Sommaire. Une agriculture écologique et productive Cette phrase apparaît en titre d un des grands chantiers le quinzième du

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Une agriculture écologique et productive Cette phrase apparaît en titre d un des grands chantiers le quinzième du"

Transcription

1 Au fil des l e j o u saisons r n a l d e s a d h é r e n t s d u c o m p t o i r a g r i c o l e #23 p r i n t e m p s 2008 L entreprise citoyenne Les semis de maïs démarrent dans un contexte de tension extrême sur l approvisionnement. Les premières conséquences du Grenelle de l environnement commencent à se faire sentir. Le débat sur les OGM et les produits de protection des cultures est plus animé que jamais. Le Comptoir profite de l occasion pour affirmer son rôle de leader régional en mettant l accent sur la biodiversité et pour expliquer comment il envisage d agir en faveur des abeilles. Toujours dans un souci de préservation collective de l environnement, notre coopérative s active autour de la récupération des plastiques agricoles. Nous faisons de ces deux sujets les grands dossiers du trimestre. Sommaire DOSSIER Le Comptoir s engage en faveur des abeilles Page 4 Page 2 et 5 La vie du Comptoir Les chiffres du Comptoir : céréales 2008, que peut-on en dire? Le Conseil d Administration se rend chez Roquette Repère technique : petit couvert mellifère, grandes conséquences Le coin d Ariane Page 3 Page 6 z o o m Le recyclage des déchets plastiques en passe d être résolu Les brèves du Comptoir Unter Uns témoignage Franz Jacobs, l ami des abeilles Edito Une agriculture écologique et productive Cette phrase apparaît en titre d un des grands chantiers le quinzième du Grenelle de l environnement. Beaucoup aimeraient que nous l interprétions par «produisez plus mais sans produits phytosanitaires et sans OGM». Mais l accepter ne serait pas honnête vis-à-vis de nos concitoyens. Leur faire croire que l on peut se passer totalement des produits de traitement tout en maintenant les niveaux de rendements actuels serait irresponsable. Ce serait aussi accepter que des pans entiers de notre agriculture disparaissent et que des milliers de producteurs cessent toute activité. Qui pourrait bien croire qu un agriculteur utilise des produits phytosanitaires par plaisir ou par simple habitude? Soyons sérieux. Des efforts sont possibles en termes de choix des molécules mais aussi d agronomie. A condition que la recherche puisse travailler vite, sereinement, et avec des moyens adaptés. Mais d ici là, que doit-on faire? Nous préférons consacrer une partie de nos efforts à des dossiers sur lesquels nous pouvons agir efficacement et rapidement. Mieux gérer les déchets agricoles comme les plastiques et les bidons vides est un enjeu en soi. Œuvrer en faveur de la biodiversité pour les insectes pollinisateurs en est un autre. André SCHUHLER Directeur du Comptoir Agricole

2 LA VIE DU COMPTOIR LES CHIFFRES DU COMPTOIR Céréales 2008 : que peut-on en dire? Après une campagne 2007 qui restera dans les esprits tant les niveaux de prix atteints ont été aussi hauts qu inattendus, l attente des producteurs est grande quant à ce qui va se passer dans les mois qui viennent. Nous avons interrogé Eurépi pour en savoir plus. Au Fil des Saisons : Avec du recul, quels sont pour vous les éléments les plus marquants qui expliquent les niveaux de prix atteints par les céréales? Eurépi : On ne le dira jamais assez, mais ces niveaux sont la conjonction de plusieurs facteurs. Tout d abord, les pays émergents très peuplés comme la Chine ou l Inde ont d énormes besoins liés directement à la hausse du niveau de vie moyen. Le tout dans un contexte de croissance inexorable de l ensemble de la population mondiale. Ensuite, les à-coups climatiques de plus en plus fréquents ont tendance à affoler les marchés. La spéculation de certains fonds de pension a également joué un rôle certain. Enfin, l augmentation du coût du fret a été lourd de conséquences. Au Fil des Saisons : Le différentiel de prix entre blé et maïs était historiquement en faveur du maïs. Depuis août dernier, la tendance s est inversée. Comment expliquez-vous cela? Eurépi : Toujours à propos de ce qui s est passé la campagne dernière, mais plus proche de nous, la production de blé était en baisse et de qualité médiocre au sein de l Union Européenne. Le blé fourrager a donc naturellement augmenté, occasionnant un «appel d air» sur le maïs qui se traduit par des importations en provenance du Brésil et de l Argentine en tant que source fourragère. Ce «plus» en faveur des blés, s il était important sur la campagne 2007, devrait considérablement se réduire. Si toutefois les conditions climatiques restent favorables. Au Fil des Saisons : Quels sont les éléments structurels et conjoncturels à surveiller dans les prochains mois? Eurépi : Nous retrouverons toujours les mêmes, à savoir la météo mondiale, les prévisions de récolte 2008 dans les grands pays producteurs sans oublier la parité euro/dollar ainsi que le cours du pétrole. Plus conjoncturel, il y a un débat actuel aux Etats-Unis pour savoir s il vaut mieux semer du maïs ou du soja. Moins de maïs serait synonyme de hausse potentielle. Au Fil des Saisons : Même s il est évidemment trop tôt pour se prononcer, avez-vous une certaine visibilité sur les prix de la campagne 2008? Eurépi : C est beaucoup trop tôt pour le savoir. La météo des mois de juin et juillet aura une incidence considérable. Si tout se passe bien, les prix devraient se tasser. D autant que nous devons nous attendre à une production mondiale de blé en hausse de plus de tonnes. Mais une incertitude persiste quant aux besoins des industriels. la vie du conseil Le Conseil d administration se rend chez Roquette Fin mars, l ensemble du Conseil d Administration s est rendu chez Roquette, l un de ses clients transformateurs, sur son site alsacien de Beinheim. Il y a été reçu par Guillaume Fichet, directeur de l unité, qui lui a fait visiter les installations et plus particulièrement le nouvel outil de production de bioéthanol. Avec un potentiel de transformation de 2300 tonnes de céréales par jour, dont 1200 tonnes de blé et 1100 tonnes de maïs, cette entité est un acteur majeur de l industrie agro-alimentaire alsacienne. Située au bord du Monsieur Fichet remet solennellement les premiers centilitres d éthanol produits à Beinheim au Président Schæffer. Par ce geste symbolique, il est rappelé que le Comptoir Agricole est également contributeur financier puisque 700 milliers d euros y ont été investis. Rhin, sur une superficie de 70 hectares, elle compte un effectif de 250 personnes auquel viennent s ajouter 80 emplois induits. Enfin, retenons que cette usine du groupe Roquette génère un trafic fluvial de plus de 1,5 millions de tonnes de céréales par an. La toute nouvelle unité de bioéthanol est la seule du genre dans l Est de la France. L agrément obtenu grâce à la volonté conjuguée de quatre coopératives (dont le Comptoir Agricole) et de la société Roquette autorise cette dernière à produire tonnes d éthanol par an à partir de blé, pour une capacité théorique de tonnes. Guillaume Fichet a rappelé que l on trouve déjà 3% d éthanol dans l essence française, preuve s il en est que notre pays est soucieux d avancer dans la voie des biocarburants. Il a également abordé le fait que le démarrage de cette unité coïncidait avec un marché très porteur des céréales, que personne il y a encore un an n envisageait à ces niveaux de prix. Mais cet investissement doit être pensé sur le long terme. Les ressources en énergies fossiles s épuisent rapidement et nul ne sait jusqu où grimpera le prix du baril de pétrole. A ce sujet, monsieur Fichet s est clairement prononcé en faveur de l utilisation d énergies renouvelables pour alimenter l unité de bioéthanol. D ores et déjà, une unité de biogaz de 2 MW est opérationnelle, mais l objectif est d en générer non loin de 70 de plus grâce à la biomasse mais aussi à la géothermie profonde. Cette dernière technologie dont l Alsace est un leader mondial devrait permettre de chercher de la chaleur à plus de mètres de profondeur. Le Conseil a ensuite consacré le reste de la matinée à étudier la situation des marchés des céréales ainsi que les premières conséquences sur notre agriculture du Grenelle de l environnement. Au fil des saisons 2

3 zoom Le problème des déchets agricoles en passe d être résolu L agriculture n échappe pas au besoin général de consommer «durable». Chacun doit s engager à son niveau pour réduire ses déchets. Les plastiques en agriculture sont depuis toujours une préoccupation des exploitants et de leur coopérative. Mais si les bidons sont depuis quelques années correctement gérés grâce à ADIVALOR, ce n était pas le cas des big-bags, saches et autres plastiques de paillage. Ce sera bientôt chose faite. Plastiques agricoles : solution en vue Depuis que la réglementation interdit au producteur de brûler ou d enfouir ses déchets plastiques, nos adhérents ont pris l habitude de les stocker chez eux, puis de les amener en déchetteries. Mais là aussi, les choses évoluent et les SMICTOM rechignent de plus en plus à recevoir ce genre de denrées, car les volumes sont quelquefois importants. Le développement de la technique d enrubannage y est aussi pour quelque chose. D autre part, des industriels capables de transformer et valoriser des objets en polyéthylène et polypropylène commencent à proposer aux agriculteurs de reprendre leurs déchets dans le but de les recycler. Mais le transport reste souvent un frein important. Conscient de cet état des choses, le Comptoir Agricole a décidé d agir pour proposer une solution à la fois efficace, élégante et surtout gratuite pour les adhérents. En partenariat avec la FDSEA et la Chambre d agriculture du Bas-Rhin, notre coopérative a trouvé une solution «tout en une» pour ses producteurs. Il s agit de permettre à chacun de se rendre dans un site du Comptoir Agricole choisi pour cette opération et d y déposer ses plastiques agricoles. Trois journées entières seront proposées aux agriculteurs. Quand, comment et où cette collecte se fera-t-elle? La première collecte de films plastiques se fera du jeudi 18 au vendredi 20 juin inclus. La carte ci-contre vous indique les sites dédiés à cette opération, auxquels il faut ajouter le site de la Coop de Hoerdt. Pour cette collecte, 4 catégories de déchets pourront être amenées. Il faudra d ailleurs bien les séparer avant de venir sur nos sites. 1 Les ficelles plastiques et les filets en polypropylène. Nous vous conseillons de les rassembler tous et de les stocker dans un big-bag usagé. 2 Les big-bags d engrais et de semences, avec la sache intérieure. Bien penser à vider complètement chaque big-bag. Là aussi, le mieux est de les rouler et des les mettre dans un big-bag usagé. 3 Les bâches d ensilage, les films d enrubannage (polyéthylène), les sacs en plastique vides d engrais et d aliments de 25 à 50 kg. Ces bâches et ces sacs devront être les plus propres possibles et pliés. Quoi de neuf à propos des EVPP et des PPNU? Nos adhérents sont désormais habitués à stocker leurs emballages vides de produits phytosanitaires (EVPP) après les avoir correctement vidés et rincés. Les dates de collecte en 2008 sur nos sites leurs seront données très prochainement. En terme de nouveauté, notons la signature d un accord entre notre partenaire ADIVALOR et l UNIFA. Grâce à cet accord, il sera désormais possible d apporter en plus de vos EVPP des bidons vides de fertilisants (engrais foliaires par exemple). Nous y reviendrons en détails en temps et en heure. Concernant les produits phytosanitaires non utilisés (PPNU), l accélération du retrait de certaines spécialités commerciales met nombre de producteurs dans une situation inconfortable. C est pourquoi les organisations professionnelles agricoles du département se sont mises d accord avec ADIVALOR sur le principe de reconduire une collecte en Mais le gisement de PPNU risque d être bien moins important que les années précédentes. D autant que seuls les bidons portant le logo «ADIVALOR» pourraient être repris gratuitement. C est pourquoi toute nouvelle opération de collecte sera obligatoirement plus cadrée que les précédentes. Les producteurs doivent d ailleurs s attendre à être soumis à déclaration préalable. Le Comptoir Agricole fera son possible pour alléger ces démarches par ailleurs compréhensibles. 9 centres de collecte sont mobilisés au Comptoir Agricole. 4 Les plastiques de paillage des asperges. Pour cette première année, nous nous limiterons à cette production sachant que le nettoyage de ces déchets est un frein réel pour les recycleurs qui préfèrent quelquefois détruire plutôt que de recycler ces déchets. Notre capacité collective à apporter du plastique débarrassé de sa terre sera de toute évidence observée avant de renouveler l opération les prochaines campagnes. Attention : Tout autre plastique sera refusé lors de cette opération. En outre, nous nous réservons le droit de refuser toute livraison trop souillée (terre). Bien entendu, il conviendra également de vérifier l absence de tout corps étranger tel que cailloux, morceaux de ferraille, verre ou bois. Solidarité avec tous les producteurs du département Le Comptoir Agricole est conscient qu une telle opération n est pas envisageable pour tous les distributeurs du Bas-Rhin. C est pourquoi nous avons décidé pour cette première année 2008 de collecte de reprendre les plastiques de tous les producteurs, quelle que soit leur provenance. Il s agit pour nous de montrer à l ensemble du monde agricole qu une action citoyenne est de nature à mobiliser les forces vives de la coopérative pour le bien de l ensemble des agriculteurs. bon à savoir Pas de PPNU au milieu des produits utilisables! Rappelons une règle simple en cas de contrôle sur l exploitation : votre local pour produits phytosanitaires ne doit contenir que des spécialités susceptibles d être utilisées. En clair, pas de produit interdit à l utilisation (même si cette interdiction est intervenue quelques semaines plus tôt) et pas de produit homologué sur une culture inexistante sur l exploitation. Par contre, l administration sait bien que vous n êtes pas en mesure de vous débarrasser de ces PPNU aussi facilement. C est pourquoi les contrôleurs tolèrent la présence d un conteneur à PPNU dans votre local phytos. Il vous suffit simplement d y faire figurer distinctement la mention «PPNU A détruire». p r i n t e m p s

4 DOSSIER Le Comptoir s engage humblement en faveur des abeilles Depuis le début des années 90, les apiculteurs constatent des mortalités anormalement élevées de leurs colonies en sortie d hiver. A n écouter qu un seul son de cloche, on finirait par croire que l agriculture est à l origine de ce phénomène inquiétant. Pire, que les producteurs ne s en préoccupent pas! Alors que nous savons tous que ces mêmes abeilles sont indispensables à la pollinisation de très nombreuses plantes cultivées. C est pourquoi une association, le Réseau Biodiversité pour les Abeilles, a vu le jour, regroupant professionnels de la filière «miel» et agriculteurs, pour trouver des solutions ensemble. Ce qui allait devenir récemment le Réseau Biodiversité pour les Abeilles a vu le jour il y a déjà une quinzaine d années dans la Marne, quand Philippe Lecompte, apiculteur bio sur la Montagne de Reims, a pour la première fois initié la mise en place de jachères apicoles. En 2007, le réseau comptait à travers la France 54 apiculteurs, 4 partenaires institutionnels et 187 partenaires agricoles, dont le Groupe Comptoir Agricole. La même année, ce sont plus de 1000 hectares qui ont été semés. Mais un tel résultat n est pas le fruit du hasard. Au contraire, des scientifiques reconnus, comme le Pr Jacobs de l université de Gand en Belgique qui étudie la physiologie des abeilles depuis plus de 30 ans, sont persuadés que la cause de la mortalité des abeilles est à attribuer à plusieurs facteurs. Parmi ceux les plus fréquemment cités, nous trouvons la difficulté qu ont les abeilles à trouver de la nourriture à certaines époques de l année. L évolution des cultures impacte directement la présence de pollen utilisable par les abeilles En 20 ans, de nombreuses cultures comme le tournesol ou la luzerne ont fortement régressé dans notre pays. Et les espèces cultivées majoritaires n ont pas le même potentiel mellifère. En parallèle, ce sont chaque année hectares de terres agricoles qui disparaissent au profit de l urbanisation. Pour certains spécialistes la conséquence est directe : certaines années, une trop faible ressource pollinique peut conduire à une période de disette pour les abeilles à un moment fin d été où la génération «d abeilles d hiver» a besoin de stocker des réserves afin de passer la mauvaise saison dans les meilleures conditions possibles. Le constat étant dressé, ne peut-on rien faire? Bien sûr que si! La reconquête de la biodiversité est l affaire de tous! Si les agriculteurs ont pris conscience de la nécessité d agir, encore fautil leur donner les armes pour agir. En 2008, le groupe Comptoir s est associé à la FDSEA du Bas-Rhin, à la Chambre d agriculture, à la Fédération des chasseurs et à celle des apiculteurs pour mettre sur pieds un ambitieux plan de bataille en faveur des couverts faunistiques et mellifères. S il est beaucoup trop tôt pour faire un premier bilan de cette action (amenée à être reconduite dès 2009), il est clair que l intérêt pour les producteurs est évident. Encore faut-il que la loi (et donc les textes relatifs à la PAC) ne devienne pas un obstacle insurmontable. C est pourquoi il est proposé dès cette année deux types de contrats, suivant que la parcelle florifère soit déclarée en jachère ou non. Des mélanges adaptés à chaque situation ont été mis au point avec notre partenaire Nova Flore. Il n est pas trop tard pour agir : appelez nous! Par contre, le monde non agricole doit aussi se sentir concerné. Arboriculteurs amateurs, forestiers, mais aussi jardiniers amateurs et même industriels et PME qui ont des espaces verts pas forcément paysagers, sont autant d acteurs potentiels pour la biodiversité. On sait aujourd hui que de très petites surfaces de couverts apicoles sont très utiles. Retenons que si un tel couvert représente moins de 1% de l aire de butinage potentielle d une colonie d abeille, il couvre par contre jusqu à 90% des apports quotidiens de pollen pendant sa période de floraison (voir notre «repère technique» de ce numéro du Fil des Saisons). Impact des insecticides : le doute persiste dans les esprits Faisons preuve d humilité. Expertises et contre expertises se succèdent sans qu une vérité unique n éclate au grand jour. Tout le monde se souvient des accusations portées contre les traitements de semences qui avaient abouti à la suspension en 2004 des matières actives montrées du doigt. Et malgré cette suspension, les abeilles continuent de dépérir Depuis, de nouvelles investigations scientifiques comme l étude multifactorielle de l AFSSA ont démontré l absence de corrélation entre la surmortalité des abeilles et les produits incriminés. Par contre, l alimentation des abeilles est clairement désignée comme capitale dans ce phénomène. Malgré tout, le doute persiste chez certains apiculteurs, comme le prouvent les manifestations contre la mise sur le marché d un nouveau traitement de semences fin Le Comptoir Agricole donne l exemple S il est toujours plus facile de donner des conseils et de rester en retrait, ce n est pas l attitude choisie par le Comptoir. Plusieurs de nos sites (silos, magasins) vont très prochainement accueillir ce type de couverts mellifères. Histoire de donner l exemple à d autres industriels, mais aussi de tester les différentes façons de mettre en place ce genre de couvert. L expérience de notre département «espaces verts» qui travaille avec de nombreuses collectivités sur le fleurissement est en ce sens un atout précieux. Pour en savoir plus : (taper «abeille» dans le moteur de recherche) Contact : Christophe KLOTZ Au fil des saisons 4 Nectar et pollen : à ne pas confondre! Si l Homme a essentiellement besoin de glucides pour être en forme (pâtes, riz, pommes de terre, féculents divers ) son organisme a également besoin de trouver des sources en protéines (viandes, laitages, poissons, œufs, voire graines protéagineuses comme le soja ou le pois). Il en va de même pour les abeilles. Le nectar est l aliment énergétique par excellence, grâce à sa richesse en glucides. Les abeilles le transforment alors en miel. Quand le nectar fait défaut, l apiculteur peut pallier ce manque en apportant à la colonie des sirops dits de nourrissement. Par contre, le pollen est LA source protéique des abeilles, et sa quantité aussi bien que sa qualité sont essentielles. Plus il sera d origines diverses, donc issu de fleurs différentes, plus l équilibre alimentaire sera garanti. Des études très sérieuses ont prouvé que cette alimentation pollinique avait un effet sur la taille des abeilles, le développement de certains organes mais aussi sur la résistance de la colonie aux agressions extérieures. Or quand le pollen vient à manquer, les apiculteurs n ont pas de solution de remplacement.

5 LA VIE DU COMPTOIR REPÈRE TECHNIQUE Pourquoi un petit couvert mellifère peut avoir un grand effet sur les ruches? Les spécialistes s accordent à dire qu une abeille peut butiner dans un rayon d action qui se situe autour de km. Ce qui représente une superficie visitée de 314 km², c est-à-dire hectares! Bien entendu, toute cette surface ne présente pas forcément un intérêt mellifère mais un petit calcul rapide nous renseigne sur les besoins de ces abeilles. Partons d une hypothèse théorique de départ mais acceptable par un professionnel : imaginons 50 ruches de abeilles chacune dont un tiers de butineuses, lesquelles ne dépassent pas un rayon de butinage de 1,5 km, ce qui est le cas quand les fleurs sont abondantes. Cela fait butineuses (50 x ) sur une aire de 707 ha. Ou bien encore 710 abeilles par ha, soit une abeille pour 14 m². Intéressons nous maintenant aux différents couverts disponibles. On compte couramment 10 capitules épanouis de pissenlit par mètre carré dans une prairie, alors qu un colza en pleine floraison présente 1000 fleurs par mètre carré. Un couvert implanté par l Homme pour son pouvoir mellifère peut parfaitement atteindre cette même performance. Sans compter le fait que cette source de pollen diversifié est disponible en fin d été, au moment où les abeilles en ont le plus besoin. Conclusion : si 1% de la surface butinée, soit 7 ha, est implanté avec un couvert mellifère d une densité de 1000 fleurs par mètre carré, cela représente une disponibilité théorique de 140 fleurs pour une abeille! Ce qui explique en grande partie les efforts entrepris par le Comptoir Agricole et ses partenaires afin de promouvoir les couverts fleuris. Chaque canton n héberge pas un apiculteur professionnel. Il n est donc pas indispensable que ces couverts se comptent en hectares par commune. Mais si chacun fait un effort, les besoins des pollinisateurs seront couverts! Définition Les plantes mellifères produisent des substances récoltées par les insectes butineurs pour être transformées en miel. Beaucoup de plantes sont mellifères, mais seulement une partie peut être butinée par les abeilles domestiques du fait de leur morphologie (encombrement du corps, longueur de trompe...). L apiculture classe une plante comme mellifère lorsqu elle est exploitable par l abeille domestique. Le Réseau Biodiversité pour les Abeilles défend l idée de créer une appellation «miel de couverts mellifères» dans les endroits où de tels couverts sont implantés! Une boutade? extranet : le coin d ariane Enregistrer ses applications phytos avec une aide en ligne Si chaque producteur garde une trace de ses traitements, il n est parfois pas évident de noter à la fois le nom de la spécialité commerciale, la dose, mais aussi l usage. Or un produit phytosanitaire est autorisé sur une culture, avec une dose pour chaque cible. Avec l aide de l informatique et d internet, pourquoi ne serait-il pas possible de faire cet enregistrement sans risque de se tromper? C est maintenant possible grâce au portail et son module «Agréo/ Néotic» d enregistrement des pratiques culturales. Un exemple? Imaginons que vos maïs aient besoin d être protégés contre le liseron. Vous décidez de procéder à une application de Banvel à 0.6 Litre/ha pour lutter contre cette vivace. Dans la rubrique Mes travaux / ajouter une intervention, le fait de choisir une protection herbicide conduira le logiciel à vous proposer une liste de produits phytosanitaires homologués sur cette culture et donc autorisés à la vente. La base de données qui gère automatiquement cette liste est mise à jour une fois par semaine sans aucune intervention extérieure, ce qui est capital compte tenu des très nombreux retraits de spécialités commerciales depuis quelques mois. Après avoir entré les premières lettres du nom («B», «A» puis «N»..) le nom «Banvel» apparaît automatiquement dans le menu déroulant. Pour les utilisateurs avertis, les premiers produits de la liste seront ceux que le producteur aura pris soin d entrer dans ses stocks en début de campagne. Si le producteur prend la peine de dérouler le menu «usages», tous les parasites contre lesquels Banvel est homologué s affichent. En l occurrence, ce sera le mot officiel «désherbage» qui apparaît (le même que sur le site e-phy). Enfin, la dose d homologation est automatiquement proposée par défaut. Quel intérêt de pratiquer ainsi? Tout le monde ne sait pas forcément quels sont les produits retirés de la vente. Avec Ariane, ne prenez pas de risque en n affichant que les produits autorisés. Et par le menu déroulant «usages», vérifiez en ligne que l autorisation existe bien et laissez une trace plus précise de votre intervention. Au fil des saisons 5

6 témoignage L ami des abeilles Le Professeur Jacobs est un des grands spécialistes européens de l abeille. Directement impliqué dans les démarches actuelles qui tendent à expliquer le dépérissement de certaines colonies au cours de l hiver, notre journal l a rencontré pour en savoir plus. Au Fil des Saisons : Depuis combien d années étudiezvous les abeilles et leur comportement? Pr Franz Jacobs : Le laboratoire de zoophysiologie de l Université Belge de Gand existe depuis les années 70. J ai réalisé moi-même de nombreux travaux, notamment une thèse sur le développement de Nosema apis, un protozoaire parasite chez l abeille domestique, Apis mellifera L. Nos domaines de recherches sont axés sur la physiologie et les pathologies de l abeille. Ainsi que sur tous les facteurs inhérents à l apiculture. Nous avons déjà écrit de nombreuses publications sur l impact de la qualité du pollen sur les abeilles dans les années 1980 et nous continuons aujourd hui d étendre nos connaissances sur le sujet grâce à de nouvelles méthodologies. Je suis également expert et consultant auprès du Ministère de l Agriculture et de l Environnement Belge, consultant du Musée d Apiculture de Kalmthout, en Belgique, et en relation directe avec le monde apicole belge depuis plus de trente ans. Au Fil des Saisons : Dans vos interventions à travers l Europe, vous défendez l idée que seuls des apports diversifiés et réguliers de pollen permettent aux colonies d être correctement alimentées en protéines. Pourquoi? Pr Franz Jacobs : Effectivement, tout comme l homme, les abeilles ont besoin de protéines pour se développer. Or, le pollen est la seule source de protéines accessible aux abeilles dans la nature. J ai observé et prouvé dans mes différentes expérimentations que des abeilles auxquelles on fournit du pollen de faible qualité nutritive auront une durée de vie bien inférieure à celles à qui l on donne du pollen de bonne qualité. Par exemple, dans le cadre de mes expérimentations, des abeilles nourries exclusivement avec du pollen de fraises (de très haute valeur nutritive) vivront 27 jours de plus que celles nourries avec un autre pollen de faible valeur nutritive. D autre part, il existe un facteur de 1 à 60 entre certains types de pollens. En effet, les abeilles ne savent pas différencier dans la nature un pollen de bonne ou de mauvaise qualité nutritive. Quand elles ramènent des pollens faiblement protéiques dans la colonie, cette dernière ne peut pas compenser ce déficit, par exemple en diminuant la ponte de la reine. Chaque ouvrière qui naît sera donc plus faible, au point d entraîner le dépérissement d une colonie en quelques semaines. Au Fil des Saisons : Avez-vous observé des différences entre des colonies d abeilles à proximité de couverts mellifères et d autres? Pr Franz Jacobs : Oui absolument. Nous avons déjà analysé des échantillons de mélanges de pollens de jachères apicoles, qui montrent des résultats de haute valeur nutritive, qui permettront donc une durée de vie plus longue des abeilles, équivalents aux résultats obtenus avec du pollen de fraises. Pour aller encore plus loin, nous avons mis en place cette année un programme de monitoring en Belgique afin de comparer des colonies entre des zones urbanisées (Gand), agricoles (Gembloux), horticoles (Brakel) et naturelles (Beauchevain). Les brèves du comptoir Fin des subventions pour les aires de remplissage Le PVE est aujourd hui le seul moyen d aide financière dont dispose un producteur pour s équiper d une aire de remplissage ou de lavage de son pulvérisateur. La convention qui permettait avant au Comptoir Agricole de remplir ce rôle en relation avec l Agence de l Eau Rhin-Meuse prendra officiellement fin en juillet prochain. Nos adhérents concernés par un dossier incomplet sont invités à le finaliser très rapidement. Des kits pour se protéger Près de 2000 de nos adhérents se sont vus proposer des kits d équipement de protection individuelle à un prix exceptionnellement bas au cours de l hiver. Initiée par notre groupement d achat avec l aide des fournisseurs, cette opération vise à sensibiliser les agriculteurs aux risques liés à une utilisation de produits phytosanitaires sans aucune protection. Le kit se compose de gants nitriles, de lunettes, de combinaisons jetables et de protections respiratoires adaptées de type masque A2P3. Ce dispositif a été salué par la MSA et la Caisse d accidents agricoles du Bas-Rhin. Mycotoxines : ne pas relâcher la pression Une enquête sur les mycotoxines présentes dans l alimentation des animaux de compagnie vient de paraître dans le numéro d avril 2008 de 60 millions de consommateurs. Il y est expressément demandé aux pouvoirs publics de réfléchir pour «imposer des règles plus strictes de contrôle et de seuils». Nous réaffirmons avec force que tous les efforts sont entrepris par le Comptoir Agricole afin de réduire ce risque. Enquête BVA Une grande enquête de satisfaction est confiée à la société BVA afin de mieux cerner et mesurer le degré de satisfaction de nos adhérents. Grâce aux résultats attendus, le Comptoir envisage d innover en termes de services. D Mensche ziehn sich widder mit fàrbvolle Kleider àn un dröje üs m Hüs enüs ohne Màntel, ohne Hüet. S het sich ebs g andert. Un diss nannt m r Friehjohr. D r Bür kànn nimm wàrte. Er weiss dàss d r Bodde von Dàà züe Dàà wärmer word un dàss àlles bàl widder in s wàchse kànn komme. D Baim verwàche äu un mànchi Knospe hàn schon làng gstose, fàscht frach in re noch züe frische Luft. D Rawe äu fànge àn ze hile wànn m r sie schnid Im Immehisele verwàcht die gànz Fàmilie noch m tiefe Winterschlof. S kleine Immele wie noch nie nix von Fald un Lawe het gsahn kànn nimm wàrte. Es dappelt vor m Üsgàng erum wie wànn s ebs dat blöje, lüejt àllewil ob s ken spàlte Liecht durich d Tir kànn verwitsche. Doch find s andli e so stràhlender Karne in d r Bratterwànd. Es geht àls nahder bis es durich diss Lechele kànn spioniere! Mensch isch s do hüsse natt, wundernatt hert Unter Uns m r s bewundere. D Immemàmme het s g hert un fröjt s üs Schen, wunderschen isch s do hüsse sàt s kleine Immele züer Antwort Wiss, gànz Wiss, àlles isch Wiss setzt s noch dezüe. Oh, schnall, komme àlli widder in s Bett meint, gànz bekimmert, die Immemàmme Wiss isch kàlt un Schnee, so kenne ihr nitt nüs Un schon schlopfe sie àlli schnall in d Wärme. S kleine Immele schloft àwer nitt làng. Es hert e Vejele wie gànz lüt pfift : d Zit isch do, d Zit isch do un mecht nix ànder s dàss e nüs, frei flieje, in d frisch Luft. E Immeonkel meint : m r hàn fàscht ken Honig meh, m r müen ebs finde ; ich weiss e Bliemele wie trotz Schnee un Wind kànn blieje komme, m r gehn, d Schneegleckele sinn sicher schon im Blüecht. Üsgemàcht. Un schon sinn sie drüsse E schener Sonnestràhl lockt sie in d Heh. E wàrmi Luft singt ne e Morjeliedel. E lawesvolli Nàtür zeijt ne de Waj fer dene erschte Üsflug. Alles isch wiss, gànz wiss : d r Kirschbààm, d r Apfelbààm, àlli Baim un Hecke stehn im Blüecht! D r Bür äu isch schon im Fald un het Freid, dàss die Immele widder verwàche Wer weiss, meint r, wie làng noch. Hoffendli düen m r sie nitt noch umbringe mit m moderne Gift! Stan LOUD Mieux anticiper ses approvisionnements Trop d adhérents n anticipent pas encore assez leurs besoins d appro. Or nos fournisseurs fonctionnent de plus en plus en flux tendu ce qui occasionne des ruptures fréquentes. Les producteurs sont invités à faire preuve d encore plus de rigueur dans leurs prévisions. Un jeune retraité André Cavalerie a quitté le Comptoir fin mars après 26 années passées chez Silostra. Il aura formé depuis de très nombreux jeunes qui appréciaient apprendre avec lui. Il laisse «son» silo à à Freddy Stoeckle, Xavier Kieffer et Nicolas Bauer. Salut André «un mach s guet!» et des arrivées Aurélie Gander, après un passage réussi au service technique, vient d être recruté au service commercial appro en vue du remplacement programmé de Denise Martin. Sandrine May a rejoint dernièrement Eurépi pour s occuper de l exécution des contrats d achat et de vente des céréales. Enfin, Coralie Huck vient d être recrutée au poste de commercial au sein du département espaces verts en remplacement de Stéphane Lasson. Directeur de la publication : André Schuhler - Coordination : Christophe Klotz - Rédaction : Denis Fend, Christophe Klotz, OLCA, Réseau Biodiversité pour les Abeilles Photographies : Patrick Bogner, Comptoir Agricole, tous droits réservés, Réseau B iodiversité pour les Abeilles - Création graphique : Antoine Neumann - Réalisation : Candide / Impression : Sicop / Bischheim - Illustrations : Antoine Neumann - Dépôt légal : avril Tous droits de reproduction interdits Contact journal : Comptoir Agricole / Au Fil des Saisons / 35, route de Strasbourg / Hochfelden /

L ABEILLE DOMESTIQUE

L ABEILLE DOMESTIQUE L ABEILLE DOMESTIQUE Que savez-vous de moi? On m appelle l abeille européenne (Apis mellifera), ou l abeille domestique. J appartiens à l ordre des insectes hyménoptères, c est-à-dire ceux pourvus d ailes

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE APICULTURE

GUIDE PRATIQUE APICULTURE ID-SC-195- GUIDE PRATIQUE APICULTURE 16.06.2011 GUIDE PRATIQUE APICULTURE RÉFÉRENCES RÈGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art.14 du RCE 834/2007 Conversion = art. 38 RCE 889/2008

Plus en détail

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Présentation en vidéo-conférence Mois de l abeille urbaine à Montréal Marc Wollast marc.wollast@apisbruocsella.be www.apisbruocsella.be Apis Bruoc Sella Bruxelles

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85

DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85 DOSSIER DE PRESSE Organisateur CARI asbl Place Croix du Sud, 4 1348 Louvain la Neuve +32 (0)10 47 34 16 www.cari.be Contact Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables:

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables: Conférence de presse UNIFA - 23 septembre 2005 Sommaire Le marché des engrais : campagne 2004-2005 La hausse des prix de l énergie pèse sur la nouvelle campagne Le contexte réglementaire : la nouvelle

Plus en détail

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de Termes de référence pour l évaluation et la capitalisation du projet PMF-FEM Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de l'abeille jaune par l'introduction de ruches peuplées

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE de l ECO-CONTRIBUTION APE

GUIDE PRATIQUE de l ECO-CONTRIBUTION APE Alliance pour Nature GUIDE PRATIQUE de l ECO-CONTRIBUTION APE Document à destination des entreprises metteurs en marché Version Janvier 2015 125, rue Aristide Briand 92300 Levallois Perret - Tél : +33

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes?

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? 11 décembre Arles Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? Claire LAFON Benoit DUPUY Introduction

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Apiculture Section 13,2 - Admissibilité

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Apiculture Section 13,2 - Admissibilité Section 13,2 - Admissibilité Page 1 Les normes générales à toutes les protections d assurance concernant l application des normes d admissibilité se retrouvent à la procédure générale. Cependant, les normes

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

verger biodiversité arbre & forêt eau animations scolaires maternelle 3 secondaire

verger biodiversité arbre & forêt eau animations scolaires maternelle 3 secondaire verger biodiversité eau arbre & forêt animations scolaires maternelle 3 secondaire Le CRIE vous propose ses animations en projet ainsi que toute une série d activités d 1 journée ou d 1/2 journée Découvrez-les

Plus en détail

Public visé : Public prioritaire : - jardiniers des jardins collectifs du territoire intercommunal - jardiniers amateurs habitants du Pays de Grasse

Public visé : Public prioritaire : - jardiniers des jardins collectifs du territoire intercommunal - jardiniers amateurs habitants du Pays de Grasse Dans le cadre de la Charte «Jardinons ensemble» et du soutien aux jardiniers des jardins collectifs du territoire intercommunal, la Communauté d Agglomération du Pays de Grasse propose, en partenariat

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

Charte Développement Durable. Les 15 engagements du réseau C10

Charte Développement Durable. Les 15 engagements du réseau C10 Charte Développement Durable Les 15 engagements du réseau C10 2014 Charte Développement Durable Les 15 engagements du réseau C10 Né en 1996 de la volonté d entrepreneurs indépendants, le réseau C10 est

Plus en détail

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015 Département de l économie, de l'énergie et du territoire Service de l agriculture Office des paiements directs Information aux exploitants agricoles du canton du Valais Dès cette année, les documents relatifs

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : C est qui, ce frelon asiatique? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE 1 - Voici les mots

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Groupe ROQUETTE. Usine de BEINHEIM. Chaufferie Biomasse

Groupe ROQUETTE. Usine de BEINHEIM. Chaufferie Biomasse Groupe ROQUETTE Usine de BEINHEIM Chaufferie Biomasse Congrès «Eco-technologies pour le futur» - Lille - 14 juin 2012 Plan de la présentation Le groupe ROQUETTE Notre site de BEINHEIM Nos motivations environnementales

Plus en détail

Campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques

Campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques I N F O R M A T I O N A L A P R E S S E Campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques La Ville de Niort lance sa campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques, espèce invasive qui s attaque

Plus en détail

UN MBA POUR QUI, POURQUOI?

UN MBA POUR QUI, POURQUOI? PARTIE 1 UN MBA POUR QUI, POURQUOI? L e MBA est une formation connue et reconnue dans le monde entier. Cependant, l appellation MBA n est pas un label déposé. Conséquence : l univers des MBA est un monde

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable LE TRAITEMENT DE SEMENCES Un outil pour l agriculture durable Préparé par La Commission pour le traitement des semences et l environnement de la Fédération internationale du commerce des semences (FIS)

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Opérations de chargement et déchargement. Protocole de sécurité

Opérations de chargement et déchargement. Protocole de sécurité Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi Rhône-Alpes Département Risques professionnels 8-10, rue du Nord - 69225 VILLEURBANNE Cedex 04 72 65

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

Les principaux thèmes liés à cette cause sont :

Les principaux thèmes liés à cette cause sont : S engager pour l environnement Les hommes sont dépendants de leur environnement : c est leur lieu de vie. C est pourquoi lutter contre la pollution et le gaspillage est important. La défense de l environnement,

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie

Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie Conférence de presse Arvalis, Cetiom, InVivo AgroSolutions Paris, le 25 octobre 2013 Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie 1- Pourquoi un partenariat?

Plus en détail

Présentation du réseau COLOSS

Présentation du réseau COLOSS Résultats de l enquête COLOSS 2012 Céline Holzmann 1, Julien Vallon 1, Pascal Jourdan 1 ( 1 ITSAP-Institut de l abeille) Depuis maintenant cinq ans, l ITSAP-Institut de l abeille quantifie les pertes hivernales

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole Comparaison France et Allemagne Février 2013 1 Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Energie Climat Bourgogne

Plus en détail

Classe verte à Hollenfels

Classe verte à Hollenfels Classe verte à Hollenfels Du lundi 10 mai au mercredi 12 mai 2010 C.E.1 de Madame Lanneluc SOMMAIRE 1. Personnel d encadrement 2. Transport 3. Hébergement 4. Projet pédagogique 5. Budget 6. Annexes : -

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

D où viennent nos semences. Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto

D où viennent nos semences. Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto D où viennent nos semences Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto Monsanto a pour objectif de permettre aux agriculteurs de petites et grandes exploitations de produire davantage

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Les nourrissements : candi ou sirop?

Les nourrissements : candi ou sirop? Le 19 juin 2011 Cours de 1 ière année Les nourrissements : candi ou sirop? Sommaire 1) Introduction.... 3 2) Nourrissement curatif et prophylactique.... 4 3) Nourrissement spéculatif.... 4 4) Nourrissement

Plus en détail

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France?

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Fiche de synthèse dans le cadre de la Loi d Orientation Agricole Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture Fabien Liagre - Mars 2005 1 Sommaire

Plus en détail

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Version 1 du 06 février 2014 version initiale Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Ce guide a été élaboré en réponse au supplément 2BSvs-PRO-03 approuvé

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

UTILISER DU PAPIER PEFC : UN GESTE ECO-RESPONSABLE

UTILISER DU PAPIER PEFC : UN GESTE ECO-RESPONSABLE 10-31-1335 / Certifié / Ce produit est issu de forêts gérées durablement et de sources contrôlées. / pefc-france.org > www.pefc-france.org : +33 1 82 53 60 60 PHOTO : Fotolia / J.Delpire / Mai 2014 Retrouvez

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

1 cadre. 3 c 5 c. 7c 9 c. Actu Api n 19

1 cadre. 3 c 5 c. 7c 9 c. Actu Api n 19 Lors de chaque visite, notre attention se porte sur l âme de la ruche, le couvain. Avec l expérience, on peut y trouver une série d informations qui nous aident dans la conduite des ruches. Pour un nouvel

Plus en détail

Union des Coopératives Agricoles de l ALlier Approuvé par :

Union des Coopératives Agricoles de l ALlier Approuvé par : Manuel Qualité et HACCP Indice : I Union des Coopératives Agricoles de l ALlier Approuvé par : Jacky COURRIER Directeur de COOPACA Jean-Claude MICHEL Directeur de Val limagne.coop La force d un groupe

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile 2 nd vie des produits technologiques Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile SOMMAIRE Electronique Grand Public : un marché de masse! Un cadre réglementaire : depuis 2006

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau

Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau Syndicat des Cramades La malle Cantal'Eau - Découvrir et agir l'eau c'est la vie! - Grand public Agence de l eau Adour Garonne 1 Le Syndicat

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE Présentation de l avant-projet sommaire de méthanisation Communauté d Agglomération de Limoges Métropole

Plus en détail

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25 Laitues d hiver Moins de pe Les laitues pommées bio se révèlent exemptes de pesticides. Plus «Bonne nouvelle: toutes les salades sont conformes et

Plus en détail

NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE

NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE Carte : articque Crédit photos : Chambre régionale d'agriculture du Centre et FNASAVPA NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE n 445 Edition dépt. 28 du 4 octobre 2013 Pour obtenir les coordonnées d'une

Plus en détail

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Chaque partenaire relais d une agence de l eau est invité à compléter cette fiche d évaluation à l issue des manifestations (réunions, expositions,

Plus en détail

Notice Allié. Max SX. DuPont Allié Max SX

Notice Allié. Max SX. DuPont Allié Max SX Notice Allié Max X DuPont Allié Max X Allié Max X Dicotylédones dans les céréales : pression croissante D après un relevé de flore réalisé en 2008 (1), les agriculteurs observent une pression croissante

Plus en détail

Tout savoir sur Mr.Goodfish

Tout savoir sur Mr.Goodfish Tout savoir sur Mr.Goodfish 1 BIENVENUE DANS LE PROGRAMME MR.GOODFISH Par votre adhésion au programme Mr.Goodfish, vous faites un geste important pour une consommation durable des produits de la Mer. Soyez

Plus en détail

Notice Kocide Opti. DuPont. Opti. Kocide. Kocide Opti. La protection cuivre à petite dose

Notice Kocide Opti. DuPont. Opti. Kocide. Kocide Opti. La protection cuivre à petite dose Notice Kocide DuPont Kocide Kocide La protection cuivre à petite dose Les enjeux du cuivre en viticulture Le cuivre est un fongicide de contact à action strictement préventive, doté d un mode d action

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail