10 e cérémonie. de remise des prix. JEUDI 11 FEVRIER 2010 au Conseil Superieur de l Ordre des Experts-Comptables. Trophée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "10 e cérémonie. de remise des prix. JEUDI 11 FEVRIER 2010 au Conseil Superieur de l Ordre des Experts-Comptables. Trophée"

Transcription

1 sous le haut patronage de Jean-Louis BORLOO, Ministre d état, Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer en présence de Michèle PAPPALARDO, Commissaire générale et Déléguée interministérielle au Développement Durable JEUDI 11 FEVRIER 2010 au Conseil Superieur de l Ordre des Experts-Comptables

2 Le mot du Président Joseph ZORGNIOTTI Président du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Développement Durable De l expression d une intention à sa concrétisation, le chemin peut parfois paraître long et difficile. Trop long si l on conçoit l urgence qui nous pousse à réagir. Comment prendre en compte la nécessité d en accélérer la promotion? Parmi les moyens dont nous disposons, la mise en avant des réussites participe à cette démarche. Les entreprises peuvent de la sorte investir de nouveaux marchés, se créer des opportunités, générer des emplois, susciter recherche et innovation En somme, satisfaire une tendance terriblement humaine : construire, croître, se développer Puisqu il est question de résultats, le Commissariat Général au Développement Durable a publié en janvier 2010 une revue donnant des indicateurs de Développement Durable. Ceux-ci visent à permettre un meilleur suivi et une mise en perspective sur plusieurs années. Des indicateurs environnementaux à caractère macroéconomiques pourraient ainsi ressortir d un cadre élargi de la comptabilité, avec l élaboration de «comptes hybrides, adossant une statistique environnementale». Il pourrait s agir des coûts qui pourraient naître de la dégradation des actifs naturels. Le coût des émissions de CO 2 devrait, en effet, impacter les comptabilités avec l arrivée courant 2010 de la taxe carbone. Le Grenelle de l Environnement a consacré le Développement Durable pour qu il soit intégré dans les stratégies des entreprises et devienne un enjeu citoyen majeur. Le Développement Durable prend, de ce fait, une importance de plus en plus grande dans les missions de conseil. Nous devons savoir accompagner nos clients confrontés aux contraintes et aux opportunités d une prise en compte dans les indices de performance des critères éthiques, environnementaux, voire culturels. Force est de constater que nous avons acquis un véritable savoir-faire en la matière. Les s du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables accompagnent depuis l an 2000 cet élan mobilisateur. Ce 10 ème anniversaire illustre l importance que notre profession attache à cette composante de l action des entreprises, génératrice d une nouvelle dimension dans nos interventions. Je remercie Michèle Pappalardo, Déléguée interministérielle et Commissaire générale au Développement Durable d avoir accepté de participer à cette manifestation, témoignant ainsi de la confiance que nous accordent les pouvoirs publics. Je félicite enfin toutes les entreprises qui ont concouru et plus spécialement nos deux lauréats qui ont su dépasser le cadre règlementaire de la loi NRE en plaçant le Développement Durable au cœur de leurs actions stratégiques. 2

3 AVANT-PROPOS Jean-Jacques PERRIN co-président du Comité Développement Durable et Président du Club Développement durable du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Le Développement Durable, ce concept omniprésent dans les esprits, dans notre quotidien, mais également dans les entreprises, est devenu incontournable. Qui peut se vanter au jour d aujourd hui de ne pas tenir compte de l environnement, du social et du sociétal dans sa stratégie, son développement, ses réflexions et ses actions? Toutes les entreprises, de la plus grande à la plus petite, de la société cotée à celle en démarrage, doivent inscrire ces notions dans leur stratégie de court, moyen et long terme. Au-delà du concept du Développement Durable, en 2010, l urgence c est de privilégier les innovations concrètes, les meilleures pratiques, les expériences, Et d ailleurs, c est l objet de ce prix qui est un observatoire fantastique des entreprises et organismes qui vont de l avant dans le domaine du Développement Durable. Car au final les rapports que nous avons évalués pour vous, sont avant tout de superbes histoires d entreprises qui innovent, explorent, expérimentent et agissent. Je suis enchanté d être parmi vous pour cette grande première pour moi qu est la 10ème cérémonie de remise des s. Je remercie Jean-Louis Borloo, ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer de porter notre manifestation par son Haut Patronage et par la présence de Michèle Pappalardo, Commissaire générale et Déléguée interministérielle au Développement Durable. Nous pouvons compter cette année sur nos fidèles partenaires - L Association Orée et l Unicef France mais également sur un nouveau soutien dont le rôle est fondamental pour l environnement et les entreprises, l organisme EcoFolio. Je n oublie pas tous les membres des Jurys technique et professionnel qui ont su, par leurs connaissances et leur savoir-faire, détecter les nouveaux lauréats. Je félicite tous les candidats qui ont montré une réelle volonté de mettre en place le Développement Durable dans leur entreprise et qui ont su restituer leurs informations avec beaucoup de qualité et de sérieux. Il est vrai qu il est toujours agréable et prometteur de voir autant de personnes réunies autour de ce sujet, le Développement Durable. Et que cela nous conforte, le Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables, dans notre volonté de développer des actions et des outils pour les experts-comptables, les plus proches conseillers des entreprises. Un grand merci à vous tous d être parmi nous! 3

4 HISTORIQUE L Ordre des Experts-Comptables, créé par l Ordonnance du 19 septembre 1945, est représenté par le Conseil Supérieur et 23 Conseils régionaux. Son objet : assurer la représentation, la promotion et la défense de la profession, tant en France qu à l étranger et veiller au respect de la déontologie professionnelle ; édicter des normes et publier des recommandations que doivent appliquer les experts-comptables dans l exercice de leurs missions ; participer à l élaboration et la diffusion de la doctrine comptable nationale et internationale ; être une force de proposition auprès des pouvoirs publics, intervenir sur toutes les questions techniques permettant un meilleur service aux entreprises et à l économie nationale. L Ordre des Experts-Comptables et le Développement Durable : Le développement économique doit se faire en intégrant dans ses enjeux et actions, le respect de l environnement et de l Homme. La symbiose parfaite de ces trois piliers est le Développement Durable. Les entreprises seront pérennes, qu elles soient des PME, PMI ou TPE, si elles tiennent compte de cette philosophie, devenue contingence économique, communément dénommée «le Développement Durable» partie intégrante de la stratégie de l entreprise, sur le court, moyen et long terme. Source de risques, certes, mais également et surtout d opportunités, il représente un véritable facteur de progrès, de concurrence et d innovation. En tant que conseiller privilégié des entreprises et conscient des nombreux enjeux notamment pour les PME, l expert-comptable a un rôle fondamental à jouer dans la prise en compte du Développement Durable auprès des entreprises clientes. En termes d information, de sensibilisation et de formation il est à même de démontrer au chef d entreprise les bénéfices induits par la mise en place et le suivi d une telle stratégie, ainsi que par l adéquation avec les règlementations toujours plus nombreuses sur ce sujet, notamment avec la Loi Grenelle 2. Dans cette logique, le Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables a entrepris des actions d information, de formation et de communication, la publication des ouvrages de la collection «Maîtrise des enjeux environnementaux», dès 1995 avec la réédition des trois premiers tomes dans l ouvrage qui s intitule «La gestion environnementale : levier de performance pour l entreprise» et publié chez ECM et Dunod (octobre 2008) ; la conception d un «Guide pratique du diagnostic environnemental» (2002) ; des années 1998 à 2005, l organisation en partenariat avec l ACCA des s Européens : «European Sustainability Reporting Awards ESRA» (Cf. Zoom sur ESRA) ; depuis l année 2000, l organisation du de l Ordre «la Qualité», dont les critères ont déjà progressivement évolué avec les années (Cf. nouvelle grille de critères) ; la création du Club Développement durable, au mois d avril 2007 ; l élaboration de 12 cahiers sectoriels pour les PME-PMI-TPE sur les obligations européennes en matière de Développement Durable, outils tant au service que des dirigeants d entreprise des secteurs concernés ; la contribution au Grenelle 1 dans le Comité Opérationnel sur «Entreprises et RSE» ; la création d un séminaire de sensibilisation au Développement Durable à destination des expertscomptables et leurs collaborateurs ; la prise de présidence d ESRA (European Sustainability Reporting Association) en juin 2009 par Jean- Jacques Perrin, également Président du Club Développement durable depuis septembre 2009 ; la participation des membres élus du Conseil Supérieur (Tita A. Zeïtoun - Présidente du Club Développement durable (2007 à 2009), Jean-Jacques Perrin) à de nombreux colloques, conférences, animations pour faire en sorte que le CSOEC transmette au plus grand nombre de partenaires, de confrères, de dirigeants d entreprise, la nécessité de la prise en compte de ce sujet. 4

5 LES CRITERES DE NOTATION Les rapports reçus sont analysés selon une grille de critères d évaluation rigoureuse. Une nouvelle grille de notation, réalisée en 2008 (sur 100 points), répartie les informations selon trois catégories : pertinence (30%), transparence-comparabilité (30%) et fiabilité (40%). Pertinence Cette section compte pour 30% de la note et comporte 5 divisions, dont un bonus qui permet à une entreprise de se différencier et d augmenter sa note, tout en ne sanctionnant pas les autres candidats qui ne répondent pas à ce critère. ❶ Les enjeux-clé de l entreprise sont-ils présentés, expliqués et justifiés? (8%) ❷ Les parties prenantes de l entreprise et leurs principales attentes sont-elles clairement présentées et explicitées? (7%) ❸ Les indicateurs de performance Développement Durable répondent-ils directement aux enjeux «matériels»? (8 %) ❹ Le lien entre la démarche de Développement Durable et sa contribution à la réalisation des objectifs stratégiques et financiers de l entreprise est-il établi? (7%) ❺ Bonus : mot du Président (+5) Transparence et comparabilité Cette section compte pour 30% de la note et comporte 6 divisions, dont un bonus qui permet à une entreprise de se différencier et d augmenter sa note, tout en ne sanctionnant pas les autres candidats qui ne répondent pas à ce critère. ❶ Les indicateurs sont-ils accompagnés d une note méthodologique ou d éléments explicatifs sur les définitions retenues, le périmètre couvert, les sources et calculs éventuels effectués (ex. référentiel de reporting disponible)? (6%) ❷ Les définitions ou indicateurs clés sont-elles présentées de manière claire et détaillée? (6%) ❸ Les périmètres couverts pour chaque information ou indicateur clé sont-ils précis, systématiques et mis en rapport avec le périmètre opérationnel ou financier? (6%) ❹ L information communiquée donne-t-elle des éléments permettant une comparaison sectorielle ou une mise en perspective? Semble-t-elle «juste et équilibrée»? (6%) ❺ Des grilles de référence aux principaux standards et recommandations de reporting (GRI, travaux sectoriels, ) sont-elles présentées? (6%) ❻ Bonus : dilemmes (+5) Fiabilité Cette section compte pour 40% de la note et comporte 3 divisions. ❶ Le système de reporting et/ou les principaux indicateurs de performance font ils l objet d une revue de l audit interne et/ou d un tiers extérieur (démarche volontaire au-delà de la relecture de cohérence des données liées à la loi NRE)? (20%) ❷ La revue par un tiers indépendant couvre-t-elle un périmètre et des données significatifs au regard des risques et enjeux matériels et/ou fait-elle l objet de commentaires et/ou réserves? (10%) ❷ L audit interne est-il impliqué dans la revue du système de reporting et/ou des principaux indicateurs de performance? (10%) 5

6 PRESELECTION ET JURY Les membres du Jury Technique ont soumis à la nouvelle grille de notation les 37 rapports annuels spécifiques ou intégrés reçus suivant deux catégories : Développement Durable (33 candidats) et 1 er rapport (4 candidats). En présence de Tita Zeïtoun, co-présidente du Comité Développement durable de l Ordre des Experts-Comptables, et de Pierre Marcenac, Président du Jury 2009, Une présélection a été effectuée le mardi 17 novembre 2009, par les membres du Comité Technique de Présélection du de la Qualité de l Ordre des Experts- Comptables, composé de deux représentants des cabinets suivants : Ernst & Young, Mesdames Jennifer GUINOT et Audrey LEVY; Deloitte, Messieurs Ludovic DESMIS et Julien RIVALS ; KPMG, Mesdames Fanny HOUILLOT et Isabelle LHOSTE ; PriceWaterhouseCoopers, Mesdames Catherine CHAZAL et Eléonore DEVAUD. Cette présélection a pour but de ne retenir que les meilleurs rapports, qui seront ensuite présentés au Jury professionnel dont les membres se réuniront le jeudi 7 janvier 2010 pour statuer et élire «le» ou «les» lauréats. Au regard de la correspondance entre les rapports reçus et la grille de critères, 36 entreprises ont vu leur rapport considéré comme éligible et donc soumis à notation. Il s agit des rapports relatifs aux sociétés suivantes : CANDIDATS MEILLEUR RAPPORT DEVELOPPEMENT DURABLE 1. ACCOR (RAPPORT INTEGRE) 2. ACOME (RAPPORT SPECIFIQUE) 3. AIR-FRANCE KLM (RAPPORT SPECIFIQUE) 4. AIR LIQUIDE (RAPPORT INTEGRE) 5. AXA GROUPE (RAPPORT INTEGRE) 6. CMC MALONGO (RAPPORT INTEGRE) 7. COFIROUTE (RAPPORT INTEGRE) 8. COMPAGNIE PLASTIC OMNIUM (RAPPORT INTEGRE) 9. DEXIA (RAPPORT SPECIFIQUE) 10. EDF (RAPPORT SPECIFIQUE) 11. ESSILOR INTERNATIONAL (RAPPORT INTEGRE) 12. FRANCE TELECOM (RAPPORT INTEGRE ET SPECIFIQUE) 13. GDF-SUEZ (RAPPORT INTEGRE ET SPECIFIQUE) 14. GROUPE BONDUELLE (RAPPORT INTEGRE) 15. GROUPE CARREFOUR (RAPPORT SPECIFIQUE) 16. GROUPE CASINO (RAPPORT INTEGRE ET SPECIFIQUE) 18. GROUPE SEB (RAPPORT INTEGRE) 19. MICHELIN (RAPPORT SPECIFIQUE) 20. NEXANS (RAPPORT INTEGRE) 21. PPR (RAPPORT INTEGRE) 22. PSA PEUGEOT CITROEN (RAPPORT INTEGRE) 23. RENAULT (RAPPORT INTEGRE) 24. RHODIA SERVICES (RAPPORT INTEGRE) 25. SAINT GOBAIN (RAPPORT INTEGRE) 26. SECHE ENVIRONNEMENT (RAPPORT SPECIFIQUE) 27. SOCIETE BIC (RAPPORT SPECIFIQUE) 28. SOCIETE GENERALE (RAPPORT SPECIFIQUE) 29. SUEZ ENVIRONNEMENT (RAPPORT INTEGRE) 30. TF1 (RAPPORT INTEGRE) 31. THALES (RAPPORT SPECIFIQUE) 32. VEOLIA ENVIRONNEMENT (RAPPORT INTEGRE) 33. VIVENDI (RAPPORT SPECIFIQUE) 17. GROUPE DANONE (RAPPORT INTEGRE ET SPECIFIQUE) CANDIDATS MEILLEUR 1 ER RAPPORT DEVELOPPEMENT DURABLE 34. AFTRP (RAPPORT SPECIFIQUE) 35. ALTRAN (RAPPORT SPECIFIQUE) 36. ROQUETTE FRERES (RAPPORT SPECIFIQUE) 6

7 LOGO AIRFRANCE Nº dossier : E Date : 28/11/08 alidation DA/DC V : Validation Client Et c est en présence de Jean-Jacques Perrin, co-président du Comité Développement durable et Président du Club Développement durable du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables, et de Pierre Marcenac, Président du Jury 2009, que le Jury a statué et décerné, le jeudi 7 janvier 2010, les prix de cette 10 ème édition. La composition du Jury était répartie équitablement entre institutionnels, techniciens et entreprises lauréates de l année précédente. Françoise ASENSIO, Enseignante Développement Durable à l Université de Marne la Vallée Eric CORBEL, Chef du Bureau de la consommation et de la production responsables, au Commissariat Général au Développement Durable (MEEDDM) Ghislaine HIERSO, Présidente de l Association Orée et Directrice des Relations Institutionnelles de Veolia Représentée par Sylviane BANTCHIK, Responsable de gestion Jacques HINTZY, Président de l Unicef France Représenté par Henri SCHWEBEL, Secrétaire général Géraldine POIVERT, Directrice Générale d EcoFolio Représentée par Mickaël MARTIN, Responsable adhérents Et des lauréats du 2008 : Monique BACQUEROET-LORTIE, Déléguée adjointe au Développement Durable d Air France - Klm - Lauréat du «Meilleur Rapport Développement Durable» Hélène JESSUA, Responsable Communication Développement Durable du Groupe Carrefour - Lauréat du «Prix Spécial du Jury» Le Jury a statué et élu les lauréats 2009 parmi les rapports sélectionnés par le Jury Technique : 7 dans la catégorie Développement Durable (la note du rapport était supérieure à 73 sur 100) et 2 dans la catégorie 1 er Rapport (note supérieure à 30 sur 100). CANDIDATS MEILLEUR RAPPORT DEVELOPPEMENT DURABLE 1. AIR FRANCE ANCE 2. EDF 3. GROUPE CARREFOUR 4. GROUPE CASINO 5. GROUPE DANONE 6. MANUFACTURE FRANCAISE DES PNEUMATIQUES MICHELIN 7. VEOLIA ENVIRONNEMENT CANDIDATS MEILLEUR 1 ER RAPPORT DEVELOPPEMENT DURABLE 8. AFTRP 9. ROQUETTE FRERES 7

8 2 prix sont décernés cette année Prix du «Meilleur Rapport Développement Durable» Prix du «Meilleur 1 er Rapport Développement Durable» Après délibérations, le Jury 2009 a décerné : Le Prix du Meilleur Rapport Développement Durable au Groupe Carrefour : Un rapport clair, structuré et bien documenté, Une rigueur qui pousse à conserver les mêmes indicateurs d une année à l autre afin d en mesurer leur évolution, Une volonté de faire part des dilemmes rencontrés, Un reporting excellent. Le Prix du Meilleur 1 er Rapport Développement Durable à Roquette Frères : Une réelle démarche volontaire et mature, avec une forte implication du top management, Des indicateurs nombreux, Des parties prenantes clairement explicitées, Un historique pertinent. 8

9 NOS DEUX LAUREATS PRESENTENT LEUR DEMARCHE CARREFOUR Chiffres clés 2008 : N 1 en Europe N 2 mondial collaborateurs : 7 ème employeur privé mondial et 1 er employeur privé en France personnes recrutées en moyenne/an 31 pays 108,629 milliards d euros de chiffre d affaires TTC magasins Trois milliards de passages en caisse par an, des dizaines de milliers de fournisseurs, près de collaborateurs à travers le monde Le groupe Carrefour, par ses activités, assume des responsabilités économiques, sociales et particulières. Chaque jour, le groupe Carrefour mobilise ses compétences, ses énergies et ses moyens pour construire une entreprise performante, citoyenne et pérenne. Avec plus de 15 ans d engagement, Carrefour est un pionnier en matière de Développement Durable : Depuis 1992 avec le lancement des Filières Qualité, Carrefour a constamment innové à travers ses engagements et son offre de produits à marque de distributeur. Carrefour a été le 1 er distributeur français à proposer une alternative crédible aux OGM en 1996 ; à signer un partenariat avec la FIDH pour veiller aux conditions sociales de fabrication de ses produits en 1997 ; à signer un protocole d accord avec l UNI et à adhérer au Pacte Mondial des Nations Unies en 2001 ; à lancer une gamme Pêche responsable à marque distributeur en 2005 ; à proposer des produits d épargne responsables destinés aux particuliers en 2007 ; à proposer des produits cosmétiques bio à marque distributeur pour toute la famille et une offre d énergie verte à prix compétitifs en 2008 ; à s engager à s approvisionner uniquement en huile de palme durable dans ses produits à marques distributeur d ici Une démarche fondée sur un dialogue régulier et constructif avec nos parties prenantes Depuis 12 ans, Carrefour est partenaire du WWF en France sur les sujets environnementaux et avec la FIDH sur le respect des Droits de l Homme dans la chaine d approvisionnement. Il a également signé en 2001 un protocole d accord avec l UNI par lequel le Groupe s est engagé à faire respecter les principes de l OIT dans tous les pays où il est présent. Le groupe Carrefour entretient également un dialogue régulier avec ses parties prenantes (collaborateurs, fournisseurs, partenaires sociaux, associations, ONG, autorités publiques, institutionnels, analystes et gestionnaires de fonds ISR, actionnaires ) au niveau du Groupe et dans tous les pays. Intégration du Développement Durable dans toute notre chaîne de responsabilités et dans tous nos métiers Le Groupe Carrefour veille aux conditions de fabrication de ses produits et travaille avec ses fournisseurs sur leur développement, le transport et la promotion de la consommation responsable. Il travaille également à améliorer l efficacité de ses opérations, grâce à la mise en place de système de management environnemental dans ses magasins, à l optimisation de la logistique et utilise des moyens de transport alternatifs, lorsque cela est approprié. 9

10 Des actions pour assumer nos responsabilités sociales et sociétales : Faire de notre Groupe un symbole de la diversité en entreprise : En 2004, le Groupe a signé la Charte sur la Diversité en Entreprise ; il a également mis en place de nombreuses actions et programmes dans les pays, afin de favoriser l intégration de collaborateurs handicapés, de personnes en difficultés ou l égalité des chances, notamment via le recrutement basé sur les aptitudes. En France, plus de 100 nationalités sont représentées au sein des hypermarchés. Un dialogue social régulier En 2001, le groupe Carrefour a signé un protocole d accord avec l UNI (Union Network International), s engageant à respecter partout où il est présent, les droits de l Homme au travail et les principes de l OIT. Des réunions régulières sont également organisées avec les représentants syndicaux, incluant des ateliers sur le Développement Durable. Afin de mesurer le climat social dans les magasins, le Groupe a déployé l Ecoute du Personnel : plus de collaborateurs se sont ainsi exprimés en 2008 dans 11 pays. Une charte d engagement pour la protection des droits de l Homme Elaborée en 2000 avec la FIDH, elle est soumise à la signature de tous nos fournisseurs de produits alimentaires et non-alimentaires à nos marques. Pour vérifier l application de la Charte, plus de 2500 audits sociaux ont été réalisés chez nos fournisseurs à fin Des actions pour assumer nos responsabilités : Une maitrise des impacts environnementaux des magasins En 2009, le Groupe a porté son engagement de réduction de sa consommation énergétique à 30%/m² de surface de vente d ici 2020 (vs.2004). Il a également mené des analyses de cycle de vie des sacs et des catalogues en vue de l amélioration de leur bilan environnemental. Le Groupe s est engagé à arrêter la distribution des sacs de caisse plastiques gratuits jetables d ici 2012 et propose, dans la plupart des pays où il opère, des alternatives à ses clients. Une prise en compte de l environnement dans la logistique Le Groupe travaille à l optimisation des flux, des tournées de transport et le remplissage des camions. Il développe également l utilisation des modes alternatifs (fluvial et ferroviaire) de transport. En France, en 2008, plus de 40% des flux imports non alimentaires ont été acheminés par voie fluviale. Promouvoir le Développement Durable à travers notre offre et notre communication Proposer des gammes de produits respectueux de l environnement à des prix accessibles à tous les budgets A travers son offre de produits à marques distributeur, Carrefour propose une alternative crédible aux OGM depuis Il développe ses produits Filières Qualité, qui intègrent des critères environnementaux stricts depuis 1992, des produits biologiques depuis 1997 et propose à ses clients une large gamme de produits responsables (produits bio, équitable, FSC, pêche durable, ampoules à économie d énergie ). En France, Carrefour est le 1 er vendeur de produits biologiques et de produits issus du commerce équitable. Il propose également la plus grande offre de produits labellisés MSC à marque de distributeur. A l échelle du Groupe, en 2008, Carrefour proposait plus de 1700 références de produits biologiques à marques de distributeur, et plus de 400 produits Filières Qualité Carrefour dans une dizaine de pays. 10

11 Sensibilisation des salariés et consommateurs Des programmes de sensibilisation aux éco gestes sont ainsi développés à destination des collaborateurs des sièges et des magasins. Des actions de sensibilisation sont menées tout au long de l année en magasin pour informer les clients et les sensibiliser sur les problématiques du Développement Durable. En 2009, par exemple, Carrefour a été le seul distributeur partenaire de la Commission Européenne dans le cadre de la Semaine de l Energie Durable et a mobilisé ses magasins dans 6 pays pour sensibiliser les clients et promouvoir les produits à économie d énergie. Mise en place d un reporting mondial Suite à notre 1 er Rapport de Développement Durable en 2002, nous avons développé et constamment amélioré notre reporting, basé sur des indicateurs clés de performance. Le Groupe a déployé un tableau de bord Développement Durable dont les KPI doivent être mesurés et suivis dans l ensemble des pays. Transparence et mesure de notre performance globale Notre Groupe publie depuis 2001 un Rapport de Développement Durable afin de rendre compte à nos parties prenantes de nos politiques, initiatives et performances, avec des indicateurs clés de performance. Notre Rapport de Développement Durable est audité par des auditeurs externes à un niveau d assurance modéré. De plus, il suit les lignes directrices de la Global Reporting Initiative (GRI 3, niveau B). Une démarche de progrès et une performance reconnue Aujourd hui, Carrefour figure dans les principaux indices et fonds Investissements Responsables (ISR) 11

12 LE GROUPE ROQUETTE Le groupe en général : Leader international des polyols et quatrième transformateur mondial de produits dérivés de l amidon, le groupe Roquette est une entreprise familiale fondée en Le groupe transforme chaque année plus de 6 millions de tonnes de matières premières renouvelables (maïs, blé, pomme de terre et pois et demain les micro-algues), ce qui correspond à environ hectares cultivés. Avec une trentaine d implantations sur les 3 continents (Europe, Asie et Amérique) dont 18 sites de production, Roquette emploie plus de salariés dont presque la moitié est localisée hors de France et réalise en 2008 plus de 2,5 Milliards d euros de chiffre d affaires. Il propose ainsi un catalogue de plus de 650 produits dérivés de l amidon entrant dans la composition de bonbons et de chewing-gums, de glaces et de yaourts, de bières, de pâtes dentifrices, de produits cosmétiques, de médicaments ou encore de colles et autres liants. Leurs utilisations concernent aussi bien l industrie agro-alimentaire et la nutrition animale que l industrie pharmaceutique et cosmétique, la chimie et la bioindustrie que la papeterie, la filière automobile, la plasturgie et même les matériaux de construction destinés au BTP. Le siège de la société, le principal site de production et les laboratoires de recherche sont implantés à Lestrem à la frontière entre le Nord et le Pas-de-Calais. L usine de Lestrem est la plus grande amidonnerie d Europe. Occupant 150 hectares, dont les deux tiers sont occupés par des infrastructures industrielles et logistiques ainsi que des bureaux, l unité de Lestrem traite, chaque jour, tonnes de blé et de maïs dont 60% sont issus du grand bassin agricole du Nord de la France. Le processus de transformation du blé et du maïs, grand consommateur d eau, a nécessité la création d une station d épuration intégrée dont la capacité est équivalente aux besoins d une ville de habitants. Soucieuse de préserver son environnement et consciente des nuisances que peut générer la noria quotidienne des camions vers le site, l entreprise met en place de nouvelles solutions logistiques, à la fois pour son approvisionnement en matières premières et ses expéditions de produits finis, garantissant un meilleur équilibre entre la route, le chemin de fer et la voie fluviale. Présent sur trois continents (Europe, Amérique et Asie), à travers une trentaine d implantations industrielles et commerciales, et vendant dans plus de 100 pays, le groupe a réalisé plus de 2,5 milliards d euros de chiffre d affaires en Roquette se situe, ainsi, au deuxième rang européen, au quatrième mondial, dans le secteur de l amidon et occupe la première place mondiale pour les polyols et amidons cationiques destinés à la papeterie et à la cartonnerie, ou pour les solutés injectables, fabriqués base dextrose et utilisés en perfusion dans le secteur médical. Enfin, le groupe s impose au plan européen sur le marché des maltodextrines entrant notamment dans la composition des laits pour enfants.. Soucieux d affirmer son indépendance et de conforter ses positions, tout en innovant et en se diversifiant, le Groupe Roquette a choisi de développer deux axes stratégiques au niveau de la Recherche et du Développement : la chimie du végétal et la nutrition-santé. Deux programmes ont déjà été primés par Oséo Innovation. Pour ce faire, plus de 40 millions sont investis annuellement dans les programmes de recherche et développement. Ainsi, le site de Lestrem abrite l un des plus importants centres de recherche industrielle du Nord-Pasde-Calais et 250 chercheurs y travaillent, déposant une vingtaine de brevets chaque année. 12

13 Le Développement Durable chez ROQUETTE : «Nous avons la responsabilité pour les générations présentes et futures, de chercher à concilier le progrès économique, la justice sociale et la préservation de l environnement», voilà comment Marc Roquette, Président, affirme son engagement en faveur du Développement Durable. La mission du groupe, diffusée en 2009, renforce cet engagement par sa définition même : «Servir les femmes et les hommes en transformant les matières premières végétales en produits destinés directement ou indirectement à l alimentation, à la santé et aux biens de consommation et d équipement dans une logique de Développement Durable». Cette volonté d être identifié comme acteur majeur du Développement Durable reflète le souhait de Roquette de conduire ses activités en prenant en compte son interaction avec le monde environnant. Cette démarche volontaire est par ailleurs en phase avec les valeurs de base et les principes d action ancrés dans sa culture tant au niveau du modèle économique, des relations à l Homme ou à la préservation de l environnement qu au niveau de sa stratégie résolument engagée sur le long terme. Ainsi, en 2008, a été créée la «Direction Fiabilité et Développement Durable». Sa première mission a été de définir 3 axes de travail prioritaires et de rédiger le premier rapport Développement Durable du groupe. Celui-ci présente les thématiques classiques concernant la sécurité, l environnement, le social, Les 3 axes de travail stratégiques : Réduction des Gaz à effet de serre (Axe environnemental) Quelques exemples : Plan «économies d énergie», réflexion sur les énergies renouvelables (projets géothermie et biomasse qui, s ils se concrétisent, feront de Beinheim une usine sans émissions de CO 2 ), mise en place d un indicateur CO 2 par famille de produits, optimisation des transports marchandises (réflexion sur de nouvelles solutions logistiques garantissant un meilleur équilibre entre la route, le fer et la voie fluviale), optimisation des transports humains (mise en place d un Plan Déplacement d Entreprises à Lestrem)... Promotion de la diversité et de l employabilité des salariés (Axe social) Quelques exemples : Mise en place d une équipe «handicap» (projet : «Reconnaitre et intégrer le handicap au sein de la société Roquette.»), axe formation important (notamment pour les séniors mais aussi pour les managers - formation aux bonnes pratiques de management), développement de la promotion interne L Innovation Durable au cœur de la stratégie Roquette (Axe sociétal) 3 programmes ont été lancés : BIOHUB, GAÏAHUB et NUTRAHUB (dont ALGOHUB ). Ils concernent 2 axes stratégiques : la chimie du végétal et la nutrition-santé Ils seront développés de manière harmonieuse en respectant les principes du Développement Durable (recherche de procédés «propres» et économes en énergie, optimisation des procédés, ) L analyse de nos nouveaux produits, au regard de leur empreinte carbone ou de leur analyse de cycle de vie, en vue de les rendre plus respectueux de l environnement, est incluse dans nos programmes. En parallèle de ces 3 axes de travail, le groupe Roquette a adhéré en septembre 2009 au Pacte Mondial de l ONU et demandé à ses fournisseurs de respecter les principales conventions de l Organisation Internationale du Travail (OIT), notamment celles qui concernent le travail des enfants et le travail forcé. Cet engagement montre la volonté accrue de travailler en cohérence parfaite avec des principes éthiques, précis et définis. Aussi, fin 2009, une charte éthique et un code de conduite ont commencé à être déployés au niveau du groupe : ceux-ci sont le reflet des engagements cités précédemment. Le Groupe Roquette est décidé à enraciner le Développement Durable comme partie intégrante de son modèle d entreprise et à l afficher en tant que tel, en interne, comme en externe. Son partenariat avec le réseau Alliances (Association française qui accompagne les entreprises sur la RSE) en est une des preuves. 13

14 NOS PARTENAIRES ECOFOLIO, L ECO-ORGANISME DES PAPIERS Une économie vertueuse pour le papier Comme toutes les initiatives, EcoFolio est né d une prise de conscience. Une entreprise qui ne prend pas en compte ses impacts ne prépare pas son avenir. Celle qui investit et organise son développement autour de nouveaux comportements de production et de consommation, assure la pérennité de son activité et celle du média papier. EcoFolio, un engagement environnemental La responsabilité élargie du producteur s applique aux émetteurs de papiers depuis Principe économique, juridique et financier, elle leur fait obligation de prendre en charge leurs produits de leur conception à leur valorisation. Le Code de l environnement organise la responsabilité financière de l émetteur pour le recyclage des papiers. Avec EcoFolio, les émetteurs de papiers ont ainsi saisi l occasion de devenir acteurs de ce dispositif légal et de transformer cette obligation environnementale en opportunité. En effet, ce système de gestion durable garantit une utilisation responsable de la ressource et assure ainsi la durabilité du média papier. L éco-contribution (fixée à 37 euros HT la tonne en 2010) est reversée aux collectivités engagées dans la collecte des papiers selon un barème incitatif au recyclage. En s acquittant de leur éco-contribution, les acteurs économiques peuvent conjuguer ensemble rentabilité et écologie, croissance et recyclage. Les résultats se vérifient sur le terrain : + 13% de recyclage en un an. L éco-contribution est plus qu un engagement, c est un investissement pour l avenir : à travers cette économie de la contribution, les acteurs de la filière créent un potentiel de croissance verte. Feuille de route EcoFolio est une société privée à but non lucratif au service exclusif de l intérêt général : ni intérêt privé, ni bénéfice, ni reversement de dividende. Agréé par l Etat, EcoFolio est un modèle innovant au service de la filière papiers. Le mode de gouvernance est fondé sur la transparence et la concertation avec les autres acteurs de la filière (collectivités, recycleurs ). Il crée une synergie entre les acteurs de la chaîne du recyclage : Avec les entreprises : gestion maîtrisée de l éco-contribution et incitation à l éco-conception. Avec les collectivités : soutiens et optimisation du tri et de la collecte. Avec les recycleurs et opérateurs : croissance et consommation de demain. Avec les citoyens : sensibilisation au tri et au recyclage. 14

15 EcoFolio et l expert-comptable Acteur du dispositif EcoFolio, l expert-comptable joue un rôle essentiel auprès de ses clients dans la mise en œuvre de leur responsabilité environnementale : Il les renseigne sur la nouvelle réglementation afin que les émetteurs de papiers puissent se conformer à leurs obligations légales. Il les accompagne dans l établissement de l éco- déclaration afin d optimiser la concordance des informations déclarées avec la comptabilité. Avec l attestation, il permet aux cocontractants de satisfaire aux conditions du contrat avec EcoFolio L éco-déclaration et l expert-comptable, un enjeu fort de responsabilité économique et environnementale! EcoFolio fait campagne pour le tri des papiers Premier déchet valorisable, les papiers constituent un important gisement à recycler : 83% des Français estiment qu il s agit d un geste simple et utile. Pourtant, seulement 30% à 40% des papiers sont triés en France Le passage à l acte nécessite une prise de conscience autour des enjeux du recyclage. C est pourquoi, EcoFolio, avec l ensemble des acteurs de la filière, a réalisé un travail d harmonisation des consignes de tri des papiers. En effet, la plupart étaient obsolètes et ne tenaient pas compte des progrès de l outil de production des papetiers qui crée aujourd hui de nouvelles capacités de recyclage. A cette occasion, des enquêtes ont été réalisées sur le terrain afin de mieux comprendre la perception du support papiers auprès de ses usagers. Un premier constat a été fait: les Français sont attachés au média papier, ils entretiennent avec lui une relation particulière, chacun y projette ses émotions, ses pensées, ses créations... Les papiers sont omniprésents et parlent à tous, sans distinction d âge ou de catégorie sociale. A la différence d autres matières, ils ne sont pas considérés comme un déchet. Et pourtant «Tous les papiers se trient et se recyclent», un message fort pour un geste simple qu il était nécessaire de véhiculer. C est ainsi que, pour la première fois depuis 15 ans, le geste de tri des papiers a fait l objet d une campagne nationale de communication, soutenue par Mme Chantal Jouanno, secrétaire d Etat chargée de l Ecologie. 15

16 Des outils et des supports de sensibilisation ont ainsi été réalisés et mis au service des collectivités locales dans une «Boîte à outils, sensibilisation au tri». Élaborée sous la coordination d EcoFolio et en liaison avec les acteurs de la filière (papetiers, collecteurs-opérateurs, collectivités, ONG, ADEME et MEEDDM), la «Boîte à outils» offre aux collectivités la possibilité de communiquer auprès des citoyens sur le geste de tri et le recyclage des papiers, à l aide de supports personnalisables (affiches, cartes, articles etc.). Elle est disponible sous format CD-ROM ou via un extranet dédié. EcoFolio, les chiffres clés Les papiers en France Chaque année, prés de 5 millions de tonnes d imprimés papiers sont mis en marché puis lus, utilisés. Selon l enquête Sociovison, 83% des Français citent le papier comme un produit facile à trier et recyclable (2 ème position derrière le verre à 88%) Depuis le 1 er janvier 2010, 51% des papiers sont concernés par l éco-contribution. Les émetteurs s engagent En apposant le Point F sur leurs imprimés papiers, les émetteurs s engagent et affichent leur responsabilité environnementale. Symbole de leur adhésion à EcoFolio, le logo de la filière papiers témoigne leur volonté de conjuguer économie et environnement. Après seulement 3 ans d existence, EcoFolio regroupe déjà près de adhérents En 2009, l éco-organisme a enregistré un taux de contribution de 97,1% des papiers concernés. Environ 40 millions d euros seront ainsi reversés aux collectivités au titre de l année Les collectivités collectent En 2009, ce sont tonnes de papiers qui ont été collectés, triés et recyclés En un an, a été constatée une hausse de 13% du geste de tri et du recyclage : un pas en avant vers les objectifs du Grenelle de l environnement (45% en 2015). Les papetiers recyclent Les vieux papiers collectés en France sont à 85% recyclés sur le territoire Grâce au recyclage, ce sont tonnes de CO 2 économisées dans l atmosphère en un an emplois sont liés à la collecte sélective dont pour la seule collecte sélective des papiers. 16

17 NOS PARTENAIRES L UNICEF Constat 101 millions d enfants ne sont pas scolarisés dans le monde, dont une majorité de filles. 150 millions d enfants travaillent dans le monde et un sur sept dans des conditions qui nuisent à leur santé physique et mentale. 1.4 million d enfants de moins de 5 ans meurent chaque année dans le monde d une maladie dont le vaccin existe. 2 millions d enfants de moins de 15 ans vivent avec le SIDA, enfants sont morts en 2006 de maladies liées au SIDA. Chaque année 51 millions de bébés ne sont pas enregistrés à la naissance enfants dans le monde sont des «enfants soldats». Historique 1946 : Création de l UNICEF par l Assemblée Générale de l ONU pour fournir une aide d urgence aux enfants européens victimes de la seconde guerre mondiale : Extension du mandat aux besoins à long terme des enfants de tous les pays en voie de développement : L UNICEF reçoit le Prix Nobel de la Paix, pour «la promotion de la fraternité entre nations» : L Assemblée Générale de l ONU adopte la Convention relative aux Droits de l enfant. 192 pays ont ratifié la Convention des Droits de l Enfant. Seuls les Etats-Unis et la Somalie ne l ont pas ratifiée : Les objectifs du Millénaire adoptés par l AG des Nations Unies qui accordent la priorité à la santé et à l éducation partout dans le monde : l UNICEF lance une campagne internationale de lutte contre le sida. Fonctionnement et critères d intervention L UNICEF est une agence de l ONU. Son rôle est de protéger les enfants et de défendre leurs droits. L UNICEF est présent en permanence dans 156 pays et territoires, dans le cadre de programmes à long terme et dans les situations d urgence. L UNICEF est entièrement financé pas des contributions volontaires : 58% des gouvernements et organisations intergouvernementales, 29% du secteur privé, 13% autre. Dépenses par secteur d intervention : Développement de la petite enfance : 52.4% ; Droits de l enfant : 9.3% ; Éducation des filles : 20.3% ; Protection de l enfant : 10.5% ; VIH/sida : 6.4% 17

18 Missions et priorités L UNICEF a pour mission de : Sauver d urgence, Soigner, Garantir l accès à l eau potable, Nourrir, Protéger et Éduquer. Survie et développement du jeune enfant vaccination, paludisme, soins de santé, eau et assainissement Education primaire et égalité des sexes éducation des filles, prés scolarisation, eau et assainissement Enfants et sida orphelins, traitement, prévention Protection de l enfant contre la violence, l exploitation et les abus enfants soldats, exploitation sexuelle, travail des enfants, justice, enfants séparés Politique, plaidoyer et partenariats pour les droits de l enfant base de données, recherche, plaidoyer politique, ressources, participation Actions d urgence Eau et assainissement, prise en charge des enfants séparés Résultats les plus marquants auxquels l Unicef a participé La ratification par 190 pays de la Convention relative aux droits de l enfant ; L adoption lors de la Session extraordinaire des Nations Unies consacrée à l enfance d un Plan d action mondial «Un monde digne des enfants» ; L augmentation du taux mondial de vaccination des enfants d à peine 10% en 1970 à près de 80% actuellement ; L éradication prochaine de la polio ; Le retour à l école de plus de 2 millions de filles en Afghanistan après la chute du régime taliban ; La démobilisation et la réinsertion sociale de plus de enfants soldats au Sud-Soudan entre 2001 et 2003 Actions de l Unicef suite au séisme en Haïti Les équipes de l Unicef se sont mobilisées dès les premières heures pour secourir les enfants et leurs familles. Eau et assainissement L Unicef est leader sur les secteurs de l eau et de l assainissement. De l eau est fournie quotidiennement à personnes et à plusieurs hôpitaux. Nutrition sachets de Plumpy Nut (soit ~13 tonnes) ont été acheminés pour la prise en charge de près de enfants sévèrement malnutris. Protection des enfants L Unicef a déployé les activités d identification des enfants séparés, non accompagnés et/ou rendus orphelins en collaboration avec le CICR 3 centres d accueil des enfants sont installés. L Unicef a appuyé le déploiement de 7 brigades de Protection de l Enfance composées de policiers haïtiens et travaillent sur la lutte contre la traite des enfants notamment dans la zone de l aéroport de Port-au-Prince et aux frontières avec la République Dominicaine. A date, plus de enfants sont concernés par les activités menées par l Unicef et ses 21 partenaires de la protection de l enfance. Santé L Unicef a fourni à ses partenaires du Secteur Santé : 160 boîtes contenant chacune 1000 cachets d Amoxicilline (antibiotique), 180 kits de cuisine, bâches plastique. Une campagne de vaccination qui cible enfants est en cours (rubéole, diphtérie, tétanos). Education 330 Kits d éducation maternelle ont été acheminés. Des tentes de 72m² permettant l installation d écoles temporaires. 18

19 Mais, au-delà de l urgence, l engagement des équipes de l UNICEF s inscrit dans la durée pour : Assurer la protection des enfants séparés, non accompagnés et/ou rendus orphelins en créant des espaces d accueil, en assurant un soutien psycho-social et en participant à la mise en place d un système de protection institutionnel Garantir le retour à l école des enfants et favoriser l accès de tous les enfants à des écoles «amies des enfants» répondant aux normes antisismiques, ayant accès à l eau potable/aux sanitaires,. Rétablir des soins de santé primaires pour les enfants en collaboration avec les acteurs de santé (campagnes de vaccination), en formant des professionnels de santé et en garantissant l approvisionnement en médicaments/matériel médical... et mettre en place des programmes de nutrition en fournissant des aliments thérapeutiques pour les enfants et développer les capacités et système de veille nutritionnelle. Améliorer les services d accès à l eau, à l assainissement et l hygiène en participant aux campagnes de promotion auprès des enfants et de la population et renforcer les capacités de gestion des installations par les autorités locales ou les communautés. Equivalences urgences Exemples dans le domaine de l eau 0,03 : 1 sachet de sels de réhydratation orale 3 : 200 tablettes de purification d eau 8 : 1 kit d hygiène pour un adulte 88 : 1 Kit eau pour 10 familles (savons, seaux, ) 610 : 1 citerne démontable contenant 1500 l d eau Exemples dans le domaine de l éducation 11 : 1 pack de 1000 tablettes de micronutriments 14 : 1 kit santé de première urgence 41 : Kit école dans le sac (fourniture pour 40 élèves) 173 : 1 glacière pour stocker les vaccins (15x27l) 1324 : 1 tente rectangulaire (72 m 2 ) pour faire la classe Pour soutenir les enfants d Haïti, n hésitez pas à : Faire un don (UNICEF/Urgence Haïti BP 600/ PARIS) Relayer l appel à dons auprès de vos clients, partenaires ou fournisseurs. Merci de votre soutien! Source UNICEF/

20 OREE ENTREPRISES, TERRITOIRES ET ENVIRONNEMENT Une dynamique environnementale au service des territoires Créée en 1992, l association Orée (Entreprises territoires et environnement) rassemble entreprises, collectivités territoriales et associations pour développer une réflexion commune et mettre en œuvre des solutions concrètes pour une gestion intégrée de l environnement à l échelle des territoires. Le nom de Orée, choisi par le Président fondateur en référence à une citation du livre d Henry David Thoreau Walden ou la vie dans les bois : «Quand l économie avance, l orée du bois recule», permet d illustrer l esprit de l association attaché à proposer des solutions pour palier les conséquences d une croissance aveugle de l économie au détriment de la nature, de manière à mettre en cohérence économie et écologie. Orée est : Force de propositions et entretient des relations régulières avec les institutions, les organismes publics et professionnels. A ce titre elle a été auditionnée sur les questions d éco-conception, d expertise et de gouvernance, d écologie industrielle et de biodiversité dans le cadre du Grenelle de l Environnement, Facilitateur dans tout montage de projet (séminaire, atelier de sensibilisation, formation etc.), Lieu créatif d élaboration d outils pratiques d aide à l intégration de l environnement dans la stratégie des acteurs, Lieu d expertise qui met à la disposition des adhérents son réseau de compétences pour réaliser de meilleures pratiques. 7 priorités Orée s applique à travailler sur des thèmes environnementaux émergents ; son action se reflète à travers ses 7 priorités : ❶ éco-conception des produits et des services : mise en place d une plateforme Internet ❷ économie et biodiversité : édition en version française et anglaise du guide «Intégrer la biodiversité dans les stratégies des entreprises». Retrouvez également les actes du colloque «Biodiversité et climat». ❸ risques environnementaux : lancement d un guide en ❹ sensibilisation à l environnement : actualisation d un guide de sensibilisation à l environnement mis en ligne en juin 2009 ❺ gestion environnementale des parcs d activités et écologie industrielle : nouvelle parution, Le plan de déplacement inter-entreprises, un outil de management de la mobilité sur les zones d activités. Edition du guide «Mettre en œuvre une démarche d écologie industrielle sur un parc d activités», coordination du projet COMETHE ❻ concertation : édition d un Vade Mecum de la concertation locale ❼ expertise environnementale : édition d un hors-série Valeurs Vertes et d une synthèse 20

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication MEDEF - ORSE octobre 2014 Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication Fédération des Industries Electriques, Electroniques

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

UTILISER DU PAPIER PEFC : UN GESTE ECO-RESPONSABLE

UTILISER DU PAPIER PEFC : UN GESTE ECO-RESPONSABLE 10-31-1335 / Certifié / Ce produit est issu de forêts gérées durablement et de sources contrôlées. / pefc-france.org > www.pefc-france.org : +33 1 82 53 60 60 PHOTO : Fotolia / J.Delpire / Mai 2014 Retrouvez

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

L approche Casino en matière de développement durable?

L approche Casino en matière de développement durable? L approche Casino en matière de développement durable? 1 Les principaux enjeux pour Casino Optimiser la conception et la gestion des magasins (énergie, paysage, ) Environnement Maîtriser les impacts du

Plus en détail

L Indice Carbone Casino, le premier étiquetage environnemental complet en France

L Indice Carbone Casino, le premier étiquetage environnemental complet en France - Communiqué de presse - 11 juin 2008 L Indice Carbone Casino, le premier étiquetage environnemental complet en France Casino poursuit son engagement en faveur du développement durable en lançant le premier

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Du mardi 3 décembre au vendredi 6 décembre 2013 La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Eric PIBOYEUX Président de la commission Jeunes FEDEREC Anne-Claire BEUCHER Responsable

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile.

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. Les spécificités de la profession & de son environnement Les Distributeurs-Grossistes

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Depuis 2009, les sociétés d assurance de la FFSA et du GEMA ont engagé une démarche volontaire de réflexion et d actions en matière

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Traduction non officielle du texte diffusé fin avril 2014 par le Conseil du Développement Durable (Allemagne) dans le cadre de la consultation

Plus en détail

pile(s) dans la bonne boîte

pile(s) dans la bonne boîte Dossier de presse décembre 2003 pile(s) dans la bonne boîte Le Fonds Français pour la Nature et l Environnement lance une campagne d information pour mobiliser les grandes entreprises, les collectivités

Plus en détail

Sommaire. Message du Président 3. Les 7 enjeux du développement durable 5. Notre Politique, nos actions. Partager une même éthique des affaires 6

Sommaire. Message du Président 3. Les 7 enjeux du développement durable 5. Notre Politique, nos actions. Partager une même éthique des affaires 6 Sommaire Message du Président 3 Les 7 enjeux du développement durable 5 Notre Politique, nos actions Partager une même éthique des affaires 6 Garantir et toujours renforcer la sécurité des collaborateurs,

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE :

METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE : METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE : UNE RÉELLE OPPORTUNITÉ POUR VOTRE ENTREPRISE! Salon des Entrepreneurs Mercredi 4 février 2015 Intervenants Frédéric CURIER o Président de Bio Crèche Emilie DAMLOUP o

Plus en détail

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Jean-Michel Silberstein Délégué Général CNCC Christophe Garot CNCC UNIBAIL-RODAMCO Le CNCC Le CNCC, Conseil National des Centres

Plus en détail

GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS. Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07.

GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS. Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07. GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07.2007/Uniagro Sommaire ORGANISATION DU GROUPE CASINO LES PRODUITS «TERRE ET SAVEUR»

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Le pilotage et les outils du développement durable

Le pilotage et les outils du développement durable Le pilotage et les outils du développement durable ANCI Création mars 2010 PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements Présentation du Groupe PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements 4 engagements prioritaires

Plus en détail

C est quoi C est quoi une entreprise

C est quoi C est quoi une entreprise C EST C est QUOI quoi une entreprise? 2 3 sommaire Bienvenue dans l entreprise 3 Qu est-ce qu une entreprise? 4 Entreprises selon le nombre de salariés 6 Une entreprise, des métiers 8 Comment fonctionne

Plus en détail

4 avril. Formation IDSE 2012 10 mai 2012

4 avril. Formation IDSE 2012 10 mai 2012 4 avril 203 Formation IDSE 2012 10 mai 2012 La politique de responsabilité sociétale de Vivendi, enjeux et gouvernance Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE) Webinaire

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Conférence ISR 2015. Mercredi 13 mai 2015 - Paris. intervenant

Conférence ISR 2015. Mercredi 13 mai 2015 - Paris. intervenant Mercredi 13 mai 2015 - Paris AIRBAKE I ALL-CLAD I ARNO I ASIAVINA I CALOR I CLOCK I IMUSA I KRUPS I LAGOSTINA I MAHARAJA. WHITELINE I MIRRO I MOULINEX I PANEX I intervenant ROCHEDO I ROWENTA I SAMURAI

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

P01 P PLATO PACA PERFORMANCE DURABLE

P01 P PLATO PACA PERFORMANCE DURABLE P01 P Un parcours unique d accompagnement pour la performance durable de PME régionales basé sur le coaching et le tutorat de grandes entreprises P02 P PRGRAMME PLATO PLATO, UNE REPONSE ORIGINALE > NATURE

Plus en détail

Pré-diagnostic du Développement Durable

Pré-diagnostic du Développement Durable Pré-diagnostic du Développement Durable à l usage des PME-PMI et Autres Entreprises Le présent questionnaire a été réalisé par le groupe Développement Durable de l AUEG qui comprenait des membres d entreprises,

Plus en détail

Catalogue des services intégrés

Catalogue des services intégrés Responsabilité sociétale et reporting extra-financier Catalogue des services intégrés FORMATION, CONSEIL & ACCOMPAGNEMENT 2014 Pour en savoir plus Dolores.larroque@materiality-reporting.com Tel. 06 86

Plus en détail

Lundi 10 décembre 2012 - Casino de Paris

Lundi 10 décembre 2012 - Casino de Paris Trophées Arseg 2011 3 Trophées Arseg des métiers de l environnement de travail Lundi 10 décembre 2012 - Casino de Paris Après le succès 2011 Vous étiez près de mille personnes à assister l année dernière

Plus en détail

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement JECO journée des éco-entreprises Présentation de l événement Atelier Valoriser sa démarche environnementale UN LEVIER DE CROISSANCE POUR L ENTREPRISE Objectifs Faire un panorama des différents référentiels

Plus en détail

Le Crédit Coopératif, partenaire des entreprises et autres organisations dans leur démarche environnementale

Le Crédit Coopératif, partenaire des entreprises et autres organisations dans leur démarche environnementale Octobre 2012 Le Crédit Coopératif, partenaire des entreprises et autres organisations dans leur démarche environnementale Convaincu de l impérieuse nécessité pour les entreprises de prendre en compte les

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Bilan 2009-2011 Mars 2012 1 Les signataires Depuis juillet 2009

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

culture de sécurité industrielle pour une

culture de sécurité industrielle pour une culture de sécurité industrielle pour une Répondre à un enjeu de société es bassins industriels se sont développés autour d un double mouvement d industrialisation et d urbanisation créant un lien direct

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

CM-CIC Actions ISR. CM-CIC Actions ISR Code de Transparence AFG / FIR / EuroSif. 1. Données générales

CM-CIC Actions ISR. CM-CIC Actions ISR Code de Transparence AFG / FIR / EuroSif. 1. Données générales L Investissement Socialement Responsable est une part essentielle du positionnement stratégique et de la gestion du fonds commun de placement. Présent dans la gestion éthique depuis 1991, CM-CIC Asset

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

anj u PRODUITen dossier de candidature

anj u PRODUITen dossier de candidature dossier de candidature Le dossier de candidature dûment rempli et signé, incluant les pièces demandées, doit être adressé à : GIP Produit en Anjou Département de Maine-et-Loire CS 94104 49941 Angers cedex

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

Nos actions citoyennes. En tant qu acteur majeur de la filière électrique nous nous devons d agir pour la protection de la planète.

Nos actions citoyennes. En tant qu acteur majeur de la filière électrique nous nous devons d agir pour la protection de la planète. Nos actions citoyennes En tant qu acteur majeur de la filière électrique nous nous devons d agir pour la protection de la planète. Le développement durable, plus que des paroles, une stratégie Les 2 grands

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Charte Développement Durable. Les 15 engagements du réseau C10

Charte Développement Durable. Les 15 engagements du réseau C10 Charte Développement Durable Les 15 engagements du réseau C10 2014 Charte Développement Durable Les 15 engagements du réseau C10 Né en 1996 de la volonté d entrepreneurs indépendants, le réseau C10 est

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Affinitaire. adressé et ciblé. LA POSTE GLOBAL MAIL MEDIAPOST COMMUNICATION VIAPOST DOCAPOST

Affinitaire. adressé et ciblé. LA POSTE GLOBAL MAIL MEDIAPOST COMMUNICATION VIAPOST DOCAPOST DOCAPOST MEDIAPOST COMMUNICATION VIAPOST LA POSTE GLOBAL MAIL DOCAPOST DPS (Document Process Solutions), répond aux problématiques d édition et de gestion de document (éditique on demand et industrielle,

Plus en détail

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Corinne MERCADIE Direction Qualité Responsable Environnement Emballages cmercadie@groupe-casino.fr Gabrielle ADAM Direction Qualité

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Crédit : June et Sylvain Hitau

Crédit : June et Sylvain Hitau Crédit : June et Sylvain Hitau Géraldine Poivert Crédit : Zabou Carrière Jean-Charles Caudron Filières Responsabilité élargie du producteur Crédit : Antoine Doyen Édito Comme de nombreux produits, les

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Notre approche pour les investissements en bourse

Notre approche pour les investissements en bourse blt Notre approche pour les investissements en bourse Introduction Ce document présente la troisième version de la stratégie d investissement dans les entreprises cotées en bourse adoptée par Triodos Investment

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

LE RAFP. Un investisseur de long terme,

LE RAFP. Un investisseur de long terme, LE RAFP Un investisseur de long terme, SOMMAIRE 04_ L investissement socialement responsable 06_ Une politique ISR au cœur du développement du Régime 08_ Une politique d investissement de long terme 09_

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

Notre culture _ p. 38. Améliorer _ p. 39. Intégrer _ p. 40. Préserver _ p. 41. Créer _ p. 42. Développer _ p. 43. Partager _ p. 44

Notre culture _ p. 38. Améliorer _ p. 39. Intégrer _ p. 40. Préserver _ p. 41. Créer _ p. 42. Développer _ p. 43. Partager _ p. 44 solvay.com Rapport Annuel 2014 Nos façons de vivre et de consommer sont en train de bouleverser les équilibres planétaires. Nous tous acteurs politiques, économiques et sociaux devons prendre l entière

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

Développement durable et PME. Introduction à la démarche

Développement durable et PME. Introduction à la démarche Développement durable et PME Introduction à la démarche 1. INTRODUCTION Les TPE, PME et PMI le savent aujourd hui : elles doivent s employer à limiter leur impact sur l environnement, mais également intégrer

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 POUR LE GROUPE MONOPRIX Ce bilan d émission gaz à effet de serre a été réalisé en réponse à l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

Séminaire sur la Coopération Territoriale Européenne 2014/2020

Séminaire sur la Coopération Territoriale Européenne 2014/2020 Les opportunités 2014/2020 des programmes INTERREG pour les acteurs du Nord Pas de Calais Les 1ères rencontres de la Coopération Territoriale Européenne 2014/2020 Séminaire sur la Coopération Territoriale

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

La stratégie développement durable de Nov@log. Alan Fustec Directeur du domaine d actions stratégiques développement durable

La stratégie développement durable de Nov@log. Alan Fustec Directeur du domaine d actions stratégiques développement durable La stratégie développement durable de Nov@log Alan Fustec Directeur du domaine d actions stratégiques développement durable Sommaire Un mot sur le partenariat Nov@log-Lucie Introduction : contexte Conséquence

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Règlement opération SAC ADOS 2015

Règlement opération SAC ADOS 2015 Règlement opération SAC ADOS 2015 Dans le cadre de leur politique en faveur de la jeunesse, la Caisse d Allocations Familiales 77, le Conseil général 77, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

LA RSE, levier d action syndicale

LA RSE, levier d action syndicale Confédération Française de l Encadrement - CGC LA RSE, levier d action syndicale Dialogue social Gouvernance Développement humain Respect de l écosystème de l entreprise Nouvelle boussole pour la performance

Plus en détail

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 Débat présidé par M. André Merlin sur le thème : «Quelle articulation souhaitable avec

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

LA RéPOnSe COLLeCTive. Adhérez à Tulipe! La plaquette d information pour tout savoir sur notre politique de partenariat

LA RéPOnSe COLLeCTive. Adhérez à Tulipe! La plaquette d information pour tout savoir sur notre politique de partenariat LA RéPOnSe COLLeCTive des entreprises de SAnTé Aux POPuLATiOnS en SiTuATiOn de détresse Adhérez à Tulipe! La plaquette d information pour tout savoir sur notre politique de partenariat Qui sommes nous?

Plus en détail

Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plan d action national en faveur du commerce équitable préparé sous la coordination des MINISTRE DELEGUE CHARGE DU DEVELOPPEMENT MINISTRE DELEGUE CHARGE DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET DE LA CONSOMMATION Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

FICHE ACTIONS Impact et Environnement

FICHE ACTIONS Impact et Environnement FICHE ACTIONS Impact et Environnement ACTIONS GLOBALES Organisation autour des lignes directrices de la norme ISO 26000 Démarche de progrès continu validée par une évaluation AFAQ 26000 (obtention du niveau

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Jérôme CICILE Transports, Mobilité, Qualité de l Air ADEME Direction Régionale PACA ORT- Avril 2015 De l évaluation des filières énergétique

Plus en détail

Challengez votre développement durable

Challengez votre développement durable LE CONCOURS UNE DEMARCHE ORIGINALE ET INEDITE POUR : RECENSER ET VALORISER SES ACTIONS DD EN EVALUER LA QUALITE ET EN FAIRE UN AVANTAGE CONCURRENTIEL Dans ce dossier de presse : Présentation des Trophées

Plus en détail

Mérylle AUBRUN. ISO 26000 Responsabilité Sociétale

Mérylle AUBRUN. ISO 26000 Responsabilité Sociétale Mérylle AUBRUN ISO 26000 Responsabilité Sociétale Le concept de RSO RSO RSE = Responsabilité Sociétale des Entreprises Préservation de l environnement Agenda 21 Progrès = le Développement social Durable

Plus en détail

S S. Insertion. Environnement. Formation. Technologies. Groupe SOS Intérim et Recrutement

S S. Insertion. Environnement. Formation. Technologies. Groupe SOS Intérim et Recrutement Environnement Technologies Formation Communication sur le progrès du Groupe SOS Insertion Pour la défense des droits du travail et la protection de l environnement 2010 S S Interlocuteur Pacte Mondial

Plus en détail