Le défi des investissements français en Chine. Livre Blanc

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le défi des investissements français en Chine. Livre Blanc"

Transcription

1 Le défi des investissements français en Chine Livre Blanc

2 Cet ouvrage a été réalisé en collaboration entre les Missions Economiques de Chine, les Conseillers du Commerce Extérieur et la Chambre de Commerce Française en Chine. L édition de l ouvrage a été financée par la section Chine des CCE et réalisée par la CCIFC. Il se fonde sur des entretiens individuels réalisés auprès de 88 entreprises françaises, dont la liste figure en annexe page 57 (à l exception de 3 entreprises qui n ont pas souhaité être citées). Ces entretiens ont été réalisés par Hubert Testard, Benjamin Dubertret, appuyés par Marie-Chantale Piques, Hélène Hovasse, Alain Berder, Thibaut Fabre, Stéphane Piskorz pour les Missions Economiques de Chine, ainsi que par Emmanuel Suquet, stagiaire ENA et Cécile Stos, directrice du développement de la CCIFC, en collaboration avec Bathilde Delafuys, Camille Giraudo et Melinda Sellin. Le document de synthèse a été rédigé par Benjamin Dubertret pour les trois premiers chapitres et Hubert Testard pour le dernier chapitre. Le China World Trade Center, le cœur du quartier d affaires, dans le district de Chaoyang. Imagine China

3 Préface Nos relations économiques avec la Chine, entend-on souvent dire, n ont pas la même intensité, la même qualité que notre relation politique, qui s est enracinée depuis dix ans dans un partenariat stratégique global ambitieux. Ce Livre Blanc, réalisé conjointement par les Conseillers du Commerce Extérieur, les Missions Economiques et la Chambre de Commerce Française en Chine, concernant l implantation de nos entreprises sur le continent chinois, permet d enrichir et d améliorer notre vision de cette relation économique. La présence de nos entreprises en Chine est certes récente, puisqu elle ne remonte guère en moyenne à plus de 10 à 15 ans, mais elle est déjà considérable, tant par les chiffres d affaires réalisés qui représentent deux fois et demie nos exportations directes, que par l emploi créé qui atteint salariés. Et les témoignages rapportés dans le Livre Blanc montrent que nous ne sommes qu au début de cette histoire. Les rythmes de progression de l activité sont rapides (+20 à 25% en moyenne), les prises de participations stratégiques se développent, de plus en plus de nos entreprises, grandes comme petites, nourrissent des perspectives très ambitieuses. La Chine n est pas seulement une opportunité de marché, elle est aussi une composante stratégique de la compétitivité de nos entreprises, qui doivent faire face à des exigences croissantes de globalisation des achats et des plates formes de production, et d innovation. Leurs activités sont dès lors multiformes, alliant achats de composants, production locale, importations d équipement clés à partir de France ou d Europe, création de centres de recherche-développement. Mais, contrairement aux idées reçues, seule une infime minorité d entreprises voit la Chine comme une terre de délocalisation. Les témoignages recueillis montrent également qu il n est pas facile de travailler en Chine. Les pièges sont nombreux, qu il s agisse des problèmes de partenariat, de concurrence déloyale, d obstacles non tarifaires, de contrefaçons, d incertitudes juridiques. Mais l un des messages principaux de ce Livre Blanc est que les difficultés d accès au marché chinois n empêchent pas nos entreprises de réussir et d avoir de vastes projets. Etre en Chine comporte des risques, mais pour la quasi-totalité de nos entreprises, ne pas y être se traduirait par une perte d opportunité, et dans de nombreux cas par un risque compétitif majeur. Je voudrais en conclusion remercier les Conseillers du Commerce Extérieur, la Chambre de Commerce et d Industrie Française en Chine et les Missions Economiques pour avoir réuni leurs forces dans cette œuvre collective. J espère que toutes celles de nos entreprises qui s interrogent actuellement sur l intérêt d une présence en Chine trouveront dans ce Livre Blanc matière à réflexion et inspiration. Elles trouveront toujours en «l équipe France» en Chine aide et conseil : plus que jamais, nous sommes à leurs côtés pour les aider à mener leurs projets à bien. Hervé Ladsous Ambassadeur de France en Chine

4 Avant propos Si, depuis le milieu des années 90, nombreux sont ceux qui débattent de l opportunité, des risques et des avantages d être présent en Chine, un millier d entreprises françaises - de la PME personnelle a la grande multinationale - ont déjà franchi le pas et participent directement sur place à l ouverture de ce grand pays. L objet de notre Livre Blanc est de faire un point d étape de cette grande aventure, car il faut bien appeler cela une aventure. Ses conclusions peuvent se résumer en deux points forts: la Chine est aujourd hui un pays incontournable, et s y développer nécessite pour les entreprises françaises de travailler en équipe soudée. Quelle que soit la nature de son activité, une PME ayant décidé de s implanter en Chine se trouve confrontée à un vrai parcours d obstacles auquel elle ne peut pas faire face par ses propres moyens. La nécessaire mutualisation de ces moyens est illustrée par le concept de chasse en meute développé par les Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCE). Impliqués dès l origine dans le développement des implantations françaises par le biais du conseil aux entreprises et au gouvernement français, les CCE ont aujourd hui une mission beaucoup plus ciblée d aide aux PME. Spécialistes de l international, les quelques 80 CCE de Chine sont prêts à apporter leur expérience et leurs réseaux, en essayant de rassembler les PME pour améliorer leur efficacité et diminuer leur vulnérabilité et, plus concrètement en parrainant certaines entreprises, en leur offrant un portage ou en hébergeant des VIE. Gérard Deleens Président de la section Chine des Conseillers du Commerce Extérieur

5 Avant propos Depuis sa création en 1992, la Chambre de Commerce et d Industrie Française en Chine (CCIFC) s est donné comme double objectif d accompagner le positionnement des entreprises françaises sur le marché chinois, et d appuyer celles qui ont fait le choix de s y implanter dans leur développement. On recense désormais plus de implantations françaises en Chine. Près de onze cents sont enregistrées à la Chambre de commerce, ce qui nous permet de vous présenter un «portrait robot» de l entreprise française implantée en Chine. En effet, 60% de nos membres sont installés depuis moins de 5 ans sur le territoire chinois. Majoritairement contrôlés à 100% par des capitaux français, ils sont également massivement installés à Shanghai ou dans les régions avoisinantes. 65% de ces entreprises emploient moins de 100 salariés en Chine, et 40% d entre elles moins de 250 personnes dans le monde. Enfin, plus de deux tiers des maisonsmères de sociétés implantées localement sont originaires de la région parisienne. Le marché chinois reste très attractif pour les PME françaises, qui sont toujours plus nombreuses à nous rejoindre. La CCIFC a enregistré cette année plus de 130 membres supplémentaires, et aura accompagné, à la fin de l année, environ 200 nouvelles entreprises sur le marché chinois. Plus de 50% d entre elles mènent des projets d export. La valorisation de l investissement français en Chine passe désormais par la remise en cause de certaines idées reçues. C est donc avec enthousiasme que nous nous sommes associés à la démarche initiée par les Missions Economiques de Chine et les Conseillers du commerce extérieur, visant à mettre en valeur les retombées positives pour la France de l investissement de ses entreprises en Chine. Annick de Kermadec-Bentzmann Présidente de la Chambre de Commerce et d Industrie Française en Chine

6 Sommaire INTRODUCTION 6 LE DEVELOPPEMENT DES IMPLANTATIONS FRANÇAISES EN CHINE EST UN PHENOMENE ENCORE RECENT Les trois vagues successives d implantation ü Les précurseurs des années 1980 ü La grande vague des années 1990 ü L approfondissement des années 2000 La présence géographique de nos entreprises se diversifie progressivement ü La Chine de l Est consolide son rang de première destination des implantations françaises ü Pékin intéresse toujours nos entreprises pour sa proximite du pouvoir central et son accès à la Chine du Nord-Est ü La province du Guangdong est la 3 eme province d accueil de nos investissements ü La diversification vers le Centre et l Ouest est encore timide, sauf sur les pôles de croissance de Chongqing, Chengdu, Wuhan et Xian ü Historiquement, Hong Kong est souvent utilisée comme base d approche du marché chinois Le poids de la Chine pour nos sociétés est encore modeste, mais son importance est stratégique ü A quelques exceptions près, la Chine ne contribue encore que faiblement à l activité globale de nos sociétés ü La Chine représente néanmoins déjà un enjeu jugé stratégique L ACCES AU MARCHE CHINOIS DEMEURE LA MOTIVATION PRINCIPALE DE L IMPLANTATION, MAIS LES AUTRES FACTEURS JOUENT UN ROLE CROISSANT 24 Les implantations répondent principalement à une ambition commerciale en Chine ü La production locale n est en moyenne que très faiblement exportée ü Quel marché? Dans une moindre mesure, la Chine est aussi pour nos entreprises une base d exportation, essentiellement régionale ü Pour une minorité d entreprises, la Chine est principalement une base d exportation à bas coût d investissement et de production ü Les exportations de nos entreprises depuis la Chine pourraient se développer, malgré la croissance du marché chinois

7 La Chine est d ores et déjà pour nos entreprises une plate-forme mondiale d achats qui leur permet d améliorer leur compétitivité globale ü La Chine est devenue le pivot des politiques d achat de nombreuses sociétés ü Cette tendance devrait s accélerer au cours de prochaines années La Chine commence à accueillir quelques centres d innovation d entreprises françaises ü Certaines sociétés ont mis en place de véritables moyens de recherche en Chine ü Les motifs et les limites de cette évolution L IMPLANTATION : DIFFICULTES RENCONTREES ET SOLUTIONS TROUVEES 36 Les freins à l implantation se sont récemment plutôt renforcés ü L investissement reste contraint dans certains secteurs sensibles, qui sont autant de points forts de nos entreprises ü Le cadre général des investissements étrangers s est resserré depuis 2006 Les principaux risques d une implantation en Chine ü La question centrale du partenariat capitalistique ü Les atteintes à la propriété intellectuelle ü Le défi des ressources humaines L IMPACT DES IMPLANTATIONS EN CHINE EST GLOBALE- MENT FAVORABLE POUR LES ENTREPRISES COMME POUR L ECONOMIE FRANÇAISE 59 Contrairement à une idée reçue, de nombreuses entreprises françaises sont profitables en Chine Du point de vue de l économie française ü Les effets sur l emploi ü L effet d entrainement des PME ü Les flux financiers rapatriés ü Les effets induits CONCLUSION: DEMAIN, QUELS ENJEUX? 65 5

8 Introduction L importance des investissements français en Chine est largement méconnue. Les statistiques n en rendent que très imparfaitement compte : selon les chiffres publiés par la Banque de France, le stock d investissements directs français en Chine atteignait 1 2,7 Mds d euros fin 2005, avec des flux en nette augmentation ces dernières années par rapport à la moyenne des années Les statistiques chinoises dressent pour leur part un tableau assez différent de la situation, avec un stock d investissement français estimé à 6,8 Mds de dollars US en 2005 et un flux 2005 de 600 M de dollars US, en stagnation. Que retenir de ces chiffres qui ne convergent pas? Rapportés à des données comparables, ils tendent à montrer que l investissement français en Chine est encore relativement marginal, d un point de vue français comme d un point de vue chinois : la Chine ne représenterait que 0,3 % du stock total de nos investissements à l étranger, nos investissements ne s y élèveraient qu à 1,2% du total accueilli par la Chine ; la France ne serait ainsi que le 10ème investisseur mondial en Chine et le 3 ème européen. Est-ce à dire que nos investissements en Chine sont encore insuffisants, au moins en termes comparatifs? Certainement. Mais à l inverse, ces chiffres minorent considérablement le poids réel de nos investissements, qui transitent en grande partie par des pays tiers (Pays-Bas ou parfois paradis fiscaux) et ne sont donc plus comptabilisés comme français. Surtout, l investissement tel qu il est mesuré ne donne pas une image fidèle de la présence et de l activité de nos entreprises, dont l intensité capitalistique est extrêmement variable selon les secteurs. La présence française en Chine peut être estimée, selon les dernières données recueillies par les Missions économiques de Chine à la mi-2007 à près de implantations réalisées par 850 entreprises. Ces sociétés appartiennent pour moitié à l industrie, à 40% au secteur des services et à 10% à l agro-alimentaire et aux biens de consommation. Elles emploient près de personnes. Mais pour mieux saisir l importance relative de la présence économique française en Chine, il faut rapporter le chiffre d affaires des filiales chinoises d entreprises françaises au montant des exportations depuis la France. Ce chiffre d affaires cumulé a été évalué par la Mission économique de Pékin à plus de 20 Mds d euros en 2006, sur la base d une enquête spécifique auprès de 109 groupes français, à comparer à près de 8 Mds d Euros d export la même année. Autrement dit, le chiffre d affaires de nos entreprises en Chine représente au moins deux fois et demie celui qu elles réalisent sur ce pays à partir de la France. Alors que l attention se focalise souvent sur notre seul commerce extérieur et sur le creusement de notre déficit avec la Chine le véritable enjeu économique paraît plutôt aujourd hui tenir à la capacité de nos entreprises à développer leur activité sur le territoire chinois. La véritable nature des investissements français en Chine est également trop souvent mal comprise. Alors que l émergence économique et commerciale de la Chine inquiète et que les 1 Données les plus récentes disponibles à la date d édition de ce document. 6

9 délocalisations industrielles hors de France sont une réalité dans plusieurs secteurs, certains assimilent hâtivement les investissements en Chine à des délocalisations. Or la réalité est tout autre : la Chine n est pas une destination privilégiée pour les délocalisations. Celles-ci sont plus fréquentes vers les pays de l Est ou le Maghreb, pour des raisons de proximité et de facilité de réalisation de l investissement et l on peut affirmer que les cas de délocalisations vers la Chine sont extrêmement rares. Quant à l idée que l implantation se substituerait à l exportation depuis la France, et que l investissement en Chine serait donc nuisible à notre commerce extérieur et à l emploi en France, si elle peut être exacte dans quelques rares cas, elle ne résiste pas globalement à l épreuve des faits, comme le savent de nombreuses entreprises qui continuent à exporter depuis la France, voire ont accru leurs exportations depuis leur implantation. Investissement et commerce extérieur apparaissent bien plus complémentaires que substituables. Pour donner une image plus fidèle du développement de la présence des entreprises françaises en Chine, dans toutes ses dimensions, les Missions économiques de Chine, les Conseillers du commerce extérieur de Chine et la Chambre de Commerce et d Industrie française en Chine ont conjointement décidé de la rédaction d un livre blanc. Ce document, public, a été établi principalement sur la base d entretiens en face-à-face avec les responsables de 88 sociétés françaises implantées en Chine. Ces sociétés ont été sélectionnées pour obtenir un échantillon représentatif de notre présence même s il est nécessairement imparfait en termes de secteur d activité, de taille et de localisation géographique. On y retrouve aussi bien Carrefour, premier employeur français du pays, avec salariés, que des entreprises qui y comptent moins de 10 salariés. Même si aucune entreprise ayant échoué dans son implantation en Chine n a été interviewée l intégralité du travail de recherche pour ce rapport ayant été réalisé sur place il a été pris soin de ne pas écarter les témoignages d entreprises qui ont connu ou connaissent encore des difficultés, parfois importantes, du fait de leur implantation en Chine. La liste des entreprises interviewées figure en annexe à ce rapport ; s y ajoutent quelques autres qui ont souhaité témoigner de manière anonyme. Le rapport s articule autour de quatre grandes questions, auxquelles il s efforce de répondre objectivement, à la lumière des expériences vécues par les entreprises rencontrées : ß Depuis quand et où les entreprises françaises s implantent-elles en Chine? ß Pourquoi ces entreprises viennent-elles en Chine? ß Quelles sont les difficultés rencontrées et quelles solutions ont pu être trouvées? ß Quel est l impact de ces implantations, pour les entreprises comme pour l économie française?

10 Le développement des implantations françaises en Chine est un phénomène encore récent Les trois vagues successives d implantation Les précurseurs des années 1980 Il n existe quasiment pas d entreprises dont la présence en Chine continentale puisse être retracée, de manière continue, antérieurement à l ouverture économique du pays, amorcée en 1979 par Deng Xiaoping. Si des entreprises françaises avaient bien sûr abordé le marché chinois auparavant, le cas échéant en s y implantant physiquement, les bouleversements du XXème siècle en ont effacé les signes. Ó Dans la chronologie des implantations françaises, deux entreprises font figure de pionniers, avec une implantation antérieure à 1979 Air France, après avoir ouvert une ligne sur Hong Kong en 1938, a ouvert une ligne sur Shanghai dès 1966 ; celle-ci a été fermée en 1973 au profit de Pékin, la Chine n autorisant à l époque qu une seule ligne par compagnie étrangère. Il faudra attendre 1998 pour que la liaison sur Shanghai soit réouverte, puis 2004 et 2006 pour relier respectivement Canton et Chengdu à Paris (via Amsterdam par un vol KLM). Technip est la seconde exception notable. A la suite de la reconnaissance de la République populaire de Chine par le Général de Gaulle en janvier 1964, un accord a été trouvé pour faire réaliser par la France un complexe pétrochimique à Liaoyang, dans le Liaoning. Technip qui, allié à Speichim, emmène un consortium d entreprises françaises, ouvre un bureau de représentation en 1975 après avoir signé un premier contrat au début de la décennie et fait venir sur site un grand nombre d expatriés avec leurs familles ; une école est ouverte. Le complexe, construit par l armée, sera achevé en Jusqu à la fin des années 1980, le bureau de représentation s avèrera adapté pour soutenir le flux d exportations d études et d équipements depuis la France. Ce n est qu au milieu des années 1990 que le tarissement de ce flux impose de créer une véritable filiale pour relancer l activité. C est donc seulement à la toute fin des années 1970 que remonte le premier véritable mouvement d implantation de nos entreprises en Chine. Encore ne s agit-il que de cas isolés, qui concernent quasi-exclusivement des grands groupes, essentiellement dans le secteur industriel. Les premiers résultats ont d ailleurs été parfois modestes, marquant une forme de faux départ. Ó Les grands groupes industriels ouvrent la voie Dès 1979, Alstom ouvre son bureau de représentation à Pékin. La même année, Elf et Total font leurs premiers pas en Chine dans l exploration offshore, en partenariat avec une société chinoise qui est devenue par la suite la China National Offshore Oil Company (CNOOC). Les recherches d Elf sont restées sans résultat ; Total a exploité pendant 4-5 ans un petit champ pétrolier jusqu à sa restitution à CNOOC. Le véritable retour du groupe Total dans l exploration en Chine ne s effectuera que plus de 20 ans après avec le contrat 8

11 signé en 2006 avec Petrochina pour l évaluation d un gisement de gaz piégé dans des réservoirs très compacts à Sulige, dans le bassin de l Ordos, qui pose des problèmes techniques délicats de forage et d extraction des gaz, pour lesquels une expertise étrangère est jugée nécessaire. En 1980, Rhône Poulenc installe un bureau de représentation à Shanghai. Le groupe chimique français, devenu aujourd hui Rhodia, fut le pionnier de la chimie de spécialités en Chine. En 1983, Alcatel crée à Shanghai une joint-venture majoritaire avec Shanghai Bell, entreprise d Etat. Alcatel Shanghai Bell, qui a connu depuis une réussite remarquable, reste à ce jour la seule société à majorité étrangère sous la supervision de la State-owned Assets Supervision and Administration Commission (SASAC), autorité de tutelle des entreprises publiques. La même année, Sanofi s implante en Chine. En 1985, Peugeot s implante à Canton avec la création de la co-entreprise Guangzhou Peugeot Automobile Company. Mais cette première expérience n est pas un succès : la joint-venture produit voitures (des 505 familiales et des pick-up 504) au cours des 12 années de son existence avant de fermer en 1997, l outil industriel étant cédé à Honda. L inexpérience des autorités locales, les interférences politiques, mais aussi le faible degré de priorité du côté du groupe français, qui est alors en pleine période de redressement en Europe et n est pas en mesure de se concentrer sur cette aventure lointaine, expliquent cet échec. Le groupe PSA reviendra en Chine les années suivantes par le biais de la marque Citroën. DR Un complexe de polyéthylène construit en Chine par Technip. 9

12 Schneider Electric réalise en 1987 son premier investissement à Tianjin, en joint-venture, pour la fabrication et la vente sur le marché chinois de l un de ses produits-phares, le minidisjoncteur. Ce «ballon d essai» s avère une réussite commerciale, sinon économique. Thomson a débuté en Chine dès les années 70 via son unité «Thomson-CSF» qui correspond aujourd hui à la division «Thales Traffic Management» par la vente d un radar à Pékin. Le premier bureau de représentation s est ouvert ensuite, dès Mais l aventure la plus emblématique de ces années reste celle vécue par Framatome 2, EDF, Alstom et Vinci pour la construction de la centrale nucléaire de Daya Bay, dans la région de Canton (cf. encadré). L importance du projet conduira à y installer la principale communauté d expatriés français de l époque. Cette réalisation aura été la première pierre dans l édification du partenariat stratégique qui lie aujourd hui encore la France et la Chine dans l industrie nucléaire civile. Ó Dans les services, la présence française se développe encore peu Les banques suivent naturellement leurs clients industriels, notamment à travers l accompagnement des grands projets et le financement du commerce extérieur. En 1980, BNP a ouvert son bureau de représentation à Pékin, suivi d autres bureaux dans le courant de la décennie à Shanghai, Canton et Shenzhen. La banque participe ainsi notamment au financement sur crédits export de la centrale nucléaire de Daya Bay. Pour sa part, la Société Générale, après avoir mis un pied à Hong Kong en 1979 avec un bureau de représentation qui dispose déjà d une antenne à Canton, ouvre en 1981 un bureau de représentation à Pékin, puis en 1983 à Shanghai et Shenzhen. Elle finance en 1986 le premier achat d un appareil Airbus par l aviation civile chinoise. Les cabinets d avocats français s implantent également, dans la même logique d accompagnement de leurs clients, mais sont contraints par le cadre juridique, qui les empêche à l époque d ouvrir des bureaux de représentation. Des solutions sont trouvées pour s implanter néanmoins, à petite échelle : en 1986, DS Avocats ouvre un bureau de consultant à travers une association créée en France, tandis que Gide Loyrette Nouel s implante un an plus tard sous la forme d une société de moyens. Dans les services au consommateur, peu d entreprises tentent encore l aventure de la Chine et elles se heurtent alors au manque de maturité du marché. Ainsi, après avoir ouvert son premier hôtel en 1985 en joint-venture, Accor a connu une série de déconvenues, les joint-ventures mises en place dans les années suivantes n ayant pas produit de résultats. Si le groupe développe progressivement sa présence dans le pays, le tournant n interviendra qu au début des années 2000, avec la suppression de l obligation de s implanter sous la forme de joint-ventures dans ce secteur. France Telecom ouvre fin 1986 son bureau de représentation à Pékin, dans une optique de veille et de contacts. Ce n est que dix ans plus tard que la société sera autorisée malheureusement momentanément, cf. infra à créer deux co-entreprises avec China Unicom. Snecma (intégré aujourd hui dans le groupe Safran) ouvre un bureau de représentation à Pékin dès 1989, cinq ans avant Airbus. 2 Intégré par la suite dans le groupe AREVA NP 10

13 L aventure de Daya Bay Le principe d une coopération franco-chinoise pour la production d énergie d origine nucléaire fut acquis dès 1980 par un accord entre Valéry Giscard d Estaing et Deng Xiaoping. En octobre 1986, le contrat pour les deux centrales de mégawatts de Daya Bay est signé. EDF supervise, pour le compte de la China Guangdong Nuclear Power Company (CGNPC), la construction et la mise en service de ces deux réacteurs, tandis que Framatome fournit l îlot nucléaire, GEC-Alsthom 3 l îlot conventionnel et Campenon Bernard 4 réalise le génie civil. Une base vie est créée, avec une école et des logements pour 500 familles françaises (envoyées par les différentes entreprises en charge du projet) : c est à l époque la principale implantation d expatriés français en Chine, loin devant Pékin et Shanghai. Les Français, persuadés d être dans un pays d un faible niveau technique et connaissant mal le pays (aucun ne parlait chinois), voulaient faire par eux-mêmes et réagissaient avec méfiance aux initiatives de leurs partenaires. Les Chinois voulaient déjà acquérir leur autonomie, envoyant en masse leurs cadres techniques en formation en France, et posant de multiples questions. L accoutumance mutuelle passa par une série de crises. Toute la documentation technique était rédigée en français (contraignant les ingénieurs à formaliser de nombreuses procédures) et traduite à grand peine par une armée d assistantes sur des machines à écrire, avec de multiples allers-retours pour corriger des milliers d erreurs, jusqu à ce que la partie chinoise fournisse une installation entièrement neuve dotée d ordinateurs dernier cri. Un conflit interne entre deux entreprises chinoises conduisit à la paralysie des travaux d installation des digues du port pendant un an, jusqu à une intervention de Li Peng (à l époque vice-premier ministre) qui permit de réaliser la totalité des travaux en un temps record (5 mois) pour, en définitive, respecter le calendrier initial. Une crise similaire se produisit pour les travaux de montage, montrant à la fois les difficultés du consensus interne en Chine et l extraordinaire rapidité d action une fois qu une instruction claire venue d en haut mettait un terme aux débats. Les ingénieurs français traitaient distraitement les nombreuses questions techniques posées par leurs interlocuteurs, jusqu au moment où ils ont réalisé qu elles étaient souvent pertinentes et qu elles mettaient le doigt sur des améliorations possibles. C est en définitive grâce à certaines personnalités fortes, comme par exemple Gao Shenyan, responsable du personnel chinois et représentant du parti, que la coopération entre responsables français et chinois devint efficace après une phase initiale d incompréhension. La centrale de Daya Bay est entrée en opération en Devenu Alstom 4 Intégré par la suite dans le groupe Vinci 11

14 La grande vague des années 1990 Le premier afflux significatif d implantations françaises en Chine intervient dans le courant des années 1990, dans tous les secteurs, mais avec une intensité qui dépend de la maturité des marchés et des conditions d accueil des investissements étrangers. La première implantation en Chine continentale a souvent été précédée d une implantation à Hong Kong, qui a servi de base de découverte du monde chinois. Ó La présence française se diversifie sectoriellement, mais les grands groupes prédominent encore Dans l automobile, Citroën signe en 1990 avec Dongfeng Motors un contrat de jointventure qui débouche en 1992 sur la création de la société Dongfeng Citroën Automobile Company (DCAC). Cette société produit la ZX, premier modèle commercialisé à la fois en France et en Chine. Deux unités de production sont créées à Wuhan (assemblage) et à Xiang Fan (moteurs et boites de vitesse), avec une capacité de production de véhicules/an à partir de C est précisément sous l impulsion du groupe PSA que Valeo, qui disposait de quelques licenciés en Chine au début des années 1990, s implante à partir de 1994, sous la forme d une demi-douzaine d usines, installées principalement à Wuhan et dans le Zhejiang, avec comme clients la joint-venture de Citroën ou encore Volkswagen. Faurecia, filiale du groupe PSA, s est également implantée en 1998, créant depuis lors une à deux usines par an. Hutchinson, filiale de Total, s est d abord implantée en 1995, sur le segment automobile, à Wuhan. Dans différents secteurs industriels, les premières implantations remontent souvent à cette époque : Airbus crée un bureau de représentation à Pékin en 1994, avant de mettre en place un centre de formation et un centre de services clients en Dès 1994 également, Delachaux s implante à Wuhan, en créant une joint-venture majoritaire dans le domaine de la conductique. En 1996, Bacou-Dalloz, leader mondial des protections individuelles en milieu industriel s implante, tout comme Lafarge Gypsum, filiale plâtre de Lafarge (qui constituera dès 1999 une joint-venture avec l australien Boral) et Moret Pompes 5. En 1997, Aldes, société familiale lyonnaise aujourd hui leader européen du confort de l habitat installe en Chine un bureau de représentation, puis une filiale l année suivante. La même année, Somfy, leader mondial des systèmes d automatisation et de motorisation pour la maison et les bâtiments ouvre en 1997 un bureau de représentation à Shanghai pour distribuer ses produits en Chine. Dans les biens de consommation, Seb ouvre sa première usine en Chine en Deux ans auparavant, Sitram, fabricant d articles et ustensiles de cuisine en inox, a créé une usine avec un fabricant de casseroles, également en joint-venture. Dans les nouvelles technologies, Ubisoft installe en 1996 une filiale de vente et de production de jeux vidéo. Dans le domaine de la santé, Ipsen crée un bureau de représentation en 1992, avant d installer une usine à Tianjin en Essilor s implante en 1995, avec un démarrage effectif de son usine en C est aussi la décennie où les grands acteurs du secteur des services s implantent. Carrefour crée sa première implantation en 1995 et Auchan en La compagnie 5 Devenu à partir de l an 2000 la société Ensival-Moret comme nous l indiquons dans la suite du texte. 12

15 maritime CMA CGM s implante dès 1992 pour profiter de l essor du commerce extérieur chinois, tandis que Sodexho crée sa première structure en Chine au milieu des années Dans le domaine des services à l environnement, le groupe indépendant d ingénierie et de conseils Sogreah, après deux premiers projets financés par l Union européenne puis la France en 1990 et 1994, ouvre son premier bureau de représentation à Pékin en Dès 1995, Veolia a créé une présence en Chine sur trois de ses métiers : l eau, l énergie et le traitement des déchets. La présence de l assureur Groupama remonte à 1994, à travers le bureau de représentation du GAN, racheté en 1998, tandis qu AXA ouvre en 1999 sa première joint-venture d assurance-vie à Shanghai, avec le chinois Minmetals. Le cabinet d audit Mazars s implante en Chine continentale en 1997, tandis que les cabinets d avocats officialisent leur présence, à la suite d une évolution de la réglementation en 1992, autorisant les avocats étrangers à ouvrir des bureaux de représentation. Adamas est ainsi le premier cabinet français à obtenir une licence, dès 1992 ; Gide Loyrette Nouel fait de même en Dans l agro-alimentaire, la PME Grimaud Frères, leader mondial de la sélection génétique des palmipèdes, s est installée en 1996 à Chengdu, dans le Sichuan, après avoir établi au cours des années précédentes un courant de ventes régulier avec la Chine. Carrefour a créé sa première implantation en Joris ZYLBERMAN 13

16 Ó Les sociétés qui avaient déjà investi développent leur présence Technip parvient, en s appuyant notamment sur ses effectifs de Malais d origine chinoise, à surmonter les barrières à l implantation dans le domaine de l ingénierie pétrolière et crée une filiale en 1996 ; elle reste à ce jour l une des trois seules sociétés étrangères autorisées dans sa spécialité. Elf et Total se lancent en Chine sur leurs métiers autres que l exploration-production au cours de cette période, avec le raffinage en 1992 (prise de participation de 22% dans la raffinerie de Wepec), la pétrochimie au milieu des années 1990, et la distribution, dans la région de Wuhan, en Elf Atochem (devenue par la suite Arkema) s installe en Chine en 1995 et développe en quelques années une présence importante dans la chimie fine, avec une quinzaine d unités industrielles et une société holding en Elf Atochem employait près de 2000 salariés dès la fin de la décennie Schneider Electric, fort de la réussite de sa première joint-venture, décide en 1991 de se développer en Chine sur toute la gamme de ses produits. Après avoir mis en place des bureaux conséquents à Hong Kong puis Pékin, elle connaît une croissance externe rapide en multipliant les joint-ventures industrielles de 1994 à Les années 1990 marquent aussi pour Thomson un virage stratégique et surtout un changement d échelle, avec la délocalisation vers la Chine des usines précédemment situées en Asie du Sud-Est (Singapour et Malaisie notamment), pour servir les grands marchés d exportation dans les domaines des radios réveil, de la hi-fi, puis des téléviseurs et de tubes, avec un effectif qui atteindra un pic de salariés en 2002 et un CA export de plus de 2 Mds. Dans le secteur bancaire, les années 1990 voient s étoffer la présence de la Société Générale, toujours autour de grands projets comme la participation à la constitution de la joint-venture de Citroën à Wuhan, puis le financement de l extension de l usine. BNP pour sa part (et Paribas parallèlement) développe des succursales sur des activités de banque commerciale, à Shanghai en 1992, Tianjin (1994), puis Pékin (1997). Dans l aéronautique, Snecma ouvre un centre de formation et de maintenance aéronautique dans le Sichuan en 1996 et crée une joint venture avec Air China en Le groupe PSA est implanté en Chine depuis les années DR 14

17 L approfondissement des années 2000 Les années 2000 sont marquées par l adhésion de la Chine à l OMC en décembre Au-delà des baisses tarifaires, celle-ci améliore le cadre des investissements et permet l accélération du mouvement d implantations françaises. La croissance de l activité locale des cabinets d avocats, fortement corrélée aux projets d investissements français, en témoigne : depuis 2000, ceux-ci connaissent une nette accélération de la croissance de leur chiffre d affaires, qui s établit à +30/+40% par an. Ó Des entreprises de taille plus modeste s implantent Certains groupes de taille intermédiaire, présents depuis longtemps à Hong Kong, comme la Cnim (spécialisée dans les industries mécaniques de haute précision pour les transports, l énergie, l environnement et la Défense), Saft (fabrication de batteries de haute technologie) ou encore Biomérieux (fabrication de tests réactifs et de machines de diagnostic pour le médical et l agroalimentaire), s implantent en Chine continentale. D autres, comme Oberthur Card Systems (fournisseur de solutions à base de cartes à puce) ou encore Roquette (producteur de dérivés de l amidon et de co-produits à base de blé, maïs, pomme de terre et fécule de manioc), qui exportaient déjà de manière significative vers la Chine, y créent un site industriel. Sur cette période s implantent aussi : AFE Technologies (fonderie pour l aéronautique et l automobile ; 2007), Avantec (formulation de spécialités chimiques ; 2005), Axon Cable (production de cables plats flexibles et de cordons électroniques ; 2000), Business Interactif (marketing en ligne ; 2005), Chapellet (distribution de fixations, visserie, boulonnerie, etc. ; 2005), DMC (fabrication de fils de broderie ; 2005), Easybox (packaging pour le luxe ; 2005), G2J.com (services de conférence à distance ; 2005), La boîte à Pizza (restauration ; 2006), Masaï (sourcing ; 2005), Manitou (chariots élévateurs tout terrain ; 2006), Onduline (matériaux de toiture légers ; 2001), Sogal (façades coulissantes et rangements sur mesure ; 2004) et Uniross (batteries rechargeables et chargeurs ; 2003). Le cabinet d avocats Bignon Lebray et Associés obtient sa licence d exercice et ouvre un bureau à Shanghai en février Ó Les investissements changent d échelle et les structures se rationalisent Pour beaucoup de sociétés déjà présentes, les années 2000 marquent le changement d échelle de leur investissement. La conjugaison de la levée d obstacles réglementaires et de la maturation du marché conduit en effet à y intensifier le rythme d investissement. De nombreuses PME et groupes intermédiaires déjà implantés font la transition du bureau de représentation à une filiale commerciale ou industrielle. A titre d exemple, Somfy transforme en 2002 son bureau en WFOE 6, avant de prendre une participation majoritaire dans une usine chinoise en De même, Pillard implante une filiale en 2004, dix ans après la création de son bureau de représentation. Pour une bonne partie des grands groupes, le rythme de croissance en Chine s est accéléré depuis une demi-douzaine d années. Alcatel crée son siège Asie Pacifique à Shanghai dès l an 2000 et prend en 2002 la majorité 6 Wholly Foreign Owned Entreprise 15

18 du capital de sa filiale Shanghai Bell. Le développement de Carrefour l illustre : après une période de stagnation de sa croissance due à des restructurations internes, Carrefour Chine se développe depuis 2005 au rythme extrêmement rapide de 20 nouveaux hypermarchés par an, passant de 45 à 100 sites en 4 ans seulement. C est aujourd hui, avec près de employés en Chine, le premier employeur français du pays. C est aussi, depuis la levée de l obligation d avoir un partenaire dans le secteur hôtelier au début des années 2000, le cas d Accor : selon ses responsables en Chine, la société ne s est jamais développée aussi vite que dans ce pays. L entreprise prévoit à partir de 2007 d ouvrir 20 à 25 hôtels filiales et 10 à 15 hôtels en gestion simple par an. Accor a commencé à ouvrir des hôtels Ibis en WFOE en 2004 et estime le potentiel du marché chinois sur ce segment à 500 hôtels. L ouverture, encore limitée, du secteur financier a permis aux banques françaises d amorcer leur véritable développement en Chine à partir de 2002/2003, tout en restant très en-deçà de leur potentiel. Dans le domaine du luxe, une société comme LVMH a constaté le décollage du marché à partir de 2000, alors même que le secteur de la distribution avait entamé son évolution dès De même, dans l environnement, le développement de Veolia s est nettement accéléré à partir de 2000/2001. Face à l explosion du marché automobile chinois, PSA définit au cours de cette période une nouvelle stratégie d expansion : en 2001 le capital de sa joint-venture qui devient Dongfeng Peugeot Citroën Motor Company est porté à 700 M ; en 2004 est décidé le doublement de la capacité de l usine d assemblage, puis en 2006 la création d une nouvelle ligne d assemblage à Wuhan, qui portera en 2009 la capacité de production annuelle totale à véhicules. Quant à Airbus, l année 2007 marque une étape décisive avec la signature du contrat portant création à Tianjin d une joint-venture pour la chaîne d assemblage final de l Airbus A 320. Troisième ligne de production du consortium après Toulouse et Hambourg, cette chaîne permettra de faire face à la demande chinoise d appareils mono-couloirs. Ó Plusieurs groupes sont actuellement dans une phase de restructuration de leurs sociétés chinoises, pour leur donner plus de cohérence. Le renforcement et la diversification des investissements ont souvent conduit à la multiplication des entités juridiques, aux statuts parfois hétérogènes. Deux axes sont privilégiés : ü la mise en place d une véritable structure de pilotage et de moyens partagés pour l ensemble du pays. Ainsi plusieurs groupes transforment ou remplacent leurs bureaux de représentation par une «société de conseil en management» pour mutualiser les ressources fonctionnelles : entre autres, Thales a ouvert une nouvelle société, Thales Beijing Services, qui regroupe progressivement les fonctions ressources humaines, finances, informatique, sécurité, marketing, ainsi que le lobbying. Carrefour appuie et pilote ses différentes joint-ventures grâce à une telle société, basée à Shanghai, tandis qu Areva, après en avoir créé une première à Pékin, en met une autre en place à Shanghai. LVMH est également en cours de transformation de son bureau de représentation, tandis 16

19 qu EADS commence à mutualiser certaines fonctions jusqu à récemment déconcentrées dans les entités du groupe. ü de manière plus ambitieuse, la constitution d une holding locale. Elle permet de consolider les comptes des entités chinoises et donc de compenser les pertes des entités récentes par les profits générés par les sociétés plus anciennes et, le cas échéant, d autofinancer les investissements au lieu de faire appel à la maison mère : depuis la fin 2005, Auchan a créé une société holding qui rachète progressivement toutes les entités du groupe en Chine ; ce processus s accompagne également de la création de fonctions support communes. EADS ou LVMH envisagent également la création d une holding. Les exigences de capitalisation d une holding en Chine - 30 millions de dollars sur les 3 premières années - sont cependant jugées excessivement lourdes par certains groupes, qui privilégient Hong Kong comme siège de leur holding ou continuent à gérer leurs participations depuis la France. Une boutique Hermès à Pékin Anne-Severine DOUARD 17

20 La présence géographique de nos entreprises se diversifie progressivement La présence française en Chine peut être estimée, selon les dernières données recueillies par les Missions économiques de Chine à la mi-2007 à près de implantations pour 850 entreprises. Si la majorité des bureaux de représentation reste localisée à Pékin (39%) et Shanghai (31%), les implantations industrielles sont plus concentrées dans les régions de Shanghai (31%) et Canton (16%). Les entreprises françaises ont donc largement choisi les trois principales portes d entrée du marché chinois pour conquérir une clientèle encore essentiellement concentrée sur la façade Est du pays. En quatrième position, le Jiangsu totalise une centaine d implantations françaises devant le Hubei (une cinquantaine d entreprises), le Sichuan, la Municipalité de Tianjin, le Shandong et le Liaoning. A noter également que de nombreux investisseurs continuent d utiliser Hong Kong pour approcher le marché chinois. La Chine de l Est consolide son rang de première destination des implantations françaises La Chine de l Est (Shanghai, Jiangsu, Zhejiang, Anhui) concentre à ce jour pas moins de 43% des implantations françaises sur le territoire chinois ; à Shanghai, la présence française a été multipliée par 2 depuis Ce développement a bien entendu profité de la politique d accueil des IDE depuis l ouverture de la Chine dans les années 80, avec la création de zones spéciales de développement offrant un environnement économique et juridique privilégié aux investissements étrangers. Ces zones ont drainé la grande majorité des capitaux étrangers en Chine, mais aussi la technologie et le capital humain occidentaux. L entrée de la Chine à l OMC en 2001 et la perspective d harmonisation des taxes sur l ensemble du territoire chinois en 2008 ne devraient pas atténuer les multiples avantages qu offrent ces zones. La logique fiscale entrera moins en compte dans la décision des opérateurs de choisir telle ou telle implantation, ce sont des considérations plus stratégiques qui guideront ces options. Le choix de Shanghai pour accueillir l exposition universelle 2010 devrait par ailleurs offrir d intéressantes opportunités d affaires pour les entreprises françaises. Pékin intéresse toujours nos entreprises pour sa proximité du pouvoir central et son accès à la Chine du Nord-Est Avec une augmentation de la présence française de 70% depuis 2002, Pékin est toujours en 2007 la seconde destination de nos entreprises. Les quelque 330 implantations françaises recensées à Pékin en juin 2007 sont essentiellement des sièges d entreprises ou des bureaux de représentation et dans une très faible mesure des installations industrielles. Siège du gouvernement et des principales institutions chinoises, la capitale reste le choix naturel de la plupart des grands groupes qui disposent de plusieurs unités de production sur le territoire pour la base de leurs opérations en Chine. 18

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 0 1 SOMMAIRE Les opportunités du 12 ème plan quinquennal pour les entreprises françaises La situation des PME françaises en

Plus en détail

J aimerais donc rappeler pour commencer comment les Français prennent toute leur part à cette belle performance.

J aimerais donc rappeler pour commencer comment les Français prennent toute leur part à cette belle performance. 1 Eléments d intervention de l Ambassadeur de France au Luxembourg Paris, le 25 septembre 2015 [Formule d appel / Remerciements à l Ambassadeur du Luxembourg Paul Dühr ainsi qu à Laurence Sdika] La France

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING Consulting DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING Un véritable expert pour réussir votre développement international Développement International Consulting / SAS / Siège :70, rue LAURISTON, 75116 PARIS

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15

I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15 SOMMAIRE Introduction...5 Paroles d entreprises...7 Schéma de la chaîne de valeur de création et d exploitation d un champ d éoliennes offshore...10 I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15

Plus en détail

440 hectares 2 milliards d euros

440 hectares 2 milliards d euros EUROSITY EUROSITY, UNE PLATEFORME SINO-EUROPéENNE UNIQUE EN EUROPE Une plateforme innovante de coopération industrielle, commerciale et académique, d une ampleur sans précédent, entre la France et la Chine,

Plus en détail

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec Rapport d analyse Sommaire Aéro Montréal, forum de concertation stratégique de la grappe aérospatiale du Québec, a demandé à PwC

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISE PAR LES GROUPES BENEFICIAIRES DU CIR (2010) Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive ANRT, novembre 2011 La France de

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT. Atelier n 1

MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT. Atelier n 1 MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Atelier n 1 Les Petites et Moyennes Entreprises comme élément de développement de l économie locale et

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications Présentation P.Morvannou, cabinet Syndex, France I éléments

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Qu est-ce que le management de transition?

Qu est-ce que le management de transition? Qu est-ce que le management de transition? Selon : Grégoire Cabri-Wiltzer, Président de NIM Europe Président de la Fédération nationale du management de transition (FNMT) Pour faire simple : une entreprise

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?»

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» CONFERENCE-DEBAT «QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» MOT D INTRODUCTION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques

La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques Communiqué de Presse le 17 juin 2013 La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques Du fait du compactage de ses activités, le site

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER QUELS ENJEUX POUR NORAKER? UNE JEUNE ENTREPRISE DE POINTE EN QUÊTE DE DÉVELOPPEMENT Noraker est une entreprise scientifique :

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4 RAPPEL DU CONTEXTE 2 Le défi du renforcement des compétences 2 Un partenariat avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et les besoins de l entreprise 3 UN PLAN DE FORMATION ADAPTE 4 Une

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

par la suite, ont reçu d autre(s) aide(s) pour se développer ou se restructurer (27 entreprises depuis 2007 ; 6 entreprises

par la suite, ont reçu d autre(s) aide(s) pour se développer ou se restructurer (27 entreprises depuis 2007 ; 6 entreprises 6 INDUSTRIE, commerce ET SERVICES n 32 juin 213 ENTREPRISES EN RELATION AVEC UN ORGANISME DE PROMOTION économique : RÉSULTATS DE L ENQUÊTE 212 Selon l enquête 212 de l Office cantonal de la statistique

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Exclusive Restaurant se lance en franchise

Exclusive Restaurant se lance en franchise Dossier de Presse / Décembre 2012 Exclusive Restaurant se lance en franchise Parce qu un bon moment peut faire toute la différence. Ex c l usi ve R esta u ran ts - SAS au capital de 44 560 - RCS Par i

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée CUSTOMER SUCCESS STORY Mars 2014 AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée PROFIL CLIENT Secteur: Industrie manufacturière Société: AT&S Effectifs: 7 500 personnes

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Témoignage client SAP Métaux Umicore. Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One

Témoignage client SAP Métaux Umicore. Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One Umicore Secteur Métaux Produits et services Technologie des matériaux Site web www.umicore.com Solutions SAP

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection Venture Philantropy FAQ 1. Candidats Critères de sélection Est-ce qu une association de fait peut participer à l appel à candidature? Est-ce qu une coopérative avec les valeurs d économie sociale mais

Plus en détail

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai?

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Paris, le 22 novembre 2010 3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Ciel, n 1 en France des logiciels de gestion et des

Plus en détail

La croissance chinoise

La croissance chinoise Lacroissancechinoise Aprèspresque30ansd économiemaoïste,lachines estengagéedepuis1978,sousl impulsionde Deng Xiaoping, sur la voie de la modernisation économique. Les «Quatre Modernisations» industrie,agriculture,rechercheetdéfense

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail