Les interventions qui comptent Guide sur les problèmes de santé mentale chez les enfants et les jeunes à l intention du personnel enseignant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les interventions qui comptent Guide sur les problèmes de santé mentale chez les enfants et les jeunes à l intention du personnel enseignant"

Transcription

1 Les interventions qui comptent Guide sur les problèmes de santé mentale chez les enfants et les jeunes à l intention du personnel enseignant Troisième édition, septembre 2010 Préparé par l équipe du district d Hamilton de l Initiative de leadership en matière de soutien aux élèves En partenariat avec E-BEST (Evidence-Based Education and Services Team/Équipe de services et d éducation basée sur des preuves) du conseil scolaire du district d Hamilton-Wentworth, l Offord Centre for Child Studies, l Université McMaster et le Centre d excellence en santé mentale des enfants et ados au Centre hospitalier pour enfants de l est de l Ontario (CHEO) Rédacteurs : Don Buchanan, Patricia Colton et Kristen Chamberlain avec la collaboration de l organisme FORCE Society for Kids Mental Health et le CHEO Les fonds pour la traduction français de ce document était fournis par le Centre d excellence d Ontario en santé mentale des enfants et adolescents. Le fonds pour la mise en page et plan de ce document était fournis par l Initiative de leadership pour le soutien aux étudiants d Hamilton-Wentworth, Cluster 10.

2 Cet ouvrage présente des renseignements généraux qui aideront les enseignantes et les enseignants à comprendre les problèmes de santé mentale chez les enfants et les adolescents. Toutefois, il ne saurait remplacer une consultation professionnelle. Comme l information y est de nature générale, il est possible qu elle ne traite pas de certains cas particuliers. Le présent ouvrage existe en format papier et électronique. Toutes ses versions sont la propriété du Réseau d information en santé mentale pour enfants et ados (RISMEA). La plus récente édition se trouve au www. rismea.ca et aux (insérer les autres sites Web.) Toute l information que contient cet ouvrage se fonde sur des renseignements à jour et des pratiques en vigueur et s applique à une province en particulier, à savoir l Ontario, et à un conseil scolaire en particulier. Le RISMEA est disposé à adapter cette information pour d autres provinces, conseils scolaires ou districts. Pour de plus amples renseignements à ce sujet ou pour obtenir la permission de reproduire ce document conformément aux modalités de la licence Creative Commons, veuillez communiquer avec Don Buchanan, par téléphone au , poste 77061, ou par courriel à Vous êtes libres : Partager de reproduire, de distribuer et de communiquer cet ouvrage au public. Selon les conditions suivantes : Paternité Vous devez citer le nom de l auteur original de la manière indiquée par l auteur de l œuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation (mais pas d une façon qui suggérerait qu ils vous soutiennent ou approuvent votre utilisation de l œuvre). Pas d utilisation commerciale Vous n avez pas le droit d utiliser cet ouvrage à des fins commerciales. Pas de modification Vous n avez pas le droit de modifier, de transformer ou d adapter cette création. Étant entendu que : Renonciation l une ou l autre des conditions susmentionnées peut être levée si le titulaire des droits vous en donne la permission. Domaine public La licence ne modifie aucunement le statut d une œuvre ou de quelconque de ses éléments lorsqu ils font partie du domaine public en vertu des lois applicables. Autres droits la licence ne modifie aucunement les droits suivants : le droit d utilisation équitable ou autres exceptions ou restrictions applicables en vertu de la législation sur le droit d auteur; les droits moraux de l auteur; les droits que d autres personnes détiendraient sur l ouvrage lui-même ou sur son utilisation, tels que le droit à la protection de la personnalité et le droit à la protection de la vie privée. Attention! Chaque fois que vous réutilisez ou distribuez ce document, vous devez rappeler les conditions d utilisation du contenu sous licence.

3 Table of Contents Section A La santé mentale dans la classe Section B Trouble anxieux Section C Troubles de comportement Section D Troubles de l humeur Section E Problèmes d attention Section F Alcoolisme et toxicomanie Section G Automutilation Section H Psychose maniacodépressive Section I Troubles de l alimentation Section J Psychose Section K Manière d aborder les problèmes de santé mentale Section L Ressources nationales et provinciales sur la santé mentale à l usage des jeunes et des parents

4

5 La santé mentale dans la classe Vous remarquez qu un élève semble traverser une période difficile. Peut-être manifeste t il des comportements impulsifs négatifs («acting out») ou se replie-t-il sur lui-même, coupant ainsi toute communication. Quelle qu en soit la cause, cette manière d agir nuit à son rendement scolaire et à son apprentissage. Or, ces problèmes sont parfois attribuables à des troubles de santé mentale. Lorsqu ils affectent l aptitude à apprendre et à obtenir de bons résultats, ils compromettent la réussite de l enfant à l école. Le milieu scolaire joue un rôle important dans le dépistage des élèves susceptibles d avoir des problèmes de santé mentale et dans leur orientation vers des services qui leur seraient bénéfiques. Ce point est abordé dans le document Cheminer en harmonie du ministère de l Éducation de l Ontario (qui se trouve à elemsec/speced/shared.pdf). Nous n ignorons pas que vous avez un horaire chargé et bon nombre de priorités conflictuelles : on ne peut donc pas vous demander de vous ériger en spécialiste des problèmes de santé mentale des enfants et des adolescents. Il n en demeure pas moins que vous avez un rôle important à jouer à l égard de la santé mentale : vous devez veiller à ce que sa classe soit un milieu sain et sans danger pour tous les élèves, savoir reconnaître le comportement et les signes d un élève aux prises avec des problèmes de santé mentale et être certain de bien connaître la marche à suivre pour obtenir de l aide pour l élève en question. Ce guide vous permettra de mieux comprendre les problèmes de santé mentale chez les enfants et les adolescents, de prendre connaissance des mesures pouvant aider ces élèves et d avoir une idée de la façon d aborder le sujet de la santé mentale en classe. Quels sont les problèmes de santé mentale qui touchent les enfants et les adolescents? Les enfants et adolescents peuvent éprouver des problèmes de santé mentale dont la gravité varie beaucoup. Par exemple, avant de passer un examen, tel élève sera inquiet alors que son camarade sera franchement anxieux. Lorsqu un problème dure plus de quelques semaines et perturbe le quotidien de l élève, il est temps d obternir de l aide. Les problèmes de santé mentale chez les enfants et les adolescents sont-ils communs? Dans une classe de 30 élèves, environ cinq ou six enfants éprouveront un problème de santé mentale; pour trois ou quatre de ce nombre, ce problème aura des conséquences dans leur quotidien. Étude sur la santé des jeunes ontariens, 1985, Waddell et Shepherd, 2002 A1 La santé mentale dans la classe

6 Quelles sont les causes des problèmes de santé mentale chez les enfants et les adolescents? On croit que les problèmes de santé mentale résultent d une combinaison de facteurs, notamment des déséquilibres chimiques, des lésions cérébrales, d importants stress dans la vie, de l influence exercée par la constitution génétique et des anomalies survenues au moment de la formation des circuits du cerveau pendant les premières années de vie. Un problème de santé mentale peut être causé par la tension qu occasionnent la charge de travail scolaire, les relations avec les pairs, un conflit au sein de la famille ou des difficultés d adaptation à la structure de l école. Toutefois, quel que soit l élément déclencheur direct, les problèmes de santé mentale sont toujours attribuables à un certain nombre d autres facteurs. Voilà pourquoi la collaboration entre l école, la famille et la collectivité est importante. Quelles sont les conséquences des problèmes de santé mentale sur l apprentissage des enfants et des adolescents? L enfant qui présente un problème de santé mentale pourrait avoir de la difficulté à progresser normalement à l école. La situation est pire pour celui aux prises avec de graves troubles; il pourra nécessiter des soins spéciaux qui seront coordonnés au moyen d un plan d enseignement personnalisé. Les programmes d éducation à l intention des enfants souffrant de problèmes de santé mentale doivent comporter un volet leur permettant d acquérir des aptitudes sociales et d accroître la conscience, la maîtrise et l estime de soi afin qu ils réussissent dans leurs études. Certes, de telles habiletés sont importantes pour tous les élèves, mais celui ou celle qui est atteint de problèmes de santé mentale ne parviendra souvent pas à les développer au même rythme que ses camarades. Les élèves qui éprouvent des troubles du développement ou d apprentissage ou encore qui ont une incapacité physique courent un risque élevé d avoir des problèmes de santé mentale. Ces jeunes auront souvent besoin d un soutien spécial et de mesures correctrices pour acquérir des habiletés sociales et interpersonnelles. Savoir reconnaître les signes d un problème de santé mentale chez un enfant peut faciliter une intervention précoce, réduisant ainsi les risques que l élève continue de prendre du retard dans son cheminement scolaire et son développement sur le plan social. L information donnée dans le présent document vous permettra donc de mieux repérer les signes de problèmes de santé mentale chez un élève et de connaître les mesures qui pourraient l aider. «L enseignante a donné à ma fille un carnet positif. Lorsque quelque chose n allait pas à l école, ma fille l y écrivait, mais elle devait également noter six événements positifs qui s étaient produits au cours de la journée afin qu elle puisse constater visuellement qu il y avait plus de raisons d être optimiste que de faire grand cas des inquiétudes. Ce carnet l a réellement aidée à se calmer lorsqu elle commençait à se faire du souci.» Parent d une fille de 11 ans A2 La santé mentale dans la classe

7 Quelques faits et données concernant les problèmes de santé mentale dans l enfance et l adolescence Environ un enfant ou un adolescent sur cinq est atteint d un problème de santé mentale, notamment l anxiété et la dépression (Waddell et Shepherd, 2002). Les problème de santé mentale peuvent avoir de sérieuses conséquences sur l aptitude de l enfant à réussir à l école et sur ses relations avec ses pairs. Les enfants qui en sont atteints ne sont pas de mauvaises personnes, pas plus que leurs parents. Les problèmes de santé mentale peuven être traités. Il importe d intervenir tôt. Le traitement permettra de réduire les symptômes mais sans apporter de guérison complète l enfant aura tout de même besoin de compréhension et de soutien. À quel moment devriez-vous vous préoccuper de l état d un élève? Parmi les signes laissant croire qu un enfant éprouve des problèmes de santé mentale, on retrouve : un comportement ou humeur inadéquats pour son âge; un comportement qui tranche avec ceux de ses pairs; un comportement qui dure plus longtemps que la normale. Un enfant qui manifeste de tels comportements devra être surveillé de plus près. Ce n est que graduellement qu une personne mentalement saine commence à éprouver des problèmes de santé mentale. Un comportement difficile ne constitue donc pas à lui seul une «preuve» que l élève a des problèmes de santé mentale. Si vous croyez qu un de vos élèves est dans cette situation, prenez en considération les trois critères suivants : fréquence : le comportement préoccupant de l élève revient-il souvent? durée : combien de temps le comportement dure-t-il? intensité : dans quelle mesure le comportement affecte-t-il les activités de l élève? En connaissant la fréquence, la durée et l intensité, il vous sera possible de déterminer la gravité du problème. A3 La santé mentale dans la classe

8 Que pouvez-vous faire? Il suffira, en un premier temps, de noter la fréquence, la durée et l intensité du comportement préoccupant. Vous trouverez à l annexe 2 un modèle à cet effet. Toutefois, votre conseil scolaire possède peut-être déjà son propre formulaire. Après avoir recueilli plusieurs observations, vous voudrez sans doutes les présente à ceux et cettes étant en mesure de collaborer avec vous à l élaboration d un plan pour la gestion du comportement de l élève. Quels autres intervenants devraient participer? Si l enseignant joue un rôle important dans le dépistage d éventuels problèmes de santé mentale, il n est pas le seul. Une collaboration faisant intervenir les parents ou tuteurs, d autres membres du personnel de l école et parfois des spécialistes du conseil scolaire et de la collectivité est importante pour s occuper de ces élèves. L étape suivante dépend des mécanismes établis par l école et le conseil scolaire : l enseignant ressource, le psychologue ou la direction de l école peut être appelé à déterminer le problème de l élève et à formuler des solutions à cet égard. Toutes les écoles sont tenues de se doter d une équipe chargée d examiner le dossier des élèves qui n obtiennent pas les résultats attendus. Les parents ont, eux aussi, un grand rôle à jouer dans la résolution du problème. N hésitez pas à svous informer auprès de la direction de votre école ou de vos collègues de la procédure à suivre pour demander un soutien additionnel en classe pour un élève aux prises avec des problèmes de santé mentale. Diagnostic du type de problème de santé mentale Les problèmes de santé mentale chez les enfants et les jeunes sont souvent complexes et tendent à s imbriquer les uns dans les autres. On parviendra rarement à poser un diagnostic clair en santé mentale au moyen d un seul test ou examen. Comme vous pourrez le constater dans les prochaines pages, un grand nombre de réactions ou de symptômes observables en classe sont communs à plusieurs problèmes de santé mentale distincts. En Ontario (en vertu de la Loi sur les professions de la santé), les seuls spécialistes habilités à diagnostiquer des problèmes de santé mentale sont les médecins (y compris les psychiatres) et les psychologues. Toutefois, l enseignant joue un rôle important à cet égard, car il peut faire part d observations sur le comportement que l enfant ou le jeune manifeste à l insu de ses parents ou que le spécialiste ne sera pas en mesure de constater dans son cabinet. Votre conseil scolaire compte peut-être parmi son personnel des spécialistes aptes à poser des diagnostics dans ce domaine, mais dans la plupart des collectivités, il faudra orienter l élève vers des services de santé mentale pour enfants. En Ontario, ceux-ci sont financés par le ministère des Services à l enfance et à la jeunesse et donnés par des organismes indépendants. Un grand nombre de ces organismes sont membres de Santé mentale pour enfants Ontario, qui tient à jour une liste d organismes par région dans son site Web : A4 La santé mentale dans la classe

9 Autres mesures à la portée de l enseignant L enseignant peut également (avec le consentement requis du ou des parents ou du ou des tuteurs, le cas échéant) faire part de ses précieuses observations sur les résultats du traitement dans le milieu scolaire. C est lorsque l élève, les parents ou les tuteurs, les spécialistes de la santé mentale et l équipe de l école collaborent tous à la résolution d un même problème en ayant recours à des méthodes concourantes que le traitement est le plus efficace. L enseignant se trouve également dans une situation exceptionnelle pour sensibiliser tous les élèves à l égard des problèmes de santé mentale et ainsi les amener à en avoir une meilleure perception. Enfants, jeunes, adultes, tous conviennent que la stigmatisation est l un des grands obstacles à surmonter avant d aller chercher de l aide pour un problème de santé mentale. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les programmes scolaires visant à lutter contre la stigmatisation des problèmes de santé mentale, veuillez consulter le site Web de la Commission de la santé mentale du Canada au ou celui du Centre d excellence provincial en santé mentale des enfants et ados au «Un stigmate est une marque de disgrâce ou de discrédit qui isole une personne des autres. Cette notion fait intervenir celles de stéréotypes négatifs et de préjugés. Les stigmates sont le résultat de la peur de la différence et du manque de confiance. Ils se fondent sur une exposition répétée à des renseignements erronés renforçant les perceptions négatives et les croyances fausses qui sont bien ancrées et persistantes. La stigmatisation mène à l exclusion sociale et à la discrimination. La discrimination, qui est le traitement inéquitable d une personne ou d un groupe en raison d un préjugé, a des répercussions sur les gens dans de nombreux domaines y compris l emploi, le logement, les soins de santé, les politiques et le sous-financement, les traitements coercitifs et le non-respect des droits de la personne fondamentaux.» Commission de la santé mentale du Canada A5 La santé mentale dans la classe

10 Indices d un éventuel problème de santé mentale chez un élève Émotions et comportement L élève : est exagérément renfermé, tranquille et évite les contacts; a une faible estime de soi et ressent un sentiment d échec ou d inutilité; est fortement irritable, ce qui peut laisser croire à la désobéissance ou à l agression; est désespéré ou a le sentiment d être dépassé; affiche une humeur instable au point où son enseignant et ses camarades ne savent pas à quoi s attendre de lui; la moindre contrariété le met en colère et il se met à lancer des invectives; est en proie à des inquiétudes ou à des craintes extrêmes qui nuisent à ses amitiés, à son travail d école ou à ses jeux; son humeur change brusquement, ce qui a des conséquences sur ses relations avec les autres; présente un changement marqué dans sa personnalité ou son comportement; est mélancolique durant au moins deux semaines; refuse constamment d aller à l école. Vie scolaire L élève : est agité, remue sans cesse ou est toujours en mouvement; obtient des notes médiocres malgré les efforts qu il consent et, visiblement, participe moins en classe; est peu attentif aux détails et fait des erreurs dans ses travaux en raison d un manque de vigilance; ne semble pas écouter lorsqu on lui parle directement; ne suit pas les directives ou ne mène pas à bien les tâches demandées; est facilement distrait; a la mémoire courte dans les activités quotidiennes; peine à demeurer concentré sur une seule tâche; A6 La santé mentale dans la classe

11 Vie scolaire (suite) s ennuie rapidement; perd ou oublie souvent des objets; a de la difficulté à se concentrer sur ses travaux ou sur les activités en classe; est rêveur ou ne parvient pas à prêter attention; a peur de participer ou de répondre aux questions; ne sait pas comment se comporter en récréation, pendant ses temps libres, quand il n est pas surveillé ou au sein d un large groupe. Communication et aptitudes sociales L élève : est la plupart du temps seul; parle sans arrêt sur un sujet et monopolise la conversation; fait «l idiot» afin d attirer l attention d un groupe où il ne parvient pas à faire sa place; est brusque sur le terrain de jeu et fait mal aux autres enfants; manifeste des habiletés motrices déficientes (p; ex., il est incapable de lancer ou d attraper une balle); risque d avoir acquis auprès de ses camarades la réputation d être autoritaire ou brusque; endommage les jouets, etc., sans le faire exprès; parle sans réfléchir; s immisce dans des groupes qui jouent. A7 La santé mentale dans la classe

12 Autres renseignements sur les problèmes de santé mentale chez les enfants et les adolescents Centre of Knowledge on Healthy Child Development Créé par l Offord Centre for Child Studies, le site présente des renseignements factuels sur les problèmes de santé mentale des enfants et des jeunes. Soins de nos enfants Ce site de la Société canadienne de pédiatrie contient des dossiers à l intention des parents sur certains problèmes de santé des enfants et des adolescents. Association canadienne pour la santé mentale On y trouve de l information sur des problèmes de santé mentale chez les enfants. Teen Mental Health Mis sur pied par le Dr Stan Kutcher, de l Université Dalhousie à Halifax, ce site vise à donner aux jeunes, à leurs parents et aux autres personnes qui s intéressent à la jeunesse des renseignements sur les problèmes de santé mentale des adolescents. Livret Quand ça ne va pas : Aide aux enseignants aux prises avec des élèves en difficulté Ce document de la Fondation canadienne de recherche en psychiatrie permettra aux enseignants de reconnaître les problèmes de santé mentale survenant dans sa classe et de s en occuper. Centre d excellence provincial en santé mentale des enfants et ados Le Centre d excellence provincial en santé mentale des enfants et ados au CHEO, en collaboration avec d autres acteurs prépondérants, s emploie à mettre en place un réseau intégré qui réponde véritablement aux besoins en matière de soins de santé mentale des enfants, des jeunes, de leurs parents et des fournisseurs de soins. A8 La santé mentale dans la classe

13 Trouble anxieux L enseignant constate qu un de ses élèves semble nerveux ou craintif : sans doute ce dernier vit-il un événement stressant, comme se préparer à jouer dans une pièce de théâtre à l école ou à passer un examen. Dans pareilles situations, il est normal qu un enfant se fasse du souci ou soit nerveux, ce qui peut même l aider à mémoriser ses répliques ou à étudier plus longuement pour l examen. Toutefois, cet état peut devenir un problème si l enfant ou l adolescent est fréquemment nerveux ou inquiet et a du mal à faire face aux défis qui surviennent ou à de nouvelles situations. Il ne s agit pas là simplement d une «nervosité» : il vaudrait mieux dans ce cas parler «d anxiété», qui se définit par un sentiment d inquiétude ou de malaise. Lorsque l anxiété atteint un point tel qu elle perturbe le quotidien de l enfant ou du jeune, nous avons affaire à un trouble anxieux, qui est un état psychiatrique nécessitant peut-être un traitement médical ou psychologique. Le trouble anxieux est-il fréquent? Environ 6 p. 100 des enfants et des jeunes souffrent d un trouble anxieux assez sérieux pour avoir besoin d un traitement. Quelle est la durée du trouble anxieux? Sans traitement, le trouble anxieux qui commence dans l enfance peut durer toute la vie, quoiqu il puisse se manifester sporadiquement. Quelles en sont les causes? Les causes du trouble anxieux sont multiples et complexes. Il est probable que les gènes y contribuent. Quoi qu il en soit, le domicile, le quartier, l école et d autres milieux sont également susceptibles de jouer un rôle à cet égard. Par exemple, certains bébés ou jeunes enfants qui subissent un trop grand stress deviendront anxieux. D autres enfants «apprennent» à le devenir lorsque surviennent de nouvelles situations, reproduisant ainsi le comportement d un parent ou d autres personnes qui se sont occupées d eux. Chez la plupart des enfants et des jeunes, le trouble anxieux est le résultat de plusieurs causes. Qu est-ce qui constitue un comportement normal? Et un comportent anormal? Se sentir nerveux à cause d un simple événement, comme un examen, est normal. Toutefois, s efforcer d éviter toute situation qui cause de l anxiété ne l est pas et un tel comportement chez un enfant ou un adolescent peut être révélateur d un trouble anxieux. Bien des jeunes atteints de ce trouble sont tranquilles et ne dérangent pas les autres en classe; il peut donc être difficile de déceler chez eux les signes de cet état. Certains enfants n arriveront pas à comprendre qu ils ressentent de l anxiété et à nommer ce sentiment, ce qui complique davantage les tentatives de cerner le problème. B1 Trouble anxieux

14 Dans certaines situations, l anxiété est normale chez un jeune enfant, mais pas chez un enfant plus âgé. L exemple habituel est celui de l élève bouleversé lorsque ses parents le laissent à l école la première fois. Cette anxiété due à la séparation est une réaction normale chez un jeune enfant, mais serait inhabituelle pour un enfant plus âgé. Lorsque les symptômes se manifestent dans la période tardive de l enfance ou à l adolescence et durent plusieurs semaines, il conviendrait de demander l aide d un spécialiste. Quelques signes d un enfant anxieux L élève : est fréquemment absent; refuse de prendre part aux activités sociales de l école; ses notes baissent ou ses travaux ne satisfont pas aux attentes; est souvent seul, possède peu d amis, a du mal à se lier d amitié; se plaint de problèmes physiques qu on ne peut attribuer à un problème de santé; se fait beaucoup de souci au sujet de ses travaux scolaires ou de ses notes; a fréquemment des crises de larmes; est facilement contrarié; craint de se trouver dans de nouvelles situations. Conséquences sur l apprentissage L anxiété est souvent une des principales causes de piètres résultats scolaires. L élève qui souffre d un trouble anxieux s énerve pour un rien et a du mal à terminer ses travaux, lorsqu il ne refuse pas tout simplement de les faire, ayant l impression qu il ne pourra s en acquitter correctement. En classe, l enfant anxieux semble timide. Il est réticent à faire des travaux en groupe ou à prendre la parole. Tantôt, il refusera d aller à l école, craignant de se trouver dans l embarras ou d échouer, tantôt, il sera difficile à supporter. Évidemment, un comportement perturbateur n aide en rien à résoudre le problème, mais il permet au moins à l enfant d éviter pendant ce temps de ressentir cette affreuse sensation d anxiété. L enfant perfectionniste s impose des objectifs impossibles à atteindre. Il devient extrêmement angoissé s il est incapable d atteindre la perfection et n est pas satisfait de ses résultats à l école. De telles attentes l empêchent de faire ses devoirs et même d entreprendre quelque travail que ce soit (car il est «toujours possible de faire mieux»). Cet enfant est rongé par la crainte, plus particulièrement celle d échouer sur les plans social et scolaire. Le perfectionnisme, jumelé à l immaturité et aux compétences limitées d un jeune enfant, peut alors devenir paralysant. Ironiquement, les objectifs élevés que s impose l enfant perfectionniste empêchent en fait qu il donne un rendement maximum, car tous les efforts qu il consent pour devenir parfait, au lieu de l aider à concrétiser son objectif, lui font obstacle. B2 Trouble anxieux

15 Trouble anxieux : quelques pistes pour aider votre élève à l école La clé pour qu il progresse continuellement : y aller lentement. Ne vous intéressez pas uniquement à son anxiété, mais n exigez pas non plus trop de lui. Donnez à l élève une récompense lorsqu il fait preuve de courage et n est pas en proie à l anxiété. Soulignez son courage lorsqu il réalise une tâche qu il ne ferait pas normalement Et faites-en grand cas. Mentionnez à l élève qu il est en train de combattre sa peur. En en prenant conscience, il se fera davantage confiance et aura une meilleure estime de lui-même. En évitant les situations ou les tâches qu il appréhende, l élève finit par se croire incapable de faire face à celles-ci ou à son inquiétude. Encouragez-le à accomplir petit à petit la tâche qui lui fait peur. Vérifiez son état d esprit au début de la journée. Découvrez quelles sont les situations qui ne lui posent pas problème et trouvez les mesures à prendre lorsqu il éprouve des difficultés. Les jours où il refuse d aller à l école, prévoyez une intervention dès son arrivée, par exemple lui donner une récompense pour être venu à l école. Assurez-vous que l élève a noté correctement les devoirs à faire. Au besoin, écourtez les devoirs et les leçons. Dans la mesure du possible, ne modifiez pas son horaire. Afin d éviter qu il ne s absente, envisagez de modifier son horaire ou de réduire le temps qu il passe à l école. Demandez aux parents quels sont les moyens qu ils prennent à la maison pour dissiper l anxiété. Reconnaissez et récompensez les petites améliorations, p. ex., lorsque l enfant termine un travail en temps voulu sans avoir tenté d arriver à la perfection en le recommençant sans arrêt. Offrez un cadre éducatif où les erreurs font naturellement partie du processus d apprentissage. Encouragez et récompensez tous les progrès accomplis dans sa lutte contre l anxiété. Avertissez-le lorsque sa routine est modifiée. B3 Trouble anxieux

16 Autres renseignements Sites Web Anxiety Disorders Association of America (association des troubles anxieux [États- Unis]) Société canadienne de pédiatrie National Institute of Mental Health (institut national de la santé mentale [États-Unis]) Livres pour les enseignants School Phobia, Panic Attacks, and Anxiety in Children CSOTI, Marianna. Jessica Kingsley Publishers, ISBN : Your Anxious Child: How Parents and Teachers Can Relieve Anxiety in Children DACEY, John S. Jossey-Bass, ISBN : Livres destinés aux jeunes I Don t Want to Go to School: Helping Children Cope with Separation Anxiety PANDO, Nancy. New Horizon Press, ISBN : The Anxiety & Phobia Workbook, quatrième édition BOURNE, Edmund J. New Harbinger Publications, ISBN : B4 Trouble anxieux

17 Troubles de comportement Un comportement difficile est souvent le signe ou le symptôme le plus apparent d un élève qui éprouve des problèmes. Certes, un enfant se conduira parfois ainsi pour des raisons évidentes, par exemple, il a du mal à finir un devoir, il s est disputé avec un camarade, il est fatigué ou irascible. Toutefois, d autres cas sont difficiles à comprendre puisque personne, pas même l enfant en question, ne voit aucune raison apparente à cette attitude. Qui n a jamais été difficile dans son enfance? Le nourrisson pleure et s agite lorsque sa couche est mouillée ou qu il a faim. Ce comportement indique au parent ou à la personne qui s occupe de lui de le changer ou de le nourrir. Voilà comment nous commençons, par notre comportement, à communiquer un message. En vieillissant, l enfant acquiert de meilleures façons de communiquer ses pensées, ses désirs et ses sentiments. Lorsqu il ne parvient pas à le faire ou qu il revient à un comportement enfantin, nous devons parler de troubles de comportement. Une réaction qui est parfaitement normale à un certain stade de l enfance peut se révéler problématique à d autres moments : il importe donc de connaître le développement de l enfant afin de comprendre les troubles de comportement. À l instar de l apprentissage de la langue et des habiletés motrices par l écoute, l observation et la pratique, l enfant a besoin de pratique et d encouragement pour acquérir des aptitudes sociales, la maîtrise de soi et un bon comportement. Celui qui présente des déficiences dans ces domaines a peut-être manqué de pratique, d encouragement ou d occasions d observer le comportement d autres enfants. L enseignante de maternelle connaît bien les aptitudes sociales nombreuses et variées que possèdent les élèves dès le premier jour de classe, leur maîtrise de soi et leurs réactions. Si c est en maternelle que l enfant a, pour la première fois, l occasion d observer, de pratiquer et d acquérir ces habiletés, il pourrait accuser du retard par rapport aux autres enfants qui ont pu développer ces aptitudes à la garderie ou par le jeu. C1 Troubles de comportement

18 Tout comme pour les autres compétences, chaque enfant acquiert de nouvelles habiletés à son propre rythme. L enfant ou le jeune ayant une déficience intellectuelle pourrait être plus lent à les acquérir et peut-être même ne parviendra-t-il jamais à maîtriser certaines habiletés plus subtiles et complexes. Ajoutons à cela les difficultés d apprentissage, qui peuvent compliquer l acquisition de ces aptitudes et de celles qui sont nécessaires aux études. L enseignant remarquera rapidement que l enfant d une famille dysfonctionnelle qui, à son arrivée en classe, présente des troubles d apprentissage et est moins mûr que ses camarades, peut vite prendre du retard dans bien des domaines. D autres maux viennent aggraver les troubles du comportement. Les enfants et jeunes autistes saisissent avec peine les repères et les comportements sociaux. Certains enfants atteints d handicaps physiques ou de maladie chronique auront parfois moins d occasions de fréquenter des endroits où ils pourront observer des comportements indiqués pour leur âge afin de les imiter. D autres problèmes de santé mentale, tels que la toxicomanie, les problèmes d attention, l anxiété et les troubles de l humeur, sont également susceptibles de contribuer aux troubles de comportement. Souvent de courte durée, les troubles du comportement peuvent être causés par une situation ou un problème particulier auquel fait face l élève. N oublions pas que nul n est à l abri d une «régression» : en raison de fatigue ou de tensions, ou lorsque notre comportement évolué de «personnes mûre» semble inefficace, nous avons parfois recours à un comportement acquis antérieurement. Combien de fois nous sommes-nous fait comprendre par notre attitude après que nos paroles n aient eu aucun effet! Lorsqu un élève qui se conduit habituellement correctement commence à manifester des troubles, il est utile de recueillir certains renseignements et de tenter de découvrir l objectif qu il poursuit par ce comportement. Il convient également de noter les activités qui se déroulaient dans la classe et autres circonstances lorsque les troubles se sont manifestés et le résultat du comportement. Par exemple, si un élève met le désordre dès que commence une activité donnée et que le résultat est qu il en est exclu, on peut raisonnablement conclure qu il cherchait à y échapper. S il n est pas parvenu à exprimer son désir, à savoir ne pas participer à cette activité pour une raison quelconque, son comportement a tout de même eu l effet souhaité. En plus de consigner les circonstances et les activités qui se déroulaient avant que ne surviennent le comportement (l antécédent) et son résultat (la conséquence), il est également utile de noter la fréquence des troubles, leur gravité et leur durée. Une fois cette information recueillie, si vous ne parvenez toujours pas à trouver un moyen de régler le problème de comportement, vous devriez en discuter, en fonction des pratiques de l école et du conseil scolaire, avec un collègue que vous respectez et en qui vous avez confiance, avec la direction de votre école ou, s il y a lieu, avec un consultant en comportement ou un enseignant ressource. C2 Troubles de comportement

19 Signes d éventuels troubles du comportement La plupart des enfants et des jeunes finissent tôt ou tard par avoir des écarts de conduite. Toutefois, certains d entre eux présentent des troubles de comportement plus graves, qui nécessitent une aide additionnelle. Parmi les signes à surveiller à cet égard, mentionnons : un comportement difficile pendant au moins plusieurs mois, où l enfant désobéit sans cesse, réplique et est violent; un comportement qui sort de l ordinaire, où l enfant enfreint gravement les règles en vigueur dans sa famille et dans sa collectivité; il ne s agit pas simplement de méchanceté enfantine ni d un sentiment de rébellion chez les adolescents. Nature du trouble du comportement L enfant dont le comportement difficile s aggrave et devient chronique peut être aux prises avec un trouble du comportement. Il s agit d un grave problème de santé mentale, dont le diagnostic ne peut être posé que par un spécialiste chevronné dans l évaluation des jeunes. Comme les troubles du comportement touchent environ 3,3 p. 100 des jeunes Canadiens (Waddell et Shepherd, 2002), l enseignant risque fort d avoir dans sa classe au moins un élève qui en est atteint. Il existe deux types principaux de troubles de comportement perturbateur : le trouble oppositionnel avec provocation (TOP) et le trouble de la conduite (TC). L enfant qui fait beaucoup de crises de colère, ou qui, sans cesse, désobéit ou se dispute avec des adultes ou des camarades souffre peut être d un TOP. Des problèmes plus graves, comme de fréquentes agressions physiques, le vol et l intimidation, peuvent être symptomatiques d un TC. Les enfants aux prises avec un TC ne parviennent souvent pas à décoder ce que les autres pensent. Ils ont souvent de la difficulté à s adresser aux autres et croient parfois que les autres sont méchants à leur endroit ou leur souhaitent du mal alors que ce n est pas du tout le cas. S ils font face à des difficultés langagières, l enfant ou le jeune pourraient avoir de la difficulté à trouver les mots qu il faut pour s exprimer et tentera alors de le faire par leur comportement. Ils peuvent d avoir de la difficulté à se faire des amis et donc d en ressentirent de la tristesse, de la frustration et de la colère. Les enfant atteints d un TC sont constamment agressifs, ce qui leur attire des ennuis, à eux et à leurs familles. Ils peuvent se montrer menaçants, faire du mal aux gens et aux animaux et peuvent aussi endommager, voire détruire, des biens. Vols, vols à l étalage et même introductions par effraction sont souvent également à leurs actifs. Souvent, ils mentent et tentent d exploiter les autres en plus de sécher la classe. C3 Troubles de comportement

20 Types de troubles du comportement Trouble oppositionnel avec provocation (TOP) Le trouble oppositionnel avec provocation (TOP) est un genre de problème de comportement où l enfant est ouvertement hostile, récalcitrant et irritable. Il se met en colère contre les autres, est méchant à leur égard et leur garde rancune. Souvent, il fait exprès de contrarier les autres. Son attitude rebelle cible souvent les personnes en position d autorité, mais également, parfois, ses frères et sœurs, ses compagnons de jeu et ses camarades de classe. Sa vie familiale et scolaire ainsi que ses relations avec ses pairs souffrent grandement de son attitude et de son comportement. Trouble de la conduite (TC) Le trouble de la conduite (TC) est parfois une forme tardive et plus grave d un TOP qui a dégénéré. Un enfant aux prises avec un TC n est pas seulement un enfant qui est méchant. Le TC consiste en un trouble psychiatrique grave qui nécessite une aide professionnelle. Qu est-ce qui constitue un comportement normal? Et un comportent anormal? Il est important de comprendre que le comportement d un enfant peut se détériorer lorsque surviennent de nouveaux stress dans sa vie, à savoir, un décès dans la famille, des disputes entre les parents ou de l intimidation à l école. Il faut réconforter l enfant et lui accorder une attention spéciale afin de lui permettre de traverser ces périodes éprouvantes. Toutefois, si, après quelques mois, le problème demeure entier parce que l enfant ne se sent pas mieux et que son comportement ne s améliore pas, il est essentiel d obtenir une aide professionnelle. Quelles sont les causes des troubles du comportement? De nombreux enfants aux prises avec un TOP souffrent également d autres problèmes de santé mentale, comme la dépression, l anxiété ou un trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH). Un comportement perturbateur est souvent une réaction aux symptômes de ces états. Par rapport aux autres enfants, ceux atteints d un TOP ont plus souvent des antécédents dans leur famille de troubles du comportement ou de l humeur ou de toxicomanie. Parfois, l enfant qui ne reçoit pas de soins adéquats ou qui manque de supervision, qui assiste à des disputes au sein de la famille ou qui est témoin d actes violents, réagira en développant les symptômes du TOP. Vivre avec une mère dépressive qui ne reçoit pas de traitement augmente également les risques de développer un TOP. Ce dernier et le TC ont tous deux des liens avec des pratiques parentales sévères. C4 Troubles de comportement

21 Les trouble du comportement sont-ils fréquents? Les troubles de comportement perturbateur semblent plus communs chez les garçons que chez les filles et plus fréquents dans les centres urbains qu en régions rurales. Même si la formule pour déterminer la prévalence des troubles du comportement ne fait pas consensus, on estime que, chez les enfants d âge scolaire, entre 5 p. 100 et 15 p. 100 souffrent d un TOP et que, pour un peu plus de 4 p. 100 d entre eux, un diagnostic du TC est porté. Combien de temps durent les troubles du comportement? Les comportements qui caractérisent le début d un TOP ou d un TC se constatent chez l enfant d âge préscolaire. Chez les enfants qui souffrent du TOP, certains apprendront à la longue à contrôler leurs symptômes. D autres régresseront et développeront un TC. Si les symptômes d un TC ne sont pas traités rapidement, les enfants et adolescents aux prises avec ce trouble risquent davantage d échouer dans leurs études et, plus tard, d avoir de la difficulté à conserver un emploi. En outre, ils sont plus susceptibles de commettre des crimes dans leur jeunesse et leur vie adulte. Conséquences sur l apprentissage Les troubles de comportement peuvent perturber l apprentissage de l élève concerné et ses camarades de classe. Comme il est parfois chassé de la classe, il rate ainsi explications et travaux. L élève qui peine à comprendre le comportement que l on attend de lui ou à se plier aux attentes du personnel enseignant risque aussi d éprouver des problèmes d apprentissage. Contrarié parce qu il ne parvient pas à comprendre les travaux qu il doit faire, il se met en colère et réagit à des situations anodines dont ne se rendent même pas compte ses camarades. Contrairement au sens commun, L élève au prise avec un trouble du comportement peut aussi juger qu il vaut mieux s emporter que d admettre qu il ne comprend pas le travail qu il doit faire. Semblable réaction irrite ses camarades de classe et il finit par se les mettre à dos, les rendant peu enclins à l aider. C5 Troubles de comportement

22 Trouble de comportement : quelques pistes pour aider votre élève à l école Capter l attention : avant de commencer la leçon, assurez-vous d avoir l attention de tous les élèves. Instruction directe : commencez par décrire en détail les activités du cours. Surveillance : faites le tour de la classe afin de vous assurez que tous les élèves ont commencé et qu ils sont à la bonne page. Soyez un modèle pour l élève : donnez l exemple du comportement respectueux et tranquille souhaité chez l élève. Signaux non verbaux : à l aide de gestes des mains, d expressions du visage ou de tout autre signe, indiquez à l élève que son comportement est inacceptable sans que toute la classe le sache. Aménagement de la classe : examinez les mesures à prendre pour que la classe soit accueillante et chaleureuse. Certains élèves devront être placés dans un endroit tranquille, à l abri d un trop grand nombre de distractions. Intervention discrète : souvent, une situation épineuse n était, au départ, qu une anicroche. Assurez-vous que l élève ne se sente pas gratifié en devenant le centre d attention de la classe à la suite d une mauvaise conduite. Affirmation de la discipline : Assurez-vous de faire connaître les attentes et que l élève y satisfait à tout moment. Personnalisation des attentes : en reprenant l élève, énoncez clairement les attentes : «Je m attends à ce que tu» ou «Je veux que tu». Attentes positives quant au comportement : énoncez des règles qui favorisent le comportement recherché et non qui cherchent à décourager certaines actions. Par exemple, au lieu d imposer la règle «Pas de dispute», instituer celle «Régler les conflits de façon juste». Adaptation du site Discipline by Design C6 Troubles de comportement

23 Autres renseignements Livres The Difficult Child TURECKI, Stanley. Bantam, 2e édition révisée, ISBN : Your Defiant Child: Eight Steps to Better Behavior BARKLEY, Russell. Guilford Press, ISBN : Responding to Problem Behavior in Schools: The Behavior Education Program CRONE, Deanne A. The Guilford Press, ISBN-13: Functional Assessment: Strategies to Prevent and Remediate Challenging Behavior in School Settings CHANDLER, Lynette K. Prentice Hall, ISBN-13 : School-Based Interventions for Students with Behavior Problems CHANDLER, Lynette K. Prentice Hall, ISBN-13 : Sites Web American Academy of Child and Adolescent Psychiatry (académie américaine de psychiatrie infantile et de l adolescent) Société canadienne de pédiatrie C7 Troubles de comportement

24

25 Troubles de l'humeur Les troubles de l humeur ont un effet sur les pensées, l estime de soi et les perceptions. La dépression est le trouble de l humeur le plus fréquent. Même les jeunes enfants y sont sujets : toutefois, chez ceux-ci, les manifestations de la dépression seront différentes de celles des adultes. On sait que le très jeune enfant souffre d une dépression par son comportement. Il ne sera peut-être pas capable d expliquer comment il se sent, mais il se plaindra d avoir mal au ventre, à la tête ou d autres douleurs. Chez l adolescent, on peut s attendre à certaines sautes d humeur. Pourtant, dans certains cas, il peut s agir d une dépression réelle. L enfant ou l adolescent déprimé semble distrait en classe et ne prête pas attention à ce que disent ses parents. Si, de plus, il est constamment triste ou se met à pleurer à la moindre occasion, il présente les symptômes communs de la dépression. L irritabilité et le manque d intérêt à l égard d activités qui auparavant lui plaisaient, telles la pratique de sports et les sorties entre amis, comptent également au nombre des symptômes communs de la dépression, auxquels il faut ajouter l anxiété, souvent présente. L adolescent déprimé présente un risque élevé de suicide. Il importe donc grandement que les parents, les personnes qui s en occupent et les enseignants reconnaissent les symptômes d une dépression chez les enfants et les adolescents. Une dépression non traitée peut aussi entraîner des problèmes de santé à long terme. Les troubles de l humeur sont-ils fréquents? On estime que 3,5 p. 100 des enfants et des jeunes souffrent d un trouble de l humeur assez grave pour nécessiter un traitement. Combien de temps durent les troubles de l humeur? Certains troubles de l humeur finissent pas s estomper d eux-mêmes, mais d autres, s ils sont négligés, tourmenteront la victime pour le reste de ses jours. Toutefois, il existe des traitements efficaces, notamment la médication et les thérapies. Quelles en sont les causes? Les symptômes de la dépression chez les enfants et les adolescents sont attribuables à un certain nombre de facteurs. Ils peuvent se manifester à la suite d un événement triste ou douloureux, comme un décès dans la famille et aussi chez l enfant dont les parents se disputent constamment, le négligent ou le maltraitent. Toutefois, la prédisposition à souffrir de formes plus graves de troubles de l humeur s explique par l hérédité et, habituellement, des substances chimiques contribuant à la régularisation de l humeur dans le cerveau sont en cause. Prédisposition génétique et événement déclencheur : la recette parfaite pour causer la dépression. D1 Troubles de l'humeur

26 Qu est-ce qui constitue un comportement normal? Et un comportent anormal? Tristesse et dépression sont deux états différents. Une personne est triste en raison d un événement particulier, mais elle ne le demeurera pas longtemps. Cet état a des effets modérés sur son quotidien. Quelques signes communs de la dépression chez un enfant ou un jeune L élève : est triste pendant des semaines ou des mois; est abattu et se désintéresse de certaines activités; a une faible estime de soi; est solitaire, tranquille; est irritable; est rebelle ou perturbateur; est agité ou n arrive pas à rester en place et dérange ses camarades; émet des opinions négatives sur luimême, le monde ou l avenir; pleure excessivement pour des raisons relativement anodines; se plaint fréquemment de maux et de douleurs; est isolé sur le plan social et a de la difficulté à entretenir des amitiés; évite les interactions avec les autres enfants; a de la difficulté à réfléchir, à se concentrer et à se remémorer; peine à mener à bien des tâches, telles que les devoirs; a du mal à commencer une tâche, à la poursuivre jusqu au bout ou refuse de tenter de le faire; s assoit à l arrière de la classe et ne participe pas; refuse de faire ses travaux scolaires et, souvent, n observe pas les règles; lorsqu on lui demande pourquoi il ne fait pas ses travaux, répond : «Je ne sais pas»; «Ce n est pas important» ou «Tout le monde s en fiche, de toute façon»; arrive en retard ou sèche l école; s absente fréquemment de l école; ses notes diminuent. Conséquences pour l apprentissage L enfant ou le jeune victime d un trouble de l humeur peine à se concentrer en classe et à mener des travaux à bien. Il s énervera rapidement devant une tâche qu il aurait réalisée sans problème auparavant. Ce comportement nuit au rendement scolaire et entraîne d autres problèmes d humeur. D2 Troubles de l'humeur

27 Dans la classe, il est triste ou renfermé et évite ses camarades aux récréations et au terrain de jeu. Il se plaint d être fatigué ou de manquer d énergie. Les activités que pratiquait avec plaisir l élève souffrant d un trouble de l humeur l embêtent désormais. On l entendra dire : «À quoi ça sert?» ou «De toute façon, aucune importance». Certes, tous les élèves laissent échapper de tels propos de temps à autre, mais lorsque l un d entre eux ne présente pas son humeur normale pendant plusieurs semaines, le moment est venu pour l enseignant de partager ses observations et ses préoccupations. Troubles de l humeur : quelques pistes pour aider votre élève à l école Assurez-vous que, malgré son peu d énergie et sa capacité réduite à se concentrer, l élève a l occasion d obtenir du succès et de mener des tâches à bien, ce qui renforce l estime de soi. Laissez tomber les travaux moins importants jusqu à ce que l élève soit complètement remis. Rappelez-lui certaines de ses réalisations. Rencontrez-le en particulier tous les jours, par exemple, en l accueillant à la porte de la classe et en lui posant des questions sur un sujet qui l intéresse. Accordez-lui plus de temps pour faire ses devoirs, morcelez-les en petites étapes, offrez de l aide supplémentaire pour établir un emploi du temps ou pour acquérir des méthodes de travail ou jumelez-le jumeler à un camarade qui est disposé à l aider. La dépression réduit la capacité de l élève à apprendre et à se concentrer : il travaillera donc plus lentement que ses camarades. Raccourcissez ses devoirs ou accordez-lui plus de temps pour les faire. L enfant ou l adolescent dépressif est plus sensible aux critiques. Accompagnez les corrections de félicitations et d encouragement. L élève souffrant de dépression a souvent l impression qu il n est pas utile à grand-chose. Montrez-lui que vous avez a confiance en ses compétences et que vous les respectez. Posez des questions ouvertes pour lesquelles il n y a pas une seule bonne réponse. Des questions de ce genre réduisent au minimum les risques d embarrasser l élève. Consultez la procédure du conseil scolaire à l égard des élèves nourrissant des pensées suicidaires. Demandez conseil à la direction de votre école en cas de doute sur les mesures à prendre. D3 Troubles de l'humeur

28 Autres renseignements Sites Web American Academy of Child and Adolescent Psychiatry (académie américaine de psychiatrie pour enfant et adolescent) National Institute of Mental Health (institut national de la santé mentale [États-Unis]) Société pour les troubles de l humeur du Canada Ouvrages More Than Moody: Recognizing and Treating Adolescent Depression KOPLEWICZ, Harold. G.P. Putnam s Sons, ISBN-13: Lonely Sad and Angry: How to help your unhappy child INGERSOLL, Barabara et Sam GOLDSTEIN. Specialty Press/A.D.D. Warehouse, ISBN-13: Livre pour les jeunes What s Your Mood: A Good day/bad day/in-between day book POTTS, Kimberly. Adams Media Corporation, ISBN-13: D4 Troubles de l'humeur

29 Problèmes d'attention Certains enfants qui ne semblent pas prêter attention lorsqu ils le devraient sont peut-être en train de rêver ou sont préoccupés par un quelconque événement qui se produit dans leurs vies. D autres n arrêtent pas de courir dans tous les sens simplement parce qu ils ont beaucoup d énergie à dépenser. Certains enfants ne semblent pas avoir de problèmes d attention dans certaines situations. Toutefois, à d autres moments, et surtout lorsqu il est plus important d être attentif, comme à l école, c est tout à fait le contraire. Cependant, un petit nombre d enfants ont continuellement de la difficulté à demeurer attentifs et calmes. Ce comportement leur attire des ennuis à la maison, à l école et dans leur quartier. Leurs habiletés sociales s en trouvent souvent affectées et ils ont du mal à se faire des amis et à les garder. Alors, ils éprouvent du chagrin et se sentent rejetés. En outre, leur comportement impulsif et leur manque de jugement peuvent leur valoir des démêlés avec la justice. Ces jeunes doivent consulter un spécialiste de la santé afin de déterminer s ils souffrent d un trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH). L élève qui présente un TDAH risque fort d échouer à l école et d avoir d autres problèmes psychiatriques, tels qu anxiété, troubles de l humeur, trouble oppositionnel avec provocation (comportement récalcitrant et rebelle) ou trouble de la conduite (comportement agressif excessif susceptible de les mener, entre autres, au vol, à l intimidation et au vandalisme). Il ne faudra pas s étonner, si les troubles émotifs et comportementaux d un enfant présentant un TDAH ne sont pas traités, que celui ci consomme à l adolescence de l alcool et des drogues et fume des cigarettes de façon excessive. E1 Problèmes d'attention

30 Qu est-ce qui constitue un comportement normal? Et un comportent anormal? Les enfants peuvent, à l occasion, s exciter, faire du bruit, courir partout. Ils peuvent aussi être dans la lune et ne faire aucun cas de ce qu on leur demande, par exemple, de faire leurs devoirs ou leur lit. Toutefois, il n est pas normal qu un enfant ne parvienne pas à s asseoir sans bouger pendant un moment, se mette à courir impulsivement dans la rue et n arrive pas à être attentif malgré lui. S il n est pas certain que pareil comportement soit symptomatique d un TDAH, il est sans contredit le signe que l enfant doit être examiné par un spécialiste de la santé. Pour l heure, aucun test ne permet d établir avec certitude qu un enfant présente un problème d attention sévère. Le spécialiste de la santé pose habituellement son diagnostic du TDAH à la lumière de ses propres observations ainsi que de celles qu il obtient des parents, des enseignants et d autres personnes qui connaissent l enfant. Les problèmes d attention sont-ils fréquents? Chez les enfants d âge scolaire, environ 5 p. 100, dont davantage de garçons que de filles, sont aux prises avec le TDAH. Combien de temps durent les problèmes d attention? Quelque 80 p. 100 des enfants atteint d un TDAH continueront d en ressentir les symptômes à l école secondaire. Près de la moitié de ces adolescents les auront toujours une fois adulte. E2 Problèmes d'attention

31 Quelles en sont les causes? Certaines études sur la cause du TDAH effectuées sur des jumeaux font ressortir une piste héréditaire. Les gènes responsables de ce trouble n ont pas encore été établis, mais de nombreuses possibilités ont été envisagées. Habituellement, on trouvera plus d un cas dans une famille comportant un enfant atteint du TDAH : en effet, environ 25 p. 100 des parents ayant un enfant atteint du TDAH sont ou ont été eux-mêmes aux prises avec ce trouble ou avec un autre état pathologique, comme la dépression. On trouve habituellement dans une classe plus d un élève aux prises avec le TDAH, une réalité que n ignorent pas les enseignants et qui représente une situation très exigeante. Il importe toutefois de se rappeler que ce trouble relève de la santé mentale. Signes d hyperactivité L élève : est incapable de demeurer tranquillement assis; s agite beaucoup; parle sans cesse; quitte sa place alors qu il devrait être assis ou qu on lui a demandé de l être; parvient difficilement à jouer sans faire de bruit. Signes d inattention L élève : se laisse facilement distraire; ne fait pas attention aux détails et ses erreurs sont dues à un manque de vigilance; oublie des objets, tels que des crayons, dont il a besoin pour effectuer un travail; suit rarement jusqu au bout ou à la lettre les directives; n écoute pas; évite de faire les travaux ou les devoirs qui lui demandent un effort mental soutenu ou déteste les faire. E3 Problèmes d'attention

32 Signe d impulsivité L élève : est incapable de réfréner ses impulsions, telles que la formulation de commentaires déplacés; lance la réponse avant la fin de la question; frappe ses camarades; a du mal à attendre son tour; s emporte très facilement; manque de jugement. Conséquences pour l apprentissage Les problèmes d attention nuisent considérablement au rendement scolaire. L élève qui a de la difficulté à se concentrer peut ne pas faire attention à des consignes importantes et avoir du mal à s atteler au travail qu il doit faire. De plus, il arrive rarement à mener ses travaux à bien. Certains élèves souffrant de problèmes d attention sont très intelligents. Cependant, environ la moitié de ceux aux prises avec ce type de problème présentent également un problème d apprentissage pouvant être identifié au moyen d un diagnostic (à noter qu il est possible d être très intelligent et d avoir en même temps un problème d apprentissage). Comme il est souvent difficile de déterminer l origine d une difficulté particulière chez un élève, l enseignant devra s attaquer simultanément au problème d apprentissage et à celui de l attention. L élève ayant un problème d attention travaillera mieux dans un cadre structuré et selon un horaire prévisible. Pour obtenir des suggestions sur la façon de s y prendre avec des enfants atteints d un TDAH dans la classe, prière de consulter le site Teach ADHD, au (en anglais). E4 Problèmes d'attention

33 TDAH : quelques pistes pour aider votre élève à l école L élève ayant un TDAH : réagit mieux s il obtient une récompense ou doit assumer des conséquences sur-lechamp; est visuel; travaillera mieux dans une classe où les règles sont très précises, l horaire, affiché et les stimulations, réduites (il doit être éloigné des fenêtres et de la porte) sans toutefois qu il se trouve isolé. Sans encadrement, il risque de se perdre dans ses pensées. Pour aider l élève à réussir en classe : tentez de découvrir ce qu il aime - «le volet affectif de l apprentissage»; divisez le but à atteindre en plusieurs petits objectifs; notez tous les jours les devoirs dans un cahier; encouragez-le en lui donnant, par exemple, des étoiles ou de petites récompenses qui changeront souvent; ayez recours à des listes de vérification; pour toutes les activités, assignez-lui un «endroit» particulier et organisé; créez un système d autosurveillance, par exemple, compter le nombre de fois où il se lève de sa chaise et les périodes où il demeure tranquillement assis; écourtez les travaux et réduisez la quantité de devoirs; décomposez les devoirs et les travaux en sections qu il pourra facilement réaliser. inscrivez tous les jours les devoirs dans un cahier ou un carnet qu il apportera à la maison; écrivez la tâche à effectuer au tableau puis décrivez-la verbalement. Faire appel à plusieurs sens donne de bons résultats chez l enfant souffrant d un TDAH. E5 Problèmes d'attention

34 Autres renseignements Sites Web Teach ADHD Centre for ADHD/ADD Advocacy, Canada (centre canadien de défense des intérêts des personnes aux prises avec le TDAH et le TDA) Children with Attention Deficit Disorder (enfants atteints du TDAH) National Institute of Mental Health (institut national de la santé mentale) Livres ADD/ADHD Behaviour Change Resource Kit: Ready-to-Use Strategies & Activities for Helping Children with Attention Deficit Disorder FLICK, Grad L. Jossey-Bass, ISBN : How to Reach and Teach Children With ADD/ADHD RIEF, Sandra F. Jossey-Bass, ISBN : Taking Charge of ADHD BARKLEY, Russell A. Guilford Press, ISBN : Academic Success Strategies for Adolescents with Learning Disabilities and ADHD MINSKOFF, Esther et David ALLSOP. Paul Brookes Pub., ISBN-13: Teaching Teens With ADD and ADHD: A Quick Reference Guide for Teachers and Parents ZEIGLER-DENDY, Chris. Woodbine House, 2000, ISBN-13: Livres destinés aux jeunes The Survival Guide for Kids with ADD or ADHD TAYLOR, John F. Free Spirit Publishing, ISBN-13: E6 Problèmes d'attention

35 Livres destinés aux jeunes (suite) Cory Stories: A Kid s Book About Living With ADHD KRAUS, Jeanne. Magination Press, ISBN-13: The Putting on the Brakes Activity Book for Young People With ADHD QUINN, Patricia O., et Judith M. STERN. Magination Press, ISBN-13: Livres destinés aux adolescents A Bird s-eye View of Life with ADD and ADHD: Advice from Young Survivors ZEIGLER-DENDY, Chris A. Cherish the Children, ISBN-13: Does Everyone Have ADHD?: A Teen s Guide to Diagnosis And Treatment PETERSEN, Christine. Children s Press (CT) ISBN-13: E7 Problèmes d'attention

36

37 Alcoolisme et toxicomanie D innombrables raisons poussent les adolescents à consommer de la drogue. Ils le font tantôt pour se rebeller contre l autorité, tantôt pour se faire accepter dans un groupe d amis qui prennent des stupéfiants. Un tel y sera poussé par la curiosité et un autre, par les effets euphorisants que lui procurent ces substances ou parce que ceux-ci apaisent des émotions désagréables en lui et font qu il se sent mieux. Des adolescents, et même des enfants plus jeunes qu eux, usent de substances «légales», comme du tabac, de l alcool, de la colle, de l essence, des pilules amaigrissantes, des anticoryzas en vente libre et des analgésiques vendus sur ordonnance (par exemple, OxyContin ) avant de passer, pour certains, à la drogue illégale, telle que la marijuana, le LSD, la cocaïne, le crack, l héroïne, la phencyclidine (PCP), les amphétamines, la méthamphétamine et l ecstasy. La consommation d alcool ou d autres drogues devient abusive lorsque l on continue d en faire usage au risque de s attirer de graves ennuis sur le plan personnel, notamment des problèmes familiaux, la perte d emploi ou d amis, l expulsion de l école et des démêlés avec la justice. Si certaines personnes consomment de la drogue parce qu elles le veulent bien, d autres en acquièrent une dépendance sur le plan psychologique ou physique. Selon certains chercheurs, la personne sous dépendance (également appelée «accoutumance») a subi une forme de trouble cérébral qui consiste en une modification chimique du cerveau résultant de la prise de drogue et rendant difficile de s abstenir de consommer une telle substance. À mesure que la dépendance s aggrave, l utilisateur qui lutte contre le désir de prendre de pareilles substances risque de souffrir d un grave syndrome de sevrage, se manifestant, entre autres, par de l agitation, de l insomnie ou des nausées. Certains toxicomanes sont prêts à commettre des actes criminels pour se procurer l argent qui paiera la prochaine dose. Les infractions contre les biens, comme une introduction par effraction ou le vol de biens de membres de la famille, le vol à l étalage et même à main armée, sont souvent liées à l abus de drogue. F1 Alcoolisme et toxicomanie

38 Les histoires d adolescents qui se blessent ou se tuent en se baignant ou en conduisant leur voiture après avoir pris de l alcool ou d autres drogues sont légion. Ajoutons que l injection de drogue peut induire l hépatite (grave affection du foie), le VIH-SIDA, le tétanos (maladie potentiellement mortelle causant de graves spasmes musculaires) ou une septicémie, tandis que l inhalation, par exemple, de cocaïne, «brûlera» peut-être une zone dans le nez ou provoquera une crise cardiaque ou un accident cérébrovasculaire. La marijuana peut faire sombrer certains adolescents vulnérablse dans la psychose, où ils seront victimes d hallucinations par exemple, ils entendront des voix ou verront des choses qui n existent pas n arriveront pas à réfléchir clairement ou tiendront des propos que leur entourage trouvera insensés. Même si cette substance ne semble pas aussi «toxique» que d autres drogues, elle a le potentiel d avoir de graves effets qui nécessiteront un traitement à long terme. Au cours des dernières années, les adolescents ont commencé à consommer une substance synthétique, la «meth en cristaux», qui crée une forte dépendance. La méthamphétamine est un stimulant d ordonnance servant légitimement au traitement du trouble déficitaire de l attention ou de celui du sommeil (la narcolepsie). Or, la meth en cristaux est une méthamphétamine qui est cependant «concoctée» à l aide de substances toxiques et volatiles, telles que diluant à peinture, produit de débouchage ou lithium extrait de piles. Cette substance, qui se fume ou s inhale, cause de graves problèmes physiques ou psychologiques qui risquent de ne pas s améliorer avec le temps, à savoir, arythmie cardiaque, lésions aux vaisseaux sanguins cérébraux susceptibles de provoquer un accident cérébrovasculaire, dépression profonde ou symptômes de la maladie de Parkinson associés aux lésions cérébrales. Pour les toxicomanes sous la dépendance de cette drogue, le sevrage est très difficile et la rechute, fréquente. Autre fait notable, bon nombre d enfants victimes de négligence ou d abus de la part de leurs parents toxicomanes consomment de la meth en cristaux. Son usage est un problème croissant en Amérique du Nord, mais, comparativement à celui d autres drogues, il demeure tout de même assez faible. Toutefois, l alcool et le tabac, tous deux des substances légales faciles à se procurer et consommées à grande échelle, font des ravages plus importants à la santé physique et à l acquisition d aptitudes sociales que bien des substances illégales. L usage de la cigarette est une importante cause de décès à la suite de maladies du cœur et du poumon, d accidents cérébrovasculaires et de cancer. La dépendance à la cigarette commence souvent à l adolescence et, dans certains cas, même à la phase tardive de l enfance. Sa consommation précoce et continue est liée à la dépression et à l anxiété à l adolescence ainsi qu à la mauvaise qualité des résultats scolaires et à un développement socioémotif déficient à l âge adulte. La nicotine crée une forte dépendance et son sevrage est très difficile. Les adolescents qui s adonnent à des beuveries (au moins cinq consommations enfilées coup sur coup) risquent plus que leurs pairs qui n y participent pas d obtenir de mauvais résultats scolaires, de subir des actes de violence dans les fréquentations, de tenter de se suicider et de compromettre leur santé d autres façons, par exemple en ayant des relations sexuelles non protégées. Les conséquences de la toxicomanie et de l alcoolisme ont des coûts, non seulement pour la personne dépendante, qui laisse s échapper des perspectives d avenir intéressantes, mais également pour l ensemble de la société en raison de la perte de productivité, de l augmentation du taux de criminalité et de celle du nombre de sans-abris dans nos rues. F2 Alcoolisme et toxicomanie

39 Qu est-ce qui constitue un comportement normal? Et un comportent anormal? Il n est pas inhabituel pour un adolescent de consommer de l alcool, du tabac ou d autres drogues de temps à autre. Toutefois, un usage chronique et causant des problèmes familiaux et personnels peut être le signe d un problème plus grave, notamment d un trouble psychiatrique. L alcoolisme et la toxicomanie sont-ils fréquents? Parmi les élèves de la septième à la douzième année, près de 60 p. 100 ont mentionné avoir consommé de l alcool au cours de l année précédente. Ce taux, de 23 p. 100 en septième année, grimpe à 83 p. 100 en année terminale du secondaire. Environ la moitié des élèves de douzième année affirment avoir, au moins une fois au cours de l année précédente, pris cinq consommations ou plus. À l instar de l alcool, la consommation de cannabis au cours de l année précédente augmente à mesure que l élève avance dans ses études secondaires. Seulement un élève de septième année sur 1000 (0,1 p. 100) affirme l avoir fait contre 45,6 p. 100 des élèves de douzième année. Parmi les autres substances que les élèves mentionnent avoir consommées, nous retrouvons les analgésiques opiacés (17,8 p. 100), la cigarette (11,7 p. 100) et les solvants (5,3 p. 100). Ces données sont tirées de l Ontario Student Drug Use and Health Survey de 2009 (Sondage sur la consommation de drogues et la santé des élèves de l Ontario). Les résultats complets de l étude se trouvent au osdus.html. F3 Alcoolisme et toxicomanie

40 Causes Les enfants et les adolescents atteints d un trouble du comportement perturbateur (trouble déficitaire d attention avec hyperactivité, trouble oppositionnel avec provocation ou trouble de la conduite) sont les plus enclins à se droguer ou à renifler de l essence ou de la colle. L adolescent toxicomane ou alcoolique paut aussi avoir d avoir d autres problèmes de santé mentale, tels que la dépression, ou des troubles anxieux, par exemple la crainte de se trouver en compagnie d autres personnes. Certains souffrent d un état de stress post-traumatique, une autre forme de trouble anxieux résultant d un événement très traumatisant, habituellement le fait de subir ou d avoir subi de sévices sexuels ou de mauvais traitements. À cet âge, la toxicomanie et l alcoolisme s accompagnent souvent de boulimie (un trouble de l alimentation) ou de schizophrénie, un trouble mental très grave. L usage de drogues et les problèmes de santé mentale semblent liés, mais on ignore encore lequel cause l autre. En se droguant, certains enfants anxieux ou dépressifs cherchent à se sentir mieux. En revanche, il est possible que la drogue soit responsable de ces états pathologiques chez eux. Lorsqu un adolescent se sent mal dans sa peau ou qu il a l impression de n être à sa place nulle part, il pourrait chercher à se joindre à un groupe d amis qui, bien qu animés de préoccupations semblables aux siennes, font usage de drogue. Un enfant qui ne sait pas résister à l influence du groupe ou qui choisit de ne pas le faire risquera davantage de sombrer dans la toxicomanie et l alcoolisme. La consommation excessive de drogues et d alcool sera probablement le lot de l adolescent qui, dans la phase intermédiaire de l enfance, était solitaire et sans amis. En outre, certains facteurs sociaux et environnementaux semblent inciteer les jeunes et les adolescents à devenir toxicomanes ou alcooliques. Plusieurs ont des antécédents familiaux d alcoolisme et d intoxication et y sont exposés à la maison. D autres proviennent de familles à faible revenu dont les parents sont peu scolarisés ou atteints d un trouble mental, ou encore de familles où se commettent des actes de violence. Par ailleurs, un groupe de pairs peut avoir une influence aussi forte que celle de la famille : en effet, l enfant ou l adolescent aura plus de chance de commencer a consommer de la drogue et de l alcool après s être lié avec des amis qui font de même. Enfin, les enfants et les adolescents grandissant dans les quartiers pauvres où le taux de criminalité est élevé courront un plus grand risque de devenir alcooliques ou toxicomanes. F4 Alcoolisme et toxicomanie

41 Signes d un éventuel problème de toxicomanie ou d alcoolisme Changement dans la personnalité ou par rapport à l humeur habituelle de l élève. Dégradation des notes et du rendement scolaire. Augmentation des absences de l école ou des cours. Abandon de vieux amis au profit de «nouveaux». Désintérêt à l égard des sports et d autres activités parascolaires. Apparence négligée. Manque de mémoire ou difficulté à prêter attention. Réaction agressive soudaine, irritabilité, nervosité ou étourdissements. Culture du goût du secret et susceptibilité exacerbée lorsqu on lui pose des questions. Combien de temps durent les problèmes d alcoolisme et de toxicomanie? Certains adolescents et enfants proches de l adolescence expérimentent des substances illicites une seule fois ou, tout au plus, à quelques occasions. Une poignée d entre eux deviendront des consommateurs chroniques, sous la dépendance de la cocaïne, de l héroïne, du tabac ou de l alcool, exigeant un traitement à long terme. Habituellement, la toxicomanie ou l alcoolisme qui se déclare dans la phase tardive de l enfance ou tôt à l adolescence persistera pour s aggraver à l âge adulte. Le tabagisme qui commence à l adolescence est associé avec de piètres conditions de vie à l âge adulte, notamment la dépression, une mauvaise santé physique, des revenus inférieurs à ceux de pairs non fumeurs et une scolarité courte. Comment peut-on traiter ces problèmes de façon efficace? Ce qui importe de savoir avant tout, c est que la prévention est la meilleure façon de s attaquer au problème de toxicomanie et d alcoolisme. Soulignons également que certains traitements, comme la thérapie de groupe en compagnie d autres jeunes ayant commis des actes criminels, peuvent être plus nuisibles qu avantageux, s ils mènent à une recrudescence de la consommation de drogue ou à un comportement antisocial. Jusqu à présent, ce sont les programmes globaux pour le traitement de problèmes établis de toxicomanie et d alcoolisme qui ont donné les meilleurs résultats. Ils comportent la totalité ou quelques uns des volets suivants : le traitement des troubles mentaux sous-jacents à l aide de médication et de thérapie cognitivocomportementale (TCT) semblent être prometteurs pour le traitement de la toxicomanie et de l alcoolisme; F5 Alcoolisme et toxicomanie

42 la thérapie familiale, qui vise à atténuer les conflits familiaux et qui doit faire partie d autres traitements; les interventions qui contribuent à accroître la motivation et qui permettent aux adolescents de se rétablir et d éviter une rechute. Il est recommandé que les traitements prévoient un suivi à long terme, la toxicomanie et l alcoolisme étant un trouble chronique. Conséquences pour l apprentissage L élève qui consomme abusivement de l alcool ou de toute autre substance aura du mal à s intéresser aux activités en classe et aura un comportement inapproprié. Il s absentera de l école de plus en plus et prendra du retard dans ses travaux. Sa présence à des cours où il faut utiliser de la machinerie ou user de son jugement pourrait être dangereuse. Prenez connaissance de la procédure de votre conseil scolaire sur les mesures à prendre dans le cas d un élève semblant ivre ou drogué. Pour toute question concernant la marche à suivre avec un élève dans cette situation, addressez-vous à la direction de votre école. Toxicomanie et alcoolisme : quelques pistes pour aider votre élève à l école L enseignant est la personne la mieux placée pour donner aux enfants l information dont ils ont besoin à propos de la consommation d alcool et de drogues ainsi que de la toxicomanie et de l alcoolisme et pour faire des choix favorisant un mode de vie sain. Prévoyez dans le programme d études des leçons sur l alcool et les drogues. Discutez avec les élèves des raisons qui poussent une personne à faire usage de drogues et de ce qu elle pourrait faire au lieu de se droguer. Discutez des valeurs et des croyances personnelles en ce qui concerne l usage de l alcool et des autres drogues ainsi que la toxicomanie et l alcoolisme. Faites part de vos expériences personnelles et familiales à l égard de l alcool et d autres drogues. Donner le bon exemple aux élèves en ayant un comportement positif, en donnant des conseils et du soutien et en les aidant à prendre des décisions judicieuses. Savoir reconnaître les signes et les symptômes d un éventuel problème d alcoolisme, de toxicomanie ou de trouble mental chez un jeune. F6 Alcoolisme et toxicomanie

43 Autres renseignements Site Web Le Centre de toxicomanie et de santé mentale Le Centre de toxicomanie et de santé mentale offre aux enseignants un grand nombre de ressources sur la santé mentale et les problèmes attribuables à la consommation d alcool et de drogue. Livres Preventing Addiction (livre broché) FLEMING, John C. CrossHouse Publishing. ISBN-13: Drinking and Drugs an Ly Family: A Child&s Workbook About Substance Abuse in the Family (livre broché) DEATON, Wendy. Hunter House. ISBN-13: Parenting 911: How to Safeguard and Rescue Your 10 to 15 Year-Old from Substance Abuse, Sexual Encounters...and Other Risky Situations (livre broché) GIANNETTI, Charlene C. Broadway. ISBN-13: Adolescent Drug & Alcohol Abuse: How to Spot It, Stop It, and Get Help for Your Family (livre broché) BABBIT, Nikki. Patient Centered Guides. ISBN-13: Drug Abuse: A Family Guide to Detection, Treatment & Education (livre broché) GIANNINI, A. James. Practice Mgt Information Corp. ISBN-13: A Teen s Guide To Living Drug Free (livre broché) YOUNGS, Bettie B. HCI Teens. ISBN-13: La toxicomanie : Guide d information Centre de toxicomanie et de santé mentale. ISBN : F7 Alcoolisme et toxicomanie

44

45 Automutilation L automutilation (ou, selon son appellation officielle, l automutilation non suicidaire) consiste à s infliger volontairement des blessures, sans intention consciente de s enlever la vie dans la plupart des cas. Se blesser soi-même, c est-à-dire faire délibérément des lésions à son propre corps, est la forme la plus commune d automutilation non suicidaire. La pratique la plus utilisée est la coupure, mais l automutilation peut aussi comprendre l ingestion de produits toxiques, les brûlures et les coups. Les jeunes se livrent à l automutilation pour essayer de surmonter des problèmes et un trouble émotif. Qu est-ce qui constitue un comportement normal? Et un comportent anormal? Nous connaissons peu de choses sur le comportement automutilateur, plus particulièrement chez les jeunes. Toutefois, nombre d entre eux ont affirmé s être livrés à cette pratique pour apaiser des états intolérables, tels que la tristesse, l anxiété et l engourdissement psychique. Lorsqu une personne commence à s automutiler, les endorphines, ces substances que produit naturellement le corps pour soulager la douleur, peuvent l inciter à poursuivre cette pratique. L automutilation est-elle fréquente? Dans la plupart des cas, l automutilation commence vers 15 ans et est plus souvent pratiquée par les adolescents et les jeunes adultes. Selon une étude canadienne, 17 p. 100 des jeunes de 14 à 21 ans ont affirmé s y être déjà livrés. Ce comportement est deux fois plus fréquent chez les filles (21 p. 100) que chez les garçons (8,7 p. 100). Bon nombre d adultes craignent que les adolescents s automutilent parce que cette pratique est associée à des statuts sociaux attrayants. Or, la plupart des jeunes l ayant pratiquée mentionnent l avoir fait de leur propre chef sans avoir auparavant lu ou pris connaissance de quelque information que ce soit sur cette pratique. Quelles en sont les causes? On croit que les personnes qui s automutilent tentent de lutter contre un stress, mais ce n est pas là la seule raison. L automutilateur peut en outre chercher : à se soulager de sentiments douloureux ou angoissants; à se défaire de sentiments d engourdissement émotif; à communiquer sa douleur ou sa détresse. Certes, tous ces objectifs sont très louables, mais l automutilation ne constitue pas un moyen très sain de les atteindre. G1 Automutilation

46 Facteurs de risque Trouble de l alimentation Traumatisme ou violence physique, psychique ou sexuel Dépression, paranoïa ou trouble obsessionnel-compulsif Dévalorisation de soi-même Intimidation Honte, humiliation et rage peuvent également inciter un jeune à s automutiler Signes indicatifs d un comportement automutilateur L automutilateur a tendance à cacher sa conduite, rendant ainsi difficile de détecter cette pratique. En outre, le jeune se sentira souvent tellement honteux, coupable ou dépravé que le courage d en parler lui fera défaut. Refus de porter des chemises et des maillots à manches courtes ou de retirer ses vêtements pour faire du sport. Nombreuses cicatrices, brûlures ou coupures inexpliquées. Affirmation par l élève que ses camarades ne l écoutent pas et font preuve de condescendance à son égard. G2 Automutilation

47 Automutilation : quelques pistes pour aider votre élève à l école À titre préventif, aidez les élèves à exprimer leurs sentiments et, du même coup, à acquérir de saines habiletés d adaptation comportementale. Montrez-vous disposé à parler à l enfant automutilateur dès que l occasion se présente : cette attitude peut tout changer, car le sentiment d isolement est souvent une composante du problème. Consultez le psychologue de l école. Mentionnez au jeune que l automutilation n est pas une pratique rare et qu il est loin d être le seul dans cette situation. Assurez-vous qu il sache à quel organisme ou à quelle personne s adresser dans la région afin d obtenir de l aide d un spécialiste. Encouragez-le à trouver les changements qu il aimerait voir survenir dans sa vie et dans son milieu pour qu il cesse de se faire du mal. Aidez-le à trouver les facteurs qui l ont poussé vers cette pratique et à apprendre des techniques qu il utilisera lorsqu il ressentira une forte envie de se blesser. Encouragez les élèves à vous prévenir si un camarade de classe a des ennuis, semble bouleversé ou présente des signes d automutilation. Faites-leur comprendre qu il est convenable de vous aviser si un de leurs amis risque de s infliger de graves blessures. Habituellement, la personne qui s automutile cherche à surmonter un stress, mais ne tente pas véritablement de mettre fin à ses jours. Le comportement automutilateur persistera si les stress le causant ne sont pas adéquatement contrôlés et, dans certains cas, dégénérera en idées suicidaires actives. Dès les premiers signes, la personne qui manifeste un comportement automutilateur doit être examinée par un spécialiste, qui tentera de déterminer si elle cultive des idées suicidaires. Si vous croyez qu un élève s automutile vous devez en faire part à l enseignant ressource ou à la direction de l école. Ce problème nécessitera sûrement l intervention d un spécialiste. G3 Automutilation

48

49 Psychose maniacodépressive Dans une psychose maniacodépressive, une phase de dépression alterne avec une autre de manie. Celles-ci durent plusieurs mois, quoiqu elles puissent se «succéder en alternance» à un rythme plus rapide, l exaltation et l abattement se relayant en quelques semaines ou quelques jours. Bon nombre de symptômes de la psychose maniacodépressive s apparentent à ceux du trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité; l enfant doit donc subir un examen minutieux pour qu un diagnostic soit posé et qu il obtienne les soins dont il a besoin. Cet état pathologique et la dépression sont souvent tous deux considérés comme des «troubles de l humeur». Habituellement, un jeune commencera par passer par une phase dépressive, qui ne sera suivie par une phase maniaque que quelques mois, voire des années, plus tard. Toutefois, le rythme auquel ces états alternent fait l objet d un vif débat. Qu est-ce qui constitue un comportement normal? Et un comportent anormal? Plus d un élève vit de temps en temps des périodes de tristesse ou de détresse, alors que certains autres déborderont d entrain assez longuement. Toutefois, lorsque la période de tristesse dure plus de huit semaines, il est temps d aller chercher de l aide à l extérieur de l école. Au cours de la phase maniaque, l élève maniacodépressif présente des symptômes qui sont loin d être ceux de la «bonne humeur» : il sera très volubile, comme s il ne parvenait pas à exprimer sa pensée assez rapidement. Il aura des idées grandioses, par exemple, qu il va devenir une vedette du cinéma ou un musicien célèbre. Ou encore, il soutiendra obstinément qu il éclipse les spécialistes sur un sujet donné. Les autres élèves auront de la difficulté à comprendre ce comportement et à vivre avec celui-ci. L imposition d un cadre pour les conversations et le recours à de l aide additionnelle permettront de limiter les conséquences du comportement sur les relations entre l élève en cause et ses camarades. La psychose maniacodépressive est-elle fréquente? On estime que de 3 à 5 p. 100 des adultes sont atteints d une psychose maniacodépressive. Toutefois, comme cette maladie ne semble pas être aussi fréquente chez les enfants et les adolescents ou qu un diagnostic exact ne peut être posé qu après plusieurs cycles, le taux de diagnostic dans ces tranches d âge est bas. H1 Psychose maniacodépressive

50 Combien de temps dure-t-elle? La psychose maniacodépressive est un trouble mental grave, dont les effets durent toute la vie. L élève maniacodépressif sera très probablement suivi ou devrait être suivi par un médecin ou un spécialiste de la santé mentale. Quelles en sont les causes? La psychose maniacodépressive est un trouble héréditaire, mais sa transmission est complexe. Si un jumeau monozygote est atteint de cette maladie, dans 43 p. 100 des cas, son frère ou sa sœur en souffrira également. Pour ce qui est des jumeaux dizygotes, ce taux tombe à 6 p Si un parent est atteint de cet état pathologique, un sur quatre de ses enfants sera victime d un trouble de l humeur, qui se manifestera à peu près également par de la dépression ou par une psychose maniacodépressive. Signes communs d une psychose maniacodépressive chez un jeune Changement subit d humeur au bout de quelques minutes ou de quelques jours. Angoisse de séparation. Pleurs sans raison apparente. Fringales fréquentes, souvent pour des produits sucrés ou riches en glucides. Hyperactivité, agitation et inattention. Dépression. Tendance à être expansif ou irritable. Participation à un nombre excessif de projets et d activités. Manque de jugement, impulsivité, pensées qui défilent et sentiment d être obligé de parler sans cesse. Impulsivité, bavardage, inattention, caractère renfermé, manque de motivation et difficulté à participer. Certitude d être doté de facultés personnelles grandioses qui défient la logique (est capable de voler, en connaît plus que l enseignant). Longues crises de fureur explosives et souvent destructrices. Rebelle à l autorité. Casse-cou. H2 Psychose maniacodépressive

7528%/(23326,7,211(/$9(&

7528%/(23326,7,211(/$9(& 7528%/(23326,7,211(/$9(& 35292&$7,21 TABLE DES MATIÈRES Trouble oppositionnel avec provocation...120 Caractéristiques...121 Causes...122 Facteurs génétiques...123 Milieu et tempérament...123 Traitements

Plus en détail

DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR SURMONTER LA DÉPRESSION

DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR SURMONTER LA DÉPRESSION GUIDE D AUTOSOINS POUR LA DÉPRESSION 2 E ÉDITION DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR SURMONTER LA DÉPRESSION GUIDE DESTINÉ AUX ADULTES F A C U L T Y O F H E A L T H S C I E N C E S Dan Bilsker Ph.D. Dan est

Plus en détail

Faire face au cancer

Faire face au cancer Faire face au cancer Un guide à l intention des personnes atteintes de cancer et de leurs aidants Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Photos : Getty Images First Light Matériel autorisé

Plus en détail

à l intention des membres de l entourage d une personne atteinte de maladie mentale

à l intention des membres de l entourage d une personne atteinte de maladie mentale L INDIS PENSA BLE Guide à l intention des membres de l entourage d une personne atteinte de maladie mentale «Le goût de vivre et de progresser s enracine dans le besoin de trouver ou de donner un sens

Plus en détail

Quand le cancer touche les parents

Quand le cancer touche les parents Quand le cancer touche les parents En parler aux enfants Conseils de la Ligue contre le cancer à l intention des familles touchées Impressum _Editeur Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse 40 case

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 : Comportement agressif 5. 1.1 L enfant agressif 5 1.2 L enfant violent et/ ou colérique 7 1.3 L enfant effronté 8

Table des matières. Chapitre 1 : Comportement agressif 5. 1.1 L enfant agressif 5 1.2 L enfant violent et/ ou colérique 7 1.3 L enfant effronté 8 Intervention Table des matières Chapitre 1 : Comportement agressif 5 1.1 L enfant agressif 5 1.2 L enfant violent et/ ou colérique 7 1.3 L enfant effronté 8 Chapitre 2 : Comportement anxieux 9 2.1 L enfant

Plus en détail

Se rétablir en travaillant : Guide du leader

Se rétablir en travaillant : Guide du leader Se rétablir en travaillant : Guide du leader mooddisorders.on.ca mentalhealthworks.ca TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 Orienter les personnes vers la ressource Se rétablir en travaillant... 2 Éducation

Plus en détail

Faire des plans. Guide sur les arrangements parentaux après la séparation ou le divorce Comment penser à votre enfant d abord

Faire des plans. Guide sur les arrangements parentaux après la séparation ou le divorce Comment penser à votre enfant d abord a u s e r v i c e d e s c a n a d i e n s Faire des plans Guide sur les arrangements parentaux après la séparation ou le divorce Comment penser à votre enfant d abord 1 Also available in English under

Plus en détail

Le syndrome d Asperger et le TED non spécifié : Feuille de renseignements à l intention des parents et des soignants :

Le syndrome d Asperger et le TED non spécifié : Feuille de renseignements à l intention des parents et des soignants : Le syndrome d Asperger et le TED non spécifié : Feuille de renseignements à l intention des parents et des soignants : Thomas est un garçon de 10 ans qui s est toujours beaucoup intéressé aux trains. Il

Plus en détail

Enseigner aux élèves ayant des difficultés d'apprentissage et de comportement

Enseigner aux élèves ayant des difficultés d'apprentissage et de comportement RB0096 Enseigner aux élèves ayant des difficultés d'apprentissage et de comportement Guide de l'enseignant Ministry of Education Enseigner aux élèves ayant des difficultés d'apprentissage et de comportement

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS POUR EN SORTIR

EN SAVOIR PLUS POUR EN SORTIR CHEZ L ADULTE LADÉPRESSION EN SAVOIR PLUS POUR EN SORTIR REPÉRER LES SYMPTÔMES CONNAÎTRE LES TRAITEMENTS SAVOIR À QUI S ADRESSER Auteurs D R Xavier BRIFFAULT, chercheur en sociologie de la santé mentale,

Plus en détail

Tout ce que les parents ont toujours voulu savoir sur le stress des 10-15 ans

Tout ce que les parents ont toujours voulu savoir sur le stress des 10-15 ans Tout ce que les parents ont toujours voulu savoir sur le stress des 10-15 ans PRÉFACE............................................................p. 5 EDITORIAL...........................................................p.

Plus en détail

5. STRATÉGIES DE GESTION DU COMPORTEMENT EN CLASSE ET INTERVENTIONS CONNEXES

5. STRATÉGIES DE GESTION DU COMPORTEMENT EN CLASSE ET INTERVENTIONS CONNEXES Stratégies de gestion du comportement en classe et interventions connexes 5. STRATÉGIES DE GESTION DU COMPORTEMENT EN CLASSE ET INTERVENTIONS CONNEXES Dans cette section, nous examinerons les techniques

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION DU RETOUR AU TRAVAIL

GUIDE DE LA GESTION DU RETOUR AU TRAVAIL GUIDE DE LA GESTION DU RETOUR AU TRAVAIL Comment joindre la Commission canadienne des droits de la personne Pour tous renseignements ou pour commander d autres publications, n hésitez pas à communiquer

Plus en détail

TSA et neurotypique. Mieux se comprendre. Guide pour comprendre le fonctionnement de la personne ayant un trouble du spectre de l autisme

TSA et neurotypique. Mieux se comprendre. Guide pour comprendre le fonctionnement de la personne ayant un trouble du spectre de l autisme TSA et neurotypique Mieux se comprendre Guide pour comprendre le fonctionnement de la personne ayant un trouble du spectre de l autisme Ce document a été produit par l Agence de la santé et des services

Plus en détail

On ne joue pas avec les droits. Trousse éducative en droits humains pour les enfants

On ne joue pas avec les droits. Trousse éducative en droits humains pour les enfants On ne joue pas avec les droits Trousse éducative en droits humains pour les enfants Equitas Centre international d éducation aux droits humains 666, rue Sherbrooke Ouest Bureau 1100 Montréal (Québec) Canada

Plus en détail

SRXU OHV LQWHUYHQDQWV GX PLOLHX VFRODLUH

SRXU OHV LQWHUYHQDQWV GX PLOLHX VFRODLUH 6DYRLUDFFRPSDJQHUXQpOqYH TXLIDLWXQHFULVHGHFROqUH 6WUDWpJLHVXWLOHVSRXUOHVLQWHUYHQDQWV GXPLOLHXVFRODLUH DONNÉES DE CATALOGAGE AVANT PUBLICATION (ALBERTA LEARNING) Alberta. Alberta Learning. Direction de

Plus en détail

Père à part entière avec enfants à temps partiel

Père à part entière avec enfants à temps partiel Père à part entière avec enfants à temps partiel Le guide des pères nouvellement séparés ou divorcés 1 2 Père à part entière avec enfants à temps partiel Le guide des pères nouvellement séparés ou divorcés

Plus en détail

Se sentir comme chez soi. Favoriser un milieu de soutien respectueux dans les établissements de soins de longue durée

Se sentir comme chez soi. Favoriser un milieu de soutien respectueux dans les établissements de soins de longue durée Se sentir comme chez soi Favoriser un milieu de soutien respectueux dans les établissements de soins de longue durée Se sentir comme chez soi Favoriser un milieu de soutien respectueux dans les établissements

Plus en détail

Le harcèlement entre élèves. le reconnaître, le prévenir, le traiter

Le harcèlement entre élèves. le reconnaître, le prévenir, le traiter Le harcèlement entre élèves le reconnaître, le prévenir, le traiter avant-propos Le harcèlement à l École n est pas un phénomène mineur. Il concerne environ 10 à 15 % des enfants et adolescents en âge

Plus en détail

LE HARCÈLEMENT ENTRE ÉLÈVES LE RECONNAITRE, LE PRÉVENIR, LE TRAITER

LE HARCÈLEMENT ENTRE ÉLÈVES LE RECONNAITRE, LE PRÉVENIR, LE TRAITER LE HARCÈLEMENT ENTRE ÉLÈVES LE RECONNAITRE, LE PRÉVENIR, LE TRAITER avant-propos Le harcèlement à l École n est pas un phénomène mineur. Il concerne environ 10 % des enfants et adolescents en âge de scolarité

Plus en détail

VERS LE RÉTABLISSEMENT ET LE BIEN-ÊTRE. Cadre pour une stratégie en matière de santé mentale au Canada

VERS LE RÉTABLISSEMENT ET LE BIEN-ÊTRE. Cadre pour une stratégie en matière de santé mentale au Canada VERS LE RÉTABLISSEMENT ET LE BIEN-ÊTRE Cadre pour une stratégie en matière de santé mentale au Canada >> Imagine Les œuvres présentées dans ce document ont été produites par des artistes qui vivent avec

Plus en détail

Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage. DES parents

Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage. DES parents Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage DES parents 1 Votre enfant a une surdité? Fondation des Sourds du Québec Charles Gaucher, Ph. D. Louise Duchesne, Ph. D. Fondation des Sou du Québec

Plus en détail

Entraîner des athlètes ayant un handicap

Entraîner des athlètes ayant un handicap Entraîner des athlètes ayant un handicap PARTENAIRES POUR L ÉDUCATION ET LA FORMATION DES ENTRAÎNEURS Le Programme national de certification des entraîneurs est un programme auquel collaborent le gouvernement

Plus en détail

Guide sur l art de parler en public pour les personnes ayant un vécu des problèmes liés aux analgésiques sur ordonnance

Guide sur l art de parler en public pour les personnes ayant un vécu des problèmes liés aux analgésiques sur ordonnance Guide sur l art de parler en public pour les personnes ayant un vécu des problèmes liés aux analgésiques sur ordonnance Guide sur l art de parler en public pour les personnes ayant un vécu des problèmes

Plus en détail

L inclusion en immersion

L inclusion en immersion L inclusion en immersion Guide de différenciation pédagogique pour répondre à divers besoins d apprentissage L inclusion en immersion Guide de différenciation pédagogique pour répondre à divers besoins

Plus en détail

Mobbing et autres formes de harcèlement Protection de l intégrité personnelle au travail

Mobbing et autres formes de harcèlement Protection de l intégrité personnelle au travail Mobbing et autres formes de harcèlement Protection de l intégrité personnelle au travail SECO Conditions de travail Notre organisation Editeur: SECO Direction du travail Conditions de travail ab.sekretariat@seco.admin.ch

Plus en détail

Pour les personnes qui veulent cesser de fumer

Pour les personnes qui veulent cesser de fumer Pour les personnes qui veulent cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 Pour les personnes qui ne veulent

Plus en détail

Carnet «A» Le transfert de la direction quand la relève est familiale

Carnet «A» Le transfert de la direction quand la relève est familiale Carnet «A» Le transfert de la direction quand la relève est familiale Contexte du présent carnet Le PDG de la PME devra un jour laisser sa place à la tête de l entreprise. L intérêt est que l entreprise

Plus en détail