Décharge de la Pila. Définition des buts et solutions pour les polluants organiques persistants. Forum ARPEA du 25 septembre 2009 Olga Darazs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Décharge de la Pila. Définition des buts et solutions pour les polluants organiques persistants. Forum ARPEA du 25 septembre 2009 Olga Darazs"

Transcription

1 Décharge de la Pila Définition des buts et solutions pour les polluants organiques persistants Forum ARPEA du 25 septembre 2009 Olga Darazs

2 Plan de la présentation Spécificités du site Contexte géologique Contexte hydrogéologique Spécificités des polluants Les polychlorobiphényles (PCB): origine et propriétés Catégories de matériaux et filières de traitement Répartition et origine des principaux polluants Approche géostatistique Mécanismes de diffusion et flux de polluants Modes de prélèvement et de préparation des échantillons Modélisation hydrogéologique Etude de charriage des sédiments Conclusions : quelles approches et quelles solutions pour les PCB? page 2

3 Situation générale Spécificités du site page 3

4 Contexte géologique page 4

5 Volumes de déchets et de matériaux pollués Volume de déchets en place: m3 Volume total de matériaux pollués sur le site: m3 page 5

6 Contexte hydrogéologique page 6

7 Contexte hydrogéologique Hautes eaux page 7

8 Contexte hydrogéologique Basses-eaux page 8

9 Spécificités des polluants - PCB Polychlorobiphényles : composés aromatiques chlorés 209 congénères avec différents niveaux de toxicité et propriétés spécifiques Grande stabilité physique et chimique et faible biodégradabilité s accumulent dans les organismes vivants constituant les chaînes alimentaires page 9

10 Spécificités des polluants - PCB Classement des PCB en 2 catégories principales: PCB coplanaires, ou dioxin like (DL), aux propriétés similaires à la dioxine, 12 congénères PCB très fortement chlorés (OS), fraction la plus abondante dans les aliments et tissus humains PCB indicateurs, 7 congénères particulièrement rémanents, permettent d évaluer la teneur totale. 1 à 1.5 mio de tonnes produits en 50 ans dans le monde ( ) environ 30% disséminés dans la nature (cours d eau, sédiments, chaîne alimentaire ) page 10

11 Présence de PCB sur le site de la Pila Présence de condensateurs de différentes tailles 20 tonnes de PCB sur le site en 20 ans Différents types et tailles de condensateurs trouvés sur le site Présence massive de condensateurs dans la zone du hot-spot page 11

12 Répartition des PCB sur le site 7 principaux foyers de pollution à m % du volume 90 % du contenu en PCB 6 Masse totale de PCB d environ 20 tonnes page 12

13 Catégories de matériaux et filières de traitement Catégories de matériaux en fonction de: Teneur en PCB et métaux lourds Type de conditionnement et transport (ADR dès 50 ppm, fûts de 200 l dès 1000 ppm) Catégories Volume Ratio Tonnes en place (1.8 t/m3) (m3) U-DCMI 5'000 2% 9'000 DCMI-DCB 42'000 15% 76'000 DCB, PCB 0-10 ppm 153'000 56% 275'000 PCB ppm 45'000 17% 81'000 PCB 50-1'000 ppm 23'000 8% 42'000 PCB '000 ppm 4'000 1% 7'000 Total 272' % 490'000 Quelle incertitude? page 13

14 Approche géostatistique Modélisation par génération de 500 simulations des teneurs en PCB (grille fine 2m x 2m x 2m) : Estimation de volumes de matériaux par classe de teneurs et incertitudes associées Cartographie de la classification par filière d élimination et des probabilités maximales d appartenance aux classes. page 14

15 Approche géostatistique - résultats Forte incertitude subsiste pour la classe > 1000 ppm (effet pépite) Les plus fortes teneurs en PCB sont localisées dans les couches profondes Prélèvements complémentaires pour réduire l incertitude page 15

16 Origine de la pollution aux PCB Types de mélanges Recherches sur les types de composés présents sur le site: Analyses de différents condensateurs (18 congénères) Comparaison avec les profils de trois mélanges-types commerciaux (Aroclors) 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% Grands condensateurs (papiers) Petits condensateurs (fermés) Petits condensateurs (papiers) Aroclor 1242 Aroclor 1248 Aroclor 1254 Le type de mélange utilisé est une «signature» qui pourrait permettre de remonter vers les utilisateurs de ces composés 0% PCB 77 PCB 81 PCB 126 PCB 169 PCB 105 PCB 114 PCB 118 PCB 123 PCB 156 PCB 157 PCB 167 PCB 189 page 16

17 Mécanismes de diffusion de la pollution Deux voies d exportation principales: Eaux souterraines Transport particulaire par érosion PCB indicateurs PCB DL page 17

18 Prélèvements Que mesure-t-on? Que veut-on savoir? Analyses des PCB sur des échantillons bruts et filtrés afin d évaluer la contribution de la matière en suspension par rapport à la teneur totale en PCB analysée. Analyses des exfiltrations en basses eaux de la Sarine. Variabilité de la teneur en PCB indicateurs importante : 1. Selon la période de prélèvement : les valeurs mesurées et analysées pour tous les paramètres sont les plus hautes en basses eaux, durant le week-end. 2. Selon le mode de préparation de l échantillon : teneur en PCB 3 à 6 fois plus élevées dans les échantillons non centrifugés. Echantillons non centrifugés, sans purge préalable les plus représentatifs. page 18

19 Estimation des flux de PCB Eaux souterraines: env. 500 g/an Transport particulaire: env. 500g à 1kg par an Autres sources: Exfiltration directe de lixiviats Erosion des berges Appréhender complexité et dynamique du système par modélisation hydrogéologique page 19

20 Modélisation hydrogéologique Semaine du 2 juin 2008 Flux entrant Sarine : Flux amont : Infiltration efficace : Total flux entrant Flux sortant Sarine 3270 m 3 /semaine 1240 m 3 /semaine 490 m 3 /semaine 5'000 m 3 /semaine 5'000 m 3 /semaine 65% 25% 10% 100% 100% Semaine du 21 décembre 2008 Flux entrant Sarine : Flux amont : Infiltration efficace : Total flux entrant Flux sortant Sarine 690 m 3 /semaine 150 m 3 /semaine 0 m 3 /semaine 840 m 3 /semaine 1300 m 3 /semaine 82% 18% 0% 100% 155% page 20

21 Modélisation des flux de polluants Approche par modélisation d un polluant de type bromure (extrapolation aux PCB sur base analyses d échantillons non centrifugés, sans purge préalable) Exfiltration des eaux polluées majoritairement dans la partie aval de la décharge Partie amont influencée par la recharge de la Sarine Réservoir primaire : Décharge de la Pila Réservoir secondaire : Sédiments de la Sarine : où et combien? page 21

22 Etude de charriage des sédiments page 22

23 Réflexions - Approches et solutions pour les PCB Définition des objectifs: les caractéristiques des PCB demandent une prise en compte globale de la problématique : Échelle d appréciation non limitée au site à assainir : décharge et Sarine Différentes approches pour comprendre au mieux la réalité Quantification des flux et lien avec milieu récepteur : complexité à appréhender / aspects quantitatifs déterminants? Equilibre entre une approche pragmatique, orientée résultats et une compréhension suffisante de la complexité pour orienter la recherche de solutions. Approche et exécution par étapes et itérations, à l aide de différentes méthodes, permettent d avancer et de prendre en compte de l ensemble des incertitudes résiduelles dans le concept d intervention. page 23

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Partie I Polluants organiques persistants soumis aux obligations énoncées à l article 5 La présente annexe s applique aux polluants organiques persistants suivants,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

LES PLANS D AUTOCONTRÔLES

LES PLANS D AUTOCONTRÔLES LES PLANS D AUTOCONTRÔLES Le Plan «Autocontrôles Compléments» Christian BLUARD LES ORIGINES DU PLAN "AUTOCONTRÔLES COMPLEMENTS" OBSERVATOIREAFCA CIAL "MÉTAUX LOURDS DIOXINES PCB" 2002 2011 : Démarche volontaire

Plus en détail

Assainissement d un secteur de la décharge de La Pila, Fribourg

Assainissement d un secteur de la décharge de La Pila, Fribourg Page 1 / 7 Rapport technique / Domaine des travaux spéciaux Contenu : Travaux dans les sites pollués Rédaction : Christophe Sauteur / étudiant ETC 3 / 1635 La Tour-de-Trême Date : Février 2010 Assainissement

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Centre National des Technologies de Production Plus propre (CNTPP)

Centre National des Technologies de Production Plus propre (CNTPP) REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l Aménagement du Territoire de l Environnement et du Tourisme Centre National des Technologies de Production Plus propre (CNTPP) Atelier Régional

Plus en détail

SBA. Sustainable Business Associates DECHETS : PCB/PCT

SBA. Sustainable Business Associates DECHETS : PCB/PCT SBA DECHETS : PCB/PCT 1- INTRODUCTION : Tout système de production et de consommation conduit fatalement à la génération de déchets et de sous-produits qu il convient de gérer. Jusqu à présent cette activité

Plus en détail

Etude de faisabilité d une filière de recyclage des couches usagées: co-digestion de la fraction organique biodégradable

Etude de faisabilité d une filière de recyclage des couches usagées: co-digestion de la fraction organique biodégradable Etude de faisabilité d une filière de recyclage des couches usagées: co-digestion de la fraction organique biodégradable M. ROUEZ*, M. LEMUNIER*, Y. LESSARD*, A. SIMAO, L. GALTIER *Suez Environnement CIRSEE

Plus en détail

ASSURANCE QUALITE SUR LES NOUVEAUX DETECTEURS DTS/AQ/EQE/AE

ASSURANCE QUALITE SUR LES NOUVEAUX DETECTEURS DTS/AQ/EQE/AE ASSURANCE QUALITE SUR LES NOUVEAUX DETECTEURS ASSURANCE QUALITE SUR LES NOUVEAUX DETECTEURS SPECIFICITE DES DETECTEURS APPROCHE DAQ RETOUR D EXPERIENCES PROJETS DETECTEUR MULTISPECTRAL LA FILIERE 150 mm

Plus en détail

LE RECYCLAGE DES MATÉRIAUX QUESTIONS

LE RECYCLAGE DES MATÉRIAUX QUESTIONS QUESTIONS Technologie A l'issue de cette activité, tu devras être capable de : Décrire la capacité de recyclage d un matériau. Tu dois recopier les questions posées sur une feuille de cours et y répondre

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Valorisation et recyclage : impact sur les chaînes logistiques. Faire du déchet une ressource

Valorisation et recyclage : impact sur les chaînes logistiques. Faire du déchet une ressource Valorisation et recyclage : impact sur les chaînes logistiques Faire du déchet une ressource Le groupe Veolia Environnement 271.000 collaborateurs dans 64 pays travaillent pour Veolia Environnement, le

Plus en détail

AUDIT DES BATIMENTS AVANT DEMOLITION TOTALE OU PARTIELLE 1/8. A remplir par l auditeur, à fournir à la maîtrise d ouvrage (joint à l appel d offres).

AUDIT DES BATIMENTS AVANT DEMOLITION TOTALE OU PARTIELLE 1/8. A remplir par l auditeur, à fournir à la maîtrise d ouvrage (joint à l appel d offres). AUDIT DES BATIMENTS AVANT DEMOLITION TOTALE OU PARTIELLE 1/8 1 - Identité du maître d'ouvrage DONNEES GENERALES Nom... Adresse... Coordonnées... Fax... II - Identité de l'auditeur Nom... Adresse... Coordonnées...

Plus en détail

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients STOCKAGE SOUTERRAIN Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients Prestations de service complètes à l échelle européenne Gestion

Plus en détail

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation Accor a mené la 1 ère empreinte environnementale dans le secteur hôtelier En 2010, suite

Plus en détail

DECRET N 2-08-243 DU30 rabii I 1431 17 mars 2010) INSTITUANT LA COMMISSION DES POLYCHLOROBIPHENYLES (PCB)

DECRET N 2-08-243 DU30 rabii I 1431 17 mars 2010) INSTITUANT LA COMMISSION DES POLYCHLOROBIPHENYLES (PCB) DECRET N 2-08-243 DU30 rabii I 1431 17 mars 2010) INSTITUANT LA COMMISSION DES POLYCHLOROBIPHENYLES (PCB) LE PREMIER MINISTRE; Vu l'article 63 de la Constitution ; Vu le décret n 2-99-922 du 6 chaoual

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL N 2014237-0022

ARRETE PREFECTORAL N 2014237-0022 DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Service protection de l'environnement GRENOBLE, LE 25 AOUT 2014 AFFAIRE SUIVIE PAR : A. MICHEL : 04.56.59.49.68 : 04.56.59.49.96 ARRETE PREFECTORAL

Plus en détail

SOURCE D INFORMATION

SOURCE D INFORMATION Contrôles périodiques des installations soumises à DC Elimination ou décontamination des appareils contenant des PCB 2010 SOURCE D INFORMATION www.developpement durable.gouv.fr/pcb www.pollutions.eaufrance.fr/pcb

Plus en détail

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE?

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? F R A N Ç O I S E B E R T H O U D G D S E C O I N F O / C N R S w w w. e c o i n f o. c n r s. f r F r a n c o i s e. B e r t h o u d @ g

Plus en détail

Gestion des lixiviats

Gestion des lixiviats Gestion des lixiviats OPTIONS DE GESTION DES LIXIVIATS MÉTHODOLOGIE En tenant compte de la gestion et du traitement des lixiviats qui se font actuellement dans d autres sites d enfouissement des déchets

Plus en détail

Toute non-conformité fera l objet d une fiche explicative avec montant facturable et photos!

Toute non-conformité fera l objet d une fiche explicative avec montant facturable et photos! Les déchets entrants sur notre site doivent entrer dans notre arrêté préfectoral disponible sur notre site internet www.lumiveroptim.fr LISTE DES DECHETS ADMIS SUR LE SITE DE LUMIVER OPTIM Les DEEE / Déchets

Plus en détail

Qualité de l eau et contaminations : Contamination par les PolyChloroBiphényles (PCB) dans l estuaire de la Seine

Qualité de l eau et contaminations : Contamination par les PolyChloroBiphényles (PCB) dans l estuaire de la Seine Qualité de l eau et contaminations : Contamination par les Problématique La famille des PolyChloroBiphényles regroupe 209 composés se différenciant par le nombre et la position d atomes de chlore sur une

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination INERTES Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : Filières d élimination ou

Plus en détail

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Conférences thématiques 17 et 18 novembre 2014 1 Mot d introduction 2 Cadrage général de la gestion des déchets de chantiers, responsabilités des différents

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DE MATÉRIAUX CONTENANT DES POLYCHLOROBIPHÉNYLES (PCB)

ASSAINISSEMENT DE MATÉRIAUX CONTENANT DES POLYCHLOROBIPHÉNYLES (PCB) REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement Service de toxicologie de l'environnement bâti Version 1 août 2013 DIRECTIVE ASSAINISSEMENT DE MATÉRIAUX

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Décret n o 2013-301 du 10 avril 2013 portant diverses dispositions relatives aux déchets

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Manganèse École Secondaire But: Déterminer la concentration de manganèse dans l'eau potable provenant de 4 sources différentes, plus d'un échantillon ayant la valeur limite recommandée par le

Plus en détail

CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE

CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE Répondre à des problématiques industrielles en génie des procédés et environnement en s appuyant sur les compétences de laboratoires académiques

Plus en détail

Formulaire d inventaire des PCB Première parution août 2002

Formulaire d inventaire des PCB Première parution août 2002 Inventaire des équipements contenant des Fiche numéro: Date: Inspecteur: A Informations sur la société et le site 1 Nom: 2 Adresse: 3 4 Adresse du site: (si différente de A2) Téléphone: Fax: E-mail: 5

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT

CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT I- MESURES PREALABLES A L ACCEPTATION SUR SITE Au préalable

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Prestations Proposées

Prestations Proposées Prestations Proposées Effluents gazeux - Réduction des émissions de COV et d autres composés toxiques volatils tels que H2S (couverture, inertage, etc.) - Collecte et traitement des gaz (absorption, adsorption,

Plus en détail

Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques

Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques à l'incinérateur Mars 2010 Travaux publics Gestion des matières résiduelles CONTENU DE LA PRÉSENTATION 1. L incinérateur 2. Obligations

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE 1 PARTIE A : ETAT DE L ART 6

INTRODUCTION GENERALE 1 PARTIE A : ETAT DE L ART 6 Table des Matières INTRODUCTION GENERALE 1 PARTIE A : ETAT DE L ART 6 1. INTRODUCTION DE LA PARTIE A--------------------------------------------------------------------------- 9 2. LE PROCÉDÉ DE COEXTRUSION:

Plus en détail

Conseil National de l Emballage

Conseil National de l Emballage Conseil National de l Emballage OLFD250909 DES PARTENAIRES POUR UN EMBALLAGE MEILLEUR PRISE EN COMPTE DES EXIGENCES LIEES À L ENVIRONNEMENT DANS LA CONCEPTION ET LA FABRICATION DES EMBALLAGES Mise en conformité

Plus en détail

Les Procédés de valorisation énergétique par Pyrolyse & Gazéification

Les Procédés de valorisation énergétique par Pyrolyse & Gazéification Les Procédés de valorisation énergétique par Pyrolyse & Gazéification par Gérard ANTONINI, Professeur des Universités (UTC) Congrès Européen ECO-TECHNOLOGIES pour le futur, Lille, Grand Palais, le 9 juin

Plus en détail

Plan départemental de gestion des déchets du BTP

Plan départemental de gestion des déchets du BTP Direction régionale et départementale de l Équipement Bourgogne/Côte d'or Plan départemental de gestion des déchets du BTP Version synthétique Novembre 2002 Sommaire 1. OBJECTIF DE LA DEMARCHE... 2 2.

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES :

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES : Créateur en France du premier stage HACCP en 1991 LE CONCEPT DE L ATELIER ULTRAPROPRE DANS SES ASPECTS AERAULIQUES Olivier Rondouin (o.rondouin@asept.fr) Résumé de l intervention présentée dans le cadre

Plus en détail

Développement de l outil

Développement de l outil Développement de l outil d empreinte carbone de DALKIA 19/10/2010 ) Marie Laure GUILBERT M2 Gestion de l Environnement Sommaire 1. Présentation de la mission 1.1 Contexte 1.2 Objectifs et caractéristiques

Plus en détail

BIEN PLUS QUE DE LA LOCATION DE PALETTE

BIEN PLUS QUE DE LA LOCATION DE PALETTE BIEN PLUS QUE DE LA LOCATION DE PALETTE CHEP : QUI SOMMES-NOUS? QU EST-CE QUE LE POOLING ET COMMENT ÇA FONCTIONNE? CHEP est le leader mondial des services de location-gestion de palettes & conteneurs et

Plus en détail

Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE la Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE Filiale du Groupe Suez Environnement et Leader en France,

Plus en détail

CAMPAGNE SUBSTANCES DANGEREUSES PLAN D ACTIONS

CAMPAGNE SUBSTANCES DANGEREUSES PLAN D ACTIONS CAMPAGNE SUBSTANCES DANGEREUSES PLAN D ACTIONS dans le cadre du 9 ème programme de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse Lutter contre la pollution Le 9 ème programme = 14 objectifs phares 2 objectifs

Plus en détail

Déchetterie de Treffieux

Déchetterie de Treffieux Déchetterie de Treffieux Activité La déchetterie assure la collecte des déchets apportés et triés par les ménages. Les déchets sont regroupés par catégories de matériaux : déchets vert, gravats, tout venant,

Plus en détail

INECE Workshop on E-Waste in West Africa Accra, 24-25 June 09. Pilot Project on E-Waste Senegal

INECE Workshop on E-Waste in West Africa Accra, 24-25 June 09. Pilot Project on E-Waste Senegal INECE Workshop on E-Waste in West Africa Accra, 24-25 June 09 Pilot Project on E-Waste Senegal CONTEXTE Nombre considérable d ordinateurs et de téléphones portables en circulation annuellement et demande

Plus en détail

SGS RENOVOTM UNE SOLUTION AUTOFINANCEE POUR LA GESTION DES DECHETS ELECTRONIQUES

SGS RENOVOTM UNE SOLUTION AUTOFINANCEE POUR LA GESTION DES DECHETS ELECTRONIQUES SGS RENOVOTM UNE SOLUTION AUTOFINANCEE POUR LA GESTION DES DECHETS ELECTRONIQUES NOUV ELLE APPROCHE À UN PROBLÈME TOXIQUE Un environnement plus écologique grâce à une solution effective en termes de coût

Plus en détail

HUBER Procédé de flottation HDF

HUBER Procédé de flottation HDF HUBER Procédé de flottation HDF Traitement des eaux usées, récupération et recyclage de l eau grâce au procédé de flottation avec micro bulles d air Système anti-colmatage avec décanteur lamellaire The

Plus en détail

Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai

Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai Les technologies de dépollution : recherche, développement et méthodes d évaluation Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai Les facteurs principaux de la prise de décision pour le choix d une technique

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

Centre Multimodal de Distribution Urbaine Logistique Urbaine et système d information

Centre Multimodal de Distribution Urbaine Logistique Urbaine et système d information Centre Multimodal de Distribution Urbaine Logistique Urbaine et système d information Jean-Charles DECONNINCK Président de Generix Group 19 Septembre 2014 Generix Group Qui Éditeur de solutions applicatives

Plus en détail

JOURNÉES DE RÉFLEXION. 17 au 18 Juin 2010

JOURNÉES DE RÉFLEXION. 17 au 18 Juin 2010 JOURNÉES DE RÉFLEXION La gestion des déchets industriels - La Promotion de l enseignement Villa Mandarine, Souissi- Rabat 17 au 18 Juin 2010 PR. A. BELFKIRA PRÉSENTATION DE LA FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES

Plus en détail

Technologies des procédés industriels d éliminations des déchets dangereux

Technologies des procédés industriels d éliminations des déchets dangereux GTZ - PGPE P.05.2099.9-001.00 L Atelier de Planification Technologies des procédés industriels d éliminations des déchets dangereux Dipl.- Ing. Peter Quarten, HIM GmbH Marrakech, Juin 2009 Les Installations

Plus en détail

Samuel Bassetto 04/2010

Samuel Bassetto 04/2010 Industrialisation Lean manufacturing 4.2 Réalisé avec V. FIGENWALD - SIEMENS Samuel Bassetto 04/2010 Plan de la partie 2 : Vers une production Lean 1. Valeur Ajoutée et Gaspillages Muda walk 2. Temps de

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

Décharge contaminée par les PCB: l assainissement de la Pila à Hauterive (FR). Le point de vue de l autorité cantonale Loïc Constantin, Service de l

Décharge contaminée par les PCB: l assainissement de la Pila à Hauterive (FR). Le point de vue de l autorité cantonale Loïc Constantin, Service de l Décharge contaminée par les PCB: l assainissement de la Pila à Hauterive (FR). Le point de vue de l autorité cantonale Loïc Constantin, Service de l environnement du canton de Fribourg 1 Contenu exposé

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS DANGEREUX SUR LE SITE INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS DANGEREUX SUR LE SITE INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS DANGEREUX SUR LE SITE INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES I. Objet de la prestation L activité du centre de recherche INRA

Plus en détail

AUDIT DES BATIMENTS AVANT DEMOLITION TOTALE OU PARTIELLE 1/10

AUDIT DES BATIMENTS AVANT DEMOLITION TOTALE OU PARTIELLE 1/10 AUDIT DES BATIMENTS AVANT DEMOLITION TOTALE OU PARTIELLE 1/10 Préambule : Afin d affiner la connaissance des enjeux et moyens contractuels à mettre en œuvre et de la transmettre au maître d ouvrage, il

Plus en détail

MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits

MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits Préambule La performance flux, quel que soit le vocable sous lequel on la désigne ( Juste

Plus en détail

Situation de l ISO 22000 France/Europe

Situation de l ISO 22000 France/Europe Situation de l ISO 22000 France/Europe Sommaire Historique et contexte de l ISO 22000 L ISO 22000 Panorama de la certification ISO 22000 L ISO 22000 et le contexte réglementaire La reconnaissance de l

Plus en détail

Déchets d amiante Les bonnes pratiques 4 juin 2015. 4 juin 2015 Thématique Amiante

Déchets d amiante Les bonnes pratiques 4 juin 2015. 4 juin 2015 Thématique Amiante Déchets d amiante Les bonnes pratiques 4 juin 2015 4 juin 2015 Thématique Amiante sommaire I Textes réglementaires (rappel code de l environnement et ADR) II Le classement des déchets d amiante III Les

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES REGLEMENT DE LA CONSULTATION Maître de l ouvrage : MAIRIE DE FENOUILLET Département de la Haute Garonne Objet du marché : Date limite de réception des offres : 12 Juillet à

Plus en détail

Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces :

Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces : Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces : Les exigences des nouvelles normes en Allemagne permettent de neutraliser les eaux naturelles d une manière

Plus en détail

II. QUAND UN DIAGNOSTIC PCB AVANT TRAVAUX DOIT-IL ÊTRE RÉALISÉ?

II. QUAND UN DIAGNOSTIC PCB AVANT TRAVAUX DOIT-IL ÊTRE RÉALISÉ? REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement Service de toxicologie de l'environnement bâti Version 1 août 2013 DIRECTIVE DIAGNOSTIC PCB AVANT TRAVAUX

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

Déchets du BTP et recyclage

Déchets du BTP et recyclage Déchets du BTP et recyclage «Etude sur les volumes et les flux de déchets et matériaux recyclés du BTP dans les Landes» Plan de prévention et de gestion des déchets de chantiers du BTP des Landes Réunion

Plus en détail

Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise

Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise Journées d échanges franco-suisses sur la gestion des sites et sols pollués 14 15 juin 2012 Hans-Jürg Reinhart Carine

Plus en détail

Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue

Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue Colloque sur la gestion de l eau en Abitibi-Témiscamingue Samedi le 17 janvier 2004 Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue Annie Bérubé

Plus en détail

Optimisation en production cartographique : l automatisation

Optimisation en production cartographique : l automatisation Optimisation en production cartographique : l automatisation Veille Technologique Décembre 2011 Référent : Thomas Milon Tuteur : Philippe Vismara Aurélie Poncet & Hanneke Van der Most 2 Contexte «Portrait

Plus en détail

Nouvelles méthodes pour surveiller la pénétration de la vapeur dans les dispositifs médicaux complexes avec des simulateurs de.

Nouvelles méthodes pour surveiller la pénétration de la vapeur dans les dispositifs médicaux complexes avec des simulateurs de. Nouvelles méthodes pour surveiller la pénétration de la vapeur dans les dispositifs médicaux complexes avec des simulateurs de dispositifs itif médicaux (MDS) et des systèmes de surveillance de charge

Plus en détail

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel Phase : Faisabilité du projet d injection Etape : Considérations générales 11 pages version 19/08/2011 Sommaire

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

Gestion des déchets. Rapport de stage «Master II Gestion de l environnement Université Bordeaux4 June SOLNICA Année 2010-2011. Mardi 11 Octobre 2011

Gestion des déchets. Rapport de stage «Master II Gestion de l environnement Université Bordeaux4 June SOLNICA Année 2010-2011. Mardi 11 Octobre 2011 Gestion des déchets Rapport de stage «Master II Gestion de l environnement Université Bordeaux4 June SOLNICA Année 2010-2011 1 Mardi 11 Octobre 2011 Pourquoi gérer ces déchets? Objectif : - Réduire les

Plus en détail

La gestion durable des déchets, Quelles solutions pour les pays en développement

La gestion durable des déchets, Quelles solutions pour les pays en développement Session XX: Date 12/04/2011 La gestion durable des déchets, Quelles solutions pour les pays en développement Dr Elhaité Hakima PDG, EAU GLOBE - MAROC Sommaire Aperçu de la situation actuelle; Objectifs;

Plus en détail

Dioxines, Furanes & PCBs

Dioxines, Furanes & PCBs http://www.unice.fr/zetetique Dioxines, Furanes & PCBs Henri BROCH Professeur à l'université de Nice-Sophia Antipolis 1 Les "dioxines", qu'est-ce que c'est? 2 Quelles sont les sources d'émission? Que sait-on

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

10/10/2014 LES METIERS ET FILIERES DE FORMATION EN LOGISTIQUE

10/10/2014 LES METIERS ET FILIERES DE FORMATION EN LOGISTIQUE 10/10/2014 LES METIERS ET FILIERES DE FORMATION EN LOGISTIQUE La LOGISTIQUE, c est prévoir et organiser : - l approvisionnement en fonction de la production, - la manutention et le stockage des produits

Plus en détail

PCB ou PolyChloroBiphényles : - l état des lieux - le plan national d actions. Octobre 2007

PCB ou PolyChloroBiphényles : - l état des lieux - le plan national d actions. Octobre 2007 PCB ou PolyChloroBiphényles : - l état des lieux - le plan national d actions Octobre 2007 A/ ETAT DES LIEUX 1) Les PCB : usages et effets sur la santé Les PCB, ou PolyChloroBiphényles, sont des dérivés

Plus en détail

Projet de réhabilitation du site SCPA Agronutrition. Projet d aménagement de la future clinique du Sport

Projet de réhabilitation du site SCPA Agronutrition. Projet d aménagement de la future clinique du Sport Projet de réhabilitation du site SCPA Agronutrition Projet d aménagement de la future clinique du Sport Localisation du site Secteur de Langlade Commune de Toulouse Projet d aménagement du site : Usage

Plus en détail

Constitution et diffusion d'une base de données cartographiques sous licence libre sur les formations à silex en Rhône-Alpes et Auvergne

Constitution et diffusion d'une base de données cartographiques sous licence libre sur les formations à silex en Rhône-Alpes et Auvergne Constitution et diffusion d'une base de données cartographiques sous licence libre sur les formations à silex en Rhône-Alpes et Auvergne Paul Fernandes, Christophe Tufféry et Pascal Tallet PCR Réseau de

Plus en détail

Analyse de cycle de vie d un système de récupération des eaux de pluie pour une réutilisation dans l habitat

Analyse de cycle de vie d un système de récupération des eaux de pluie pour une réutilisation dans l habitat Analyse de cycle de vie d un système de récupération des eaux de pluie pour une réutilisation dans l habitat Claire VIALLE, Guillaume BUSSET, Caroline SABLAYROLLES, Marie-Christine HUAU, Mireille MONTREJAUD-VIGNOLES

Plus en détail

EAU PRO. Expertise - Conception - Réalisation. Traitement des lixiviats de Plateformes de compostage. Environnement. Agro-alimentaire.

EAU PRO. Expertise - Conception - Réalisation. Traitement des lixiviats de Plateformes de compostage. Environnement. Agro-alimentaire. EAU PRO Notre métier : gestion, traitement et réutilisation de vos effluents Expertise - Conception - Réalisation Environnement Agro-alimentaire Industries Traitement des lixiviats de Plateformes de compostage

Plus en détail

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura 19-06-2015 Approche Bilan Carbone Réf Date Auteur V1 04/06/15 ELAN V2 15/06/15 ELAN V3 19/06/15 ELAN ELAN 1, avenue Eugène Freyssinet 78061 SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

Plus en détail

Système de conversion Plasco CMM 6 oct. 2008. L objectif Plasco : aucun déchet, aucune contamination

Système de conversion Plasco CMM 6 oct. 2008. L objectif Plasco : aucun déchet, aucune contamination Système de conversion Plasco CMM 6 oct. 2008 L objectif Plasco : aucun déchet, aucune contamination 2 Conception d usines qui optimisent la valorisation des déchets 99,8 % des déchets sont convertis en

Plus en détail

Journée technique Forbach-Farebersviller, 1 er avril 2014. Condensation des fumées sur des installations bois énergie

Journée technique Forbach-Farebersviller, 1 er avril 2014. Condensation des fumées sur des installations bois énergie Journée technique Forbach-Farebersviller, 1 er avril 2014 sur des installations bois énergie Jean-Pierre TACHET, Conseiller technique du CIBE, animateur de la commission «REX» Comité Interprofessionnel

Plus en détail

02 Vénizel Papeterie La Rochette Le 18 juin 2001 un incendie frappe la salle des équipements électriques de la cartonnerie La Rochette et endommage 5

02 Vénizel Papeterie La Rochette Le 18 juin 2001 un incendie frappe la salle des équipements électriques de la cartonnerie La Rochette et endommage 5 02 Vénizel Papeterie La Rochette Le 18 juin 2001 un incendie frappe la salle des équipements électriques de la cartonnerie La Rochette et endommage 5 transformateurs au pyralène. «Des traces de PCB sont

Plus en détail

Techniques de gestion et d optimisation de l entrepôt (niveau 1) A qui s adresse cette formation? Magasiniers Chefs d équipe Chefs de service

Techniques de gestion et d optimisation de l entrepôt (niveau 1) A qui s adresse cette formation? Magasiniers Chefs d équipe Chefs de service Techniques de gestion et d optimisation de l entrepôt (niveau 1) Formation en centre A qui s adresse cette formation? Magasiniers Chefs d équipe Chefs de service Durée : 3 jours Le calendrier 2010 Tarifs

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Fer École Secondaire But: Déterminer la concentration de fer dans de l'eau potable provenant de 4 sources différentes plus un échantillon à la valeur limite en fer selon les recommandations

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Les émissions atmosphériques de la combustion de biomasse

Les émissions atmosphériques de la combustion de biomasse Départements Bioressources et Surveillance de la Qualité de l Air Direction des Energies Renouvelables, des Réseaux et des Marchés Energétiques 19.7.27 Direction de l Air, du Bruit et de l Efficacité Energétique

Plus en détail

systèmes de séparation des eaux usées contenant des Graisses

systèmes de séparation des eaux usées contenant des Graisses systèmes de séparation des eaux usées contenant des Graisses séparateur de graisses FriWa -fat Généralités Lorsque des graisses d origine animale et des huiles d origine végétale se solidifient dans les

Plus en détail

Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques. Jeudi 13 septembre 2012

Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques. Jeudi 13 septembre 2012 Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques Jeudi 13 septembre 2012 Nos animateurs Marie-Laure Heraud Responsable activité REACH / Risque chimique

Plus en détail

Annexe VIII pièce jointe n 2. Contribution de la DGTPE pour le groupe de travail sur la réforme du financement de la protection sociale

Annexe VIII pièce jointe n 2. Contribution de la DGTPE pour le groupe de travail sur la réforme du financement de la protection sociale Annexe VIII pièce jointe n 2 Contribution de la DGTPE pour le groupe de travail sur la réforme du financement de la protection sociale Transferts entre entreprises : un scénario de modulation portant sur

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail