1 ere Université Maghrébine d Hygiène et de sécurité des soins

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 ere Université Maghrébine d Hygiène et de sécurité des soins"

Transcription

1 La gestion des événements indésirables à l hôpital et la culture de sécurité des patients: approche par évaluation de l ampleur du problème Dr. Sana El Mhamdi Pr. Mondher Letaief

2 Problématique (1) La sécurité des patients : attention croissante sur le plan mondial " To err is human " " An organisation with a memory " Principal indicateur de la sécurité des patients : fréquence des événements indésirables graves (EIG) et des EIG évitables (Kohn LT, 2000)

3 Problématique (2) Différentes études réalisées : Harvard Medical Practice Study (1991) Admissions présentent un évènement indésirable : 37% 3,7 16,66 % Revue de la littérature : 9,2% Evitabilité : 40 à 50 %

4 Problématique (3) " The Agency for Healthcare Research and Quality " Réduire les soins à risque d EIG Amélioration de la culture de la sécurité à l hôpital Amélioration de la sécurité des médicaments

5 Mesure des EIG Plusieurs méthodes de mesure Quantitatives : Qualitatives Medical record review Staff interview Group nominal Focus group

6 EIG en Tunisie Revue des dossiers Medical Record Review CHU de Monastir 18 spécialités / 620 dossiers Etude de cohorte rétrospective

7 Problématique (2)

8 EIG en Tunisie L incidence des EIG : 10 % (IC95 % [7,6 12,3]). EIG chirurgicaux / Procédures invasives : 55 % EIG thérapeutiques : 21 % Evitabilité : 60 % / Décès : 14,5 % Journées supplémentaires d hospitalisation : 570

9 Messages clés Intérêt de cette évaluation : Au niveau du leadership l incidence des EIG : critère de performance pour les systèmes de soins Prise de conscience del impact limpact économique et juridique des EIG

10 Messages clés Intérêt de cette évaluation ation: Au niveau des professionnels Prise en conscience de la réalité du problème Identification des domaines nécessitant des actions prioritaires

11 Messages clés Etude des EIG en chirurgie Implémentation de la «Safe Surgery Checklist» Evaluation du circuit des médicaments

12 La culture sécurité Culture sécurité (CS) : Ensemble cohérent et intégré de comportements individuels et organisationnels, fondé sur des croyances et des valeurs partagées, qui cherche continuellement à réduire les dommages aux patients, lesquels peuvent être liés aux soins. " European Societyfor Quality in Health Care " Intervention ti importante t en faveur de la sécurité itédes patients t

13 La culture sécurité Culture juste " Just Culture " Culture souple " Flexible Culture " Culture d apprentissage " Learning Culture " Culture de signalement " Reporting culture " Reason J.

14 La culture sécurité Les méthodes de mesure Safety Attitude Questionnaire (SAQ), Sandford questionnaire, AHQR questionnaire (HSOPSC). HSOPSC est disponible dans sa version anglaise Utilisation surtout pour établir un état de base sur la culture de la sécurité des patients dans une institution

15 La CS en Tunisie Peu d études sont faites pour explorer ce sujet. Au CHU de Monastir : en association avec d autres activités Exemples : études des EIG, formation du personnel de soins sur ce sujet, introduction de solutions, test de standards de l OMS pour la sécurité des patients

16 La CS en Tunisie Etude transversale descriptive. e Professionnels de santé en exercice au niveau du CHU Fattouma Bourguiba, Monastir. Période Avril Mai 2010.

17 La CS en Tunisie The Hospital Survey on Patient Safety Culture «HSOPSC»: 51 questions. 12 dimensions (3 4 questions pour chaque dimension). Traduction en français. Participants : 600 Auto administré, deux rappels.

18 La CS en Tunisie 1) Attentes t du superviseur et actions visant à promouvoir la sécurité du patient. 2) Travail d'équipe au sein des unités. 3) Organisation de l établissement pour améliorer la sécurité du patient. 4) Feedback. 5) Réponse non punitive à l'erreur. 6) Ressources humaines 7) Leadership à l hôpital. 8) Travail d'équipe à travers les différents services de l'hôpital. 9) Communication. 10) Transfert entre les services. 11) Fréquence des événements rapportés. 12) Perception globale de la sécurité.

19 La CS en Tunisie

20 D1 D2 D3 D4 D5 D6 D7 D8 D9 La perception globale de la sécurité La fréquence des événements rapportés Attentes du superviseur et les actions visant à promouvoir la sécurité des patients. L apprentissage et la formation continue Le travail d'équipe au sein des unités La communication Le feedback La réponse non punitive à l'erreur Les ressources humaines D10 Leadership de l hôpital D11 Le travail d'équipe à travers les différents services de l'hôpital D12 La transmission et le transfert entre les services Diagramme en araignée résumant les réponses positives en rapport avec les différentes dimensions de la culture de la sécurité des patients (n=600).

21 Classification par priorités Dimensions de la culture de la sécurité des patients % percep. + La réponse non punitive à l'erreur 21% La transmission de l information et le transfert entre les services. 27% Le leadership à lhôpital. l hôpital 27% Le travail d'équipe à travers les différents services de l'hôpital. 29% La fréquence des événements rapportés. 29.5% Les ressources humaines. 34% Le feedback. 38% La perception globale de la sécurité 44.5% La communication. 45% Les attentes de superviseur et les actions visant à promouvoir la sécurité des patients. 48,5% L apprentissage et la formation continue 61,5% Le travail d'équipe au sein des unités. 65%

22 Messages clés Evaluation ation quantitative de la culture sécurité était possible en milieu hospitalier tunisien Les résultats : base de réflexion sur le niveau actuel et sa possible amélioration La réponse non punitive à l erreur : concept nouveau et nécessite plus d intégration

23 Recommandations Renforcement du leadership pour promouvoir la culture de la sécurité des patients Développer les capacités locales dans le domaine de la sécurité des patients à travers une formation continue Mettre en place un système de signalement des évènements indésirables liés aux soins (volontaire / anonyme)

24 Recommandations Renforcer le partenariat entre les hôpitaux pour améliorer la sécurité des patients Des mesures de " Benchmarking " entre des structures hospitalières similaires partageant les mêmes objectifs

25 Merci pour votre attention

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale»

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» 1 Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» Actuellement, plus de 100 Conseils locaux de santé mentale (Clsm) sont opérationnels dont plus de la moitié ont une

Plus en détail

Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement

Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement Jean-François DUMAIS et Benoît LEDUC Conférence rence-compétences Chaire de gestion des compétences, ÉSG, UQÀM

Plus en détail

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013 Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital Point d avancement décembre 2013. Ambition et Enjeux Ambition : Elever l expérience du patient à l hôpital au même niveau

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences»

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» J Daviaud Responsible Assurance Qualité des produits pharmaceutiques SPE/PMU/QADM AEDES -Journées

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

l audit énergétique l audit partagé sur mesure

l audit énergétique l audit partagé sur mesure l audit énergétique l audit partagé sur mesure Rénovation énergétique : les objectifs du Grenelle Consommation d'énergie en copropriété (kwh/m²/an) Et vous pour vous, quelle est votre consommation en kwh/m²/an?

Plus en détail

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts EDUS 1101 Méthodologie de l observation Mme Joëlle Berrewaerts Les différentes phases d une recherche 6 grandes phases : (processus dynamique!) 1) Définir la PROBLEMATIQUE de départ (QP de recherche) +

Plus en détail

Démarche de développement des. transformation Lean

Démarche de développement des. transformation Lean Démarche de développement des compétences des cadres pour une transformation Lean Stéphanie Thibert, Richard Cloutier et Pierre Collerette Direction des ressources humaines Le 23 mai 2014 Contexte initial

Plus en détail

AECG 18 septembre 2013

AECG 18 septembre 2013 G.THIOLLIER, B.BARTHIER, A. FAUCONNIER. AECG 18 septembre 2013 Centre hospitalier Intercommunal Poissy St Germain en Laye Mme R, 57 ans Prolapsus extériorisé Gène fonctionnelle sévère Pas de symptôme urinaire,

Plus en détail

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014 Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle Décembre 2014 SOMMAIRE I. Evolution de la Réglementation Prudentielle III. Impacts de la nouvelle réglementation I III II. Règles algériennes VS Règles

Plus en détail

Essai en vibration sécurisé avec le logiciel VibControl de m+p international

Essai en vibration sécurisé avec le logiciel VibControl de m+p international Essai en vibration sécurisé avec le logiciel VibControl de m+p international L essai en vibration, quand il est réalisé correctement, est un outil précieux pour chaque laboratoire ou pour chaque ligne

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

Bachelier - Agrégé de l'enseignement secondaire inférieur Sous-section Langues germaniques

Bachelier - Agrégé de l'enseignement secondaire inférieur Sous-section Langues germaniques Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Catégorie Pédagogique Bachelier - Agrégé de l'enseignement secondaire inférieur Sous-section Langues germaniques HELHa Braine-le-Comte

Plus en détail

l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC LES CHIFFRES REPERES FONDERIE

l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC LES CHIFFRES REPERES FONDERIE Accompagner l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC 1 LES CHIFFRES REPERES FONDERIE CHIFFRE D AFFAIRES 5,6 milliards d euros

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Adoptée par le conseil d administration lors de sa 304 e assemblée, le 17 juin 2014 (résolution n o 2718) Dans cette politique, le masculin

Plus en détail

Édito Cadre général (1)

Édito Cadre général (1) Les premières remises des certificats 2012-2013 : Visa pour les IFRS, Parcours collaborateurs en Alsace, en Bretagne et à Montpellier. Édito Cadre général (1) L offre de formation pour 2013-2014 comprend

Plus en détail

CMTC CODE : TAG 0721

CMTC CODE : TAG 0721 R é p u b l i q u e Al g é r i e n n e D é m o c r a t i q u e e t P o p u l a i r e Ministère de la Formation et de l enseignement Professionnels Institut National de la Formation المعھد الوطني للتكوين

Plus en détail

TABLEAU DES ENTREVUES

TABLEAU DES ENTREVUES TABLEAU DES ENTREVUES Ce tableau regroupe les descriptions de toutes les entrevues réalisées auprès des éducatrices et éducateurs spécialisés. Pour chacun des thèmes, des suggestions de questions en lien

Plus en détail

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68 Service d Optimisation et de Lancement pour l Entreprenariat 2016 Catalogue Formation des SOLen Technopôle Lahitolle Elus locaux 6 rue Maurice Roy 18000 Bourges Tel. 02 46 08 10 68 Organisme agréé par

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception des Produits Industriels

Brevet de technicien supérieur Conception des Produits Industriels Brevet de technicien supérieur Conception des Produits Industriels BTS Conception des Produits Industriels - Page 1 / 103 Sommaire ANNEXE I Référentiels du diplôme... 3 ANNEXE I a Référentiel des activités

Plus en détail

ÉVALUATION MYSTÈRE SUR LES CONSEILS EN MATIÈRE DE PLACEMENT

ÉVALUATION MYSTÈRE SUR LES CONSEILS EN MATIÈRE DE PLACEMENT ÉVALUATION MYSTÈRE SUR LES CONSEILS EN MATIÈRE DE PLACEMENT Regard sur les pratiques liées aux services de conseils et l expérience des investisseurs en Ontario Avis 31-715 du personnel de la CVMO Avis

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2016. Socle SIRH Gratuit Modules à la carte Packs législatifs

DOSSIER DE PRESSE 2016. Socle SIRH Gratuit Modules à la carte Packs législatifs DOSSIER DE PRESSE 2016 Socle SIRH Gratuit Modules à la carte Packs législatifs 1 SOMMAIRE Présentation Le mot du PDG 4 Les chiffres clés 5 Le SIRH c est quoi 6 L avantage d avoir un SIRH en mode SaaS 7

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Rapport final Régis Blais, Ph.D., chercheur principal Université de Montréal Caroline Paquet, SF, (B.Sc.S), M.Sc., co-chercheure

Plus en détail

L IFET à vos côtés pour vous accompagner dans votre mandat. Des leviers d actions, des formations

L IFET à vos côtés pour vous accompagner dans votre mandat. Des leviers d actions, des formations Formations additionnelles au catalogue du 1 er semestre 2016 Des leviers d actions, des formations L IFET à vos côtés pour vous accompagner dans votre mandat La formation au service de la dynamisation

Plus en détail

RÉF.: EASO/2016/CA/003

RÉF.: EASO/2016/CA/003 Avis de vacance pour le poste d assistant en ressources humaines (agent contractuel, GF III) au sein du Bureau européen d appui en matière d asile (EASO) RÉF.: EASO/2016/CA/003 Publication Intitulé de

Plus en détail

FORMATION AU CYCLE SUPÉRIEUR DE SOPHROLOGUE PROFESSIONNEL DOSSIER 2017-2018

FORMATION AU CYCLE SUPÉRIEUR DE SOPHROLOGUE PROFESSIONNEL DOSSIER 2017-2018 FORMATION AU CYCLE SUPÉRIEUR DE SOPHROLOGUE PROFESSIONNEL DOSSIER 2017-2018 Siège Social : IFSP 15, rue des Tulipiers 38280 VILLETTE D ANTHON Tél. 06 25 45 92 85 ou 06 74 10 14 16 / Mail : contact@ifsp-lyon.fr

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

Compte Rendu de la réunion du 4 juillet 2007

Compte Rendu de la réunion du 4 juillet 2007 3 ème Réunion du «Club des utilisateurs en France» Compte Rendu de la réunion du 4 juillet 2007 Lieu : DGUHC - Grande Arche Paris-La Défense Salle 9M27 Animée par Peter Schilken Énergie-Cités (EC), Participants

Plus en détail

PanAf Edu vol. 2, n 4. Les logiciels libres d analyse qualitative : une alternative gagnante

PanAf Edu vol. 2, n 4. Les logiciels libres d analyse qualitative : une alternative gagnante PanAfrican Research Agenda on the Pedagogical Integration of ICTs interest in the technology right from home. Teacher training should equip teachers with knowledge and skills around gender issues in the

Plus en détail

Quelles approches pour tester autrement vos formules, produits et services?

Quelles approches pour tester autrement vos formules, produits et services? Harris Café 12 janvier 2016 Quelles approches pour tester autrement vos formules, produits et services? Présenté par : Garance Ferbeck, Directrice du Département Grande consommation/luxe, Harris Interactive

Plus en détail

Spécial TPE-PME : Des moyens exceptionnels pour le développement des compétences

Spécial TPE-PME : Des moyens exceptionnels pour le développement des compétences NumÉro NOVEMBRE 2015 8 Le Magazine de l OPCA DEFi pour le développement de l emploi et de la formation dans l industrie P. 4 le Tour De la question Spécial TPE-PME : Des moyens exceptionnels pour le développement

Plus en détail

Devenir médecin Sentinelles

Devenir médecin Sentinelles UNE COLLABORATION ENTRE MEDECINS LIBERAUX ET CHERCHEURS EN FRANCE METROPOLITAINE Devenir médecin Sentinelles Un réseau de médecins généralistes et pédiatres répartis sur le territoire métropolitain français

Plus en détail

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU DOSSIER DE PRESSE LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU CONFERENCE DE PRESSE du 24 mars 2011 www.mediation-eau.fr Agence Point Virgule Claire-Anne Brule Solenn Morgon

Plus en détail

INTÉRÊT DU REGROUPEMENT DES PLATEAUX MÉDICO-TECHNIQUES. RÉALISATION D UN OUTIL DE PROTOTYPAGE DES PLATEAUX CHIRURGICAUX

INTÉRÊT DU REGROUPEMENT DES PLATEAUX MÉDICO-TECHNIQUES. RÉALISATION D UN OUTIL DE PROTOTYPAGE DES PLATEAUX CHIRURGICAUX INTÉRÊT DU REGROUPEMENT DES PLATEAUX MÉDICO-TECHNIQUES. RÉALISATION D UN OUTIL DE PROTOTYPAGE DES PLATEAUX CHIRURGICAUX Présenté par Frédéric ALBERT Directeur de thèse : Eric MARCON Présentation de la

Plus en détail

INITIATION A L ERGONOMIE. PROMOTION EAS 2016 2017 29 février 2016

INITIATION A L ERGONOMIE. PROMOTION EAS 2016 2017 29 février 2016 INITIATION A L ERGONOMIE INITIATION AUX TECHNIQUES DE PREVENTION DES LOMBALGIES MANUTENTION DES MALADES ET DES HANDICAPES PROMOTION EAS 2016 2017 29 février 2016 1 A APPORTS THEORIQUES I - Les objectifs

Plus en détail

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse IASC evaluation de l approche cluster phase 2 résumé exécutif, AVRIL 2010 Evaluation de l Approche Cluster 2 Rapport Synthèse Julia Steets, François Grünewald, Andrea Binder, Véronique de Geoffroy, Domitille

Plus en détail

RAppoRT D'ACTiviTé. Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT

RAppoRT D'ACTiviTé. Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT RAppoRT D'ACTiviTé Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT 2014 Édito La Carsat Normandie s est inscrite dans une démarche de Développement durable depuis 2008. Elle s appuie sur le plan

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Technico-commercial en commerce international de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT 1 SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT B- LE SALON I/ PRESENTATION DU SALON II/ LES NOUVEAUTES DE LA 25 ème EDITION DU SALON DU MEUBLE III/ LES SECTEURS D EXPOSITION IV/ LES EXPOSANTS V/ LES

Plus en détail

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Le Sénégal s est inscrit, dès l origine, dans la dynamique du développement durable.

Plus en détail

Catalogue Formations

Catalogue Formations Catalogue Formations Management Bureautique Photographie Relations Commerciales Ressources Humaines Infographie, Web, Image Développement Personnel Santé GAGNEZ EN COMPÉTENCE AVEC ARCADE Opter pour la

Plus en détail

PSV 20 RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DAVID BERNARD

PSV 20 RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DAVID BERNARD PSV 20 RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DAVID BERNARD SECTION # 0 0 INTRODUCTION CE QUE VOUS TROUVEREZ DANS CE RAPPORT Ce rapport a été établi sur la base des réponses que David BERNARD a apportées au questionnaire

Plus en détail

Le pharmacien d officine au sein du réseau DROMARDIAB : rôle, collaboration et évolution selon la perspective des médecins et des IDE

Le pharmacien d officine au sein du réseau DROMARDIAB : rôle, collaboration et évolution selon la perspective des médecins et des IDE Le pharmacien d officine au sein du réseau DROMARDIAB : rôle, collaboration et évolution selon la perspective des médecins et des IDE Thomas Quenot To cite this version: Thomas Quenot. Le pharmacien d

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DU PROGRAMME QUÉBÉCOIS DE DÉPISTAGE SANGUIN DES MALADIES GÉNÉTIQUES

RAPPORT D ÉVALUATION DU PROGRAMME QUÉBÉCOIS DE DÉPISTAGE SANGUIN DES MALADIES GÉNÉTIQUES RAPPORT D ÉVALUATION DU PROGRAMME QUÉBÉCOIS DE DÉPISTAGE SANGUIN DES MALADIES GÉNÉTIQUES CHEZ LE NOUVEAU-NÉ DIRECTION SYSTÈMES DE SOINS ET SERVICES DÉCEMBRE 2005 AUTEURS Nathalie Laflamme, Ph. D., épidémiologiste,

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DE L ERGONOME DANS UN PROJET DE CONCEPTION : UNE INTERVENTION SOUS CONDITIONS

LA CONTRIBUTION DE L ERGONOME DANS UN PROJET DE CONCEPTION : UNE INTERVENTION SOUS CONDITIONS LA CONTRIBUTION DE L ERGONOME DANS UN PROJET DE CONCEPTION : UNE INTERVENTION SOUS CONDITIONS CHRISTIAN MARTIN Laboratoire d Ergonomie des Systèmes Complexes Université Victor Segalen Bordeaux 2 16 rue

Plus en détail

Projet tests utilisateurs

Projet tests utilisateurs Projet tests utilisateurs L3 / UE Sensibilisation à l ergonomie 2015 2016 Jean-Baptiste Rosset Ingénieur Ergonome NTIC jbr.ergonomie@gmail.com Objectifs de ce cours Une introduction à la démarche de test

Plus en détail

L évaluation médicale de l aptitude à conduire un véhicule automobile. Collège des médecins du Québec Société de l assurance automobile du Québec

L évaluation médicale de l aptitude à conduire un véhicule automobile. Collège des médecins du Québec Société de l assurance automobile du Québec L évaluation médicale de l aptitude à conduire un véhicule automobile Collège des médecins du Québec Société de l assurance automobile du Québec OBJECTIFS Au moyen de cette formation, le participant aura

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Energie solaire de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

RÈGLEMENT D ADMISSION. à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES)

RÈGLEMENT D ADMISSION. à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES) RÈGLEMENT D ADMISSION à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES) en formation continue (dont apprentissage) en complément de formation dans le cadre de la validation des

Plus en détail

Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir

Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir Un Groupe ancré dans une profession Le Groupe SMABTP est l assureur spécialiste du secteur de la construction. Parmi ses 140 000 sociétaires figurent des intervenants

Plus en détail

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE GUIDE PRATIQUE L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE Vers une réduction de la facture énergétique Réaliser un audit énergétique est devenu obligatoire pour un grand nombre de copropriétés.

Plus en détail

Culture de la sécurité: un exemple de mise en oeuvre dans les établissements de santé

Culture de la sécurité: un exemple de mise en oeuvre dans les établissements de santé Culture de la sécurité: un exemple de mise en oeuvre dans les établissements de santé Dr Margareta Haelterman Service Public Fédéral Santé Publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et de l Environnement

Plus en détail

DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic

DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic UE DE CULTURE GENERALE INITIATION A LA CONDUITE DE PROJET DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic fduclot@univ-montp2.fr ltelley@univ-montp2.fr PARTENARIAT Introduction - Qu est qu un partenariat? - Comment trouver

Plus en détail

Version coordonnée au 19 février 2013

Version coordonnée au 19 février 2013 Lettre circulaire modifiée 09/1 du Commissariat aux Assurances relative au rapport distinct à fournir par le réviseur des entreprises d'assurances directes Version coordonnée au 19 février 2013 Conformément

Plus en détail

Économiser et réduire les risques dans votre environnement DB2 for z/os

Économiser et réduire les risques dans votre environnement DB2 for z/os Économiser et réduire les risques dans votre environnement DB2 for z/os Une complexité et des contraintes à l origine d une spirale des coûts Alors que la quasi-totalité des plus grandes entreprises dans

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

Les 7 conseils pour réussir son entrainement.

Les 7 conseils pour réussir son entrainement. Les 7 conseils pour réussir son entrainement. Ces conseils s'attachent plus à l'organisation de vos entraînements qu'à leur contenu et se limitent à l'aspect technique et biomécanique du tir. Si l'on voulait

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Esprit d équipe es-tu là?

Esprit d équipe es-tu là? économie Esprit d équipe es-tu là? Le Sofitel Tahiti a fêté cette année ses 40 ans. Lorsque cet établissement a fermé pendant plusieurs mois pour rénovation en 2005, le SEFI a pris en charge le financement

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES ATELIERS D ILLUSTRATION EN PAYS DE LUMBRES

APPEL A CANDIDATURES ATELIERS D ILLUSTRATION EN PAYS DE LUMBRES APPEL A CANDIDATURES ATELIERS D ILLUSTRATION EN PAYS DE LUMBRES Contexte : La Communauté de communes du Pays de Lumbres (CCPL) porte un réseau de 13 médiathèques, connu sous le nom de réseau PLUME. Ces

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Des établissements et services confrontés aux réformes des formations

Des établissements et services confrontés aux réformes des formations La réforme du diplôme d Etat d éducateur spécialisé a-t-il eu des incidences sur la coopération entre centres de formation et établissements et services? Qu observe-t-on de la place qui est la mienne,

Plus en détail

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle?

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? Quels indicateurs nous permettent-ils de juger de l état nutritionnel des individus? Les enfants indicateurs de la

Plus en détail

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35 septembre 2011 - numéro 35 points de repere Aujourd hui, plus de 4 millions de personnes ont, au titre de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), une protection complémentaire gratuite.

Plus en détail

Catalogue formation. Ce ne sont pas les compétences qui comptent mais ce que vous en faites

Catalogue formation. Ce ne sont pas les compétences qui comptent mais ce que vous en faites Catalogue formation Ce ne sont pas les compétences qui comptent mais ce que vous en faites www.innovationmanageriale.com - francis.boyer@innovationmanageriale.com - 06.84.01.01.98 Sommaire MANAGEMENT Sommaire

Plus en détail

Pour l égalité entre femmes et hommes

Pour l égalité entre femmes et hommes Pour l égalité entre femmes et hommes Services communaux à l égalité des chances Descriptif technique du fonctionnement des services Recommandations Exemples de bonnes pratiques Réseau national des chargées

Plus en détail

COOP DEC Infos une lettre de l Agence COOP DEC Conseil. Voir la lettre en PdF : http://www.coopdec.org/upload/rubrique/pages/86/86_rubrique.

COOP DEC Infos une lettre de l Agence COOP DEC Conseil. Voir la lettre en PdF : http://www.coopdec.org/upload/rubrique/pages/86/86_rubrique. Voir la lettre en PdF : http://www.coopdec.org/upload/rubrique/pages/86/86_rubrique.php COOP DEC Info - n 88 mai 2012 Lettre d'informations sur la coopération décentralisée Pour tout problème de lecture,

Plus en détail

«Soutien à la formation de bénévoles, élus et/ou responsables d activités» et «Création de nouveaux services à la population»

«Soutien à la formation de bénévoles, élus et/ou responsables d activités» et «Création de nouveaux services à la population» «Soutien à la formation de bénévoles, élus et/ou responsables d activités» et «Création de nouveaux services à la population» Calendrier Appel à projet FDVA Bretagne 2015 Diffusion de l appel à projets

Plus en détail

LE MARKETING DES SERVICES

LE MARKETING DES SERVICES 1 LE MARKETING DES SERVICES AUTEURS Plusieurs auteurs coordonnés par Philippe Callot : responsable du département marketing/vente de l ESCEM (Ecole Supérieure de Commerce Et de Management) de Tours-Poitiers

Plus en détail

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 2012-2013 Biarritz Surftraining Sortie Scolaire Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN info@surftraining.com ou www.surftraining.com 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 BIARRITZ

Plus en détail

Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie

Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie CIRCULAIRE N 3982 DU 03/05/2012 Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie Réseaux: tous Niveaux et services: Primaire : Primaire / Secondaire Période: Année

Plus en détail

Notice explicative ENQUÊTE SUR LES BUDGETS DE RECHERCHE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

Notice explicative ENQUÊTE SUR LES BUDGETS DE RECHERCHE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Direction générale de la recherche et de l innovation Direction générale pour la recherche et l'innovation Direction générale

Plus en détail

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable 1 2 Le crédit permet à l emprunteur d acquérir des biens et services ou de réaliser des investissements,

Plus en détail

SOMMAIRE. Le CJD, son histoire. L édito de la présidente. Un lieu d exception : le CIAM. Un thème fédérateur : Osons diriger autrement

SOMMAIRE. Le CJD, son histoire. L édito de la présidente. Un lieu d exception : le CIAM. Un thème fédérateur : Osons diriger autrement SOMMAIRE Le CJD, son histoire P.4 L édito de la présidente P.5 Un lieu d exception : le CIAM P.6 Un thème fédérateur : Osons diriger autrement P.7 Un public averti et influent P.8 Une com impactante P.9

Plus en détail

Faculté Saint-Jean Course and Program Changes For Implementation in 2012-2013

Faculté Saint-Jean Course and Program Changes For Implementation in 2012-2013 Faculté Saint-Jean Course and Program Changes For Implementation in 2012-2013 EDU E 433 La communication et la gestion en salle de classe Étude approfondie des modèles théoriques et pratiques de gestion

Plus en détail

Diagnostic sous-sectoriel Secteur du pneu

Diagnostic sous-sectoriel Secteur du pneu Diagnostic sous-sectoriel Secteur du pneu Avec annexes Coordination du projet : Johanne Dubé, chargée de projet communication CSMO-Auto Conception et réalisation : Carolle Larose, chargée de projet, Alia

Plus en détail

Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu

Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu DOSSIER DE PRESSE Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu Le 16 mars 2016 1 Sommaire Éditorial... 5 Une modernisation de la gestion de l impôt sur le revenu

Plus en détail

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 La NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Note d orientation LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Une attention spéciale doit être portée

Plus en détail

Le développement de clusters et de réseaux de PME : le programme de l Onudi

Le développement de clusters et de réseaux de PME : le programme de l Onudi Outils d action Development of clusters and networks of SMEs - the UNIDO programme, Onudi, Vienne, Autriche, 2001. Brochure de l Onudi, Organisation des Nations unies pour le développement industriel.

Plus en détail

Le Responsable Q.S.E.

Le Responsable Q.S.E. Le Responsable Q.S.E. Ses secteurs d activités : Tous les secteurs d activité, de la PME au grand groupe international - Mettre en place et assurer le suivi des systèmes de management internationaux ou

Plus en détail

Guide Opérationnel. Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles

Guide Opérationnel. Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles Guide Opérationnel Elaboré par : Ialy ANDRIAMPARANONY Adelin LESOA VELO -Octobre 2011- Construction de bâtiment de stockage

Plus en détail

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES A l attention des : Délégués Régionaux Secrétaires de Syndicats Délégués syndicaux MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES L élection des représentants du personnel au Comité d Entreprise permet : D obtenir

Plus en détail

Protéger son savoir-faire et partager la PI : conventions et clauses contractuelles

Protéger son savoir-faire et partager la PI : conventions et clauses contractuelles Protéger son savoir-faire et partager la PI : conventions et clauses contractuelles 13 mai 2015 - Colmar Caroline BRESCH Juriste et coordinatrice de l équipe partenariats La SATT Conectus Alsace : qu est

Plus en détail

Scenari. La chaîne éditoriale libre. Structurer et publier textes, images et son. Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 978-2-212-12150-6

Scenari. La chaîne éditoriale libre. Structurer et publier textes, images et son. Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 978-2-212-12150-6 S t é p h a n e C r o z a t Scenari La chaîne éditoriale libre Structurer et publier textes, images et son Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 978-2-212-12150-6 Avant-propos Pourquoi cet ouvrage? Il existe deux

Plus en détail

Bulletin d analyse et d information sur la microfinance

Bulletin d analyse et d information sur la microfinance ZAMUKA Bulletin d analyse et d information sur la microfinance N 23 Juin 2012 STRATEGIE D INTERVENTION DU FONDS DE MICRO-CREDIT AGRICOLE : DIVERGENCE DES POINTS DE VUE DES PARTENAIRES. En date du 13 décembre

Plus en détail

Aménagement numérique de la Saône-et-Loire

Aménagement numérique de la Saône-et-Loire Aménagement numérique de la Saône-et-Loire Département de Saône-et-Loire Comité stratégique permanent du numérique du 21 septembre 2015 Sommaire 1- Un réseau d acteurs 2- Rappel de la stratégie de déploiement

Plus en détail

Concilier ergonomie et design dans un processus d aménagement AIDE-MÉMOIRE 1. PHASE DE PLANIFICATION. 1.1 Avant-projet

Concilier ergonomie et design dans un processus d aménagement AIDE-MÉMOIRE 1. PHASE DE PLANIFICATION. 1.1 Avant-projet Concilier ergonomie et design dans un processus d aménagement Ce document se veut un guide, pour les gestionnaires de milieux documentaires responsables d un projet de construction ou d aménagement, permettant

Plus en détail

Resolution. «Fonds Européen de Participation des Travailleurs» Document de fond

Resolution. «Fonds Européen de Participation des Travailleurs» Document de fond Annexe 1 Resolution «Fonds Européen de Participation des Travailleurs» Document de fond 1. Réflexions sur une structure pour le Fonds Européen de Participation des travailleurs et un centre de compétence

Plus en détail

Bachelier assistant de direction option langues et gestion option médical

Bachelier assistant de direction option langues et gestion option médical Bachelier assistant de direction option langues et gestion option médical NOS ATOUTS Une Haute Ecole à taille humaine Un encadrement de proximité Un accueil et un suivi personnalisés des étudiants Des

Plus en détail

Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte

Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte Le commerce mobile est en plein essor 58 % Plus de 1,7 milliards de clients disposeront d un smartphone d ici 2018 1 des opérations

Plus en détail

paysage et politiques territoriales : la prise en compte du paysage dans l aménagement du territoire. le cas de la vallée de la loire

paysage et politiques territoriales : la prise en compte du paysage dans l aménagement du territoire. le cas de la vallée de la loire Plan Loire Grandeur Nature 2007-2013 10 e réunion de travail de la plateforme Recherche/Données/Information - 18/05/2010 paysage et politiques territoriales : la prise en compte du paysage dans l aménagement

Plus en détail

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CCITT E.140 COMITÉ CONSULTATIF (08/92) INTERNATIONAL TÉLÉGRAPHIQUE ET TÉLÉPHONIQUE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE

Plus en détail

Juillet 2009. 14 avenue Duquesne 75350 Paris 07 SP Tel : 01 40 56 60 00

Juillet 2009. 14 avenue Duquesne 75350 Paris 07 SP Tel : 01 40 56 60 00 Ministère de la santé et des sports Secrétariat d Etat à la solidarité PLAN STRATEGIQUE NATIONAL 2009-2013 DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Juillet 2009 14 avenue Duquesne 75350 Paris 07

Plus en détail

Mobilité linguistique dans la formation (commerciale) initiale : quelles pistes pour développer les échanges?

Mobilité linguistique dans la formation (commerciale) initiale : quelles pistes pour développer les échanges? Mobilité linguistique dans la formation (commerciale) initiale : quelles pistes pour développer les échanges? Journée d automne Conférence suisse des écoles professionnelles commerciales Yverdon-les-Bains,

Plus en détail

Développement durable & RSO

Développement durable & RSO Développement durable & RSO Rapport d'activité 2013 Sommaire Préambule... 4 La Carsat Nord-Picardie, une entreprise engagée en faveur de la Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO)... 5 En 2013,

Plus en détail

ROGERS COMMUNICATIONS INC. DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

ROGERS COMMUNICATIONS INC. DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 111310 Date : Le 29 septembre 2014 Membre: M e Lina Desbiens X. Plaignante c. ROGERS COMMUNICATIONS INC. Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu

Plus en détail

notre responsabilité sociale & environnementale

notre responsabilité sociale & environnementale notre responsabilité sociale & environnementale 2015 Une conscience et une responsabilité sociétale La RSE est désormais au cœur de nombreuses communications. La RSE n est plus un simple phénomène de mode

Plus en détail