04/06/2013. Place de l activité physique (AP) en cancérologie. Relations retrouvées entre activité physique et risque de cancer

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "04/06/2013. Place de l activité physique (AP) en cancérologie. Relations retrouvées entre activité physique et risque de cancer"

Transcription

1 Introduction Place de l activité physique (AP) en cancérologie Dr Corinne DELCAMBRE-LAIR Amélioration de la qualité et des résultats des soins du nombre de patients en vie en rémission complète ou partielle après ou avec des traitements anti-cancéreux Réactions psychologiques lors du diagnostic et des traitements: fatigue, prise de poids, réduction de l AP, anxiété, dépression,diminution de la qualité de vie Au décours des traitements, plusieurs situations pathologiques peuvent survenir: séquelles des traitements, rechute, 2 ème cancer, co-morbidités cardio-vasculaire, ostéoarticulaire ou métabolique en particulier diabétique Bénéfice de l AP démontrés à la fois physiques et psychologiques Mesures de l activité physique MET-H 1 MET correspond à la dépense énergétique d une personne au repos, c à d à 1Kcal/kg/h. Exemples de mesures d AP Activités sportives Yoga 2,5-3,5 Aqua gym 4 Jogging en salle 4,5 Danse 4,5 Vélo 4-10 Aviron 3,5-6,5 Natation 4-11 Tennis 5-8 martiaux 10 Squash 12 Vie courante Station assise 1 Cuisiner 2 Faire le ménage 2 à 4 Bricoler 3 à 5 Marcher 2 à 3 Jardinage 3 à 6 Relations retrouvées entre activité physique et risque de cancer 5 1

2 Diminution du risque de cancer du colon Diminution du risque de cancer du sein Métaanalyses réalisées sur études de cohorte:diminution du risque estimé à 17 % pour les individus physiquement plus actifs par rapport au moins actifs Effet dose-réponse démontré Pour une augmentation de l activité de loisirs de 30 min/j: diminution du risque estimé à 12% Revue de la littérature sur études de cohorte: diminution du risque d environ 20% Effet protecteur retrouvé chez les femmes en postménopause Cancer de l endomètre Autres cancers AP de loisir: réduction du risque de cancer de 27% Activité professionnelle: réduction du risque estimé à 21% chez les femmes plus actives Quelques publications suggèrent un rôle protecteurs de l AP (poumon, pancréas, prostate, ovaire) mais pas de données suffisantes pour en tirer des conclusions AP, surpoids et obésité Prévention AP diminue le risque de prise de poids, surpoids et obésité Lien surpoids/obésité et risque de certains cancer: œsophage, endomètre, rein, colonrectum, sein après la ménopause, pancréas, vésicule biliaire 2

3 Fatigue liée au cancer Bénéfices de l activité physique pendant les soins en cancérologie Touche environ 80 % des patients tout au long de la prise en charge Correspond à une sensation subjective de lassitude anormale, sans cause immédiate, non améliorée par le repos Causes variables: maladie, traitements, douleur, dénutrition, anémie, déprime Aucun traitement médicamenteux n a montré de bénéfice hormis la correction de l anémie Fatigue et cancer Causes de la fatigue Troubles du sommeil Réduction d activité Dénutrition Troubles de l humeur Dépression Anxiété Fatigue au cours du cancer Comorbidités (non liées au cancer) Trouble hormonal (hypothyroïdie) Infection Trouble cardiaque Trouble pulmonaire Trouble rénal Trouble hépatique Trouble neurologique Douleur Anémie AP Fatigue et cancer L AP permet de réduire significativement la fatigue liée au cancer Globalement, qq soit le moment de la prise en charge : - 36 % Y compris la fatigue pendant les traitements : - 18% Y compris la fatigue à distance des traitements : - 37 % Seul traitement validé de la fatigue en oncologie AP et onco psychologie Réduction significative des symptômes dépressifs ES ; 95% CI to , p=0.016 Amélioration de l image corporelle ES 0.280; 95% CI to 0.482, p=0.007 Impact NS sur l anxiété ES -1,133; 95%CI -2,423-0,156, p=0,085 Amélioration de la qualité du sommeil Diminution de la prise de psychotropes Duijts et al (2011) 3

4 AP Un enjeu pour les patients Retrouver confiance et contrôle vis à vis de son corps Réinvestir positivement ses sensations corporelles Reprendre une activité sociale Reprendre sa place dans une activité collective S autoriser un nouvel investissement Faire quelque chose de bien pour soi Exercice physique et cancer Quels effets sur la survie???? Prévention tertiaire 20 Impact AP après soins survie cancers du sein Méta analyse impact AP survie cancers du sein Huit publications Cohortes de femmes porteuses de cancer du sein non métastasé et contrôlé Questionnaires activité physique ludique dans les deux à quatre ans post diagnostic AP après cancer réduit la mortalité globale RR = 0,59 (0,53-0,65) p < 0,00001 AP après cancer réduit la mortalité spécifique RR = 0,66 (0,57-0,77) p < 0,00001 Bénéfice en cas de BMI > 25 et sur les formes RH + Type d activité, fréquence, intensité, durée par semaine après le cancer Taux de rechute et de décès selon niveau AP ( > 9 MET-H/Sem vs < 3 Met-H/sem ) ou Durée 21 E Ibrahim, A Al-Homaidh (2010) Med Oncol Apr Association AP et survie des cancers du sein Bénéfice survie à 5 et à 10 ans = 4% et 6% Bénéfice en survies globale et spécifique Activité physique et cancer Bénéfice quelle que soit l activité physique initiale Association AP et survie en multivariable incluant âge, stade TNM, lieu de résidence, alcool, tabac, BMI, statut hormonal... Autre que le cancer mammaire? Effet seuil et courbe Met-H/ sem et impact survie

5 Impact survie cancers coliques Impact survie cancers du colon ÉTUDE NBRE SEUIL RR IC p REF CALGB MET H 0,51 0,26-0,97 0,01 JCO 2006 Trois publications NHS MET H 0,39 0,18-0,82 0,008 JCO 2006 Cohortes cancer coliques non métastasés et contrôlés Heath Prof MET H 0,47 0,24-0,92 Arch Int Med 2009 Questionnaires activité physique post diagnostic Population référence < 3 MET H / semaine AP AP AP et survie cancers prostatiques Impact AP survie Gliome de haut grade récidivant hommes cancer prostate non meta et non décédés dans les 4 ans 243 pts Grade 3-4 en rechute, IK > 70 Survie médiane (mois) selon MET H /sem Multivariable : Âge, Gleason, TNM, TT, AP avant, BMI, Régime, race, Diabéte AP Totale > 9 vs < 9 MET-h/sem RR Mortalité globale = 0,67 (0,56-0,82) RR Mortalité spécifique = 0,65 (0,43-1) AP intense > 3 H/sem AP intense vs < 1 H/sem AP intense RR mortalité globale = 0,51 (0,36-0,72) RR mortalité spécifique = 0,39 (0,18-0,84) RR DC < 9 MET-H/sem vs > 9 MET-H/sem= 0,64 (0,46-0,91) AP en MET-H/>Sem = facteur pronostic en multivariable (IK, âge, grade, sexe, nombre de progressions) (p<0,001) Les capacités fonctionnelles ne sont pas pronostic de survie SC Kenfield, MJ Stampfer, E Giovannucci et al. J Clin Oncol 2011;29: Association AP et survie Mécanismes d action Activités physiques en Cancérologie Impact voisin sur la survie Bénéfices AP présent en multivariable incluant tous les facteurs pronostics

6 L AP: modifie plusieurs paramètres biochimiques impliqués dans le métabolisme des cellules cancéreuses Diminution du taux d oestrogènes libres Réduit les sécrétions d insuline et IGF (taux élevé d insuline ou de peptide C lors du diagnostic d un cancer du sein ou du colon = facteurs de mauvais pronostic) Action sur les sécrétions issues des tissus graisseux: AP accroît la sécrétion d adiponectine, réduit la leptine et l insulinorésistance. Ces effets n apparaissent qu au bout de 6 mois de pratique d AP Limitations à la pratique de l AP en cancérologie Dans les différents essais prospectifs: moins d un tiers des patients éligibles acceptent de participer. En revanche, en cas d adhésion, plus de 80% des pts vont jusqu au bout du programme Barrières: 3 niveaux Complications, contre indications lié à la maladie et aux soins: fatigue, dépression, nausées, douleurs, peur de la mobilisation du corps et de ses conséquences sur la fatigue et la crainte de la survenue d une douleur, RDV Lié à la vie personnelle: difficultés financières, de transport, garde d enfants Absence de motivation, d intérêt, d information sur la possibilité d une activité adaptée Rares, mais précautions chez les patients porteurs de co-morbidités cardiaques et respiratoires En cas de métastases osseuses: l exercice physique modéré ne majore à priori ni la douleur ni le risque de fractures. Mais, il faut diminuer la pression du corps sur les zones de métastases En postopératoire après chirurgie mammaire: amélioration de la mobilité de l épaule sans majoration des douleurs ni du risque de lymphoedème Conclusions L AP doit être incorporée dans le parcours de soins pendant et après le cancer 6

7 Conditions Sécurité liée à la qualité de la formation des intervenants Plaisir à la pratique de l exercice pour les pts pour une pratique de longue durée Intensité moyenne à intense et durable pour obtenir des effets biologiques et cliniques Sport et Cancer : C est Possible! CAMI 1ère Fédération Nationale Sport et Cancer La CAMI. C est quoi Un lieu d accueil pour tous les patients Toutes pathologies, structures intra et extra hospitalière Convention entre la CAMI et les centres de soins Le cancérologue = référent, prescripteur, interlocuteur privilégié Des professionnels formés Titulaires du Diplôme Universitaire Sport et Cancer Paris 13 Diplôme validant entre le Sport et le Cancer Reconnaissance d une compétence 13 ans d expérience patients heures de cours/patients Une Fédération Nationale Commission Scientifique Centre de Ressource: Charte de franchise, formation continue, réflexion Projet du Réseau de Cancérologie de Basse-Normandie Objectif: mobiliser les personnes résidant dans le Bassin de vie de Caen et atteintes d un cancer (sein, colon, prostate) à l issue dede leur traitement initial Faciliter l accès à une offre d Activité Physique Adaptée aux besoins des patients Travailler sur les déterminants comportementaux favorables à son maintien 7

Projet de mutualisation de l Activité physique en Oncologie : 1 ère Réunion

Projet de mutualisation de l Activité physique en Oncologie : 1 ère Réunion Projet de mutualisation de l Activité physique en Oncologie : 1 ère Réunion 24-6-2013 Ordre du jour Rationnel du projet Les données de la littérature Objectifs du projet Tour de table Intérêt au projet

Plus en détail

Journée sport santé. ACTIVITE PHYSIQUE ET SPORTIVE en CANCEROLOGIE. une prophylaxie? Prevention primaire? Atelier Sport & Cancer

Journée sport santé. ACTIVITE PHYSIQUE ET SPORTIVE en CANCEROLOGIE. une prophylaxie? Prevention primaire? Atelier Sport & Cancer Journée sport santé Maison du sport français Jeudi 21 mars 2013 Atelier Sport & Cancer Atelier animé par Dr. Thierry Bouillet, M. Jean-Marc Descotes Journée Sport Santé, Jeudi 21 Mars 2013 Maison du Sport

Plus en détail

Activité physique et cancer

Activité physique et cancer Activité physique et cancer Activité physique et cancer 1/ Introduction 2/ Définition de l activité physique 3/ La fatigue 4/ Bénéfices de l activité physique en cancérologie 5/ Mécanismes d action de

Plus en détail

QUEL IMPACT? POUR TOUS? QUELLE FATIGUE? QUELS RISQUES? QUELLES MODALITES?

QUEL IMPACT? POUR TOUS? QUELLE FATIGUE? QUELS RISQUES? QUELLES MODALITES? COMMENT MIEUX VIVRE LES TRAITEMENTS ANTI CANCEREUX PLACE DES ACTIVITES PHYSIQUES PENDANT LE TRAITEMENT QUEL IMPACT? POUR TOUS? QUELLE FATIGUE? QUELS RISQUES? QUELLES MODALITES? Dr Thierry BOUILLET IRHE

Plus en détail

CANCER DU SEIN ET ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTÉE : EXPERIENCE FRANC-COMTOISE. Dr Nathalie MENEVEAU Oncologue CHRU Besançon

CANCER DU SEIN ET ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTÉE : EXPERIENCE FRANC-COMTOISE. Dr Nathalie MENEVEAU Oncologue CHRU Besançon 1 CANCER DU SEIN ET ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTÉE : EXPERIENCE FRANC-COMTOISE Dr Nathalie MENEVEAU Oncologue CHRU Besançon 2 Conflits d intérêts Aucun 3 Activité physique et cancers L'AP s'intègre dans les

Plus en détail

SPORT ET CANCER. Yves RINALDI Hôpital Européen Marseille

SPORT ET CANCER. Yves RINALDI Hôpital Européen Marseille SPORT ET CANCER Yves RINALDI Hôpital Européen Marseille Objectifs pédagogiques Bénéfice du sport sur le risque de survenue d un cancer Quels sports ou activité physique adaptée recommander? Bénéfice de

Plus en détail

Activité physique et cancer: avant, pendant et après

Activité physique et cancer: avant, pendant et après Activité physique et cancer: avant, pendant et après Dr Corinne Delcambre Activité Physique et prévention primaire du cancer du sein et du colon En France, 34 000 et 53 000 nouveaux cas de cancer du colon

Plus en détail

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support 4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support L. KALUZINSKI 19/06/2015 ASTHENIE DEFINITION DIAGNOSTIC ETIOLOGIES PRISE EN CHARGE Sensation subjective en dehors d un effort récent, et cliniquement

Plus en détail

Dr Guy DHOMS MPR / CH Francis Vals Port La Nouvelle CANCER ET SPORT ACTIVITES PHYSIQUES. Médecin Judo Ligue Languedoc Roussillon 19/11/2013 1

Dr Guy DHOMS MPR / CH Francis Vals Port La Nouvelle CANCER ET SPORT ACTIVITES PHYSIQUES. Médecin Judo Ligue Languedoc Roussillon 19/11/2013 1 Dr Guy DHOMS MPR / CH Francis Vals Port La Nouvelle CANCER ET SPORT ACTIVITES PHYSIQUES Médecin Judo Ligue Languedoc Roussillon 19/11/2013 1 Contexte général pour le cancer De plus en plus de cancers.

Plus en détail

Expérience «cancer arts martiaux information»

Expérience «cancer arts martiaux information» Expérience «cancer arts martiaux information» Alain MARRE -Rodez Thierry BOUILLET -Paris Sport et cancer 16/10/2012 1 Rappel des faits.et des effets de l AP: Activité physique en cancérologie : * un plus

Plus en détail

Facteurs de risque des cancers du sein

Facteurs de risque des cancers du sein Facteurs de risque des cancers du sein Pr Laurent ZELEK Service d Oncologie Médicale CHU Avicenne & UMR 577 Epidémiologie Nutritionnelle Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale

Plus en détail

ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES & CANCER. Quentin JACQUINOT Doctorant en Sciences du Sports Formation Aides Soignantes en Cancérologie 9 mars 2017

ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES & CANCER. Quentin JACQUINOT Doctorant en Sciences du Sports Formation Aides Soignantes en Cancérologie 9 mars 2017 ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES & CANCER Quentin JACQUINOT Doctorant en Sciences du Sports Formation Aides Soignantes en Cancérologie 9 mars 2017 Pourquoi activité physique et cancer? Avant la maladie Pendant

Plus en détail

Traitement de l obésité par l activité physique. Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen

Traitement de l obésité par l activité physique. Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen Traitement de l obésité par l activité physique Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen Définition «Tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles squelettiques

Plus en détail

ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON

ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine, CRNH Université d Auvergne Clermont-Ferrand

Plus en détail

ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE

ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE " MARCHE DYNAMIQUE " CENTRE DE COORDINATION EN CANCEROLOGIE (3C) CHPG MONACO BEATRICE CALCAGNO MASSEUR-KINESITHERAPEUTE Activité Physique Adaptée Cancer et fatigue Activité Physique

Plus en détail

Sport sur Ordonnance MAIF-Mutuelle des Sportifs

Sport sur Ordonnance MAIF-Mutuelle des Sportifs Sport sur Ordonnance MAIF-Mutuelle des Sportifs A.A.C.C.C Journée de Cancérologie du 1 De quoi parle t-on? Sport / Activité Physique (A.P.) Ordonnance Malade / handicap environnement médical adapté au

Plus en détail

Sport et cancer : pour qui, pourquoi, comment?

Sport et cancer : pour qui, pourquoi, comment? ACTIVITÉ PHYSIQUE Sport et cancer : pour qui, pourquoi, comment? Dr Alexis Lion Docteur en Sciences de la Vie et de la Santé, responsable du Projet Sport-Santé au Sports Medicine Research Laboratory (Luxembourg

Plus en détail

BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE

BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine,

Plus en détail

AP : Prévention tertiaire Réalités et mécanismes biologiques

AP : Prévention tertiaire Réalités et mécanismes biologiques 7ème Journées Scientifiques du pôle de cancérologie de Troyes TROYES 14 avril 2012 AP : Prévention tertiaire Réalités et mécanismes biologiques Dr Thierry BOUILLET Sve d Oncologie CHU Avicenne Paris 13

Plus en détail

QUID DE LA PRESCRIPTION D ACTIVITÉ PHYSIQUE? DR L A M A R -TA N G U Y, H Ô P I TA L C O R E N T I N C E LTO N

QUID DE LA PRESCRIPTION D ACTIVITÉ PHYSIQUE? DR L A M A R -TA N G U Y, H Ô P I TA L C O R E N T I N C E LTO N QUID DE LA PRESCRIPTION D ACTIVITÉ PHYSIQUE? DR L A M A R -TA N G U Y, H Ô P I TA L C O R E N T I N C E LTO N 2 3 INACTIVITÉ PHYSIQUE Niveau insuffisant d AP d intensité modérée à élevée (inférieur à un

Plus en détail

L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie. Dr Mehdi Roudesli

L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie. Dr Mehdi Roudesli L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie Dr Mehdi Roudesli SPORT & SANTE Ou L activité physique en prévention primaire et tertiaire de différentes pathologies chroniques Introduction

Plus en détail

Prévention après cancer

Prévention après cancer Prévention après cancer dispositif de fin de traitement Dr Florence BURGAUD Département d anticipation et de suivi du cancer Déclaration de liens d intérêt :aucun En 30 ans nombre de cancers : + 100% Mortalité

Plus en détail

Exercise Medicine en oncologie. Aziza Catoul, kinésithérapeute

Exercise Medicine en oncologie. Aziza Catoul, kinésithérapeute Exercise Medicine en oncologie Aziza Catoul, kinésithérapeute Exercise Medicine Exercise Therapy Activité physique L'activité physique se distingue de la pratique sportive, c'est pourquoi chacun de nous

Plus en détail

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys

Plus en détail

Sport Santé & Maladies métaboliques. Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014

Sport Santé & Maladies métaboliques. Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014 Sport Santé & Maladies métaboliques Pr Martine Duclos Dr Julien Aucouturier Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014 Recommandations et Tableaux cliniques Maladies métaboliques

Plus en détail

Activité physique et cancer

Activité physique et cancer Activité physique et cancer Pr Maurice Schneider (Nice) Ligue contre le cancer Activité physique et cancer 1/3 des cancers : COLON SEIN ENDOMETRE ŒSOPHAGE REIN PEUVENT ÊTRE ATTRIBUÉS AU SURPOIDS OU À L

Plus en détail

Activités Physiques Adaptées Pourquoi? Quand? Comment?

Activités Physiques Adaptées Pourquoi? Quand? Comment? Réunion Régionale de Sénologie Blagnac, 17 décembre 2015 Activités Physiques Adaptées Pourquoi? Quand? Comment? Pr. Daniel RIVIERE Service de Médecine du Sport, Hôpital Larrey, Toulouse Réunion Régionale

Plus en détail

SPORT et CANCER Parcours de soin, parcours de vie

SPORT et CANCER Parcours de soin, parcours de vie SPORT et CANCER Parcours de soin, parcours de vie Julien Gendre Responsable CAMI Sport et Cancer Calvados Titulaire DU Sport et Cancer Paris 13 Mercredi 6 février 2013 1 Pour votre santé, pratiquez une

Plus en détail

KAPA «Cancer et Activité Physique» Expérience de l hôpital Européen Marseille. Wahiba BIDAUT

KAPA «Cancer et Activité Physique» Expérience de l hôpital Européen Marseille. Wahiba BIDAUT KAPA «Cancer et Activité Physique» Expérience de l hôpital Européen Marseille Wahiba BIDAUT «Sport et Santé» en Région PACA Faculté des Sciences Du Sport Marseille Luminy Jeudi 21 Activité Physique: Définition

Plus en détail

Activité physique et cancers

Activité physique et cancers Activité physique et cancers Julien Carretier Responsable Information des publics Unité Cancer, Environnement et Nutrition, Centre Léon Bérard EA 4129 'Santé, Individu, Société', Université de Lyon Plan

Plus en détail

Activité physique adaptée et cancer (du sein)

Activité physique adaptée et cancer (du sein) Activité physique adaptée et cancer (du sein) D A N I E L S E R I N, J O E L L E D U R E T E T P H I L I P P E D E B O U R D E A U I N S T I T U T S A I N T E C A T H E R I N E A V I G N O N P A R I S

Plus en détail

FORMATION «SPORT APRES CANCER»

FORMATION «SPORT APRES CANCER» FORMATION «SPORT APRES CANCER» Prendre en charge des personnes ayant eu un cancer dans le cadre de cours collectifs encadrés et destinés à tous les publics QUI SOMMES- NOUS? La Fédération Nationale CAMI

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

Valeur pronostique des variations pondérales des femmes traitées pour un cancer du sein à un stade précoce

Valeur pronostique des variations pondérales des femmes traitées pour un cancer du sein à un stade précoce Valeur pronostique des variations pondérales des femmes traitées pour un cancer du sein à un stade précoce Sophie Therondel Roca Xavier Durando MD PhD Vendredi 24 septembre 2010 Introduction Cancer du

Plus en détail

Nutrition et problème de. Nicole Tremblay

Nutrition et problème de. Nicole Tremblay Nutrition et problème de poids: obésité Nicole Tremblay INTRODUCTION Problème de santé publique: la proportion de la population mondiale a augmenté de façon considérable Facteur de risque de plusieurs

Plus en détail

ACTIVITÉ PHYSIQUE ET CANCER DU SEIN. Présenté par Catherine Marier, Kinésiologue

ACTIVITÉ PHYSIQUE ET CANCER DU SEIN. Présenté par Catherine Marier, Kinésiologue ACTIVITÉ PHYSIQUE ET CANCER DU SEIN Présenté par Catherine Marier, Kinésiologue BIENFAITS DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE PRÉVENTION 30 minutes /jour d activité physique à intensité modérée 25 % risques de développer

Plus en détail

Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux?

Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux? Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux? Dr Jean-Philippe DURAND Président du CLAN du GHU Paris Centre Praticien Hospitalier Service

Plus en détail

EFFETS BENEFIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES OU SPORTIVES SUR LA SANTE

EFFETS BENEFIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES OU SPORTIVES SUR LA SANTE EFFETS BENEFIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES OU SPORTIVES SUR LA SANTE Docteur Francis LEPAGE DDCS activité physique population générale /10 France JF Toussaint PNAPS 2008 Europe l activité physique recule

Plus en détail

Fatigue. Dr Claude Boiron - DISSPO. Institut Curie C. Boiron Fatigue

Fatigue. Dr Claude Boiron - DISSPO. Institut Curie C. Boiron Fatigue Fatigue Dr Claude Boiron - DISSPO 1 1. Définition «La fatigue liée au cancer est un symptôme subjectif et désagréable, intégrant l ensemble des sensations corporelles, allant de la lassitude à l exténuation

Plus en détail

ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE ET SANTÉ

ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE ET SANTÉ - CONFÉRENCE ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE ET SANTÉ Assemblée Générale du Club Cœur & Santé Jeudi 1 er décembre 2016 Espace Copernic Dr Anne-Charlotte DUPONT Médecin du Sport Avec la collaboration de Mr Nicolas

Plus en détail

Marche nordique. La Marche Nordique est un sport complet, facile, sans danger et accessible à une majorité de personnes.

Marche nordique. La Marche Nordique est un sport complet, facile, sans danger et accessible à une majorité de personnes. Marche nordique La Marche Nordique est un sport complet, facile, sans danger et accessible à une majorité de personnes. Il vous permet de : - Bouger et améliorer votre condition physique (cardiorespiratoire+endurance)

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore

Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore Contexte: un parcours complexe identifié Cancer du pancréas : un parcours complexe défini comme une priorité du plan cancer 3 2014-2019

Plus en détail

HÉPATITE C, L APRÈS-GUÉRISON

HÉPATITE C, L APRÈS-GUÉRISON HÉPATITE C, L APRÈS-GUÉRISON XXIII èmes journée d actualisation sur l infection VIH/Sida et les IST Valérie Canva, Centre Expert Hépatites CHRU Lille & Réseau Hépatites Nord - Pas de Calais Les enjeux

Plus en détail

CHUV/UNC/PCB/lds/Dysphagie et dénutrition 1

CHUV/UNC/PCB/lds/Dysphagie et dénutrition 1 Fragilité nutritionnelle et troubles de la déglutition AVDEMS - Septembre 2012 P. Coti Bertrand Nutrition Clinique - EDM 1 Symptômes liés à la dysphagie Impact de la dysphagie sur l état nutritionnel Fausses

Plus en détail

Activité physique et cancer. Pr N Tubiana Mathieu MARS 2016

Activité physique et cancer. Pr N Tubiana Mathieu MARS 2016 Activité physique et cancer Pr N Tubiana Mathieu MARS 2016 Activité physique? activité corporelle musculaire avec dépense d énergie supérieure à la dépense énergie d un sujet au repos ACTIVITE PHYSIQUE?

Plus en détail

L obésité: Le point de vue de l interniste. Dr Dehout Florence Endocrinologue CHR Haute Senne Soignies

L obésité: Le point de vue de l interniste. Dr Dehout Florence Endocrinologue CHR Haute Senne Soignies L obésité: Le point de vue de l interniste Dr Dehout Florence Endocrinologue CHR Haute Senne Soignies Table des matières Prévalence obésité et diabète Définitions syndrome métabolique et obésité Causes

Plus en détail

De l activité physique!!! Pourquoi? Laquelle? Comment?

De l activité physique!!! Pourquoi? Laquelle? Comment? Vendredi 5 octobre 2012 Présentation Congrès Toulouse Congrès National des Réseaux de Cancérologie Que faut il faire après/pendant un cancer? De l activité physique!!! Pourquoi? Laquelle? Comment? Pourquoi?

Plus en détail

Programme d Accompagnement & de réhabilitation post-thérapeutique pour les. femmes en rémission complète de leur Cancer du sein en stations Thermales

Programme d Accompagnement & de réhabilitation post-thérapeutique pour les. femmes en rémission complète de leur Cancer du sein en stations Thermales Programme d Accompagnement & de réhabilitation post-thérapeutique pour les femmes en rémission complète de leur Cancer du sein en stations Thermales PACThe accord CNIL n 909418, accord CPP n AU 779 Centre

Plus en détail

Activité Physique Adaptée et Cancer du Pancréas. Journée Française de Cancérologie Digestive, 14 Janvier 2014 Cindy Neuzillet & Pascal Hammel

Activité Physique Adaptée et Cancer du Pancréas. Journée Française de Cancérologie Digestive, 14 Janvier 2014 Cindy Neuzillet & Pascal Hammel Activité Physique Adaptée et Cancer du Pancréas Journée Française de Cancérologie Digestive, 14 Janvier 2014 Cindy Neuzillet & Pascal Hammel AVANT le diagnostic de cancer APRES le diagnostic de cancer

Plus en détail

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Contexte Vieillissement de la population Concerné par le cancer Progrès de l anesthésie et de la chirurgie Attitude

Plus en détail

Fatigue et Cancer. Cas clinique interactif A B C D

Fatigue et Cancer. Cas clinique interactif A B C D Fatigue et Cancer Cas clinique interactif A B C D www.canceraquitaine.org A B C D Cas clinique Une patiente de 58 ans en cours de traitement (chimiothérapie) se dit fatiguée à l effort et va voir son

Plus en détail

Prévention nutritionnelle des cancers

Prévention nutritionnelle des cancers Prévention nutritionnelle des cancers Raphaëlle ANCELLIN, INCa Journée Acsé INCa du 23 mai 2011 Zone de date 1 Facteurs de risque multiples Cancer = maladie multifactorielle - Génétique - Mode de vie :

Plus en détail

Partie 8, Activités physiques santé mentale

Partie 8, Activités physiques santé mentale Partie 8, Activités physiques santé mentale La santé mentale : «Il s'agit d'un état de bien-être dans lequel la personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail

Plus en détail

Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité. Les bénéfices attendus. limoges.fr

Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité. Les bénéfices attendus. limoges.fr Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité Les bénéfices attendus CSO@chu limoges.fr Objectifs généraux Amélioration de la qualité de vie Réduction ou maintien de la perte pondérale

Plus en détail

Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité. Les bénéfices attendus.

Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité. Les bénéfices attendus. Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité Les bénéfices attendus CSO@chu-limoges.fr Objectifs généraux Amélioration de la qualité de vie Réduction ou maintien de la perte pondérale

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

Sport, cancer du sein, fatigue, qualité de vie. Caroline Cuvier Centre des maladies du Sein Cancers au Féminin février 2013

Sport, cancer du sein, fatigue, qualité de vie. Caroline Cuvier Centre des maladies du Sein Cancers au Féminin février 2013 Sport, cancer du sein, fatigue, qualité de vie Caroline Cuvier Centre des maladies du Sein Cancers au Féminin février 2013 Cancer du sein = 1 femme sur 8/9 en France Dépistage Efficacité des traitements

Plus en détail

Activité Physique & Cancers : bénéfices, recommandations et exemple de la CAMI

Activité Physique & Cancers : bénéfices, recommandations et exemple de la CAMI Vendredi 28 octobre 2016 Activité Physique & Cancers : bénéfices, recommandations et exemple de la CAMI 1 er FORUM REGIONAL FAMILLE & SANTE Quels bénéfices de l activité physique avant, pendant et après

Plus en détail

L activité physique, découvrez le meilleur des médicaments!

L activité physique, découvrez le meilleur des médicaments! L activité physique, découvrez le meilleur des médicaments! Josiane Laramée B.Sc. Kinésiologue (819) 623-1228 #6479 CSSS ANTOINE-LABELLE SMASH Automne 2013 L activité physique Vos attentes 3*3*3 Définition

Plus en détail

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Principaux résultats Enquête VICAN2 Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Contexte de l enquête Augmentation de l incidence du cancer et diminution de la mortalité croissance

Plus en détail

Densité osseuse basse, sans fracture Traiter ou ne pas traiter? Erick Legrand CHU et Université, Angers

Densité osseuse basse, sans fracture Traiter ou ne pas traiter? Erick Legrand CHU et Université, Angers Densité osseuse basse, sans fracture Traiter ou ne pas traiter? Erick Legrand CHU et Université, Angers Les moyens disponibles pour repérer les patients à haut risque de fracture Les facteurs de risque

Plus en détail

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers Bisphosphonates et cancers Erick Legrand CHU et Université, Angers Les traitements de l ostéoporose Activité physique régulière 3 heures par semaine Correction des carences alimentaires en calcium Eviction

Plus en détail

Infection VIH Actualités : du dépistage à la prise en charge des comorbidités.

Infection VIH Actualités : du dépistage à la prise en charge des comorbidités. Infection VIH Actualités : du dépistage à la prise en charge des comorbidités. Magali Vidal Christine Jacomet Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Clermont-Ferrand 24 Octobre 2013 Estimation

Plus en détail

«Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité»

«Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité» «Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité» Union Régionale des Médecins Libéraux (URML) Pôle technologique La Pardieu 24 Allée Evariste Gallois 63170 Aubière

Plus en détail

Comment amener le sujet âgé à la chirurgie hépatique?

Comment amener le sujet âgé à la chirurgie hépatique? Comment amener le sujet âgé à la chirurgie hépatique? Dr Louis Marie DOURTHE Clinique St Anne Pôle de Cancérologie privé Strasbourgeois MAO 19 MARS 2015 Un peu d épidémio.. 1. Vieillissement de la population

Plus en détail

Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique

Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique Laurence Kessler Service d endocrinologie, diabète et maladies métaboliques Hôpitaux universitaires Strasbourg Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG

Plus en détail

ITEM 247. Modifications thérapeutiques du mode de vie (alimentation et activité physique) chez l adulte et l enfant.

ITEM 247. Modifications thérapeutiques du mode de vie (alimentation et activité physique) chez l adulte et l enfant. ITEM 247 Modifications thérapeutiques du mode de vie (alimentation et activité physique) chez l adulte et l enfant. Clarisse Belvisi (Internes DES) Dr Marion Prats (CCU-AH) Dr Claire Jourdan, Pr Isabelle

Plus en détail

L Activité physique, un puissant médicament?

L Activité physique, un puissant médicament? L Activité physique, un puissant médicament? «No Sports, just whisky and cigars» A 80 ans, 10 ans avant sa mort, Winston Churchill avait été interrogé par un journaliste anglais sur les secrets de sa longévité.

Plus en détail

HORMONOTHÉRAPIE ET CANCER DU SEIN. Dr Didier Jallut, médecin FMH en oncologie médicale / 6 mars

HORMONOTHÉRAPIE ET CANCER DU SEIN. Dr Didier Jallut, médecin FMH en oncologie médicale / 6 mars HORMONOTHÉRAPIE ET CANCER DU SEIN MIDI DE PEPINET LVC JEUDI 6 MARS 2014 Dr Didier Jallut, médecin FMH en oncologie médicale / 6 mars 2014 1 o Hormonothérapie du cancer du sein o Historique o Comment lutter

Plus en détail

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie Conséquences métaboliques de l hormonothérapie Dr Beuzeboc Institut Curie Cancer de prostate. Effets secondaires de la déprivation androgénique (ADT) Ostéoporose Modification corporelle Conséquences de

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

Os et cancer du sein : Une relation complexe?

Os et cancer du sein : Une relation complexe? Os et cancer du sein : Une relation complexe? Florence TREMOLLIERES Centre de Ménopause et Maladies Osseuses Métaboliques Hôpital Paule de Viguier Toulouse A 50 ans Risque cumulé de cancer du sein : 9%

Plus en détail

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale Définitions OMS 1996 Ménopause : arrêt définitif des menstruations Aménorrhée persistante 12 mois faisant suite

Plus en détail

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le diagnostic

Plus en détail

Activité physique, diabète et santé du cœur

Activité physique, diabète et santé du cœur Activité physique, diabète et santé du cœur Philippe Briand, B. Sc. Kinésiologue Plateforme de recherche en obésité, métabolisme et diabète (PROMD) de l IRCM Risques liés à l inactivité Mort prématurée

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mars 2008 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé (369 232-3) TARCEVA 100mg, comprimé pelliculé (369 234-6) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé (369 235-2) B/ 30 Laboratoire

Plus en détail

LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN. Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec

LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN. Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec Aucun conflit d intérêt déclaré. BUTS Informer sur les

Plus en détail

De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers

De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers Sandrine FAIVRE/Stéphane CULINE Service d Oncologie Médicale Hôpitaux Bichat-Beaujon, Saint-Louis Université Paris 7 1 Epidémiologie

Plus en détail

Cyclotourisme et santé

Cyclotourisme et santé Cyclotourisme et santé Cyclotourisme et santé Pratiquer le cyclotourisme En dehors de tout esprit de compétition est bénéfique pour la santé Les études de l INSERM confirment ce qui était seulement pressenti

Plus en détail

Lien entre stéréotypes et activité physique chez les plus de 65 ans : Implications en médecine générale

Lien entre stéréotypes et activité physique chez les plus de 65 ans : Implications en médecine générale Lien entre stéréotypes et activité physique chez les plus de 65 ans : Implications en médecine générale Rencontres universitaires en soins primaires 10 Décembre 2016 Présenté par PARROUR Vanessa (BARTHELEMY

Plus en détail

3C Narbonne-Lézignan. Assemblée Générale du 26 mars 2013

3C Narbonne-Lézignan. Assemblée Générale du 26 mars 2013 3C Narbonne-Lézignan Assemblée Générale du 26 mars 2013 1 Sommaire Généralités : Epidémiologie: Cancers colo-rectaux ; Cancer de la prostate. Le Bilan activité 3C : La RCP Différenciation des localisations

Plus en détail

DIABÈTE ET CANCER. Docteur T. CREA

DIABÈTE ET CANCER. Docteur T. CREA DIABÈTE ET CANCER Docteur T. CREA Le diabète : maladie chronique qui se complique Complications micro- et macro vasculaires Une des complications moins connues : survenue de cancers : la fréquence est

Plus en détail

ANNEXES. Cadre référentiel ETP PAERPA. Polypathologie / polymédication «OMAGE»

ANNEXES. Cadre référentiel ETP PAERPA. Polypathologie / polymédication «OMAGE» ANNEXES Cadre référentiel ETP PAERPA Polypathologie / polymédication «OMAGE» La conception technique et les illustrations du jeu de cartes et des planches («savoir réagir») ont été réalisées en collaboration

Plus en détail

Dr Vande Weyer M. Pédiatre ULB. 15 mars 2014

Dr Vande Weyer M. Pédiatre ULB. 15 mars 2014 Dr Vande Weyer M. Pédiatre ULB 15 mars 2014 Définition Accumulation excessive de graisse qui peut nuire à la santé IMC Différentes courbes: Prévalence Supérieure en France dans les populations

Plus en détail

Je pratique une activité physique pendant et après un cancer

Je pratique une activité physique pendant et après un cancer Je pratique une activité physique pendant et après un cancer Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Contrairement

Plus en détail

Essais cliniques : Cancer de la prostate

Essais cliniques : Cancer de la prostate Essais cliniques : Cancer de la prostate Sommaire des protocoles Page Adénocarcinome de la prostate - GETUG - 17 Étude randomisée multicentrique comparant une radiothérapie adjuvante immédiate associée

Plus en détail

Certains facteurs comportementaux et environnementaux engagent la responsabilité de l individu

Certains facteurs comportementaux et environnementaux engagent la responsabilité de l individu Certains facteurs comportementaux et environnementaux engagent la responsabilité de l individu 3. Les études épidémiologiques Mise en évidence des facteurs de risque vis à vis de certaines maladies dégénératives

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Pourquoi surveiller un cancer colo-rectal opéré? Récidive de polypes Risque de rechute anastomotique : 2 à 4 % Risque de Cancer

Plus en détail

Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée. Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice

Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée. Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice Déclaration d intérêts Abbott Nutrition, Baxter, B. Braun, Covidien, Fresenius- Kabi, Nestlé

Plus en détail

Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE

Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE Docteur Michel GUINOT Pôle Thorax & Vaisseaux Clinique Physiologie-Sommeil-Exercice UM Sports & Pathologies CHU de Grenoble Laboratoire HP2 Inserm

Plus en détail

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 S. Hellman, J. Clin. Oncol., 1995 Les concepts successifs des métastases sein gg

Plus en détail

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Christine Bouchardy et Gérald G Fioretta Les registres des tumeurs en Europe 150 registres Directives d enregistrement, d de codification

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle des patients atteints de cancer

Prise en charge nutritionnelle des patients atteints de cancer DES hépato-gastro-entérologie IdF 2012 Prise en charge nutritionnelle des patients atteints de cancer Bruno Raynard CLAN et UTDN «La dénutrition n est pas diagnostiquée en oncologie digestive» 14 jours,

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE ET/OU SPORTIVE, «outils» de santé publique

L ACTIVITE PHYSIQUE ET/OU SPORTIVE, «outils» de santé publique L ACTIVITE PHYSIQUE ET/OU SPORTIVE, «outils» de santé publique Docteur Jacques Roussel médecin conseiller de la DRJSCS CENTRE BLOIS 14 avril 2015 atelier "activité 1 La santé Etat complet de bien être

Plus en détail

TABAC, MÉDICAMENTS VIE DES PATIENTS

TABAC, MÉDICAMENTS VIE DES PATIENTS TABAC, MÉDICAMENTS PSYCHOTROPES ET QUALITÉ DE VIE DES PATIENTS PSYCHIATRIQUES 06/11/2015 Dr Alice Deschenau Pôle Addiction, GH Paul Guiraud alice.deschenau@gh-paulguiraud.fr 1 Le tabagisme des personnes

Plus en détail