Et la Cour doit être accessible à tous les citoyens, aussi bien en régions que dans les grands centres. Il ne doit y avoir qu une seule justice.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Et la Cour doit être accessible à tous les citoyens, aussi bien en régions que dans les grands centres. Il ne doit y avoir qu une seule justice."

Transcription

1

2

3

4 mot du juge en chef

5 Je suis heureux de vous présenter ce rapport d activités de la Cour supérieure du Québec. Parler de la Cour supérieure qui vient de célébrer ses 160 ans, c est parler d un tribunal qui a beaucoup évolué, de nouveaux juges, de nouvelles chambres, de nouveaux défi s à relever. L étendue de la juridiction de la Cour supérieure et la variété des sujets sur lesquels ses juges sont appelés à se prononcer sont considérables, de la détermination d une pension alimentaire à des affaires constitutionnelles complexes, des litiges commerciaux de grande importance à des procès criminels longs et médiatisés. La mission de la Cour supérieure se défi nit comme suit : La Cour supérieure est une institution accessible à tous les citoyens. Ses juges sont compétents, empathiques, efficaces, adaptés aux réalités d aujourd hui et fiers d en faire partie. Et la Cour doit être accessible à tous les citoyens, aussi bien en régions que dans les grands centres. Il ne doit y avoir qu une seule justice. En 2003, la réforme de la procédure civile a incité les juges à s imprégner d une nouvelle culture judiciaire basée sur la bonne foi qui doit toujours primer, sur une meilleure gestion de l instance, la conciliation judiciaire et l application de la règle de la proportionnalité entre les coûts et le temps exigés par les actes de procédure d une part et la nature et la fi nalité de la demande et la complexité du litige d autre part. Le législateur rappelle que même si les parties à une instance sont maîtres de leur dossier, elles sont par ailleurs tenues de ne pas agir en vue de nuire à autrui ni d une manière excessive ou déraisonnable, et que le juge doit s assurer du respect de la règle de la proportionnalité. Au cours des récentes années, un nombre croissant de conférences de règlement à l amiable ont été tenues, avec un taux de succès remarquable. Et nous avons multiplié les démarches en vue d assurer une meilleure gestion des instances. Tout cela pour nous adapter à la nouvelle réalité judiciaire, participer à la simplifi cation de la procédure et la réduction des coûts, et rendre la justice plus accessible. À cet égard, la Cour supérieure est perçue comme une pionnière et une cour avant-gardiste. Je souhaite que ce rapport illustre comment, par ses actions, la Cour supérieure s applique à être fi dèle à sa mission de service envers tous les citoyens. Je remercie tous les collègues qui ont participé à la rédaction de ce rapport, plus particulièrement les responsables des différentes chambres ainsi que mon adjoint exécutif Me Gilles Tremblay, les collègues dont la photo paraît dans ce rapport, le juge en chef associé Robert Pidgeon et le juge en chef adjoint André Wery. Je souligne également que ce rapport n aurait pu voir le jour sans la contribution exceptionnelle de ma collègue la juge Ginette Piché qui y a consacré beaucoup de temps et d énergie et à qui j exprime toute ma reconnaissance. Enfi n, je remercie le ministère de la Justice du Québec qui en a défrayé le coût, conformément à son obligation de soutien aux activités des tribunaux. Bonne lecture. François Rolland, Juge en chef Cour supérieure du Québec mot du juge en chef P05

6 la chambre civile Hélène Langlois Juge Cour supérieure du Québec

7 agir avec diligence tôt dans le Processus de PréParation du dossier, constitue la Pièce maîtresse de l intervention de la cour Pour assurer une meilleure accessibilité au tribunal. Intervenir rapidement vise à bien circonscrire les questions en litige au départ, et limiter d autant les coûts de préparation du dossier et les temps d audition éventuellement requis. Cela permet également de sensibiliser les parties à la possibilité de recourir au dialogue plutôt qu à la confrontation pour régler leurs différends, démarche à laquelle peut contribuer le juge. Car, comme dans les autres secteurs, l utilisation de la conférence de règlement à l amiable tôt dans le litige peut être pour elles un facteur important d épargne en temps et en argent. la chambre civile P07

8 faits saillants au cours des cinq dernières années À la suite de travaux d un certain nombre de comités composés de membres du Barreau, du ministère de la Justice et de la magistrature, on a identifi é certains éléments nécessitant un meilleur contrôle afi n que les litiges soient entendus avec une plus grande effi cacité, plus rapidement et à meilleur coût. La loi impose d ailleurs une obligation aux parties et au tribunal à cet égard puisque l une des nouvelles dispositions du Code de procédure civile entré en vigueur en 2003 prévoit que : Dans toute instance, les parties doivent s assurer que les actes de procédure choisis sont, eu égard aux coûts et au temps exigés, proportionnés à la nature et à la fi nalité de la demande et à la complexité du litige; le juge doit faire de même à l égard des actes de procédure qu il autorise ou ordonne. (Article 4.2 Code de procédure civile) Différentes mesures sont mises en œuvre afi n d atteindre cet objectif. Une plus grande vigilance à l égard du recours à des experts en est une. Ces derniers sont appelés à éclairer la Cour sur des questions plus techniques. La nécessité de simplifier le processus, notamment en limitant le nombre d expertises et en favorisant dans la mesure du possible le recours à l expert unique, constitue l un des moyens importants pour réduire les coûts et les délais. La limitation des interrogatoires hors cour dans le cadre de la préparation du dossier, tant quant à leur nombre qu à leur durée, en est un autre. D autre part la Cour, par le biais de la procédure d avis de gestion adressée à un juge, permet aux avocats et aux plaideurs de régler rapidement et sans formalités toute question ou confl it quant à la préparation du dossier. La technologie peut être mise à profi t à cet égard, puisque l audition de ces demandes peut procéder par simple voie téléphonique, sur rendez-vous. Enfin, la Cour rappelle régulièrement aux parties que certaines demandes peuvent et doivent faire l objet de défenses orales plutôt qu écrites, ce qui peut en simplifi er grandement la préparation. Une priorité est donnée aux dossiers empruntant cette voie. La surveillance de la Cour ne s exerce pas uniquement au stade de la préparation générale du dossier pour le procès. Elle porte entre autres sur le procès lui-même, les témoins appelés à comparaître, l objet et la durée de leur témoignage, les experts, afi n de s assurer que les dossiers sont entendus effi cacement. Concrètement, les dossiers ouverts peuvent faire l objet de différents types de gestion adaptée à leurs besoins. Dans certains cas préalablement ciblés en raison de leur caractère particulier, de leur complexité ou de leur durée anticipée, les avocats ou les parties seront convoqués devant un juge dès le dépôt des procédures à la Cour, afi n d éviter tout risque de dérapage. D autres seront référés à un juge à l occasion de la présentation de requêtes préliminaires parce que ces dernières laissent entrevoir la possibilité de diffi cultés qu il pourrait être utile de prévenir. Certains font également l objet d une attention de dernier recours, alors qu ils sont déjà fi xés à un rôle d audition et qu on perçoit l éventualité d un règlement hors cour. Sauf pour les recours collectifs, les dossiers de nature commerciale et ceux ayant fait l objet d une ordonnance du tribunal, la gestion d un dossier n est pas confiée à un seul juge. Règle générale, cette gestion s effectue plutôt à relais, les dossiers étant acheminés périodiquement, selon les besoins, à des juges spécialement désignés à des fonctions de gestion. La Cour s implique donc activement afi n de fournir aux parties des outils facilitant la préparation et le cheminement effi cace de leur dossier dans le système. En outre, en collaboration avec le ministère de la Justice qui assure la fourniture des équipements, elle fait appel aux nouvelles technologies, telles la téléconférence et la visioconférence, afi n de réduire les coûts et les délais. Parallèlement à ce rôle de gestionnaire, la Cour s investit dans l accomplissement de sa fonction principale, soit celle d entendre des causes et de rendre des décisions. À cet égard, la charge de travail assumée par les juges demeure considérable. Après un déclin dramatique, on constate depuis quelques années une légère croissance du nombre de dossiers en chambre civile, alors que parallèlement le temps exigé pour l audition de chaque dossier augmente. Par ailleurs, le nombre de dossiers exigeant plusieurs mois d audition, quand ce ne sont pas des années, tend également P08

9 juridiction de la chambre La chambre civile constitue le forum de traitement des litiges civils. On y entend les affaires dans lesquelles le montant en litige est de $ et plus, notamment les procès en responsabilité civile, en responsabilité contractuelle, les recours en dommages en cas de blessures, les dossiers de congédiements, de vices cachés, de diffamation ou encore les recours découlant du non-respect d engagements contractuels ou autres. Les litiges peuvent concerner autant les individus que les personnes morales comme les sociétés. à croître, monopolisant ainsi les énergies d un juge de façon exclusive. Citons à titre d illustrations, les actions en dommages intentées dans l affaire Robinson portant sur la violation des droits d auteur et dans l affaire Birdair relative à l effondrement du toit du Stade olympique à Montréal, ou dans l affaire Foster Wheeler sur la résiliation d un contrat d établissement d une centrale de traitement de déchets pour la Ville de Montréal. À effectifs constants, cela représente un défi important pour la Cour. «la gestion de l instance est l outil qui va Permettre une véritable accessibilité À la justice.» Suzanne Ouellet Juge Cour supérieure du Québec Elle comprend une division de pratique où sont présentées les demandes d injonction et toute autre requête préliminaire à l audition du procès. Elle traite également les dossiers dans lesquels on demande à la Cour d exercer son pouvoir de surveillance et de réforme des décisions rendues par les tribunaux de juridiction provinciale et autres organismes, notamment les tribunaux administratifs ou encore ceux visant à contraindre un organisme à exercer un devoir, ou à destituer un individu de sa fonction. PrinciPales étapes de la Procédure La demande en justice en chambre civile est introduite par une requête introductive d instance qui énonce, de manière concise, les faits sur lesquels elle se fonde et les conclusions recherchées. Elle doit être signifi ée à la partie adverse par la remise de la copie de l acte à son destinataire. Le défendeur a dix jours, à compter de la signification, pour comparaître et répondre à la demande formée contre lui. La demande doit être préparée et inscrite pour enquête et audition par le tribunal dans un délai de cent quatrevingts jours à compter de la signifi cation de la requête; à défaut, le demandeur est présumé l avoir abandonnée. Une fois le dossier déclaré prêt à être entendu, après vérifi cation par un offi cier de la Cour, les parties sont convoquées afi n de fi xer une date d audition. Le procès est alors entendu par un juge à la date réservée. Un jugement doit être rendu dans les six mois suivant la fi n du procès. quelques chiffres Plus de dossiers ont été ouverts dans des matières civiles au Québec entre septembre 2008 et août 2009, ce qui représente une hausse d environ 35% par rapport à l année judiciaire La vaste majorité de ces dossiers sont ouverts dans les grands centres urbains. Il faut toutefois savoir qu en 1996, plus de dossiers avaient été déposés en chambre civile à la Cour supérieure. La baisse du nombre de dossiers connaîtra un creux en 2005, alors qu environ dossiers ont été ouverts. la chambre civile Po9

10 la chambre commerciale Clément Gascon Juge Cour supérieure du Québec

11 comprendre les besoins spécifiques de la communauté d affaires afin de répondre aux besoins de la communauté d affaires, la cour supérieure offre aux Personnes impliquées dans un litige de nature commerciale l accès À des juges spécialisés qui jouissent tous d une formation ou d une expérience Préalable en la matière. Ces derniers sont constamment disponibles pour apporter une solution rapide et ordonnée aux différends commerciaux. L initiative résulte du désir de la Cour de se doter d une forme de gestion moderne des dossiers, comparable à celle que l on retrouve dans la plupart des juridictions importantes en Amérique du Nord. Vu la constante évolution, voire ébullition qui caractérise ce milieu, une formation continue est offerte aux juges durant toute l année. Notons cependant que malgré cette spécialité, les juges assignés à cette chambre n y siègent pas de façon exclusive et entendent également des affaires de nature administrative, civile, criminelle ou familiale qui sont du ressort de la Cour supérieure. la chambre commerciale P11

12 faits saillants au cours des cinq dernières années Le bilan des cinq dernières années témoigne d ailleurs de nombreuses réalisations. Mentionnons à titre d exemples les dossiers suivants : L ARRANGEMENT RELATIF À LA PRISE DE CONTRÔLE DE BCE PAR TEACHERS ( ), qui s est soldé par un arrêt unanime de la Cour suprême confirmant le jugement rendu par la Chambre commerciale de la Cour supérieure en regard des droits des parties impliquées; LA FUSION ENTRE LES SOCIÉTÉS MOLSON ET COORS (2006), d où a résulté l une des plus importantes brasseries en Amérique du Nord; LA RESTRUCTURATION DE TQS ( ) dans le domaine de la télévision; LA RESTRUCTURATION D ATTRACTIONS HIPPIQUES ( ) dans le domaine des courses de chevaux; LA RESTRUCTURATION DE QUÉBÉCOR WORLD INC. ( ), qui a nécessité une interaction et une coopération avec le tribunal de faillite de l État de New York; LA RESTRUCTURATION DE MECACHROME ( ), menée de concert avec les tribunaux français; LA RESTRUCTURATION D ABITIBIBOWATER ( ), l une des plus importantes papetières au monde, qui commande une coordination constante avec le tribunal de faillite de l État du Delaware; juridiction de la chambre Les matières de la compétence de la chambre commerciale découlent surtout de l application de la Loi canadienne sur la faillite et l insolvabilité (LFI), de la Loi canadienne sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), de la Loi canadienne sur les sociétés par actions (LSA), de la Loi sur les compagnies du Québec (LCQ) et des Lois canadienne et québécoise sur les liquidations et restructurations (LLR). Pour la LFI, cela inclut, par exemple, les litiges entourant les ordonnances de mise en faillite d un individu ou d une société, les débats relatifs aux propositions concordataires, les disputes entourant les paiements préférentiels et les questions touchant la distribution des deniers relatifs à une faillite. En matière d arrangements sous la LACC, cela comprend les ordonnances initiales pour permettre à une compagnie de se restructurer, ainsi que tous les litiges afférents au processus de restructuration, de la création des charges prioritaires et de la vente d actifs, jusqu à l homologation du plan d arrangement. Enfi n, quant aux instances commerciales touchant la LSA, la LCQ et les LLR, il s agit principalement des litiges entre actionnaires, des recours en redressement pour abus et des procédures relatives aux liquidations et dissolutions des compagnies. En plus des matières qui découlent de lois particulières, les directives générales qui s appliquent aux instances qui se déroulent devant la chambre commerciale prévoient que toute autre affaire de nature commerciale peut être confi ée à la chambre sur décision du juge en chef ou du juge coordonnateur. LES FAILLITES DE MOUNT REAL ( ) ET DE NORBOURG ( ), qui ont nécessité des démarches de récupération d actifs à travers plusieurs juridictions; LA LIQUIDATION DE KANSA ASSURANCES (2005 À 2009); LA RESTRUCTURATION DES CHANTIERS DAVIE (2010). Certains de ces dossiers ont eu des retombées importantes au niveau national. Dans d autres cas, les juges de la chambre ont eu à interagir sur une base régulière avec leurs collègues d autres juridictions afin de coordonner avec succès certains efforts de restructurations. Les réalités nationales et internationales fi gurent au premier plan des préoccupations quotidiennes de la chambre commerciale. Son importance et son rôle à ce titre sont reconnus dans l ensemble du Canada. P12 la chambre commerciale

13 titre de la section ou thématique Poo

14 fonctionnement Les dossiers d arrangements, de restructurations et de réorganisations étant tous référés d offi ce en gestion particulière, une équipe de juges permet d assurer un suivi continu du processus qui reste sous leur supervision tout au long de l année. Chaque juge est ainsi appelé à superviser sur une base annuelle plusieurs dossiers de restructuration ou de réorganisation, selon le besoin. La chambre commerciale assure une disponibilité continue de ses juges douze mois par année. Il n y a pas, à proprement parler, de vacances judiciaires au sein de cette chambre. En outre, la gestion particulière des dossiers de restructuration et de réorganisation fournit aux parties ce qu il convient d appeler un «juge sur rendez-vous», bien au fait des particularités du dossier en tout temps. Enfi n, le recours aux modes modernes de communication, tels les dépôts et signifi cations électroniques de procédures ou de documents et l utilisation du courriel pour communiquer avec les juges, sont monnaie courante. L utilisation d ordonnances types dans certains cas, comme en matière de LACC, permet de faciliter le travail du juge et, partant, l effi cacité du tribunal dans le prononcé des jugements. Dans l optique de fournir à la communauté juridique un service compétent et efficace, la chambre rencontre fréquemment le Barreau, notamment par l entremise du comité de liaison qui se consacre précisément aux affaires commerciales. Des réunions se tiennent quatre ou cinq fois par année avec ce comité. Dans la même foulée, les juges de la chambre commerciale sont présents à titre de conférenciers ou panélistes dans la plupart des conférences nationales et internationales en matières d insolvabilité, de réorganisations et de restructurations, que ce soit au Canada ou ailleurs dans le monde. Particularités La gestion de la chambre commerciale est sous la responsabilité d un juge coordonnateur qui assure la distribution des dossiers au sein des collègues qui y siègent. Ce dernier maintient également un contact régulier avec les avocats et les citoyens qui s y présentent. Les juges sont appuyés dans leur travail par des registraires de faillite qui entendent diverses requêtes assujetties à leur compétence aux termes de la Loi canadienne sur la faillite et l insolvabilité (LFI). Cela permet d accroître l effi cacité de la chambre pour les citoyens, particulièrement au chapitre des faillites personnelles et des processus de libération qui relèvent, dans la plupart des cas, du travail des registraires. Enfi n, la chambre commerciale a son propre greffe qui voit à la confection des rôles. Un personnel particulier et expérimenté dans le domaine lui est, de ce fait, attitré. Par ailleurs, à cause des échanges inhérents aux activités commerciales, notamment dans le cadre de restructurations transfrontalières, la chambre commerciale traite régulièrement avec les tribunaux d autres pays, notamment les tribunaux de faillite d états américains, tels ceux de New York et du Delaware. Dans chaque cas, la mise en place de protocoles, approuvés par les juges de chaque juridiction, facilite la communication, la coopération et la coordination des restructurations concernées, impliquant des fi liales et des actifs situés au Canada et aux États-Unis. Ces échanges s effectuent dans le respect de la compétence de la chambre commerciale. Les protocoles souscrits reconnaissent d ailleurs explicitement la souveraineté de chacun en regard des questions qui les touchent. Ces ententes sont, en réalité, des outils qui visent à aborder des questions de procédure, et non des sujets de droit substantiel. Elles permettent par exemple la tenue d audiences conjointes par visioconférence et le prononcé concomitant de jugements sur des sujets requérant une coordination. Si l utilisation de protocoles est mieux reçue dans des juridictions dites de «common law» comme les États-Unis, la chambre commerciale de la Cour supérieure a tout de même pu mener des restructurations transfrontalières avec des juridictions de droit civil comme la France (dossier Mecachrome). Dans ce cas, la communication et la coordination s établissent par l entremise des officiers de la Cour, tels le contrôleur du côté canadien et les liquidateurs judiciaires du côté français. À cet égard, notons que les législations canadiennes pertinentes (LFI et LACC) contiennent des dispositions spécifi ques en matière d insolvabilité et de restructuration transfrontalières et internationales. Ces dernières s inspirent grandement des recommandations de la Loi type de la Commission des Nations-Unies pour le Droit Commercial International (CNUDCI), mieux connue sous son appellation anglaise de UNCITRAL Model Law (United Nations Committee on International Trade Law). P14

15 PrinciPales étapes des Procédures Les litiges de nature commerciale peuvent impliquer l application de différentes lois relevant de la compétence de la chambre commerciale. Ainsi, ceux découlant de la LFI peuvent, par exemple, être liés à des ordonnances de mise en faillite, à la distribution des deniers relatifs à une faillite, aux débats en lien avec une proposition concordataire. D autres sont visés par la Loi canadienne sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, qui comprend les ordonnances initiales pour permettre la restructuration d une compagnie, les litiges liés au processus de restructuration, la vente d actifs jusqu à l homologation du plan d arrangement. La mésentente peut aussi découler de la LSA, la LCQ ou les LLR. Il s agit principalement de litiges entre actionnaires, de recours en redressement pour abus et de procédures relatives aux liquidations et dissolutions de compagnies. Vu la complexité et la particularité de ces lois, les services d un professionnel du droit sont particulièrement indiqués, notamment au stade de la requête introductive d instance énonçant les faits pertinents au litige et les conclusions recherchées. Dans tous les cas, les procédures sont traitées rapidement, selon l urgence. lfi Loi canadienne sur la faillite et l insolvabilité lacc Loi canadienne sur les arrangements avec les créanciers des compagnies lsa Loi canadienne sur les sociétés par actions lcq Loi sur les compagnies du Québec llr Lois canadienne et québécoise sur les liquidations et restructurations «confrontée À des situations de Plus en Plus complexes, la chambre commerciale s adapte continuellement Pour répondre aux besoins des justiciables» Étienne Parent Juge Cour supérieure du Québec la chambre commerciale P15

16 la chambre de la famille Marie Christine Laberge Juge Cour supérieure du Québec

17 Dans le but de s adapter à la dynamique propre aux confl its de nature familiale pour lesquels le débat judiciaire basé sur la confrontation est de moins en moins approprié, la Cour a consacré beaucoup d énergies au cours des dernières années à mieux cadrer son approche à l égard de ces dossiers à forte connotation sociale et psychologique. C est ainsi que dès le début des procédures, les parties sont invitées à prendre part à des séances de médiation. En outre, elles peuvent se prévaloir de la conférence de règlement à l amiable présidée par un juge, dont nous traitons plus loin, afi n de trouver un accord mutuellement satisfaisant. Le processus est rapide et gratuit. D autre part, par une gestion plus serrée, la Cour se préoccupe davantage du coût des procédures et de l effi cacité avec laquelle elles cheminent dans le système, tout cela afi n de s assurer que les personnes qui s adressent au tribunal jouissent d un service à la mesure de leurs besoins et de leurs attentes. cinq dossiers sur dix sont de nature familiale La chambre de la famille, où sont principalement traités les dossiers de divorce et de séparation, regroupe une large part des activités de la Cour supérieure. De fait, en moyenne cinq dossiers ouverts sur dix sont de nature familiale. La proportion est encore plus marquée dans les districts moins urbanisés. Comme pour tous les autres dossiers, la Cour demeure constamment disponible auprès des parties pour s assurer que les procédures cheminent avec célérité et que les coûts assumés soient proportionnés aux enjeux en litige. Les juges sont également appelés à participer à des séances de sensibilisation aux réalités sociales telles la pauvreté des ménages après la rupture, les problèmes reliés à la garde des enfants, aux accès à l autre parent, au partage des ressources soutenant désormais deux groupes familiaux. Les diffi cultés particulières de l immigrant liées à ses problèmes de travail, à l isolement social et aux obstacles provenant de la méconnaissance de son milieu d accueil, constituent également de nouvelles données avec lesquelles les juges de la Cour sont appelés à se familiariser. la chambre de la famille P17

18 juridiction de la chambre Les dossiers de nature familiale dont est saisie la Cour supérieure sont principalement ceux en séparation de corps, en divorce, en annulation et en dissolution de mariage, ou nullité de l union civile pour les conjoints de fait. Ils peuvent porter sur l usage de la résidence familiale, la garde des enfants et les droits d accès, les aliments dus au conjoint ou aux enfants, le partage du patrimoine familial et les autres droits patrimoniaux des parties. La Cour statue également sur les questions de filiation et entend les demandes en déchéance de l autorité parentale. Le juge siégeant en chambre de la famille est aussi appelé à se prononcer à l égard des incidences du déménagement d un parent gardien sur la garde et les droits d accès à l enfant, à autoriser un parent à voyager avec son enfant, à changer un enfant d école ou sur toute question relative à l autorité parentale. Rappelons qu en matière familiale, c est d abord et avant tout l intérêt de l enfant et le respect de ses droits qui priment. La Cour statue sur toutes les demandes introduites, qu elles fassent l objet d un accord entre les parties ou non, en l absence de l une d elles si nécessaire ou après audition à la Cour si elles sont contestées. Particularités La préparation du dossier fait appel à des pratiques originales, alors qu une grande part de l information requise pour traiter de l aspect financier des questions soumises au tribunal - pension alimentaire, frais de garde, partage du patrimoine familial - est uniformisée sous forme de formulaires à compléter. Des barèmes établis par le gouvernement déterminent les montants réclamables en matière de pension alimentaire. C est dire que les parties sont en mesure d avoir une indication claire des sommes susceptibles d être accordées au cas de contestation devant le tribunal. Dans le cadre du procès, le juge peut entendre les enfants des parties si leur âge et leur compréhension le permettent et si leur intérêt est en jeu. La Cour peut même, à l occasion, désigner un avocat à l enfant afin de s assurer que ses droits sont clairement et pleinement pris en compte. Dès le stade initial des procédures, les parties doivent assister à une séance d information sur la médiation. Une dispense peut être donnée pour motif sérieux. La médiation est un mode de résolution des conflits qui fait appel à un professionnel qualifié et impartial, le médiateur. Ce dernier intervient auprès des conjoints pour les aider à négocier une entente équitable et viable, répondant aux besoins de chacun des membres de la famille et faisant l objet d un consentement libre et éclairé. Les personnes qui acceptent la médiation peuvent participer à un maximum de six séances, assistées de leur avocat s il y a lieu, afin de discuter des éléments litigieux quant à la garde des enfants et d y trouver une solution juridique. Le coût de ces sessions est assumé par le ministère de la Justice. En outre, la Cour peut à tout moment ordonner la médiation, lors de l audition d une cause contestée impliquant des enfants. ÉDIATION : NTENTE ANS 80% ES CAS P18

19 Le processus est confidentiel; rien de ce qui aura été dit ou écrit au cours de la médiation ne pourra être révélé en preuve devant le Tribunal. Les résultats obtenus par le recours à cette méthode sont positifs, puisque environ 80% des parents arrivent à une entente. Depuis décembre 2009, le ministère de la Justice a mis en place une nouvelle forme de séminaire sur la parentalité après la rupture. Offert à Montréal deux fois par mois, il est également disponible par visioconférence aux parents de la ville de Québec. Deux professionnels, un psychologue et une avocate agissent comme conférenciers. Les parents séparés peuvent profiter gratuitement de ce service. Enfin, depuis février 2010, le Service d expertise psychosociale et de médiation de la Cour supérieure met à la disposition des intéressés, en complément à ce séminaire, un atelier sur la communication parentale. On y traite de la séparation, des difficultés rencontrées et des solutions à envi sager, de la famille recomposée, ses caractéristiques et les rapports entre ses membres, et de l importance de maintenir une communication efficace entre les parents. En plus de la médiation par l intermédiaire d avocats, les parties peuvent avoir recours à un juge afin de tenter de concilier leurs intérêts réciproques, dans le cadre d une conférence de règlement à l amiable plus amplement décrite au chapitre qui en traite. Au cas d échec des pourparlers, le litige sera soumis à la Cour pour audition. Toutefois, autre particularité pour les dossiers de nature familiale, les auditions à la Cour se tiennent à huis clos, c est-à-dire que le public n y est pas admis. Enfin, suite à une rupture, il arrive parfois que des parents soient incapables de s entendre sur la façon d exercer leurs responsabilités parentales. Afin de l éclairer sur les ressources et compétences de chacun des parents et sur le meilleur intérêt de l enfant, le juge peut, du consentement des deux parents, émettre une ordonnance d expertise. L expertise psychosociale peut porter sur l exercice de l autorité parentale, la garde ou le droit d accès d un parent à son enfant. L expert procède à des entrevues avec l enfant, avec ses parents, et avec toutes les personnes importantes et significatives dans la vie de l enfant. À l issue des entrevues, il rédige un rapport contenant ses recommandations. Le rapport peut être utilisé comme outil de négociation par les parents eux-mêmes ou par les avocats des parties. S il y a audition, le juge peut accepter ou rejeter, en tout ou en partie, les recommandations de l expert, car le jugement est son privilège exclusif. Cinquante pour cent des familles référées pour une expertise à Montréal concluent une entente à l amiable ou se désistent de la requête; dans tous ces cas, il n y a plus aucune audition contestée devant la Cour après le dépôt du rapport de l expert. Principales étapes de la procédure Les demandes à la Cour sont introduites au moyen d une requête introductive d instance, afin de dissoudre le régime matrimonial et procéder au partage du patrimoine familial, s il y a lieu, ordonner le versement d une pension alimentaire ou déterminer les droits de garde et d accès. Lorsqu il y a urgence et que la situation l exige, les parties peuvent demander une ordonnance temporaire dans le but de déterminer les droits de chacun. Généralement, le juge n entend pas les parties à ce stade et rend sa décision sur la foi de déclarations assermentées produites par ces dernières. Les parties seront appelées à témoigner aux autres étapes du processus judiciaire. De telles ordonnances ne valent que pour un temps limité et doivent donc, si nécessaire, être renouvelées sur demande. Par ailleurs, en dehors de ces situations d urgence, une requête pour fixation provisoire des droits des parties jusqu au procès peut être présentée. Ces requêtes sont entendues en chambre de pratique dans des délais rapides et les parties peuvent être appelées à témoigner. Toutes les questions énumérées précédemment peuvent faire l objet d une entente entre les parties. Celle-ci est soumise par la suite à un juge qui déterminera si la convention est d abord conforme à l intérêt des enfants. Pratiquement, pendant tout le déroulement des procédures, les parties ont accès à un juge, si besoin est, dans le but de faciliter la gestion du dossier et sa progression. Toute difficulté peut lui être soumise simplement et rapidement, afin qu il rende les ordonnances appropriées. Quelques chiffres Environ dossiers de nature familiale ont été ouverts à la Cour supérieure durant la dernière année. La vaste majorité fait l objet d un règlement, le juge n ayant à intervenir que pour entériner le consentement déjà négocié entre les parties. Là comme ailleurs, sinon plus qu ailleurs, la démographie joue pour beaucoup dans l achalandage régional, le plus fort volume étant concentré dans les centres les plus urbanisés. Le nombre de dossiers ouverts chaque année connaît une baisse constante et régulière depuis 1995, alors qu il était d environ dossiers. Ces services sont offerts par les Centres Jeunesse. La chambre de la famille P19

20 la chambre criminelle André Vincent Juge Cour supérieure du Québec

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes)

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes) PROPOSITIONS CONCERNANT LE CONTENU DES INTERVENTIONS DANS LE CADRE DU PROJET «PETITES CRÉANCES» Maître de cérémonie Introduction : o Présentation des participants; Notre avocate et «Maître de cérémonie»,

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC CHAMBRE COMMERCIALE DIRECTIVES GÉNÉRALES Montréal, le 26 septembre 2013 1. Instance commerciale Constitue une instance commerciale, instruite en Chambre commerciale, toute instance

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Cour supérieure (garde d enfants, droits d accès, pension alimentaire, division des biens (en divorce ou conjoints de fait pour plus de 70 000 $),

Cour supérieure (garde d enfants, droits d accès, pension alimentaire, division des biens (en divorce ou conjoints de fait pour plus de 70 000 $), Cour supérieure (garde d enfants, droits d accès, pension alimentaire, division des biens (en divorce ou conjoints de fait pour plus de 70 000 $), divorce) (42 palais de justice au Québec) Cour du Québec

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Syndicat de l enseignement de la région du Fer - CSQ RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Révisé, novembre 2007 Syndicat de l'enseignement de la région du Fer - CSQ 9 rue Napoléon Sept-Îles (Qc.) G4R

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT INSTITUT DE TECHNOLOGIE AGROALIMENTAIRE Campus de La Pocatière Campus de Saint-Hyacinthe DIRECTION GÉNÉRALE 5 FÉVRIER

Plus en détail

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce 1 Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce I. Introduction II. Procédure a)conditions d application b)compétence c)mode d introduction de la demande : - la citation à double détente

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

------------------------------------------------

------------------------------------------------ A.A.A.D.F.Q. COUR D APPEL MARS 2013 Me Christiane Lalonde POINTS MARQUANTS : Rappel des quatre critères pour obtenir la suspension de l exécution provisoire en appel (Droit de la famille 13485); L enfant

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL POLITIQUE POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL # 61-03 Adoption le 14 juin 2005 Amendement le Mise en vigueur le 14 juin 2005 Résolution # C.C.-1865-06-05 Autorisation Susan

Plus en détail

L aide juridique, la justice à coût $ûr. Complément d information à l aide-mémoire

L aide juridique, la justice à coût $ûr. Complément d information à l aide-mémoire L aide juridique, la justice à coût $ûr Complément d information à l aide-mémoire La demande d aide juridique La résidence au Québec Pour être admissible à l aide juridique, le requérant doit résider au

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité La Commission des services juridiques du Nunavut Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité 2014 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Le 30 septembre 2015 PAR COURRIEL ET PAR LA POSTE

Le 30 septembre 2015 PAR COURRIEL ET PAR LA POSTE Le 30 septembre 2015 PAR COURRIEL ET PAR LA POSTE Monsieur Richard Boivin Sous-ministre adjoint aux politiques relatives aux institutions financières et au droit corporatif Ministère des Finances 8, rue

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Fabrication et vente de produits 49 FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Règlements et normes de produits La Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation est entrée en vigueur en 2011. Cette

Plus en détail

Vous divorcez, vous vous séparez?

Vous divorcez, vous vous séparez? Service Com&Doc - Crédit image : drx - Fotolia.com - Imprimerie Caf35 - Mars 2014 Vous divorcez, vous vous séparez? 5 questions pour mieux comprendre Vous informer et vous aider dans vos démarches Vous

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Le divorce. Procédures

Le divorce. Procédures Vos droits Institutions Acteurs F i c h e P r a t i q u e Le divorce Procédures Le divorce Les procédures de divorce sont aujourd hui pacifiées et simplifiées. Toutefois, les conséquences restent les mêmes

Plus en détail

LE SYSTÈME CANADIEN PEUT-IL ÊTRE UN MODÈLE POUR LA MÉDIATION?

LE SYSTÈME CANADIEN PEUT-IL ÊTRE UN MODÈLE POUR LA MÉDIATION? LE SYSTÈME CANADIEN PEUT-IL ÊTRE UN MODÈLE POUR LA MÉDIATION? Professeur Jean-François Roberge Ph.D. Directeur des programmes de PRD Faculté de droit Université de Sherbrooke (Québec, Canada) Tous droits

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Ph.D. N 2 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Montréal, 1er mai 2008 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Page 2 Table des matières LA LOI ET LA PERCEPTION DES

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES TARIFS (pages grises) : TARIF DES FRAIS JUDICIAIRES EN MATIÈRE CIVILE ET DES DROITS DE GREFFE... I TARIF DES INDEMNITÉS ET LES ALLOCATIONS PAYABLES AUX TÉMOINS ASSIGNÉS DEVANT LES COURS

Plus en détail

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 7 Arbitrage familial FR 007 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Arbitrage familial La présente brochure est

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : A Casablanca le 22 février 2011

Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : A Casablanca le 22 février 2011 Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : «Accompagner la croissance des micros et petites entreprises : réduire les obstacles financiers dans la région MENA». A Casablanca

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Tendances de l insolvabilité au Canada

Tendances de l insolvabilité au Canada Tendances de l insolvabilité au Canada Ginette Trahan Directeur général, Services des relations externes Bureau du surintendant des faillites Le 16 novembre 2011 Association canadienne de la gestion de

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES Volume I Introduction................................................................... iii Remerciements................................................................ v TABLES Table de la jurisprudence........................................................

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Atelier présenté au colloque annuel Décembre 2013 Fédération de soccer du Québec

Atelier présenté au colloque annuel Décembre 2013 Fédération de soccer du Québec Atelier présenté au colloque annuel Décembre 2013 Fédération de soccer du Québec Par Me Lise Charbonneau, gestionnaire de risques Regroupement Loisir et sport du Québec Le programme d assurance de la Fédération

Plus en détail

L ABC D UN PROCÈS ET LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT ME SAMUEL MASSICOTTE, ASSOCIÉ, STEIN MONAST 19 JUIN 8 H 30 À 12 H DURÉE : 3 HEURES

L ABC D UN PROCÈS ET LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT ME SAMUEL MASSICOTTE, ASSOCIÉ, STEIN MONAST 19 JUIN 8 H 30 À 12 H DURÉE : 3 HEURES L ABC D UN PROCÈS ET LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT ME SAMUEL MASSICOTTE, ASSOCIÉ, STEIN MONAST! 19 JUIN 8 H 30 À 12 H DURÉE : 3 HEURES 2014%06%12' L ABC D UN PROCÈS ET LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT

Plus en détail

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. OBJET Le Comité de gouvernance et de rémunération (le «Comité») est un comité permanent du Conseil d administration de

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES Conseil d administration Approbation initiale : 26 mai 2011 CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE I- MANDAT Conformément à la Loi constituant

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

Quand conseiller la médiation? Check-list pour les juges en matière civile et commerciale

Quand conseiller la médiation? Check-list pour les juges en matière civile et commerciale Quand conseiller la médiation? Check-list pour les juges en matière civile et commerciale Introduction : La Chambre de médiation de l OAV a préparé ce document pour les juges afin de les aider à identifier

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Si vous vivez actuellement un conflit conjugal, votre situation peut être très douloureuse.

Si vous vivez actuellement un conflit conjugal, votre situation peut être très douloureuse. Que faire lors d un conflit conjugal? Consultations matrimoniales Séparation et divorce Médiation familiale Négociation Droit familial collaboratif Litige Que faire lors d un conflit conjugal? Si vous

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC.

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. Adoptée le 11 décembre 2014 La présente charte détaille le but, la composition,

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail