DROIT COMMUNAUTAIRE DES DROITS FONDAMENTAUX Chronique de la jurisprudence de la Cour de justice des Communautés européennes 2003

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DROIT COMMUNAUTAIRE DES DROITS FONDAMENTAUX Chronique de la jurisprudence de la Cour de justice des Communautés européennes 2003"

Transcription

1 DROIT COMMUNAUTAIRE DES DROITS FONDAMENTAUX Chronique de la jurisprudence de la Cour de justice des Communautés européennes 2003 par L Institut de droit européen des droits de l homme (IDEDH, Université Montpellier I) sous la direction de Caroline PICHERAL et Hélène SURREL, en collaboration avec Frédérice Sudre, Samuel Priso-Essawe, Christophe Maubernard (*) C est surtout dans les domaines du droit à une protection juridictionnelle effective et des implications procédurales du droit au respect du domicile et de la vie privée que le bilan jurisprudentiel de l année 2002 est marquant. Mais autant l arrêt Roquette constitue un heureux ajustement dans les rapports avec la Convention européenne des droits de l homme, autant l arrêt UPA représente une relative déception au regard de la notion de Communauté de droit. I. Les rapports avec la Convention européenne des droits de l homme A propos de l article 8, 2 de la Convention européenne des droits de l homme relatif à l inviolabilité du domicile, la Cour de justice des Communautés européennes avait jusqu à présent jugé qu il ne pouvait s appliquer mutatis mutandis aux locaux professionnels des personnes morales (26 mars 1987 Hoescht, aff. 46/87, Rec. 1549). A la suite d un arrêt de la Cour européenne des droits de l homme, elle vient d assouplir cette jurisprudence constante. Dans une affaire Sté Colas Est et autres c. France du 16 avril 2002 la Cour européenne a jugé en effet que les personnes morales ont le (*) Caroline Picheral, Maître de Conférences à l Université de Montpellier I, Hélène Surrel, Maître de conférences à l IEP de Lyon; Frédéric Sudre, Professeur à l Université de Montpellier I, Directeur de l IDEDH, Chaire Jean Monnet; Samuel Priso, Maître de conférences à l Université de La Réunion; Christophe Maubernard, Docteur Université de Montpellier I.

2 872 Rev. trim. dr. h. (55/2003) droit de voir leur «domicile» respecté ( 41). En l espèce il s agissait d une inspection par une unité de la DGCCRF (France), sur le fondement d une ordonnance du 30 juin 1945 (modifiée depuis lors) qui prévoyait en particulier la possibilité de saisir des documents sans autorisation préalable de l autorité judiciaire. La Cour a estimé que cette absence d autorisation constituait une ingérence dans le droit des sociétés au respect de leur domicile. La Cour de justice des Communautés européennes, dans un arrêt du 22 octobre 2002 Roquette Frères SA (C-94/00), était saisie de questions préjudicielles portant en substance sur l étendue du contrôle susceptible d être exercé par la juridiction d un Etat membre lorsque celle-ci est appelée à donner suite à une demande d assistance formulée par la Commission sur le fondement de l article 14, 6 du règlement n o 17/62. La Cour rappelle tout d abord sa jurisprudence Hoescht (préc.) selon laquelle «l exigence d une protection contre des interventions de la puissance publique dans la sphère d activité privée d une personne, qu elle soit physique ou morale, qui seraient arbitraires ou disproportionnées constitue un principe général du droit communautaire» (pt 27). La Cour de justice des communautés européennes, néanmoins, avait toujours refusé aux personnes morales le droit d invoquer l article 8 de la Convention européenne pour s opposer à certaines modalités d enquête (voy. cette Revue, n o 43, 2000, p. 515), contredisant par là les solutions retenues plus récemment par la Cour européenne des droits de l homme. Elle estime désormais que : «Lors de la détermination de la portée [du principe général de protection de la sphère privée], en ce qui concerne la protection des locaux commerciaux des sociétés, il convient de tenir compte de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme postérieure à l arrêt Hoechst, jurisprudence dont il ressort, d une part, que la protection du domicile dont il est question à l article 8 de la Convention peut être étendue, dans certaines circonstances, auxdits locaux (voy., notamment, Cour eur. dr. h., arrêt Colas Est e.a.) et, d autre part, que le droit d ingérence autorisé par l article 8, paragraphe 2, de la Convention pourrait fort bien aller plus loin pour des locaux ou activités professionnels ou commerciaux que dans d autres cas (arrêt Niemietz c. Allemagne, 31)» (pt 29). On ne peut toutefois assimiler cette solution à un revirement total de sa jurisprudence Hoescht. Si le juge communautaire affirme comme la Cour des droits de l homme que la protection conférée par l article 8 peut être étendue, sous certaines conditions, aux locaux commerciaux des sociétés, il ne rappelle pas moins que le droit d ingérence de la puissance publique (ici, la Commission) peut s exercer

3 Institut de droit européen des droits de l homme 873 plus largement au détriment des locaux professionnels et commerciaux. On remarquera en outre que l affirmation de la Cour selon laquelle il faut tenir compte de la jurisprudence européenne se situe, formellement, dans une partie introductive de l arrêt intitulée «Sur l incidence des principes généraux du droit» et non dans celle relative aux questions préjudicielles posées par la juridiction de renvoi. La Cour trouve néanmoins une forme d équilibre moins précaire que précédemment, entre les exigences fondamentales de la politique commune de la concurrence et le respect des principes généraux. Ainsi, dans un arrêt du 15 octobre 2002 à propos d un moyen tiré de la violation du «principe général du droit communautaire garantissant une protection contre les interventions de la puissance publique dans la sphère d activités privées de toute personne, qu elle soit physique ou morale», la Cour a rappelé que cette ingérence doit faire suite à des «mesures de coercition» selon l interprétation retenue par la Cour de Strasbourg sur le fondement de l article 8 de la Convention européenne des droits de l homme, alors qu en l espèce les entreprises requérantes avaient coopéré librement avec la Commission au cours de la procédure (Limburgse Vinyl Maatschappij NV (LVM) e.a., aff. jtes C-238, 244, 245, 247, 250 à 252 et 254/99, P, sp. pts 249 à 259; voy. aussi infra le droit à une procédure administrative équitable). Christophe MAUBERNARD II. Les droits substantiels Cette année, l apport de la jurisprudence se concentre pour l essentiel sur le droit au respect de la vie privée et familiale. Le droit de propriété et le libre exercice des activités professionnelles n ont pas donné lieu à de nouveaux développements ; aucune décision d importance n a été rendue en ce qui concerne la liberté d expression et s agissant du droit d accès à l information, on se bornera d une part à relever la condamnation de la Commission aux dépens pour défaut de diligence dans la communication de documents sollicités sur le fondement de la décision 94/90 (T.P.I., 25 juin 2002, British American Tobacco, aff. T-311/00), d autre part à signaler une nouvelle application des principes encadrant les restrictions et exceptions au droit d accès cette fois fondées sur les relations

4 874 Rev. trim. dr. h. (55/2003) internationales avec des pays tiers (T.P.I., 7 février 2002, Kuijer c. Conseil, aff. T-211/00, Rec. II-). Le droit au respect de la vie privée et familiale Le droit fondamental au respect de la vie privée et familiale et à l inviolabilité du domicile (art. 8, 1 et 2 de la Convention européenne des droits de l homme) a vu sa portée précisée, en particulier à l égard des ressortissants de pays tiers et des personnes morales. Dans l affaire M. Carpenter du 11 juillet 2002 (aff. C-60/00) la requérante de nationalité philippine, mariée à un ressortissant communautaire, faisait l objet d une mesure d éloignement du territoire britannique. Elle invoquait à titre principal le droit au respect de sa vie familiale sur le fondement de l article 8 de la Convention. La Cour de justice des Communautés européennes constate en premier lieu que le mari de la requérante a fait usage de sa liberté d établissement dans le cadre de son activité professionnelle et qu il a été aidé à ce titre par M me Carpenter. En second lieu, la Cour applique de manière orthodoxe les principes dégagés par la Cour de Strasbourg sur le fondement de l article 8. Après avoir constaté que la mesure d expulsion constitue une «ingérence» dans l exercice par M. Carpenter de son droit au respect de sa vie familiale, elle en conclut que ladite mesure est «disproportionnée». Cette mesure, en effet, «ne respecte pas un juste équilibre entre les intérêts en présence, à savoir, d une part, le droit de M. Carpenter au respect de sa vie familiale et, d autre part, la défense de l ordre public et de la sécurité publique» (pt 43). C est donc la situation personnelle du mari de la requérante, citoyen de l Union européenne, qui forme la pierre angulaire du raisonnement judiciaire. Si cette conception vise sans conteste à étendre le champ de l article 8 de la Convention, encore faudrait-il savoir si une solution identique est envisageable à l égard des autres membres de la famille ou si elle ne bénéficie qu au conjoint du citoyen européen? Dans une affaire MRAX c. Belgique du 25 juillet 2002 (aff. C-459/ 99), la Cour était saisie d une série de questions préjudicielles à la suite de l adoption par le gouvernement belge de circulaires relatives au mariage ainsi qu aux conditions d obtention d un visa ou du droit au regroupement familial des conjoints étrangers d un citoyen de l Union européenne ayant fait usage de l une des libertés conférées par le traité CE. Par analogie avec sa jurisprudence Royer (8 avril 1976, aff. 48/75, Rec. 497), la Cour dit pour droit que l omission des formalités relatives à l accès, au déplacement et au séjour

5 Institut de droit européen des droits de l homme 875 des ressortissants de pays tiers sur le territoire des Etats membres ne peut constituer, par elle-même, une menace à l ordre ou la sécurité publics (pt 79). La Cour estime, en effet, qu une décision de refus de titre de séjour ou une mesure d éloignement fondées exclusivement sur le non-respect de ces formalités «porteraient atteinte à la substance même du droit de séjour directement conféré par le droit communautaire et seraient manifestement disproportionnées à la gravité de l infraction» (pt 78). Favorisant une interprétation «dynamique» des dispositions du droit communautaire dérivé et de sa jurisprudence, la Cour de justice des Communautés européennes assure une protection effective du droit au respect de la vie privée et familiale des étrangers. Quid, comme dans l affaire Carpenter, des autres membres de la famille de ce ressortissant et des étrangers non membres de la famille d un citoyen de l Union européenne? On assiste incontestablement à l émergence progressive d un statut juridique communautaire accordé aux ressortissants de pays tiers. Comme la Cour l avait progressivement affirmé à propos des ressortissants communautaires (20 février 2001 M. Kaur, aff. C-192/99, Rec. I-1237), les ressortissants de pays tiers disposent sur le territoire de la Communauté européenne de droits propres, le premier d entre eux étant le droit au respect de leur vie privée et familiale. En outre, la portée de ce droit fondamental est conditionnée par les liens qui unissent ou non le ressortissant d un pays tiers avec un citoyen de l Union européenne. En 2002, la Cour de justice des Communautés européennes a précisé la portée juridique de la notion de «citoyenneté européenne». Dans une affaire D Hoop (11 juillet 2002, C-224/98) elle a tout d abord réaffirmé que le «statut de citoyen de l Union a vocation à être le statut fondamental des ressortissants des Etats membres permettant à ceux parmi ces derniers qui se trouvent dans la même situation d obtenir dans le domaine d application ratione materiae du traité, indépendamment de leur nationalité et sans préjudice des exceptions expressément prévues à cet égard, le même traitement juridique» (pt 28). La Cour de justice des Communautés européennes a surtout reconnu l effet direct de l article 18, 1 CE (ancien art. 8 A relatif à la citoyenneté européenne) dans une affaire Famille Baumbast (17 septembre 2002, aff. C-413/99). La Cour a ainsi affirmé dans cette dernière affaire que «S agissant, en particulier, du droit de séjourner sur le territoire des Etats membres prévu à l article 18, paragraphe 1, CE, il convient de constater que celui-ci est reconnu directement à tout citoyen de l Union par une disposition claire et précise du traité CE. En sa seule qualité de ressortissant d un Etat membre, et

6 876 Rev. trim. dr. h. (55/2003) partant de citoyen de l Union, M. Baumbast a donc le droit de se prévaloir de l article 18, paragraphe 1, CE» (pt 84), «sous réserve des limitations et conditions prévues par le traité CE ainsi que par les dispositions prises pour son application» (pt 85). Cette jurisprudence doit donc être lue en combinaison avec le renforcement du droit au respect de la vie privée et familiale des ressortissants de pays tiers qui ont des liens avec un citoyen de l Union. Néanmoins, la citoyenneté, telle que la définit la Cour, n implique-t-elle pas une garantie similaire au bénéfice des conjoints étrangers de ressortissants communautaires qui n ont pas exercé leur droit à la liberté de circulation et/ou d établissement? En d autres termes, cette «citoyenneté» constitue-t-elle en soi un lien de rattachement suffisant avec le droit communautaire? Christophe MAUBERNARD III. Les droits de nature procédurale A. Le droit à une protection juridictionnelle effective devant les juridictions internes Les décisions de la Cour et du Tribunal en la matière peuvent être ordonnées autour de trois axes. 1. Le renforcement de la responsabilité des juges nationaux dans la garantie du droit à une protection juridictionnelle effective au sein de l ordre communautaire On sait que dans une «Communauté de droit», l accès limité des particuliers au prétoire communautaire (en vue d obtenir l annulation d un acte communautaire de portée générale) est censé être compensé par la possibilité d un renvoi préjudiciel en appréciation de validité. Et l on a vu que dans cette logique, l existence et l effectivité des voies de recours nationales sont en quelque sorte présumées. Dans l arrêt Union de Pequenos Agricultores (25 juillet 2002, aff. C-50/00 P), la Cour n en adresse pas moins une véritable «injonction» aux Etats, auxquels il incombe «de prévoir un système de voies de recours et de procédures permettant d assurer le respect du droit à une protection juridictionnelle effective» (pt 41). Une telle obligation contredit certes l idée que le traité n avait pas entendu «créer

7 Institut de droit européen des droits de l homme 877 devant les juridictions nationales, en vue du maintien du droit communautaire, de voies de droit autres que celles établies par le droit national» (Cour just. Ctés eur., 7 juillet 1981, Rewe-Handelsgesellschaft Nord, aff. C-158/80, Rec. 1805, pt 4). Mais elle semble plus appropriée à une réalité contentieuse qui a souvent montré l inadaptation des voies de recours internes, en particulier lorsqu est en cause un acte communautaire général ne nécessitant aucune mesure nationale d exécution. Au demeurant, la Cour rappelle également aux juridictions nationales leur devoir de coopération loyale, en précisant qu elles «sont tenues, dans toute la mesure du possible, d interpréter et d appliquer les règles internes de procédure gouvernant l exercice des recours d une manière qui permet aux personnes physiques ou morales de contester en justice la légalité de toute décision ou de toute autre mesure nationale relative à l application à leur égard d un acte communautaire de portée générale en excipant de l invalidité de ce dernier» (pt 42). D un côté, il semble donc que le juge national doive faire en sorte que les conditions de recevabilité en droit interne n aggravent pas le «déficit juridictionnel» résultant des conditions de recevabilité du recours en annulation. D un autre côté, toutefois, cette obligation ne saurait être absolue; à l impossible, nul (pas même les juridictions des Etats membres) n est tenu : si les contraintes procédurales internes sont telles que le juge estime être dans l incapacité d accueillir le recours, le droit à une protection juridictionnelle effective «sera purement et simplement sacrifié» (F. Berrod, F. Mariatte, «Le pourvoi dans l affaire UPA : le retour de la procession d Etternach», Europe, octobre 2002, Chron., p. 7). On observera qu en revanche, la Cour n a guère fait de concession à l autonomie nationale, dans son ordonnance du 30 janvier 2002, La Conqueste (aff. C-151/01 P). En l occurrence, la requérante faisait valoir que l interprétation du Tribunal de première instance (selon laquelle une personne physique ou morale ne pourrait directement s opposer devant la Commission à l enregistrement d une dénomination, au cas où l Etat aurait refusé de transmettre sa déclaration d opposition à l institution communautaire) méconnaissait son droit à un recours effectif (le recours en annulation contre le règlement enregistrant la dénomination contestée ayant été jugé irrecevable). Or, la Cour, après avoir souligné qu «en conformité avec ce principe général de droit communautaire [du droit à un recours juridictionnel effectif]», il appartient aux juges nationaux de statuer sur la légalité d une demande d enregistrement introduite par l autorité d un Etat membre auprès de la Commission, en déduit qu il leur incombe «par conséquent de considérer comme recevables les recours introduits à cette fin, même si les règles de procédure interne ne le prévoient pas

8 878 Rev. trim. dr. h. (55/2003) en pareil cas» (pt 47 nous soulignons)... Considérant peut-être avoir ainsi garanti l effectivité de la protection par les juridictions nationales (et la requérante ayant surtout bénéficié en l espèce d un droit de recours devant le Conseil d Etat), la Cour se dispense de répondre à l argument selon lequel le droit à un recours juridictionnel effectif imposerait de revoir les conditions de recevabilité du recours en annulation. En définitive, le rapprochement de ces deux décisions montre que la complétude des voies de droit communautaires repose pour beaucoup sur les Etats, quitte à adapter leurs règles de procédure interne. 2. L encadrement de l autonomie procédurale des Etats s agissant des délais de forclusion Le contrôle juridictionnel constitue un moyen de garantir aux justiciables les droits que leur confère le droit communautaire. C est dans cette perspective (mais dans des contextes fort différents) que la Cour de justice a étroitement encadré la faculté des Etats de modifier, voire même d imposer, des délais de forclusion. S agissant tout d abord des conditions dans lesquelles peuvent être exercées des actions en répétition de l indû devant le juge national, on retiendra de l arrêt Grundig Italiana (CJCE, 24 septembre 2002, aff. C-255/00) que l application rétroactive d un délai de forclusion plus court, et éventuellement plus restrictif pour le demandeur, que celui qui était précédemment applicable est subordonnée à la double condition que le nouveau délai présente un caractère raisonnable et qu une période de transition soit aménagée afin d assurer au contribuable un délai suffisant après la date d entrée en vigueur de la nouvelle législation, pour introduire les demandes de remboursement des sommes versées avant cette date (dans le même sens, voy. CJCE, 11 juillet 2002, Marks et Spencer, aff. C-62/00, pt 38). Dans les circonstances de l espèce (substitution d un délai de forclusion de trois ans à un délai de prescription de cinq ans), la Cour considère que ladite période ne saurait être inférieure à six mois sans rendre excessivement difficile l exercice du droit à remboursement. S agissant ensuite des procédures portant sur l exécution de clauses éventuellement abusives au sens de la directive 93/13 du 5 avril 1993, l arrêt Cofidis (CJCE, 21 novembre 2002, aff. C-473/00) s oppose radicalement à l existence d un quelconque délai de forclusion qui interdirait au juge national de relever d office, ou à la suite

9 Institut de droit européen des droits de l homme 879 d une exception soulevée par un consommateur, le caractère abusif d une clause. Reprenant l acquis de la jurisprudence antérieure (CJCE, 27 juin 2000, Oceano Gruppo Editorial, aff. C-240/98, Rec. I- 4941, pt 28) tout en le développant, la Cour souligne en effet que la fixation d une limite temporelle est de nature à rendre excessivement difficile l application de la protection voulue par les articles 6 et 7 de la directive (pts 35 et 36). Dans les deux cas, l effectivité des droits conférés aux particuliers par le droit communautaire contribue donc à renforcer l effectivité du droit au juge. 3. Une interprétation extensive des garanties procédurales imposées par le droit communautaire A ce titre on doit au premier chef évoquer l arrêt MRAX du 25 juillet 2002 (aff. C-459/99) dans lequel «l exigence d un contrôle juridictionnel de toute décision d une autorité nationale» conduit la Cour à retenir une interprétation extensive de l article 9 de la directive 64/221, qui, rappelons-le, est destiné à obvier à l insuffisance des recours contentieux (pt 101). Il en résulte que tout conjoint étranger d un ressortissant communautaire est en droit de bénéficier des garanties procédurales minimales instaurées par cette disposition (à savoir soumettre à une autorité différente de l autorité décisionnaire une décision de refus de délivrance d un premier titre de séjour ou une décision d éloignement avant toute délivrance d un tel titre), y compris lorsqu il est entré irrégulièrement sur le territoire (soit qu il ne dispose pas d un document d identité ou d un visa, soit que son visa ait expiré). On peut en second lieu mentionner l arrêt HI (CJCE, 18 juin 2002, aff. C-92/00) concernant la directive 89/665 relative aux procédures de recours en matière de passation des marchés publics. Bien que la Cour de justice se fonde exclusivement sur le libellé, l économie ou l effet utile de la directive, sans référence aux principes généraux du droit, et bien que le souci de garantir le respect des directives «marchés publics» soit prédominant par rapport au droit de recours des candidats ou soumissionnaires lésés, ses réponses n en contribuent pas moins à renforcer l effectivité du contrôle juridictionnel exercé au plan national. D abord parce que la Cour en élargit le domaine, en précisant que le retrait d un appel d offre doit pouvoir faire l objet d une procédure de recours et éventuellement être annulé (alors même que les modalités d une telle décision ne sont pas spécifiquement régies par les directives

10 880 Rev. trim. dr. h. (55/2003) «marchés publics»). Ensuite parce que la Cour exclut que l intensité du contrôle juridictionnel puisse être limitée au seul examen du caractère arbitraire de la décision (pt 63). Caroline PICHERAL B. Le droit à une protection juridictionnelle effective devant le juge de Luxembourg L article 230 CE, dans ses dispositions relatives au recours des particuliers, apparaît de plus en plus comme une forteresse assiégée, dans laquelle le mot d ordre des juges de la Cour de justice des Communautés européennes est visiblement, «résister!». Il reste à savoir combien de temps la résistance tiendra face à l assaut du droit au juge... C est en effet la nécessité d assurer en toutes circonstances une protection juridictionnelle efficace des droits des particuliers dans le cadre d une véritable Communauté de droit, qui a poussé le Tribunal à trouver une interprétation différente de l article 230, al. 4 CE, que la Cour de justice ne retiendra malheureusement pas, proposant d autres réponses pour rendre effectif le droit au juge. L année 2002 a ainsi été l occasion d un «dialogue judiciaire inédit entre la Cour, son avocat général et le Tribunal» de première instance sur le terrain de la recevabilité des recours en annulation introduits par des particuliers (Voy. F. Mariatte, Europe, juillet 2002, Chron., p. 13). Le Tribunal a d abord fait une application classique de cette disposition (Rothley et autres c. Parlement européen, aff. T-17/00). Des députés européens ont demandé l annulation d une décision du Parlement européen, prise en matière de lutte contre la fraude, au motif qu elle porterait atteinte à leur statut en mettant notamment en péril leur immunité. Le Tribunal a déclaré le recours irrecevable, rappelant que des sujets de droit affectés par une mesure ne peuvent «être considérés comme individuellement concernés par cette mesure, dès lors que celle-ci s applique à eux en raison d une situation objective de droit ou de fait définie par l acte en cause» (arrêt Rothley, pt 65). En revanche, rien n empêche qu un acte mettant en œuvre la décision concernée à l égard d un député ne fasse l objet d un recours en annulation (pt 73). En d autres termes, à défaut de prévenir, l article 230, al. 4, CE permet de guérir...

11 Institut de droit européen des droits de l homme 881 Le Tribunal n en a pas moins procédé, dans un arrêt du 3 mai 2002, à une interprétation nouvelle de la même disposition, au nom cette fois du droit à une protection juridictionnelle effective (Jego- Quéré et Cie S.A. c. Commission, aff. T-177/01). La requérante, une société exploitant un navire de pêche au merlan dans les eaux irlandaises, demandait l annulation d un règlement communautaire imposant de nouvelles caractéristiques pour les filets de pêche. A l appui de son recours, la société Jego-Quéré estimait notamment que l irrecevabilité de sa demande exclurait pour elle toute possibilité de contrôle juridictionnel d une mesure qui l affectait. En réponse, le Tribunal a d abord établi l intérêt direct (contrairement à la démarche habituelle qui consiste à vérifier en premier lieu si le requérant est individuellement concerné); il a ensuite considéré qu il était impératif de revoir la définition du lien individuel nécessaire à la recevabilité du recours en annulation des particuliers, dès lors que l application de cette condition était de nature à empêcher l exercice de tout recours. Pour le Tribunal, lorsque les autres voies de droit ouvertes aux particuliers ne sont pas à même de permettre le contrôle d une mesure communautaire, il convient de revoir les critères d appréciation du lien individuel, qui sera établi dès lors que «la disposition en question affecte d une manière certaine et actuelle, sa situation juridique en restreignant ses droits ou en lui imposant des obligations» (pt 51). L on peut relever déjà que cette position du Tribunal est en profonde rupture avec celle des années précédentes : il a procédé à une certaine «relecture» de l article 230, al. 4 CE, alors qu il s était refusé à le faire quelques années plus tôt, au motif qu il ne pouvait modifier «par la voie juridictionnelle (le) système des voies de recours et des procédures établi par le traité» (Arrêt du 22 février 2000, A.C.A.V., aff. T-138/98. Voy. F. Zampini, cette chronique, Rev. trim. dr. h., 2001, p. 810). La solution est originale; le support l est aussi. En effet, c est sur le fondement d éléments classiques et nouveaux que le Tribunal bâtit sa position : les principes généraux de droit dont font partie les droits fondamentaux, les traditions constitutionnelles communes des Etats membres et la Convention européenne des droits de l homme sont complétés par la Charte des droits fondamentaux de l Union européenne (pts 41, 42 et 47). La Cour de justice n a pas adopté la même démarche. Appelée à se prononcer sur cette question, elle réaffirme d une part que le système de voies de recours institué par le traité CE est de nature à pallier les insuffisances de l article 230, al. 4 CE pour assurer un accès au juge. D autre part, tout en admettant que l article 230, al. 4 CE doit être interprété «à la lumière du principe d une protec-

12 882 Rev. trim. dr. h. (55/2003) tion juridictionnelle effective», elle juge que les conditions posées par cette disposition sont impératives, et que l interprétation juridictionnelle ne peut aboutir à «écarter la condition en cause, qui est expressément prévue par le traité» que seuls les Etats membres peuvent le cas échéant, modifier (25 juillet 2002, Union de Pequenos Agricultores, aff. C-50/00, pts 44 et 45). S opposant donc au Tribunal sur la solution, elle s oppose également sur les références puisqu elle évite toute mention de la Charte des droits fondamentaux de l Union; seuls les articles 6 et 13 de la Convention européenne des droits de l homme et les traditions constitutionnelles communes des Etats membres sont visés (pt 39). Par ailleurs, La Cour se refuse à ériger le juge communautaire en juge des procédures nationales qui constaterait, le cas échéant, que l inexistence ou l insuffisance de voies de droit au plan national porte atteinte au principe d une protection juridictionnelle effective (pt 43). Si ce rôle doit effectivement être refusé au juge communautaire ne serait-ce qu au titre de l autonomie des ordres juridiques national et communautaire, il reste qu on peut se demander, a contrario, si un tel constat, fait par le juge national, pourrait amener le juge communautaire à accepter la recevabilité d une requête en annulation au titre de l article 230, al. 4 CE... On peut penser que la réponse à cette question serait négative, ce d autant plus que la Cour de justice des Communautés tend plutôt à accroître les pouvoirs des juridictions nationales en interprétant de manière surprenante l article 234 CE. Répondant à des requérants qui contestaient la recevabilité d un renvoi préjudiciel fait par une juridiction britannique, la Cour a jugé qu il n était pas nécessaire que la directive faisant l objet du renvoi en appréciation de validité ait déjà fait l objet de mesures nationales d application (10 décembre 2002, British American Tobacco & Imperial Tobacco, aff. C-491/01) : «la possibilité pour les particuliers de faire valoir devant les juridictions nationales l invalidité d un acte communautaire de portée générale n est pas subordonnée à la condition que ledit acte ait effectivement déjà fait l objet de mesures d application adoptées en vertu du droit national» (pt 40), ce qui semble en contradiction avec la jurisprudence classique sur l invocabilité des directives... En élargissant ainsi les conditions de recevabilité du renvoi préjudiciel, la Cour de justice initie un «contentieux prospectif» dans les ordres juridiques nationaux, afin de permettre aux justiciables nationaux irrecevables au titre de l article 230, al. 4 CE de pouvoir contester des actes communautaires généraux. Et l on peut se demander s il ne vaut pas mieux que la jurisprudence fissure directement le dispositif d exclusion des particuliers du contentieux communautaire de la légalité plutôt que de s y attaquer

13 Institut de droit européen des droits de l homme 883 indirectement en infligeant à l article 234 CE un traitement qu elle se refuse à appliquer à la disposition précédente... Les exigences du procès équitable ont également été réaffirmées en 2002, même si la référence à l article 6 de la Convention européenne des droits de l homme continue à apparaître davantage comme un «appui». Refusant de qualifier la Chambre de recours de l Office de l harmonisation dans le Marché intérieur (OHMI) de «tribunal», le Tribunal de première instance s est pourtant attelé à démontrer que la procédure devant cet organe respecte les conditions requises pour un procès équitable... Selon lui, la chambre de recours s inscrit dans une continuité fonctionnelle à l intérieur de l OHMI qui en fait une instance administrative, devant laquelle on «ne peut valablement invoquer un droit à un procès équitable» (12 décembre 2002, Procter & Gamble, aff. T-63/01, pt 23). Cette analyse est en elle-même critiquable, puisqu elle continue à faire de la qualité de «tribunal» un critère d applicabilité du droit à un procès équitable. Mais elle manque également de cohérence, puisque, après avoir écarté l applicabilité des règles du «procès» équitable, le Tribunal s attache néanmoins à montrer que la procédure organisée devant la chambre de recours est équitable. Répondant principalement au moyen selon lequel la chambre de recours manquait d impartialité puisque l examinateur en appel était le même qu en première instance, le Tribunal juge que le requérant ne saurait invoquer la partialité d une procédure sur laquelle il n a fait aucune observation en ce sens en temps opportun (pt 25) : nul ne saurait se prévaloir de sa propre turpitude... Toutefois, la procédure devant cette chambre de recours doit respecter les droits de la défense, et particulièrement éviter de fonder sa décision en appel sur des moyens sur lesquels le requérant n a pas pu faire valoir ses arguments (27 février 2002, Eurocool Logistik GmbH c. OHMI, aff. T-34/00, pt 26, et Rewe Zentral AG c. OHMI, aff.t-79/00, pt 19). Cette exigence s applique également au Tribunal de première instance des Communautés, qui ne peut déclarer irrecevable une requête en se fondant sur des éléments dont la requérante n a pas eu connaissance (10 janvier 2002, Gerry Plant, aff. C-480/99 P, pts 27 à 34). En revanche, le Tribunal respecte les règles du procès équitable, «également» consacrées par l article 6 de la Convention européenne, en organisant une défense collective d un groupe de requérants, dès lors que chaque membre de ce groupe conserve la possibilité de pré-

14 884 Rev. trim. dr. h. (55/2003) senter une argumentation individuelle sur des questions spécifiques (15 octobre 2002, Limburgse V.M., aff. C-238/99, pt 351). C. Le droit à une procédure administrative équitable Samuel PRISO-ESSAWE L année 2002 marque un tournant important dans l étendue du contrôle effectué par le juge communautaire à l encontre des décisions adoptées par la Commission sur le fondement du Règlement n o 4064/89 relatif aux opérations de concentrations. Dans les affaires Airtours plc (6 juin 2002, aff. T-342/99), Schneider Electric SA (22 octobre 2002, aff. T-310/01) et Tetra Laval BV (25 octobre 2002, aff. T-5/02) le Tribunal de première instance est venu par trois fois condamner sévèrement la Commission pour n avoir pas effectué une enquête suffisamment approfondie des opérations de concentration notifiées par les sociétés requérantes. En ce qui concerne les droits de la défense, l arrêt Schneider Electric SA comporte d utiles précisions quant à l importance des griefs formulés par la Commission à l égard des opérations de concentration et aux droits dont peuvent se prévaloir les entreprises pour y répondre. La société Schneider reprochait notamment à la Commission de ne pas avoir énoncé avec suffisamment de clarté certains griefs relatifs à l opération de concentration, l empêchant ainsi d y répondre effectivement voire de prendre des mesures correctives appropriées. Le Tribunal de première instance commence par rappeler que la décision d incompatibilité n est pas nécessairement une «copie de l exposé des griefs», mais peut comporter des arguments de fait ou de droit supplémentaires (pt 438). Cependant le Tribunal observe qu en l espèce la Commission a fondé ses griefs sur une analyse «prospective» de l opération notifiée et qu à ce titre elle se devait d argumenter avec d autant plus de précision ses griefs. Or «il ne ressort pas de sa lecture que la communication des griefs ait abordé avec suffisamment de clarté et de précision le renforcement de la position de Schneider face aux distributeurs français de matériels électriques basse tension [...]» (pt 445). Dès lors les droits de la défense de la société requérante ont été méconnus à plusieurs égards. Tout d abord Schneider a «été privée de la possibilité de contester utilement sur le fond la thèse de la Commission [...]» (pt 455). En outre cette société doit «être regardée comme n ayant pas bénéficié

15 Institut de droit européen des droits de l homme 885 de l opportunité de présenter utilement et en temps opportun des propositions de cessions d actifs d une ampleur suffisante pour permettre de résoudre les problèmes de concurrence identifiés par la Commission sur les marchés sectoriels français en cause» (pt 458). Pour ces motifs le Tribunal annule la décision d incompatibilité de la Commission, sans qu il soit nécessaire d examiner les autres moyens soulevés par la requérante. L adoption d une nouvelle législation qui entrera en vigueur en 2003 venant remplacer les Règlements n o 17/62 (art. 81 et 82 CE) et n o 4064/89 (concentrations) renforcera ces exigences rappelées par le Tribunal (voy. L. Idot et B. van de Walle de Ghelke, «Le besoin de sécurité juridique : notifications et exemptions», Cahiers de dr. eur., 2000, n o 2-spécial, pp ). Le Tribunal de première instance n excède pas pour autant ses compétences à l égard de procédures administratives qui souvent reposent sur des appréciations de politique générale et confèrent à la Commission un large pouvoir d appréciation. Ainsi dans une affaire Brugg Rohrsysteme GmbH du 20 mars 2002 (aff. T-15/99) la requérante invoquait à l appui de son recours deux moyens tirés de la violation des droits de la défense et du principe de non-rétroactivité. Elle soutenait que «la Commission [avait] violé son droit d être entendue en appliquant les nouvelles lignes directrices pour le calcul du montant des amendes infligées en application de l article 15, 2 du règlement n o 17 et de l article 65, 5 du traité CECA, sans lui avoir donné la possibilité de s exprimer sur la modification radicale de la pratique du calcul du montant des amendes constituée par ces lignes directrices». Le Tribunal constate que dans sa communication des griefs, la Commission a pris soin de mentionner la durée de l infraction ainsi que le calcul du montant des amendes de manière claire et précise afin que cette société puisse exercer son droit d être entendue (pts 85 et 89). Néanmoins la requérante considérait que la prise en compte des «nouvelles lignes directrices» en matière d amendes violait le principe de non-rétroactivité consacré par l article 7 de la Convention européenne des droits de l homme. Elle soutenait que le système des amendes relève du domaine pénal au sens large, même s il ne s agissait pas en l espèce de la modification d une loi antérieure au sens de l article 7 mais d une pratique administrative. Le Tribunal de première instance rappelle que «le principe de non-rétroactivité des dispositions pénales, consacré par l article 7 de la Convention comme un droit fondamental, est un principe commun à tous les ordres juridiques des Etats membres et fait partie intégrante des principes généraux

16 886 Rev. trim. dr. h. (55/2003) du droit dont le juge communautaire assure le respect (arrêt de la Cour du 10 juillet 1984, Kirk, 63/83, Rec. p. 2689, point 22)» (pt 108). Le juge constate alors que les amendes sont infligées sur le fondement du Règlement n o 17/62 que la Commission n a en aucune manière le pouvoir de réviser. A la suite d une analyse détaillée le Tribunal estime par conséquent que la Commission ne s est pas écartée de l interprétation conforme du Règlement et n a donc pas agi en violation de l article 7 de la Convention européenne. Le risque d une amende ou d une sanction infligée par la Commission peut-il être néanmoins interprété comme une forme de contrainte et partant une violation du droit de ne pas témoigner contre soi-même selon l interprétation retenue par le juge de Strasbourg de l article 6 de la Convention européenne? Telle était l un des moyens soulevés par les sociétés requérantes dans l affaire Limburgse Vinyl Maatschappij NV (LVM) e.a. (CJCE 15 octobre 2002, aff. C-238/99 P; voy. cette Revue 2000, p. 516). Dans leur pourvoi les sociétés reprochaient au Tribunal d avoir statué sur ce point au regard de la jurisprudence Orkem (CJCE 18 octobre 1989, aff. 374/ 87) et non à la lumière de la jurisprudence plus récente de la Cour des droits de l homme (arrêts Funcke de 1993, Saunders de 1996 et J.B. de 2001). La Cour fait observer que «l arrêt Orkem et la jurisprudence récente de la Cour européenne ont en commun, d une part, l exigence d une contrainte exercée sur le suspect pour obtenir de celuici certaines informations et, d autre part, la nécessité d une vérification de l existence d une atteinte effective au droit qu ils définissent» (pt 275). Dans ces conditions elle estime que le Tribunal n a pas commis d erreur de droit en s appuyant sur sa jurisprudence Orkem. La Cour dans cette même affaire est venue également rappeler que la violation des droits de la défense, en tant que droits qui «relèvent des principes fondamentaux du droit communautaire et sont consacrés par l article 6 de la Convention européenne», peut entraîner l annulation d une décision de la Commission, en particulier si les sociétés n ont pas eu un accès suffisant au dossier, portant ainsi atteinte à «l exercice effectif des droits de la défense» (respectivement pts 299 et 316; voy. également TPI 20 novembre 2002, Lagardère et Canal+ c. Commission, aff. T-251/00, pt 94). En effet «la Commission est tenue, afin de permettre aux entreprises et associations d entreprises en cause de se défendre utilement contre les griefs formulés contre elles dans la communication des griefs, de leur rendre accessible l intégralité du dossier d instruction, à l exception des documents contenant des secrets d affaires d autres entreprises ou d autres informations confidentielles et des documents internes de la Commission» (voy. éga-

17 Institut de droit européen des droits de l homme 887 lement TPI 20 mars 2002 Lögstör Rör (Deutschland) GmbH, aff. T- 16/99, pt 141; même date aff. T-23/99, pt 169). Cette jurisprudence constante (voy. CJCE 8 juillet 1999, Hercules Chemicals c. Commission, aff. C-51/92 P, Rec. I-4235, pt 76) vise principalement à s assurer qu au cours de la procédure administrative les parties ont eu un accès effectif au dossier et aux éléments retenus à leur encontre, la communication éventuelle de ces éléments au cours de la procédure devant le juge ne pouvant remédier à la violation du droit d accès au dossier dès lors que «le contrôle juridictionnel ne peut pas remplacer une instruction complète de l affaire dans le cadre d une procédure administrative» (pt 327) au regard des exigences de l article 6, 1 de la Convention européenne. A cet égard la Cour a annulé partiellement l arrêt LVM du Tribunal de première instance dans la mesure où l une des sociétés requérantes se plaignait d avoir découvert au cours de l instruction devant le Tribunal des documents de la Commission qui, connus d elle au cours de la procédure administrative, auraient pu lui servir à renforcer sa défense. Sur le fondement de l art. 48, 2 du Règlement de procédure du Tribunal (interdiction de produire des moyens nouveaux en cours d instance, sauf si ces moyens nouveaux sont fondés sur des éléments de fait ou de droit révélés au cours de la procédure) la Cour a donc jugé que la non-transmission de certains documents par la Commission à l une des sociétés requérantes avaient entraîné pour cette dernière une atteinte à son droit d accès au dossier lui permettant d assurer sa défense de manière effective (pts 366 à 377). Comme le Tribunal de première instance l a en effet rappelé dans l arrêt Tetra laval (préc.) «Les principes généraux du droit communautaire régissant le droit d accès au dossier de la Commission visent à garantir un exercice effectif des droits de la défense, et, dans le cas d une décision relative à des infractions aux règles de concurrence applicables aux entreprises et infligeant des amendes ou des astreintes, la violation de ces principes généraux au cours de la procédure préalable à l adoption de la décision est susceptible, en principe, d entraîner l annulation de cette décision lorsqu il a été porté atteinte aux droits de la défense de l entreprise concernée» (pt 89). Christophe MAUBERNARD

18 888 Rev. trim. dr. h. (55/2003) IV. Le principe de non-discrimination A. La clause générale de non-discrimination Expression spécifique du principe général d égalité, la clause générale de non-discrimination de l article 12 du TCE n est pas applicable lorsque la situation en cause est régie par une disposition particulière du traité (en dernier lieu, 15 janvier 2002, Elide Gottardo, C-55/00). Elle remplit en revanche une fonction très importante lorsqu une situation ne relève pas ratione personae ou ratione materiae d une disposition spécifique du TCE comme le montrent à nouveau trois affaires soumises à la Cour. Le code de la route italien prévoit un traitement différent des contrevenants en fonction du lieu d immatriculation des véhicules qu ils utilisent (19 mars 2002, Commission c. Italie, C-224/00). Alors que l auteur d une infraction dont le véhicule est immatriculé en Italie dispose d un délai de soixante-dix jours, à compter de la constatation ou de la notification de l infraction, pour payer une sanction pécuniaire d un montant minimal ou pour former un recours s il n a pas acquitté cette somme, le contrevenant dont le véhicule est immatriculé dans un autre Etat doit soit payer immédiatement la sanction minimale, soit, s il souhaite contester l infraction, constituer une caution égale au double du montant minimal sous peine de retrait de permis ou de rétention de son véhicule. La législation établit ainsi une différence de traitement fondée indirectement sur la nationalité, la grande majorité des contrevenants possédant un véhicule immatriculé dans un autre Etat que l Italie n étant pas des ressortissants de cet Etat. Pour autant, celle-ci poursuit un objectif légitime : s assurer, en l absence d instruments communautaires ou internationaux garantissant l exécution de la sanction dans un autre Etat membre, du paiement effectif des amendes par des contrevenants ne résidant pas en Italie. La législation doit en effet les inciter à payer immédiatement l amende la moins élevée et ainsi éviter qu ils ne cherchent à se soustraire à la sanction en refusant d y consentir. Mais, pour être licite au regard de l article 6 (12) du TCE, une telle différence de traitement doit également être proportionnée par rapport à l objectif poursuivi (voy. 23 janvier 1997, Pastoors et Trans-Cap, C-29/95, cette chronique, 1998, p. 708). Or, tel n est pas le cas en l espèce dans la mesure où ce but aurait également pu être atteint si les contrevenants nonrésidents avaient été tenus de verser à titre de caution une somme égale au montant minimal de l amende et si cette caution avait pu être confisquée par les autorités italiennes au terme du délai de

19 Institut de droit européen des droits de l homme 889 soixante dix jours prévu par le code. Cette solution aurait permis de leur offrir aussi la garantie que constitue l existence d un délai de réflexion. Une application autonome de l article 6 (12) est également faite dans l arrêt Land Hessen c. Ricordi (6 juin 2002, C-360/00). Lors de deux saisons entre 1993 et 1995, un théâtre géré par le Land Hessen organise des représentations de «La Bohème» de Puccini décédé en 1924 sans l accord de la maison d édition Ricordi qui dispose des droits de représentation sur cet opéra et en demande le règlement. La loi allemande, qui prévoit que la protection des œuvres expire 70 ans après le décès de l auteur, établit une différence entre les œuvres de ressortissants allemands et celles d auteurs étrangers. Les premières bénéficient de cette protection sans condition alors que les secondes n y ont droit que pour les œuvres parues pour la première fois ou dans les trente jours de leur première publication en Allemagne. A défaut, les œuvres d auteurs étrangers bénéficient, notamment aux termes de la Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques, d une protection moins favorable puisqu elle s étend seulement jusqu à 50 ans après le décès de l auteur sauf si le droit national prévoit une durée supérieure. En l espèce, le Land Hessen estime que les droits sur «La Bohème», qui a été représentée pour la première fois en Italie, ont expiré fin 1980, le droit italien prévoyant que la protection prend fin 56 ans après le décès de l auteur. Il revient à la Cour de déterminer si, comme le soutient Ricordi, la différence de traitement édictée par la loi allemande au profit des œuvres de ses ressortissants entre dans le champ d application de l article 6 (12) du TCE. A cet égard, elle rappelle que, en raison de ses effets sur les échanges intracommunautaires de biens et de services, le droit d auteur entre dans le domaine d application du traité (voy. 20 oct. 1993, Phil Collins e. a., C-92/92 et C-326/92, Rec., I- 5145, pt 27). Le décès de l auteur de l œuvre au moment de l entrée en vigueur du TCEE est indifférent, un droit d auteur pouvant être invoqué non seulement par l auteur mais aussi par ses ayants droit. Or, en l espèce, ce droit produisait toujours ses effets dans le chef des ayants droit de Puccini lors de l entrée en vigueur du traité. Partant, la disparité des législations nationales ne peut être invoquée pour justifier la différence de traitement puisque la situation en cause, régie par le droit communautaire, est soumise au principe de l égalité de traitement. Or, la loi litigieuse établissait une discrimination directe fondée sur la nationalité contraire à l article 6 (12)

20 890 Rev. trim. dr. h. (55/2003) alors même que la Convention de Berne autorisait l Allemagne à octroyer la durée de protection de 70 ans à toutes les œuvres indépendamment de la nationalité de leur auteur. Dans la troisième affaire, l Office national de l emploi belge refuse le bénéfice d une allocation d attente, qui peut être octroyée aux jeunes venant de terminer leurs études et étant à la recherche d un premier emploi, à une ressortissante belge M me D Hoop (11 juillet 2002, M me D Hoop, C-224/98). Pour bénéficier d une telle allocation, il faut soit avoir terminé ses études secondaires en Belgique, soit avoir suivi des études ou une formation dans un autre Etat membre de l Union et être, au moment de sa demande, enfant à charge de travailleurs migrants communautaires résidant en Belgique. Or, M me D Hoop n entre dans aucune de ces catégories dans la mesure où elle a terminé ses études secondaires en France alors que ses parents résidaient en Belgique et a ensuite poursuivi ses études en Belgique. Elle estime avoir été victime d une discrimination contraire au droit communautaire. L allocation en cause est un avantage social au sens du règlement n o 1612/68 (voy. 20 juin 1985, Deak, 94/84, Rec., 1873, pt 27). Mais M me D Hoop n entre pas dans le champ d application personnel de l article 48 du TCE ou du règlement n o 1612/68 dans la mesure où elle n est pas un travailleur ou l enfant d un travailleur migrant au sens de ces normes. Partant, la Cour, s interrogeant tout d abord sur l applicabilité ratione temporis des dispositions du TCE relatives à la citoyenneté européenne l intéressée ayant terminé ses études secondaires en 1991, estime qu elles sont applicables aux effets actuels de situations nées antérieurement à leur entrée en vigueur puisque est en cause «une allégation de traitement discriminatoire actuel d un citoyen de l Union» (pt 24). M me D Hoop est une citoyenne de l Union au sens de l article 8 (17) du TCE et doit, à ce titre, bénéficier de l application du principe de l égalité de traitement si sa situation entre ratione materiae dans le champ d application du traité (voy. en ce sens, 20 sept. 2001, Grzelczyk, C-184/99, cette chronique, 2002, p. 678). Tel est le cas puisqu elle a fait l objet d une différence de traitement pour la raison même qu elle avait fait usage de la liberté de circuler et de séjourner sur le territoire des Etats membres qui est conférée aux citoyens européens par l article 8 A (18) du TCE. Or, admettre la licéité d une telle différence constitutive d une discrimination à rebours irait à l encontre de la réalisation des objectifs du traité qui, en matière d éducation, sont notamment de favoriser la mobilité des étudiants et des enseignants. Les intéressés pourraient en effet

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/06/2013 Conseil d État N 365638 ECLI:FR:CEORD:2013:365638.20130214 Inédit au recueil Lebon Juge des référés SPINOSI, avocat(s) lecture du jeudi 14 février 2013 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers.

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Certaines situations «humanitaires» spécifiques peuvent justifier l octroi d une autorisation

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte adopté le 11 mars 1999 et paru au JO n 08 du 15 mai 1999 Index [NB - les chiffres renvoient aux numéros des articles] Application de l Acte uniforme : 34

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2763 Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 25 de la loi du 7 février 2003 portant diverses dispositions en matière de sécurité

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1200818 M. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M me Corouge Présidente AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4525 Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7, 13, alinéa 2, de l arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms N 1201552 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Devillers M agistrat désigné Audience du 20 février 2013 Lecture du 27 mars 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Délibération n 2008-82 du 28/04/08

Délibération n 2008-82 du 28/04/08 Délibération n 2008-82 du 28/04/08 Etat de grossesse - Emploi secteur public - Recommandation La réclamante, agent contractuel de la fonction publique territoriale, allègue que son contrat de travail à

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora Commentaire Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014 Société Sephora (Effet suspensif du recours contre les dérogations préfectorales au repos dominical) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 janvier

Plus en détail

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Décret du 7 novembre 2003 Entrée en vigueur :... portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur CONSEIL D'ETAT N 315441 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur M. Mattias Guyomar Commissaire du Gouvernement Le Conseil d'etat, (Section du contentieux, 6 ème et 1 ère sous-sections

Plus en détail

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Luxembourg, le 13 mai 2014 Presse et Information Arrêt dans l'affaire C-131/12 Google Spain SL, Google Inc. / Agencia Española de Protección

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 29395/09 SOCIÉTÉ CRT FRANCE INTERNATIONAL contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 3 mars 2015 en une chambre composée

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

L action positive dans le droit de l UE

L action positive dans le droit de l UE L action positive dans le droit de l UE Gwénaële Calvès Professeur de droit public à l Université de Cergy- Pontoise SOMMAIRE I- La définition de l action positive dans le droit de l UE II- Les conditions

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct. Article 2 Article 2

TABLEAU COMPARATIF. ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct. Article 2 Article 2 TABLEAU COMPARATIF ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct Acte de 1976 Article premier Article premier Les représentants, au Parlement européen, des peuples

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 24.6.2010 COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition n 0091/2005 présentée par Paolo Pozzan, de nationalité italienne, sur une prétendue violation de

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/03/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 27 février 2013 N de pourvoi: 11-23228 ECLI:FR:CCASS:2013:C100166 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Religion- fonctionnement des services publics - Recommandation La réclamante est musulmane et porte le foulard. Elle souhaite effectuer une formation professionnelle

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

RÈGLEMENTS. 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1

RÈGLEMENTS. 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) N o 469/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 14LY00293 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. MESMIN d ESTIENNE, président Mme Aline SAMSON DYE, rapporteur M. DURSAPT, rapporteur public SCP PASCAL-VERRIER,

Plus en détail

Aides financières pour études supérieures octroyées par le Luxembourg / allocations scolaires statutaires

Aides financières pour études supérieures octroyées par le Luxembourg / allocations scolaires statutaires Aides financières pour études supérieures octroyées par le Luxembourg / allocations scolaires statutaires Me Antonella Salerno asalerno@dsmlegal.com DSM Avocats àla Cour 2a, boulevard Joseph II L 1840

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 43817/04 présentée par Pierluigi BACUZZI contre l Italie La Cour européenne des droits de l homme (deuxième section), siégeant le 24 mai

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 12/09/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 7 juin 2012 N de pourvoi: 11-22490 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012) Direction Protocole Service P1.1 NOTE CIRCULAIRE LE STATUT PRIVILEGIE DES CONJOINT(E)S ET DES PARTENAIRES LEGAUX (LEGALES) NON-MARIE(E)S DES MEMBRES DU PERSONNEL DES POSTES CONSULAIRES (3 septembre 2012)

Plus en détail