQUES Chapitre III - Internes et étudiants en médecine

Plus en détail

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011 ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE ILE DE FRANCE INTERREGION NORD EST INTERREGION NORD-OUEST Strasbourg Dijon Reims Besançon Nancy Caen Rouen Lille Amiens 1)

Plus en détail

1.1.2. La durée du stage officinal est légalement de 6 mois.

1.1.2. La durée du stage officinal est légalement de 6 mois. 1. REGLEMENT DU STAGE OFFICINAL 1.1. Du stage et des stagiaires 1.1.1. Le stage est accompli dans une officine ouverte au public ou dans une officine hospitalière, dirigée par un pharmacien comptant au

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Commission d agrément des médecins généralistes Eurostation Bloc II

Plus en détail

CRITERES EXIGES POUR L INSCRIPTION SUR LES DIFFERENTES LISTES D APTITUDE (Sciences de la Santé)

CRITERES EXIGES POUR L INSCRIPTION SUR LES DIFFERENTES LISTES D APTITUDE (Sciences de la Santé) CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (CAMES) -------------------------------- COMITES CONSULTATIFS INTERAFRICAINS (CCI) ---------------- CRITERES EXIGES POUR L INSCRIPTION SUR LES

Plus en détail

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DEFINITION DU METIER L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle propre qui relève de l initiative de celui-ci, défini

Plus en détail

édito Sommaire Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!!

édito Sommaire Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!! édito Sommaire Les services de la Communauté de Communes p3 La profession d Assistante Maternelle Une journée chez nounou Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!! p4 Mois après mois, tu as su t

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP JE SUIS INFIRMIER(ÈRE) SPÉCIALISÉ(E) Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux Infirmiers(ères) Spécialisés(ées) Les professions infirmières ont engagé depuis plusieurs années, au travers la réingénierie

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

La Formation des Personnels à l UM3

La Formation des Personnels à l UM3 La Formation des Personnels à l UM3 Le Plan de formation Le Plan de formation reprend les priorités retenues par l université pour une année. Il tient compte des besoins spécifiques de l établissement,

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

Fiche de présentation du projet de décret fixant les conditions et les modalités de mise œuvre des contrats santé solidarité (CSS)

Fiche de présentation du projet de décret fixant les conditions et les modalités de mise œuvre des contrats santé solidarité (CSS) Fiche de présentation du projet de décret fixant les conditions et les modalités de mise œuvre des contrats santé solidarité (CSS) L article 43 de la loi «hôpital, patients santé et territoires», dispose

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

SCIENCES TECHNOLOGIES SANTE. Santé. Technicien en recherche clinique et épidémiologique

SCIENCES TECHNOLOGIES SANTE. Santé. Technicien en recherche clinique et épidémiologique Niveau : LICENCE PROFESSIONNELLE année Domaine : Mention : SCIENCES TECHNOLOGIES SANTE Santé LP Spécialité : Volume horaire étudiant : Technicien en recherche clinique et épidémiologique 280 h 70 h 150

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Commission d agrément des médecins généralistes Eurostation Bloc II

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources humaines dans

Plus en détail

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Les missions du coordonnateur local du 3 ème cycle se sont diversifiées au cours de ces dernières années, de sorte qu il est apparu nécessaire de clarifier

Plus en détail

N 23 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1982-1983 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. (Urgence déclarée.)

N 23 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1982-1983 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. (Urgence déclarée.) PROJET DE LOI adopté le 27 octobre 1982 N 23 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1982-1983 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif aux études médicales et pharmaceutiques. (Urgence déclarée.) Le Sénat

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

PRÉSENTATION FILIÈRE ODONTOLOGIE

PRÉSENTATION FILIÈRE ODONTOLOGIE PRÉSENTATION FILIÈRE ODONTOLOGIE Plan: Comment devenir chirurgien dentiste? Programmes Vie étudiante Avantages Difficultés Débouchés Comment devient-on chirurgien dentiste? Numérus clausus 2010-2011 :

Plus en détail