CORRIGE DU SUJET 1. x x3 6 + o(x3 ) 1 6 x+o(x) ϕ (x) = 1 x 2 + cos(x) sin 2 (x) 3 x2 + o(x 2 ) = 1. x ) f (t)cos(nt)dt

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CORRIGE DU SUJET 1. x x3 6 + o(x3 ) 1 6 x+o(x) ϕ (x) = 1 x 2 + cos(x) sin 2 (x) 3 x2 + o(x 2 ) = 1. x ) f (t)cos(nt)dt"

Transcription

1 CORRIGE DU SUJET Problème. On écri le développemen limié à l ordre 3 de sin en : donc ϕx) x x x x sinx) x x x3 6 + ox3 ) 6 + ox ) ) x x x ) + x 6 + ox ) Ainsi ϕx) x 6 x+ox) La foncion ϕ possède un développemen limié à l ordre en donné par ϕx) o) x donc elle es bien prolongeable par coninuié en par ϕ). Puisqu en oure, elle possède un développemen limié à l ordre en, ce prolongemen es dérivable en e ϕ ) ] 6. Ensuie, ϕ es clairemen de classe C sur l inervalle ; π ] e x ];π/] ϕ x) x + cosx) sin x) doncϕ x) ) x x + x + ox ) x + ) 3 x + ox ) x 6 + o) Ainsi, ϕ es coninue en. On a finalemen monré : La foncion ϕ es prolongeable par coninuié en e le prolongemen ainsi défini es de classe C sur l inervalle fermé [;π/]. [. a) Soi n N. La foncion f éan de classe C sur le segmen ; π ], sa dérivée f y [ es coninue, e donc bornée par une consane K R +. Ainsi, pour ou ; π ], f )cosn) K e π f )cosn)d π ) La suie f )cosn)d n π f )cosn) d K π es bornée. b) Une inégraion par paries jusifiée par le caracère C des foncions en jeu) donne, pour ou n, [ ] π/ f)cosn) I n + f )cosn)d n n [ Comme f es coninue sur le segmen ; π ], elle es bornée sur ce segmen par une consane M, e on obien finalemen, I n n M +M) M n c) Par le héorème d encadremen, lim I n.

2 3. a) La foncion x sinn+)x) es coninue sur ];π/]. En, sinx x donc sinx) sinn+)x) n+ e x sinn+)x) es prolongable par coninuié en sinx) sinx) par n+. Finalemen, J n, éan faussemen impropre en, es bien définie. b) Pour ou n, J n+ J n π/ π/ π/ π/ c) Ainsi, pour ou n, 4. Soi a >. sinn+3)x) sinn+)x) sinx) sinn+)x)cosx)+sinx)cosn+)x) sinn+)x) sinx) sinn+)x) sin x)) + sinx)cosx)cosn+)x) ) sinx) sinx) sinn+)x)sinx)+cosx)cosn+)x)) cosnx) [ ] π/ sinnx) n J n J π/ π/ sin3x) sinx) sinx) cosx) + sinx) cosx) sinx) +cosx)+cosx)) [x+sinx)] π/ π. a) Pour ou X > a, le changemen de variable u + π/ nous donne les foncions considérées éan coninues sur le segmen [ a; X]) : X a sin d X+π/ a+π/ sin u ) π u π du X+π/ a+π/ cosu) u π du. Ainsi, les inégrales a sin d e < cos) π a+π/ + cos) π d on même naure. Or cos). Il sui que les inégrales concernées on bien même naure. b) Noons que l inégrale considérée es faussemen impropre en puisque la foncion inégrée es prolongeable par coninuié en par. De plus, puisque sin es à valeurs dans [ ;], pour ou, sin sin. Il suffi donc de monrer, d après le sin héorème de comparaison, que l inégrale d es divergene. Or sin

3 cos) + + cos) e d es divergene d après le crière de Riemann, e d es convergene comme le monre une inégraion par paries. On en dédui par linéarié de l inégrale que sin d diverge e donc que sin d aussi. c) L inégrale considérée es convergene comme le monre l inégraion par paries suivane, valable pour ou x >, x [ ] x sin cos x cos d + d 5. a) La foncion ϕ éan de classe C sur l inervalle [;π/], l inégrale considérée es bien définie. D après la quesion, lim de f e vau lim I n+. Ainsi, lim d après la quesion 3, lim sinn+)x) sinx) fx)sinn+)x) ne dépend pas ϕx)sinn+)x). Ensuie, π b) sinn+)x sinn+)x ϕx)sinn+)x) car les x sinx foncions considérées son coninues sur ];π/] e prolongeables par coninuié en. De plus, Par conséquen, n+)π/ sin d sinn+)x) x n+)π/ ϕx)sinn+)x)+ sin d sinn+)x sinx e comme les suies composan le membre de droie son oues deux convergenes, on obien : lim n+)π/ sin d π lim ϕx)sinn+)x) + lim sinn+)x sinx Ainsi sin d π 3

4 Problème Éude de rois exemples. Premier exemple 6. a) Soi M m[i,j]) S. On noe a m[,] e b m[,]. Puisque m[,]+m[,], on a m[,] a. Par définiion d un élémen de S, on a m[,] a e m[,] a ce qui implique a. De même pour b. ) ) a a c c b) Soi A e B avec a,b,c,d) [;] 4. Alors b b d d ) ac+ a) d) a c)+ a)d AB b)c+b d) b) c)+bd Tous les coefficiens de cee marice son posiifs car a,b,c,d) [;] 4. On vérifie facilemen que la somme des coefficiens de chaque ligne vau a) On calcule A En prenan a 5 6 e b, on a bien la relaion voulue. 6 b) Monrons par récurrence sur n N, qu il exise a n R e b n R els que A n a n A+b n I. La récurrence es iniialisée pour n avec a e b on a monré égalemen à la quesion précédene que l hypohèse de récurrence éai vérifiée pour n avec a 5 6 e b 6 ). On suppose que l hypohèse de récurrence es vraie au rang n N e on monre qu elle es vraie au rang n+ : A n+ AA n a n A +b n A 5 a n 6 A+ ) 6 I +b n A ) 5 6 a n +b n A+ 6 a ni On pose a n+ 5 6 a n+b n e b n+ 6 a n e la propriéé es démonrée par récurrence. c) On a ainsi obenu les relaions suivanes, valables pour ou n N : a n+ 5 6 a n +b n. b n+ 6 a n On remarque que pour ou n, a n+ +b n+ a n +b n. Comme a e b, il vien : n a n +b n On obien alors a n+ 5 6 a n +b n 5 6 a n + a n ) 6 a n + b n+ 6 a n 6 b n) 6 b n + 6 On a ainsi obenu une relaion enre a n e a n+, e enre b n e b n+, valable pour ou n N.. 4

5 d) On cherche un réel l el que la suie u n ) a n l) soi géomérique. En uilisan, la relaion démonrée à la quesion précédene, on obien u n+ + l 6 u n + l) +. En prenan, l 6 7, on a u n+ 6 u n qui es bien une suie géomérique de raison q. Ainsi, la relaion 6 n u n q n u implique n a n ) n 6 ) ) n 6 7. Comme n, b n a n, on a n b n 7 ) n 6 7 e) Par conséquen, pour ou n, A n ) ) n A+ 7 ) n ) n ) ) n 7 ) n ) n I f) La suie de marices A n ) converge car chaque suie a n [i,j]), i, j converge : 6) n lorsque n Ainsi la limie es A Il es aisé de vérifier que A S. 7 7 g) On s inéresse désormais à la suie C n ). D après la quesion 7e, les ermes généraux de ces suies son de la forme +nλ n+ + µ n k avec λ e µ réels. Comme n+k 6) n k µ n es bornée, k 6) k end vers pour n +. Ainsi la limie n+k 6) de la suie C n es A.. Deuxième exemple 8. a) Soi v x,y,z) Kerf id R 3). Alors Mv v, ce qui es équivalen à x x bx+ay y by +az z Puisque a b e b, on en dédui x y z. Ainsi Kerf id R 3) {x,x,x), x R} Vecv ) 5

6 b) D après la quesion précédene, dimkerf id R 3)). Le héorème du rang perme alors de dire que Or dimimf id R 3)) Imf id R 3) Vecf id R 3)e ),f id R 3)e ),f id R 3)e 3 )) Vecbe,a )e +be 3,a )e 3 ) Vece,e 3 ) Ainsi {e,e 3 } es une famille de cardinal, libre e générarice de Imf id 3 ) qui es de dimension. Dès lors, {e,e 3 } es bien une base de Imf id R 3). c) Comme dimkerf id R 3)) + dimimf id R 3)) + 3, il suffi de monrer que l inersecion de ces deux sous-espaces es resreine à { R 3}. Cela se démonre aisémen puisque la réunion des bases de ces sous-espaces exhibées aux deux quesions précédenes es une famille libre. d) Puisque v Kerf id R 3) e e,e 3 Imf id R 3), par définiion de p on obien pv ) v, pe ) e pe 3 ). De plus, e v e e 3, d où pe ) pv ) v. La marice P s écri alors dans la base canonique e,e,e 3 ) : P 9. La marice M de f dans la base canonique es riangulaire inférieure, ses valeurs propres son ses élémens diagonaux, c es-à-dire e a. L espace propre associé à la valeur propre es Kerf id 3 ) Vecv ) d après la quesion 8a. Soi un veceur x,y,z) Kerf aid R 3). Alors a)x bx by { x y Ainsi l espace propre associé à a es Kerf aid R 3) Vece 3 ). Comme dimkerf id R 3))+dimKerf aid R 3)) < 3, f n es pas diagonalisable.. a) Des égaliésfv ) v,fe ) ae +be 3 efe 3 ) ae 3, on dédui M a. b a b) On rouve C don l inverse vau C. Ainsi on a M CM C. c) On rouve M ) a, e M ) 3 a 3. On posule alors ab a 3a b a 3 pour k N, l expression M ) k a k e on la démonre par récurrence. On l a vérifiée pour k, supposons la vraie pour un k N e démonrons la ka k b a k pour k +. M ) k+ M ) k M a k a a k+. ka k b a k b a k +)a k b a k+ Ainsi l expression de M ) k es démonrée pour ou k N. Ensuie, en uilisan la marice de passage C, on obien 6

7 M k CM ) k C a k a k ka k b a k ka k b a k En faisan endrek vers+, commea ];[, on a lim k + ak e lim k + kak, d où lim k + Mk P. Éude du cas général. a) Soi λ e µ R + els que λ+µ e soi M, N marices apparenan à S n R) don nous noons respecivemen m[i,j] e n[i,j] les ermes généraux avec i,j n. Le erme général de la mariceλm+µn esλm[i,j]+µn[i,j], e, pour oui {,...,n}, n λm[i,j]+µn[i,j]) λ n m[i,j]+µ n n[i,j] λ +µ j j car M en son des marices sochasiques. Par conséquen, λm+µn es une marice sochasique. b) Soi M e N S n R). Le erme général de la marice MN es pour i,j n, n m[i,k]n[k,j], e pour ou i {,...,n}, k jk j n n m[i,k]n[k,j] n n m[i, k]n[k, j] kj ) n m[i,k] n n[k, j] k j n m[i,k] MN es une marice sochasique. c) Soi A S n R). Monrons par récurrence que A k S n R) pour ou k N. L iniialisaion es naurellemen vérifiée pour A. On suppose désormais la propriéé vraie pour k N fixé. Puisque A k+ A k A e que A k e A appariennen à S n R) hypohèse de récurrence), on a bien A k+ S n R) d après la quesion précédene. À présen, monrons par récurrence sur p N que C p S n R). La propriéé es vraie pour p car la marice idenié es bien une marice sochasique. Soi p N. On suppose que C p S n R). Alors C p+ p+ p+ C p + p+ Ap+. On peu appliquer le résula de la quesion a car p+ p+ + p+ e C p S n R) hypohèse de récurrence), A p+ S n R). On conjecure que la limie de la suie C p ), lorsqu elle exise, es encore une marice sochasique e cela se prouve, mais n es pas l obje du présen problème...). a) Quesion de cours. ) n n b) Soi x x,...,x n ) R n. Alors fx) m j x j,..., m nj x j e d après l inégalié riangulaire, on a, pour chaque coordonnée du veceur fx), n m ij x j n m ij x j car m ij ) j j k j j n m ij x car x j x pour ou j) j x car M es une marice sochasique). 7

8 En conclusion, on a bien monré que fx) x pour ou x R n. c) Soi λ une valeur propre de f. Il exise x R n \{} el que fx) λx. En appliquan le résula démonré à la quesion précédene, fx) x λx x Comme. es une norme, on a λx λ x. Ainsi λ x x e puisque x n es pas le veceur nul, λ. d) La marice M associée à f dans la base canonique éan sochasique, pour ou i n {,...,n}, m[i,j]. Si on noe v le veceur de R n don oues les composanes j son égales à, on vérifie aisémen que Mv v. Cela indique que fv ).v. Comme v es un veceur différen du veceur nul, es une valeur propre de f e v es un veceur propre associé à cee valeur propre. 3. a) i. On a supposé que y Imf id R n) donc il exise x R n el que y fx) x. ii. On a supposé que y Kerf id R n) donc fy) y. Il en résule que f x) fy +x) fy)+fx) y +y +x) y+x Monrons par récurrence que f k x) ky +x pour ou k N. L iniialisaion a déjà éé vérifiée. Supposons l égalié f k x) ky+x vraie pour k N fixé. Alors, f k+ ff k x)) fky +x) kfy)+fx) ky +y +x) k +)y +x On conclu que k N, f k x) ky +x. iii. On a vu à la quesion b que, pour ou z R n, fz) z. On a aussi f z) ffz)) fz) z. En iéran cee inégalié, on démonre que pour ou k N, on a f k z) z. En pariculier pour z x, on a pour ou k N, ky+x x. Ainsi ky ky+x x ky+x + x x + x x. Or ky k y ; on a donc bien monré k N k y x La norme y es alors nécessairemen nulle sinon la norme de x serai infinie. En conclusion, Kerf id R n) Imf id R n) { R n} b) On a monré que Kerf id R n) Imf id R n) {}. Le héorème du rang indique que dimkerf id R n))+dimimf id R n)) n. Par conséquen, R n Kerf id n ) Imf id n ) c) Soi x Imf id R n). Il exise alors y R n el que x fy) y. Ainsi, fx) ffy) y) f id R n)fy)) Imf id R n). Finalemen, x Imf id R n) fx) Imf id R n) d) Soi λ une valeur propre différene de e soi x un veceur propre associé à λ. Alors fx) λx puis fx) x λ )x, d où x λ f id R n)x) f id R n) x λ ) e x Imf id R n). Par conséquen, l espace propre de oue valeur propre de f différene de es inclus dans Imf id R n). 8

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

Intégrales Généralisées

Intégrales Généralisées Inégrales Généralisées Eercice. Monrer la convergence e calculer la valeur des inégrales : I = 3 e d ; I = + d ln() ; I 3 = ( + ) d Allez à : Correcion eercice Eercice. Les inégrales généralisées suivanes

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Denis Pasquignon Applications linéaires Résumé du cours : 1. Généralités On appelle application linéaire de E dans F une application f : E F telle que (x 1, x 2 ) E 2 λ K, f(x 1 + λx 2 ) = f(x 1 ) + λf(x

Plus en détail

Concours Mines-Ponts 2001 PC/PSI - Sujet 2 - Corrigé

Concours Mines-Ponts 2001 PC/PSI - Sujet 2 - Corrigé Concours Mines-Pons PC/PSI - Suje - Corrigé Cee correcion a éé rédigée par Frédéric Bayar e es disponible à l adresse suivane : hp://mahweb.free.fr Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016)

APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016) APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES Résumé de cours d algèbre linéaire L de B. Calmès, Université d Artois (version du er février 206). Applications linéaires Soient E et F des espaces vectoriels sur K...

Plus en détail

Exercices fondamentaux

Exercices fondamentaux Université de Nantes Département de Mathématiques DEUG MIAS - Module M2 Algèbre Année 2002/2003 Liste d exercices n 1 Exercices fondamentaux Espaces vectoriels, sous-espaces vectoriels 1. Montrer que l

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE (ENSI) FILIERE MP MATHEMATIQUES 1 EXERCICE 1

CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE (ENSI) FILIERE MP MATHEMATIQUES 1 EXERCICE 1 SESSION CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE (ENSI FILIERE MP MTHEMTIQUES. Pour n, on pose n = Pr suie, n+ n n EXERCICE n. L suie ( n n e pour n, n =. D près l règle de d lember, R =. n R =. n+ n = n (n +.. Soi

Plus en détail

Corrigé : EM Lyon 2006

Corrigé : EM Lyon 2006 Corrigé : EM Lyon 26 Option économique Exercice 1: 1. a) Comme A est une matrice triangulaire, on peut lire ses valeurs propres sur sa diagonale. Les valeurs propres de A sont et 1. b) Aadmet deux valeurspropresdistinctes

Plus en détail

Corrigé CNC MP 2003, Math 1

Corrigé CNC MP 2003, Math 1 Corrigé CNC MP 3, Mah Parie I. a La foncion e es coninue sur ], α] prolongeable par coninuié en, elle es donc inégrable sur ],α] b La foncion e e es coninue sur [,+ [ e. + donc elle es inégrable sur [,

Plus en détail

A. Décomposition de Dunford

A. Décomposition de Dunford SESSION 2011 Concours commun Mines-Ponts PREMIÈRE EPREUVE FILIÈRE MP 1 Le polynôme P ( 1 n (X λ i α i A Décomposition de Dunford (λ i X α i P i est annulateur de f d après le théorème de Cayley- Hamilton

Plus en détail

( ) = 20 + 10 e x. x x x 1 2. lim 10e = 0. 2. Étudier les variations de la fonction f et dresser son tableau de variations.

( ) = 20 + 10 e x. x x x 1 2. lim 10e = 0. 2. Étudier les variations de la fonction f et dresser son tableau de variations. Corrigé Parie A La foncion f es définie sur l inervalle [ ; + [ par f ( ) ( ) = + e On noe C la courbe représenaive de la foncion f dans un repère orhonomal ( Oi,, j) cm) (unié graphique Éudier la limie

Plus en détail

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC Physique - 6 ème année - Ecole Européenne Elecricié n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC I) Convenion d'algébrisaion des grandeurs élecriques : 1) Inensié e ension : L inensié i du couran élecrique e la ension

Plus en détail

ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS

ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS 1 Produit scalaire et norme 1.1 Produit scalaire Définition 1.1 Soit E un R-espace vectoriel. On appelle produit scalaire sur E toute forme bilinéaire symétrique définie positive

Plus en détail

Corrigé : EM Lyon 2008

Corrigé : EM Lyon 2008 Exercice 1: I. Étude d une fonction Corrigé : EM Lyon 28 Option économique 1. Les fonctions t t et t ln(t) sont continues sur ];+ [ donc par produit et différence de fonctions continues, f est continue

Plus en détail

Traitement du Signal Déterministe

Traitement du Signal Déterministe Cours e ravaux Dirigés de raiemen du Signal Déerminise Benoî Decoux (benoi.decoux@wanadoo.fr) - s - ère parie : "Noions de base e éudes emporelles" Bases du raiemen de signal Calculer l ampliude de la

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2 CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... I. PRINCIPE... A. Quel modèle uiliser?... B. Algorihme de simulaion... 3 II. EXEMPLE D APPLICATION... 4 A. Travail préliminaire... 4 B. Simulaion des rajecoires... 6 Algorihme...

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Fonctions numériques Proportionnalité

Fonctions numériques Proportionnalité Foncions numériques Proporionnalié I Foncions numériques 1 ) Définiion e noaions Définir une foncion f qui à x associe y c es donner une formule mahémaique qui perme pour oue valeur donnée de x soi de

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

CONCOURDS D ADMISSION 2000 MATHÉMATIQUES. DEUXIÈME ÉPREUVE FILIÈRE PC (Durée de l épreuve : 3 heures)

CONCOURDS D ADMISSION 2000 MATHÉMATIQUES. DEUXIÈME ÉPREUVE FILIÈRE PC (Durée de l épreuve : 3 heures) 00 MATH. II - PC ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L AÉRONAUTIQUE ET DE L ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Etude de fonctions définies par une intégrale

Etude de fonctions définies par une intégrale [hp://mp.cpgedupuydelome.fr] édié le juille 4 Enoncés Eude de foncions définies par une inégrale Eercice [ 53 ] [correcion] Soi f : d + 3 + 3 a) Monrer que f es définie sur R +. b) A l aide du changemen

Plus en détail

Université de Poitiers Année 2012-2013 L1 M2IPC Algèbre linéaire. Algèbre linéaire. rédigé par. Anne Moreau

Université de Poitiers Année 2012-2013 L1 M2IPC Algèbre linéaire. Algèbre linéaire. rédigé par. Anne Moreau Université de Poitiers Année 2012-2013 L1 M2IPC Algèbre linéaire Algèbre linéaire rédigé par Anne Moreau 1 2 Table des matières 1 Espaces Vectoriels 5 11 Structure d espace vectoriel 5 111 Espaces vectoriels

Plus en détail

Chapitre V : Torsion simple.

Chapitre V : Torsion simple. Torsion simple. Cours RD / A.U : 2012-2013 Chapire V : Torsion simple. Objecifs Pré-requis Elémens de conenu Déerminer la répariion des conraines dans une secion de poure solliciée à la orsion. Vérifier

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Equaions différenielles Généraliés Une équaion différenielle es une relaion enre une variable réelle (par eemple ), une foncion qui dépend de cee variable (par eemple y) e un cerain nombre de ses dérivées

Plus en détail

1 Somme de sous-espaces vectoriels

1 Somme de sous-espaces vectoriels Compléments d algèbre linéaire 1 Somme de sous-espaces vectoriels 1.1 Somme de 2 sevs Soient E 1 et E 2 deux sous-espaces vectoriels de E. On appelle somme de E 1 et E 2 l ensemble noté E 1 + E 2 et défini

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

1 Exercices fondamentaux

1 Exercices fondamentaux Université de Nantes Licence Math L3 Département de Mathématiques Année 2009-2010 Topologie et calculs différentiel Liste n 3 1 Exercices fondamentaux Applications Linéaires Exercice 1. Calculer la norme

Plus en détail

CHAPITRE 5 Fonction linéaire. Proportionnalité. Fonction affine.

CHAPITRE 5 Fonction linéaire. Proportionnalité. Fonction affine. CHAPITRE 5 Foncion linéaire. Proporionnalié. Foncion affine. (Voir : 4 ème, chapire 5 ; 3 ème, chapires 3, 13.) I) Foncion linéaire A) Définiion a désigne un nombre relaif connu e fié. Définiions : La

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

Mesures de risque dynamiques, pricing d options vanilles et EDSR quadratiques.

Mesures de risque dynamiques, pricing d options vanilles et EDSR quadratiques. Mesures de risque dynamiques, pricing d opions vanilles e EDSR quadraiques. Cyrille Guillaumie 1 Thibau Masrolia 2 Rappor echnique rendu en juin 213 1. European Securiies and Markes Auhoriy, cyrille.guillaumie@esma.europa.eu

Plus en détail

1. Préliminaires. dt = cos(t) ] x x. cos(t)/t 2 dt R. Par conséquent +

1. Préliminaires. dt = cos(t) ] x x. cos(t)/t 2 dt R. Par conséquent + AGRÉGATION INTERNE DE MATHÉMATIQUES L INTÉGRALE DE DIRICHLET sin( d. PATRICE LASSÈRE Résumé. Afin de bien réviser l inégraion e plus précisémen les inégrales à paraméres, amusons nous avec plusieurs méhodes

Plus en détail

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat Université de Paris-Sud, année 2012/2013 Filière Math/Info-L2 Maths 209 Feuille d exercices de soutien 1 Congruences et arithmétique sur Z Exercice 1. a) Soit n un nombre entier. Combien de valeurs peut

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

{ 2x + y = 1 3x + 7y = 2

{ 2x + y = 1 3x + 7y = 2 Enoncés : Barbara Tumpach Exo7 Révisions Algèbre linéaire Exercice. Résoudre de quatre manières différentes le système suivant (par substitution, par la méthode du pivot de Gauss, en inversant la matrice

Plus en détail

Chapitre 1. Logique et ensembles. 1.1 Rudiments de logique. Logique, tables de vérité. Quantificateurs

Chapitre 1. Logique et ensembles. 1.1 Rudiments de logique. Logique, tables de vérité. Quantificateurs Document créé le 29 octobre 2015 Lien vers les solutions des exercices Lien vers le cours de ce chapitre Chapitre 1 Logique et ensembles 1.1 Rudiments de logique Logique, tables de vérité Exercice 1.1.1

Plus en détail

Seconde Géométrie vectorielle Notion de vecteurs coordonnées de vecteurs

Seconde Géométrie vectorielle Notion de vecteurs coordonnées de vecteurs I. Notion de vecteurs a) Vecteurs et translations Définition : A et B désignent deux points du plan. La translation qui transforme A en B associe à tout point C du plan l'unique point D tel que les segments

Plus en détail

Matrices. Une matrice (n,p) est un tableau rectangulaire qui a n lignes et p colonnes représenté sous la forme suivante : (a 11...

Matrices. Une matrice (n,p) est un tableau rectangulaire qui a n lignes et p colonnes représenté sous la forme suivante : (a 11... I Généralités Matrices Une matrice n,p est un tableau rectangulaire qui a n lignes et p colonnes représenté sous la forme suivante : A= a 11 a 1p a n1 a np où le terme a ij R On peut aussi écrire la matrice

Plus en détail

CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE EPREUVE SPECIFIQUE-FILIERE PC MATHEMATIQUES 1

CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE EPREUVE SPECIFIQUE-FILIERE PC MATHEMATIQUES 1 SESSION 6 CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE EPREUVE SPECIFIQUE-FILIERE PC MATHEMATIQUES 1 PARTIE I I1 Notons (x 1,,x n ) et (y 1,, y n ) les coordonnées de x et y dans la base B Puisque la base B est orthonormée,

Plus en détail

459,6nm 450nm,750nm qui

459,6nm 450nm,750nm qui Exercice : Travaux dirigés de l opique géomérique SVT 03,. T =,533.0-5 4 s, d où la fréquence : = A.N. : = 6,53.0 Hz T c c. 0 = c.t = =. A.N. : 0 459,6nm 0, 4596m f 3. Oui, cee radiaion es visible à l

Plus en détail

Réglage valeur moyenne

Réglage valeur moyenne P Cours : l insrumenaion élecrique A- Le généraeur de basses fréquences ou G.B.F - Présenaion uilisé : Réglage fréquence Réglage ampliude Réglage valeur moyenne Sweep : Possibilié de créer un signal de

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Minimisation d une somme de distances, points de Fermat

Minimisation d une somme de distances, points de Fermat Minimisation d une somme de distances, points de Fermat Arnaud de Saint Julien 26 décembre 2004 Table des matières 1 Présentation du problème 2 1.1 Définitions et objectifs..................................

Plus en détail

Espaces euclidiens. Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme

Espaces euclidiens. Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme Espaces euclidiens 1 Bases orthonormées Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme d habitude : < x, y >, ou (x, y) ou < x y > On note < x, x >= x 2, x est

Plus en détail

Algèbre Matrices Algèbre des matrices carrées

Algèbre Matrices Algèbre des matrices carrées Algèbre Matrices Algèbre des matrices carrées Denis Vekemans Exercice 1 On considère les matrices suivantes : 1 2 1 0 1 et B = 3 4 2 2 3 Calculer, lorsque cela est possible, A 2, B 2, AB, BA, A t, B t,

Plus en détail

Chapitre II : Matrices et opérations

Chapitre II : Matrices et opérations Terminale S Spécialité Chapitre II : Matrices et opérations Année scolaire 205/206 I Généralités sur les matrices : Définition : Soient n et p, deux entiers naturels non-nuls, une matrice de format n,p

Plus en détail

RESOLUTION D EQUATIONS DIFFERENTIELLES APPLICATION EN SCIENCES PHYSIQUES

RESOLUTION D EQUATIONS DIFFERENTIELLES APPLICATION EN SCIENCES PHYSIQUES RESOLUTION D EQUATIONS DIFFERENTIELLES APPLICATION EN SCIENCES PHYSIQUES Sommaire I- Equaions différenielles du premier ordre I-1- Résoluion des équaions du ype : a f () + f() = g() I-- Exemple de résoluion

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 14/11/2013 Corrigé

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 14/11/2013 Corrigé Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie //0 Corrigé. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous les candidats Soit f la fonction dérivable, définie sur l intervalle ]0 ; + [ par f (x)=e x + x.. Étude d une fonction

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

1 Cours Sciences Physiques MP. Analyse de Fourier

1 Cours Sciences Physiques MP. Analyse de Fourier Cours Sciences Physiques MP Analyse de Fourier En 86, le physicien e mahémaicien français Joseph Fourier (768-83) éudiai les ransfers hermiques. En pariculier, il chauffai un endroi de la périphérie d

Plus en détail

Feuille 5 : Exercices sur les déterminants, quelques corrections

Feuille 5 : Exercices sur les déterminants, quelques corrections Université de Poitiers Mathématiques L SPIC, Module 2L2 2/2 Feuille 5 : Exercices sur les déterminants, quelques corrections Exercice 3 : Dans cet exercice, pour obtenir directement les polnômes sous forme

Plus en détail

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle Master de mathématiques Analyse numérique matricielle 2009 2010 CHAPITRE 1 Méthodes itératives de résolution de systèmes linéaires On veut résoudre un système linéaire Ax = b, où A est une matrice inversible

Plus en détail

CH III Matrices. 1 / 8

CH III Matrices. 1 / 8 CH III Matrices. 1 / 8 Objectifs : Définition, dimension et opérations de matrices. Matrice transposée. Multiplication de deux matrices. Application à la résolution de système linéaire. I. La notion de

Plus en détail

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique Soluions auo-semblables pour des modèles avec conducivié hermique Séphane DELLACHERIE e Olivier LAFITTE CRM-327 5 décembre 25 Cenre de Recherches Mahémaiques, Universié de Monréal, Case posale 628, Succursale

Plus en détail

LES BONS COUPS DE BILI-NÉAIRE THE KID POUR AMÉLIORER TON EUCLIDIENNE ATTITUDE

LES BONS COUPS DE BILI-NÉAIRE THE KID POUR AMÉLIORER TON EUCLIDIENNE ATTITUDE 0-1- 014 J.F.C. Eve p. 1 LES BONS COUPS DE BILI-NÉAIRE THE KID POUR AMÉLIORER TON EUCLIDIENNE ATTITUDE Dans la suite, sauf mention du contraire, est un produit scalaire sur le R-espace vectoriel

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Chapitre 6 : Tests d hypothèses

Chapitre 6 : Tests d hypothèses U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 2008-2009 Chapitre 6 : Tests d hypothèses Les statistiques peuvent être une aide à la décision permettant de choisir entre deux hypothèses. Par exemple,

Plus en détail

Analyse fréquentielle : le signal carré

Analyse fréquentielle : le signal carré Analyse fréquenielle : le signal carré 1. V() Domaine emporel 1. Domaine fréqueniel composane coninue (moyenne).5.5 1 2 T 1 2 3 4 5 6 7 8 9 111 Tracés pour E = 1V. V() = E 2 Analyse fréquenielle : le signal

Plus en détail

PARTIE NUMERIQUE. Brevet Blanc de Mathématiques 18/01/11. Exercice 1. 1) Ecrire les nombres A et B sous la forme de fractions irréductibles

PARTIE NUMERIQUE. Brevet Blanc de Mathématiques 18/01/11. Exercice 1. 1) Ecrire les nombres A et B sous la forme de fractions irréductibles Brevet Blanc de Mathématiques 18/01/11 PARTIE NUMERIQUE Exercice 1 1) Ecrire les nombres A et B sous la forme de fractions irréductibles A= 13 3 4 3 2 5 B=5+ 1+ 1 8 3 4 A= 13 3 4 3 5 2 A= 13 3 10 3 B=

Plus en détail

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 03 novembre 2011 Prof. A. Abdulle. Série 6 (Corrigé)

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 03 novembre 2011 Prof. A. Abdulle. Série 6 (Corrigé) Algèbre linéaire pour GM Jeudi novembre Prof A Abdulle EPFL Série 6 (Corrigé Exercice a Calculer la décomposition LU de la matrice A = 9 6 6 Sol: On effectue la réduction de la matrice A jusqu à obtenir

Plus en détail

matrices 1 définition et opérations sur les matrices 2 1.1 activités... 2 1.1.1 activité 1... 2 1.2 à retenir... 3

matrices 1 définition et opérations sur les matrices 2 1.1 activités... 2 1.1.1 activité 1... 2 1.2 à retenir... 3 matrices Table des matières 1 définition et opérations sur les matrices 2 1.1 activités.................................................. 2 1.1.1 activité 1.............................................

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI SESSION 215 PSIMA2 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI MATHEMATIQUES Durée : 4 heures NB : le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction Si

Plus en détail

CPGE Omar Ibn Khattab Meknes. DEUXIEME COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES corrigé de Brahim Benmimoun ( MP MEKNES ). I. PRÉLIMINAIRES. Question 1.

CPGE Omar Ibn Khattab Meknes. DEUXIEME COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES corrigé de Brahim Benmimoun ( MP MEKNES ). I. PRÉLIMINAIRES. Question 1. MINES PONTS CONCOURS D ADMISSION 2005 DEUXIEME COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES corrigé de Brahim Benmimoun ( MP MEKNES ). I. PRÉLIMINAIRES Question Soit M M n (R), on a M = 2 (M + t M) + 2 (M t M) de plus

Plus en détail

Réponse Temporelle d'un circuit RLC dégradé en régime quelconque : fonctions intégration et dérivation

Réponse Temporelle d'un circuit RLC dégradé en régime quelconque : fonctions intégration et dérivation INGOD Charloe MEYE Anne DAEAU Mayeul 22 GESSET omain éponse Temporelle d'un circui C dégradé en régime quelconque : foncions inégraion e dérivaion Philippe GUY 23-24 INGOD Charloe MEYE Anne DAEAU Mayeul

Plus en détail

3 = 2 3 1 2 2 3, A 4 =

3 = 2 3 1 2 2 3, A 4 = Soit A une matrice de M n (IK). Une décomposition LU de A est une égalité A = LU, où L est une matrice triangulaire inférieure (L pour Low ) à diagonale unité (tous les coefficients diagonaux valent 1),

Plus en détail

Chapitre 4 : Matrices

Chapitre 4 : Matrices Lycée Paul Sabatier Classe de Première ES, Spécialité Chapitre 4 : C. Aupérin 008-009 Télécharger c est tuer l industrie, tuons les tous Thurston Moore Dernière modification : 4 avril 009 Table des matières

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Matrices et applications linéaires notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2

Matrices et applications linéaires notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2 Matrices et applications linéaires notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2 H Le Ferrand, leferran@u-bourgognefr March 27, 2007 Contents 1 L application x Ax 2 11 Linéarité 2 12 Coordonnées

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Partie I - Valeurs propres de AB et BA

Partie I - Valeurs propres de AB et BA SESSION 9 Concours commun Centrale MATHÉMATIQUES. FILIERE PSI Partie I - Valeurs propres de AB et BA I.A - Cas de la valeur propre. I.A.) Sp(AB) Ker(AB) {} AB / G L n (R) det(ab) =. I.A.) Sp(AB) det(ab)

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Matrices. 1,n a 2,1 a 2,2 a 2,j a 2,n. A = j-ième colonne

Matrices. 1,n a 2,1 a 2,2 a 2,j a 2,n. A = j-ième colonne Matrices I Matrices et opérations I1 definitions Définition 1 Soit n un entier naturel non nul Une matrice carrée d ordre n est un tableau de nombres réels comportant n lignes et n colonnes Le nombre placé

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Potentiels ponctuels en dimension 1

Potentiels ponctuels en dimension 1 0 mon exe Poenies poncues en dimension 1 Séminaire du Maser 2 Recherche de Mahémaiques Universié de Rennes 1 mon exe Suje proposé par Dimiri Yafaev Lauren Paer janvier 2009 Cadre physique du probème On

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Chapitre 4. Base et génératrice

Chapitre 4. Base et génératrice Chapitre 4. Base et génératrice 1. Système lié ou libre Soient v 1,, v m un système de vecteurs. On se pose la question : Est-ce que le vecteur 0 est une combinaison linéaire des v i? Chapitre 4. Base

Plus en détail

SÉMINAIRE DE PROBABILITÉS (STRASBOURG)

SÉMINAIRE DE PROBABILITÉS (STRASBOURG) SÉMINAIRE DE PROBABILITÉS (STRASBOURG) STÉPHANE ATTAL PAUL-ANDRÉ MEYER Inerpréaion probabilise e exension des inégrales sochasiques non commuaives Séminaire de probabiliés (Srasbourg), ome 27 (1993), p

Plus en détail

1 Espaces vectoriels normés

1 Espaces vectoriels normés Université Paris 7 Denis Diderot Année 2005/2006 Licence 2 MIAS MI4 1 Espaces vectoriels normés 1.1 Définitions Soit E un espace vectoriel sur R. Topologie des espaces vectoriels de dimension finie Définition

Plus en détail

MATRICES EXERCICES CORRIGES Exercice n 1.

MATRICES EXERCICES CORRIGES Exercice n 1. MATRICES EXERCICES CORRIGES Exercice n. 6 8 4 On considère l mrice A = 0 7 3. 7 0, 8 ) Donner le form de A ) Donner l vleur de chcun des élémens 4, 3, 33 3 3) Ecrire l mrice rnsposée A de A donner son

Plus en détail

1 Notion de matrice. 2 Opérations sur les matrices. 1.1 Définitions et notations

1 Notion de matrice. 2 Opérations sur les matrices. 1.1 Définitions et notations ECS 3 2013 2014 Semaine de colle n o 16 du 13 au 17 janvier Toutes les définitions /énoncés du cours sont à connaître précisément Les démonstrations/exemples vus en classe peuvent être proposées comme

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

La conjugaison des endomorphismes de R n

La conjugaison des endomorphismes de R n La conjugaison des endomorphismes de R n TIPE 2006 Sous la direcion de Nicolas Tosel Plan 1 Inroducion 1 1.1 Posiion du problème......................... 1 1.2 Noaions............................... 1

Plus en détail

Sommaire de la séquence 11

Sommaire de la séquence 11 Sommaire de la séquence 11 Séance 1........................................................................................................ Je calcule des longueurs, des aires e des volumes....................................................

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail