TERRE D ACCUEIL DE L INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TERRE D ACCUEIL DE L INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE"

Transcription

1 L Aisne Juillet 2013 TERRE D ACCUEIL DE L INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE FAIRE AVANCER TOUTES LES ENVIES D ENTREPRENDRE

2 Sommaire Page Editorial... 3 L agriculture dans l Aisne... 4 Caractérisation du secteur... 6 L agro-alimentaire dans l Aisne... 7 Les chiffres-clés... 8 La localisation des industries agro-alimentaires... 9 L industrie des viandes et des poissons L industrie des fruits et des légumes La fabrication de produits à base de céréales La fabrication d aliments pour animaux L industrie sucrière L industrie laitière Carte AOC Maroilles La fabrication de boissons et d alcools Carte AOC Champagne Formation - Recherche Le pôle de compétitivité Industries & Agro-Ressources Les facteurs d évolution du secteur Vos interlocuteurs Chambre de commerce et d industrie territoriale de l Aisne BP bd Jean Bouin Saint-Quentin cedex T F Directeur de publication : Charles Ribe Directeur de rédaction : Sylvie Henrion Maquettage - Rédaction - Mise en page : Carole Delcourt Crédit photos et images : CCI de l Aisne Carole Delcourt, Microsoft, FOTOLIA shock Tirage : 500 exemplaires Impression : Imprimerie J2M (Saint-Quentin) 2 CCI de l Aisne / Juillet 2013

3 Editorial L es industries agro-alimentaires constituent un secteur essentiel de l activité économique et industrielle de notre département. La filière, qui représente près de 20% de l emploi industriel et emploie un peu plus de salariés, repose avant tout sur des entreprises dynamiques qui, quelle que soit leur taille, savent faire preuve d une grande capacité d adaptation et d innovation, afin de croître sur des marchés sévèrement disputés. Ces entreprises réalisent une activité de transformation des produits de l agriculture, en aliments et en boissons, pour l homme et l animal. Elles sont situées, dans la chaîne de valeur, entre les producteurs et importateurs de matières premières agricoles et les réseaux de distribution qui alimentent le marché de consommation finale. Charles RIBE Président de la CCI de l Aisne Elles sont aujourd hui exposées, de façon accrue, à de multiples enjeux : les défis environnementaux, la satisfaction d un consommateur soucieux de maîtriser au mieux sa dépense tout en recherchant un produit alimentaire de meilleure qualité, plus sain et plus écologique, ou l adéquation avec les réseaux de distribution pour une rentabilité toujours accrue. La concurrence extérieure impose par ailleurs de plus en plus souvent le renouvellement des gammes de produits et l innovation apparaît incontournable pour se placer sur les segments les plus porteurs. Et tout ceci, dans un contexte de forte volatilité des prix des matières premières... Ces enjeux, économiques, environnementaux, sociétaux et même sanitaires, sont autant de défis à relever pour le maintien de la compétitivité, voire la pérennité des entreprises. Nous avons donc conçu ce document pour présenter mais aussi «vendre» les entreprises en matière de savoir-faire lié à l agro-alimentaire. Nous y avons fait figurer également les atouts de notre département pour améliorer son attractivité vis-à-vis des sociétés en place ou à venir. L entreprise est au cœur de notre vocation consulaire, c est pourquoi nous accompagnons et soutenons les entreprises de notre territoire dans leurs projets de développement et mettons l ensemble de nos ressources au profit d une dynamique innovante. CCI de l Aisne / Juillet

4 L agriculture dans l Aisne EXPLOITATIONS AGRICOLES Nombre d exploitations Evolution annuelle moyenne ,8% Taille moyenne 99 ha Part des exploitations de 100 ha et plus 40,5% Statut des exploitations Forme individuelle GAEC 1 (y compris partiel) EARL 2 Autres formes Nombre d exploitations pratiquant une activité de diversification Nombre d exploitations pratiquant une commercialisation via des circuits courts 336 (non compris les viticulteurs) (1) GAEC : groupement agricole d exploitation en commun (2) EARL : exploitation agricole à responsabilité limitée (3) Transformation de lait, travail à façon, hébergement, restauration. POPULATION AGRICOLE Nombre de chefs et co-exploitants Part des chefs d exploitation de moins de 40 ans de 40 à 60 ans de 60 ans et plus Age moyen des chefs d exploitations Nombre de permanents travaillant dans les exploitations Nombre d Unités de Travail Annuel 1 (UTA) totales 20,1% 61,2% 18,7% 50 ans (1) UTA : Quantité de travail d une personne à temps complet pendant une année L agriculture est une ressource essentielle de l économie du département de l Aisne. La production agricole se répartit en valeur entre 80,5% pour les végétaux, 14,3% pour les animaux et 5,2% pour les services. Elle se caractérise par les cultures de céréales, de betteraves mais aussi de pommes de terre et différents légumes qui alimentent en aval les IAA. La vigne représente 15,8% de la production agricole finale de l Aisne et la forêt occupe 20,4% du territoire EXPLOITATIONS AGRICOLES Le département de l Aisne dispose de km² de surface agricole utile (SAU), c est-à-dire de terres dédiées à une activité agricole, soit 1,7% de la SAU nationale. Les exploitations agricoles axonaises sont de grande taille et la superficie consacrée à l agriculture ne diminue que légèrement sous la pression de l urbanisation. Cette surface est mise en valeur au sein de exploitations agricoles performantes, capables de répondre aux exigences des entreprises industrielles présentes sur (et hors) le territoire. Les entreprises agroalimentaires sont en général liées aux bassins de productions agricoles, là où elles trouvent des matières premières qu elles transforment. Dans l Aisne, le lien existe pour le lait, les fruits et légumes ou encore les grandes cultures. OCCUPATION DU TERRITOIRE Autres cultures permanentes 1,2% Vignes 0,3% Bois et forêts 20,4% Superficie toujours en herbe 9,4% Autres territoires 12,2% terres arables 56,5% PALMARES CLASSEMENT DE L AISNE AU NIVEAU NATIONAL 1 er pour le blé tendre 1 er pour les betteraves industrielles 2 ème pour les féveroles et les fèves 2 ème pour les salsifis et oignons de couleur 3 ème pour les pommes de terre de féculerie 3 ème pour les protéagineux 4 ème pour l orge, l escourgeon et l endive 4 ème pour les carottes Source : Agreste - Statistique agricole annuelle CCI de l Aisne / Juillet 2013

5 LES GRANDES CULTURES PRODUCTIONS VÉGÉTALES Céréales Blé tendre Orge et escourgeon Avoine Maïs grain et semences Surface (milliers ha) 253,1 186,6 41,2 1,2 23,0 Rendement (quintaux/ha) 80,5 82,0 62,7 51,0 102,4 Oléagineux (colza) 49,3 42,6 Protéagineux (pois, féveroles) 16,6 44,8 Betteraves industrielles 59,2 929,0 Pommes de terre 7,4 - Endives et légumes 3,0 - Fourrages et prairies 86,0 - Vignes AOC Champagne 2,4 141,0 PRODUCTIONS ANIMALES (en milliers de têtes) Nombre de bovins Nombre de porcins Production de lait de vache (milliers d hectolitres) Nombre de producteurs livrant du lait à l industrie DES PRODUCTIONS VÉGÉTALES DIVERSIFIÉES Avec ha de SAU, l Aisne est le quatrième département français. Cette surface est composée de près de ha de terres labourées et de ha de superficie toujours en herbe. Avec ha, le blé est la principale culture céréalière (37,3% de la SAU). La culture de la betterave sucrière est l autre fleuron de l agriculture axonaise. L Aisne est le premier département producteur français avec une couverture de ha et une production qui représente en 2011, 14,8% de la production française. Près d une vingtaine de systèmes d exploitation différents sont identifiés dans le département : des dominantes élevage en Thiérache et viticulture dans le sud de l Aisne. Le Saint-Quentinois, le Laonnois et le Soissonnais se caractérise quant à eux par des systèmes de production orientés vers les cultures générales : céréales, betteraves et oléo-protéagineux. Bien que n étant pas spécialisées dans les productions animales, de nombreuses exploitations pratiquent l élevage en activité secondaire et disposent ainsi d un complément de revenu grâce à cette activité. Les élevages bovins (lait et viande) dominent. La production de lait représente 50% du produit dégagé par les productions animales et 32,7% pour les gros bovins. CCI de l Aisne / Juillet

6 Caractérisation du secteur La filière regroupe les industries agro-alimentaires, c està-dire les entreprises relevant du code NAF 10, exerçant à titre principal une activité industrielle de transformation agro-alimentaire (hors les activités artisanales des boulangeries, pâtisseries et boucheries), les producteurs de boissons (code NAF 11), auxquels sont ajoutés certains producteurs agricoles dans la mesure où ils disposent d outils industriels ou travaillent dans la viticulture, certains commerces alimentaires de gros ainsi que certaines coopératives agricoles. La présentation des différentes familles de la filière ne retient pas la classification INSEE selon le code NAF mais l activité réelle de l entreprise. La filière, composée de sept grandes familles, est organisée en fonction des produits fabriqués ou transformés : 1. INDUSTRIE DES VIANDES ET POISSONS : abattage et transformation des viandes et abats d espèces animales destinées à la consommation humaine (bétail, volaille, charcuterie ) et préparation - conservation de poissons, y compris la préparation des plats cuisinés à base de viande et de poisson. 2. INDUSTRIE DES FRUITS ET LÉGUMES : transformation et conservation de pommes de terre et autres fruits et légumes. SECTEURS D ACTIVITÉS Nombre établissements (5 salariés et +) Effectifs salariés 3. INDUSTRIE LAITIÈRE : fabrication de lait, de beurre, de yaourts, de fromages et tout autre produit à base de lait. 4. FABRICATION DE PRODUITS À BASE DE CÉRÉALES : farine, pain et pâtisserie industriels, biscuits, biscottes, semoules et pâtes alimentaires, malt, amidon, fécules et produits dérivés. 5. INDUSTRIE SUCRIÈRE : fabrication de sucre et de dérivés. 6. FABRICATION D'ALIMENTS POUR ANIMAUX : aliments pour animaux de ferme et animaux de compagnie. 7. FABRICATION DE BOISSONS ET ALCOOLS : vins et alcools, champagne, bière, jus de fruits et de légumes, eaux minérales... ORGANISATION DE LA FILIÈRE AGRICOLE Le principe d une filière veut qu il y ait une progression verticale d un produit. Une analyse horizontale peut toutefois être également envisagée pour étudier l environnement, le nombre et le rôle des intervenants, sur une action précise. AMONT Alimentation du bétail Semences Produits vétérinaires Produits phytosanitaires Matériel agricole... Viandes et poissons Fruits et légumes Produits à base de céréales Industrie laitière PRODUCTION Cultures (céréales, fruits, légumes) Elevages (bétail, volailles ) Activité de diversification (transformation à la ferme, vente directe, tourisme rural ) Industrie sucrière Aliments pour animaux AVAL Transformation, conservation et conditionnement des produits de l agriculture par les coopératives agricoles et par les industries agro-alimentaires Boissons et alcools TOTAL Source : Fichier RCS de la CCI de l Aisne - Avril 2013 Ne comprend pas les emplois saisonniers COMMERCIALISATION Commerces spécialisés Commerces de proximité Grand distribution 6 CCI de l Aisne / Juillet 2013

7 L agro-alimentaire dans l Aisne Près de 83% des consommations alimentaires empruntent à présent la filière des industries agro-alimentaires (IAA), entre le champ du producteur et l assiette du consommateur. De nouveaux modes de vie ont permis les spectaculaires développements de ce secteur de l industrie chargé de transformer des produits agricoles en produits alimentaires. Dans cette perpétuelle transformation, l Aisne, département doté de terres fertiles et d un climat favorable, n est pas dépourvu d intérêt. Tout d abord, parce que la tradition d un partenariat a souvent permis des démarrages industriels puissants (sucre, pomme de terre, légumes), mais aussi parce que le département recèle une variété de secteurs explorés par l industrie agro-alimentaire ancienne et moderne, basés sur des produits de masse ou des spécialités, sur des grands noms internationaux (NESTLE, LU...), des marques nationales (BONGRAIN...) ou des noms qui se développent (PANNIER...). Les IAA de l Aisne se sont d abord appuyées sur des productions agricoles performantes. C est le cas du SUCRE, issu des betteraves, cultivées et transformées de manière industrielle. Les rendements ont pratiquement été multipliés par trois en 40 ans et l Aisne, premier département betteravier français, assure près de 15% de la M. Bury - CEDUS production française. De 500 tonnes traitées par jour, les sucreries en sont désormais à ! La restructuration des outils a ramené à deux le nombre d usines dans l Aisne (+ un site de stockage). La concentration des sociétés d exploitation de l appareil de production a suivi la même logique et dans l Aisne, on trouve aujourd hui le groupe coopératif TEREOS et le groupe SAINT-LOUIS SUCRE (pour une unité de stockage). Autre industrie valorisant des tonnages importants de produits agricoles : celle qui utilise comme matière première les POMMES DE TERRE. L entreprise INTERSNACK transforme près de tonnes de pommes de terre par an en chips. Là aussi, c est la production en qualité et en quantité qui, historiquement, a déterminé l implantation des usines. De la même manière, la culture des LEGUMES DE PLEIN CHAMPS a trouvé un terrain favorable dans l Aisne et a développé une nouvelle branche de l industrie agro-alimentaire avec la déshydratation de légumes. L est du Laonnois est particulièrement adapté à cette culture et accueille deux usines (SODELEG et SENSIENT DEHYDRA- TED FLAVORS) sans oublier la coopérative légumière PRIM ALLIA, premier apporteur français de légumes aux industriels de ce secteur. Dans cette même catégorie des industries transformant de la matière agricole brute, il faut signaler le secteur de la FARINE avec un moulin important situé à Saint-Quentin, et le secteur DE L ALIMENTATION ANIMALE dont les productions sont destinées tant au bétail qu aux animaux domestiques. Le LAIT est bien sûr une source de matière première très liée au terroir. L Aisne compte à ce titre une zone d élevage privilégiée (la Thiérache) et les 300 millions de litres de lait produits chaque année sont essentiellement transformés dans neuf usines, en lait en poudre, lait UHT mais aussi en produits à plus forte valeur ajoutée et en Maroilles, fromage bénéficiant d une Appellation d Origine Contrôlée. Les groupes NESTLE et BONGRAIN dominent largement ce secteur d activité. La VIANDE n est pas absente, avec des abattoirs aux normes européennes et un transformateur de gibier important dans le Sud de l Aisne (VILLETTE VIANDES). Sont aussi implantées dans l Aisne plusieurs entreprises relevant de la troisième transformation, c est-à-dire élaborant des aliments à partir de produits déjà transformés. Historiquement, leur implantation a souvent eu lieu entre les années 50 et 80 où la proximité des productions, de la main d œuvre et de la capitale influaient sur les localisations industrielles. Ainsi en est-il des secteurs des plats préparés, de la panification, de la biscuiterie-biscotterie et des produits dont les marques ornent les linéaires des grandes surfaces : Vandamme, Maggi, Materne, Lu, Garbit, Panzani... L attache locale au terroir est faible et la plupart des produits assemblés dans ces usines sont importés de l extérieur du département mais la productivité est forte : Les «Pom potes» MATERNE vendus dans la grande distribution française sortent de l usine de Boué, les cracottes de LU sont cuites en continu à Vervins, les raviolis et les couscous PANZANI sont mitonnés à la tonne à Pouilly-sur- Serre. Les grands groupes internationaux dominent. Enfin, il ne faut pas passer sous silence la zone en AOC CHAMPAGNE au Sud de l Aisne (un dixième du vignoble total champenois mais un chiffre d affaires deux fois supérieur au secteur du lait dans l Aisne...) qui développe une politique de marques. CCI de l Aisne / Juillet

8 Les chiffres-clés 78 établissements (au moins cinq salariés et plus) salariés - Premier secteur industriel du département de l Aisne en termes d emplois 5,2% de cadres et professions intellectuelles supérieures 11,1% de professions intermédiaires 13% d employés 70,7% d ouvriers qualifiés et non qualifiés (Source : INSEE DADS Aisne 2010) Commerce extérieur (produits agricoles, sylvicoles, pêche et aquaculture + produits des IAA) 23,9% des exportations 5,1% des importations (Source : Douanes 2012) 2 territoires bénéficiant d une Appellation d Origine Contrôlée (AOC) : le Maroilles et le Champagne QUELQUES GRANDS NOMS DE L AGRO- ALIMENTAIRE PRÉSENTS DANS LE DÉPARTEMENT Banette Beghin Say Bongrain C est la vie Daunat Fauquet Francine Garbit Kub or Heudebert Lu MADE IN AISNE Maggi Mas d Auge Materne Matines Napolitain Nestlé Pannier Raffolait Vico William Saurin... La consommation à domicile en 2011 (Source : INSEE) Le pourcentage représente la part du poste dans le budget alimentation LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE PRÈS DE 4 SUR 10 SONT DÉPENSÉS POUR LA VIANDE, LES FRUITS ET LES LÉGUMES DANS LE BUDGET «ALIMENTATION» 23,1% Viande 13,0% 14,5% Fruits et légumes 10,0% 13,1% Pains et céréales 7,9% Les produits alimentaires et les boissons (alcoolisées ou non) consommés à domicile représentent 15,1% du budget total des ménages, soit 167,5 milliards d euros (source : INSEE euros courants), avec un écart pouvant atteindre 6,3 points entre les différentes catégories socioprofessionnelles. La part de ce budget consacrée à l alimentation a diminué de deux points en 20 ans. Produits laitiers Boissons alcoolisées Boissons non alcoolisées Les produits alimentaires représentent pour leur part trois quarts de ce budget. Les dépenses des ménages les plus importantes concernent les postes suivants : la viande (23,1%), les fruits et légumes (14,5%), suivi du pain et des céréales (13,1%) et des produits laitiers (13,0%). 7,0% Produits sucrés 5,8% Poisson 5,5% Autres produits alimentaires Le poste des boissons alcoolisées, qui représente 10% du budget alimentation, tend à diminuer tandis que celui des boissons non alcoolisées est en progression. La part de la viande diminue également dans le budget des ménages au profit des produits lactés et sucrés. 8 CCI de l Aisne / Juillet 2013

9 La localisation des IAA Materne Les fromagers de Thiérache Landon LDP Harry's restauration Endives du bosquet Lailand Lu France Lambert panification UMB Euromill Nord Dutoit CPF Nestlé France Nestlé France Tereos D2i Saint Louis sucre Délices en croute Daunat Champiblonds Gem viandes La viande chaunoise Saeml La franco argentine Lemaitre (endives) William saurin Expandis Trouw France Sodeleg Laiterie des Étangs de Sommeron Les fruits rouges de l Aisne L abattoir de l Aisne Leduc Cathie Pierru piscicultures Scica porcs de l Aisne SABHIR Poulet du nord distribution Lu France Sensient Dehydrated flavors Lesire et Roger Huys France Kerry savoury ingredients France Delva Franc Intersnack France Champignonnières de la Perrière Tereos Génération 5 Florepi Babynov Carrières de Noué Champignonnières Calegari Roquette frères American desserts Babynov Champignonnières Ruol Row oeufs genty Pomly Moulin Hoche Unilep Coop alliance Effectif des établissements Saumonerie de l Ourcq Ch. Joël Michel Villette MHCS Ch. Pannier viandes Ch. Alain Mercier et fils Lu France Inzo Ch. Paillette Marais zeffiro Ch. Baron Albert Ch. Françoise Bedel et fils Baron-Fuente Ch. Gerbaux Rasseneur et fils Ch. Bourgeois Viandes et poissons Fruits et légumes Industrie laitière Grains et pâtisserie Aliments pour animaux Sucre et dérivés Boissons CCI de l Aisne / Juillet

10 Industrie des viandes et des poissons Consommation moyenne (en kg / personne / an) Bœuf : 13,3 kg Volailles : 19,1 kg Œufs : 13,5 kg Poissons, coquillages, crustacés : 11,4 kg 17 ÉTABLISSEMENTS D AU MOINS CINQ SALARIÉS 610 EMPLOIS La filière «viandes et poissons» est représentée par 17 établissement de taille très variable et concerne l abattage et la transformation de toutes les viandes et abats des espèces animales destinées à la consommation humaine (bétail, volailles, porcs, gibiers ) ainsi que la préparation des plats cuisinés à base de viande et de poisson. Production de viandes Le département de l Aisne compte huit établissements dont l activité principale consiste en l abattage, la découpe et le désossement d animaux de boucherie (viande bovine, porcs, volailles, gibiers). Parmi ces huit sociétés, deux sont des abattoirs qui appartiennent à des collectivités qui en ont délégué la gestion (SAEML SEDAL à Laon et SABHIR à Hirson). A proximité de l abattoir de Laon se trouvent deux établissements spécialisés dans la découpe et la commercialisation du bétail : LA VIANDE CHAUNOISE (19 salariés) et GEM VIANDES (5 salariés). L abattoir de porcs PIG AISNE, situé au Nouvion-en- Thiérache (reprise de la société PORCINORD en 2007), a été liquidé fin d année L activité a été reprise par 25 des salariés, au sein d une SCOP (coopérative fonctionnant sous le régime d une SARL). Devenue L ABATTOIR DE L AISNE, la société abat quelques porcs et porcelets par mois, pour une clientèle de chevillards du Nord-Pas-de- Calais, de la Somme et de Rungis. La SCICA PORCS DE L AISNE (26 salariés), à Cilly, est un regroupement de producteurs de porcs. Créé en 1985, le groupement propose à ses adhérents des services tels que la commercialisation et le transport d'animaux, la construction des élevages Il a également une activité d'élevage naisseur-engraisseur qui lui permet d'être au plus près des demandes des consommateurs et des préoccupations de ses éleveurs. La SCICA vient de se rapprocher du groupement SUIDEAL (62 - Saint-Laurent-Blangy) pour former un groupement de porcs interrégional. Il entre dans le périmètre du groupe coopératif ADVITAM et regroupe 150 éleveurs pour une production de porcs charcutiers. En matière de volailles, l entreprise POULET DU NORD (29 salariés), implantée à Vervins, s occupe de la découpe, du conditionnement et de la distribution. Au lancement de l activité en 1998, la société ne travaillait que la volaille. Elle représente aujourd hui 70% de son chiffre d affaires suite à la diversification de l entreprise sur une gamme plus étendue de produits (salade, charcuterie, plats cuisinés ). Affaire indépendante fondée en 1974 et située dans le sud de l Aisne, VILLETTE VIANDES (45 salariés) est le premier atelier français agréé aux normes de l Union Européenne pour la production et la commercialisation de viandes de gibiers sauvages et d élevage en La société développe une gamme de produits qui comprend le gibier traditionnel (cerf, chevreuil, sanglier, faisan) et le gibier exotique (autruche, bison, kangourou). Elle collecte la venaison auprès des sociétés de chasse, la dépouille et découpe les carcasses en produits finis pour ensuite être mis en barquette sur le site. Elle approvisionne ainsi en morceaux préparés et prêts à être cuisinés le marché de Rungis et de nombreux distributeurs de l agro-alimentaire qui fournissent la grande distribution. En 2012, tonnes de produits finis (frais et congelés) ont été fabriqués sur le site de production (75% pour une clientèle grossistes et 25% pour les industriels, distributeurs et négociants). 10 CCI de l Aisne / Juillet 2013

11 Préparation industrielle de produits à base de viande Dans l Aisne, quatre entreprises fabriquent des plats préparés à base de viande. WILLIAM SAURIN, marque de renommée internationale, est la plus importante en termes d effectifs. Implantée à Pouilly-sur-Serre, la société emploie près de 300 salariés. Elle est spécialisée dans la fabrication de quenelles, la garniture pour bouchées à la reine (marque Petitjean), les plats exotiques (couscous, paëlla sous marque Garbit) et les raviolis (marque Panzani). Elle se positionne sur la deuxième gamme de produits (cf. page 12) et appartient au groupe français TURENNE LAFAYETTE. Après les conserves, l entreprise a lancé les barquettes en aluminium au rayon appertisé puis les barquettes plastiques micro-ondables. Industrie des poissons A noter que WILLIAM SAURIN possède par ailleurs un entrepôt, à proximité de Château-Thierry, qui emploie 80 personnes à l expédition de tonnes annuelles de produits dans plus de 23 pays. Trois autres sociétés ont un effectif inférieur à 15 salariés. La Charcuterie artisanale Saint-Quentinoise LANDON, implantée à Holnon, est spécialisée dans la charcuterie-salaison artisanale et le service traiteur. DELICES EN CROUTE fabrique une gamme de pâtés en croûtes qu elle vend à la grande distribution, la restauration hors foyer et sur internet, sous forme de produits frais, surgelés, crus ou prêts à cuire. La Charcuterie artisanale de la Thiérache (CATHIE) est la seule triperie artisanale de Picardie dont le laboratoire a été certifié «bio». Elle fabrique des plats cuisinés avec une spécialité de tripes en frais sous vide et a une activité appertisée (clientèle composée à 50% de particuliers). LA SAUMONERIE DE L OURCQ, située à Vichel- Nanteuil, occupe une dizaine de salariés à la transformation des salmonidés (saumons et truites). Des piscicultures existent par ailleurs en Thiérache et la majeure partie de leur production est destinée au rempoissonnement des rivières et des étangs pour les parcours de pêche. La plus importante est la SARL PIERRU PIS- CICULTURES, spécialisée dans la production et la livraison de truites vivantes (de l œuf jusqu à la grosse truite). A signaler la présence de deux établissements dans la production, le conditionnement et la commercialisation des œufs : SAS ROW (les œufs Genty) à Louâtre (13 salariés) SARL LDP à Gricourt (Ets complémentaire à Burelles). A mi-chemin entre l industrie des viandes et celle des légumes, l Aisne accueille un établissement spécialisé dans les arômes alimentaires. Filiale du groupe irlandais KERRY, la société KERRY SAVOURY INGREDIENTS FRANCE emploie 78 personnes à Montcornet pour l élaboration de sauces à partir de décoctions. L usine utilise des carcasses et des os (50%) et des légumes (45%), les fait cuire à haute température dans de grands réservoirs de façon à en extraire le goût qui, concentré à forte doses, propose des solutions prêtes à l emploi à destination des industries agro-alimentaires et des sociétés de distribution de produits alimentaires pour collectivités. Villettes Viandes CCI de l Aisne / Juillet

12 Industrie des fruits et des légumes Consommation moyenne (en kg / personne / an) Pomme de terres : 68,5 kg Légumes et fruits frais : 8,6 kg 20 ÉTABLISSEMENTS D AU MOINS CINQ SALARIÉS EMPLOIS La multitude de légumes produits dans le département illustre la diversité et la richesse de ses sols. Les principales productions de légumes frais sont les haricots verts, l endive chicon, les petits pois, les salsifis, l oignon de couleur, les carottes et les épinards. Les aliments sont segmentés en plusieurs gammes qui sont établies en fonction du mode de présentation, des techniques d élaboration ainsi que du procédé de conservation. Cette classification est valable pour les fruits et légumes, les viandes et les poissons. La première gamme contient tous les produits frais, à l état naturel, pour lesquels aucun traitement particulier de conservation ni technologie n est utilisé. Ils ne disposent pas d emballage particulier et sont en général vendus en vrac sur les étales. On les conserve à température ambiante ou dans le réfrigérateur. La deuxième gamme concerne les aliments en conserve (appertisation), stérilisés, pasteurisés. La troisième gamme se compose des produits congelés et surgelés (à conserver à des températures qui varient entre -6 et -18 C). Les aliments sont conditionnés en sachet plastique ou en boite en carton et peuvent être conservés entre 3 à 12 mois. La quatrième gamme renferme les produits «prêt à l emploi». Les aliments sont lavés, épluchés, égouttés, coupés et conservés dans une atmosphère sans air. On les conserve au réfrigérateur entre 0 et 4 C. On y trouve les crudités, salades vertes et composées Les produits se présentent en sachet ou en barquette. La cinquième gamme est composée de produits variés cuits ou de plats cuisinés préparés à l avance puis conditionnés sous vide, prêt à l emploi. La conservation se fait au réfrigérateur (de 0 à 4 C). Parmi les acteurs majeurs de la filière, à signaler l UNION DE COOPERATIVES EXPANDIS (33 salariés) pour la commercialisation des légumes. Créée en 2000, il s agit alors d une union de coopératives entre PRIM ALLIA et COVIPOM. Trois autres sociétés les ont rejointes depuis : la coopérative AQUITAINE PRIMEURS INDUSTRIELLES (API), la société POM PIC et la société belge OWELGHIJS, reprise en 2007 par EXPANDIS. Aujourd hui, l Union de coopératives représente 300 producteurs en Picardie, dans le Nord-Pas-de-Calais, le Loiret, le Sud-Ouest et la Belgique, produisant annuellement tonnes de légumes (pommes de terre, carottes, salsifis, oignons, légumes verts ). La structure est le premier apporteur français de légumes à l agroalimentaire. Elle dispose d un service agronomique, d un laboratoire et d une station de préparation et de conservation des plans de pommes de terre. La coopérative légumière PRIM ALLIA, implantée à Marchais, a récemment investi dans une nouvelle station de lavage. Avec une capacité de 50 tonnes de légumes par jour, l objectif est de laver davantage de légumes et ce, quelle que soit la saison. PRIM ALLIA met à disposition de ses clients des légumes triés et lavés. La coopérative vend ses produits à des marques connues comme Bonduelle, D'Aucy, Lays, et de grands surgélateurs. La sixième gamme concerne les produits déshydratés, que l on peut conserver très longtemps à température ambiante. 12 CCI de l Aisne / Juillet 2013

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Atelier Achat Responsable. 9 décembre 2014. Initiative Bio Bretagne

Atelier Achat Responsable. 9 décembre 2014. Initiative Bio Bretagne Atelier Achat Responsable 9 décembre 2014 Initiative Bio Bretagne Qu est ce qu Initiative Bio Bretagne? Initiative Bio Bretagne est une plate-forme, un réseau d'entreprises et d'acteurs bretons souhaitant

Plus en détail

La Bio en France : repères

La Bio en France : repères La Bio en France : repères Plus d un million d hectares engagés en bio fin 25 467 producteurs engagés en bio en et plus de 26 211 au 30 juin 2014 12 577 transformateurs, distributeurs et importateurs Evolution

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Panorama élaboré à partir d une étude Ernst & Young pour la MDER mai 2004 Sommaire Organisation de la filière en PACA p. 3 Chiffres clés p. 4 Productions

Plus en détail

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT Numéro 117 - Février 2012 Île-de-France Recensement agricole 2010 : les circuits-courts en Île-de-France. DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

L agriculture dans la Marne

L agriculture dans la Marne L agriculture dans la Marne Edition 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DIRECTION RÉGIONALE ET DÉPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE CHAMPAGNE-ARDENNE ET DE LA MARNE Service Régional

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

Association nationale de la meunerie française

Association nationale de la meunerie française Association nationale de la meunerie française LA MEUNERIE FRANCAISE : ses entreprises, ses marchés t tla t structure des entreprises de la meunerie française La meunerie française est composée de 373

Plus en détail

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés Sommaire -Définition, qu est ce qu un produit surgelé? -principe du surgelé -Politique produits et stratégie croissante -Les chiffres, parts de marché en tableau

Plus en détail

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy Marché de restauration collective Vandoeuvre les Nancy Mise en place du nouveau marché Public concerné par le marché Cantines Scolaires Foyer des Personnes Agées Portage à domicile Choix politique des

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

LES BESOINS EN APPROVISIONNEMENT DES CANTINES VILLE DE SAINT DENIS

LES BESOINS EN APPROVISIONNEMENT DES CANTINES VILLE DE SAINT DENIS LES BESOINS EN APPROVISIONNEMENT DES CANTINES VILLE DE SAINT DENIS 1 Ordre du Jour La volonté de la Ville de Saint Denis vis-à-vis de la restauration scolaire PEG SBA La situation actuelle de l approvisionnement

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013 L essentiel de la filière viande bovine française 2013 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n 1249/2008

Plus en détail

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS jlb Développement SAS JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION jlb Développement SAS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION PRÉSENTATION Groupe en pleine

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional et ainsi créer de l emploi Développer l agriculture à taille humaine et durable Développer la production alimentaire

Plus en détail

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques -Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques Présenté par : Yves Saint-Vincent Éleveur, Transformateur et Détaillant Ferme Saint-Vincent / Boucheries Ferme Saint-Vincent Certifiés

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION...

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... 13 2.1 L EVOLUTION DE LA PRODUCTION... 13 2.2 LES PRODUCTEURS BIOLOGIQUES...

Plus en détail

Construire un projet BIO en Restauration Collective

Construire un projet BIO en Restauration Collective Atelier : Construire un projet BIO en Restauration Collective 1 Introduire des produits biologiques en restauration collective : comment faire? Une démarche en 7 étapes : 1. Un projet global 2. Se renseigner

Plus en détail

Etude des relations entre les catégories de ménages et les produits consommés

Etude des relations entre les catégories de ménages et les produits consommés Observatoire de la Consommation Alimentaire Etude des relations entre les catégories de ménages et les produits consommés 2006 Ir H. FOURMANOIR fourmanoir.h@fsagx.ac.be Avenue de la Faculté d agronomie

Plus en détail

En 2010, près des deux tiers

En 2010, près des deux tiers 283 Agreste Primeur Numéro 283 - juin 212 Exploitations de grandes cultures en France métropolitaine Des grandes cultures dans deux tiers des exploitations 31 exploitations agricoles produisent des grandes

Plus en détail

LAÏTA, la croissance en confiance

LAÏTA, la croissance en confiance Dossier de presse 17 Avril 2012 LAÏTA, la croissance en confiance croissance du chiffre d affaires : + 12 % accélération des investissements : 100 millions d euros en 24 mois 2 Communiqué de Synthèse LAÏTA

Plus en détail

Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015

Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015 DU 24 AU 28 JANVIER 2015 Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015 STAND «LA FILIERE VIANDE ET VOUS» HALL 2.2, ALLEE J, STAND 116 STAND «LES VIANDES BIO» HALL 2.2, ALLEE L, STAND 100 INTERBEV AU PLUS

Plus en détail

PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS

PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS Votre appétit vous fait défaut Fractionnez votre alimentation en petits repas : prévoyez 2 à 3 collations dans la journée. Exemples de collations : entremets, biscuits, toasts,

Plus en détail

belges depuis 1932 Membre de Membre de Photographies et illustrations non contractuelles

belges depuis 1932 Membre de Membre de Photographies et illustrations non contractuelles Les véritables gaufres belges depuis 1932 Membre de Membre de Milcamps, 80 ans de gaufres 1932 Joseph Milcamps fonde la gaufrerie Milcamps à Bruxelles. Elle produit des gaufres de Liège et des gaufres

Plus en détail

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le 25 février 2015 - INFORMATION - PRESSE Résultats du premier semestre 2014-2015 Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le chiffre d affaires du

Plus en détail

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES Les surfaces Le nombre d exploitations légumières, 3 86 en 1, est en diminution comme l ensemble des exploitations agricoles. Cette baisse a davantage concerné les plus petites

Plus en détail

E.M ECOLE DES METIERS

E.M ECOLE DES METIERS TECHNICIEN SPECIALISE EN GESTION HOTELIERE Cette filière est destinée à former des techniciens spécialisés en gestion hôtelière ayant pour mission de participer au contrôle des tâches de réception, restauration,

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Les critères du référentiel restaurant durable

Les critères du référentiel restaurant durable Les critères du référentiel restaurant durable 1. Les critères du référentiel restaurant durable - restaurant Le référentiel comprend deux types de critères : des critères essentiels auxquels le restaurant

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Notre organisation. 2. Nos produits. 3. Nos fournisseurs. 4. La qualité de nos approvisionnements

SOMMAIRE. 1. Notre organisation. 2. Nos produits. 3. Nos fournisseurs. 4. La qualité de nos approvisionnements www.sodexo.com SOMMAIRE 1. Notre organisation 2. Nos produits 3. Nos fournisseurs 4. La qualité de nos approvisionnements 1. Notre organisation Notre vision des achats La Direction des Achats de Sodexo

Plus en détail

Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique

Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique Les repas Salle avec tableau 1 heure Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique Objectifs de l atelier : Sensibiliser

Plus en détail

Boulangerie/pâtisserie/confiserie

Boulangerie/pâtisserie/confiserie Plan comptable B1 Boulangerie/pâtisserie/confiserie 01 Farine, pré-mélanges, produits de panification Farine, mélanges de farine, produits de panification, malt 02 Matières premières, produits mi-fabriqués

Plus en détail

Neuhauser, leader européen en boulangerie et viennoiserie. Créateur de traditions

Neuhauser, leader européen en boulangerie et viennoiserie. Créateur de traditions Neuhauser, leader européen en boulangerie et viennoiserie. Créateur de traditions Neuhauser, un esprit de famille Tout petit déjà, Alfred Neuhauser affiche une vocation bien déterminée! Neuhauser est une

Plus en détail

ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque classe d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants.

ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque classe d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants. ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants. PRODUITS, prêts à consommer, en grammes ( ou 10%), REPAS PRINCIPAUX PAIN 10 20 30 40

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

Le bioéthanol. Le bioéthanol

Le bioéthanol. Le bioéthanol Le bioéthanol Le bioéthanol À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! www.bioethanolcarburant.com Dossier de presse FÉVRIER 2015 Le bioéthanol en quelques mots De l énergie végétale

Plus en détail

Communiqué de presse. Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin

Communiqué de presse. Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin Communiqué de presse Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin Promocash ouvre son nouveau magasin à SAINT LÔ jeudi 12 juin Ce site a pour objectif d offrir à sa clientèle de professionnels

Plus en détail

Effectif salarié moyen

Effectif salarié moyen Panorama des entreprises agroalimentaires - Région Nord Pas de Calais PREFET DE LA REGION NORD PAS DE CALAIS http://panorama-iaa.alimentation.gouv.fr/index.php3 TABLEAU I CHIFFRES CLES EAE 2007 Les données

Plus en détail

Communiqué de presse. Inauguration du nouveau magasin Promocash À CAEN-COLOMBELLES Mercredi 16 novembre à partir de 18h

Communiqué de presse. Inauguration du nouveau magasin Promocash À CAEN-COLOMBELLES Mercredi 16 novembre à partir de 18h Communiqué de presse Inauguration du nouveau magasin Promocash À CAEN-COLOMBELLES Mercredi 16 novembre à partir de 18h Promocash inaugure son nouveau magasin à Caen-Colombelles. Ce site remplace celui

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

Rapport du groupe de travail PNNS sur les glucides. Etapes 1 et 2 du mandat. Mars 2007

Rapport du groupe de travail PNNS sur les glucides. Etapes 1 et 2 du mandat. Mars 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l'alimentation Sous-Direction de la réglementation, de la recherche et de la coordination des contrôles Rapport du groupe de travail PNNS

Plus en détail

PARTIE 1 : DROIT DE L ALIMENTATION

PARTIE 1 : DROIT DE L ALIMENTATION PARTIE 1 : DROIT DE L ALIMENTATION I ) Les origines et objectifs du droit de l alimentation II ) Les rôles des organismes consultatifs, décisionnels et de contrôle 1 ) International 2) Européen 3 ) National

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

Mangez moins de CO 2

Mangez moins de CO 2 Mangez moins de CO 2 Layout : Kurasaw Productions - wwwkurasawbe Brochure d accompagnement du label CO 2 pour les produits fermiers, élaboré par l Association nationale des producteurs fermiers Septembre

Plus en détail

Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Étude sur la distribution de viande en Aveyron Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes

Plus en détail

Docteur Philippe NAVARRO Gastro-entérologue www.docteurnavarro.info REGIME SANS GLUTEN

Docteur Philippe NAVARRO Gastro-entérologue www.docteurnavarro.info REGIME SANS GLUTEN Docteur Philippe NAVARRO Gastro-entérologue www.docteurnavarro.info REGIME SANS GLUTEN Le régime sans gluten constitue le traitement exclusif de la maladie coeliaque et la réponse à ce traitement fait

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT S o c i é t é F r a n ç a i s e d e N u t r i t i o n d u S p o r t contact@sfns.fr CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT NOTE AUX FEDERATIONS : CONDITIONS D APPLICATION

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE AI 2010 0 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DANS LA LIGNÉE DE SA POLITIQUE DE DISCOUNT RESPONSABLE QUI VISE À RENDRE ACCESSIBLES À TOUS LES CONSOMMATEURS

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Dossier Presse Univeg 8p V6_Mise en page 1 06/05/11 11:19 Page1 CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Roger AZOULAY Tél. 01 49

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE I- Champ de l étude L industrie agroalimentaire (IAA) regroupe l ensemble des industries de transformation de matières premières, d origine végétale ou animale, destinées à

Plus en détail

La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en

La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en est-ce possible en Champagne-Ardenne? La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en 2013). Il s agit de la deuxième région française en termes

Plus en détail

Marchés s chinois et japonais pour Les Journées Horticoles 2005

Marchés s chinois et japonais pour Les Journées Horticoles 2005 Marchés s chinois et japonais pour Les Journées Horticoles 2005 2 Information générale g sur la Chine 3 e pays du monde en superficie, 7 % de terres arables 1,3 milliard d habitants, d 21,3 % de la population

Plus en détail

EPREUVE E71 BTSA Technico commercial Champs professionnel : produits alimentaires et boissons

EPREUVE E71 BTSA Technico commercial Champs professionnel : produits alimentaires et boissons EPREUVE E71 BTSA Technico commercial Champs professionnel : produits alimentaires et boissons Cas Florette Durée de préparation : 1 h 25 Durée de passage 30 min Coefficient 6 Session Juin 2013 sujet SITUATION

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION. (Oqali)

OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION. (Oqali) OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION (Oqali) ETUDE SUR LES INNOVATIONS- PRODUITS DANS L OFFRE ALIMENTAIRE : EXEMPLE DES FIBRES ETUDE SUR LES INNOVATIONS-PRODUITS DANS L OFFRE ALIMENTAIRE : EXEMPLE

Plus en détail

LES CONTENANTS DE BOISSONS

LES CONTENANTS DE BOISSONS LES CONTENANTS DE BOISSONS La vente de boissons Plus de 4,7 milliards de contenants de boissons ont été vendus au Québec en 2005 1. Les boissons mises en marché au Québec se présentent sous des formats

Plus en détail

1.LA VENTE DIRECTE DE VIANDE Réglementation

1.LA VENTE DIRECTE DE VIANDE Réglementation 1.LA VENTE DIRECTE DE VIANDE Réglementation Vous envisagez de vous diversifier en vente directe de viande, cette formation va vous aider à définir votre projet et préciser les démarches nécessaires. Elaborer

Plus en détail

fenaco: chiffre d affaires en hausse dans tous les domaines d activité

fenaco: chiffre d affaires en hausse dans tous les domaines d activité Centre d information fenaco Berne, 21 mai 2014 Communiqué de presse concernant l exercice 2013 fenaco: chiffre d affaires en hausse dans tous les domaines d activité Malgré la météo précaire qui a marqué

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION

STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION I. Présentation de l action La Région Champagne-Ardenne propose depuis 2003, en collaboration avec l Ademe, un accompagnement technique et

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence Les solutions de l axe Seine HAROPA, 1er ensemble portuaire de France Le Port de Rouen, 1er Port européen d exportation de céréales, s est associé aux

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour.

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Et il y a tant de choix que ce n est pas compliqué! 3 produits laitiers par jour! (jusqu à 4 pour les enfants, les ados

Plus en détail

Présentation faite par l ADES. «animation, diététique, hygiène alimentaire»

Présentation faite par l ADES. «animation, diététique, hygiène alimentaire» Présentation faite par l ADES «animation, diététique, hygiène alimentaire» Les bases de l équilibre alimentaire Pourquoi mange-t-on? Aliments = source d énergie Nutriments énergétiques Protéines 1g = 4

Plus en détail

La vache normande : une signature régionale

La vache normande : une signature régionale Données Une publication de la Direction Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt La vache normande : une signature régionale La Basse-Normandie a le plus grand cheptel de vaches de

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

ELABORATION DES MENUS PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE. Olivet construit son avenir!

ELABORATION DES MENUS PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE. Olivet construit son avenir! ELABORATION DES MENUS PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE SOMMAIRE Introduction Plan national nutrition santé, réglementation et programme Objectif et outils du GEMRCN Les portions, les grammages Composition

Plus en détail

Le logo «Fait maison»

Le logo «Fait maison» Le logo «Fait maison» Voici le logo «Fait maison» qui sera utilisé dans les restaurants, chez les traiteurs, sur les marchés, à partir du 15 juillet 2014. Il indique les plats «faits maison», c est-à-dire

Plus en détail

Menus Basses Calories à 1800kcal JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3

Menus Basses Calories à 1800kcal JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3 Menus Basses Calories à 1800kcal 1 verre de jus de pamplemousse 1 yaourt à 0% de matière grasse 2 tranches de pain aux noix (40g) 100 g de poulet 1 branche de céleri emincé 1 petite tomate 50 g de mais

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique CHRISTIEANS.qxd 19/01/2007 15:24 Page 181 La nouvelle législation communautaire fixant les règles d hygiène, avec l entrée en vigueur d un vaste plan révisé de la législation sur les aliments et l alimentation

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

le groupe soufflet s engage...

le groupe soufflet s engage... maîtrise des risques matières premières le groupe soufflet s engage... www.soufflet.com Face à la grande fragilité de l équilibre entre l offre et la demande mondiale de céréales? Valorisation des productions

Plus en détail

SPORT ET DIETETIQUE. PROTEINES : 1g = 4kcal 15% de l apport énergétique quotidien

SPORT ET DIETETIQUE. PROTEINES : 1g = 4kcal 15% de l apport énergétique quotidien Docteur PAULE MORARD IBM ECULLY SPORT ET DIETETIQUE BESOINS GLUCIDES : 1g= 4kcal 55% de l apport energétique quotidien Glucides à indice glycémique élevé ( IG) : Pain, purée, riz blanc, corn flakes Glucides

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES et Bordereau de simulation

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES et Bordereau de simulation LOT 1 - PRODUITS EN CONSERVE n Article DESIGNATION PRODUIT ORIGINE Cond. 1 Cornichon Boite 5/1 UNITE 1 2 Macédoine de Fruits Boite 5/1 UNITE 4 3 Compote de Fruits Boite 5/1 UNITE 3 4 Compote de fruits

Plus en détail

RECETTES ENRICHIES. Les protéines que nous trouvons dans nos aliments constituent notre masse musculaire.

RECETTES ENRICHIES. Les protéines que nous trouvons dans nos aliments constituent notre masse musculaire. Service Diététique Hôpital Saint Antoine 01.49.28.20.57 RECETTES ENRICHIES Les protéines que nous trouvons dans nos aliments constituent notre masse musculaire. Des traitements répétés et un manque d appétit

Plus en détail

Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique

Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique Conçu par Fabienne Cima, diététicienne dans l unité de prévention cardiovasculaire au CHU de PONTCHAILLOU Fabienne.cima@chu-rennes.fr Objectif général

Plus en détail

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile.

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. Les spécificités de la profession & de son environnement Les Distributeurs-Grossistes

Plus en détail

Astuces pour des collations saines..

Astuces pour des collations saines.. Astuces pour des collations saines.. Féculents La portion pour une collation est plus petite que celle habituellement consommée à un repas Préférer les produits à base de céréales complètes, ils rassasient

Plus en détail

L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT

L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT 1. DE LA NAISSANCE JUSQU À 4 À 6 MOIS : ALIMENTATION LACTÉE C est la période de l alimentation lactée exclusive, jusqu à la diversification alimentaire. Le début de la diversification

Plus en détail

Tables des quantités / Calculs des quantités

Tables des quantités / Calculs des quantités C. à café C. à soupe 3 c. à café rases = env. 1 c. à soupe rase = env. 15 ml 1 c. à café, rase 1 c. à soupe, rase Contenance env. 5 ml Contenance env. 15 ml eau 5 g 15 g eau huile 4 g 12 g huile flocons

Plus en détail

Charnières et Verrouillages

Charnières et Verrouillages Toutes les solutions de et Verrouillages La société PINET propose, depuis 6 générations, des produits pour applications industrielles. Comptant parmi les leaders européens, la société investit dans des

Plus en détail

La rédaction d un CV & d une lettre de motivation. Forum régional des métiers de l Agriculture 7 février 2013 - Argentan

La rédaction d un CV & d une lettre de motivation. Forum régional des métiers de l Agriculture 7 février 2013 - Argentan La rédaction d un CV & d une lettre de motivation Forum régional des métiers de l Agriculture 7 février 2013 - Argentan CV : Les attentes des employeurs - un contenu : état-civil, formation, expérience

Plus en détail

La Maison du Fromage - Vallée de Munster, Un espace vivant, authentique, ludique, ouvert à tous

La Maison du Fromage - Vallée de Munster, Un espace vivant, authentique, ludique, ouvert à tous 1 2 La Maison du Fromage - Vallée de Munster, Un espace vivant, authentique, ludique, ouvert à tous Connue au-delà des frontières pour son illustre fromage, la vallée de Munster entend bien le mettre à

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON

BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON... 6 L'ACTIVITÉ DE LA BOULANGERIE

Plus en détail

Alimentation liquide. Info +

Alimentation liquide. Info + Alimentation liquide Info + La texture liquide rend les repas moins appétissants et parfois difficiles à reconnaître : inscrivez les noms des préparations sur chaque bol ou notez-les sur un menu pour mieux

Plus en détail

RESTAURATION DES EXPOSANTS

RESTAURATION DES EXPOSANTS RESTAURATION DES EXPOSANTS 3 Place du général Koenig, 75017 PARIS Contact : Benoît LO-SCHIAVO / +33 (0) 1 40 68 53 62 benoit.loschiavo@hyatt.com SOMMAIRE Sandwichs page 1 Lunch box page 2 Plateaux repas

Plus en détail

L alimentation des 4-18 mois

L alimentation des 4-18 mois Vers l âge de 1 an Bébé a grandi de 25 cm, il mange à la petite cuillère et aime encore son biberon, comment composer ses repas entre 12 et 18 mois? L alimentation des 4-18 mois Petit déjeuner Biberon

Plus en détail

RECETTES. Savourez des recettes minceur saines.

RECETTES. Savourez des recettes minceur saines. RECETTES. Savourez des recettes minceur saines. SUGGESTIONS POUR PERDRE DU POIDS SUGGESTIONS POUR GARDER SON POIDS NahroFit Mocca Variante 1 Barre NahroFit aux fruits rouges et une poire Variante 2 Variante

Plus en détail

Les signes de Qualité

Les signes de Qualité Les signes de Qualité C1-1. PRENDRE EN CHARGE la clientèle Les appellations, labels et sigles de qualité Définition des labels et signes de qualité : AOC, AOP, IGP, AB, Identifier les différents labels

Plus en détail