CONTRAT D OBJECTIFS SECTORIEL AGRO-ALIMENTAIRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTRAT D OBJECTIFS SECTORIEL AGRO-ALIMENTAIRE"

Transcription

1 Contrat de Plan Régional de Développement des Formations professionnelles l» i a v a r t de t en um «Doc CONTRAT D OBJECTIFS SECTORIEL AGRO-ALIMENTAIRE

2

3 PROJET CPRDFP Nord Pas de Calais Contrat d objectifs sectoriel Industries Agro Alimentaires Entre : L ETAT Représenté par Le Préfet de région, M. Dominique BUR Le Recteur d Académie, M. Jean Jacques POLLET La Directrice Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt, Mme Sophie BOUYER LE CONSEIL REGIONAL NORD PAS DE CALAIS Représenté par Son premier Vice président en charge du développement économique, des nouvelles technologies et de la formation permanente, M. Pierre de SAINTIGNON Son Vice président en charge de l apprentissage, M. Christophe PILCH POLE EMPLOI NORD PAS DE CALAIS Représenté par Son Directeur, M. Karim KHETIB LES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES DU SECTEUR DES INDUSTRIES AGRO ALIMENTAIRES Le Pôle des Industries Agro Alimentaires Représenté par son Président, Mr Olivier HERMAND La Fédération Générale des Travailleurs de l Alimentation Force ouvrière Représentée par Mr Erik Mélice 3

4 Vu le Code de l'éducation, et notamment son article L Vu le Code général des collectivités territoriales Vu le Code du travail Vu l article 57 de la loi n du 24 novembre 2009 relative à l orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie Vu le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles, signé entre le Préfet de la Région Nord-Pas de Calais, le Président du Conseil Régional Nord-Pas de Calais, le Recteur de l Académie de Lille, la Directrice Régionale de l Agriculture, de l Alimentation et de la Forêt le 31 mai 2011 Vu le Contrat d Objectifs et de Moyens entre l Etat, le Rectorat et le Conseil Régional du Nord-Pas de Calais relatif au développement de l apprentissage Vu la délibération cadre n du Conseil Régional des 23 et 24 février 2012 autorisant le Président du Conseil Régional à signer les Contrats d Objectifs Sectoriels négociés dans le cadre de la mise en œuvre du CPRDFP Vu l avis du Comité Plénier du CCREFP du 9 avril 2013 IL A ETE EXPOSE ET CONVENU CE QUI SUIT Préambule Les contrats d objectifs sectoriels contribuent à la mise en œuvre du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP), signé le 31 mai 2011 par le Préfet de Région Nord Pas de Calais, le Président du Conseil Régional Nord Pas de Calais, le Recteur de l Académie de Lille, et la Directrice de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt. Leur conclusion s inscrit dans le prolongement de la dynamique de concertation engagée auprès des représentants des branches professionnelles et des organisations interprofessionnelles, dans le cadre de la consultation sectorielle préalable à l élaboration du Contrat de Plan Régional. Une vingtaine de rencontres sectorielles, associant près de 70 branches professionnelles, a en effet permis de dégager les perspectives de développement et les enjeux de formation propres aux différents secteurs d activité. L ensemble des éléments constitutifs de cette consultation a permis la consolidation d un volet sectoriel, joint au document cadre du CPRDFP. Le déploiement des contrats d objectifs doit favoriser le rapprochement entre les orientations et les priorités d intervention transversales, définies par le CPRDFP et les enjeux de développement des formations, spécifiques à chacun des secteurs professionnels concernés. 4

5 Trois grandes orientations transversales structurent l engagement des partenaires pour le développement de la formation professionnelle à travers le Contrat de Plan Régional (CPRDFP) : 1 répondre aux attentes des jeunes et des adultes : permettre l accès de chacun, par la formation initiale et continue, à la qualification la plus élevée possible pour assurer la continuité du parcours professionnel et une insertion sociale réussie, 2 faire face aux enjeux d une région en pleine mutation économique et sociale: sécuriser les parcours et les transitions professionnelles, 3 relever le défi du développement économique régional : faire le pari de l innovation et anticiper les besoins de compétences pour les activités de demain. Ces orientations mobilisent des objectifs opérationnels, organisés autour de six grands leviers d actions suivants : l attractivité des métiers, l information et l orientation, la formation et la qualification tout au long de la vie, la dynamique de l alternance et la professionnalisation, l anticipation des mutations et l accompagnement des évolutions socio économiques, l émergence des activités et des métiers de demain, la transformation écologique et sociale et le développement durable. Ces orientations et leviers d actions constituent la base sur laquelle s opère la déclinaison sectorielle du CPRDFP, à travers le présent contrat d objectifs. I) Dispositions générales : I.1 Objet du contrat Les signataires s accordent sur la nécessité d envisager de manière concertée le déploiement des formations professionnelles, dans le cadre et pour la mise en œuvre des objectifs définis par le Contrat de Plan de Développement des Formations Professionnelles. Ils affirment leur volonté de favoriser cette mise en cohérence des différentes voies de formation, au regard des perspectives d emploi et d évolution du secteur, des dynamiques de développement des territoires régionaux et des besoins identifiés pour la formation et l élévation des niveaux de qualification de la population régionale. Ils s engagent à créer les conditions d une concertation permettant de coordonner la carte des formations, toutes voies de formation confondues, dans le respect des compétences propres à chacune des parties. A travers la conclusion du présent contrat, les signataires identifient les enjeux sectoriels et les priorités d action sur la base desquelles peut être envisagée une mise en œuvre opérationnelle des leviers et objectifs du CPRDFP. Ils déterminent les modalités de leurs interventions respectives, ainsi que les partenariats à développer entre les acteurs publics et privés de formation, au regard des priorités ainsi dégagées. Ils s engagent à participer aux travaux de pilotage et de suivi, selon les modalités définies au point V du contrat, et à fournir les informations physico financières permettant d assurer ce suivi. 5

6 I.2 Champ du contrat Périmètre formation : Le périmètre du présent contrat est celui du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. Il concerne en conséquence l ensemble des dispositifs de formation professionnelle, toutes voies de formation confondues : la formation professionnelle initiale, sous statut scolaire et par apprentissage, la formation professionnelle des demandeurs d emploi et des salariés, y compris par la voie de l alternance (contrat de professionnalisation). Il s attache également à la construction de parcours favorisant l accès à l enseignement supérieur et travaille à l articulation avec les formations post baccalauréat. Il envisage les passerelles entre les voies professionnelles, technologiques et générales. Le contrat envisage également les questions relatives à l information, l orientation et la VAE. Il s inscrit dans le cadre des leviers et objectifs opérationnels du CPRDFP (annexe 1). Périmètre sectoriel : Les dispositions du présent accord s appliquent aux branches constituantes des Industries Agroalimentaires : codes NAF Z à Z II) Contexte économique et de formation : II.1 Contexte économique En région Nord Pas de Calais, le secteur des industries agro alimentaire représente 2433 établissements et salariés (hors transformations des produits de la mer et centrales d achat). La région est la première exportatrice de produits agroalimentaires de France (11% des exportations françaises), 2 ème en matière d investissements et 3 ème en termes de chiffre d affaire (données agreste). Le Nord Pas de Calais présente par ailleurs un tissu relativement atypique : si l ensemble des filières, excepté le vin, sont présentes, les secteurs des céréales, grains, produits amylacés, pêche, corps gras et produits pour animaux sont très présents par rapport aux autres régions françaises, alors que le secteur de la viande est moins significatif en terme d emplois. Ces entreprises évoluent 6

7 dans un environnement chahuté par des évolutions profondes et rapides : émergence de la Chine, développement de nouvelles technologies, crise de l énergie, menaces environnementales, crise financière mondiale et bien sûr évolutions réglementaires. Le secteur est très dépendant de l activité agricole et de la grande distribution, ce qui entraîne des tensions continues autour des marges des distributeurs et de la fluctuation des cours des marchés. Les caractéristiques des entreprises sont hétérogènes : de nombreuses TPE PME (70% des entreprises du secteur ont moins de 10 salariés) et des groupes leaders mondiaux (Finaler Leroux, Lesaffre, Roquette Frères, Daucy, McCain, etc.). Le Nord Pas de Calais se classe en 3 ème position en part de PME supérieures à 20 salariés : 16 % des établissements agro alimentaires sont des PME contre 12% en France. La région est en 5 ème position en terme de salariés et représente un peu plus de 7% des effectifs nationaux. Le secteur est marqué par des emplois en majorité peu qualifiés et aux conditions de travail exigeantes (amplitudes horaires larges, travail au froid, risques biologiques, troubles musculosquelettiques, etc.) : ce sont des emplois variés, ouverts à tous niveaux de compétence, et accessibles sur tous les bassins d emploi. Le recours à l intérim y est important : les industries agroalimentaires sont les premiers utilisateurs d intérimaires (9,6% des intérimaires de la région y travaillent, INSEE, 2010). Composition sociodémographique : 64% ouvriers, 15% employés, 14 % professions intermédiaires et 7 % de cadres (INSEE, 2006). Globalement, même si le secteur agro alimentaire a plutôt fait preuve de résistance depuis 2009, la tendance régionale de l emploi est défavorable sur 10 ans par rapport à celle de la France entière : moins 8% des effectifs contre moins 1% en France. Evolution prévisible du secteur : Différents cas de figure projetés (étude Observia) : La grande distribution pousse à la concentration et la spécialisation des IAA. Les activités de transformation sont délocalisées et seules les grandes entreprises parviennent à travailler avec la grande distribution. L évolution des modes de consommation, avec le soutien des politiques, implique le développement des circuits courts : moins d intermédiaires, relocalisation de la transformation, agriculture à la fois intensive et de qualité pour répondre aux réglementations sanitaires et environnementales. Nécessité de personnel très qualifié en biologie, robotique, nutrition, marketing, gestion de la diversité et logistique. Pour se démarquer des produits importés de moindre qualité, les IAA deviennent des acheteurs/assembleurs autant que des transformateurs. La qualité, la traçabilité, la labellisation des produits deviennent les piliers du secteur, nécessitant ainsi une montée en compétences en matière d achat, de contrôle qualité et de marketing. Pour une alimentation à moindre coût, les IAA se tournent vers les OGM et les biotechnologies. L industrie chimique devient le nouvel opérateur de l alimentation. La transcription régionale avec une actualisation de ces éléments d analyse serait un outil de prospective utile pour l enjeu des formations à construire. 7

8 II.2 Contexte de formation a) les problématiques de l emploi et de la formation dans le secteur Le niveau de formation semble plus faible que dans l ensemble de l économie régionale : un tiers des effectifs n est pas diplômé, contre un quart pour l ensemble de l activité. L offre de formation dédiée est peu volumineuse. Le secteur absorbe des profils d origines diverses, dont l adaptation au poste de travail s effectue traditionnellement au cours des premiers mois (formation «sur le tas»). Il existe d ailleurs une demande des professionnels du secteur de ne pas spécialiser excessivement les filières afin de pouvoir moduler les compétences : ceci est notamment ressenti pour la formation supérieure, type licence pro ou master. Il existe de fortes distorsions quantitatives et qualitatives entre les attentes des entreprises et les formations qui sont réalisées. Avec des variantes très importantes. Globalement : - Pas de problème pour les emplois spécifiques, hautement qualifiés et les grandes entreprises. - Mais de gros problèmes pour les emplois moyennement qualifiés et les petites entreprises. - Pas de problèmes spécifiques pour les emplois transversaux. - Des problèmes solutionnés en pratique pour les emplois peu qualifiés. Dès lors les efforts doivent logiquement porter sur les emplois moyennement qualifiés. Quels sont ces emplois? On peut distinguer deux filières : - La filière «traditionnelle» dans laquelle l opérateur intervient directement dans l élaboration du produit, parfois manuellement ou avec des instruments ou de des machines simples. Les connaissances sont très directement liées aux produits fabriqués. - La filière industrielle où l opérateur intervient sur des équipements qui eux mêmes réalisent les étapes de la fabrication et du conditionnement du produit. Dans l ensemble des entreprises, on peut distinguer trois niveaux de responsabilité déterminants. - Le premier niveau concerne la responsabilité de son propre travail par référence aux règles d un métier de référence du niveau CAP. - Le deuxième niveau implique la responsabilité d un ensemble de production avec un rôle d animation de quelques autres salariés. - Le troisième niveau correspond à une fonction d encadrement de terrain du type responsable d atelier. Il est cité pour information, concerné surtout par la formation continue. 8

9 Pour replacer ces niveaux dans leur contexte, disons qu il existe au dessous un niveau d opérateur peu qualifié. (En effet dès lors qu il y a une influence sur la sécurité alimentaire on ne peut pas parler d emploi «non qualifié»). Et au dessus un niveau cadre et un dirigeant. Ce qui nous donne le tableau suivant : DIRIGEANT CADRE RESPONSABLE D'ATELIER CONDUCTEUR DE LIGNE ANIMATEUR D'EQUIPE CONDUCTEUR DE MACHINE PREPARATEUR OPERATEUR ALIMENTAIRE Les métiers notés en italiques sont ceux qui sont en tension. Les correspondances entre les métiers en tension et les codes ROME pertinents seraient : - Conducteur de machine : pour la fabrication, pour le conditionnement. - Préparateur : pour les viandes. Le code concerne l artisanat. Le code concerne un opérateur alimentaire peu qualifié en conditionnement. Le code 47141, un opérateur peu qualifié en fabrication. Sur le plan quantitatif, en se basant sur les éléments du document de travail PRAO, on peut chiffrer ces emplois comme suit : Sur emplois, 60% travaillent en production soit Parmi eux les quatre métiers critiques représenteraient 27% soit 5670 salariés. Si on admettait un turn over de 10 ans des CDI, mathématiquement on arriverait pour les quatre métiers de référence à un niveau annuel de recrutement de 567 salariés ce qui parait correspondre aux estimations de Pôle Emploi. Le rapprochement avec les flux sortant de formation, toutes formules confondues, montre un déficit quantitatif important. En effet, leurs effectifs sont souvent incomplets Si ces formations ne «marchent pas»...on peut être tenté de les supprimer, ce qui n est pas souhaitable pour toutes les personnes qui pourraient trouver par ce moyen non seulement un emploi, mais une carrière professionnelle intéressante. Et aussi pour les entreprises qui amélioreraient leurs performances économiques grâce à une main d œuvre mieux qualifiée. Alors, sans doute faut il repenser la question et notamment en recherchant une meilleure harmonie entre les dispositifs de formation et les processus d intégration professionnelle dans les Industries Alimentaires. 9

10 Cette interrogation amène à quelques réflexions. Pour les emplois concernés, les flux de formation étant insuffisants, les entreprises ont appris à se débrouiller, par leurs propres moyens. Elles le font essentiellement en puisant dans le vivier que constituent pour elles les salariés saisonniers ou temporaires. Elles proposent un emploi pérenne à certains, pas à d autres. Quels sont les critères? Essentiellement la motivation, l envie, l intérêt pour ce travail, la capacité de progresser, de prendre des initiatives, des responsabilités La formation d origine vient seulement ensuite, elle n est qu un facteur complémentaire, même si les formations techniques ou alimentaires constituent un plus. La formation, sur le tas, injustement décriée, permet aux personnes retenues d accéder à des postes bien qualifiés. On pourra vérifier que cette voie représente au moins 80 ou 90% des effectifs en place pour les emplois qualifiés en production. Ces salariés sont compétents, bien payés par rapport à leur niveau de formation initiale, avec des conditions de travail qu ils trouvent désormais tout à fait convenables par rapport à leurs goûts professionnels. Ces salariés, plutôt satisfaits, sont à mettre en parallèle avec d autres qui sont repartis avec une mauvaise image du secteur. Mauvaise image qu ils diffusent autour d eux ce qui a pour effet de dissuader de «bons» candidats potentiels. Ce qui baisse le niveau de recrutement Le cercle vicieux est engagé La finalité c est de mieux équilibrer les formations et les emplois à pourvoir. Cela passe certainement par une concertation et une mobilisation, tant des entreprises que des acteurs de l emploi et de la formation. Les objectifs essentiels sont une meilleure organisation des formations et une amélioration quantitative et qualitative de leurs recrutements. Pour l amélioration des formations, l idéal est d instaurer des pratiques plus souples, plus personnalisées avec des entrées et sorties permanentes. Egalement par la construction d actions par territoires, ponctuelles ou cycliques Sur la base de groupements d entreprises, et en lien avec leurs spécificités. Et sur la complémentarité des structures de formation. Pour l amélioration des recrutements, une notion importante est à prendre en compte. On a l habitude de dire dans nos métiers «l hygiène c est un peu de savon et beaucoup de vertu». Et effectivement les «vertus professionnelles» sont les critères essentiels de recrutement par les entreprises. Et elles ne peuvent pas être évaluées par un simple entretien ni même un test. Elles ne peuvent l être que sur la longue durée. Et elles ne peuvent être acquises à coup sûr par la seule formation. Pour améliorer les recrutements il serait utile de mettre en place des sortes de «parcours vocationnels». Ils permettraient aux candidats potentiels, sans engagement préalable ni de leur part, ni de la part des entreprises, de découvrir ce secteur et ses emplois, d en mesurer les difficultés mais aussi d apprécier les opportunités. Et surtout d évaluer leur éventuelle correspondance avec ses valeurs. La formation viendra ensuite tout naturellement. 10

11 b) état des lieux de l offre de formation Voie scolaire En ce qui concerne les structures pédagogiques, la carte des formations relève de deux autorités académiques distinctes. Les formations scolaires du secteur «Agro alimentaire et laboratoire» du ministère de l agriculture Les métiers Les industries agro alimentaires recherchent des profils variés et spécialisés : agent de fabrication, opérateur polyvalent, aide laboratoire, conducteur de ligne de fabrication, contrôleur réceptionniste, technicien de maintenance, contrôleur qualité, chef d atelier, technico commerciaux Un établissement, l EPLEFPA de Douai, est spécialisé sur ce secteur professionnel. Son offre de formation va du niveau IV au niveau II, il propose les trois voies de formation. La reconstruction par le Conseil Régional du hall technologique à vocation pédagogique est prévue, elle est indispensable à l avenir des formations en région. Les ateliers technologiques annexés Une particularité des établissements publics est de disposer à côté du lycée d un atelier technologique qui est une entité économique à part entière. Ce centre constitutif autonome, permet d être : o un terrain d observation et d apprentissage «grandeur nature» valorisé par les apprenants : élèves, apprentis ou adultes en formation continue, o ou un lieu de références, voire d expérimentation, pour la profession ou le projet territorial. Sur le site de Douai, l atelier technologique est une brasserie qui produit une bière artisanale, «L Escreboise» Sur le site du Quesnoy, un atelier fromager produit fromages et yaourts à partir de la production laitière de l exploitation annexée. Les formations et les diplômes vont du niveau V au niveau II : niveau V : Certificat d aptitude professionnelle agricole niveau IV : Bac professionnel, Brevet Professionnel niveau III : Brevet de Technicien Supérieur Agricole niveau II : licence professionnelle Des certificats de spécialisation existent aux différents niveaux de diplômes. 11

12 COS "IAA ET LABORATOIRE" Formations et diplômes professionnels effectifs part de l'ea (voie scolaire) 479 5,87% cycle d'orientation collège ( classes de 4ème 3ème) 101 Seconde Pro/Alimentation Bio ind Labo/Contrl agri envir bio-ind 69 Seconde Pro/Alimentation Bio ind Labo/Produits bio industries 33 BTA/Transformation/Laboratoire d'analyses 31 Bac Pro/Bio industries transf 47 Bac Pro/Bio-industries de transf. 24 Bac Pro/Labo contrôle qualité 83 BTSA/ANABIOTEC (2009) 52 BTSA Sciences et technologie alimentaire /Aliments et processus technologiques 39 Les formations scolaires du secteur agro alimentaire du Ministère de l Education Nationale L Académie de Lille propose par ailleurs pour les métiers cœur et les métiers transverses de la filière des industries agroalimentaires une offre de formation scolaire en secondaire et en supérieur. Les objectifs fixés sont, soit une insertion professionnelle, soit une poursuite d étude envisageable sous certaines conditions. Pour les métiers cœurs du secteur, la formation secondaire est assurée par le «Bac professionnel Bio industries de transformation». En terme de débouchés professionnels, le titulaire de ce bac pro commande et coordonne les opérations de production sur des installations automatisées. Il applique un planning de fabrication, contrôle les installations, met en service le matériel et veille à son bon fonctionnement. Il surveille la fabrication des produits. Par ailleurs, il maîtrise les opérations prescrites dans le cadre d'un système d'assurance qualité et participe à l'optimisation de la production. Le diplômé peut travailler dans divers secteurs industriels : agroalimentaire, produits pharmaceutiques, cosmétiques et parfumerie. Les métiers pouvant être exercés sont par exemple celui de conducteur de ligne de production alimentaire, d opérateur de fabrication de produits alimentaires ou encore de pilote de ligne automatisée. La formation post bac Education Nationale est assurée par la présence d un BTS Qualité dans les industries alimentaires et les bio industries. Le titulaire de ce BTS exerce les fonctions d'animateur des actions qualité. Il peut également être le collaborateur direct du chef d'entreprise ou du responsable de fabrication ; il peut aussi être chargé du contrôle de conformité. Il assure à la fois la maîtrise et le suivi de la qualité à tous les niveaux de la production (approvisionnement, préparation, fabrication, répartition, conditionnement, emballage) ; la vérification du niveau de qualité des produits ; et enfin l'information, la communication et la sensibilisation aux objectifs qualité. Ce technicien travaille essentiellement dans les industries alimentaires et les bio industries, mais aussi dans l'industrie pharmaceutique et cosmétique. Les métiers pouvant être exercés sont par exemple celui de responsable qualité en agroalimentaire ou celui de technicien biologiste. 12

13 Ces formations en voie scolaire sont implantées dans un seul EPLE, en métropole lilloise et plus précisément au sein de la commune de Wasquehal. Les effectifs sont peu importants puisqu une seule demi section est ouverte pour chacune des formations. Apprentissage Au 1 er janvier 2012, le nombre d apprentis suivant une formation dans le domaine des industries agro alimentaire était de 102 sur 208 places ouvertes (contre 80 apprentis en 2010), soit un taux de remplissage des sections de 49%. A la rentrée 2012, l offre de formation en apprentissage identifiée industries agro alimentaires couvre des formations allant du niveau V au niveau I repose majoritairement sur 3 organismes gestionnaires identifiés sur le champ : l IFRIA, CFA hors les murs de l organisme de branche. Ce CFA porte 3 formations par apprentissage sur 2 sites : lycée agricole de Douai et du lycée privé Saint Joseph de Saint Martin les Boulogne. A noter une évolution des diplômes et des lieux de formation à la rentrée 2012 (offre plus adaptée aux besoins des entreprises), Les formations dispensées sont : o CAPA industries agroalimentaires, spécialité ouvrier polyvalent de fabrication de produits alimentaires (niveau V) o BP industries agroalimentaires (niveau IV) o BTSA sciences et technologies des aliments spécialité aliments et processus technologiques (niveau III) (uniquement sur le site de Douai). CFA Académique UFA Branly de Boulogne sur Mer : o BTS qualité dans les industries alimentaires et les bioindustries CFA Formasup : UFA ISTV Valenciennes site de Cambrai : o Master pro nutrition, sciences des aliments et agroalimentaires, spécialité qualité et sécurité alimentaire.) D autres formations industrielles dispensées par apprentissage peuvent également contribuer à alimenter les besoins des industries agro alimentaires. En matière d évolution des plateformes technologiques, le site de Douai (EPLEFPA), d importants travaux de rénovation du hall technologique sont prévus dans le cadre du Programme Prévisionnel d Investissement. Contrat de professionnalisation Comme pour les contrats d apprentissage, les contrats de professionnalisation ne représentent pas une voie de formation mobilisée par le secteur : 232 contrats de professionnalisation ont été signés en

14 Formation des demandeurs d emploi La formation des demandeurs d emploi relève de plusieurs ensembles d actions complémentaires : celui de la Région et celui de Pôle Emploi Région : le Programme Régional de formation Le Programme Régional de Formation Région est organisé pour accompagner les personnes vers l obtention d une certification reconnue sur le marché du travail, comme condition nécessaire (mais non suffisante) pour l emploi durable. Le PRF vise à favoriser l insertion professionnelle et à répondre aux besoins des secteurs économiques de la région. Ces interventions doivent prendre en compte l histoire socio économique de la région et les mutations socio économiques et doit être articulées avec l achat de formation de Pôle Emploi. Pour assurer une offre de formation régionale complémentaire, les achats de formation à destination des demandeurs d emploi doivent être les plus articulés possibles pour assurer leur efficience. Objectifs poursuivis du PRF : Favoriser l élévation générale du niveau de qualification de la population du Nord Pas de Calais. Favoriser l accès à la certification des publics prioritaires dans le but de renforcer les chances d accès à un emploi. Favoriser l accès à des étapes intermédiaires de certifications dans une logique d accès aux études supérieures. Reconnaître et accompagner les enjeux liés à la valorisation des acquis de l expérience. Répondre aux besoins de reconversion, de double compétence, de promotion professionnelle des demandeurs d emploi. Construire et articuler, avec Pôle Emploi, une offre de formation en adéquation avec les besoins économiques des territoires Les actions de formation de Pôle Emploi Pour la formation des demandeurs d emploi, Pôle emploi pose sa politique d achat de formation sur 4 objectifs : garantir l accès à la formation pour tous (partenariat avec les Missions locales et les Cap Emploi, rémunération des personnes non indemnisées, ) adapter le profil des demandeurs d emploi (niveau de formation et / ou compétences) pour favoriser l insertion professionnelle durable acheter au plus près des besoins exprimés par les demandeurs d emploi et les entreprises (prise en compte des réalités du marché du travail, partenariat avec les branches professionnelles et les OPCA, ) améliorer la complémentarité de l offre de formation sur les territoires pour sécuriser les parcours de formation. 14

15 Pour cela, Pôle emploi mobilise des outils en fonction des besoins individuels de l'entreprise et des parcours personnalisés des demandeurs d'emploi et, au regard de situations économiques conjoncturelles. Pôle emploi finance principalement, seul ou en complémentarité avec d autres financeurs, plusieurs dispositifs permettant aux demandeurs d'emploi de se former aux métiers de l Industrie Agro alimentaire : les Actions de Formations Collectives (AFC), pour lesquelles Pôle emploi est soumis à des règles de mise en concurrence respectant la commande publique et exprime ses besoins dans le cadre de marchés publics. Ces actions font l objet d une programmation annuelle en lien avec ses partenaires, les Actions Individuelles de Formation (AIF) pour lesquelles Pôle emploi finance des actions suivant un certains nombre de critères d éligibilité. Peuvent être mobilisées des AIF pour les adhérents CSP, des AIF artisans, des AIF VAE, des AIF DIF, les Actions de Formation Préalable au Recrutement (AFPR) et les Préparatoires Opérationnelles à l Emploi individuelles (POEI) pour lesquelles Pôle emploi (et éventuellement l'opca pour la POE) finance la formation du demandeur d emploi pour l adapter au poste de travail offert, négociées avec les entreprises ayant déposé l'offre. Formation continue des salariés Les près de salariés de l agro alimentaire, répartis dans 2433 établissements, placent le Nord Pas de Calais au 4e rang en volume d emplois. La densité d'emplois nordistes dans ce secteur est bien plus importante qu'ailleurs : le nombre de postes salariés agroalimentaires au km² atteint 2,2 dans la région, juste au dessus des 2,1 de la région Bretagne mais trois fois plus que la moyenne française qui est à 0,7. Les salariés nordistes peuvent selon certaines études apparaître légèrement plus qualifiés qu'en moyenne nationale, il n en demeure pas moins que le taux d encadrement est très nettement inférieur à la moyenne rencontrées dans l ensemble des secteurs industriels et que les entreprises sont confrontées à des niveaux de qualifications relativement bas au sein de leurs structures. La promotion interne qui reste un mode de progression relativement important dans les PME TPE est à ce propos à la fois une force et une faiblesse. Une charte pour l emploi des IAA a été signée au niveau national en septembre 2009 entre Etat et partenaires sociaux autour de 3 axes : le développement des compétences et des qualifications, l amélioration des conditions de travail et l accompagnement du changement. Un avenant n 2 à la charte signé au Printemps 2012 a défini 5 axes prioritaires : - L anticipation des mutations sociales et économiques du secteur - L attractivité des métiers - La sécurisation des parcours professionnels - L amélioration des conditions de travail dans les PME/TPE - L accompagnement de proximité auprès des salariés de TPE/PME Malgré les politiques menées par l ensemble des acteurs, l accès à la formation continue reste très minoritaire chez les salariés du secteur, en particulier dans les TPE PME (activités en flux tendus, indisponibilités, etc.) 15

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais Offres et besoins de formations : les Vers une définition concertée des enjeux de développement des formations professionnelles en région Nord-pas de Calais Région Nord-Pas de Calais Mission d Appui aux

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS SECTORIEL AGRO-ALIMENTAIRE

CONTRAT D OBJECTIFS SECTORIEL AGRO-ALIMENTAIRE Contrat de Plan Régional de Développement des Formations professionnelles CONTRAT D OBJECTIFS SECTORIEL AGRO-ALIMENTAIRE CPRDFP Nord Pas de Calais Contrat d objectifs sectoriel Industries Agro Alimentaires

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Rappel : caractéristiques du Loi du 24/11/09 relative à l orientation et à la formation tout au long de la vie Objectifs : Définir

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 La franche-comté, une région grande par ses talents Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 PRÉFET DE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE,

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3108 Convention collective nationale IDCC : 44. INDUSTRIES CHIMIQUES ET CONNEXES

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseil et développement agricole de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

LA POLITIQUE DE FORMATION EN APPUI AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN REGION NORD PAS DE CALAIS

LA POLITIQUE DE FORMATION EN APPUI AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN REGION NORD PAS DE CALAIS LA POLITIQUE DE FORMATION EN APPUI AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN REGION NORD PAS DE CALAIS LA POLITIQUE de la FORMATION PROFESSIONNELLE et de l EDUCATION PERMANENTE S INSCRIT DANS LE CADRE DU DROIT A

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET FORMATION AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION

ACCOMPAGNEMENT ET FORMATION AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION ACCOMPAGNEMENT ET FORMATION AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION Ensemble gagnons l avenir GERER LES COMPETENCES QUALIFIER - CERTIFIER ACCOMPAGNER - FORMER Réseaulument Formation «AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION»

Plus en détail

Des CQP pour accompagner l évolution des salariés

Des CQP pour accompagner l évolution des salariés CQP CERTIFICAT DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Des CQP pour accompagner l évolution des salariés Qu est-ce qu un CQP? Un certificat de qualification professionnelle est une Certification

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités

L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités L Éducation Nationale, partenaire des entreprises de votre région Entre L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités Et La Fédération des Entreprises de Propreté

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de la qualité et des risques dans les bio-industries de l Université Paris 6 Pierre et Marie Curie Vague

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES Convention de partenariat Annexe 2 (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES I - Description du projet Depuis quelques années, les mutations des entreprises font ressentir

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de la qualité : Industrie, services, santé de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque PROFESSIONNALISATION, UN ENJEUX NATIONAL, UNE «PRIORITÉ» POUR LES CCI Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque année plus de 160 000 jeunes quittant le système scolaire

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015 CPNE EDITION DU LIVRE CAHIER DES CHARGES POUR LA MISE A JOUR DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE Octobre 2015 OBJET DE L APPEL D OFFRE Le présent appel d offre est lancé par l Afdas pour

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de l'immobilier de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT

ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT SOMMAIRE Page 04 DONNÉES ÉCONOMIQUES Page 06 DONNÉES EMPLOI Page 09 DONNÉES FORMATION Page 11 ZOOM SUR LES PRINCIPAUX DISPOSITIFS EMPLOI

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Service Public Régional de l Orientation :

Service Public Régional de l Orientation : Service Public Régional de l Orientation : Signature de la convention de coordination tripartite entre l État, l'académie de Montpellier, et la Région Languedoc-Roussillon -Jeudi 2 juillet 2015- Espace

Plus en détail

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Contexte de l offre de formation professionnelle initiale Tourcoing le 09 avril 2015 Offre de formation professionnelle initiale La politique

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de la formation de l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion opérationnelle et juridique des ressources humaines de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3225 Convention collective nationale IDCC : 1266. PERSONNEL DES ENTREPRISES DE

Plus en détail

APPORTER DES SOLUTIONS TERRITORIALES DE FORMATION EN RÉPONSE AUX BESOINS DE COMPÉTENCES DES BRANCHES OU SECTEURS D'ACTIVITÉ

APPORTER DES SOLUTIONS TERRITORIALES DE FORMATION EN RÉPONSE AUX BESOINS DE COMPÉTENCES DES BRANCHES OU SECTEURS D'ACTIVITÉ APPORTER DES SOLUTIONS TERRITORIALES DE FORMATION EN RÉPONSE AUX BESOINS DE COMPÉTENCES DES BRANCHES OU SECTEURS D'ACTIVITÉ Objectifs Doter le territoire d une offre de formation interentreprises adaptée

Plus en détail

AQ053 b. Formation continue

AQ053 b. Formation continue Formation continue La formation continue au CTCPA Au CTCPA, la formation continue se présente sous deux formes : la formation inter entreprises : formation «catalogue» avec 100 stages programmées sur l

Plus en détail

Fiches métiers de la Vente Directe. développeurs de talents

Fiches métiers de la Vente Directe. développeurs de talents Fiches métiers de la Vente Directe développeurs de talents les métiers de la Vente Directe pour construire votre avenir La Fédération de la Vente Directe (FVD) créée en 1966 œuvre depuis de nombreuses

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d affaires en gestion de la production industrielle de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie Etude logo Proposition 4 bis Juillet 2013 Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie En janvier

Plus en détail

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Février 2015 L expérience de 2iE : 2007 à 2015 10.02.15 2

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

Les politiques de l emploi et de la

Les politiques de l emploi et de la Les politiques de l emploi et de la formation professionnelle Qu est qu une politique de l emploi? Le chômage ayant souvent plusieurs causes, les politiques de l'emploi se sont multipliées dans de nombreuses

Plus en détail

Conforter et développer l emploi dans le secteur agroalimentaire

Conforter et développer l emploi dans le secteur agroalimentaire RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DE L AGROALIMENTAIRE Thème 4 - «Emploi et formations, attractivité, conditions de travail» Conforter et développer l emploi dans le secteur agroalimentaire 19 décembre

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Charte académique. éducation entreprise. Découverte professionnelle pour les élèves des collèges de l académie de Toulouse

Charte académique. éducation entreprise. Découverte professionnelle pour les élèves des collèges de l académie de Toulouse Charte académique éducation entreprise Découverte professionnelle pour les élèves des collèges de l académie de Toulouse mai 2008 1 Préambule L académie de Toulouse, les fédérations de parents d élèves,

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Formation Chargé de développement de l alternance

Formation Chargé de développement de l alternance Formation Chargé de développement de l alternance En Ile de France GROUPE OMENDO Conseil et Formation 129 rue de Turenne - 75003 Paris 01 44 61 37 37 8 chemin du Pré Carré - Inovallée - 38240 Meylan 04

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Vins et commerce de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale.

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale. Le Baccalauréat Professionnel Gestion-Administration au Lycée Professionnel Camille Claudel à Caen Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère générale Baccalauréat général

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP)

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP) 1 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP) Document d orientation des services de l Etat et des autorités académiques en Ile de France Janvier 2011 2 Préambule

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Les Passerelles de l intérim

Les Passerelles de l intérim Les Passerelles de l intérim Les Passerelles de l intérim Le programme Les Passerelles de l intérim vise à déployer des actions de formation et d accompagnement pour favoriser la mobilité professionnelle

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération www.contrat-generation.gouv.fr 1. Emploi des seniors et gestion des âges Outil-Ages RH Pour soutenir la compétitivité de l entreprise

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE ENTREPRISES TOUTES NOS COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE les-industries-technologiques.fr Malgré le contexte économique actuel, le sujet de préoccupation qui arrive en tête pour les chefs d entreprise

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration.

Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration. Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration. COMMUNICATION DU NIGER. YAOUNDE DU 26-28 NOVEMBRE 2012. Situation de la formation professionnelle au Niger Plan de présentation. Contexte général I.

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT Valorisez vos produits agroalimentaires avec la marque collective «So Goût» portée par le Réseau Gesat 1 Sommaire Pourquoi avoir créé la marque «So Goût»? Quels sont les

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3235 Convention collective nationale IDCC : 2101. ENSEIGNEMENT PRIVÉ À DISTANCE ACCORD DU 4 DÉCEMBRE 2006

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR EN ALTERNANCE

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR EN ALTERNANCE INTRODUCTION LES h LIEUX D EXERCICES DU METIER a Les entreprises connaissent actuellement de profonds changements organisationnels notamment le recentrage sur les métiers et les missions de l entreprise.

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

GPEC Territoriale Pétrochimie Pourtour Etang de Berre-Golfe de Fos

GPEC Territoriale Pétrochimie Pourtour Etang de Berre-Golfe de Fos GPEC Territoriale Pétrochimie Pourtour Etang de Berre-Golfe de Fos Mise en œuvre du plan d action 2014-2015 1 Contexte 8 000 emplois Acteur majeur du développement et de la vie locale Culture industrielle

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES

ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES Contexte De fortes mutations techniques, économiques, règlementaires, scientifiques et sociétales impactent les territoires et

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Informatique de gestion de l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

Entre VIVARTE. Représenté par : Monsieur Roland DEBBASCH Directeur général de l enseignement scolaire VIVARTE

Entre VIVARTE. Représenté par : Monsieur Roland DEBBASCH Directeur général de l enseignement scolaire VIVARTE CONVENTION DE PARTENARIAT AU TITRE DE LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE Loi de Modernisation Sociale n 2002-73 du 17 janvier 2002 Entre LE MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus en détail

Programme Régional de formation des Acteurs de la Formation. La Validation des Acquis de l Expérience. La mise en dynamique par l approche collective

Programme Régional de formation des Acteurs de la Formation. La Validation des Acquis de l Expérience. La mise en dynamique par l approche collective Programme Régional de formation des Acteurs de la Formation La Validation des Acquis de l Expérience La mise en dynamique par l approche collective Mise en dynamique : L approche collective Trois expériences

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de clientèle en assurance de l Université de Nîmes Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Intégration des systèmes voix et données de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION

LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION Infodoc Législation/Réglementation Formation Continue et Professionnelle Mai 2015 n 96 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Plus en détail

Journée Innovation Nutritionnelle. 9 mai 2012

Journée Innovation Nutritionnelle. 9 mai 2012 Journée Innovation Nutritionnelle 9 mai 2012 1 Qui sommes-nous? Association Régionale pour le Développement des Industries Alimentaires d Aquitaine Organisation professionnelle représentative des industries

Plus en détail

Dynamiser l entreprenariat en Basse-Normandie avec les chartes de partenariat «création» et «reprise-transmission»

Dynamiser l entreprenariat en Basse-Normandie avec les chartes de partenariat «création» et «reprise-transmission» Emploi... Dynamiser l entreprenariat en Basse-Normandie avec les chartes de partenariat «création» et «reprise-transmission» La Région et plus de 160 partenaires en Basse-Normandie se sont engagés en faveur

Plus en détail

/ SEPTEMBRE 2015. Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international

/ SEPTEMBRE 2015. Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international / SEPTEMBRE 2015 Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international ENSEMBLE A L INTERNATIONAL Les industries agroalimentaires exportent 43,4 Milliards d euros soit 27% du chiffre

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTEXTE. Qui sommes-nous?

ELEMENTS DE CONTEXTE. Qui sommes-nous? Cahier des charges - Appel à propositions Mise en œuvre de prestations d assistance technique à la mise en œuvre de la formation professionnelle dans les petites et moyennes entreprises du travail temporaire

Plus en détail

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise Cette enquête du réseau FormaClub95 est destinée à engager notre action sur les besoins en recrutement et formation

Plus en détail