TITRE DU PROJET : OUTILS D AIDE À LA DÉCISION : TROIS NUMÉRO DU PROJET : CPVL-1-SPP DATE : 14 décembre 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TITRE DU PROJET : OUTILS D AIDE À LA DÉCISION : TROIS NUMÉRO DU PROJET : CPVL-1-SPP-06-037. DATE : 14 décembre 2007"

Transcription

1 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, Volet 11 Appui à la Stratégie phytosanitaire TITRE DU PROJET : OUTILS D AIDE À LA DÉCISION : TROIS MODÈLES PRÉVISIONNELS POUR RAISONNER LA LUTTE CHIMIQUE CONTRE LE MILDIOU DE LA POMME DE TERRE (PHYTOPHTHORA INFESTANS) AU QUÉBEC NUMÉRO DU PROJET : CPVL-1-SPP Réalisé par : Pierre Lafontaine, Ph.D., agr. et Sébastien Martinez, M.Sc., agr. DATE : 14 décembre 2007 Les résultats, opinions et recommandations exprimés dans ce rapport émanent de l auteur ou des auteurs et n engagent aucunement le ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation.

2 Outils d aide à la décision : trois modèles prévisionnels pour raisonner la lutte chimique contre le mildiou de la pomme de terre (Phytophthora infestans) au Québec. Pierre Lafontaine 1 et Sébastien Martinez 1 Durée : 05/ /2007 FAITS SAILLANTS (Résumé du projet) Au Québec, aucun système d aide à la décision n est utilisé à grande échelle pour raisonner les applications de fongicides contre le mildiou de la pomme de terre (Phytophthora infestans). La stratégie de lutte n est basée que sur des traitements préventifs systématiques sans tenir compte du niveau de développement de la maladie. Durant les saisons 2006 et 2007, quatre essais de pommes de terre ont été conduits sur deux sites différents dans la région de Lanaudière, à L Assomption et à Lavaltrie, afin d étudier l effet de trois modèles prévisionnels, Mildi-Lis, NegFry et NoBlight sur la réduction du nombre d applications de fongicides et l efficacité de ces modèles à lutter contre le mildiou de la pomme de terre. En 2006, l utilisation des modèles NoBlight et Mildi-Lis a procuré un contrôle similaire aux traitements systématiques effectués tous les 7 à 10 jours, tout en permettant de diminuer le nombre d applications et ce, sur les deux sites d expérimentation. Par contre, Negfry n avait pas permis un contrôle satisfaisant de la maladie. Durant la saison 2007, les trois modèles ont procuré un excellent contrôle de la maladie jusqu à deux semaines de la fin de la saison, et ce, malgré des conditions de très forte pression. Sur les deux sites, les parcelles traitées selon le modèle NegFry ont connu une augmentation des attaques de mildiou sur le feuillage. Mildi-Lis a flanché à deux semaines de la fin sur le site de L Assomption et NoBlight a permis de conserver un contrôle similaire aux traitements systématiques sur les deux sites. Les résultats sont prometteurs, car bien que les essais aient été réalisés en favorisant une très forte pression de maladie, l utilisation des modèles a permis de diminuer le nombre d applications de fongicides, tout en procurant un bon contrôle de la maladie. Nous pouvons donc dire que ce projet répond aux objectifs poursuivis en démontrant un potentiel important de rationalisation et de réduction des fongicides. OBJECTIF ET MÉTHODOLOGIE OU DÉMARCHE Les objectifs de cette étude d une durée de deux ans sont de (1) déterminer l efficacité de l utilisation de trois modèles prévisionnels pour lutter contre le mildiou de la pomme de terre (Phytophthora infestans) comparativement à des traitements préventifs systématiques et (2) déterminer le potentiel de ces modèles à diminuer le nombre d applications de fongicides dans les conditions du Québec. Quatre essais ont été conduits durant les saisons Un site était situé à L Assomption au Centre de valorisation des plantes sur sol lourd (sans irrigation) et un autre à Lavaltrie sur sol léger (site irrigué). Le cultivar Shepody (sensible) a été utilisé sur les deux sites. Des rangs de garde ceinturant les essais ont été inoculés avec une souche de la race A2 du pathogène afin d assurer la présence de la maladie. Cinq traitements ont été testés : (1) Traitements systématiques tous les 7 à 10 jours; (2) Traitements selon Mildi-Lis (France); (3) Traitements selon NegFry (Danemark); (4) Traitements selon NoBlight (Maine, États-Unis) et (5) Témoin non-traité. Les traitements chimiques utilisés consistaient en une application en alternance de Dithane (Mancozèbe) et de Bravo (Chlorothalonil). Les variables qui ont été étudiées sont : (1) l intensité des symptômes de mildiou sur le feuillage; (2) le rendement commercialisable en pommes de terre; (3) la présence de mildiou sur 50 tubercules/parcelle et (4) le nombre d applications pour chacun des traitements. 1 CIEL-Centre de valorisation des plantes 2

3 RÉSULTATS SIGNIFICATIFS POUR L INDUSTRIE OU POUR LA DISCIPLINE Résultats de la saison 2006 : Durant la saison 2006, les conditions climatiques ont été très favorables au développement du mildiou de la pomme de terre dans la région de Lanaudière. Cela s est traduit par un niveau d attaque important en absence de traitements. Site de L Assomption en Le premier traitement préventif systématique sur ce site a été réalisé le 5 juillet alors que la pomme de terre avait une hauteur d environ cm. Les conditions climatiques observées en 2006 à L Assomption ont entraîné un nombre d applications fongicides de 8 et 9 pour les modèles Mildi-Lis et NoBlight, alors que NegFry n a recommandé que 4 applications comparativement à 11 pour le traitement systématique (Annexe : Tableau 3). Les premiers symptômes de la maladie sont apparus à la fin du mois de juillet. Dans le témoin non-traité (traitement 5), la maladie s est rapidement développée pendant le mois d août pour atteindre près de 100 % du feuillage affecté au début du mois de septembre. Les modèles Mildi-Lis et NoBlight ont permis un contrôle de la maladie comparable aux traitements systématiques, alors que NegFry n a pas bien contrôlé la maladie (Annexe : Figure 1). Les modèles Mildi-Lis et NoBlight ayant permis un contrôle de la maladie comparable aux traitements systématiques (traitement 1) ont également permis d obtenir des rendements analogues au traitement 1. Quant au modèle NegFry, n ayant pas procuré un bon contrôle de la maladie, le rendement s en est trouvé largement affecté (Annexe : Tableau 2). Il n y a pas de différence significative entre les traitements en ce qui concerne le pourcentage de tubercules affectés. Site de Lavaltrie en À Lavaltrie, le premier traitement préventif systématique a été réalisé le 4 juillet. Les plants avaient une hauteur d environ cm. Sur le site de Lavaltrie, des pluies fréquentes et plus abondantes que la normale ont entraîné un lessivage d une partie des engrais (sol sableux) engendrant une sénescence précoce des plants créant ainsi une situation peu favorable au développement de la maladie. Dans les conditions de 2006, les modèles Mildi-Lis et NoBlight ont recommandé 9 et 8 traitements fongicides respectivement alors que NegFry a engendré 6 applications au total comparativement aux 10 du traitement systématique (Annexe : Tableau 6). Les modèles ont donc recommandé plus de traitements qu à L Assomption. Cette situation peut s expliquer par des conditions climatiques différentes, mais aussi par le fait que le site de Lavaltrie était irrigué. Les logiciels Mildi-Lis et NegFry tiennent compte dans leurs calculs des paramètres d irrigation, ce qui expliquerait pourquoi le pourcentage de diminution est plus faible à Lavaltrie qu à L Assomption. Par contre, le logiciel NoBlight qui ne tient pas compte des paramètres d irrigation avait procuré sur les deux sites une réduction du nombre de traitements très similaire. Tout comme à L Assomption, les premiers symptômes sont apparus fin juillet, mais ce n est qu après le 14 août que les symptômes ont augmenté dans le témoin non-traité (Annexe : Figure 2). La sénescence précoce du feuillage a fait en sorte que l infestation a été moins sévère et plus tardive à Lavaltrie avec, à la fin juillet, 50 % du feuillage affecté dans le témoin non-traité. Dans les autres traitements, la maladie s est maintenue à des niveaux faibles (Annexe : Figure 2 et Tableau 4) jusqu à la récolte. Cette situation a entraîné de faibles rendements et aucune différence significative n a pu être notée entre les différents traitements (Annexe : Tableau 5). Il n y a pas de différence significative entre les traitements en ce qui concerne le pourcentage de tubercules affectés. Résultats de la saison 2007 : Site de L Assomption en Le premier traitement préventif systématique sur ce site a été réalisé le 26 juin alors que la pomme de terre avait une hauteur d environ cm. Les modèles Mildi-Lis et NoBlight ont recommandé un nombre de traitements de 6 et 8 respectivement durant la saison 2007 à L Assomption comparativement à 11 traitements au total dans la stratégie de traitements systématiques (traitement 1). Le modèle NegFry quant à lui a donné lieu à 5 traitements au lieu de 11 pour le traitement 1 (Annexe : Tableau 9). Les premiers symptômes de mildiou ont été détectés le 24 juillet. Jusqu au 23 août, la maladie a progressé régulièrement dans le témoin non-traité. À cette date, le témoin non-traité présentait 65 % du feuillage atteint par le mildiou (Annexe : Figure 3 et Tableau 7). Durant cette même période, les trois modèles prévisionnels et les parcelles traitées de 3

4 façon systématique tous les 7 à 10 jours ont été faiblement infestés par le mildiou de la pomme de terre. Ces résultats indiquent que, jusqu à cette date, tous les modèles ont permis un contrôle similaire aux traitements systématiques. Après le 23 août, la maladie s est rapidement développée et 100 % du feuillage était affecté au 30 août dans le témoin non-traité. Les modèles Mildi-Lis et NegFry quant à eux ont aussi connu une augmentation importante de l infestation en mildiou (Annexe : Figure 3) après cette date et n ont pas permis un bon contrôle de la maladie tout au long de la saison. NoBlight a par contre réussi à contrôler le développement de la maladie à un niveau comparable à celui du traitement selon des applications préventives hebdomadaires (traitement 1). La perte d efficacité de Mildi-Lis en fin de saison à L Assomption semblerait attribuable dans ce cas là au fait que le logiciel a préconisé un traitement dès le début d une période perturbée (pluie) qui a duré environ 4 jours. Durant toute cette période il était impossible de traiter et la maladie a pu se développer. Sachant qu une fois que la maladie est présente, il est très difficile de la contrôler, la maladie a continué sa progression jusqu à la fin de la saison. Ce problème rencontré tend à démontrer et à confirmer que, même si les modèles prévisionnels sont des outils d aide à la décision qui donnent des recommandations précises quant à la date d application, l utilisateur doit absolument garder un regard critique et adopter dans certaines conditions une approche personnalisée en devançant par exemple un traitement. Les traitements systématiques (traitement 1) et le modèle NoBlight ayant permis le meilleur contrôle de la maladie ont aussi permis d obtenir les rendements les plus élevés et statistiquement similaires (Annexe : Tableau 8). Le témoin non-traité (traitement 5) a engendré le rendement le plus faible de tous les traitements. Les traitements selon les modèles Mildi-Lis et NegFry ont procuré des rendements intermédiaires, mais statistiquement plus faibles que le traitement systématique. Il n y a pas de différence significative entre les traitements en ce qui concerne le pourcentage de tubercules affectés. Site de Lavaltrie en Tout comme à L Assomption, le premier traitement préventif systématique a été réalisé le 26 juin alors que la pomme de terre avait une hauteur d environ cm. Les traitements selon les modèles Mildi-Lis et NoBlight ont engendré 9 et 11 traitements respectivement, comparativement à 11 traitements dans le traitement 1 (Annexe : Tableau 12). NoBlight n a donc pas permis de diminuer le nombre d applications de fongicides en 2007 sur le site de Lavaltrie comparativement aux traitements systématiques. Negfry a permis de faire 5 traitements sur les 11 appliqués selon la stratégie de traitements systématiques (Annexe : Tableau 12). Sur le site de Lavaltrie, la maladie est apparue le 26 juillet. Présente tout d abord à des niveaux faibles jusqu au 9 août dans le témoin non-traité, la maladie a par la suite augmenté rapidement. Au 30 août, les parcelles témoins étaient 100 % affectées par le mildiou. Le modèle NegFry qui a commandé le plus faible nombre de traitements n a pas permis un contrôle de la maladie tout au long de la saison et la maladie s est rapidement propagée après le 23 août. Les modèles Mildi-Lis et NoBlight ont permis un contrôle de la maladie comparable aux traitements systématiques le 30 août. Au 5 septembre, Mildi-Lis a par contre connu une augmentation des dégâts causés par le mildiou de la pomme de terre (Annexe : Figure 4 et Tableau 10). Aux vues des résultats, le traitement 2 (Mildi-Lis ) a tout de même permis un très bon contrôle du mildiou dans un contexte de très forte pression de la maladie. Sur le plan des rendements (Annexe : Tableau 11), il est logique de constater que le témoin non traité (traitement 5) ait procuré le rendement le plus faible de tous les traitements à l étude. Le modèle NegFry qui a connu une infestation en mildiou plus importante que les autres traitements a procuré un rendement significativement plus faible que le traitement 1 (traitements systématiques). Les traitements selon les modèles Mildi-Lis et NoBlight ont permis d obtenir un rendement comparable aux traitements systématiques. Notons que malgré tout, le rendement procuré par NegFry n est pas statistiquement différent des modèles Mildi-Lis et NoBlight. Les différences significatives entre les traitements en ce qui concerne le pourcentage de tubercules affectés ne démontrent pas de logique, ce qui nous permet de considérer qu il n y a pas de différence claire entre les traitements pour cette variable. 4

5 Comparaison des modèles de façon virtuelle à partir des données de la saison 2007 À l automne 2007 et à l hiver 2008, nous avons réalisé une comparaison du nombre de traitements fongicides qu auraient pu recommander les modèles dans d autres régions du Québec. Nous avons utilisé les données météo des stations de Sainte-Foy (Québec); Rivière-du-Loup (Bas-Saint-Laurent) et Normandin (Lac-Saint-Jean) pour simuler le déroulement de la saison 2007 et observer les recommandations des modèles Mildi-Lis et NegFry. Pour des raisons techniques, il n a pas été possible de réaliser une telle simulation avec le modèle NoBlight. Résultats des simulations : Sur les trois sites, Mildi-Lis et NegFry auraient permis de diminuer le nombre de traitements comparativement à une stratégie de traitements préventifs systématiques tous les 7 à 10 jours (Annexe : Tableau 13). Mildi-Lis aurait engendré 7; 9 et 10 traitements sur les sites de Rivière-du-Loup; Normandin et Sainte-Foy respectivement. Ce nombre de traitements ressemble à ce que Mildi-Lis a procuré sur nos sites à Lavaltrie (9 traitements) et l Assomption (6 traitements) en Pour le modèle NegFry, celui-ci aurait engendré 5 traitements sur le site de Sainte-Foy et de Rivière-du-Loup et 6 traitements sur le site de Normandin. Ce nombre de traitements concorde avec les cinq traitements effectués sur les sites d essais de Lavaltrie et L Assomption en Spécifions enfin que cette simulation ne permet de tirer des conclusions que sur le nombre de traitements que les modèles prévisionnels auraient recommandés. En revanche, contrairement aux sites de Lavaltrie et de l Assomption en 2006 et 2007, il n est pas possible de déterminer si ces traitements auraient permis de bien contrôler la maladie. Brève description de chacun des trois modèles prévisionnels à l essai : 1. Mildi-Lis : Le moteur de calcul est basé sur le modèle épidémiologique d'ullrich-schrödter qu'arvalis-institut du végétal (France) a retravaillé afin de supprimer les classes de température qu'il utilisait, lisser le calcul et améliorer la validité des prévisions. Le moteur de calcul comporte 4 équations qui correspondent à 4 phases d'évolution du mildiou : la contamination, la sporulation, l'incubation et la maturation/dispersion des spores. L index Mildi-Lis est calculé en fonction de la température et des durées d humidité relative supérieure ou égale à 87 %. Une connexion à Internet suffit pour accéder à Mildi-Lis. Des trois logiciels, Mildi-Lis est sans conteste le logiciel le plus simple à utiliser en raison de son interface très conviviale et très complète. Il est entièrement en français et son utilisation ne coûte qu environ 250 $ canadiens/an. 2. NegFry : Ce modèle a été développé au Danemark et récemment adapté pour les conditions des régions nordiques. Il utilise le concept de «pronostic négatif» selon le modèle de Ullrich et Schrödter (1966) pour la prévision des risques d apparition du mildiou et le modèle Fry et al. (1983) pour réaliser les applications subséquentes de fongicides durant la saison. Comme pour Mildi-Lis, les risques sont calculés en fonction de la température et des durées d humidité relative supérieure ou égale à 87 %. NegFry est téléchargeable dans Internet et est entièrement gratuit. Son utilisation est relativement simple, mais moins que Mildi-Lis. L interface est moins complète et est en anglais uniquement. 3. NoBlight : Ce modèle a été développé dans l état du Maine (États-Unis). NoBlight est basé sur le modèle Blitecast qui utilise le modèle d indice d accumulation de sévérité de Wallin. Cet indice est dérivé de la combinaison des heures avec 90 % d humidité relative et plus et de la température moyenne. Néanmoins, ce logiciel a pour désavantage de ne pas procurer de date précise de traitements. Il fournit plutôt un intervalle. L expérience de l utilisateur est donc très importante. NoBlight est le moins facile des trois modèles à faire fonctionner, son interface est moins complète que les deux autres logiciels et est peu conviviale. L utilisation du logiciel est gratuite. Pour le fonctionnement des trois logiciels étudiés, le type de données recueillies étaient : (1) température ; (2) pluviométrie ; (3) humidité relative. Les données sont collectées par la station météo toutes les heures. 5

6 APPLICATIONS POSSIBLES POUR L INDUSTRIE ET/OU SUIVI À DONNER Les deux saisons d étude semblent démontrer que l utilisation de modèles prévisionnels est agronomiquement et économiquement viable au Québec. Les résultats de ce projet qui répond à une situation préjudiciable démontrent que les modèles prévisionnels peuvent permettre de Rationaliser (traiter seulement quand les conditions sont favorables à la maladie), Réduire (diminuer le nombre de traitements comparativement à des applications systématiques hebdomadaires) et d accroître le développement de la lutte intégrée. Les travaux pourraient avoir des retombées agronomiques (lutte intégrée), économiques (diminution du nombre de traitements, usure d équipements, carburant) et environnementales (diminution de la charge environnementale en diminuant la quantité de fongicides et la quantité de gaz à effet de serre émise), si les producteurs de pommes de terre décidaient d adopter cette pratique. Les producteurs pourraient se regrouper pour l utilisation des logiciels et l achat de la station météo, ce qui ferait baisser les coûts. Concernant la recommandation précise du ou des logiciels à privilégier pour utilisation au Québec, les premiers résultats sous les conditions rencontrées dans cette étude semblent indiquer que Mildi-lis et NoBlight procurent le meilleur contrôle du mildiou de la pomme de terre tout en permettant de diminuer le nombre de traitements. Il est primordial de tenir compte du fait que ces résultats ont été obtenus dans des conditions de pression très sévères. Il serait donc intéressant de poursuivre la validation de ces modèles en conditions de maladie spontanées au Québec, c est-à-dire sans inoculation. Nous pouvons penser que dans des conditions où la pression sera moindre, les modèles permettront une meilleure performance en termes de contrôle de la maladie et de rendement. Les résultats sont donc très prometteurs, mais il est nécessaire d éprouver les modèles prévisionnels testés durant plusieurs saisons et dans plusieurs régions de la province afin d accumuler des données dans des conditions différentes avant de promouvoir une large utilisation d un ou plusieurs modèles à la grandeur du Québec. POINT DE CONTACT POUR INFORMATION Nom du responsable du projet : Pierre Lafontaine, Ph.D., agr. Téléphone : (450) # 223 Télécopieur : (450) Courriel : AUTRES TRAVAUX OU RÉFÉRENCES SUR LE MÊME SUJET Un projet de recherche d une durée de 2 ans, mené de 2006 à 2007 a été réalisé par le Dr. Ron Pitblado de l Université de Guelph (Ontario) afin d évaluer plusieurs modèles prévisionnels (dont NegFry ) pour lutter contre le mildiou de la pomme de terre dans quatre provinces (Saskatchewan, Manitoba, Ontario et Île-du-Prince-Édouard). REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES FINANCIERS Ce projet a été réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, volet 11 - Appui à la Stratégie phytosanitaire avec une aide financière du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ). L équipe de réalisation du projet tient à remercier le MAPAQ pour son soutien financier, sans lequel le projet n aurait pu se concrétiser. Nous remercions également, M. Léon Tartier, agr. Phytopathologiste pour ses conseils techniques et pour sa participation au suivi du projet et aux prises de données sur les maladies. 6

7 Nous tenons également à remercier grandement les personnes suivantes pour leur support technique dans l utilisation des logiciels testés durant ces deux années : Dr. Denis Gaucher, chercheur chez ARVALIS - Institut du végétal (France) pour son support pour le logiciel Mild-Lis Dr. Jens Gronbeck Hansen, Ph.D., chercheur au Danish Institute of Agricultural (Danemark) pour son support pour le logiciel NegFry Dr. Steven B. Johnson, Ph.D., Crops Specialist and Extension Professor University of Maine Cooperative Extention (Maine, États-Unis) pour son support pour le logiciel NoBlight ANNEXE Annexe : Tableaux et figures des résultats. 7

8 ANNEXE

9 ANNEXE Figure 1. Évolution du pourcentage de recouvrement en mildiou à L Assomption en % de recouvrement T1: Traitements systématiques T2: Modèle Mildi-Lis T3: Modèle Negfry T4: Modèle NoBlight T5: Témoin non-traité 0 31/07 07/08 14/08 21/08 28/08 05/09 11/09 Date Tableau 1. Résultats de l évolution du pourcentage de recouvrement en mildiou à L Assomption en No Traitements 31/07 07/08 14/08 21/08 28/08 05/09 11/09 1 Systématiques 0 a* 0 c 1,5 c 1 c 5,5 b 50 bc 79,25 ab 2 Mildi-Lis 0 a 0,75 bc 1,5 c 2,75 c 10,75 b 35 c 55 b 3 NegFry 0,5 a 8,375 ab 13 b 18,25 b 46,25 a 80 ab 96 a 4 NoBlight 0,25 a 0,63 bc 1,25 c 3 c 7,25 b 41,75 c 56,75 b 5 Témoin non-traité 0,75 a 10,25 a 27 a 37,5 a 62,5 a 95,25 a 100 a Pr > F 0,1772 0,0299 0,0005 0,0010 0,0002 0,0082 0,0146 CV 158,11 124,26 75,72 80,09 54,07 35,95 24,79 * Les moyennes suivies par la même lettre ne sont pas statistiquement différentes avec le test de Waller-Duncan au seuil de probabilité de 5 % (P < 0,05). 1

10 Tableau 2. Résultats des rendements en pommes de terre sur le site de L Assomption en No Traitements Petit (grelots) - de 45 mm Moyen 45 à 57 mm Gros 57 mm et + (Kg/ha) Rendement total % de tubercules affectés 1 Systématiques a* a a a 22,0 a 2 Mildi-Lis a a a a 13,5 a 3 NegFry a a b bc 12,0 a 4 NoBlight a a a ab 19,0 a 5 Témoin non-traité a a b c 15,5 a Pr > F 0,7645 0,4159 0,0007 0,0055 0,0972 CV 30,57 11,69 23,29 15,22 31,43 * Les moyennes suivies par la même lettre ne sont pas statistiquement différentes avec le test de Waller-Duncan au seuil de probabilité de 5 % (P < 0,05). Tableau 3. Nombre de traitements fongicides appliqués en 2006 à L Assomption selon les traitements. No Traitements Nombre d application de Bravo 500 Nombre d application de Dithane 75 DG Nombre Total d applications % de baisse du nombre de traitement 1 Systématiques ,0 2 Mildi-Lis ,3 3 NegFry ,6 4 NoBlight ,2 5 Témoin non-traité

11 Figure 2. Évolution du pourcentage de recouvrement en mildiou à Lavaltrie en % de recouvrement T1: Traitements systématiques T2: M odèle M ildi-lis T3: Modèle Negfry T4: M odèle NoBlight T5: Témoin non-traité /07 07/08 14/08 21/08 28/08 Date Tableau 4. Résultats de l évolution du pourcentage de recouvrement en mildiou à Lavaltrie en No Traitements 31/07 07/08 14/08 21/08 28/08 1 Systématiques 0 a* 0,25 a 0 b 0 a 0 b 2 Mildi-Lis 0,25 a 0,5 a 0,5 ab 1 a 1 b 3 NegFry 0,5 a 1 a 1 a 2,75 a 2,75 b 4 NoBlight 0 a 0,25 a 0,25 b 0,5 a 0,5 b 5 Témoin non-traité 0,5 a 0,75 a 1 a 26,25 a 50 a Pr > F 0,3784 0,2268 0,0069 0,0604 0,0404 CV 186,19 92,41 66, ,30 215,38 * Les moyennes suivies par la même lettre ne sont pas statistiquement différentes avec le test de Waller-Duncan au seuil de probabilité de 5 % (P < 0,05). 3

12 Tableau 5. Résultats des rendements en pommes de terre sur le site de Lavaltrie en No Traitements Petit (grelots) - de 45 mm Moyen 45 à 57 mm Gros 57 mm et + (Kg/ha) Rendement total % de tubercules affectés 1 Systématiques ab* a a a 2,0 a 2 Mildi-Lis b a a a 0,0 a 3 NegFry b a a a 0,0 a 4 NoBlight b a a a 1,0 a 5 Témoin non-traité a a a a 0,0 a Pr > F 0,0322 0,8125 0,2852 0,4939 0,2634 CV 14,19 11,86 32,09 12,99 243,43 * Les moyennes suivies par la même lettre ne sont pas statistiquement différentes avec le test de Waller-Duncan au seuil de probabilité de 5 % (P < 0,05). Tableau 6. Nombre de traitements fongicides appliqués en 2006 à Lavaltrie selon les traitements. No Traitements Nombre d application de Bravo 500 Nombre d application de Dithane 75 DG Nombre Total d applications % de baisse du nombre de traitement 1 Systématiques ,0 2 Mildi-Lis ,0 3 NegFry ,0 4 NoBlight ,0 5 Témoin non-traité

13 Figure 3. Évolution du pourcentage de recouvrement en mildiou à L Assomption en % de recouvrement Traitement 1: Systématique tous les 7 à 10 jours Traitement 2: Modèle MildiLis Traitement 3: Modèle Negfry Traitement 4: Modèle NoBlight Traitement 5: Témoin non traité 0 24/07 02/08 09/08 16/08 23/08 30/08 05/09 Date Tableau 7. Résultats de l évolution du pourcentage de recouvrement en mildiou à L Assomption en No Traitements 24/07 02/08 09/08 16/08 23/08 30/08 05/09 1 Systématiques 0,1 b* 0,1 b 0,55 b 2,25 b 3,25 b 6,75 c 12,5 d 2 Mildi-Lis 0,1 b 0,3 b 1,75 b 4,25 b 7,5 b 55 b 80,5 b 3 NegFry 0,1 b 1,05 b 1,75 b 5,5 b 11,75 b 65 b 85 b 4 NoBlight 0,1 b 0,575 b 1,875 b 7,5 b 8,5 b 16 c 26,25 c 5 Témoin non-traité 2,625 a 18 a 23,75 a 43,75 a 65 a 99 a 100 a Pr > F <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 <.0001 CV 55,44 47,75 56,05 63,85 35,69 20,88 8,64 * Les moyennes suivies par la même lettre ne sont pas statistiquement différentes avec le test de Waller-Duncan au seuil de probabilité de 5 % (P < 0,05). 5

14 Tableau 8. Résultats des rendements en pommes de terre sur le site de L Assomption en No Traitements Petit (grelots) - de 45 mm Moyen 45 à 57 mm Gros 57 mm et + (Kg/ha) Rendement total % de tubercules affectés 1 Systématiques 1 466,67 a* ,67 a ,33 a ,67 a 4,50 a 2 Mildi-Lis 1 260,00 a ,67 a ,00 bc ,67 bc 7,50 a 3 NegFry 1 376,67 a ,33 a ,67 c ,67 c 10,00 a 4 NoBlight 1 253,33 a ,33 a ,33 ab ,00 ab 6,00 a 5 Témoin non-traité 1 626,67 a ,00 a ,67 d ,33 d 8,50 a Pr > F 0,1114 0,7992 <.0001 < ,3273 CV 14,53 12,94 12,93 7,40 51,56 * Les moyennes suivies par la même lettre ne sont pas statistiquement différentes avec le test de Waller-Duncan au seuil de probabilité de 5 % (P < 0,05). Tableau 9. Nombre de traitements fongicides appliqués en 2007 à L Assomption selon les traitements. No Traitements Nombre d application de Bravo 500 Nombre d application de Dithane 75 DG Nombre Total d applications % de baisse du nombre de traitement 1 Systématiques Mildi-Lis ,46 3 NegFry ,54 4 NoBlight ,27 5 Témoin non-traité

15 Figure 4. Évolution du pourcentage de recouvrement en mildiou à Lavaltrie en % de recouvrement Traitement 1: Systématique tous les 7 à 10 jours Traitement 2: Modèle MildiLis Traitement 3: Modèle Negfry Traitement 4: Modèle NoBlight Traitement 5: Témoin non traité 0 26/07 02/08 09/08 16/08 23/08 30/08 05/09 Date Tableau 10. Résultats de l évolution du pourcentage de recouvrement en mildiou à Lavaltrie en No Traitements 26/07 02/08 09/08 16/08 23/08 30/08 05/09 1 Systématiques 0,025 a* 0,1 a 2,25 b 4,75 b 5,5 bc 7 c 22,5 c 2 Mildi-Lis 0,025 a 0,1 a 1,5 b 4,75 b 5 c 18 c 46,25 b 3 NegFry 0,075 a 0,1 a 3 b 6 b 14,25 b 66,25 b 96,25 a 4 NoBlight 0,1 a 0,1 a 2,25 b 5,5 b 5,5 bc 8,75 c 28,75 bc 5 Témoin non-traité 0,175 a 0,45 a 13 a 40,5 a 73,75 a 100 a 100 a Pr > F 0,3212 0,4449 0,0035 0,0001 <.0001 <.0001 <.0001 CV 135,98 184,15 82,18 66,47 28,26 30,22 23,81 * Les moyennes suivies par la même lettre ne sont pas statistiquement différentes avec le test de Waller-Duncan au seuil de probabilité de 5 % (P < 0,05). 7

16 Tableau 11. Résultats des rendements en pommes de terre sur le site de Lavaltrie en No Traitements Petit (grelots) - de 45 mm Moyen 45 à 57 mm Gros 57 mm et + (Kg/ha) Rendement total % de tubercules affectés 1 Systématiques 1 456,67 a* ,67 a ,00 a ,33 a 1,50 b 2 Mildi-Lis 1 690,00 a ,33 a ,00 ab ,33 ab 4,50 ab 3 NegFry 1 750,00 a ,67 a ,33 b ,00 b 7,50 a 4 NoBlight 1 610,00 a ,33 a ,00 ab ,33 ab 1,00 b 5 Témoin non-traité 1 823,33 a ,67 a ,33 c ,33 c 2,50 b Pr > F 0,6928 0,6356 0,0002 0,0002 0,0492 CV 22,49 13,51 16,12 7,31 86,25 * Les moyennes suivies par la même lettre ne sont pas statistiquement différentes avec le test de Waller-Duncan au seuil de probabilité de 5 % (P < 0,05). Tableau 12. Nombre de traitements fongicides appliqués en 2007 à Lavaltrie selon les traitements. No Traitements Nombre d application de Bravo 500 Nombre d application de Dithane 75 DG Nombre Total d applications % de baisse du nombre de traitement 1 Systématiques Mildi-Lis ,18 3 NegFry ,54 4 NoBlight Témoin non-traité

17 Tableau 13. Comparaison des modèles de façon virtuelle à partir de données météo de 2007 : comparaison de trois sites virtuels avec deux sites d essais mis en place en Nombre d applications selon le modèle Mildi-Lis Saison 2007 Nombre d applications selon le modèle NegFry Nombre d applications selon le traitements systématiques tous les 7 à 10 jours Site 1* Sainte-Foy (Québec) Site 2 Rivière-du-Loup (Bas-Saint-Laurent) Site 3 Normandin (Lac-Saint-Jean) Site de Lavaltrie (Lanaudière) Site de L Assomption (Lanaudière) * Les sites 1; 2 et 3 sont des sites «virtuels» pour lesquels les simulations ont été faites. Les sites Lavaltrie et L Assomption sont les sites sur lesquels les essais ont été réellement mis en place au champ. 9

Déroulement des travaux :

Déroulement des travaux : Rapport final Contrôle mécanique de la punaise terne dans la culture de fraises sur rangs nattés en régie biologique à l'aide d'une faucheuse rotative 10-INNO3-16 Demandeur : Coopérative Nord-Bio Date

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

Application d herbicide. en bandes dans la pomme de terre

Application d herbicide. en bandes dans la pomme de terre Application d herbicide en bandes dans la pomme de terre Introduction Dans un contexte de lutte intégrée qui vise la rationalisation et la réduction de l utilisation des pesticides, l application d herbicide

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail

TITRE DU PROJET : CRÉATION D UN OUTIL NUMÉRO DU PROJET : IQDH-2-LUT-11-1532. DATE : 13 mars 2012

TITRE DU PROJET : CRÉATION D UN OUTIL NUMÉRO DU PROJET : IQDH-2-LUT-11-1532. DATE : 13 mars 2012 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : CRÉATION D UN OUTIL D ACCOMPAGNEMENT AU DÉMARRAGE

Plus en détail

ÉVALUATION DE L'UTILISATION DE CAPTEURS DE SPORES COMME OUTIL DE SUIVI DE L'ALTERNARIA DANS LES CRUCIFÈRES PHYD-1-12-1598 RAPPORT FINAL

ÉVALUATION DE L'UTILISATION DE CAPTEURS DE SPORES COMME OUTIL DE SUIVI DE L'ALTERNARIA DANS LES CRUCIFÈRES PHYD-1-12-1598 RAPPORT FINAL ÉVALUATION DE L'UTILISATION DE CAPTEURS DE SPORES COMME OUTIL DE SUIVI DE L'ALTERNARIA DANS LES CRUCIFÈRES PHYD-1-12-1598 Durée : 4/13 3/15 RAPPORT FINAL Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, M.Sc Anne-Marie

Plus en détail

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière PROGRAMME D APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE EN RÉGION 2007-2008 Essai de paillis de plastique biodégradable Rapport final Mars 2008 Modifié le 3 juillet 2008 Daniel Bergeron,

Plus en détail

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 1/9 CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 I. EXAMEN DE LA DISTINCTION, L HOMOGENEITE ET DE LA STABILITE (D.H.S.). L examen

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Rapport sur les progrès avril 2015 Activité 17, Pomme de terre 16 L azote pour l amélioration de la récolte, de la qualité et de la rentabilité

Plus en détail

Rapport final. Essais de différentes techniques pour le contrôle des maladies fongiques dans la culture de l'ail sous régie biologique (année 2)

Rapport final. Essais de différentes techniques pour le contrôle des maladies fongiques dans la culture de l'ail sous régie biologique (année 2) Rapport final 12-INNO3-05 Demandeur : Coopérative de solidarité Nord-Bio Agronomes responsables du projet : Audrey Bouchard et Françoise Rodrigue Répondante régionale au MAPAQ : Sara Villeneuve, agronome.

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Le coût élevé des produits anti-botrytis, les problèmes de résidus qu ils sont susceptibles

Plus en détail

DATE : 20 janvier 2014

DATE : 20 janvier 2014 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Détermination du stade phénologique approprié

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale

Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale Rapport final Réalisé par Marie-Claude Lapierre, agr. Centre de référence en agriculture et agroalimentaire

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

CETA-1-11-1588. Durée : 04/2012 04/2014 RAPPORT FINAL. Réalisé par : Sam Chauvette agr. M.Sc. et Denis La France d.t.a.

CETA-1-11-1588. Durée : 04/2012 04/2014 RAPPORT FINAL. Réalisé par : Sam Chauvette agr. M.Sc. et Denis La France d.t.a. L OCCULTATION EN PRODUCTION MARAÎCHÈRE COMME OUTIL DE GESTION DE PLANTES NUISIBLES ET DE DESTRUCTION D ENGRAIS VERT CETA-1-11-1588 Durée : 04/2012 04/2014 RAPPORT FINAL Réalisé par : Sam Chauvette agr.

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Essai de lutte contre le Bremia de la laitue en pépinière et sous abri froid

Essai de lutte contre le Bremia de la laitue en pépinière et sous abri froid MARAICHAGE 5 fiche action 3 2 2 12 AB L5 PACA/7 Essai de lutte contre le Bremia de la laitue en pépinière et sous abri froid Jérôme LAMBION (GRAB) Le mildiou de la laitue (Bremia lactucae) est la maladie

Plus en détail

Parcelle Amandine défanée (Source GITEP)

Parcelle Amandine défanée (Source GITEP) 18 28 Juillet 2015 - STADE DES CULTURES : Fin floraison Sénescence du feuillage - MILDIOU - SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE : Présence d une réserve maladie plus ou moins élevée selon les secteurs (potentiels

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN Page 1 1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN 1.1. Principe général L indemnité versée à un client correspond à la valeur assurable à son certificat multipliée par sa perte nette calculée (perte

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

I. Protection du froment. Le réseau d essais fongicides wallons. Expérimentation en réseau. Expérimentation en réseau

I. Protection du froment. Le réseau d essais fongicides wallons. Expérimentation en réseau. Expérimentation en réseau Maxime Duvivier Le réseau d essais fongicides wallons Tester différents schémas de protection Mesurer l efficacité de programmes fongicides Valider les avis émis par le Cadco Participer à la création d

Plus en détail

Coup de soleil sur poivron et infection secondaire par le champignon Alternaria alternata

Coup de soleil sur poivron et infection secondaire par le champignon Alternaria alternata Avertissement CUCURBITACÉES-SOLANACÉES No 15 10 août 2006 EN BREF : Poivron : la pyrale du maïs est toujours active. Consultez le calendrier de traitements pour votre région. Tomate et poivron : les traitements

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Fiche technique SABRINA MORISSETTE, Ing.f. ANNIE DESROCHERS,

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

CE PROJET A ÉTÉ RENDU POSSIBLE GRÂCE AU FINANCEMENT DU PROGRAMME D APPROVISIONNEMENT EN EAU CANADA-QUÉBEC (PAECQ).

CE PROJET A ÉTÉ RENDU POSSIBLE GRÂCE AU FINANCEMENT DU PROGRAMME D APPROVISIONNEMENT EN EAU CANADA-QUÉBEC (PAECQ). CE PROJET A ÉTÉ RENDU POSSIBLE GRÂCE AU FINANCEMENT DU PROGRAMME D APPROVISIONNEMENT EN EAU CANADA-QUÉBEC (PAECQ). Il s agit d une initiative fédérale-provinciale issue du Cadre stratégique pour l agriculture

Plus en détail

Système de culture horticole Pépinière

Système de culture horticole Pépinière Système de culture horticole Pépinière Code DEPHY : HOF28740 Identification générale Production simultanée sur une année Photinia, Cuppressocyparis, Elaeagnus, Abelia, Autres arbustes Type de sol Hors-sol

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Analyse des coûts additionnels associés à un changement du mode d épandage du lisier

Analyse des coûts additionnels associés à un changement du mode d épandage du lisier Analyse des coûts additionnels associés à un changement du mode d épandage du lisier Par Dominique Baril-Tremblay (a) Claude Roy (b) Lota D. Tamini (a) (a) Institut de recherche et développement en agroenvironnement

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

PHYTOPROTECTION DURABLE

PHYTOPROTECTION DURABLE PHYTOPROTECTION DURABLE Résultats du Programme de réduction des risques liés aux pesticides Système d aide à la décision pour une lutte éclairée contre la brûlure des feuilles de l oignon I. Introduction

Plus en détail

Système d Information Géographique : application concrète à la protection raisonnée du vignoble

Système d Information Géographique : application concrète à la protection raisonnée du vignoble Système d Information Géographique : application concrète à la protection raisonnée du vignoble Marc Raynal- Christian Debord - ITV France Aquitaine Résumé Depuis plus d un siècle, les maladies cryptogamiques

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE Auteurs : Réjean Brousseau, Ph. D. et Sébastien Dewey, ing. jr Enpar Corrosion Contrôle Inc. Denis Bérubé, ing. et Daniel Bouchard, ing. Ministère

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2012

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2012 ISSN 920-9037 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 202 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personne-ressource : Ning Wang Gestionnaire de programme, Laboratoire de

Plus en détail

Par : Pierre Lafontaine 1, agr. Ph.D., Jacinthe Tremblay 1, biol. M.Sc., Sébastien Martinez 1, agr. M.sc. et Audrey Bouchard 1, agr. M.Sc.

Par : Pierre Lafontaine 1, agr. Ph.D., Jacinthe Tremblay 1, biol. M.Sc., Sébastien Martinez 1, agr. M.sc. et Audrey Bouchard 1, agr. M.Sc. Évaluation de l efficacité de plusieurs insecticides biologiques et d une méthode physique pour lutter contre la teigne du poireau (Acrolepiopsis assectella Zeller) dans la culture du poireau et de l ail

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de Numéro 3 Octobre 2015 Le logement en chiffres est une publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat (service du ministère du Logement dont les travaux sont réalisés en collaboration avec

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent Tournant vert Le Parti libéral du Canada a publié récemment de l information plus détaillée sur son plan pour un Tournant vert. La Fédération canadienne de l agriculture (FCA) constate avec plaisir que

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE

1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE 1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE Applicable à partir de l année d assurance 2014 CADRE D APPLICATION DES NORMES EN MATIÈRE DE PRATIQUES CULTURALES Annexe VIII Page 1 Assurer l uniformité de la gestion des

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Outils de gestion de l irrigation

Outils de gestion de l irrigation L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville Outils de gestion de l irrigation Jean CARON, professeur Physique et hydrodynamique des sols Université

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

HIGH ALTITUDE PHYSIOLOGY AND PHYSIOPATHOLOGY, FROM THE ORGANISM TO THE MOLECULE HAPPOM RAPPORT INTERMEDIAIRE

HIGH ALTITUDE PHYSIOLOGY AND PHYSIOPATHOLOGY, FROM THE ORGANISM TO THE MOLECULE HAPPOM RAPPORT INTERMEDIAIRE HIGH ALTITUDE PHYSIOLOGY AND PHYSIOPATHOLOGY, FROM THE ORGANISM TO THE MOLECULE HAPPOM European Commission Project ALFA n II-0379-FCD RAPPORT INTERMEDIAIRE I. Rappel des objectifs de l action: Développer

Plus en détail

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive.

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive. (Solanum tuberosum) Dénomination proposée: AAC Alta Cloud Numéro de la demande: 12-7520 Date de la demande: 2012/02/22 Requérant: Colorado State University Research Foundation, Fort Collins, Colorado (États-Unis)

Plus en détail

Les techniques culturales sans labour (TCSL) en pomme de terre

Les techniques culturales sans labour (TCSL) en pomme de terre es techniques culturales sans labour () en pomme de terre De par son mode de culture en buttes, la culture de pomme de terre est particulièrement sensible aux problèmes de ruissellement et d érosion sur

Plus en détail

Remerciements 2 Introduction 3 Démarche utilisée 3

Remerciements 2 Introduction 3 Démarche utilisée 3 ANALYSE DES STRATEGIES DE LUTTE CONTRE L OÏDIUM DES VITICULTEURS BIOLOGIQUES EN LANGUEDOC-ROUSSILLON - SYNTHESE D ENQUETES NICOLAS CONSTANT DECEMBRE 2008 LA REDACTION DE CE DOCUMENT A BENEFICIE DU SOUTIEN

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

Solutions pour la protection des pommes de terre

Solutions pour la protection des pommes de terre POMMES DE TERRE MD Pommes de terre Solutions pour la protection des pommes de terre Semis Fendillement du sol Début de la tubérisation Fermeture des rangs Grossissement des tubercules Sénescence Produits

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

perspectives en économie de l agroenvironnement

perspectives en économie de l agroenvironnement perspectives en économie de l agroenvironnement un outil d aide à la décision auteur LUC BELZILE, agronome, économiste, M. Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement Volume 1, numéro 1, nov. 2014

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Maïs doux : bilan sanitaire 2010

Maïs doux : bilan sanitaire 2010 N février S O M M A I R E Maïs doux bilan sanitaire Les structures partenaires dans la réalisation des observations nécessaires à l'élaboration du Bulletin de santé du végétal d'aquitaine Légumes de plein

Plus en détail

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu Fiche technique 1.1 Étude de faisabilité page 1 Nous savons qu il y a une abondance de connaissances et de savoir-faire à la portée de chaque communauté agricole, agroalimentaire et rurale franco-ontarienne.

Plus en détail

Court Noué résumé d'intervention Sandrine Rousseaux AG du GEST 3/02/09

Court Noué résumé d'intervention Sandrine Rousseaux AG du GEST 3/02/09 Court Noué résumé d'intervention Sandrine Rousseaux AG du GEST 3/02/09 Les illustrations, tableaux et graphiques ont été repris de la présentation de Sandrine Rousseaux. A- Rappels sur la maladie du Court

Plus en détail

OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE

OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE Bernadette RUELLE Cemagref Montpellier/UMR ITAP Bernadette.ruelle@cemagref.fr 1 Je remercie le GORE, l INIA, le CG34 de m avoir

Plus en détail

Les produits de l érable aux États-Unis. Réalisé par : Daniel Richard, agroéconomiste

Les produits de l érable aux États-Unis. Réalisé par : Daniel Richard, agroéconomiste Les produits de l érable aux États-Unis Réalisé par : Daniel Richard, agroéconomiste Avril 2008 LES PRODUITS DE L ÉRABLE AUX ÉTATS-UNIS Réalisation Daniel Richard, agroéconomiste Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Le Class Tri : un outil d évaluation pertinent pour la compétition?

Le Class Tri : un outil d évaluation pertinent pour la compétition? Le Class Tri : un outil d évaluation pertinent pour la compétition? La présente analyse fait suite à celle réalisée l an passé par Mickaël AYASSAMI, alors CTL de la ligue Côte d Azur 1 et parue dans la

Plus en détail

RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008

RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008 RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008 Version non définitive um Etudiants Entreprises de l UTC 1 Sommaire Introduction... 4 1. Point de vue des étudiants... 4 1.1. Nombre d étudiants...

Plus en détail

LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES

LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES Fabienne Baillieul URCA-URVVC GÉNÉRALISATION EN VITICULTURE Nicolas Aveline IFV Colloque Elicitra Avignon 13 & 14 Juin 2013 Les

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

STADES PHÉNOLOGIQUES ET ÉTAT DES CULTURES

STADES PHÉNOLOGIQUES ET ÉTAT DES CULTURES Carotte, céleri, laitue, oignon, poireau, ail Avertissement No 03 23 mai 2014 Situation générale : vents forts causant quelques dommages dans les laitues. Stades phénologiques et état des cultures. Carotte

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EFFICACITÉ DES PNEUS D HIVER EN ÉTÉ RÉALISÉE PAR CAA-QUÉBEC

ÉTUDE SUR L EFFICACITÉ DES PNEUS D HIVER EN ÉTÉ RÉALISÉE PAR CAA-QUÉBEC ÉTUDE SUR L EFFICACITÉ DES PNEUS D HIVER EN ÉTÉ RÉALISÉE PAR CAA-QUÉBEC SEPTEMBRE 2008 1. Introduction L étude avait pour but de comparer avec le plus de précision possible l efficacité des pneus d hiver

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 ISSN 17128315 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personneressource : Ning Wang Gestionnaire de programme Laboratoire de

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins

Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins Q. LIMBOURG, V. CESAR, L. JAMAR Contexte Pomme de terre & cultures fruitières

Plus en détail

Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système

Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système Cette analyse porte sur une étude statistique permettant

Plus en détail

UNIVERSITE DU BURUNDI

UNIVERSITE DU BURUNDI UNIVERSITE DU BURUNDI EVALUATION DE L IMPACT DE L INNOVATION DES PETITES PARCELLES DANS LA MULTIPLICATION RAPIDE DES SEMENCES DE POMME DE TERRE : cas des communes Mugongo- Manga et Muruta. Par NIYOYANKUNZE

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Explications sur la nouvelle échelle d intensité des orages en usage au sein de KERAUNOS depuis janvier 2013

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 1. Introduction Sylvain Ouellet, Division des transports Statistique Canada,

Plus en détail