une belle entreprise pour la Somme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "une belle entreprise pour la Somme"

Transcription

1 Janvier 2013 L Agriculture, une belle entreprise pour la Somme La Ferme Somme en quelques chiffres L agriculture, une belle entreprise pour la Somme 1

2 2 L agriculture, une belle entreprise pour la Somme

3 L Agriculture, une belle entreprise pour la Somme Sommaire Les caractéristiques naturelles et le territoire 4 Les exploitations agricoles 5 L installation et la création d entreprises 6 Performance et diversité des productions végétales 7 et animales Produits locaux et tourisme à la ferme 8 Une filière agroalimentaire dynamique et diversifiée 9 L environnement au coeur des préoccupations L agriculture, une belle entreprise pour la Somme 3

4 Les caractéristiques naturelles et le territoire La Somme constitue un vaste plateau au relief peu accidenté. La caractéristique essentielle est la présence dans son sous-sol d une assise crayeuse élevée, siège d un réservoir en eau important. Cinq régions agricoles naturelles n Le Santerre-Vermandois à l Est se caractérise par un sol de limon profond fertile. Les cultures dominantes sont les céréales, les betteraves et une grande partie des pommes de terre de consommation et des légumes de plein champs produits dans la Somme. Marquenterre Ponthieu n Le Plateau Picard au centre présente un relief plus accidenté, avec une fine couche de limon, laissant place par endroit à des sols de craie (perméables) ou d argile à silex (biefs). Les productions dominantes sont les céréales, les oléo-protéagineux, les pommes de terre fécule ainsi que l élevage laitier et porcin. n Le Ponthieu au Nord-Ouest est une région plus arrosée sur sa partie nord. Les productions dominantes sont les céréales et l élevage bovin, avec également des cultures intensives en limon sableux telles que les légumes de plein champ (carottes-salsifis), les pommes de terre, les endives et le lin. n Le Marquenterre est une région de polders, terres d alluvions très fertiles gagnées sur la mer, mais qui souffrent de l excès d eau. Les surfaces sont occupées par des céréales et des prairies destinées à l élevage laitier et allaitant. L élevage de moutons y est développé dans les mollières et a obtenu l Appellation d Origine Contrôlée «Prés-Salés de la Baie de Somme». Le tourisme rural y est en pleine expansion. Vimeu ABBEVILLE AMIENS Plateau Picard PERONNE Santerre n Le Vimeu au Sud-Ouest est la région la plus arrosée, avec un sol plus imperméable (limon sur sous-sol argileux). L élevage laitier y est fortement représenté. Un climat tempéré favorable Kilomètres Echelle 1: Sources : SCAN 25 copyright IGN, Chambre d'agriculture de la Somme Les régions naturelles de la Somme Bénéficiant d un climat océanique, doux et tempéré, le département est relativement bien arrosé (de 650 mm d eau dans le Sud-Est à 850 mm dans le Nord-Ouest) et moyennement ensoleillé (température moyenne annuelle de 10 C). La Somme, un territoire attractif La Somme se situe au cœur d un réseau d axes de communication se plaçant ainsi comme une zone attractive pour les entreprises, en particulier dans le secteur agroalimentaire : l 50 km de ligne TGV l 215 km d autoroute l 46 km du canal Seine Nord Europe (en projet) l 1 aéroport Le territoire est aussi maillé par : l 65 km de gazoduc existants et 65 km en projet l 30 km de lignes électriques très haute tension l 57 km de lignes électriques souterraines (en projet) l 12 zones d activités représentant ha 4 L agriculture, une belle entreprise pour la Somme

5 Les exploitations agricoles Les formes sociétaires poursuivent leur développement La forme individuelle reste la forme préférée des exploitations avec 64% des exploitations concernées. Toutefois les formes sociétaires continuent de progresser au profit des EARL (Exploitation Agricole à Responsabilité Limitée) qui représentent 21% des exploitations. La part des GAEC (Groupement Agricole d Exploitation en Commun) se situe à 7%. Répartition des exploitations selon le statut La Somme compte exploitations agricoles soit près de 40 % des exploitations picardes. Ce nombre a baissé entre 2000 et 2010 de 2,1 % par an. Les exploitations continuent de s agrandir Autres formes (SCEA, SARL, SA, ) 8% EARL 21% La surface moyenne par exploitation est de 87 ha (98 ha en Picardie), elle a progressé de 16 ha en 10 ans. Les exploitations de plus de 100 ha représentent 35% du total. GAEC 7% Forme individuelle 64% Répartition des exploitations en fonction de la SAU 100 ha et + 35% - 50 ha 40% L âge moyen des exploitants s élève à 51 ans En 2010, la Somme compte chefs d exploitations et coexploitants. 61% d entre eux ont entre 40 et 60 ans. La part des moins de 40 ans (17%) reste faible. 50 à ha 25% Répartition des chefs d exploitation et coexploitants selon l âge 60 ans et + 22% moins de 40 ans 17% La main d œuvre Dans la Somme, actifs permanents travaillent dans les exploitations agricoles en 2010, représentant unités de travail annuel (UTA). En 2010, la main d oeuvre familiale assure 68 % du travail. L emploi agricole a baissé de 23 % en 10 ans. Le travail fourni par les exploitations en 2010 (en nombre d UTA) de 50 à - 60 ans 32% de 40 à - 50 ans 29% Chefs d exploitations et coexploitants Conjoints non exploitants 592 Autres membres de la famille 324 Salariés permanents 1779 Saisonniers 802 ETA Cuma 132 *Exploitation agricole : unité économique produisant des produits agricoles ou maintenant des terres dans de bonnes conditions agricoles et environnementales, dépassant une taille minimum (1 ha de SAU et/ou un minimum d animaux). Source : Agreste - Picardie - Memento 2012 L agriculture, une belle entreprise pour la Somme 5

6 L installation et la création d entreprise En 2010, 59 dossiers ont été présentés en vue de l obtention des aides nationales à l installation. Cela correspond à un nombre d installations aidées légèrement supérieur à celui de Cette valeur est toutefois inférieure à la moyenne des 6 dernières années : 71 dossiers. Profil des jeunes installés en % des jeunes s installent entre 25 et 35 ans et souvent après une première expérience professionnelle. L âge moyen d installation en 2010 est de 29 ans. 14 Répartition géographique des installations aidées ans ans ans ans Nous notons une augmentation du nombre d installations dans le Ponthieu et le Santerre, respectivement 12 et 19 en 2009, ainsi qu une diminution du nombre d installations dans le Plateau Picard (23 en 2009). Dans les autres régions du département, le nombre d installations reste stable Orientation technico-économique des installations Marquenterre=1 Ponthieu=18 En 2009, nous observons un équilibre entre les installations en polyculture et en polyculture- élevage. Alors que les productions animales représentent le tiers du chiffre d affaires de la «Ferme Somme», plus de la moitié des installations ont des animaux. Vimeu=4 Plateau Picard=17 Santerre=19 polyculture 46 % élevage 2 % polyculture-élevage vaches allaitantes 8 % polyculture-élevage laitier 24 % polyculture polyélevage 17 % maraîchage 3 % Coût de l installation En 2010, le coût global moyen d installation est de euros. Il a fortement progressé ces dernières années ( en 2006, en 2009). Forme juridique des installations 68 % des installations départementales se font aujourd hui sous la forme sociétaire. L EARL (entre plusieurs associés ou unipersonnelle) arrive en tête Région Picardie SCEA 8 % GAEC 14 % Département de la Somme Individuel 32 % EARL 46 % 6 L agriculture, une belle entreprise pour la Somme

7 Performance et diversité des productions végétales et animales La Somme se positionne dans les premiers rangs au niveau national pour de nombreuses productions. L agriculture départementale trouve sa force dans la diversité des productions et la performance de ses exploitations au service d une filière agroalimentaire dynamique. L assolement et les productions végétales La SAU du département de la Somme, c est à dire la surface des terres dédiées à une activité agricole, s étend sur ha dont 68% de terres arables. Cela représente un pourcentage très supérieur à la moyenne française (33 % de terres arables). Avec 60% des surfaces en 2010, l assolement de la «Ferme Somme» montre une forte dominante céréalière. A noter la spécialisation dans les oléo-protéagineux qui représentent 13% des surfaces en 2010 (contre 8% en 2008) dont 83% des exploitations produisent du blé. La betterave à sucre concerne plus de la moitié des exploitations. Répartition des cultures en 2010 (en surface) Pommes de terre 7% Lin 1% Betteraves 9% Protéagineux 6% Légumes 3% Oléagineux 7% Assolement 2010 Fourrages 7% Céréales 60% Superficie Exploitations en ayant (%) Blé tendre Orge et escourgeon Colza Protéagineux Betterave à sucre Pommes de terre - de consommation de fécule Maïs fourrage et ensilage STH La viande bovine et de porc Près de 20 % des élevages du département élèvent des vaches nourrices. Le département comptait vaches allaitantes en Le lait La Somme compte vaches laitières (présentes dans 23 % des exploitations) et livreurs pour une production laitière de plus de 420 millions de litres, soit la moitié de la production picarde. Nombre d exploitations en ayant en 2010 Des bovins des vaches laitières des vaches allaitantes Des porcins des truies mères 57 Des ovins 401 Des caprins 53 Des équins 524 La Somme parmi les premiers rangs au niveau national Légumes l Salsifis : 1 er rang l Endive : 2 ème rang l Haricot vert : 4 ème rang l Petit pois : 2 ème rang l Epinard : 3 ème rang Céréales et cultures industrielles l Blé : 1 er rang l Pommes de terre fécule : 1 er rang l Pommes de terre de consommation : 2 ème rang l Betterave : 3 ème rang Chiffre d affaires des principales filières l Blé : 250 millions d euros (soit 35% de la production régionale) l Pommes de terre : 190 millions d euros (soit 73% de la production régionale) l Lait et produits laitiers : 155 millions d euros (soit 50% de la production régionale) l Betteraves : 76 millions d euros (soit 28% de la production régionale) Source : Agreste - Picardie - Memento 2012 L agriculture, une belle entreprise pour la Somme 7

8 Produits locaux et Tourisme à la ferme Plus de 200 agriculteurs réalisent de la vente directe et plus de 300 sont engagés dans une démarche de circuits courts. La Chambre d agriculture de la Somme, soutenue par le Conseil régional de Picardie et le Conseil général de la Somme développe la consommation de produits locaux. Elle a dans ce sens accompagné la mise en place de nombreux projets structurant la distribution de produits locaux afin d en faciliter l accès et de renforcer l économie agricole locale. Bienvenue à la ferme Bienvenue à la ferme est la marque des Chambres d agriculture pour la promotion et le développement des activités de vente directe, d hébergement et d accueil à la ferme. Elle regroupe aujourd hui adhérents au niveau national. Connue par un français sur deux, Bienvenue à la ferme représente pour la clientèle un accueil de qualité et une garantie d origine fermière des produits. Dans la Somme, la marque regroupe 85 producteurs aux activités variées : chambres d hôtes à la ferme, fermes pédagogiques et de découverte, vente directe sur les marchés et à la ferme. Panier de mon Terroir Les Chambres d agriculture de la Somme et du Nord Pas-de-Calais, et la coopérative Uneal ont développé un concept de rayons de produits locaux au sein des jardineries Gamm Vert/ Point Vert. Depuis mai 2010, le rayon Panier de mon Terroir au Gamm Vert de Péronne propose ainsi des produits locaux issus de 25 producteurs. L Association des éleveurs en vente directe de viande (AEVIE) L association des éleveurs en vente directe de viande (AEVIE) regroupe une dizaine d éleveurs de la Somme et de l Oise qui proposent, à la ferme ou en livraison, de la viande en caissette, verrines de pâtés ou de plats cuisinés, charcuterie sous la marque «Votre viande côté ferme en Picardie». La plateforme Forts d une expérimentation positive de plus d un an d approvisionnement d une vingtaine de collèges du département par une quarantaine d agriculteurs, le Conseil général et la Chambre d agriculture de la Somme ont développé une «plate-forme virtuelle» pour faciliter l approvisionnement en circuits courts. Inaugurée le 31 janvier 2012, met en relation les agriculteurs souhaitant vendre en circuit court et les acheteurs professionnels. Dans leur espace privé, les agriculteurs inscrivent ainsi les produits qu ils souhaitent vendre en proximité et choisissent leurs acheteurs. De leur côté, les acheteurs ont accès à «leur catalogue» de produits disponibles et peuvent passer commande directement par Internet auprès des producteurs qu ils auront sélectionnés. 8 L agriculture, une belle entreprise pour la Somme

9 Une filière agroalimentaire dynamique et diversifiée Avec 90 établissements et près de emplois, l industrie agroalimentaire représente un pilier économique pour la Somme. Les grands groupes (Bonduelle, Roquette, Bigard, ) comme les PME sont présentes sur le territoire et offrent une diversité de produits transformés. Panorama des entreprises agroalimentaires de la Somme Industries des viandes et oeufs Industries des fruits et légumes Industries laitières Travail des grains et produits amylacés Produits de boulangerie-pâtisserie et pâtes alimentaires Fabrication de sucre Fabrication de produits alimentaires divers Alimentation animale Industries des boissons Divers moins de 20 salariés de 21 à 50 salariés de 51 à 100 salariés de 101 à 250 salariés de 251 à 750 salariés plus de 751 salariés La Somme représente : 40% des entreprises agroalimentaires picardes 45% de l emploi régional Source : Agrosphères Répartition de l emploi selon le secteur d activités Industrie des fruits et légumes 28 % Travail des grains - Produits amylacés 14 % Industrie des viandes et des oeufs 14 % Alimentation animale 10 % Fabrication de produits alimentaires divers 9 % Fabrication de sucre 9 % Produits de boulangerie-pâtisserie/ Pâtes alimentaires 7 % Industrie laitière 4 % Divers 3 % Industrie des boissons 1 % Agro-Sphères est l association des entreprises agroalimentaires de Picardie. Elle rassemble tous les acteurs de la filière : entreprises, centres techniques et de formation, collectivités locales et organismes économiques. Forte de ses 90 adhérents, Agro-Sphères poursuit son développement au service des entreprises et des acteurs locaux, afin de répondre au mieux aux attentes de tous. Ses missions sont l animation et la valorisation de la filière agro-alimentaire, la promotion du territoire pour attirer de nouvelles entreprises et l accompagnement dans le développement de celles qui ont déjà choisi la Picardie. Source : Agrosphères L agriculture, une belle entreprise pour la Somme 9

10 Conserves et produits transformés s L une des enseignes les plus connues est sans doute Bonduelle, implantée à Estrées-Mons. D autres entreprises comme la conserverie Saint-Christophe et les Canards du Val de Luce mettent les produits locaux à l honneur. Sucre et amidon Saint-Louis Sucre et Vermandoise Industries valorisent la production de betteraves départementale. La Somme est aussi présente sur d autres créneaux comme la fabrication de produits amylacés à partir de la pomme de terre fécule par la société Roquette implantée Vecquemont. Syral, filiale de Tereos, extrait pour sa part des dérivés du glucose à partir du blé. Produits laitiers s L industrie du lait est aussi très performante avec Nutribio qui fabrique du lait en poudre et des produits diététiques. L UPCL du groupe Sodiaal traite le lait (pasteurisation, écrémage, concentration) et fabrique des produits laitiers. La VPM-SFPL produit quant à elle 200 millions de bouteilles de lait UHT et elle investit dans une usine totalement dédiée au lait infantile. Pommes de terre, endives et légumes La pomme de terre est valorisée par des entreprises bien connues comme Lunor ou Nestlé (purée Mousseline). Touquet Savour commercialise la ratte du Touquet et Bayard Distribution a réintroduit la pomme de terre violette : la vitellote. Par ailleurs, de nombreuses endiveries sont présentes sur le territoire, ainsi qu une entreprise spécialisée dans la salade quatrième gamme : Picvert à Estrées-Mons. Viande et oeufs s Les entreprises du département maîtrisent l abattage comme la transformation de la viande. A côté du groupe Bigard, la Somme compte de nombreuses PME dynamiques comme les Salaisons du Terroir, le Domaine Picard ou Sauvage Viandes. Concernant les œufs, Sicadap à Montdidier commercialise 220 millions d œufs sous la marque Matines. Oeufs Nord Europe à Doullens est spécialisé dans les oeufs bio, label rouge et alternatifs. Pain, pâtisserie et céréales 10 L agriculture, une belle entreprise pour la Somme L entreprise Dailycer est le leader européen des céréales pour petit-déjeuner commercialisées sous marques distributeurs. La Biscuiterie Tourniayre, spécialisée dans la commercialisation de cornets, biscuits et accessoires pour glace, a pris un nouveau tournant en 2010 avec la création d une unité de production à Roye. La Somme accueille aussi des boulangeries industrielles (Panavi et Touflet tradition), sans oublier le pâtisserie Pasquier à Vron. Nutrimaine fabrique quant à elle le chocolat en poudre Banania.

11 L environnement au coeur des préoccupations Préserver les ressources naturelles, la qualité de l eau et la biodiversité tout en maintenant la compétitivité des exploitations agricoles, tel est l enjeu de l agriculture de la Somme. Les agriculteurs samariens s investissent dans l amélioration et l adaptation constantes de leurs pratiques. Ont déjà été signés dans la Somme 250 PEA 456 PVE 262 MAE Les agriculteurs de la Somme, conscients des enjeux environnementaux, se sont engagés volontairement dans des dispositifs concernant le développement des territoires ruraux et l amélioration de la qualité de l environnement au travers des mesures agri-environnementales (MAE), du Programme Eau et Agriculture (PEA) et du Plan Végétal pour l Environnement (PVE). Leur objectif est de répondre aux enjeux environnementaux retenus pour la région : qualité de l eau, biodiversité, lutte contre l érosion, prairies et paysage. Les mesures proposées aux agriculteurs concernent la réduction de l utilisation des produits phytosanitaires, l entretien des éléments paysagers (haies, fossés, mares, etc.) ou encore la gestion ou la ré-introduction de prairies. Les exploitations agricoles sont également soutenues dans l amélioration de leurs corps de ferme ou l acquisition de matériels à caractère environnemental : aménagement de l aire de remplissage du pulvérisateur et de lavage du matériel, matériel de désherbage mécanique, adaptation des pulvérisateurs, Produire et économiser l énergie l Installations de méthanisation depuis 2008 : 6 projets collectifs et 8 projets individuels l m² d installations photovoltaïques depuis 2008 chez 50 agriculteurs pour une puissance de mégawatts l 60 Plans de performance énergétique (PPE) depuis 2009 l 400 ha de miscanthus l 18 presses à huile l 60 chaudières à biomasse chez des agriculteurs l 15 chaudières à biomasse collectives Protection intégrée : des résultats probants Depuis 2008, la Somme est leader dans le département en protection intégrée. L objectif est de limiter l usage des produits phytosanitaires et de ne les utiliser qu en dernier ressort. Protéger l environnement tout en maintenant les rendements, telle est donc l ambition affichée par la profession. Sur un vaste réseau de parcelles agricoles (700 en en 2011) les résultats sont probants avec 50 % de phytosanitaires en moins et un rendement légèrement supérieur à la moyenne départementale. L agriculture participe au recyclage des déchets organiques Chaque année 15% de la surface agricole utile du département reçoivent des effluents urbains, d élevage ou issus des entreprises agroalimentaires. Pour être recyclés, les déchets doivent démontrer leur innocuité vis-à-vis des sols, des plantes et de l environnement. La plupart des déchets sont soumis à un plan d épandage et doivent faire l objet d un suivi agronomique assurant transparence et traçabilité. n Environ t de matières sèches de fertilisants organiques ont été épandus (plus de tonnes ou m 3 bruts) n Cela a nécessité près de hectares, soit un peu plus de 14 % de la surface agricole utile (SAU). n Sur les 18 sites industriels qui réalisent des épandages, la grande majorité sont des industries agro-alimentaires. n Une quinzaine de sites de compostage et méthanisation est identifiée dans la Somme et a produit environ tonnes brutes de composts épandus ( tonnes de matière sèche). L agriculture, une belle entreprise pour la Somme 11

12 Les filières agricoles et agroalimentaires : richesses du territoire Chambre d agriculture de la Somme - 19 bis rue Alexandre Dumas Amiens cedex 3 tél fax L agriculture, une belle entreprise pour la Somme

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 ORIENTATIONS pour l'agriculture un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 Juillet 2011 Agriculture et Agroalimentaire, un patrimoine essentiel à l'économie normande Pour de nombreuses productions,

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales

Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales Décembre 211 Pôle Economie et Prospective 1 Ce panorama a été produit par le Pôle Economie et Prospective

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

Statistique Agricole. Mémento. L essentiel sur : le territoire. le contexte européen. le contexte européen. les structures. les productions animales

Statistique Agricole. Mémento. L essentiel sur : le territoire. le contexte européen. le contexte européen. les structures. les productions animales Mémento Décembre 2014 Statistique Agricole L essentiel sur : le contexte européen le contexte européen le territoire FRANCE - Édition 2014 les productions animales les structures les données économiques

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme de la Communauté de Communes du canton de Champtoceaux

Plan Local d Urbanisme de la Communauté de Communes du canton de Champtoceaux Plan Local d Urbanisme de la Communauté de Communes du canton de Champtoceaux Diagnostic Agricole Juillet 2014 Sommaire 1. UNE RESSOURCE ECONOMIQUE AU COEUR DU TERRITOIRE... 4 1.1. Un maillage d exploitations,

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Panorama élaboré à partir d une étude Ernst & Young pour la MDER mai 2004 Sommaire Organisation de la filière en PACA p. 3 Chiffres clés p. 4 Productions

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 (données disponibles au 1 ier avril 2013) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE LA VITICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL SERVICE D ECONOMIE RURALE L agriculture

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

Agriculture biologique suisse : Statistiques

Agriculture biologique suisse : Statistiques Agriculture biologique suisse : Statistiques % bio 2013 édition juin2014 Josy Taramarcaz AGRIDEA Disponible sur : www.agridrea.ch Nombre d exploitations et surfaces Bio en Suisse (exploitation touchant

Plus en détail

S installer en Massif central, faire vivre un territoire

S installer en Massif central, faire vivre un territoire 16 mars 2012 S installer en Massif central, Le Vee Gilles Machat Marie Marchetti Célia Commanditaire : Amélie Chavarot faire vivre un territoire Diversité des exploitations agricoles au sein du Massif

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES ANNEE 2012

PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES ANNEE 2012 MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L'AGRO-ALIMENTAIRE ET DE LA FORET (articles L361 1 à 21 et D361 1 à R361 37 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES DE RECOLTE SUR LES POMMES A COUTEAU ET LES POMMES

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail

Des territoires laitiers contrastés

Des territoires laitiers contrastés Agreste Primeur 308 Numéro 308 - décembre 203 Les exploitations laitières bovines en France métropolitaine Télécharger les données au format tableur Des territoires laitiers contrastés 77 000 exploitations

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE I- Champ de l étude L industrie agroalimentaire (IAA) regroupe l ensemble des industries de transformation de matières premières, d origine végétale ou animale, destinées à

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014 Réforme de la PAC 2015 Réunion d information Septembre 2014 DE NOMBREUX DEFIS POUR LA PAC : LES PROPOS DE D. CIOLOS Juillet 2010 Le contexte : -> fin de la programmation 2007-2013 -> contexte de crise

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP 22-22230 MERDRIGNAC Tél : 02 96 67 41 41 - Fax :

Plus en détail

Action 5.1.1 : Mettre en place des outils d accompagnement technico-économique en matière de pratiques culturales

Action 5.1.1 : Mettre en place des outils d accompagnement technico-économique en matière de pratiques culturales Orientation stratégique n 5 : Innover pour amélior er la productivité des exploitations Objectif opérationnel 5.1 : acquérir des références technico-économiques sur des techniques alternatives Action 5.1.1

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

1-AIDE A L INVESTISSEMENT DES JEUNES AGRICULTEURS

1-AIDE A L INVESTISSEMENT DES JEUNES AGRICULTEURS 1-AIDE A L INVESTISSEMENT DES JEUNES AGRICULTEURS Objectifs Bénéficiaires Conditions d attribution Montant de la subvention Modalités d instruction de la demande de subvention Modalités de versement de

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01.

Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01. Maîtrise de l énergie et autonomie énergétique des exploitations agricoles françaises : état des lieux et perspectives d actions pour les pouvoirs publics Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01. Etude ayant bénéficié

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

A l heure du développement durable

A l heure du développement durable A l heure du développement durable du mercredi 16 au samedi 19 septembre 2009 Place d'erlon à Reims - 1 - PRESENTATIION DE LA MANIIFESTATIION Objectif La 14ème édition de "La Campagne à la Ville" aura

Plus en détail

La restauration collective relève le défi du bio!

La restauration collective relève le défi du bio! La restauration collective relève le défi du bio! Contact presse Frédérique Wikrzak Service Communication Courriel : frederique.wikrzak@mairie-charlevillemezieres.fr Tél : 03.24.32.41.28 Avant-propos La

Plus en détail

industrie agroalimentaire

industrie agroalimentaire industrie agroalimentaire agro L élaboration des produits agroalimentaires nécessite la mise en place et le contrôle de nombreux procédés et technologies avancées. De la réception des matières premières

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

COMITE REGIONAL COMITE REGIONAL INSTALLATION TRANSMISSION INSTALLATION TRANSMISSION. 28 mai 2015

COMITE REGIONAL COMITE REGIONAL INSTALLATION TRANSMISSION INSTALLATION TRANSMISSION. 28 mai 2015 COMITE 28 mai 2015 Actualité sur le PDR Poitou-Charentes Examen dossiers individuels Ordre du jour Questions diverses 2 Actualité sur le PDR Poitou-Charentes Quelques difficultés pour l'ouverture de l'osiris

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Matériels et méthodes Résultats

Matériels et méthodes Résultats Réseau PRO, référencement des Produits Résiduaires Organiques dans un système d information mutualisé Bell Alix 1, Michaud Aurélia 1, Schaub Anne 2, Trochard Robert 3, Sagot Stéphanie 4, Dumont Solène

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Rencontre Départementale d Information des Hautes-Pyrénées. Les filières et le rôle de la Safer GHL

DOSSIER DE PRESSE. Rencontre Départementale d Information des Hautes-Pyrénées. Les filières et le rôle de la Safer GHL Société d Aménagement Foncier et d Établissement Rural DES HOMMES, DES TERRES, DES PROJETS DOSSIER DE PRESSE Rencontre Départementale d Information des Hautes-Pyrénées CCI de Tarbes Mardi 31 mars 2015

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central BIO MASSIF Bulletin du Pôle AB Massif Central, Février 2011, N 10

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction Générale de la Régulation et de l Organisation des Activités Direction des Etudes de la Prospective et de l Information Economique

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique Réalisé par Anne - Sophie DELASSUS et Anna BORDES Chambres d Agriculture des Pays de la Loire Cas concret Cas CONVERSION VERS concret L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

La Population des Exploitants agricoles en 2011

La Population des Exploitants agricoles en 2011 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques Etude juin 2012 La Population des Exploitants agricoles en 2011 www.msa.fr JUIN 2012 LA POPULATION DES EXPLOITANTS AGRICOLES EN 2011 DIRECTION DES

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES L élevage, comme l agriculture dans son ensemble, a connu d importantes mutations depuis le début du XXème siècle. De structures familiales, ce secteur est passé

Plus en détail

Trois mille exploitations produisent des légumes sur une surface de 23 300 ha. Très répandue, cette production se retrouve dans 22 % des

Trois mille exploitations produisent des légumes sur une surface de 23 300 ha. Très répandue, cette production se retrouve dans 22 % des - N 7 - Août 2012 Agreste Numéro 7 - Août 2012 Légumes La production de légumes par les agriculteurs de la région Nord Pas-de-Calais a une importance tant historique que quantitative. Elle est spécifique

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

Evénement à Valensole : Couleurs Paysannes ouvre son magasin de producteurs 5 juillet 2012 Contact presse

Evénement à Valensole : Couleurs Paysannes ouvre son magasin de producteurs 5 juillet 2012 Contact presse Evénement à Valenso ole : ouvre son magasi n de produc cteurs 5 juillet 2012 Contact presse Catherine Habas 06.27.20.64.08 catherine.habas@wanadoo.fr Evénement à Valensolee! ouvre son magasin de producteurs

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

En 2011, la baisse du nombre d'exploitants est modérée, comme en 2010

En 2011, la baisse du nombre d'exploitants est modérée, comme en 2010 >> les exploitants Année 2011 - N 6 - novembre 2012 Les exploitants ORNE - données 2011 5 914 exploitants recensés, -96 en un an Les chefs d'exploitation à titre exclusif, principal ou secondaire sont

Plus en détail

Agri-stabilité GUIDE DE DÉCLARATION DES UNITÉS PRODUCTIVES 2012

Agri-stabilité GUIDE DE DÉCLARATION DES UNITÉS PRODUCTIVES 2012 Ce guide contient toutes les informations nécessaires pour déclarer vos unités productives pour l année de participation 2012. Guide de déclaration des unités productives...p. 3 Liste des unités productives...p.

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Rq : pour les agriculteurs : laisser la possibilité de coller l étiquette d identification pré-remplie basée sur le S1

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Rq : pour les agriculteurs : laisser la possibilité de coller l étiquette d identification pré-remplie basée sur le S1 n 13 681*02 MINISTÈRE DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION

Plus en détail

La présence de conditions intégrales (CI) et/ou de conditions sectorielles (CS) est mentionnée en regard des rubriques concernées.

La présence de conditions intégrales (CI) et/ou de conditions sectorielles (CS) est mentionnée en regard des rubriques concernées. Dans une exploitation agricole, peuvent se rencontrer : Chapitre 1 : des activités d élevage Chapitre 2 : des activités agricoles autres que l élevage Chapitre 3 : des activités autres qu agricoles Chaque

Plus en détail

fenaco: chiffre d affaires en hausse dans tous les domaines d activité

fenaco: chiffre d affaires en hausse dans tous les domaines d activité Centre d information fenaco Berne, 21 mai 2014 Communiqué de presse concernant l exercice 2013 fenaco: chiffre d affaires en hausse dans tous les domaines d activité Malgré la météo précaire qui a marqué

Plus en détail

La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012

La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012 La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012 Cette lettre du service d'économie agricole (SEA) de la DDT de l'essonne est gratuite. Elle peut librement être recopiée

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

Fiche de renseignements accompagnant la demande de permis de construire en zone agricole dans le Haut-Rhin

Fiche de renseignements accompagnant la demande de permis de construire en zone agricole dans le Haut-Rhin Nom - Prénom (ou Nom de la société) : Adresse permanente : Téléphone : Email : Date de naissance: Statut juridique : s exploitation individuelle s GAEC s EARL s Autre (à préciser) Nom et Prénom du Chef

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION 2014

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION 2014 N FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION 2014 PLAN DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DIAGNOSTIC SEUL DISPOSITIF N 121 C1 DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL DE LA RÉGION NORD PAS DE CALAIS Cette demande

Plus en détail

BORDEREAU D'ENVOI DU DOSSIER BA

BORDEREAU D'ENVOI DU DOSSIER BA BORDEREAU D'ENVOI DU DOSSIER BA 24 avenue Foch BP 80085 60304 SENLIS CEDEX Tél : 03 44 53 45 06 Fax : 03 44 60 03 90 Mail : courrier@gestionassistance.com EXERCICE du au exercice provisoire déclaration

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

SOMMAIRE. 1- Comment ça marche p.3 2- Les utilisateurs p.4 3- Espace Fournisseur p.5-23

SOMMAIRE. 1- Comment ça marche p.3 2- Les utilisateurs p.4 3- Espace Fournisseur p.5-23 GUIDE PRODUCTEUR SOMMAIRE 1- Comment ça marche p.3 2- Les utilisateurs p.4 3- Espace Fournisseur p.5-23 3-1 Page d accueil p.6 3-2 Mon espace personnel p.7 3-3 Infos générales p.8-12 3-4 Produits réalisés

Plus en détail

Approvisionnement énergétique 2011

Approvisionnement énergétique 2011 Approvisionnement énergétique 211 approvisionnement énergétique 211 Combustibles solides Combustibles solides Gaz naturel (en PCS) Gaz naturel (en pcs) Énergie électrique Énergie électrique Produits pétroliers

Plus en détail

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives Juin 2012 Lionel FRANCOIS Sommaire La Bio, pourquoi? La Bio c est quoi? La situation de la Bio Les acteurs du Bio Le paysan

Plus en détail

L emploi en production agricole

L emploi en production agricole agir ensemble L emploi en production agricole Chiffres 2011 - Département d Ille-et-Vilaine La brochure est téléchargeable sur les sites de la MSA : www.msaportesdebretagne.fr et de l AEF : www.ille-et-vilaine.anefa.org

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL

Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio Dans quels circuits de commercialisation vont évoluer vos produits?

Plus en détail

60 produits solidaires pour les familles

60 produits solidaires pour les familles 60 produits solidaires pour les familles Une mobilisation de tous les acteurs Éleveurs Maraîchers Produits frais Produits secs GMS Conseil Général agriculteurs Droguerie Enseignes Transformateurs Manufacturiers

Plus en détail

NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE

NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE Carte : articque Crédit photos : Chambre régionale d'agriculture du Centre et FNASAVPA NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE n 445 Edition dépt. 28 du 4 octobre 2013 Pour obtenir les coordonnées d'une

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail